Navigation – Plan du site
Recensions

Compte-rendu de : Emile Durkheim, La prohibition de l’inceste et ses origines, Préface de Robert Neuburger, Paris : Payot et Rivages (coll. Petite Bibliothèque Payot), 2008, 140 pages

Michel Daccache

Texte intégral

1Paru pour la première fois en 1897, La prohibition de l’inceste et ses origines1 est un exercice rigoureux d’application de la sociologie durkheimienne à l’un des problèmes fondamentaux de l’anthropologie. Des années avant Sigmund Freud et Claude Lévi-Strauss, Emile Durkheim y tente une analyse scientifique de l’interdit de l’inceste, dont l’universalité constitue un véritable problème pour les sciences sociales.

2Fidèle à sa méthode, Durkheim propose en premier lieu une analyse génétique. « Pour bien comprendre une pratique ou une institution, écrit-il, […] il est nécessaire de remonter aussi près que possible de ses origines premières » (p.23). L’appréhension historique permet à Durkheim de déconstruire la vision commune de la prohibition de l’inceste. Celle-ci n’est en rien l’interdiction faite à des consanguins d’entretenir des relations sexuelles. Il s’agit de l’obligation pour des individus de contracter des alliances hors de leur groupe. C’est que Durkheim n’aborde pas la prohibition de l’inceste sous son seul angle négatif. Il sait aussi y voir un corollaire positif, à savoir l’impératif d’exogamie. Or selon lui, l’exogamie trouve son origine dans un mode d’organisation sociale primaire qui serait à la source de tous les autres : le clan. L’existence de celui-ci est basée sur la croyance partagée en un ancêtre commun représenté par un totem. Un clan, écrit Durkheim, est « un groupe d’individus qui se considèrent comme parents les uns des autres, mais qui reconnaissent exclusivement cette parenté  à ce signe très particulier qu’ils sont porteurs d’un même totem. Le totem lui-même est un être […] dont le groupe est censé être descendu » (p.25). L’exogamie est donc la règle en vertu de laquelle il est interdit aux membres d’un même clan de s’unir entre eux (p.25).

3Mais quelle est donc l’origine de la règle d’exogamie ? Pour Durkheim, les théories avancées jusqu’à lui pour répondre à cette question pèchent par un défaut de mise en perspective historique et ethnographique. « Les unes, écrit-il, expliquent l’exogamie par certaines particularités spéciales aux sociétés inférieures [Durkheim pense notamment aux théories qui font de la règle d’exogamie le produit d’une institutionnalisation de la « razzia »] ; les autres par quelque caractère constitutif de la nature humaine en général [ici, il pense aux théories inspirées de la biologie selon lesquelles l’être humain fuirait naturellement les alliances délétères pour l’espèce] » (p.66). Durkheim montre l’inanité de ces deux approches avant de proposer la sienne. La première ne reposerait sur aucun fait avéré (la razzia ne constitue en rien un phénomène universel et rien ne montre que cette pratique se soit prolongée dans l’exogamie). Quant à la seconde, non seulement aucune preuve ne vient la confirmer (les alliances consanguines n’étant pas systématiquement synonymes de tares génétiques), mais certains faits viennent la contredire. Par exemple on voit mal comment les primitifs, auxquels la biologie est parfaitement étrangère, auraient pu adopter des stratégies matrimoniales à visée prophylactique. Mais surtout l’interdit de l’inceste ne porte en rien sur la consanguinité réelle (le mariage entre cousins croisés, par exemple, est encouragé dans bien des sociétés), mais sur une filiation mythique (l’alliance entre individus n’ayant aucun lien de consanguinité mais partageant un même totem étant quant à lui prohibé). C’est donc ailleurs qu’il faut chercher l’explication de cette règle. Durkheim propose de s’intéresser aux croyances associées à la prohibition de l’inceste. Il remarque en effet que celle-ci s’accompagne toujours de la crainte du sang.  C’est que le sang aurait des vertus magiques qui obligeraient à en fuir le contact et même la simple vue. Cependant, interroge Durkheim, « si les vertus magiques attribuées au sang expliquent l’exogamie, d’où viennent-elles elles-mêmes ? […] La réponse à cette question se trouve dans le principe même sur lequel repose tout le système religieux dont l’exogamie dépend, à savoir le totémisme » (p.99). En effet, « les membres du clan se considèrent comme formant une seule chaire […] et cette chaire est celle de l’être mythique d’où ils sont tous descendus » (p.100). Le caractère sacré, divin, attribué à l’ancêtre mythique se retrouve donc dans le sang des membres du clan. Or, ajoute encore Durkheim, « le tabou [étant] la marque mise sur tout ce qui est divin » (p.102), le sang est lui-même tabou. Et le sang menstruel l’est d’autant plus que, dans nombre de sociétés primitives, la filiation est matrilinéaire. C’est ce qui explique que dans celles-ci, les hommes fuient les femmes partageant avec eux un ancêtre commun au profit de celles appartenant à un autre clan. La mise en valeur de la solidarité qui associe étroitement Totem et Tabou permet ainsi à Durkheim de rendre compte sociologiquement de la prohibition de l’inceste. Celle-ci est le produit de l’impératif exogamique. Elle en est la face visible. Et le caractère tabou du sang n’en est que la rationalisation au sens freudien du terme.

