Navigation – Plan du site
Articles

La construction de l’espace du football au féminin : un processus de construction du genre ?

Marie-Stéphanie Nneme Abouna et Philippe Lacombe

Résumé

De nombreux auteurs se sont interrogés sur (les conséquences de) la féminisation d’espaces professionnels. Notre interrogation porte sur un espace sportif et de loisir, le football ; et faut-il rappeler qu’en sport, hommes et femmes ne se mélangent ni ne s’affrontent, à quelques très rares exceptions prés ?

Dès lors comment dans un espace d’évidence masculine, le football peut il se décliner au féminin ? Comment les femmes y créent elles et y trouvent elles une place ? Comment le genre féminin s’accommode-t-il ou transforme-t-il une culture technique posée comme naturelle car masculine ?

Nous étudions au moyen d’une approche qualitative, fondée sur des entretiens et observations au sein de clubs bretons, comment les adolescentes et femmes peuvent construire leur identité sexuée au pays du football.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Football et genre, une liaison pertinente ?

1L’arrivée des femmes dans des espaces historiquement dédiés aux hommes pose une double question en termes de dynamiques, celle de la féminisation ainsi que celle de l’évolution des rapports sociaux de sexe. L’actualité de ce questionnement se poursuit par de nombreux débats dans différents espaces sociaux et culturels. Si C. Fischler (1993) souligne la féminisation des mœurs, François de Singly (1993) nuance l’ampleur du phénomène en évoquant plutôt un déplacement des modalités de la domination masculine. La féminisation des espaces sociaux et de ses modalités semble un élément central de l’analyse de l’évolution des rapports hommes-femmes. Dans cette perspective, le football, activité traditionnellement masculine dans laquelle les femmes font une entrée timide, constitue un champ d’investigation fécond.

2D’une manière générale, le sport n’a pas souvent été le terrain de grandes luttes pour la cause des femmes (Prudhomme-Poncet, 2003), d’où l’intérêt tardif que lui ont porté aussi bien les études féministes que les sciences sociales. Le football, dit féminin, reste très peu étudié.

3L’évidence de la forte connotation sexuée - « le football est un sport d’hommes » - en fait un analyseur original de la dynamique des relations de genre. La représentation dichotomique du féminin et du masculin renvoie ici à l’opposition entre « genre » et « sexe » ; ainsi nous dissocions la notion de genre de celle du sexe qui réduit les différences hommes-femmes à la différence anatomique ou biologique.

4Le genre, pris comme outil d’analyse des faits sociaux (Scott, 1988), est ici adjoint au concept d’identité. Il serait faux de penser, note J. Bultler (2005), qu’il faudrait d’abord discuter de l’« identité » en général pour pouvoir parler de l’identité » de genre en particulier, et ce pour une raison très simple, « les personnes ne deviennent intelligibles que si elles ont pris un genre […] selon les critères distinctifs de l’intelligibilité du genre ». Utiliser ce concept dans ce cadre, c’est prendre de la distance avec la différence biologique et les théories essentialistes, restant dominantes dans l’espace du sport.

5Dans leurs territorialités, genre féminin et genre masculin ne peuvent se soustraire d’une référence l’un à l’autre. C’est dans ce sens que Goffman (2002) voit dans le genre une «sous-culture» c’est-à-dire «cet espace dans lequel les identités s’affrontent et s’observent, négocient, se perdent en se fondant l’une à l’autre, pour pouvoir ensuite revenir en arrière ou ne jamais revenir». Cette posture montre le caractère dynamique des identités, «il n’y a pas une identité qui ne soit jouée, formée, modelée et redéfinie tous les quarts d’heure par son interaction avec d’autres identités » (La Cecla, 2000). Nous pouvons qualifier le caractère ambivalent de l’évolution des relations entre les hommes et les femmes, de "entre permanence et changement" (Blöss, 2001).

6Des conditions matérielles et immatérielles permettent aux hommes et aux femmes de se côtoyer dans l’espace du football. Cette cohabitation appelle d’autant plus à une lecture de leurs relations dans lesquelles le genre apparaît comme une catégorie d’analyse pertinente de la perpétuation ou de la mutation de l’espace sur le plan des pratiques, des symboles, du langage et des représentations. Aussi, le « football féminin », ne saurait constituer une activité en soi, il est un ordre construit en référence à la différence de sexe. Pour vider cette expression de toute dimension essentialiste, nous pouvons lui substituer différentes expressions comme "le football des femmes", l’activité ou la pratique des femmes, sans préjuger du statut de la différence, ni de ce qu’elle comporte de réductible ou d’irréductible, de « naturel » ou de « culturel ». (Hirata, 2000).

7Si le football reste dominé par les hommes, il connaît aujourd’hui une progression croissante des femmes parmi les licencié(e) s comme nous le verrons. Cette intrusion n’est pas sans conséquence et semble faire écho au déplacement des frontières de genre, de leurs espaces et complexités (Kergoat, 1992, 2000). De fait, la présence conjointe des hommes et des femmes au sein d’un même espace, que l’on nomme mixité ou co-présence/coexistence (Zaidman 2000), questionne le devenir des identités de genre.

8En mettant l’accent sur la reproduction sociale du modèle masculin dominant, certaines recherches interrogent les inégalités ou les hiérarchies entre les sexes. L’expression de cette domination masculine ne s’impose plus avec évidence (Bourdieu, 1998), alors même que les rapports hommes/femmes restent asymétriques, revêtant « les habits neufs de la domination masculine » (De Singly, 1993). Le prolongement de cette logique de domination serait alors, comme le montrent d’autres travaux, la «virilisation» des femmes. En s’engageant dans un environnement sexuellement connoté, les femmes s’approprieraient les caractéristiques de la culture masculine dominante. Ainsi, « l’engagement d’une femme dans un sport «masculin » et la possibilité d’y éprouver du plaisir, nécessitent des dispositions à priori peu fréquentes chez les femmes » (Menesson, 2004, 2005). Cette perspective d’invisibilisation par appropriation des attributs, dispositions, et modalités d’actions du groupe dominant, a été mise en évidence dans les dynamiques d’intégrations de différentes minorités (Marcellini et al. 2000).

9Cette posture tend à dichotomiser les relations de genre. Sur la féminisation des anciens bastions masculins, N. Le Feuvre (2001, 2003) montre les limites d’une conception essentiellement virilisante des femmes : « "la transgression" opérée par les jeunes femmes s’orientant vers des espaces professionnels masculins est pensée uniquement à l’intérieur d’un système binaire défini en terme de «masculinité»/«féminité», où la seule échappatoire à la domination consisterait, pour les femmes, à adopter les pratiques des dominants ». Dans cette perspective, le «sexe biologique» l’emporte à nouveau sur «le sexe social» et ceci, parce que les définitions du masculin et du féminin s’inscrivent dans des logique relativement fixiste, limitant les significations du genre aux idées orthodoxes sur la masculinité et la féminité (Butler, 2005). Dans le prolongement de ces limites, nous tenterons dans cet article, de creuser une piste de réflexion alternative qui laisse penser que l’engouement timide, mais croissant des femmes pour le football pourrait s’inscrire dans des logiques originales et subtiles. C’est dire qu’au-delà des logiques égalitaires ou d’émancipation des femmes, leur intrusion dans cet « environnement masculin », serait potentiellement porteuse de changement et appellerait à une re-lecture des cadres classiques, «schémas», « ordres» ou «normes» de genre. Loin de récuser la domination masculine ou même les dimensions virilisantes dont est porteur le football, nous cherchons à traduire le caractère mobile et ambivalent des rapports hommes/femmes et dont une analyse en termes de genre montre la pertinence. Le renouvellement du questionnement tient notamment au poids des contextes, tout en considérant le football dit féminin comme un fait social ordinaire (Nnémé Abouna, 2009)1.

