Navigation – Plan du site
Débats

La politique de l’insécurité: L’exemple des États-Unis

Daniel Béland

Résumés

Axé sur une discussion de la présidence de George W. Bush, cet article propose une analyse sociologique sur la politique de l’insécurité, en mettant l’accent sur le rôle des leaders politiques. Il s’agit de montrer comment ces acteurs peuvent infléchir le contenu de l’agenda politique et la perception des risques collectifs pour servir leurs stratégies politiques. Plus spécifiquement, ce texte offre une critique systématique du concept de « panique morale » avant de discuter l’impact potentiel des « stratégies d’évitement » et des réalités institutionnelles sur la politique de l’insécurité. Pour illustrer ces remarques générales au sujet de la nature de la politique de l’insécurité dans les sociétés contemporaines, l’article met l’accent sur certains aspects clefs de la vie politique américaine sous la présidence de George W. Bush. Ainsi, cette analyse souligne comment le président et ses partisans ont su exploiter l’insécurité face au terrorisme tout en essayant de maintenir d’autres sources potentielles d’insécurité en marges de l’agenda politique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les événements tragiques du 11 septembre 2001 et leurs conséquences politiques aux États-Unis et ailleurs dans le monde ont souligné le rôle déterminant de la peur et de l’insécurité collective dans la vie politique des sociétés contemporaines (Altheide, 2006; Barber, 2004; Robin, 2004).1 Dans ces sociétés, au-delà de la question terroriste, l’État a mis depuis longtemps en place des mesures de protection destinées à réduire des formes d’insécurité collective aussi variées que le chômage, la violence physique et les catastrophes environnementales. Mais, comme le suggèrent les travaux de Charles Tilly (1985), l’État et ses agents participent également à la construction des menaces qui planent sur la société. Même l’État protecteur démocratique, qui se déploie à travers une myriade de programmes différents, peut opprimer certains de ses citoyens à coup de mesures sécuritaires et de « bavures policières ». Plus important encore, les leaders politiques, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition, peuvent affecter directement la perception des sources d’insécurité omniprésentes dans les sociétés contemporaines.

2Dans un tel contexte, il convient de formuler une perspective générale sur la politique de l’insécurité dans les sociétés contemporaines, en mettant l’accent sur le rôle des leaders politiques.2 Une telle tâche nécessite l’élaboration d’un cadre théorique fondé sur un dialogue entre des approches qui sont généralement discutées séparément dans les travaux de sciences sociales. Après avoir défini le concept d’insécurité collective, il s’agit d’offrir une analyse critique des travaux concernant la « société du risque » et l’idée de « panique morale ». Soulignant les limites de ce dernier concept, ce texte montre en quoi la politique de l’insécurité demeure indissociable de la nature concrète des problèmes que l’État protecteur affronte. Pour illustrer ces remarques générales au sujet de la nature de la politique de l’insécurité dans les sociétés contemporaines, l’article met l’accent sur certains aspects clefs de la vie politique américaine sous la présidence de George W. Bush. Ainsi, l’article souligne comment le président et ses alliés ont su exploiter l’insécurité face au terrorisme tout en essayant de maintenir d’autres sources potentielles d’insécurité en marges de l’agenda politique.

L’insécurité collective comme réalité politique

3Dans son ouvrage L’insécurité sociale, Robert Castel rappelle avec beaucoup d’à-propos que le concept d’insécurité désigne autant l’incertitude économique liée au chômage et à la précarité que la peur engendrée par la criminalité et le discours sur les « violences urbaines » (Castel, 2003). Au-delà de ces deux questions fondamentales, il faut également souligner le poids grandissant des risques environnementaux et leur impact sur les phénomènes d’insécurité collective. De la grippe aviaire à la « maladie de la vache folle » en passant par la question nucléaire, la « société du risque » analysée par Ulrich Beck est une source majeure d’anxiété dans le monde contemporain (Beck, 2003). Ces remarques conduisent à reconnaître les multiples visages de l’insécurité collective, un concept qui désigne ici la perception d’une absence de protection susceptible d’entraîner des conséquences funestes pour les citoyens et la société dans son ensemble. Comprendre l’insécurité dans sa relation dialogique avec l’idée de protection est indispensable à l’analyse politique de l’insécurité collective (Tilly, 1985).

4Une définition aussi large de l’insécurité collective pose toutefois un défi pour la sociologie politique, qui ne dispose à ce jour d’aucun cadre théorique intégré susceptible de jeter une lumière crue sur l’insécurité en tant que réalité politique liée au rôle de l’État protecteur contemporain.3 Pour formuler un tel cadre théorique, il convient de mettre en relation des approches analytiques distinctes qui offrent toutes des éléments d’explication valables permettant de mieux comprendre le rôle joué par les leaders et le discours politiques dans les phénomènes d’insécurité collective. Une telle approche part de l’idée selon laquelle les leaders politiques, et non seulement les experts et les journalistes, participent à la construction sociale et politique de l’insécurité collective. En plus de reconnaître le rôle central des leaders politiques dans la construction sociale et politique de l’insécurité, l’analyse suivante souligne le lien qui se noue entre les stratégies politiques de ces acteurs et leur discours sur les menaces collectives que l’État protecteur et les citoyens affronteraient. Bien sûr, les leaders politiques ne sont pas les seuls acteurs à participer à la définition sociale et politique des menaces collectives qui exacerbent le sentiment d’insécurité et appellent des réponses de l’État. Des médias aux experts en passant par les groupes de pression et les mouvements sociaux, les acteurs impliqués dans la définition des risques collectifs sont nombreux. Néanmoins, reconnaître le rôle central des leaders politiques est nécessaire pour mieux saisir la nature de l’insécurité collective dans les sociétés contemporaines, où l’État demeure généralement le principal pourvoyeur de protection. Mais, au-delà de cette reconnaissance, il faut d’abord souligner les limites du concept de « panique morale » utilisé trop souvent pour décrire le processus de politisation de l’insécurité collective.

