Navigation – Plan du site
Actualité du groupe expertise du RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoirs »

Et au milieu coule une rivière

Critique écologique, expertise et construction du risque environnemental autour d’une affaire de barrage
Yann Bérard

Résumés

Cet article examine les modalités de construction du risque en matière d’environnement à travers sa mise en expertise selon une approche pragmatique inspirée par la pensée de Deleuze. Le risque environnemental interroge en effet la possibilité même d’une émergence de l’environnement sur la scène publique, qui incite à déplacer l’interrogation sur l’intentionnalité globale des mobilisations, pour privilégier davantage l’étude de leurs lignes de fuite. Face à la professionnalisation du militantisme écologique, plusieurs travaux récents insistent ainsi sur la part d’une perception non savante du danger et l’introduction d’une compétence ordinaire dans le lancement des alertes. L’étude détaillée d’une controverse portant sur l’existence d’un barrage, accusé par les militants écologistes de nuire à la pérennité du saumon sauvage en France, atteste alors de la place centrale qu’occupe aujourd’hui l’expertise, qu’elle soit initiée par les pouvoirs publics ou les milieux associatifs, savante ou profane, dans l’équipement politique des passions. En ce cas, celle-ci apparaît autant comme un révélateur d’épreuves en tout genre que de luttes pour l’appropriation des savoirs légitimes qui s’organisent autour de la circonscription du risque et de l’émergence d’espaces sociaux aux contours inédits. Si le redoublement des équipements d’expertise induit par moments la formation de contre-expertises qui cherchent à mettre en question les intérêts du pouvoir en place en leur opposant des équipements alternatifs, celles-ci n’en renvoient pas moins à un même processus de politisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

“Eventually, all things merge into one, and a river runs through it. The river was cut by the world’s great flood and runs over rocks from the basement of time. On some of the rocks are timeless raindrops. Under the rocks are the words, and some of the words are theirs.”
Norman Maclean, A River Runs Through It, 1976.

 « Le jeu du monde a singulièrement changé, puisqu’il est devenu le jeu qui diverge. »
Gilles Deleuze, Le pli, 1988.

1L’existence d’un « style pragmatique » (Nachi) dans la sociologie française ne semble plus aujourd’hui à démontrer1. Accordant une place centrale aux épreuves et à la distribution des collectifs dans l’espace social, de nombreux travaux viennent désormais témoigner de la fertilité de ces approches2. Derrière le geste se cache en même temps une diversité de points de vue qui peut rendre parfois difficile le repérage de ces dernières, sans parler de leur identification3. Un parti pris consiste à les faire apparaître en actes, c’est-à-dire « au travail » sociologique, en dehors de tout présupposé, théorique ou empirique, homogénéisant. Si ces approches s’inspirent souvent d’auteurs étrangers à la discipline, notamment philosophes, pas toujours acquis à une vision légitime des « sciences du social », un détour par ces derniers peut aussi constituer un bon moyen d’appréhender ce courant de pensée, si particulièrement innovant dans la période récente. Derrière le cas concret se profile ainsi un enjeu théorique de taille, qui renvoie aux filiations multiples et variées des sociologies pragmatiques « à la française ». Cet article n’a évidemment pas la prétention d’en explorer, ni d’en exposer toutes les possibilités, et on ne fera que suggérer l’une d’entre elles, à titre d’hypothèse de travail ; ce qui déjà, sous ce format, peut paraître à bien des égards comme une véritable gageure. Parmi les filiations existantes, la pensée de Deleuze constitue sans nul doute une source d’inspiration importante de ces approches, bien que selon des régimes variables et différenciés4. L’intérêt de revenir sur cette filiation, si particulière, réside alors à nos yeux dans la capacité qu’aurait aujourd’hui la référence deleuzienne à faire tenir ensemble une diversité de points de vue sur ces lectures du « social », qui actualisent, comme en retour, explicitement ou implicitement, les virtualités sociologiques d’une pensée que « nous ne connaissons pas encore »5.

2Dans cette perspective, on peut prendre pour objet d’études les controverses liées au risque environnemental qui, sans être entièrement nouvelles, n’en conservent pas moins toute leur actualité. À cet égard, sans doute n’est-il pas toujours aisé de distinguer l’événement authentique sous les « grands événements bruyants » du moment : ainsi, quoi de commun, par exemple, entre la réunion d’experts ayant quelques jours pour statuer sur l’avenir écologique d’un pays et la longue mobilisation sinueuse et aléatoire d’un collectif d’associations autour d’une affaire de barrage ? A priori pas grand-chose, si ce n’est l’existence d’une controverse liée à une situation d’incertitude, appelant une cartographie précise du risque encouru, réel ou supposé. Le risque en matière d’environnement interroge toutefois la possibilité même d’une émergence de l’environnement sur la scène publique, ce qui est souvent éludé ou mal compris. Il peut paraître utile à ce stade de prolonger le questionnement, en marquant un pas en arrière : comment naît un risque ? Par qui et comment le danger est-il perçu ? Comment l’alerte est-elle lancée ? Qu’est-ce qui fait qu’un risque « prend » ou « ne prend pas », et atteint ou non une dimension collective ? Autant de questions qui donnent aux sciences et à la nature bien plus de chances d’entrer en démocratie, mais pour lesquelles il n’existe sans doute aucune réponse unique ou définitive, tant la construction du risque, et du risque environnemental en particulier, comporte de multiples « lignes de fuite »6, rendant d’autant plus complexe et aléatoire sa cartographie que la labilité d’une mobilisation peut être grande, les séries d’épreuves divergentes et les collectifs d’humains et de non-humains multiples à assembler.

3L’hypothèse principale que je souhaiterais développer consiste à rendre compte d’une logique d’équipement du risque en lien avec la participation de la société civile7. La mise en risque de l’action publique n’appartient pas aux seuls pouvoirs publics ou à l’État, en effet, et peut émaner ou être directement initiée par « des acteurs situés hors du champ institutionnel, hors du secteur économique aussi » (Gilbert, 2003, p. 61), qui sont toujours susceptibles de faire valoir leur propre perception du danger, en ayant, le cas échéant, recours à des experts. Cette hypothèse tient compte de traits qui semblent aujourd’hui particulièrement bien caractériser la modernité tardive, à la fois par la généralisation d’un haut degré d’incertitude et une forte capacité réflexive dans la société (Beck, 1986 ; Giddens, 1990). L’émergence de risques dits « stochastiques », de type reporté ou résiduel (Lascoumes, 1996, p. 363), marqués par une forte imprévisibilité et la difficulté de les évaluer précisément, ne permet plus ainsi d’envisager la construction sereine des certitudes : à l’inverse, ces risques nouveaux invitent à approfondir l’incertitude qui leur est liée, en ne considérant plus le risque comme une menace extérieure, mais comme une « donnée ontologique » propre aux sociétés modernes. Sous cet angle, l’équipement du risque peut s’apparenter à une mise en expertise de l’action publique, entendue comme l’agencement d’un ensemble d’équipements qui concourent à « formater » le risque, c’est-à-dire visent à donner un format à l’incertitude qui lui est liée, en particulier sur des objets aux contours flous, en relation étroite avec les politiques publiques censées encadrer leur prolifération. Ainsi, du barrage hydroélectrique aux organismes génétiquement modifiés (OGM) en passant par les déchets nucléaires ou les nouvelles épidémies transnationales – diversité qui enjoint au passage à se méfier des définitions toutes faites de l’environnement, voire à se passer du terme (Trom, 1999) –, ces politiques ont le plus souvent pour objet des « hybrides », qui associent étroitement le monde des humains aux non-humains (Latour, 1999)8. Aussi la question des risques liés à l’environnement constitue-t-elle un terrain particulièrement propice à l’étude de la composition des collectifs, qui peut s’inscrire plus largement dans le projet d’une sociologie politique des objets9.

4À cet égard, il existe deux grandes façons d’envisager le rôle de l’expertise dans la construction des risques en matière d’environnement (Rudolf, 2001) : la première consiste à voir dans l’expertise un outil purement technique au service d’une raison instrumentale ; l’autre rompt avec cette vision scientiste et normative pour souligner, au contraire, le caractère collectif de l’expertise et la reconnaissance explicite d’une compétence profane (Callon, Lascoumes, Barthes, 2001 ; Dumoulin, La Branche, Robert Warin, 2005 ; Fisher, 2000 ; Fromentin, Wojcik, 2007 ; Lash, Szerszynski, Wynne, 1999). Cette seconde conception de l’expertise peut trouver sa place dans une approche pragmatique de l’alerte et du risque (Chateauraynaud, Torny, 1999). Ainsi, il existe toujours un ensemble de séries d’épreuves qui contribuent à forger l’alerte, avec ses précédents, ses réussites et ses échecs, dont les parcours sont par définition indéterminés, marqués par des arrêts, des clôtures, des déviations ou des bifurcations toujours possibles – un peu à la manière de ces « sentiers qui bifurquent », que nous décrivait Borges dans l’une de ses fictions10. Reposant sur une conception du temps non-linéaire (ou « généalogique »), c’est-à-dire faite de discontinuités, qui rompt avec une vision linéaire (ou chronologique) du temps plus classique, cette approche peut alors permettre d’apporter des éléments de réponses aux questions formulées plus haut.

5Dans cette perspective, j’esquisserai, à partir de l’exemple d’une mobilisation environnementale récente, les traits d’une épreuve, en relations avec d’autres épreuves, antérieures et à venir, à l’intérieur d’une série en cours de détermination, en montrant la place spécifique qu’y occupe les experts et l’expertise. Mais avant cela, il est nécessaire de poser plus précisément le cadre de cette réflexion, en revenant sur des travaux qui indiquent des pistes originales, aussi bien au plan théorique qu’empirique, afin d’appréhender, dans un même continuum, la construction du risque, l’expertise et l’expression d’une critique dans le domaine de l’environnement.

Environnement et contingence des formes d’expertise

6Si la question du risque environnemental a déjà fait couler beaucoup d’encre, il n’en demeure pas moins qu’elle soulève des questions persistantes. L’incertitude liée au risque environnemental doit ainsi attirer l’attention sur le caractère contingent des formes d’expertise qui se déploient autour de lui. Cette contingence se manifeste d’abord par le caractère pluriel des voix pouvant s’exprimer en matière d’environnement et où, comme c’est le cas en France, les « corps intermédiaires » ont joué et jouent aujourd’hui encore un rôle déterminant dans l’application des politiques publiques (Lascoumes, 1994). L’autre dimension liée au caractère contingent des formes d’expertise dans ce domaine renvoie à la prise en compte d’une compétence profane dans la formation des alertes. Paradoxalement, la sociologie ne dispose pas d’un langage très étoffé, semble-t-il, pour signifier la connaissance non scientifique (ou non savante), autant que pour en signaler les manifestations. Sans doute est-ce dû à une catégorisation psychologique tenace du registre des émotions ; ce qui est d’autant plus regrettable qu’une sociologie des émotions pourrait se révéler essentielle afin de saisir comment la perception des personnes ordinaires peut jouer, dans certains cas, un rôle actif dans le lancement des alertes et la fabrique du risque11.

Le risque environnemental comme objet d’expertise

7En France, l’environnement s’est constitué en politique de manière tout à fait récente. Sa particularité est d’avoir fait des associations de défense de la nature, comme l’écrit P. Lascoumes (1994), « des pivots essentiels de la politique publique » (p. 156). L’ancrage local des associations, auquel s’ajoute souvent une existence en réseau, qui peut dépasser le cadre national, leur confère ainsi un fort potentiel dans le lancement des alertes12. L’alerte tend dès lors à fonctionner à l’envers, en déréalisant virtuellement le risque, non plus comme prophétie « autoréalisatrice » (self fulfilling prophecy), mais par déplacement ponctuel des rapports de force, en vue de se saisir de l’incertitude – c’est pourquoi aussi, d’une certaine façon, les « lanceurs d’alerte » peuvent toujours paraître travailler à leur propre fin13. Certaines associations pourront aussi se voir directement contribuer à forger le risque en travaillant à sa réversibilité technique par l’invention de solutions positives. Selon l’approche retenue, la mobilisation renverra ainsi, par exemple, soit à un « acteur » (Friedberg), soit à un « réseau » (Callon), soit à un « monde social » (Strauss). Dans tous les cas, la mobilisation tend alors d’elle-même à générer une puissance de structuration, ou ce qu’on pourrait aussi appeler une configuration, se traduisant, dans une perspective pragmatique, par des épreuves et leur agencement dans l’une des multiples séries menant à l’institution (ou non) du risque.

