Navigation – Plan du site
Actualités

Travailler sur la déviance. Problèmes méthodologiques et déontologiques des recherches en sciences sociales. Introduction

Laurent Mucchielli

Les textes présentés dans ce court dossier sont issus de deux journées d’études organisées à l’Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines, les 20 et 21 juin 2005, dans le cadre du RTF 3 (« Normes, déviances et régulations sociales ») de l’Association Française de Sociologie, en partenariat avec le Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP, UMR 8183).

J’avais intitulé ce colloque « Travailler sur la déviance. Problèmes méthodologiques et déontologiques des recherches en sciences sociales ». En effet, travailler sur des déviances, a fortiori les délinquances, pose des problèmes méthodologiques et des questions déontologiques dont certains sont communs à toute recherche en sciences sociales, d’autres un peu plus spécifiques à ces objets : réaliser des entretiens avec des auteurs d’actes illégaux, voire fortement réprouvés par la morale ordinaire, ne va pas forcément de soi ; réaliser des observations participantes dans des institutions cultivant une certaine culture du secret, comme la police ou la prison, n’est pas non plus sans soulever de nombreuses difficultés ; positionner auprès d’un commanditaire public la déontologie et la méthodologie de la recherche sociologique n’est pas toujours aisé, etc.

Par ailleurs et de manière beaucoup plus générale, il me semble que, dans la formation sociologique universitaire française, nous pêchons encore souvent sur le plan de la formation méthodologique. Certes, des cours de méthodologie sont dispensés dans toutes les formations, souvent dès le premier cycle (ce qui n’est pas toujours le meilleur moment). Certes encore, il existe bien aujourd’hui une série de manuels universitaires consacrés aux questions de méthode, en particulier qualitative. Mais la lecture de ces manuels et surtout de notre production sociologique quotidienne (mémoires et thèses soutenus, articles et livres publiés) témoigne encore souvent de la persistance d’un certain formalisme, d’un certain discours méthodologique convenu, délivré en préambule des résultats de la recherche et de la discussion théorique. Or la construction généralement progressive de l’objet, le choix plus ou moins libre des méthodes, l’accès plus ou moins large aux informations, la qualité même de ces informations, le rôle des statuts de l’enquêteur et des enquêtés, le déroulement concret des multiples phases de la recherche (jusqu’aux incidences éventuelles de la vie privée), les effets directs et indirects de l’enquête et de l’enquêteur sur les enquêtés, la réception des premiers résultats, etc., sont autant de points clefs qui font trop rarement l’objet de nos discussions collectives. Il demeure rare de trouver dans les manuels des exemples concrets longuement étudiés et des analyses précises des conditions pratiques de réussite comme d’échec des dispositifs méthodologiques. De même, il demeure rare de lire dans nos productions académiques une présentation circonstanciée des multiples difficultés concrètes rencontrées dans la mise en œuvre de ces méthodes et une analyse fine des conséquences de ces difficultés sur la nature, la valeur et la portée des résultats des recherches. Comme si le tâtonnement, l’incomplétude et le bricolage n’étaient pas la réalité de toute recherche, comme si le droit à l’erreur n’existait pas, comme s’il fallait à tout prix se conformer à un modèle prédéfini sous peine de voir son travail non reconnu, non validé.

Partant de ce constat général (qui n’engage bien entendu que son auteur), ces journées d’études étaient destinées au contraire à permettre aux chercheurs, quels que soient leurs statuts, de formaliser, d’exposer et de discuter avec quiétude les problèmes de toute nature qu’ils rencontrent en travaillant sur des déviances et des délinquances. Les trois textes qui suivent illustrent à leur manière ces questionnements, pour certains non résolus (Socio-logos n’en a pas réalisé ici d’évaluation sélective comme elle le fait pour les articles varia). Nous remercions les auteurs qui ont joué le jeu de cette petite publication et espérons que la discussion collective menée durant ces journées aura profité à tous ses participants.

  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org