Navigation – Plan du site
Textes

Le « choix » des mots dans la déclaration de sa profession : un indicateur des voies d’accès  au métier ?

Josette Debroux

Résumé

Les contextes dans lesquels l’individu est amené à déclarer sa profession sont nombreux. Si pour dire sa profession, l’individu puise dans un stock de mots disponibles, le contexte d’énonciation, la situation d’enquête jouent un rôle non négligeable dans leur choix. Différents travaux ont montré les effets de la situation d’enquête sur les déclarations en comparant les déclarations d’individus dans des contextes différents. Sans prétendre éliminer les effets de contexte, et en présupposant le rôle important du passé incorporé dans le choix des mots, nous avons comparé les déclarations successives de profession de chercheurs et enseignants-chercheurs à l’occasion du renouvellement de leur adhésion à une association. La tendance à privilégier telle catégorie de mots plutôt que telle autre pour déclarer sa profession semble bien liée à la manière d’accéder au métier opposant les plus préparés, dès leur formation, à exercer un métier d’enseignant-chercheur ou de chercheur qui sont plus enclins à se situer à l’intérieur du métier en ayant recours au grade à ceux pour lesquels l’accès au monde de l’enseignement supérieur et de la recherche était plus improbable utilisant le métier.

Haut de page

Texte intégral

1La profession constitue un élément important de l’identité individuelle dans le monde social et une variable intéressante pour le sociologue puisqu’elle synthétise différentes dimensions de la situation sociale de l’individu. Les contextes dans lesquels l’individu est amené à déclarer sa profession sont multiples. Pour dire sa profession, l’individu puise dans un ensemble de termes disponibles. Une bonne partie des dénominations qui circulent relève du travail de catégorisation des entreprises et de l’Etat, (Kramarz, 1991). Ces deux espaces de production n’épuisent pas toutes les dénominations utilisées, certaines renvoient, en effet, aux « situations locales » et aux revendications identitaires.

2S’il est possible de construire un stock de mots disponibles pour dire sa profession, le contexte d’énonciation joue un rôle non négligeable dans leur choix. C’est ce que nous apprennent les travaux de sociologues qui ont mis l’accent sur l’importance des conditions d’enquête sur les déclarations. Le recours aux théories micro sociologiques a permis de montrer que lors de l’enquête, comme dans toute interaction sociale, les individus mobilisent leurs compétences théâtrales pour donner une image positive d’eux-mêmes, ce qui peut les conduire à falsifier les réponses s’ils considèrent que l’expression authentique de soi peut leur faire « perdre la face » compte tenu de la perception qu’ils ont de la situation d’interaction. (De Singly, 1983). On peut en déduire qu’en changeant les conditions d’enquête, en changeant la nature de l’interaction on peut changer, de manière sensible, les réponses aux questions de fait comme aux questions d’opinion1. Jean Peneff, en comparant les réponses données par des étudiants sur la profession du père dans deux contextes différents, a montré l’importance des effets de contextes sur les réponses. (Peneff, 1984).

3Se référant à la relation entre « mots » et « mondes possibles » plus ou moins accessibles aux individus ayant à déclarer leur profession, F. Kramarz pense qu’il est possible « de prévoir « la probabilité » (en un sens non numérique) de chaque déclaration. ». Selon le contexte de déclaration, les mondes de référence peuvent varier mais dans certaines limites. L’auteur prend l’exemple d’un médecin spécialisé en ophtalmologie. Dans une enquête de Recensement Général de la Population, sans précision particulière, il est « probable » de voir apparaître la dénomination de « médecin ophtalmologue » ou de « médecin ». S’il s’agit d’un médecin d’origine populaire pour lequel le diplôme est la « ressource la plus valorisée » pour lui, et s’il s’appuie sur ce monde, il est probable de voir apparaître le titre « docteur en médecine « spécialisé en ophtalmologie » notamment dans un contexte d’enquête (Formation, Qualification Profession) (Kramarz, 1991).

4C’est la question de la probabilité pour un individu de « choisir » un mot donc de se référer à un « monde » plutôt qu’à un autre que nous souhaitons aborder. Qu’est ce qui limite le choix des mots pour dire sa profession ? Plutôt que de considérer « l’acteur-tout-entier-dans-l’interaction » ce qui revient finalement à s’intéresser peu à l’acteur mais davantage à l’action (Lahire, 1998), nous allons privilégier le « passé incorporé » cristallisé dans les expériences de formation et d’emploi qui précèdent l’entrée dans le métier. Nous supposons, en effet, que la socialisation qui prédispose plus ou moins fortement à exercer un métier que révèle ses modes d’accès a un effet important et durable sur le choix des mots pour déclarer sa profession, sur la constance ou la variation des déclarations dans un contexte particulier.

5Notre matériau2 se compose de fiches d’inscription à une association fondée par Isac Chiva et Henri Mendras en 1974, ayant pour but de rendre « visibles les sciences sociales rurales », de faire « communiquer » chercheurs de différentes disciplines de sciences sociales, usagers et commanditaires de la recherche. L’activité principale de l’association consiste, pendant un peu plus de 25 ans, en l’organisation d’un colloque annuel donnant souvent lieu à une publication. Au colloque annuel, s’ajoutent surtout dans les premières années d’existence de l’association, les « journées d’études », « journées régionales ». La polyvalence de l'association se traduit par l'hétérogénéité de ses adhérents. Sur l'ensemble de la période (1975/2000), un peu plus de 900 personnes ont adhéré à l'association . Plus d’un adhérent sur deux peut être rattaché au monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, quel que soit le statut. Plus de la moitié de ces adhérents ont cotisé au plus deux années consécutives

6( l'adhésion est reconduite une année même lorsque l'adhérent n'a pas réglé sa cotisation).