4Réédité à l’occasion du centenaire de Claude Lévi-Strauss, ce texte mérite largement d’être relu. Si le matériau historique et ethnographique est dépassé, la méthode mise en œuvre, la vision de la sociologie qui y est défendue et la thèse avancée restent d’un grand intérêt. Durkheim y réalise un coup de génie en proposant d’étudier la prohibition de l’inceste non comme un donné mais comme une institution. Cette démarche lui permet de mettre en œuvre une sociologie « déconstructionniste » reposant sur la critique des prénotions indigènes aussi bien que de certaines théories savantes. Car à ses yeux, les unes comme les autres n’ont pas tant pour vocation de rendre compte de la pratique que de la justifier (p.105). Ainsi, Durkheim arrache la question de l’inceste à la science dominante de son époque : la biologie. Mais il rompt également avec l’approche psychologique. En effet, ce n’est pas dans la psyché individuelle qu’il cherche une explication, mais dans la prohibition de l’institutionnalisation de relations endogames. Les effets psychologiques du non respect de cette règle étant les conséquences de l’intériorisation d’une norme sociale contraignante. Ainsi, à la manière du Suicide2, l’article sur l’inceste est un texte ambitieux qui vise à rompre avec les idées dominantes de l’époque pour proposer une explication n’ayant d’autre fondement que social. Durkheim y montre finalement que la règle d’exogamie a pour fonction objective d’obliger les groupes sociaux à échanger des alliances, et donc à communiquer, de manière à assurer leur propre survie. On reconnaît ici la théorie qui sera défendue plus d’un demi-siècle plus tard par Claude Lévi Strauss3 et qui justifie amplement de redécouvrir ce texte. On peut cependant regretter que la préface, laissée au psychiatre Robert Neuburger, en propose une lecture psychologisante peu appropriée au lieu de l’inscrire dans la tradition anthropologique.

Haut de page

Notes

1 DURKHEIM Emile, « La prohibition de l’inceste et ses origines », L’année sociologique, 1896-1897, vol.1, p.1-70.
2 DURKHEIM Emile, Le suicide, Paris : Presse Universitaires de France (coll. Quadrige), 2007, 463 p.
3 Confirmant la thèse durkheimienne, Claude Lévi-Strauss écrira que l’inceste est « socialement absurde avant d’être moralement coupable » (LEVI-STRAUSS Claude, Les structures élémentaires de la parenté, La Haye : Mouton de Gruyter, 2002, p.556)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Daccache, « Compte-rendu de : Emile Durkheim, La prohibition de l’inceste et ses origines, Préface de Robert Neuburger, Paris : Payot et Rivages (coll. Petite Bibliothèque Payot), 2008, 140 pages », Socio-logos [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2312

Haut de page

Auteur

Michel Daccache

Centre de Sociologie Européenne, micheldaccache@hotmail.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org