Navigation – Plan du site
Textes de travail

Enjeux et logiques sociales à l'oeuvre dans la rationalité des comportements des jeunes face au test volontaire du Sida

Le cas de Douala au Cameroun
Lucas Tchetgnia

Résumés

Outre l’utilisation appropriée des moyens de protection et la fidélité réciproque à son partenaire, la lutte contre le sida passe nécessairement par la connaissance de son statut sérologique. Mais comment faire « impunément » la démarche de connaître son statut dans un contexte dans lequel l’absence ou l’insuffisance d’offre thérapeutique aggrave les comportements de demande ? Le présent article traite des résultats d’une recherche entreprise de juin à août 2004 à Douala, capitale économique du Cameroun. Il examine l’attitude générale très négative des jeunes camerounais face au test du VIH. Par le biais des discussions de groupe, ces jeunes nous livrent dans un discours franc, qui fait parfois fi des conventions et de la censure, ce qui constitue pour eux des pesanteurs à la pratique du test du VIH.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1) Le contexte de l’épidémie du sida au Cameroun

Etat de la prévention

1Avec un taux de séroprévalence1 au VIH estimé à 11,8% en 2003, lequel a chuté de moitié en novembre 20042, le Cameroun est l’un des pays d’Afrique les plus touchés par le virus du sida.

2La quasi-totalité des cas de transmission du sida se fait par voie sexuelle (90%). Pourtant, le Cameroun est l’un des tout premiers pays de l’Afrique subsaharienne à avoir pris très au sérieux la menace que le sida pesait sur sa population. Le ministère de la santé publique, en partenariat avec d’autres organismes, a pris le sujet à bras-le-corps. Bien avant que le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS) ne soit créé en 1987 sous les directives de l’OMS, le Cameroun s’est déjà doté d’un comité de suivi sur le sida fondé deux ans plus tôt, c’est-à-dire en début 1985 alors que le premier cas de Sida n’est pas encore diagnostiqué. L’initiative du GPA3 de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne se heurte donc à aucune résistance, ni administrative, ni politique. Il rencontre au contraire un écho favorable auprès du personnel médical du ministère de la santé publique dont la direction de la santé a pris en main la question du Sida comme le relève Fred Eboko.4 Très tôt, la radio et la télévision profitaient des périodes de grande écoute pour passer le message utile. L’élaboration et mise en œuvre du premier plan à court terme intervient dans la foulée en 1987 il sera suivi tour à tour par l’élaboration et mise en œuvre de deux plans à moyen terme I (PMT I) 1988-1992 et (PMTII) 1993-1995. L’élaboration du Plan cadre de lutte contre le SIDA intervient en 2000.

3Dès 1992, le sida s’inscrit dans une préoccupation globale de recherche de solution avec l’implication de plusieurs ministères dans la lutte, notamment les ministères du travail et de la prévoyance sociale, de la jeunesse et des sports et de l’éducation nationale.

4En 2000, le chef du gouvernement adopte le Plan Stratégique National de lutte contre le SIDA pour la période 2000-2005, caractérisé par une approche décentralisée et multisectorielle. Les domaines prioritaires de ce plan étaient : la prévention de la Transmission Sexuelle du VIH et des Infections sexuellement Transmissibles (IST) ; la prévention de la transmission par voie sanguine ; la prise en charge de cas de VIH/Sida ; la protection et la promotion des droits et devoirs des personnes vivants avec le VIH/Sida (PVVS) et la promotion de la Recherche.

5La mise en œuvre de la décentralisation se traduit sur le terrain par la création des comités provinciaux et locaux de la lutte contre le sida qui appuient les actions menées par les associations de prévention et de prise en charge psychosociale.

6Avec les efforts (certes peu convergents) déployés par les pouvoirs publics, bailleurs de fonds et Organisations Non Gouvernementales (ONG) pour lutter contre le sida au Cameroun, les Camerounais sont de mieux en mieux informés sur les voies de prévention et de transmission de la maladie. Paradoxalement, le nombre de cas diagnostiqués de personnes séropositives ne cesse d’augmenter.

7En effet, la séroprévalence est passée de 0,5% en 1987 à 6% en 1998, atteignant 11,8% en 20035. Comparativement à d’autres pays du continent où la mise sur pied d’une véritable campagne d’information a pris du retard et qui présentent pourtant un taux de séroprévalence bas, le Cameroun n’aurait pas bien géré le problème sida. En fait, les données du terrain, les comportements sexuels et les mentalités poussent à s’interroger sur le pourquoi de ce qu’on peut considérer comme un échec à freiner l’évolution de la maladie. Bien de pays comme la Zambie et l’Ouganda ont vu leur taux de séroprévalence baisser, notamment chez les femmes enceintes grâce à l’accès aux programmes de prévention6.

8Les jeunes en général et les adolescents en particulier constituent une catégorie à risque à plusieurs égards. C’est durant cette période de leur vie qu’ils acquièrent certains comportements : ceux-ci influeront sur leur propension à contracter le VIH, les condamnant toute leur vie. De nos jours, la moitié des nouveaux cas d’infection à VIH survient parmi les enfants et les jeunes de moins de 25 ans, lesquels sont nés au début ou après l’épidémie et ont grandi avec elle.

9Les enquêtes de surveillance de Comportement (ESC) réalisées au Cameroun (qui sont mieux outillées pour mesurer les impacts des politiques), notamment celle de 2001 font état d’une bonne connaissance des moyens de transmission et de prévention chez les adolescents7.

10Au Cameroun, l’avènement du sida a connu deux grandes périodes. L’ère de l’information qu’on peut situer comme correspondant à la période allant de 1985 à 1997 et l’ère de la relative prise en charge médicale qui irait de 1997 à nos jours. Le début de l’ère de l’information est caractérisé par le doute, le déni, le scepticisme, l’incrédulité, la profusion des mythes et rumeurs sur la maladie et les premières contaminations. C’est pendant cette période que les premiers messages commencent à être véhiculés sur la maladie. C’est l’ère du déferlement médiatique, des campagnes IEC8, des sensibilisations grand public, des premières études CAP ou CACP9. C’était en quelque sorte le moment de la navigation à vue sur le plan des pratiques.

11L’ère de la prise en charge médicale, quant à elle, est marquée par une remise en question des positions des acteurs sur la maladie, la panique, l’effroi causé par les manifestations des maux chez les proches atteints et de ce fait de sa visibilité relative. On est alors en plein cafouillage, et ce d’autant plus que « l’environnement structurel » dans lequel sévit la maladie n’aide pas beaucoup à y voir plus clair. En effet, « l’épidémie du sida survient dans un contexte caractérisé par une forte mortalité, une morbidité importante et un manque d’équipements sanitaires »10. La fin des années quatre-vingts a coïncidé avec une crise inédite au Cameroun. Tous les indicateurs économiques entre 1985 et 1993 sont passés au rouge et le Cameroun a le triste privilège d'avoir été le pays africain à s'être le plus appauvri pendant cette période11. La lutte contre le sida passe aussi par la connaissance par les populations de leur statut sérologique.

Etat de la prise en charge

12Les premiers cas de sida sont signalés au Cameroun en 1985 mais il faut attendre l’an 2000 pour que le système de mise en place des ARVmis sur le marché pour la première fois dans le monde en 1996 soit effectif.

13A l’aube des années 2000, le coût de la trithérapie est prohibitif. Il faut débourser environ 700 mille francs CFA par mois pour bénéficier d’une prise en charge médicale. A moins d’être un haut cadre ayant travaillé et économisé longtemps pour pouvoir se procurer ces cachets rares, très peu de Camerounais y ont accès. Les hôpitaux accueillent alors des malades qui sont soignés pour des infections opportunistes. Les guérisseurs ont le vent en poupe à cette période parce qu’ils apportent au-delà des potions et décoctions, du réconfort moral dont tant de patients ont besoin. Certains prétendent alors détenir la panacée contre ce que la science biomédicale n’a pas pu soigner. Nombre de malades y croient avant de se rendre compte de la supercherie. Cependant, ils s’en sortent parfois ruinés. Pendant cette période, les personnes les plus fortunées font du tourisme médical pour se procurer des médicaments à l’étranger. D’autres choisissent de s’installer définitivement dans les pays où la prise en charge médicale est sinon gratuite, du moins abordable.