8Par bien des aspects, l’expertise peut être considérée au centre de ce processus, dans la mesure où c’est elle qui vient donner un format à l’incertitude. Dans ce cas, l’expertise permet d’opérer, par ses équipements, à la fois « objectivés » (cartes, machines, algorithmes, etc.) et « incorporés » (savoirs et savoir-faire, dispositions éthiques, etc.) (Trépos, 1996, pp. 49-50), la traduction d’une perception diffuse ou virtuelle du danger, qui n’est pas elle-même sans entretenir des rapports étroits avec l’acte d’expertiser en général (Bessy, Chateauraynaud, 1995). Dès lors, l’expertise peut être ramenée à l’actualisation d’un sens ordinaire de l’objectivité14. Coexisteraient ainsi en tout processus d’équipement du risque des actes de qualification et de perception simultanés, suivant un « art de la prise » spécifique, entendu à la fois comme « construction mentale » et comme « mode de connexion entre les corps », qui permet de placer sur un même plan l’existence d’une expertise profane aux côtés de celle des professionnels15. Aussi y a-t-il une distinction à faire entre l’expertise, qui constitue un processus large, souvent indéterminé au départ, rassemblant des acteurs par définition extrêmement variés, et l’« expert », qui ne serait qu’un acteur parmi d’autres dans ce processus. Cette définition « non-positiviste » de l’expertise (Delmas, 2001) enjoint alors à imaginer les contours d’une approche plus générale et dynamique à la fois des rapports entre connaissance et action

9Cette perspective permet d’esquisser les traits d’une sémantique originale de l’expertise qui rompt avec une lecture normative du recours aux experts (Habermas, 1978). Fondée sur une double capacité générative des objets dans l’action, tenant essentiellement à la recherche d’une stabilité, la stabilisation d’une réalité par définition instable, l’expertise y aurait essentiellement pour fonction de stabiliser un ordre incertain – ou d’« endogénéiser » le débordement –, selon les situations qui se présentent, par ses équipements. C’est le sens qu’on peut donner au processus de politisation dans la sociologie de J.-Y. Trépos (2004), entendu comme l’ensemble « des moyens de convertir les individus à des modes d’expression préférentiels de leurs passions » (p. 47)16. Il s’agit en même temps d’observer, particulièrement en situation d’incertitude, la façon dont les épreuves portent et mettent au centre des controverses la formation de dispositifs qui constituent déjà, dans ce contexte, comme une « réponse à la réponse » politique, et dont la rencontre vient, pour ainsi dire, redoubler l’événement, en actualisant, par exemple, une perception virtuelle du danger. Chez J.-Y. Trépos (1996), le concept de cristallisation, inspiré à l’origine d’une conception de l’amour-passion chez Stendhal (« qui nous envoie le sang au cerveau »), indique ainsi la « formation interne de dispositifs d’orientation et parfois de stabilisation de pratiques sociales exprimant en actes ce qu’on appelle parfois "passions" mais aussi "besoins" ou encore "insatisfactions", etc. » (p. 53). Cette formation n’implique donc pas nécessairement la constitution d’une détermination antérieure (du type habitus), puisqu’elle désigne elle-même le processus indéterminé auquel renvoie l’existence de ces « dispositifs »17. Aussi l’articulation des concepts de politisation et de cristallisation ne recoupe-t-elle pas non plus, à proprement parler, une conception top-down/bottom-up de l’action publique. En effet, dans les deux cas, l’événement peut être interprété comme l’émergence d’une singularité (cristallisation) et l’émergence d’un équipement (politisation), chacun pouvant, le cas échéant, se traduire par la mise en place de dispositifs d’expertise, qu’ils soient d’origine savante ou profane18.

10Dans cette optique, le risque est toujours une construction singulière, jamais un donné formel et formalisé, qu’on peut aussi interpréter en termes de « forum hybride », c’est-à-dire générant la définition de lieux communs, entendus à la fois comme « points d’appui efficaces pour l’action » et « espaces où l’on peut s’entendre » (Trépos, Bernat, Barisel, 2002, p. 105). De ce constructivisme – qui n’est pas subjectiviste, ni « social », à proprement parler –, on déduira que la définition du « problème » ou d’une « cause » n’est pas forcément un préalable au recours à des experts, et peut tout aussi bien faire l’objet de l’expertise elle-même. Cette démarche permet de souligner au passage les limites d’une approche plus classique en termes de « situations d’expertise » (Fritsch, 1985), qu’elle incite alors à replacer dans l’événement, c’est-à-dire « qui ne soit réductible au réarrangement ou à la recombinaison des matériaux qui préexistaient à la rencontre », en « déconnect[ant] l’agir de l’idée de maîtrise pour l’arrimer à la notion d’émergence » (Barbier, Trépos, 2007, p. 39). L’actualisation des contraintes configurationnelles et pragmatiques à l’œuvre dans les épreuves permet ainsi de révéler des séries de correspondances non-causales entre événements (ou pour oser un néologisme audacieux, une « causalité événementielle ») que tend à recouper l’expertise en son milieu – ou ce qu’on pourrait aussi appeler, pour paraphraser M. Serres (1992), une sorte de « polytemporalité », renvoyant à un « temps plié » ou « chiffonné » (p. 152). Dans cette perspective, l’environnement émerge à chaque fois comme territoire nouveau et en devenir, virtuellement inédit19. Dès lors, il n’y a plus d’origine transcendante à la nature, celle-ci étant liée à l’émergence (ou à « l’universel effondement ») de l’environnement lui-même, dans lequel vient s’inscrire et s’enracine le collectif.

Savant/profane : sortir du face-à-face

11Une conséquence directe du travail de mise en risque par les associations est la transformation des figures du militantisme traditionnel. On sait que le profil des écologistes se complexifie nettement à partir des années 1980, à travers une tendance à la professionnalisation qui s’accentue durant les années 1990 (Ollitrault, 2001). Ce « deuxième âge » du militantisme se caractérise notamment par la superposition nouvelle d’un ensemble de figures qui, jusque dans les années 1970, pouvaient encore constituer une grille de lecture assez pertinente. Aujourd’hui, les figures du militant, du scientifique, ou du « profane »20, ne constituent plus forcément des entités clairement séparées ou étanches ; au contraire, celles-ci tendent souvent à se confondre et deviennent de plus en plus poreuses (Estades, Rémy, 2006 ; Gaïti, 2002). Que la critique écologique tire de ce « mélange des genres » (comme entre le scientifique et le militant, de manière archétypale) sa capacité à « produire un discours acceptable dans d’autres univers sociaux, incluant notamment les médias et l’opinion publique » (Siméant, 2002, p. 21), cela ne fait aucun doute – ce qui explique aussi que les activités de type militant aient une forte tendance à devenir « sérieux », et pas qu’en apparence. Mais l’actualisation des contraintes propres à une épreuve doit également attirer l’attention sur ce qui rend ce mécanisme possible et que le « mélange » n’explique pas, même interprété en termes de conversion ou de reconversion (typiquement, là encore, du scientifique au militant, par exemple), en invitant à prendre au sérieux l’idée d’« un espace des mouvements sociaux » (Mathieu, 2001, p. 95) qui ne soit réductible, ni à l’objectivisme, ni au subjectivisme. Certains travaux récents attestent ainsi de façon originale de l’inclusion de ces figures au sein d’une même épreuve, comme en un feuilletage, une sorte d’entrelacs de figures en suspens, dont l’actualisation, liée à l’inflexion dans l’action, souvent en « période critique » ou de « crise », force à emboîter le pas sur d’autres épreuves, voire d’autres séries d’épreuves, tout en esquissant un élargissement de l’alerte et du risque, son renforcement ou sa relativisation, des voies de bifurcations toujours possibles.

12Une entrée particulièrement intéressante de ces travaux consiste à mettre l’accent sur la reconnaissance de la perception et d’une compétence profane dans le lancement des alertes. C’est le cas, par exemple, des recherches de C. Gramaglia (2006) lorsqu’elle analyse l’activité contentieuse de l’Association nationale de protection des eaux et rivières (ANPER-TOS), à travers la restitution de plusieurs affaires de pollution des eaux. Créée en 1958 par des pêcheurs à la mouche passionnés, cette association développe en parallèle à l’évolution de la législation sur le droit de l’environnement une activité contentieuse importante, notamment à partir des années 1970, faisant de sa revue un média précieux21. Dans cette perspective, les pêcheurs, pour la plupart adeptes de la pêche à la mouche, jouent un rôle de médiation original, se traduisant par des attachements singuliers aux êtres et aux choses22. Le plus souvent proches d’une rivière, parfois fins connaisseurs de la nature, attentifs aux moindres variations de leur environnement proche, ces derniers exercent ainsi un rôle actif de vigilance, face à la pollution des eaux ou la menace d’un site, par exemple (Gramaglia, 2005)23. Le jeu des associations ne s’arrête pourtant pas là, sans quoi il n’aurait que peu d’incidence sur les politiques publiques. En lien étroit avec certains juristes et avocats, proche du Syndicat de la magistrature, l’association de défense de la nature, grâce au rôle pivot de son délégué, basé en région parisienne, peut alors jouer pleinement son rôle de lanceur d’alerte, tout en instruisant des affaires, et ester en justice24. Plus largement, en restituant le principe d’association qui préside à la mise en cause environnementale, la casuistique des affaires de pollution des eaux analysées par C. Gramaglia permet de pointer du doigt des « espaces socionaturels » inédits, le plus souvent imperceptibles, muets et aveugles à nos consciences, qui autorisent également des prolongements intéressants à une sociologie de la critique25.

13Un second exemple concerne la mobilisation des surfeurs face à la pollution engendrée par le naufrage du pétrolier Prestige sur les côtes de l’Atlantique en novembre 2002 (Comby, Terral, Weisbein, 2005). Partant de l’étude des activités de l’association Surfrider Foundation Europe (SFE), une partie de ces travaux montre comment l’expérience sensible des surfeurs et le « stigmate inspiré » qui les caractérise – dans un rôle au fond relativement proche de celui des pêcheurs à la mouche relevé plus haut26 – peuvent être relayés par l’association et ses porte-parole. L’analyse souligne en particulier l’existence de « contacts mixtes » (Goffman), qui permettent au collectif associatif de développer sa propre capacité d’expertise27. L’élaboration de pavillons noirs, par exemple, faisant appel à de nombreux équipements d’expertise28, appuyés sur le statut de « gardien de la côté » des surfeurs, illustre bien alors comment l’association s’efforce « de pénétrer l’espace public par un relais médiatique efficace pour faire sortir l’enjeu de la qualité des eaux de l’écran que constitue le label des pavillons bleus, insuffisamment sélectif en raison de ses critères d’attribution » (p. 7). Un réseau complexe de connaissances et de reconnaissance des savoirs s’établit ainsi au sein du collectif, qui fait naître une véritable « expertise de la vague », configurant et reconfigurant au passage aussi bien la série que le monde social du surf lui-même, et autorise SFE (et les surfeurs) à entrer singulièrement dans l’action publique, tout en la contestant.

14Au regard de ces travaux, le risque environnemental apparaît bien comme une construction hasardeuse qui suit des séries variées, toujours susceptibles de bifurquer, de s’arrêter, de repartir ou de se clore. Qu’ils s’appuient sur une analyse en termes de réseau ou de monde social, ces deux exemples engagent en même temps des manières de faire de la sociologie, et donc aussi de concevoir la société : dans le premier exemple, l’analyse des opérations critiques menées à partir du relais de la perception immédiate du danger permet de mettre à jour des attachements innovants, qui peut s’inscrire dans une tradition renouvelée de la pensée par cas (Passeron, Revel, 2005) ; dans le second exemple, l’analyse soulève l’existence d’une configuration tout à fait singulière qui, en superposant les grandeurs (entre la grandeur « civique » et « inspirée » notamment) et les régimes d’action (proche, fonctionnel et conventionnel), permet de faire ressortir les multiples continuités de la personne et du social. Ces différents feuilletages, parfois extrêmement raffinés, comme dans le cas des pêcheurs à la mouche, n’engagent toutefois jamais un individu solipsiste (et encore moins, semble-t-il, un « sujet »), mais tendent davantage à souligner le caractère profondément singulier du social, composite et plastique, à la fois « pré-individuel » et « impersonnel », pour paraphraser ici Deleuze (1990), comme une « individualité d’événements » (p. 193) que les collectifs rassemblent et font tenir ensemble29 ; ce qui incite d’autant plus à déplacer l’interrogation sur l’intentionnalité globale des mobilisations (fort incertaine par définition), pour privilégier l’étude de leurs lignes de fuite et des multiples séries d’épreuves qui contribuent à façonner l’alerte.