7Sur un ensemble d’un peu plus de 15OO bulletins d’adhésion de 1985 à 2001, et en recourant au « paradigme de l’indice » (Ginsburg, 1980), nous avons sélectionné les fiches des adhérents dont l’appartenance statutaire au monde de la recherche et de l’enseignement supérieur ne faisait aucun doute et pour lesquels nous disposions d’au moins trois fiches d’inscription soit 137 adhérents afin de pouvoir prendre en compte la constance ou la variation des catégories mobilisées par un même adhérent. Nous disposions, par ailleurs, d’éléments sur les trajectoires de la quasi-totalité de ces adhérents, puisés dans des annuaires, curriculum.vitae, nécrologies, ou issus d’entretiens et questionnaires que nous avons nous-mêmes réalisés auprès de certains d’entre eux. .

8Les différents mécanismes de sélection dont l’échantillon est le produit n’autorisent pas, évidemment, à prétendre à une quelconque représentativité des agents appartenant au « domaine des études rurales » aux limites incertaines ni au champ des sciences sociales. Cependant, cet échantillon présente une variété de trajectoires : d’un point de vue générationnel, il rassemble majoritairement des adhérents nés entre 1926 et 1945 qui ont été recrutés dans un contexte d’expansion sans précédent du corps des enseignants et des chercheurs . Dans l’enseignement supérieur, la diversification des postes, la multiplication des statuts subalternes bouleversent l’ordre ancien avec ses carrières bien réglées, ses changements de grade accompagnant l’avancement dans l’âge. L’augmentation du nombre de chercheurs aux formations perspectives de carrière diverses favorise "un changement des valeurs et de l'habitus scientifique"(POLLAK, 1976).

1. La question du contexte de déclaration

9Lors d’une première adhésion ou à chaque appel de cotisation, l’adhérent est invité à donner son nom prénom, sa « profession », sa discipline, son organisme d’affiliation et adresse, son adresse personnelle, « ses domaines d’intérêt scientifique », le choix de l’adresse à laquelle il souhaite que lui soit envoyé le courrier. Le formulaire, par les propriétés demandées, s’adresse prioritairement aux adhérents appartenant au champ scientifique. Les autres composent, rusent et font avec les catégories imposées comme ce directeur d’un office départemental d’action culturel déclarant comme discipline « action culturelle » ou cet agriculteur se désignant comme « arboriculteur plus philosophe panthéiste » avec comme discipline « autodidacte ».

10Si nous considérons le contexte de déclaration comme formellement identique, nous ne prétendons pas raisonner « toute chose étant égale par ailleurs »3. Un contexte de déclaration de sa profession formellement identique, remplir un bulletin d’adhésion retourné au secrétariat d’une association et accompagnant le règlement de sa cotisation, ne garantit évidemment pas une commune interprétation de la situation. Certes, cette situation de déclaration exclut « de présenter un drame devant un auditoire » (Goffman, 1974), d’apprécier les réactions.d’interlocuteurs directs. Cependant, les enjeux mis dans cet acte ne sont nécessairement les mêmes pour tous même si «... parler de soi sur un mode familier, en mettant en avant ce qui est chevillé au corps et plus généralement ce qui vous appartient en propre est plus facile lors d’un questionnement sans enquêteur » (Kramarz, 1991).

11Quelques d’adhérents, (moins de 3%), qui usent du formulaire sur le mode de la relation « privée », sur fond de complicité ou comme anticipation d’un dialogue rappellent qu’aucun dispositif n’enferme « les usages que peuvent en faire ceux qui s’y inscrivent » (Pelletier, 1996). Avec la transmission de vœux au secrétaire, d’encouragements, ce moment est saisi pour maintenir vivaces des liens d’interconnaissance. Plus rarement, l’attention est explicitement sollicitée par une mise en scène de soi, traduisant différents types de rapports au groupe. Tel adhérent, (Maître de conférence, membre pendant 5 années qui a présenté une communication à un colloque, publiée par la suite) tient à justifier ainsi le non-renouvellement de son adhésion : « Ce n’est pas par négligence que je ne paie plus ma cotisation mais parce que, même si je reste ruraliste de cœur, je ne suis plus ruraliste de fait. En effet, des circonstances diverses m’ont amené à travailler de moins en moins sur l’agriculture et de plus en plus sur d’autres domaines. Au début, ce fut progressif mais maintenant j’ai effectué une véritable reconversion thématique... ». Tel autre insiste sur les contraintes qu’il a subit pour lui expliquer son adhésion : « Sérieusement admonesté par quelques collègues, j’obtempère, me voilà des vôtres » mais qui n’investira guère dans l’activité de l’association par la suite.

12Quelques nouveaux adhérents (étudiants ou postulants peu familiers de cet univers) font montre de leur intérêt, « c’est avec plaisir que j’adhère à votre association, en espérant pouvoir participer activement » saisissant cette occasion comme un moyen d’éteindre une dette ; « avec en sus une proposition d’article.(...) ; ce serait le minimum que je pourrais faire pour x qui m’a si bien conseillé tout au long de ma thèse ».

13Il y a bien, dans de rares cas, l’idée que décliner son identité est assortie d’espoir d’effets comme ici au dos du bulletin : « pour information, je suis membre du Centre d’Etudes et de recherche (...) et à compter du 19/01/95, directeur de l’UFR « Sciences Humaines. » Cet adhérent va rapidement devenir actif dans l’association, organiser des journées d’études... Tous ces exemples rappellent que la présentation de soi peut être développée en fonction d’un « public non présent » (Goffman, 1974).

14Cependant, pour la grande majorité des adhérents, la manière de répondre semble relever de la routine, témoignant d’une distance à la situation. Qu’il s’agisse d’adhérents actifs connus de tous ou d’inconnus, qu’ils se déclarent par leur grade ou par leur métier, c’est l’usage « administratif » qui semble primer. Parfois un ou deux mots, dans l’exposé des « domaines d’intérêts », permettent de distinguer une série de 12 bulletins. L’apposition d’un tampon avec nom profession, adresse de l’organisme employeur, constitue la forme archétypale de la procédure routinisée.

