Navigation – Plan du site
Articles

Prendre des vacances à la retraite et s’en déprendre au fil de l’âge

Vincent Caradec et Thomas Vannienwenhove

Résumé

En se fondant sur un matériau quantitatif et qualitatif, cet article cherche à établir de quelle manière se transforment les trajectoires de vacances dans la seconde partie de la vie, du départ des enfants au grand âge. Il mobilise une double perspective. La première appréhende l’avancée en âge comme une succession de transitions biographiques : le départ des enfants apparaît alors comme un moment de basculement dans les pratiques vacancières dont on peut distinguer deux étapes (l’émancipation vacancière des enfants et leur indépendance financière) ; la retraite se traduit, le plus souvent, par une expansion des vacances et un développement des voyages, même si les trajectoires sont diversement infléchies ; le décès du conjoint est marqué du double sceau de la rupture et de la continuité et peut, sous certaines conditions, stimuler la pratique des voyages organisés. La seconde perpective, en termes de « déprise », permet de repérer trois phénomènes : tout d’abord, la réduction de la diversité des formes de vacances ; ensuite, en ce qui concerne les voyages organisés, le remplacement progressif des circuits à l’étranger par des séjours en  France ; enfin, un possible sursaut des départs en voyage qui procède d’une « conscience accrue de sa finitude ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il peut sembler paradoxal de prendre des « vacances » lorsqu’on est à la « retraite » – la retraite n’est-elle pas déjà, en effet, une période de « grandes vacances » ?1 Ce « paradoxe » tient en partie à notre habitude d’appréhender les vacances en opposition avec le travail, comme une parenthèse dans l’activité professionnelle, et non pas d’une manière plus large, comme une rupture avec la vie quotidienne. S’étonner que l’on puisse partir en vacances à la retraite, c’est aussi oublier le lent travail de rapprochement qui s’est opéré entre ces deux formes de non-travail. Ainsi, dans les années 1960 et 1970, l’invention du « troisième âge », qui a contribué à diffuser une éthique activiste de la retraite (Guillemard, 1980), a été accompagnée d’une offre d’activités nouvelles : « clubs du troisième âge », « universités du troisième âge » ou encore « voyages pour le troisième âge » (Attias-Donfut, 1972), ces derniers fortement impulsés par les caisses de retraite, notamment les régimes complémentaires (Lenoir, 1979). Puis, dans les années 1990, la catégorie des « seniors », apparue initialement dans le monde du marketing, a connu un tel succès qu’elle a pris, en quelque sorte, le relais de celle de « troisième âge » (Caradec, 2005). Dépeints comme financièrement à l’aise, jouissant d’une bonne santé et avides de voyager, les « seniors » constituent le nouvel eldorado des professionnels du tourisme, qui en attendent d’autant plus de bénéfices que leurs effectifs sont appelés à croître, alimentés par l’afflux des générations nombreuses du baby boom (Observatoire du Tourisme, 1988 ; Blacodon, 1997) – quand bien même ces évolutions favorables ne sont sans doute pas aussi assurées à moyen terme qu’on le suppose souvent (Parant, 2005).

2Cette évolution sémantique – du « troisième âge » aux « seniors » – a accompagné les profonds changements qui se sont produits, au cours des quarante dernières années, dans le rapport aux vacances des retraités2. Ainsi, leur taux de départ en vacances a fortement augmenté, au point qu’il a presque rejoint celui du reste de la population3 et leurs pratiques de vacances tendent aussi à se rapprocher de celles des plus jeunes, témoignant d’une même évolution vers l’individualisation des séjours. Elles présentent cependant un certain nombre de caractères spécifiques (Pochet, Schéou, 2002, 2003) : départs plus fréquents et séjours plus longs4 avec, comme corollaire, un phénomène de « multirésidentialité » et de « multiple fidélité aux lieux » (Cribier, 1995) ; départs plus étalés dans l’année ; recours plus fréquent aux voyages organisés et aux formules « tout compris ». Par ailleurs, ces tendances moyennes ne doivent pas occulter l’hétérogénéité de la population des retraités dans son rapport aux vacances. Ainsi, le taux de non-départ varie fortement en fonction du milieu social et du revenu5. Il croît aussi avec l’âge6, ce qui tient à la fois à un effet de génération – les cohortes les plus récentes ont davantage pris l’habitude de voyager (Cribier, 1979) – et à un effet d’âge – les raisons de santé sont davantage invoquées par les plus âgés pour expliquer leur non départ (Rouquette, 2000).

3Les différences en fonction de l’âge méritent cependant de plus amples investigations. Car si les changements intervenus, au cours des dernières décennies, dans les pratiques de vacances des retraités sont bien renseignés grâce aux enquêtes quantitatives, on sait beaucoup moins bien de quelle manière se transforment les trajectoires de vacances lorsque les retraités vieillissent. Telle est la question que nous nous proposons d’explorer dans cet article, en nous fondant sur un double matériau, quantitatif (N=549) et qualitatif (N=21), recueilli au cours d’une enquête auprès de retraités qui, en 2004, sont partis en voyage organisé par l’intermédiaire de la Cram Nord-Picardie7. Cette enquête, au cours de laquelle nous avons rencontré des retraités plus ou moins âgés8, que nous avons interrogés tant sur le dernier voyage organisé auquel ils ont participé9 que sur l’ensemble de leurs pratiques de vacances10 et l’évolution dans le temps de ces pratiques, permet de reconstituer des trajectoires vacancières qui vont du départ des enfants au grand âge. Une double perspective a, en effet, orienté l’investigation et guidé l’analyse du matériau : la première appréhende l’avancée en âge comme une succession de transitions biographiques (Ferraro, 2001 ; Caradec, 2004) et invite donc à se montrer attentif aux changements intervenus dans le rapport aux vacances lors de ces transitions ; la seconde aborde le vieillissement en terme de « déprise » (Barthe, Clément, Drulhe, 1988 ; Caradec, 2004) et s’interroge ainsi sur le processus de reconversion des activités qui s’opère au fur et à mesure que les personnes qui vieillissent sont confrontées à un certain nombre de difficultés dont la fréquence d’apparition croît avec l’âge (problèmes de santé, déficiences physiques, fatigue, décès des proches). Sur la base de cette double perspective, et en cherchant à articuler matériaux quantitatif et qualitatif, nous organiserons cette analyse des transformations des pratiques vacancières au fil de l’âge en quatre temps : nous nous arrêterons tout d’abord sur les changements qui s’opèrent lors de trois moments de transition – le départ des enfants, la retraite et le décès du conjoint –, puis nous examinerons les manifestations ambivalentes, dans le domaine des vacances, de la déprise.

1. Le départ des enfants, une étape de redéfinition des pratiques vacancières

4On sait qu’il est difficile de définir un moment précis qui serait celui du « départ des enfants ». En effet, les familles peuvent compter plusieurs enfants qui partent successivement et, plus fondamentalement, leur départ, bien loin de ressembler à une rupture franche, constitue un lent processus au cours duquel ils construisent leur autonomie (Cicchelli, 2001) : les enfants peuvent ainsi continuer à cohabiter avec leurs parents tout en menant une vie très indépendante, ou faire des aller-retour entre leur domicile propre et celui de leurs parents. Du point de vue des vacances des parents, il apparaît nécessaire de distinguer deux étapes : celle de l’« émancipation vacancière » des enfants, lorsqu’ils en viennent à prendre leurs vacances indépendamment de leurs parents, et celle de leur « indépendance financière », lorsque les parents n’ont plus à les prendre en charge sur le plan financier.

5Pour comprendre l’importance de l’émancipation vacancière des enfants, il convient de souligner que, pendant des années, les vacances ont eu pour caractéristique principale d’être « familiales », les désirs personnels des parents s’effaçant derrière les exigences de leur rôle, comme en témoignent, par exemple, ces propos de M. Palawan : « Quand on avait des enfants plus jeunes, on allait à la plage, à la mer, tout ça. C’était pas tellement gai, mais enfin, pour les enfants… ». Plus loin, celui-ci résume d’ailleurs, d’une formule que beaucoup de parents pourraient reprendre à leur compte, ce qu’ont été ces vacances familiales : « On a pris des vacances pour eux ». Ce sont ces vacances fortement organisées autour des enfants qui, avec leur émancipation vacancière, ne font plus sens. Pour en prendre quelques exemples, M. et Mme Rimatara ont abandonné les vacances en caravane pour louer un appartement : « (...) après la dernière [fille], quand elle s’est mariée on a dit “On va pas garder la caravane, on va trop loin, on va trop loin, elle, elle nous revient aussi cher. Quand on compte le garage, l’assurance, les péages, le camping sur place, la voiture elle consomme plus, on a dit autant louer !” Et c’est… on s’est, on s’est… on s’est débarrassé de la caravane et on a loué, c’était pas plus désagréable hein puisque… évidemment c’est pas les mêmes vacances. En camping et puis en location c’est pas l’même hein ! Mais on était plus qu’à deux ! ». Quant à M. et Mme Santo, ils ont cessé de passer leurs vacances en Aveyron, ce qu’ils faisaient depuis des années, « parce que bon… l’aînée elle s’est mariée, l’autre elle a arrêté, elle était un peu trop grande et elle faisait ses études… Et puis bon, ne se retrouver qu’à deux là-bas ! »

