Navigation – Plan du site
Débats

Modélisation et jeu de rôles sur l’île d’Ouessant : questions de sociologie

Frédérique Chlous-Ducharme, Françoise Gourmelon et Mathias Rouan

Résumés

L’île d’Ouessant connaît depuis plusieurs années une recomposition sociale et parallèlement une transformation des paysages dont un embroussaillement important. Cette contribution présente la modélisation des interactions entre dynamiques sociales et végétales menée par une équipe pluridisciplinaire. A partir du prototype, un jeu de rôles a été développé pour favoriser les procédures de sensibilisation et de participation des acteurs élus ou non. A partir d’une description de ces outils et de leur mise en œuvre, ce texte interroge la contribution de tels outils à la participation des citoyens dans le cadre de la gestion environnementale. Un certain nombre de questions concernant la discussion des différents types de savoir, la réduction des inégalités entre les acteurs et la recomposition des rapports de domination  sont abordées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question de la participation des individus « ordinaires », à côté des institutionnels et des experts, à l’élaboration des politiques publiques est au cœur des débats. La « crise de la représentativité » (Rosanvallon, 1998), la nécessité de (re) création du lien social au sein de la société (Bacqué et al, 2001), les revendications d’actions politiques plus efficaces (Manin, 2002,) (Barthe, 2002) sont analysées. Les concepts de participation, délibération ou encore gouvernance sont largement discutés au niveau des débats politique1 mais également scientifique2 et technique3.

2L’émergence de nouvelles pratiques de participation des citoyens à l’exercice du politique  aux niveaux local ou national est avérée et analysée, que ce soit le cas du débat en ligne (Benvegnu, 2006), de la Conférence de citoyens (Boy et al 2000) ou dans l’ouvrage de Blondiaux (2008) qui discute trois mises en œuvre concrètes de la participation à travers le budget participatif, le débat public, le jury de citoyens. L’existence de cet « impératif délibératif » 4 (Blondiaux et al, 2002) et plus spécifiquement la diffusion de techniques valorisant de manière « constante et systématique certains thèmes : la discussion, le débat, la concertation, la consultation, la participation, le partenariat, la gouvernance » (Blondiaux et al, 2002) mérite d’être discutée. Dans le cadre de ce texte, les questions théoriques ne seront pas directement abordées5, nous nous intéresserons davantage à la question du « comment », c'est à dire aux outils mis en œuvre pour favoriser la participation des citoyens ordinaires. A côté de l’aménagement urbain, des questions éthiques, la gestion de l’environnement apparaît comme un objet privilégié pour la mise en œuvre de dispositifs6. Dès lors, des « versions plurielles » de dispositifs  permettant d’accéder à cet « idéal participatif » (Blondiaux, 2008)  sont crées et testées et parmi elles, les outils de modélisation multi-agents et du jeu de rôles. Ces derniers appartiennent à la famille des dispositifs formalisés élaborés récemment, directement issus  des sciences sociales et de la psychologie (Blondiaux, 2004) mais  également en prise direct avec les avancées de l’Intelligence Artificielle et plus précisément de la modélisation.

3La modélisation multi-agents (modèle informatique évolutif adapté à la représentation des interactions entre les dynamiques sociales et les dynamiques végétales) et le jeu de rôles, élaborés depuis les années 90 au sein d’un groupe pluridisciplinaire de chercheurs (groupe ComMod), s’inscrivent dans une démarche de modélisation d’accompagnement, ou companion modelling. Dans une optique de développement durable, ils ont pour but de renforcer l’empowerment ou la capacité des acteurs locaux à intervenir dans les procédures de gestion et ont été testés dans de nombreux pays et principalement dans le cadre de la gestion des ressources renouvelables7. Les intentions explicitées de cette démarche sont de contribuer à l’introduction d’acteurs nouveaux dans le débat public, de neutraliser les inégalités (entre chercheurs des sciences sociales et des sciences de la nature mais également entre chercheurs, gestionnaires et usagers) et permettre l’expression des catégories les moins légitimes et les moins dotées en capitaux culturels. La réflexion ne s’arrête pas à l’expression des individus car ces dispositifs sont prévus pour permettre aux différentes formes de savoirs (scientifiques, techniques, d’usages) de contribuer également à la construction (modélisation) des interactions entre dynamiques naturelles et dynamiques sociales. Si le plus souvent les élus, en référence à un certain nombre de lois8, sont à l’initiative de tels dispositifs, dans le cas évoqué, les  scientifiques se sont engagés dans la construction d‘outils dépassant ainsi la frontière entre le « savant et le politique » (Weber, [1919] 1998) en expérimentant et proposant des modèles de procédures descendantes pouvant être utilisées par les politiques ou gestionnaires. La modélisation multi-agents et le jeu de rôles ont été mis en œuvre dans le cadre de la gestion de l’embroussaillement de l’île d’Ouessant9 dans un contexte de transformation de la société insulaire. Piloté par un membre du groupe ComMod, Michel Etienne, le programme de recherche s’est donc construit sur quatre Réserves de biosphère, dont celle d’Ouessant, et a agrégé, dans notre cas, des scientifiques issus de plusieurs disciplines (géographe, écologue, économiste, ethnologue, ornithologue et modélisateur) dont les points communs étaient de travailler sur Ouessant depuis plusieurs années et de ne pas avoir utilisé les outils de modélisation et de jeu de rôles auparavant.

4La réflexion présentée dans ce texte par des membres de l’équipe travaillant sur le territoire d’Ouessant s’est construite sur deux temps, le temps de la construction et de la mise en œuvre de la modélisation multi-agents et du jeu de rôles dans un cadre pluridisciplinaire et le temps de l’analyse de ces dispositifs développée à partir de l’observation participante de la construction des deux outils et des séances de jeux de rôles réalisées à Ouessant. Dans la première phase, le modèle conceptuel développé sur l’île d’Ouessant (Rouan et al, in prep) a été construit par l’équipe pluridisciplinaire, le gestionnaire participant également à plusieurs réunions. Le principe de ce travail s’appuie sur l’égalité des différents savoirs scientifiques ou professionnels pour simuler les interactions entre dynamiques végétales et dynamiques sociales. Ainsi que Latour l’a analysé (1995), les questions d’environnement mettent en jeu des « objets hybrides », des « quasi-objets » associant les humains et les non-humains (faune, flore) et l’intention explicite de cet outil est de traiter de façon équivalente les agents humains et non-humains. En plus de la mobilisation des connaissances disponibles, plusieurs études ont alors permis de recueillir des données complémentaires portant sur les dynamiques végétales, le pâturage, l’étrépage et les usages et représentations des résidents secondaires concernant l’embroussaillement. Chacun utilisant les méthodologies propres à sa discipline, en sciences sociales, les méthodes classiques d’observation et d’entretien de type semi-directifs ont été mises en œuvre permettant de récolter les données nécessaires à la construction du système multi-agents. Les savoirs scientifiques, les savoirs techniques et d’usages ont été confrontés lors des discussions répétées entre les chercheurs et le gestionnaire et ont ainsi permis l’élaboration du modèle conceptuel dans le cadre d’une procédure itérative. Une fois le modèle conceptuel et la modélisation réalisés, le choix collectif a été de poursuivre les investigations et de créer un jeu de rôles. Celui-ci a été conçu en s’appuyant sur la méthodologie mise en œuvre par le groupe ComMod dès lors que trois membres de l’équipe (écologue, modélisateur et ethnologue) ont suivi la formation10 proposée, chacun d’eux s’initiant à cette technique. Lorsque le jeu de rôles a été réalisé conceptuellement et physiquement, trois séances de jeu de rôles ont été organisées avec la population ouessantine, différentes résidents principaux ou secondaires ayant été invitées à participer au jeu pour tenir chacun des six rôles (voir présentation ci-dessous). Chaque chercheur impliqué dans ce projet s’initie alors à un nouveau rôle, en adoptant la neutralité requise, pour permettre la réalisation des jeux : maître du jeu, observateur des actions et interactions entre les joueurs, prise en charge de la plate-forme informatique du jeu. Les séances de jeu sont filmées et enregistrées sous forme informatique (les actions des joueurs sont notées à chaque tour de jeu). L’ethnologue, riche des observations lors des séances de jeu, devient la personne qui met en place le débriefing « à chaud » à la fin du  jeu, c'est-à-dire propose une discussion avec les joueurs ouessantins sur la manière dont le jeu a été perçu, sur les actions des différents joueurs et les interactions qui se sont déployées pendant la séance. Des entretiens semi-directifs ont ensuite été réalisés par des membres de l’équipe pour un débriefing « à froid » des joueurs.

5C’est, grâce à ces observations participantes et aux données recueillies lors des différentes étapes de la construction et de la réalisation de ces dispositifs que l’analyse, qui sert de support à cet article, est mise en œuvre. Cette réflexion  ne s’est pas construite à l’échéance du projet (celui-ci a d’ailleurs été reconduit sous d’autres formes) mais au fur et à mesure, à des rythmes différents, avec toutes les difficultés inhérentes à la prise de distance alors que l’implication dans le projet est bien réelle. La complexité de cette réflexion critique augmentant car il s’agissait  d’une première expérience de modélisation et de jeu de rôles et qu’il fallait ainsi « apprendre à marcher en marchant » (Charles et al, 2008) et suivre le rythme imposé par le projet et les personnes maitrisant la méthodologie11.

