Navigation – Plan du site
Débats

Régime vocationnel et pluriactivité chez les écrivains : une perspective compréhensive et ses incompréhensions

Nathalie Heinich

Résumés

Cet article résume les raisons pour lesquelles le régime « vocationnel » en matière d’activité est indissociable du phénomène de la pluriactivité. Reprenant les grandes lignes d’une enquête réalisée il y a près de vingt ans, il explicite les différentes logiques permettant aux écrivains de gérer les inévitables tensions engendrées par le compromis entre vocation et socialisation. Enfin, il décline quelques-unes des incompréhensions rencontrées en sociologie par la méthode « compréhensive » qui a été adoptée, ainsi que les contre-sens sur la pluriactivité engendrés par une conception exclusivement « professionnelle » de l’activité, partagée tant par certains acteurs que par certains sociologues.

Haut de page

Texte intégral

1Le « régime vocationnel », en matière de définition de l’activité, s’oppose tant au « régime artisanal » - celui des métiers - qu’au « régime professionnel » - celui des « professions » au sens américain du terme, proche de ce que nous appelons les professions libérales (Heinich, 1993). Il se définit avant tout par ce que Pierre Bourdieu nommait une « économie inversée » (Bourdieu, 1992) : l’on ne travaille pas pour gagner sa vie mais l’on gagne sa vie pour pouvoir exercer l’activité en question – qu’elle soit spirituelle, dans les ordres religieux, compassionnelle, avec les médecins, ou artistique, avec les créateurs. C’est selon ce régime vocationnel que les activités de création se sont exercées « normalement » - c’est-à-dire conformément aux valeurs en cours dans le monde artistique de la modernité – à partir du milieu du XIX° siècle, pour des raisons et selon des modalités que j’ai analysées ailleurs (Heinich, 2005).

2Cette inversion des mobiles de l’activité est corrélée à un certain nombre de dispositions relativement stabilisées : sentiment d’innéité de la compétence, investissement total de la personne, extension de la temporalité, désintéressement, indétermination des principes d’orientation, détachement des liens avec autrui, « régime de singularité » en matière de qualification, privilèges associés à la position. Mais sa première conséquence est la pluriactivité, propre à compenser le défaut de ressources immédiates tirées de la création, pour peu que l’intéressé ne puisse pas vivre de ses rentes, comme c’était le cas avant le XX° siècle pour maints créateurs.

3Contrairement à ce qu' affirment des interprétations adossées à la définition standard – professionnelle ou artisanale - de l’activité, cette pluriactivité n’est donc selon moi ni anomique, ni « anormale » : elle est, au contraire, constitutive de la définition même de ce que doit être un créateur authentique, qui ne produit pas pour répondre à une demande extérieure préexistante mais pour obéir à une « nécessité intérieure », et d’autant plus lorsqu’on privilégie l’originalité, selon l’axiologie propre au régime de singularité. Seuls des créateurs peu familiers du monde de l’art, ou des sociologues peu informés des progrès accomplis par la sociologie des professions et la sociologie de l’art, considèrent encore le phénomène du « double métier » comme une anomalie à dénoncer – version sociologie critique – ou une injustice à éradiquer – version syndicaliste.

Figures idéal-typiques de la pluriactivité chez les écrivains

4Ce sont les principes de gestion de cette pluriactivité chez les écrivains contemporains, et les tensions axiologiques qu’elle engendre, que j’avais entrepris d’expliciter dans une enquête, « Etre écrivain », réalisée en 1990 pour le Centre National des Lettres selon les méthodes de la sociologie compréhensive. Ce travail a été développé dix ans plus tard dans Etre écrivain. Création et identité (Heinich, 2000). A partir d’un corpus d’entretiens menés avec des écrivains choisis selon la méthode de l’échantillon contrasté, j’y développais les différentes façons de pratiquer la pluriactivité, telles que les décrivent les acteurs lorsqu’on les interroge sur leur condition.

5Tout d’abord, je montrais comment les conceptions de ce que doit être une vie d’écrivain se partagent entre deux grands idéal-types : celui de l’art, d’un côté, et celui de la profession, de l’autre – le recours à l’idéal-type du « métier » servant parfois de compromis lorsqu’aucun des deux autres ne paraît satisfaisant.

