Navigation – Plan du site
Débats

Marx et la population

A propos de la lecture althusserienne
Yves Charbit

Entrées d’index

Index des rubriques :

Débat
Haut de page

Texte intégral

1 De manière surprenante, peu d’études de fond, du moins accessibles en anglais ou en français, traitent de la pensée de Marx et d’Engels en matière de population. C’est dans La Situation de la classe laborieuse en Angleterre en 1844 (publié par Engels en 1845), Le Capital (1867) et les Théories de la plus-value, écrites entre 1861et 1863, mais publiées en 1905, après la mort de Marx, par Kautsky1 que se trouve l’essentiel de la réflexion sur la population. Marx se situe, comme Malthus, à un double niveau. Le Capital est en effet avant tout un traité de théorie économique, et revendiqué en tant que tel : la population est une des trois variables centrales de l’analyse, au même titre que la terre et le capital. Cependant Marx, après Engels, fait aussi œuvre de sociologue ; ses démonstrations sont étayées par des exemples précis pris dans l’Angleterre du milieu du XIXème siècle, car il cherche sans cesse à apporter la preuve de ce qu’il propose au niveau théorique, tout comme Malthus l’avait fait pour démontrer l’universalité de son principe de population. Comme on pouvait s’y attendre, les travaux les plus significatifs sur la question de la population chez Marx proviennent des économistes et des démographes, mais une troisième lecture, celle-ci philosophique, a été proposée par l’école althussérienne. On le sait, en 1965 Louis Althusser avait situé en 1845 la rupture entre le jeune Marx, celui de l’Idéologie allemande, encore idéaliste et hégélien, et les œuvres majeures de la maturité, Le Capital (1867) et les théories de la plus-value écrites en 1861-63 et publiées après sa mort par Engels et Kautsky2. En 1969, dans l’Avertissement aux lecteurs d’une nouvelle édition du Capital, Althusser nuance son jugement. La préface de 1859 de la Critique de l’Économie politique est encore profondément hégélienne-évolutionniste ; car « quelque chose de décisif commence bien en 1845, mais il a fallu à Marx un très long travail pour parvenir à enregistrer dans des concepts vraiment nouveaux la révolution accomplie avec la pensée de Hegel »3. Or, s’il est un point sur lequel Marx prend clairement position contre Hegel, c’est bien la conceptualisation et la théorisation de la population.4 Cette brève étude tente donc de faire le point sur la contribution de la lecture althussérienne appliquée à la population chez Marx : si la rupture épistémologique ne fait aucun doute (I), bien plus problématique est la prise en compte du concept même de population dans Lire le Capital (II).

I. La rupture épistémologique de 1845 et la population

La méthode de l’économie politique en matière de population

2 On le sait, dès la Contribution à la critique de l’économie politique, Marx dénonce la réification de la population par les économistes. Fait significatif, le développement intitulé « La méthode de l’économie politique » s’ouvre par l’exemple de la population, comme si c’était celui qui permettait le mieux à Marx de dénoncer la prétention de cette science bourgeoise à couper les faits de leur substrat social. En effet, quand les économistes considèrent un pays, ils commencent par « étudier sa population, la division de celle-ci en classes, sa répartition dans les villes, à la campagne, au bord de la mer, les différentes branches de production, l’exportation et l’importation, la production et la consommation annuelle, les prix des marchandises, etc. (…). La population est une abstraction si l’on néglige par exemple les classes dont elle se compose. Ces classes sont à leur tour un mot creux si l’on ignore les éléments sur lesquels elles reposent, par exemple le travail salarié, le capital etc. Ceux-ci supposent l’échange, la division du travail, les prix, etc. Le capital par exemple, n’est rien sans le travail salarié, sans la valeur, l’argent, le prix, etc. Il semble que ce soit la bonne méthode de commencer par le réel, le concret, (…) donc en économie politique, par la population qui est la base et le sujet de l’acte social de production tout entier ». Faux semblant : il en résulte une « représentation chaotique du tout », et fait plus grave, on en déduit, par itérations successives, des évidences, des abstractions, des causalités de plus en plus simples. La bonne méthode consiste au contraire à « refaire le chemin à rebours jusqu’à ce qu’enfin on arrive de nouveau à la population, mais celle-ci ne serait pas, cette fois, la représentation chaotique d’un tout, mais une riche totalité de déterminations et de rapports nombreux ».