De la « panique morale » aux risques politiques

5Un point de départ stimulant pour l’analyse politique des processus d’insécurité collective est la littérature anglo-américaine sur la « panique morale » (moral panic). Cette littérature étudie comment la mobilisation d’acteurs sociaux et politiques participe à la définition de certaines menaces collectives tout en faisant la promotion de politiques publiques susceptibles de les éradiquer. Analysant principalement les phénomènes de panique marqués par une exagération des menaces collectives et une moralisation des problèmes sociaux, cette littérature met l’accent sur la diabolisation des criminels et autres « déviants », qui sont subsumés sous le concept de « démons folkloriques » (folk devils). Pour les tenants de cette approche, ces « démons folkloriques » sont de simples boucs émissaires désignés par des « entrepreneurs moraux » qui se présentent comme des justiciers capables de protéger la population efficacement. Comme le souligne Stanley Cohen, l’un des fondateurs de cette approche, « pour se placer symboliquement du côté des anges, il faut choisir une cible facile; l’existence de la menace elle-même n’a guère d’importance; elle peut être, et elle a déjà été définie [comme une menace] » (Cohen, 1972 : 138).4 Pour Cohen, les leaders politiques et les autres « entrepreneurs moraux » aiment se placer « du côté des anges » pour incarner l’État protecteur et l’unité symbolique de la société contre les « démons folkloriques ». Cette implication des leaders politiques peut favoriser l’adoption de mesures punitives chargées d’éradiquer la société de ses « démons » (Goode et Ben-Yehuda 1994; Jenkins, 1992; Thomson, 1998). L’intérêt principal de cette approche est de mettre l’accent sur le rôle des leaders politiques dans la propagation d’épisodes de panique collective.

6Dans le cas de la société américaine contemporaine, un exemple flagrant de « panique morale » est l’épisode menant à l’invasion de l’Irak en 2003. Décrivant Saddam Hussein comme un membre de l’Axe diabolique (Axis of Evil) possédant de terribles « armes de destructions massives » capables de détruire l’Amérique, le président Bush et ses alliés politiques ont tout fait pour exploiter la mémoire encore fraîche des attaques du 11 septembre 2001 pour justifier cette invasion (Barber, 2003). Les médias américains et certains Démocrates se sont faits les complices de ce discours catastrophiste en le relayant presque mécaniquement et en dépeignant Hussein comme un fanatique comparable à Hitler et à d’autres « démons » du passé. Au nom du « patriotisme » défendu par un président qui se drapait dans le drapeau américain, les médias de droite comme Fox News retransmirent le message anti-Hussein de l’administration Bush tout en attaquant ceux qui osaient défier Bush (Croft, 2006).

7La capacité du président et de ses alliés conservateurs à exploiter l’insécurité des citoyens concernant la question terroriste se fit d’ailleurs sentir bien avant la campagne idéologique visant à justifier la guerre en Irak. Peu de temps après les attaques du 11 septembre 2001, par exemple, la Maison Blanche mit en place un dispositif d’alerte national hautement médiatisé susceptible d’exacerber l’insécurité collective liée au terrorisme. Selon une analyse quantitative détaillée du sociologue Rob Willer (2004), chaque nouvelle « alerte terroriste » (terror alert) émise par l’administration Bush entre septembre 2001 et mai 2004 favorisa une montée significative de la popularité du président dans les sondages. Pour le président, après le 11 septembre 2001, l’insécurité liée au terrorisme se transforma en une source féconde de pouvoir politique qui, aux États-Unis du moins, ne sera systématiquement contestée que plusieurs moins après l’invasion de l’Irak en mars 2003. Cette absence de contestation immédiate s’explique en partie par le fait que, face au Président, les Démocrates étaient au départ dans une position de faiblesse parce que, depuis les années Reagan, leur parti est moins directement associé au « patriotisme » et aux questions de sécurité nationale que le Parti républicain.