6L’engagement dans ce projet a été motivé, pour les différents chercheurs,  par la volonté de découvrir de « l’intérieur » ces dispositifs. Ainsi, le géographe souhaitait comparer les apports et limites de la modélisation multi-agents en comparaison avec système d’information géographique (SIG), l’écologue et l’ornithologue s’intéressaient aux mesures de gestion qui pouvaient découler de l’utilisation de ces outils, et l’ethnologue voulait interroger ces dispositifs sans a priori à partir de données de terrain, et construire une analyse réflexive de l’utilisation de tels dispositifs; ce sont ces dernières questions qui seront plus spécifiquement traitées. Les chercheurs en sciences sociales alors qu’ils participent au développement de ces outils -du fait de l’augmentation de leur utilisation- sans pour autant en être des prosélytes12 se doivent d’interroger leurs objectifs, les modalités de mises en œuvre et faire le point sur les intérêts exprimés et perçus par les promoteurs de ces démarches et les acteurs y participant. L’analyse ne porte pas sur les résultats concrets de la mise en œuvre de la modélisation et du jeu de rôles quant à la gestion de l’embroussaillement  mais veut considérer avec « sérieux les efforts accomplis pour expérimenter véritablement l’idéal d’un public démocratique actif » (Blondiaux 2008). Elle permet de prendre de la distance avec des idéologies ou des postures normatives qui peuvent être non explicitée qu’il s’agisse de la neutralisation des inégalités entre acteurs, de la construction de systèmes complexes à l’usage de la gestion environnementale, de la place des chercheurs voulant rompre avec une prééminence des savoirs scientifiques et une position de conseil et d’expertise. Ainsi, l’analyse des constructions et mises en œuvre de la modélisation et du jeu de rôles permettra d’aborder un certain nombre de questions contribuant à la réflexion sur les outils favorisant la participation des citoyens dans l’exercice du politique : Comment ces procédures permettent de repenser « l’esprit » et les formes de la démocratie ? Quelles sont les idéologies qui sous-tendent ces dispositifs ? Ces outils ne maintiennent-ils pas les mêmes inégalités que la démocratie représentative ? Et plus spécifiquement dans le cadre du jeu de rôles : Quels sont les rôles des différents acteurs y compris des acteurs scientifiques ? Quelles interactions se mettent en place ? Quelles places sont construites pour les savoirs locaux et techniques ?  Quels liens avec la réalité et comment ces procédures s’inscrivent dans un contexte spatial et social spécifique?

7Il s’agit alors de décrire les dispositifs mis en œuvre, de démystifier un ensemble de savoirs techniques et institutionnels, tout en évitant la posture dénonciatrice et de « faire de ces formes de démocratie émergentes des objets sociologiques à part entière » (Politix, 2006) étant susceptibles d’intéresser et de permettre des échanges à l’intérieur de la communauté scientifique. Les sciences sociales ont ainsi une place toute particulière à côté des sciences de la nature et des sciences de la gestion dans le domaine de l’environnement. Le défi pour les sciences sociales consiste à participer à la construction de ces dispositifs, qui s’inspirent largement de cette discipline, pour pouvoir ensuite réaliser de véritables analyses de terrain critiques et informées et ainsi de les interroger que ce soit sous un angle pragmatique ou théorique, de boucler la boucle en quelque sorte. Le piège à éviter est peut-être de devenir normatif à son tour et de proposer les « bonnes manières de faire » de la participation.

8Dans un premier temps, une présentation du contexte de l’île d’Ouessant permet de prendre toute la mesure des interactions entre les changements de la population et les transformations de l’environnement et pose de manière cruciale les problématiques de gestion du territoire. Il s’agit alors d’identifier les principes de cette gestion qui s’ancre résolument dans la volonté de participation des acteurs locaux. Puis, dans un deuxième temps, la description rigoureuse de la modélisation multi-agents et du jeu de rôles– leur « cuisine »– fournit les éléments qui permettront de discuter la manière dont ces outils peuvent permettre de surmonter ou non certains écueils de la délibération régulièrement pointés dans la littérature13 . Les données récoltées ont permis de porter notre attention, d’une part, sur les contraintes exercées par ces outils et les discours construits par les différents acteurs –scientifiques, professionnels de la gestion, acteurs locaux- notamment dans le cadre « ludique » du jeu de rôles et, d’autre part, sur les rapports de domination qui perdurent ou se créent entre les différents groupes d’acteurs au travers de l’usage de tels procédures. Enfin nous proposerons une conclusion portant sur l’impact de telles procédures dans le contexte de l’île d’Ouessant.

Interaction dynamiques sociales et dynamiques naturelles et modalités de gestion

Ouessant, une île soumise aux changements sociaux et environnementaux

9L’île d’Ouessant (France, Finistère), à l’ouest de la pointe Bretagne, est située à 20 km de la côte14. Depuis une soixantaine d’années, la société insulaire est en pleine évolution avec une diminution de la population15 et un vieillissement des îliens, une augmentation massive du nombre de résidences secondaires, un quasi-abandon des activités agricoles16  traditionnelles17 et un accroissement considérable du tourisme qui ont modifié les paysages. Le temps d’une agriculture qui entretenait les espaces fait partie du passé : « Il y a encore 25 ans il n’y avait pas de friches, les foins étaient coupés, il y avait des pommes de terre », « Les friches posent un problème... il y a des fougères et des ronces... Ouessant se dégrade, les espèces, comme le vanneau ne viennent plus » (Ouessantine, retraitée, 65 ans). La comparaison entre hier et aujourd’hui18 engendre une certaine nostalgie chez les insulaires : « je me souviens des vaches, du blé, du foin coupé, des pommes de terre. Ouessant était nickel » (Ouessantin, retraité, 67 ans). La friche est ainsi le témoin d’un monde qui n’est plus, d’un abandon des pratiques traditionnelles et parallèlement des solidarités19. Bien que les représentations de la friche soient plutôt négatives, la population locale intervient peu pour l’éradiquer. En effet, si le pourtour des maisons et certaines prairies sont « nettoyées », les espaces non utilisés –ou plus loin du regard- sont peu défrichés par les particuliers. Seuls les terrains gérés par le Parc naturel régional d’Armorique sont régulièrement débroussaillés, ainsi que les pourtours des routes par les employés communaux, les moyens de ces deux institutions ne permettent pas aujourd’hui de faire davantage de défrichement. En plus de l’entretien mécanique des espaces, le pâturage a longtemps participé de l’entretien des milieux. L’élevage des moutons existe encore sous deux formes : des moutons à l’attache de février à septembre et en vaine pâture l’autre période de l’année. Le nombre sans cesse décroissant de moutons, considérés désormais comme des animaux de compagnie, appartenant à des propriétaires de plus en plus âgés, n’est plus suffisant pour maintenir en équilibre les milieux20. Les résidents secondaires qui représentent environ 50% de la population ont des positions contrastées vis-à-vis de l’embroussaillement. Si certains rejoignent les discours des ouessantins d’origine, considérant comme regrettable la fermeture des espaces naturels et la disparition d’un paysage modelé par les activités traditionnelles, d’autres apprécient au contraire les friches qui les prémunissent des regards inquisiteurs et des visiteurs inopportuns  (Chlous-Ducharme, Bellec, 2008).

10L’évolution de la population et la transformation des conditions de vie sur Ouessant ont également des incidences au niveau de l’étrépage, activité qui consiste à prélever des mottes21 sur la frange littorale afin de s’en servir comme combustible. Cette pratique, dans le passé courante pour chaque famille, s’est déplacée de la sphère domestique à la sphère commerciale. Si quelques ouessantins pratiquent encore l’étrépage pour leur besoins personnels, des étrépeurs « professionnels » ramassent les mottes de terre et de pelouse rase pour permettent aux restaurateurs22 de proposer aux touristes –très friands de consommer « local » - de goûter à la spécialité ouessantine : le ragoût sous la motte ou cuisson buaden. Cette pratique considérée comme « traditionnelle » s’est considérablement transformée que ce soit au niveau de la destination du produit mais également au niveau des processus d’extraction des mottes qui se concentrent sur quelques parcelles (facilement accessibles en voiture) de pelouse littorale, conduisant à sa dégradation (Joets, 2005). Enfin, les ouessantins sont confrontés à un changement du paysage par l'accentuation du tourisme : « la dégradation est due à un tourisme très important surtout l’été... Ils abîment les dunes en passant avec leurs VTT... Les chemins sont ravinés sur le bord des côtes... II faudrait interdire cela et protéger la nature et le patrimoine... Heureusement que les bateaux limitent le tourisme » (ouessantin, retraité, 58 ans).  La fréquentation touristique a considérablement augmenté depuis une vingtaine d’années et se situe à environ 150 000 visiteurs par an (pour une population d’à peine 1000 individus). Actuellement, une grande partie des chemins intérieurs a disparu, alors que s’est dessiné sur le pourtour de l’île, un réseau de sentiers côtiers, plus particulièrement empruntés par les touristes. Se rendre sur la côte ou faire le tour de l'île en visite commentée, à bicyclette ou à pied demeure l'activité principale des touristes et permet ainsi l'appropriation de l'île.

11L’anthropologie a étudié les rapports d’une communauté ou d’un groupe avec le territoire qui le définit. La relation est double, d’un côté l’environnement contraint les pratiques, de l’autre, il est façonné physiquement par les individus et construit symboliquement. L’île d’Ouessant23 est investie par des groupes sociaux hétérogènes qui présentent des pratiques et des systèmes de valeurs différents. La lecture des paysages nous révèle ces pratiques autant qu’ils sont construits par elles. Or, l’importance écologique (faunistique et floristique) des îles de l’Iroise est reconnue de longue date24 . Ce milieu particulièrement étudié depuis les années 1950, montre des changements qui interrogent les naturalistes. Notamment, la disparition des cultures, du pâturage et des pratiques de fauche25 engendre une végétation (fougère, ronce, fourrés de prunelliers…) dont l’évolution dépend de facteurs naturels (climat, relief, caractéristiques du sol) et humains (interventions ou non dans ce processus naturel). Cet embroussaillement s’est développé au cours de la seconde moitié du 20ème siècle du fait de la déprise agricole. Pratiquement inexistantes dans les années 1950, les friches colonisaient environ 40% de l’espace insulaire en 1992 (Gourmelon et al, 1995). La modification des pratiques et donc des milieux peut avoir des répercussions en termes de biodiversité. Ainsi le Crave à bec rouge26 est considéré, sur l’île d’Ouessant, comme un indicateur de biodiversité27 (Kerbiriou, 2001). Sur l’île d’Ouessant, la question de sa viabilité28 est posée, au vu des conditions environnementales actuelles et des dynamiques territoriales constatées depuis plusieurs décennies (Kerbiriou, 2006).

12Dans ce contexte dynamique, quelle gestion construire qui respecte à la fois les milieux, les usages traditionnels, qui prenne en compte des éléments économiques, mais aussi esthétiques et culturels ?

Une gestion qui s’inscrit explicitement dans le développement durable

13Les zones naturelles sont des espaces dynamiques en raison des transformations physiques que lui imposent les groupes qui les occupent et des représentations qui se différencient dans le temps et au sein de la société. La gestion de l’environnement, construite socialement29, se décline sous le concept, aujourd’hui incontournable, de développement durable ou sustainable development30. Après des valeurs protectionnistes s'appuyant sur la culpabilité de l'homme, destructeur de la nature (Picon,1996), le concept de « développement durable », symbolisé par l'alliance harmonieuse entre l'homme et la nature, renvoie à une nouvelle représentation, celle d'un paysage, d'un écocomplexe, d'une nature patrimoniale. Le caractère social des espaces naturels qui sont le résultat de plusieurs siècles de travail est pris en compte et il s’agit de concevoir une gestion intégrée permettant de concilier des usages (qui peuvent évoluer) et la préservation des milieux. Les acteurs élus, experts ou simples citoyens se saisissent alors de ces questions environnementales afin de préserver les aménités : « il s’agit de constituer en problème politique et social ce qui était auparavant le domaine réservé de la science, domaine clôturé par des barbelés symboliques érigés à la gloire de sa prétention à la pureté et à la vérité » (Chantraine, Cauchie, 2006).

