Navigation – Plan du site
Articles

La pilule hormonale féminine : De la fécondité « féminine » à la fécondité « conjugale »

Cyril Desjeux

Résumés

Le ministère de la Santé et l’INPES ont lancé en 2008 une campagne pour une contraception diversifiée. Elle rappelle qu’il est parfois difficile de choisir sa contraception. En s’appuyant sur les théories de Norbert Alter, on s’aperçoit que son usage peut être vécu et interprété de la part des femmes comme un choix personnel et autonome, mais qu’il peut également être évalué comme contraignant voire de manière négative. Cette seconde alternative questionnerait la portée innovatrice de la pilule et serait susceptible d’opérer un déplacement d’une maîtrise de la fécondité féminine à une maîtrise de la fécondité conjugale (féminine et masculine). La première partie rappellera en quoi la pilule est bien une innovation. Mais la seconde et la troisième partie montreront que cette innovation peut être considéré par certaines femmes comme contraignante voir être remise en question. Les deux dernières parties décriront alors plus précisément les conséquences que cela peut avoir entre les deux partenaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction :

La pilule contraceptive : entre une interprétation positive, contraignante et négative

1Le ministère de la Santé et l’INPES ont lancé en 2008 une campagne pour une contraception diversifiée. Elle rappelle qu’il est parfois difficile de choisir sa contraception. En s’appuyant sur les théories de Norbert Alter1, on s’aperçoit que son usage peut être vécu et interprété de la part des femmes comme un choix personnel et autonome, mais qu’il peut également être évalué comme contraignant voire de manière négative. Dit autrement, la norme contraceptive incite fortement à l’usage de la pilule, en particulier avant la construction d’une vie de famille : « la démarche contraceptive relève en premier lieu d’une prescription qui obéit d’abord à une logique médicale. Cette dernière privilégiant systématiquement la pilule, et le stérilet pour les femmes ayant constituées leur famille »2. Il y aurait donc un déplacement des rapports de pouvoir du côté médical. Ce déplacement serait évalué différemment par les jeunes femmes qui prennent la pilule. Leurs interprétations poseraient la question de savoir si l’on peut encore parler d’innovation pour la pilule et dans quelle mesure de nouveaux scénarios contraceptifs ne seraient pas en train de se mettre en place. Le problème de fond serait une fécondité d’abord pensée dans un registre féminin et difficilement envisagée comme masculine ou comme masculine et féminine, c'est-à-dire « conjugale ». Alors que le couple était au centre des débats des législateurs3, la pratique contraceptive révèle une difficulté à pouvoir être utilisé dans ce cadre. L’enquête de Nathalie Bajos et Michel Ferrand fait état d’hommes qui refusent de s’y investir ou qui ne se sentent pas concernés malgré les difficultés de leur partenaire4. Une autre difficulté peu apparaître, pour les hommes qui cherchent à partager les responsabilités, le frein pouvant émaner du gynécologue ou de la partenaire qui ne souhaite pas partager cette responsabilité.

2La difficulté est que la contraception hormonale est principalement développée pour les femmes, alors qu’elle reste diffuse voir inexistante pour les hommes5. Dès lors, « Accorder la liberté contraceptive aux femmes n'était (...) qu'une manière de laisser encore à leur seule responsabilité toutes les charges qui relèvent de la fécondité et de la procréation »6. Ainsi en résolvant le problème de permettre aux femmes de maîtriser leur fécondité, on crée un autre problème en rendant la responsabilité contraceptive principalement féminine. L’une des difficultés est donc d’arriver à maintenir ce premier acquis, tout en arrivant à faire en sorte que la responsabilité soit aussi masculine. Ce deuxième point est également problématique car certaines femmes ne souhaitent pas partager la maîtrise de la fécondité avec les hommes, considérant ce partage comme une menace pour leur autonomie7.

3Les entretiens ont permis de faire apparaître une diversité de pratiques et une certaine ambiguïté quant à l’utilisation de la pilule contraceptive : propice à une autonomie féminine, la contraception hormonale déplacerait les rapports de pouvoir du côté des professionnels de la santé. Cette ambigüité ferait apparaître trois modèles interprétatifs que les femmes peuvent mobiliser : la pilule peut être évaluée comme positive, contraignante ou négative. Le premier modèle permettrait que l’on parle encore d’innovation au sens de Norbert Alter, les deux seconds serait plus une remise en question de la pilule comme innovation.

Méthodologie

4Dans le cadre d’une thèse de sociologie sur les comportements, les représentations et les attentes masculines par rapport à la contraception, il a été envisagé d'avoir une approche qualitative qui prenne en compte les contraintes et le sens que les acteurs donnent à leurs actions. Les enquêtés ont été choisis pour arriver à saisir ce qui amène certains hommes à participer à la contraception. Il s’est avéré que leur investissement semblait fortement dépendre du vécu des femmes, et plus particulièrement de leur compagne, situation elle-même dépendante d’un certain contexte médical, du fait de la forte proportion de femmes utilisant une contraception chimique.

5De cette manière, les entretiens ont été menés principalement auprès d’hommes (25), mais aussi de femmes (19) et de professionnels de la santé (2 urologues, 2 andrologues, 3 gynécologues, 1 médecin généraliste, 1 infirmière dans un hôpital, 1 professionnelle du planning familial et 1 pharmacien). La moitié de ces professionnels travaille dans le secteur public et l’autre dans le secteur privé. Au final cinquante cinq entretiens ont été menés. Ils ont duré entre quarante cinq minutes et deux heures, dont trois ont été prolongés dans le temps (sur plusieurs mois) pouvant ainsi atteindre jusqu'à cinq ou six heures d’informations orales.

6Les personnes interrogées ont entre 20 et 40 ans avec une plus forte proportion à avoir entre 20 et 30 ans (16 hommes et 13 femmes). Plus de la moitié des hommes interrogés se déclare en couple (18) et deux d’entre eux ont des enfants en bas âge (moins de cinq ans). Si la population interrogée concerne davantage la nouvelle génération, c’est pour mieux comprendre la manière dont celle-ci interprète la contraception alors qu’elle n’a pas vécu son arrivée.

7Socioculturellement, ces personnes sont une plus forte proportion à être de classe moyenne (hommes : 3 employés de bureau, 13 professions intermédiaires non cadres, 3 étudiants, 1 commerçant ; femmes : 11 professions intermédiaires non cadres, 5 étudiantes) ou de classe moyenne supérieure (Hommes : 2 ingénieurs ; Femmes : 3 cadres). Quatre enquêtés peuvent être associés aux classes populaires (3 ouvriers hommes et 1 employée femme). Concernant l’origine nationale, seul deux Algériens et un Tunisien ont été interrogés.

1. Une interprétation positive : une innovation acceptée

8Au sens de Norbert Alter, pour qu’il y ait innovation, l’objet contraceptif, ou la méthode contraceptive hormonale, introduite en France, doit avoir provoqué de la nouveauté. Ainsi, l’innovation peut amener à analyser un changement qui, si l’on grossit les traits, conduit de l’état A (non maîtrise de la fécondité féminine par les femmes) à l’état B (maîtrise de la fécondité féminine par les femmes). Cependant, si l’on veut rendre compte de la densité et de la continuité de l’innovation, il faut davantage la considérer comme un ensemble de mouvements, une forme de ligne brisée, marquée par une dynamique de va et vient, de retours en arrière et de conflits8.

9Dans ce sens, l’innovation passe par le mouvement, la diffusion et la transformation, voire la transgression, des normes. Pour illustrer cette idée, Norbert Alter fait référence à Howard Becker et aux chanteurs de jazz qui sont à la fois perçus comme déviants et porteurs d’un nouveau modèle, en opposition avec la musique commerciale. Au final, pour qu’une innovation soit réussie, il faut qu’elle accepte des pratiques qui n’étaient pas forcément prévues au départ, qu’elle laisse des marges de manœuvre, que ces règles ne restent pas figées, et surtout qu’il y ait une possibilité de se réapproprier l’invention et de lui donner du sens. Pour une partie des utilisatrices, la pilule s’inscrit bien dans cette mouvance et peut donc être considérée comme une innovation comme nous allons le voir.

