Navigation – Plan du site
Articles

Agressivité motrice. Habitudes et transferts dans trois sports collectifs

Alexandre Oboeuf et Luc Collard

Résumés

Nous recensons les manifestations d’agressivité motrice émises par des handballeurs (6), des rugbymen (6) et des basketteurs (6) mis en demeure de s’affronter (20min.x3) dans d’autres sports collectifs que le leur. Il apparaît que les conduites d’opposition spécifiques (gênes, contacts, préhensions) assimilées dans chaque sport collectif s’immiscent lors de l’accomplissement d’autres sports pour lesquels elles sont inadaptées. Aussi pouvons-nous conforter l’hypothèse selon laquelle le sport, et plus particulièrement les sports collectifs, ne sont pas fondamentalement un remède contre l’agressivité mais plutôt le siège de l’accoutumance à certaines formes d’agressivité – légalisées dans le sport comme nulle part ailleurs.

Mots-clefs : agressivité motrice, sport collectif, transfert, gêne, contact, préhension.

Haut de page

Texte intégral

1Traditionnellement, l’agressivité est un concept psychologique qui désigne les comportements hostiles et destructeurs de sujets caractériels (Reynes & Lorant, 2001; Reynes & Lorant, 2002). La plupart du temps, les actes d’agression font suite à des frustrations (Vitaro et al., 1998, Hay et al., 2000). La régulation des affects est un garant du maintien de l’ordre social. La possibilité, si faible soit-elle, de voir les rapports humains dégénérer incite les personnes mutuellement en présence à contenir l’expression de leur hostilité, au prix d’un autocontrôle à chaque instant renouvelé (Goffman, 1974).

2Depuis un demi-siècle, la communauté scientifique étudie le bénéfice que pourraient apporter les pratiques sportives en permettant une libération contrôlée des émotions (Neumann, 1957, Lüschen, 1966, Ryann, 1970, Zilmann, 1972, Spielmann, 1975, Leith, 1978). Le sport est la seule « enclave » dans l’espace et le temps où l’on accorde à quelques personnes le droit limité et strictement codifié de donner libre cours à leur agressivité (Elias & Dunning, 1994).

3L’hypothèse de l’effet cathartique du sport a donné lieu à des résultats contrastés. Certains comme Pfister (1985) concluent à l’absence de réduction du niveau d’agressivité après-sport – voire même à son augmentation (pour des sujets a priori non agressifs). Pour leur part, Bushman et al. (1999), Fitch & Marshall (2000) émettent l’hypothèse d’une expression bénéfique des tensions par l’exercice physique. Nosanchuk (1981) et Lamarre & Nosanchuk (1999) avancent eux des résultats en faveur d’une catharsis de l’agressivité associée à la pratique d’arts martiaux privilégiant un idéal de vie et le respect de l’adversaire.

4Ces derniers travaux nous invitent à distinguer : - d’une part, l’effet global de l’activité physique intense sur le drainage du trop-plein d’énergie agressive (approche énergétique : le sport serait une soupape de décompression d’où pourrait s’échapper l’énergie agressive), - et, d’autre part, l’influence coercitive exercée par la logique interne des pratiques sportives sur les conduites agressives des participants (approche systémique : selon le système d’interaction associant les individus agissants aux contraintes de la situation, le sport serait susceptible de façonner des conduites pacifiques ou agressives). Ce dernier point mérite qu’on s’y attarde. La boxe et le rugby ne mobilisent pas les mêmes ressources que le patinage mixte et n’enrichissent pas les participants des mêmes savoirs agir. Au cours de son développement sportif, le patineur apprend à renoncer à certaines de ses possibilités (brutaliser son binôme, se livrer à des gestes d’intimidation, etc.) au contraire du boxeur et du rugbyman dont la progression passe par l’accroissement des capacités à brutaliser – selon des règles convenues –  leur entourage immédiat.