14Si la notion de développement durable traverse aujourd’hui l’ensemble des champs sociaux et s’étend sur de nombreux espaces, elle s’impose sur l’île d’Ouessant qui possède la particularité d’appartenir à la Réserve de biosphère d’Iroise31. Les réserves créées s’inscrivent dans un réseau mondial, Man And Biosphère, émanant de l’UNESCO. Le label international de réserve de biosphère, créé dans les années 1970, n’attribue pas de réglementations mais doit veiller à ce que les trois fonctions suivantes soient respectées sous peine que le label soit retiré : la conservation de la biodiversité, le développement économique durable et l'éducation en matière d'environnement.

Figure 1. Réserve de biosphère d'Iroise

15La Réserve de biosphère d’Iroise est composée de trois zones qui permettent de remplir ces fonctions : la zone centrale32 doit bénéficier d’un statut légal assurant, à long terme, la protection des paysages, des écosystèmes et des espèces qu’elle comporte33. La zone tampon34 autorise des activités compatibles avec les objectifs de protection. La zone de transition35 ou aire de coopération au niveau de laquelle les acteurs locaux, les organismes de recherche chargés de la conservation, les scientifiques, les associations, les groupes culturels, les entreprises privées doivent œuvrer ensemble en vue de gérer et développer les ressources de la région, au profit des populations locales. C’est bien en s’appuyant sur ce dernier objectif que le programme de recherche IFB concernant 4 réserves de biosphère françaises a été mis en œuvre36.

16L’embroussaillement, étudié dans le cadre du programme de recherche, concerne donc une partie de la zone tampon et de la zone de transition de la réserve de Biosphère d’Iroise. Le programme MaB s’inscrit plus largement dans les nouveaux modes de gestion et les nouvelles normes de l’action politique qui se sont imposés dans le cadre de la gestion des espaces naturels (Blondiaux et al 2002). Ces normes et ces dispositifs -largement discutés pour en dénoncer les vices ou les vertus dans une abondante littérature en sciences sociales et politiques - « font l'objet d'un discours officiel qui paraît parfois directement inspiré des analyses de Jürgen Habermas. Ce discours présente ces procédures comme des formes de discussion publiques équitables, permettant de prendre des décisions sur la base d'un échange d'arguments fondés en raison, et donc de produire un « accord raisonné » » (Blatrix, 2002). Si l’argumentaire théorique s’appuie sur des références solides, la méthodologie reste, en revanche, encore empirique. Les élus et gestionnaires recherchent des outils qui puissent leur permettre de dépasser un certain nombre de difficultés, « le besoin de développer des instruments d’information, de connaissance des impacts, de prévision, devient un enjeu de l’action organisée, publique ou privée » (Goxe et al, 2006). La modélisation multi-agents et les jeux de rôles appartiennent à cette batterie d’outils construits  à l’usage de gestion intégrées et durables.

Principes et construction d’un modèle multi-agents et d’un jeu de rôles

17La modélisation d’accompagnement ou companion modelling (ComMod) (collectif ComMod, 2005) s’est construite dans le cadre d’une prise en compte d’une « société du risque » (Beck, 2001), plurielle, incertaine et réflexive (Giddens, 2004), au niveau de laquelle la place de la science et les formes de la décision se sont transformées. Les questions portent sur la gouvernance, la démocratie délibérative au sens d’Habermas (1997). Les enjeux sont ceux de la création d’objets hybrides (Callon et al, 2001), de la formulation de problèmes, et de la participation des différents types d’acteurs à la prise de décision. La modélisation d’accompagnement envisage le modèle informatique comme un outil intermédiaire évolutif adapté à la représentation de systèmes dynamiques et complexes et donnant lieu à des échanges entre scientifiques et acteurs aussi différents soient-ils. Le jeu est conçu pour stimuler les interactions entre les joueurs et permet ainsi dans un cadre ludique de tester ou d’inventer des solutions de gestion : « les acteurs apprennent collectivement en créant, modifiant ou observant des simulations. Car simuler, c’est agir sur le processus de décision, en créant ou modifiant des représentations » (Charte, 2004). Les concepteurs s’inscrivent dans une « démarche patrimoniale », à savoir que si l’avenir n’est pas prévisible dans le champ économique et social, il est en revanche partiellement décidable, « C’est à partir d’une conception partagée sur l’évolution de la situation présente que les acteurs peuvent « décider » des objectifs de très long terme » (Bousquet, 1997). Une même idée guide ces chercheurs du groupe ComMod inscrits dans le cadre de recherche et développement37 : le partage de la légitimité du savoir et du pouvoir entre les différents types d’acteurs. Décider ensemble, c’est donc partager des représentations et construire un projet. La modélisation d’accompagnement est alors, pour eux, un outil permettant le partage des savoirs et la co-construction d’un monde commun «au-delà d’une quinzaine d’années, il [l’environnement] est affaire de choix collectifs permettant d’orienter l’action présente. La définition de ces choix collectifs de très long terme suppose un agrément sur les tendances actuelles, un savoir partagé fournissant les conditions initiales de la discussion dans le futur » (Bousquet, 1997). La volonté de ces chercheurs est de construire une recherche « impliquée » qui puisse avoir des retombées sur le terrain, les objectifs explicités sont triples : (1) la modification des perceptions des acteurs, (2) la modification de leurs façons d’interagir, (3) la modification des actions qu’ils entretiennent  (collectif ComMod, 2005). Ce qui est recherché, ce n’est pas la qualité des décisions mais la qualité du processus de décision, la qualité de la délibération dans la lignée des principes habermassiens. En connaissant la genèse de ces outils et les postulats sur lesquels s’appuient les chercheurs qui ont créé les outils de modélisation d’accompagnement, il sera alors intéressant de prendre en compte leurs « effets inattendus, indirects et souvent peu perceptibles » (Blondiaux, 2008).

Le modèle multi-agents Ouessant

18Aujourd’hui, de vastes secteurs de l’île sont embroussaillés et la modélisation de ce processus oblige à décrire et analyser les dynamiques végétales, l’évolution des usages et des représentations des divers acteurs du territoire dont les résidents secondaires qui occupent une partie non négligeable du territoire. Ces pratiques et perceptions du territoire ne se comprennent que si elles sont replacées dans les interactions qui concernent l’ensemble de la population ouessantine d’origine ou non.

19Le modèle conceptuel s’est construit en quatre étapes  suivant une démarche éprouvée et formalisée par les chercheurs du groupe ComMod :

20-Identification des agents qui favorisent ou limitent le processus d’embroussaillement. Ces agents peuvent être des individus (éleveur…), des institutions (CEMO…) ou des entités animales (troupeau de moutons…). Leurs actions peuvent être directes ou indirectes. Les interactions entre les différents agents sont définies ainsi que entités de gestion pertinentes (frange littorale, broussaille, vaine pâture…).

21-Identification de la dynamique du couvert végétal et de la dynamique de population du Crave à bec rouge.

22-Construction des interactions entre les acteurs et les ressources38 puis du  diagramme de séquence global à partir du modèle conceptuel.

23-Définition des entités retenues (Comportements et attributs).

24Cette procédure est itérative et chacune des quatre étapes nécessite de récolter des données issues des différentes disciplines mais également une discussion entre les membres de l’équipe pluridisciplinaire. Dès qu’un choix est fait au niveau de la conception du modèle, l’ensemble des participants doit être d’accord et la consignation de celui-ci est ritualisée.

25Dans un deuxième temps, la modélisation multi-agents est utilisée pour la conception d’un prototype informatique qui sert de support à l’élaboration de scénarios plausibles (Gourmelon et al., 2008). Le passage du modèle conceptuel à un modèle informatique représentatif du système a également été validé par l’ensemble du groupe même si les compétences des différents chercheurs étaient très hétérogènes dans ce domaine. Les données ont donc été importées dans la grille de l’automate cellulaire de la plateforme CORMAS (Common-pool Ressources and Multi-agent Systems). Le prototype informatique est construit sur la base de 76000 cellules correspondant à une maille d’environ 200 m²39. Un pas de temps de quatre mois a été choisi : l’année est découpée en fonction de la vaine pâture, de la période d’élevage des moutons au piquet scindée en deux pour différencier la période touristique estivale. Les simulations pourront couvrir 10 à 20 années, si les données et hypothèses sur les dynamiques sociales restent valides sur cette période de temps. Grâce à l’automate cellulaire, il est possible de faire varier le paysage de l’île d’Ouessant  en fonction des processus d’embroussaillement mais aussi des actions des différents acteurs présents dans le modèle, dans l’objectif d’accompagner les processus de décision.

26Cet outil, lors de sa construction, permet l’identification et le partage des différents usages et représentations et rend compréhensible un système complexe. L’atout et peut être l’originalité de ce type de modélisation multi –agents réside dans le processus itératif de construction du modèle, il est –potentiellement- à chaque étape remis en cause et pas seulement améliorer. Les participants de ce projet doivent « considérer que toutes les idées à la base de la modélisation, ont comme vocation d’être remises en cause au contact du terrain, c'est-à-dire d’être volontairement et directement soumises à réfutation » (Charte, 2004).

Le jeu de rôles « Motte-piquet »

27A la suite de la modélisation, l’équipe pluridisciplinaire s’est orientée vers la création d’un jeu de rôles dont l’objectif, validé par le groupe, était de sensibiliser les habitants d’Ouessant au fait que l’embroussaillement soit un processus en cours. Ceci afin étant un préalable à toute discussion ultérieure sur les possibilités de gestion. Nous avons choisi un niveau de jeu réaliste mais non figuratif en représentant la plupart des configurations que l’on retrouve à Ouessant : la mer, une bande côtière de pelouse littorale, des agrégats de lande littorale, des zones de broussailles hétérogènes, une surface importante de prairie, une route goudronnée, un chemin en terre et des maisons disposées près des voies de communications. Les différents états de la végétation ont été représentés qu’il s’agisse de la frange littorale (surface étrépée ou non) ou de l’intérieur de l’île (prairie, landes, broussailles, broussailles infranchissables).

