Navigation – Plan du site
Textes de travail

Une version alternative de la « révolution orange » : transformations identitaires et « nation building spontané »

Abel Polese

Résumé

Dans cet article est analysé comme un phénomène social davantage que politique, ce qui a été appelé la « révolution orange ». Bien que les événements politiques restent d'une grande importance, nous allons montrer comment les protestations, leur organisation, la solidarité qu’elles ont générée et la maturation de la société civile qui en dérive, ont contribué à développer un sens d’appartenance à la « nation ukrainienne », basé uniquement sur la participation politique et le désir d’un meilleur niveau de vie des citoyens. En particulier nous verrons comment, en parallèle avec le projet de construction nationale porté par les élites, il existe un grand nombre de petits projets de construction nationale, en accord avec le projet de nation building (ou du moins qui ne s’y opposent pas), qui sont fondamentaux pour la création, le développement, et la conceptualisation d’une identité nationale à la mesure du citoyen. Cet article est issu d’une observation participante menée de longue date en Ukraine et d'un grand nompbre d'entretiens informels conduits entre 2004 et 2006.

Haut de page

Texte intégral

1En novembre 2004 des milliers d’ukrainiens descendent dans la rue pour protester contre la falsification des élections qui ont donné la victoire à Viktor Yanukovich le candidat choisi par le gouvernement. Les manifestants montrent leur soutien à Viktor Yushchenko, le candidat de l’opposition, en utilisant des gadgets et vêtements de couleur orange, d’où l’appellation de « Révolution orange ». Ces protestations marquent le sommet d’une crise politique à la suite de laquelle le gouvernement est obligé de renégocier sa position et finalement d’approuver le recommencement du deuxième tour des élections présidentielles. Un « premier » deuxième tour avait été organisé le 21 novembre et avait donné la victoire à Viktor Yanukovich, le candidat du gouvernement. Cependant l’opposition avait accusé le gouvernement de falsification des résultats. A la suite des protestations, les élections sont invalidées et un « troisième tour » donne la victoire à Viktor Yushchenko.

2L’importance de cette transformation va au delà de sa signification politique immédiate. Dans cet article nous allons montrer comment, du fait des événements de novembre 2004 ici mentionnés, les Ukrainiens se sont réappropriés une identité nationale et l'ont modelée à leur guise, modifiant ainsi le discours officiel des élites politiques.

3En partant du manque de pertinence des rhétoriques holistes (mémoire collective, identité collective, etc.), pour définir et décrire les rapports entre mémoire et identité à l'échelle des groupes1 je vais proposer de considérer la révolution orange comme un lieu de mémoire en soi car le souvenir d’un tel événement va se fixer dans la mémoire comme un repère pour plusieurs millions d’Ukrainiens. En même temps, un tel changement va aussi créer des nouveaux lieux de mémoire pour la population comme par exemple l’usage de l’ukrainien dans des contextes jusqu'à présent dominés par le russe ou un changement d'attitude différente des Ukrainiens vis-à-vis de la politique.

4De même, la révolution orange a crée, ou contribué à créer, des lieux de mémoire politiques : par exemple l’identité nationale ukrainienne a été affectée par la reconnaissance de la famine de 1932-33 comme génocide ukrainien commis par les autorités soviétiques, des monuments ont été crées et des célébrations nationales instituées après 2004. La création, ou redécouverte2, d’une telle symbolique nationale, tel que l’usage politique du génocide comme symbole d’unité nationale nous amène a notre deuxième centre d’intérêt, que sont les usages politiques du passé.

5La réappropriation de certaines catégories3 expose l’histoire en cours à une manipulation politique4 qui peut se révéler conduire à la production et à la définition d’une identité nationale. Bien que la projection du passé dans le présent puisse conduire à des ambiguïtés dans le discours politique5, elle contribue à l’interaction entre le social et le politique car elle permet à la politique d’être considérée comme une forme d’activité élaborée par des acteurs sociaux6

6En ce sens, cet article est, tout d’abord, une narration du changement de la perception du discours, politisé ou non, sur l’identité nationale en Ukraine et de la façon de vivre et de reproduire cette identité. Au delà du discours politique, une identité ukrainienne est vécue et modifiée constamment dans les medias, dans les rues et dans les espaces publics et privés des Ukrainiens. On montrera la rapide évolution dans la perception, et la reproduction, d’une identité ukrainienne avant et après les événements de novembre 2004. Le but est d'illustrer une transformation dans le discours public qui va fortement affecter la production et l’évolution de la société.