3 Une fois dénoncé le caractère pseudo-scientifique de la méthode, le texte passe au procès sur le fond de la fausse science : « La première voie est celle qu’a prise très historiquement l’économie politique à sa naissance. (…) La première démarche a réduit la plénitude de la représentation à une détermination abstraite ; avec la seconde, les déterminations abstraites conduisent à la reproduction du concret par la voie de la pensée. C’est pourquoi Hegel est tombé dans l’illusion de concevoir le réel comme le résultat de la pensée, qui se concentre en elle-même, s’approfondit en elle-même, se meut par elle-même, alors que la méthode qui consiste à s’élever de l’abstrait au concret n’est pour la pensée que la manière de s’approprier le concret, de le reproduire sous la forme d’un concret pensé ».5

4 Pourquoi Marx a-t-il pris comme exemple la population ? On peut sur ce point suivre Althusser : Marx s’attache à « renverser » la dialectique hégélienne, et l’Introduction à la Critique de l’Economie Politique de 1859 est « un texte méthodologique de premier ordre » où le mot renversement n’apparaît pas, mais qui « parle de sa réalité : des conditions de validité de l’emploi scientifique des concepts de l’économie politique. Il suffit de réfléchir sur cet emploi pour en tirer les éléments fondamentaux d’une dialectique ».6 Dans la perspective althussérienne, la population est en effet l’objet d’un double mouvement : idéalisation en catégories de chiffres, nous dirions en données individuelles ; puis réification de ces catégories, indépendamment de leur participation à des rapports de force dialectiques. On parle ainsi d’exode rural, de facteurs attractifs et répulsifs, dont on perd le sens profond, car quitter la campagne à la suite d’une expropriation n’est pas de même nature qu’un choix volontaire de migration. Si la nécessité de cette rupture théorique avec l’idéalisme hégélien s’illustre chez Marx par l’exemple de la population, ce n’est pas un hasard. Elle constitue, nous le verrons, le préalable qui permet à Marx de passer à l’analyse de l’accumulation primitive et qui donne à son tour une perspective théorique aux mouvements de population antérieurs à la révolution industrielle. Le cas précis des crises du capitalisme montre comment Marx s’est donné les moyens de s’abstraire de l’idéalisme, trop souvent naïf par rapport au piège de l’observation du réel. En témoigne l’évolution par rapport aux analyses d’Engels.

D’Engels à Marx : l’analyse des crises du capitalisme

5 Dans La situation de la classe laborieuse en Angleterre en 1844 Engels définit la surpopulation de l’Angleterre en termes d’une « armée de réserve de travailleurs inoccupés ». Dans Le Capital, Marx utilise le concept d’« armée industrielle de réserve ». Le changement de qualificatif – industrielle remplace inoccupés – n’est pas anodin : il renvoie à une conceptualisation profondément différente. Quand Engels parle de travailleurs inoccupés, il le fait dans un passage qui décrit la nature de la concurrence commerciale et sauvage, et qui privilégie le rôle moteur du chef d’entreprise.7 Celui-ci exerce son activité dans un environnement qu’il ne maîtrise guère et bien qu’il sache la quantité annuelle d’un produit donné qui est achetée sur les divers marchés nationaux, il ignore tout de l’état de la demande sur le marché de ce produit, des stocks disponibles, du volume exporté par ses concurrents, dont il n’a qu’une estimation très approximative à travers les fluctuations des prix. Tous les chefs d’entreprise étant dans la même situation, le moindre signe favorable, par exemple sur un marché étranger, déclenche des exportations excessives, qui ont vite fait de saturer le marché. Aussitôt les ventes s’essoufflent, la production s’arrête et par contrecoup l’emploi des travailleurs dans la branche considérée diminue. Or, avec le progrès du capitalisme, la fluidité des marchés est telle que la crise qui frappe un marché donné ne se limite pas à celui-ci ; l’ensemble des crises sectorielles finit par prendre l’allure d’une crise chronique qui affecte l’ensemble des marchés (domestiques et étrangers) et des branches. Les petites entreprises ne peuvent survivre et font faillite. La suite du raisonnement nous ramène aux conséquences socio-démographiques de ces crises de surproduction : « les salaires baissent sous l’effet de la concurrence exercée par les ouvriers en chômage, de la diminution du temps de travail et des ventes. La détresse devient universelle parmi les ouvriers, leurs maigres épargnes rapidement épuisées, les institutions philanthropiques submergées, la taxe des pauvres double, triple sans pour autant être suffisante, le nombre des individus affamés augmente et la multitude de la population ‘excédentaire’ apparaît sous forme de statistiques effrayantes. Ceci continue pour un temps :‘l’excédent’ survit comme il peut ou pas du tout ». Le retour à la prospérité s’accompagne malheureusement très vite de nouveaux mouvements spéculatifs, dont l’intensité s’explique par la nécessité d’assurer la rentabilité immédiate du capital. Engels estime que les cycles conjoncturels durent en moyenne cinq à six ans, et conclut : « L’industrie anglaise a besoin en permanence, sauf durant de brèves périodes de haute prospérité, d’une armée de réserve de travailleurs inoccupés afin de produire la masse des produits dont le marché a besoin dans les mois les plus actifs ». Pour alimenter cette armée en période de prospérité, les branches industrielles les moins actives fournissent de la main-d’œuvre, l’agriculture est aussi mise à contribution, et les femmes et les enfants sont mis en travail.