8 Malgré ses qualités et sa capacité à jeter une lumière sur certains aspects de la politique de l’insécurité durant la présidence Bush, le concept de « panique morale » a un sens trop étroit pour circonscrire tous les aspects de la relation entre l’action et le discours politique, d’une part, et insécurité collective, d’autre part. Premièrement, contrairement à ce que ce concept suggère, certaines formes d’insécurité collective peuvent difficilement être attribuées à des « démons folkloriques » comme bin Laden ou Saddam Hussein. Par exemple, il est difficile d’imaginer un bouc émissaire humain pour des catastrophes naturelles comme les inondations, les tornades ou les ouragans. Pourtant, tel que souligné plus bas, ce type de catastrophes peuvent devenir une source majeure d’insécurité collective et de débat sur l’avenir de la protection étatique (Birkland, 1997; Clarke, 2006). Deuxièmement, certaines formes potentielles d’insécurité sont loin d’être toujours amplifiées par les leaders politiques, qui choisissent parfois d’ignorer l’existence ou, du moins, de ne pas mettre l’accent sur d’indéniables sources d’insécurité collective incompatibles avec leurs stratégies politiques et/ou avec les intérêts des groupes de pression qui soutiennent ces leaders. Par exemple, durant la campagne présidentielle de 2004, la président Bush et ses alliés firent tout en leur pouvoir pour détourner l’attention des électeurs de la question de la couverture maladie universelle, qui est traditionnellement associée au Parti démocrate de son adversaire John Kerry. Malgré l’existence fort médiatisée de plus de 45 millions d’Américains vivant sans couverture maladie, l’équipe Bush concentra le tir sur la menace terroriste, ce qui l’aida à se faire réélire tout en renforçant ses appuis au sein du puissant lobby médical privé qui s’oppose à l’idée de couverture médicale universelle (Béland, 2005). Troisièmement, certains types d’insécurité qui affectent directement les citoyens n’ont aucune signification morale profonde. C’est notamment le cas des catastrophes naturelles mentionnées plus haut. Seul le traitement politique de ces catastrophes peut avoir une signification morale. Le débat provoqué par la réponse jugée insuffisante de l’administration Bush face à l’ouragan Katrina discuté plus bas illustre cette remarque. Quatrièmement, toutes les formes d’insécurité collective ne sont pas de nature épisodique. Par exemple, une source majeure d’insécurité telle que l’augmentation du nombre de citoyens américains vivant sans couverture maladie (qui se manifesta notamment à la suite de la récession de 2001) s’étendent généralement sur des années.

9 Ces remarques sont importantes car, en plus de montrer les limites du concept de « panique morale », elles permettent une fois de plus de souligner la diversité des formes d’insécurité collective auxquelles l’État et les citoyens font face. Cette observation renvoie à la complexité de l’État protecteur contemporain, qui s’attaque à des sources d’insécurité collective aussi différentes que la criminalité, les catastrophes environnementales et la précarité économique. Reconnaître la multiplicité des formes contemporaines d’insécurité et des politiques publiques destinées à les enrayer est essentiel pour saisir la diversité des épisodes au cours desquels l’insécurité collective devient un enjeu politique majeur. Plus précisément, la nature même des menaces à la sécurité collective affecte le discours politique et les stratégies politiques qui l’entourent. Par exemple, des phénomènes hautement épisodiques comme les accidents d’avion et les actes terroristes produisent une activité politique bien différente de celle générée par des sources d’insécurité profondes mais moins spectaculaires comme l’absence de couverture maladie. De ce point de vue, chaque menace possède des caractéristiques particulières qui forment une sorte d’« infrastructure du risque ». Une telle infrastructure, qui correspond aux caractéristiques générales d’une menace collective particulière, affecte la manière dont les leaders politiques peuvent répondre à celui-ci. Ainsi, les menaces les plus dramatiques comme les actes terroristes sont davantage susceptibles d’être exploitées politiquement que des phénomènes moins spectaculaires qui, à long terme, peuvent avoir des effets très néfastes sur les citoyens. Tel que souligné plus haut, c’est ce qui s’est produit aux États-Unis au cours de la campagne présidentielle de 2004. Durant cette campagne, pour détourner l’attention de l’électorat du problème de l’assurance-maladie et des propositions démocrates en la matière, les Républicains ravivèrent constamment la mémoire des spectaculaires attentats du 11 septembre 2001 tout remettant en question la capacité de Démocrates comme John Kerry de pouvoir affronter la menace terroriste. Un message publicitaire républicain abondamment diffusé durant la campagne de 2004 illustre cette logique. Dans ce spot télévisé, on peut apercevoir des loups menaçant qui rodent dans une sombre forêt. Simultanément, une voix féminine à la fois grave et sérieuse se fait entendre: « la faiblesse attire ceux qui veulent faire du mal à l’Amérique » (weakness attracts those who are waiting to do America harm). Dans le contexte d’une campagne républicaine axée sur la faiblesse supposée de John Kerry et des Démocrates dans le domaine de la lutte au terrorisme, le message aux électeurs ne pouvait être plus clair (Associated Press, 2004).