5Ainsi, certains sports – tout en permettant une débauche énergétique conséquente – ne sont-ils pas eux-mêmes des entraînements aux manifestations de conduites agressives ? Dépourvu de toute frustration, ne faut-il pas une certaine forme d’agressivité au rugbyman ou au handballeur pour garantir le succès de son intervention ? (C’est d’ailleurs, de façon inavouée, la principale fonction du dopage dans ces sports). De même, frustrés et en proie à de violents conflits intérieurs, les patineurs mixtes ou les membres d’une équipe de natation synchronisée ne devront-ils pas redoubler de circonspection et d’autocontrôle vis-à-vis de leurs vis-à-vis ?

6Lorsqu’on parlera d’agressivité dans les sports, il ne s’agira pas de conduites déviantes relevant de frustrations où de toute forme de pathologie, mais de « conduites motrices » (« organisations signifiantes du comportement moteur », Parlebas, 1999, p. 74) manifestant une volonté de batailler – d’en découdre avec les opposants – limitée aux droits et interdits prescrits par les règles du jeu (Collard, 2004). Pour observer cette forme particulière d’agressivité, il sera nécessaire de décrypter par l’image les schémas d’action ainsi mis en œuvre. Afin de ne pas interférer avec l’acception psychologique du terme, nous parlerons « d’agressivité motrice » plutôt que « d’agressivité » pour désigner ces tactiques du corps intimidantes et provocatrices inscrites dans la logique du jeu. Le terme de « combativité » pourrait convenir si ce n’est qu’il agrée également à toute situation compétitive, y compris les situations « psychomotrices » (sans interaction motrice pertinente, Parlebas, 2005). Ce ne peut être le cas de l’agressivité motrice dont la particularité est de ne pouvoir se manifester que dans l’accomplissement de situations « sociomotrices » (avec interaction motrice pertinente, Parlebas, 2005).

7Dans leurs rapports à l’espace et à autrui, les sports sont susceptibles d’induire des manifestations d’agressivité motrice ou parfois de les proscrire. « Si c’est bien nous qui fabriquons nos demeures, rappelait avec constance Winston Churchill (1874-1965), ensuite ce sont elles qui nous façonnent. » Peut-on reprendre l’argument au sujet de l’agressivité en sport ? C’est l’hypothèse que nous tenterons de soutenir à partir d’une recherche visant à mettre au jour ces formes d’agressivité acquises par la pratique – et leur éventuel réinvestissement – dans 3 sports collectifs. On sera alors plus à même de saisir l’impact que la logique interne de ces sports peut avoir sur les conduites agressives des protagonistes.

Méthodes.

Présentation de l’expérience.

8Nous recrutons des sportifs masculins spécialistes de basket-ball, handball ou rugby. Il s’agit de volontaires majeurs de niveau national. L’investissement requis - et nécessaire - pour atteindre ce niveau d’expertise dans l’activité rend difficile et inhibe l’éventualité pour ces spécialistes de pratiquer d’autres sports. Cette « absence » de diversification a trait aussi bien au processus de spécialisation, qui est souvent précoce, qu’au nombre d’entraînements hebdomadaires imposés à ces sportifs. Le choix de spécialistes permet d’éviter le parasitage, les « conflits » qu’aurait pu engendrer un « portefeuille de pratiques » trop fourni (Mignon et Truchot, 2002). Chaque équipe de spécialistes va rencontrer tour à tour les 2 autres équipes dans les trois sports. On va ainsi pouvoir observer comment se comportent les joueurs de basket en rugby, les rugbymen en basket, les handballeurs en rugby, etc., afin de voir si chaque sport a développé chez leurs participants des conduites agressives spécifiques, réinvesties à leur corps défendant dans d’autres situations de jeu.