6Cependant, si l’émancipation vacancière des enfants met un terme aux vacances familiales, les parents doivent parfois attendre, pour pouvoir mettre pleinement en œuvre de nouvelles pratiques de vacances, une prise d’indépendance plus complète de leurs enfants, notamment sur le plan financier. C’est le cas lorsque, à l’image de M. Épi, les parents continuent de consacrer une part du budget vacances au financement des vacances indépendantes de leurs enfants : « Ça a changé parce qu’on partait qu’à deux, mais finalement on avait plus [davantage] de soucis, parce que ça coûte aussi cher, sinon plus, parce qu’il leur fallait de l’argent pour partir en vacances ! » Aussi M. et Mme Épi ont-ils attendu que leur fils et leur fille accèdent à la propriété pour pleinement s’adonner aux voyages lointains : « Mon fils a acheté un appartement, ma fille a bâti… bon bein maintenant, c’est tranquille quoi ». Il arrive même que le laps de temps qui sépare l’émancipation vacancière des enfants de leur indépendance financière se traduise par une suspension des départs en vacances des parents. Cela a été le cas pour M. et Mme Rapa, dont le budget vacances a été grevé par le financement de travaux d’habitat et par les études de leurs enfants. Ils ont ainsi connu, pendant plusieurs années, un temps mort dans leur trajectoire de vacances, jusqu’à ce que le contexte redevienne favorable avec l’achèvement des travaux dans leur maison, le départ de leur dernier enfant du domicile familial et la naissance de leurs premiers petits-enfants. Ils ont alors commencé à passer des vacances chez leurs enfants les plus âgés, eux-mêmes devenus parents, à recevoir enfants et petits-enfants chez eux et, les contraintes budgétaires s’étant un peu relâchées, à participer à des voyages organisés.

2. Les vacances de retraite, rupture ou continuité avec les vacances de la vie professionnelle ?

7Voyons maintenant de quelle manière le passage à la retraite a modifié les pratiques de vacances. Dans notre enquête par questionnaire, 73% des personnes interrogées déclarent partir « plus souvent » en vacances depuis leur retraite, et 4% seulement affirment qu’elles partent « moins souvent » ; les autres, soit 23%, déclarent partir « aussi souvent ». Deux questions se posent alors. D’une part, comment analyser cette tendance majoritaire à l’accroissement des vacances ? D’autre part, comment expliquer que la retraite puisse ainsi avoir un impact différencié ?

Expansion des vacances, développement des voyages

8L’amplification des pratiques vacancières qui se produit, dans trois cas sur quatre, au moment de la retraite s’explique tout d’abord par l’augmentation du temps libre. Limitées autrefois aux seules périodes de congés, les vacances peuvent désormais à la fois se multiplier et s’étendre sur des plages temporelles plus larges. Nos entretiens témoignent de cette expansion du temps de vacances au moment de la retraite11. Pour n’en prendre qu’un seul exemple, M. et Mme Santo qui, après le départ de leurs enfants, avaient pris l’habitude de louer un appartement, ont profité de la retraite de M. Santo (son épouse, elle, avait arrêté de travailler depuis de nombreuses années déjà) pour étendre la durée de cette location : « Avant, quand il [M. Santo] était en activité, c’était toujours au mois d’août avec les enfants. Et puis après, maintenant comme on peut choisir, comme elle [la propriétaire] ne loue pas, bah on va, un mois et demi : mi-juillet fin août » explique Mme Santo.

9Parallèlement à cette dilatation du temps consacré aux vacances, un autre phénomène se trouve au principe de leur expansion : l’apparition d’une nouvelle pratique de vacances, les « voyages », qui, dans bien des cas, ne figurait pas dans le répertoire antérieur des enquêtés. Le départ des enfants (dans sa double dimension d’émancipation vacancière et d’indépendance financière) et l’approche de la retraite (qui véhicule aujourd’hui l’image d’une période de la vie dont il convient de profiter, notamment pour faire ce que l’on n’a pas eu le temps de faire avant), bientôt suivie par la cessation d’activité elle-même (et donc l’accès au statut de retraité qui permet de bénéficier de l’offre de voyages proposée par les caisses de retraite) constituent, en effet, une conjonction d’événements propice au développement des voyages. Ainsi, M. et Mme Ralik, après le départ de leurs enfants et à l’approche de la retraite, ont vendu le chalet où ils avaient passé jusque là l’essentiel de leurs vacances avec leur quatre enfants : « On l’a vendu et puis on s’est dit “On va arriver en préretraite, donc euh on voyagera !” Donc, on s’est mis à voyager » explique M. Ralik. Un certain nombre de retraités accèdent ainsi à un type de voyages inédit pour eux, comme en témoigne Mme Tanna (73 ans) : « C’est vraiment qu’au moment de ma retraite, si vous voulez, que j’ai commencé à voyager à l’extérieur (…) les pieds sous la table et puis l’hôtel, j’connaissais pas ça. J’connaissais pas ce genre de voyage… ».

10Les résultats de l’enquête par questionnaire attestent aussi de cet accès aux voyages lointains avec le passage à la retraite : un tiers (36%) des voyageurs de la Cram ont pris, pour la première fois, l’avion après la retraite (Tableau 1).

Tableau 1. Avoir pris l’avion pour la 1ère fois avant ou après sa retraite

  

Ont pris l’avion pour la 1ère fois...

  

... avant leur retraite

... après leur retraite

Total

Moins de 65 ans

82

18

100

De 65 à 68 ans

73

27

100

De 69 à 73 ans

60

40

100

74 ans ou plus

46

54

100

Ensemble de la population

64

36

100

Le test statistique indique une différence significative à une probabilité inférieure à 0,0001. Le coefficient de Cramer est égal à 0,28.

11Ces données mettent aussi en évidence un net effet de génération, les enquêtés ayant d’autant plus de chance d’avoir réalisé leur premier voyage en avion avant la retraite qu’ils appartiennent aux générations les plus jeunes. La part des baptêmes de l’air effectués avant la retraite passe ainsi progressivement de 46% pour les personnes âgées de 74 ou plus (soit la génération née avant 1930) à 82% pour les retraités de moins de 65 ans (soit la génération née pendant la Seconde Guerre mondiale).

Des trajectoires de vacances diversement infléchies au moment de la retraite

12L’expansion des vacances au moment de la retraite, n’est cependant pas générale puisqu’un quart des enquêtés estiment que leur cessation d’activité n’a pas eu d’incidence sur leurs pratiques de vacances. Essayons donc de comprendre ce qui peut expliquer l’infléchissement à la hausse des départs en vacances au moment de la retraite (ce que nous appellerons les trajectoires d’« expansion ») ou, à l’inverse, leur stabilité (trajectoires de « stabilité »).

13Ces trajectoires ne sont pas statistiquement corrélées avec le milieu social et avec le revenu, et ne le sont avec l’âge que de manière faiblement significative (les plus jeunes semblent connaître un peu plus souvent des trajectoires de stabilité). Elles dépendent plus nettement du sentiment de « satisfaction » ou de « privation » qu’expriment les enquêtés par rapport aux vacances de leur vie active12 : être satisfait de ses vacances antérieures conduit plus souvent à une trajectoire de stabilité alors que ne pas l’être prédispose à une trajectoire d’expansion (Tableau 2). Autrement dit, l’expansion des vacances à la retraite est d’autant plus probable que l’on a éprouvé (ou, du moins, que l’on déclare aujourd’hui avoir éprouvé13) un sentiment de privation durant sa vie active.

Tableau 2. Trajectoires de vacances à la retraite selon le sentiment de satisfaction ou de privation vacancière durant la vie active (en %)

  

Expansion

Stabilité

Total

Sentiment de satisfaction

66

34

100

Sentiment de privation

86

14

100

Ensemble de la population

77

23

100

Le test statistique indique une différence significative à une probabilité inférieure à 0,0001. Le coefficient de Cramer est égal à 0,23

14Il est possible d’aller plus loin et de soutenir que ce sentiment de privation de vacances renvoie, pour une part, à une privation de « voyages ». En effet, 50% des personnes qui avaient déjà pris l’avion avant leur retraite éprouvent un sentiment de satisfaction alors qu’elles ne sont que 38% parmi celles qui ont effectué leur baptême de l’air après leur retraite (Tableau 3). Ainsi, si l’on considère que le fait d’avoir pris ou non l’avion durant sa vie active constitue un indicateur (certes grossier, mais qui présente l’avantage d’être simple) du type de vacances qui ont précédé la retraite, on peut soutenir qu’avoir pris l’avion avant la retraite diminue fortement le sentiment de privation.

Tableau 3. Sentiment de satisfaction ou de privation vacancière durant la vie active selon le moment du baptême de l’air (en %)

      

Sentiment
de satisfaction

Sentiment
de privation

Total

Baptême de l’air
avant la retraite

50

50

100

Baptême de l’air
après la retraite

38

62

100

Ensemble de la population

46

54

100

Le test statistique indique une différence significative à une probabilité égale à 0,0090. Le coefficient de Cramer est égal à 0,11

15On observe donc que les trajectoires de stabilité des vacances au moment de la retraite sont plus probables pour ceux qui se disent satisfaits de leurs vacances antérieures et que cette satisfaction est d’autant plus fréquente que des voyages (en avion) avaient déjà été entrepris avant la retraite. A l’inverse, les trajectoires d’expansion ont à voir avec un sentiment de privation par rapport aux vacances, sentiment d’autant plus fort que l’on n’a pas voyagé durant sa vie active.