15Dans l’autre sens, la restitution des épreuves pointent des amorces de généralisation qui mettent en avant la diversité des points de vue autour desquels l’alerte et le risque se construisent, et où les controverses n’ont d’autre horizon que « la possibilité d’un (nouveau) compromis » (Barthe, Gilbert, 2005, p. 56), visant à réintroduire de la stabilité30. Sous cet angle, l’expertise peut constituer une entrée particulièrement heuristique dans l’élaboration des controverses, liées à des connaissances scientifiques et techniques relativement instables (Latour, 1989). Dans cette optique, et comme y incitent les exemples précédents, « suivre les épreuves » renvoie à se saisir des « processus de stabilisation des connaissances par accumulation d’asymétries dont il s’agit de faire l’inventaire » (Vinck, 2007, p. 195). Faire l’inventaire de ces asymétries autorise dès lors une remontée du particulier au général (ou par « sursomption »), qui tend à substituer à l’existence de l’intérêt général classique celle d’un bien commun territorialisé, élargi et transitif, accordant dans l’analyse une place centrale à la description (Descola, 2003). Ce qui renvoie ici, dans chaque cas, à une « dramatisation de l’espace public », pour paraphraser N. Dodier (2003, p. 134), mais aussi à des dynamiques temporelles qui s’entrelacent, enjoint alors le chercheur à porter une attention toute particulière à la dimension narrative de ses observations ; l’écriture sociologique visant, ni plus, ni moins, dans cette perspective, à actualiser la rencontre virtuelle des points de vue qui composent la série, quitte à lier des relations originales avec les personnes qui s’y trouvent engagées et mises en scène31. À cet égard, tout environnement appelle sa généalogie propre, laquelle n’est jamais fixée d’avance, ni a fortiori de manière définitive. Pour illustrer ce point de vue et prolonger ainsi les analyses qui précèdent, je prendrai donc l’exemple d’une affaire récente ayant débouchée sur un compromis temporaire, où l’expertise s’avère constituer un excellent révélateur d’épreuves.

 « Un barrage contre les saumons » ?

16Construit progressivement pendant l’entre-deux-guerres, rehaussé durant la seconde guerre mondiale, le barrage de Poutès-Monistrol fait depuis longtemps l’objet d’intenses débats au sein des associations de défense de la nature32. Intégré à un complexe hydroélectrique constitué de deux autres barrages, Poutès33 est considéré depuis longtemps par les militants écologistes comme un obstacle majeur au retour pérenne du grand saumon de souche naturelle sur l’axe Loire-Allier. En 1956, l’entreprise Électricité de France (EDF) obtient le droit d’exploiter le barrage pour une durée de 50 ans. Lorsque EDF annonce au milieu des années 1990 qu’elle souhaite renouveler sa concession – laquelle arrivera à échéance fin 2007 –, s’engage alors un véritable « bras de fer » avec les militants écologistes, une épreuve de force. Comment la mobilisation sociale se construit-elle dans cette affaire ? Quelle part y occupe l’expertise et qui se l’approprie ? Enfin, quelle(s) série(s) dans l’alerte se dégage à travers cette épreuve ? Le barrage constitue un objet problématique autour duquel s’agrègent des énoncés contradictoires. Aussi lui prête-on une multitude d’effets, réputés tout à la fois désirables (comme produire de l’énergie) et indésirables (menacer d’extinction une espèce animale, par exemple). Comment les propriétés objectives de ce barrage peuvent-elles renvoyer à de tels énoncés, et dans quelles proportions ces derniers se révèlent-ils effectifs et s’agencent-ils collectivement ? C’est tout l’enjeu de la construction du risque environnemental et des alertes qui se trouve ainsi posé.

La mise en expertise du risque environnemental

17La mobilisation contre le renouvellement de la concession accordée à l’entreprise productrice d’électricité rassemble rapidement un grand nombre d’associations de défense de la nature qui s’engagent en 2004 dans une campagne pour le démantèlement du barrage34. Si cette campagne fait appel à des dispositifs classiques de médiatisation et de sensibilisation, tels que le lancement d’une pétition, la publication d’articles dans la presse locale, régionale et nationale, ou encore la réalisation d’un film-documentaire à caractère engagé (au titre très « durassien », repris ici en chapeau), celle-ci s’accompagne en même temps de la constitution plus souterraine d’un réseau d’humains et de non-humains, sur lequel repose fortement le lancement de l’alerte. Cette construction souterraine du risque s’exprime très clairement dans le discours des écologistes, contraints d’élaborer un argumentaire « qui tienne la route ». À la circularité classique des savoirs se superpose ainsi un « militantisme de dossier », caractéristique des mobilisations contemporaines (Ollitrault, 1996). L’apparence de sérieux dans les revendications des écologistes renvoie alors aussi directement à une mise en forme du risque qui s’appuie sur de nombreux équipements d’expertise – qu’il soit d’ailleurs fait recours aux experts par les associations elles-mêmes ou par les autorités publiques.

18L’analyse du processus de politisation du risque lié au barrage de Poutès ne saurait toutefois se comprendre sans une mise en rapport préalable avec les épreuves antérieures au cours desquelles se cristallisent les passions, soulignant bien au passage la dimension à la fois sérielle de toute épreuve et multisérielle de toute série, à commencer par l’abandon du projet de barrage sur Serre de la Fare dans les années 1990, qui débouche sur le Plan Loire Grandeur Nature35. À l’autre bout de la ligne de fuite, si la perception des pêcheurs de saumon sur l’Allier pouvait laisser depuis longtemps pressentir qu’une menace pesait sur l’espèce de salmonidés, son interdiction totale à partir 1994 entraîne également la mise en place de plusieurs dispositifs de contrôle ichtyologique (partie de la zoologie traitant des poissons), qui confèrent aux scientifiques un rôle virtuel de lanceurs de l’alerte36. En schématisant, on peut distinguer deux étapes dans le processus de politisation du risque sur Poutès. Celles-ci invitent alors à décrire et à saisir, comme à travers autant de « micro-épreuves », l’actualisation des différents pôles de la controverse : l’une de ces étapes a trait au diagnostic du problème, c’est-à-dire à la problématisation du risque, aussi bien du côté des écologistes que de l’État, et pointe nettement le caractère sériel de l’épreuve ; l’autre concerne l’envers de l’alerte, à savoir la démonstration d’une réversibilité du risque, c’est-à-dire la possibilité de remédier en partie à l’incertitude qui lui est liée, à travers la formulation de « solutions » positives. Ainsi, émerge une temporalité spécifique de la mise en risque, qui renvoie l’épreuve à d’autres épreuves et à leur agencement en une série génératrice d’événements.

Éléments de chronologie

1927 : Construction du barrage de Poutès avec fonctionnement « au fil de l’eau ».

1941 : Rehausse du barrage par adjonction de trois vannes métalliques (hauteur : env. 16m).

1956 : Exploitation du barrage concédée à EDF par l’État pour une durée de 50 ans*.

1986 : Installation d’un système de franchissement du barrage dédié aux saumons (ascenseur).

1989 : Création de l’association Loire grands migrateurs (Logrami), qui se donne pour objectifs la restauration et la gestion des poissons migrateurs de la Loire.

1994 : SOS Loire Vivante obtient l’abandon du projet de barrage sur Serre de la Fare qui débouche sur le Plan Loire Grandeur Nature : les barrages de Maisons Rouges et de Saint-Étienne de Vigan seront supprimés ; la pêche sportive du saumon se voyant interdite sur l’Allier, plusieurs centaines de pêcheurs se réunissent à l’appel de Jean-Claude Chavaillon pour une ouverture sauvage et médiatique de la pêche.

1996 : EDF annonce au ministère de l’Industrie son intention de renouveler sa concession sur le barrage de Poutès.

1996 (avril) : Création d’une station innovante de contrôle et d’observation des saumons à Vichy.

2000 : Établissement d’un accord de principe entre EDF et l’administration pour le renouvellement de la concession sur le barrage de Poutès.

2001 : Mise en place de la plus grande salmoniculture d’Europe à Chanteuges, à l’initiative du ministère de l’Environnement, et création du Conservatoire national du saumon sauvage.

2003 : Remise de l’étude d’impact d’EDF pour avis des maires et de l’État sur le renouvellement de la concession du barrage de Poutès ; celle-ci étant considérée incomplète, EDF est mise en demeure de la compléter.

2003 (mai) : Saisine du ministère de l’Écologie par SOS Loire Vivante, soutenue par une trentaine d’associations locales sur le dossier du renouvellement de la concession EDF de Monistrol d’Allier.

2004 (janvier) : Formation d’un collectif national d’associations et lancement d’une campagne nationale pour le démantèlement du barrage de Poutès.

2004 (mai) : Lancement d’une pétition par le WWF-France, en partenariat avec la chaîne de magasins Nature et découvertes, afin de soutenir le démantèlement du barrage de Poutès.

2005 (octobre) : Remise du rapport commanditée par la DIREN-Centre auprès du GRISAM sur le complexe hydroélectrique de Poutès-Monistrol ; inauguration d’un parc éolien sur le plateau d’Ally-Mercœur.

2005 (novembre) : Sortie du film-documentaire Un barrage contre les saumons (réal. D. Roche/durée : 14mn).

2006 (printemps) : Remise de la première phase de l’étude énergétique et économique commanditée par le WWF auprès du bureau d’études Énergies demain.

2006 (20 juin) : Démarrage de l’enquête publique pour le renouvellement de la concession du complexe hydroélectrique de Poutès.

2006 (4 juillet) : Nouvelle demande de saisine du ministère de l’Écologie par SOS Loire Vivante sur le dossier du renouvellement de la concession EDF de Monistrol d’Allier.

2006 (5 août) : L’enquête publique donne un avis favorable, sans réserve contraignante, au renouvellement de la concession EDF sur le barrage de Poutès pour une durée de 10 ans renouvelables ; un « comité de suivi » composé d’experts est mis en place par les services de l’État.

2007 (8 et 9 mars) : Colloque organisé à Puy-en-Velay par le WWF et SOS Loire Vivante, intitulé « Des énergies renouvelables, des saumons et des hommes », en la présence du ministre de l’Écologie, avec le soutien de la Fédération nationale de pêche.

*Fin de la concession prévue le 31 décembre 2007.

19Dans ce qu’on pourrait appeler une première phase de diagnostic, la problématisation du risque s’effectue par l’entremise d’un ensemble d’équipements qui permettent de déterminer une première extension à l’alerte et lui confèrent un certain degré d’intensité. Dans l’épreuve de force qui oppose les associations de défense de la nature à l’entreprise productrice d’électricité, le rattachement de l’alerte à l’existence du complexe de Poutès-Monistrol, et en particulier au barrage de Poutès, s’effectue ainsi à travers une première étude qui renvoie au pôle scientifique de la controverse. Commanditée fin 2004 par la direction régionale de l’environnement (DIREN) de la Région Centre dans la perspective du renouvellement de la concession accordée à EDF, cette étude est réalisée par des chercheurs de l’INRA et du CEMAGREF37, associés à des ingénieurs du Conseil supérieur de la pêche (CSP)38. L’étude s’appuie en particulier sur un travail d’élaboration de scénarios par modélisation algorithmique relativement complexe, qui contribue fortement à « durcir » l’alerte, en imputant directement à l’existence du barrage de Poutès le risque encouru pour la population naturelle de saumons39. Mais l’argumentation des porte-parole d’EDF repose essentiellement sur la pluralité des obstacles rencontrés par le saumon sur la Loire, ce qui ne permet pas, à leurs yeux, de valider entièrement ces conclusions40. L’épreuve révèle ainsi l’existence d’une controverse scientifique relativement instable, liée pour partie à l’incertitude de l’état des connaissances et à leur caractère contingent.

20Le deuxième temps qui intervient dans la fabrique du risque consiste à renverser l’alerte en cherchant du côté des « solutions » possibles, c’est-à-dire vers les alternatives au danger que fait courir l’existant et des voies susceptibles d’en diminuer positivement l’incertitude. À l’initiative du WWF-France, qui porte largement la mobilisation dans le cadre d’un programme spécifique (« Rivières Vivantes »), grâce à l’un de ses représentants locaux, militant de la première heure à Serre de la Fare – pointant au passage la dimension générationnelle de l’épreuve –, une série d’études énergétiques complémentaires est engagée. Celles-ci visent directement à concurrencer l’étude d’impact remise par EDF, en se situant cette fois sur le pôle économique de la controverse. La première phase de ces études consiste à élaborer un nouveau diagnostic de la situation énergétique, en définissant puis en localisant les gisements de production locale d’électricité et d’énergies de substitution (du type biogaz, paille, bois, solaire thermique). Une seconde série d’études, commanditée au même bureau d’études, vise alors à élaborer un « plan d’action » sur la base de ces résultats, en valorisant notamment le potentiel énergétique que recouvre le développement récent d’un parc éolien à proximité du barrage41.