10Ce travail souhaite apporter une contribution à la réflexion sur la re-(dé)-construction du genre, en situant son objet sur l'étude de ses dynamiques dans ce qui, abusivement est nommé « football féminin ». Dans une perspective compréhensive, il s’agit de saisir comment les femmes s’approprient l’activité via les dynamiques de genre. En d’autres termes, comment le jeu du football se traduit en des enjeux de genre ? L’hypothèse qui guide ce travail est celle du genre comme une construction réflexive. Il s’agit d’une posture d’analyse partant des données de terrain qui révèlent un processus mouvant. A notre sens, le genre ne peut être examiné uniquement en termes d’opposition (entre masculin et féminin), qui plus est, figées. Cette posture réduit les phénomènes sociaux en de simples alternatives. Par processus réflexif, nous entendons penser la place des ré-ajustements, de la créativité, de la distanciation dans l’élaboration du genre dans l’espace du football au féminin. Ainsi le genre serait le reflet d’un phénomène social qui se construit au-delà des oppositions directement perçues. De fait, nous pouvons arguer d’un processus parallèle qui s’élabore peut-être de manière ambivalente ou aussi contradictoire, voire complémentaire.

11Notre approche, à la fois quantitative et qualitative bénéficie du recoupement de divers outils empiriques : socio-historiques, statistiques, observations et entretiens ethnographiques. Notre questionnement se fonde donc en premier lieu sur un état général de la question féminine dans le football en France. En resituant la pratique féminine dans son contexte socio-historique, mais aussi culturel, le genre apparaît dans sa dimension dynamique de re-questionnement des catégories de sexe. Il s’agit, à travers une analyse sociodémographique, d’interroger l’évolution et la distribution de l’activité footballistique selon le sexe (Nnémé Abouna et Lacombe, 2004). Les données historiques et statistiques mobilisées ici, rendent compte des avancées et contre-avancées des femmes dans cet espace.

12Dans un deuxième volet, la question féminine est interrogée par les monographies de deux clubs de football de Bretagne, les interactions entre les footballeuses et les autres actrices et acteurs présent(e)s dans l’espace (proches, footballeurs et autres footballeuses, spectateur, entraîneurs, etc.) et les représentations sociales à travers les discours véhiculés autour de cette activité, notamment dans la presse écrite.

13Les clubs observés, le « FC Etoile » et le « FC Espoir », sont des clubs mixtes dans le sens où il y coexiste des sections masculines et féminines. Pour mieux recouper l’information, les sections ont été indifféremment observées, mais avec un accent particulier sur les sections féminines. Celles-ci ont été observées pendant presque deux ans (de novembre 2005 à juin 2007) dans leurs différentes temporalités (entraînements, matchs, soirées festives, etc.). Leur caractère mixte (co-présence de sections masculines et féminines) permet de mettre en tension l’analyse du genre dans des contextes socio-spatiaux spécifiques.

14L’articulation de ces différentes données montre une dynamique de genre en perpétuelle restructuration sur divers plans : bouleversement socio-historique, poussée démographique, recompositions des rapports de sexe et d’âge et affirmation des identités homosexuelles.

L’émergence de l’espace footballistique au féminin : avancées, régressions et stagnations.

L’histoire des femmes et du football

15La pratique du football par les femmes est une activité ancrée dans l’histoire, même si son institutionnalisation est plus récente. Les premiers clubs apparaissent au début des années 1920, mais il faut attendre un demi-siècle pour voir leur intégration au sein des structures fédérales.

16La Fédération Française de Football (FFF) fait état de l’apparition des premières équipes féminines en 1916, attestant d’un phénomène ancien qui aurait jusqu’alors évolué de manière confinée ou clandestine (Prudhomme-Poncet, 2003). Ainsi, la pratique féminine serait bien plus ancienne que ne le laisse penser sa reconnaissance officielle par la FFF en 1970, témoignant de résistances politiques. Elle fait une apparition après la première guerre mondiale, alors qu’elle est l’objet auparavant de nombreuses controverses2. Comme l’ensemble de l’histoire du sport au féminin, l’engagement des femmes à cette période suscitait de nombreuses critiques, en attestent ces propos (anciens) rapportés par L. Prudhomme-Poncet : « leur valeur de footballeuse est si faible qu’une équipe de 12 ans l’emporte sur elles à la fois par le maniement du ballon et par l’intelligence du jeu ». Par ailleurs, une réglementation spécifique visant à protéger les joueuses du danger de la compétition leur est appliquée alors que l’organisation du sport féminin reste indépendante de celui des hommes. Différentes sources montrent en effet que l’organisation et la gestion se faisaient alors au sein des associations ou sections spécifiquement féminines, la Fédération des Sociétés Féminines Sportives de France (FSFSF) devenue quelques années après la Fédération Féminine et Sportive de France (FFSF). L’histoire de l’avènement du sport au féminin serait donc celle de luttes et conquêtes : « rejetées des pratiques et des institutions sportives, elles sont d’abord amenées à s’organiser de manière autonome dans le premier tiers du XXème siècle, avant de rejoindre leurs homologues masculins institutionnellement et réglementairement au fur et à mesure de l’avancée de l’égalité des sexes dans la société et des transformations du système sportif lui-même » (Terret, 2005). On peut au-delà supposer une dialectique permanente entre sport et société ; le sport est un fait social total au sens maussien.

17Aujourd’hui, si pratique féminine et masculine du football sont gérées au sein d’une même institution, elles sont loin de se confondre. En effet, la Commission Centrale Féminine reste l’organe de gestion de la pratique féminine au sein de la Fédération Française de Football. Cette commission a certainement sa place, mais traduit aussi un système hiérarchique car, la pratique féminine est au rang des « sous pratiques mineures » des enfants, de loisir ou d’entreprise, qui bénéficient toutes de statuts spécifiques. Ces statuts ne leur confèrent ni la même légitimité que le football d’élite (masculin) sur les plans matériel, financier, voire symbolique et son avatar médiatique, le football professionnel.

18La légitimité féminine est donc encore à construire dans les activités sportives édifiées pour la plupart, dans l’histoire des rôles sociaux masculins (Davisse 2006). Autrement dit, l’intégration d’un nouvel ordre de significations (Berger et Luckman, 2006) reste problématique du fait de cet héritage. Sport roi, sport populaire, sport historique, le football contemporain est imprégné de cette histoire qui renforce au fil des temps les représentations stéréotypées des joueuses, alors que d’autres, tel le tennis parviennent à matérialiser certaines avancées vers l’équité. La courbe ascendante des effectifs féminins semble pourtant témoigner d’un changement de dynamique.

Une visibilité grandissante ?

19Alors que les femmes sont loin d’avoir conquis l’espace du football, leur nombre augmente qui plus est, dans un contexte de régression des effectifs masculins, comme le démontrent les graphiques3 ci-contre.

20Tout d’abord les disparités entre les effectifs masculins et féminins montrent que le football reste une affaire d’hommes. Ainsi, « le sport, parce qu’il participe du procès de socialisation, reproduit les distributions et attributions sexuées » (Lacombe et Moulin, 2003). Cette distribution relance le débat sur la division du monde social en un système bipolaire (pôle masculin et pôle féminin) où des cadres spécifiques sont attribués à chaque pôle, tout comme une hiérarchie éminemment masculine les préside. La domination masculine autoriserait et stimulerait ainsi la reproduction au sein du milieu sportif comme de celle du système social global (Vieille Marchiset, 2004).

21Contrairement à celle des hommes, la courbe des licences féminines est ascendante. Signalons qu’elles représentaient 0,3% des effectifs du football en 1971 et qu’elles sont 2,71%, presque dix fois plus, en 2006. Cet accroissement peut-il être le symbole d’une transformation de l’imaginaire social, même si la pratique masculine n’a pas reculé dans sa forte résonance médiatique ? La conceptualisation de la féminisation apparaît d’autant plus importante dans ce cadre que le football compte en valeur absolue des effectifs féminins plus importants que certains sports sexuellement moins connotés. En effet, la F.F.F. est l’une des fédérations sportives comptant un nombre important de sportives et paradoxalement ou non, la part des femmes, par rapport à ses effectifs globaux reste très faible. Le football enregistre par exemple 50 000 pratiquantes représentant 2,71% de ses effectifs en 2006 ; parallèlement dans les sports de glace, seulement 20 000 pratiquantes (à peine la moitié du nombre de joueuses de football) représentent 49,4% des effectifs. Cette configuration montre un aspect de la complexité du débat concernant la féminisation du sport, ce processus ne peut toutefois s’affranchir des dimensions quantitatives et démographiques.