15Si la signification donnée à l’acte peut varier, on peut néanmoins supposer que, selon les individus, ces variations n’ont pas les mêmes effets sur les réponses. On peut difficilement soutenir qu’un individu qui, chaque année, et cela pendant quinze ans utilisant le même « mot » pour décliner sa profession, donne imperturbablement le même sens à la situation. On peut penser que ces individus sont moins « sensibles » que d’autres à la situation d’interaction, moins dépendants de la situation immédiate.

16Sans nier l’existence de variations de sens donné à l’acte de répondre dans un même contexte, nous considérons que le contexte de déclaration (qui mobilise des catégories du champ académique avec la question sur la « discipline »,  les « domaines d’intérêts scientifiques ») comme « activateur des abrégés d’expériences » (Lahire, 1998). Dans ce contexte standardisé, ce n’est qu’une partie du passé du répondant qui se trouve mobilisée.

17La situation est suffisamment institutionnalisée et codifiée (évoquant de multiples situations analogues propres au champ scientifique  dans lesquelles l’individu est amené à se déclarer ) pour que l’on puisse la considérer comme un « contexte déclencheur » d’une manière de dire sa profession.

2. Catégorie de mots et univers de référence.

18C. Dubar et P. Tripier, à propos de la définition de la profession, se réfèrent à quatre sens qu’ils associent à quatre « points de vue » différents : la profession comme déclaration, (il s’agit de l’identité professionnelle), la profession comme emploi (elle correspond à la classification professionnelle), la profession comme métier (spécialisation professionnelle), la profession comme fonction (position professionnelle) (Dubar, Tripier, 1999).

19Dans notre échantillon, un adhérent sur deux donne à la profession le sens d’emploi avec l’usage exclusif du grade (n=66). Le contexte de déclaration, une association s’adressant prioritairement à des chercheurs et enseignants-chercheurs, recrutant largement dans un monde d’interconnaissance4 favorise l’expression du métier par le grade : donner comme profession « CR2 » n’a de sens que parce que l’on est ou l’on se pense « entre soi », que l’on appartient au même univers professionnel.

20Cependant, un peu moins de 15% des adhérents ont néanmoins recours à l’identité professionnelle. Ils se déclarent « chercheurs », (catégorie présente comme telle dans la grille des PCS) ou « enseignant-chercheur ».

21Quelques-uns , 3%, considèrent leur spécialité disciplinaire comme un métier. Il s’agit de « sociologue », « d’ethnologue »...

22Dans une même situation de questionnement, une partie des adhérents se place, d’emblée, à l’intérieur d’un métier (ou a tendance à s’y placer) pour répondre et une autre partie se réfère à un ensemble plus vaste de métiers.

23Enfin, plus du tiers des adhérents ne se réfèrent pas de manière constante et à un seul « monde », (n=53)5. Au cours des déclarations successives, se succèdent ou alternent grade, identité professionnelle et métier : une catégorie cependant domine dans la quasi-totalité des cas.

24L’organisme employeur (CNRS, INRA) est cité comme profession dans de très rares cas, tout comme la catégorie « universitaire ». Parce que ceux qui y ont recours usent aussi d’autres catégories pour se déclarer, on ne peut y voir une stratégie visant à conquérir une légitimité que le grade ne donne pas : parmi eux certains sont professeurs ou directeurs de recherche. Ils ont des parcours de formation non linéaires. Résidant presque toujours dans le monde rural, ils investissent dans « la vie locale », la vie culturelle et politique. Nous pouvons prendre l’exemple de Pierre, né en 1948, diplômé IEP Paris, licence et maîtrise en droit, licence en linguistique, docteur en sociologie (EHESS), maître de conférence et qui est l’auteur d’ouvrages sur sa région.

25 La catégorie « fonctionnaire » qui renverrait à la déclaration « ... la plus purement civique » marquant « ainsi l’accomplissement d’une mission (de service public dans ce cas) plutôt que celui d’un travail » (Kramarz, 1991 ) est absente des réponses fournies.

26La déclaration « d’enseignant » sans autres précisions qui relèverait de la même logique, n’apparaît qu’une fois chez un adhérent enseignant-chercheur, enseignant en début de carrière dans le secondaire. La catégorie « professeur » peut signifier l’identité professionnelle ou le grade. Dans les déclarations, nous n’avons relevé qu’un seul cas ou « professeur » est associé à un métier. Il s’agit d’un adhérent agrégé ayant enseigné dans le secondaire, qui mobilise une seule fois cette catégorie entre des plusieurs déclarations par le grade (maître de conférence.

27Le matériau empirique permet donc de différencier nettement deux groupes construits à partir des catégories utilisées par les adhérents pour décliner leur profession : l’un dans lequel les répondants n’utilisent que le grade, l’autre où l’identité professionnelle (ou plus rarement le métier) est systématiquement mobilisée. Schématiquement, à partir du statut, de la discipline, de l’organisme employeur il est possible de caractériser ces deux groupes. Dans le premier groupe (n=66), les enseignants-chercheurs sont majoritaires (plus de 75%), avec 41% de professeurs, 34 % de MCF et dans le second ce sont les chercheurs qui dominent, ils sont 15 sur 18 (les trois quarts sont chargés de recherche.). Cette opposition recouvre une opposition disciplinaire : dans le premier groupe, un peu moins des deux tiers sont géographes ou historiens, 16% sont sociologues ou ethnologues alors que dans le second plus des deux tiers sont sociologues et ethnologues et l’on compte 2 historiens et 1 géographe6. Les organismes de rattachement liés aux métiers différencient les deux groupes : les universités dominent largement dans le premier groupe et les organismes de recherche (essentiellement l’INRA) dans le second.

28Les adhérents usant de différentes catégories de mots en privilégient le plus souvent une. Ils se répartissent, dans des proportions équivalentes, entre enseignants-chercheurs et chercheurs, 51 % pour les premiers, (21% de professeurs et 30 % de MCF) et 49% pour les seconds, (19% de CR, 11% de DR et 17% d’ ingénieurs de recherche). Du point de vue disciplinaire, les deux groupes de disciplines, « sociologie-ethnologie » et « histoire-géographie » sont à peu près également représentés.