7Deuxièmement, en partant du problème de la "délégation du pouvoir7" je tente d’analyser les événements politiques d’un point de vue ethnographique. Au cours de cette recherche nous verrons qu’une volonté politique bien plus grande qu’on ne l'imagine se décèle derrière la révolution orange. Cependant, des résultats inattendus se produisent à partir de cette volonté politique : il existe une dichotomie entre l’intention originaire des élites politiques et le résultat obtenu, dichotomie que les politiciens, et parfois même les gens eux-mêmes, tendent de nier mais qu’il faut explorer pour comprendre l’essence du phénomène8. Il ne s'agit pas de nier l’importance politique de novembre 2004, mais de considérer que la signification sociale et anthropologique de ces événements est bien plus importante que leur seule signification politique.

8Toutefois, entre la politique nationale et le niveau local il existe plusieurs dimensions (couches), ou paysages ethnographiques9. L’une d’elles est la perception d’une identité au niveau national par la population et non pas par les élites. Cette perception est dynamique, toujours en mutation, et c’est pourquoi une analyse ethnographique peut aider à la comprendre. Je tente ici de donner un cadre à la situation pour faire, sinon comprendre, du moins deviner l’essence de l’identité ukrainienne auprès des Ukrainiens et ses mutations pendant la révolution orange.

Le nation building spontané

9La position des politologues sur le nation building en Ukraine tend à privilégier l’analyse du discours officiel10 qui consiste à affirmer que ce sont les élites qui proposent un discours national et qui essayent d'y convertir la population. En contraste avec cette vision je suggère ici que, à côté du discours officiel des élites qui construisent la nation, il existe un discours officieux du peuple qui travaille dans la même direction, mais avec des instruments et des canaux différents.

10L’un de ces discours officieux, que j’appelle le nation building spontané, sera développé ici. L’idée de base n’en est pas nouvelle, mais réside, selon Appaduraj, dans le fait que ce sont les groupes, et non la pesanteur d’un territoire des pratiques ou des institutions, qui produisent leur effet local dans un contexte déterminé11 ; le changement historique peut être considéré comme le résultat d'articulations entre dynamiques locales et translocales12 car les gens ne restent pas inertes pendant que les élites tentent de construire la nation.13 De même qu’il est possible de repérer des mouvements qui vont s’opposer à la construction nationale, c'est-à-dire une attitude négative d’opposition au discours officiel, il est également possible de remarquer une attitude positive, grâce à laquelle les gens, concernés par la perte de leur identité et motivés par un but commun (une amélioration du niveau de vie, conçu dans un sens économique et social en général), s’organisent pour garder une culture et agissent ainsi sans nécessairement questionner l’ordre symbolique sur lequel l’Etat se base14.

11La littérature sur la nation et le nationalisme tend à ignorer ces mouvements s’ils n’ont pas de revendications politiques opposées à la politique d’un État. Quand un mouvement est destructif et met en danger l’intégrité territoriale d’un État, il reçoit l’attention qu’il mérite (comme le séparatisme en Crimée ou le nationalisme ukrainien dans l’ouest du pays). Par contre, lorsqu’on est en présence d’un mouvement positif et constructif, celui-ci reste largement ignoré. Un serial killer fait davantage sensation que quelqu’un qui aide les gens et, de ce fait, reçoit largement plus d’attention.

12Une deuxième raison qui explique le manque d’attention donnée à un phénomène comme celui de nation building spontané, est que toute initiative populaire (venant du peuple) qui n’a pas de revendication concrète, est très difficile à observer. En conséquence, quand on s’occupe de l’attitude positive manifestée envers un projet de nation building mené par les élites, on a tendance à penser que la réaction positive (ou mieux, non négative) de la population n’est que le résultat des bonnes politiques de nation building mises en œuvre par les élites.

13Je propose de voir comment, en parallèle avec le projet de construction nationale porté par les élites, il existe des milliers de petits projets de construction nationale, en accord avec le projet de nation building (ou du moins qui ne s’y opposent pas), qui sont fondamentaux pour la création, le développement, et la conceptualisation d’une identité nationale à la mesure du citoyen.

14Tandis que les ouvrages sur la construction nationale par les élites ukrainiennes abondent, jusqu'à présent il n’existe qu’un seul ouvrage dédié à la construction nationale effectuée à partir des couches populaires en Ukraine; il s’agit du livre de Dominique De Juriew15 sur le rôle des traditions, préservées au moyen des chœurs traditionnels ukrainiens, dans le développement d’une identité ukrainienne. Ceci n’est pas surprenant car ce type d’initiatives, qui ne reçoit pas de soutien officiel, est extrêmement éphémère et difficile à trouver, et est donc d’autant plus délicat à conceptualiser.

