Navigation – Plan du site
Débats

Construction sociale de l’appauvrissement

Budget de la famille. Enquêtes INSEE 1994-1995 et 2000-01
Jean-François Gazeau

Entrées d’index

Index des rubriques :

Débat
Haut de page

Texte intégral

1Disons-le tout net : la pauvreté et la précarité donnent mauvaise conscience. Et, dans le monde de la recherche, elles constituent un large champ de préoccupations, où il s’agit notamment de savoir comment les pauvres ou les précaires font pour s’en sortir (parcours, projets d’insertion). Par symétrie, il existe un champ d’analyses qui scrute les carrières des décideurs (ingénieurs des grandes écoles, énarques, etc.) dont la réussite renverse plutôt le temps de conjugaison : comment ont-ils faits pour en arriver là ? Ces champs, certes pertinents, sont cependant séparés, voire étanches, non seulement en raison du clivage des populations respectives, mais aussi parce que la relation entre réussite des uns et misère des autres échappe à la sagacité générale, comme si elles étaient absolument indépendantes, sans interaction. Un tel sujet serait-il tabou ?

2Dans « Mesurer la pauvreté », Economie et Statistique 1997, 8/9/10, aucune contribution ne suppute une telle problématique. Les spécificités socioéconomiques n’y sont guère évoquées que pour expliquer la difficulté technique des comparaisons internationales. Les mutations socioéconomiques, notamment dans les ex-pays de l’Est, sont certes invoquées dans le Rapport sur la pauvreté en Europe de Caritas Europa, orienté sur la famille, en mars 2004, mais comme source de déstructuration des familles. Le tout dernier rapport de l’Insee « Les revenus et le patrimoine des ménages » (novembre 2006) soupèse le partage de la population autour du seuil de pauvreté au fil d’une rétrospective critique, et, dans la presse, les commentateurs en modulent le constat technique par des nuances plus qualitatives. Le tout sans esquisser la moindre genèse de la pauvreté.

3En l’occurrence, l’observation des populations pauvres ou aisées comme autant de collections d’individus – la surface des choses -, fait sans doute écran à l’observation du système en tant que tel où, bon gré mal gré, ces populations « fonctionnent » ensemble et leurs richesses circulent. Au-delà, la question se pose de savoir s’il est politiquement correct d’interroger le cœur du système et, en fait, de mettre les mains dans le moteur.

4Le propos est précisément ici de voir comment « ça » fonctionne et de montrer que, en dépit de la lutte affirmée contre la pauvreté et en faveur de la cohésion sociale, le fonctionnement « normal » de la société, distribution des revenus et dispositif de consommation aidant, crée les conditions de la discrimination sociale et de l’appauvrissement. Les enquêtes de l’INSEE sur le « Budget de la famille » de 1994-1995 et 2000-2001 fournissent des données susceptibles de satisfaire la curiosité.

5Parmi ces données, l’endettement des ménages apparaît évidemment comme un outil d’analyse pertinent, dans la mesure où il est à même d’organiser et parfois de désorganiser des budgets. C’est donc par son biais que nous allons explorer la structuration des distributions et des flux de richesses, et suivre des projets d’acquisition voire d’enrichissement qui peuvent tourner à l’appauvrissement. Quelques autres données disponibles dans les enquêtes, notamment la position dans l’échelle des revenus, le statut d’occupation du logement principal, la composition des ressources et le revenu minimal, celui « dont le ménage … doit absolument disposer pour pouvoir simplement subvenir à ses besoins », seront sollicitées et organisées pour baliser le chemin1.

6L’endettement résulte grosso modo de trois ordres de dépenses à tempérament (logement, véhicule, consommation courante) et de deux types de remboursement (banque, autres organismes financiers), selon l’importance des dépenses à financer.

7Certaines dépenses correspondent à des paris sur l’avenir. C’est particulièrement le cas des crédits, surtout de longue durée, qui constituent un investissement, à tout le moins une anticipation sur des ressources à venir, malgré des risques conjoncturels difficilement maîtrisables. L’emprunt immobilier pour accéder à la propriété du logement principal est un moyen largement usité, généralement auprès des banques avec évaluation préalable de l’endettement (et donc de la solvabilité) et échéancier. Il permet, pour l’essentiel, au taux de propriété de progresser avec l’âge des contractants pour atteindre les 70% vers l’âge de 65 ans. Ce poste de dépenses représente évidemment le poids majoritaire des remboursements de crédits (54% en 1995 et 61% en 2001).

8Les autres crédits, achats de véhicules et achats de consommation courante peuvent être financés par la banque traditionnelle, mais aussi de façon plus « spontanée » et immédiate par les marchands eux-mêmes ou leur propre organisme financeur, par le biais de prêts dédiés ou de mises à disposition de compte disponible de type revolving. L’offre luxuriante et invasive de crédits témoigne d’un créneau lucratif et de réservoirs de demande, et ses techniques sont assez astucieuses pour assujettir et parasiter les budgets sous couvert de les discipliner et/ou de les soulager (cf. encart ci-dessous), selon des normes sélectives comme nous verrons plus loin.

Discipliner et soulager les budgets.

Les tentations sont en effet nombreuses et alléchantes, mais elles sont trompeuses. Et trompeuses en toute légalité. Quelques exemples utiles pour décrypter les offres et/ou se prémunir :
Les chèques sans provision, (accident ou pas), sont taxés forfaitairement ; leur rapport coût/bénéfice est d’autant plus avantageux (côté banque) ou désastreux (côté signataire) que le montant du chèque est faible.
Le taux d’intérêt prohibitif des crédits « revolving » est escamoté par des modalités de remboursement qui, pour être allégées, allongent les délais et … le montant des agios.
Tel contrat de prêt oblige à des mensualités supérieures au montant prévu par le taux d’intérêt ; l’épargne forcée est rendue à l’emprunteur en fin de parcours, mais elle a entre temps provisionné gratuitement le prêteur.
Les assurances décès misent sur le blocage des comptes au moment du décès, assez éprouvant aussi pour les finances. Compte tenu des tables de mortalités, le souscripteur a toutes les chances de survivre après avoir abondé entièrement le capital qui lui aurait été dû. Il est alors devant une alternative ; soit il continue d’abonder et c’est à fonds perdu, soit il rompt le contrat, et perd ses droits.
Il faut savoir aussi qu’en cas de retard de mensualité, les organismes prêteurs ou assureurs ne lésinent pas sur les pénalités, ce qui sale la note. En cas de litige, les moyens comminatoires peuvent aller jusqu’à l’extorsion frauduleuse (parfois réussie, souvent tentée) de sommes finalement indues.