6Ensuite, je développais les obstacles au professionnalisme, avec la difficulté à consacrer tout son temps disponible à la création, en raison de sa rentabilité aléatoire, qui oblige souvent à trouver des ressources dans un « second métier ». Cette faible capacité de l’activité de création à s’insérer dans un marché rémunérateur n’est pas, comme on le croit parfois, conjoncturelle – liée par exemple aux années d’apprentissage – mais structurelle, et d’autant plus si, conformément au régime de singularité, la création est considérée comme authentique lorsqu’elle innove, créant sa propre demande au lieu de se plier aux demandes qui lui préexistent.

7A partir de là, plusieurs solutions – toujours de compromis – s’offrent aux écrivains. La première consiste à faire le sacrifice de l’œuvre, en produisant des ouvrages susceptibles de répondre à une demande monétisable, à une commande éditoriale, à un large public. La deuxième consiste à faire le sacrifice de la personne, en consacrant tout son temps à l’écriture, sans s’astreindre à un double métier, donc en acceptant un niveau de vie très bas et, le plus souvent, solitaire, selon la figure classique du « poète maudit ». La troisième consiste à faire le sacrifice de l’indépendance, en recourant aux aides de l’État – en l’occurrence, les bourses du Centre National du Livre - pour assurer une partie de sa subsistance. La quatrième consiste à faire le sacrifice de la pureté, en acceptant d’occuper des fonctions de conseil ou de décision dans le milieu littéraire. Enfin, la cinquième et dernière solution – la plus connue - consiste à faire le sacrifice du temps, en acceptant d’exercer un « second métier », souvent celui d’enseignant, qui tend d’ailleurs à être le premier en termes de part de revenu.

8Derrière cette batterie de choix se profilent deux grands types de dispositions identitaires : l’unité et la multiplicité. Certains en effet privilégient comme une marque d’authenticité l’exercice d’une unique activité, celle d’écrivain, considérant qu’une pluralité d’occupations constitue une atteinte à la pureté de l’investissement sur l’écriture. D’autres au contraire font de la pluralité identitaire – pouvoir se dire, par exemple, « enseignant et écrivain » - la condition de la qualité de leur création, rendue ainsi indifférente aux aléas du marché, à la demande des éditeurs, aux attentes du public. Cette opposition entre unicité (être écrivain et seulement écrivain) et multipli­cité (écrire tout en pratiquant un second métier) constitue la forme proprement identi­taire de la disposi­tion entretenue par le sujet à l’égard de l’activité d’écriture. Elle met en évidence, dans la question de la pluriactivité, l’importance des enjeux liés non seulement au statut matériel et à l’activité de création, mais aussi à l’identité : pouvoir se dire à soi-même et à autrui, et pouvoir être dit par autrui, « écrivain ».

Sur quelques incompréhensions de la perspective compréhensive

9La perspective adoptée dans cette recherche rompait avec un certain nombre d’habitudes ancrées dans la tradition sociologique française et, notamment, bourdieusienne (Heinich, 1998). Premièrement, elle était résolument non normative : il ne s’agissait pas de prendre position pour ou contre les points de vue exprimés par les acteurs, par exemple en les « démythifiant » en tant qu’« illusions ». Deuxièmement, il ne s’agissait pas non plus de les « expliquer » par l’origine sociale ou la « position dans le champ », c’est-à-dire de découvrir leurs causes dans des faits extérieurs à ces points de vue. Troisièmement, il ne s’agissait pas de réduire la pluralité des cas de figure à une configuration unique, autorisant une claire répartition entre positions plus ou moins « dominantes » ou « dominées » : il s’agissait au contraire de déployer tout l’éventail des possibles offerts aux acteurs, en décrivant la façon dont ils se déplacent dans cette pluralité de positions, effectivement, par leurs actes, ou mentalement, par leurs discours. C’est dire que, quatrièmement, la perspective adoptée était non pas explicative mais compréhensive, consistant – dans la tradition ouverte par Max Weber (Weber, 1920) – à expliciter les logiques suivies par les acteurs, les significations qu’ils attachent, plus ou moins consciemment, à leurs expériences. Cinquièmement, il s’agissait d’élargir le spectre de la discipline sociologique, en lui donnant pour objet non seulement la réalité effective, factuelle, telle qu’on l’étudie dans la tradition positiviste, mais aussi les représentations imaginaires ou symboliques, les principes axiologiques ou, en d’autres termes, les valeurs. C’est ainsi – sixième et dernière caractéristique - que la notion d’identité émerge dans la problématique, comme la résultante de phénomènes relevant non seulement de la situation réelle des écrivains, mais aussi des représentations imaginaires de « l’écrivain », et des significations symboliques associées à ce terme.