Figure 2. Plateau de jeu

28A la suite des différentes études de terrain, six types d’acteurs ont été déterminés : les ouessantins (résident principal et natifs d’Ouessant), les néo-Ouessantins (résident principal arrivés récemment), les résidents secondaires 1 (s’identifiant à la culture ouessantine), les résident secondaires 2 (recherchant la tranquillité), les élus, le représentant du Parc Naturel Régional d’Armorique. Chacun de ces acteurs peuvent agir dans le jeu en intervenant sur l’élevage de moutons ou de vaches, l’étrépage, la fauche, la commande de mottes pour la restauration, la mise en place de cultures cynégétiques. Ainsi, neuf joueurs se retrouvent autour du plateau de jeu et placent leurs pions qui symbolisent les différentes actions. Un dessin des cheminements envisagés sur le plateau de jeu est demandé 3 fois lors des 10 parties que dure le jeu. Le calibrage du jeu a été forcé tout en restant réaliste pour provoquer des changements suffisamment rapides au niveau de la situation et une dynamique de jeu. A la fin de jeu qui dure 10 parties, un débriefing est réalisé avec l’ensemble des joueurs permettant alors de les questionner sur les phénomènes perçus, les qualités ou défauts du jeu proposé, c’est également le moment pour les joueurs d’expliciter des  actions menées au cours du jeu et enfin de construire les liens avec les différentes échelles des territoires. Lors des trois séances de jeu réalisées sur Ouessant, trois fois neuf joueurs ont été invités en fonction des rôles qui avaient été définis, chaque joueur jouant son propre rôle (le restaurateur dans le jeu est bien restaurateur sur Ouessant). Des joueurs différents ont été invités à chaque séance de jeu pour éviter une « professionnalisation » des joueurs, sauf en ce qui concerne l’éleveur de vaches car il n’y en a qu’un seul sur l’île. Le choix des joueurs ne s’est donc fait qu’en fonction des rôles qu’ils avaient à jouer.

29Ces dispositifs postulent le partage des savoirs. La participation nécessite l’accès aux connaissances sous ses différentes formes et doit veiller à leur appropriation par  les différents acteurs sous peine de créer de fortes disparités lors des discussions. Le jeu de rôles doit permettre d’accéder aux savoirs, de partager des points de vue sur le monde, d’expliciter les usages (même ceux stigmatisés ou considérés comme non légitimes par certains) et des représentations du monde. Les différents usages et représentations sont répertoriés sans craindre les visions diamétralement opposées et les conflits, « En aucun cas il ne sous estime l’importance des différences, autrement dit le dissensus, qui permet de poser les bonnes questions, de faire entendre de vraies revendications » (CERDD, 2003). Ce jeu de rôles a été testé puis joué sur l’île d’Ouessant40. Les intérêts revendiqués par les promoteurs de ces jeux résident dans la capacité à faire intervenir  la pluralité des acteurs d’un territoire (chacun des rôles devant être pourvu), à  réduire les inégalités entre les acteurs pour la prise de parole car les savoirs et savoir-faire sont ceux des jeux de société, à partager des connaissances et des représentations, à la stimulation des interactions liée à l’aspect ludique, à favoriser l’émergence de points de vue souvent méconnus car ils ont peu accès à l’espace public.  Ces différents aspects vont à présent être discutés.

Entre scientifiques, professionnels et acteurs locaux : Dire, écouter, discuter

30Une question soulevée lorsque l’on interroge les procédures participatives porte sur la réduction, effective au non, des  inégalités entre les acteurs par rapport à des formes représentatives. Elles se révèlent sous la forme du retrait de certaines catégories sociales lié à leurs caractéristiques socio-biographiques, de la possession de savoir et savoir-faire au niveau de la prise de parole. Les concepts de délibération, « d’activité communicationnelle » sont au cœur de l’élaboration de ces outils.  Ils se déclinent sur plusieurs niveaux : pouvoir dire, écouter les arguments – et ceci quel que soit leur registre- de l’autre, et discuter et concernent différents groupes d’acteurs : les scientifiques, les professionnels, les institutions, les usagers.

31L’élaboration du modèle conceptuel donne lieu à de riches discussions entre chercheurs, favorisant une réelle interdisciplinarité que ce soit au niveau de la prise en compte des différents points de vue ou de la discussion des concepts et des méthodologies. Chacun interrogeant l’autre, notamment sur ses présupposés qui doivent alors être explicités. Cet outil de dialogue entre les disciplines permet de dépasser la simple juxtaposition et est particulièrement approprié dans le cadre de la production de connaissances concernant les interactions homme-environnement. Les différentes disciplines concourent alors à l’étude de systèmes qui sont par nature complexes. Néanmoins, si les déséquilibres entre sciences de la nature et sciences humaines s’atténuent, ils peuvent réapparaître sous des formes moins visibles entre les chercheurs qui maîtrisent  -ou non- l’outil informatique.

32Lorsque le modèle informatique est conçu, il est intéressant de poursuivre la discussion avec les acteurs locaux élus ou non. Ces débats peuvent s’organiser  autour des scénarios construits au niveau du modèle. Cette dimension de la modélisation est importante car elle contribue à prolonger la discussion  entre les chercheurs mais aussi avec les acteurs concernés qui valident ou non les différents scénarios et sont invités à faire de nouvelles propositions. Plusieurs scénarios ont été élaborés par les scientifiques (Gourmelon et al, 2008). Ils peuvent être tendanciels (changements au niveau de la population, du cheptel ou de la fréquentation touristique), événementiels (nouveau troupeau ovin, abandon de l’élevage bovin) ou combinés entre eux. Cette dimension commence à être analysée, mais nous n’avons encore que peu de recul41 sur l’appropriation de tels outils et la capacité d’invention des acteurs. Les études portant sur les technologies de l’information et de la communication  dans le cadre de l’action publique montrent que « les phénomènes d’appropriation sont à la fois longs, complexes et imprévisibles et débouchent sur des usages diversifiés dont certains peuvent être aux antipodes de ceux imaginés ou développés dans les premiers temps » (Benvegnu, 2006).

33Les démarches de construction et de mise en œuvre du modèle et du jeu de rôle contribuent à faire émerger et à « dire » les savoirs qualifiés de « locaux ». Ces savoirs intéressent depuis quelques années les scientifiques dans le cadre de la gestion des espaces naturels car ils leurs sont complémentaires aux savoirs scientifiques des naturalistes et ont démontré toute leur richesse. Les ethnologues les recueillent depuis de nombreuses années dans le cadre d’une anthropologie de la nature et les outils présentés s’appuient sur les données issues de la bibliographie ou recueillies sur le terrain lors des enquêtes. Ces savoirs locaux émergent  également lors des discussions avec le gestionnaire et sont révélés lors des séances de jeu de rôles lorsque les joueurs explicitent leurs actions soit lorsque d’autres joueurs les interpellent, soit lors des séances de débriefing. Le jeu de rôles permet en effet aux usagers d’expliciter leurs points de vue sur la question des friches, leurs critères d’action, leurs représentations du territoire. Ces points de vue singuliers nous intéressent dans leur diversité «la nouveauté est que, au rebours de l’ancienne règle qui voulait que l’on se dépouille de ses particularités privées pour entrer dans l’espace public, c’est au titre de son identité privée qu’on entend compter dans l’espace public » (Gauchet, 1998). L’intérêt de cette démarche est donc de « dire » mais également d’intégrer les connaissances au niveau du système multi-agents ou du jeu de rôles. En effet, aucun de ces deux outils n’est jamais considéré comme abouti, ils peuvent évoluer avec les résultats des discussions à partir du moment où les connaissances sont validées par l’ensemble des participants42. Le jeu construit sur la base de multiples savoirs intègre des informations différentes et permet ainsi aux différents acteurs de « s’y retrouver » et de pouvoir se l’approprier43. La modélisation et le jeu de rôles favorisent le partage des points de vue par des acteurs hétérogènes qui possèdent des compétences variées car ils évitent uniquement d’inscrire la participation sur les registres de l’écrit ou de la parole et permettent des échanges dont l’aspect ludique est privilégié et non  « une argumentation rationnelle… de même que les postures de bienséance et l’écoute » (Blondiaux, 2008). Les échanges sont facilités car ces outils diminuent les discriminations entre les acteurs en fonction de leurs capacités à manier le discours.

34La possibilité d’une interdisciplinarité, la discussion autour du modèle et du jeu de rôles favorisant l’émergence, le partage des différentes formes de savoir sont  observés. Il n’en reste pas moins que des questions demeurent : les divers acteurs concernés participent-ils de façon équivalente ? Quelles réflexivités sont mises en œuvre? Quels liens entre virtualité de la discussion dans le cadre des jeux et la réalité de la gestion du territoire ?

35Si la pluralité des acteurs a été prise en compte lors de la définition des rôles dans le jeu, les difficultés rencontrées dans sa mise en œuvre conduisent à interroger les situations de défection, passivité ou prise de parole (Hirschman, 1995). Les joueurs sont invités individuellement en fonction de la connaissance que les membres du groupe pluridisciplinaire a de leurs activités sur l’île, mais rien n’est moins sûr qu’ils acceptent de venir même si -éventuellement car- l’invitation est signée de plusieurs organismes légitimes à savoir la mairie et le parc naturel régional d’Armorique. Des stratégies de contournements ou de rejet des méthodologies peuvent conduire à compromettre ou à délégitimer les processus de concertation, il est alors intéressant de comprendre les refus de participation. La première réaction est de s'imputer les rejets, mais il faut pouvoir les analyser et leur donner du sens. Ils peuvent être liés au thème de l’enquête et interprétables ou indépendant de l’enquête, mais non aléatoire (refus de toute enquête, retrait lié à l’âge, à la position sociale..), ces refus sont difficiles à contrôler. L'île d'Ouessant abrite une société qui se situe entre le type traditionnel et le type urbain. Même si le nombre des résidents secondaires est important, ceux-ci ne sont pas présents à l’année et il existe entre les ouessantins une interconnaissance, un contrôle social important. Les liens aux territoires sont forts et se construisent à partir des appartenances familiales. Celles-ci ont été révélées lors de la seconde séance de jeu de rôles au cours de laquelle, ne connaissant pas les liens familiaux qui unissaient deux joueurs, nous avons eu quelques difficultés à décrypter les interactions entre l’un et l’autre. Une hypothèse porte sur le fait que sur cet  espace insulaire l’ensemble des acteurs sont liés par des réseaux familiaux, économiques, religieux, politiques, associatifs. Si ces outils sont censés permettre une distanciation par rapport à la réalité et participer de l’auto-observation et de l’auto-analyse… certaines distanciations sont plus complexes que d’autres à établir : « le refus de la prise de parole peut être lié à une forme d’autocensure, à la peur de dévoiler son opinion ou de réprobations éventuelles dans son environnement immédiat, peur que renforcera la petite taille des publics et des collectivités concernés. Le risque, d’autant plus grand que les populations de référence seront plus étroites » (Blondiaux, 2001). Postuler que jouer au jeu de rôles  neutralise totalement les capitaux et les positions sociales serait une aberration au sens premier du terme. Enfin, la prise de parole doit tenir compte du contexte du jeu de rôle car même s’il est ludique, nous pouvons supposer qu’il impose certaines contraintes dans les modes d’expression et d’argumentation (Monnoyer-Smith, 2006). Il est évident que le jeu de rôles met en avant la facilité des interactions et des échanges, cependant en paraphrasant Barthe (2002) à propos du traitement des conflits suscités par le nucléaire, la procédure discursive qui caractérise le jeu de rôles a pour effet de domestiquer et de dédramatiser, une prise de parole « sauvage » pour lui substituer une prise de parole « ludique».