3. Le décès du conjoint, un événement aux effets contrastés

16On peut faire l’hypothèse que les pratiques de voyages et de vacances se trouvent fortement affectées par la disparition du conjoint qui en est, en général, le partenaire privilégié. On sait cependant que les modes de réorganisation de l’existence au moment du veuvage sont très divers, et qu’ils vont du repli sur l’espace domestique à une ouverture sur l’extérieur, d’une réduction des activités au développement de centres d’intérêt nouveaux. Cette diversité renvoie à un certain nombre de facteurs, notamment le sexe du survivant (Delbès, Gaymu, 2002) et la phase du vieillissement au cours de laquelle survient le décès, le veuvage étant par exemple plus souvent vécu comme un défi lorsqu’il se produit autour de la cinquantaine (Lalive d’Epinay, 1996). De ce point de vue, il convient d’observer que les personnes veuves que nous avons rencontrées en entretien14 (7 personnes, soit 5 femmes et 2 hommes) présentent un profil particulier : la majorité d’entre elles ont perdu leur conjoint un peu avant ou peu de temps après le moment où elles ont cessé leur activité professionnelle, et elles ont donc connu un veuvage assez « précoce »15. L’analyse de leurs propos invite à mettre l’accent sur deux aspects de l’impact du veuvage sur les vacances et les voyages organisés. Il apparaît, d’une part, que leurs trajectoires de vacances, à ce moment de leur existence, sont marquées du double sceau de la rupture et de la continuité. Il est frappant, d’autre part, de constater que plusieurs de ces trajectoires se caractérisent non par un infléchissement, mais par un développement de la pratique des voyages organisés – comme si le décès du conjoint l’avait stimulée.

Les trajectoires de vacances, entre rupture et continuité

17Comme toute transition, mais sans doute davantage que d’autres, le veuvage provoque une rupture dans l’existence. Néanmoins, la vie se poursuit, tenue par les engagements et les liens sociaux antérieurs qui perdurent et par les cadres matériels de l’existence dont la permanence vient contrecarrer le sentiment de déchirement et de béance qui envahit le survivant. Rupture et continuité s’entremêlent ainsi dans les trajectoires de vie, et il en va de même dans les trajectoires vacancières. Si notre enquête ne nous permet pas d’observer les ruptures les plus franches – notamment un arrêt définitif des voyages organisés –, elle donne à voir des combinaisons différentes entre rupture et continuité. Nous en prendrons deux exemples, l’un d’une grande continuité, l’autre qui présente une évolution plus mélangée.

18M. Ralik, aujourd’hui âgé de 62 ans, a connu un veuvage précoce. A l’approche de sa retraite (il a cessé son activité professionnelle en 2001, à l’âge de 58 ans), il a fait, avec son épouse, des projets de voyage pour leur retraite. Mais ce n’est que brièvement qu’ils ont pu les mettre en œuvre car Mme Ralik est décédée en 2002. M. Ralik a cependant continué à voyager, car il y a vu un moyen de prévenir l’isolement lié au veuvage : « Bon, quand on est en groupe euh… bon… les gens ne sont pas indifférents hein et donc… on arrive à se mêler bon on… on arrive petit à petit à oublier un peu ». Il a donc poursuivi les voyages initiés avec son épouse – seul dans un premier temps, puis avec sa nouvelle compagne. Ainsi, M. Ralik connaît, dans le cadre d’une nouvelle relation conjugale, une continuité de sa pratique vacancière (« J’ai pas changé disons… ce que j’avais prévu avec mon épouse d’faire, quoi ! »), qui s’est seulement intensifiée maintenant qu’il est à la retraite.

19La trajectoire vacancière de Mme Java (aujourd’hui âgée de 76 ans) au moment du décès de son mari semble, quant à elle, marquée par les discontinuités. Il faut dire que M. et Mme Java avaient l’habitude de prendre des formes variées de vacances : après avoir longtemps été adeptes du caravaning, ils ont réorienté, en 1993, à la suite d’un accident de voiture, leurs pratiques vacancières, privilégiant désormais les voyages organisés à l’étranger (pour découvrir des destinations lointaines), la location de meublés (occasion de rendre visite à des amis) et les séjours dans leur résidence secondaire. Au moment du décès de M. Java, en 1994, les vacances de son épouse ont connu d’importants changements : cette année-là, elle n’a entrepris aucun voyage, a cessé toute location et a même revendu leur résidence secondaire. Cependant, au-delà de ces nets infléchissements, une certaine continuité apparaît. Ainsi, après une interruption d’une année, Mme Java s’est réinscrite à des voyages organisés, seule dans un premier temps, puis avec une amie. Les destinations ont changé, cependant, puisqu’elle se limite désormais aux destinations françaises. Ce qui ne va pas sans regrets d’ailleurs : « Pourtant j’aurais bien voulu aller en Norvège et puis euh au Maroc. Oui ça j’aurais aimé faire les villes impériales. Mais non j’ose plus, non… Ça, je sais que j’irais seule parce que l’amie qui vient avec moi, l’étranger non elle veut pas… ». Par ailleurs, Mme Java a recommencé à rendre visite à des amis éloignés, même si, là encore, les modalités ne sont plus les mêmes, puisqu’elle descend à l’hôtel et voyage maintenant par le train. La trajectoire vacancière de Mme Java au moment de son veuvage donne ainsi à voir une forte imbrication entre changements et continuité. Changements puisqu’elle voyage exclusivement en France, désormais, et modifie ses modes de déplacement et d’hébergement lorsqu’elle part seule. Continuité car ces changements visent à renouer avec les types de vacances mis en place avec son mari avant son décès, et à reprendre ainsi le rythme vacancier qu’elle a interrompu l’espace d’une année.

Une pratique des voyages organisés parfois stimulée

20Si le veuvage amène quelquefois à interrompre momentanément sa participation aux voyages organisés, comme cela a été le cas pour Mme Java, et s’il est probable qu’il peut aussi en marquer l’arrêt définitif16, la majorité des témoignages que nous avons recueillis (auprès de personnes qui, rappelons-le, ont connu un veuvage relativement « précoce », autour de la soixantaine) donnent plutôt à voir la situation inverse : celle d’un développement de la pratique des voyages organisés à la suite du décès du conjoint. Les entretiens montrent que cette évolution trouve son origine dans un triple phénomène : la différence de goûts entre les conjoints, qui avait empêché le désir de voyages du conjoint survivant de s’exprimer plus tôt ; les bienfaits associés aux voyages organisés par les personnes veuves, qui y trouvent une occasion de sortir de chez elles et de profiter de moments de sociabilité ; les encouragements et invitations au voyage provenant des proches ou d’autres femmes veuves.

21Il arrive, tout d’abord, que la pratique des voyages se développe, ou prenne une orientation nouvelle, au moment du décès du conjoint, parce que celui-ci n’était guère adepte de ce type de vacances et entravait leur développement. Pour le survivant, se produit alors une ouverture des possibles, une sorte de « libération conjugale » et de « renaissance du moi individuel » (Caradec, 2004, ch. 2) qui l’amène à développer des activités correspondant à ses centres d’intérêt personnels, auxquels il avait renoncé au cours de sa vie conjugale. C’est ainsi que Mme Wallis, dont le conjoint est décédé peu de temps avant sa retraite, s’est inscrite à des voyages qu’elle n’aurait jamais pu entreprendre avec son conjoint : « Mon mari il aurait été là, j’aurais pas pu faire ça… il voulait pas lui. Ah non, il voulait pas de circuit, pas de… parce que c’est vrai que c’est être à l’heure euh… le matin, il faut se lever, puis on est toujours guidé quoi (…) Et puis pas, ouais, et pas d’avion non plus. Deux heures d’avion, deux-trois heures ça allait, mais le reste non, il avait peur ». Ce que M. Wallis appréciait par dessus tout était le farniente. Or, si ce genre de vacances consacré au repos ne déplaisait pas à son épouse, elle aurait également aimé voyager et découvrir de nouveaux horizons. Et c’est ce qu’elle a fait après le décès de son conjoint, en réalisant plusieurs voyages dans des pays lointains.

22Au-delà de la différence de goûts entre conjoints, le recours aux voyages organisés au moment du veuvage tient également aux bienfaits que les veuves et les veufs en attendent. C’est ainsi que Mme Rimatara explique qu’elle a entrepris de voyager, après le décès de son mari, pour « meubler cette solitude, au moins j’perdais pas mon temps à rien, j’voyageais, mais j’voyais des choses ». Les voyages organisés constituent, en effet, une occasion de sortir de chez soi et d’échapper au repli sur soi, d’« être dans le monde » et de nouer des liens avec les autres voyageurs. Force est de constater, cependant, qu’il n’est pas facile de s’y inscrire seul17 : il existe une norme du « partir à deux », qui se manifeste notamment dans le fait que les chambres standard proposées sont des chambres doubles, les personnes seules devant payer un surcoût ; de plus, partir seul expose au risque de demeurer esseulé pendant le périple, la plupart des voyageurs partant à deux ou au sein d’un groupe d’amis pré-constitué.