10 Une autre question essentielle inséparable de l’« infrastructure du risque » au cœur de la politique de l’insécurité est celle de la responsabilité des leaders politiques. Dans ses travaux sur la « société du risque », Beck affirme que les récentes transformations technologiques ont sapé les bases de la responsabilité individuelle et collective. Selon lui, la « société du risque » se caractériserait par une « irresponsabilité organisée » indissociable du caractère ténu de la relation qui existerait entre les actions individuelles et les risques environnementaux. Comme il serait difficile de déterminer l’origine exacte de certains problèmes, les leaders politiques devraient essuyer les critiques de la population concernant les conséquences négatives de ces problèmes (Beck, 2003). De manière indirecte, cette idée renvoie au rôle central de l’État protecteur dans les sociétés contemporaines. Parce que l’État est impliqué dans la réduction d’un nombre grandissant de risques, les citoyens et les groupes de pression se tournent tout naturellement vers lui lorsqu’une nouvelle menace pointe à l’horizon. Et, si l’État ne semble pas protéger les citoyens adéquatement contre cette menace, les leaders politiques font généralement face à un barrage de critiques qui peuvent compromettre leur réputation et/ou leurs chances de réélection. Aux États-Unis, c’est ce qui s’est produit au lendemain des inondations catastrophiques provoquées par l’ouragan Katrina en août et septembre 2005. Accusé de ne pas avoir agi rapidement et avec vigueur pour aider la population majoritairement noire de la Nouvelle Orléans, l’administration Bush essuya des attaques en règle des médias et de ses adversaires démocrates (Weisman et Abramowitz, 2006). Combinées aux critiques de plus en plus vives envers (les coûts élevés et la légitimité problématique de) la guerre en Irak, ces attaques minèrent considérablement la popularité du président Bush, qui devint progressivement l’un des présidents les plus impopulaires de l’histoire récente après avoir jouit d’une forte popularité dans les mois qui suivirent les événements du 11 septembre 2001 (CBS News, 2007).

11Pour éviter des situations politiques telle que celle qui s’est produite après le passage de l’ouragan Katrina dans le Sud des États-Unis, les leaders politiques doivent s’efforcer de répondre aux demandes de protection qui émanent de la société civile tout en mettant au point des stratégies susceptibles de réduire les risques politiques auxquels ils font face. Il est désormais temps de se tourner vers ces stratégies et de les replacer dans leur contexte institutionnel général.

« Stratégies d’évitement » et politique de l’insécurité

12 Dans les sociétés contemporaines, les leaders politiques poursuivent au moins quatre objectifs distincts.5 Premièrement, ils cherchent à se faire élire ou réélire. Deuxièmement, une fois au pouvoir, ils entendent généralement maintenir ou augmenter leur influence institutionnelle. Troisièmement, ils veillent à leur réputation tout en s’efforçant de léguer un héritage politique durable aux générations futures. Finalement, pour laisser leur marque, les leaders politiques peuvent se mettrent au service d’une idéologie politique qui les dépasse. En règle générale, les leaders politiques poursuivent des stratégies cohérentes pour atteindre ces objectifs. Ces stratégies reflètent en partie les « règles du jeu » du champ politique, qui concernent autant les institutions formelles que les codes culturels propres à la classe politique ou à la société dans son ensemble.6

13Les politiques associées à l’État protecteur affectent directement la configuration des stratégies politiques qui entourent les questions d’insécurité. En effet, les leaders politiques doivent « vivre avec » les politiques publiques établies par leurs prédécesseurs et, plus important encore, assumer le poids des mesures dont ils ont pris l’initiative. Dans certains cas, ces leaders s’efforcent de souligner les conséquences positives de ces mesures, ce qui correspond à une recherche de crédit politique (credit claiming).7 Plus généralement, ce type de stratégie renvoie à une compétition entre les leaders politiques pour s’attribuer la responsabilité de « bonnes nouvelles » comme les baisses du taux de chômage ou de criminalité. De plus, des candidats politiques peuvent rechercher du crédit politique pour des mesures qu’ils proposent afin de réduire certaines formes d’insécurité collective. Tel est le cas des mesures de lutte contre le chômage ou la criminalité, par exemple. Mais, en cas de « mauvaises nouvelles » porteuses d’insécurité, les leaders politiques ne veulent pas nécessairement en « prendre toute la responsabilité ». C’est particulièrement le cas lorsque citoyens, journalistes et opposants politiques, en suivant une logique semblable à l’« irresponsabilité organisée » décrite par Beck, les accusent d’être au moins en partie responsable de ces « mauvaises nouvelles ». Faisant face à de nombreuses critiques potentielles, les leaders politiques tentent donc de réduire leur responsabilité apparente en cas de « mauvaises nouvelles » liées à une montée du chômage, à un acte terroriste ou même à une catastrophe naturelle.