36Ces méthodologies interactives et évolutives doivent favoriser la participation et la diversité des positions (Etienne et al 2002). Elles s’inscrivent dans le cadre d’une modernité réflexive, dans une société marquée par la pluralité des risques et l’incertitude « des principes d’actions associés fréquemment au développement durable comme la réversibilité des décisions (liée aux principes de complexité et de précaution) ou encore le droit à l’initiative et à l’expérimentation (innovation et prospective), impliquent en théorie des temps d’évaluation et de réflexivité des acteurs et des institutions » (Goxe et al, 2006). Elles doivent encourager une double réflexivité, tant au niveau des individus qu’à celui des institutions. Il s’agit, en effet, de dispositifs qui incluent des acteurs de la société civile et des représentants (élu, représentant du Parc Naturel régional d’Armorique). Ces individus et institutions en interaction peuvent modifier leurs représentations des phénomènes. Si les savoirs professionnels et locaux sont intégrés par les scientifiques, les interrogations portent alors sur l’appropriation des différentes formes de savoirs par les multiples joueurs. Un certain temps est nécessaire pour analyser la manière dont les discussions se diffusent et sont traduites dans la société. Un exemple montre, en dehors de toutes considérations politiques, que les sessions de jeu de rôles ont pu participer d’une réflexivité car la problématique de l’embroussaillement, non  traitée jusqu’à lors dans l’espace public, a été discutée dans le cadre des élections municipales de 2008 au niveau du programme des deux candidats, les précédents jeux ayant eu lieu en juin et décembre 2007.

37Enfin, nous pouvons nous interroger sur l’utilisation des procédures de jeu quand ceux-ci s’éloignent de la réalité. Comment les discussions dans un cadre dédramatisé et ludique  sont transposées dans la réalité ? Comment le jeu infère les pratiques et représentations ? En effet, si la question des impacts de la délibération sur les opinions de chacun se pose lorsque celle-ci n’est pas médiée par un jeu, elle devient incontournable dans le cadre d’un jeu de rôles. Cette réflexion a été initiée par Daré (2005) dans le cadre de sa thèse intitulée : Comportement des acteurs dans le jeu et la réalité : indépendance ou correspondance, et met en avant la nécessité de légitimité de l’outil jeu de rôles pour les joueurs ainsi que les allers-retours entre le jeu et la réalité.  Elle doit être approfondie par des enquêtes de terrain sur le long terme qui permettent de faire varier les contextes sociaux, culturels et politiques. Une autre piste, si tant est que l’on peut considérer une session de jeu de rôles comme un espace public, est de s’intéresser spécifiquement à ce que les individus peuvent ou non dire dans ce contexte particulier et les registres de l’argumentation qui sont mis en avant. Le jeu de rôles serait ainsi un moyen de multiplier les possibilités d’expression et de discussion (Talpin, 2006).

Reproduction ou recomposition des rapports de domination ?

38Un des objectifs de ces dispositifs est de permettre le partage des différents types de savoir et la discussion sur un mode égalitaire que ce soit entre chercheurs des sciences naturelles et chercheurs des sciences sociales, entre chercheurs et professionnels ou encore entre experts et usagers. Les inégalités entre ces différents groupes  qui ont été relevées lors de procédures plus classiques de débat public peuvent-elles être sensiblement diminuées par l’usage de la modélisation ou du jeu de rôles ? Les rapports de domination réapparaissent-ils sous d’autres formes moins visibles ? Les dominations entre les différents acteurs sont multiples, deux d’entre elles seront plus particulièrement analysées : les inégalités entre les scientifiques et les dominations qui peuvent se reconstituer entre experts et usagers.

39Les scientifiques étant considérés comme des acteurs comme les autres, il est intéressant d’identifier certaines inégalités. En s’appuyant sur une réflexion épistémologique, il s’agit de réfléchir à la sélection des scientifiques et des problématiques retenues. Celle-ci est en partie liée aux recherches antérieures sur le territoire en question et il peut s’opérer une « survisibilité » de certaines problématiques (comme dans notre cas, celle du crave à bec rouge44) et une absence d’autres questionnements (la question de la biodiversité n’a pu être saisie dans son ensemble, du fait de la complexité du sujet et de la non représentation de certaines compétences scientifiques). Cet écueil est néanmoins en partie surmonté si l’on s’appuie sur le caractère itératif de ces processus, de nouvelles questions et connaissances pouvant être intégrées à n’importe quel moment de la réflexion. Les interrogations portent alors sur le temps et les moyens nécessaires à l’enrichissement du modèle. Par ailleurs, la modélisation et le jeu de rôles sont des outils relativement récents dans le cadre de la gestion environnementale45. L’appropriation de tels outils est inégale. Dans le cadre de cette recherche, les niveaux d’expertise des différents chercheurs étaient hétérogènes. Si le directeur du projet, très présent pour accompagner ce programme a beaucoup pratiqué ces outils, les autres chercheurs impliqués possédaient une maîtrise du modèle pouvant être qualifiée de bonnes pour certains (formation à la modélisation), moyennes pour d’autres (mais ayant l’habitude d’utiliser les technologies de l’information géographique) et difficile pour l’ethnologue habitué aux techniques qualitatives de recueil de données et au médium écrit. Une nouvelle technique nécessite un apprentissage et la construction d’une réflexion épistémologique. Une partie du temps a été réquisitionnée pour adapter une méthodologie basée sur le recueil de discours et l’observation, notamment en ce qui concerne les représentations de la friche par les résidents secondaires, aux contingences du prototype informatique. De plus, la difficulté pour le chercheur en sciences sociales réside dans la double position, parfois inconfortable mais en tous les cas chronophage, qui lui incombe à savoir la participation au projet et la critique réflexive qu’il doit mettre en œuvre. Les inégalités entre les chercheurs fondées sur la maîtrise des outils sont  importantes au niveau de la modélisation, et moindre en ce qui concerne le jeu de rôles46.

40Les inégalités ou dominations entre « experts » et « profanes » sont discutées  dans le cadre de la participation des usagers à la gestion environnementale. Dans le cas de  la réflexion sur l’île d’Ouessant, il est pertinent d’inscrire les rapports de force entre les différents groupes dans l’histoire.  Une hypothèse de la complexité de l’appropriation de ces outils par les acteurs locaux concerne l’histoire du rapport entre les scientifiques et les insulaires. Proches du continent, les îles de la mer d’Iroise constituent un terrain idéal d’expérimentation et de suivi. Depuis les années 1950, les scientifiques ont accumulé de nombreuses connaissances de la faune et de la flore, terrestres et marines. Ils participent aux espaces de discussion concernant ce territoire à savoir, les comités de la Réserve naturelle d’Iroise, de la Réserve de Biosphère et du Parc naturel marin en mer d’Iroise. De plus, il existe, depuis de nombreuses années, un lien fort entre SEPNB-Bretagne vivante47 et naturalistes dont beaucoup de membres sont chercheurs à l'Université de Bretagne Occidentale. Pour certains d’entre eux, il s’agit d’un véritable engagement : "il existe de grands mythes fondateurs de la SEPNB auxquels on se doit d’adhérer” (scientifique, 58 ans). Ces mythes auxquels il est fait référence renvoient à l’idéologie de protection de la nature qui tolérait peu d’écarts à l’orthodoxie écologiste. De vives altercations ont existé par le passé entre des insulaires et des scientifiques, ces derniers constituant selon les premiers une menace car ils appartiennent, à l’espace du “dehors” et mettent en péril une intégrité territoriale et communautaire. La crainte pour les insulaires est de voir leur territoire amputé (si certains espaces devaient être interdits) ou de connaître de nouvelles réglementations. Leurs représentations de la gestion de l’environnement, même si elles sont aujourd’hui construites sur des modes participatifs et intégrés, les conduit à peu s’impliquer dans ces processus. Si les rapports entre ces deux groupes se sont apaisés, il demeure une méfiance accentuée par la création du Parc naturel marin d’Iroise. Les discussions qui ont duré de nombreuses années (l’idée d’un parc marin a été émise en 1988, et il a été créé en 2007) ont été vives et l’objet de nombreuses controverses. Les insulaires dans leur majorité craignent que la création de ce parc n’entraîne de nouvelles réglementations. Si ce parc leur parait suspect, il entraîne aussi dans son sillage les différentes entités de gestion. Les relations entre ce « futur » parc et les différents entités de gestions (parc naturel régional, réserve naturelle, réserve de biosphère) ne sont pas encore éclaircies et cette dernière, dont le label est en sursis, est peu active.