10L’arrivée de la contraception hormonale féminine s’inscrit dans le mouvement des femmes, et plus particulièrement du mouvement Français pour le planning familial (MFPF) qui accompagne l’émancipation des femmes. Dans les sociétés occidentales actuelles, la plupart des femmes a recours à des moyens de contraception afin de maîtriser l'engendrement. Ainsi, le « droit à la contraception assorti de techniques efficaces, a fourni aux femmes un instrument majeur de libération »9.

11En ce sens, la contraception participe à créer de la nouveauté dans les comportements et peut être qualifié d’innovation :

« Même si j’en veux plus tard, je ne veux pas d’enfant maintenant, ce n’est pas le moment. Je viens juste de sortir des études et je n’ai pas encore de stabilité professionnelle, donc j’aimerais être mère c’est sûr, mais je suis contente de pouvoir décider quand l’être pour pouvoir me faire une place professionnelle et pouvoir répondre aux besoins économiques de mon enfant. »

 (Femme : 25 ans, en couple depuis 2 ans. Contraception actuelle : pilule féminine)

12Ce discours fait apparaître deux éléments. D’une part, il fait écho à l’argumentation qui aboutit à la loi Newirth. L’objectif était bien de permettre une planification des naissances. D’autre part, en maîtrisant son devenir de mère, cette femme a la possibilité de construire un devenir professionnel. La pilule offre ainsi une autonomie aux femmes dans la gestion de leur corps. Cependant, Francis Sanseigne démontre que « la société d'individus autonomes et libres, telle qu'elle se dégageait des arguments évoqués [par les législateurs], s'entend en réalité d'une société dans laquelle l'individu en question ne semble pas tant être la femme ou l'homme sinon sous l'espèce générique, que la famille conjugale ou le couple »10. Il était moins question de transformer les rapports entre les hommes et les femmes que de favoriser la parenté en la planifiant. Les craintes concernant la perte de pouvoir du mari ou la réticence de la part de certains médecins à prescrire la pilule à des femmes non mariées renvoyait à la peur de modifier un ordre pensé naturel et structuré par le couple (la grossesse n’étant pas une maladie, il y avait difficulté de dissocier la sexualité de la reproduction ou d' accepter une sexualité non conjugale).

13Néanmoins, on voit bien que la contraception, en donnant la possibilité de « planifier » les naissances permet aux femmes d’accéder à un nouveau statut. La pilule apparaît donc bien comme une innovation car il y a une modification du contenu de la décision initiale. C'est-à-dire que la décision initiale émanait des législateurs de la loi contraceptive et concernait davantage le droit des couples : les échanges relatif à la légalisation de la contraception furent « problématisés par la représentation des relations entre l’Etat, les catégories implicites ou explicites de la démographie telles que la natalité ou la famille et le rôle du monde médical. »11. Cependant, les femmes ont pu transformer et réinterpréter son objectif premier, en en faisant un levier d’émancipation : en maîtrisant leur fécondité elles peuvent choisir leur entrée dans la vie de famille. Dit autrement, pour modifier la décision initiale, il faut que celle-ci puisse devenir une décision individuelle qui relève de l’utilisatrice.

14Actuellement 74% des femmes de 15 à 49 ans utilisent un moyen de contraception. Si l’on ne considère que les femmes concernées par un risque de grossesse, plus de la moitié (57%) utilise la pilule, soulignant une large diffusion de ce type de contraception auprès des usagés.

15Cette large diffusion a permis une transformation de la norme permettant de parler de « révolution contraceptive »12. En établissant une séparation entre reproduction et sexualité13 d’une part et enfant désiré et enfant décidé d’autre part14 certains sociologues parlent même de norme « d’infécondabilité »15 qui se résume par le fait de ne pas être exposée au risque d’une grossesse sans l’avoir préalablement décidé16. Dit autrement, la question, aujourd’hui, serait moins de savoir comment on rend un rapport sexuel non fécond que de comprendre pourquoi, à un moment donné, des couples « vont décider de s’affranchir de toute pratique contraceptive afin de rendre leurs étreintes potentiellement fécondes »17. Cela aura permis principalement de favoriser l’entrée des femmes dans le monde du travail18.

16Face à cette transformation, l’Etat n’est pas figé, et il est susceptible de pouvoir modifier et réaménager la loi initiale (Loi Neuwirth) pour l’adapter aux comportements sociaux des usagés : il y a eu la création du Conseil supérieur de l’information sexuelle de la régulation des naissances et de l’éducation familiale (1973), le remboursement des frais relatifs aux pilules et aux stérilets par la sécurité sociale (1974), l’anonymat et la gratuité pour les mineurs dans les Centres de planification (1974), la loi autorisant l’IVG (1975), l’autorisation de la publicité pour les contraceptifs (1990), la gratuité de la contraception d’urgence pour les mineurs et la dispense de l’autorité parentale (2002), etc.

17Enfin, de nouvelles formes de contraception hormonale féminine ont été mises sur le marché, soulignant un investissement en créativité. Parmi ces nouvelles méthodes, on trouve le patch (hebdomadaire) ou l’implant (triannuel) qui enlèvent la contrainte de penser à prendre une pilule tous les jours, ou l’anneau vaginal qui peut apparaître comme un intermédiaire (mensuel). Pour les cas d’urgence (oubli de pilule, préservatif défectueux, rapport sans contraception…), la « pilule du lendemain » a été mise au point.

18La modification de la décision initiale, la diffusion de la méthode, la transformation de la norme, la capacité de l’Etat à modifier et réaménager la loi initiale et l’investissement en créativité sont cinq éléments qui permettent de parler d’innovation pour la pilule au sens de Norbert Alter19.

2. Une interprétation contraignante : une innovation ambigüe

A. La pilule, une contraception qui n’est pas adaptée à toutes les situations

19En parallèle d’une interprétation positive, la pilule peut être envisagée comme contraignante. Ce d’autant plus lorsque la personne n’a pas d’activité sexuelle. Le nombre d’individus n’ayant pas de rapport sexuel a diminué depuis 40 ans : en 1970 les femmes étaient 21,7%, 12,6% en 1992 et sont aujourd’hui seulement 10,8% à ne pas avoir d’activité sexuelle. Pour les hommes ce chiffre est passé de 12% (1970) à 6,6% (2006). Il n’en reste pas moins que tous n’ont pas une activité sexuelle à « plein temps » et qu’il n’est pas exceptionnel de traverser une période d’abstinence dans le courant de sa vie. Cela peut être une période « transitoire » en attendant de trouver un partenaire ou « installée » quand les personnes ne cherchent pas un partenaire sexuel. Ce second cas de figure correspond davantage aux femmes (51,5%) qu’aux hommes (18,3%). Pour les personnes en couple ou déclarant entretenir une relation privilégiée, 1,3% des hommes et 2,5% des femmes disent ne pas avoir de rapport sexuel depuis un an ou plus20.

20Dans ce contexte, prendre la pilule alors que la femme n’a pas ou peu d’activité sexuelle peut apparaître comme une contrainte :

« J'avais arrêté la pilule contraceptive car je n’étais pas en couple et que je trouvais alors que c'était une contrainte vide d'intérêt : […] Je n’avais pas particulièrement de sexualité, donc je n’avais pas de raison de prendre la pilule, et si j’avais dû avoir un rapport sexuel, j’aurais utilisé le préservatif. Il n'y a que le fait d'y penser tous les jours qui me saoûle, mais c’est vraiment quelque chose de contraignant car je l’oublie tout le temps. »

 (Femme : 24 ans, en couple de depuis 2 ans. Contraception actuelle : pilule féminine)

21Ce discours laisse apparaître certaines limites contraceptives, la pilule féminine pouvant être interprétée comme une contrainte.