6 Cette analyse s’inscrit donc directement dans celle du marché du travail, si ce n’est qu’elle insiste sur le paroxysme introduit par les conditions de la concurrence, qui se traduit par la constitution d’une armée de réserve dont l’effectif grossit à court terme grâce à la mobilité de la main-d’œuvre. Engels est tout à fait explicite, en ce qu’il évoque le recours au travail des femmes et des enfants et dans le cas de l’agriculture, l’exode rural. Mais fort logiquement, il n’envisage pas du tout un mécanisme d’augmentation de l’offre de travail, grâce à une nuptialité plus précoce et une fécondité accrue, car il analyse des cycles conjoncturels courts, alors qu’il faut du temps pour que les générations plus nombreuses arrivent sur le marché du travail, comme l’avait d’ailleurs noté Malthus. Nous retrouvons donc ce dernier et toute l’école classique, le concept d’emploi étant évidemment central : l’ajustement se fait par l’embauche ou au contraire le renvoi de la main-d’œuvre excédentaire. Aussi s’agit-il bien d’une armée de réserve de travailleurs inoccupés. Engels en est aussi resté à la lecture de Malthus sur un autre point, celui de la régulation de la population par les subsistances : « Malthus qui développe la formule d’Adam Smith citée plus haut8 a lui aussi raison à sa manière quand il prétend qu’il y a toujours une population excédentaire, toujours trop d’individus sur terre. Il a simplement tort d’affirmer qu’il y a constamment plus d’hommes sur terre que n’en peuvent nourrir les subsistances disponibles. La population excédentaire est au contraire engendrée par la concurrence que se font les travailleurs entre eux et qui contraint chaque travailleur à travailler chaque jour autant que ses forces le lui permettent ».99 Concluons : Engels, en 1844, est encore englué dans le piège de la logique malthusienne.

7 Dans Le Capital, en particulier au chapitre 25, l’analyse des crises du capitalisme montre que la perspective a radicalement changé, et sur des points essentiels, Marx ne s’intéressant pas aux mouvements conjoncturels, mais aux transformations structurelles, alors qu’Engels, nous l’avons vu, privilégiait les crises cycliques. Il est tentant d’interpréter cette différence en opposant démarche empirique et construction théorique : Engels, faisant œuvre d’observateur, aurait donc uniquement décrit la situation concrète des ouvriers dans l’Angleterre des années 1840. Mais cette interprétation n’est pas satisfaisante : tout au long du livre I du Capital, les notations qui relèvent de la « sociologie du travail » sont très nombreuses et particulièrement documentées. Marx, pour analyser le recours au travail des femmes et des enfants, la prolongation de la journée de travail, l’intensification du travail enfin, s’appuie sur une masse de témoignages concrets. Outre le livre d’Engels, il utilise, surtout dans les chapitres 10, 15, 25 du livre I du Capital, les Reports of Inspectors of Factories10, les Reports on Public Health11, les Reports of the Children Employment Commission12, et diverses enquêtes ou témoignages ponctuels.13 L’argument de la démarche empirique chez Engels, du fait même de son propos, la description de la réalité sociale de 1844, ne peut être donc retenu. D’ailleurs, lorsqu’il décrit les crises conjoncturelles, Marx s’attache à leurs implications sociales, par exemple la malnutrition qui suivit la crise cotonnière de 1862 ou encore la mortalité par inanition des pauvres de Londres en 1866-1867.14