10Ces principes de recherche, explicités dans l’introduction de Etre écrivain, semblent rejetés par certains sociologues ayant également travaillé sur les écrivains. Ainsi Gisèle Sapiro (Sapiro, 2007) stigmatise le « subjectivisme phénoménologique qui ne saisit cette activité qu’en termes d’identité ». L’auteur semble raisonner comme si ce qui fait sens pour les acteurs relevait d’une subjectivité individuelle et non pas de phénomènes collectifs; elle méconnaît ainsi tout ce que la perspective sociologique apporte à l’analyse du monde vécu en mettant au jour les récurrences, les représentations partagées, bref tout ce qui fait la dimension « sociale » de l’expérience. Pourtant dans Le Sens pratique (Bourdieu, 1980), l'auteur montre combien les phénomènes explicités par une perspective compréhensive ne sont pas réductibles à du « subjectivisme »

11Dans La Condition littéraire (Lahire, 2006), Bernard Lahire critique durement la perspective compréhensive. On peut déjà s’étonner de la violence du ton : violence d’autant plus étrange que, par certains aspects, son travail reprend certaines de mes analyses. Ainsi Lahire déclare dans l’avant-propos : « J’ai entrevu assez rapidement l’enjeu qu’il y avait à saisir la spécificité de l’univers littéraire en tant qu’univers faiblement rémunérateur et très peu professionnalisé, mais néanmoins très chronophage, ainsi que la situation singulière de ses participants »; dans mon propre travail j'avais mis notamment en évidence les logiques extra-professionnelles, l’investissement total du temps sur l’activité d’écriture et la prégnance du régime de singularité. 

12Le problème de fond dans son ouvrage est la méconnaissance à l’égard de problématiques pourtant fondamentales en sociologie. La question de la vocation et, à travers elle, les acquis de la sociologie des professions qui ont clairement établi la pluralité des régimes d’activité et, parmi ceux-ci, la spécificité du régime vocationnel, est ignorée. Ainsi : « …la forte injonction sociale à ne considérer la littérature que comme un loisir cultivé, un jeu plaisant mais qui ne "rapporte" rien ». Voilà qui réduit d’emblée le régime vocationnel à la superficialité du loisir et du jeu, en ignorant les théories de la vocation, pourtant remarquablement analysée par la philosophe Judith Schlanger (Schlanger, 1997) et que j'ai également longuement étudiée. Il y a dans le propos de Lahire une normativité implicite qui oppose le monde du professionnalisme, forcément positif, au monde de la gratuité ludique, forcément négatif ; ce qui interdit de voir qu’il existe des formes de sérieux qui ne sont pas réductibles à la rémunération, à l’économie marchande; et qui font la spécificité des univers artistiques.

13Deuxièmement, la problématique de l’identité ne trahirait pour Bernard Lahire qu’une « paresse empirique », de sorte qu’on ne pourrait selon lui réduire les situations de double vie à « un simple "problème d’identité" ou de "cohérence identitaire" ». Ainsi, « En plaçant au cœur de son propos "l’identité de l’écrivain", l’auteure traduit et réduit tout problème pratique en "problème identitaire" et utilise une notion qui obscurcit un peu plus des questions qu’il s’agirait d’éclairer et de traiter ». Or les « éclairer » et les « traiter » fait précisément l’objet de la plupart de mes travaux; et ma problématique n’« obscurcit » la question que pour ceux qui ignorent les nombreuses et remarquables avancées sur la question de l’identité en sociologie, psychologie sociale, anthropologie et philosophie de Goffman, Garfinkel, Strauss, Pollak, Erikson, Devereux, Mead ou Ricoeur.

