Navigation – Plan du site
Débats

Parler entre sociologues

A propos d'un article récent de la RFS Didier Lapeyronnie, L'académisme radical ou le monologue sociologique. Avec qui parlent les sociologues, Revue française de sociologie, 45-4, 2004, 621-651
Philippe Cibois

Texte intégral

1Du titre, passons au résumé qui l'explicite : l'académisme radical est un courant de la sociologie qui s'est développé en France, avec un grand succès, depuis le début des années 90. Il s'agit d'un académisme car il repose sur une objectivité externe à la société que l'on peut forger à partir d'une institution universitaire, il est radical car il prétend à la lucidité qu'offrent la théorie qu'il élabore et les valeurs universelles qu'il défend. Il s'agit d'un monologue car il ne dialogue avec personne, il s'érige en juge de ce qui est défendable et revendicable.

2Le résumé ne s'arrête pas là : il indique que cette position rencontre l'expérience sociale d'intellos-précaires qui peuvent ainsi universaliser leurs intérêts. Voici la fin du résumé : "l'académisme radical se prolonge dans une vive hostilité à la démocratie et trouve une forte correspondance dans le mélange d'auto-apitoiement et de distance critique qui caractérise l'idéologie des classes moyennes. Sur le plan politique, il exprime très directement la mainmise de ces classes moyennes sur l'univers revendicatif et leur capacité d'affaiblir les défenses des classes populaires."

3Le portrait n'est pas flatteur : ce courant est accusé d'autisme social, de refus de la démocratie, de masquer ses intérêts en défendant des valeurs universelles, de substituer ses propres revendications de classes moyennes aux revendications des classes populaires. Gare à qui s'y reconnaitra mais ce n'est pas difficile car l'académisme radical est rapidement désigné dans le texte, d'abord sous forme d'exemples d'une littérature militante (Frank Poupeau1, et Sylvie Tissot2), mais d'une manière plus large, il est dit "qu'une partie de la sociologie, telle qu'elle se fait aujourd'hui en France, est de plus en plus marquée par ce radicalisme académique" (p.623). Ce qui est visé est Bourdieu et une partie de ceux qui l'ont entouré : Frédéric Lebaron, Loïc Wacquant, le collectif Abélard qui avec Frank Poupeau et Sylvie Tissot sont les plus étudiés et indiqués dans l'annexe comme étant la base de la documentation utilisée.

4La logique de l'académisme radical est la suivante : le travail du sociologue y est vu comme un travail critique qui déconstruit les catégories utilisées communément dont il est montré qu'elles fonctionnent comme des illusions que doit dévoiler le sociologue. Ainsi il est reproché à F. Lebaron, dans sa dénonciation de l'économisme, de transformer la lutte contre le capitalisme en une lutte intellectuelle contre l'idéologie néo-libérale : cette lutte n'est plus l'attribut des classes sociales ou des mouvements sociaux et est étudiée dans les textes sans terrain spécifique. De la même façon, les critiques faites à L. Wacquant se résument à la mention que certains collègues américains lui reprochent de mal connaître le terrain dont il parle. C'est peut-être vrai mais nous n'avons pas les éléments du débat sous les yeux.

5"On peut multiplier les exemples" dit l'auteur (p. 625), ce n'est pas si sûr car les exemples suivants relèvent des deux premiers auteurs cités qui n'ont pas (encore) la surface sociale des deux suivants. S. Tissot est critiquée car elle reproche à F. Dubet d'utiliser en fraude le concept d'anomie pour rendre les pauvres responsable de leur situation, alors qu'elle l'accepte très bien venant de S. Beaud et M. Pialoux. A F. Poupeau il est reproché3 de ne pas voir que critiquer l'échec scolaire par des causes scolaires fait partie du programme bourdieusien et que ceux qu'il critique comme étant les chantres du néo-libéralisme dominant ne font qu'appliquer ce programme.

6Que dire de ces quatre exemples sinon que les mettre dans le même sac de l'académisme radical c'est mélanger beaucoup de choses différentes : pour discuter les thèses de F. Lebaron il ne suffit pas de dire que les mouvements sociaux (et le terrain qu'ils occupent et qui peut être objet d'étude) sont les seuls objets d'études envisageables. La littérature des économistes, leurs argumentations est un terrain digne d'intérêt : dire que par leur critique on ne lutte pas contre le capitalisme est peut-être exact mais relève là aussi de la décision militante et non de la théorie scientifique.

7Critiquer L. Wacquant en disant qu'il ne connait pas son terrain n'est possible que par quelqu'un qui connait le terrain en question : que ceux qui connaissent le ghetto aux USA mieux que lui le disent : laissons la question se débattre mais il est bien difficile de prendre partie en ne reconnaissant comme compétents que ceux qui critiquent nos adversaires.

8Car le problème est là : on a le droit d'avoir des adversaires intellectuels mais on n'a pas le droit de faire la critique de leurs travaux en quatre lignes : on ne fera que convaincre ses amis, (qui ont les mêmes adversaires) et mettre ces mêmes adversaires en position de défense, puis vraisemblablement de contre attaque.

9Cette position radicale de l'adversaire va être "expliquée" et donc "dévoilée" elle aussi en appliquant la méthode même que l'auteur reproche aux partisans de la position radicale. En effet, l'auteur nous dit que la position radicale consiste à tout comprendre à partir de sa propre position et à soupçonner les autres d'être aveugles aux réalités, voire complices. "La sociologie est pensée à partir de son extériorité et de son surplomb, jamais comme le produit d'un dialogue avec les acteurs sociaux" (p.628). Est critiquée la position où chacun est enfermé dans son point de vue d'origine, et où le seul qui en soit exempt est le sociologue grâce à la science qu'il est donc le seul apte à transposer dans l'action politique.