9Les matchs durent 20 minutes et se déroulent délibérément en auto-arbitrage. Les équipes sont réduites à 3 joueurs pour deux raisons : d’abord pour permettre à une seule caméra de saisir la totalité des interactions (les rapports aux non-porteurs de balle sont pris en compte), ensuite pour augmenter le nombre des interactions entre participants. En effet, dans un sport sociomoteur donné, moins il y a de joueurs, plus ces derniers interagissent. Afin d’éviter le parasitage de prouesses personnelles facilitées par les situations de jeu à effectif réduit, il est convenu que chaque équipe de 3 joueurs dispose d’autant de remplaçants devant impérativement et successivement rentrer en jeu, toutes les 5 minutes (au coup de sifflet), à l’occasion d’un but ou d’une sortie de balle. Les 18 joueurs masculins participant à la recherche sont issus d’une même Faculté des sciences du sport et possèdent un niveau de jeu équivalent. Cette expérience a lieu dans le cadre de leur formation et, à cet égard, ils sont couverts par l’assurance de leur Université d’appartenance. Leurs comportements sont filmés en aveugle. Tous les joueurs acceptent après coup par écrit l’utilisation scientifique de leurs prestations vidéo dans le respect de la personne (anonymat, non divulgation des images).

10L’espace de jeu est adapté afin que « l’espace individuel d’interaction » (Parlebas, 1986) soit respecté :

11- En Hand-ball, le terrain fait S = L x l =  40m x 20m = 800m2 avec 14 joueurs ; soit un espace individuel d’interaction de e = 800/14 = 57,1m2. Pour n = 6 (tous les matchs se font en 3x3), S’ = 6 x 57,1 ≈ 343m2 ; comme, l = 0,5L, alors L x 0,5L = 343 d’où L ≈ 26m et l ≈ 13m. On reconnaît ici les proportions approximatives d’un terrain de Basket-ball (26 x 14) : c’est celui que nous retenons pour les matchs de HB en 3x3. Comme S’ = 43%S, la zone des 6m est ajustée à 2,5m, et des mini-buts (1 x 0,5m) remplacent les buts d’origine, nous permettant de nous passer de gardien.

12- De même en Basket-ball, S = 26m x 14m = 364m2, e = 364/10 = 36,4m2 ; avec n = 6, S’ = 218,4m2 = L x 0,54L, d’où L ≈ 20m et l ≈ 11m. Nous utilisons pour L le terrain de HB dans sa largeur (20m), de part et d’autre duquel sont disposés des paniers d’entraînement de basket-ball. Nous ajustons la largeur à l’aide de plots et supprimons la raquette.

13- En rugby, le terrain sans en-but est de S = 97,5m x 67,29 = 6560,78m2 avec 15 joueurs ; e = 218,7m2. Pour n = 6, S’ = 1312,2m2 = L x 0,69l, d’où L ≈ 43m et l ≈ 30m. Pour L, nous utilisons la largeur d’un terrain de football (45m) ; la largeur étant ajustée à l’aide de plots. Il n’y a pas de poteaux de but. Seuls des essais pourront être marqués. L’absence d’arbitre nous amène à supprimer les mêlées organisées (par contre, mêlées spontanées et mauls sont autorisés).

Choix d’indicateurs.

14Nous retenons 3 catégories d’indicateurs pour décrypter les films des matchs :

15- La classe des « gênes », représentée par les écrans, les harcèlements, les marquages empêchant l’adversaire de progresser vers la cible qu’il soit ou non porteur de balle ; les corps sont proches mais ne se touchent pas. En proxémique, Hall (1966) parle de « distance personnelle en mode proche » : la vision de l’autre est nette et permet aux protagonistes d’inciter et d’intimider sans passer à l’acte. C’est la forme la plus édulcorée d’agressivité motrice, la seule autorisée en basket-ball.

16- La classe des « contacts », constituée de poussées, de percussions et de blocages, perpétrés sur porteurs et non-porteurs de balle ; les corps se touchent momentanément par les membres ou le tronc. En proxémique, la dénomination qui convient le mieux est la « distance intime en mode éloigné » : la focalisation visuelle de ce que fait l’autre étant alors problématique, l’acte, pour être efficace, doit être prémédité. C’est une forme plus brutale d’agressivité qui peut occasionner des déséquilibres, des chutes et éventuellement des blessures. Elle est autorisée en handball (uniquement contact avec le tronc) ou en rugby.

17- La classe des « préhensions », observée lors des plaquages, ceinturages ou tenues du porteur ou des non-porteurs de balle. Il s’agit de la « distance intime en mode proche », la plus rude des interactions d’antagonisme : celle par qui s’opère la sélection entre dominant et dominé dans le règne animal. Les corps à corps sont autorisés en rugby (uniquement sur le porteur de balle), le sport collectif européen le plus violent qui soit.