22Cette logique ambivalente de développement de l’activité féminine et de domination masculine, appelle à une certaine prudence, dans l’analyse des processus de féminisation du football et des rapports sociaux de sexe. Un univers n’a pas brusquement basculé en bouleversant de part en part la totalité des rôles et des sensibilités, comme le remarque G. Vigarello. Ce qui rend plus difficile bien sûr d’en apprécier les changements réels » (1993). L’évolution du nombre de femmes n’est au final, qu’un révélateur partiel et partial de processus où la construction d’un genre féminin reste le questionnement fondamental. La médiatisation d’un sport n’entretient pas de relation mécanique avec sa vitalité ou sa démographie ; sa lisibilité, ou la dimension spectaculaire, peuvent prévaloir. Le fort développement démographique de football féminin n’a pas eu d’écho médiatique.

Singularité des clubs : des configurations qui bouleversent les frontières de genre

23La réelle visibilité féminine vient de la création de sections féminines dans les clubs à l’origine exclusivement masculins. Dans les clubs observés, hommes et femmes, filles et garçons se côtoient pourtant, il est difficile d’ignorer les rapports entre les sexes marqués par des enjeux du pouvoir masculin. Dernières arrivées dans cet espace, les femmes doivent se battre contre de nombreux scepticismes et asseoir leur légitimité face aux hommes majoritaires dans la pratique et les postes de responsabilité.

24Cependant, quelle que soit la place faite aux sections féminines, celles-ci semblent représenter un « label »4 pour les clubs, bien que les directives de la FFF5 « encouragent » les clubs à créer des sections féminines au sein de leur structure. En effet, pour certains clubs, le football féminin apparaît comme une « cause noble à défendre », position qui va dans le sens de la politique nationale sur la parité. Pour d’autres, en répondant ainsi aux sollicitations des instances dirigeantes, « ça permet de faire bien », avoue un dirigeant6, ou « d’engranger » des subventions7. Dans le meilleur des cas la bonne volonté, même déclinée par des actions volontaristes, ne suffit pas à changer l’ordre du monde… Il semble difficile de porter un jugement sévère sur cet engagement en demi-teinte de certains clubs vis-à-vis de la pratique féminine, alors même que de nombreux clubs, notamment « les plus en vue »8 ignorent complètement les directives nationales. L’espace du football est comparable ici à l’espace politique dans lequel les partis se défilent par un non respect délibéré de la loi sur la parité. Mais, la co-présence masculine et féminine dans les clubs entraîne-t-elle pour autant une approche ou des représentations identiques de l’activité ? Les contrastes relevés dans les deux clubs observés s’avèrent de bons lecteurs des logiques genrées.

25Les deux Clubs «  FC Etoile » et « FC Espoir » situés en Bretagne, ont été choisis pour l’enquête du fait de la présence de sections féminines et masculines en leur sein et aussi pour l’engouement9 populaire que le football suscite dans cette région alors que la pratique des femmes reste en retrait. Leur particularité est aussi d’être des clubs amateurs, ce qui suppose des enjeux financiers moindres ; qu’en est-il de leurs sections féminines ?

26Les discours semblent consensuels pour affirmer le traitement égal des joueuses et des joueurs dans ces clubs alors même qu’une préséance reste accordée aux garçons, une domination qu’il ne fait pas bon de relever. Bien que parfois proches, les deux clubs se distancient par les fonctions et la place faites aux sections féminines. L’existence des sections féminines pose notamment la question de la légitimation de la présence des femmes au sein des clubs. Ces sections semblent osciller en silence, entre une remise en question de « l’ordre sexué » et une domination masculine résiduelle.

Footballeuse(s) au FC Etoile, affirmation identitaire et bouleversement de « l’ordre sexué »

27Le FC Etoile, club de quartier créé en 1957 affiche ses dimensions sociales ; il est localement reconnu par l’ancienneté et le dynamisme de sa section féminine. La section féminine, créée en 1974 représente 26% des effectifs d’un club qui compte 179 licenciés en 2005-2006. Elle a évolué plusieurs fois dans des championnats de "haut niveau". Par son palmarès et la présence de meneuses10, elle semble bénéficier d’une grande reconnaissance, qui vaut localement au club une identité assignée de «club féminin», ce que confirment les propos de ce dirigeant :

Tout à fait, de toute façon nous sommes connus sur la place…, à la Fédération et à la Ligue par les féminines. Les garçons sont toujours en bas et les filles en haut. C’est vrai que quand vous parlez du FC Etoile, les gens vous parlent de la section féminine. L’identité a toujours été les deux ensembles même si le premier réflexe c’est les féminines.

28Le club est mixte tant par la co-présence de sections masculine et féminine que, par la composition manifestement mixte de ses équipes jeunes et vétérans dans lesquelles hommes et femmes, filles et garçons sont des coéquipiers.

29Le fait que la section féminine soit une initiative de trois hommes aujourd’hui sexagénaires et encore actifs dans la promotion de cette activité, semble avoir créé une adhésion commune11, comme si la légitimité féminine passait par une ratification masculine. La domination masculine, sans être un élément déterminant, reste omniprésente dans des faits anodins. Ainsi par exemple, filles et garçons vont mutuellement regarder leurs matchs respectifs, mais les filles sont plus nombreuses et disposées à aller voir les garçons jouer. Un autre indice de cette domination est le reproche fait aux joueuses de « coûter cher » au club du fait des déplacements lointains que nécessitent leurs matchs et qui sont liés à l’organisation des championnats féminins de "haut niveau", notamment la « Division 3 »12. Cependant, le fait que ces mêmes joueuses soient une opportunité de financement pour le club est rarement évoqué.

30En effet, parce que l’équipe féminine bénéficie d’un statut de haut niveau, le club reçoit des remboursements de frais de déplacement de la fédération mais aussi des subventions régionales et locales. Les discours communs pointent volontiers les filles comme sources de déficits budgétaires du club, opinions que ne partagent pas les joueuses.

C’est quand même frustrant d’entendre ça, alors que nous apportons aussi de l’argent au club (une joueuse).

31L’espace footballistique féminin est donc fait de frustrations discrètes dont les joueuses s’accommodent en parvenant à marquer leur territoire. Leur investissement apparaît comme la recherche d’un équilibre entre leurs aspirations de femmes footballeuses et les moyens qu’elles mettent en œuvre pour y parvenir.

32Certaines joueuses s’affirment en mettant en avant leur identité sexuelle, homosexuelle en l’occurrence. La matrice hétérosexuelle a souvent été prônée pour définir la féminité dans le club, une position qui étouffait toute tentative de différenciation.

On était à se vanter,…enfin, pas moi évidemment, mais notre président se vantait qu’on était le seul club intouché, entre guillemets, de l’Ouest…c’est-à-dire qu’on était le seul club qui ne comptait que des hétéros…voilà, on s’en vantait de ça…c’était pas vrai… parce que personne ne savait qu’il y avait des homo au club…personne ne savait, on ne le disait pas…je veux dire, il y a des filles qui sont homo depuis très longtemps, elles qui ne savaient même pas, elles se fréquentaient le soir, mais elles en parlaient même pas. (Une joueuse)

33Ce sont les jeunes générations (jeunes adultes) qui, par leur « coming out », ont dénoncé leur invisibilité forcée, et donc l’« hétéronormativité » (Buttler, 2005). Par leur orientation sexuelle, ces joueuses semblent rompre avec le modèle dominant du déni et (surtout) du contrôle masculin de la sexualité féminine. Le corps cesse d’exister pour autrui homme, mais pour soi et autrui femme. Ainsi, la sexualité peut être aussi au principe d’une libération des assignations du genre y compris dans cet espace conservateur. Par le principe des interactions, un nouvel ordre relationnel s’établit où l’identité sexuelle ne constitue plus, ni un élément d’opposition majeure, ni une relégation honteuse.