8 La réflexion sur les crises se situe pourtant dans une perspective profondément différente de celle d’Engels. Le spéculateur, figure centrale chez Engels, est à peine mentionné et aucun mouvement proprement spéculatif n’est vraiment dénoncé.15 Mais surtout Marx procède à un soigneux inventaire des crises sur le long terme (1770-1867) dans le cas précis de l’industrie cotonnière, qui illustre le mode de production capitaliste à l’état pur. Son objectif est très clair : décompter le nombre d’années de crise pour prouver que ces dernières n’ayant cessé d’augmenter relativement aux années de prospérité, il s’agit d’une conséquence inévitable d’une concurrence internationale accrue, donc intimement liée au fonctionnement du capitalisme : « On ne trouve donc dans les quarante-cinq premières années de l’industrie cotonnière anglaise, de 1770 à 1815, que cinq années de crise et de stagnation… ».16 A l’appui de notre interprétation, l’avant-dernier chapitre du livre I,17 et à vrai dire toute la dernière section du livre I, consacrée à l’accumulation primitive, se donne une profondeur historique que n’ont pas les précédentes sections : « l’ordre économique capitaliste est sorti des entrailles de l’ordre économique féodal ».18 Marx propose ainsi au lecteur une synthèse sur « L’expropriation de la population campagnarde » depuis le dernier tiers du XVème siècle, qui fut celui des grandes découvertes, du mercantilisme et du mouvement des enclosures (chapitres 27 à 29), ce qui le conduit logiquement à la « Genèse du capital industriel » (chapitres 30 et 31). Au chapitre 32, fort bref (2 pages et demie), le regard se tourne vers le futur : la « Tendance historique de l’accumulation capitaliste », à peine esquissée au regard des longs développements relatifs à l’accumulation dans l’Angleterre du milieu du XIXème siècle, prend un tour prophétique, qui éclaire le comptage minutieux des années de crise entre 1770 et 1866. Marx évoque « les lois immanentes de la production capitalistes, lesquelles aboutissent à la concentration des capitaux » et nous entrons avec lui dans la prédiction de l’effondrement inéluctable du système. « A mesure que diminue le nombre des potentats du capital qui usurpent et monopolisent tous les avantages de cette période d’évolution sociale, s’accroît la misère, l’esclavage, la dégradation, l’exploitation, mais aussi la résistance de la classe ouvrière, sans cesse grossissante et de plus en plus disciplinée, unie et organisée par le mécanisme de la production capitaliste ». Pourquoi et comment, Marx ne le dit pas, mais tout au long des chapitres précédents, il avait noté les mouvements de grève et de résistance aux abus les plus criants de l’exploitation capitaliste. Finalement, « Le monopole du capital devient une entrave pour le mode de production qui a grandi et prospéré avec lui et sous ses auspices. La socialisation du travail et la centralisation de ses ressorts matériels arrivent à un point où elles ne peuvent plus tenir dans leur enveloppe capitaliste. Cette enveloppe se brise en éclats. L’heure de la propriété capitaliste a sonné. »19

9 Ainsi sont réunies les conditions de la rupture épistémologique par rapport aux écrits de 1844. L’abandon du concept « d’armée de réserve des travailleurs inoccupés » au profit de celui « d’armée industrielle de réserve », est indissociable d’un double mouvement : passage du court terme des crises cycliques au long terme des changements structurels, abandon de la croyance dans le rôle moteur des acteurs, en particulier le capitaliste et le financier spéculateur, au profit d’une peinture montrant des entrepreneurs soumis à un inéluctable processus d’accumulation, en d’autres termes passage d’une analyse en termes de micro-économie de la firme à une analyse macro-économique du développement. Dans le même sens, Jacques Rancière écrit à propos des Manuscrits de 1844 que « l’importance accordée dans les Manuscrits – et bien plus encore dans le texte d’Engels – à la concurrence marque bien le caractère encore idéologique de leur critique de l’économie politique, la confusion de ce que Marx dans Le Capital distinguera comme mouvement réel et mouvement apparent ».20

10 Revenons un instant à Engels pour mesurer le chemin parcouru. Le 29 mars 1865, Engels écrit à F. Lange à propos de son livre sur la question des travailleurs : « Vous vous demandez comment mettre en harmonie l’accroissement de la population et celui des moyens de subsistance ; mais à part une phrase dans la préface, je ne trouve aucune tentative de résoudre la question. Nous partons des prémisses que les mêmes forces qui ont créé la société bourgeoise moderne -la machine à vapeur, le machinisme moderne, la colonisation de masse, les chemins de fer, les bateaux à vapeur, le commerce mondial- et qui sont déjà en train, à travers les permanentes crises commerciales, de travailler à sa ruine et à son ultime destruction, ces même moyens de production et d’échange vont suffire à renverser la relation à court terme, et accroître la capacité productive de chaque individu de telle manière qu’il puisse produire suffisamment pour la consommation de deux, trois, quatre, cinq ou six individus ».21 Engels, conformément à ce qui deviendra « l’orthodoxie marxiste », évoque implicitement les contradictions de l’accumulation capitaliste : la rupture avec la vision utopiste de 1844 est bel et bien consommée.

11 Nous avons donc, à propos de la population et plus particulièrement des crises du capitalisme, constaté la rupture épistémologique de 1845-1859, ce qui confirme la lecture de Marx par l’école althussérienne. Il reste à creuser cette voie et à voir si elle rend justice à la conceptualisation par Marx de la population. En d’autres termes quel est le statut épistémologique de la population ?