Résultats.

18Un premier constat général s’impose à l’observation. Les handballeurs sont, des trois populations, les plus adaptés aux permutations de jeux collectifs. Ils remportent le plus de matchs (4 sur 6, Tableau 1).

Tableau 1 : Score des neuf rencontres de trois sports collectifs jouées en 3x3 par des équipes spécialistes d’un sport parmi les trois. On confirme la supériorité des étudiants sportifs spécialistes sur leurs confrères dans ces matchs de vingt minutes réalisés délibérément en auto-arbitrage.

19Par contre, les rugbymen ne gagnent qu’en rugby… Indépendamment de leur spécialité sportive, les équipes victorieuses émettent moins de conduites agressives que les équipes perdantes (Figure 1).

Figure 1 : Rapport du nombre de charges et de la réussite en match. Au cours de l’accomplissement des trois sports (hand-ball, basket-ball et rugby) on observe significativement plus de charges émanant de l’équipe qui perd.

20Cela s’explique aisément : les équipes dominantes occupent plus souvent le camp adverse ; et c’est en défense que les joueurs sont mis en demeure de stopper coûte que coûte leurs assaillants. La tendance se confirme dans les trois sports collectifs observés : les deux tiers des charges sont émises par l’équipe dominée, et près de deux fois plus par l’équipe en défense. Cette attitude ressemble à ce qu’Hediger (1955) nomme « réaction critique » dans le monde animal. Il s’agit de l’ultime réaction de légitime défense ; celle de l’assaut désespéré de la proie sur son prédateur. Les tadornes (sorte de canards au plumage bariolé) sont connus pour harceler à leurs risques et périls les bêtes de proie comme les renards. L’expression « fighting like a cornered rat » (lutter comme un rat acculé), image bien ces situations où les subordonnés donnent le tout pour le tout car ils ne peuvent ni échapper à leur assaillant, ni attendre la moindre grâce. Les comportements des joueurs en défense semblent motivés par la peur de l’échec. Habituellement, dans la plupart des situations sociales, les interactants  restent à distance, à « distance de fuite » pour reprendre la terminologie des éthologues animaliers. En sport collectif, on leur impose de pénétrer dans la distance critique de l’autre équipe, distance qui fait brusquement transmuer la fuite en charge.

21Ensuite, il apparaît que les populations de sportifs se distinguent s’agissant des types de charge privilégiés. Les joueurs de rugby, sur leurs six matchs (trois contre les handballeurs, trois contre les basketteurs), manifestent plus du double de préhensions que leurs adversaires (Tableau 2).

Résultats de l’ensemble des rencontres

Gênes

contacts

préhensions

Total des charges

Joueurs de Rugby

456

(53%)

265

(31%)

142

(16%)

863

Joueurs de Handball

404

(50%)

335

(42%)

63

(8%)

802

Joueurs de Basket-ball

604

(76%)

153

(19%)

40

(5%)

797

Total

1464

753

245

2462

p<0,01

Tableau 2 : Types de charges émises par les trois équipes spécialistes de sport collectif. Par rapport aux deux autres populations et tous matchs confondus, les rugbymen réalisent plus de préhensions, les handballeurs davantage de contacts, quand les basketteurs dominent la classe des gênes. On pressent l’influence des « habitudes » de chaque sportif, dans l’actualisation in situ des conduites agressives. Les différences entre ces sous-populations sont significatives au test du Khi2, au seuil de p<0,01.

22Les habitudes propres au handball et au basket-ball sont également perceptibles : les handballeurs rentrent plus en contact que les autres joueurs, y compris que les joueurs de rugby ; quant aux basketteurs, ils se font les spécialistes des gênes (76% des charges !) à travers leurs six matchs (dont deux seulement sont du basket-ball !).