14En fin 2001, le coût mensuel des ARV s’élevait à 75.000 FCFA12 par mois au Cameroun. En 2004, le prix officiel des ARV13 était de 36000frs Fcfa par semestre contre 126000 FCFA pour le prix officieux. En janvier 2005, il est passé à 16000 Fcfa par semestre pour le prix officiel, soit une réduction de 20.000frscfa. Si ces changements positifs sont salués par la population, beaucoup reste à faire. En effet, les ARV ne sont pas toujours accessibles, ni physiquement, ni financièrement. Sur le plan pécuniaire, 4 Camerounais sur 10 en 2001 vivent en dessous en dessous du seuil de revenu annuel de 232.457 FCFA (soit environ 1 dollar par personne et par jour ou 19.000 FCFA par mois) jugé nécessaire pour permettre à un individu à Yaoundé de s’offrir un « panier minimal » de dépenses essentielles alimentaires et non alimentaires, notamment les dépenses de santé, d’éducation et de logement ».14

15A partir de l’an 2005, les prix commencent à baisser au point d’atteindre 3000francs CFA par mois pour les combinaisons de produits les moins chers pour les protocoles de première ligne le 1er juillet 200615.

16L’introduction des ARV à la CENAME (Centre National d’Achat de Médicaments Essentiels) intervient en novembre 2000. Depuis lors plusieurs décisions ont été rendues par le Ministère de la santé publique pour la mise en œuvre de la baisse des coûts de traitement avec les ARV, des examens biologiques et la prise en charge des infections opportunistes.

17La prise en charge des PVVS, notamment leur traitement par les ARV fait partie des axes stratégiques du plan de lutte 2000-2005 au Cameroun.

18Depuis 2001, le traitement par ARV a été introduit dans l’ensemble du Cameroun à travers la mise en place de 18 Centres de Traitement Agréés (CTA) pour la prise en charge. En 2002, le Décret 2002/209 du 19 août réorganise l’organigramme du Ministère de la Santé Publique.

19Ce changement est suivi deux ans plus tard par un autre bouleversement plus important entériné par la Décision N° 0121/MSP/CAB 28 avril 2004 portant Réorganisation du GTC-CNLS16. On a assisté le 1er septembre 2003 au lancement de l’initiative visant à mettre sous traitement ARV 3 millions de personnes vivant avec le VIH/SIDA d’ici à la fin de 2005.

20En septembre 2004, il y a eu véritablement le passage à l’échelle de la prise en charge (PEC) par les ARV, c’est ainsi que des unités de prise en charge (UPEC) ont été créées au niveau périphérique pour rendre le traitement accessible à la majorité PVVS.

21Le plan stratégique de lutte contre le VIH/Sida du secteur santé au Cameroun 2004-2006, exécuté par la Sous Direction de lutte contre le VIH/Sida/IST du Ministère de la Santé Publique, est le prolongement du Plan Stratégique National. Il a pour objectif général de contribuer à la réduction de l’incidence et de l’impact socio-économique du VIH/Sida au sein de la population y compris le personnel du secteur santé. Les axes stratégiques de ce plan sont : le développement des ressources humaines ; la surveillance épidémiologique/comportementale et la recherche ; le renforcement des capacités institutionnelles et structurelles ; le renforcement du leadership du secteur santé en matière de lutte contre le VIH/Sida ; la mobilisation des ressources et le financement des interventions ; le suivi et l’évaluation des interventions ; la coordination et la gestion.

22Le plan de décentralisation 2004-2005, qui est un plan intermédiaire a été élaboré pour répondre aux besoins de l’accélération de la prise en charge des PVVS. Les objectifs de ce plan visent à :

23accroître de 23 à 83, le nombre de centres fonctionnels de PEC des PVVS y compris les enfants par les ARV avant fin 2005 ;

24renforcer les capacités en ressources humaines des 83 centres de PEC selon les normes nationales avant fin 2005 ;

25accroître de 9000 à 36 000, le nombre de PVVS y compris les enfants éligibles pour la PEC globale par les ARV avant fin 2005 ;

26assurer la disponibilité permanente des ARV et autres médicaments de PEC à un coût abordable dans les 83 centres avant fin 2005 ;

27renforcer les capacités d’au moins un groupe communautaire par centre de traitement pour le soutien aux PVVS y compris les enfants avant fin 200517.

2) La question du test de dépistage du VIH

Etat de la littérature sur l’absence de recours au test

28Une revue de la littérature sur la question du test du VIH révèle un climat général de réticence à se faire tester pour des raisons variées dont les plus récurrentes restent la faible perception du risque pour soi, la peur de se savoir infecté et l’absence d’une offre de thérapie.

29En France, une étude montre que le recours au test de dépistage est en forte baisse chez les 18-24 ans. Il est plus fréquent chez les femmes ces cinq dernières années qui le font lors d’un examen prénatal. La démarche volontaire du test du VIH est davantage le fait de personnes : multipartenaires ou évoquant des rapports homosexuels ou déclarant connaître une personne séropositive au VIH. La très grande majorité des personnes qui n'ont jamais pratiqué de test de dépistage dans la population générale évoque l'absence de risque.18

30En 2002, la moitié des personnes diagnostiquées au stade Sida connaissait leur séropositivité depuis moins de 3 mois. L’Espagne et l’Italie présentent une proportion de retard au dépistage beaucoup plus faible (respectivement 35% et 36%).

31En France, les personnes qui présentent plus souvent un retard au dépistage sont des hommes (risque x 1,8 / femmes), des hétérosexuels (risque x 5,2 / aux usagers de drogue) et des personnes d’une nationalité d’Afrique subsaharienne (risque x 2,6 / aux personnes de nationalité française). Ce recours tardif au test s’explique entre autres par l’absence de perception des risques, un réseau relationnel pauvre ou encore une méfiance par rapport au monde médical sont autant de facteurs expliquant le recours tardif au test.19

32Cependant, peu de jeunes se soumettent à un test, même dans les pays où l’épidémie de VIH/Sida est la plus grave. Il y a plusieurs obstacles à cette démarche volontaire de test de VIH : outre le fait que beaucoup de pays n’ont pas d’installations susceptibles de réaliser les tests sur l’ensemble du territoire, l’absence ou l’insuffisance d’une offre de thérapie palliative et le stigmate de la séropositivité peuvent décourager nombre de jeunes, et aussi beaucoup d’adultes. Quel que soit leur âge, nombreux sont ceux qui ne se font pas tester avant de présenter des symptômes ou avant qu’une épouse ou un partenaire sexuel ne meure du Sida.

33Parmi les jeunes, il y a d’autres obstacles au test volontaire, dont le manque d’information, la perception d’un faible risque, l’absence de confidentialité, le coût, des problèmes de transport et des lois qui exigent le consentement des parents.

34Une étude réalisée auprès des femmes enceintes en Côte d’Ivoire révèle que les principales raisons du refus du test et de l'indifférence aux résultats semblent essentiellement la crainte de voir sa mort s'accélérer, la peur du rejet par l'entourage, notamment par le mari, celle de la rupture possible du secret médical et de la révélation du statut sérologique alors que ces femmes, enceintes, se considèrent comme vulnérables.20

35Au cours de l’EDSC-III réalisée au Cameroun, on a demandé aux enquêtés si, au cours des 12 derniers mois, ils avaient effectué un test de VIH/sida et s’ils avaient reçu les résultats. On constate que les trois-quarts des femmes (76 %) et une proportion encore plus élevée d’hommes (83 %) n’ont jamais effectué de test. Seulement une femme sur dix (10 %) a effectué un test et a eu connaissance des résultats ; chez les hommes, cette proportion est un peu plus élevée (14 %). Si on se limite aux 12 derniers mois, seulement 5 % des femmes et 7 % des hommes ont effectué un test et ont reçu les résultats.21

36Quels sont les déterminants du recours au test de dépistage du VIH dans un contexte où l’accès aux ARV pose de nombreux problèmes ?

37Cet article vise à explorer l’attitude générale des jeunes camerounais par rapport au test de dépistage dans un environnement d’incertitude et de maladie.

3) Méthode

38Le présent travail s’inscrit dans la perspective d’une sociologie compréhensive telle que définie par Jean-Claude Kaufmann. En effet, « la démarche compréhensive s’appuie sur la conviction que les hommes ne sont pas de simples agents porteurs de structure mais des producteurs actifs du social, donc des dépositaires d’un savoir important qu’il s’agit de saisir de l’intérieur, par le biais du système de valeurs des individus, elle commence donc par l’intropathie »22.

