Navigation – Plan du site
Débats

Les enjeux de la déprofessionnalisation

Études de cas et pistes de travail
Lise Demailly et Patrice de la Broise
Traduction(s) :
The implications of deprofessionalisation

Résumé

Le texte propose une réflexion sur la modification de la régulation des professions, à partir de trois cas empiriques : les postiers, les universitaires et les psychiatres du public. Il s’agit de trois groupes fort différents dans leur mode de professionnalisation, artisanale pour le premier, académique pour le second, libéral pour le troisième (au sens de « profession libérale », bien qu’ils s’agisse de salariés). Ces trois groupes professionnels sont rapprochables en ce qu’ils exercent tous trois leur activité dans de services publics. Nous montrerons que ces trois groupes sont confrontés à une brutale déstabilisation de leur mode de professionnalisation et de leur professionnalité. Cette fragilisation peut même être envisagée, dans certains segments professionnels à penser en terme générationnel, comme une déprofessionnalisation sèche : forte diminution de l’autonomie au travail et impuissance à imaginer collectivement une recomposition positive de la professionnalité. La diminution de la self-regulation et de la régulation conjointe, l’augmentation des régulations de contrôle, posent le problème de la transformation globale de la régulation sociale et de l’affaiblissement de la place des groupes professionnels. Ce phénomène pourrait être pensé comme une certaine déprofessionnalisation de la société française.

Haut de page

Notes de la rédaction

La version anglaise de ce texte se trouve à la suite dans le présent numéro

Texte intégral

1Certaines souffrances au travail évoquent dans l'esprit de celui qui les étudie les termes de fragilisation des professions, voire de "déprofessionnalisation". Nous avons ainsi notamment rencontré des postiers, des universitaires et des médecins en souffrance ou en perte de repères, alors qu'il s'agit pourtant d'activités en général choisies, voire vocationnelles, avec des statuts en général enviés pour la qualité des revenus ou celle du mode de vie ou encore, quant aux postiers en France, pour la sécurité de l'emploi et de bonnes conditions de travail.

2Le terme de déprofessionnalisation est sociologiquement difficile à employer car fortement polysémique. Il nous faut donc expliquer dans quel (ou quels) sens précis il nous paraîtra pertinent de l'employer malgré ses inconvénients (ses connotations fonctionnalistes). Nous manierons "déprofessionnalisation" dans deux sens:

31) Comme un inverse de "professionnalisation" dans le cadre théorique déjà exposé dans Demailly (2003) qui admet une pluralité des processus de professionnalisation, autrement dit une pluralité des formes de construction sociale d'une d'autonomie individuelle et collective au travail. Elle n'est donc pas simple transformation d’une professionnalité ou déstabilisation d'un groupe professionnel. Comme inversion d'un mode spécifique de professionnalisation, elle procède d’une perte d’autonomie dans l’exercice d’une profession, d’un assujettissement aux règles de contrôle. Quand bien même l’hétéronomie à l’œuvre serait prétextée comme responsabilisation de l’acteur ou extension de son activité (enrichissement ou diversification des tâches), ce qui justifierait l'emploi de ce terme serait une perte d’autorité de cet acteur dans son rapport au travail et aux autres.

4La déprofessionnalisation des enseignants-chercheurs, des postiers ou des médecins psychiatres intervient dans l’histoire et dans les espaces de leurs professionnalisations respectives. Le cadre spatio-temporel, comme contexte de la déprofessionnalisation peut être envisagé à des échelles diverses —macro, méso ou micro — sociologiques selon que nous faisons référence aux politiques publiques, aux transformations d’une organisation ou au quotidien du travail.

5La déprofessionnalisation qui concerne des groupes ou des segments de groupe est rarement "sèche" dans les faits et se combine le plus souvent avec des processus de recomposition de nouvelles professionnalités. Néanmoins, l'intérêt de la focalisation sur le premier mouvement (au sens hégélien du terme), celui de la destruction, permet de repérer des segments professionnels particuliers pour lesquels la déprofessionnalisation est "sèche" (sans émergence claire d'une nouvelle figure professionnelle) et de mettre en évidence des phénomènes générationnels (dont le management est d'ailleurs tout à fait conscient).

62) Les observations empiriques sur cette première forme de déprofessionnalisation et sur les processus de recomposition des professionnalités (avec notamment un processus de responsabilisation individuelle) nous amènent à une deuxième question, qui est celle de la genèse macro-sociale de tels phénomènes. Sans doute la fragilisation de groupes professionnels, voire leur disparition, peut être due à des causes diverses, le changement technologique par exemple ou le changement de moeurs. Dans les cas étudiés, nous sommes plutôt amenés à l'hypothèse d'un éventuel déclin de la place des groupes professionnels dans la régulation de nos sociétés. "Déprofessionnalisation" sera donc utilisé ici dans un deuxième sens, comme déprofessionnalisation de la société, qui modifie le mode de régulation bureaucratico-professionnel propre aux sociétés européennes et tout particulièrement française. Ce mode de fabrication et de régulation des politiques publiques accordait en effet une large place aux groupes professionnels (à leurs Ordres, leurs associations, leurs syndicats). Les Etats d'une part, le marché d'autre part, semblent fortement réduire la place des groupes professionnels dans la régulation des politiques publiques et la déligitimer.

I- La déprofessionnalisation des postes de travail comme moment de la recomposition des professionnalités

7Nous repartirons de notre propre conceptualisation de la professionnalisation. Elle prend acte d’une diversité qualitative des processus de structuration des groupes professionnels, et de la façon concrète dont ils ont historiquement construit une certaine autonomie dans le travail, un certain pouvoir, une certaine sécurité, une certaine spécialisation de leurs compétences et de l'insubstituabilité de celles-ci; une certaine existence collective subjective et objective.