23Il semble exister une culture de contre-communication, une culture de charge. Cette dernière est sûrement inhérente aux « habitudes » (Lahire, 1998) de ces sportifs, acquises dans leurs pratiques de prédilection. On peut ainsi se questionner : ces sportifs reproduisent-ils cette « culture de charge » dans les sports collectifs différents des leurs ? On va ainsi recenser, dans cette optique, les types de contre-communications privilégiés par les spécialistes d’un sport donné dans les matchs où ils ne le sont pas (les basketteurs en handball et en rugby, par exemple). Les résultats sont marqués. Les basketteurs, habitués aux charges les plus édulcorées, privilégient les gênes de façon systématique, y compris en handball ou en rugby, ce qui explique leur insuccès (Tableau 3).

Tableau 3 : Nombre et types de charges observées, équipe par équipe, sport par sport. L’hypothèse d’une « culture de charge » est renforcée. Les basketteurs rayonnent dans le secteur des gênes (604) y compris lorsqu’ils jouent au handball (111 contre les handballeurs ; 97 contre les rygbymen) et au rugby (106 contre les rugbymen ; 93 contre les handballeurs). Pourtant, leur déconvenue en rugby contre les rugbymen (score = 13/0, tableau 1), témoigne de l’inadaptation de cette technique en rugby. Les rugbymen, forts de leur taux record de préhensions en rugby, continuent à ceinturer et à tenir en handball (14 et 14) et en basket (11 et 12), ce qui est bien sûr interdit, mais surtout inefficace (respectivement dans ces derniers sports : 2/11 contre les handballeurs et 2/23 contre les basketteurs). Les handballeurs, quant à eux, privilégient une culture de contact (335), y compris dans un sport comme le basket (62 et 51) où le règlement stipule que les contacts sont interdits ! (Toutes les différences entre ces sous-populations sont significatives au test du Khi2, au seuil de p<0.01).

24A l’opposé on trouve des joueurs de rugby qui réalisent respectivement 23 et 28 préhensions au cours de leurs matchs en basket-ball et en handball (figure 2).

Figure 2 : Conduites agressives spécifiques vers d’autres sports. Sont récapitulés sur cette figure les résultats issus du tableau 3. Les spécialistes transfèrent les conduites agressives spécifiques vers d’autres pratiques, où ces dernières s’avèrent inadaptées. Les basketteurs rayonnent dans le secteur des gênes (gris clair), les handballeurs dans le secteur des contacts (gris foncé), et les rugbymen dans le secteur des préhensions (noir), et cela indépendamment de la pratique à laquelle ils s’adonnent. Les « habitudes » acquises semblent tenaces.

25Ce type de charges est non seulement inefficace mais interdit par le règlement sportif. La logique interne à laquelle sont confrontés presque quotidiennement les spécialistes porte au pinacle certaines conduites agressives spécifiques, que ces derniers semblent transférer dans des pratiques où elles s’avèrent inadaptées, voire même inopérantes.

26Ces résultats peuvent être affinés. Quelle que soit la nature du match, les porteurs de balle sont plus souvent pris pour cible que les non-porteurs (dans les ¾ des cas, figure 3).

Figure 3 : Taux de charges effectuées sur les porteurs et non-porteurs du ballon. En moyenne, les deux tiers de contre-communications* se font sur les porteurs de balle, sauf chez les handballeurs qui s’orientent tout autant vers les porteurs que vers les non-porteurs, dans les trois sports. Cela tient probablement, à nouveau, à l’assimilation de la logique interne d’un sport par des spécialistes ; spécialistes qui tendent à  en appliquer les principaux traits lors de l’accomplissement d’autres situations motrices plus neuves.