Revenu minimal, occupation du logement, types de revenus et CSP

9Les revenus du travail, y compris les retraites2, forment l’essentiel (85%) des ressources des ménages, et sont complétés en moyenne à hauteur de 10% environ par des transferts sociaux3 et de 5% environ par des revenus du patrimoine4. Ces compléments sont évidemment très inégalement répartis : les revenus inférieurs au demi revenu médian5 comptent environ 45% de transferts sociaux (qui les laissent malgré tout sous le seuil de pauvreté), et les revenus supérieurs au double du revenu médian comprennent environ 12% de revenus du patrimoine.

10En 1995, les agriculteurs et petits patrons de 60 ans et plus, sans enfant à la maison, avec un ou deux revenus parentaux, sont propriétaires dans 81% des cas, vs 29% (vs = versus signifie que 29% de ceux qui sont hors du profil précité sont propriétaires); 66% des ménages à deux revenus de 35 à 44 ans, cadres et intellectuels supérieurs ou professions intermédiaires en activité sont des accédants à la propriété, vs 23% ; 92% des femmes seules, avec ou sans enfant, employées ou ouvrières de moins de 30 ans sont locataires, vs 36%. Ces noyaux durs, très semblables en 2001, inscrivent ainsi le statut d’occupation dans les histoires de vie plus ou moins travaillées par l’histoire socio-économique du pays.

11D’après le rapport du revenu minimal au revenu réel (RM/RR), un ménage sur deux prétend qu’un revenu moindre (inférieur à 87% du revenu réel) lui suffirait, tandis qu’un ménage sur cinq souhaiterait une rallonge de 15% au moins.

12Ces orientations en matière de revenu minimal, en faisant référence explicitement aux besoins et implicitement au pouvoir d’achat, modulent sensiblement la notion de pauvreté trop sèchement (et d’ailleurs maladroitement) décrite par le demi revenu médian6, selon lequel on compterait 9% de ménages pauvres. Elles ne sont évidemment pas indifférentes à la situation financière ni, par conséquent, au statut d’occupation du logement : plus de 70% des accédants à la propriété bénéficient d’un revenu réel significativement supérieur au revenu minimal déclaré, seuls trois locataires sur quatre sont dans le même cas, et les propriétaires, plus partagés, font figure d’intermédiaire.

Distribution de la population selon le rapport RM / RR et selon le statut d’occupation du logement principal

  

1995

2001

Statut d’occupation du logement

RM/RR < 0,87

RM/RR > 1,15

RM/RR < 0,87

RM/RR > 1,15

Propriétaires

56,1%

23,5%

46,3%

28,4%

Accédants

73,6%

5,6%

71,1%

9,8%

Locataires

23,7%

47,9%

26,9%

39,9%

RM/RR < 0,87 = le revenu minimal est inférieur à 87% du revenu réel
(= le revenu réel est supérieur à 115% du revenu minimal) ;
RM/RR > 1,15 = le revenu minimal est supérieur à 115% du revenu réel
(= le revenu réel est inférieur à 87% du revenu minimal).
Ainsi, en 2001, près de 10% des accédants aimeraient une rallonge d’au moins 15% à leur revenu.

13Mais la composition des ressources intervient aussi, qui n’est pas complètement redondante avec leur niveau. On peut dès lors se fixer des seuils pertinents pour le niveau de revenus, les parts respectives de transferts sociaux et de revenus du patrimoine, et les appréciations de revenu minimal, et construire ainsi un prisme d’analyse de l’échantillon7.

14De fait, la population des ménages se décompose en groupes dont, malgré leur définition a priori, on postule que les postures de gestion de leur budget sont différenciées. Parmi les groupes qui s’écartent significativement des valeurs centrales, cette caractérisation permet de retenir cinq figures particulièrement saillantes qu’on nommera, de façon sans doute trop restrictive, par leurs traits prépondérants8.

15Le premier groupe, par construction, touche des revenus supérieurs au double du revenu médian, avec peu de revenus du patrimoine (< 5%) et des transferts sociaux inférieurs à 40%; il déclare un revenu minimal inférieur à son revenu réel. Parce que les Cadres et Professions intellectuelles supérieures actifs y sont surreprésentés, on appellera ce groupe « Cadres actifs ».

16Le deuxième groupe a des revenus supérieurs au demi revenu médian, dont plus de 20% provient de revenus du patrimoine (en moyenne 38%), et moins de 40% de transferts sociaux. Il déclare aussi un revenu minimal inférieur à son revenu réel. Les personnes de référence sont deux fois sur trois à la retraite. Ce groupe absorbe le tiers des revenus du patrimoine. On appellera ce groupe « Petits patrons rentiers ».

17Les deux groupes suivants sont définis par une part de transferts sociaux supérieure à 40% du revenu (respectivement 61% et 71% en moyenne) notamment en raison d’un taux de chômage important, et une part de revenus du patrimoine inférieur à 5% ; ils se distinguent l’un de l’autre par leur revenu minimal déclaré, inférieur au revenu réel pour l’un et supérieur pour l’autre groupe. Ces deux groupes sont majoritairement ouvriers en âge d’activité. Leur écart de posture sur le revenu minimal fait écho au fait que le revenu réel de l’un est en moyenne double du revenu de l’autre. Ces deux groupes accaparent le tiers des transferts sociaux. On les appellera respectivement « Ouvriers aisés » et « Ouvriers pauvres ».

18Enfin le dernier groupe est, par construction, composé de ménages aux revenus inférieurs au demi revenu médian, avec de faibles transferts sociaux et de faibles revenus du patrimoine. Il se plaint de revenus insuffisants. Quatre fois sur dix en retraite, ses personnes de référence appartiennent plutôt aux catégories Ouvriers, Employés et Agriculteurs. On appellera ce groupe « Anciens travailleurs ».