22Dans ce sens, on peut noter que la pilule revêt certaines ambivalences. Alors que la pilule de troisième génération est réputée limiter les effets secondaires, on peut également noter que la pilule de troisième génération a augmenté les contraintes d’utilisation : elle doit être prise impérativement à heure fixe, tandis que celles des deux premières générations autorisent un délai de 12h. Si la contraception a donné aux femmes les moyens de disposer individuellement de leur corps, cette maîtrise corporelle ne se fait pas sans contraintes et demande un contrôle de soi, en particulier au niveau de la prise quotidienne de contraception et du suivi médical21.

23Ainsi, la contraception permet bien de remettre en question, en partie, l’ordre social, mais reste également dépendante du contexte socio-juridique (pouvoir disposer de leur corps n’a été possible qu’avec le droit à l’avortement) et d’utilisation (prise quotidienne de contraception, suivi gynécologique).

B. Le cas de la consultation gynécologique

24Par ailleurs, Nathalie Bajos et Michèle Ferrand démontrent que la contraception n’a pas remis en question le lien entre féminité et maternité : « Tout se passe comme si la contraception, en permettant de n’envisager une maternité que si la grossesse est souhaitée, avait consacré l’idéologie de la responsabilité d’abord maternelle [face à la parentalité]»22. Dans ce contexte, l’une des autres contraintes est la difficulté de penser une fécondité qui ne soit pas uniquement féminine. Cette représentation a des conséquences sur la question de la légitimé des acteurs au moment de la prescription de la pilule.

25La place des hommes dans la consultation gynécologique est révélatrice de cette ambiguïté et de la difficulté de penser la fécondité en dehors d’un registre féminin.

 « J'ai rarement été chez la gynéco car les femmes aiment rarement emmener leur mec. C'est arrivé que ma copine me dise qu'elle avait pris rendez-vous chez le gynéco dans un mois, je lui demandais si je pouvais venir et elle me répondait non. Elle ne voulait pas, alors tu n'insistes pas. Moi je voulais juste venir car c'est un examen chez le médecin, et même si c'est un examen de routine, un peu de soutien ça peut être agréable, au moins tu montres que t’es impliqué. […] il y a une copine qui a accepté que je l'accompagne. Mais après, elle m’a dit que maintenant que j'avais vu, ce n’était pas la peine que je revienne. Les nanas elles n’aiment pas trop nous y emmener. Je suppose que c'est parce qu'il y a quelque chose de très intime. »

(Homme : 35 ans, célibataire, participe à la contraception.  Contraception actuelle : dépend de la partenaire)

26Bien que l’on puisse penser qu’un homme ne demande pas souvent de pouvoir accompagner sa compagne chez le gynécologue, lorsque cela arrive, il n’est pas évident que sa demande soit acceptée. L’argument premier est lié à l’intimité et à l’autonomie de la femme.

« C'est rare quand il y a des hommes qui viennent accompagner leur femme, cependant c'est vrai que quand ils viennent je leur demande d'attendre dehors dans la salle d'attente car je trouve ça important de préserver l'intimité de ma patiente. Et puis je ne voudrais pas non plus qu'il se mette à fliquer ce que fait leur femme. Les femmes se sont battues pour pouvoir gagner la liberté de leurs corps ce n'est pas pour reperdre ce droit. Si je laissais les hommes participer à la consultation, je ne pourrais pas savoir si c'est par soutien ou par volonté de contrôle. »

27 (Médecin généraliste, femme, professionnelle du privé)

28Certaines femmes et certains gynécologues ne souhaitent pas que l’homme participe aux consultations gynécologiques.

29D’une part cette mise à distance peut être une demande paradoxale. Cette médecin généraliste qui laisse les hommes dans la salle d’attente mais n’accepte pas qu’ils assistent à l’examen gynécologique avait dit qu’elle souhaitait un investissement plus fort de ces derniers quelques minutes plus tôt.

« Je voudrais que les hommes s'investissent plus et se sentent plus concernés par la contraception de leur femme et les accompagnent quand les femmes ont une consultation gynécologique. »

(Médecin généraliste, femme, professionnelle du privé)

30A travers ces deux discours un paradoxe apparaît. En effet, considérer la contraception comme une responsabilité partagée par l’homme et la femme est perçu de manière positive. Cependant, il n’est pas toujours possible de mettre en place une responsabilité masculine plus importante. En d’autres termes, les hommes ne doivent pas être présents pendant l’examen gynécologique, mais accompagner leur partenaire chez le gynécologue, c'est-à-dire qu’ils doivent ni trop, ni pas assez s’investir dans la contraception : ne pas être dans une logique de contrôle ; participer tout en préservant l’intimité.

31D’autre part, cette mise à distance des hommes peut être due aux logiques de certains d’entre eux qui ne cherchent pas à mettre en place une maîtrise de la fécondité conjugale, mais seulement une maîtrise de la fécondité féminine qui passerait par eux.

 « C’est rare, mais j’ai des hommes qui peuvent venir accompagner leur femme. J’ai repéré deux profils. Les premiers sont vraiment là à la demande de leur femme : ils ne font vraiment qu’accompagner ou ils essaient de mettre en place une gestion contraceptive plus égalitaire. Les autres sont plus problématiques. Je les laisse dans la salle d’attente, mais en discutant avec leur femme, je vois bien qu’ils ne sont pas venus à sa demande, mais pour vérifier et contrôler qu’elle prenait bien une contraception […]. La phrase type c’est « mon mari voudrait que je prenne une contraception » ou « il ne veut plus d’enfant alors il m’a demandé de venir ». C’est compliqué à gérer car se sont souvent des femmes étrangères et musulmanes qui vivent vraiment dans une culture patriarcale ».

(Gynécologue, femme, professionnelle du privé)

32Selon cette gynécologue, l’implication des hommes dans la consultation gynécologique est teintée d’ambiguïté. Elle cristallise deux logiques radicalement opposées : l’une introduit des valeurs égalitaires entre les deux partenaires, l’autre est révélatrice d’un modèle profondément sexiste.

33Cependant pour certaines femmes ou certains professionnels de la santé, cette présence masculine dans l’intimité féminine est envisageable. Ainsi, cela permet une opinion positive quant à un investissement masculin.

 « Les deux fois où elle a été chez le gynécologue je l’ai accompagnée. Je trouve cela normal, c’est une affaire de couple la contraception, donc j’ai voulu être la aussi car c’était pour trouver une solution au fait qu’elle supporte mal la pilule. On est arrivé, il nous a fait rentrer tous les deux dans son cabinet. Il a posé quelques questions, puis elle s’est fait ausculter. Le gynéco m’a proposé de venir et je suis venu. Il l’a mis sur l’étrier et a examiné son vagin. Après on a demandé si il existait une contraception masculine, mais il nous a dit que c’était qu’encore à l’état d’expérience. »

(Homme, 27 ans, en couple depuis un an, participe à la contraception. Contraception actuelle : pilule féminine)

34« Les hommes tentent de se repositionner dans l’espace social en empruntant de nouveaux chemins identitaires valorisant notamment le privé et l’intime »23. Ainsi, on voit qu’une méthode de contraception féminine peut impliquer un investissement masculin contribuant à une maîtrise de la fécondité conjugale. Le fait que les hommes participent ainsi, peut être perçu positivement comme l’explique la partenaire de cet homme de 27 ans.

« Moi j’étais contente qu’il soit là à toutes les étapes, je préfère ma faire examiner alors que mon copain est là, c’est plus rassurant, il connaît mon corps. ça m’a aidé à me détendre. »

(Femme : 24 ans, en couple depuis un an. Contraception actuelle : pilule féminine)

35La présence de l’homme permet ici, de réduire « la gêne et neutraliser l’intime dont l’intensité augmente pendant les phases du déshabillage et de l’examen technique »24.

36En définitive, l’homme peut ne pas du tout aller chez la gynécologue, peut y aller, mais se limiter à la salle d’attente, peut accompagner sa partenaire jusque dans le bureau du gynécologue et, enfin, peut aussi être présent dans la salle lors de l’examen gynécologique. Il est possible que les limites viennent de l’homme, mais elles peuvent aussi émaner de la femme ou de la gynécologue, les trois acteurs pouvant interagir les uns avec les autres.