Donc…depuis que… c’est le changement des mœurs aussi qui veut ça, c’est que, avant tu étais plus ou moins caché, c’est vrai que ça se libère de plus en plus, c’est bien, tant mieux…c’est vrai que c’est bien hein ! Mais, pour moi c’est indissociable quoi, c’est obligé, je suis là depuis le début, enfin, depuis 90, je vois comment ça évolue…J’étais là pendant la période où personne ne disait rien, j’ai été dans la période entre deux eaux, et je suis là maintenant dans la période nouvelle où les jeunes alors là, sont complètement affirmées quoi. Et…n’hésite pas à s’embrasser au club ou n’importe quoi…j’ai jamais vu ça avant quoi. (Une joueuse)

34Cette situation a pourtant parfois choqué et même repoussé certain(e) s potentielles adhérentes, mais le club s’est finalement construit une identité implicite en relation étroite avec les filles. Il est localement désigné comme le «club des homosexuelles»13 venant ainsi jeter un «trouble dans le genre» de l’ensemble des licencié(e) s, hommes et femmes confondu(e)s. Le «coming out» institué a libéré de la vision fixiste de la sexualité féminine, malgré une instrumentalisation construite autour de «la footballeuse ». Si des réactions négatives contestent cette identité, elles sont en recul ou dans l’ordre de l’implicite, alors que plusieurs footballeuses n’hésitent pas à rendre public leur orientation sexuelle par des gestes « intimes » vis-à-vis de leurs compagnes. Les marques d’affections, les baisers et les caresses font ici partie de « l’ordre des choses ».

35Deux types d’homosexualité émergent au sein de l’équipe :

36- une « homosexualité de couple » avec des adultes trentenaires et plus, dont l’ancienneté dans le club est par ailleurs plus forte. Cette homosexualité semble étouffée par des effets de rapports sociaux et de conflit avec les hommes dirigeants et joueurs qui voient d’un « mauvais œil », le fait que les joueuses rendent publique leur vie sexuelle « encore réprimée » :

C’est vrai qu’elles s’affichent plus déjà pour commencer, elles n’ont pas honte. Moi ça ne me dérange pas. Ca dérangerait plutôt les jeunes. Je sais que certaines filles très jeunes, c’était la première fois qu’elles voyaient ça. Elles jouent au foot et pour elles leurs modèles sexuels se résument à des filles qui s’embrassent… elles ne voient pas que ça, mais c’est vrai que c’est un doute par rapport aux jeunes. Après, chacun fait ce qu’il veut. (Un joueur compagnon d’une joueuse)

37- une « homosexualité juvénile » avec quelques adolescentes et des jeunes adultes d’une vingtaine d’années. Elle se caractérise par la labilité aussi bien de l’identité que des partenaires sexuels. Cette homosexualité semble subversive par rapport à la première parce qu’elle est décriée même par les principales concernées qui pensent que cette identité est génératrice des conflits entre les joueuses. Pour autant, elle semble s’être imposée, en amenant par exemple les dirigeants à composer avec cette donnée dans la gestion de l’équipe ou du club. Ainsi le fait de réserver des couchettes lors de longs déplacements en car, et de voir des joueuses partager une couchette avec leurs conjoints ou conjointes est devenue une institution.

38On peut noter par ailleurs qu’au sein du FC Etoile, les hommes viennent symboliquement au second plan malgré leur supériorité numérique. La position « privilégiée » de la section féminine est aussi liée à son palmarès qui l’a mené plusieurs fois en championnat national, chose jusque-là inaccessible à la section masculine.

39En somme, le FC Etoile dont les logiques politiques et sportives sont aussi sociales, semble faire une large place aux femmes qui y trouvent un potentiel espace d’expression identitaire non contraint. Le club s’est assigné aussi comme objectif de ne pas freiner l’ascension de la section féminine, contrairement à des clubs mixtes qui font souvent ce choix au bénéfice des garçons (Menesson 2005). Pour autant, les hommes continuent à dominer l’espace footballistique féminin aussi bien comme encadrants, que par une distribution inégale de moyens matériels ou symboliques. Par exemple, la section féminine s’entraîne et joue sur un terrain stabilisé (en terre et donc moins confortable) situé en dehors du terrain attitré du club (en herbe et plus confortable), occupé de manière permanente par la section masculine. Ici les féminines rejoignent malgré leur niveau les bataillons de scolaires, utilisateurs des "stabis" ; la pelouse étant symboliquement l’apanage des "plos". Le discours officiel mettant en avant le traitement égal entre sections masculine et féminine incite donc à quelque réserve, même si la section féminine bénéficie d’un «préjugé favorable». Celui-ci en fait un élément d’attraction pour de nouveaux recrutements, les effectifs féminins ont ainsi presque doublé entre 2006 et 2007, passant de 45 à plus de 70 joueuses. Le FC Espoir dont la création est récente, ne connaît pas le même engouement, alors même que le club est doté de moyens matériels et financiers plus importants.

Footballeuse (s) au FC Espoir, conformations sexuées et réminiscences de la domination masculine ?

40Créé en 1905, le FC Espoir est l’un des premiers clubs de football en Bretagne. Il a connu une grande notoriété sur le plan local et national avec comme revers, une polémique sur son statut amateur ou professionnel. Le club est aujourd’hui loin de ces soubresauts historiques, sa réputation de haut niveau fait désormais partie des souvenirs. Depuis plusieurs décennies, ses équipes n’ont pas franchi le cap des compétitions locales (championnat de District). Cependant, le club s’est créé une autre image dans la pratique de masse avec son école de football, 325 pratiquant(e) s en 2005-2006, dont une part féminine de 7,97%, soit moins de 25 joueuses.

41La création d’une section féminine depuis 2002 (elle suit la mouvance nationale de promotion du football féminin) est venue renforcer les fonctions sociales reconnues du club, implanté dans un quartier populaire. Cependant, si cette section féminine est formellement reconnue au sein du club, elle génère encore une image liée aux représentations sexuées des statuts et rôles, les femmes sont considérées comme «celles qui apportent de la fraîcheur au club». Cette perception mineure du rôle des joueuses au sein du club n’est pas sans conséquence sur la place qui leur est accordée. Bien que filles et garçons fassent partie du même club, il y a une méconnaissance mutuelle de l’une et l’autre section et la frustration féminine y est manifeste.

On n’est pas accueillies comme il faut…on ne nous ouvre pas les portes…on nous accepte mais on doit se démerder (une joueuse)

42Une étudiante a été l’instigatrice de cette section féminine, initiative qui ne suscite pas le même retentissement que l’initiative masculine du FC Etoile. Bien que le traitement égal entre filles et garçons soit véhiculé dans les discours, on se rend compte que les filles viennent largement au second plan des préoccupations du club. Par exemple, alors que les joueuses évoquent la question d’une éventuelle montée en division supérieure, cette perspective ne constitue pas un objectif majeur pour les dirigeants qui arguent sur la faiblesse des effectifs féminins. Les joueuses ne semblent pas reconnues pour leurs compétences sportives, mais pour leurs "qualités intrinsèques".

Je n’ai jamais regretté d’avoir fait cette section féminine parce que les filles sont beaucoup plus… elles apportent quelque chose de frais dans un club…. elles vont rester pour applaudir alors que les garçons se sentent un peu obligés de rendre la monnaie de la pièce et puis lors des kermesses, les tournois, les filles sont là. C’est vrai que ça a été un plus dans le club (un dirigeant).

43En somme, le FC Espoir est marqué par des considérations traditionnelles de la division sexuée des espaces. Le football reste ici une «affaire d’hommes». Les discours et les pratiques tendent à s’adapter aux stéréotypes sociaux de sexe.

Genre, culture et technique en questions

44La pratique du football par les femmes pose la question de l’émergence, ou non, d’une nouvelle culture au sein d’un espace où l’empreinte masculine est très forte. La place des femmes dans le football et la croissance de leurs effectifs battent en brèche l’idée de la culture voire de l’identité comme une sorte de patrimoine qui préexisterait aux pratiques des individus et leur conférerait a priori du sens (Cuche, 2002). Parce que la culture ne préexiste pas aux individus et qu’elle est le produit d’une série d’interactions sociales, l’émergence d’une culture nouvelle est possible même au sein des petites communautés, comme l’a démontré Becker (1985). L’idée dynamique de la culture pensée comme un système de communication interindividuelle semble plus appropriée.

La « Maison du Foot » ou la « Maison des hommes » ; et la « Maison des femmes » ?