II. L'école althussérienne et la population

12 Dans Lire le Capital, Althusser balaie en quelques lignes toutes les autres formes d’investigation, en particulier historique. A propos du « rapport entre théorie de l’économie et théorie de l’histoire », qu’il tient pour « imaginaire », il s’explique son succès par « les tentations empiristes des historiens, qui, en lisant dans Le Capital des pages d’histoire ‘concrète’ (la lutte pour la diminution de la durée de la journée de travail, le passage de la manufacture à la grande industrie, l’accumulation primitive, etc.) s’y retrouvaient en quelque sorte ‘chez eux’, et posaient alors le problème de la théorie économique en fonction de l’existence de cette histoire ‘concrète’, sans éprouver le besoin de poser la question de ses titres. Ils interprétaient sur le mode empiriste des analyses de Marx, qui, loin d’être des analyses historiques au sens fort, c’est-à-dire soutenues par le développement du concept d’histoire, sont plutôt des matériaux semi-finis pour une histoire (cf. dans ce même tome II le texte de Balibar), qu’un véritable traitement historique des matériaux ».22

13 On le sait, Althusser et ses disciples ont proposé une analyse radicalement différente, repensant à partir de la philosophie la nature même du Capital et montrant que grâce à une rupture épistémologique avec la philosophie hégélienne, Marx a totalement repensé le concept de plus-value, ce qui l’a conduit à remettre en question « l’objet même de l’économie politique ».23 A partir de là, Marx a pu créer un concept épistémologique radicalement nouveau, celui de Darstellung, qui désigne la causalité structurale : « la structure est présente dans ses effets » et « toute l’existence de la structure consiste dans ses effets, bref, ceci implique que la structure qui n’est qu’une combinaison spécifique de ses propres éléments, ne soit rien en dehors de ses effets ».24 D’où le rejet de la tradition cartésienne. « Si les phénomènes économiques sont déterminés par leur complexité (c’est-à-dire leur structure), on ne peut plus leur appliquer, comme naguère, le concept de causalité linéaire, la nouvelle force de causalité sera la détermination par la structure ».25 Cette lecture conduit Althusser à récuser l’idéalisme et les interprétations historicistes ou humanistes de l’œuvre de Marx et bien sûr « l’anthropologie naïve » de l’homo œconomicus.26

Le statut épistémologique de la population 

14 Au regard de cette lecture du Capital, ce que Marx écrit sur la population n’a-t-il guère que l’importance secondaire de « matériaux semi-finis » pour une histoire ou donne-t-il lieu à une « véritable traitement historique de ces matériaux » ? Dans la perspective althussérienne du matérialisme historique, en tant que science de l’histoire, quel est le statut épistémologique de la population ? Fait notable, le terme de population n’apparaît jamais dans les 246 pages des deux textes d’Althusser, ni dans les contributions de Jacques Rancière, Pierre Machery et Roger Establet. Etienne Balibar y fait quatre fois allusion.27 Althusser ne cite même pas la loi de la population du capitalisme alors qu’il célèbre des « découvertes de grande portée : loi générale de l’accumulation capitaliste, loi tendancielle de la baisse du taux de profit, théorie de la rente foncière, etc. », mêlant ainsi les découvertes de Marx et celles de Ricardo tout en affirmant que les économistes classiques les avaient « passées sous silence » ou « éludées, parce qu’elles étaient incompatibles avec leurs prémisses ».28 Or, s’il est une loi que Marx a inventée contre l’économie classique, c’est bien la loi de population du capitalisme.

15 Admettons que le statut épistémologique de la population soit si marginal et mineur qu’aucun des althussériens n’ait jugé utile de s’y arrêter. Ainsi, alors même qu’Althusser cite deux fois le passage où Marx dénonce la construction abstraite du concept de population par les économistes, il s’en tient à une réflexion sur le silence de Marx sur le processus d’abstraction, mais il ne dit rien de l’objet de ce silence, la population.29 A notre sens, l’interprétation en termes de statut épistémologique mineur de la population ne tient pas : bien au contraire, notre hypothèse sera que si l’on adopte leur propre lecture de Marx, la population ne peut être évacuée, ni en tant que concept théorique, ni dans sa quantification empirique, les deux étant évidemment liées ; et dans ces conditions il faut en conclure que cette contradiction est révélatrice des limites de la théorisation althussérienne du matérialisme historique. Or celles-ci sont patentes à propos de trois enjeux théoriques qui sont loin d’être marginaux : le concept de forces productives, la valeur paradigmatique de l’exemple anglais, enfin les concepts althussériens de reproduction et de périodisation, tels qu’ils sont proposés dans Lire le Capital.

Trois enjeux théoriques

16 Que dit Etienne Balibar ? Comme le matérialisme historique a été fondé par Marx en tant que science de l’histoire, et que celui-ci doit s’analyser selon la logique structurale, il en résulte que « dans le domaine du matérialisme historique comme discipline scientifique, l’analyse des forces productives, loin d’être un « préalable technique ou géographique », est « au contraire intérieure à la définition de la structure sociale d’un mode de production ».30 Parmi les « concepts fondamentaux du matérialisme historique » (tel est le titre général de la contribution de Balibar à Lire le Capital), figure, citations de Marx à l’appui, la population : « les forces productives sont la population, les machines, la science, etc.». Il faut donc au minimum intégrer la population à l’analyse structurale du Capital. Mieux encore, selon Balibar, « l’aspect le plus intéressant » est le rythme ou l’allure de leur développement car ce rythme est directement lié à la nature des rapports de production et à la structure du mode de production.31 Traduisons en termes démographiques : « l’allure de la population » c’est précisément son taux de croissance, c’est-à-dire une des modalités possibles de quantification de la loi de population du capitalisme. Enfin Balibar souligne que chaque combinaison spécifique « des éléments qui constituent la structure du mode de production », définit l’articulation de cette structure, ce qui renvoie à une des contributions majeures d’Althusser, l’idée d’une « matrice » du mode de production.32 La population, qui a donc bel et bien le statut épistémologique de « concept fondamental du matérialisme historique », est pourtant totalement négligée par la lecture philosophique qui est proposée.