15Une autre mention de ce phénomène est faite dans le livre Contested Tongues qui porte sur le choix individuel des gens d'utiliser l’ukrainien dans la vie quotidienne et la sphère publique16. Bilaniuk souligne l’importance d’un personnage public comme Verka Serduchka, une provodnitsa (contrôleuse de billets de train) interprétée par l’acteur comique Andrei Danilko, qui se fait porteur d’une identité ukrainienne très différente de l’identité proposée par le discours officiel17.

16Je propose ici une nouvelle contribution dans cette direction en présentant la révolution orange, jusqu'à présent considérée sous le seul angle politique, comme un moment social très important dans la construction nationale. Bien que les événements politiques soient très importants, il faut montrer comment les protestations, leur organisation, la solidarité qu’elles ont générée et la maturation de la société civile qui en dérive, ont contribué à développer un sens d’appartenance à la « nation ukrainienne » (quoique cela signifie pour les gens), basé uniquement sur la participation politique et le désir d’un meilleur niveau de vie des citoyens.

17Il existe encore peu de recherches qui adoptent une approche bottom-up et tentent d’expliquer pourquoi et comment les gens ont changé leur attitude envers le pouvoir, perdu la passivité politique propre aux peuples postsoviétiques et surmonté la peur et le « respect » envers les autorités pour s’engager en masse dans une forme de contestation non violente18.

18Ayant vécu et travaillé en Ukraine de 2002 à 2006, j’ai eu la chance d’assister personnellement aux événements menant à la révolution orange et j’en suis resté fasciné. Dès lors, j’ai commencé à m’intéresser au phénomène des révolutions colorées de façon plus systématique. De ce fait, grâce aux compétences acquises par l’étude des phénomènes de protestations dans l’ex URSS et du fait de mon expérience de novembre 2004 à Kiev j’ai la possibilité de fournir au débat international une vision des événements qui tient compte de la perspective locale19. De plus, en travaillant dans la formation des leaders d’ONG depuis 1998, j’ai une base pour mieux comprendre la façon d’opérer des organisations grassroot (grass=herbe, root=racine, donc opérant « à la base », au niveau de base de la société) et leurs dynamiques.

19Il me semble que dans la littérature de la révolution orange il y a deux oublis importants. Tout d’abord les révolutions colorées ne sont souvent considérées que comme des procès politiques amenant à une démocratisation ou, au moins, à un remplacement des élites. Il est généralement accepté que le peuple s’est rebellé contre le gouvernement car « les gens voulaient vivre dans un pays démocratique et en avaient assez de la corruption et du népotisme ». Ceci est certainement vrai mais ce n’est qu’une vision partielle d’un phénomène beaucoup plus complexe car les protestations, surtout en Ukraine, ont mobilisé un nombre important de manifestants, ce qui suppose un changement radical dans l’attitude de la population.

20De plus, bien que les élites politiques et les forces internationales aient eu un très grand rôle, on peut considèrer que ce rôle a été marginal par rapport aux efforts qui ont été requis de la part de la population pour sortir de la passivité, s’organiser, et défier le pouvoir.

21Il faut reconnaître que le rôle des négociations avant les manifestations a été fondamental20, en particulier les accords secrets avec les services de sécurité21, qui ont été vitaux pour assurer l’intégrité physique des manifestants (avant et durant les manifestations de novembre 2004). Cependant, ce sont les gens22 qui ont donné aux politiciens le support populaire – et donc la légitimité- qui leur a permis de se poser comme représentants du peuple et remettre en question le rôle des élites politiques pro-Kuchma qui avaient « volé les élections ». Dans ce cas-ci, la révolution orange signe un moment important dans l’histoire ukrainienne et la construction de son capital social.23

22Une seconde considération est nécessaire. Dans cette recherche, j’émets l’idée qu’un mouvement politique, et organisé comme tel, peut sortir de la sphère de contrôle des organisateurs et se transformer en phénomène social inattendu, sans que les personnes impliquées en aient nécessairement conscience. En partant d’une volonté de participation politique, les Ukrainiens se reconnaissent comme un seul peuple, indépendamment de leurs idées politiques, de la langue, de la culture, et des origines ethniques.

