Navigation – Plan du site
Recensions

Compte rendu de : Dominique Felder, Sociologues dans l’Action. La Pratique Professionnelle de l’Intervention. Ed, L’Harmattan, Paris, 2007, 281 pages

Dan Ferrand-Bechmann

Texte intégral

1Cet ouvrage divisé en trois parties propose une réflexion assise sur la pratique de 35 ans de l’auteure, sociologue suisse, dont un tiers s’est déroulée hors d’une institution d’enseignement ou de recherche. Elle fait le point sur le métier de sociologue et ses diverses postures dont celles de l’analyseur. Puis elle parle de la pratique d’intervention dans le droit fil des théories de René Lourau et Georges Lapassade développées en particulier à l’Université de Paris 8. Enfin elle présente les bases et les fondements théoriques et pratiques de l’intervention. Cet ouvrage complète les réflexions menées par le comité d’action socio-professionnelle de l’association française de sociologie et dévoile et critique un pan de la réalité d’une pratique hors des milieux académiques.

2Dans la première partie, elle en montre la spécificité disciplinaire, l’identité et l’originalité souvent en quête de légitimité. La difficulté de l’exercice d’une sociologie d’intervention est bien résumée dans la critique de Pierre Bourdieu contre les sociologues qui « sont complaisants avec leurs commanditaires ». Ce n’est pas le cas de ceux que décrits l’auteure. Les universitaires – qualifiés de plus lents que les praticiens – sont opposés à ces praticiens parce qu’ils ont l’autorité et le prestige. Trois postures sont décrites : académique, compréhensive et clinique ou d’intervention. Trois variables sont mis en avant : la position dans le champ professionnel et social, le degré d’indépendance dans le travail et le montant du revenu. Peut-être faut il différencier le cas français du cas suisse où les salaires des universitaires sont nettement plus élevés ? Une grande différence, nous dit l’auteure, vient aussi de ce que les recherches ne sont pas définies par les praticiens. Mais les terrains d’interventions et de recherches des praticiens seraient plus riches et plus variés, plus stimulants et moins confinés. Pourtant elle regrette qu’ils migrent parfois de théorie en théorie, se vêtant d’habits d’Arlequin. Les citations datant de 1994 qu’elle fait de Peter Berger sont actuelles : la sociologie risquerait d’être supplantée par des disciplines utilisées comme prothèses du pouvoir.

3Dans la seconde partie, un regard historique fait une part importante à des sociologues comme Michel Crozier, qui ont refusé le dialogue avec eux ainsi qu’à Alain Touraine qui aurait récupéré la méthode dix ans après 1968 et à Renaud Sainsaulieu qui a fait le pont entre sociologie théorique et pratique. C’est surtout au bouillonnement de 1968 et aux mouvements institutionnalistes nés d’une crise des institutions auxquels elle fait référence. La sociologie prend une place dans l’intervention sociale et a comme but de faire éclater les conflits. Rémi Hess comme Georges Lapassade,  qualifié par Michel Crozier d’être « un psychologue social un peu fou » s’y sont employés.  

4Pourtant de nombreux sociologues de Nanterre, dont François Bourricaud, conseillaient l’ouvrage « Groupes, Organisations et Institutions ». Finalement derrière les mots, il y a de profondes divergences politiques et des combats de chefs. Il y aussi une séparation entre recherche et action même ancrée dans la théorie.

5Dans la seconde partie qui dresse une perspective historique on voit l’affaiblissement du rôle de l’analyse institutionnelle et la marginalisation de la sociologie de René Lourau, lequel disparaît en 2000. Les sociologues engagés comme François Dubet et Michel Wieviorka occupent le devant de la scène. Le fantôme de Lapassade encore vivant hante les couloirs de Paris 8 tandis que Rémi Hess publie infatigablement. La sociologie clinique derrière Eugène Enriquez et Vincent de Gaulejac, surgit de derrière les décors et frôle l’ingénierie sociale mais elle s’institutionnalise dans les réseaux de recherches de l’aislf et de l’afs. La sociologie clinique a obtenu une reconnaissance tandis que la sociologie d’intervention, telle que présentée par l’auteure, n’a probablement pas encore construit une base théorique suffisamment crédible ni une légitimité en tous cas en France.

6Dans une troisième partie foisonnante, elle fait un tour de la sociologie, de ses invitations et de ses approches principales. Elle analyse habilement la manière dont se rejoignent Bernard Lahire, Peter Berger et Thomas Luckmann. Elle présente les théories sur la dynamique du social et du pouvoir dont elle fait un élément central. Pour la sociologie d’intervention, il s’agit de percevoir des ressemblances dans des formes, indépendamment du contenu, des ressemblances également dans la structuration et la dynamique formelle de systèmes de relations plutôt que dans les processus concrets que ces systèmes structurent : «  pattern which connects ». Comprendre la dynamique d’un système de relation est une des clés de l’intervention. Elle propose diverses principes opératoires et quatre perspectives : historique, interactive, formelle et constructiviste. Les pages qu’elle a écrites sur la pratique sont concrètes et utiles.

7Cet ouvrage a le talent de déterrer quelques non dits et de mettre en avant une partie de la sociologie qui n’est plus la plus visible et qui a cessé de faire parler d’elle sauf dans des cercles fermés. On y apprend l’évolution et l’effritement des liens entre sociologie académique et intervention. L’auteure aborde la question de la sociologie professionnelle en dévoilant la difficulté de la posture qui doit éviter de répondre à la commande sociale tout en gardant des commanditaires. Cette sociologie, nous souligne-t-elle, doit garder  quatre principes de méthodologie : extériorité, triangulation, dérangement, non savoir  mais une qualité d’écoute et de présence humaine. Pratique sociologique souvent critiquée, elle est cependant mise en avant par Monique Legrand, qui rapproche le travail d’intervention sociologique de la recherche action mais le distingue de la recherche classique. L’auteure défend aussi ce courant, car il serait constitutif des sciences sociales.

8Les sociologues praticiens essaient de garder des références communes avec les « académiques » lesquels vont avoir besoin d’eux pour former et embaucher les nouvelles cohortes de « masters » et de doctorants. Certains vont sans doute être formés comme spécialistes de l’intervention. C’est pourquoi le dialogue est utile. Il serait préjudiciable de l'ignorer comme dit Dominique Felder ?

9Ce qu’elle demande est une reconnaissance de cette pratique d’intervention et une légitimation interne à la profession mais aussi une collaboration pour la formation. Faut-il la donner et quels sont le rôle et le poids des sociologues « académiques » dans cet adoubement nécessaire ? La réponse en fait vient plutôt du terrain et des commanditaires et de la manière et le sérieux dont les praticiens y répondent et y répondront. Il est dommage que Dominique Felder n'ait pas eu connaissance des réflexions autour de Michael Burawoy, sur la sociologie publique qui pose des questions fondamentales sur les bénéficiaires et les destinataires de la sociologie dans la société civile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dan Ferrand-Bechmann, « Compte rendu de : Dominique Felder, Sociologues dans l’Action. La Pratique Professionnelle de l’Intervention. Ed, L’Harmattan, Paris, 2007, 281 pages », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 23 mars 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/1353

Haut de page

Auteur

Dan Ferrand-Bechmann

Université Paris 8, dan.ferrand-bechmann.afs@pouchet.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org