Navigation – Plan du site
Débats

En quoi une thèse CIFRE en sociologie forme au métier de sociologue ? Une hypothèse pour ouvrir le débat

Gérald Gaglio

Résumé

Cet article défend, à titre d’hypothèse, qu’une thèse CIFRE en sociologie peut être une formation au métier de sociologue, envisagé sous ses formes plurielles d’exercice aujourd’hui. En s’appuyant sur une expérience vécue transformée en témoignage réflexif, nous décrivons le contexte d’élaboration d’une posture de sociologue praticien au service de la réalisation d’une thèse, indiquons les caractéristiques majeures de cette posture puis terminons sur l’orientation professionnelle à laquelle ce parcours a conduit.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plusieurs années, le travail des sociologues n’ayant pas pour résidence principale un centre de recherche ou un établissement d’enseignement supérieur fait l’objet de débats en France, notamment sous l’impulsion de l’APSE (Association des Professionnels en Sociologie de l’Entreprise). Ces sociologues sont généralement nommés praticiens (Piriou, 2006) ou, par extension, « dans l’action » (Dahan Seltzer, Pierre, 2007), quand ils se revendiquent de la sociologie bien qu’exerçant une autre activité professionnelle (travail social, ressources humaines…). La « face cachée de la sociologie » (Piriou, 2006) devient ainsi, progressivement, mieux connue. Sa mise en lumière, de surcroît, renouvelle l’intérêt de perspectives sociologiques qui désirent agir sur les milieux sociaux où elles sont mobilisées, qu’on les qualifie de recherche-action (Liu, 1997) ou d’intervention (Uhalde, dir., 2001 ; Kuty, Vrancken, dir., 2001).

2Au sein de cette littérature, les thèses CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) en sociologie sont souvent mentionnées mais rarement abordées isolément (Berry, 2000) et jamais par ceux qui les ont rédigées. Elles sont pourtant l’archétype d’une sociologie embarquée dans des questionnements ne relevant pas que de son champ ; elles présentent aussi la spécificité de devoir aboutir à un manuscrit « validé » scientifiquement. Pour rappel, le dispositif CIFRE est un instrument de politique publique de la recherche promu depuis 1981 en France. Il repose sur un accord tripartite entre un(e) doctorant(e), un laboratoire de recherche et une entreprise (publique ou privée) ou une administration. Une CIFRE se traduit par un contrat de travail qui couvre généralement la durée prévue d’une thèse nouveau régime (3 ans) et occasionne une subvention annuelle versée par l’ANRT (Association Nationale de la Recherche Technique), entité du Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche, à une organisation d’accueil. Celle-ci complète la subvention afin de verser le salaire annuel du doctorant. Un supplément est souvent accordé au laboratoire de recherche par l’institution partenaire. Pour l’heure, le système a donné lieu à 12000 thèses financées1, dont 92% ont conduit à une soutenance2. Apanage principalement des sciences du vivant et de l’ingénieur, les CIFRE sont tournées vers le transfert de technologies. Toutefois, de nombreuses thèses CIFRE s’inscrivent dans le giron des sciences humaines et sociales (15% en 2001 selon une étude réalisée par l’ANRT en 2005 auprès des doctorants en cours de convention CIFRE)3. Elles sont également censées rapprocher les universités de l’industrie et faciliter l’insertion professionnelle des docteurs dans le secteur privé, comme en témoigne l’intitulé d’une rencontre entre doctorants CIFRE en SHS (Sciences Humaines et Sociales) et représentants du monde économique en décembre 2007 (Issy Les Moulineaux) : « Les SHS, catalyseurs de l’innovation en entreprise ».

3Deux questions qui s’enchevêtrent viennent alors à l’esprit : la thèse CIFRE en SHS a-t-elle pour finalité première de permettre d’accéder à un emploi dans le secteur privé ou public mais hors du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur (finalité professionnelle) ? Est-elle plutôt, à titre principal, un moyen pour acquérir un savoir faire scientifique pouvant s’exercer dans diverses positions professionnelles (finalité « métier ») (Piriou, 1999)4 ? Autrement dit, pour le cas de la sociologie, une thèse CIFRE sert-elle avant tout à obtenir un emploi hors de la sphère dite « académique », gage d’une forme de professionnalisation de la discipline, ou est-elle prioritairement une formation au métier de sociologue et dans quelle acception ?

4Nous aborderons dans cet article le second volet de la question en la reformulant : en quoi la réalisation d’une thèse en CIFRE forme au métier de sociologue ? Ce déplacement implique une réponse positive à l’interrogation initiale sachant que la thèse CIFRE permet d’occuper des postes qui comprennent un volet sociologique et où cette compétence est généralement valorisée. Deux précisions s’imposent néanmoins. Premièrement, afin de répondre exhaustivement à la question posée, il conviendrait d’étudier de façon systématique les caractéristiques des conditions de réalisation des CIFRE, de leurs auteurs, des organisations qui les accueillent, des laboratoires et directeurs de thèse qui les encadrent, des sujets traités ou encore des méthodes employées. Par contraste, nous nous appuierons sur une expérience vécue personnellement et subjectivement, transformée en témoignage réflexif en adoptant un parti pris descriptif. Bien que fondamentaux, le versant universitaire de la socialisation du doctorant CIFRE et la relation avec le directeur de thèse ne seront, également, pas traités centralement. Nous assumons enfin que cette expérience est relue au prisme de notre position actuelle (maître de conférences en université) et avec le recul du temps, ce qui offrira, espérons-le, une prise de distance salutaire.

5Deuxièmement, indiquons ce qui sera entendu ici par « formation » et par « métier de sociologue ». « Formation » renverra à un apprentissage, à un premier essai abouti de production de connaissances destinées à la fois au milieu académique et à des commanditaires privés ou publics. La production de connaissances sera donc la dimension privilégiée du métier de sociologue. Elle sera peu abordée au travers du contenu des connaissances élaborées (les résultats de la thèse) mais à l’aune des conditions de leur confection et de la démarche qui en a résulté. En outre, l’acception retenue du « métier de sociologue » fait référence à des modalités plurielles d’exercice et de lieux d’exercice de la sociologie, par substitution au modèle qui a longtemps prévalu (Piriou, 1999) : un sociologue autonome, c'est-à-dire sans lien avec d’éventuelles clientèles, critique et universaliste (Bourdieu, Chamboredon, Passeron, 1968). Qu’on le regrette ou non, ce modèle ne reflète plus la réalité de la pratique sociologique dans son ensemble. O. Piriou (2006) constate à ce titre que la pratique professionnelle des diplômés en sociologie se distribue entre quatre rôles (études-recherches appliquées, enseignement-formation, conseil, accompagnement-développement) et M. Uhalde (2008) distingue les figures du sociologue « critique », « consultant » et « clinicien ». Ajoutons que le(a) sociologue est potentiellement un individu pluriel : les frontières entre les figures ne sont pas totalement imperméables et le sociologue pourra basculer d’une figure à une autre, quelque soit sa position professionnelle. Par exemple, un sociologue officiant en université et ayant pour objet de recherche le travail, peut être « critique », publier des articles, tout en étant « praticien » (l’enseignement est au reste une pratique de la sociologie), voire parfois « consultant ». Seule variera l’intensité de l’engagement dans ces différentes activités au long de sa carrière et/ou la figure qu’il privilégiera. Autrement dit, nous adoptons une conception du métier de sociologue qui prend en considération la pluralité de ses pratiques et de ses lieux d’exercice (y compris pour une même position professionnelle), en y voyant une évolution à questionner, pas a priori une dérive au regard d’un modèle de métier originel et authentique. Plus encore, le cœur du métier de sociologue (la production de connaissances5) peut être irrigué hors d’un contexte académique et avec pour source une demande : là est l’originalité, selon nous, de l’expérience CIFRE.