21Ce lobbying d’expertise, associé au « travail politique » des associations mobilisées pour le démantèlement du barrage, révèle tout son potentiel dans l’emboîtement « chic et choc » des arguments qui permettent de définir un discours militant cohérent42. L’illustration ci-dessous permet aussi de restituer cet argumentaire sous une forme à la fois plus imagée et poétique. Relayé par la presse nationale, mais surtout locale et régionale, ce discours équipe encore davantage l’alerte, et en particulier son envers, en lui associant un argument supplémentaire, qui consiste à faire valoir les retombées socio-économiques du tourisme de la pêche en cas d’un retour du saumon sauvage, appuyé cette fois par des données statistiques du CSP et les résultats d’une étude commanditée par les associations de pêche locales43. En travaillant à la réversibilité du risque, l’agencement formel de ces arguments vise alors essentiellement à discuter un argument politique de taille, renvoyant à l’emprise économique qu’exerce EDF sur la zone par l’intermédiaire du reversement des taxes professionnelles et foncières aux collectivités locales concernées, et dont les maires savent qu’un soutien au démantèlement du barrage serait mal vu d’une partie de la population.

Source : SOS Loire Vivante

22Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi « l’archaïsme de la procédure d’enquête publique », qui se déroule au cours de l’été 2006, maintenant la participation à l’échelon local, pourra être si vivement critiquée par les militants écologistes, qui souhaitent et revendiquent l’élévation du débat au niveau national. Concluant à un avis favorable au renouvellement de la concession accordée à l’entreprise productrice d’électricité pour une durée de 10 ans renouvelables sans contrainte majeure, l’enquête publique constitue aux yeux des associations mobilisées une prise modeste, sinon un modeste compromis, voire un échec44. En instituant un « comité de suivi » composé d’experts dans la perspective de produire de nouvelles études, l’enquête publique fait également apparaître l’expertise comme un enjeu de luttes symboliques pour la maîtrise et l’imposition des savoirs légitimes autour de la circonscription du risque. Si aucune des collectivités locales ne s’est prononcée contre le renouvellement de la concession, celles-ci ne le font cependant que pour des durées relativement limitées45. Par ailleurs, l’absence de prise en compte des arguments des écologistes par les directions régionales de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (DRIRE) concernées tranche singulièrement avec la position du ministère de l’Écologie, qui affiche son soutien à la cause des militants écologistes46. Si tous ces paradoxes renvoient bien à une situation d’incertitude, on peut alors se demander si, derrière le conflit d’intérêt, ne pointe pas également un « conflit de rationalité » (Trépos, 2006), opposant des conceptions radicalement différentes sur la façon d’envisager le risque et de gérer l’incertitude. Dans tous les cas, le refus d’accorder pleine et entière légitimité aux équipements d’expertise alternatifs mobilisés par les militants écologistes a pour conséquence de maintenir en partie l’épreuve de force, renvoyant la critique écologique au problème de se constituer en référence à une valeur (plus) générale.

Les prises incertaines de la critique écologique

23Prélude à l’engagement de nouvelles controverses, les conclusions de l’enquête publique doivent en effet attirer l’attention sur l’enjeu que constitue la capacité de « montée en généralité », selon la formule consacrée (Boltanski, Darré, Schiltz, 1984), des revendications écologiques autour du barrage de Poutès. À cet égard, on dit souvent que les mobilisations environnementales rencontrent une limite du fait de leur confinement local, qui réduit la critique à l’expression d’un particularisme de type « NIMBY » (Not In My BackYard) (Lolive, 1997). S’il est possible d’envisager la critique écologique selon un régime de justification en public qui se superpose au régime du proche – comme on l’a vu dans l’exemple des surfeurs –, tout en composant entre les grandeurs (Lafaye, Thévenot, 1993), le problème demeure celui du passage de l’épreuve de force à l’épreuve de légitimité, et vice-versa, en l’absence de véritable « "septième" cité » (Latour, 1995), c’est-à-dire de toute convention d’équivalence clairement identifiée ou identifiable a priori dans le domaine environnemental (Trom, 1999). La conception de l’expertise esquissée plus haut signale à cet égard une voie originale, qui peut éventuellement permettre de surmonter ce dilemme. Ainsi, entre l’engagement des corps et la référence à un dispositif, les prises sont enveloppées à l’infini dans les plis du social, dont l’actualisation constitue, pour chaque cas, la possibilité d’une mesure concrète47. C’est pourquoi, dans le cas du barrage de Poutès (hybride « sociotechnique » par excellence), l’élargissement du collectif à d’autres non-humains (les saumons, la rivière, hybrides « socionaturels ») implique déjà virtuellement une forme de « montée en généralité » de la critique ; et on a vu comment celle-ci était effectivement rendue possible à travers l’appropriation des jugements d’experts par les militants écologistes. Toute tentative de généralisation en matière de risque, et en particulier de risque environnemental, semble dès lors renvoyée à des processus de déterritorialisation-reterritorialisation, comme à une « distance critique entre deux êtres »48, qui oscille en permanence entre épreuves de force et de légitimité, et cessent sans arrêt (mais ne cessent pas, à la différence du bien commun conventionnel visé par l’acte d’engagement) de générer des prises et des repères au cours de chaque épreuve.

24Particulièrement sollicités par les écologistes durant la campagne de démantèlement du barrage, les relais médiatiques contribuent fortement à la diffusion de l’alerte. Toutefois, ceux-ci peinent à en rendre compte de manière satisfaisante lorsqu’ils recouvrent par des déterminations les indéterminations essentielles liées à l’incertitude, qui tendent à figer les controverses ; ce qui peut aussi induire une vision en trompe l’œil de l’événement49. Dans le cas du barrage de Poutès, l’actualisation des différents pôles de la controverse qui entourent l’épreuve renvoie ainsi à de multiples points de repères en construction, pouvant signaler autrement la possibilité d’une prise commune de la critique sur l’environnement50. En ce cas, les opérations critiques sur lesquelles repose la « communication des événements » entre eux au voisinage de l’épreuve renvoient également à d’autres épreuves, antérieures, parallèles et à venir, qui peuvent elles-mêmes s’inscrire dans d’autres séries d’épreuves. Dès lors, en établissant des points de coordonnées réciproques entre événements, l’analyse des controverses permet d’envisager d’autres agencements possibles autour du problème et de définir une cartographie à la fois plus large et plus précise du risque encouru, réel ou supposé, mobilisant au passage des équipements très divers. Dans le cas présent, l’analyse de la controverse qui se développe à partir du barrage de Poutès permet d’esquisser au moins trois pistes pour une prise commune possible de la critique écologique :

25- La première d’entre elles consiste à mettre en relations le cas singulier du barrage avec d’autres barrages. Cette démarche repose sur la mise en parallèle de données caractéristiques des hybrides, orientée vers un succès juridique et technique, qui produit une « synthèse connective » des séries d’épreuves. Aussi en va-t-il des barrages de Vezins et de La Roche-qui-Boit sur la Sélune, près du Mont-Saint-Michel, faisant également l’objet d’un renouvellement de concession EDF, ainsi que d’un projet de barrage sur le Rizzanese, en Corse du Sud, déclaré récemment d’utilité publique par un décret interministériel, dont ANPER-TOS, très active sur ce dossier, a demandé l’annulation auprès du Conseil d’État, bien que ce dernier en ait finalement autorisé la construction – la revue de l’association constituant l’un des principaux supports de cette controverse, au même titre qu’elle peut se ramener directement à l’un des lieux du débat51. Cette perspective permet en outre de souligner l’existence d’un versant risque-sécurité dans l’alerte, faisant également controverse, qui renvoie aux rehaussements successifs du barrage de Poutès, non prévus à l’origine, et donc à sa vétusté potentielle, concernant directement cette fois le ministère de l’Industrie52. À travers la mise en parallèle de situations actuelles, la définition d’un pendant positif au regard d’autres épreuves singulières permet ainsi d’enrichir l’épreuve et de donner des arguments et une puissance supplémentaires à la critique.

26- Une deuxième piste renvoie à l’élargissement du diagnostic par corrélation de la réversibilité de l’alerte à l’application du droit européen, selon un succès tactique, qui produit une « synthèse conjonctive » des séries d’épreuves. Le vote récent d’une directive cadre européenne sur l’eau, indiquant plusieurs objectifs à suivre en matière d’environnement, afin d’atteindre le « bon état écologique » d’ici 2015, incite actuellement les États membres de l’Union européenne à modifier leur législation53. Dans cette perspective, et face notamment aux intérêts puissants de l’hydraulique électrique en France, la critique écologique tendrait davantage à se déplacer d’une scène de revendication nationale vers une scène de revendication internationale. Dans le cas du barrage de Poutès, ce décloisonnement de la critique invite à ne pas séparer l’émergence de revendications locales de l’existence de contraintes d’ordre international, renvoyant à un processus de trans-nationalisation qui apparaît comme de plus en plus fréquent dans les mobilisations à caractère écologique (Dezalay, 2007 ; Ollitrault, 2004). Bénéficiant des relais du WWF, mais aussi du European Rivers Network (ERN), dont SOS Loire-Vivante est le siège en France, la mobilisation autour du barrage de Poutès trouverait dès lors ici sans nul doute à développer un potentiel critique déjà largement éprouvé par ailleurs.

27- Enfin, une troisième possibilité de prise commune apparaît avec l’appel au précédent : c’est le critère de réussite éthique ou « esthétique », qui produit une « synthèse disjonctive » (ou « disjonction incluse ») des séries d’épreuves. Sans doute est-ce là où la généalogie de l’alerte manifeste le plus clairement son caractère sériel et souligne le mieux l’existence d’une temporalité spécifique à l’œuvre dans les épreuves. En résonance avec la première piste esquissée plus haut, le précédent constitue en effet comme « l’élément paradoxal » à l’intérieur de la série, capable d’infléchir les épreuves du présent et à venir, en instaurant une distance critique à l’égard des épreuves du passé. De ce point de vue, les revendications des écologistes sur le complexe de Poutès-Monistrol peuvent également trouver leur sens dans un alignement sur le précédent que constitue la suppression des barrages de Maisons Rouges, sur la Vienne, bâti dans les années 1920 et détruit en 1998, et de Saint-Étienne de Vigan, situé également sur l’Allier, dont les premières traces de construction dataient de la fin du XIXe siècle, et qui fut définitivement supprimé en 1999, suite à son inscription au Plan Loire Grandeur Nature. Au moment où s’organise une nouvelle concertation, l’inscription du barrage de Poutès dans le cadre du plan voté par le gouvernement constituerait alors, à l’évidence, pour les militants écologistes, le plus sûr moyen de contrebalancer l’influence locale d’EDF exercée sur les élus et les populations par son emprise économique.

28Au-delà de ces barrages, l’appel au précédent permet de situer les revendications actuelles sur le barrage de Poutès dans une filiation étroite avec les mobilisations antérieures sur le barrage de Serre de la Fare, point de départ à la définition du Plan Loire Grandeur Nature, et qui avaient fait du saumon (Salmo salar) leur emblème. Explicite et récurrent durant la campagne menée pour le démantèlement du barrage de Poutès par les associations de défense de la nature, l’appel au précédent, comme vecteur jurisprudentiel de réversibilité dans l’alerte54, renverrait ainsi la critique écologique à une dimension proprement « esthétique », ou à une généalogie du symbole, un « cristal de temps » reflétant, comme en un miroir (ou une rivière…), la double présence-absence du risque. Quand on sait qu’il existe en Europe un grand nombre de barrages du même type, si celui de Poutès devait disparaître à court ou moyen terme, il n’est pas à douter alors que cette épreuve puisse à son tour faire référence – non pas « école » mais plutôt « réseau » donc –, en se constituant comme le précédent le plus actuel à l’intérieur d’une série en cours de détermination, qui deviendrait par-là même signifiante ou donatrice de sens pour d’autres épreuves à venir.