39Depuis Max Weber, la sociologie compréhensive analyse le sens de l’activité pour les agents qui y participent, d’autant plus que les acteurs sociaux sont capables de rationalité. C’est donc un type d’entretien centré sur la notion de signification investie dans les pratiques. Il s’agit entre autres de savoir comment le sujet perçoit les actions, quel est son point de vue, quel est le sens de telle ou telle pratique pour les agents qui y participent ? Il s’agit en fait de comprendre l’acteur, autrement dit, de saisir la logique interne de son point de vue : comment il pense, raisonne, interprète, se représente la pratique.

40Elle recommande de s’imprégner du terrain afin de construire progressivement la problématique et l’objet de sa recherche dans un va-et-vient permanent entre empirie et théorie. Les discussions de groupe ont permis d’interroger les jeunes (15-24ans) vivant à Douala. 17 séances de discussions de groupes ont été organisées, soit 14 unisexes (7 séances de filles23 et 7 séances de garçons) et 3 séances mixtes. Chaque groupe de discussion était constitué de 6 à 8 participants. Les débats étaient animés par un modérateur. J’ai dû requérir les services d’une étudiante de sociologie pour la modération des groupes de discussions unisexe filles et des groupes de discussion mixte.

41Au début, trois séances de discussions exploratoires ont été organisées, et par la suite, dans l’optique de la démarche inductive, j’ai organisé d’autres séances au fur et à mesure et j’en profitais pour explorer d’avantage les thèmes plus intéressants, les thèmes récurrents, je cherchais aussi à vérifier certaines informations et à dissiper des malentendus…

42Les discussions avaient généralement pour question de départ « Qu’est-ce que le sida représente pour vous ? Ou encore, qu’est-ce que c’est que le sida pour vous ? » Des réponses avancées par les uns et les autres, dépendait la tournure du débat.24

43Outre les discussions avec les jeunes, je me suis rendu dans quatre hôpitaux de Douala qui disposent d’un CPDV25 auprès desquels j’ai pu obtenir, non sans difficultés, quelques données sur la pratique du test par la population. Toutefois, la plupart des registres consultés étaient soit mal entretenus, soit ne disposaient pas des caractéristiques socio-démographiques comme l’âge du patient ou son statut marital. Les jeunes que j’ai pu interroger dans le cadre de cette étude habitent Douala, ville la plus peuplée de Cameroun avec une population d’environ 2 millions d’habitants en 2005. Ils ont entre 15 et 25 ans. Ils habitent pour la plupart des quartiers populaires dans lesquels les relations de voisinage sont très poussés, ce qui crée des liens de familiarité. Bien que nous nous trouvions dans un contexte de modernité, les relations sont encore très communautaires ici, et les liens de solidarité sont toujours solides, même s’ils se manifestent avec un peu moins d’entrain que dans la société traditionnelle. Le style de vie communautaire ici fait qu’ils se retrouvent ensemble pour discuter, généralement au domicile de l’un d’entre eux ou dans la rue qui est un espace très bien occupé par ces jeunes. C’est d’ailleurs dans la rue que j’ai noué presque tous les contacts pour pouvoir les rencontrer plus tard chez eux.

44Ces jeunes habitent encore chez leurs parents (dans le sens large du terme)26, ils sont pour la plupart élèves, étudiants ou en apprentissage. Très peu d’entre eux exercent déjà une activité génératrice de revenus de manière permanente. Les jeunes gens que j’ai interrogés sont tous célibataires ou cohabitent. Aucun n’est marié ni de façon traditionnelle, ni civile. Quelques filles et garçons interrogés sont pères ou mère. Ils représentent le 1/5 de l’échantillon.

45Cet article explore l’attitude générale très négative des groupes de jeunes de Douala vis-à-vis du test de dépistage du VIH (I)

46Et les raisons principales évoquées pour expliquer cette attitude (II)

47Absence de prise en charge médicale adéquate si on est infecté

48La peur de la « vérité qui peut tuer »

I- l’attitude générale très négative des groupes de jeunes de Douala vis-à-vis du test de dépistage du VIH

1) la démarche volontaire du test ?

49Très peu de jeunes prennent l’initiative de faire la démarche volontaire du test. Parmi les 102 jeunes interrogés, 10 seulement ont déjà eu à faire un test de VIH. Parmi ces 10, 3 déclarent avoir fait une démarche volontaire, 4 l’ont fait pour des raisons liées à leur grossesse, les 3 autres l’ont fait qui pour une intervention chirurgicale, qui pour les fiançailles, qui pour se présenter à un concours. A ce propos, il convient de rappeler que la pratique du test informel est monnaie courante au Cameroun, il n’est pas rare qu’il soit exigé des jeunes pour divers emplois et concours y compris avant l’enrôlement dans les forces armées et de police.27

50Dans les 4 CPDV28 que j’ai visités, j’ai pu recueillir quelques informations sur les 462 jeunes de 15 à 25 ans qui ont fait un test de dépistage du VIH. Ils constituent 12% des personnes qui se sont fait tester de janvier 2003 à fin juillet 2004. Parmi ces 462 jeunes, on compte 241 filles et 221 garçons. La pauvreté des caractéristiques socio-démographiques et autres données sur les pratiquants ne me permettent pas d’avoir une vue d’ensemble, de connaître les motifs du test et de dégager avec précision le profil type du faiseur de test. Néanmoins, malgré la faiblesse de l’effectif des personnes ayant pratiqué un test parmi les jeunes interrogés, j’ai pu recueillir quelques informations qui ne constituent que des pistes à examiner dans le cadre des recherches futures. Ainsi, je n’ai pas pu avoir des données consistantes sur les raisons qui sous-tendent la démarche volontaire du test. A l’opposé, les 92 autres personnes de l échantillon qui ne l’ont jamais fait m’ont exposé les raisons de leur comportement. Compte tenu des arguments des uns et des autres, j’ai pu établir, sur la base des données recueillies, quelques tendances.

51Les personnes qui déclarent avoir fait la démarche volontaire de test, sans aucune contrainte extérieure prennent cette décision parce qu’elles veulent se rassurer. Elles ont un ou peu de partenaires avec qui elles ont des relations protégées (quand c’est la roue de secours)29 et généralement non protégées quand c’est le titulaire). Ce sont des personnes en bonne santé qui sont presque sûres de ne pas avoir été infectées par le VIH par voie sexuelle, mais qui n’excluent pas une possible contamination par d’autres voies, ainsi qu’une possible relation du titulaire avec une roue de secours sans protection.

52Le test est fait pour « se rassurer », « protéger son partenaire et se protéger soit même ». C’est généralement le cas lorsque deux personnes décident de connaître leur statut sérologique avant les fiançailles ou le mariage. C’est le cas d’Achu, jeune enseignant de 24ans, qui a décidé de concert avec sa copine de pratiquer le test avant leurs fiançailles.

53Dans un autre cas, certaines personnes qui n’ont pas encore fait un test de dépistage ont souvent justifié leur comportement par le fait qu’elles sont sûres d’elles, qu’elles ne prennent pas de risque, et qu’elles étaient presque certaines de ne pas être séropositives.

54Toutefois, cette impression n’est pas l’avis des personnes sexuellement actives qui sont conscientes d’avoir déjà pris un risque. C’est même le comportement à éviter en cas de prise de risque. Autrement dit, la démarche volontaire de test chez ces jeunes sexuellement actifs avec des partenaires multiples dont les relations sont rythmées par l’utilisation épisodique du préservatif est redoutée parce que s’apparentant à une double prise de risque. Le premier risque est celui d’être infecté et le second celui d’avoir la certitude de cette infection avec l’effet boîte de Pandore qui pourrait s’en suivre.

55Chez les adeptes du full contact, existe un climat général de réticence à faire la démarche volontaire de test du VIH. Cela est présent même chez ceux qui pensent que le sida n’existe pas. Le test est redouté parce qu’il permettrait de révéler la vérité tant redoutée. Les adeptes du full contact disent pour la plupart préférer mourir dans l’ignorance de leur statut sérologique plutôt que de se savoir infecté par le VIH.

56Lorsque certains de ces adeptes au full contact pratiquent le test, il arrive qu’ils retombent encore dans le full contact après une période d’utilisation du préservatif. A la suite du « Dieu merci » prononcé après un test négatif, s’en suit généralement une période où le full contact est abandonné au profit de l’abstinence et/ou de l’utilisation systématique du préservatif. Le test est perçu comme contraignant.