41Si la volonté d’associer les élus et la population locale à la réflexion sur la gestion de l’embroussaillement de l’île est bien réelle de la part des promoteurs de ce programme et s’impose lors de l’utilisation du jeu de rôles, nous pouvons interroger la construction du questionnement initial. La réflexion engagée sur la participation des citoyens dans le cadre de « forum hybrides » (Callon et al, 2001) a montré l’importance de la participation des citoyens dans définition du questionnement. Quelles sont alors, ici, les modalités de construction de la problématique ? Les experts gardent-ils la prérogative du questionnement ? La domination des scientifiques résiste-t-elle à ce niveau ? La question de l’embroussaillement à l’origine de ce programme de recherche est une question émanant d’un groupe de chercheurs essentiellement naturalistes. Nous n’avons pas étudié, au préalable, la construction sociale et la pertinence d’une telle question même si quelques entretiens exploratoires montrent que la population ouessantine, souvent la plus âgée, note une transformation des paysages. Il aurait été intéressant d’interroger les différentes acceptions des termes friches, broussailles. Les analyses des recherches effectuées avec de tels outils ont par ailleurs montré toute l’importance de la présence des acteurs dès la construction de l’objet (D’Aquino et al., 2002) et la charte du collectif ComMod insiste bien sur la pertinence de la question, « D’où notre choix de faire des recherches dites  « impliquées »…des terrains choisis à la fois en fonction de leur intérêt méthodologique et de leur pertinence pour les usagers et les décideurs avec qui nous travaillons » (Charte, 2004). La question demeure dans notre cas et au départ une construction d’experts et de gestionnaires, elle s’inscrit par ailleurs dans le cadre d’une réponse à un appel d’offre émanant de l’Institut Français de la Biodiversité et satisfait à l’idéologie du réseau Man and Biosphère, ce qui en détermine certains aspects. Si la problématique semble être imposée « de l’extérieur » il n’en reste pas moins que les acteurs locaux peuvent dans le cadre du jeu de rôles en préciser non seulement les contours mais discuter de sa pertinence et de sa formulation.

42Le jeu de rôle possède l’intérêt d’être construit en intégrant des règles les plus simples possible48 qui peuvent éventuellement évoluer en fonction des demandes des joueurs49 et en limitant au maximum les interventions du maître du jeu… celui n’étant pas par ailleurs un spécialiste de l’animation50 ! La formalisation du jeu de rôle fournit un cadre certes ludique mais les interactions entre les différents acteurs sont anticipées pour être facilitées, le support est déterminé et les règles d’échanges sont établies et ritualisées. Les joueurs peuvent avoir l’impression d’être soumis à une expérimentation entourée de multiples chercheurs (trois chercheurs au minimum sont prévues pour chaque séance de jeu) Un « maître du jeu » anime la session de jeu  en explicitant les règles, en donnant quelques informations, en dynamisant les parties51. Son rôle peut être important, si l’on considère qu’il endosse une « posture arbitrale » (Barthe, 2002) lui permettant de légitimer tel ou tel discours ou comportement. Nous pouvons oser le parallèle avec l’analyse des sondages délibératifs réalisée par Blondiaux (2007) qui s’interroge sur la capacité d’initiative des acteurs/ joueurs invités dans des procédures dans lesquelles «  tout est réglé, cadré, anticipé, scénarisé ». Le citoyen invité peut –il alors discuter, inventer, résister alors qu’il ne connaît pas le fonctionnement interne de la machine. Les acteurs/joueurs sont-ils instrumentalisés ? L’expert retrouve-t-il une position dominante en tant que concepteur de tels outils ? Plus largement, d’autres questions concernent l’utilisation/instrumentalisation de ces outils.  La modélisation, cette « boîte noire », pourrait conduire à reconstruire certaines inégalités et à donner du pouvoir à ceux qui la  maîtrisent et seraient tentés de la faire passer pour ce qu’elle n’est pas. Les rapports sociaux peuvent se transformer et se reconstruire alors sous des formes moins visibles. Le sujet est d’autant plus sensible, que ces outils demandent du temps et des moyens et que ceux-ci sont inégalement répartis sur le territoire dans le cadre d’une gestion durable et concertée.

43La charte d’utilisation élaborée par l’ensemble du groupe ComMod souhaite attirer l’attention des scientifiques et des citoyens sur ces méthodologies considérées comme outil de communication et outil de travail. Tout nouvel outil est soumis à controverse et seule leur utilisation et analyse sur le long terme peuvent répondre à ces inquiétudes. Leur objectif peut être de construire des stratégies et des modèles de gestion ou de comprendre la réalité que les chercheurs sont amenés à étudier afin de proposer des informations lisibles et appropriables aux décideurs. Une distance doit être construite pour éviter de tomber dans les travers d’une supposée « politique scientifique » se substituant à la logique démocratique même si le souhait est de renforcer la démocratie délibérative. S’ils ne sont pas prédictifs, s’ils ne tentent pas d’approcher le vrai, s’il s’agit d’une simplification qui doit être réaliste et permettre une discussion entre les acteurs, nous pouvons, dans le même registre, nous interroger sur la perception de telles méthodologies et sur leur utilisation par les gouvernants.

Conclusion

44Le recueil des données se poursuit dans le cadre de programmes de recherche, l’ensemble des questions n’ont pas été abordées dans le cadre de cet article, nous pourrions en effet réfléchir à la publicisation des débats, au risque de diminution des engagements collectifs, à  la relation entre jeu de rôles et formes traditionnelles de l’action collective, ou encore comment la participation aux débats est un moyen d’intégration locale en particulier pour les résidents secondaires ? La question de la transposition de ces techniques inventées dans d’autres contextes sociaux et politiques est particulièrement intéressante dans le cadre de l’île d’Ouessant et il s’agit d’une piste de recherche sur laquelle nous portons toute notre attention aujourd’hui. S’appuyant sur les outils de l’anthropologie politique, le rôle des élus dans ce type de société est important à prendre en compte. Sur l’île, le maire est encore souvent considéré comme un représentant de la société et comme un représentant de l'Etat. Les affaires publiques sont gérées par les habitants : « chaque individu gère les problèmes» (Ouessantin). La gestion concertée ne fait pas l’objet d’une demande sociale explicite, même si les ouessantins souhaitent être associés à la décision lorsque leurs intérêts sont en jeu. Actuellement la société insulaire se transforme et le rôle des politiques est amené à changer lui aussi, que ce soit au niveau de l’information des citoyens ou de l'action politique. Ainsi le maire, représentant traditionnel d’une communauté et d’un territoire, peut-il devenir un maire gestionnaire et s’inscrire d’emblée dans un mode d’exercice participatif du politique connaissant la frilosité des élus vis-à vis de telles pratiques? Enfin la question de l’efficacité/ évaluation de ces outils est également posée (programme ADD52), la complexité de la mise en place de ces outils est bien réelle, Ces outils ne sont-ils pas des « usines à gaz participatives » (Blondiaux, 2008). Celle-ci est particulièrement complexe car elle intègre les questions de temps mais également la multiplicité des scènes ou arènes au niveau desquelles les débats ont lieu et comme le souligne Blondiaux (2008) : « Les pratiques de concertation ne sont pas univoques et produisent des conséquences souvent contradictoires ». Ces analyses permettent toutefois d’enrichir la réflexion sur les procédures participatives qui se développent aujourd’hui, de confronter les outils tels que la modélisation multi-agents et le jeu de rôles à d’autres procédures expérimentées plus particulièrement dans le domaine de l’environnement, de l’aménagement du territoire ou des politiques de la science et de la technologie. Les sciences sociales qui sont diversement invitées à prendre part à ces procédures ont un rôle important à jouer. Il ne s’agit pas en effet d’abandonner l’analyse des caractéristiques de ces outils et de leurs effets sur les usages et représentations des acteurs ainsi qu’au niveau de leurs interactions. Ceci d’autant plus que de nombreux professionnels de la concertation, ou institutions se placent sur le devant de la scène proposant des méthodologies « prêtes à l’emploi »53 qui promettent une efficacité accrue des politiques publiques et de pallier la crise de la démocratie représentative !

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

[Politix],  « Editorial », Politix, Volume 19, n°75, 2006, p.3-9.

Bacqué M.H., Sintomer Y, « Gestion de proximité et démocratie participative », Les annales de  la recherche urbain, n°90, 2001, p. 148-155.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Barthe Y., « Rendre discutable. Le traitement politique d’un héritage technologique », Politix, vol 15, n°57, 2002, p. 57-78.
DOI : 10.3406/polix.2002.1207

Beck U., La société du risque, Paris, Flammarion, 2003.

Benvegnu N., « Le débat public en ligne. Comment s’équipe la démocratie dialogique ? », Politix, vol 79, n°75, 2006, p.103-104.

Beuret J.E., La conduite de la concertation, L’Harmattan, 2006.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Blatrix C., « Les effets de l'institutionnalisation de la participation sur les formes de l'action collective », Politix, vol 15, n° 57, 2002, p. 79-102.
DOI : 10.3406/polix.2002.1208

Blondiaux L., Le nouvel esprit de la démocratie, Seuil, La république des idées, 2008.

Blondiaux L., 11 novembre 2004 «Démocratie délibérative et démocratie participative : une lecture critique » Conférences de la Chaire MCD. En ligne. http://www.chaire-cd.ca.

Blondiaux L., « La démocratie participative, sous conditions et malgré tout. Un plaidoyer paradoxal en faveur de l'innovation démocratique », Mouvements, vol 2, n°50, 2007,p.118-129.

Blondiaux L., Sintomer Y., « L’impératif délibératif », Politix, vol 15, n°57, 2002, p. 17-35.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Blondiaux Loïc, « Démocratie locale et participation citoyenne : la promesse et le piège », Mouvements, n°18, 2001, p. 44-51.
DOI : 10.3917/mouv.018.0044

Bousquet F., Barreteau O., Mullon C., Weber J., « Modélisation d’accompagnement : systèmes multi-agents et gestion des ressources renouvelables », in Actes du colloque Quel environnement au 21ème siècle ? Environnement maîtrise du long terme et démocratie, Colloque de Fontevraud, 1996 , Paris, Germes, 1997.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Boy D., Donnet K., Roqueplo P., « Un exemple de démocratie participative : la « conférence de citoyens » sur les organismes génétiquement modifiés », Revue française de science politique, Année 2000, Volume 50, Numéro 4, p. 779 – 810.
DOI : 10.3406/rfsp.2000.395508

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001.

CERRD -Centre de Ressource du Développement Durable, « Les habitants au cœur de la décision », Développement durable et territoires, http://developpementdurable.revues.org/, 2003

Chantraine G., Cauchie J.F., « Risque(s) et gouvernementalité », Socio-logos, Numéro 1, [En ligne], mis en ligne le 12 avril 2006. URL : http://socio-logos.revues.org/document13html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Charles M., Chlous-Ducharme F., Faugère E., Wintz M., « Science et démocratie dans la gestion de la nature. Des ethno-sociologues pris dans la modélisation d’accompagnement », VertigO, Vol8 n°1, 2008.
DOI : 10.4000/vertigo.4999

Chlous-Ducharme F., Bellec S., «Les résidents secondaires à Ouessant : acteurs de la fabrication des paysages », in Actes du colloque international 15-17 fev 2007, La lande. Un paysage au gré des hommes, CRBC/PNRA, 2008.