3. Une interprétation négative : une innovation remise en question

A. Une contraception qui n’est pas vécue comme un choix

37Bien plus qu’une contrainte, la pilule féminine peut être évaluée négativement par certaines personnes. La manière dont ces femmes expriment leur désaccord avec l’utilisation de cette contraception s’apparente à ce que Norbert Alter appel un « processus dogmatique », c'est-à-dire un processus qui à la forme d’une innovation car elle se diffuse, mais qui n’en est pas une car elle est vécue comme imposée. Pour illustrer cette idée, il puise dans les exemples de l’administration ou des entreprises publiques. Il fait référence à une politique de gestion des ressources humaines mise en place des les années 90 dans le service public. L’objectif était de rendre plus souple et plus transparent la gestion des ressources humaines. Cependant, loin de pouvoir être considérée comme une innovation, cette initiative apparaît davantage comme une mesure imposée et peu productrice de sens. Au final, « les jeunes récemment recrutés n’ont pas de bonnes raisons de s’opposer au dispositif mis en œuvre, puisque ce dispositif les favorise (ils bénéficient d’une dynamique de carrière plus avantageuse que celle des anciens), et surtout, parce qu’ils ne disposent d’aucune référence culturelle concernant l’état des relations sociales antérieures à leur entrée dans l’entreprise. Ils se conforment à la loi dictée par les directions parce qu’ils n’en connaissent pas d’autre »25.

38C’est le même type de mécanisme que l’on retrouve chez une partie des anciennes utilisatrices de la pilule : elles y trouvaient l’avantage d’éviter une grossesse non désirée, mais disaient également la prendre par conformisme, pour faire comme tout le monde, sans forcément savoir ce qui existe comme contraception ou les effets que cela peut avoir sur le corps.

39Dans ce sens, les trois extraits d’entretien qui vont suivre sont issus d’une femme de 23 ans. A travers son parcours et la recherche d’une contraception qui lui convient, on voit que la pilule est moins vécue comme positive et participant à créer de nouveaux comportements qu’évaluée comme une réalité imposée.

« Ce qui est chiant, c'est que quand tu vas voir une gynéco pour avoir une contraception, elle te propose direct la pilule, elle ne propose pas rien d'autre. C'est seulement si tu réagis mal à la pilule que là, elle va essayer de proposer d'autres choses. Donc en clair, quand tu arrives et que tu ne connais rien à la contraception, parce que ce n'est pas parce qu’on est une femme que de manière innée, on sait tout là-dessus, t'a pas le choix, c'est la pilule. »

 (Femme : 23 ans, en couple depuis six ans. Contraception actuelle : préservatif masculin)

40Ce discours ne remet pas en question l’éventuelle portée innovatrice de la contraception, cependant, ce n’est pas vécu comme tel. En effet, la pilule n’est pas perçue ici comme quelque chose de possible, de permis, mais comme quelque chose d’obligatoire, de prescrit ne laissant pas le choix de la contraception. Ne pas rentrer dans un certain moule normatif peu rendre la contraception difficile à vivre, bien que la motivation d’éviter une grossesse persiste.

41Cela peut être dû à un apprentissage, à l’expérience que l’on fait de la contraception et à la distance que l’acteur prend par rapport à sa propre action.

« J’ai arrêté la pilule parce que j'en avais marre, ça me faisait suer. Je l’oubliais tout le temps. En plus, avec j'ai pris du poids, 4kg en un mois quand je l'ai prise pour la première fois. Je me suis retrouvée avec plein de boutons et je pleurais tout le temps. J'ai senti la différence alors j'en ai changée très rapidement. Donc je suis allée voir le médecin pour en changer. Le médecin m'a alors donné une mini-pilule, c'est à dire qu'elle était mini-dosée. Ca s'appelait Triella. Je l'ai prise pendant 5 ans. Alors là, je n'ai pas perdu de poids, mais j'ai arrêté de pleurer. Mais je trouve qu'elle jouait toujours sur mon humeur. Alors là, depuis 6 mois j'ai arrêté. L'effet s'est vu direct, je suis moins nerveuse et j'ai perdu du poids. Et j'ai perdu ou j'en ai pris du poids sans changer mon régime alimentaire. Donc, dans les deux cas, je crois vraiment que c'était la pilule qui jouait sur mon corps et mon psychique. »

 (Femme : 23 ans, en couple depuis 6 ans. Contraception actuelle : préservatif masculin)

42Après avoir essayé deux types de pilules différentes, cette femme décide d’arrêter la contraception hormonale et d’utiliser le préservatif masculin. Cependant, six mois plus tard, voulant trouver une contraception jugée fiable et moins chimique que la pilule, elle retourne voir le médecin pour lui demander de lui mettre un stérilet.

« Je suis allée hier pour lui dire que je voulais mettre un stérilet et elle a dit non, elle a essayé de m’en dissuader en me disant que le plus pratique c’était la pilule, que je n’avais pas encore eu d’enfant et qu’avec le stérilet j’avais des risques de stérilité. Pour ça elle m’explique qu’avec le stérilet il y a un petit fil qui pend, mais qu’on ne voit pas, et que si j’ai une MST, ça peut passer par le fil et provoquer une stérilité. J’ai trouvé ça bizarre, mais elle m’a dit qu’on ne mettait pas de stérilet aux femmes qui n’avaient pas eu d’enfant. »

(Femme : 23 ans, en couple depuis 6 ans. Contraception actuelle : préservatif masculin)

43Le médecin refuse de mettre un stérilet malgré la demande de sa patiente qui s’était renseignée au préalable, sur Internet, sur les différents modes de contraception existants.

44Si la contraception n’est pas vécue comme une innovation c’est parce que certaines femmes ne se représentent pas la contraception comme une décision de leur part, mais comme une décision du médecin. Ne pas savoir mettre de stérilet ou les peurs associées à ses effets secondaires rend cette contraception difficilement proposable par les gynécologues, en particulier lorsqu’il s’agit d’un médecin généraliste (qui ne sait pas toujours poser un stérilet)26. La décision n’est alors plus réellement prise par son utilisatrice, mais par le médecin qui prend une place de « dirigeant » dans les représentations de la potentielle utilisatrice.

45Dans ce sens, la pilule apparaît comme une forme de décret, imposé à l’ensemble des patientes qui demandent une contraception. Leur « idée n'est donc ni transformée par les pratiques des utilisateurs, ni amendée par eux-mêmes, après analyse de ses expériences »27 Dans ce contexte, la pilule apparaît difficilement comme une innovation.

C. La mise en place de comportements conformistes

46En outre, imposer des usages produit des comportements conformistes. Les trois extraits d’entretiens qui vont suivre sont issus d’une femme de 25 ans qui exprime clairement cette idée et la prise de distance qu’elle va progressivement prendre avec l’usage de la pilule.

« C’est vrai en fait, tu prends la pilule quand t’es ado parce qu'on te dit qu’il faut la prendre, parce que tes copines la prennent, parce que c’est entré dans les mœurs, mais personne t’explique vraiment comment ça marche. Mais en allant sur internet et en parlant avec mon frère qui fait des études de Bio j’ai compris, et je trouve qu’on n’insiste pas assez sur le fait que c’est chimique, que ce n’est pas bon pour le corps et que ce n’est pas naturel. On prend ça comme on mangerait un bonbon au chocolat, mais c’est quand même beaucoup plus toxique ».

(Femme : 25 ans, en couple depuis 6 ans. Contraception actuelle : méthode du retrait)

47Avec du recul, cette femme considère avoir fait comme tout le monde en prenant la pilule, mais avoir eu le sentiment de ne pas avoir le choix de sa contraception. Par la suite, elle considère que la pilule n’est pas bonne pour le corps et décide de pratiquer la méthode du retrait. La conformité cantonne la femme dans une forme de « rôle » qui consiste à endosser la charge contraceptive en prenant la pilule. Cependant, ces comportements conformistes « ne donnent pas pour autant une signification bien claire de l'utilité des nouvelles procédures ; au contraire, ils amènent les acteurs à s'y investir un peu comme dans une comédie dans laquelle ils se sentent, en tant que personnes, parfaitement étrangers »28. La pilule, est chimique et peut apparaître comme dangereuse pour la santé. Dans ce cas, prendre en charge la contraception peut être un « rôle » que les femmes rejettent et elles peuvent finir par ne pas l’investir activement.