23Cette difficulté à partir seul(e) constitue un catalyseur puissant de la formation de dyades d’« amies de voyage »18 qui partent ensemble et s’encouragent ainsi mutuellement à voyager. Ce soutien, de concert avec celui assuré par les proches (notamment les enfants) qui prodiguent des encouragements à « sortir » et à voyager, apparaît essentiel puisqu’il rend possible la participation aux voyages organisés de bien des femmes veuves. Pour en prendre un seul exemple, Mme Java, apprenant le décès du mari de l’une de ses anciennes voisines, lui a proposé de voyager afin de l’aider à surmonter une épreuve qu’elle-même a connue : « J’ai dit “allez faut sortir, faut pas rester là…” Hein, faut s’aider hein quand on est seul ». L’idée que les femmes, au moment du veuvage, doivent se serrer les coudes, et que le fait de partir ensemble en voyage constitue une manière de mettre en pratique cette solidarité, est très présente dans les propos des veuves.

4. A l’approche de la vieillesse, les manifestations ambivalentes de la déprise

24Le départ des enfants, la retraite et le décès du conjoint constituent des moments de transition qui ponctuent l’avancée en âge et qui conduisent à une modification des pratiques vacancières. Cependant, au-delà de ces événements, le vieillissement est marqué, au grand âge, par un phénomène de « déprise » : un processus de réaménagement de l’existence qui survient du fait des difficultés croissantes auxquelles sont confrontées les personnes qui vieillissent (Barthe, Clément, Drulhe, 1988 ; Caradec, 2004). Ce phénomène de déprise, il importe de le souligner, présente une double face : d’un côté, il passe par une série de reconversions des activités antérieures qui, lorsqu’il devient difficile de les poursuivre à l’identique, sont continuées sous une autre forme ou remplacées par d’autres occupations ; de l’autre, la succession de ces reconversions produit une tendance à la baisse des activités qui, à l’ultime étape du processus, peuvent être abandonnées sans qu’elles soient remplacées.

25Comment, dans le domaine des vacances et des voyages, la déprise se manifeste-t-elle ? Trois phénomènes sont repérables. On constate, tout d’abord, une réduction de la diversité des formes de vacances. On note, ensuite, en ce qui concerne les voyages organisés, un remplacement progressif des circuits à l’étranger par des séjours en  France. Enfin, et de manière assez paradoxale, on observe un possible sursaut des départs en voyage, qui procède de ce que nous appellerons une « conscience accrue de sa finitude ».

Une réduction de la diversité des formes de vacances

26Une première tendance qui marque l’avancée en âge consiste en une réduction du nombre annuel de départs et de la diversité des formes de vacances pratiquées. Le premier changement étant déjà repérable dans les résultats des enquêtes de la Direction du Tourisme (2005), nous nous arrêterons ici sur le second, que nous mettrons en évidence à partir de notre matériel quantitatif et en ayant recours à une typologie qui distingue cinq groupes de vacanciers, aux vacances plus ou moins diversifiées : les « simples voyageurs », les « adeptes des voyages organisés », les « vacanciers conviviaux », les « vacanciers résidants » et les « pluri-vacanciers »19. Les vacances des « simples voyageurs » se sont résumées, en 2004, au seul voyage effectué avec la Cram. A l’opposé, les « pluri-vacanciers » qui, en 2004, ont cumulé voyage(s) organisé(s), séjour chez des amis ou des membres de la famille et départ en location ou en résidence secondaire ont les pratiques de vacances les plus diversifiées. Entre ces deux groupes, les « adeptes des voyages organisés » (qui partent seulement en voyage organisé, mais plusieurs fois par an), les « vacanciers conviviaux » (qui, en plus de leur participation à un ou plusieurs voyages organisés, séjournent chez des parents ou des amis) et les « vacanciers résidants » (qui cumulent départ(s) en voyage organisé et vacances en location ou en résidence secondaire) occupent des positions intermédiaires. On constate que les retraités les plus jeunes sont particulièrement nombreux parmi les « vacanciers résidants » et parmi les « pluri-vacanciers », l’importance de ces deux catégories se réduisant au fur et à mesure que la tranche d’âge considérée s’élève. A l’inverse, parmi les « simples voyageurs », les plus âgés (74 ans et plus) sont surreprésentés et les moins de 68 ans sont sous-représentés (Tableau 4). Ce sont donc bien les voyageurs les plus jeunes qui ont les vacances les plus diversifiées, cette diversité devenant plus rare parmi les septuagénaires.

Tableau 4. Groupes de vacanciers par classes d'âge (en %)

  

Simples
voyageurs

Les adeptes
des voyages
organisés

Les vacan-
ciers
convi-
viaux

Les vacan-
ciers
résidants

Les pluri-
vacan-
ciers

Total

Moins de
65 ans

19

16

14

32

19

100

De 65 à
68 ans

16

17

26

29

12

100

De 69 à
73 ans

27

16

23

26

7

100

74 ans ou
plus

37

21

26

13

3

100

Ensemble
de la popu-
lation

25

18

23

24

10

100

Le test statistique indique une différence significative à une probabilité inférieure à 0,0001. Le coefficient de Cramer est égal à 0,18.

27En toute rigueur, ces résultats ne permettent pas de trancher entre effet de génération et effet d’âge, d’établir si c’est parce qu’ils appartiennent à des générations qui ont moins souvent adopté des formes diversifiées de vacances ou parce qu’ils ont réduit la variété de leurs vacances en vieillissant que les plus âgés sont plus souvent de « simples voyageurs ». Plusieurs des témoignages que nous avons recueillis, qui montrent comment certaines formes de vacances se trouvent abandonnées au fil du temps, indiquent cependant qu’une partie au moins de l’évolution est à mettre sur le compte d’un effet d’âge. C’est ainsi que M. et Mme Kermadec (85 et 78 ans), qui avaient l’habitude de séjourner chez des parents et des amis, y ont renoncé à cause de problèmes de santé : « Si, on est toujours invité à y’aller [en vacances chez des amis], mais on a eu des ennuis de santé hein. Et pis, l’année dernière, moi, j’ai été opérée de la cataracte. Là, va falloir que j’retourne pour une intervention, après faut que j’fasse l’autre œil. Alors vous êtes obligé de, de rester là, vous pouvez pas partir comme ça hein » explique Mme Kermadec. Il faut aussi évoquer l’impact de la disparition des parents (frères et sœurs) et amis, lorsqu’ils étaient des compagnons de vacances : M. Maré (65 ans) raconte ainsi la semaine de vacances que lui et son épouse ont passée l’année dernière avec cinq couples d’amis, avant d’ajouter qu’« on devait le refaire ici en 2005, mais comme y a un copain de décédé, je ne pense pas qu’on va faire quelque chose… ». Quant à Mme Java (76 ans), nous avons vu qu’après le décès de son conjoint, elle a revendu sa résidence secondaire et cessé de louer un appartement de vacances. Dans certains cas (peu nombreux car nous avons rencontré peu de personnes très âgées), le processus de réduction de la diversité des formes de vacances paraît tellement avancé que les voyages organisés, unique forme de vacances encore préservée, paraissent eux-mêmes menacés et que se profile un avenir sans vacances, comme dans cette réflexion de Mme Kermadec à propos des vêtements de vacances de son mari : « J’dis quand on n’va plus aller en vacances, le Relais… vous savez c’que c’est, le Relais là qui passe dans les maisons, c’est comme Emmaüs, ils ramassent tous les vieux vêt’ments, c’est des neufs parce que… j’dis, ils vont récolter des tee-shirts ! (rire) ». Ou ces propos de Mme Céram, âgée de 84 ans, qui confie qu’elle ne se sent plus la force de revivre, à l’avenir, la fatigue qu’elle a éprouvée lors de son dernier voyage : « Non, je vous dis, mon voyage en Corse, moi j’étais contente. Mais je n’y retournerai plus, hein… Non, parce que je suis trop âgée… Je suis trop âgée… C’est sur l’aéroport qu’il faut attendre chaque fois hein, pour l’enregistrement de… des bagages il faut attendre et c’est ceci et cela… ».