19Le reste de la population est plus terne et fait du bruit au sens statistique du terme; compte tenu de son poids et de l’absence de saillances sociales, ses performances sont proches de la moyenne générale, bien qu’on puisse sans doute y repérer, ici et là, quelque tiraillement entre tel ou tel des groupes saillants ci-dessus.

20A quelques variantes près, la structure sociale de ces groupes observée en 1995 se retrouve dans l’enquête de 2001. Représentant en tout un sous-échantillon de près de 20% des ménages de chaque enquête, ils offrent l’intérêt de confronter des populations contrastées. En particulier, le groupe des « Petits patrons rentiers », population de décideurs ou d’anciens décideurs ayant pu capitaliser du patrimoine, fait face au groupe des « Ouvriers pauvres », population plutôt soumise aux décisions extérieures que ce soit en termes de pouvoir professionnel ou de choix immobilier. Il convient sans doute d’associer aux « Petits patrons rentiers » les grands décideurs du groupe « Cadres actifs » qui, pour la plupart, font profession d’organiser le changement et/ou d’en profiter. Ils n’ont pas encore de revenus du patrimoine, celui-ci est encore en cours de construction, mais leur revenu d’activité les met à l’abri du besoin.

21L’appréciation de l’état du budget est cohérente avec la situation décrite. De même, l’orientation d’un surcroît éventuel de revenus vers des besoins insuffisamment satisfaits, concrétise la fracture sociale : un quart du groupe des « Ouvriers pauvres » assurerait mieux ses besoins alimentaires ; plus de la moitié des « Cadres actifs », déjà en excédent budgétaire (la question symétrique, « sur quelles dépenses rogneriez-vous en cas de diminution de vos revenus ? » n’est pas posée), complèteraient plutôt leurs loisirs et vacances.

22Une fois constitués, ces groupes exhibent des profils sociaux assez remarquables, notamment marqués par des statuts d’occupation du logement, des structures professionnelles et/ou d’activité et même d’âges différenciés. Le tableau suivant présente un certain nombre des caractéristiques propres à chaque groupe. Certaines ont déjà été évoquées, ne serait-ce que pour nommer les groupes ; d’autres rappellent les modalités de construction, et peuvent paraître redondantes. Il reste que la présentation comparative fixe les idées, met en lumière les saillances et, ce faisant justifie, a posteriori, ou au moins conforte la méthodologie minimaliste employée.

23En effet, les différents groupes ainsi définis font partie d’un tout (d’un système), et sont, à ce titre, parties prenantes réciproques dans les échanges, quoique dans des positions inégales. Cette approche peut, ne serait-ce que temporairement, dispenser de méthodologies plus sophistiquées d’où ces liens seraient exclus, et rester néanmoins fructueuse. En l’occurrence, la méthodologie réside donc davantage dans la posture. S’agissant de budget, des familles mais aussi des groupes sociaux dont elles relèvent, l’étude (logos) des flux domestiques, l’éco-logie au sens propre et en toute humilité, peut (et doit) relever le défi des doctes lois (nomos) de l’éco-nomie9.

Profils sociaux typiques (enquête 1995)

  

Cadres Actifs

Petits patrons rentiers

Ouvriers aisés

Ouvriers pauvres

Anciens travailleurs

Proportion / Ensemble de l’échantillon

5.0 %

3.4 %

2.7 %

4.7 %

2.4 %

Propriétaire Logement principal

29.3 %

75.2 %

20.3 %

10.6 %

49.7 %

Accédant à la propriété

39.9 %

7.4 %

20.5 %

9.6 %

6.1 %

Locataire Logt. principal

26.7 %

8.6 %

55.8 %

74.1 %

21.1 %

Budget à l’aise ou très à l’aise

82.5 %

71.8 %

22.8 %

12.4 %

16.9 %

Budget difficile

2.9 %

1.3 %

28.4 %

52.1 %

31.8 %

Personne de référence, âge < 40 ans

26.9 %

2.7 %

30.3 %

53.8 %

26.0 %

Personne de référence, âge 50 ans et +

44.1 %

87.5 %

38.3 %

25.2 %

64.8 %

Agriculteurs

0.6 %

14.8 %

3.7 %

3.9 %

19.2 %

PIC - Artisans Commerçants

10.4 %

27.2 %

3.7 %

7.0 %

16.2 %

Cadres supérieurs, Prof. intellectuelles

62.4 %

19.4 %

6.7 %

4.4 %

4.4 %

Professions Intermédiaires

18.7 %

16.9 %

11.5 %

6.9 %

3.4 %

Employés

4.5 %

12.1 %

18.1 %

25.3 %

24.3 %

Ouvriers et Indéterminé

3.4 %

9.3 %

56.3 %

52.5 %

32.6 %

Revenu minimal > 2 * Revenu réel

-

-

-

27.0 %

34.8 %

Revenu minimal < ½ Revenu réel

42.0 %

29.7 %

12.1 %

-

-

Personne de référence : un homme

86.0 %

69.7 %

70.3 %

59.8 %

56.1 %

Ayant un emploi

78.1 %

24.3 %

35.5 %

24.7 %

31.6%

Au chômage

1.5 %

1.7 %

32.2 %

39.7 %

4.5 %

A la retraite

19.6 %

67.2 %

14.6 %

4.8 %

41.7%

Note de lecture : La première ligne mesure le poids respectif de chaque profil dans l’échantillon (totalisation horizontale). Pour toutes les autres lignes la totalisation est verticale dans les cellules en traits gras : ainsi, parmi les Cadres actifs, 40% sont accédants à la propriété et 29% propriétaires, un sur trois est Cadre Supérieur et 1 sur 10 est Patron de l’industrie et du commerce, etc.

24Il apparaît donc, d’une manière plus illustrative que précédemment, que l’indicateur RM/RR est inversement proportionnel au niveau de revenu. Pourtant, loin de résulter de la seule construction de ces groupes, le constat se vérifie indépendamment de la composition de leurs ressources.

25En effet, on peut partitionner l’ensemble de l’échantillon de façon croisée, selon l’indicateur RM/RR d’une part et selon la seule position dans l’échelle des revenus d’autre part10. Les courbes qui mettent en regard le rapport RM/RR et le revenu réel illustrent bien la propension générale à proportionner le revenu minimal déclaré (en plus ou en moins) à la position sur l’échelle des revenus (en bas ou en haut).