17 Deuxièmement, on pourrait objecter que les données empiriques sur l’Angleterre ne sont guère que du « matériau semi-brut ». Ici encore la contradiction avec la lettre et l’esprit même du matérialisme historique est totale. L’Angleterre de 1860, aux yeux de Marx, a valeur paradigmatique (ce que reconnaît Balibar immédiatement après) : « J’étudie dans cet ouvrage, écrit Marx, le mode de production capitaliste et les rapports de production et d’échange qui lui correspondent. L’Angleterre est le lieu classique de cette production. Voilà pourquoi j’emprunte à ce pays les faits et les exemples principaux qui servent d’illustration au développement de mes théories ».33 Nous avons vu qu’il se fonde sur la comparaison des rythmes de croissance de la population et de la richesse pour établir l’aggravation des contradictions du capitalisme anglais. Quel sens pourraient avoir ces données sur la population de l’Angleterre pour les althussériens dans leur analyse du matérialisme historique ? « Nous devons par conséquent lire toutes les analyses de Marx concernant la formation et la dissolution d’un mode de production en y cherchant ce second concept, soit qu’il s’y trouve explicitement, soit qu’on puisse l’en dégager ».34 Le concept proposé est celui de « reproduction » et Balibar affirme plus loin que la reproduction assure « la continuité de la production » et qu’elle est « inscrite dans l’identité des éléments tels qu’ils sortent d’un procès de production pour entrer dans un autre ».35 Cette formulation ambiguë doit être clarifiée. Balibar propose le concept de reproduction pour expliquer le « passage d’un mode de production à une autre ».36 C’est exactement ce que les données recueillies par Marx permettaient d’étayer ou, pour le dire dans les termes même de Balibar : « le développement de la structure selon une tendance, c’est-à-dire une loi qui n’inclut pas seulement (mécaniquement) la production d’effets selon un rythme spécifique, signifie donc que la définition de la temporalité spécifique interne (souligné par Balibar) de la structure appartient à l’analyse de la structure elle-même ».37

Conclusion

18 Finalement, les althussériens sont passés à côté de cette prise en compte de la population pour deux raisons. D’abord parce que toute leur réflexion tourne autour d’une déconstruction philosophique de l’économie politique. Les analyses historiques de Marx sur l’accumulation primitive (chapitre 29 à 31 du livre I) sont ainsi minimisées en raison de leur moindre cohérence logique, d’où une « analyse fragmentée », qui ne possède pas cette belle causalité structurale qu’ils ont découverte dans l’analyse du capitalisme en tant que mode de production.38 Marx, comme le note à juste titre Balibar, se contente de faire se succéder les éléments qui expliquent l’accumulation primitive. Mais il lui reproche de n’avoir pas produit une véritable histoire au sens théorique, c’est-à-dire « en pensant la dépendance des éléments par rapport à une structure ».39 L’objection ne vaut que si l’on admet le primat du philosophique et qu’on sous-estime l’importance pour Marx de la critique de l’économie politique, qui est pourtant le sous-titre du Capital… Une deuxième raison doit être invoquée. La population donne lieu à une périodisation qui est doublement spécifique, que Marx accepte visiblement telle quelle et qui diffère pourtant profondément de celle que conceptualisent Althusser et Balibar. Tous les longs développements consacrés à la « périodisation » dans Lire le Capital s’attachent en effet à rejeter la distinction entre synchronie et diachronie, à dénoncer la conception empiriste du temps chez les historiens, à rendre compte du passage d’un mode de production à l’autre.40 Première spécificité, les données quinquennales des recensement que Marx utilise sont platement empiriques (voir tableau 1 ci-dessus). Les rejettera-t-on comme non pertinentes pour la compréhension structurale du Capital, sous prétexte qu’il s’agit d’un bel exemple de la réification par l’idéologie bourgeoise que Marx dénonçait ? Elles ont d’ailleurs été construites par la superstructure idéologique, par l’appareil d’Etat, en l’occurrence le Registrar General. Bien au contraire, écrit Althusser : « on ne peut pas penser les rapports de production dans leur concept, en faisant abstraction de leurs conditions d’existence superstructurales spécifiques », et plus loin : il s’agit d’une « condition théorique absolue qui commande la définition de l’économique lui-même ».41