Conclusion

29Ce petit essai de « mathématiques récréatives » montre que la cartographie du risque est complexe, consistant à dresser de proche en proche le portrait de séries d’épreuves aux contours multiples, qui parfois se recoupent et se superposent, pour former une sorte d’écheveau, toujours très labile, sujet à de nombreuses controverses55. Aussi y a-t-il dans la critique écologique qui s’enveloppe et se développe autour et à partir du barrage de Poutès une relation de proximité évidente entre l’alerte et la crise, qui renvoie à deux figures limites : d’un côté, la « prophétie de malheur », de l’autre, la violence politique (Chateauraynaud, Torny, 1999, pp. 74-75). Dans un cas, l’alerte émet un signe à une puissance d’action (« il faut faire quelque chose ») ; dans l’autre, elle appelle une construction politique et un fort engagement de l’État. Au-delà d’une logique de désectorisation propre à la crise politique (Dobry, 1986), qui peut se rapporter de près aux « crises » liées aux risques collectifs, la généalogie de l’alerte sur le barrage de Poutès incite à mettre en exergue l’existence d’autres épreuves, des épreuves de qualification, qui font du passage de l’épreuve de force à l’épreuve de légitimité, ou plutôt de la rencontre des plis et des repères, l’enjeu essentiel d’une prise commune de la critique. Dans le même temps, apparaissent des foyers extrêmement diversifiés de production d’expertise, émanant aussi bien de l’État que de la société civile, rappelant au passage ce qui pouvait apparaître de manière ironique, par exemple, dans les mobilisations contre l’alcool au volant (Gusfield, 1981), où un large recours au registre du savoir expert existait déjà. Le « contre-pouvoir » auquel prétend le collectif d’associations mobilisées dans le cas du barrage de Poutès semble à cet égard très lié à des activités de « cadrage » (Céfaï, Trom, 2001), de mise en mots et de mise en formes du problème, auquel les écologistes tentent de trouver réponse par l’intermédiaire d’autres « visions du monde » (Trépos, 2007). Dans ces conditions, ressort l’existence de rapports de force structurels qui, sans aller jusqu’à déterminer entièrement les épreuves, ne peuvent également qu’influencer le déploiement des controverses, dans un sens comme dans l’autre. En ce cas, le maintien et le renouvellement d’un horizon temporel peuvent apparaître comme autant de manières de lutter contre l’usure narrative d’une critique déjà ancienne.

30Ainsi, ce qu’on appelle d’ordinaire le « local » devient le lieu déterritorialisé d’une multiplicité de rencontres à travers lesquelles s’enchaînent les épreuves et d’où émerge l’événement. Dans l’ensemble des exemples retenus, c’est sans doute là que la référence à la pensée deleuzienne, qui traverse, comme on a essayé de le suggérer tout au long de cet exposé, un peu à la manière d’une taupe, les différentes approches pragmatiques convoquées pour l’occasion, exprime le plus son potentiel sociologique, en développant une image de la pensée inséparable d’une pensée en actes de la politique et de la société, et de leurs liaisons singulières56. Le social y apparaît ainsi inséparable d’un entre-deux du politique, idéal et concret, à la fois stable et instable, sûr et incertain, organisé et résistant ; une plasticité dont le ressort principal n’est autre que l’innovation (ou l’équipement « nouveau ») qui saura le mieux s’adapter à la contingence des événements – « cette pliure à partir de laquelle plus rien n’est pas pareil » (Bensa, Fassin, 2002, p. 11). La fabrique du risque, qui transite par la critique écologique, apparaît dès lors intimement liée à celle de l’environnement lui-même et à la définition d’une continuité symbolique ponctuelle, qui se développe à la surface des choses ; à une synthèse de l’hétérogène, ou un « feuilletage d’épreuves », se constituant à un moment donné en référence concrète à l’action, et qui confère ce qu’il faut bien appeler un « devenir-politique » aux épreuves de force57. Alliant, selon les cas, des formes de contenu et d’expression multiples et variées, l’expertise y apparaît autant comme un révélateur d’épreuves en tout genre que de luttes pour l’appropriation des savoirs légitimes qui s’organisent autour de la circonscription du risque et de l’émergence d’espaces sociaux aux contours inédits. Si le redoublement des équipements d’expertise induit par moments la formation de contre-expertises qui cherchent à mettre en question les intérêts du pouvoir en place en leur opposant des équipements alternatifs, celles-ci n’en renvoient pas moins à un même processus de politisation.

Haut de page

Bibliographie

Barbier (Rémi), Trépos (Jean-Yves), « Humains et non-humains : un bilan d’étape de la sociologie des collectifs », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 1 (1), 2007, pp. 35-58.

Barthe (Yannick), Gilbert (Claude), « Impuretés et compromis de l’expertise, une difficile reconnaissance. À propos des risques collectifs et des situations d’incertitude », in Dumoulin (Laurence), La Branche (Stéphane), Robert (Cécile), Warin (Philippe) (dir.), Le recours aux experts. Raisons et usages politiques, Grenoble, PUG, 2005, pp. 43-62.

Barthe (Yannick), Lemieux (Cyril), « Quelle critique après Bourdieu ? », Mouvements, n°24, novembre-décembre 2002, pp. 33-38.

Barthélémy (Carole), « Les savoirs locaux : entre connaissance et reconnaissance », VertigO, vol. 6 (1), juin 2005, pp. 59-64.

Beck (Ulrich), Risikogesellschaft. Auf dem Weck in eine andere Moderne, Frankfurt, Suhrkamp, 1986.

Bensa (Alban), Fassin (Éric), « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n°38, mars 2002, pp. 5-20.

Bessy (Christian), Chateauraynaud (Francis), Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié, 1995.

Boltanski (Luc), Chiapello (Ève), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Boltanski (Luc), Darré (Yann), Schiltz (Marie-Ange), « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, n°51, 1984, pp. 3-40.

Boltanski (Luc), Thévenot (Laurent), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

Callon (Michel), Lascoumes (Pierre), Barthe (Yannick), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, 2001.

Callon (Michel), Rip (Alain), « Humains, non-humains, morale d’une coexistence », in Kalaora (Bernard), Theys (Jacques) (dir.) La terre outragée. Les experts sont formels !, Paris, Autrement, 1992, pp. 140-156.

Céfaï (Daniel), Trom (Danny) (dir.), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans les arènes publiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001.

Chateauraynaud (Francis), Torny (Didier), Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

Comby (Jean-Baptiste), Terral (Philippe), Weisbein (Julien), « Les surfeurs face à la pollution du Prestige : une perspective en termes de monde social », Communication à la journée d’études LaSSP/CERVL, Les mobilisations locales face à la pollution du Prestige, IEP de Bordeaux, 15 novembre 2005.

Crespin (Renaud), « Drogues et sécurité routière. Changement politique ou nouvel usage des instruments ? », Revue française de science politique, vol. 56 (5), octobre 2006, pp. 813-836.

Cusset (François), French Theroy. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis (1ère éd. 2003), Paris, La Découverte, 2005.

Deleuze (Gilles), Logique du sens, Paris, Minuit, 1969.

Deleuze (Gilles, Foucault, Paris, Minuit, 1986.

Deleuze (Gilles), Le Pli. Leibniz et le baroque, Paris, Minuit, 1988.

Deleuze (Gilles), Pourparlers, Paris, Minuit, 1990.

Deleuze (Gilles), L’abécédaire de Gilles Deleuze (enregistré en 1988 – 3 DVD), Paris, Éditions Montparnasse, 2004.

Deleuze (Gilles), Parnet (Claire), Dialogues (1ère éd. 1977), Paris, Flammarion, 1996.

Delmas (Corinne), « Pour une définition non-positiviste de l’expertise (note de travail) », in Dammame (Dominique), Ribemont (Thomas) (dir.), Expertise et engagement politique, Paris, L’Harmattan, 2001, pp. 11-43.

Descola (Philippe), « Par-delà la nature et la culture », Le Débat, n°113-114, mars-avril, 2001, pp. 86-101.

Descola (Philippe), « Décrire, comprendre, expliquer », in Changeux (Jean-Pierre) (dir.), La vérité dans les sciences, Paris, Odile Jacob, 2003, pp. 83-92.

Dezalay (Yves), « De la défense de l’environnement au développement durable. L’émergence d’un champ d’expertise des politiques européennes », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 166-167, 2007, pp. 67-79.

Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la FNSP, 1986.

Dodier (Nicolas), Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Presses de la MSH, 2003.

Dodier (Nicolas), « Agir dans l’histoire. Réflexions issues d’une recherche sur le sida », in Laborier (Pascale), Trom (Danny) (dir.), Historicités de l’action publique, Paris, PUF, 2003b, pp. 329-345.

Dumoulin (Laurence), La Branche (Stéphane), Robert (Cécile), Warin (Philippe) (dir.), Le recours aux experts. Raisons et usages politiques, Grenoble, PUG, 2005.

Estades (Jacqueline), Rémy (Élisabeth), « Les figures du "profane" dans l’évaluation des risques », in Ihl (Olivier) (dir.), Les « sciences » de l’action publique, Grenoble, PUG, 2006, pp. 205-218.

Ewald (François), « L’expertise, une illusion nécessaire », in Kalaora (Bernard), Theys (Jacques) (dir.), La terre outragée. Les experts sont formels !, Paris, Autrement, 1992, pp. 204-209.

Fischer (Frank), Citizens, Experts and the Environment. The Politics of Local Knowledge, Durham and London, Duke University Press, 2000.

Fritsch (Philippe), « Situations d’expertise et « expert-système » », in CRESAL, Situations d’expertise et socialisation des savoirs, Actes de la table ronde des 14 et 15 mars 1985, Saint-Étienne, 1985, pp. 15-47.

Fromentin (Thomas), Wojcik (Stéphanie) (dir.), Pratiques scientifiques et sociales du profane, Paris, L’Harmattan, 2007 (à paraître).

Gaïti (Brigitte), « La science dans la mêlée : usages croisés des discours savants et militants », in Hamman (Philippe), Méon (Jean-Matthieu), Verrier (Benoît) (dir.), Discours savants, discours militants : mélange des genres, Paris, L’Harmattan, 2002, pp. 293-309.

Giddens (Anthnoy), The Consequences of Modernity, Oxford, Polity Press/Blackwell and Stanford University Press, 1990.

Gilbert (Claude), « La fabrique des risques », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 114, 2003, pp. 55-72.

Gramaglia (Christelle), “River Sentinels. Finding a Mouth for the Lot River”, in Latour (Bruno), Weibel (Peter) (dir.), Making Things Public. Atmospheres of Democracy, Karlsruhe/Cambridge, Ma., et Londres, ZKM/MIT Press, 2005, pp. 478-481.

Gramaglia (Christelle), La mise en cause environnementale comme principe d’association. Casuistique des affaires de pollution des eaux : l’exemple des actions en justice intentées par l’Association Nationale de Protection des Eaux et Rivières, Thèse pour le doctorat de sociologie, École des Mines de Paris, 2006.

Gros (Frédéric), « Le Foucault de Deleuze : une fiction métaphysique », Philosophie, n°47, 1995, pp. 53-63.

Guibert (Laurent), L’univers du surf et stratégies politiques en Aquitaine, Paris, L’Harmattan, 2006.

Gusfield (Joseph R.), The Culture of Public Problems. Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, University of Chicago Press, 1981.

Habermas (Jürgen), La science et la technique comme « idéologie » (1963), trad. J.-R. Ladmiral, Paris, Gallimard, 1978.

Hassenteufel (Patrick), Rasmussen (Jane), « Le(s) territoire(s) entre le politique et les politiques. Les apports de la science politique », in Pagès (Dominique), Pélissier (Nicolas) (dir.), Territoires sous influence/1, L’Harmattan, 2000, pp. 59-82.

Lafaye (Claudette), Thévenot (Laurent), « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de sociologie, n°34, 1993, pp. 495-524.

Lapoujade (David), William James. Empirisme et pragmatisme, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2007.

Lascoumes (Pierre), L’écopouvoir. Environnement et politique, Paris, La Découverte, 1994.

Lascoumes (Pierre), « La précaution comme anticipation des risques résiduels et hybridation de la responsabilité », L’année sociologique, vol. 46 (2), 1996, pp. 359-382.

Lash (Scott), Szerszynski (Bronislaw), Wynne (Brian) (dir.), Risk, Environment and Modernity, London, Sage, 1999.

Latour (Bruno), « Pasteur et Pouchet : hétérogenèse de l’histoire des sciences », in Serres (Michel) (dir.), Éléments d’histoire des sciences, Paris, Bordas, 1989, pp. 423-445.

Latour (Bruno), « Moderniser ou écologiser ? À la recherche de la "septième" cité », Écologie politique, n°3, printemps 1995, pp. 5-27.

Latour (Bruno), Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, 1999.