26Les groupes saillants qui nous occupent s’inscrivent assez bien au long de ces courbes de « consensus ». On observe cependant que les niveaux supérieurs de revenus sont en général plus réticents à se plier complètement au « consensus », de même que les niveaux les plus faibles de revenus sont plutôt timides dans leurs aspirations.

nb : un coefficient égal à 2 signifie qu’il faudrait doubler le revenu actuel ; un coefficient égal à 0,45 signifie que 45% du revenu suffirait pour «simplement subvenir aux besoins du ménage» et que le reste (55%) est « superflu ».

27Chacune des courbes (Consensus PM pour la première partition, Consensus RCumDemMed pour la seconde) est calée sur la valeur interpolée entre ses groupes 3 et 4, qui sont les plus centraux. Le mode de calage des courbes fait qu’elles ne se superposent pas à l’ensemble respectif des points dont elles sont issues.

28Prendre au mot les réponses et satisfaire les déclarations de revenu minimal, c’est supposer qu’il manque effectivement des ressources d’un côté et que de l’autre des ressources sont excédentaires, et que chaque groupe en accepte le principe. L’indicateur RM/RR exprime d’un côté la part jugée manquante, soit 63 % dans le groupe des « Ouvriers pauvres », inférieure à ses seuls revenus par transferts sociaux, et de l’autre la part jugée explétive, soit 48 % dans le groupe des « Petits patrons rentiers », supérieure à ses seuls revenus du patrimoine. Le déséquilibre dans la répartition des ressources est donc flagrant, de l’aveu même des parties intéressées. Pas assez ici, et trop là ? La question est moins triviale qu’il n’y paraît : la réduction de la pauvreté supposerait expressément de reconfigurer le partage, et de fait, le rétrécissement de la fourchette des revenus diminuerait mécaniquement la population vivant sous le seuil de pauvreté.

29Tenons pour crédibles les réponses des groupes les plus plaintifs, qui expriment ainsi leur « pauvreté subjective ». En est-il de même des réponses des groupes de « riches subjectifs » ? Seraient-ils prêts à renoncer réellement à une partie de leurs ressources, donc à quelques unes de leurs dépenses, présumées excédentaires ? Il semble que leurs réponses à ce sujet expriment moins leur inclination à amputer leur train de vie qu’une spéculation ludique et donc sans enjeu sur les besoins auxquels il s’agirait de « simplement subvenir », appuyée essentiellement sur l’adverbe « simplement ». En sous-entendant, façon noblesse contre roture, que « leur ménage pourrait vivre chichement avec … », ils valident avec force la réalité du déficit financier des plus pauvres.

30La comparaison des revenus moyens, des parts respectives de transferts sociaux et de revenus du patrimoine, ainsi que les masses financières explétives ou manquantes fournit l’étendue des inégalités entre les groupes saillants mais aussi la faiblesse des glissements utiles qui permettraient d’amoindrir les doléances sans douleur pour les mieux nantis : la masse budgétaire manquante ne représente guère que 17% de la masse excédentaire.

Composition des revenus par groupe typé (Enquête 1995, en FF)

 

Cadres Actifs

Petits patrons rentiers

Ouvriers aisés

Ouvriers pauvres

Anciens travailleurs

Revenu total moyen (FF)

410665

228200

136361

61905

40996

Revenu minimal / Réel

0,49

0,52

0,67

1,63

1,89

dont Rev. du Patrimoine (%)

  

38,1 %

 

 

 

dont Transferts sociaux (%)

 

 

61,6 %

70,6 %

 

Budget explétif :

Budget manquant :

(en masse, en milliards de FF)

207,3

73,2

23,9

35,8

17,1

La situation des groupes les moins favorisés s’est sensiblement dégradée entre l’enquête de 1995 et celle de 2001 pendant que, chez les « Petits patrons rentiers », la part des revenus du patrimoine augmentait.

31L’écart de revenus entre les deux groupes extrêmes « Anciens travailleurs » et « Cadres actifs », s’est certes légèrement réduit d’une date à l’autre, passant d’un rapport de 1 à 10 à un rapport de 1 à 9,5. Cependant, les deux groupes aux budgets déficitaires « Ouvriers pauvres » et « Anciens travailleurs » ont alors, en 2001, des budgets encore plus « déficitaires », comme s’ils arrivaient moins à faire face. D’ailleurs, la masse budgétaire manquante fait alors 56% de la masse excédentaire.

Revenus et leur source, par groupe typé (Enquête 2000, en Euros)

 

Cadres Actifs

Petits patrons rentiers

Ouvriers aisés

Ouvriers pauvres

Anciens travailleurs

Revenu total moyen (€)

63047

42826

21406

12210

6622

Revenu minimal / Réel

0,51

0,46

0,67

2,47

4,30

dont Rev. du Patrimoine (%)

 

41,3 %

 

 

 

dont Transferts sociaux (%)

 

 

60,6 %

70,6 %

 

Budget explétif :

Budget manquant :

(en masse, en milliards d’€)

42,8

14,8

5,3

22,6

12,6

Prévalence de l’endettement et du surendettement

32L’endettement et le surendettement témoignent de la disparité des situations entre ces groupes. Compte tenu des frais financiers afférents, ils tendent à alourdir la part de budget consacrée à l’achat d’un bien tout en échelonnant la dépense dans le temps. On verra plus loin que les charges de créances creusent les écarts.

33L’endettement, quel qu’en soit l’objet, est relativement partagé : près de la moitié des ménages ayant un ou des crédits dont le remboursement dépasse 1% de leur budget ; il est plus fréquent quand les revenus sont excédentaires et se raréfie quand ils sont déficitaires, en vertu des facilités d’accès au crédit comme sans doute du soin à gérer le budget et d’éventuelles interdictions.

34Après un certain reflux global du risque depuis 1995, le surendettement, pris ici comme un endettement supérieur à 30%11 du budget, concerne 6,7% des ménages en 2001. Il varie plutôt en sens contraire du niveau de revenu, en sorte que la probabilité qu’un ménage en cours de remboursement soit surendetté passe de 4 % dans le groupe le plus favorisé à 45 % dans le groupe le plus défavorisé. Mais il dépend aussi du statut d’occupation du logement principal. Les ménages propriétaires ou locataires de leur résidence principale sont assez peu surendettés, moins de 2% avec une pointe à 6,5% dans le sous-groupe « Ouvriers pauvres » propriétaire. Par contre, les ménages accédants à la propriété sont une fois sur quatre surendettés, et plus spécialement ceux des groupes « Ouvriers pauvres » et « Anciens travailleurs » (respectivement 44% et 62%), indépendamment des circonstances d’achat : la faveur d’un héritage et/ou de la vente d’un autre logement, résidence principale ou non, très inégalitaire entre les groupes, ne modifie guère le risque de surendettement12.