8« Métiers », corporations, grands corps, professions établies, en sont des formes répertoriées et relativement connues. Mais la liste n’est pas close : il faut ajouter les artistes et les professions académiques, un modèle artisanal, un modèle bureaucratico-taylorien… D’autres modèles de professionnalisation que celui des professions nord-américaines ou des professions libérales en France paraissent aussi attrayants à des groupes sociaux et aussi « efficaces » en ce qu’ils parviennent réellement à défendre le statut du groupe, à produire des tactiques qui « réussissent » pour promouvoir le statut du groupe, protéger ses membres des agressions ou pressions externes, à lui assurer une autonomie au travail, individuelle et collective.

9Déprofessionnalisation, en ce sens, sera donc d'abord entendu comme diminution de types divers d'autonomie professionnelle. Trois cas empiriques nous ont paru illustrer ce processus. Les universitaires, les postiers et les médecins présentent l'intérêt de travailler, outre leur actualité, de s'inscrirent dans trois mode de professionnalisation différents : académique, artisanal et ordinal (profession à "ordre" professionnel).

10Que veut dire "diminution de l'autonomie au travail" ? Comme nous allons le montrer sur les exemples qui suivent, il s'agit de deux choses :

11- De manière générale, de l'augmentation des régulations de contrôle, le déclin relatif des régulations autonomes et des régulations conjointes ;

12- Plus précisément dans le quotidien du travail, les supérieurs hiérarchiques, les tutelles, des acteurs ayant du pouvoir sur le professionnel, le contraignent à faire des choses qu'il ne sait pas, ne veut pas, n'a pas choisi de faire. Les tâches qui constituent le coeur de son métier ne prennent plus qu'une part réduite de son emploi du temps ou bien sont gênées, empêchées, contredites, quant à leur exécution. De ce fait, des pertes de sens se produisent, laissant place à des sentiments d'inutilité sociale ou de travail mal fait. Les capacités de résistance elles-mêmes sont souvent sidérées.

13Un processus de déprofessionnalisation s'inscrit, nous l'avons dit, dans un processus plus large qui est une recomposition de la professionnalité. Sur les trois cas étudiés, notre hypothèse est que le développement de la rationalité managériale, dont le nom international est "nouveau management public", propose — voire produit — une forte recomposition des professionnalités.

14Cette recomposition peut impliquer des formes d'enrichissement des tâches. Elle inclut dans tous les cas des formes de "responsabilisation", donc de passage à de nouvelles formes d'autonomie, l'individu devant inventer les moyens pour produire les résultats attendus. Cette nouvelle forme d'autonomie prescrite, encadrée, contrôlée, s'inscrit dans un cadre normatif de déclin de l'obligation de moyens par rapport à l'obligation de résultats. Cette responsabilisation s'inscrit aussi dans la juridicisation des rapports à l'usager, particulièrement dans les professions à risques (cet aspect-là sera donc plus sensible sur l'exemple de la médecine).

15Pourquoi donc isoler l'aspect de déprofessionnalisation qui, sur le plan empirique — nous le reconnaissons volontiers —, est intimement lié à des montées effectives en compétences ou à des responsabilisations assumées ? La thèse d’un passage d’un professionnalisme professionnel à un professionnalisme organisationnel (Evetts 2008, Svenson 2008) nous paraît concerner, dans le cas français, une époque précédente et maintenant révolue. Il y a dix ans, en effet, universitaires et psychiatres du public ont eu à s'adapter à une redéfinition de leur métier pour y inclure des compétences organisationnelles, des préoccupations gestionnaires, des savoir-faire partenariaux. C'est ce professionnalisme tout fraîchement construit qui a été déstabilisé. Car ce ne sont pas seulement les professionnalités qui sont soumises à une forte pression au changement — comme dans le cas du passage de la première forme de professionnalisme à la seconde —, c’est aussi la nature des organisations, celles à propos desquelles les professionnels en question avaient justement acquis compétences et responsabilités, qui est "cassée" : poste en voie de privatisation, Université ouvertement entrepreneuriale, "secteur psychiatrique"1 laminé par d'autres modes de territorialisation.

16Quels sont donc les enjeux scientifiques de l'emploi du terme déprofessionnalisation dans les cas cités. Son intérêt est :

17- d'attirer l'attention sur les cas de déprofessionnalisation "sèche" et de la souffrance au travail ou des pertes de repères qui s'ensuivent ;

18- de mettre en évidence l'usage que fait la rationalité managériale des processus générationnels, autrement dit le bénéfice trouvé dans le management à l'éviction du marché du travail de couches de professionnels anciennement socialisés, cause parmi d'autres de la difficulté en France de l'emploi des 55-65 ans ;

19- d'ouvrir la question qui sera traitée en fin de texte, d'un processus plus global de déprofessionnalisation de la société, au sens du déclin de la place des groupes professionnels dans les régulations sociétales.

II- Etudes de cas

Les universitaires 

20Discutons, en premier lieu, l’originalité d’un modèle universitaire français qui, mis en perspective avec les réalités observables outre-Rhin, outre-Manche ou encore outre-Atlantique (Musselin, 2003 ; David R.. & Mouchot C., 2006), constitue (encore ?) l’exception fragile à une régulation managériale de la profession universitaire.

21L’enseignant-chercheur est une figure exemplaire d’une mutation organisationnelle, sachant que ce Janus représente, à bien des égards, la référence obligée d’un système où la formation et la recherche constituent a priori les deux missions génériques de l’Université : l’enseignement et la recherche. Or ces missions sont aujourd’hui reconsidérées sous des vocables qui, à l’instar de la professionnalisation, non seulement construisent un nouveau champ lexical et sémantique de l’Université française, mais transforment cette institution jusque dans la professionnalité de tous ses acteurs. Or le statut de l’universitaire n'était pas sans incidence sur sa professionnalité : il reconnaissait une double compétence (ou mission) d’enseignant et de chercheur, il induisait en principe un équilibre temporel et spatial entre ces deux métiers, sachant aussi que l’enseignement ne se confond pas nécessairement avec la formation et que la recherche opère aussi entre d’autres lieux qu’à l’Université, et qu'enseignement et recherche relevaient en principe d'une gestion collégiale.