29A partir de quelques caractéristiques (âge, cursus scolaire, diplômes, disciplines, emplois occupés avant l’entrée dans le poste), nous pouvons schématiquement construire les propriétés et la trajectoire type des adhérents de chacune des catégorie. A l’intérieur de chaque catégorie, tous les individus ne présentent pas strictement les mêmes propriétés ni la même trajectoire, les exemples pris relèvent de cas « exemplaires »7.

2 Catégories de mots et trajectoires

2.1 Désigner sa profession par le grade et être prédisposé à l’exercice du métier

30L’enseignant-chercheur en histoire ou géographie, agrégé, accédant à l’enseignement supérieur dans les années soixante, après une expérience dans le secondaire, représente le type de trajectoire le plus fréquent dans la catégorie d’adhérents n’ayant recours qu’au grade pour se désigner. La géographie et l’histoire, deux disciplines  scolaires et de sciences sociales (Rhein, 1982), représentent les disciplines les plus déclarées par les professeurs ou maîtres de conférences8 de notre échantillon.

31Compte-tenu de son enseignement précoce dans le cursus scolaire, le goût et l’intérêt pour l’histoire ou la géographie peuvent se construire dès le plus jeune âge et se renforcer tout au long de la scolarité. Pour la génération concernée, le « choix » de ces disciplines est fortement lié au « choix » de carrière qui se construit, pour une part, à partir des verdicts scolaires inlassablement renouvelés.

32Nés, pour la grande majorité, entre 1930 et 1945, le choix de la discipline les destine à l’enseignement. Après une agrégation et une expérience d’enseignement dans le secondaire, ils intègrent l’enseignement supérieur comme assistant, maître-assistant bénéficiant de la forte vague de recrutement au cours des années soixante consécutive au mouvement de démocratisation de l’enseignement supérieur (Drouard, 1982). Cette expansion universitaire permet le transfert de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur d’un personnel marqué par les valeurs traditionnelles de corps. Ils ont en commun un « parcours rectiligne », entrant jeune dans le métier.

33Le parcours de Renée constitue un cas exemplaire, paradigmatique des trajectoires scolaire et professionnelle de cette catégorie : née en 1943, Renée est agrégée d’histoire en 1965. Elle est issue d’un milieu enseignant. Son père était professeur agrégé d’histoire dans le secondaire, et son grand-père paternel cultivateur, sa mère, fille d’un instituteur était professeur dans le secondaire, certifiée de lettres, ancienne élève de l’ENS Fontenay.. Elle enseigne dans le secondaire, de 1965 à 1968 et devient maître assistant, puis maître de conférence entre 1968 et 1991. Elle soutient une thèse de 3ème cycle en 1970 puis un doctorat d’Etat en 1990, elle est professeur depuis 1991. (9 déclarations).

34La socialisation au métier est incontestablement précoce à l’intérieur d’un univers familial homogène9 : le parcours scolaire et professionnel se déroule sans heurts. Familière du milieu enseignant, Renée n’a aucune difficulté à se situer à l’intérieur de cet univers, à s’y positionner clairement. Elle s’inscrit dans le jeu, son engagement ne souffre d’aucun investissement concurrent (militantisme, responsabilité familiale...).

35Tous les adhérents de cette catégorie ne proviennent pas, bien sûr, d’un milieu d’enseignants. Si la proximité entre un univers d’origine et un univers de destination renforce, sans aucun doute, « l’illusio » fondée sur le fait d’être né dans le champ, il existe des cas de « seconde naissance » correspondant « ... à un lent processus de cooptation et d’initiation... » (Bourdieu, 1980) à l’occasion notamment de la formation.

36La mobilisation du grade pour se désigner ne dit rien de la manière dont se déroule la carrière qui dépendant de multiples facteurs interdépendants comme l’origine sociale, la génération académique, le lieu de formation, (la position dans le champ disciplinaire du directeur de thèse ...), le sexe, la configuration familiale. En effet, parmi ceux qui se déclarent toujours par le grade on trouve aussi bien un professeur au Collège de France figurant dans le who’s who qu’un maître de conférence retraité ayant enseigné dans une petite université provinciale sans grande visibilité dans le domaine.

37Les plus jeunes, peu nombreux, (nés après 1960), présentent des propriétés communes (parcours scolaire ininterrompu, obtention d’un DEA puis d’une thèse, souvent avec allocation de recherche puis entrée dans le métier) : Guillaume en est un exemple. Né en 1971, Guillaume soutient une thèse en sciences politiques en 1996, est nommé ATER en de 1996 à 1998 et Maître de Conférence en 1999. (4 déclarations).

38Ces types de parcours, très largement majoritaires certes, n’épuisent pas l’ensemble des trajectoires de ceux qui ont exclusivement recours au grade pour déclarer leur profession. Quelques rares adhérents ont suivi des formations de l’enseignement supérieur ne destinant pas particulièrement à l’enseignement ou la recherche. C’est le cas notamment de titulaires de diplômes d’ingénieur agronome qui bien qu’appartenant à des générations différentes connaissent une entrée dans le poste identique. Jean-Claude par exemple, d’origine parisienne favorisée, né en 1934, a très vite été « remarqué » par un professeur influent de l’Ecole d’agronomie10 qu’il a intégré par « goût pour la campagne » contracté lors de ses longs séjours dans le Sud de la France, sous l’Occupation. Il participe, alors qu’il est encore étudiant, à des recherches menées par l’INRA qu’il intègre en 1956, et obtient rapidement un poste de chargé de recherche invité à postuler par son professeur d’économie. Bertrand, né en 1954, possède lui aussi un diplôme d’ingénieur agronome. Ses études achevées, il accède immédiatement à un poste de chargé de recherche à l'lNRA en 1976 à un moment de fort recrutement. Il obtient, en 1987, un DEA de Sciences Sociales (histoire-sociologie) de l’EHESS et de l’ENS-UlM, (8 déclarations).