45Les fondements historiques du football révèlent une hégémonie masculine matérialisée dans leur socialisation masculine, entre pairs. Le football constitue en ce sens un espace d’apprentissage et de définition des modalités, des pratiques, des attitudes, qui structurent des identités de genre orthodoxes. « Que ce soit dans l’apprentissage et par le geste ou dans la relation aux techniques de jeu, des expérimentations de la construction des identités semblent à l’œuvre. Les identités de genre et l’usage des techniques apparaissent ainsi comme des constructions entremêlées, des édifices en élaboration qui se renforcent mutuellement dans l’action » (Chabaud-Richter et Gardey 2002). En cela, on peut s’interroger sur la  permanence de la « maison des hommes » (Welzer-Lang 1994) et de « la maison des femmes » qui capitalisent des règles et des attitudes servant à définir la pratique. Une interrogation qui s’illustre dans les discours mettant en avant la pacification ou l’euphémisation de l’espace du football par les femmes.

Chez nous les filles14, il y a quand même des forts caractères, mais c’est quelques forts caractères, donc théoriquement, celles-là sont un peu plus difficiles à gérer. Mais dans l’ensemble, les filles râlent moins sur un terrain quand même, je trouve que les garçons et c’est moins…c’est beaucoup, beaucoup moins méchant. Je n’ai jamais vu une fille, chez nous, faire faute pour faire faute, c’est-à-dire aller au contact pour faire mal à un adversaire... C’est plus intentionnel chez les garçons ; ah oui ! … (Un entraîneur)

46Ce discours masculin de justification ou cette apparente adhésion quant au comportement féminin non violent conduit à des déclarations toutes aussi emphatiques : « le football féminin c’est l’avenir, car il a su garder les vraies valeurs du foot » disent aussi bien les joueuses que les dirigeants. Vraies valeurs ou pas, on se rend compte que les sanctions et amendes acquittées ou les blessures enregistrées par les clubs sont sans commune mesure entre filles et garçons. Pour les saisons 2005-2006 et 2006-2007, le FC Etoile a payé un total d’amendes de près de 700 euros pour les garçons et 9 euros pour les filles. Les motifs sont liés aux violences, bagarres et injures chez les garçons et à une « tentative » de bagarre chez les filles ; les seuils ne semblent pas les mêmes.

47Les comportements et attitudes des dirigeant(e)s et mêmes des joueuses (autocensure), consolident ces représentations de la non-violence féminine, à travers la mise en œuvre de rigueur ou de sanctions pour des fautes ou attitudes (écarts de langage, jurons, etc.), qui passeraient inaperçues chez les garçons, ce que confirment les propos de cette jeune arbitre,

…les filles sont plus respectueuses. Les garçons sont plus à cheval sur les principes, beaucoup plus intransigeants. On n’a pas droit à l’erreur avec eux ; ils sont plus contestataires avec les arbitres. Les filles sont plus cool…elles sont tout de suite ramenées à l’ordre.

48Les modalités socialement construites sont ignorées pour une explication essentialiste de la non-violence féminine. Par exemple les garçons ont construit «l’aboiement sur arbitre» comme naturel, renforcé en cela par les médias dont le rôle est important dans la socialisation footballistique dès les jeunes catégories. La « maison des femmes » constituerait donc une piste d’évolutions culturelle du football, condamné par les actuelles violences physiques, symboliques et racistes ; rien n’est moins sûr cependant.

49Le 1er octobre 2006, l’équipe de France Féminine perd le match de qualification pour la coupe du monde 2007 organisée en Chine. La presse écrite comme télévisuelle y consacre une place minimaliste, voire pas de place du tout. Un quotidien régional15 y consacre un quart de page, entre la ligue 2 et les championnats étrangers concernant les hommes. Le titre, édifiant, est en cohérence avec l’article : « Foot Féminin : qualification, non ! Séduction oui !». En effet, «…l’équipe de France Féminine ne disputera pas la coupe du monde (…) mais dans le contexte d’une progression aussi lente que régulière d’une discipline encore marginale, l’opération séduction réalisée à Rennes devant plus de 19000 personnes ne sera sans doute pas vaine ». Outre le rappel de l’émotivité féminine, il est difficile de connaître le score du match (1-1), qui n’apparaît qu’en légende de la photo sur laquelle une joueuse pleure ! L’efficacité, le résultat, la performance qui sont, si ce n’est l’exclusive des récits de matchs masculins au moins l’essentiel, sont balayés, confirmant le titre.

50Le journaliste s’attache aux valeurs comportementales : « un état d’esprit à mille lieux des travers constatés chez les hommes». Une euphémisation des mœurs remarquée tant sur le terrain que dans les tribunes : «La bonne tenue générale du spectacle offert par deux équipes (…) ; le public, composé de femmes pour une bonne moitié ».

51L’esthétisation des comportements dessine les contours du football féminin, construit dans l’opposition aux comportements « violents » et donc au football masculin. Alors que la capitaine (seule joueuse dont on connaît le nom) souhaite que « le foot féminin s’émancipe et trouve des moyens pour atteindre le professionnalisme » ; le journaliste homme, conclut, paternaliste : «surtout pas». L’esthétique et l’éthique amateur suffisent aux filles du foot. A ce propos, J. Butler (2005) relève la panique suscitée par les pratiques minoritaires comme si, «la perspective de voir s’effondrer les dichotomies de genre (…) est si monstrueuse, si terrifiante, qu’il faille par définition et, sur le plan heuristique, l’exclure à l’avance de nos efforts pour penser le genre».

52On assiste donc dans le football dit féminin, synchroniquement et paradoxalement à une masculinisation des esthétiques (l’équipement vestimentaire par exemple) alors que le beach volley féminin a choisi une toute autre voie, celle de la séduction et du charme… et à une dévirilisation des comportements (la non-violence) ; emprunts et rejets brouillent la culture technique et sportive. Finalement, le sport est devenu un outil de l’hégémonie masculine de deux façons : d’abord, en liant la masculinité aux habiletés valorisées dans notre société et ensuite, en liant la masculinité à l’emploi sanctionné de l’agression, de la force et de la violence (Gagnon, 1996). On peut donc avancer que le football sert à entourer les habiletés publiquement acclamées d’une aura de supériorité et de compétence masculine comme il soutient le monopole des hommes sur l’agression et la violence.

53Parce que l’espace du football est loin d’être asexué, il participe aussi, et peut-être paradoxalement de manière forte, à la distinction homme/femme ; la pratique par les femmes se nourrit très probablement aussi des dimensions masculines proposées de manière indifférenciée au sein de cet espace. Cependant, les prérogatives masculines sont loin d’être des acquis universels et immuables. La construction d’un espace féminin participerait en conséquence d’une posture réflexive et critique qui montre, qu’il n’existe pas qu’une alternative dans la manière d’envisager le football. Il en résulte des processus à la fois d’adaptation à certains aspects du «modèle masculin» dominant (mimétisme), de la transformation de celui-ci, et enfin de la création d’une « matrice culturelle féminine » relativement autonome. La pratique des femmes semble donc à la fois, repositionner les identités, mais aussi, modifier l’activité du football elle-même.

54L’espace du football dans ce cadre ne serait pas seulement hégémonie masculine (Connell, 1995), mais potentiellement le reflet d’un espace polysémique dans lequel sont reconstruites les relations de genre. Il révèle en ce sens une dimension contrastée et contradictoire du rapport homme-femme, masculin/féminin ; car "les adolescentes bâtissent aussi leur féminité comme antithèse de la masculinité (…) dans la maison des femmes et l’intimité du repli homolatique ? (Moulin, 2005).

La féminisation du football, un processus pluriel et ambivalent ?

55Le questionnement de la féminisation du football est loin d’être stable et figé. A l’inverse d’un processus clos ou achevé, l’emploi de l’expression « dynamique », montre son caractère pluriel, transitoire et changeant aussi bien dans le temps que dans l’espace. Dans cette perspective, parler de féminisation, tout comme parler de « femme » ou de féminin » ne réfère à un archétype ou une essence immuable (Simone de Beauvoir, 1976). Autrement dit, on ne saurait traduire la féminisation de l’espace du football en des pratiques communes et univoques.

56L’activité des femmes et celle des hommes sont liées, cette relation comme celle qui se décline de manière générale entre les femmes et les hommes dans la société, est un type particulier, « entre ségrégation et indifférenciation, où les femmes et les hommes sont with-then-apart», "ensemble et séparés"» (Zaidman, in Goffman, 2002). Goffman parle lui, d’une «différence hiérarchisée».