« Là actuellement je ne prends pas la pilule car j’ai fait des analyses sanguines qui ont révélé que j’avais un fort taux de cholestérol. Au début on ne savait pas trop pourquoi et j’ai fini par lire sur ma plaquette que ça pouvait faire partie des effets secondaires. Alors je suis allée voir mon médecin pour en parler avec lui, on a fait des tests qui ont révélé que le problème venait bien de là, donc on en a changé. Là le cholestérol a baissé tout de suite, mais deux mois après il est revenu comme avant. Alors là j’ai fini par décider d’arrêter de prendre la pilule. »

(Femme : 25 ans, en couple depuis 6 ans. Contraception actuelle : méthode du retrait)

48De nouveau, l’expérience que cette femme de 25 ans fait de la contraception et la distance que l’acteur prend par rapport à sa propre action conduisent à un arrêt de la pilule.

49Son arrêt implique d’autres méthodes de contraception qui ne sont pas toujours facilement avouables.

« Je sais que les gens ne pensent pas trop à la méthode du retrait, et c’est d’ailleurs pour ça qu’on en parle pas. Moi je l’ai dit qu’à une copine, sinon personne ne le sait. Si je ne dis pas autour de moi que j’utilise une méthode naturelle c’est parce que j’ai peur que les gens ne comprennent pas alors qu’aujourd’hui la plupart des femmes utilisent la pilule».

 (Femme : 25 ans, en couple depuis 6 ans. Contraception actuelle : méthode du retrait)

50Malgré deux questions concernant la contraception actuelle de sa compagne et trois relances concernant les stratégies contraceptives, son compagnon n’a d’ailleurs pas osé dire pendant l’entretien qu’il pratiquait la méthode du retrait. « Les pratiques locales, clandestines, sont considérées comme des formes de résistance ou d'incompréhension à l'égard du projet »29. La méthode du retrait apparaît comme une pratique stigmatisante en rupture avec la manière dont l’entourage peut se représenter une contraception efficace. Alors que l’arrivée de la pilule en France apparaît comme l’un des meilleurs moyens pour maîtriser la fécondité, la méthode du retrait vient troubler le déroulement d'un changement perçu comme parfait par d’autres utilisatrices ou certains prescripteurs. « Des études montrent pourtant que l’efficacité pratique d’une méthode contraceptive dépend avant tout des motivations des couples à ne pas avoir de grossesse et que des couples utilisant des méthodes dites traditionnelles et peu efficace (dates, températures voire le retrait) ne connaissent pas d’échec »30.

D. Une contraception imposée par certains professionnels de la santé

51Bien qu’une partie du corps médical propose les différentes méthodes contraceptives mises sur le marché dans ce but, tous n’ont pas cette démarche et ne participent pas à un processus créateur.

« Quand une patiente vient me voir pour la première fois et me demande une contraception, c’est la pilule que je prescris d’abord. Après s’il y a un problème on va essayer d’en donner une différente, il y a beaucoup de choix. Mais la pilule est quand même ce qu’il y a de plus fiable et de moins dangereux pour la santé. »

(Gynécologue, femme, professionnelle du privé)

52Une autre gynécologue insiste également sur l’importance de la pilule.

« Ca m’arrive que des patientes me demandent une autre contraception que la pilule, mais j’essaye toujours de leur expliquer que c’est quand même le moyen de contraception le plus utilisé. Je leur dis on voit d’abord avec la pilule, et si ce n’est pas bien on essayera autre chose »

(Gynécologue, femme, professionnelle du privé)

53De même, un urologue explique qu’il préfère que sa femme prenne la pilule plutôt que le stérilet.

« Pour la pilule c'est vrai qu'on peut l'oublier, mais là, on s'en rend compte et on s'adapte. Maintenant ma femme s'est mise à la pilule depuis qu'elle est en France, je lui ai demandé d'arrêter le stérilet car je trouve que la pilule c’est ce qu’il y a de mieux comme contraception »

 (Urologue, homme, professionnel du public)

54 Malgré une diffusion apparente de la pilule, l’apprentissage concernant la contraception peut empêcher de voir la position d'extériorité des acteurs par rapport à certaines nouveautés. On voit à travers ces trois discours, que la pratique médicale ne laisse pas toujours le choix de la contraception à la future utilisatrice, ou une possibilité de choix rétréci.

55Dans ce cas, une nouveauté peut se diffuser dans le sens où elle a été institutionnellement acceptée, cependant cela ne veut pas dire que cette nouveauté est productrice de sens et donc d'utilité pour celle qui va utiliser la contraception. « Les acteurs ont en effet aussi appris à tenir leur rôle de manière conformiste : ils appliquent à la lettre les procédures prévues par une invention, mais ils ne croient pas pour autant en son utilité, et ils ne l'investissent aucunement de sens que permet l'action d'appropriation »31. Ainsi, si l'implication de l'acteur n'est que formelle la pilule peut être dépourvue de sens ou avoir un sens limité32. Cela transparaît à travers cette femme de 25 ans qui dit avoir pris la pilule « parce que ses copines la prennent » ou celle de 23 ans qui dit « ne pas avoir eu le choix ». Pourtant, avant d’arrêter la pilule, ces femmes ne remettaient pas forcément en question l’usage de cette contraception et ne se déclaraient pas forcément tout de suite insatisfaites.

56Pour ces femmes qui ne vivent pas, ou qui ne vivent qu’en partie, la contraception hormonale comme une innovation, les croyances formulées apparaissent comme des doctrines, faute de pouvoir être critiquées ou rapprochées du réel. La difficulté, dans certaines situations, d’utiliser autre chose que la pilule ou une contraception hormonale, fait apparaître une interprétation négative qui, dans ces contextes ne permettent pas de parler d’innovation.

4. D’une maîtrise de la fécondité féminine à une maîtrise de la fécondité « conjugale »

57En définitive, les femmes qui interprètent positivement la pilule ne sollicitent pas ou peu les hommes. Elles se disent satisfaites de leur contraception : « prendre la pilule ne m’a jamais posé de problème » ; « je suis contente d’avoir une contraception, et je ne voudrais pas que ça soit mon homme qui s’en occupe » ; « c’est important que ça soit moi qui prenne la pilule et pas le partenaire, et je ne trouve pas que ça soit si galère que ça de la prendre tous les jours », etc. Quand on leur demande si elles voudraient qu’il existe une contraception masculine ou si elles voudraient que les hommes participent davantage à la contraception, elles répondent qu’elles n’y avaient pas pensé ou qu’elles ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre quotidiennement une pilule.

58A l’inverse, la pilule est jugée, par certaines femmes, comme trop contraignante ou négative, car trop inadaptée à leurs pratiques, ce qui les pousse à trouver d’autres méthodes de contraception. Ces autres méthodes sont susceptibles d’opérer un déplacement d’une maîtrise de la fécondité féminine à une maîtrise de la fécondité du couple (féminine et masculine)

« C’est moi qui ai décidé toute seule d’arrêter la pilule. Il fallait bien qu’on ait une contraception, alors j’ai préféré faire la méthode du retrait, quelque part la méthode du retrait fait qu’on est un peu deux à s’investir dans la contraception »

(Femme : 25 ans, en couple depuis 6 ans. Contraception actuelle : méthode du retrait)

« Changer de contraception a changé notre vie sexuelle car on se pose beaucoup plus de questions qu’avant. Cela a changé un peu notre manière de nous positionner dans le couple vis-à-vis de la contraception. Maintenant qu’on n’utilise plus la pilule, lui aussi maintenant participe à l’organisation de la contraception comme acheter les préservatifs ou les mettre. Avant je trouvais ça un peu lourd de faire les examens, les frottis, etc… et un peu humiliant parce que j’étais seule à faire toutes ces démarches. »

 (Femme : 23 ans, en couple depuis 6 ans. Contraception actuelle : préservatif masculin)

« Quand j'oublie la pilule il prend quand même en charge la contraception et il en a pas rien à foutre. Il utilise le préservatif sans problème il n’est pas frileux par rapport a ça ».