39Si, en intégrant une école d’ingénieur agronome, ces adhérents ne se prédestinaient pas au métier de chercheur, ils ont été repérés au cours de leur formation comme porteurs de dispositions requises pour l’exercice de ce métier. Par les encouragements, incitations, (« chercheur par anticipation » comme Jean-Claude qui participe à des recherches au cours de sa formation d’ingénieur ), les enseignants ont renforcé ces prédispositions, les consacrant dans leur identité distinctive11.

40Dans de plus rares cas, le passage par l’enseignement de l’histoire et de la géographie dans le secondaire peut être suivi par une carrière de chercheur comme Jean-Claude, normalien, professeur agrégé dans le secondaire de 1970 à 1982, qui intègre en 1982 le CNRS comme chargé de recherche, ou Agnès, née en 1937, détentrice d’un diplôme supérieur de sciences politiques en histoire et géographie, qui après trois ans passée à enseigner l’histoire-géographie dans un collège est recrutée par un organisme de recherche rattaché à la Fondation nationale des sciences politiques comme ingénieur de recherche, poste qu’elle conservera tout au long de sa carrière. (9 déclarations).

41L’accès rapide à un poste d’enseignant ou de chercheur dès la fin de leurs études caractérise les trajectoires des adhérents qui usent systématiquement du grade pour décliner leur profession. Si dans quelques cas les choix disciplinaires et les diplômes obtenus ne les dirigeaient pas de manière évidente vers l’enseignement ou la recherche, ils ont bénéficié au cours de leur formation d’un environnement qui a façonné ou suscité cette orientation s’opérant alors sans rupture12. Déclarer sa profession par son grade est un indicateur d’intégration à l’univers professionnel, à l’acceptation tacite de son fonctionnement et probablement à la reconnaissance de sa hiérarchie.

2.2 Un métier parmi d’autres

42Les adhérents qui se déclarent uniquement par le métier ou l’identité professionnelle ont en commun un accès plus tardif au métier. D’origine plutôt modeste, leur formation ne les prédestinaient pas, particulièrement, à cette activité. Les expériences professionnelles antérieures à l’entrée dans le poste, sans lien avec la recherche ou l’enseignement, sont légion. Nicole née en 1942 a été conseillère agricole avant d’être chargée de recherche à l’INRA, (8 déclarations) elle-même mariée à un agriculteur. Jacques fut ouvrier agricole puis a travaillé dans les Organisations Professionnelles Agricoles avant de passer une thèse d’histoire à l’âge de 40 ans et d’obtenir un poste de maître de conférence,.(3 déclarations). Marie, ingénieur de recherche au CNRS, a été enseignante de musique pendant une dizaine d’années.(4 déclarations)..

43Plus rarement, l’intégration dans l’organisme emprunte des voies détournées, riches en rebondissements. L’entrée par « la petite porte » fait suite à des diverses expériences de vacations, remplacements, mises à l’épreuve. L’acquisition des titres exigés pour le maintien dans le poste ou plus rarement pour un changement de grade s’effectue en cours d’emploi, expérience vécue comme une formalité administrative. Le parcours de formation se particularise par des ruptures, par des changements d’orientation, de l’anglais à l’anthropologie, langues orientales et sociologie.... Les études suivies, en offrant de multiples débouchés n’en garantissent aucun. Nous pouvons citer l’exemple de Gérard. Après des études en langues orientales et en sociologie, il souhaite « faire de la sociologie rurale ». Sans avoir terminé son cursus de formation et sans l’aide d’aucun enseignant qui aurait consacré des prédispositions pour le métier de chercheur, il se présente auprès des spécialistes du domaine : «... je sais plus qui , donc on m'a dit , faudrait voir R, faut que t'aille voir le délicieux ça y est ça commence V ;,  eh et donc je suis allé voir R. j'avais encore un truc à passer à la Sorbonne quand je suis allé voir R. c'était fin 68 , R., pas très bon contact ça a pas très bien accroché entre nous, il m'a dit "vous finissez vos études et vous revenez me voir", je suis allé voir V., V.  , charmant, j'étais un peu intimidé, c'est pas le type qui te tape sur l'épaule ou la jambe tout de suite, il me dit je veux bien vous prendre mais à vous entendre, il me fit, je crois que vous feriez mieux d'aller voir T. , c'était pas mal vu, mais en même temps ça peut se discuter si j'étais resté avec V, j'aurais fait une autre carrière, une carrière différente je crois mais eh enfin je suis sur, c'était peut être pas plus mal, peu importe, je vais voir T. qui m'a reçu à bras ouverts, alors lui il m'a tapé sur la jambe tout de suite, il m'a cherché du boulot, il m'a présenté à tout le monde oui il faut lui trouver du boulot et il m'a pris sous son aile donc, j'ai commencé, il m'a pris  en stage avec M. .. ».

44Il partage de fortes dispositions militantes qui s’exercent dans des différents domaines. Ces investissements extra-scientifiques qui limitent les investissements spécifiques et laissent peu de prise à l’institution, précèdent l’entrée dans le poste et lui survivent.

45Ses dispositions ne sont pas totalement en adéquation avec celles requises par l’institution qui l’emploie, il se positionne objectivement et subjectivement à l’écart : «  quand j'ai dit à x que je voulais foutre le feu aux campagnes c'était provocateur mais en même temps, il y avait quelque chose dans cette idée là, c'était pas vraiment s'inscrire dans une longue lignée de sociologie rurale »  « ...donc une fois que je suis rentré à A ma préoccupation première c'était quand même de continuer à foutre la merde eh au quartier latin enfin un peu partout, on était dans des opérations diverses y'avait des tas de choses qui se passaient, bon voilà et puis je militais 80% de mon temps, je comptais fleurette les 15% restant  et c'était mélangé  et les 5 % restant je faisais de la recherche (...) je ne me suis pas intégré à A ». (Directeur de Recherche, origine agricole, né en 1945).