Collectif ComMod, Charte version1.1,  http://cormas.cirad.fr/ComMod/fr/charter/content.htm, 2004.

Collectif ComMod , « La modélisation comme outil d'accompagnement ». Natures, Sciences et Sociétés, n° 13, p. 165-168, 2005.

Couix G., Le Berre I., « L’espace agricole à Ouessant du milieu du XIXème siècle à nos jours : organisation et évolution ». Mappemonde, n° 4, p. 27-30, 1996.

Creachcadec F, Entre Nature et Culture, Mémoire Master 1 Culture et société, Université de Bretagne Occidentale, 2005.

Daré W., Comportements des acteurs dans le jeu et la réalité : indépendance ou correspondance ?, Thèse de doctorat, ENGREF, 2005.

D’Aquino P., Barreteau O., Etienne M., Boissau S., Aubert S., Bousquet F., Le Page C., Daré W., « The role playing games in an ABM participatory modelling process: outcomes from five experiments ». In Proceedings of the international Environmental Modelling and Software Society Conference, Lugano (Suisse), p. 275-280, 2002.

Etienne M., Le Page C., « Modéliser les dynamiques paysagères pour accompagner un projet d’aménagement du territoire : le cas du Causse Méjean », Colloque gérer les paysages de montagne pour un développement concerté et durable , Florac, 5-6 nov 2002.

Ferber J., « La kénétique : des systèmes multi-agents à une science de l’interaction », Revue internationale de systémique, vol.8 ; n°1, 1994

Gauchet M., La religion dans la démocratie, Paris, Gallimard 1998

Gestin F., Quéré A., Simon J.P., Touzeau P. Ouessant : structure du parcellaire et évolution de la société insulaire. Rapport de la mission du patrimoine ethnologique du Ministère de la culture, 1982.

Giddens A., Les conséquences de la modernité, Paris L’harmattan , 2004.

Gourmelon F., Bioret F. Le Berre I., « Historic land-use changes and implications for management of a small protected island ». Journal of Coastal Conservation, n° 7, p. 41-48, 2001.

Gourmelon F., Bioret F., Brigand L., « SIG et usage des sols : l'île d'Ouessant de 1952 à 1992». Mappemonde, n° 4, p. 6-10, 1995.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Gourmelon F., Etienne M., Rouan M., Kerbiriou C., Charles M., Bioret F., Chlous-Ducharme F., Guermeur Y., Hevrel H., « Eléments de prospective environnementale dans une réserve de biosphère ». Cybergeo, Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, article 429, mis en ligne le 25 septembre 2008, modifié le 06 octobre 2008.URL : http://www.cybergeo.eu/index20343.html.
DOI : 10.4000/cybergeo.20343

Goxe A., Holec N., Rousseau S., « Editorial dossier 8 : Méthodologies et pratiques territoriales de l’évaluation en matière de développement durable », Développement durable et territoires, http://developpementdurable.revues.org/, 2006.

Habermas J., L’espace public, Paris, Payot, 1997.

Habermas J., Droit et démocratie. Entre faits et normes. Paris, Gallimard, 1998.

Hirschman A.O., Défection et prise de parole, Fayard, 1995.

Joets A., Le ramassage des mottes à Ouessant. Enjeu et valorisation d’un patrimoine culturel et naturel, Mémoire Master 1 Culture et société, Université de Bretagne Occidentale, 2005.

Kerbiriou C., « Originalité de la population bretonne de Crave à bec rouge dans un contexte européen ». Alauda, n° 69, p. 25-42, 2001.

Kerbiriou C., Impact des changements d’usage sur la viabilité d’une population menacée dans un espace multi-protégé : le Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrochorax) sur l’île d’Ouessant. Thèse d’Ecologie, Muséum National d’Histoire Naturelle, 163 p. et annexes, 2006.

Lascoumes P. L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte, série écologie et société, 1994.

Latour B., «Sociologie des sciences, analyse des risques collectifs et des situations de crise», in GILBERT C. (ed.), Programmes Risques collectifs et situation de crise, Paris, CNRS, miméo, 1995.

Le Berre I., Réserve de biosphère de la Mer d'Iroise : carte de synthèse, Conseil Général du Finistère. MabUNESCO, 1997.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Lefebvre Rémi, « Opinion et participation. La campagne présidentielle de Ségolène Royal », La vie des idées, 17-04-2008 http://www.laviedesidees.fr/Opinion-et-participation.html
DOI : 10.4267/2042/28687

Manin B., « L’idée de démocratie délibérative dans la science politique contemporaine. Introduction, généalogie et éléments critiques » (entretien avec Bernard Manin), Politix, vol 15, n°57, 2002, p.37-55.

Monnoyer-Smith L., « Etre créatif sous la contrainte. Une analyse des formes nouvelles de la délibération publique. Le cas DUSCAI », Politix, Vol 79, n°75, 2006, p.75-101.

Péron F., Ouessant, l’île sentinelle, vie et tradition d’une île bretonne. Ar Men - Le Chasse-Marée, 1997.

Picon B. « Du bon usage de la menace. Chronique des représentations de la nature en Camargue”, Etudes rurales, n°141-142, pp. 143-156, 1996.

Rosanvallon P., Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, NRF Gallimard, 1998.

Talpin J., « Jouer les bons citoyens. Les effets contrastés de l’engagement au sein de dispositifs participatifs », Politix, Vol 79, n°75, 2006, p.13-31.

Weber M ., Le savant et le politique, Plon, Bibliothèques 10/18, 1998, (1re éd. 1919).