22Pour le dire vite, l’Universitaire est aujourd’hui un sujet clivé, pris entre plusieurs mondes sociaux d’une même profession. Les places jalonnent ce qu’il convient d’appeler la « carrière » et, de fait, différencient les membres de l’université. Certains ont une conception de leur métier qui les conduit à polariser leur activité professionnelle entre plus ou moins d’enseignement et plus ou moins de recherche. D’autres — ou les mêmes — sont comme « happés » dans des cercles concentriques d’acteurs et de responsabilités où la pédagogie et la recherche deviennent des objets à administrer. Il en est ainsi des charges (et décharges) multiples de direction et autres délégations qui, pour nombre d’entre elles, sont strictement dévolues à des enseignants-chercheurs élus ou nommés par leurs pairs. Tout manquement à l’une ou l’autre de ses obligations de service et de production l’expose potentiellement à une sanction, sinon administrative, au moins matérielle ou symbolique.

23La question du « métier d’enseignant-chercheur » est à ce point sensible et récurrente que plusieurs législatures françaises ont donné lieu à la production de rapports ministériels dans lesquels, précisément, la multiplicité des tâches à accomplir par l’enseignant-chercheur ont fait l’objet de projets visant à classer, sinon à hiérarchiser, les enseignants-chercheurs selon la nature et le degré de leur engagement dans le(s) métier(s). On retiendra notamment les redéfinitions de tâches proposées dans les rapports Espéret (2001) et Belloc (2003), lesquels préconisaient, d’une part, une nouvelle division sociale du travail entre les enseignants-chercheurs et induisaient, d’autre part, l’extension de leur service à « des activités d’animation et de responsabilités collectives (hors activités d’administration), nécessaires à la réalisation des missions du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche » (rapport Belloc : 10). Ces propositions, reprises dans le projet de décret dit « Pécresse »2, visent surtout à normaliser et faire entrer dans le noyau dur du métier un ensemble d’activités qui, même si elles étaient inégalement réparties dans la profession, n’étaient assurément pas absentes du dispositif existant ; tout en ne constituant pas le cœur du métier d'universitaire.

24Méconnaissance ou déni ? La réduction (au risque de l’implosion) normative du métier à un agrégat de missions dont on ne discerne plus le caractère central ou périphérique opère comme injonction paradoxale à un engagement tous azimuts, du même type que l'implication subjective envers l'organisation réclamée de l'encadrement intermédiaire dans les entreprises de services (Aballéa, Demailly 2005).

25Cela est plus manifeste encore dans la mise en œuvre des pratiques de reddition (reporting) qui, sous la forme de rapports d’activité, d’évaluations technocratiques répétées des recherches et des enseignements n’obligent pas seulement le professionnel à "rendre compte", mais à « rendre des comptes ». De sorte que « les transformations en cours semblent indiquer que les activités universitaires sont de plus en plus considérées comme s’inscrivant dans les conceptions ordinaires du « travail » salarié (Becquet, Musselin : 2004). L’illustration en est donnée par un travail d’écriture normée et normative qui, dans le cadre des campagnes quadriennales d’habilitation des formations et de la recherche universitaires, oblige l’enseignant-chercheur à se soumettre aux normes d’écriture des bilans comme des projets pédagogiques et scientifiques. Or il ne s’agit pas seulement — comme donne à le croire le mythe managérial de la démarche qualité — de dire ce que l’on fait. Il s’agit bien plus souvent de dire ce que l’on aurait fait, ce que l’on aurait pu faire et ce que l’on aura fait. Il faut comprendre que, dans cette perte caractéristique d’autonomie et de responsabilité en vertu desquelles on parle aujourd’hui du devenir des universités, les accounts ne se conjuguent pas seulement au passé, au présent ou au futur. Même les aléas du plus-que-parfait et les incertitudes du futur antérieur donnent lieu à la rédaction de bilans et de projets où le processus de justification toujours plus complexe et (dé)mobilisateur constitue une perte de temps et d’énergie pour des professionnels divertis (au sens pascalien du terme) par cet asservissement technocratique et « a-professionnel », contraints à un rapport à l'écriture foncièrement étranger aux traditions académiques et scientifiques.

26Or cette normalisation n’opère pas seulement comme « désenchantement » intellectuel. La multiplication des formes de délégation transfigure (défigure ?) l’enseignant-chercheur en « expert en organisation universitaire ». Et F. Dubet de conclure : « l’université française a beau rester une bureaucratie d’Etat, elle est devenue un monde d’entrepreneurs » (F. Dubet, in Felouzis, 2003 : 337).

27Les entretiens que nous avons réalisés et les réunions multiples auxquels nous avons pris part dans les instances consultatives et exécutives de l’Université, manifestent une véritable « sidération » des acteurs face aux injonctions managériales. Ils disent aussi le désarroi : chez les plus jeunes, d'une part, qui (s’ils ont la chance de choisir) ne donnent pas forcément la préférence à l'emploi universitaire dont ils perçoivent la dégradation, chez les plus âgés, d'autre part, partagés entre le désir d'une retraite rapide et les nécessités économiques d'annuités à effectuer, alors que la génération intermédiaire envisage plus sereinement la recomposition de sa professionnalité et le réaménagement de nouveaux espaces d'autonomie.