Une double évolution des voyages organisés : des circuits vers les séjours, de l’étranger vers la France

28Avec l’avancée en âge, une deuxième tendance est repérable, qui concerne cette fois-ci la participation aux voyages organisés et qui procède elle-même d’un double changement : d’une part, une préférence accrue pour les séjours au détriment des circuits et, d’autre part, un choix plus fréquent des voyages en France. On note, tout d’abord, qu’en vieillissant, certains préfèrent renoncer aux circuits, physiquement plus exigeants, à la fois parce que leur santé devient plus fragile et parce qu’ils craignent un accident. C’est ainsi que Mme Rimatara, âgée de 75 ans, a aujourd’hui délaissé les circuits pour les séjours : « Les sorties, justement j’suis raisonnable… une femme âgée…, explique-t-elle. Avant, quand je partais, c’était le circuit, mais maintenant j’ai peur d’avoir des problèmes de santé ». La formule combinée « circuit-séjour » est d’ailleurs susceptible de constituer une étape intermédiaire dans le passage des circuits aux séjours, comme en témoigne Mme Java qui, aujourd’hui, privilégie cette formule mixte car, explique-t-elle, « une fois qu’on avait passé un âge, c’est ce qui faut faire. Quinze jours pour nous [elle et son amie de voyage], c’était trop fatigant ! » Parallèlement, le cercle des destinations éligibles se restreint parce qu’on souhaite s’épargner un long voyage, ou encore parce qu’on a peur de tomber malade et d’être hospitalisé dans un pays étranger dans lequel on craint de ne pas être bien soigné. Les propos de Mme Tanna, âgée de 73 ans, sont particulièrement intéressants car elle est actuellement sur le point de renoncer aux destinations lointaines et évoque avec un certain regret les pays qu’elle ne pourra visiter : « Donc, [le Pérou] si on avait dix ans de moins, on aurait pu le faire… mais maintenant c’est trop tard, c’est trop haut pour le… la respiration (…) Maintenant on ira moins loin et y’a encore un pays que j’aurais bien voulu faire, c’est Cuba, j’aurais bien aimé aller à Cuba mais c’est loin, beaucoup d’heures de… beaucoup d’heures de vol… ».

29Trouve-t-on confirmation de cette double évolution, des circuits vers les séjours et des pays étrangers vers la France, dans les résultats de notre enquête par questionnaire ? Pour l’établir, nous reprendrons la distinction, proposée par J.-D. Urbain, entre « tourisme » et « villégiature »20. En appliquant cette catégorisation au dernier voyage effectué (le « tourisme » rassemblant les voyages qui comprennent un circuit, et la « villégiature » regroupant les séjours) et en croisant les deux ensembles ainsi obtenus avec la destination du dernier voyage (France versus étranger), quatre types de voyage apparaissent. En retenant les trois types principaux (« le tourisme à l’étranger », « la villégiature à l’étranger » et « la villégiature en France »21), on peut tester la validité empirique de la séquence repérée dans les entretiens : circuits à l’étranger séjours à l’étranger séjours en France. Le traitement statistique des données confirme cette évolution (Tableau 5).

Tableau 5. Types de voyages selon l'âge (en %)

  

Tourisme à l’étranger

Villégiature à l’étranger

Villégiature en France

Total

Moins de 65 ans

36

51

13

100

De 65 à 68 ans

36

54

10

100

De 69 à 73 ans

25

55

20

100

74 ans ou plus

19

45

36

100

Ensemble de la population

29

51

20

100

Le test statistique indique une différence significative à une probabilité inférieure à 0,0001. Le coefficient de Cramer est égal à 0,19

30En effet, le « tourisme à l’étranger » concerne davantage les personnes les plus jeunes : 36% des personnes âgées de moins de 69 ans ont réalisé un voyage de ce type, contre 25% des personnes âgées de 69 à 73 ans et 19% des 74 ans ou plus. A l’opposé, la villégiature en France est le fait des plus âgés : 36% des personnes de 74 ans ou plus ont adopté ce type de formule, ce qui n’est le cas que de 20% des 69 à 73 ans et d’une proportion encore plus faible de sexagénaires (10% des 65 à 68 ans et 13% des moins de 65 ans). Entre les deux, même si les écarts entre les âges sont moins nets, la villégiature à l’étranger est un peu plus répandue chez les voyageurs d’âge intermédiaire (54% des 65-68 ans et 55% des 69-73 ans l’ont choisie).

31Au vu des extraits d’entretiens cités plus haut, on peut considérer que la séquence que nous venons de tester renvoie bien à un effet d’âge (et pas seulement à une différence dans les goûts de voyage selon les générations). Cet « effet d’âge » mérite cependant d’être explicité : ce n’est pas la simple accumulation des années qui provoque le changement, mais bien un enchevêtrement de facteurs (les difficultés physiques et les problèmes de santé, une fatigue plus prégnante, la disparition des compagnons de voyage). Nous nous intéresserons ici à l’un d’entre eux – les problèmes de santé (Tableau 6).

Tableau 6. Types de voyages selon l'âge et l'état de santé (en %)

  

Tourisme à
l’étranger

Villégiature à l’étranger

Villégiature en France

Total

Moins de 69 ans
en (très) bonne santé22

42

49

9

100

69 ans ou plus
en (très) bonne santé

27

49

24

100

Moins de 69 ans
à la santé fragile

20

62

18

100

69 ans ou plus
à la santé fragile

16

52

32

100

Ensemble de la population

29

51

20

100

Le test statistique indique une différence significative à une probabilité inférieure à 0,0001. Le coefficient de Cramer est égal à 0,20

32De ce tableau, on peut retenir trois résultats. Tout d’abord, un (très) bon état de santé auto-estimé influence positivement, et plus fortement que l’âge, le choix du tourisme à l’étranger. Ensuite, et à l’inverse, le fait d’être âgé (de plus de 69 ans) incite à opter pour un séjour en France, et y incite plus fortement qu’un mauvais état de santé. Enfin, et l’observation paraît particulièrement intéressante, les voyageurs les plus jeunes à la santé fragile privilégient plus particulièrement les séjours à l’étranger (c’est le cas de 62% d’entre eux), qui semblent ainsi constituer pour eux un choix de « compromis » : sans doute jugent-ils qu’ils sont trop jeunes pour les séjours en France, mais ont-ils aussi quelque réticence à entreprendre des périples qui pourraient se révéler éprouvants pour leur santé fragile.

Un sursaut dans les départs en voyage, produit d’une « conscience accrue de sa finitude »

33Les deux tendances que nous venons de repérer – la réduction de la diversité des formes de vacances et, en ce qui concerne les voyages organisés, le remplacement des circuits à l’étranger par des séjours en France – constituent des manifestations du phénomène de « déprise ». Cependant, la déprise n’advient pas de manière mécanique et implacable, et il convient d’insister sur le fait que l’avancée en âge n’est pas marquée par une baisse continue des pratiques – même si une telle tendance peut être observée, en moyenne, sur l’ensemble des années de retraite. Les personnes qui avancent en âge cherchent à « tenir » le plus longtemps possible et s’efforcent de continuer à voyager malgré les difficultés qu’elles rencontrent – et, dans cette entreprise, les voyages organisés, qui assurent une importante prise en charge, leur sont d’un grand secours. Par ailleurs, des moments de « reprise » sont possibles, par exemple après le décès d’un conjoint peu porté sur les voyages ou lorsqu’on renoue avec des habitudes de vacances un temps abandonnées à la suite d’un accident de santé. De ce point de vue, il convient de s’arrêter sur un phénomène a priori surprenant, qui consiste à accroître le nombre de ses voyages à l’approche du grand âge, par anticipation du moment où il ne sera plus possible de partir pour des destinations éloignées. C’est ainsi que Mme Ratak (79 ans) explique qu’elle a décidé de partir deux fois par an en voyage organisé « parce qu’on sent qu’on vieillit, alors il faut encore en profiter au maximum… ». Ces propos font écho à d’autres, par exemple ceux de Mme Java, qui se souvient de ce que son mari lui a déclaré quelque temps avant son décès, dessinant lui aussi le programme d’une pratique accrue des voyages organisés : « Cette année-là, il avait commencé à choisir deux voyages organisés parce qu’il m’avait dit : “Bein tu sais, cette année, à partir de maintenant, j’commence à prendre de l’âge, et bien on va faire euh deux voyages organisés sur l’année, mais on loue quand même un mois en France” ». Nous touchons là à une réalité importante de l’avancée en âge, que l’on peut appeler la « conscience accrue de sa finitude ». Dans plusieurs entretiens, notamment ceux réalisés avec des septuagénaires, s’expriment en effet la conscience de la fuite du temps et le sentiment que ce qui est encore possible aujourd’hui, bientôt ne le sera plus : « Bon maintenant ça va être limité hein ce qu’on pourra faire maintenant en vieillissant, bon ça sera peut-être plus difficile mais jusqu'à là ça a été comme ça… » indique, au détour de l’évocation de son dernier voyage, Mme Tanna (73 ans). « À mon avis que, dans quelques années, si j’peux plus porter les valises, bon bein j’pourrai plus faire ces choses, c’est p’t-être pour ça qu’on veut en faire le plus possible, vous voyez… » explique M. Yap (70 ans). Et Mme Makira (61 ans), évoquant la grave opération subie par son mari, souligne qu’« il s’est rendu compte qu’on était quand même peu de chose sur la terre hein… alors là euh je pense que ça donne à réfléchir quand même hein, hum, hum, faut profiter quand même hein… ». Ce dernier cas est d’ailleurs particulièrement intéressant car il donne à voir une véritable conversion à une vision plus hédoniste de la vie de personnes auparavant porteuses de valeurs ascétiques, l’accident de santé de M. Makira ayant joué un rôle de « révélateur » de l’échéance prochaine de la mort et amené à une prise conscience de la fuite irrémédiable du peu de temps qu’il reste à vivre en bonne santé.