14Bien qu’il ne représente pas la seule stratégie possible dans le cadre de la politique de l’insécurité, le concept de « stratégie d’évitement » (blame avoidance) est particulièrement utile pour comprendre les débats contemporains sur l’insécurité collective. Le concept de « stratégie d’évitement » désigne les tactiques employées par les leaders politiques pour prévenir une éventuelle révolte électorale ou, à tout le moins, réduire la portée des critiques dont ils pourraient faire face en cas de « mauvaises nouvelles » porteuses d’insécurité collective. Parmi les « stratégies d’évitement » les plus utilisées, on trouve entre autres le contrôle de l’agenda politique, la redéfinition des questions de politique publique d’une manière favorable aux stratégies des leaders politiques, la désignation d’un bouc émissaire pour les « mauvaises nouvelles » de l’heure et, finalement, la consolidation d’un front commun entre le plus grand nombre d’acteurs possible afin de réduire leur vulnérabilité politique individuelle (Weaver, 1986; voir aussi Hier, 2002). Aux États-Unis, l’absence de la « discipline de parti » omniprésente dans d’autres pays anglo-saxons comme le Canada et la Grande-Bretagne facilite considérablement la mise en œuvre de ce dernier type de stratégie d’évitement. La création fin 2002 de la « commission bipartisane » sur les événements du 11 septembre 2001 (National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States, aussi connue sous le nom de 9/11 Commission) est un exemple révélateur de ce type de stratégie d’évitement. Face aux accusations de négligence envers le terrorisme qui visaient autant l’administration Bush pour ses actions d’avant le 11 septembre 2001 que l’administration Clinton, les deux principaux partis américains soutinrent la création de cette « commission bipartisane » dont le rôle politique principal fut de suivirent les accusations d’incompétence les plus radicales formulées envers des membres des deux partis (National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States, 2004).

15Il serait ici impossible de proposer une analyse exhaustive de toutes les stratégies mobilisées par les leaders politiques dans le contexte des débats concernant l’insécurité collective. Sans prétendre être exhaustive, l’analyse formulée ici souligne cependant le rôle central des « stratégies d’évitement » dans la politique de l’insécurité. Pour clarifier le sens général de ces stratégies et jeter une lumière neuve sur la politique de l’insécurité, il est nécessaire de discuter deux questions fondamentales évoquées précédemment: les processus d’inscription à l’agenda politique et le rôle du discours politique dans la construction sociale et politique des phénomènes d’insécurité.

Agenda et discours politiques

16 Les idées et le discours politiques participent à la construction des formes d’insécurité collectives qu’affrontent l’État protecteur contemporain. Peut-être le meilleur point de départ pour explorer la relation entre les idées et l’insécurité collective sont les travaux sur les phénomènes d’inscription à l’agenda.8 Ces travaux partent du constat que le monde regorge de problèmes à résoudre mais que seulement une partie limitée d’entre eux accaparent l’attention des décideurs politiques. Cette réalité est liée au fait que les citoyens, les journalistes et les acteurs politiques ne peuvent concentrer leur attention que sur un nombre limité de questions. De ce point de vue, il existe une compétition implicite entre les enjeux de politique publique et les acteurs qui s’efforcent de les placer au cœur de l’agenda politique. Véritables « entrepreneurs de politique publique » (Kingdon, 1995), ces acteurs se mobilisent notamment pour maintenir certains problèmes à l’agenda du législateur tout en promouvant une solution à ce même problème. Par exemple, des associations féministes peuvent agir en « entrepreneurs de politique publique » en alertant les médias et les leaders politiques au sujet de la « violence faite aux femmes » et de ses conséquences négatives avant de réclamer des mesures précises pour contrer ce phénomène. Dans le cadre, ces associations participent à la définition d’un problème particulier tout en pressant l’État protecteur d’agir. Aux côtés des médias et des groupes de pression, les leaders politiques participent directement aux processus d’inscription à l’agenda. En raison de leur rayonnement médiatique et de leur pouvoir institutionnel, ces acteurs ont le pouvoir d’infléchir le contenu de l’agenda politique tout en formulant des solutions aux problèmes qu’ils entendent combattre. Concernant la politique de l’insécurité, les leaders politiques peuvent attirer l’attention de la population sur des menaces qui constituent selon eux des formes majeures d’insécurité auxquelles l’État devrait s’attaquer en priorité. Aux États-Unis durant la présidence Bush, l’exemple plus haut mentionné de l’accent mis par le parti républicain sur la question terroriste durant la campagne électorale de 2004 illustre à merveille cette logique.

17Mais ces remarques ne signifient pas que, aux États-Unis comme ailleurs, les leaders politiques exercent un contrôle total sur les processus d’inscription à l’agenda. En fait, il arrive fréquemment que ces acteurs doivent affronter des questions qu’ils n’ont pas contribué à placer au cœur du débat politique. Par exemple, une catastrophe naturelle, un accident nucléaire, un acte terroriste ou un autre événement imprévisible aux conséquences dramatiques peuvent subitement altérer le contenu de l’agenda politique. Dans un tel contexte, les leaders politiques doivent prendre en considération ces sources d’insécurité, à défaut de prendre des mesures pour les juguler. Car l’inscription d’une question « incontournable » à l’agenda politique n’est pas nécessairement synonyme d’action législative majeure. Par exemple, en raison d’une absence de consensus politique sur les mesures à prendre, une question de politique publique peut demeurer à l’agenda pendant des mois voire des années sans qu’aucune mesure la concernant ne soit prise. Ceci est particulièrement le cas dans des pays aux institutions politiques fragmentées comme les États-Unis. Dans ce pays, seule une « crise » d’envergure parvient généralement à aplanir les obstacles crées par le système de « poids et contre poids » et la mobilisation incessante des groupes de pression à Washington et dans les États fédérés (Birkland, 1997). Toutefois, même aux États-Unis, certaines catastrophes forcent la main des leaders politiques, qui doivent parfois rapidement adopter des mesures contraires à leur idéologie politique pour éviter de se faire accuser de ne « rien faire » pour affronter une situation urgente. Un exemple révélateur concerne la politique américaine de sécurité aérienne au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Traditionnellement hostiles aux politiques de régulation et à l’augmentation du rôle de l’État fédéral dans la société américaine, les représentants et sénateurs républicains au Congrès votèrent massivement en faveur de la nationalisation de la sécurité aérienne (Cobb et Primo, 2003). Pour éviter d’être blâmé en cas d’une nouvelle attaque terroriste aérienne aux États-Unis, les leaders républicains adoptèrent une mesure qu’ils avaient longtemps opposée au nom de leur idéologie anti-étatique (York, 2002).