Les postiers

28Forte d’un effectif d’environ 300 000 personnes, La Poste en France a vécu récemment une transformation organisationnelle majeure consistant à recomposer ses différentes branches d’activité en plusieurs « métiers » génériques3. Ce redécoupage traduit un projet économique et commercial qui vise, d’une part, à repositionner le Groupe dans le contexte européen libéral d’ouverture généralisée des services à la concurrence, d’autre part, à développer en principe la qualité de services par un travail de reengineering différencié selon quatre domaines d’activité que constituent respectivement le courrier, le colis, les services financiers et « l’enseigne » (réseau grand public).

29Or cette nouvelle partition des « métiers » correspond moins à une réalité sociale qu’à un modèle abstrait construit à partir d’une nouvelle carte technocratique. Dans le cas du Courrier, par exemple, le "métier" recouvre deux mondes professionnels complémentaires, mais distincts : la « production » (centres automatisés de tri postal) et la distribution. La division du travail est donc réelle, mais n’opère pas sur le même mode de partition que celui, artificiel et prescrit, qui distingue des « métiers » génériques (en réalité les branches d’activité) de La Poste dans son nouvel organigramme.

30En bref, il apparaît que la spécialisation, comme construction hétéronome (ou culture prescrite), tend à atomiser l’activité et à la rationaliser pour elle-même, alors que les postiers en appellent à la reconnaissance de leur travail comme indissociable d’un service public global auquel tous participent.

31Bien sûr, certains « métiers » ont disparu au rythme des évolutions techniques et des innovations logistiques. Tel le fut le cas des « ambulants » (les « seigneurs » de la Poste) qui, triant le courrier dans les wagons de chemin de fer, ont été absorbés par les grands centres de tri répartis sur le territoire. Mais d’autres métiers subissent aujourd’hui une formation. Deux exemples, les facteurs et les guichetiers, illustrent ainsi une « déprofessionnalisation » vécue tout à la fois comme une perte d’autonomie et une surcharge de travail.

32Si le facteur, métier emblématique du service postal, reste la figure mythique d’un service de proximité, il n’en demeure pas moins que la tournée est désormais considérée comme une simple séquence durant laquelle une charge de courrier doit être écoulée (Demazière, 2005). « Être facteur, c’est avoir sa tournée », mais à raison de « « 10 secondes par boîte aux lettres par immeuble », cette tournée — si caractéristique d’une reconnaissance professionnelle — devient une course contre la montre (Basdevant, 2002). Elle devient une « temporalité mesurable durant laquelle le courrier apparaît comme une charge qui peut être compensée partiellement par la vente de produits postaux. Pourtant, on conviendra que la transformation du métier de facteur ne procède pas seulement d’une requalification, notamment commerciale, de son faisceau de tâches. Nous parlons ici, tout au contraire, d’une perte substantielle de la relation, dite « de proximité » autant que de service, entre le facteur et son hôte. De sorte que l’augmentation du « portefeuille de prestations » de ce nouvel agent commercial l’oblige à « produire du chiffre » dans le temps de la tournée initialement dévolu à la distribution du courrier. C’est là une transformation plus proche de la qualification et d’un émiettement caractéristique d’une activité taylorisée que d’une requalification commerciale du métier. Dans ces conditions, et faute d’allonger le temps de la tournée, il se pourrait même qu’à terme… le facteur ne sonne plus du tout. Affaiblissement de l’ancrage territorial, fragilisation du tissu relationnel des contextes d’exercice, priorité au commercial, augmentation des cadences : la métaphore du pilote de ligne, dans les films proposés en formation, pour dire la « responsabilité » du facteur est déjà édifiante.

33Le guichetier, quant à lui, est un « producteur de services, mais qui, dans la majorité des cas, initie ou conclut un service que La Poste, dans son fonctionnement interne, s’engagera à réaliser » (Zarifian, 2005 : 82). La formule traduit les ambiguïtés d’un emploi où la pression "industrielle" (évaluation sur la maîtrise de la méthode de vente et sur le nombre de nombre de produits vendus pendant leur présence au guichet, produit par produit), est particulièrement mal vécue par les agents qui doivent composer entre « la réponse à une demande effectivement formulée par un client » et « l ’accomplissement d’un acte commercial ». S’ensuivent des protocoles très précis de structuration de la « ligne guichet » par spécialité et par niveau de compétence : guichetier animateur, gestionnaire de clientèle professionnelle, gestionnaire de clientèle services financiers ? Surtout, et au prétexte d’un élargissement du champ d’activités, on accroît la contribution au développement commercial du bureau en même temps que l’on déplace la chaîne d’activité des services financiers. La Poste ne le dit pas autrement qui, sur son site de recrutement, énonce ainsi le rôle du guichetier : « informe les clients sur les prestations offertes par La Poste, réalise les opérations financières et « courrier » demandées par les clients au guichet, participe à la promotion et à la vente des produits et services du Groupe La Poste ».

34La référence explicite aux « métiers » de La Poste pour justifier sa segmentation en différentes activités de service opère aussi comme levier rhétorique de la responsabilisation (Martuccelli, 2004). Elle participe d’une concurrence construite entre des professionnels qui obéissent, tous, à l’obligation de performance, sachant — par ailleurs — que les emplois contractuels font désormais jeu égal avec les fonctionnaires. L’effet de cloisonnement, y compris statutaire, est ainsi vécu comme une mise en compétition, une sorte de concurrence inter-métiers.