6Ces précisions étant faites, nous allons tenter de montrer en quoi la réalisation d’une thèse en CIFRE en sociologie forme au métier de sociologue. Compte tenu du matériau utilisé pour étayer la démonstration6, notre propos n’aura qu'une valeur d’hypothèse et a pour seule ambition de susciter le débat. En s’axant sur le rapport entre le doctorant en CIFRE et son entreprise d’accueil lors d’une expérience singulière, cette hypothèse sera que la détermination d’une posture est impérieuse afin que le dispositif CIFRE soit approprié à cette fin. L’expérience vécue durant la CIFRE (entre monde universitaire et monde de l’entreprise) engage à façonner une posture. Une posture est une ligne de conduite, nécessitant d’établir une frontière entre ce que l’on peut/doit faire et ce que l’on considère dans/hors du cadre de son activité professionnelle, en fonction d’un objectif (ici la soutenance d’une thèse correctement évaluée), dans un milieu social où la sociologie est structurellement marginale. De quel contexte provient cette posture ? Quelles sont ses caractéristiques ? A quel débouché professionnel a-t-elle été destinée ?

7Partant, l’exposition s’effectuera en trois temps. Tout d’abord, notre situation d’action durant la CIFRE sera indiquée, ainsi que les difficultés apparues (I). Ensuite, les propriétés de la posture de sociologue praticien au service de la réalisation d’une thèse, sorte de réponse au contexte décrit auparavant, seront exposées (II), avant de conclure sur l’orientation professionnelle prise, et ses raisons, après la thèse (III).

1. La situation d’action ou la source de la posture développée

8La posture développée s’ancre dans un contexte singulier dont des propriétés se retrouvent certainement ailleurs. Elle provient de la définition ambiguë d’un sujet de thèse, coincé entre présent et avenir (1.1), d’un positionnement dans l’organisation qui a évolué (1.2) et de représentations au sujet de l’apport possible du travail d’un jeune sociologue en entreprise (1.3).

1.1 L’entrée dans l’entreprise et la définition ambiguë du sujet de thèse

9A notre connaissance, les modalités de réalisation des CIFRE en sociologie oscillent entre deux pôles. Le premier, majoritaire, consiste à être intégré dans un centre de recherche interne à une entreprise (ou une administration) de grande envergure7, au sein souvent de la direction Recherche et Développement (R&D). Après acceptation du dossier de candidature par l’ANRT, la seconde modalité revient à être affecté à une direction opérationnelle ou « support » (ressources humaines, marketing…), sans que le travail réalisé (audit social…) ne soit nécessairement, dans les faits, en relation avec la recherche produite. L’accord repose alors sur l’espoir ou la promesse d’obtenir des terrains d’enquête. L’organisation d’accueil devient alors la réalité explorée. L’expérience de doctorant CIFRE relatée ici est équidistante de ces deux pôles. Nous avons évolué dans un service d’études se revendiquant des sciences humaines et sociales non orienté vers des thématiques de recherche ; néanmoins, le doctorat n’est pas envisagé comme déconnecté du travail pour l’entreprise : il doit l’alimenter. Avant d’approfondir cet aspect, quel est le parcours ayant conduit à cette situation et comment le sujet de thèse a-t-il été élaboré ?

10Après avoir suivi une formation initiale et un Diplôme d’Etude Approfondie (DEA, aujourd’hui Master Recherche) en sciences politiques (Institut d’Etudes Politiques d’Aix en Provence puis Université Paris Dauphine), nous désirons poursuivre nos études en sociologie, qui nous parait, à tort ou à raison, plus ancrée dans le réel que les sciences politiques. Sur les conseils du directeur du DEA suivi, nous rencontrons alors N. Alter, professeur de sociologie à l’Université Paris Dauphine. Il nous intègre au séminaire doctoral qu’il anime et nous demande de rédiger un projet de thèse. En avril 2000, après une période intense de lectures sociologiques, un stage de neuf mois dans l’entreprise Bouygues Telecom est décroché. Le secteur de la téléphonie nous est familier car notre mémoire de DEA a porté sur la trajectoire nationale française des politiques publiques de télécommunication. S’agissant du stage, il revient à réaliser une enquête visant à mettre en perspective les usages potentiels de la technologie sans fil Bluetooth à partir du téléphone mobile. Concrètement, il a fallu identifier les services potentiels relatifs à cette technologie (dialogue entre objets, portable comme télécommande universelle, achat préalable à la séance d’un billet de cinéma et passage du mobile sur une borne…), puis mettre à l’épreuve d’utilisateurs dits, dans l’entreprise, « pionniers », cet horizon des possibles. Pour tenter de donner de la robustesse à l’analyse, nous avons mis en tension les représentations et projections recueillies avec des usages présents du téléphone mobile. Ce travail donne satisfaction dans l’entreprise. Parallèlement, l’inscription en thèse est désormais acceptée par N. Alter, notre projet de recherche prenant forme peu à peu. Si bien que le prolongement du stage par une CIFRE apparait naturel, même si l’entreprise ne propose pas, à ce moment, de sujet de thèse en sociologie. C’est pourquoi le sujet déposé à l’ANRT8 a été co-construit par le directeur de thèse, le responsable dans l’entreprise, le chargé des relations avec les établissements de l’enseignement supérieur et nous même. Le texte gravite autour d’un mot-valise, celui d’usage, et fait persister une ambigüité déjà présente lors du stage. Très vite, la polysémie du terme usage devient gênante. En effet, pour un dirigeant, usage renvoie à une promesse de revenu supplémentaire à court terme ; pour un marketer, usage est synonyme de consommation, d’utilisation sporadique ou répétée du mobile. En sociologie, un usage est une pratique sociale située, une unité d’observation et de récit faisant sens et renvoyant à une recherche d’efficacité qui s’inscrit dans la durée (Gaglio, 2004). Par exemple, envoyer de façon régulière un mini-message écrit pour transmettre un mot doux à son épouse est un usage. A la différence de l’approche marketing, un usage, pour un sociologue, peut provenir d’une ruse, d’un braconnage, d’un détournement du prescrit par les offreurs, pour employer le vocabulaire de M. Certeau (de) (1980). Toujours à propos des mini-messages, leur usage, non anticipé par les industriels, est issu au départ (autour de 1998 en France) d’un contournement du coût jugé prohibitif des appels par une minorité d’adolescents. La coexistence de différentes acceptions du terme usage ne fut pas sans causer de malentendus. Surtout, une question reste en suspens : s’agit-il d’étudier les usages du mobile d’aujourd’hui ou ceux de demain ? Le sujet déposé à l’ANRT fait persister le tiraillement entre présent et avenir, en proposant d’étudier les usages actuels du téléphone mobile en France, afin de mieux se préparer à ses usages futurs. Le sujet co-construit dans ce document est donc, au moins en partie, d’« anticipation » (Piriou, 2006), ce que l’expression de « demande sociale » sous-entend fréquemment.