Latour (Bruno), Pasteur : guerre et paix des microbes suivi de Irréductions (1ère éd. 1984), Paris, La Découverte, 2001.

Latour (Bruno), Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Lolive (Jacques), « La montée en généralité pour sortir du Nimby. La mobilisation associative contre le TGV Méditerranée », Politix, n°39, 1997, pp. 109-130.

Mathieu (Lilian), « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’analyse des mouvements sociaux », Revue française de science politique, vol. 52 (1), février 2002, pp. 75-100.

Merchiers (Jacques), Pharo (Patrick), « Éléments pour un modèle sociologique de la compétence d’expert », Sociologie du travail, n°1, 1992, pp. 47-63.

Milon (Alain), « Cartes inconnues : approche philosophique de la cartographie », in Pagès (Dominique), Pélissier (Nicolas) (dir.), Territoires sous influence/1, Paris, L’Harmattan, 2000, pp. 145-172.

Nachi (Mohamed), Introduction à la sociologie pragmatique, Paris, Armand Colin, 2006.

Ollitrault (Sylvie), « Science et militantisme : les transformations d’un échange circulaire. Le cas de l’écologie française », Politix, n°36, 1996, pp. 141-162.

Ollitrault (Sylvie), « Les écologistes français, des experts en action », Revue française de science politique, vol. 51 (1-2), février/avril 2001, pp. 105-130.

Ollitrault (Sylvie), « Des plantes et des hommes. De la défense de la biodiversité à l’altermondialisme », Revue française de science politique, vol. 54 (3), juin 2004, pp. 443-463.

Passeron (Jean-Claude), Revel (Jacques), « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », in Passeron (Jean-Claude), Revel (Jacques) (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, pp. 9-44.

Piette (Albert), Le mode mineur de la réalité. Paradoxes et photographies en anthropologie, Louvain, Peeters, 1992.

Piette (Albert), « Entre l’homme et le chien. Pour une ethnographie du fait socio-animal », Socio-anthropologie, n°11, 1er semestre 2002, pp. 87-104.

Roqueplo (Philippe), Entre savoir et décision, l’expertise scientifique, Paris, INRA Éditions, 1997.

Roux (Jacques), « L’expertise en local : modalités et opérativité du connaître par accointance en situation de risque ou de catastrophe », in Dumoulin (Laurence), La Branche (Stéphane), Robert (Cécile), Warin (Philippe) (dir.), Le recours aux experts. Raisons et usages politiques, Grenoble, PUG, 2005, pp. 427-445.

Rudolf (Florence), « Deux conceptions divergentes de l’expertise dans l’école de la modernité réflexive », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 114, 2003, pp. 35-54.

Serres (Michel), Éclaircissements. Cinq entretiens avec Bruno Latour, Paris, Éditions François Bourin, 1992.

Siméant (Johanna), « Friches, hybrides et contrebandes : sur la circulation et la puissance militantes des discours savants », in Hamman (Philippe), Méon (Jean-Matthieu), Verrier (Benoît) (dir.), Discours savants, discours militants : mélange des genres, Paris, L’Harmattan, 2002, pp. 17-53.

Thévenot (Laurent), L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte, 2006.

Traïni (Christophe), « Dispositifs de sensibilisation et jeux d’émotions dans les mobilisations collectives », Communication au séminaire général du CRAPE, IEP de Rennes, 9 novembre 2007.

Trépos (Jean-Yves), La sociologie de l’expertise, Paris, PUF, 1996.

Trépos (Jean-Yves), « De quelques modes d’existence de la philosophie dans les sciences sociales. Promenade épistémologique », Le Portique, n°7, 1er semestre 2001, pp. 137-172.

Trépos (Jean-Yves), « L’équipement politique des passions », Le Portique, n°13-14, 2ème semestre 2004, pp. 43-58.

Trépos (Jean-Yves), « Savoirs professionnels et situations d’expertise », Knowledge, Work and Society/Savoir, Travail et Société, vol. 4 (2), 2006, pp. 131-153.

Trépos (Jean-Yves), “Passages Towards and Into Social Policies. A Sociology of Attachements to the Social State”, in Leonardi (Laura) (dir.), A Sociology of Europe: Barriers, Bridges and Tunnels in the European Democracies, Firenze, Florence University Press, 2007 (à paraître).

Trépos (Jean-Yves), Bernat (Valérie), Barisel (Henri), « Expertise de tracés et traçabilité de l’expertise », Métropolis, n°108/109, 2002, pp. 105-112.

Trom (Danny), « De la réfutation de l’effet NIMBY considérée comme une pratique militante. Notes pour une approche pragmatique de l’activité revendicative », Revue française de science politique, vol. 49 (1), février 1999, pp. 31-50.

Vinck (Dominique), Sciences et société. Sociologie du travail scientifique (1ère éd. 1995), Paris, Armand Colin, 2007.

Zourabichvili (François), Deleuze. Une philosophie de l’événement (1ère éd. 1994), Paris, PUF, 1996.

Zourabichvili (François), Le vocabulaire de Deleuze, Paris, Ellipses, 2003.