35Cependant, il est délicat de confondre propriété et location, les situations s’opposant en termes de charges budgétaires. Aussi, si l’on considère le loyer comme une dette stipulée par contrat, homologue d’une mensualité d’emprunt immobilier et prise en compte pour l’obtention de crédits officiels, l’addition des loyers et des remboursements de crédits aggrave lourdement la fréquence de « surendettement » des locataires (36% en moyenne, mais 54% dans le sous-groupe « Ouvriers pauvres » et 73% dans le sous-groupe « Anciens travailleurs », lors de l’enquête de 2001), supérieure à celles des accédants à la propriété.

Prévalence de l’endettement par groupe typé

Enquête 2001

Cadres Actifs

Petits patrons rentiers

Ouvriers aisés

Ouvriers pauvres

Anciens travailleurs

% Ménages Endettés

63,9 %

26,3 %

37,8 %

33,6 %

12,5 %

% Ménages surendettés

2,5 %

1,6 %

3,0 %

7,5 %

5,6 %

 Dont chez les propriétaires

0,6 %

1,6 %

3,5 %

6,5 %

2,2 %

 Chez les accédants

5,5 %

6,2 %

11,3 %

44,1 %

62,4 %

 Chez les locataires

0,8 %

0,0%

1,3 %

3,7 %

3,0 %

% (loyer + crédits) > 0.3 R

10,4 %

16,5 %

19,0 %

53,7 %

73,0 %

36Tous les bailleurs de logements ne sont certes pas des particuliers, et l’absence des organismes propriétaires immobiliers ampute le parc locatif d’une part non négligeable. Malgré cela, on peut pourtant esquisser un dispositif des flux financiers, revenus et dépenses, et d’entretien des inégalités. Ce dispositif est marqué d’une double contrainte. D’un côté, les revenus du patrimoine permettent au minimum d’atténuer la baisse de revenus due à la retraite, au mieux de vivre plus à l’aise et d’épargner davantage avec la perspective d’augmenter le patrimoine ; ils proviennent en assez grande partie de locations et de dividendes d’actions qui, eux, pèsent sur les coûts salariaux13. De l’autre côté, les loyers versés obèrent préférentiellement les plus faibles revenus salariaux d’actifs anciens ou actuels, en emploi ou non ; il sont étroitement associés aux besoins les plus criants, et plombent les possibilités d’épargne en vue d’un éventuel emprunt immobilier.

37Les accédants à la propriété, le plus souvent d’anciens locataires qui tentent de rompre cette spirale, se trouvent parfois submergés par l’effort : le seul remboursement d’emprunt peut suffire à faire entrer en surendettement. En particulier nombre d’accédants des groupes « Ouvriers pauvres » et « Anciens travailleurs » sont surendettés du fait de ce seul crédit, respectivement 33% et 55% en 2001, pourtant en baisse par rapport à 1995 (44% et 79%). Indépendamment d’éventuelles détériorations du niveau de vie (le sens de la variable vari5 est incertain : s’agit-il de variations du niveau de vie ou du niveau de revenus ?), le crédit apparaît dès lors comme une facilité d’autant plus dangereuse que les budgets sont serrés et qu’elle peut être offerte plus ou moins à la légère.

La charge des postes de créance

38Les crédits en cours, emprunts pour le logement principal, pour la voiture, pour des travaux, pour une autre résidence ou encore crédits non répertoriés, concernent la moitié des ménages. Ils sont le fait de ménages en moyenne plus aisés que ceux qui ne sont pas endettés. Les emprunts pour le logement principal sont la source d’endettement la plus fréquente, les crédits non répertoriés et les crédits automobiles se partagent la deuxième place, loin devant les emprunts pour travaux ou pour autre résidence, plus anecdotiques.

39Le cumul d’emprunt est assez rare et quand il survient, hormis l’emprunt immobilier qui en dissuade plutôt, il s’agit du cumul d’un crédit automobile et de crédits non répertoriés. Dans les ménages endettés, la somme des remboursements représente en moyenne 20% du revenu, avec des différences selon l’aisance : si les ménages aisés sont plutôt endettés à hauteur de 15% ou moins, ceux du groupe « Ouvriers pauvres » le sont à hauteur de près de 40%, en consacrant des parts de budget nettement supérieures à la moyenne générale dans chacune des trois grandes sources d’endettement. Le marché reste sans doute au dessus de leurs moyens, comme semble l’indiquer leur propension remarquable aux crédits non répertoriés, trois fois supérieure à la moyenne.

40Des dépenses excessives du fait de crédits seraient-elles responsables de ces dérapages ? Loin de vouloir (et de pouvoir) juger de la pertinence et de la rationalité de telles dépenses dans la gestion du quotidien, nous pouvons évaluer leur fréquence par poste d’emprunt (résidence principale, véhicule, autres crédits). Pour fixer une « norme » de référence, considérons dans chacun de nos groupes, chez les ménages non surendettés, le remboursement moyen et sa dispersion de chaque catégorie d’emprunt. Et stipulons que, pour un budget égal à la moyenne du groupe de revenu, un remboursement excédant la somme du remboursement moyen et de son écart-type (écart centré réduit) serait excessif au regard de sa charge dans les dépenses. Dans ces conditions, en appliquant ce principe au prorata de chaque budget, on identifie des remboursements qui paraissent au-dessus des moyens propres des ménages qui s’endettent, autrement dit des remboursements « hors norme ».