57Face à la demande du test, les individus réagissent de différentes manières. Nous avons ci-dessous trois figures différentes du refus du test du VIH.

2) Je ne fais pas le test : des rationalités selon les profils

a. « Je n’ai rien fait »

58Le « je n’ai rien fait » qui renvoie à la prise de risque pendant les rapports sexuels implique que l’individu est encore puceau. La vraie prise de risque pour ces personnes serait faite au cours de l’acte sexuel. Les autres moyens de transmission de la maladie comme la voie parentérale étant considérée comme induisant des risques infimes.

59Quand on n’a rien fait, on ne craint rien. « Qui n’a pas touché à de l’amertume ne pourrait avoir les mains amères » me lâcha un jeune pendant les conversations informelles. Autrement dit, si on sait qu’on n’a rien fait, on ne redoute rien. Il en est du sida comme de la grossesse. Estelle compare cette situation de peur du test à celle de deux filles dont les menstrues ont accusé un léger retard dans leur survenue. L’une est pucelle et l’autre ne l’est plus. Celle qui est inquiète me dit-elle, c’est celle qui sait qu’elle « va déjà avec les garçons » et qui reconnaît avoir eu des relations sans préservatif. Celle qui n’a encore rien fait ne peut pas envisager le risque de grossesses en cas de retard des menstrues. Elle pourra penser à un dysfonctionnement du cycle, à une maladie, une anomalie, à tout, mais pas à une grossesse.

60Le test qui est jugé « inutile » n’aurait pas sa raison d’être, chez des personnes sexuellement inactives. C’est généralement ce genre de réponse qui revenait sans cesse chez les plus jeunes. Ces plus jeunes (15-18ans) n’avaient aucune appréhension à l’idée de faire le test de dépistage et disaient ne pas en comprendre le bien fondé pour elles si on le leur exigeait.

61Quatre jeunes illustrent bien ce rapport au test :

62Ce sont Kareka (18ans élève en classe de 3e), Titi (15ans élève en classe de 3e), Nina 16ans élève en classe de 1ère et Raheal 18ans coiffeuse niveau CM2.

63Trois de ces quatre jeunes ont en commun ceci qu’ils déclarent être encore puceaux. La quatrième Raheal, ne l’est plus, mais est fidèle à un seul partenaire à qui elle exige toujours le préservatif beaucoup plus par peur d’une grossesse non désirée que par crainte d’une IST ou du sida. D’après ces jeunes, c’est quand on a pris un risque ou quand on estime qu’on a eu des rapports à risque qu’on peut chercher à vérifier par le test pour en avoir le cœur net.

b. « Je suis sûr de moi »

64Contrairement à la première figure qui concerne les personnes n’ayant aucun partenaire sexuel, les personnes qui disent être sûres d’elles ont généralement un seul partenaire en qui elles sont fidèles. Cette confiance est renforcée par le port systématique du préservatif pour chaque relation sexuelle. Le fait qu’ils sont sûrs d’eux implique qu’ils ont conscience de n’avoir pris aucun risque sexuel. Raheal cité précédemment incarne aussi bien cette figure. En même temps, les risques encourus dans les actes de la vie quotidienne sont minimisés ici, en partie parce qu’ils sont perçus comme échappant au pouvoir de contrôle de l’individu. Etre sûr de soi engage ici une grosse part de responsabilité personnelle. Cette posture mentale pose en filigrane la question de savoir si l’individu a pris toutes les précautions d’usage édictées par le discours savant médical, du moins pour ce qui relève de sa sphère de compétence.

65Les rationalités développées par rapport au test dans cette deuxième figure sont presque les mêmes avec celles de la première à ceci près que les premiers sont quasi-certains de ne pas être infectés alors que les deuxièmes peuvent avoir un doute. Ils ne sont pas aussi sûrs qu’ils le laissent entendre. Dans cette catégorie, les degrés de certitude et la sérénité face au test sont fonction de la perception qu’ils ont du préservatif. Ceux qui estiment que le préservatif est le meilleur outil de protection après l’abstinence sont plus susceptibles de considérer l’inutilité du test en terme de « je ne suis pas infecté » par rapport à ceux qui pensent que le préservatif n’est pas un instrument fiable de protection.

c. « Je ne prends pas de risque supplémentaire et inutile »

66A côté des deux figures précédentes, la troisième renvoie aux personnes qui estiment avoir pris de risques soit une fois, soit rarement, souvent ou très souvent.

67Le test de sida ne paraît pas « absurde » pour cette catégorie de personnes. Il leur permettrait de connaître la vérité sur leur statut. Seulement, la peur de la séropositivité au test est envisagée ici. Ce serait prendre un risque supplémentaire et inutile que de se faire dépister quand on sait qu’on n’a pas toujours eu un comportement conforme au discours savant sur la protection, à moins d’être très courageux. Et les courageux, il y en a, mêmes s’ils sont très peu. La probabilité d’envisager le test est d’autant plus basse que la fréquence de prise de risque est perçue comme élevée. Le risque ici n’est pas un risque objectif, il est construit par le sujet.

68- Robert : Moi je n’ai jamais fait, je n’ai jamais fait.
- Calvin : Jamais de la vie et je ne rêve pas hein ? Je ne veux pas.
- Eric : Je ne veux même pas.
- Pierre : Je ne veux même pas.

69Personne n’en a fait ici ?
- Fabrice : Jamais. (En tirant sur le mot) (rires)
- Robert : Je ne veux même pas.

70Pourquoi vous ne voulez pas faire ?
- Fabrice : J’ai peur d’avoir ça. J’ai déjà eu des rapports sans capote.
- Pierre : Moi aussi, je tremble parfois quand je pense à ça
- Fabrice : Aussi j’ai peur de faire le test parce qu’on s’est rendu compte que le sida détruit psychologiquement.
- Christian : Parce qu’on s’est aussi rendu compte que dans certains hôpitaux, on arrive certains docteurs disent que…
- Calvin : C’est positif, tu vas ailleurs c’est négatif.

71Virginie est l’une des personnes qui incarne le mieux cette figure. Son frère aîné est mort du sida. Elle en a été durement éprouvée. En tant que femme donc pourvoyeuse de soins corporels, appelée à effectuer des tâches relatives à la lessive, à la nourriture… Virginie a été très sollicitée pour assister son frère et l’accompagner dans sa maladie. La mort de son frère l’a ébranlée. Elle n’est plus prête à « prendre des risques », c’est-à-dire à avoir des rapports sans préservatifs. Si elle éprouve le besoin d’avoir des roues de secours pour des raisons pécuniaires, elle n’envisage pas d’aller avec elles sans préservatif. Le « full-contact »30 est réservé à son « bon gars », c’est-à-dire le « titulaire ». Ce titulaire dont elle n’est pas sûre de la fidélité.31

72Chez Virginie, le passé est très dur à assumer. Elle « regrette » d’avoir souvent eu des rapports sans préservatif. Cette période où elle a fait des « mauvaises choses32 » sans vraiment mesurer l’ampleur des conséquences est toujours présente à l’esprit. Elle culpabilise d’autant plus qu’elle a eu beaucoup de difficultés à me l’avouer alors qu’elle a une réputation de « fille indiscrète », « très bavarde », « ouverte d’esprit ».

73Cet aveu à peine masqué, de rapports non protégés avec des « roues de secours », sur lequel elle a chuté au tournant d’une question ont été justifiés pas son allergie au latex.

74Quand vous avez utilisez le préservatif avec votre copain pour la première fois, qui vous a conseillé de le faire ? Qui a demandé à l’autre d’utiliser ?
- Virginie : Mais tu demandes à l’homme d’utiliser, s’il ne veut pas, tu utilises pour toi, pour la femme (Femidon). Et s’il ne veut pas pour la femme, tu dis qu’il dégage.

75Est-ce que quand tu lui demandes d’utiliser la capote comme ça il ne te soupçonne pas d’infidélité ?
- Virginie : Même si je suis infidèle, pourvu que j’utilise, lui aussi. J’accepte que je suis infidèle, mais j’utilise ça.

76Et s’il refuse ?
- Virginie : Est-ce que c’est forcé ? Est-ce qu’il doit me forcer pour faire l’amour avec moi ?

77Est-ce que vous utilisez le préservatif toutes les fois que vous avez des relations sexuelles ?
- Virginie : Mais sans vous mentir hein ? Dans ma vie hein, je n’ai pas aimé la capote. Je suis moi directe.