46La très grande majorité des adhérents de cette catégorie occupent un poste de chercheur à l’INRA. Entrés, pour la plupart, au cours des années soixante-dix, ils sont souvent chargés de recherches, quelques uns accèdent vers la cinquantaine à un poste de directeur de recherche. Les sciences sociales et plus particulièrement la sociologie occupent alors une position marginale dans cet organisme qui privilégie la recherche appliquée. Contrairement à l’université où les hiérarchies au sein de disciplines « traditionnelles » elles-mêmes hiérarchisées, correspondent à la hiérarchie des titres et des âges, le flou entoure les carrières de chercheurs tout comme les titres requis pour y accéder. Les organismes de rattachement consacrent, tout en les renforçant, des socialisations différenciées dont le diplôme rend imparfaitement compte.

2.3 Faire varier les catégories de mots13

47Un peu plus du tiers des adhérents font varier les catégories de mots pour dire leur profession, une catégorie domine très souvent cependant. En fonction de l’importance des variations, il est possible de les situer selon leur éloignement par rapport aux positions polaires.

48De manière générale, le recours massif au grade relève d’historiens ou géographes, agrégés et titulaires d’une thèse d’Etat qui ont intégré l’enseignement supérieur après un passage par l’enseignement secondaire. Les chercheurs, et plus particulièrement ceux affiliés à l’INRA ou rattachés à des écoles supérieures d’agriculture dominent largement dans le groupe de ceux qui se présentent très souvent par le métier.

49Les similitudes de trajectoires avec celles des adhérents des positions polaires sont nombreuses quand les variations sont faibles. Prenons l’exemple de Martine qui, sur une série de 11 déclarations, n’a recours qu’une seule fois à la catégorie « enseignant-chercheur »: Son parcours ressemble à celui des adhérents se présentant exclusivement par leur grade. Née en 1944, agrégée en 1966, professeur dans le secondaire de 1966 à 1968, assistante puis maître assistante puis maître de conférences de 1969 à 1998, elle est professeur en 1999, après la soutenance d’une thèse de doctorat d’Etat.. « Je prends ma retraite en 2004 après 38 ans de service dans l’Education Nationale. Du point de vue de la formation, la trajectoire de Martine est très proche de celle de Renée qui décline sa profession toujours par le grade : toutes les deux obtiennent le baccalauréat au même âge et quasiment la même année (en 1960 et 1961) série A pour Renée et A’ et option philo pour Martine, leur agrégation au même âge, leur expérience d’enseignement secondaire est voisine (2 et 3 ans). La carrière de Renée est plus rapide cependant puisqu’elle soutient son doctorat d’Etat à 47 ans, occupe un poste de professeur à 48 ans alors que Martine obtient le titre de docteur d’Etat à 55ans suivi immédiatement par son recrutement sur un poste de professeur. Son conjoint est professeur d’université en histoire.

50Contrairement à Renée dont l’investissement est exclusivement professionnel, Martine participe activement depuis 1969 à de « nombreux débats, forums et colloques de la Profession agricole sur les évolutions agricoles et sur le développement. (...) » et compte dans son réseau de relations de nombreux acteurs du monde rural. Martine n’est pas « née » dans son univers de destination. Son père, fils d’un maréchal-ferrant, entré aux PTT comme « commis » est devenu, après avoir réussi à différents concours, «  directeur régional adjoint de la direction régionale des télécoms ». Sa mère fut « commise » puis « contrôleuse » dans l’administration des Telecoms.

51François utilise 8 fois la catégorie de chercheur, une fois celle de chargé de recherche. Il est  né en 1944 d’une famille d’agriculteur, titulaire d’un diplôme d’ingénieur agronome (INAPG). Avant d’entrer comme chargé de recherche à l’INRA, .il travaille « dans le syndicalisme agricole » et conserve des liens permanents tout au long de sa carrière avec le monde syndical et politique. Son changement de grade ne modifie pas la manière de décliner sa profession.

52Les exceptions permettent souvent de mettre en lumière « en creux » des dimensions déterminantes qui peuvent passer inaperçues quand on s’intéresse aux cas les plus fréquents. L’orientation vers des institutions scolaires qui réservent peu de surprise en terme de destin professionnel ne garantit pas à elle seule l’inscription totale dans l’univers d’arrivée. Normalienne, agrégée d’histoire, Monique se déclare de manière consécutive, quatre fois « chercheur » et trois fois « directeur de recherche ». Née en 1936, issu d’un milieu très favorisé (père haut-fonctionnaire), est agrégée en 1960, titulaire d’une thèse de 3ème cycle en 1966 puis d’une HDR en 1984. Elle enseigne quelques années dans le secondaire et intègre un bureau d’étude, (financé en partie par le CNRS), comme contractuelle de 1961 à 1967, date à laquelle elle devient chargée de recherche au CNRS. Martine explique que son « choix », «d’études sérieuses » a été fortement déterminé par le divorce de ses parents « j'avais envie de chanter de danser, d'être danseuse de music hall, ou du théâtre... (...) j'ai fait mes études pour une raison qui n'a rien à voir avec l'envie de faire des études dans ce sens là d'aller à l'Ecole Normale, j'avais pas envie de faire ça ». Monique quitte rapidement la voie de l’enseignement au profit d’une carrière plus aléatoire de chercheur. Son milieu d’origine, plus favorisé, éloigné du milieu enseignement la prédispose à assumer les risques associés au choix d’une voie moins orthodoxe. Investissant une discipline dominée, elle s’intéressera à un domaine socialement peu valorisé « le monde rural », « je n’avais aucune disposition pour travailler sur les études rurales, je suis pas fille d’agriculteur, je suis pas d’origine terrienne, je suis une cosmopolite ». L’intérêt qu’elle dit porter à la recherche sur le monde rural est avant tout militant. Proche de la recherche-action, elle ne voue guère d’admiration aux chercheurs les plus académiques « qui ne veulent pas faire de vagues », mais ne néglige pas sa carrière, devenant directrice de recherche à la cinquantaine.