Haut de page

Notes

1 Ce papier est la version remaniée d’une communication à la Graduate Conference du European Consortium for Political Research (ECPR) qui s’est tenue à l’Université d’Essex du 7 au 9 septembre 2006. Je tiens tout particulièrement à remercier O. Piriou, J.-Y. Trépos et J. Weisbein pour la gentillesse qu’ils ont eu de bien vouloir relire des versions antérieures de ce texte en français ainsi que pour l’intelligence et la pertinence de leurs remarques.
2 L’ouvrage paru récemment de M. Nachi (2006), qui insiste sur certains travaux, en particulier ceux de L. Boltanski, inaugure à cet égard une étape importante et sans doute prometteuse vers la constitution d’une référence commune à ces approches dans le paysage sociologique français contemporain.
3 Comme toutes les étiquettes, celle qu’on prête aux « sociologies pragmatiques » (Barthe, Lemieux, 2002) peut ainsi paraître assez arbitraire. D’ailleurs, comme le dit M. Nachi (2006), « la sociologie a beau construire des modèles perfectionnés, elle reste toujours la science de l’inachèvement et, par voie de conséquence, elle demeure elle-même inachevée. C’est ce principe épistémologique et éthique qui, nous semble-t-il, devrait demeurer le précepte de la sociologie pragmatique » (p. 212).
4 L’exploration de cette filiation implique aussi plus largement en France la relecture d’auteurs contemporains dits parfois « post-phénoménologiques » ou « post-structuralistes », à rebours notamment de « l’affaire Sokal », qui avait rétrospectivement permis de pointer du doigt leur étrange réception aux États-Unis (Cusset, 2005), au moment même où l’on célébrait en Europe le « retour aux Lumières » et aux « "gros concepts, aussi gros que des dents creuses" » (p. 328, citant Deleuze).
5 En effet, comme le dit F. Zourabichvili (2003), « nous ne connaissons pas encore la pensée de Gilles Deleuze » (p. 3). Afin d’étayer cette hypothèse, on s’appuiera sur la figure de la « taupe philosophique », chère à Marx, reprise et développée par J.-Y. Trépos (2001), particulièrement adaptée, selon nous, à un usage en notes de bas de page. Ainsi, on sait que la philosophie deleuzienne est hantée par le « non-philosophique », dont on peut faire l’hypothèse sous-jacente qu’elle tire une large part de ses virtualités dans d’autres régions de la pensée, ou comme le dit Deleuze lui-même (1996), « beaucoup d’autres disciplines qui en reprennent la fonction » (p. 21).
6 Selon l’expression de Deleuze (1996), la ligne étant fuite et à elle-même sa propre fuite : ainsi, « fuir, c’est tracer une ligne, des lignes, toute une cartographie » (p. 47) ; et Deleuze de préciser que « ce que nous appelons de noms divers – shizo-analyse, micro-politique, pragmatique, diagrammatique, rhizomatique, cartographie – n’a pas d’autre objet que l’étude de ces lignes, dans des groupes ou des individus » (p. 153).
7 Par société civile, j’entends l’ensemble des minorités agissantes en marge du champ du pouvoir.
8 Plus largement, l’« extension relationniste » (Vinck, 2007, p. 197) que fait subir la sociologie de l’acteur-réseau au principe de symétrie défini dans le programme « fort » de la sociologie des sciences invite à tenir compte aussi bien des réussites que des échecs scientifiques, c’est-à-dire quelque que soit le résultat, mais aussi à rendre compte, dans les mêmes termes, des aspects techniques et sociaux (symétrie nature/société). De là découlent deux autres principes, qui consistent, d’une part, à donner la parole aux entités « non-humaines » (symétrie humain/non-humain), et d’autre part, à « suivre les épreuves » qui génèrent des asymétries entre acteurs (principe des associations).
9 En ce cas, comme le résument R. Barbier et J.-Y. Trépos (2007), « la dynamique des mondes et des formats nous invite à élaborer une sociologie politique des objets, au double sens suivant : politisation comme mise en compatibilité des personnes et des choses avec des exigences socialement légitimes ; politisation comme engagement de forces, lutte structurée autour d’une distribution inégale des contraintes et des bénéfices, des avantages et des inconvénients » (p. 54).
10 Dans la sociologie développée par F. Chateauraynaud et D. Torny (1999), la série (concept emprunté à Deleuze (1969), dont la réflexion irrigue l’ouvrage comme une référence souterraine) désigne une épreuve « à travers laquelle s’actualisent les contraintes pragmatiques et les contraintes configurationnelles » qui entourent l’alerte : ainsi, « parce qu’elle est d’issue incertaine, toute épreuve peut créer un précédent ou, si l’on veut, une expérience marquante capable d’infléchir les épreuves ultérieures. C’est dire que chaque épreuve contient en germe les épreuves futures, contribue à configurer la série » (p. 88). Chez Deleuze (1969), toute série est l’inclusion d’au moins deux séries : « la forme sérielle est donc essentiellement multisérielle » (p. 50), et traversée par « trois sortes de synthèse : la synthèse connective (si…, alors), qui porte sur la construction d’une seule série ; la synthèse conjonctive (et), comme procédé de construction de séries convergentes ; la synthèse disjonctive (ou bien) qui répartit les séries divergentes » (pp. 203-204). Dans cette perspective, l’épreuve est d’abord à entendre comme épreuve de force qui peut (ou non) passer à l’état d’épreuve de légitimité, et atteindre (ou non) l’état de « grand », pour reprendre ici le vocabulaire des économies de la grandeur (Boltanski, Thévenot, 1991). Toutefois, comme le dit B. Latour (2001), « c’est parce qu’une chose n’est pas, par elle-même, réductible ou irréductible à une autre, qu’il n’y a que des épreuves (de force). En effet, ce qui n’est jamais ni réductible, ni irréductible, il faut bien l’éprouver, le rapporter, le mesurer constamment » (p. 243). C’est pourquoi, « de même, comme dit Deleuze (1996), il n’y a pas dualisme entre deux plans d’organisation transcendante et de consistance immanente : c’est bien aux formes et aux sujets du premier plan que le second ne cesse d’arracher les particules entre lesquelles il n’y a plus que des rapports de vitesse et de lenteur, et c’est aussi sur le plan d’immanence que l’autre s’élève, travaillant en lui pour bloquer les mouvements, fixer les affects, organiser des formes et des sujets » (p. 160). Cet « empirisme transcendantal » (qui est aussi un « empirisme radical » lié à une problématique de la littéralité chez Deleuze) n’est pas, en ce cas, sans entretenir des rapports étroits avec le pragmatisme d’un autre philosophe, par exemple, William James (Lapoujade, 2007).
11 La perspective d’une sociologie des émotions en lien avec une problématique du risque et des mouvements sociaux connaît ainsi des développements récents et originaux en science politique, à l’instar de la construction de certains problèmes publics (Crespin, 2006) ou de l’émergence de certaines formes d’action collective (Traïni, 2007).
12 L’alerte désignant « une démarche, personnelle ou collective, visant à mobiliser des instances supposées capables d’agir et, pour le moins, d’informer le public d’un danger, de l’imminence d’une catastrophe, du caractère incertain d’une entreprise ou d’un choix technologique » (Chateauraynaud, Torny, 1999, p. 37).
13 La figure sociologique du lanceur d’alerte, proche de celle du whistleblower américain (« tireur d’alarme »), est développée par F. Chateauraynaud et D. Torny (1999, pp. 13-14 notamment). Chez L. Boltanski et È. Chiapello (1999), le déplacement s’oppose ainsi à la catégorisation qui fait passer de l’épreuve de légitimité à l’épreuve de force, ou plus simplement, maintient l’épreuve dans un rapport de forces immanent : « le déplacement est donc toujours local, événementiel et circonstancié. Il se confond facilement avec le hasard et se contente d’une réflexivité limitée. Il échappe par là à la contrainte de justification en toute généralité qui suppose la référence à un second niveau, celui précisément où se situe, dans une logique de catégorisation, la convention d’équivalence » (p. 409).
14 Expression d’usage courant dans la « sociologie des épreuves » (Lemieux), notamment chez B. Latour, actualisation emprunte directement au vocabulaire deleuzien (Deleuze, 1986), en désignant « une intégration, un ensemble d’intégrations progressives, d’abord locales, puis globales ou tendant à être globales, opérant un alignement, une homogénéisation, une sommation des rapports de force » (p. 45). Prenant appui sur le modèle de la « personne ordinaire compétente », tout en s’inspirant du « sens ordinaire de la justice », définis dans les économies de la grandeur (Boltanski, Thévenot, 1991), R. Barbier et J.-Y. Trépos (2007) conçoivent ainsi un « sens ordinaire de l’objectivité, qui rendrait compte de cette ouverture à une pluralité de modes de saisie des objets en fonction des contraintes pragmatiques de l’action » (p. 44).
15 Plus précisément, selon C. Bessy et F. Chateauraynaud (1995), « la prise est le produit de la rencontre entre un dispositif porté par la ou les personnes engagées dans l’épreuve et un réseau de corps fournissant des saillances, des plis, des interstices » (p. 239) ; dès lors, dans les relations entre les hommes et les choses, celle-ci est à entendre aussi bien comme ce qui « donne prise à » que comme ce qui « a prise sur ».
16 Ce processus ne saurait toutefois être identifié à la seule expertise des professionnels et les derniers écrits de l’auteur (Trépos, 2006), à partir d’une relecture originale des travaux d’Eliot Freidson, insistent bien sur le caractère différencié du processus de politisation, ou plus exactement, sur « une diversité de formes de politisation de l’expertise », qui coexistent dans l’événement, à la fois « professionnelle », « occupationnelle » et « amateure » (p. 147).
17 Ne présupposant aucune « métaphysique de la liberté », cette approche met ainsi dos-à-dos les conceptions de « l’acteur-stratège » et de « l’agent-disposé à », pour leur substituer et privilégier la notion d’actant (Barbier, Trépos, 2007, p. 37).
18 À cet égard, les concepts d’événement et d’équipement pourraient être rapprochés de ceux de « diagramme » et de « dispositif » dans la lecture que Deleuze (1986) propose de Foucault (Gros, 1995). En ce cas, l’articulation des concepts de politisation et de cristallisation n’est pas non plus sans rappeler celle de l’actuel et du virtuel chez Deleuze (1996), que ce dernier précise dans un texte ultime : « le rapport de l’actuel et du virtuel constitue toujours un circuit, mais de deux manières : tantôt l’actuel renvoie à des virtuels comme à d’autres choses dans de vastes circuits, où le virtuel s’actualise, tantôt l’actuel renvoie au virtuel comme à son propre virtuel, dans les plus petits circuits où le virtuel cristallise avec l’actuel […]. Dans tous les cas, le rapport de l’actuel et du virtuel n’est pas celui qu’on peut établir entre deux actuels. Les actuels impliquent des individus déjà constitués, et des déterminations par points ordinaires ; tandis que le rapport de l’actuel et du virtuel forme une individuation en acte ou une singularisation par points remarquables à déterminer dans chaque cas » (p. 185).
19 L’expertise pouvant également se laisser déduire, dans une perspective davantage foucaldienne, comme une « objectivité de substitution », qui construit l’environnement face à une nature en péril réputée objective (Ewald, 1992).
20 Avec tout ce que le terme peut comporter de religiosité ordinaire, bien que le profane partage avec le savant des savoirs de sens commun (Merchiers, Pharo, 1992).
21 La revue, qui s’appelle au départ « Truite, Ombre, Saumon », trois espèces de salmonidés révérées par le pêcheur à la mouche, optera pour l’acronyme « TOS » en même temps que l’association élargira progressivement sa vocation de défense des rivières et des poissons à l’ensemble de l’environnement. Ainsi, ANPER-TOS fait partie des associations historiques ayant joué et jouant aujourd’hui encore un rôle important dans l’application du droit de l’environnement en France, à l’instar d’Eau et rivières de Bretagne (ERB), qui trouve également son origine dans la défense de la pêche des salmonidés contre la pollution des rivières et les élevages intensifs, engageant quant à elle une activité contentieuse à partir du milieu des années 1980.
22 À ce niveau, par exemple, on dira alors que « l’épreuve est toujours une épreuve de force c’est-à-dire l’événement au cours duquel des êtres, en se mesurant (imaginez un bras de fer entre deux personnes ou l’affrontement d’un pêcheur et la truite qui cherche à lui échapper) révèlent ce dont ils sont capables et même, plus profondément, ce dont ils sont faits » (Boltanski, Chiapello, 1999, pp. 73-74). Ainsi, toute une partie de l’analyse de C. Gramaglia tend à se développer sur un « mode mineur de la réalité » (au sens d’A. Piette, 1992), très proche d’une « ethnographie du fait socio-animal », telle que ce même auteur, par exemple, l’observe entre l’homme et le chien (Piette, 2002).
23 On peut aussi rapprocher cet exemple des pêcheurs d’alose sur le Rhône (Barthélémy, 2005). La vigilance des pêcheurs, sur un autre mode mineur, à travers ce qu’on pourrait appeler, à la suite de P. Descola (2001), une combinaison analogique originale de la matérialité et de l’intériorité, permet alors d’apparenter ces derniers à de véritables « porte-parole » des poissons ; de la même manière qu’on pourrait aussi dire de ceux-là, à la suite de Deleuze (1988), qu’ils constituent comme les « plis organiques » des rivières (p. 14). Ainsi, C. Gramaglia, dans l’un des chapitres de sa thèse (2006), observe à plusieurs reprises l’existence d’un rapport animal du pêcheur au poisson comme « devenir-animal » (l’incertitude de l’être aux aguets) qui semble devoir renvoyer à l’acte même de pêcher (à la mouche) comme « art des distances » (le zigzag de la mouche au-dessus de l’eau…).
24 À cet égard, ANPER-TOS travaille régulièrement avec des juristes faisant de leur militantisme un métier, tel Raymond Léost, expert bien connu du droit de l’environnement en France, ayant fait ses « premières armes » au sein d’ERB, aujourd’hui vice-président de France nature environnement (FNE).
25 Cette perspective permet en effet de recouper l’hypothèse d’un continuum entre jugements ordinaires et jugements de droit, bien que peu relevée jusqu’à présent par la sociologie, qui semble davantage s’être construite « contre », en affirmant la césure (Thévenot, 2006).
26 On notera ainsi avec intérêt et curiosité Deleuze nous dire des surfeurs qu’« ils habitent le pli de la vague » (2004, « C comme Culture »).
27 Ce qui renvoie également aux multi-usages politiques du surf en contexte local (Guibert, 2006).
28 Très spécialisés, ces équipements mobilisent des savoirs eux-mêmes extrêmement diversifiés (du type bactériologique, courantologie, droit de l’aménagement, santé publique, etc.).
29 Comme le dit très justement J. Roux (2005) à ce propos : « ni amateurs, ni profanes, ces porteurs de savoirs par accointance valident leur expertise dans l’actualisation d’une relation à un milieu menacé d’existence » (p. 427).
30 Dans les économies de la grandeur, le compromis désigne un « hybride complexe » qui associe des formes de justification auquel aucune d’entre elles ne se réduit : « la multiplication des objets composites qui se corroborent et leur identification à une forme commune contribuent ainsi à stabiliser, à frayer le compromis. Lorsqu’un compromis est frayé, les êtres qu’il rapproche deviennent difficilement détachables » (Boltanski, Thévenot, 1999, p. 340). Comme le précise alors L. Thévenot, « frayer un compromis peut être le fait d’un être humain qui favorise, en personne, le passage d’un ordre à l’autre, mais le stabiliser durablement requiert des équipements » (cité par M. Nachi, 2006, p. 179).
31 Renouant ainsi avec les traditions clinique (histoire de l’art, psychanalyse) et casuistique (morale, juridique, religieuse), cette lecture pragmatique du « social » permet alors de pointer du doigt l’idée typiquement deleuzienne selon laquelle l’événement n’est pas simple effectuation dans un état de choses mais aussi « contre-effectuation » dans le langage (Zourabichvili, 1996) ; ce qui n’est pas, évidemment, sans avoir une portée à la fois politique et épistémologique au regard des sciences sociales. Dès lors, comme le montrent A. Bensa et É. Fassin dans leur article (2002), très marqué également par le concept de série, il ne suffit pas à ces dernières « de faire le constat de l’irruption spectaculaire de l’événement, non plus que de l’écarter ; encore faut-il en construire le sens […]. La contribution spécifique des sciences sociales, c’est la construction des séries pertinentes, c’est-à-dire des séries dans lesquelles l’événement prend sens » (p. 15). La distinction entre épreuves endogènes et épreuves diffuses, par exemple, dans l’approche pragmatique développée par N. Dodier (2003b), n’est sans doute pas si éloignée non plus de cette démarche. Sur ce point, Deleuze (1990) nous dit bien qu’« il y a deux manières de considérer l’événement, l’une qui consiste à passer le long de l’événement, à en recueillir l’effectuation dans l’histoire, le conditionnement et le pourrissement dans l’histoire, mais l’autre à remonter l’événement, à s’installer en lui comme dans un devenir, à rajeunir et à vieillir en lui tout à la fois, à passer par toutes ses composantes ou singularités » (p. 231).