78Pourquoi ?
- Virginie : Parce que la capote, quand je mets, ça me démange. Donc j’ai les problèmes quand j’en mets, ça me démange, j’avais même déjà expliqué ça à un docteur. Parce que la capote me dérange. Ça me démange quand je mets ça, donc, je ne sais pas, j’utilise seulement malgré moi, sinon je n’utiliserai pas moi. Si on pouvait changer et utiliser une autre capote qui ne devait pas me démanger, ça allait me plaire. J’ai déjà mis ce qu’on vend à 25 francs, pareil, 1000 francs, pareil, ça me démange toujours.

79Est-ce qu’il y a une différence entre les capotes qu’on vend à 25 et les capotes qu’on vend à 1000 francs ?
- Virginie : Oui. Les capotes de 25 se percent. C’est les capotes là-bas ?

80Est-elle vraiment allergique au latex comme elle l’affirme ou cherche-t-elle à rationaliser son manque de précaution ? Je ne le saurai jamais.

81La façon dont Virginie s’exclame lorsqu’on lui parle du test de VIH est drôle. Elle ne fait pas l’économie de tout l’éventail d’onomatopées dont regorgent les langues nationales du Cameroun. Celles-ci traduiraient ses appréhensions les plus vives à se faire dépister.

82Les réactions de ces jeunes qui estiment avoir pris des risques et qui ne voudraient plus en prendre 33pour ce qui est du test, peuvent être identifiées comme des conduites de fuite devant l’appréhension d’une réalité très difficile à accepter. C’est toute la question du rapport au passé et de ses implications présentes ou futures qu’ils refusent d’assumer ici et maintenant.

83Il convient de rappeler que ces discours s’inscrivent dans un contexte particulier, qui connaît une histoire spécifique, avec des individus ayant des trajectoires différentes, des rapports différents à la sexualité. Ce contexte avec ses effets structurels peut favoriser la prise de risque su sida au travers du multiparténariat entre autres.

II- Les raisons évoquées pour expliquer cette attitude négative

1) Absence de prise en charge médicale adéquate si on est infecté

84Si on envisage généralement ou veut envisager le test sous un angle positif, c’est-à-dire celui de sa négativité, on garde à l’esprit que le résultat contraire tant redouté peut causer des retombées dramatiques. Les jeunes qui veulent participer au système hospitalier de réalisation des tests l’envisagent aussi en termes de coût-bénéfice.

85Dans une certaine mesure, le modèle rationnel général pose que « l’acteur doit être considéré en principe comme ayant des raisons fortes de faire ce qu’il fait et de croire ce qu’il croit […] mais c’est dans certains cas et dans certains cas seulement que ces raisons concernent les conséquences de l’action, que l’acteur considère particulièrement celles qui le concernent dans ses intérêts, ou, plus restrictivement encore, qu’il peut tenter de soumettre ces conséquences à un calcul coût-avantage »34

86Le test de VIH constitue pour la plupart des jeunes qui refusent de s’y soumettre un véritable cheval de Troie. J’ai discuté pied à pied avec eux pour les convaincre de la nécessité qu’il y a à faire le test. Que nenni, je n’y suis pas parvenu. Pendant que je déployais des arguments pour leur faire comprendre qu’on gagnait beaucoup à connaître sa séropositivité que de rester dans l’ignorance de son statut sérologique, ils me permirent de comprendre que c’était moins la découverte de leur séropositivité potentielle que les solutions pour y faire face qui les tracassait. Autrement dit, le test aurait été plus accessible s’il y avait une prise en charge effective des personnes vivant avec le VIH/Sida (PVVS), or ce n’est pas véritablement le cas au Cameroun comme dans presque tous les pays du sud.

87Comme le relève Jean-Marie Talom35 : « Les besoins en laboratoire performants, le délabrement avancé de certaines formations sanitaires, l’absence du minimum nécessaire pour des soins de qualité, le dénuement de la population, l’introduction du recouvrement des coûts dans les hôpitaux publics constituent autant de défis à surmonter ».

88La théorie de l’utilité espérée appliquée au choix d’un comportement de prévention par Beltzer et al.,36 stipule « qu’un individu adoptera tel comportement si-et seulement si- l’utilité espérée (la satisfaction attendue) de ce comportement est supérieure à celle de la non-adoption de ce comportement ».

89Ces jeunes sont confrontés à un problème qui est celui du choix à faire entre l’adoption du test de VIH qui leur permet de connaître leur statut sérologique et les avantages qu’ils en tirent. Si l’utilité espérée du test était supérieure au risque de se savoir séropositif, ils franchiraient plus facilement le pas, et ce d’autant plus que les ARV leur permettraient de moins souffrir dans leur chair.

90Si l’aspect de la prise en charge médicale n’est pas à négliger, il n’en demeure pas moins que le bénéfice médical du dépistage reste inexistant. Le test pour la plupart de ces jeunes ne leur est d’aucune utilité. Bien au contraire, ne pas s’y soumettre arrange bien les choses. Ils sont conscients qu’ils ne connaissent pas leur statut sérologique, et c’est tant mieux. C’est mieux pour eux de vivre dans l’ignorance de leur statut que de se savoir infecté sans aucune voie de recours.

91Alors, ils ne voudraient pas « scier la branche d’arbre sur laquelle ils sont assis » (Eric, 21ans) ou de « sauter sans filet »( Hervé 18ans).

92La décision de faire le test dépend largement de la capacité du système hospitalier à assurer aux personnes qui le font une meilleure prise en charge post test, notamment une prise en charge médicale effective en cas de séropositivité. Si le jeune constate que la prise en charge même pour les maladies les plus banales n’est pas effective, a fortiori pour celle du sida qui exige une attention et un suivi médico-sanitaire particuliers, il ne sera que démotivé.

93Ce qui fait beaucoup problème chez eux, c’est le fait de savoir qu’un résultat positif n’aurait pour implication que d’enfoncer davantage le sujet concerné dans le labyrinthe du désespoir.

94« Lorsqu’il s’agit de minimiser une désutilité, d’optimiser ou de maximiser une utilité, on associe à chaque solution possible une sorte de bilan ou de synthèse, souvent représentés par une somme algébrique des différences coûts et avantages ».37

95Que risque-t-on si on ne fait pas le test ? On peut contaminer les autres, se contaminer de nouveau avec d’autres germes et d’autres types ou souches de VIH ce qui peut accélérer le développement de la maladie et entraîner des complications. On n’est pas sûr d’être séronégatif, on est hanté par le doute, mais c’est toujours mieux pour ces jeunes que de se savoir infecté.

96Que gagnent les jeunes à faire le test ? A quoi leur est-ce utile ? Qu’est-ce qu’on leur fait comme promesse intéressante ?

97Rien en effet. Au contraire, outre l’inaccessibilité de l’offre thérapeutique il y a selon ces jeunes beaucoup d’aléas qui demeurent : le risque de faux résultat, le risque de contamination par le personnel médical, le risque d’être pris pour un cobaye humain.

98Cette pluralité de risques auxquels ils s’exposeraient en faisant le test de VIH les conduit à faire rationnellement un choix de refus de se faire dépister

99La connaissance du statut séropositif du malade, loin de l’aider, a plutôt un contre-effet dévastateur. Comme on peut le relever dans cet extrait du groupe de discussion n° 17 :

100Est-ce que vous avez déjà pense a faire le test de sida ?
- Virginie : Hé, papa God ! (Oh Dieu le père)
- Esther : Oui, moi j’ai déjà fait.
- Virginie : Noooh mama, moi je ne peux même pas.

101Pourquoi tu ne peux pas ?
- Virginie : Héééé ! Hum ! Je ne veux pas moi mourir avant le temps. Tant que tu fais, on ne t’a même pas encore donné le résultat, ton cœur bat très fort, tu peux mourir même où tu es assise. Noooh, je préfère que hein, je suis malade hein, je meurs, je ne connais même pas ce qui m’a tuée. Je ne veux même pas connaître ce qui m’a tuée.

102Est-ce que vous ne pensez pas que c’est mieux de faire le test avant et savoir tôt. Prendre des mesures plus tôt, et être sauvé ?
- Virginie : C’est du pareil au même, même si je vais faire le test et on découvre que j’ai le sida, est-ce qu’on va me soigner ? Mieux encore qu’on ne dépiste pas et que je meure dans l’ignorance.
- Esther : Et je demande alors que quand on dépiste que quelqu’un a le sida, que ça vient juste de commencer, est-ce qu’on peut le traiter ?