27Pourtant, par rencontre et sur le champ de jeu, il y a toujours cinq non-porteurs de balle pour un porteur. Cette stigmatisation des charges sur le possesseur du ballon s’explique à nouveau par les exigences réglementaires qui s’inscrivent dans les conduites. Il est interdit en basket-ball et en rugby d’entrer délibérément en contact avec un joueur dépourvu du ballon : voilà qui semble freiner les ardeurs. Par contre, le règlement du handball permet à tout joueur de barrer la route d’un adversaire avec le corps, et cela même s’il n’est pas en possession du ballon. Cette dernière précision réglementaire, apparemment anodine, prédispose les handballeurs à manifester de l’agressivité par toucher (sans les mains, ni les bras, ni les jambes) sur tous les joueurs de champ, munis ou pas d’un ballon. Comme les matchs se font en 3x3, il y a deux non-porteurs pour un porteur de ballon, et autant d’occasions de leur barrer le passage au corps : d’où les deux tiers de contacts dirigés sur les adversaires dépourvus de balle, chez nos handballeurs. Par contre, ces derniers semblent avoir abusivement transféré cette règle au rugby – dont le règlement précise que tout joueur ne peut plaquer, pousser ou épauler un adversaire que lorsqu’il est porteur du ballon – et au basket dont on peut une nouvelle fois rappeler qu’il est désigné par son règlement comme un « jeu sans contact » (Figure 4).

Figure 4 : Taux de contacts recensés sur les porteurs et non-porteurs du ballon. Il est intéressant de remarquer que les rugbymen et les basketteurs continuent à se focaliser sur le porteur de balle en handball alors que les charges sont admises et que, d’autre part, les handballeurs continuent à « charger » le non-porteur de balle en basket-ball et en rugby, alors que cette forme d’agressivité est interdite. Le réinvestissement de conduites agressives spécifiques semble une nouvelle fois flagrant.

28Les habitudes intrinsèques à chaque spécialité refont surface car, d’une part, les rugbymen et les basketteurs continuent à se focaliser sur le porteur de balle en handball et que, d’autre part, les handballeurs continuent à « charger » le non-porteur de balle en basket-ball et en rugby, alors que cette forme d’agressivité est prohibée et sanctionnée. Chaque sport semble modeler durablement les conduites motrices de ses participants en leur inculquant certaines formes d’agressivité qu’ils finissent par reproduire en d’autres circonstances, à leur corps défendant.

Conclusion.

29Les habitudes des joueurs sont tenaces et se transfèrent à d’autres spécialités. Il s’agit d’un transfert négatif « pro-actif » : la pratique régulière du sport A amoindrit l’efficacité de la pratique occasionnelle du sport B. Les conduites agressives ritualisées assimilées dans chaque sport collectif s’immiscent lors de l’accomplissement d’autres sports pour lesquels elles sont inadaptées. La confrontation sans cesse renouvelée du basketteur, du handballeur ou du rugbyman à la logique contraignante de sa pratique a assurément un effet socialisant. Cette logique interne décrète quelles sont les conduites tolérées au cœur du déroulement ludique. Les conduites agressives n’échappent pas à cette influence. Le réinvestissement de ces conduites agressives spécifiques dans d’autres sports en témoigne. Cette socialisation induite par la logique interne du basket-ball, du handball ou du rugby rentre assurément dans ce que Berger et Luckmann (2006), à la suite de Mead (1964), appellent socialisation secondaire. Cette dernière est définie par Berger et Luckmann comme « l’intériorisation de « sous-mondes » institutionnels » (2006, p. 236). L’acteur ludique intériorise un « sous-monde », celui du sport où il se spécialise, ce qui a pour corollaire l’intériorisation des conduites - notamment agressives - agréées au sein de celui-ci.

30Aussi pouvons-nous conforter l’hypothèse selon laquelle le sport, et plus particulièrement les sports collectifs, sont le siège de l’accoutumance à certaines formes d’agressivité motrice. Les handballeurs ont une culture de contacts, les rugbymen une culture de préhensions et les basketteurs une culture de gênes. Chaque sportif habite un espace sensoriel différent (Collard & Obœuf, 2007) qui le rend plus ou moins brutal en situation de jeu.

31La réussite sportive tient, la plupart du temps, aux capacités des joueurs à entretenir un niveau d’agressivité optimum tout au long d’un match et d’une saison. Plus de 50% des sports sociomoteurs se présentent sous forme de « duels », autrement dit de « jeux à 2 joueurs (ou 2 équipes) et à somme nulle », encore nommés « jeux strictement compétitifs » (Von Neumann & Morgenstern, 1944) où tout ce que l’un gagne l’autre le perd (Shubik, 1982). Dans ces duels (football, tennis, judo, rugby, etc.), l’agressivité n’est pas un mal que le sport permettrait d’éliminer par purge, mais une condition de réalisation qui est éduquée, entretenue et même, ce travail en porte témoignage, transférée maladroitement d’une situation à l’autre.