Conclusion

34En appréhendant les vacances des retraités à travers les changements qui adviennent au fil de l’âge, le tableau que l’on obtient est assez différent de celui qui se dégage de l’étude statistique de la vaste catégorie des « seniors ». Il donne notamment à voir l’ambivalence des vacances à cet âge de la vie. D’un côté, elles constituent, notamment lorsqu’elles prennent la forme de voyages, une manifestation emblématique de la signification contemporaine de la retraite, étape de l’existence au cours de laquelle il convient de faire ce que l’on n’a pas eu le temps de faire avant. Nombre de retraités vivent ainsi des formes de vacances qu’ils n’ont jamais connues par le passé : jeunes à une époque où les possibilités de voyager n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui, entrés tôt dans la vie professionnelle, puis absorbés par leur carrière et leur vie familiale, c’est souvent tardivement qu’ils ont commencé à voyager à l’étranger, parfois même après leur cessation d’activité professionnelle (souvenons-nous que 36% des enquêtés ont pris l’avion, pour la première fois, après leur retraite). D’un autre côté, ces voyages entrepris à l’heure de la retraite sont, d’une certaine manière, marqués du sceau du tragique qui perce par endroits dans les entretiens : celui de la conscience du temps qui passe, des compagnons de voyage qui disparaissent ou abandonnent la partie, de l’approche de ce moment redouté où il ne sera plus possible de voyager.

35Du point de vue de leur rapport aux vacances, les différences entre générations de retraités apparaissent fortes, cependant. De plus en plus souvent, ceux qui arrivent à l’âge de la retraite ont déjà voyagé, et les retraités les plus jeunes sont moins friands aujourd’hui de voyages organisés (Pochet, Schéou, 2003). L’étude des changements qui s’opèrent au fil de l’âge donne cependant à penser qu’une autre demande va émerger : le désir prolongé de voyages et de vacances de personnes plus fragiles, voire atteintes de handicaps, désireuses de continuer à voyager tout en souhaitant être prises en charge, et soucieuses que l’on prenne en considération leur besoin de sécurité et leur plus grande vulnérabilité. Aussi est-il probable que les voyages organisés pour les retraités assureront de moins en moins une fonction d’« éducation aux vacances » et aux voyages lointains (Viard, 2000), sauf pour une frange minoritaire de participants, et de plus en plus une fonction de « médiation » qui rendra possible le départ de ceux qui souhaiteront, notamment parce que leurs forces déclinent, s’en remettre à un intermédiaire de confiance.

36(Texte reçu le 8 novembre 2006)

Annexe

37Présentation de l’échantillon quantitatif : Il est composé de personnes qui ont effectué au moins un voyage avec la Cram Nord-Picardie au cours de l’année 2004. Un tirage aléatoire simple, stratifié sur la base du département de résidence, a permis de sélectionner 609 personnes parmi l’ensemble des voyageurs répertoriés par l’organisme. En définitive, 549 questionnaires ont pu être passés avec succès (soit un taux de réponse de 90%), par téléphone, en janvier et février 2005. La personne qui a effectivement répondu à l’enquête quantitative est l’un des membres du ménage contacté par téléphone parmi ceux qui ont voyagé avec la Cram en 2004. Quand les ménages étaient constitués de plusieurs voyageurs, il a été procédé à un deuxième tirage aléatoire, selon la méthode de la date d’anniversaire, afin de désigner la personne à interroger.

38L’âge moyen des voyageurs est de 70 ans (sachant que les deux tiers ont entre 64 et 76 ans), et ils habitent en grande majorité (70%) dans le département du Nord. La population des voyageurs est très féminisée puisqu’elle est composée, pour les deux tiers, de femmes. La situation matrimoniale des hommes et des femmes voyageurs diffère considérablement : plus de quatre cinquièmes des hommes (82%) sont toujours mariés, alors que les femmes ne sont que 44% à l’être ; près de la moitié des femmes sont veuves (47%) alors qu’un peu plus d’un dixième des hommes sont veufs (11%). Les divorcé(e)s et les célibataires sont, quant à eux, très peu nombreux (Tableau 7 ).

Tableau 7. Situation matrimoniale des voyageurs (en %)

  

Mari-
é(e)s

Divor-
cé(e)s

Veuf-
(ve)s

Céliba-
taire(s)

Total

Hommes

82

3

11

4

100

Femmes

44

6

47

3

100

Ensemble

57

5

35

3

100

39Prise dans son ensemble, la population des voyageurs comprend trois cinquièmes de personnes des classes populaires, anciens employés (37%) ou anciens ouvriers (22%) ; moins nombreux sont les anciens cadres supérieurs (10%) et retraités des professions intermédiaires (17%). Les différences entre les hommes et les femmes sont, là encore, suffisamment importantes pour être soulignées : 23% des hommes sont d’anciens cadres supérieurs et 29% exerçaient une profession intermédiaire, alors que les femmes sont pour la moitié des anciennes employées et 19% d’anciennes ouvrières (Tableau 8). Si l’on compare cette distribution sociale à celle de l’ensemble des retraités (telle qu’elle ressort de l’enquête Histoire de vie de 2003 : Crenner, 2006, p.43), on peut noter que les cadres (supérieurs et intermédiaires) sont assez fortement surreprésentés dans notre échantillon de voyageurs hommes : on compte 23% de cadres supérieurs et 29% de professions intermédiaires dans notre enquête, contre respectivement 17% et 19% dans l’enquête Histoire de vie. La différence est moins nette pour les femmes : la partie féminine de notre échantillon est constituée de 3% de cadres supérieurs et de 11% de professions intermédiaires, contre respectivement 8% et 14% dans l’enquête Histoire de vie23.

Tableau 8. Catégorie sociale de la personne interrogée (estimée à partir de la dernière profession exercée) (en %)

  

Cadres
sup-
érieurs

Pro-
fessions
intermé-
diaires

Emp-
loyés

Ouv-
riers

Autres*

Inac-
tifs

Total

Hommes

23

29

10

28

10

0

100

Femmes

3

11

50

19

8

9

100

Ensemble

9

17

37

22

9

6

100

* Personnes non salariées (agriculteurs, artisans ou commerçants, chefs d’entreprise).

40Présentation de l’échantillon qualitatif : Ce second échantillon a été constitué à partir des répondants à l’enquête par questionnaires (la moitié des personnes enquêtées ayant donné leur accord pour être, le cas échéant, recontactées pour participer à un entretien). Les 21 personnes retenues (Tableau 11) l’ont été de façon à obtenir un échantillon diversifié du point de vue de leurs pratiques de vacances, en retenant trois critères : la fréquence des départs en vacances (une fois ou plusieurs fois dans l'année) ; le maintien ou non des contacts avec des personnes rencontrées en voyage après le retour ; la configuration de départ (« seuls », « en couple sans autre personne », « seuls au sein d’un groupe » et « en couple au sein d’un groupe »). De plus, un certain équilibre a été maintenu entre les sexes, les tranches d’âge et les statuts matrimoniaux (Tableau 9 et tableau 10).

Tableau 9. Sexe et âge des personnes rencontrées (effectifs)

 

Moins de 65 ans

De 65 à 68 ans

De 69 à 74 ans

Plus de 74 ans

Total

Hommes

1

3

3

2

9

Femmes

4

2

2

4

12

Total

5

5

5

6

21

Tableau 10. Statut matrimonial légal (effectifs)

Mar-
é(e)s

Veuf-
(ve)s

Divorcé(e)s,
séparé(e)s,
célibataire(s)

Total

13

7

1

21

Tableau 11. Caractéristiques sociodémographiques des personnes rencontrées

Noms*

Per-
sonne(s)
rencon-
trée(s)

Sexe

Age en 2005
(ou date de décès)

Dernière profession
exercée
(diplôme le plus élevé obtenu)

Date de cessation d'activité
(date de retraite)

Situa-
tion
conju-
gale et
domes-
tique

Céram

Femme seule

Femme

83 ans

Commerçante
(Certificat d'études primaires)

1984
(1985)

Homme

(1992)

-

-

Veuve
vit seule

Éfaté

Homme seul

Homme

74 ans

Téléprospecteur
(Brevet professionnel ou équivalent)

1991
(1991)

Femme

(1988)

Secrétaire notariale

-

Veuf
vit seul

Épi

Homme seul

Homme

65 ans

Contremaître d’exploitation
(Brevet professionnel ou équivalent)

2000
(2000)

Femme

66 ans

Ouvrière d’usine
(Brevet professionnel ou équivalent)

1996
(1996)

Mariés
vivent
en couple

Futu-na

Femme seule

Femme

62 ans

Institutrice
(Baccalauréat ou brevet supérieur)

1999
(1999)

Homme

60 ans

Cheminot-Agent de conduite
(Brevet professionnel ou équivalent)

1995
(1995)

Mariés
vivent
en couple

Hiva

Couple

Homme

68 ans

Concierge
(Certificat d'études primaires)

1997
(1997)

Femme

67 ans

Concierge
(Certificat d'études primaires)

1997
(1997)

Mariés
vivent
en couple

Java

Femme seule

Femme

76 ans

Comptable
(Brevet professionnel ou équivalent)

1984
(1984)

Homme

(1995)