Emprunt et emprunt « hors norme », Enquête 2001

 

Cadres Actifs

Petits patrons rentiers

Ouvriers aisés

Ouvriers pauvres

Anciens travailleurs

% Ménages Endettés

63,9 %

26,3 %

37,8 %

33,6 %

12,5 %

 Emprunt Résid.principale

61,8 %

36,5 %

28,9 %

27,8 %

44,0 %

 Dont « hors norme »

14,4 %

8,5 %

8,1 %

31,9 %

52,6 %

Emprunt Voiture

36,1 %

30,2 %

29,3 %

31,5 %

25,9 %

 Dont « hors norme »

19,8 %

29,8 %

10,8 %

8,7 %

18,9 %

Crédits non répertoriés

25,1 %

39,9 %

57,8 %

60,6 %

40,0 %

 Dont « hors norme »

16,4 %

27,4 %

19,6 %

29,2 %

57,2 %

% Surendettés si

-Emprunts RVC hors norme

 

18,1 %

 

11,3 %

 

40,3 %

 

63,4 %

 

76,0 %

- ou non

0,4 %

4,7 %

1,7 %

6,0 %

19,7 %

Emprunts RVC = emprunts pour Résidence et/ou Voiture et/ou Crédits (non répertoriés).
Exemple de lecture : dans le groupe des « Ouvriers aisés » 37,8% sont endettés ; l’endettement tient à l’emprunt automobile (29,8% des cas), à des crédits non répertoriés (57,8% des cas) dont près d’un sur cinq est hors norme ; 40,3% de ceux qui empruntent hors norme sont surendettés.

41Ces remboursements hors normes sont très nettement associés au surendettement des ménages : quelle que soit l’enquête, et sur l’ensemble de chaque échantillon, la probabilité d’être surendetté est de 46% chez les ménages qui ont un ou des remboursements hors normes (contre 6% chez les ménages qui, ayant des dettes, n’ont pas de remboursement hors normes). Cette probabilité, en baisse par rapport à l’enquête de 1995, se module selon les niveaux de revenus et elle est augmente à mesure que les ménages sont plus défavorisés économiquement, confirmant que les dépenses y font alors facilement passer la ligne rouge.

42Mais alors, les dettes surdimensionnées résultent-elles de choix inconsidérés ? Une telle question renvoie évidemment à la liberté du choix dans les dépenses et les modalités de paiement, au comptant ou à crédit. On peut penser que, dans les groupes aisés, de telles dépenses, qu’elles soit momentanées et/ou raisonnées, laissent un revenu disponible suffisant, mais qu’il en va tout autrement dans les deux autres groupes, pour lesquels la spirale de la dette risque d’enfler14. D’une part, dans le groupe « Anciens travailleurs », 20% des ménages endettés sont déjà surendettés sans avoir aucun remboursement hors normes. D’autre part, la fréquence des emprunts hors normes, notamment dans l’achat immobilier et dans les crédits non répertoriés, comme la fréquence des loyers hors norme (identifiés comme tels selon le même principe, ou dépassant 30% des revenus ordinaires) augmentent avec la défaveur économique.

43Une telle propension à des dépenses « au dessus des moyens » met alors en cause moins le libre choix de dépenses exagérées, qui seraient alors imputables à la légèreté des emprunteurs, que l’accessibilité au marché dont la barre est trop haute pour les plus bas revenus. On en trouve confirmation dans la fréquence de ces remboursements immobiliers et loyers hors norme, qui varie en fonction de la pression démographique15, et donc du prix du marché immobilier, en acquisition ou en locatif.

44On en trouve encore confirmation, toute zone géographique confondue, dans la part de chaque type de remboursement dans les budgets, en confrontant, groupe par groupe, les ménages « raisonnablement » endettés et les ménages « déraisonnablement » endettés.

Part du budget moyen des emprunteurs (2001)

  

Ensemble Echantil-lon

Cadres Actifs

Petits patrons rentiers

Ouvriers aisés

Ouvriers pauvres

Anciens travail-

leurs

Endettement « normal »

 

 

 

 

 

 

Niveau de revenu

150

110

106

131

154

147

Logement (si achat)

 

12,70%

10,30%

16,30%

23,90%

24,10%

Crédits (si crédit)

 

4,20%

5,40%

4,10%

6,80%

8,80%

Voiture (si achat)

 

3,40%

6,60%

7,70%

11,10%

21,40%

Endettement «hors norme »

 

 

 

 

 

 

Niveau de revenu

120

93

117

116

140

127

Logement (si achat)

 

39,20%

20,70%

44,90%

41,90%

42,30%

Crédits (si crédit)

 

16,20%

19,50%

15,40%

30,20%

45,90%

Voiture (si achat)

 

7,90%

10,00%

21,50%

16,10%

33,00%

Nb. Le « niveau de revenu » de chaque groupe mesure l’écart avec le revenu moyen (base 100) des ménages non endettés.
La mention « si achat » ou « si crédit » signifie que, dans chaque groupe, les calculs portent sur les seuls ménages concernés.

45Lorsque les ménages sont raisonnablement endettés, c’est-à-dire sans emprunts hors normes, la part du remboursement moyen varie en sens contraire du niveau de revenu. C’est particulièrement manifeste pour les achats de voitures à crédit, mais cela reste vrai pour les remboursements de prêts immobiliers, sans qu’on puisse en inférer à des goûts systématiquement démesurés de luxe. On peut étendre la proposition aux crédits non répertoriés, dont la part est double dans le groupe « Anciens travailleurs » de ce qu’elle est dans le groupe « Cadres Actifs », tout en restant généralement inférieure à celle des emprunts automobiles.

46Quant aux ménages qui empruntent au dessus de leurs moyens, le niveau absolu de leur(s) remboursement(s) est plus de deux fois supérieur, et leur endettement relatif dérape d’autant plus que leur budget est moindre. La part des crédits non répertoriés, notamment « revolving », y est toujours supérieure à celle des crédits automobiles alors que leur taux d’intérêt peut friser le taux d’usure, et que leurs modalités de remboursement dites « en douceur » alourdissent la charge effective en doublant au bout du compte des agios. Il n’est donc pas étonnant, dans ces conditions, de trouver dans un récent rapport sur le surendettement que « les crédits renouvelables ou revolving sont présents dans 80% des dossiers » de surendettés.

47Le groupe le plus précaire (« Anciens travailleurs ») est sans doute le plus rétif, de gré ou de force, à contracter des dettes, mais pour les ménages qui passent le pas, l’usage de crédits non répertoriés, entre autres, et la proportion de remboursements hors norme s’interprètent alors comme une « stratégie » paradoxale de survie. A quelques nuances près, le groupe « Ouvriers pauvres », dont les revenus « avant transferts sociaux » sont plus faibles que ceux du groupe « Anciens travailleurs », et même le groupe « Ouvriers aisés » s’enfoncent dans le même piège, avec un usage intense de crédits non répertoriés, même s’ils ne sont pas aussi souvent hors normes.