1.2 Le service de rattachement, le contexte organisationnel de départ et son évolution

11Dés l’arrivée en stage (avril 2000), nous intégrons l’équipe « Usages et comportements » qui met à disposition de l’entreprise des méthodes d’analyse issues des sciences humaines et sociales (psychologie, ergonomie, sociologie en l’occurrence). La fondatrice du service ayant une formation en recherche opérationnelle (mathématiques appliquées), une compétence en traitement de données quantitatives est également mise en avant au début. Cependant, l’équipe, localisée en R&D, se fait surtout connaître par ses études qualitatives sur les usages du mobile, avec pour interlocuteur principal le marketing stratégique. Il n’en reste pas moins qu’à cette période, l’instance principale d’identification et de reconnaissance, inhérente à toute forme d’activité professionnelle (Dubar, Tripier, 1998) n’est pas clairement établie : est-ce simplement l’entreprise ? Une expertise sur les usages de la téléphonie mobile ? Quid de la recherche ? En ce domaine, des projets sont lancés avec des laboratoires universitaires (dépôt de dossiers RNRT9, thèse CIFRE). En même temps, les résultats avancés se doivent, d’après la responsable de l’équipe, d’être « applicables » par les commanditaires.

12Début 2002, une direction des « Nouveaux Services » voit le jour et l’équipe d’accueil y est immédiatement rapatriée, sur la base d’un argumentaire de rationalisation du responsable de la nouvelle direction : avant de lancer ces nouveaux services « à valeur ajoutée » sur le marché, il convient de les évaluer auprès de clients potentiels, pour s’assurer qu’ils correspondent à des besoins, qui plus est dans des délais et des coûts inférieurs à ceux pratiqués par les instituts d’études en marketing. Dès lors, la donne change. L’activité devient de plus en plus « opérationnelle ». Les délais de remise des études se réduisent : le plancher des trois mois incompressibles (recrutement, passation des entretiens, analyse, restitution) est parfois battu en brèche ; le nombre d’études commandées augmente mais sans embauche durable. Enfin, les sujets d’études retenus se calent peu à peu sur les périodes commerciales de l’entreprise et les lancements de nouveaux produits, ce qui était moins le cas en R&D.

13Notre autonomie de doctorant CIFRE, importante en raison de l’absence d’encadrement interne dans l’entreprise, est potentiellement en péril. Les services marketing (en particulier la « conception des services ») deviennent des donneurs d’ordres pressants. Leurs demandes multiples ont encouragé l’équipe, appelée désormais « Laboratoire des Usages », à tester des produits et des offres futurs, davantage qu’à étudier les usages actuels pour en faire une source d’anticipation, zone de compromis autour de laquelle était régulée notre activité de thésard-salarié.

14Contrairement aux collègues dans l’entreprise, notre travail doit aboutir à la rédaction d’une thèse. Au-delà, l’adaptation au nouveau contexte organisationnel ne s’est pas déroulée de la même façon selon l’origine disciplinaire des membres du Laboratoire des Usages. L’ergonomie de surface semble ainsi la mieux équipée méthodologiquement pour répondre aux demandes des commanditaires de l’entreprise, puisque sa méthode de prédilection est le test. Il consiste à mettre des individus en position d’utilisation simulée et à disséquer l’interaction homme / machine (difficultés rencontrées dans le maniement, gestion des erreurs, capacité à retenir les opérations effectuées etc). Une psychosociologie orientée vers des interrogations marchandes s’accommode également des nouvelles exigences, en scrutant des besoins en émergence et en analysant des perceptions tarifaires. En revanche, le développement d’une sociologie, pourtant à dominante empirique, inductive, et tournée vers l’examen des usages d’un bien de communication, a été délicat dans ces circonstances. Une illustration va aider à le comprendre. En juin 2002, le service « Marketing des services de communication », sollicite le Laboratoire des Usages dans le cadre de la préparation à la sortie commerciale d’une nouveauté prévue pour octobre de la même année. Cette nouveauté est le MMS (Multimédia Messaging Services), successeur annoncé des mini-messages écrits car les enrichissant d’images et de sons. Le rôle de l’ergonome qui intervient dans ce projet a été rapidement défini. Il évaluera la facilité d’utilisation du MMS sur les deux nouveaux téléphones que Bouygues Telecom allait commercialiser. Reste à questionner l’acceptabilité de ce nouveau service, la pertinence des contours prévus de l’offre et le positionnement marketing envisagé du MMS par rapport à d’autres produits existant, ce qui nous échoie. Comment traiter sous un angle sociologique cette demande ? Comment parler d’usages, en vue d’un lancement commercial proche, d’une fonctionnalité pas encore proposée sur le marché ? Certes, la tension entre présent et avenir a été constante au long du doctorat. Mais ici, il nous est demandé de montrer à des clients potentiels des téléphones mobiles capables de transmettre des MMS et disposant d’un appareil photo, de même que de tester les formules tarifaires possibles : le cadre de l’entretien sociologique est débordé. Cette étude sera tout de même réalisée mais sans être intégrée au corpus de données de la thèse, cela participant d’un don-contre don exposé plus loin.

1.3 Une identité allant de soi pour autrui et les malentendus autour des apports possibles de la sociologie

15Il convient aussi d’indiquer la façon dont nous sommes perçu dans l’entreprise. A ce propos, nos interlocuteurs nous considèrent comme sociologue, pas « sociologue en formation ». Cette identité allant de soi « pour autrui » (Dubar, 2000) a été problématique : notre identité de métier n’est alors qu’embryonnaire et notre préférence en terme d’orientation professionnelle, pas encore stabilisée. De plus, devenir sociologue implique, dans notre esprit, de soutenir une thèse, ce qui venait juste d’être entamé. Or, les attentes nous concernant se situent dans le présent. Une limite de l’appellation « formation par la recherche » est qu’elle augure une professionnalisation progressive alors que les exigences envers un salarié sont immédiates. Ce contexte présente un risque de contre-performation, pour retourner le concept de performativité, repris de la philosophie du langage. Il signifie, par exemple, que les économistes ne se contentent pas de décrire les marchés qu’ils étudient mais, via leurs analyses, « performent » lesdits marchés, influencent leur fonctionnement concret (Callon, 2007). Ici, le risque n’est pas que la science « performe » le réel mais l’inverse. En effet, la conception, même frustre, de la sociologie soutenue par les acteurs détenant l’autorité dans l’entreprise peut être performative, par un effet de ruissellement organisationnel : notre responsable peut relayer des points de vue sur ce que doit être notre travail d'après sa hiérarchie, ce qui peut avoir des incidences sur notre activité réelle. Des marges d’interprétation et d’action existent toujours mais en tant que doctorant CIFRE, nous ne parlons pas d’égal à égal avec les dirigeants et les managers hauts gradés. Une parole d’autorité sur la manière d’exercer la sociologie dans l’entreprise peut la modeler et ainsi devenir un segment de la pratique sociologique. Nous avons pallié ce risque par l’établissement d’une posture. Avant d’y venir, précisons les malentendus autour de l’apport possible de notre travail. Trois d’entre eux méritent d’être mentionnés :

16- La sociologie intrusive : elle consiste en un espoir d’une intrusion « dans la tête du client » par le sociologue, comme y incite le spécialiste du marketing G. Zaltman (2003), pour connaître leurs désirs cachés, non déclarés dans les enquêtes quantitatives. Ce malentendu provient d’une méconnaissance des méthodes de la sociologie qualitative.