Les médecins

35Le travail empirique concernant les médecins porte plus précisément sur les médecins chefs de "secteurs psychiatriques"4. Les médecins chefs de secteurs psychiatriques sont des chefs de services ayant sous leur responsabilité un service hospitalier et des structures diverses en ambulatoire. Ils sont au nombre d'environ 120 dans la région étudiée. Ils sont salariés, mais certains d'entre eux disposent de cabinets en ville pour exercer à temps partiel en libéral. On considère qu'un médecin chef travaille pour environ 70 000 habitants. Il a à animer une équipe d'une centaine de personnes parfois (confrères, médecins généralistes, infirmiers, éducateurs et autres travailleurs sociaux, cadres de santé). Le poste de médecin chef implique une élection par les pairs avant sa nomination, nomination effectuée par le ministre de la santé jusqu'à une date récente. C'est un poste convoité dans lequel les individus s'installent et le plus souvent terminent leur carrière.

36La déprofessionnalisation observée les touche à la fois en tant que chefs de service et en tant que médecins psychiatres.

37Pourtant, nombre d'entre eux ont eu un rôle militant et innovateur pour transformer l'asile, diminuer le nombre de lits à l'hôpital et développer des structures alternatives et ambulatoires, mettre en place des partenariats, en somme traduire la politique publique de santé mentale. Une bonne partie de la recomposition de la professionnalité par rapport à la très ancienne figure du médecin d'asile a donc été largement autonome.

38Cependant, en tant que chefs de services, comme tous les autres médecins hospitaliers, ils ont vu grandir le pouvoir des directeurs d'hôpitaux et des cadres infirmiers. Les directeurs d'hôpitaux (à la différence des présidents d'université) ne sont pas élus et ce ne sont pas des médecins, mais des administratifs, des gestionnaires. Certains médecins chefs ont réussi à s'en faire des alliés dans le processus de recomposition des organisations. De même qu'ils ont aussi noué des alliances, en faveur du changement, avec des hauts fonctionnaires et des hommes politiques.

39Mais ces alliances et ces volontés autonomes de changement touchent aujourd'hui à certaines limites, avec la question des coûts de la santé et l'imposition des logiques gestionnaires. Au-delà des conservateurs, nostalgiques du passé et de l'ancien pouvoir symbolique du médecin chef (qui était un "patron", un "père" pour son service), ce sont aussi les militants du changement eux-mêmes qui sont déstabilisés.

40Les points de souffrance tiennent essentiellement à :

41- la multiplication des tâches administratives, paperassières et les réunions obligatoires qui amenuisent le temps de travail disponible pour la clinique, pour les patients, ce qui constitue le cœur de métier ;

42- l'obligation d'actes qui répugnent aux professionnels.

43Sur le premier point, on peut prendre l'exemple de l'autoévaluation, évaluation, accréditation. Les termes que l'on peut relever dans les documents écrits issus de la profession martèlent l'idée d'hétéronomie: "dépossédés de cette capacité à être pleinement acteurs de leur vie professionnelle", "vécu de perte de maîtrise", "emprise actuelle des facteurs économiques", "esprit d'initiative bridé", "cet outil de travail, le psychisme des soignants, ne trouve plus les conditions nécessaire à son libre usage" (Sassolas, 2003)5. Cette hétéronomie est ressentie comme contraire à l'identité professionnelle qui valorise centralement l'autonomie 6 à titre d'outil professionnel.

44Prenons ici un exemple, celui du diagnostic rapide, imposé par la mise en place de logiciels de gestion, dans leurs versions successives, pour aller à la "tarification à l'acte" dans le budget des hôpitaux.

45Le diagnostic rapide ne fait pas partie des habitudes des psychiatres. Ils considèrent que la nature des troubles se révèle dans le développement de la relation patient/psychiatre et dans la réaction aux tentatives thérapeutiques médicamenteuses. Que, d'autre part, certains troubles sont mouvants, évolutifs, notamment dans le cas de personnalités en formation (enfants, adolescents). Qu'enfin le diagnostic en psychiatrie n'est pas une science exacte, qu'il est très facile de se tromper. Qu'il est donc non déontologique de formuler trop vite un diagnostic. Que c'est contraire à la qualité de la démarche thérapeutique.

46Or la mise en place des outils de gestion de l'hôpital et du calcul des budgets implique que la base de donnée "diagnostic" soit remplie dans le logiciel de gestion extrêmement vite. Depuis la mise en place de l'outil logiciel expérimental, les infirmières en charge de remplir les formulaires "tarabustent" les médecins pour leur "arracher" les diagnostics.

47De plus les nosographies ne sont pas concordantes.

« Je m'appuie sur la psychiatrie française pour faire les diagnostics et la thérapie. Sur le DSM IV pour les rapports écrits. Apres il faudra mettre en forme pour la Tarification à l'acte. Tout ça c'est déconnecté, des trucs parallèles »

48Un responsable administratif nous fait remarquer que le problème se résoudra de lui-même et que, dans dix ans, la Tarification à l'acte s'appliquera en psychiatrie. La génération qui a actuellement 55 ans, dont relève un grand nombre de chefs de service, partira à la retraite et "les nouveaux n'auront pas les mêmes scrupules par rapport à la formulation des diagnostics, ils seront habitués". La prise en compte des effets générationnels est explicite dans le nouveau management public. Elle développe aussi l'idée que, alors que les médecins en place répugnent encore maintenant à l'évaluation des équipes, la génération suivante connaîtra, de plus, l'évaluation individuelle.

49Eu égard au faible nombre de jeunes psychiatres formés, à des modes d'accès actuels à cette spécialité (qui excluent maintenant le passage par la médecine générale mais se font directement après l'internat), et à des orientations prises par la psychiatrie universitaire (très biologisante et liée à l'industrie pharmaceutique), un fossé culturel se creuse entre la génération d'après-guerre qui a été, soit conservatrice, soit militante de la "désinstitutionalisation " et du "secteur" et les jeunes psychiatres7.

50La conjonction d'un trou démographique et d'un gap culturel (le premier renforçant le second) entre seniors et juniors permet donc, managérialement parlant, que ne soit pas trop coûteuse l'existence d'un déprofessionnalisation "sèche". En quelque sorte, les acteurs dominants des logiques gestionnaires peuvent "faire une croix" sur (se passer de) la génération des seniors devenue pesante, ils le revendiquent en entretien comme tactique gagnante.