14La troisième méconnaissance est la plus lourde, car il s'agit de la perspective compréhensive en sociologie. Faute peut-être de l’avoir reconnue dans mon travail, il qualifie mon approche de « phénoménologique ou herméneutique ». Or pourquoi renvoyer à des traditions philosophiques une perspective sociologique qu’il passe sous silence, bien qu’il s’agisse d’une voie largement reconnue – quoique minoritaire – relevant de rien moins que la tradition wébérienne ? A ses yeux, « L’analyse un peu précise des situations vécues et des discours exige ainsi de rapporter les propos aux conditions objectives de vie » : il y a ici confusion entre précision et explication par les conditions de vie, comme si seul existait en sociologie ce type d’approche. Lahire, qui ne semble pas percevoir la différence entre perspective explicative et perspective compréhensive – pourtant l’un des topos basiques de la sociologie – utilise fréquemment « comprendre » en place d’ "expliquer » ; ainsi : « …non seulement celles-ci [les propriétés] ne sont pas mobilisées pour comprendre les propos des enquêtés, mais les analyses thématiques gomment souvent toute différence entre les écrivains cités pour évoquer des valeurs, des représentations, des "idées" ou des "images mentales" générales et décontextualisées ». Il aurait fallu écrire ici non pas "comprendre" mais « expliquer », puisqu’il s’agit de corréler un fait à des faits extérieurs - en l’occurrence, la position sociale qui déterminerait le propos, dans la grande tradition de l’enquête statistique d’opinion, réutilisée par Bourdieu dans un contexte qui n’est plus celui du marketing ou de la prévision électorale mais de la théorisation du monde social. Certes c’est là le mainstream de la sociologie telle qu’on l’enseigne dans l’université française ; faut-il pour autant se persuader que c’est le seul courant possible, et passer à la trappe des sociologues tels que Weber, Goffman ou Elias ? En outre, l’accent mis sur les différences entre les acteurs, là encore dans la grande tradition bourdieusienne, trahit l’occultation d’une perspective bien différente (et assez familière à la sociologie du travail): celle qui, par inférence à partir d’enquêtes de terrain, met en évidence ce qui est commun à une même catégorie, et notamment ses valeurs et ses représentations.

15Le propos de Lahire me paraît s’inscrire dans la ligne la plus classique de la sociologie du soupçon. Ainsi: « Décontextualisation et abstraction des discours, indifférenciation de l’ordre des discours et de l’ordre des pratiques ou des conditions d’existence et généralisation abusive, sous couvert de présentation idéaltypique, d’une série de topoï sur l’écrivain et la littérature : voilà à quoi aboutissent les analyses de la sociologue de l’art » (en l'occurrence Nathalie Heinich). Faudrait-il en conclure que les « discours » ne sont dignes d’analyse que s’ils sont rapportés aux pratiques ? Que la méthode idéal-typique n’est qu’une compilation de lieux communs ? Et que ceux-ci n’ont aucun intérêt, même s’ils occupent une bonne part de l’activité des acteurs ? Voilà où conduit la sociologie du soupçon, qui refuse de considérer que les représentations des acteurs font partie de leur expérience et méritent d’être étudiées en elles-mêmes dès lors qu'ils y attachent de l’importance.

16Mais la critique que Bernard Lahire fait de mon ouvrage ne s'en tient pas là:« Dans son esprit, analyser "les valeurs et les représentations" constitue "un projet plus ambitieux" que ce qu’elle stigmatise comme une "description positiviste des conditions effectives" ". Ou encore : « …la confusion conceptuelle et sa fonction de stigmatisation de tout ce qui peut être considéré, dans la même logique mythique, comme "platement" matériel, factuel, objectif ou "froidement" statistique ». En réalité je n'ai pas cherché à " stigmatiser" : j’ai essayé seulement d’élargir la perspective au-delà de la dimension la plus travaillée jusqu’à présent par le courant majeur en sociologie, quitte pour cela à insister sur le fait que la connaissance des faits n’est qu’une dimension très partielle de la connaissance de la réalité humaine. Réduire cet élargissement à une stigmatisation c’est refuser de concevoir et de pratiquer une pluralité de perspectives épistémologiques. Pourquoi « l’homme pluriel » ne s’appliquerait pas aussi aux sociologues ?