57Filles et garçons sont distingué(e) s ou se distinguent par la manière dont se construisent et se disent leurs potentiels, leurs aptitudes et leurs savoirs techniques dans le football.

Les garçons ont déjà la vitesse… ils ont déjà plus de force, faire une transversale ça ne les gêne pas, une fille, il n’y en a pas beaucoup qui font les transversales, il y en a très, très peu. Par contre après, contrôle de balle, conduite de balle, je pense que […] Ca je pense qu’elles sont plus… elles ont un meilleur contrôle de balle, une meilleure possession de balle en majorité je pense, surtout celles qui ont joué avec les garçons au départ (une joueuse)

58Cette joueuse semble dire qu’il y a compensation d’un « handicap physique » par une application technique. Malgré cela, les aptitudes masculines semblent des éléments mesurables et facilement repérables ou palpables comme «faire une transversale» ou «courir plus vite», alors que les caractéristiques attribuées aux femmes sont moins concrètes et visibles.

Nous, on a une meilleure vision du jeu, les garçons envoient de grands ballons devant… (Une joueuse)

59L’officieux (féminin) et l’officiel (masculin) sont reconstitués, l’officiel bénéficiant de plus de légitimité. Cette logique se prolonge dans le discours androcentré qui met en avant les «déchets» du football féminin, jugés agaçants pour les habitués des joutes masculines comme cette réaction d’un spectateur :

Il y a trop de balles perdues, d’interceptions, de passes foirées ou de tirs mal cadrés…

60La culture des affects est attribuée aux femmes et la maîtrise de la technique aux hommes.

… j’apprécie d’entraîner des équipes féminines parce que même au niveau des adultes, il y a un retour. On sent quand elles vous apprécient, il y a plus de retour qu’avec les garçons. Avec les garçons c’est plus froid… (Un entraîneur)

61Les qualités féminines semblent «dans l’ordre des choses» et moins importantes que la «compétence masculine» versus agressivité, technicité, force, puissance. L’ordre du genre montre donc les filles «en déphasage» ou en «manque» par rapport aux garçons, auprès desquels elles sont sensées combler « à moitié » leurs « lacunes ».

Je pense que de jouer vraiment avec les garçons ou contre les garçons même si c’est qu’une équipe de filles mais qui jouent contre les garçons, je pense qu’à un moment ou à un autre, elles sont obligées d’avoir un petit plus... (Une joueuse-dirigeante).

62Il y aurait donc une «prime à la mixité» pour les filles comme l’affirme un dirigeant pour qui, les filles sont plus aguerries physiquement, mentalement et techniquement au contact avec les garçons. Les bénéficiaires perçues de la mixité sont les filles, nul ne semblant se demander ce que cela apporte aux garçons. Pour qualifier la culture technique masculine, on observe un discours de généralisation, alors qu’on y rencontre des grands et des petits, des rapides et des lents, des bons et des mauvais joueurs. L’espace du football fait écho à la dialectique entre les représentations et les imaginaires qu’il véhicule et les positions «genrées» dans la société. Le genre féminin apparaît comme une antinomie des pré-requis du football. La comparaison homme/femme conduit à une construction asymétrique du genre féminin, dont le devoir serait de s’adapter implicitement à la norme masculine.

63Dans cette perspective, la culture féminine ne serait qu’un «sous-produit» de la culture masculine, les femmes étant des «modèles déformés et approximatifs de l’excellence masculine». Ce discours conforte plutôt une pensée androcentrée alors même que «la diversité des rôles est telle que la pratique de ce sport n’exige pas de caractéristiques morphostructurales uniformes » (Bromberger, 1998) ; ou bien des qualités physiques identiques à tous les postes.

64Les rapports sociaux de sexe se vivent ici sous le mode de l’opposition et de la contradiction entre un « sous-espace » masculin (le football) et un « sous-espace » féminin (le football féminin). Ce dernier doit faire sans cesse ses preuves et marquer son territoire dans une dissymétrie liée non seulement à la faible part de joueuses mais aussi à la présence des hommes dans l’encadrement des sections féminines16. Parvenant à contenir les femmes dans des positions déclassées, "le prestige des hommes n’est pas affecté par la présence objective (des femmes) ou subjective (de leurs valeurs ou pratiques)" (Lacombe 2005).

65Pourtant, la ferveur footballistique n’entraîne pas l’illusion, les joueuses ne sont pas dupes ou de simples «victimes» de la suprématie masculine. Elles ont une certaine distance, une déclinaison différente et même une retenue face au modèle masculin.

66En effet, si la pratique des femmes reste souvent un loisir, l’engagement est basé sur des modalités sportives et compétitives définies autrement que par la seule condition de la « bataille physique ».

On est là pour s’amuser tout en développant du beau jeu» (une joueuse)

67La dimension compétitive n’est pas exclue des modalités de pratique féminine mais elle s’incarne par le plaisir : «on s’est éclatées à fond», commentent les joueuses à la fin d’un match. Quant à la finalité de leur activité, «se faire plaisir» n’exclut pas la compétition, mais non sous une « forme exclusive » qui pousserait à la violence ou à d’autres excès. De fait, les systèmes de motivation sont différents, ce qui compte c’est le «beau jeu». Le plaisir masculin serait décliné par la victoire, avec une plus grande présence physique, voire des prouesses. Le football masculin est fondé sur le principe de détection et sélection dès les catégories juvéniles ; en clair le sport de compétition est aussiécole d’exclusion. Pour autant d’autres sensibilités peu connues ont existé dans le football telle celle de football progrès, promoteur de beau jeu collectif.

… j’estime que les garçons… c’est devenu beaucoup trop physique presque à la limite de la méchanceté et…pour moi le foot c’est pas ça. Moi je suis adepte du beau jeu, je préfère avoir un jeu plus fluide, moins physique, plus technique, plus basé sur un jeu de passes en mouvement, un jeu où on n’a pas besoin de tacler, on n’a pas besoin de s’imposer physiquement, mais plutôt techniquement... (Un entraîneur)

68Le beau jeu semble autre chose que l’efficacité stricte, c’est-à-dire la victoire à tout prix, exit les aléas et autres incertitudes. Dans ce cadre, on prend du plaisir dans la construction stratégique d’une activité, avec une dimension collective très ancrée. La dimension des sociabilités est prégnante, ce d’autant plus qu’elle participe à une reconnaissance des joueuses.

69La pratique féminine se caractérise par la primauté du collectif, qui s’exprime dans une dépersonnalisation des pratiquantes (leurs noms ne sont pas marqués sur les maillots) mais aussi dans les directives des entraîneurs sur le terrain : «les filles, parlez-vous !», consigne très courante pour rappeler aux joueuses le devoir de jouer collectivement et celui d’être un groupe ; les contacts moins fréquents, «cela évite de se blesser bêtement», déclarent les joueuses, ce qui expliquerait aussi un jeu jugé moins violent et moins agressif. On n’est pas éloigné ici des conceptions portées dans les années 70 par le mouvement « football progrès », au service du développement de l’homme bien plus que du « business ».

70En somme, si les joueuses ont du mal à trouver leur place dans cet espace socialement masculin, elles y laissent leur empreinte. L’observation montre une place asymétrique des femmes dans l’espace du football, elle montre également la porosité des frontières de genre. La domination masculine peut ainsi être re-questionnée à travers les interactions dans les clubs et les profils multiples des joueuses. Ces derniers donnent lieu à une relecture d’un « certain ordre sexué ».

Le « football des femmes » : des subtilités au-delà de la domination masculine ?

71La domination masculine semble se dessiner comme un facteur à l’échelle de la complexité des dynamiques genrées, et non comme le moteur de l’explication. De multiples subtilités résultant de différents statuts et rôles concourent à construire ces dynamiques. Elles semblent conduire à une renégociation des statuts et des rôles et à des rapports moins asymétriques.

72L’analyse des profils des joueuses pose la question de la formation des goûts sportifs des femmes dans une réalité de différenciation sociale. Des analyses structuralistes montrent une covariation entre pratiques et catégories sociales. Ces « dispositions » liées aux processus de socialisation (Menesson, 2005) pourraient notamment conduire à une homogénéisation des profils. L’hétérogénéité des profils des joueuses de football dévoile une dynamique qui remet en question la définition même de la catégorie « femme ». Il serait dans ce sens réducteur de parler de « la joueuse de football ».