17- La sociologie « deus ex machina » : corollairement, la sociologie est parfois envisagée comme un mode de persuasion et un gisement de solutions pour arriver à convaincre des bien-fondés d’offres (autour de l’Internet mobile en l’occurrence) ne trouvant pas encore leur public, malgré la mobilisation de moyens colossaux, préalablement (communication publicitaire, études de marché…), pour y parvenir.

18- La socio-astrologie : l’attente d’une préparation à l’avenir via l’examen des usages actuels peut incidemment dériver en une quête angoissée de prédictions favorables, sur un marché incertain tardant à décoller, contrairement aux anticipations optimistes des cabinets de prospectives au sujet de l’Internet mobile.

19Cette description du contexte de production de notre recherche doctorale conduit à une conclusion intermédiaire : « thèse de terrain » et thèse CIFRE ne peuvent être employées comme synonymes, comme le fait M.Berry (2000), car cette dernière présente des particularités. La principale est d’empêtrer le doctorant dans un système d’acteurs qui s’élargit à partir de la rédaction du projet de thèse. La seconde est de devoir faire face, presque quotidiennement, à des représentations de la sociologie parfois exotiques conduisant à des malentendus. Le doctorant CIFRE doit prendre acte des représentations associées à son travail et les contourner, les contester, s’en servir pour formuler des propositions alternatives. Mais il ne peut totalement les ignorer. Un doctorant qui réalise une « thèse de terrain » à l’aide d’une allocation de recherche ministérielle n’est pas soumis à la même contrainte car il n’est pas salarié de l’institution qu’il étudie. Pour le doctorant CIFRE, une extériorité totale est difficilement tenable, dans des contextes mouvants du fait de changements organisationnels fréquents. La posture élaborée, exposée maintenant, a été une réponse à l’ensemble de ces paramètres contextuels.

2. La posture de sociologue praticien au service de la réalisation d’une thèse

20La posture de sociologue praticien au service de la réalisation d’une thèse comporte une contradiction qui a dû être dépassée : à l’instar du médecin, le sociologue praticien applique un savoir scientifique (Piriou, 2006), ici dans un environnement où il est peu connu, alors que le doctorant doit produire dans sa thèse des résultats de recherche et participer aux débats de sa discipline. Face à cette injonction paradoxale rappelant le « drame social du travail » (Hugues, 1996), la posture façonnée a reposé sur trois piliers : créer des demandes en s’appuyant sur des aidants dans l’organisation (2.1) ; adopter un scepticisme constructif à l’endroit des nouveautés envisagées puis proposées sur le marché investigué (2.2) ; s’opposer à la lecture dominante de l’avènement du téléphone mobile en France et à la prééminence organisationnelle du marketing dans l’entreprise d’accueil (2.3).

2.1 Créer des demandes et s’appuyer sur des aidants dans l’entreprise

21Dans le contexte décrit, attendre que des terrains d’enquête pertinents pour la thèse nous parviennent clef en main a rapidement semblé périlleux. Outre le caractère ambigu du sujet de thèse accepté par l’ANRT, il a fallu articuler notre travail, prévu pour une durée de trois ans, aux temporalités plus courtes de l’entreprise, tout en faisant émerger une cohérence entre différentes investigations. Davantage que de réinterpréter des demandes internes, nous en avons créées en nous appuyant sur des aidants dans l’organisation d’accueil. Ce premier trait de la posture relève de deux registres d’action qui se sont emboîtés : opportunisme en profitant de brèches afin d’avancer notre recherche ; don contre don avec des aidants dans l’entreprise, en acceptant des concessions tout en obtenant des contreparties favorables au bon déroulement du doctorat.

22La dernière salve d’entretiens de la thèse va aider à le comprendre. Elle concerne l’étude des usages du mobile par de jeunes retraités. Dans une optique cumulative, nous souhaitons enquêter cette population : l’étape de vie (Attias-Donfut, 1991) a progressivement émergé comme variable heuristique d’analyse, en précisant, au plan qualitatif, le rôle de l’âge, seul capable d’expliquer à la fois les variations en terme de niveau d’équipement et de consommation du mobile. Une mesure Ki2 réalisée grâce à des données quantitatives fournies par l’opérateur a permis d’en attester (Gaglio, 2004). Nul dans l’entreprise n’a formulé de requête au sujet du rapport au mobile des retraités. Pourtant, ceux-ci représentent un foyer potentiel de diffusion de l’objet : en juin 2002, les personnes âgées de plus de 60 ans sont équipées à 41% contre 62,7% de la population française10. Nous insistons aussi sur l’importance d’aller enquêter en province (Pas de Calais en l’occurrence). Cette proposition reçoit un accueil favorable dans l’entreprise, la quasi totalité des études de marketing étant effectuée à Paris, et répond à l’objectif de diversité du panel fixé en concertation avec le directeur de thèse. Cette enquête a été restituée aux chefs de produits « sénior » des lignes de marché. Dans ce cas précis, il n’existe pas de commanditaire interne mais des bénéficiaires associés à la démarche, car le service de rattachement dispose encore, à ce moment, d’un budget pour proposer des études. La personne à convaincre a donc été notre responsable dans l’entreprise, qui elle-même a su persuader sa hiérarchie du caractère impérieux de cette enquête.

23Cette investigation aurait pu ne pas avoir lieu à un stade plus avancé d’inféodation de l’activité de l’équipe d’accueil au processus, et à sa temporalité serrée, de conception des nouveaux services sur le mobile. A coup sûr cependant, l’enquête a été possible grâce à la médiation d’un aidant. L’aide n’est pas gratuite, même si, comme dans la théorie du don (Mauss, 1925), elle n’est pas à envisager qu’en référence à un intérêt bien pesé. Pour l’étude des usages du mobile par de jeunes retraités, l’aide est un pari sur un enquêteur, des résultats, une capacité à les traduire dans un langage compréhensible en entreprise. Elle contribue à établir une confiance mutuelle mais n’est pas exempte de concessions. Par exemple, nous acceptons de remettre des résultats avant que l’analyse ne soit véritablement terminée ou de faire autant de restitutions que nécessaires. La conciliation d’une sociologie praticienne en entreprise et de l’objectif de la soutenance d’un doctorat nécessite de présenter des résultats par terrain et non à l’occasion de la remise du manuscrit final. Elle a aussi dû passer par un traitement en deux étapes du matériau recueilli pour la thèse. A chaud d’abord, en faisant l’effort d’identifier des résultats instructifs à la fois pour l’entreprise et notre recherche ; le rapport, la présentation, les documents d’analyse, les notes de terrain sont ensuite re-problématisés et enrichis des lectures en vue de la rédaction finale. En contrepartie, il nous est arrivé de pouvoir prendre des jours de congés pour écrire et lire, en sus d’une répartition du temps de travail prévue11 à l’avance.