Commandant de police

-

Veuve
vit seule

Kerm-adec

Couple

Homme

85 ans

Surveillant d’usine
(Certificat d'études primaires)

1981
(1981)

Femme

78 ans

Échantillonneuse
(Certificat d'études primaires)

1987
(1987)

Mariés
vivent en couple

Lifou

Femme seule

Femme

67 ans

Employée de cabinet médical
(Certificat d'études primaires)

1985
(2003)

Homme

73 ans

Chef d'atelier en imprimerie
(Brevet professionnel ou équivalent)

1989
(1992)

Mariés
vivent
en couple
(mari
handicapé)

Makira

Couple puis femme seule

Femme

61 ans

Gestionnaire
(Certificat d'études primaires)

2000
(2004)

Homme

63 ans

Régleur
(Certificat d'études primaires)

2002

(2002)

Mariés
vivent
en couple

Maré

Couple

Homme

65 ans

Chef de magasin
(Brevet professionnel ou équivalent)

1998
(2000)

Femme

64 ans

Technicienne de surface
(Certificat d'études)

1997
(-)

Mariés
vivent
en couple

Nor-folk

Couple

Homme

69 ans

Ouvrier du bâtiment
(Certificat d'études primaires)

1994
(1994)

Femme

54 ans

N'a jamais travaillé

-

Mariés
vivent
en couple

Pala-wan

Couple

Femme

63 ans

N'a jamais travaillé
(Certificat d'études primaires)

-

Homme

65 ans

Agent de maîtrise
(Brevet professionnel ou équivalent)

2000
(1998)

Mariés
vivent
en couple

Ralik

Homme seul

Homme

62 ans

Chef d'atelier en sidérurgie
(Baccalauréat ou brevet supérieur)

2001
(2003)

Femme

(2002)

Employée de bureau

-

Veuf  a
une amie
mais vit seul

Rapa

Couple

Femme

68 ans

Agent hospitalier
(Certificat d'études primaires)

1974
(1974)

Homme

70 ans

Releveur en cristallerie
(BEPC, Brevet élémentaire, BEPS)

1995
(1995)

Mariés
vivent
en couple

Ratak

Femme en compagnie de  sa belle-sœur

Femme

79 ans

Dépositaire de presse
(Certificat d'études primaires)

1986
(1986)

Homme

(1978)

Dépositaire de presse

-

Veuve
vit seule

Rima-tara

Femme seule

Femme

75 ans

Coiffeuse
(Brevet professionnel ou équivalent)

1981
(1992)

Homme

(1989)

Employé à la SEITA

-

Veuve
vit seule

Santo

Couple

Femme

70 ans

Secrétaire
(Brevet professionnel ou équivalent)

1970
(1996)

Homme

69 ans

Inspecteur en assurance
(Certificat d'études primaires)

1996
(1996)

Mariés
vivent
en couple

Tanna

Femme seule

Femme

73 ans

Comptable
(Brevet professionnel ou équivalent)

1992
(1992)

Homme

69 ans

Représentant
(Baccalauréat ou brevet supérieur)

1996
(1996)

Mariés
vivent
en couple
élèvent leur
petite-fille

Vaté

Homme seul

Homme

77 ans

Agent enquêteur médical
(BEPC, Brevet élémentaire, BEPS)

1983
(1982)

Séparé
de corps
vit seul

Wallis

Femme seule

Femme

63 ans

Assistante de direction
(Brevet professionnel ou équivalent)

2002
(2002)

Homme

(2000)

Cheminot-Agent de conduite

-

Veuve
héberge tempo-
rairement
son fils

Yap

Couple puis homme seul

Homme

70 ans

Technicien audiovisuel
(Baccalauréat ou brevet supérieur)

1992
(1992)

Femme

62 ans

Employée audiovisuel
(Certificat d'études primaires)

1992
(2003)

Mariés
vivent
en couple

* afin de préserver l’anonymat des personnes interrogées, les noms attribués sont fictifs.

Haut de page

Bibliographie

Attias-Donfut C., Vacances: loisirs du troisième âge ?. Cagnes-sur-mer : C.N.R.O., 1972.

Barthe J.-F., S. Clément et M. Drulhe, « Vieillesse ou vieillissement. Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées ». Les Cahiers de la Recherche sur le Travail Social, n°15, 1988, p.11-31.

Blacodon M., « Le tourisme des séniors : 1991-1995 ». Les essentiels du tourisme, n°4, 1997.

Caradec V., Vieillir après la retraite : approche sociologique du vieillissement. Paris : PUF, 2004.

Caradec V., « “Seniors” et “personnes âgées”. Réflexions sur les modes de catégorisation de la vieillesse », in Regards croisés sur la protection sociale de la vieillesse. Cahier d’Histoire de la Sécurité Sociale, n°1, 2005, p.313-326.

Cicchelli V., La construction de l’autonomie. Paris : PUF, 2001.

Crenner E ., « Etre retraité : quelle identité après le travail ? », Economie et statistique, n°393-394, 2006, p.41- 60.

Cribier F., « Les vacances à l'heure de la retraite : conduites d'âge, conduites de génération». Loisir et société, vol.2, n°2, 1979, p.399-425.

Cribier F., « Quand les citadins quittent leur ville à la retraite », Retraite et société, n°10, 1995, p.6-25.

Delbès C., Gaymu J., « Le choc du veuvage à l’orée de la vieillesse : vécus masculin et féminin ». Population, n°6, 2002, p.879-909.

Delbès C., Gaymu J., Passé 60 ans : de plus en plus souvent en couple ?. Population et Sociétés, n°389, 2003.

Direction du Tourisme, Les pratiques touristiques des seniors en 2003. Analyse des données de l’enquête Suivi des Déplacements Touristiques des Français de 55 ans et plus, avril 2005 http://tourisme.gouv.fr/fr/navd/mediatheque/publication/evolution/att00010306/pratiques_seniors.pdf

Ferraro K.F., « Aging and Role Transitions », in Binstoch R.H., George L.K. (eds), Handbook of Aging and the Social Sciences, San Diego, Academic Press, 2001, p.313-330.

Guillemard A.-M., La vieillesse et l’Etat. Paris : PUF, 1980.

Lalive d’Epinay C., Entre retraite et vieillesse. Travaux de sociologie compréhensive. Lausanne : Réalités Sociales, 1996.

Le Jeannic T., Ribeira J., « Hausse des départs en vacances, mais 21 millions de Français ne partent pas », Insee Première, 2006, n° 1093.

Lenoir R., « L’invention du “troisième âge”. Constitution du champ des agents de gestion de la vieillesse ». Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°26-27, 1979, p.57-82.

Observatoire National du Tourisme, Le tourisme des séniors : actes du séminaires du 18 novembre 1997. Paris : Observatoire National du Tourisme, 1998.

Paillat P. (s.d.), Passages de la vie active à la retraite. Paris : PUF, 1989.

Parant A., « Le tourisme des seniors », Communication au Rendez-Vous de la Stratégie sur « Le tourisme des seniors : mythes et réalités », Direction du tourisme, juin 2005. http://www.tourisme.gouv.fr/fr/z1/ministere_delegue/evenements/rdv/att00009566/intervention_parant.pdf

Pochet P., Schéou B., Le tourisme à l'âge de la retraite. Paris : La Documentation Française, 2002.

Pochet P., Scheou B., « L'influence du vieillissement sur les pratiques touristiques en France ». Espace Populations Sociétés, n°2, 2003, p.303-315.

Rouquette C., « Chaque année, quatre français sur dix ne partent pas en vacances ». Insee Première, n°734, août 2000.

Rouquette C., « Dix ans de vacances des Français », in France : portrait social 2002/2003. Paris : Insee, 2002, p. 159-176.

Urbain J.-D., L’idiot du voyage, histoires de touristes. Paris : Plon, 1991.

Urbain J.-D., Sur la plage: mœurs et coutumes balnéaires (XIXème-XXème siècle). Paris : Payot et rivages, 1994.

Viard J., Réinventer les vacances : la nouvelle galaxie du tourisme. Rapport du groupe d'experts "Prospective de la demande touristique à l'horizon 2010". Paris : La Documentation Française, 1998.

Viard J., Court traité sur les vacances, les voyages et l’hospitalité des lieux. La Tour d’Aigues : éditions de l’Aube, 2000.