48L’ensemble de ces observations est robuste et résiste entre les deux enquêtes, à ceci près que les emprunts sont davantage encadrés en 2001 : les revenus des emprunteurs y sont plus élevés que ceux des non emprunteurs, surtout chez les ménages les moins aisés alors qu’en 1995, les prêteurs faisaient moins de différence en matière de solvabilité de leurs clients.

A qui ça profite ?

49Le système tourne, bon gré mal gré. Le marché distribue de la richesse, c’est-à-dire des ressources, mais crée aussi de la pauvreté et s’en nourrit … aussi. Il suffit pour cela que les règles de fonctionnement soient supportables par le petit monde qui les prescrit.

50Les prix du marché et le « standard de vie », de même que la grille des revenus échappent grandement aux ménages à faible revenu, alors que ce revenu, d’activité ou de retraite, issu du rapport revenu du travail / revenu des actionnaires, est pourtant censé au moins maintenir la cohésion sociale, au mieux favoriser l’ascenseur social. Le groupe des « Cadres actifs » n’est pas étranger à cela. Une bonne partie des professions supérieures, économistes, juristes, ingénieurs et autres énarques, concocte à longueur de temps les moyens d’accroître la rentabilité des entreprises, et en laisse les dégâts collatéraux16, dont elle est le mieux prémunie, comme lot de consolation au politique, réduit aux utilités. De façon plus pragmatique, on peut interroger la prétendue égalité de chacun par la grâce d’une seule et même règle. En matière de pénalités à tarif fixe, par exemple, les amendes pénales peuvent être calamiteuses pour les petits budgets déjà serrés par des charges fixes et être très peu dissuasives pour les budgets les plus aisés. Par analogie, des taux d’intérêt obèrent gravement ici le restant disponible, quand là, ils ne l’entament qu’à peine. Les jeux ne sont décidément pas équitables, et la justice (sociale) est encore loin de la vertu pondérée dont elle porte le nom.

51Compte tenu des besoins incontournables et/ou incompressibles, l’avantage n’est évidemment pas à la clientèle subalterne, captive ou captivée. Par anticipation de revenus à venir, et compte tenu des nécessités du moment, le recours au crédit permet normalement de résoudre la tension entre revenu, épargne et marché. Quand la tension est trop forte, le surendettement, voire le surloyer, ouvrent parfois, au gré de la défaveur sociale, sur des lendemains qui déchantent, ponctionnant les budgets et appauvrissant les ménages déjà faiblement voire les moins bien lotis, au plus grand profit des organismes financiers et des bailleurs de logement. Le profit commun des prêteurs et des loueurs est double et fonctionne comme une mâchoire : d’abord il tient à la trop faible capacité d’épargne de leurs clients, et ensuite les crédits et les loyers entretiennent voire aggravent cette faiblesse. Pour les loueurs, la demande locative s’entretient d’autant mieux que nombre de locataires, « fixés » par les prix du marché, sont moins à même de constituer un apport personnel pour une éventuelle accession à la propriété.

52Le surendettement comme le surloyer se développent de façon différenciée selon la structure des revenus (revenu du travail, revenus du patrimoine et transferts sociaux) et leur aisance (accessibilité au marché) ; et leur charge ampute d’autant les marges de manoeuvre, quand il y en a encore.

53A moins de leur supposer un plaisir masochiste, ou une incapacité foncière à gérer un budget (mais est-il vraiment aisé de gérer la pénurie ?), les ménages ainsi perclus préféreraient sans doute, sinon épargner, au moins vivre sans craindre l’huissier, tout en consommant « normalement », c’est-à-dire au moins sans surpayer leurs achats (crédits non répertoriés) et sans se résigner à vivre complètement en retrait. Il est vrai aussi que la « normalité » se renouvelle sans cesse, à la mesure des innovations et du progrès, s’ingéniant à créer de nouveaux besoins au prétexte récurrent de soulager la vie quotidienne et d’améliorer son confort. Le marketing offensif, la profusion des offres de fidélisation avec cadeaux à la clé, comme des offres d’argent disponible dans la plupart des chaînes de distribution qui s’instaurent organismes financiers, travestissent la consommation en jeu facile et indolore. Mais, dans le gant de velours (« laissez vivre vos envies ! »), la main est de fer (« votre détresse nous intéresse »).

54Les transferts sociaux servent peu ou prou de poumon à l’endettement. Sans ces transferts, les groupes « Ouvriers aisés » et « Ouvriers pauvres » seraient davantage en peine de contracter les mêmes dettes, et donc de financer par là quelques secteurs clés de l’économie tels que l’immobilier, la consommation et le crédit.

55En somme, tout fonctionne comme si la pauvreté et l’appauvrissement résultaient de stratégies prédatrices éparses mais convergentes, comme autant d’ « impondérables organisés », qui sont autrement plus efficaces que des promesses électorales. Il s’agit d’impondérables parce que leur poids harcelant ne se fait sentir qu’à la longue, qu’ils induisent une victimologie individuelle du type « accident de la vie » et un traitement d’aide compassionnel tout aussi individuel ; ils escamotent le principe fondateur d’une logique économique de mainmise17°. Constitutifs du système et de sa logique, et sous couvert de la trop fameuse main invisible du marché, c’est en cela qu’ils sont organisés. Autant dire que, et ce n’est pas qu’une pirouette, la richesse des uns fait la misère des autres.

56« L’humanité vit sous le règne de la captation des richesses »18. On peut ainsi, sans que le changement d’échelle change la nature du problème, généraliser à l’ensemble de la planète ; la pauvreté et l’endettement des pays du tiers-monde pourraient s’y analyser de la même façon. Rappelons-nous que l’histoire de France est, pour une bonne part, une histoire de famille truffée de luttes fratricides sur le dos des populations à coup de volontés hégémoniques. La révolution française a renouvelé les acteurs et le vocabulaire sans trop changer le fond. Et n’est-ce pas encore dans une structuration très féodale des relations économiques mondialisées que, en dépit de l’émergence de certains dans certains pays, le tiers-monde reste le terrain de jeu des conquêtes de richesses, de marchés et de zones d’influence pour des grands décideurs des pays décideurs, et qui entendent garder leur suzeraineté ?