17Enfin,à propos de L’Élite artiste : « De manière générale, la précision des sources discursives et notamment des propriétés sociales des producteurs de discours ne semble pas être la préoccupation majeure de l’auteure qui peut ainsi appuyer ses thèses sur des propos tenus lors de « repas », non datés et parfaitement décontextualisés ». Des générations d’ethnologues ont utilisé la fréquentation de leurs objets comme source d’information. Peut-on d'ailleurs à la fois se réclamer de la rigueur méthodologique, et traiter de la condition des écrivains français à partir d’une enquête effectuée en région alors qu’on a affaire à un monde où l’opposition Paris/province est fondamentale ?

Des limites de l’indignation participante

18Il me semble enfin que le livre de Lahire repose sur un postulat partagé par beaucoup, selon lequel toute activité doit être pensée dans la logique proprement professionnelle de la rémunération, si possible en fonction du temps passé. D’où l’indignation face au constat que la plupart des écrivains ne vivent pas de leur plume; la stigmatisation de la pluriactivité comme une solution indigne, l’accusation portée contre les responsables de cette situation (ces éditeurs qui ne pensent qu’à exploiter les travailleurs de la plume); voire l’appel syndical aux pouvoirs publics, toujours coupables d’un défaut de maternage.

19Certes, il est légitime de réclamer la rémunération de son travail lorsque celui-ci entre sur un marché, et se trouve ainsi pris dans le jeu de l’offre et de la demande : en l’occurrence, un éditeur qui ne règle pas les droits d’auteur contractuels se met dans l’illégalité. Mais de là à réclamer une rémunération pour le simple fait d’écrire, indépendamment de la qualité du travail produit et de ses chances d’intéresser un éditeur et des lecteurs, il y a une marge. Quant à exiger, comme le font certains, que l’auteur soit payé autant que les autres maillons de la chaîne du livre (éditeur, imprimeur, diffuseur, distributeur, libraire), c’est méconnaître une condition constitutive du régime vocationnel : l’écrivain écrit même s’il n’est pas payé, alors qu’aucun entrepreneur ou commerçant n’accepterait de travailler gratuitement – régime professionnel oblige. Parce que, justement, la création n’est pas vécue comme un travail mais comme une vocation. Et qu’elle engendre des profits qui ne sont pas réductibles, loin de là, à l’argent.

20Il semble, bien qu’il ne s’agisse là que d’une hypothèse, que l’ignorance de ce qu’est le régime vocationnel, et la croyance concomitante qu’il serait normal de gagner sa vie par la création, est plus fréquente dans les milieux les plus éloignés du monde de l’art, soit populaires, soit à faible capital culturel. En se portant à l’appui de cette conception erronée, en accompagnant certains écrivains dans leur indignation contre l’obligation de pluriactivité, on contribue malheureusement à ancrer les plus vulnérables d’entre eux dans leurs illusions en les encourageant à croire qu’il serait normal de gagner sa vie par l’écriture, sans se soucier des conséquences dramatiques qu’un tel choix peut engendrer.

Haut de page

Bibliographie

BOLTANSKI Luc, THÉVENOT Laurent, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BOURDIEU Pierre, 1980, Le Sens pratique, Paris, Minuit.

BOURDIEU Pierre, Les Règles de l’art, Paris, Seuil, 1992.

HEINICH Nathalie, 1993, Du peintre à l’artiste. Artisans et académiciens à l’âge classique, Paris, Minuit.

HEINICH Nathalie, 1998, Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Minuit.

HEINICH Nathalie, 2000, Etre écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte.

HEINICH Nathalie, 2005, L’Elite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Minuit.

LAHIRE Bernard, 2006, La Condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte.

SAPIRO Gisèle, 2007, « "Je n’ai jamais appris à écrire". Les conditions de formation de la vocation d’écrivain », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 168, juin.

SCHLANGER Judith, 1997, La Vocation, Paris, Seuil.

WEBER Max, 1920, L'éthique protes­tante et l'esprit du capita­lis­me, Paris, Plon, 1964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Heinich, « Régime vocationnel et pluriactivité chez les écrivains : une perspective compréhensive et ses incompréhensions », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 28 mai 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/1793

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org