18 Au-delà des processus d’inscription à l’agenda et du poids des intérêts économiques, le discours politique au sujet des formes d’insécurité collective est un enjeu majeur des débats entourant l’avenir de l’État protecteur. Premièrement, une fois qu’un problème est inscrit à l’agenda politique, les leaders politiques vont tenter d’infléchir la perception de ce problème et de leur responsabilité en la matière. Généralement, les leaders politiques se décrivent comme les protecteurs zélés du bien commun et de la sécurité publique, et ils tentent de prouver aux citoyens qu’ils sont en meilleure position que leurs adversaires pour neutraliser les menaces collectives de l’heure. Dans certains cas, le discours des leaders politiques amplifie les menaces susceptibles de justifier leurs projets politiques. Par exemple, tel qu’évoqué précédemment, le président Bush utilisa la menace terroriste pour justifier l’invasion de l’Irak en mars 2003 (Barber, 2004). Mais, contrairement à ce qu’une lecture rapide pourrait laisser croire, les leaders politiques n’ont pas toujours intérêt à exacerber le sentiment d’insécurité collective pour promouvoir leurs projets politiques et garantir leur réélection. Dans certaines circonstances, les leaders politiques vont tout faire pour dédramatiser une situation potentiellement critique contre laquelle ils ne peuvent (ou ne veulent) rien faire. Comme nous l’avons vu, aux États-Unis, par exemple, les Républicains s’efforcent parfois de minimiser la question de l’absence de couverture maladie car cette question semble avantager leurs adversaires démocrates.

19 Avant de conclure cette discussion, trois remarques supplémentaires au sujet de la politique de l’insécurité s’imposent. Premièrement, la politique de l’insécurité ne peut se réduire aux seules « stratégies d’évitement ». Par exemple, la recherche de crédit politique mentionnée précédemment est un aspect non négligeable de cette politique. Deuxièmement, l’idée selon laquelle les acteurs politiques jouent un rôle central dans la construction de l’insécurité ne signifie pas que les citoyens soient toujours passifs face au discours des leaders politiques, loin s’en faut. Dans certains cas, les citoyens s’organisent pour demander des explications au gouvernement ou protester contre le discours de certains leaders politiques, qui sont parfois accusés de ne pas être transparents au sujet des risques auxquels la population fait véritablement face. Les journalistes et les mouvements sociaux peuvent participer à ce processus de critique sociale et politique, qui favorise l’émergence de contre discours démocratiques (Tilly, 2006: 174). Un tel processus s’est produit aux États-Unis à travers le mouvement grandissant d’opposition à la présence militaire américaine en Irak. Ce mouvement est associé à des figures médiatisées telles que Cindy Sheehan, une « américaine ordinaire » devenue graduallement militante pacifiste et adversaire célèbre de Bush à la suite de la mort en avril 2004 de son fils, qui servait alors en Irak (http://www.cindyforcongress.org/​). Troisièmement, il faut rappeler que toutes les formes potentielles d’insécurité ne deviennent pas des enjeux politiques majeurs. Ainsi, l’ignorance des experts, des leaders politiques et de la population au sujet de certains problèmes économiques, sociaux ou environnementaux peut maintenir ces derniers à l’écart de l’agenda politique. Dans d’autres cas, de tels problèmes sont connus des experts et des politiciens au pouvoir mais l’existence de puissants intérêts économiques et sociaux milite contre l’émergence de tout débat politique au sujet de ces problèmes (Lukes, 2005 : 44-48). Tôt ou tard, cependant, ces problèmes peuvent s’imposer sur l’agenda politique sans que ceux au pouvoir ne puissent éviter cette situation. Par exemple, aux États-Unis, l’administration Bush, après avoir nié pendant des années jusqu’à l’existence d’un « réchauffement climatique » planétaire pour justifier son rejet du protocole de Kyoto (par exemple Devine 2004), a récemment reconnu l’importance de ce phénomène voire même la nécessité de s’y attaquer. Bien que nombreux sont ceux qui doutent de la volonté réelle de l’administration Bush de s’attaquer à ce problème, la situation actuelle n’en est pas moins ironique. Les efforts médiatiques de l’ancien candidat démocrate à la présidence, Al Gore (défait par Bush en 2000 à la suite d’une longue saga politico-judiciaire), ne sont en effet pas étrangers à la présence accrue de cette question dans le débat politique américain vers la fin du second et dernier mandat présidentiel de George W. Bush, qui a perdu beaucoup de son influence politique réelle à la suite de la défaite républicaine aux élections législatives de 2006 (Gore 2007).