53Cette trajectoire semblable, du point de vue formelle, aux trajectoires de l’ensemble des universitaires, géographes ou historiens, agrégés (passés ou pas par l’ENS, aux carrières plus ou moins rapide selon le sexe et l’origine sociale), qui se déclarent tous par leur grade, se différencie par l’existence de possibles latéraux. Au-delà de la formation, les variations dans la manière de se dire révèlent des décalages plus ou moins importants entre des dispositions individuelles, (comme des dispositions militantes, des dispositions à l’action...) des inclinations qui ne trouvent pas les conditions de leur expression dans l’emploi occupé.

54Les adhérents pour lesquels les variations dans les déclarations sont les plus nombreuses sont les plus éloignés, par leurs caractéristiques, des profils types des catégories polaires qui se caractérisent par des discontinuités nettes entre formation et emploi.

55Les trajectoires, scolaire et/ou professionnelle traduisent des hésitations, des doutes et donnent l’impression d’une forte indétermination. Les ruptures dans le parcours universitaire ou dans l’activité professionnelle ne sont pas définitives : reprise d’études, reprise de l’activité de chercheur après un travail de délégué syndical, ou une activité de chargé d’étude marquent ces parcours. Si leurs dispositions ne sont pas complètement ajustées à celles exigées par leur univers professionnel, ils se distinguent par une «distance au rôle » moindre que celle des adhérents se déclarant toujours par leur métier : on peut supposer que parce qu’ils sont moins assurés dans leur identité, la manière de se déclarer est plus sensible aux effets de contexte immédiat (changement de grade, jugements de pairs, modification de l’angle de perception ).

56Arnaud utilise très souvent le métier trois fois le grade, deux fois « cnrs » et le plus souvent « chercheur ».avec parfois des précisions, . « chercheur cnrs », « chercheur en sciences sociales ». Né en 1944, il obtient une maîtrise d’histoire-géographie en 1966, un diplôme d’urbanisme en 1971. Il est sociologue sous-contrat de 1973 à 1979, « hors-statut ». En 1980, il intègre le CNRS, obtient une maîtrise de sociologie en 1982, une thèse de 3ème cycle (ancien régime) de sociologie en 1984. D’origine favorisée, (père, secrétaire général d’une grosse entreprise, grand-père paternel « fonctionnaire », mère, sans profession, grand-père maternel, avocat) son parcours se caractérise par une absence de discontinuités entre formation et emploi.

57Les adhérents de cette catégorie, plus souvent sociologues ou ethnologues que géographes ou historiens sont rattachés à l’Université, au CNRS ou à l’EHESS, (« cumulant » parfois différents rattachements) rarement à l’INRA.

Conclusion

58La tendance à privilégier telle catégorie de mots plutôt que telle autre pour déclarer sa profession semble bien liée à la manière d’accéder au métier opposant les plus préparés, dès leur formation, à exercer un métier d’enseignant-chercheur ou de chercheur qui sont plus enclins à se situer à l’intérieur du métier en ayant recours au grade14 dans une situation de déclaration où l’enquêteur est absent mais rappelant fortement le champ scientifique, à ceux pour lesquels l’accès au monde de l’enseignement supérieur et de la recherche était improbable qui vont privilégier le métier. Privilégier le grade serait l’indice d’une forte identification à l’univers professionnel, une intériorisation plus ou moins précoce des successions comme « chaîne des identifications anticipées » (Bourdieu, 1984), produit du processus de socialisation alors que choisir le métier témoignerait d’une extériorité à l’univers, qui ne relève pas de la distance au rôle du « consacré » mais d’une socialisation qui n’y prédestinait pas particulièrement.

59Dans cette approche, nous avons privilégié la formation et les modalités d’entrée dans le poste pour comprendre le choix des mots pour déclarer sa profession et considéré implicitement comme secondaire le moment de la trajectoire de l’adhérent, son ancienneté dans le grade. Nous avons, en effet, comparer des individus à des moments différents de leur carrière. Alors que certains occupaient leur poste depuis quelques années, d’autres achevaient leur carrière professionnelle. Le modèle emprunté est celui la balistique (Passeron, 1992), l’impulsion initiale que condensent les modes d’entrée dans le métier, se constitue une fois pour toutes en amont, rien, par la suite, ne venant la modifier. Pourtant, le processus de socialisation est un processus continu. L’impulsion peut gagner ou perdre en force, au cours d’un processus continu de socialisation. Une socialisation qui prédispose à un métier, ne garantit pas une adéquation parfaite entre dispositions acquises et dispositions requises, l’évidence d’un monde jamais remis en question. Sans signes ponctuels de reconnaissance, une vocation initiale peut se traduire progressivement par un désinvestissement.

60Pour poursuivre l’analyse, il faudrait mettre en relation la manière dont l’adhérent se déclare et son discours sur le déroulement de sa propre carrière. Dans un univers où les hiérarchies sont brouillées «..la multiplicité des échelles d’évaluation, scientifique ou administrative, universitaire ou intellectuelle, offre une multiplicité de voies de salut et de forme d’excellence permettant à chacun de se masquer, avec la complicité de tous, des vérités connues de tous » (Bourdieu, 1984), plus que la pente de la trajectoire objectivement construite, c’est le sens donné à cette trajectoire qui permettrait de comprendre les constances dans les manières de se déclarer d’individus dont les carrières académiques s’avèrent très variées. Selon les référentialisations, l’accès à un poste d’ingénieur d’étude peut signer à lui seul, une réussite professionnelle inespérée. Quel sens les individus donnent-ils aux catégories de mots qu’ils utilisent ? Les usages sociaux des grades ne sont pas identiques. La catégorie « professeur d’université », très répandue dans le monde social, ne fonctionne-t-elle pas comme une profession ? Peut-on imaginer un professeur au collège de France, bénéficiant d’une grande notoriété dans le champ scientifique utiliser la catégorie générique « d’enseignant-chercheur »  (Gringas, 2003) ?