51De fait, parmi ces seniors, plusieurs chefs de service nous ont dit assurer le service minimum et "attendre la retraite". Avec regret, car le rapport au métier est en général fortement vocationnel. Mais ce monde vécu vocationnel s'effondre. D'autres, un peu plus loin de la retraite, restent militants, espérant infléchir les changements, avouant périodiquement "qu'ils en ont marre". Ceux des plus jeunes qui n'acceptent pas la recomposition de professionnalité "fuient" vers le statut libéral (ce qui accentue la crise démographique: environ 100 postes de praticiens hospitaliers en psychiatrie sont vacants pour la seule région Nord pas de Calais sur un total de 450) ou créent des cliniques privées. Celles-ci préservent leur autonomie quand les actionnaires restent médecins, mais l'hétéronomie les rattrape également lorsqu'elles passent aux mains du capitalisme financier : dans une clinique privée, récemment, un chirurgien s'est vu retirer des plages de travail par le Conseil d'administration parce qu'il ne faisait pas assez d'actes, qu'il n'était pas assez rentable.

52L'exercice de la médecine est ainsi, dans son exercice salarié ou libéral, touché directement et brutalement par les logiques gestionnaires.

Synthèse des trois professions étudiées, points communs et différences

       

Médecins hospitaliers

Postiers

Universitaires

                                         Modalités concrètes de la déprofessionnalisation

Répartition du temps de travail

"De moins en moins de temps de faire de la clinique", de moins en moins de temps à consacrer aux malades.

Manque de moyens chronique

Une course contre la montre « 10 secondes par boîte aux lettres et par immeuble)

Beaucoup de réunions, d'évaluation. Manque de temps pour l’enseignement et la recherche. Raccourcissement des unités d'enseignement

Schizophrénie des compte rendus

Multiplication anarchique des systèmes de catégories liées aux logiciels de gestion

Hétéronomie des catégories gestionnaires par rapport au savoir médical

Référentiels, feuilles de routes et reporting systématiques.

L’évaluation, sous toutes ses formes.

L’université « en devoir de professionnalisation ».

Déstabilisation du statut

Soumission au pouvoir réel du directeur d'hôpital

Autonomisation de la hiérarchie infirmière.

Changement du système de nomination qui fait perdre de l'indépendance par rapport aux instances locales, aux "maffias"

Les emplois contractuels font aujourd’hui jeu égal avec les fonctionnaires.

Le postier n’est plus. Il est devenu un conseiller commercial, un conseiller financier (COFI), un chargé de clientèle, un manutentionnaire…

Une recherche instrumentalisée.

Prémices d’une contractualisation de l’enseignement et de la recherche.

Responsabilité sans maîtrise

responsable pénalement, sans pouvoir sur l'organisation de soins

Primat de la gestion par objectifs

Perte d’autonomie : régulations de contrôle et surcharge de travail.

La « Gouvernance » des universités. Obligation de moyens et de résultats

Diminution du rôle de la co-gestion collégiale

Le président de CME,n'est là que pour gérer la pénurie et prendre des coups"

Le « dialogue social » (conventions, accords d’entreprise) a remplacé la « négociation sociale », mais le projet devient de moins en moins lisible pour les postiers.

Recomposition des instances décisionnaires. Conseils restreints. Les présidents d’université sont investis d’une plus grande autorité. La gestion prend le pas sur le projet politique.

Déstabilisation des collectifs existants

Sidération des capacités d'action collective

"On n'a pas vu venir. On pensait tirer notre épingle du jeu..;Ils nous ont mis tous en concurrence les uns avec les autres. Ceux qui pensaient en tirer quelque chose, de s équipements pour leur service, sont allés à la soupe. C'est tout le groupe qui en a pâti"

Des segments professionnels artificiels ont été créés au mépris des anciens « corps » de métiers 

La représentation syn-dicale et la négociation sociale exercent encore un poids relatif). Mais les transformations statutaires entérinées réduisent la marge d’action collective

Peu de résistances des universitaires). Vives concurrences internes entre universités, entre unités d'enseignement au sein d'une université, entre individus.

Les collectifs s’organisent en dehors des syndicats, sur le mode « alternatif », difficilement.

53Les trois cas présentés manifestent des différences. Les médecins français d'un certain âge sont plus déstabilisés que les universitaires, car ceux-ci vont au moins conserver le droit d'élire leurs présidents 8, tandis que les médecins voient s'approfondir leur perte de leadership dans les territoires au profit de purs administratifs ou de purs financiers. Les postiers connaissent surtout des pertes de sens et de repères tandis que changent certaines de leurs tâches, mais la recomposition de professionnalités est sans doute plus facile pour ceux que le commerce intéresse. La souffrance au travail apparaît liée à la non perception des marges de manœuvre pour se situer dans le nouveau management. Dans les trois cas, particulièrement chez les psychiatres — pour lesquels la segmentation générationnelle est forte (plus forte que pour les universitaires et les postiers) — sans doute, les plus jeunes trouvent et reconquièrent de nouvelles formes d'autonomie, tandis que les seniors connaissent une déprofessionnalisation "sèche".

54Mais les moments et espaces de déprofessionnalisation que nous avons observés nous indiquent que la reconquête se fait sur de nouvelles bases sociétales. La déprofessionnalisation de certains métiers renvoie à un phénomène macro-sociologique.

III- Vers une déprofessionnalisation des sociétés nationales ?