19 La contradiction avec le texte de 1859 considéré par Althusser comme très important est patente. De deux choses l’une : ou bien Marx a raison de dénoncer la réification de la population et il n’aurait pas dû utiliser ces données ; ou bien le texte de 1859 n’est pas fondateur et c’est la lecture althussérienne qu’il faut remettre en cause. Deuxième spécificité de la périodisation démographique : la marchandise travail, on le sait, présente la caractéristique unique d’être renouvelable et Marx fixe une périodicité de 16 à 18 ans, suivant en cela Merrivale et Malthus. Chaque nouvelle opportunité d’accumulation industrielle déclenche une demande de travail supplémentaire, mais comme il faut au moins une génération pour que la population ouvrière réponde à la demande, à court terme, le recours à des gisements de main-d’œuvre s’impose nécessairement. Sur le court terme il faut donc faire appel à l’immigration, plutôt qu’à la fécondité. Plus généralement, Marx s’est engagé, nous l’avons vu, dans l’identification des mécanismes historiques de l’accumulation primitive, parce que la théorie de la valeur de Malthus ne permettait pas de résoudre le problème de l’amorce de la pompe de l’accumulation. Si notre interprétation est juste, alors la lecture structurale passe totalement à côté d’une théorisation parfaitement cohérente chez Marx et d’un enjeu dans le champ de l’économie politique.

20 Au bout du compte, le refus de toute autre lecture du Capital conduit à penser – en lieu et place de Marx – le temps uniquement comme un élément de la structure, au lieu de le considérer pour ce qu’il est dans la théorie économique, niveau auquel Marx se situe indéniablement, à savoir une variable exogène. Mais ce qui est vrai du temps démographique l’est a fortiori de la population, en tant qu’« élément » des rapports de production. On aboutit en effet à un double paradoxe : au nom même de la méthode proposée, la lecture structurale du Capital, les althussériens excluent un élément pourtant donné comme inséparable de la matrice de la structure et surtout ils éliminent la population du champ de la pensée marxiste. Or Marx tenait celle-ci pour si importante qu’il a proposé rien moins qu’une loi de population, parfaitement inscrite dans le matérialisme historique et dont il considérait qu’elle était un progrès majeur par rapport à la loi de Malthus, cette dernière étant bien évidemment parfaitement cohérente avec l’économie politique classique malthusienne.

21 Tel est le prix à payer pour le refus de l’interdisciplinarité.

Haut de page

Bibliographie

Il n’a pas paru utile, dans les limites de cette brève réflexion, de fournir une longue bibliographie des études consacrées à Marx et la population et relevant de la démographie ou de l’économie politique.

ALTHUSSER Louis, Pour Marx, Paris, La Découverte/Poche, 1996, 274 p. Reprise de l’édition de 1965 chez Maspero, avec un avant-propos et une note biographique d’Etienne Balibar.

ALTHUSSER Louis, BALIBAR Etienne, ESTABLET Roger, MACHEREY Pierre, RANCIERE Jacques, Lire le Capital, Paris, PUF, 1996, 665 p.

ENGELS Friedrich, Esquisse d’une critique de l’économie politique, Paris, Editions Allia, 1998, 77 p. (traduction Kostas Papaioanno)

La situation de la classe laborieuse en Angleterre en 1844, Paris, Éditions Sociales, 1961, 411 p.

MARX Karl, ENGELS Friedrich

- La Nouvelle Gazette Rhénane, Introduction et notes par Lucienne Netter. Paris, Éditions Sociales,

1er juin-5 septembre 1848 : T.I, 1964, 501 p.

14 février 1849-19 mai 1849, T.II, 1971, 575 p.

- Correspondance. Lettres sur « Le Capital »

Présentées et annotées par Gilbert Badia. Traduites de l’allemand par Gilbert Badia et Jean Chabert. Traduction de l’anglais par Paul Meier. Paris, Éditions Sociales, 1964, 456 p.

MARX Karl

- Gloses critiques en marge de l’article « Le Roi de Prusse et la réforme sociale » par un Prussien. Vorwärts, 7 et 10 août 1844, in Œuvre. III. Philosophie, Bibliothèque de La Pléiade, Paris, Gallimard, 1982, pp.398-418

- Histoire des doctrines économiques. Traduction J. Molitor. Paris, Costes, 1947. (En anglais : Theories of surplus-value).T. IV : Ricardo, 320 p. T.V : Ricardo, suite et fin, 179 p. TVI : De Ricardo aux économiste vulgaires, 256 p.

- Le Capital. Livre I, Paris, Garnier Flammarion, 1969, 699 p. Livre III, Paris, Editions sociales, 1976, 872 p.

Contribution à la critique de l’économie politique, Paris, Éditions Sociales, 1968, 309 p.