24Dans une moindre mesure, savoir hybrider opportunisme et don contre don avec des personnes potentiellement intéressées par ses recherches fait partie de la palette de tout sociologue désireux d’entretenir des liens avec des représentants du monde socio-économique. L’accession à des terrains d’enquêtes peut résulter de ces relations et est un moyen pouvant concourir à la production de connaissances. Le dispositif CIFRE n’entraîne pas mécaniquement ce schéma mêlant opportunisme et don contre don, il n’engendre pas nécessairement un savoir faire relationnel pouvant être rendu opératoire avec des bénéficiaires potentiels, et futurs, de ses recherches. Néanmoins, le doctorant est mis en face de ce type d’enjeux et peut en extraire un apprentissage instructif pour la suite d’une carrière de sociologue (praticien ou non).

2.2 Scepticisme constructif à l’égard des nouveautés envisagées puis proposées sur le marché investigué

25Le marché dans lequel l’entreprise d’accueil évolue est marqué par un fort dynamisme et par l’espoir d’importer des usages stabilisés de l’Internet sur le téléphone portable. Dans cet environnement effervescent, il est impossible de nier l’existence de multiples nouveautés (services, technologies, offres, objets) envisagées puis proposées, de les regarder avec dédain : notre statut de thésard-salarié embauché en contrat à durée indéterminée engage à contribuer à ce que ces nouveautés soient effectivement utilisées par des consommateurs.

26Partant, le deuxième trait de notre posture a été un scepticisme constructif à l’égard de ces nouveautés. Il est revenu à ne pas ignorer ostensiblement ce qui alimente les conversations dans l’entreprise tout en ne succombant pas à un enthousiasme béat devant l’annonce d’usages révolutionnaires et de revenus mirifiques à venir. Cette attitude a permis de conserver un recul, quitte à jouer, selon les dires d’un marketer « l’empêcheur de tourner en rond ». Le scepticisme constructif a consisté à rappeler sans cesse que l’Internet mobile ne pouvait pour l’heure concurrencer ou même compléter l’Internet fixe compte tenu de difficultés d’utilisation (lenteur de connexion, petite taille d’écran du mobile, extrême faiblesse du débit) ou de différences de prix à la défaveur des opérateurs de téléphonie mobile. Surtout, le rythme de mise en marché des nouveautés est généralement plus rapide que leur rythme d’adoption et que le développement d’usages, ce que nous répétons à l’envi. Certains se montrent agacés par ce refrain placé de réunions en réunions, mais d’autres y voient des mises en garde utiles pour éviter l’emballement ainsi qu’une forme de déterminisme à la fois technologique et marchand. En cela, notre scepticisme a été constructif.

27L’exemple des débuts du Wap (Wireless Application Protocol) servira à poursuivre cette réflexion. Au début de la CIFRE, l’entreprise Bouygues Telecom se met en ordre de bataille pour commercialiser ce dispositif, première incarnation de l’Internet mobile, permettant d’obtenir diverses informations à partir du téléphone portable. Malgré la forte promotion qui l’accompagne, le Wap n’a pas engendré d’usages nouveaux. A l’inverse, les mini-messages écrits, qui n’ont pourtant fait l’objet d’aucune promotion, sont plébiscités. L’échec du Wap rappelle que les usages ne se développent pas toujours dans la direction espérée par les offreurs. Autrement dit, il n’y a innovation que si la nouveauté est appropriée par un public, selon la distinction entre invention et innovation rappelée par N. Alter (2000) : avant l’appropriation, nous sommes dans une phase d’argumentaire de vente, à l’intérieur puis à l’extérieur de l’organisation. Bien que connus, ces constats incitent le sociologue praticien devant réaliser une thèse à prendre du recul par rapport aux nouveaux services jugés innovants dans l’organisation qui l’emploie et à tempérer l’enthousiasme de chefs de produits souvent pressés. Cet enthousiasme est néanmoins rationnel car relativiser la portée d’une nouveauté ne va pas de soi dans une entreprise en expansion et encore auréolée d’un succès sans précédent. Aussi, à l’époque, le Wap focalise l’attention car il est susceptible d’octroyer un relais de croissance au « simple » marché de la téléphonie mobile qui arrivera tôt ou tard à saturation. Ce projet suscite ainsi un fort investissement personnel de la part des salariés chargés de le mettre en marché. Ils ont intérêt à croire ou à essayer de faire croire à un futur succès commercial du Wap. Potentiellement, il leur apportera en reconnaissance, en perspective de carrière, éventuellement en salaire, ou à minima leur permettra de montrer leur capacité d’initiative. Nous nous sommes trouvé en porte à faux car les raisons de croire, parfois de faire croire au succès futur de cette offre sont incompatibles avec la démarche de recherche poursuivie, qui n’a pas traité des croyances des marketers. En revanche, et l’aspect constructif du scepticisme se trouve ici, six mois après le début de la commercialisation de ce service et de sa réception plus que mitigée par les consommateurs, nous sollicitons, obtenons un budget de la R&D, puis réalisons une étude qualitative auprès d’utilisateurs du Wap pour essayer de comprendre son désaveu. Ce terrain a donc permis d’identifier les raisons du discrédit à l’égard du Wap, de les hiérarchiser, de revenir sur d’autres expériences d’innovations avortées et sur les acquis indiqués précédemment. De surcroît, durant les entretiens, nous incitons les enquêtés à mettre en relation leur désaveu du Wap avec leurs usages actuels du téléphone mobile, qu’ils relatent plus longuement. A vrai dire, pour des interviews d’une durée moyenne de deux heures, le temps consacré au Wap n’a jamais excédé 20 minutes. Des données exploitables pour la thèse ont ainsi pu être obtenues puisque la connaissance des usages avérés de cet objet de communication de masse a été enrichie via cette investigation, même si cet aspect est peu mis en avant dans l’entreprise, sans cesse projeté vers l’avenir.

28Par conséquent, le scepticisme est une protection pour ne pas être emporté par les vagues de nouveautés marchande, technologique ou organisationnelles qui déferlent sur les milieux sociaux où les thèses CIFRE en sociologie sont réalisées. Sa dimension constructive, en refusant d’être étranger à une ébullition permanente mais pas toujours porteuse de comportements observables pour un chercheur, permet aussi, par un chemin détourné, de collecter des données supplémentaires en vue de la rédaction du doctorat. En outre, savoir présenter sous différents angles les recherches menées en fonction du public concerné et échelonner l’analyse du matériau recueilli, voire isoler des parties répondant à des interrogations conjoncturelles, participe aussi de la formation au métier de sociologue, envisagé sous ses formes plurielles d’exercice aujourd’hui.