Haut de page

Notes

1 Pour neutraliser la variabilité de composition des ménages, et construire une échelle comparative des revenus, on considérera le revenu ordinaire (hors rentrées exceptionnelles) total par unité de consommation. Le calcul applique à l’enquête de 1995 le barème de l’enquête de 2001, soit 1 point pour le premier adulte, ½ point pour les autres adultes de plus de 13 ans, et 3/10ème de point pour les enfants de 13 ans et moins.
2 Contrairement à l’enquête de 1995, les retraites font partie des transferts sociaux dans l’enquête INSEE de 2000. Il s’agit certes d’une redistribution de revenus, mais pour la comparabilité, et parce qu’elles résultent d’une épargne pendant le temps d’activité, elles sont ici comptabilisées comme revenus (différés) du travail.
3 Les transferts sociaux comprennent l’allocation chômage, les allocations sociales et familiales (bourse d'étude ou de recherche, allocation familiale de base, complément familial, allocation de rentrée scolaire, allocation pour jeune enfant, aide à la garde d'enfant, allocation parentale d'éducation, allocation de parent isolé, allocation de soutien familial), les allocations d’invalidité (allocation pour tierce personne, allocation adulte handicapé, pension d'invalidité, allocation d'éducation spéciale), les aides au logement (allocation logement, aide personnalisée au logement), et les minima sociaux (revenu minimum d'insertion, aide sociale, minimum vieillesse).
4 Les revenus du patrimoine comprennent les intérêts de Caisse d'épargne, d'épargne logement, de valeurs mobilières, d'assurance vie, les loyers de logements de rapport, de terres et terrains ou de biens ou actifs professionnels. Curieusement, elles excluent les rentes viagères financières ou immobilières, il est vrai de faible poids, placées dans les revenus divers.
5 Le revenu médian est celui qui partage la population, ordonnée en revenus croissants, en deux parties d’égal effectif. Le demi revenu médian est usuellement considéré comme le seuil en dessous duquel on est pauvre.
6 Gazeau J.-F., 2003, "Le demi revenu médian, martingale du seuil de pauvreté ?", Bulletin de Méthodologie Sociologique, n°77, p. 19-33
7 Pour ce faire, la gamme des valeurs de chaque critère est divisée en tranches balisées
pour le niveau de revenu, par le revenu médian, sa moitié et son double (4 tranches);
pour les transferts sociaux, par les seuils de 10% et 40% du revenu total (3 tranches) ;
pour les revenus du patrimoine, par les seuils de 5% et de 20% du revenu total (3 tranches);
enfin pour le revenu minimal, par les seuils de 87% et de 115% du revenu réel (3 tranches).
8 Elle n’est pourtant pas sans rapport avec la construction du CREDOC pour « Une approche de la pauvreté tenant compte de l’hétérogénéité des conditions de vie », nov. 2005, où des catégories de population issues d’une enquête antérieure, sont retenues en raison de leurs « comportements de consommation spécifiques ».
9 L’économisme ambiant est sans doute trop captivé dans le culte des grands équilibres et de la performance (toujours plus, plus vite et au moindre coût) pour honorer encore quelques fondamentaux tels que valeur travail et parité des acteurs.
10 La première partition découpe le spectre RM/RR, rapport « revenu minimal moyen et revenu réel moyen », (<0.50; 0.50-0.67; 0.67-0.85; 0.85-1.15; 1.15-1.50; 1.50-2.00; >2.00) soit 7 tranches dont on retient à chaque fois le revenu moyen. La seconde partition, en 7 groupes aussi, combine l’échelle des revenus (revenu médian, sa moitié et son double), et l’échelle des revenus cumulés, ordonnés dans l’ordre croissant et divisés par quartiles de la masse totale ; et on retient la valeur moyenne du RM/RR de chaque groupe.
11 Le seuil de 30% retenu est voisin de celui retenu par les banques (un tiers). Rappelons que l’endettement de la grande famille France est estimé à 66% du PIB.
12 Les circonstances d’achat (crédit, héritage, vente autre logement, aide familiale, financement personnel) ne sont connues que dans l’enquête de 2001.
13 Le niveau d’exigence et l’itinérance des actionnaires au gré de leur satisfaction (15% de rendement annuel pour les fonds de pensions ?) étrangle les revendications salariales et/ou précarise les entreprises.
14 Considérons les revenus restant disponibles après dépenses de logement (remboursements immobiliers ou locations) et remboursements d’autres emprunts. La distribution de ces reliquats accentue les contrastes précédemment observés : les pauvres, en dessous du demi revenu disponible médian, et les plus aisés, au dessus du double revenu disponible médian, sont plus nombreux qu’avec le revenu total.
15 Cette observation vaut pour l’année 1995. En l’absence de la variable ‘département’ dans l’enquête 2001, on présume que les effets inflationnistes de la demande n’ont pas été abolis.
16 Au titre de ces dégâts collatéraux, et sans que la liste soit limitative, on peut citer : le chômage, les risques professionnels de santé, l’allongement des trajets domicile - travail, l’habitat concentrationnaire, l’addiction à la consommation et à de nouveaux besoins, etc., sans compter les dégâts sur l’environnement, l’épuisement des réserves, la disparition des espèces, le réchauffement de la planète, etc.)
17 Cf. « Surendettement des particuliers et des familles », Rapport d’information du Sénat, octobre 1997.
18 Entretien avec Jean ZIEGLER, rapporteur des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, Libération, 25 mars 2005.
Haut de page

Table des illustrations

Légende nb : un coefficient égal à 2 signifie qu’il faudrait doubler le revenu actuel ; un coefficient égal à 0,45 signifie que 45% du revenu suffirait pour «simplement subvenir aux besoins du ménage» et que le reste (55%) est « superflu ».
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Gazeau, « Construction sociale de l’appauvrissement », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 23 mars 2007, consulté le 26 mars 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/138

Haut de page

Auteur

Jean-François Gazeau

Centre Maurice Halbwachs, (CMH, ex-LASMAS), Jean-Francois.Gazeau@ens.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org