Haut de page

Bibliographie

Berger, P., Luckmann, T. (2006). La construction sociale de la réalité. Paris : Editions Armand Colin.

Bushman, B.J., Baumeister, R.F. Stack, A.D. (1999). Catharsis, aggression and persuasive influence: self-full filling or self-defeating prophecies? Journal of Personality and Social Psychology, 76, 367-376.

Buss, A. H. (1961). The psychology of aggression. New York: Wiley.

Collard, L. (2004). Sport et agressivité. Paris: Editions Désiris.

Collard, L., Obœuf, A. (2007). Motor skills transfer from gymnastics to swimming. Perceptual and Motor Sills, 105, 15-26.  

Dupont-Roc R, Lallot J. (1980). Aristote. La poétique. Paris : Editions du Seuil.

Élias, N., Dunning, É. (1994). Sport et civilisation. La violence maîtrisée. Paris : Editions Fayard.

Fitch, T.J., Marshall, J.L. (2000). Faces of violence in sports. In D.S Sandhu (Ed.). Faces of violence: psychological correlates, concepts and intervention strategies (pp. 87-102). New-York: Nova Science Publishers, Inc.

Goffman, E. (1974). Les rites d’interaction. Paris: Editions de Minuit.

Hall, E.T (1966). The Hidden Dimension. Garden City, New York.: Doubleday.

Hay, D.F., Castel, J. Davies, L. (2000). Toddlers’ use of force against familiar peers: a precursor of serious aggression? Child Development, 71, 457-467.

Hediger, H. (1955). Studies of the Psychology and Behavior of Captive Animals in Zoos and Circuses. London : Butterworth & Company.

Lahire, B. (2001). L’homme pluriel. Paris: Editions Armand Colin.

Leith, L. (1978). Proceedings of the international symposium on psychological assessment in sport. The psychological assessment of aggression in sport: a critique of existing mesurement techniques. Natanya.

Lüschen, G., Kölner Zeitschrift, (1966). Kleingrupprnforschung and gruppe in sport. Soziol. und Sozialpsychol, 10.

Mead, G. H. (1964). L’esprit, le soi et la société. Paris: Presses Universitaires de France.

Mignon et Truchot (2002). Les pratiques sportives en France. Paris : Editions de l’Institut National du Sport et de l’Education physique.

Neumann, O.(1957). Sport und persönlichkeit. München : Barth Edition.

Parlebas, P. (1986). Eléments de sociologie du sport. Paris : Presses Universitaires de France.

Parlebas, P. (1999). Jeux, sports et sociétés. Paris: Editions de l’Institut National du Sport et de l’Education Physique.

Parlebas, P. (2005). Modelling in games and sports. Mathematics and Social Science, 170, 11-45.

Peterson, J.B., Flanders, J.L. (2005). Play and the regulation of aggression. In R.E. Tremblay, W.W. Hartup, J. Archer (Eds.). Developmental origins of aggression. (pp. 133-157). New-York : The Guilford Press.

Pfister, R. (1985). Le sport et la catharsis de l’agressivité. La psychopédagogie des activités physiques et sportives. Toulouse : Editions Privat.

Reynes, E., & Lorant, J. (2001). Do competitive martial arts attract aggressive children? Perceptual and Motor Skills, 93, 382-386.

Reynes, E., & Lorant, J. (2002). Karaté and aggressiveness among eight-year-old boys. Perceptual and Motor Skills, 94, 1041-1042.

Ryan, E.D. (1970). The cathartic effect of vigourous motor activity on aggressive behaviour. Research quarterly, 41.

Shubik, M. (1982). Game Theory in the Social Sciences. Massachusetts Institute of Technology.

Spielmann, T. (1975). Können Aggressionen mittels sportlichen wettkampfes katartisch endladen werden ?  Zürich: diplomarbeit.

Vitaro, F., Gendreau, P.L., Tremblay, R.E., Oligny, P. (1998). Reactive and proactive aggression differentially predict later conduct problems. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 39, 377-385.