Haut de page

Note de fin

1 Cet article est tiré d’une recherche financée par la Cram Nord-Picardie à laquelle a également participé Ségolène Petite-Peypoudat.
2 Dans cet article, nous utiliserons la catégorie de « retraités » de préférence à celle de « seniors », à la fois parce que cette dernière reste fluctuante (elle peut correspondre aux « 50 ans et plus », comme dans les données du Credoc, aux « 55 ans et plus », parfois même aux « 60 ans et plus », comme dans les publications de l’Insee), et parce que l’enquête sur laquelle nous allons fonder nos analyses a porté sur une population de « retraités » ayant participé à un voyage proposé dans le catalogue diffusé par leur caisse de retraite.
3 En matière de statistiques sur les vacances, on dispose de deux sources principales, qui utilisent des catégories différentes : l’Insee s’intéresse aux départs en « vacances » (qui supposent de quitter son domicile principal plus de quatre nuits consécutives) alors que la Direction de Tourisme étudie les « déplacements touristiques » (qui donnent lieu à un séjour d’au moins une nuitée hors du domicile). Ces deux sources s’accordent sur l’augmentation du taux de départ de la partie âgée de la population et sur la réduction des écarts avec les plus jeunes. Ainsi, selon la Direction du Tourisme, le taux de départ des 65 ans et plus pour les voyages personnels était, en 1999, de 71,2%, soit à peine moins que les 73,3% calculés pour l’ensemble de la population (Pochet, Schéou, 2002, p.73). D’après les données 2003, le taux de départ des 55-64 ans pour les voyages personnels est même plus élevé que pour l’ensemble de la population : 75,8%, contre 73,4% (Direction du Tourisme, 2005, p.8). Les derniers chiffres de l’Insee vont dans le même sens : en 2004, 66% des 60-64 ans sont partis en vacances, soit un peu plus que le taux de départ moyen, qui est de 64,5% (en 1965, ces taux de départ étaient respectivement de 32% et de 44%) (Le Jeannic, Ribera, 2006).
4 Les plus âgés sont ainsi majoritaires sur le créneau des très longs séjours : 72% des séjours qui dépassent un mois sont effectués par des personnes âgées de 55 ans et plus (Direction du Tourisme, 2005).
5 En 1999, les 65-69 ans étaient 48% à ne pas partir en déplacement touristique lorsque le revenu mensuel de leur foyer était inférieur à 6 000 francs, et seulement 3% lorsqu’il était supérieur à 25 000 francs (Pochet, Schéou, 2002, p.235, tableau 42).
6 En 1999, l’absence de déplacement touristique concernait 19% des 60-64 ans, 20% des 65-69 ans et 35% des 70 ans et plus (Pochet, Schéou, p.232, tableau 36). En 2004, selon l’Insee, 34,4% des 60-69 ans et 52,7% des 70-79 ans n’ont pas pris de vacances (Le Jeannic, Ribera, 2006). L’écart important dans l’estimation des taux de non-départ entre les deux sources tient à la différence entre « déplacement touristique » et « vacances » (cf. note 3).   
7 Si l’action des caisses de retraite en faveur des vacances des retraités n’est plus aussi importante aujourd’hui qu’elle l’était dans les années 1970, elle subsiste néanmoins (Pochet, Schéou, 2002, ch.5). Ainsi, jusqu’en 2006, la Cram Nord-Picardie a organisé, chaque année, le départ en vacances de plus de 10 000 retraités résidant dans l’un des cinq départements qu’elle couvre. En 2006, condamnée à payer des dommages-intérêts à la suite d’un accident survenu au cours d’un de ces voyages, la Cram a pris la décision d’arrêter son activité « Vacances ». Celle-ci a été reprise en 2007 par trois agences de voyage –  Aquatour, Poivre et Sel et Vivrêva –  dont les catalogues sont disponibles au siège et dans les agences retraite de la Cram Nord-Picardie. En octobre 2006, ces agences ont ainsi pu présenter leur offre dans le hall d’entrée de la Cram à Villeneuve d’Ascq.  
8 On trouvera, en annexe, une présentation des deux échantillons de cette enquête. La population âgée enquêtée est spécifique puisqu’elle ne comporte que des pensionnés de la Cram Nord-Picardie qui ont participé à un voyage organisé en 2004. On ne saurait donc généraliser les résultats obtenus dans cette enquête à l’ensemble des retraités.
9 Nous avons considéré comme « voyages organisés » ceux qui se déroulent sur plusieurs jours, excluant ainsi les excursions à la journée que proposent certaines associations locales.
10 Dans cet article, « voyage » renvoie aux voyages organisés ; « vacances » désigne les différentes formes d’absence prolongée de son domicile associées au loisir : voyages organisés ou auto-organisés, séjours dans une résidence secondaire, en location, chez des amis ou des membres de sa famille.
11 Les enquêtes de l’Insee et celles de la Direction du Tourisme vont dans le même sens : les personnes âgées de 60 ans ou plus comptent en moyenne 32 nuitées hors du domicile, contre 22 pour les actifs (Rouquette, 2002) ; le nombre moyen de voyages progresse avec le passage à la retraite, passant de 4,2 voyages en moyenne par an chez les moins de 50 ans, 4,5 chez les 50-59 ans et 5,2 chez les 60-64 ans (Blacodon, 1997). Une enquête longitudinale sur le passage à la retraite note, pour sa part, que si le taux de départ varie peu à ce moment de l’existence, il se produit en revanche un accroissement de la durée moyenne des vacances (Paillat, 1989, p.146).
12 Nous analysons ici les réponses à la question : « Durant votre vie active, êtes-vous parti en vacances aussi souvent que vous l’avez voulu ? » (Oui/Non/Ne sait pas).
13 Les déclarations étant rétrospectives, on ne peut exclure que le sentiment de « privation » soit apparu après-coup, suite à l’expérience des voyages.
14 Dans l’enquête par questionnaire, 47% des femmes étaient veuves et 12% des hommes veufs (cf. Tableau 7 en annexe), soit une proportion un peu plus élevée que parmi l’ensemble des 60 ans et plus, parmi lesquels on compte 41% de veuves et 10% de veufs (Delbès, Gaymu, 2003).
15 En 2000, dans la tranche d’âge 60-64 ans, on compte 15% de veuves. La part des veuves atteint 50% dans la tranche d’âge 75-79 ans (Delbès, Gaymu, 2003).
16 C’est, semble-t-il, plus souvent le cas pour les veufs que pour les veuves : les hommes devenus veufs entre 62 et 75 ans ont un taux de départ en vacances à 75 ans (51%) nettement plus faible que ce qu’il était à 62 ans (72%), alors que ce taux de départ est légèrement plus élevé pour les femmes veuves à 75 ans (66%) par rapport à ce qu’il était à 62 ans, alors qu’elles étaient encore mariées (61%) (Delbès, Gaymu, 2002, tableau 10).
17 Notre enquête quantitative montre que moins de 10% des voyageurs partent seuls. En fait, la majorité de ceux – de celles – qui vivent seuls ne s’inscrivent pas en solo : 45% d’entre eux partent à deux, et 29% avec deux autres personnes ou plus.
18 Ce phénomène touche surtout les femmes, les hommes seuls étant moins nombreux et ayant davantage tendance à nouer une nouvelle relation conjugale.
19 L’élaboration de cette typologie a été menée en deux étapes. Dans un premier temps, l’analyse statistique a permis d’identifier quatre variables particulièrement pertinentes pour différencier les pratiques vacancières des retraités en 2004 : le nombre de voyages organisés réalisés dans l’année (un/plusieurs) ; le fait d’avoir séjourné en famille ou chez des amis (oui/non) ; le fait d’avoir loué un hébergement de vacances ou de disposer d’une résidence secondaire (oui/non) ; le fait d’avoir cumulé ces deux dernières formes de vacances (oui/non). Dans un second temps, et à partir d’une combinaison de ces quatre critères, cinq groupes de vacanciers ont été distingués : les « simples voyageurs » (25% de l’effectif), les « adeptes des voyages organisés » (18%), les « vacanciers conviviaux » (23%), les « vacanciers résidants » (24%) et les « pluri-vacanciers » (10%).
20 J.-D. Urbain, dans deux ouvrages qui forment diptyque (L’idiot du voyage (1991) et Sur la plage (1994)), présente les deux grandes « tribus vacancières » qu’il convient, selon lui, de distinguer : « les tribus touristiques et celles de la villégiature » (Urbain, 1991, p.108). D’un côté, « le tourisme de circulation, représenté par les nomades, les itinérants qui, à l’image de Phileas Fogg, partent à la découverte du monde » ; de l’autre, « le tourisme de transplantation, représenté par les vacanciers sédentaires ou villégiateurs qui comme Robinson Crusoë sur son île, “s’arrangent une vie” de vacances aussi proches que possible de leurs habitudes quotidiennes » (Viard, 1998, p.64). La distinction paraît s’appliquer particulièrement bien aux retraités qui partent avec la Cram : les uns participent à des circuits, périples au cours desquels ils partent à la découverte d’un pays ou d’une région qu’ils parcourent en car et dont ils visitent les lieux les plus remarquables ; les autres s’inscrivent pour des séjours dans des hôtels, ce qui leur permet de poser leurs bagages dans un lieu de vacances unique, de profiter du confort de leur lieu d’hébergement et des activités qui y sont proposées.
21 Le quatrième type, le « tourisme en France » ne représente que 6% de l’échantillon.
22 Il s’agit d’un état de santé auto-estimé.
23 Il s’agit d’ordres de grandeur, notamment en ce qui concerne les femmes : il faudrait tenir compte du fait que notre échantillon comporte 9% d’inactives, qui n’ont déclaré aucune profession passée – alors que les données de l’enquête Histoire de vie utilisées ici concernent les seules retraitées.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Caradec et Thomas Vannienwenhove, « Prendre des vacances à la retraite et s’en déprendre au fil de l’âge », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 03 mai 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/148

Haut de page

Auteurs

Vincent Caradec

GRACC, Université de Lille 3, vincent.caradec@univ-lille3.fr

Thomas Vannienwenhove

GRACC, Université de Lille 3, vannien@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org