55Les trois études de cas pourraient en effet être complétées par d'autres travaux. Une des conclusions de la recherche européenne Reguleducnetwork sur la modification des modes de régulation des systèmes scolaires conclue à une augmentation générale des régulations de contrôle sur les enseignants du secondaire dans l'ensemble des pays européens participant à la recherche — Angleterre, France, Belgique communauté française, Portugal, Hongrie — (Maroy, Demailly 2005). Les magistrats en France semblent aussi connaître de la part du pouvoir exécutif des interventions autoritaires. Le rapport Attali 2008 critique la fermeture des marchés du travail fermés (chauffeurs de taxi, coiffeurs…). Le groupe des cheminots s'effrite…9

56Pour analyser la place sociologique des groupes professionnels dans notre société, ce qu'ils font en général aux sociétés et ce que les sociétés leur font, il semble bien qu'il faille réviser fortement les paradigmes sous lesquels était pensée la régulation sociale.

57Nous proposons au débat quelques hypothèses, quelques pistes de travail, qui mettent en jeu la façon dont on peut penser le changement dans l'articulation des professions, organisations, modes de régulation, type de légitimité et orientation des politiques publiques.

58En effet, le modèle professionnel, le professionnalisme, né au 19ème siècle comme mode particulier de production de connaissances et de dispositifs techniques par des groupes disposant d'une certaine autonomie, ne peut pas se définir seulement par l'existence des savoirs spécialisés, d'une licence et d'un mandat. Ou, autrement dit, penser sérieusement le mandat implique de prendre en compte l'impact que les groupes professionnels ont sur les politiques publiques: pouvoir de définition des problèmes, de mise en forme de l'imaginaire collectif (cela vaut aussi bien d'une certaine façon pour la Poste ou les cheminots que pour les médecins), d'invention, de créativité institutionnelle, sociale, politique, éthique.

59Dans un modèle, que certains avaient nommé "bureaucratico-corporatiste" (Grémion 1976) ou fordien, l'Etat et la société civile acceptaient que les groupes professionnels, comme corps intermédiaires, jouent un rôle important pour faire fonctionner une régulation conjointe et s'appuient pour ce faire sur des institutions capables d’énoncer le Bien sous ses différentes formes et d'incarner l'intérêt général.

60Il semble que ce modèle soit déstabilisé, par la transformation d'institutions monopolistiques en organisations concurrentes, par la prédominance exigée des identités d'organisation sur les identités de professions (et la labilité forcée des identités d'organisation) et par la transformation de citoyens assujettis en clients.

61Dans les régimes post— ou néo-bureaucratique de légitimité, les multi régulations fragmentées (Maroy, Demailly, 2004) accordent un rôle accru, dans la production de l'action publique, au marché (capitalisme financier), à l'Etat de droit et à ses multiples agences qui veillent à la construction juridique du marché et au développement de l'accountability et à la prise en compte de l'opinion publique des consommateurs, tour à tour en position d'initiative, sollicitée et/ou instrumentalisée…

62Un dernier acteur important est l'émergence d'une élite d'experts cosmopolites que lie sans aucun doute une solidarité culturelle et politique et qui constitue d'une certaine façon un groupe professionnel, mais transnational.

63Par rapport au marché, à l'Etat de droit et aux experts mondialisés, le modèle professionnel perd de sa légitimité, comme trop fermé (et donc anti-démocratique et somme toute ringard) malgré ses tentatives pour s'adapter. Quant aux groupes professionnels nationaux, ils entrent dans une période d'autonomie restreinte, notamment au nom de l'accountability. Mis à part les acteurs de la rationalisation, les lieux d'initiative historique et de créativité institutionnelle se déplacent; ceux que nous avons observés, que ce soit dans le champ de l'éducation ou celui de la santé mentale, sont maintenant quasi-exclusivement interprofessionnels, partenariaux et en alliance avec des usagers. Mais c'est là une autre question.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Aballea F, Demailly L, 2005, "Les nouveaux régimes de mobilisation des salariés" in Durand J.P., Linhart D. Les ressorts de la mobilisation au travail, Octares.p 117-130

Attali J (sous la présidence de), 2008 Rapport de la Commission pour la libération de la croissance française, La documentation française

Basdevant M. [réal.] (2002), « Sur le terrain des facteurs », film réalisé en collaboration avec Mercier D., 62 minutes, production Laboratoire Printemps.

Belloc, B. (2003), « Propositions pour une modification du décret 84-431 portant statut des enseignants-chercheurs », rapport au ministre de la Jeunessse, de l’Education Nationale et de la Recherche, 16 p.

Espéret, E.Nouvelle définition des tâches des enseignants et des enseignants-chercheurs dans l’enseignement supérieur français, rapport au ministre de l’Education Nationale, 61 p.

Bertrand, E. (2005). Place et déplacement de la fonction formation à La Poste : un regard sur plus de trente ans de formation à La Poste (1971-2004), Mission Recherche/Direction Nationale de Développement des Compétences, avril 2005.

Boltanski, L., Chiapello, E. (2000). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard, 843 p.

Crozier, M. (1964). Le phénomène bureaucratique. Paris : Seuil, 416 p.

De la Broise P., Roquet P. (2007). Ordre négocié de la formation professionnelle et développement des compétences. In Formation et production des compétences. Enjeux et perspectives. Lellou A., Nekaa H., Tahari, K., Yanat Z. (dir.). Oran, Ed. Dar El Gharb, p. 227-238.

Demailly L., (2003). "Une spécificité de l'approche sociologique française des groupes professionnels : une sociologie non clivée" in Knowledge, Work & Society / Savoir, Travail et Société n°2, p 107-128

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Demailly L. (2006). « En Europe : l’évaluation contre la crise des systèmes scolaires, l'évaluation en crise » Educations et Formations, 2006/1, n° 17 p105-120
DOI : 10.3917/es.017.0105

Demailly L, (2008). « Politiques de la relation. Sociologie des métiers et du travail de relation ». Presses Universitaires du Septentrion

Demazière D. (2005). Au cœur du métier de facteur : ‘sa’ tournée, Ethnologie Française, 1, janvier-mars, pp. 129-136.