10Or l'auteur fait de même : à l'encontre de son affirmation que la connaissance doit être le produit d'un dialogue avec les acteurs, il se met en surplomb et critique. Cette attitude serait légitime en tant que critique d'une position théorique qui s'affirme comme telle, mais face à un texte non théorique, il n'est pas possible de critiquer de l'extérieur, par un raisonnement qui ne porte pas sur ce qui est dit, mais sur la posture intellectuelle de celui qui parle. Cela revient à dire à un Lebaron qui critique le discours économiste que ce qu'il dit n'est pas tenable car tout ce qu'il défend, du fait de sa position, est invalidé. La critique doit porter sur ce qui est dit, non sur le positionnement de celui qui parle.

11On peut faire le même reproche pour la suite du texte qui explique le succès de la position radicale par "les difficultés auxquelles sont confrontés nombre de jeunes sociologues, dotés d'un niveau de compétences en moyenne plus élevé que leurs ainés mais largement exclus de toute possibilité d'intégrer l'enseignement ou la recherche et de plus fortement précarisés si ce n'est appauvris". (p.633). La précarité des intellectuels comme source de leur radicalisme est un vieux refrain que l'on rencontre en politique et qui n'a sa place dans une revue scientifique que s'il ne s'adresse pas à un adversaire. Quand Roger Chartier rappelle que déjà au 17e siècle les intellectuels frustrés anglais "constitueront le milieu porteur d'une critique sociale et politique radicale, puritaine ou républicaine"4, il cherche à comprendre l'idéologie qui utilise cet argument et comment cet argument va servir politiquement. Comme le dit très justement l'historien qui ici fait la leçon au sociologue "ce qu'il faut comprendre, en effet, n'est pas tant l'adéquation – vérifiée ou non – d'une représentation intellectuelle et d'une conjoncture universitaire, mais les conditions dans lesquelles cette représentation est énoncée et manipulée". (p.398-399)

12Autre reproche : "le sociologue radical est tout aussi hermétique [que Sartre] à l'intersubjectivité (…). Logiquement le sociologue radical se méfie de la démocratie, de l'opinion et du public". (p.638-639). L'auteur en donne pour exemple un texte du collectif Abélard qui critique le fait que les universitaires mettent en place la réforme universitaire "contre toute forme de démocratie participative réelle" (p.639). Les participants d'Abélard ont le droit de dire cela, je les ai même entendus défendre cette position dans une assemblée démocratique, lors d'une rencontre de l'ASES et je n'étais pas d'accord avec eux. Il ne faut pas mélanger une critique politique (le gouvernement entraine des pratiques non démocratiques) avec laquelle on peut être d'accord ou non, avec un refus de la démocratie en acte : je peux garantir que ce n'était pas le cas.

13Reste encore une considération : l'académisme radical est une sorte d'exacerbation de l'idéologie des classes moyennes. "Cette logique est celle-là même qui définit le sociologue radical : victime parce qu'ayant du succès et ayant du succès parce qu'il est victime : paria parce qu'il n'est pas dupe d'un jeu dont il a tiré tous les bénéfices pratiques et symboliques et qu'il regarde du haut de sa lucidité, mais en même temps consacré parce qu'il est paria…"(p.646). A ce niveau de généralité qui relève de l'essayisme ou de la critique, on ne peut plus discuter, du moins dans le cadre d'un échange scientifique, quoi qu'on pense par ailleurs de l'analyse faite.

14En conclusion, ce texte pose la question de savoir comment se parler entre sociologues : visiblement agacé, l'auteur pense se faire le porte-parole de beaucoup et dire tout haut ce que d'autres n'osent pas dire en dehors des discussions entre collègues. Il reproche aux bourdieusiens leur prétention à la seule vérité scientifique, qu'il juge injustifiée, mais lui-même ne joue pas la règle du jeu car quand plusieurs paradigmes coexistent dans une même discipline scientifique, et c'est bien le cas dans la sociologie française, la discussion ne peut s'engager que sur ce qui se dit et non sur le non-dit. Si un groupe d'acteur a des pratiques répréhensibles, il faut les critiquer et c'est d'ailleurs ce qu'ont fait les sociologues lors de l'affaire Teissier mais, pour le reste il faut discuter, non attaquer. Au moment où les sociologues ont éprouvé le besoin de se rassembler dans une seule Association française de sociologie, il est dommage qu'un texte manifeste un refus de discuter et revienne à des manières de faire qui appartiennent à la lutte politique et non au dialogue scientifique. Ce n'est pas justifiable pour parler entre sociologues.

Haut de page

Notes

1 Une sociologie d'état. L'école et ses experts en France (2003)
2 Réformer les quartiers. Enquête sociologique sur une catégorie de l'action publique (2002)
3 A tort ou à raison, cela demande un autre débat.
4 Roger Chartier, Espace social et imaginaire social : les intellectuels frustrés au XVIIe siècle, Annales ESC, mars-avril 1982, p.389. Le thème est un lieu commun au 19e cf. Bréal, Taine, Barrès.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Cibois, « Parler entre sociologues », Socio-logos [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 19 avril 2006, consulté le 19 août 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/16

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org