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., 1980. Le sens pratique, Minuit, Paris.

Bourdieu P.1984. Homo Academicus.Minuit. Paris.

Bourdieu P., 1989. La noblesse d’Etat, Minuit, Paris

De Singly F., 1983 ; Questionnaire et figuration, Revue de l’Institut de sociologie, Université Libre de Bruxelles, n°3/4, 311-325

Drouard, A., 1982. Réflexions sur une chronologie : le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante. Revue Française de Sociologie, XXIII, 55-85.

Dubar C., Tripier P., 1999. Sociologie des professions. A. Colin, Paris.

Gringas, Y.2003. Idées d’universités , enseignement recherche et innovation. Actes de la Recherche en Sciences Sociales 3,. 3-148

Ginsburg, C.1980. Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice. Le Débat,7, 3-44

Goffman E. 1974. Les rites d’interaction. Minuit, Paris.

Kramarz, F., 1991. Déclarer sa profession. Revue Française de Sociologie, 32 (1) 3-27

Lahire, B., 1998. L’homme pluriel, Nathan, Paris.

Levi G ; 1989, Les usages de la biographie, Annales ESC, n°6 , 1325/1336.

Passeron, J-C. 1992. Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel. Nathan, Paris.

Pelletier W., 1996, Questionnaire et promotions de soi, Critiques sociales n°8/9, 16/54

Peneff,J. 1984.La fabrication statistique ou le métier du père.Sociologie du Travail, 2, 195-210.

Plet F.2003.  La géographie rurale, quelques jalons Sociétés contemporaines, n°49/50, 85-106

Pollak, M., 1976. La planification des sciences sociales. Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2/3, 90-123.

Haut de page

Notes

1 La distinction classique entre questions de fait et d’opinion est purement formelle. Dans le cadre d’un questionnaire et comme dans toute enquête (centrée sur le langage), le sociologue n’accède qu’à des opinions sur des faits.
2 Alors que classiquement, la construction de l’objet précède et commande le choix du « terrain », ici c’est le matériau mobilisé dans le cadre d’une autre recherche qui a retenu notre attention.
3 Comme le rappelle Jean-Claude Passeron, (1992) le raisonnement sociologique se différencie du raisonnement expérimental (dont les constats relèvent du « toute chose étant égales par ailleurs » parce qu’il « doit pour formuler des propositions dotées de quelques généralités adopter une démarche spécifique de composition des  « énoncés d’observation » qui n’est jamais intégralement réductible à un raisonnement expérimental ».
4Les membres qui adhérent le plus longtemps et donc pour lesquels nous possédons le plus grand nombre de bulletins appartiennent à des réseaux interconnectés.
5 Nous disposons de 6 fiches et plus pour environ la moitié des adhérents des différentes catégories construites.  
6 Pour l’ensemble de l’échantillon, les universitaires représentent un peu moins de 60 % de l’échantillon (avec une représentation équivalente des professeurs et maîtres de conférences, maîtres-assistants), les chargés de recherche un peu plus de 23%, les directeurs de recherche 7% et les ingénieurs de recherche ou d’études, 8%, les statuts restants correspondent à quelques ATER, doctorants allocataires. La géographie et l’histoire sont déclarées par plus de la moitié des adhérents

7 Les résumés biographiques qui servent d’exemples s’apparentent à la biographie modale telle que la définit G. Lévi « ..la biographie n’y est pas celle d’une personne singulière mais plutôt celle d’un individu qui concentre toutes les caractéristiques du groupe ». (Levi, 1989)
8 Les professeurs sont géographes (50%) ou historiens (35%). Parmi les MCF, 40.5% sont géographes et 27.3% historiens. Si l’on considère les disciplines, 72% de ceux qui déclarent comme discipline la géographie ne se présentent que par leur grade contre 39% pour la sociologie.
9 La familiarité à l’univers professionnel, qu’elle relève d’un processus de reproduction ou d’une « seconde naissance », mériterait d’être analysée finement.
10 Le recrutement par l’INRA de titulaires de diplôme d’ingénieurs agronomes n’a, à ce moment, rien d’exceptionnel. Le plus souvent, il s’agit d’économistes ruraux. C’est au cours de sa formation que Jean-Claude dit avoir découvert l’économie.
11 « La consécration symbolique exerce des effets bien réels, entre autre raison parce que ceux qu’elle différencie sont déjà différenciés et que (...) les pratiques distinctives qu’elle leur impose , notamment en obtenant des élus d’immenses investissements (selon la logique du « noblesse oblige »), renforcent sans cesse la différence. » (Bourdieu, 1989).
12 Des éléments biographiques plus précis seraient nécessaires pour comprendre ces parcours.
13 On peut supposer que plus le nombre de déclarations augmente, plus le « risque » de variations augmente. Le matériau empirique ne permet pas de vérifier ce lien. Pour chaque catégorie, nous avons fait porter l’analyse sur les adhérents pour lesquels nous avions le plus grand nombre de déclarations et avons vérifié si les relations entre caractéristiques de la trajectoire et manières de se déclarer se retrouvaient chez les adhérents pour lesquels nous disposions de moins de fiches d’inscription.
14 Le « grade est à la fois signe d’appartenance à un service de l’Etat et principe de construction de la hiérarchie administrative » (Kramarz, 1974).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josette Debroux, « Le « choix » des mots dans la déclaration de sa profession : un indicateur des voies d’accès  au métier ? », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 25 mars 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/1502

Haut de page

Auteur

Josette Debroux

GRS. Faculté d’anthropologie et de sociologie, 5, Avenue Pierre Mendès-France,CP 11, 69676 Bron, Josette.debroux@univ-lyon2.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org