MEEK, Ronald, Marx and Engels on the Population Bomb, Berkeley, The Rampart Press, 1971, 215 p. (Première édition : Marx and Engels on Malthus, London, Lawrence & Wishart, 1953)

Haut de page

Notes

1 Traduites en français sous le titre Histoire des doctrines économiques. Seul le livre I du Capital a été publié du vivant de Marx. Les manuscrits de ce qui devaient être les livres II et III ont été publiés par Engels en 1885 et 1894, et les ébauches du livre IV (les théories de la plus-value) par Kautsky en 1905.
2 Lire Le Capital. En particulier : pp. 345-362.
3 Althusser, Avertissement…, p. 21.
4 Il nous a semblé utile de citer, certes parfois longuement, les textes de Marx, pour que les lecteur peu familiers de ceux-ci puissent juger sur pièces.
5 Contribution à la critique de l’économie politique, p.164-165.
6 Althusser, Pour Marx, p. 184. L’expression figure dans la post-face de la seconde édition du Capital.
7 Op.cit., p. 126-127. Nous avons parfois modifié les citations de la traduction française et repris le texte anglais, tel que reproduit dans l’ouvrage de Meek (1953).
8 Adam Smith, dans le chapitre consacré aux salaires du travail, écrit : « Si cette demande augmente continuellement, la rémunération du travail doit nécessairement encourager le mariage et la multiplication des travailleurs de telle manière qu'elle leur permette de répondre à cette demande en accroissement constant par une population en augmentation constante. (...) La demande des hommes, comme celle de n'importe quel autre bien, en régule nécessairement la production. Elle l'accélère quand elle croît trop lentement, et elle l'arrête quand elle progresse trop rapidement. » (The Wealth of Nations, Livre 1, chap. 8, page 183).
9 Op. cit., p. 124.
10 Rapports datés des 31 octobre 1855, 31 octobre 1856, 10 juin 1857, 31 octobre 1858, 30 avril 1860, 31 octobre 1861, 31 octobre 1862, 30 avril 1863, 31 octobre 1865, 31 octobre 1866.
11 Sixth Report on Public Health, London, 1864. Il cite aussi celui de 1863 et 1866.
12 En particulier ceux de 1863, 1864, 1866. Voir aussi l’analyse de la législation du travail dans les mines (il s’agit des Factory Acts de 1833, 1844 et 1847) dans le chapitre 15 du Capital (p. 355-362) et de la durée du travail (chap. 10 du Capital, p. 208-221).
13 Report by Dr Julian Hunt on the excessive mortality of infants in some rural districts of England, discours de Lord Ashley sur la loi de 10 heures devant les Communes en 1844 ; Alexandre Redgrave, Journal of the Society of Arts, 5 January 1872 ; déclaration de Mr. Ferrand devant les Communes le 27 avril 1863.
14 Crise de 1862 : p. 497-482. Crise de 1866 : p. 490 et note 84 p. 680.
15 Sauf à propos de la crise de 1866 (Capital, I, p. 490).
16 Capital, I, p. 325-326. Citation p. 329.
17 Chapitre 32 « Tendance historique de l’accumulation capitaliste ».
18 Capital, I, p. 528 (chapitre 26).
19 Capital, I, p. 566-567.
20 Lire le Capital, p. 105. Voir aussi p. 104, sur le personnage du capitaliste, p. 105 sur la concurrence et pp. 154-159 sur la subjectivité du capitaliste.
21 Même affirmation dans une lettre à Kautsky de 1er février 1881. Lettres…, p. 299.
22 Lire Le Capital, pp. 306-307.
23 Ibid. p. 363.
24 Ibid. pp. 404-405.
25 Ibid., pp. 399, 402.
26 Ibid., pp. 310-344 et 368-369. Voir aussi les analyses de Jacques Rancière, p. 99.
27 Il utile l’expression « population de forces ouvrières » (Ibid., p.467), évoque « la sur-population relative » (Ibid., pp. 535-549).
28 Ibid., p. 256.
29 Ibid., pp. 267-268. Le texte de Marx figure ci-dessus (voir note 22).
30 Ibid., p. 484.
31 Ibid., pp. 466 et 468.
32 Ibid., p. 447.
33 Préface de la première édition du Capital et cité par Balibar, p. 496.
34 Lire Le Capital, p. 429.
35 Ibid., pp. 500-501.
36 Ibid., p. 520.
37 Ibid., p. 541.
38 Ibid., p. 529.
39 Ibid.
40 Ibid., Althusser : pp. 279, 285-290 ; Balibar : pp. 426-429.
41 Ibid., pp.389-390.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Charbit, « Marx et la population », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 26 mars 2007, consulté le 26 mai 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/146

Haut de page

Auteur

Yves Charbit

Université Descartes Paris5, Laboratoire Populations et Interdisciplinarité, yves.charbit@paris5.sorbonne.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org