103Oui, oui. Si on sait que tu es séropositif, on te prescrit les médicaments à temps, tu ne manifesteras pas la maladie.
- Virginie : Mais tu auras toujours le sida dans toi, donc ça ne vaut pas la peine. Et si tu as un petit palu, c’est comme si tu devais déjà mourir.

104Non, si j’ai le petit palu à ce stade, ce n’est pas grave, alors que quelqu’un qui n’a pas fait le test et qui déclenche la maladie avant qu’on ne fasse le test, tous ses anticorps sont tués, s’il a le palu, c’est dangereux. Est-ce que vous ne pensez pas que c’est toujours mieux de faire le test avant ?
- Virginie : Je préfère moi que hein mon père, que ça tue mes anticorps qu’on me dise que c’est le sida quand je suis déjà en train de mourir.

105La supposée dangerosité du test est aussi renforcée par la rumeur et la sélection des informations qui confortent les jeunes dans leurs opinions. Le cas le plus illustratif est celui de la dérive sur l’essai controversé d’un ARV appelé Ténofovir sur les prostituées de Douala, affaire qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Les populations voient dans ce programme l’utilisation des populations pauvres comme cobaye humain. Elles se demandent toujours pourquoi c’est la chaîne publique française France 2 et non les autorités camerounaises qui ont dénoncé ces pratiques dont les contours étaient quelque peu ténébreux.

106Ce scandale a éclaté au Cameroun et a laissé cours à plusieurs interprétations. Quand le vin est ainsi tiré, il doit s’accompagner de beaucoup de tact dans la gestion communicationnelle de ses effets pour que la rumeur ne prenne pas le pas sur la vérité et sape tout le travail d’IEC38 qui est mené en amont depuis des années. « Ces techniques se réfèrent aux procédures plus ou moins conscientes de sélection d’éléments d’information qu’un sujet va ré agencer en fonction de l’ « utilité » pratique qu’il leur accorde[…] On assiste alors à d’imprévisibles « distorsions » du message initial, parfois néfastes d’un point de vue médical mais indispensables à l’individu qui essaie, à travers elles, de combler le fossé entre l’adaptation exigée de lui et celle dont il est capable ».39

107Ces jeunes ne feraient pas le test de VIH parce qu’ils n’ont pas de garantie que le pire des scénarii envisagé et tant redouté, à savoir un résultat positif au test du VIH, soit pris en charge de façon efficace, notamment au travers d’une offre de thérapie palliative. L’espoir de bénéficier d’un traitement efficace inhiberait la crainte de désespoir liée à la connaissance de sa séropositivité. Les individus recourraient plus facilement au dépistage s’ils avaient l’assurance que le sida n’est plus synonyme de condamnation ou de mort imminente.

108La décision de l’acteur est transformée en équivalent d’une stratégie d’utilité pour le meilleur gain. Mais, elle ne se limite pas à ça. D’autres facteurs entrent en compte pour dissuader ces jeunes de faire le pas pour connaître leur statut sérologique. « La vie réelle se déroule dans une autre dimension, loin de ce genre de calcul ou d’un utilitarisme propre à l’homo economicus, qui ne sont que des éléments dans une décision qui implique bien d’autres données ».40 L’absence d’une offre effective de thérapie médicale en cas de séropositivité est une pesanteur importante mais pas la seule susceptible d’expliquer le manque d’engouement de ces jeunes qui vivent dans un contexte donné, dont les facteurs structurels et culturels ne peuvent ne pas avoir d’effets sur les comportements et même sur les pratiques médicales. Nous convenons avec Michel Cartoux que « Le coût du dépistage, l’accès aux structures de dépistage, les garanties concernant la confidentialité, l’anonymat, la qualité des résultats, entrent de façon indéniable en ligne de compte dans le cadre de l’acceptabilité du dépistage, notamment dans les pays en développement. »41

2) La peur de la « vérité qui peut tuer »

109La vérité c’est la connaissance de son statut sérologique estampillé du sceau biomédical, lequel revêt une légitimité scientifique qui ne doit pas être mis en doute. C’est d’ailleurs cette vérité difficilement réfutable tant il est vérifiable et qu’il fait autorité dont ces jeunes redoutent le caractère positif. L’accès à cette vérité peut tuer parce qu’il procède d’une révolution. Comme l’a déclaré l’un des participants aux groupes de discussions, elle peut faire « que le monde change de sens ».

110Ces jeunes se posent la question de savoir s’ils ont besoin de connaître cette vérité.

111La vérité permet à l’organisme de déclencher un processus d’autodestruction. C’est pour cela qu’il vaut mieux pour ces jeunes de ne pas connaître la vérité. Cette vérité signifie pour eux que tôt ou tard, la maladie va se déclencher et tuer le malade.

112Vérité aussi parce qu’après maintes réflexions qui interviennent généralement suite à la réception de l’information sur le test du VIH, l’on espère qu’on est séronégatif quand bien même on a quelquefois été exposé aux pratiques à risque, on positive en se convaincant qu’on a été épargné. Même en la présence de quelques symptômes caractéristiques de la maladie, seul le test du VIH révèle la fameuse vérité. Le caractère fatal de la vérité résiderait dans sa capacité à miner le moral de celui qui la détient, fragilisant ainsi son psychique avec toutes les répercussions somatiques que cela induirait.

113Parlant des facteurs qui entrent en compte dans la décision de l’individu à adopter, rejeter ou à se réapproprier l’innovation, Easterlin distingue deux types de coûts : les coûts objectifs ou de marché et les coûts psychiques.42 Que leur coûte le test en termes de coût objectif ou d’argent ? Pas grand-chose, surtout dans cette catégorie sociale où les campagnes de dépistage anonyme et gratuit sont très souvent organisées à Douala comme dans la plupart des grandes villes du Cameroun.

114Tout au plus, le prix parfois à payer pour le test est le même que celui qu’il faut débourser pour une consultation dans un hôpital public. On ne peut toutefois pas en dire autant des coûts psychiques. La peur d’une probable séropositivité les empêche de s’engager activement. La connaissance de sa séropositivité, « pourrit plutôt la vie », « empoisonne la vie », crée une angoisse, de la dépression, entraîne une véritable mort sociale qui précède la mort physique, et cela d’autant plus que les personnes concernées se trouvent dans un environnement social où la stigmatisation des PVVS renforce leur marginalisation. C’est dans cet ordre d’idées que s’inscrit cet extrait :

115- Angèle : Vous savez quoi ? Le sida ne tue même pas, c’est la vérité qui tue.
- Mabel : C’est vrai, quand tu ne sais pas que tu as ça, il n’y a rien. Mais dès qu’on te dit déjà que tu as ça, c’est fini.
- Angèle : Oui, c’est fini, c’est la réflexion là qui te tue. Ce n’est pas le sida qui tue. Le fait de réfléchir, tu te dis que d’ici demain tu vas mourir, comme ça, c’est ça qui te fait fondre, tu finis là. La maladie ne fait qu’alors jouer dans ton corps parce que…

116Moi je pense plutôt le contraire. Je pense que quand tu restes sans connaître ton statut, tu te dis que tu es bien portant alors que peut-être tu es séropositif.
- Mabel : Jamais, toi-même là, est-ce que tu as déjà fait le test ?

117Les coûts psychiques sont inhérents à la gestion de la nouvelle donne. C’est ici qu’on cogite et qu’on appréhende les effets « boîte de Pandore » de cette vérité. Comment l’individu doit-il gérer son nouveau statut avec toutes les contraintes qu’il suppose ? La gestion de ce nouveau statut est d’autant plus délicate qu’elle est associée à plusieurs types de difficultés : l’imminence de la mort, la pauvreté et ses effets sur l’accès au traitement et la prise en charge alimentaire, le rejet, « les monstruosités du corps43 » causées par la maladie, l’accès aux ARV et les contraintes liées à leur utilisation, le traumatisme psychologique …
- Francky : Moi je vois que la maladie là elle est d’abord psychologique hein ! Quand tu sais que tu es malade, tu creuses ta propre tombe, tu meurs vivant.44

118Dans un contexte où cette maladie est transmise sexuellement dans 90% des cas, la tendance à la stigmatisation est forte et les peurs injustifiées45 accentuent la marginalisation et le rejet des malades.