73L’activité des femmes apparaît comme une pratique non située. L’espace footballistique féminin laisse voir en effet, des pratiquantes aux profils hétérogènes et pluriels par leur âge, leur profession ou leur statut matrimonial.

74Les joueuses se différencient par une mixité intergénérationnelle originale (on ne retrouve pas cette configuration chez les joueurs). L’âge des joueuses observées, varie entre 16 et 47 ans. Ici, adolescentes, jeunes adultes et adultes se côtoient malgré de grandes différences d’âge. Cette mixité reste une spécificité de l’espace féminin et en fait une force pour pallier la faiblesse des effectifs, ainsi qu’un moyen de socialisation intergénérationnelle et sportive.

75Mères et filles se retrouvent ainsi comme co-équipières et disputent les mêmes matchs. Le binôme mère-fille semble fondamental dans la transmission de l’activité ; la mère y est présente comme l’un des modèles identificatoires. Cette socialisation maternelle remet en question le poids des dispositions des agents et la stabilité des habitus selon Bourdieu, versus homme. La figure masculine n’est pas ici la seule probable dans la socialisation sportive des joueuses. Ce milieu d’interconnaissance reconfigure les relations de genre.

76Les joueuses se singularisent également par leurs profils professionnels : lycéennes et étudiantes de filières n’ayant pas toujours un lien avec le sport (sciences physiques, école de commerce, études médico-sociales, Administration Economique et Sociales…), des professions hétéroclites (ingénieure, commerciale, enseignante, employée de mairie, animatrice auprès des enfants, barmaid…). Il paraît d’autant plus difficile de situer socialement cette pratique dans le sens du système des dispositions de Pociello (1995), attribuant l’espace de football aux milieux populaires.

77Les statuts matrimoniaux semblent également un élément d’analyse probant des dimensions de genre. En dehors des adolescentes, de quelques jeunes adultes célibataires ou dont la vie sentimentale est moins visible, le marché matrimonial est assez homogamique. La plupart des joueuses sont mariées, pacsées ou vivent en couple avec leurs coéquipières ou d’autres sportives et sportifs.

78Ces statuts jouent un rôle dans leur engagement et leurs manières d’être au football. Ils font, une brèche dans la définition de la femme comme d’un signifiant stable et du genre un processus transversal.

79La configuration de l’espace footballistique des femmes bouscule la structure sociale des statuts et des rôles sexués classiques. On constate ainsi que des hommes viennent regarder les matchs de leurs compagnes tout en gardant les enfants en bas âge. L’accès des femmes au football entraîne donc une recomposition dans un modèle égalitariste mais aussi de «subversion» de l’ordre du genre. En effet, alors que les femmes ont jusque-là été des actrices passives de cette « joute masculine », il y a une interchangeabilité des statuts : «c’est maman qui joue et papa qui regarde, en ne perdant pas de vue le bébé qui dort dans la poussette». Ce rôle souvent attribué aux femmes, est également assumé par les hommes lors des déplacements pour des matchs joués à l’extérieur. Malgré l’omniprésence du référentiel masculin, l’espace féminin contribue par la mise en scène des joueuses, à une redéfinition partielle du football et de son système symbolique. Ainsi, dans cette scène où elles jouent les seconds rôles (malgré elles), il est possible de lire aussi parallèlement l’émergence de sens ou d’univers symboliques nouveaux, qui participent à la légitimation (en termes d’expérience vécue), d’un espace footballistique autre.

Conclusion : L’espace de football orthodoxe conservateur ? Pas seulement…

80Comme fait social total, le sport porte les caractéristiques d’une société dont il est une production sociale, culturelle, économique,… il en recèle aussi les potentielles contradictions. Ainsi l’espace du sport peut à l’image de la société, être une formidable école de tolérance et de fraternité, mais aussi un haut lieu de racisme, de discrimination ou de violence … N’en déplaise aux idéologues de tout bord, le sport ne se laisse réduire, ni à l’école du vice, ni à celle de la vertu. Ce n’est ni « un groupement de type maffieux » (Brohm, 1998), ni l’école de l’intégration…mais potentiellement tout ensemble, d’où la nécessité de l’appréhender, « sans le saucissonner en tranches, parce que le sport  est une «totalité concrète» ou un «fait social total» où toutes les facettes renvoient les unes aux autres» (Bromberger, 1995).

81Il en va de même lorsque l’on parle du sport au féminin. Il se trouve facilement instrumentalisé, tant par ceux qui pointent uniquement des ouvertures émancipatrices, dans l’histoire ou le présent, que par ceux qui n’ont de cesse d’en montrer les fonctions aliénatrices. C’est dire que l’histoire du sport n’est pas indépendante des diachronies politiques et culturelles et doit aussi s’accommoder de régressions, accélérations et contradictions.

82Rendre compte du sport féminin comme d’un fait social total, n’est donc pas un exercice d’une simplicité permettant les excès de vitesse ou les réductions abusives, « l’engouement des femmes pour le sport n’est en définitive qu’un indice parmi tant d’autres de leur volonté de conquérir les mêmes droits que les hommes et, ce phénomène de surface ne saurait bouleverser les pratiques et les conceptions de la grande masse des femmes » (Arnaud, 1996). Les «femmes phénomènes» ont toujours existé, mais ne permettent pas de rendre compte des mutations de la société.

83Les femmes figurent encore très souvent en arrière plan de divers processus sociaux et «il est difficile de démontrer d’un seul mouvement les mécanismes et les ressorts qui expliquent cette «universalité» ou quasi-universalité de la non-reconnaissance des femmes en tant qu’individus à part entière au même titre que les hommes» (Héritier, 2002). Toutefois, les femmes sont loin d’être des «victimes» inactives de leur condition, «régularité statistique, ne signifie pas déterminismes ou inéluctabilité des effets», disent Davisse et Louveau (1998).

84En effet, dans l’espace du football, les joueuses aimeraient accéder à une structure qui soit similaire à celle des hommes, mais il y a encore des obstacles liés aux dimensions structurelles du pouvoir masculin. Elles parviennent cependant à modifier le paysage de cette activité par une re-négociation des rapports sociaux de sexe. En suscitant certains arrangements, elles amènent à une re-lecture de « l’ordre sexué » qui montre, par un «retournement» ou un «détournement» de leurs caractéristiques, que les frontières de genre ne sont pas closes. Pour construire la pratique, les femmes, par leurs rapports, exercent des forces, des pressions sans parvenir à faire basculer complètement ceux-ci.

85L’espace du football féminin laisse effectivement penser que les joueuses font preuve, au-delà de ce que peuvent montrer des faits objectifs (le timide recrutement entre autres), de stratégies, de parcours, d’adaptation face aux contraintes structurelles, initiatives qui contribueraient à la recomposition de l’espace du football. La mise en avant du beau jeu, de l’anti-starisation et de la non-violence comme caractéristiques de la culture footballistique au féminin, ou encore l’affirmation des identités homosexuelles ne procèdent-elles pas paradoxalement d’une forme d’affirmation subtile ? Dans ce sens, l’hypothèse d’une culture féminine comme espace à part entière, qui se comprend et qui s’entend, qui est intelligible et qui est autonome tout en se nourrissant de manière réflexive d’une sous production masculine reste posée.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud Pierre, 1996, « Le Genre ou le sexe ? Sport féminin et changement social (XIXe-XXe siècle) », in Arnaud P. et Terret T., (dir.), Histoire du sport féminin. Sport masculin-sport féminin : éducation et société, L’harmattan, Paris, pp. 147-183.

Beauvoir Simone, 1976, Le deuxième sexe II. L’expérience vécue, Gallimard, Paris.

Becker S. Howard, 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Métailié, Paris.

Berger Peter et Luckman Thomas, 2006, la construction sociale de la réalité, Armand Colin, Paris.

Blöss Thierry, 2001, « Introduction. Un égalité entre les sexes toujours incertaine », La dialectique des rapports hommes-femmes, PUF, pp 1-6.