Dubar C. (1991). La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris : Armand Colin, 278 p.

Dubet F. (2003). « Problèmes d’une sociologie de l’enseignement supérieur », in Felouzis G. (ed), Les mutations actuelles de l’université, Paris, PUF

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Evetts J. (2008) "A new professionalism? Challenges and opportunities", communication aux journées de l'AIS RC 52 Oslo, 12 13 septembre
DOI : 10.1177/0011392111402585

Eiglier, P. Langeard, E. (1996). Servuction : le marketing des services, Ediscience International. 202 p.

David R., Mouchot C. (2006). Le statut des chercheurs et enseignants-chercheurs au Royaume-Uni, Ambassade de France au Royaume-Uni Service Science et Technologie, Actualités Scientifiques au Royaume-Uni, 6 p.

Felouzis G. [dir.] (2003). Les mutations actuelles de l’université, Paris, PUF, 400 p.

Francfort I., Osty F., Sainsaulieu R., Uhalde, M. (1995). Les mondes sociaux de l’entreprise. Paris : Desclée de Brouwer, 612 p.

Gremion P. Le pouvoir périphérique, Paris, Les Editions du Seuil, 1976..

INRP, L’enseignement supérieur sous le regard des chercheurs, février 2005, 53 p.

Maroy C., Demailly L. (2004), "Les régulations intermédiaires des systèmes éducatifs en Europe quelles convergences ?" Recherches Sociologiques, Volume XXXV, 2004/2, Belgique p 5-24

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Martuccelli, D. (2004). « Figures de la domination ». Revue française de sociologie, 45-3, 469-497.
DOI : 10.2307/3323085

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Musselin C. (1996), « Les marchés du travail universitaire comme économie de la qualité », Revue française de sociologie, n° 37 (2), pp. 189-207
DOI : 10.2307/3322094

Musselin C. (2003a), « Dynamiques de construction de l’offre. Analyse comparée de la gestion des postes d’historiens et de mathématiciens en France, en Allemagne et aux États-Unis », in G. Felouzis (eds.), Les mutations actuelles de l’université, Paris, PUF, pp. 133-157.

Musselin C. (2003b). Marchés du travail scientifiques et mobilités (en Europe), exposé au Conseil Scientifique du CNRS. En ligne : http://www.cnrs.fr/comitenational/conseil/musselin.htm

Sainsaulieu R. (1977), L’identité au travail, Presses de la fondation des Sciences Politiques, 488 p.

Sassolas M. [dir] (2003). Malaise dans la psychiatrie Eres, Etats généraux de la psychiatrie Corum de Montpellier 4-5-6 juin 2003

Svensson L.G. (2008) "Professions and accountability: Challenges to professional control", communication aux journées de l'AIS RC 52 Osl , 12 13 septembre

Zarifian P. (1991). Compétences et stratégies d’entreprise. Les démarches compétences à l’épreuve des stratégies des grandes entreprises, Editions Liaisons, 1991 p., pp. 55-106

Haut de page

Notes

1 Nous employons ici "secteur" au sens de la circulaire du 15 mars 1960 qui crée la psychiatriede secteur comme forme d'organisation des soins sanitaires hospitaliers et ambulatoires sur un territoire d'environ 70000 habitants
2 - Décret n° 84-131 du 6 juin 1984 modifié par le projet de décret d’octobre 2008 fixant les dispositions statutaires applicables aux corps des enseignants-cherches de l’enseignement supérieur.
3 - Nos commentaires résultent d’une recherche conduite en 2005 sur la refonte du dispositif de formation des postiers (de la Broise, Roquet, 2007).
4 L'étude par entretiens et observations de réunions et de colloques s'inscrit dans une recherche européenne, Knowledges and politics Travail réalisé avec Hélène Chéronnet, ENPJJ. CLERSE L'investigation empirique porte également sur les partenaires de ces médecins ainsi que sur leurs diverses tutelles (directeurs d'hôpitaux, responsables de l'agence régionale de l'hospitalisation et instances déconcentrées du ministère de la santé)
5 Journées à Villeurbanne en mars 2002 par l'Association "Santé Mentale et Communautés" sur le thème "Malaise dans la psychiatrie". Ainsi que les Etats généraux de la psychiatrie 2006
6 Parfois même de manière grandiloquente. Cf le Livre Blanc de la psychiatrie( 2003) chapitre 5 "….gardien de la liberté de l'esprit et en même temps conscience morale d'une société ivre, comme Icare, de ses réussites médicales sans bornes".
7 Membre d'un jury :  « J'ai été effondré par les références théoriques des candidats et par leur absence d'expérience cliniques. On leur fait faire des mémoires sur la schizophrénie chez les rats…Au concours, on leur soumet des cas. Plusieurs m'ont proposé de l'électrosismothérapie en première intention ».
8 et donc garder un pouvoir sur lui, surtout s'il n'est pas universitaire ( témoignages d e collègues d'une université dérogatoire): "on a le pouvoir de l'envoyer à l'ANPE (agence nationale pou l'emploi, autrement dit au chômage) à 55 ans, alors il ne nous embête pas)
9 Sans doute d'autres groupes sont-ils moins touchés par ces évolutions, ceux qui par exemple étaient depuis longtemps habitués à intervenir sur des marchés, mais leur intervention dans la régulation sociale était faible.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Demailly et Patrice de la Broise, « Les enjeux de la déprofessionnalisation », Socio-logos [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 07 mai 2009, consulté le 29 mai 2016. URL : http://socio-logos.revues.org/2305

Haut de page

Droits d’auteur

Socio-logos

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org