 (Femme : 25 ans, en couple depuis 2 ans. Contraception actuelle : pilule)

59Que cela soit pour un arrêt ou un oubli de pilule, les méthodes de contraception remplaçant la précédente peuvent impliquer un plus grand investissement de l’homme si celles-ci mettent en scène son corps comme le préservatif ou le retrait.

60De même si la contraception apparaît comme contraignante et que la femme voit la pilule comme une innovation partielle et inachevée qui demanderait encore de pouvoir intégrer l’homme, cela laisse une certaine place à ce dernier :

« J’ai une copine qui a décidé avec son copain qu’au moment où elle prend la pilule, son copain prend un tic-tac comme ça, c’est comme s‘il participait aussi à la contraception. Et ils font cela tous les soirs. »

 (Homme : 27ans, en couple depuis 1 an. Contraception actuelle : pilule)

« Je surveille tous les deux jours à peu près qu’elles ont bien pris la pilule. […] Je vérifie leur plaquette et je leur dis si elles ont oublié. Elles ne me l’ont jamais demandé, mais elles sont plutôt contentes que tu t'investisses un peu et que tu sois responsable par rapport ça. Alors des fois elles se marrent quand je leur rappelle et des fois c'est juste un "ah oui c'est vrai". Jamais j'en ai vu une se braquer ou le prendre mal. Si je vérifie, ce n’est pas pour les pister, c’est juste que je sais que ce n’est pas toujours évident et agréable de devoir y penser tous les jours ».

 (Homme : 35 ans, célibataire. Contraception actuelle : dépend de la partenaire)

« Quand j’étais avec mon ancien copain je lui demandais de participer à la moitié du prix de la plaquette. C’est aussi son affaire que j’ai une contraception, donc je ne trouve pas cela normal que je sois la seule »

 (Femme : 33 ans, célibataire. Contraception actuelle : aucune)

61Si la pilule est vécue comme contraignante ou négative, elle peut laisser une place symbolique ou matérielle à l’homme impliquant une certaine responsabilité masculine.

62D’une part, les femmes qui ont arrêté de prendre la pilule la trouvant trop contraignante, dangereuse pour le corps ou la santé ou altérant leurs émotions, ont tenté de trouver d’autres solutions. Dans ce cas une méthode non hormonale a pu apparaître comme une bonne alternative. Par exemple une femme a voulu remplacer la pilule par un stérilet, mais son médecin n’a pas voulu. Elle a alors utilisé le préservatif masculin. De même, une autre, ne voulant aucun produit chimique, opte pour la méthode du retrait.

63D’autre part, les femmes qui continuent à utiliser la pilule mais qui trouvent son usage contraignant, essayent d’y sensibiliser leur compagnon. Par exemple l’une d’entre elles veut que son compagnon lui rappelle de prendre la pilule ou une autre propose qu’il prenne un tic-tac chaque jour (comme quand elle prend la pilule).

64Au final, les femmes qui vivent la contraception comme contraignante ou comme négative solliciteront plus facilement (mais pas automatiquement) leur partenaire que dans le cas où elle l’interprète de manière positive. Dans cette situation, il s’agit moins d’une maîtrise de la fécondité féminine qu’une maîtrise de la fécondité du couple.

5. Entre interaction conflictuelle, consensuelle et sensibilisatrice

65En définitive, on comprend que « la norme contraceptive, pensée dans un registre féminin, n’interdit pas l’existence de pratique masculine. Cette ouverture, autorise des arrangements interprétatifs rappelant la dimension construite de cette norme et la possibilité d’en modifier les caractéristiques »33. Cet aménagement se matérialise dans un jeu d’interaction qui n’est pas sans conséquence sur le couple. Trois types d’interaction contraceptive ont pu être identifiés : conflictuelle, consensuelle et sensibilisatrice.

66La première interaction qui a pu être identifiée apparaît comme conflictuelle. Elle marque une recherche d’autonomie de la part des deux partenaires.

« On a parlé avec Hugues de contraception ce week-end , ça a été un peu houleux…Il aimerait bien que je reprenne la pilule quand même. Il comprend que je ne veuille pas la reprendre, mais il trouve que ça serait plus simple. Et je lui ai dit que de toute façon il ne s’intéressait pas à la contraception. C’est vrai qu’il ne veut pas être père, mais ce n’est pas lui qui risque d’être enceinte, c’est dans mon corps que ça se passe pas dans le sien. C’est pour ça aussi que je ne tiens pas non plus à ce qu’il prenne une pilule pour homme car je ne suis vraiment pas sûr qu’il y penserait. Et s’il y a un souci et que je tombe enceinte, c’est dans mon corps que ça se passe, pas dans le sien. »

 (Femme : 23 ans, en couple depuis six ans. Contraception actuelle : préservatif masculin)

67Ce discours exprime une tension entre l’homme et la femme. Elle se situe entre une négociation de l’émancipation féminine (la femme veut pouvoir choisir sa contraception) et une réaffirmation de l’indépendance masculine (l’homme veut ne plus être contraint d’utiliser un préservatif et veut retrouver son autonomie à ce niveau). D’une part, cette tension fait apparaître des rôles sexués cloisonnés : la responsabilité contraceptive revenant plus à la femme qu’à l’homme. D’autre part, on note que l’homme cherche davantage à se défaire des contraintes liées à la contraception. En même temps, la femme cherche également à minimiser les contraintes.

68La seconde interaction qui a pu être observée, est celle du consensus. Cette dernière apparaît comme un choix, mais sous contrainte.

« Avec mon ex, on avait essayé de remettre un préservatif, mais comme elle n’aimait pas et moi non plus, on avait préféré, d’un commun accord, faire la méthode du retrait. Ça nous était venu à l’esprit en même temps. Moi ça me paraissait logique si on n’utilisait pas de préservatif car sinon c’était vraiment comme jouer à la roulette russe, il valait mieux le retrait que rien du tout, c’est complètement inconscient. »

(Homme : 25ans, en couple depuis un an. Contraception actuelle : pilule)

69L’objectif de ce couple était d’éviter un risque de grossesse tout en maintenant la fonction érotique de la sexualité. Cependant, sa partenaire ne prenait pas la pilule et ils n’ont pas considéré que le préservatif puisse répondre à leurs exigences, en particulier concernant le plaisir sexuel. Ils ont alors opté pour la méthode du retrait.

70La troisième interaction remarquée est lorsque la femme joue le rôle de « sensibilisatrice » : elle tente d’attirer l’attention des hommes sur les enjeux de la contraception. On peut ainsi noter que les pratiques masculines de contraception semblent se construire plus facilement en interaction avec une figure féminine. Cette figure peut aussi bien être maternelle, sentimentale qu’amicale.

« Si je suis pour une pilule pour homme et une meilleurs égalité homme/femme, c’est parce que j’ai toujours baigné dans un univers de femme. Mes amies autours de moi ne sont quasiment que des femmes qui m’ont très vite sensibilisé à leurs problèmes intimes, genre les mycoses, les problèmes de règles…Mes copines, elles m’ont appris à prendre conscience des contraintes de la pilule et de la contraception en général. Certaines me demandent de leur y faire penser d’ailleurs. […] Ma mère, elle m’a expliqué dès onze ou douze ans comment on faisait réellement les bébés avec le sperme, le vagin, le rapport sexuel… »

 (Homme : 35 ans, célibataire. Contraception actuelle : dépend de la partenaire)

71On voit bien que ces femmes jouent un rôle de relais entre l’homme et la contraception en tant qu’initiatrices (ses amies), éducatrices (sa mère) et prescriptrices (ses conjointes). Pouvant être perçu, par l’homme, comme « spécialistes » de la contraception, ce « statut d’expert » leur permet d’être des accompagnatrices légitimes entre l’homme et les pratiques de contraception.