Conclusion

20Empruntant ses exemples à la situation politique américaine sous la présidence Bush, cet article souligne l’intérêt d’une analyse systématique de la politique de l’insécurité dans les sociétés contemporaines. Une telle perspective nécessite la formulation d’un cadre d’analyse fondé sur la mise en relation des approches théoriques distinctes qui permettent de mieux saisir le rôle des leaders politiques dans la construction sociale et politique de l’insécurité collective. L’approche développée ici met l’accent sur le rôle des leaders politiques, qui s’efforcent d’altérer le contenu de l’agenda politique ainsi que la perception des menaces collectives pour servir leurs intérêts politiques et renforcer leur légitimité politique. Compte tenu de la logique d’« irresponsabilité collective », les leaders politiques doivent notamment mobiliser des « stratégies d’évitement » susceptibles de réduire les risques politiques inséparables de « mauvaises nouvelles » qui constituent un aspect essentiel de la politique de l’insécurité. Ne pouvant se réduire au concept étriqué de « panique morale », la politique de l’insécurité est également indissociable de la nature des problèmes et des menaces qui se font jour dans le contexte de l’État protecteur contemporain. Donc, impossible de comprendre les débats politiques entourant les questions d’insécurité sans prendre en considération la nature des menaces collectives qu’affronteraient les sociétés contemporaines (la fameuse « infrastructure du risque »).

21Quant à la politique de l’insécurité aux États-Unis sous la présidence Bush, elle souligne le poids de ces différents facteurs tout en illustrant leur interaction. Clairement, le président Bush et ses alliés ont tout fait pour exploiter l’insécurité liée au terrorisme tout en s’efforçant de maintenir à l’écart d’autres questions comme la couverture maladie et le « réchauffement climatique ». En l’absence de nouvelles attaques terroristes aux États-Unis depuis le 11 septembre 2001, toutefois, l’obsession sécuritaire semble avoir perdu du terrain au profit de ces deux questions, qui occupent une place de choix dans les débats entourant les primaires démocrates et républicaines en vue des élections présidentielles de 2008. Aux États-Unis comme ailleurs, l’avenir de la politique de l’insécurité et de l’État protecteur demeurent largement indéterminé. Parce que les citoyens peuvent aider à contrer les actions et les discours potentiellement néfastes des leaders politiques en ces matières, la vigilance citoyenne demeure plus que jamais de mise, aux États-Unis et dans les autres sociétés contemporaines. Un aspect essentiel de cette vigilance est la reconnaissance du rôle souvent central des acteurs politiques dans le construction social de l’insécurité collective.

Haut de page

Bibliographie

Altheide, David L. 2006. Terrorism and the Politics of Fear. Lanham: Altamira.

Associated Press. 2004. « Bush Ad Uses Wolves to Imply Kerry Weak: Democrats Counter with Eagle-Ostrich Spot », MSNBC News, 22 octobre. http://www.msnbc.msn.com/id/6308153/

Barber, Benjamin 2004. L’empire de la peur: terrorisme, guerre, démocratie. Paris: Hachette.

Beck, Ulrich. 2003 [1986]. La Société du risque. Sur la voie d'une autre modernité. Paris: Flammarion (collection « Champs »). 

Béland, Daniel. 2005. Social Security: History and Politics from the New Deal to the Privatization Debate. Lawrence: University Press of Kansas.

Birkland, Thomas A. 1997. After Disaster: Agenda Setting, Public Policy and Focusing Events. Washington, DC: Georgetown University Press.

Bourdieu, Pierre. 2000. Propos sur le champ politique. Lyon: Presses universitaires de Lyon.

Castel, Robert. 2003. L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé? Paris: La République des idées/Le Seuil.

CBS News. 2007. « Poll: Bush Approval Rating at New Low », CBS News, 22 janvier. http://www.cbsnews.com/stories/2007/01/22/opinion/polls/main2384943.shtml

Clarke, Lee. 2006. Worst Cases: Terror and Catastrophe in the Popular Imagination. Chicago: University of Chicago Press.

Cohen, Stanley. 1972. Folk Devils and Moral Panics: The Creation of the Mods and Rockers. Oxford: Basil Blackwell.

Croft, Stuart. 2006. Culture, Crisis and America’s War on Terror. Cambridge: Cambridge University Press.

Devine, Robert S. 2004. Bush versus the Environment. New York: Anchor Books.

Glassner, Barry. 1999. The Culture of Fear: Why Americans Are Afraid of the Wrong Things. New York: Basic Books.

Goode, Erich et Nachman Ben-Yehuda. 1994. Moral Panics: The Social Construction of Deviance. Oxford: Blackwell.

Gore, Al. 2007. The Assault on Reason. New York: Penguin Press.

Hier, Sean P. 2002. « Raves, Risks and the Ecstasy Panic: A Case Study in the Subversive Nature of Moral Regulation », Canadian Journal of Sociology, 27 (1): 33-57.