2.3 Opposition à la lecture dominante de l’avènement du mobile et à la prééminence organisationnelle du marketing

29Il est courant, au cours d’un travail de recherche, qu’un point de vue indigène s’impose. Dans notre cas, l’explication « marketing », entendu comme une somme de mécanismes rapprochant l’offre de la demande (Cochoy, 1999), est une lecture dominante du succès du téléphone mobile. Elle prétend que les stratégies marchandes des opérateurs sont la cause première de l’avènement de ce produit-service. Cela n’est pas dénué de fondements : la formule en coffret avec des téléphones vendus à bas prix aux nouveaux abonnés, le comptage des communications au forfait d’heures, un territoire finement maillé en points de distribution et la gratuité du répondeur ont favorisé et accéléré la propagation du bien. De plus, la prééminence de cette lecture a des incidences organisationnelles au sens où le marketing prend l’ascendant, dans l’entreprise d’accueil, sur l’approche technique des ingénieurs (temporalité de mise en marché des nouveautés, définition des problèmes rencontrés par l’entreprise…). Nous en prenons pour preuve la prégnance d’instruments comme le plan annuel d’action marketing, les segmentations de clientèle, les études, les roadmap, les business plan ou les business model, qui cadencent la conception puis la commercialisation de nouveautés.

30Le doctorant en CIFRE doit se départir de cette lecture dominante et se frayer un chemin intellectuel face à la primauté organisationnelle du marketing. Pour ce faire, le troisième trait de notre posture a été de s’opposer au marketing. Nous l’avons parfois caricaturé, les nuances dans son application ont été volontairement occultées. Cela a détourné de la réalisation d’une ethnographie de l’activité des marketer, comme y incite le courant de la sociologie du travail marchand (Cochoy, Dubuisson, 2000). Aussi, contrairement à F. Jauréguiberry (2003), la contrainte engendrée par l’emploi professionnel du mobile12 n’a pas été dénoncée dans la thèse. Redéfinir le sujet initial a paru préférable en abordant de front la diffusion rapide du mobile en France et la variété de son appropriation au plan des usages privés. Afin d’intégrer et de surplomber la lecture « marketing » de l’avènement du mobile, nous nous sommes attaché à montrer dans la thèse que l’effet de réseau permis principalement par la stratégie des offreurs (Bomsel, 2007)13 a aussi résulté d’une dynamique relationnelle embrassant des groupes et des liens préexistant à la commercialisation du bien (famille, couple, groupe de pairs adolescent). Cette dynamique relationnelle se concrétise dans les usages du téléphone mobile et corollairement, l’avènement de ce mode de communication renforce et actualise des liens sociaux. Sans développer ici, nous avons également mis en évidence un modèle d’analyse ternaire (genèse, cristallisation, transformations), qui met à distance les soubresauts incessants d’un marché souvent guidé par des effets de mode (Gaglio, 2004, 2008). En bref, notre regard sociologique (Hugues, 1996) s’est affuté et le véritable objet de recherche de la thèse s’est construit contre une manière de penser omniprésente14 et dominante.

31Une dernière illustration va permettre de comprendre en quoi cette attitude de défiance a façonné notre posture, la spécificité d’une CIFRE n’étant pas seulement de confronter à des vues contradictoires mais de devoir les affronter. Afin de comparer les raisons déclarées d’acquisition d’un mobile (sécurité, praticité) avec ce qui se dit au moment de l’acte d’achat, nous effectuons, après une courte formation commerciale, une observation participante dans des points de vente de Bouygues Telecom, en tant que vendeur. Une stricte explication « marketing » limiterait l’acte d’achat à un calcul entre une utilité anticipée et un prix. Pourtant, le critère esthétique est important dans le choix, ce qui est désigné dans les études de marketing par l’expression péjorative de « show off » (frime). Le choix est alors presque perçu comme irrationnel, au sens où il répondrait principalement à une impulsion irrépressible ; au mieux, sa finalité serait de frimer. Lors de la restitution de cette enquête, dans un dialogue imaginaire avec un adversaire susceptible de formuler des objections, le raisonnement suivant est tenu, afin d’interpréter le lourd poids, également constaté, du critère esthétique dans le choix d’un mobile :

32- En situation d’achat, la cognition et la rationalité sont distribuées (Lave, 1988) entre un acheteur, un éventuel accompagnateur, des objets aux multiples propriétés, une disposition spatiale des mobiles sur des promontoires qui balise le champ de vision et oriente l’attention, un vendeur qui insiste sur certains critères.

33- La complexité technique des téléphones portables augmente, ce qui les rend difficilement comparables, et le consommateur pare le plus souvent au plus pressé lorsqu’il en change. Il se tourne certes souvent vers le mobile le plus cher ou le moins cher dans une fourchette de prix déterminé à l’avance mais aussi vers le mobile qui lui plaît davantage. Loin d’être toujours une marque de futilité et une tentative pour se distinguer, la préférence esthétique peut être ainsi un motif rationnel de choix, faute de mieux, faute d’une commensurabilité des paramètres de l’objet, en particulier techniques. Nous avons ainsi fait entrer le choix du mobile en point de vente dans le périmètre d’une rationalité distribuée et limitée (March, Simon, 1958), ce qui allait être développé dans la thèse.

34L’opposition au marketing, dans d’autres circonstances l’hostilité voilée envers un point de vue gestionnaire ou technique omnipotent, peuvent ainsi contribuer à l’élaboration de la posture sociologique du doctorant en CIFRE. L’affrontement avec une sorte d’épouvantail15a même été ici un réquisit à l’émergence d’une démarche d’analyse et de démonstration dans la thèse, ce qui est formateur dans un parcours professionnel de sociologue.

3. Une thèse et une posture pour quelle orientation professionnelle ?

35Les conditions de production d’une thèse CIFRE en sociologie amènent à construire une posture, ce processus constituant selon nous une formation à la sociologie. Quelle orientation professionnelle a pu permettre ensuite de valoriser cet acquis ?

36Pour reprendre le fil du propos, le planning de la thèse a débordé les trois ans prévus de plusieurs mois, ce qui a été justifié par l’obligation d’avoir dû réaliser des études hors de son périmètre. Soutenue en décembre 2004, la thèse est évaluée positivement par les rapporteurs puis par le jury et la qualification au Conseil National des Universités en section 19 (sociologie, démographie) est obtenue en février 2005. Lors du traditionnel pot, des encouragements nous sont adressés pour adapter notre doctorat en ouvrage et tirer des articles de parties ayant suscité l’intérêt des chercheurs : la thèse n’est qu’un début pour les uns, un aboutissement pour les autres, qui attendent notre retour dans l’entreprise.