72Ces différentes interactions contraceptives montrent que les hommes sont « soumis au dilemme de l’aspiration aux changements et à l’inertie du confort de la situation de dominant »34. Dans ce contexte, changer pour une contraception qui implique davantage les hommes est étroitement dépendant des relations de pouvoir qui structurent le couple.

Conclusion

73Les femmes interrogées appartiennent à la jeune génération et elles n’ont pas vécu l’arrivée de la contraception, mais elles sont arrivées après. Ainsi, ces évolutions contraceptives peuvent apparaître comme acquises, à préserver, à renforcer ou à transformer, mais pas à construire ou à créer. Dans ce contexte particulier les femmes semblent pouvoir mobiliser au moins trois grands modèles interprétatifs.

74En abordant la contraception féminine sous l’angle de l’innovation, on comprend que celle-ci peut être vécue comme positive. Mais la contraception peut aussi être vécue de manière plus ou moins déplaisante. Elle peut impliquer certaines difficultés d’utilisation et de prise en charge médicale (contrainte), voir comme n’ayant pas été choisie (négatif). Cette dichotomie rappelle l’incontestable amélioration qu’a pu apporter la pilule, mais relève également ses limites : le contexte de prescription médicale ne permet pas toujours « aux femmes (et aux hommes) de s’approprier leurs choix contraceptifs pour qu’ils soient véritablement adaptés à leur contexte de vie »35.

75Cette réflexion peut nous amener à comprendre l’innovation à travers des croyances : ce qui est vécu comme une innovation pour certaines personnes, ne l’est pas forcément pour d’autres. Dans le premier cas, ces croyances peuvent être positives (je crois, sans pouvoir le prouver, que la pilule est bénéfique) ou normative (je prends la pilule parce que d'autres le font) ; dans le second cas, ces croyances peuvent être négatives (je crois, sans pouvoir le prouver, que la pilule est négative, c'est-à-dire dangereuse) ou déviantes (j’utilise une contraception que les autres ne prennent pas).

76Dès lors « si ces croyances initiales permettent l’émergence d’un usage collectivement défini, il s’agit d’un processus [qui permet l’innovation] »36.Dans ce cas la pilule apparaît bien comme une innovation et comme un choix personnel. Si au contraire, les croyances, appuyées sur le pouvoir hiérarchique, imposent des usages, il ne s’agit plus d’une innovation37.

77En analysant la dimension médicale de la contraception hormonale, et plus particulièrement de la pilule, on voit que sa portée innovatrice peut être réinterprétée de différentes manières et éventuellement remise en question. Cela demande un consentement de la part des utilisatrices et une croyance quant à son utilité. Dans le cas contraire, la prise de distance avec les croyances initiales associées à l’objet contraceptif rendrait plus difficile l’utilisation de la pilule contraceptive. La contraception n’apparaîtrait pas comme un simple objet technique limité par sa nature (la pilule féminine est uniquement adaptée au fonctionnement biologique de la femme), mais elle pourrait aussi revêtir un caractère moral38. C'est-à-dire qu’indépendamment de leur efficacité, certaines contraceptions seraient perçues comme mauvaises car considérées comme trop chimiques, nuisant au plaisir sexuel, influant sur les émotions, etc. ou bonnes car s’identifiant à un mode de régulation de la fécondité moderne (en comparaison avec la méthode du retrait), sans danger, facile d’utilisation, etc.

78Au final, la prise de conscience d’une contraception inadaptée à leur cas et interprétée comme contraignante ou comme négative, conduirait certaines femmes à choisir une alternative contraceptive. Celle-ci peut être une autre contraception hormonale que la pilule (stérilet, anneau vaginal, implant, etc.) ou une contraception locale (spermicide ou diaphragme). Cependant, le manque de connaissances (le fonctionnement du diaphragme et des spermicides, ou l’objet lui-même, n’est pas toujours connu) et la difficulté, pour certains médecins, de proposer une autre contraception que la pilule, amènent ces femmes à solliciter aussi leur partenaire au vue d’une contraception masculine (préservatif ou méthode du retrait).

79La mise en place d’autres scénarios contraceptifs vient questionner la portée novatrice de la pilule. Sans forcément la remettre en question, ils demandent sans doute de mettre en place d’autres modalités contraceptives qui pourraient impliquer plus fortement les hommes. Dit autrement, certaines femmes cherchent à déplacer la maîtrise de la fécondité féminine vers une maîtrise de la fécondité conjugale. Reste à savoir comment les hommes se positionneront face à une offre contraceptive qui les concernerait.

Haut de page

Bibliographie

Alter Norbert (2001). L’innovation ordinaire. Paris, PUF

Alter Norbert (2002), L’innovation : un processus ambigu. In Les logiques de l’innovation. Alter Norbert (sous la dir.), Paris, La découverte. pp. 15-40

Anaes, Afssaps, Inpes (2004). Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Paris. [En ligne] http://www.anaes.fr

Bajos Nathalie, Ferrand Michèle, Equipe GINE (2002). De la contraception à l’avortement. Sociologie des grossesses non prévues. Paris, Editions Inserm

Bajos Nathalie et Ferrand Michèle (2004). La contraception : levier réel ou symbolique de la domination masculine? In science sociale et santé N°22 (3). pp. 117-140

Bajos Nathalie, Ferrand Michèle (2005). Contraception et avortement. In Femmes, genre et société. Maruani Margaret (sous la dir.), Paris, La découverte. pp. 114-121

Bajos Nathalie, Ferrand Michèle et Andro Armelle (2008). La sexualité à l’épreuve de l’égalité. In Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé. (Sous la direction de Bajos Nathalie et Bozon Michel, coordonnée par Beltzer Nathalie), Paris, La découverte. pp. 545-576

Bessin Marc (2005). Envisager la mixité dans le travail social. In Masculin/Féminin. Terrain Miné. Chantiers Politiques N°3. pp. 79-89

Bihr Alain, Pfeferkorn Roland (2002). Hommes femmes, quelle égalité ? L’Atelier/Ouvrière, Paris

Bozon (2001). Femmes et sexualité, une individuation sous contrainte. In Masculin-Féminin : question pour les sciences de l’homme (Sous la direction de Laufer Jacqueline, Marry Catherine, Maruani Margaret), Paris, PUF. pp. 106-113

Delaisi de Parseval Geneviève (2003). Le désir d’enfant saisi par la médecine et par la loi. In Désir d’enfant. Informations sociales N°107, Paris, CNAF. pp. 94-101

Desjeux Cyril (2008). Une occultation des pratiques masculines de contraception. In revue Interrogation N°6. pp. 151-160

Ferrand Michèle, Le Van Charlotte et Levinson Sharman (2008). L’absence d’activité sexuelle : une singularité plurielle, In Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé. (Sous la direction de Bajos Nathalie et Bozon Michel, coordonnée par Beltzer Nathalie), Paris, La découverte. pp. 332-355

Gardey Delphine (2005). Procréation, corps, sciences et techniques au XXe siècle. In Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs. (Sous la direction de Maruani Margaret). Paris, La découverte. pp. 131-138

Guyard Laurence (2005). La consultation gynécologique : un espace de liberté de parole pour les femmes ? In Genre de vie et intimité. Chroniques d’une autre France (sous la direction de Le Gall Didier), Paris, L’harmattan. pp. 237-250

Héritier Françoise (1999). Vers un nouveau rapport des catégories du masculin et du féminin. In, Contraception : contrainte ou liberté ? Baulieu Etienne-Emile, Héritier Françoise, Léridon Henri (sous la dir.), Paris, Odile Jacob. pp.37-52

Héritier Françoise (2002). Masculin/féminin2 : dissoudre la hiérarchie. Paris, Odile Jacob.

Latour Bruno (1993). Petites leçons de sociologie des sciences. Paris, Seuil.