32 Cette partie restitue les résultats d’une enquête portant sur la campagne de démantèlement d’un barrage hydroélectrique en Haute-Loire (Auvergne) lancée en 2004 par un collectif d’associations de défense de la nature. L’enquête s’appuie en particulier sur la réalisation d’entretiens avec plusieurs membres et responsables associatifs engagés dans la mobilisation et à sa marge, ainsi que sur le dépouillage d’un corpus de textes essentiellement à base d’articles de presse, de rapports d’expertise, de documents émanant aussi bien des associations que des services de l’État et des collectivités locales impliqués dans l’épreuve.
33 On désignera dorénavant le barrage concerné de la façon suivante ; les deux autres barrages étant ceux de Saint-Préjet et Pouzas, situés sur l’Ance du Sud.
34 Ou d’« effacement », lorsqu’une stratégie d’euphémisation se justifie (cf. illustration ci-après). Parmi les associations impliquées, on compte SOS Loire Vivante, le World Wide Fund (WWF), l’Union nationale pour la pêche en France, les cinq fédérations de pêche Loire, Puy de Dôme, Haute-Loire, Lozère et Ardèche, l’Association protectrice du saumon, l’Association internationale de défense du saumon Atlantique, Agir pour l’environnement, les Amis de la terre, ou encore ANPER-TOS. D’autres associations de protection de la nature ainsi que des pêcheurs (guides de pêche ou amateurs) se joignent également au collectif.
35 Renvoyant lui-même à une large série d’épreuves, le Plan Loire Grandeur Nature est le résultat d’un contexte politique tendu qui, au début des années 1990, oppose des conceptions radicales de l’aménagement du fleuve. Arrêté quelques années plus tard par l’État, au terme d’une longue mobilisation des associations de défense de la nature, « afin de concilier la sécurité des personnes, la protection de l’environnement et le développement économique », ce plan – dont on peut rapprocher au passage le sens fonctionnel que lui donne L. Thévenot (2006) avec le sens organisationnel que lui donne Deleuze (1996, pp. 156-157 en particulier) – peut alors être considéré comme un équipement puissant (ou un « dispositif », puisque Deleuze lui associe également un sens foucaldien) de la mise en risque environnemental sur l’axe Loire-Allier. Institué en 1994 pour une durée de 10 ans, puis inclus aux contrats de plan entre l’État et les régions concernées à partir de 1999, le Plan Loire Grandeur Nature fait actuellement l’objet d’une large consultation auprès du public, afin de redéfinir ses objectifs pour la période 2007-2013.
36 Née au début du siècle passé, la pêche sportive du saumon sur le Haut-Allier constitue un facteur de développement économique indéniable à partir des années 1930, attirant pêcheurs de toutes nationalités et avec eux touristes et visiteurs, à une époque où l’on compte encore plusieurs dizaines de milliers du poisson argenté sur le bassin de la Loire (le village de Brioude, en Haute-Loire, est surnommé « capitale européenne de la pêche au saumon »). Au début des années 1990, estimant à environ une centaine la population de saumons sur l’axe Loire-Allier, la pêche sportive se voit interdite. Refusant d’imputer aux pêcheurs la disparition du saumon (pêche professionnelle, braconnage, obstacles en tout genre…), plusieurs centaines d’entre eux répondent à l’appel de Jean-Claude Chavaillon, pêcheur passionné et actuel président de la Fondation saumon, pour une réouverture sauvage et médiatique de la pêche. Entraînant avec elle comme un « glissement de terrain », cette épreuve de force débouche sur le renforcement des outils de contrôle scientifique de la population de saumons, avec en particulier la mise en place, en 1996, d’une station de contrôle et d’observation innovante à Vichy. Cet événement marque également la relance des activités de l’association Loire grands migrateurs (Logrami), qui s’était fixée lors de sa création, à la fin des années 1980, de restaurer et de gérer les populations de poissons migrateurs sur le bassin de la Loire (tels le saumon ou l’anguille, par exemple), et s’accompagne de la création, avec un large appui de la recherche, quelques années plus tard, en 2001, de la plus grande salmoniculture d’Europe (à Chanteuges), soutenue à l’époque par le ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement.
37 Institut national de la recherche agronomique ; Institut de recherche pour l’ingénierie de l’agriculture et de l’environnement.
38 Expertise du complexe hydroélectrique de Poutès-Monistrol, GRISAM, 2005. Composé essentiellement d’ingénieurs-chercheurs, le GRISAM est un groupe d’intérêt scientifique (GIS) portant sur les poissons amphihalins, c’est-à-dire capables de vivre en eau douce et en mer. Dans la mesure où cette étude exige des chercheurs la production de connaissances basées sur la science dans une perspective décisionnelle, on peut dire qu’il s’agit d’une « expertise scientifique » (au sens de P. Roqueplo, 1997).
39 Les conclusions du rapport se veulent à cet égard très explicites, énonçant comme un syllogisme de l’alerte : celles-ci commencent par rappeler que « l’étude d’impact remise par EDF n’apporte pas d’élément pertinent pour apprécier le niveau de risque que l’aménagement fait peser sur la pérennité de la population naturelle de saumon considérée sur l’ensemble de l’axe Loire-Allier » (p. 15) ; par la suite, les experts ajoutent qu’« il est incontestable que l’aménagement de Poutès-Monistrol constitue actuellement un obstacle très sérieux aux migrations des saumons » (p. 15) ; le rapport conclut alors que, « par rapport à l’objectif de minimiser le risque d’extinction du saumon du bassin Loire-Allier, l’application du principe de précaution conduit à recommander la suppression du barrage de Poutès » (p. 17). Ce type d’énoncés, souvent riches en déictiques spatio-temporels (« l’ensemble de l’axe », « actuellement », etc.), participe ainsi pleinement à la construction du risque, tout en donnant prise à la critique.
40 Aussi peut-on lire dans l’étude d’impact remise par EDF que « l’ensemble des ouvrages de franchissement de l’aménagement de Monistrol d’Allier fonctionne bien et le barrage de Poutès ne peut être considéré à lui seul comme un obstacle majeur à la migration du saumon atlantique. Il persiste toutefois des impacts résiduels » (Cf. Demande de renouvellement de la concession de l’aménagement de Monistrol d’Allier (Haute-Loire), Étude d’impact, EDF, 2002, p. 187).
41 Synthèse. Identification d’un gisement de maîtrise de la demande d’énergie et de production locale sur la zone Poutès, Énergies demain, 2006. Le barrage de Poutès produit environ 52GWh par an, soit moins de 1% de la production nationale d’électricité d’origine hydraulique, auxquels pourraient se substituer, selon le rapport, des voies énergétiques innovantes (« électricité verte »). Ainsi, le parc éolien d’Ally-Mercœur (composé de 26 éoliennes), inauguré en 2005, dispose à lui seul d’une capacité globale de production d’environ 78GWh.
42 Le slogan de l’affiche officielle soutenant la campagne pour le démantèlement du barrage en constitue sans doute la meilleure illustration : « Un grand barrage en moins, 20 éoliennes en plus… 5000 saumons sauvages de retour ! ».
43 Étude sur les potentialités économiques de la pêche sur le Haut-Allier en Haute-Loire, Sea-River, Fédération de pêche de Haute-Loire, 2005. Les retombées économiques et financières d’une réouverture de la pêche au saumon dans le Haut-Allier sont ainsi évaluées à environ un demi million d’euros par an.
44 Comme l’affirme l’un des responsables associatifs particulièrement engagés dans cette épreuve : « ce rapport précipité n’est pas du tout à la hauteur de l’enjeu. La commission a limité son rôle à celui d’une commission locale, examinant un dossier local, pour un enjeu local, refusant de prendre en compte toutes les considérations globales, tant sur la biodiversité et le saumon que sur l’énergie et les alternatives économiques, dont elle ne dit quasiment rien » (WWF, Bulletin d’infos, n°14, octobre 2006).
45 Le Conseil général de Haute-Loire ayant proposé une durée de 15 ans et la Région Auvergne de 8 ans, sans démantèlement du barrage, quand la reconduction demandée par EDF était à l’origine de 40 ans.
46 L’organisation début 2007 par le WWF et SOS Loire Vivante, avec le soutien de la Fédération nationale de pêche, d’un colloque intitulé « Des énergies renouvelables, des saumons et des hommes », largement relayé par la presse locale et régionale, s’effectue ainsi avec la complicité et « sous haut le patronage » de Nelly Olin, alors ministre de l’Écologie et du Développement Durable.
47 Ou comme le disent C. Bessy et F. Chateauraynaud (1995), « par le pli, la distance entre deux points peut varier à l’infini tout en décrivant un espace de variations permettant la mesure » (p. 289) ; et au passage de préciser l’idée de lieu commun associée aux forums hybrides. Dans cette perspective, la promesse d’un bien commun visé dans (ou garanti par) l’acte d’engagement, y compris sur un plan composé architecturalement (« plan-relief ») (voir Thévenot, 2006), ne peut se passer, nous semble-t-il, d’une cartographie (« plan-surface », qui paraît être le vrai sens du plan d’immanence chez Deleuze), ou plus précisément, d’une « topologie » (Bessy, Chateauraynaud, 1995, p. 247) qui, en pratiquant une coupe à l’intérieur du chaos, rend la prise du corps sur le monde des objets possible par le jeu du pli (autre concept emprunté à Deleuze (1988), qui inspire également cet ouvrage) : il s’agit alors, pour reprendre la formule de ces deux auteurs, de « substituer aux plis des prises » (p. 245) ; en même temps, la pliure laisse une trace qui, « à la lettre », force la mémoire à fabriquer des repères. Dès lors, la rencontre entre les plis (« replis de la matière ») et les repères (« plis dans l’âme », dirait Deleuze) rend possible l’instauration de prises communes – et donc d’une expertise commune – au voisinage des corps et des dispositifs, « permettant un apprentissage collectif et la création de nouveaux repères » (p. 252).
48 Selon la célèbre formule de Deleuze et Guattari, que reprend à son compte A. Milon (2000, p. 155) dans une approche tout à fait originale de la cartographie. Ainsi, les territoires émergent comme de « nouvelles catégories d’action publique » (Hassenteufel, Rasmussen, 2000).
49 C’est pourquoi les médias sollicités au cours de l’épreuve tendent parfois à « substantialiser » le risque, comme en témoignent certains titres d’articles de presse, même – et peut-être surtout – au moment où la controverse supporte le maximum de tension : « Barrage de Poutès : poursuivre l’exploitation ou détruire l’ouvrage ? » (Cf. L’Éveil de la Haute-Loire, 20 juillet 2006), « Barrage de Poutès : "ce sera le débat ou le conflit" » (Cf. La Tribune, 29 juillet 2006).
50 L’entrée par les « séries d’épreuves » enjoint dès lors à formuler une « grammaire » moins élaborée que celle décrite dans le « modèle des cités », en substituant notamment au régime conventionnel « la communication des événements » entre eux (ou « mathématiques récréatives ») (Deleuze, 1969, pp. 198-207 et p.70). Plus proche d’une vision tardienne de la sociologie, cette démarche situe l’opposition non plus entre l’individuel et le social (modèle de la « synthèse chimique »), comme chez Durkheim, mais entre le collectif et le distributif (modèle de la « contagion biologique ») (voir également Latour, 2006). Cette vision implique ainsi une prise nécessairement concrète des références à l’action, qui vaut en théorie autant pour des configurations événementielles à caractère restreint (de type micrologique ou, dans le vocabulaire deleuzien, « moléculaire ») que pour des configurations plus larges (de type macrologique ou « molaire »), sans induire de « rupture conceptuelle » – comme y invite aussi, par exemple, à sa manière, la sociologie des régimes d’engagement (voir Thévenot, 2006, chap. 3 notamment). Appliquée à l’expertise, cette approche permet d’esquisser des prolongements intéressants à la sémantique décrite plus haut. À ce titre, l’une des dimensions du modèle sociologique de la compétence d’expert défini par J. Merchiers et P. Pharo (1992) – dont on s’inspire ici librement – renvoie à la définition de critères de réussite, en rapport avec l’activité et le succès lui-même, tout aussi importants que les niveaux de connaissances mobilisés et la situation épistémique de référence, qui, bien qu’elles ne les recoupent pas nécessairement, peuvent être mis en parallèle avec les trois sortes de synthèse composant et recoupant à l’infini toute série chez Deleuze (connexion, conjonction, disjonction), selon trois manières distinctes, non exclusives les unes des autres : succès juridique et technique, tout d’abord, qui « consiste à atteindre un but qui était connu à l’avance et dont il était entendu que le fait d’atteindre ce but constituerait un succès » ; succès tactique, ensuite, qui « consiste à atteindre un but dont on n’avait pas établi à l’avance qu’il serait un but pertinent pour décider du succès, mais apparaît, au moment où il est atteint, comme un critère évident d’évaluation » ; succès éthique ou esthétique, enfin, qui « consiste à atteindre un but dont on ne sait qu’après-coup qu’il est le critère décisif de la réussite » (pp. 60-61).
51 TOS, « Trois rivières… Une même cause écologique », n°206, 2006.
52 La résistance du barrage ayant été calculée pour une crue centennale de 1450 m3/s quand celui-ci ne peut a priori laisser passer que 2000 m3/s.
53 Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau. Si, dans ce contexte, le Parlement français a adopté fin 2006 une nouvelle loi sur l’eau (loi n°2006-1772 sur l’eau et les milieux aquatiques, promulguée le 30 décembre 2006), celle-ci apparaît cependant encore loin de contenter les militants écologistes.
54 Ce que N. Dodier (2003b) nomme également « une jurisprudence d’affaires de référence » (p. 339), reposant sur des épreuves marquantes, qui lui permet de formuler une définition politique originale de la génération : ainsi, « la succession des générations n’est pas régulière, mais dépend des événements en prise sur le monde » (p. 341), dont « la période critique retenue pour l’analyse peut être tenu comme "cas", c’est-à-dire comme exemple lui-même restitué dans une temporalité historique plus large qui éclaire son existence » (p. 343).
55 Des différentes manières d’envisager la « fabrique des risques », C. Gilbert (2003) montre bien alors que cette dernière peut également résulter « d’une "construction" étroitement associée aux jeux de multiples et différents acteurs, à la nature et l’intensité de leurs liens et interactions » (p. 66).
56 M. Nachi (2006), à la suite de L. Boltanski, donne ainsi en conclusion de son ouvrage de synthèse cette très belle définition de la sociologie comme « science des processus de singularisation » (p. 213), dont on sait par ailleurs que Deleuze a poussé très loin la pensée avec le concept de multiplicité (virtuelle et intensive).
57 Dès lors, comme le dit Deleuze (1996), « la politique est une expérimentation active parce qu’on ne sait pas d’avance comment une ligne va tourner. Faire passer la ligne dit le comptable : mais justement on peut la faire passer n’importe où » (p. 166) – donnant du même coup un sens « épistémologique et éthique » particulièrement aigu au regard du caractère essentiellement inachevé de la sociologie.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/1042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Source : SOS Loire Vivante
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/1042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Bérard, « Et au milieu coule une rivière », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 23 novembre 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/1042

Haut de page

Auteur

Yann Bérard

Doctorant en science politique au Centre de recherches sur l'action politique en Europe (CRAPE) (UMR CNRS 6051), ATER IEP Rennes, yann.berard@sciencespo-rennes.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org