119Une probable contamination par le sexe n’est pas perçue de la même façon qu’une contamination au salon de coiffure ou par transfusion sanguine. Dans ces deux derniers cas, ils sont en position de victime innocente, ce qui n’est pas le cas dans la contamination par voie sexuelle où leur responsabilité est engagée. Les malades sont perçus ici comme n’ayant pas souscrit au contrat de protection.

120Le sida est toujours perçu ici comme une maladie honteuse, liée à une vie sexuelle « débridée ». Des personnes qui en souffrent sont donc généralement coupables. On note dans les discours un champ sémantique important sur la faute, la culpabilité, le manque de précaution. C’est toujours le malade ou la personne atteinte qui va « chercher » la maladie, d’où les expressions comme « qui cherche trouve », « qui l’avait envoyé où ? », « c’est lui qui a cherché », « si tu cherches, tu vas trouver ».

121Kareka est de ceux-là qui pensent que le malade est coupable. Il préconise de ne pas dépenser de l’argent inutilement pour chercher à soigner toute personne qui n’a rien fait pour se protéger et qui n’a pour seule issue que la mort.
- Kareka : leur jour arrive, on va gaspiller tout l’argent sur eux ?

122Et si c’est toi qui es atteint ?
- Kareka : Si c’est moi, on me tue non ? Je partais chercher quoi ?

123Penses-tu qu’on cherche le sida pour l’attraper ?
- Laure : C’est toi qui cherche ? tu peux rester comme ça, ça vient te trouver.
- Kareka : Oui, si ça vient me trouver, mais si je vois que je suis déjà atteint, je ne sais plus à quoi je peux servir.
- Laure : Ne dis pas aujourd’hui comme ça pour changer demain.
- Kareka : (Rires) ça c’est le gaspillage inutile.

124Comme le relève Susan Sontag46 : « La voie sexuelle de la transmission de cette maladie considérée le plus souvent comme calamité dont on est seul responsable, est l’objet d’une condamnation encore plus vive que les autres voies de transmission. On croit que contacter cette maladie à la suite de rapports sexuels relève davantage d’un choix personnel, moyennant quoi, la culpabilité est d’autant plus grande ».

125La contamination par voie sexuelle renvoie à une identité de malade coupable, malade à blâmer dont la « maladie-punition », perçue comme étant une sanction assortie au manque de précaution ou à la négligence, est le prix à payer.

126D’après François Laplantine47, « l’individu est puni d’une négligence ou d’un excès, mais toujours d’un comportement d’inconduite par rapport aux prescriptions religieuses ou médicales. C’est-à-dire d’une faute qui concerne l’ordre social ».

127Lorsque la stigmatisation et la marginalisation sont légion dans une société où les liens de voisinage et amicaux sont très forts, cela peut créer un sentiment de peur d’avoir à les subir. Dans cette logique le test de VIH qui est l’instrument permettant de divulguer « la vérité » serait selon ces jeunes à éviter.

Conclusion

128Depuis 2005, on a assiste à un réel changement au niveau de l’accès aux ARV au Cameroun. Grâce aux efforts conjugués des bailleurs de fonds, du gouvernement et l’appui des ONG, plusieurs décisions ont été prises sous forme d’arrêté, circulaire et décret pour rendre accessible les ARV aux PVVS.

129Les UPEC et les CTA créés au sein des différentes institutions sanitaires ont rendu visible ces actions qui étaient jusque là disparates et très peu organisées. En fin 2005, il existe 27 CTA/CTAff et 64 UPEC repartis dans les 10 provinces du pays. On peut tout de même déplorer l’inégalité dans la dispersion géographique de ces structures. En effet, les provinces de l’Ouest, de l’Est et du Sud ne sont pas autant desservies que les autres.

130Le 1er juillet 2006 au Cameroun, le pré-test thérapeutique des personnes déclarées séropositives passe de 23000 FCFA à 3000 FCFA.

131Il faut tout de même noter que ce nombre de PVVS sous ARV évalué à 17156, soit 23% des PVVS éligibles en fin 2005, montre l’ampleur du chemin qui reste à parcourir. Entre autres pesanteurs à l’accès d’un plus grand nombre de malades aux ARV, on peut mentionner l’insuffisance des infrastructures, la faiblesse des capacités d’accueil des hôpitaux, la cupidité de certains personnels… Il serait intéressant de mener des recherches futures pour mesurer l’influence que pourrait avoir un accès plus facile aux ARV sur les représentations de la maladie et sur la protection.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME (a), Document de stratégie de réduction de la pauvreté, Yaoundé, 2003, 218 p.

ANONYME (b), Le dépistage tardif, dossier de synthèse documentaire, septembre 2003.

ANONYME (c) Plan stratégique national de lutte contre le sida au Cameroun 2000-2005.

BOUDON. R, Raison : Bonnes raisons, Paris, PUF, coll. « Philosopher en sciences sociales », 2003, 183 p.

CARTOUX. M. « Pré-test et acceptabilité du dépistage en consultation prénatale » in Le dépistage VIH et le conseil en Afrique au sud du Sahara : aspects médicaux et sociaux, Paris, Karthala, 1997, pp. 125-126.

COULIBALY. D et al.,.santé : cahiers d'etudes et de recherches francophones, 1998, 8, p. 234-238.

CROZIER. M et FRIEDBERG. E, L’Acteur et le Système : les contraintes de l’action collective, Paris, Seuil, 1977, 500 p.

de COCK. K. M et al., “ Shadow on the continent : public health and HIV/aids in the 21st century” in The Lancet, vol. 360, 2002, pp. 67-72.

de COCK. K. M et al., « A serostatus-based approach to HIV/aids prevention and care in Africa » in The Lancet, vol. 362, n° 9398, 2003, pp.1847-1849.

De LOEZIEN. M, Connaissances, opinions et attitudes relatives au sida en milieu rural africain (Sénégal, Cameroun, Burundi), Thèse de Doctorat, Université de Paris 5, 1995. ESC, Enquête de surveillance des comportements relatifs au VIH/sida (BSS) auprès des jeunes de 15-19 ans, Yaoundé, 2001, 70 p.

EASTERLIN, “ An economic framework for fertility analysis” in Studies in Family Planning Vol 6,n°3, pp. 54-63.

EDS (2004). Demographic and Health Survey, ORC Macro, Calverton, Maryland, 323 p.

EBOKO. F, « Logiques et contradictions internationales dans le champ du sida au Cameroun » in Autre part, Cahiers des sciences humaines, nouvelle série n° 12, 1999, p. 125.

Fred Eboko, «L'organisation de la lutte contre le sida au Cameroun : de la verticalité a la dispersion ?», Le bulletin de l'APAD, n° 21, Un système de santé en mutation : le cas du Cameroun,[En ligne],mis en ligne le : 28 février 2006. URL : http://apad.revues.org/document184.html. Consulté le 19 janvier 2007.

FASSIN. D, « Démarche de la recherche » in Sociétés, Développement et Santé, Paris, Ellipses, 1990, 287 p.

FASSIN. D, Pouvoir et maladie en Afrique, Paris, PUF, coll. « Les champs de la santé », 1ère édition 1992, 359 p.

GOFFMAN. E, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Editions de Minuit, coll. « Le sens commun », 175 p.

GRUENAIS. M-E, « Quel environnement pour des unités de dépistage volontaire » in Le dépistage VIH et le conseil en Afrique au sud du Sahara : aspects médicaux et sociaux, Paris, Karthala, 1997, pp. 257-269.

IRESCO, Etude quantitative de suivi du projet de santé de reproduction des adolescents (100% jeunes), Yaoundé, 2002, 103 p.

JAMOUS. H, Sociologie de la décision, Paris, Editions du CNRS, 1969, 257 p.

KATZ. E; LAZARSFELD. P, Personal influence: the part played by people in the flow of mass communications, New-York, Glencoe, The Free Press, 400 p.

KAUFMANN. J-C, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, Ed 1996, coll. « Sociologie » 127 p.

LAPLANTINE. F, Anthropologie de la maladie, Paris, Payot, 1996, 411 p.

LAWSON. D, « Sida : La tentation du dépistage obligatoire » in Le Monde, Dimanche 27-Lundi 28 février 2005.

Le BRETON. D, Conduites à risque, Paris, PUF, coll. »Essai », 2002, 224 p.