Bourdieu Pierre, 1998, La domination masculine, Seuil, Paris.

Brohm Jean-Marie, 1998, Les shootés du stade, Paris-Méditerranée, Paris.

Bromberger Christian, 1998, Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Bayard Editions, Paris.

Bromberger Christian, 1995, Le match de football. Ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme.

Butler Judith, 2005, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, La Découverte, Paris.

Chabaud-Rychter Danielle et Gardey Delphine, (dir.) 2002, L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, Ed. Des Archives Contemporaines, Paris.

Connell Robert W., 1995, Masculinities, Oxford, Polity Press.

Cremonese Laura, Dialectique du masculin et du féminin dans l’œuvre d’Hélène Cixous, Schena Didier Erudition, Paris, 1997.

Cuche Denys, 2002, « Nouveaux regards sur la culture : l’évolution d’une notion en anthropologie », La culture. De l’universel au particulier, Ed. Sciences Humaines, Paris.

Davisse Annick, 2006, «Filles et garçons dans les activités physiques et sportives», Filles-garçons. Socialisation différenciée ? PUG, Grenoble, pp 287-300.

Davisse Annick et Louveau Catherine, 1998, Sports, Écoles, société : la différence des sexes Féminin, masculin et activités sportives, L’Harmattan, Paris.

Fischler Claude, Une « féminisation des mœurs », Esprit n°196, pp. 9-28.

Gagnon Nathaly, 1996, « culture sportive et violence envers les femmes : au cœur d’une controverse sociale. Loisir et société, vol 19, n°2, pp. 507 – 535.

Goffman Erving, 2002, l’arrangement des sexes, La Dispute, Paris.

Héritier Françoise, 1996, Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Odile Jacob, Paris.

Hirata Helena et al., 2000, Dictionnaire critique du féminisme, PUF, Paris.

Kergoat Danièle, 1992b, « A propos des rapports sociaux de sexe », Revue M, n° 53-54, avril-mai, pp. 16-19.

Kergoat Danièle, 2000, "Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe", Dictionnaire critique du féminisme, PUF, Paris.

Laberge Suzanne, 2004, Les rapports sociaux de sexe dans le domaine du sport: perspectives féministes marquantes des trois dernières décennies. Recherches féministes, N°1, volume 17, pp 9-39.

La Cecla Franco, 2000, «Ce qui fait l’homme»,  Manières brutales, Bruno Mondalori Editeur.

Lacombe Philippe, 2000 : Sport e(s)t politique, www.iufmsc.dnsalias.org/recherche

Lacombe Philippe et Moulin Caroline, 2003, «Les femmes et l’expression de la (l’homo) sexualité dans le sport», UTINAM n° 9.

Lacombe Philippe, 2005 : « la féminisation de la marine nationale », la documentation française.

Le Feuvre Nicky, 2001, «La féminisation de la profession médicale, voie de recomposition ou de transformation du genre» ? In Femmes et hommes dans le champ de la santé. Approches sociologiques, sous la direction de Aäach P. et al., Ed ENSP, Rennes, pp 197-228.

Le Feuvre Nicky, 2003, « Le genre » comme outil d’analyse sociologique », in D. Fougeyrollas-Schwebel et al., Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, L’Harmattan, Paris, pp 39-52.

Marcellini Anne, Lefebvre Nathalie, Léséleuc de Eric et Bui-Xuan Gilles, 2000, D’une minorité à l’autre… Pratique sportive, visibilité et intégration sociale de groupes stigmatisés. Loisir&Société, volume 23, 1, 251-272.

Menesson Christine, 2005, Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, Paris, L'Harmattan.

Menesson Christine, 2004, «Etre femme dans un sport «masculin». Modes de socialisation et construction des dispositions sexuées»,  Sociétés Contemporaines n°55, pp 69-90.

Moulin Caroline, 2005, Féminités adolescentes, P.U.R. p. 104.

Nnémé Abouna Marie-Stéphanie : la construction d’un soi au féminin dans l’espace du football, doctorat de sociologie, U.B.O., à soutenir, 2009.

Nnémé Abouna Marie-Stéphanie et Lacombe Philippe, 2004, La distribution des genres féminin et masculin dans la pratique du football, In Genre et Données Longitudinales, Cereq, Dijon.

Pociello Christian, 1995, Les cultures sportives. Pratiques, représentations et mythes sportifs, PUF, Paris.

Prudhomme-Poncet Laurence, 2003, Histoire du football féminin au XXe siècle, Paris, L'Harmattan.

Scott Joan, 1988, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les cahiers du GRIF, pp 37-38.

Singly François, 1993, « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit n°196, pp 54-64.

Terret Thierry, 2005, Sport et genre. (volume1) La conquête d’une citadelle masculine, L’Harmattan, Paris.

Vieille Marchiset Gilles, 2004, Des femmes à la tête du sport. Les freins à l’investissement des dirigeantes locales, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon.

Vigarello Georges, 1993, Hommes-femmes : une neutralisation des genres ? Esprit n°196, pp 3-8.

Welzer-Lang Daniel, 1994, « L'homophobie, la face cachée du masculin », in Welzer-Lang D., Dutey P-J., Dorais M., La peur de l'autre en soi, du sexisme à l'homophobie, Montréal, VLB, pp. 13-92.

Zaidman Claude, 2000, « Education et socialisation »,  Dictionnaire critique du féminisme, PUF, Paris pp 49-54.

Haut de page

Notes

1 C’est un questionnement qui fait l’objet d’une plus large analyse dans nos travaux de thèse.
2 Les femmes étant considérées comme des « êtres faibles et fragiles » et le football jugé dangereux pour elles. Des réserves étaient donc émises quant à leurs capacités et à la « nécessaire » sauvegarde de leur féminité.
3 Graphiques que nous avons élaborés à partir d’une synthèse des données statistiques des licencié(e)s archivées par la FFF sur son site internet officiel.
4 Du fait que les joueuses bénéficient ici du statut de haut niveau, elles sont la preuve d’une ouverture que les responsables mettent en avant.
5 Dans son « Plan de développement du Football Féminin » de 2000.
6 Et surtout, c’est la preuve pour ce dirigeant que les hommes du club ne sont pas « machistes » et qu’ils sont concernés par l’égalité entre sexes.
7 Cet aspect des choses n’est pas toujours mis en avant.
8 Par l’importance de leurs moyens ou de leur statut, notamment professionnel.
9 4e parmi les 31 ligues de la FFF par son nombre de ses licencié(e) s (132758 en 2006), la ligue de Bretagne, fait paradoxalement partie en 2006, des 3 dernières ligues qui comptent la plus faible proportion de femmes.
10 Ce sont des joueuses-dirigeantes actives dans le développement du football féminin en Bretagne.
11 Cet élément est sans cesse rappelé par la plupart des membres (hommes et femmes) du club.
12 Le championnat de France de Division 3 de football féminin met aux prises plusieurs clubs répartis en quatre poules de dix selon un découpage géographique. Les équipes ne sont cependant pas réparties en fonction de la proximité de ces poules. La conséquence en est que le FC Etoile s’est retrouvé dans la poule du nord avec des déplacements de plus de 1500 kilomètres pour plusieurs matchs joués à l’extérieur.
13 C’est ainsi que les désignent les joueuses des autres clubs locaux, désignations que les concernées reprennent (par de l’autodérision), à leur propre compte.
14 Les hommes qui côtoient les filles au quotidien dans cet espace s’assimilent à elles.
15 Benoît Siohan, Le télégramme de Brest, lundi 2 octobre 2006, pages sport p.4
16 Un petit nombre seulement de femmes encadrent les jeunes catégories masculines ; les "mamans" constituent pourtant les bataillons invisibles des tâches invisibles : transport, goûter, tenues…
Haut de page

Table des illustrations

URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/1982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Stéphanie Nneme Abouna et Philippe Lacombe, « La construction de l’espace du football au féminin : un processus de construction du genre ? », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 09 novembre 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/1982

Haut de page

Auteurs

Marie-Stéphanie Nneme Abouna

Centre de Recherche Bretonne et Celtique (UMR 6038 CNRS) nabouna@yahoo.fr

Philippe Lacombe

Centre de Recherche Bretonne et Celtique (UMR 6038 CNRS) lacombe@iufm-pacifique.nc

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org