Leridon Henri, Toulemon Laurent (1991). Vingt années de contraception en France : 1968-1988. In Population, N°46. pp. 777-812

Oudshoorn Nelly (1999). Contraception masculine et querelles de genre. In De la contraception à l’enfantement. Cahier du Genre N°25. pp. 139-166

Regnier-Loilier Arnaud (2002). Stratégies des couples en matière de fécondité. De la « fécondité naturelle » à « l’infécondabilité naturelle ». Thèse de sociologie sous la direction de Rabier. Jean-Claude, Université de Lille 1.

Robin Audrey (2005). Une sociologie du « beau sexe fort ». L’homme et les soins de beauté de « hier à aujourd’hui ». Paris, L’harmattan.

Sanseigne Francis (2006). Débattre pour un objet : la contraception. Formes du discours et figure du pouvoir. In La réception de la science, ARABEN N°3, revue du GREPH. pp. 20-35

Haut de page

Notes

1 Alter Norbert (2002), L’innovation : un processus ambigu. In Les logiques de l’innovation. Alter Norbert (sous la dir.), Paris, La découverte. pp. 15-40
2 Bajos Nathalie, Ferrand Michèle (2005). Contraception et avortement. In Femmes, genre et société. Maruani Margaret (sous la dir.), Paris, La découverte. p. 119
3 Sanseigne Francis (2006). Débattre pour un objet : la contraception. Formes du discours et figure du pouvoir. In La réception de la science, ARABEN N°3, revue du GREPH. pp. 20-35
4 Bajos Nathalie, Ferrand Michèle, Equipe GINE, 2002, De la contraception à l’avortement. Sociologie des grossesses non prévues. Paris, Editions Inserm. pp. 60-67
5 Oudshoorn Nelly (1999). Contraception masculine et querelles de genre. In De la contraception à l’enfantement. Cahier du Genre N°25. pp. 139-166
6 Héritier Françoise (1999). Vers un nouveau rapport des catégories du masculin et du féminin. In, Contraception : contrainte ou liberté ? Baulieu Etienne-Emile, Héritier Françoise, Léridon Henri (sous la dir.), Paris, Odile Jacob. pp.37-52
7 Oudshoorn Nelly (1999). Contraception masculine et querelles de genre. In De la contraception à l’enfantement. Cahier du Genre N°25. Paris, l’Harmattan. p. 148
8 Alter Norbert (2001). L’innovation ordinaire. Paris, PUF
9 Héritier Françoise (2002. Masculin/féminin2 : dissoudre la hiérarchie. Paris, Odile Jacob. pp. 239-259
10 Sanseigne Francis (2006). Débattre pour un objet : la contraception. Formes du discours et figure du pouvoir. In La réception de la science, ARABEN N°3, revue du GREPH. P. 29
11 Sanseigne Francis (2006). Débattre pour un objet : la contraception. Formes du discours et figure du pouvoir. In La réception de la science, ARABEN N°3, revue du GREPH. p. 25
12 Leridon Henri, Toulemon Laurent (1991). Vingt années de contraception en France : 1968-1988. In Population, N°46. pp. 777-812
13 Gardey Delphine (2005). Procréation, corps, sciences et techniques au XXe siècle. In Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs. Maruani Margaret (sous le dir.). Paris, La découverte. pp. 131-138
14 Delaisi de Parseval Geneviève (2003). Le désir d’enfant saisi par la médecine et par la loi. In Désir d’enfant. Informations sociales N°107, Paris, CNAF. pp. 94-101
15 Regnier-Loilier Arnaud (2002). Stratégies des couples en matière de fécondité. De la « fécondité naturelle » à « l’infécondabilité naturelle ». Thèse de sociologie sous la direction de Rabier. Jean-Claude, Université de Lille 1.
16 Cette norme reste discutable, ou du moins inachevée, dans la mesure où les échecs contraceptifs restent fréquents et que le caractère fondamental de la maternité dans la construction de l’identité féminine limite la portée symbolique de la dissociation entre sexualité et procréation. Bajos Nathalie, Ferrand Michèle et Andro Armelle (2008). La sexualité à l’épreuve de l’égalité. In Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé. (Sous la direction de Bajos Nathalie et Bozon Michel, coordonnée par Beltzer Nathalie), Paris, La découverte. pp. 545-576
17 Regnier-Loilier Arnaud (2002). Stratégies des couples en matière de fécondité. De la « fécondité naturelle » à « l’infécondabilité naturelle ». Thèse de sociologie sous la direction de Rabier. Jean-Claude, Université de Lille 1.
18 Bihr Alain, Pfeferkorn Roland (2002). Hommes femmes, quelle égalité ? L’Atelier/Ouvrière, Paris. pp. 116-120
19 Alter Norbert (2002). L’innovation : un processus ambigu. Art Cit.
20 Pour l’enquête CSF (2006), les femmes ont entre 18 et 69 ans et pour l’enquête Simon (1970), elles peuvent avoir plus de 70 ans. Ferrand Michèle, Le Van Charlotte et Levinson Sharman (2008). L’absence d’activité sexuelle : une singularité plurielle, In Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé. (Sous la direction de Bajos Nathalie et Bozon Michel, coordonnée par Beltzer Nathalie), Paris, La découverte. pp. 332-355
21 Bozon Michel (2001). Femmes et sexualité, une individuation sous contrainte. In Masculin-Féminin : question pour les sciences de l’homme (Sous la direction de Laufer Jacqueline, Marry Catherine, Maruani Margaret), Paris, PUF. pp. 106-113
22 Bajos Nathalie et Ferrand Michèle (2004). La contraception : levier réel ou symbolique de la domination masculine? In science sociale et santé N°22 (3). p. 133
23 Robin Audrey (2005). Une sociologie du beau sexe fort. Paris, L'harmattan. p. 22
24 Guyard Laurence (2005). La consultation gynécologique : un espace de liberté de parole pour les femmes ? In Genre de vie et intimité. Chroniques d’une autre France (sous la direction de Le Gall Didier), Paris, L’harmattan. pp. 237-250
25 Alter Norbert (2001). L’innovation ordinaire. Paris, PUF. p. 109
26Anaes, Afssaps, Inpes (2004). Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Paris. p. 6. [En ligne]http://www.anaes.fr
27 Alter Norbert (2002). L’innovation : un processus ambigu. Art Cit.
28 Alter Norbert (2002). Ibid
29 Alter Norbert. Ibid
30 Bajos Nathalie, Ferrand Michèle (2005). Contraception et avortement. In Femmes, genre et société. (Sous la direction de Maruani M.), Paris, La découverte. p. 45
31 Alter Norbert. Ibid
32 Le manque de sens qui peut être lié à une contraception et la difficulté de le saisir peut participer à une mauvaise utilisation d’une contraception qui perd ainsi de son efficacité. C’est peut être l’une des autres pistes de compréhension qui fait que le taux d’IVG n’ait pas changé depuis trente ans. Bajos Nathalie, Ferrand Michèle (2005). Contraception et avortement. In Femmes, genre et société. Maruani Margaret (sous la dir.), Paris, La découverte. pp. 114-121
33 Desjeux Cyril (2008). Une occultation des pratiques masculines de contraception. In revue Interrogation N°6. pp. 151-160
34 Bessin Marc (2005). Envisager la mixité dans le travail social. In Masculin/Féminin. Terrain Miné. Chantiers Politiques N°3. pp. 79-89
35 Bajos Nathalie, Ferrand Michèle, Equipe GINE (2002). De la contraception à l’avortement. Sociologie des grossesses non prévues. Paris, Editions Inserm. p. 75
36 Dans ce cas Norbert Alter parle de processus créateur. Alter Norbert (2002). L’innovation : un processus ambigu. Art Cit.
37 Dans ce cas, Norbert Alter parle de processus dogmatique. Alter Norbert (2002). L’innovation : un processus ambigu. Art Cit.
38 Latour Bruno (1993). Petites leçons de sociologie des sciences. Paris, Seuil. pp. 26-27
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Desjeux, « La pilule hormonale féminine : De la fécondité « féminine » à la fécondité « conjugale » », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/1943

Haut de page

Auteur

Cyril Desjeux

Doctorant (CADIS EHESS), allocataire CNAF 2006 desjeux.cyril@wanandoo.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org