MOATTI. J-P et al., « Les modèles d’analyse des comportements à risque face à l’infection à VIH : une conception trop étroite de la rationalité » in Population, 5, 1993, pp. 1505-1534.

ONUSIDA( Rapport 2004) in Santé, Drogues, Société n° 38, décembre 2004, 26p.

PARSONS. T, The social system, The Free Press, 1951

POLLAK. M, Les homosexuels et le sida : sociologie d’une épidémie, Paris, Métailié, 1988, 212 p.

SAOUT. C, « sida, victimes contre victimes in Le Monde, vendredi 11 mars 2005.

SEMAILLE. C et CALVEZ. M, « Retard aux soins et au dépistage : aspects épidémiologiques et sociologiques », Université Rennes II, Acte de la journée nationale du dépistage, juin 2003.

SONTAG. S, La maladie comme métaphore : le sida et ses métaphores, Paris, Christian Bourgeois Editeur, coll. « Choix essais », 1993, 253 p.

TALOM. J-M, « Cameroun : encore un effort » in Transversal, n° 1, février 2001, pp. 17-19.

THIAUDIERE. C, Sociologie du sida, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2002, 121 p.

Haut de page

Notes

1 La prévalence c’est le nombre de cas d’une maladie dans une population donnée depuis le comptage. Dans l’infection à VIH, c’est le nombre total de personnes contaminées depuis le début de l’épidémie.
2 EDS Cameroun 2004.
3 Global Programme on Aids.
4 Fred Eboko, « Logiques et contradictions internationales dans le champ du sida au Cameroun » in Autre part, Cahiers des sciences humaines, nouvelle série n° 12, 1999, p. 125.
5Données de l’Institut Pasteur, Yaoundé, 1999.
6 G.Pialoux, « les chiffres de la pandémie » in TRANSCRIPTASE n° 104, automne 2002, p. 6.
7 Les indicateurs de la bonne information sont la connaissance des méthodes de prévention et la proportion des individus qui déclarent qu’une personne apparemment en bonne santé peut transmettre le virus du sida et qui rejettent deux méthodes erronées de transmission du VIH. 46,7% de garçons de Douala contre 49,2% de filles avaient une bonne connaissance sur la maladie. Douala se positionne en effet comme la ville où la connaissance du sida est la meilleure au Cameroun. C’est aussi la ville dans laquelle les adolescents citent le plus le condom comme moyen de protection contre le sida. 37,2% de garçons et 48,4% de filles de Douala ont utilisé le préservatif lors de leur première relation sexuelle. Paradoxalement, elle est aussi l’une des villes où la prévalence au VIH est la plus élevée même si ce n’est pas le cas pour la province du Littoral dont elle est le chef-lieu et qui constitue même avec l’Ouest la province où la prévalence est la moins élevée (6%).
8 Information Education Communication
9 Connaissance, attitude, pratique ou connaissance, attitude, comportement, pratique.
10 Myriam de Loenzien, 1995, op. cit. p. 113.
11 Fred Eboko, «L'organisation de la lutte contre le sida au Cameroun : de la verticalité a la dispersion ?», Le bulletin de l'APAD, n° 21, Un système de santé en mutation : le cas du Cameroun , [En ligne], mis en ligne le : 28 février 2006. URL : http://apad.revues.org/document184.html. Consulté le 19 janvier 2007.
12 1000FCFA équivalent à 1,52euros.
13 Antirétroviraux
14 Anonyme a, 2003, op. cit. p. viii.
15 Traitement initial d’un patient jamais traité. Les protocoles de deuxième ligne concernent les patients en cas d’échec de traitement de première ligne ou en cas d’intolérance de celui-ci.
16 Groupe Technique Central/ Comité National de Lutte contre le Sida.
17Anonyme (c)Plan stratégique national de lutte contre le sida au Cameroun 2000-2005.
18 Le dépistage tardif, dossier de synthèse documentaire, septembre 2003
19 C. Semaille et M. Calvez, « Retard aux soins et au dépistage : aspects épidémiologiques et sociologiques », Université Rennes II, Acte de la journée nationale du dépistage, juin 2003.
20 Coulibaly D et al.,.santé : cahiers d'etudes et de recherches francophones, 1998, 8, p. 234-238.
21 Enquête Démographique et de Santé Cameroun 2004, ORC Macro, Calverton, Maryland, p. 272.
22 Jean-Claude Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, Ed 1996, coll. « Sociologie », p. 23.
23 L’une des séances des groupes de discussion filles n’est pas allée jusqu’à son terme à cause de l’intrusion d’une personne mal intentionnée.
24 Pour une version plus détaillée du récit d’enquête, voir mémoire principal.
25 Centre de Prévention et de Dépistage Volontaire
26 Famille élargie dans laquelle l’oncle, la tante, un cousin plus âgé qui héberge est considéré comme le père ou la mère.
27 Jean-Marie Talom, « Cameroun : encore un effort » in Transversal n°1, février-mars 2001, p. 18.
28 Centre de Prévention et de Dépistage Volontaire
29Partenaire occasionnel avec qui l’on a des relations le plus souvent lorsque la copine « titulaire » n’est pas disponible.
30 Cette expression qui malgré les apparences n’a pas grand-chose à voir avec la boxe américaine tire son inspiration de celle-ci. En effet, dans la boxe américaine, le contact est plus direct et les coups avec les pieds sont permis, ce qui n’est pas le cas dans la boxe classique. Le sida a imposé l’obligation de sortir couvert si on ne veut pas prendre des risques. Au Cameroun, le « full contact » a été approprié par les jeunes pour désigner un contact sexuel maximum, sans capote qui viendrait porter un coup au côté naturel et magique de l’acte sexuel. Il se décline aussi en « Direct current », « Biabia to biabia », High pressure
31 Certains jeunes pensent que le fait d’avoir des relations avec une personne autre que la personne à qui on jure amour et fidélité n’est pas une infidélité si elles utilisent le préservatif. Dans cette logique, avoir des rapports protégés n’a pas une réelle signification sexuelle. Avec la copine principale, ils exigeraient le « full-contact » parce qu’ils seraient en train d’avoir une réelle relation sexuelle.
32 L’expression est de Virginie
33 Ces jeunes assimilent le dépistage du sida à une prise de risque au même titre que le risque d’avoir des rapports non protégés. Toutefois, le risque est d’un tout autre ordre ici. Il n’est pas biologique ou médical. Il est psychologique. Le fait de se savoir infecté en l’absence de thérapie dans un contexte ou la stigmatisation est encore vive est une grosse prise de risque psychologique de « mourir avant le temps ».
34 Raymond Boudon, 2003, op. cit. p. 50.
35 Jean-Marie Talom, op. cit. p. 19.
36 Jean-Paul Moatti et al., 1993, op. cit. p. 1519.
37 Haroun Jamous, Sociologie de la décision, Paris, Editions du CNRS, 1969, 257 p.
38 Information, éducation, communication
39 Michael Pollak, Les homosexuels et le sida sociologie d’une épidémie, Paris, métailié, 1988, p. 98.
40 David le Breton, Conduites à risque, Paris, PUF, coll. «Essai », 2002, p. 37.
41 Michel Cartoux, « Conseil pré-test et acceptabilité du dépistage en consultation prénatale » in Le dépistage VIH et le conseil en Afrique au sud du sahara. Aspects médicaux et sociaux, Paris, Karthala, 1997, p. 125.
42 Easterlin, “ An economic framework for fertility analysis” in Studies in Family Planning Vol 6,n°3, pp. 54-63.
43 Erving Goffman, in Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Editions de Minuit, 1975, distingue trois types de stigmates : Les monstruosités du corps, les tares du caractère et les stigmates tribaux
44 Extrait de groupe de discussion n° 6.
45 François Laplantine, Anthropologie de la maladie, Paris, Payot, 1996, p. 363.
46 Susan Sontag, La maladie comme métaphore : le sida et ses métaphores, Paris, Christian Bourgeois Editeur, coll. « Choix essais », 1993, p. 151.
47 François Laplantine, 1996, op. cit. p. 363.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucas Tchetgnia, « Enjeux et logiques sociales à l'oeuvre dans la rationalité des comportements des jeunes face au test volontaire du Sida », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 29 mars 2007, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/191

Haut de page

Auteur

Lucas Tchetgnia

Doctorant en socio-démographie (Popinter Paris 5, Iford Cameroun), lucas.tchetgnia@paris5.sorbonne.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org