Von Neumann J., Morgenstern, O. (1944). Theory of games and economic behaviour. Princeton, University Press.

Zilmann, D, Milavski, B., Katcher, A.H. (1972), Excitation transfer from physical exercise to subsequent aggressive behavior. J. Exper. Soc. Psychol., 8.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Score des neuf rencontres de trois sports collectifs jouées en 3x3 par des équipes spécialistes d’un sport parmi les trois. On confirme la supériorité des étudiants sportifs spécialistes sur leurs confrères dans ces matchs de vingt minutes réalisés délibérément en auto-arbitrage.
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/1233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 1 : Rapport du nombre de charges et de la réussite en match. Au cours de l’accomplissement des trois sports (hand-ball, basket-ball et rugby) on observe significativement plus de charges émanant de l’équipe qui perd.
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/1233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Tableau 3 : Nombre et types de charges observées, équipe par équipe, sport par sport. L’hypothèse d’une « culture de charge » est renforcée. Les basketteurs rayonnent dans le secteur des gênes (604) y compris lorsqu’ils jouent au handball (111 contre les handballeurs ; 97 contre les rygbymen) et au rugby (106 contre les rugbymen ; 93 contre les handballeurs). Pourtant, leur déconvenue en rugby contre les rugbymen (score = 13/0, tableau 1), témoigne de l’inadaptation de cette technique en rugby. Les rugbymen, forts de leur taux record de préhensions en rugby, continuent à ceinturer et à tenir en handball (14 et 14) et en basket (11 et 12), ce qui est bien sûr interdit, mais surtout inefficace (respectivement dans ces derniers sports : 2/11 contre les handballeurs et 2/23 contre les basketteurs). Les handballeurs, quant à eux, privilégient une culture de contact (335), y compris dans un sport comme le basket (62 et 51) où le règlement stipule que les contacts sont interdits ! (Toutes les différences entre ces sous-populations sont significatives au test du Khi2, au seuil de p<0.01).
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/1233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 2 : Conduites agressives spécifiques vers d’autres sports. Sont récapitulés sur cette figure les résultats issus du tableau 3. Les spécialistes transfèrent les conduites agressives spécifiques vers d’autres pratiques, où ces dernières s’avèrent inadaptées. Les basketteurs rayonnent dans le secteur des gênes (gris clair), les handballeurs dans le secteur des contacts (gris foncé), et les rugbymen dans le secteur des préhensions (noir), et cela indépendamment de la pratique à laquelle ils s’adonnent. Les « habitudes » acquises semblent tenaces.
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/1233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 3 : Taux de charges effectuées sur les porteurs et non-porteurs du ballon. En moyenne, les deux tiers de contre-communications* se font sur les porteurs de balle, sauf chez les handballeurs qui s’orientent tout autant vers les porteurs que vers les non-porteurs, dans les trois sports. Cela tient probablement, à nouveau, à l’assimilation de la logique interne d’un sport par des spécialistes ; spécialistes qui tendent à  en appliquer les principaux traits lors de l’accomplissement d’autres situations motrices plus neuves.
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/1233/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 4 : Taux de contacts recensés sur les porteurs et non-porteurs du ballon. Il est intéressant de remarquer que les rugbymen et les basketteurs continuent à se focaliser sur le porteur de balle en handball alors que les charges sont admises et que, d’autre part, les handballeurs continuent à « charger » le non-porteur de balle en basket-ball et en rugby, alors que cette forme d’agressivité est interdite. Le réinvestissement de conduites agressives spécifiques semble une nouvelle fois flagrant.
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/1233/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Oboeuf et Luc Collard, « Agressivité motrice. Habitudes et transferts dans trois sports collectifs », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 06 avril 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/1233

Haut de page

Auteurs

Alexandre Oboeuf

Allocataire de recherche, Université René Descartes, Paris V, Sorbonne (EA3625) alexandre.oboeuf@etu.univ-paris5.fr

Luc Collard

Professeur des Universités, Université de Caen (EA2131) luc.collard@unicaen.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org