37Dire que l’après-thèse a été le moment d’un choix de carrière serait néanmoins erroné et reviendrait à céder à une lecture héroïque malvenue. Tout d’abord, le choix de l’orientation professionnelle est progressif et constitue un souci constant au long du doctorat. Dans notre cas, une préférence pour une carrière universitaire s’est dessinée peu à peu et a requis de mener des activités connexes à la CIFRE (premières publications, enseignements, engagement dans la vie collective universitaire), au reste comme un doctorant lambda. Un des avantages de la CIFRE, y compris en sociologie, est donc de laisser ouverte les portes de l’entreprise mais aussi de l’enseignement supérieur, si l’on fait l’effort de ne pas s’en éloigner. Ensuite, il serait présomptueux de parler de « choix de carrière » au lendemain de l’obtention du titre de docteur : il n’est pas écrit que le choix se concrétise dans le type d’emploi souhaité, tant le marché du travail pour le docteur en sociologie (à l’université et ailleurs) est miniature et tant la concurrence est rude. L’expression occulte de surcroît toute part de contingence.

38Dans l’immédiate après-thèse, peu de possibilités se présentent. En effet, nous n’avons pas postulé lors de la période d’écriture pour des post-doctorats et avons seulement été reçu à l’entretien pour un poste de chercheur dans une grande entreprise énergétique. Désormais à plein temps, l’emploi occupé chez Bouygues Telecom après la soutenance est un poste de chargé d’étude marketing dans l’équipe qui se nommera bientôt « Ergopratic », « Laboratoire des usages » évoquant des « savants fous » au management. Notre travail va consister à suivre des études réalisées par des instituts spécialisés et de continuer à en produire. Par ailleurs, le processus décrit plus haut s’achève : le service est exclusivement dévoué aux entités de marketing sur un modèle client-fournisseur. La sociologie reste un étiquetage parfois revendiqué, mais sans rapport véritable avec le travail réel. En particulier, la production scientifique (conférences, articles…) n’est plus un critère d’évaluation lors de l’entretien annuel d’échange avec le responsable dans l’entreprise, alors que l’état d’avancement de la thèse occupait auparavant la moitié des discussions. L’expression « formation par la recherche » est ici impropre : à quoi bon occuper, après une thèse, un poste qui aurait pu être décroché sans, d’autant plus dans l’entreprise où la CIFRE a été effectuée ?

39Deux raisons principales expliquent le choix de candidater alors pour des post-doctorat. La première est un sentiment de déclassement. Il provient de l’impression d’occuper un poste qui ne correspond pas à une formation au métier de sociologue. Sans dénigrer l’emploi tenu, tout un versant de notre socialisation professionnelle risque alors de s’évaporer. Même doté d’un salaire revalorisé suite à la soutenance et confortable pour un jeune docteur (2600 Euros net16), le sentiment de déclassement émane aussi d’une difficile reconnaissance statutaire, dans l’entreprise, du doctorat. Notre responsable a négocié fermement auprès d’un directeur des ressources humaines pour obtenir notre passage « cadre », en remplacement du statut de « cadre débutant » de départ : le doctorat ne fait pas partie des « grilles », contrairement au classement des écoles de commerce.

40Deuxièmement, malgré la bénédiction du nouveau responsable pour « s’oxygéner » (lire, aller dans des conférences, enseigner, écrire), la charge de travail, sans être titanesque, remplit les journées. Ces moments d’enrichissement vont ainsi devenir de plus en plus rares. Encore une fois, par opportunisme et don-contre don, il a été possible de préserver un espace de liberté : travail clandestin sur des projets de recherche, détournement des jours de congés pour avancer des articles… Une lassitude s’installe néanmoins et amène à désirer une situation professionnelle moins schizophrénique. De plus, la sensation de retourner plusieurs années en arrière devient pesante, comme la certitude de ne pas assez nous consacrer à notre activité de recherche, contrairement à la période de la thèse.

41La volonté de quitter l’entreprise s’impose donc. Très vite, devenir travailleur indépendant ou postuler dans d’autres entreprises (publiques ou privées) pour un emploi où la recherche est une part reconnue de l’activité sont des options reléguées au second plan. Il fallait franchir le pas, en étant conscient du risque d’échec, et tenter d’intégrer un organisme d’enseignement supérieur. Dans notre cas, prolonger notre posture passe par cet pari. L’opportunité d’un post-doctorat se présente mi-2005, après l’élaboration d’un sujet de recherche avec le directeur du laboratoire Tech-CICO17 (M.Zacklad) de l’Université de Technologie de Troyes. L’objectif est de contribuer à la dynamique d’une équipe pluridisciplinaire (informatique, linguistique, gestion) orientant ses recherches sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Le post-doctorat permettra aussi de valoriser la thèse par des publications et s’achèvera par l’obtention d’un poste de Maître de Conférences en sociologie, dans le même établissement, en mai 2007.

Conclusion

42Ce texte, basé sur une expérience vécue et restituée subjectivement, se borne à défendre une hypothèse : la thèse CIFRE a semblé être une formation au métier de sociologue en tant qu’elle engendre la détermination d’une posture de sociologue praticien au service de la réalisation d’une thèse, où des connaissances tentent d’être produites. Rajoutons trois éléments pour conclure et élargir le débat. Tout d’abord, la thèse CIFRE en sociologie est une formation à la sociologie à condition qu’elle donne lieu à une posture relativement équilibrée qui demande un investissement et une vigilance quasi quotidienne. Rétrospectivement, notre départ de l’entreprise peut être analysé sous cet angle : plus protégé symboliquement par la « thèse », les termes de l’échange avec l'entreprise risquent de nous être préjudiciables, compte tenu de la posture privilégiée. Ensuite, la posture, même si elle ne s’inscrit pas dans un registre instrumental, suppose un objectif et va donc au-delà de la remise du manuscrit de thèse. Cela joue sur le poids respectif alloué au versant praticien et au versant plus académique (ou institutionnel) de son activité, et ce même dès le doctorat. Enfin, notre hypothèse ne vaut d’une part que lorsque l’on considère, en amont, que le métier de sociologue ne se réalise pas uniquement dans la profession d’enseignant-chercheur ou de chercheur dans des organismes publics. D’autre part, elle ne peut être prise au sérieux qu’à la condition d’aborder le dispositif CIFRE sans a priori et comme un chemin possible de façonnement d’un regard sociologique.

Haut de page

Bibliographie

Alter N. (2000). L’innovation ordinaire. Paris: PUF.

Attias Donfut C. (1991). Générations et âges de la vie. Paris: PUF.

Berry M. (2000). Diriger des thèses de terrain. Gérer et Comprendre, n°62, 88-97.

Bomsel O. (2007). Gratuit ! Du déploiement de l’économie numérique. Paris: Gallimard.

Bourdieu P., Chamboredon J.C., Passeron J.C. (1968). Le métier de sociologue. Paris : Mouton.

Callon M. (2007). What does it mean to say that economics is performative ? In : Do Economics Make Markets? On The Performativity of Economics. Mackenzie,  D., Muniesa, F., Siu, L. Princeton: Princeton University Press, 311-357.

Certeau (de), M., (1990 [1980]). L’invention du quotidien, T.1, Arts de faire. Paris: Gallimard.