Jenkins, Philip. 1992. Intimate Enemies: Moral Panics in Contemporary Great Britain. New York: Aldine de Gruyter.

Kingdon, John W. 1995. Agendas, Alternatives and Public Policies (seconde édition). New York: Harper Collins.

Lukes, Steven. 2005. Power: A Radical View (seconde édition). Londres: Palgrave.

Mayhew, David R. 1974. Congress: The Electoral Connection. New Haven: Yale University Press.

National Commission on Terrorist Attacks upon the United States. 2004. Final Report. Washington, DC: National Commission on Terrorist Attacks upon the United States.
http://govinfo.library.unt.edu/911/report/index.htm

Quadagno, Jill. 2005. One Nation, Unisured: Why the US Has No National Health Insurance. New York: Oxford University Press.

Robin, Corey. 2004. Fear: The History of a Political Idea. New York: Oxford University Press.

Rosanvallon, Pierre. 1990. L’État en France: de 1789 à nos jours. Paris: Le Seuil.

Simon, Jonathan. 2007. Governing through Crime: How the War on Crime Transformed American Democracy and Created a Culture of Fear. New York: Oxford University Press.

Thompson, Kenneth. 1998. Moral Panics. Londres: Routledge.

Tilly, Charles. 1985. « War Making and State Making as Organized Crime » dans Peter B. Evans, Dietrich Rueschmeyer et Theda Skocpol (dir.), Bringing the State Back In. Cambridge, Cambridge University Press: 169-91.

Tilly, Charles. 2006. Why? Princeton: Princeton University Press.

Tocqueville, Alexis de. 1986. De la démocratie en Amérique, volumes I et II. Paris: Gallimard.

Weaver, R. Kent. 1986. « The Politics of Blame Avoidance ». Journal of Public Policy, 6: 371-398.

Weisman, Jonathan and Michael Abramowitz. 2006. « Katrina's Damage Lingers for Bush: Many See Storm as President's Undoing », Washington Post, 26 août: A01.

Willer, Robb. 2004. « The Effects of Government-Issued Terror Warnings on Presidential Approval Ratings », Current Research in Social Psychology, 10 (1), septembre. http://www.uiowa.edu/%7Egrpproc/crisp/crisp10_1.pdf

York, Byron. 2002. « The World That Didn’t Change—Much: Partisanship and the Politics of National Security after 9/11 » dans Wladyslaw Pleszczynski (dir.), Our Brave New World: Essays on the Impact of September 11. Palo Alto: Hoover Institution Press: 21-40.

Haut de page

Notes

1 L’auteur tient à remercier Bruno Théret, François Vergniolle de Chantal et les membres du comité de rédaction de Socio-logos pour leurs commentaires. Pour une discussion générale consacrée au rôle de l’insécurité aux États-Unis axée sur la « lutte contre la criminalité » on lira Glassner (1999) et Simon (2007).
2 Le terme « politique de l’insécurité » désigne les débats et les stratégies politiques entourant les menaces collectives et l’État protecteur chargé de les affronter. Quant à l’expression « leaders politiques », elle désigne des acteurs qui jouent un rôle symbolique et politique proéminent dans un système politique donné: président, premier ministre, ministre, chef de parti ou candidat aux plus hautes fonctions politiques. La « politique de l’insécurité » transcende l’univers des seules campagnes électorales. Toutefois, les mêmes stratégies politiques semblent à l’œuvre autant durant qu’entre ces campagnes.
3 Empruntée à Alexis de Tocqueville (1986), la notion d’État protecteur est notamment discutée par Pierre Rosanvallon (1990). Cette notion renvoie au rôle de L’État moderne dans la réduction de l’insécurité collective, notamment à travers la mise en place de politiques chargées de combattre les menaces économiques, physiques et environnementales qu’affrontent les citoyens. Aux États-Unis, l’État protecteur prend une forme fédérale, ce qui contribue grandement à sa fragmentation. De plus, les entreprises privées, notamment les compagnies d’assurances, jouent un rôle clé dans certains domaines, notamment celui de la protection médicale. Tel que discuté plus bas, il n’existe pas de couverture maladie universelle aux États-Unis (Quadagno, 2005).
4 Citation originale: « To align oneself symbolically with the angels, one had to pick on an easy target; the fact that the target hardly existed was irrelevant; it could be, and already had been, defined. »
5 Il s’agit d’une distinction analytique car, dans la pratique, ces objectifs sont parfois intimement liés les uns aux autres.
6 Sur le concept de champ politique voir Bourdieu 2000.
7 Ce concept est emprunté au politologue David Mayhew (1974). Voir aussi Weaver, 1986.
8 Au sujet du concept d’inscription à l’agenda voir Kingdon, 1995.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Béland, « La politique de l’insécurité: L’exemple des États-Unis », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 26 mars 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/1362

Haut de page

Auteur

Daniel Béland

Professeur de politique publique et de sociologie à l'Université de la Saskatchewan et Public Policy Scholar au Woodrow Wilson International Center for Scholars. Courriel: daniel.beland@usask.ca Page Internet: www.danielbeland.org

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org