Haut de page

Notes

1 Par exemple, le débat sur la démocratie participative renouvelée lors de la dernière campagne présidentielle française mise en avant par Ségolène Royal (Lefebvre, 2008).
2 De nombreux ouvrages et articles sont parus, celui Blondiaux (2008) propose une synthèse de la notion de participation en politique
3 Plusieurs méthodologies (dont Beuret, 2006) sont proposées pour ce « nouveau métier »,  d’autant plus qu’au niveau juridique la forme de la participation des citoyens est peu définie, les promoteurs de la participation sont libres de construire les dispositifs  qu’ils jugent judicieux.
4 Dans le cadre de cet article le débat entre démocratie délibérative et démocratie participative ne sera pas abordé (voir pour cela notamment les textes de Blondiaux, Sintomer, Manin). Nous parlerons de manière générale de participation dans le cadre de ce texte.
5 Les analyses de Blondiaux et Sintomer (2002) sont pertinentes au niveau de la construction et de la mise en œuvre de ces procédures, on peut en effet envisager sans gros risques que chacun des acteurs a une représentation de ce que nous appellerons la participation des citoyens, en fonction des ses connaissances et caractéristiques sociales : « Il semble même que l'absence d'univocité soit fréquemment une des clefs du succès : alors qu'une utilisation plus précise du terme obligerait à cerner les points controversés et susciterait par contrecoup des rejets, conserver le flou permet que des acteurs s'en revendiquent dans des perspectives très différentes et que des consensus faciles et superficiels puissent ainsi s'établir ».
6 Les appels à projets « Concertation, décision, environnement » ainsi que le séminaire permanent (://www.ecologie.gouv.fr/Regards-croises-compte-rendu-des.html) offrent une perspective intéressante du questionnement.
7 Le site du groupe ComMod fournit une liste d'études de cas : http://cormas.cirad.fr/ComMod/fr/
8  Les textes de loi ont obligé à différents niveaux ces procédures descendantes de participation, nous pouvons citer : la Loi Bouchardeau du 12 juillet 1983 qui a initié cette réflexion, la Loi d’Orientation sur la Ville en 1991, la Loi sur l’administration territoriale de février 1992, la Loi Barnier du 2 février 1995, la Loi Voynet pour l’Aménagement du territoire et le développement durable de juin 1999, la Loi sur la Solidarité et le Renouvellement Urbain, de décembre 2000 , la Loi Vaillant du 27 février 2002.
9 Le projet de recherche, soutenu par l’Institut Français de la Biodiversité (2003-2006) et intitulé « organisation de l’accès aux ressources et biodiversité : application aux réserves de biosphères françaises », sous la responsabilité de Michel Etienne (INRA), s’inscrit dans une réflexion de gestion durable et intégrée de quatre réserves de biosphère (Iroise, Lubéron, Vosges du Nord, Ventoux). D’autres programmes de recherche sur le cas particulier de la gestion de l’embroussaillement à Ouessant sont venus s’ajouter à ce premier projet et ont donné et donnent encore l’opportunité d’enrichir les connaissances : Fondation de France, « Concertation et médiation environnementales » (2005-2006), Conseil Régional de Bretagne, « Modélisation multi-agents et jeu de rôles. Des outils de médiation et d’apprentissage au service du développement durable. MEDIA » (2008-2009).
10 Formation dans le cadre de l’Ecole - chercheurs « Usage des jeux de rôles en modélisation d’accompagnement : mettre des acteurs en situation pour partager des représentations et simuler des dynamiques »  INRA, CIRAD, CEMAGREFF, 24-28 janvier 2005, Chateauneuf de Gadagne.
11 Michel Etienne coordinateur du projet est un membre actif du groupe ComMod et a auparavant expérimenté plusieurs fois ces méthodologies, dans le cadre du  sylvopastoralisme et de la prévention des incendies en région méditerranéenne ou encore de la fermeture des milieux sur le Causse Méjean.
12 Le développement de ces outils entraîne que différents chercheurs en sociologie et ethnologie  n’adhérant pas au groupe ComMod sont associés à ces constructions. Dans le cadre du contrat de recherche sur lequel s’appuie cette contribution quatre terrains (Ouessant, Lubéron, Vosges du Nord, Mont Ventoux) ont servi de supports aux recherches et sur  chacun d’eux un ethnologue ou sociologue ont participé à la modélisation d’accompagnement. (Charles et al, 2008)
13 Il ne s’agit pas dans ce texte de relever l’ensemble des difficultés liées aux conditions de la délibération, mais de mettre l’accent sur la diversité des acteurs de ces dispositifs, l’accès aux formes de savoir, la possibilité d’une délibération au sens d’Habermas  « On dira qu'est une « discussion rationnelle » toute tentative de s'entendre sur des prétentions problématiques à la validité, pour autant qu'elle est menée dans des conditions de communication qui permettent, au sein d'un espace public qui s'est constitué grâce à des obligations illocutoires, que soient librement plaidés et exposés thèmes et contributions, informations et raisons » (1998). Ces principes de philosophie politique guidant la construction de tels dispositifs.
14Ouessant a une superficie de  1555 hectares et  est longue de 8 km et large au plus de 4 km
15 Les ouessantins d’origine quittent peu à peu l’île pour trouver du travail, la population a ainsi fortement chuté en une centaine d’années.
16 Avec le fort pourcentage de la population masculine embarqué dans la marine marchande ou militaire, l’agriculture permet alors aux femmes de subvenir à leurs besoins. Au 19ème siècle, les terres sont majoritairement cultivées. A la fin du 19ème siècle, 52% de la superficie de l'île est cultivée, le reste est essentiellement destiné au pâturage. Mais au cours du 20ème, l’amélioration des moyens de transport entre l’île et le continent  et les salaires confortables des marins transforment la société insulaire. L’organisation communautaire se disloque et avec elle toutes les valeurs sous jacentes (emprise du collectif, solidarités diverses et variées) (Péron, 1997). Petit à petit, on assiste à une disparition totale de l’agriculture. A partir de la fin des années 1970, environ une dizaine d’hectares reste cultivée (Couix et al, 1996 ; Gourmelon et al., 1995, 2001).
17 Traditionnellement chaque type de milieu était exploité au maximum de ses potentialités. Ainsi les secteurs littoraux servaient de pâture pour le bétail, de zone de séchage du goémon récolté sur les grèves (amendement, combustible), de zone de récolte de mottes de pelouse ou de lande rase pour la cuisson des aliments. Les zones humides (à Ouessant) servaient de prairies de fauche (foin), de pâture et étaient utilisées pour le rouissage du lin. Les meilleures terres constituaient les terres labourables (Gestin et al, 1983 in Le Berre, 1997). Cette organisation reste actuellement présente dans le paysage. (Le Berre, 1997).
18Quasiment inexistante en 1952, la broussaille couvre plus de 40% de la surface en 1992 (Gourmelon et al., 1995).
19 Si l’embroussaillement renvoie aux dynamiques sociales, il est conjointement associé à l’idée d’une île non entretenue, sale et inesthétique (Creachcadec, 2005).
20 Si la pression de pâturage est augmentée par un troupeau de vaches (soixantaine de têtes) appartenant à un éleveur (cet élevage est apparu il y a 6 ans environ) et par des chèvres que quelques propriétaires (les plus jeunes) ont introduites sur l’île (existe depuis 6-7 ans également), elle n’est toujours pas suffisante pour entretenir des paysages ouverts.
21 Les mottes sont constituées par la couverture végétale et la terre qui l’a nourri. L’épaisseur de sol enlevée se situe entre 5 et 10 cm
22 La saison d’étrépage s’étale de mi-avril à septembre. La surface étrépée  se situe entre 100 et 150m².  Sachant qu’il faut cinq à six mottes par ragoût et que la demande pour ce plat traditionnel est en pleine expansion, le nombre de mottes commandées pour l’année 2005 étudiée se situe entre 2000 et 4000 mottes pour chaque restaurant. Sur Ouessant, plusieurs restaurants, traiteurs et « kébab » proposent ce plat.
23 Les dynamiques sociales liées aux transformations paysages  n’est pas propre à l’île d’Ouessant, mais elle s’inscrit dans un contexte général que connaissent de nombreux territoires ruraux ou littoraux.
24 Une réserve d’association est mise en place par la SEPNB - Société pour l’Etude et la Protection de la Nature en Bretagne - dès 1960
25 Les cultures concernaient plusieurs types de parcelles : les parkou sur lesquelles on cultivait l’ajonc d’Europe qui servait de combustible, les mezou sur le plateau intérieur de l’île où l’on cultivait des légumes et des céréales, les liorzou, petites parcelles encloses attenantes aux villages sur lesquelles on cultivait des légumes et du lin (Couix et al, 1996).
26 Petit corbeau qui niche dans les falaises (Pyrrhocorax pyrrhocorax)
27Sa population, d’une douzaine de couples, est la plus importante de Bretagne, bien qu’en déclin depuis les années 1950, non seulement à l’échelle régionale mais aussi aux échelles nationale et européenne (Kerbiriou, 2006).  
28 En moyenne, le taux de natalité est de 4 à 5 jeunes par an. Le taux de mortalité des poussins est de l’ordre de 70%.
29 Lascoumes (1994) explique : "Il n'y a pas de nature innocente qui appellerait par essence une politique de protection. L'environnement tel que nous le vivons, le concevons, le revendiquons est d'abord une construction sociale... L'environnement n'a acquis une visibilité sociale, n'a émergé comme nouvelle question sociale, n'a été construit qu'à partir du moment où des groupements privés, puis des pouvoirs publics en ont fait un objectif pour leurs revendications et leurs interventions".
30 Il voit le jour dans une étude impulsée par l’ONU, confiée à une mission dirigée par Mme Gro Harlem Brundtland (ancien Premier ministre de Norvège) et publiée en 1987 (Our Commom Future)
31 Sous l'impulsion de la Société pour l’Etude et la Protection de la Nature en Bretagne et du Parc Naturel Régional d'Armorique le titre de Réserve de biosphère est accordé en novembre 1988. La Réserve de biosphère d'Iroise se situe au large de Brest dans la mer d'Iroise. D'une surface de 21 400 ha, elle englobe l'île d'Ouessant, l'archipel de Molène et le milieu marin environnant jusqu'à l'isobathe des 20 mètres.
32 50 hectares et constituée par 14 îlots.
33 Généralement l’aire centrale doit être soustraite aux activités humaines, à l’exception des activités de recherche et de surveillance continue, et dans certains cas de collectes traditionnelles exercées par les populations locales et enfin d’activités de loisir appropriées.
34 950 hectares et constituée par tous les autres îlots de l’archipel de Molène et d’Ouessant, ainsi que par les secteurs littoraux des deux îles habitées.
35 Constituée par les secteurs centraux des îles de Molène et d’Ouessant et par le milieu marin jusqu’à l’isobathe des 20 mètres.
36 Le promoteur de ce programme de recherche, M. Etienne, participe d’ailleurs activement à l’animation du réseau Man and biosphère
37 Comme le souligne Blondiaux (2008) « ces professionnels de la concertation sont presque toujours des militants de la cause nouvelle. 
38 Les diagrammes de séquences suivants permettent de décrire précisément le comportement des acteurs à chaque pas de temps du modèle. Exemple : Séquence des résidents
Si  âge < 70  et surface abordMaison < 0,5 ha et typeveg ≠ fourré
Habitant défriche abordMaison
Sinon PNRA défriche abordMaison
x% de Habitant commande ragoût à Ragoûteur
39 Cela s’est révélé être l’échelle spatiale la plus pertinente quant aux processus modélisés et au temps de calcul des outils informatiques disponibles.
40 Il a été également utilisé pour sensibiliser les étudiants aux interactions entre les dynamiques végétales et les dynamiques sociales et aux processus de concertation.
41 Elle est actuellement en cours dans le programme MEDIA
42 Les premières analyses dans le cadre des jeux de rôles montrent que les ouessantins sont particulièrement attentifs au débroussaillage autour de la maison et au niveau des chemins d’accès aux zones littorales. Nous avons alors intégré ces dimensions au jeu.
43 L’appropriation de l’outil est difficile à évaluer mais les différentes parties jouées, que ce soit avec les ouessantins, les étudiants, les lycéens ou collégiens, montrent que les joueurs n’ont pas rencontré de difficultés particulières pour intégrer les règles du jeu, pour comprendre leur rôle et s'approprier l'espace du suport de jeu.
44 Il ne s’agit en aucun cas de remettre en question l’intérêt porté à cet oiseau nicheur qui dans le cadre de ce modèle possédait un double lien à l’embroussaillement car il profite de piétinement ou du anciennement du pâturage et pâti du dérangement.  
45 La théorie des univers multi –agents a été présentée par Ferber (1995).
46 Dans le cadre de ce programme, chercheurs des sciences de la nature et chercheurs en sciences humaines découvraient les jeux de rôle avec cependant  une légère avance pour les sciences sociales qui appréhendent plus facilement les interactions humaines.
47 La SEPNB (Société pour l'Etude et la Protection de la Nature en Bretagne)- Bretagne vivante, association loi 1901 reconnue d’utilité publique, fondée en 1958 a joué un rôle précurseur en créant des réserves ornithologiques sur le littoral. Son champ d’action s’est rapidement élargi à tous les problèmes de défense de l’environnement se posant sur l’ensemble de la Bretagne.
48 Dans le cadre du programme MEDIA des sessions de jeu ont été organisées avec des élèves de 3ème et de 2nde afin de tester s’il était appropriable par de jeunes gens. Les essais ont été concluants et sont poursuivis.
49 Dans certaines parties, les joueurs ont demandé d’acheter des moutons ou une débroussailleuse en groupe ce qui n’était pas prévus au départ. Le maître du jeu a accédé à leurs requêtes.
50 Nous avons été plusieurs à jouer le rôle de maître du jeu (Botaniste, ethnologue, stagiaire en M2)
51 La neutralité des individus mettant en place ces dispositifs et garante du bon déroulement participatif est revendiquée mais est-elle possible ?
52 « La modélisation d’accompagnement, une pratique de recherche en appui au développement durable », programme « Agriculture et Développement Durable » : http://www.agence-nationale-recherche.fr.
53 Ces méthodologies sont souvent présentées seules et la complémentarité est peu évoquée.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Chlous-Ducharme, Françoise Gourmelon et Mathias Rouan, « Modélisation et jeu de rôles sur l’île d’Ouessant : questions de sociologie », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 17 décembre 2008, consulté le 31 août 2016. URL : http://socio-logos.revues.org/2112

Haut de page

Auteurs

Frédérique Chlous-Ducharme

Institut de Géoarchitecture (EA 2219), Université de Bretagne Occidentale, Frederique.chlous-ducharme@univ-brest.fr

Françoise Gourmelon

Geomer (UMR 6554 CNRS – LETG), Institut Universitaire Européen de la Mer/UBO, francoise.gourmelon@univ-brest.fr

Mathias Rouan

Geomer (UMR 6554 CNRS – LETG), Institut Universitaire Européen de la Mer/UBO, mathias.rouan@univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Socio-logos

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org