Chapoulie, J.M. (2001). La tradition sociologique de Chicago, 1892-1961. Paris : Seuil.

Cochoy, F. (1999). Une histoire du marketing. Discipliner l’économie de marché. Paris : La Découverte

Cochoy, F. Dubuisson Quellier, S. (2000). Les professionnels du marché : vers une sociologie du travail marchand. Sociologie du Travail. vol.42, n°3.

Dahan Seltzer, G., Pierre, P. (2007). De nouveaux professionnels de la sociologie en entreprise ? Pour la défense d’une sociologie dans l’action, disponible sur le site de l’APSE, http://www.sociologie.professionnelle.com.

Dubar, C. (2000). La crise des identités. Paris: PUF.

Dubar, C. Tripier, P. (1998). Sociologie des professions. Paris : Nathan.

Gaglio, G. (2004). Genèse, cristallisation et transformations des normes de consommation, le cas de l’avènement du téléphone mobile en France, Doctorat en sociologie, Université Paris Dauphine.

Gaglio, G. (2008). La dynamique des normes de consommation. Revue Française de Socio-Economie, n°2, 181-198.  

Hugues, E.C. (1996) (trad.fr.). Le regard sociologique (essais choisis). Paris: Editions de l’EHESS.

Jaureguiberry, F. (2003). Les branchés du portable. Paris : PUF.

Kut, O. Vrancken, D. (dir.). (2001). La sociologie et l'intervention. Bruxelles: De Boeck Université.

Lave, J. (1988). Cognition in practice. Cambridge: Cambridge University Press.

Liu, M. (1997). Fondements et pratiques de la recherche-action. Paris: l'Harmattan.

March, J. Simon, H. (1991, (trad.fr.) [1958]). Les organisations. Paris: Dunod.

Mauss, M. (2007 [1925]). Sociologie et anthropologie. Paris: PUF.

Piriou, O. (1999). La sociologie, métier ou profession ou quand les sociologues prennent position sur l’exercice de la sociologie, L’Homme et la société, n°131,  23-42.

Piriou, O. (2006). La face cachée de la sociologie. Paris: Belin.

Uhalde, M. (dir). (2001). L’intervention sociologique en entreprise. Paris: Desclée de Brouwer.

Uhalde, M. (2008). L’instrumentalisation de la sociologie en situation d’intervention, analyse critique d’une notion ordinaire. Sociologies pratiques. n°16, avril.

Zaltman, G. (2003). How Customers Think: Essential Insights into the Mind of the Markets. Boston: Harvard Business School Press.Image1

Haut de page

Notes

1 Pour donner un ordre de grandeur, 9302 thèses ont été soutenues en France, toutes disciplines confondues, en 2004. Source : Rapport relatif au statut et aux conditions de travail des jeunes chercheurs et des enseignants-chercheurs, Conseil Supérieur de la Recherche et de la Technologie (décembre 2007).
2 Site Internet de l’ANRT (http://www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre/mode_emploi)
3 Sur le site Internet de l’Association Bernard Gregory, qui s’est donnée pour mandat de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes docteurs, Philippe Gautier, de l'ANRT, précise en 2003 « que la part des conventions Cifre en sciences humaines et sociales est en augmentation régulière depuis plusieurs années » (http://www.abg.asso.fr/display.php?id=468).
4 Sur la base d’une comparaison d’E.Hugues portant sur la structuration de la psychologie et de la sociologie aux Etats Unis dans un texte de 1952, O. Piriou avance que les sociologues français qui insistent sur le « métier » (ou « l’activité scientifique », Bourdieu et ali, 1968, aussi cité par Piriou, 1999), depuis les années 1950, repoussent par là une certaine forme de professionnalisation ou d’application de la sociologie. Sans entrer dans le débat de la professionnalisation de la sociologie, nous pensons que la distinction profession/métier, présentée ainsi, est également une balise pour avancer dans la présente réflexion.
5 Nous employons l’expression de « production de connaissances » au sens de propositions de résultats de recherches servant à élucider et à interpréter un phénomène donné, ce qui renvoie aux conceptions de R.Park et de E. Hugues (Chapoulie, 2001).
6 Principalement un chapitre de thèse (Gaglio, 2004) retravaillé rétrospectivement, complété, et présenté sous forme de récit.
7 Alors que 80% des CIFRE se déroulent dans des petites et moyennes entreprises : http://www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre
8 Les réunions avec le directeur de thèse ont pour préalable la remise d’un document d’avancement. Le rythme et le contenu de ces documents ne se superposent pas à ceux rendus dans l’entreprise, à commencer par le sujet déposé à l’ANRT.
9 Réseaux de recherche et d’innovations technologiques
10 Panel Pack Mobiles juin 2002, réalisé par Taylor Nielsen Soffres pour Bouygues Telecom (Gaglio, 2004)
11 A la demande de notre directeur de thèse, la répartition du temps de travail a été inscrite dans la convention CIFRE: 50 % du temps, et pas plus, a été passé dans l’entreprise, soit 2/3 la première année, 50% la deuxième et 1/3 la troisième. En plus des cinq semaines de congés payés, 18 jours de « RTT » (réduction du temps de travail) sont aussi à disposition. La quasi-totalité de ces jours a été consacrée à la thèse.
12 Cet auteur (2003) emploie l’expression de « taylorisme à distance » pour désigner la pression exercée sur les commerciaux nomades par leur hiérarchie via l’emploi du mobile.
13 L’effet de réseau a été permis par une politique de subventionnement des terminaux, par une homogénéisation du standard technique de propagation des ondes radios, le GSM (Global System for Mobile). Surtout, la gratuité des appels entrants, associée au paiement des appels sortants, a financé le déploiement des réseaux mobiles par les abonnés du téléphone fixe.
14 Encore une fois, l’article zoome sur le rapport du doctorant CIFRE à son l’entreprise d’accueil et présente de ce fait l’expérience CIFRE comme une aventure individuelle. Pour autant, le guidage de la recherche par le directeur de thèse et la mise à l’épreuve de l’avancement des travaux lors de séminaires doctoraux ont été déterminants dans notre cheminement.
15 Lors des séminaires doctoraux suivis durant la thèse, N.Alter parle de « mauvais objet », ce qui nous a inspiré pour la rédaction de ce paragraphe.
16 Selon une étude (2004) de l’Observatoire des Formations, des Insertions Professionnelles et Evaluations (OFIPE) de l’Université Marne La Vallée, le salaire net médian des docteurs en 2002 de cette université, toutes disciplines confondues, est de 2133 Euros (seulement 1/3 disposant d’un emploi stable).
17 Technologies de la Coopération pour l’Innovation et le Changement Organisationnel.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Gaglio, « En quoi une thèse CIFRE en sociologie forme au métier de sociologue ? Une hypothèse pour ouvrir le débat », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 24 décembre 2008, consulté le 23 avril 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2093

Haut de page

Auteur

Gérald Gaglio

Université de Technologie de Troyes - ICD/Tech-CICO FRE CNRS 2848 gerald.gaglio@utt.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org