23Mais une identification avec la nation, abstraction faite des facteurs ethniques, est le but final du nation building civique. En observant les événements, j’ai donc été surpris qu’on n’ait pas donné assez d’attention à la révolution comme phénomène social, à côté de sa dimension politique. La campagne civique de PORA (l’organisation qui est considérée comme étant le moteur de la révolution orange) visait à garder le destin politique du pays sous contrôle. Mais « même des éléments sémantiques déjà codifiés peuvent acquérir de nouvelles significations puisqu’ils sont séparés du quotidien, et une activité rituelle peut acquérir un sens politique inattendu qui peut passer inaperçu aux yeux même des participants »24

24A mesure qu’on essayait d’engager les gens en politique, et que les gens s’intéressaient à l’avenir du pays, qu’ils comprenaient qu’ils avaient à choisir le candidat et donc la direction politique du pays, ils prenaient en même temps conscience d’être ukrainiens.

25C’est dans ce contexte que la participation à des activités25 revitalise une identité ukrainienne qu’on craignait de perdre ; c’est aussi selon cette logique que l’organisation et la participation à des événements plus ou moins importants au niveau national, et de nature culturelle, politique, ou même économique26, acquirent une signification nouvelle et encouragèrent l’individu à s’engager dans un discours national qui n’a rien d’ethnique. La participation à la vie politique, et le simple désir d’y contribuer et de faire partie de la nation, sont suffisants pour pouvoir être accepté comme l’un des membres de cette nation. Etant donné que les politiciens n’ont pas de rôle dans ce dernier processus, j’ai choisi de l’appeler « nation building » mais venant d’en bas, de la base, et étant non planifié, involontaire, et donc « spontané ».

26Comme Zabujko l’a remarqué « Ce n’était pas la guerre entre les Russes et les Ukrainiens, c’était plutôt la confrontation entre nous, un peuple déçu qui en avait assez de la corruption et du népotisme, et eux, les oligarques qui tentaient de nous contrôler27 ». Pendant la révolution, les Ukrainiens étaient plus unis qu’on ne le pense. De bords politiques différents, de langues différentes, de régions différentes, ils se reconnaissaient comme faisant partie de la même nation, comme étant intéressés par le destin de leur pays, et il n’était pas étonnant de trouver des oranges (supporters de Yushchenko) et des bleus (supporters de Yanukovich) se rencontrer dans la rue et entamer un débat politique sur la meilleure façon de gouverner l’Ukraine. En Occident on a beaucoup spéculé sur le fait qu’un candidat était pro-européen et l’autre pro-russe mais la vérité est que les deux, et leur supporters, étaient pro-Ukraine, bien qu’avec différentes orientations politiques, de façon que les Ukrainiens n’ont pas dû voter pour « rentrer en Europe ou rejoindre la Russie » mais pour eux-mêmes en tant que peuple28.

Le contexte

27Au cours des élections présidentielles29 de novembre 2004, le président Leonid Kuchma, ayant déjà effectué deux mandats, ne pouvait plus se représenter. Dans un premier temps, le candidat favori semble être son premier ministre Viktor Yanukovich, leader du parti des régions. A contrario, les forces d’opposition, en particulier le Bloc de Yuliya Timoshenko et Nasha Ukraina, formant une coalition que les socialistes d’Oleksandr Moroz ont pu rejoindre après le premier tour, décident de présenter comme alternative Viktor Yushchenko.30

28Le premier tour des élections voit Yushchenko gagnant sur Yanukovich avec 39,90% contre 39,26% des voix. Toutefois, comme aucun candidat n’a reçu plus du 50% de voix, un deuxième tour est nécessaire.

29Les Ukrainiens vont aux urnes une deuxième fois le 21 novembre et, le soir même, la commission électorale annonce, après avoir compté plus de 90% des voix, que Yanukovich a gagné de facto. L’opposition déploie alors toutes ses forces, elle montre les résultats des décomptes parallèles et indépendants qui donnent Yushchenko gagnant, publie dans le journal Ukrainska pravda le contenu des écoutes téléphoniques des principaux fonctionnaires de l’administration présidentielle qui montrent une claire volonté de falsifier les élections, et organise une grève générale. Cela aboutit à un blocage de l’Ukraine, et de Kiev en particulier, pendant 17 jours, jusqu’au moment ou la Cour suprême déclare les élections invalidées. Un troisième tour est prévu pour le 26 décembre.31 Suite à cette décision une partie des manifestants abandonne la partie mais l’opposition continue à occuper le centre de Kiev (« on ne sait jamais », dans un pays gouverné par une élite ex-soviétique !) et Yushchenko, après avoir obtenu 52% des voix est nommé président en janvier 2005.

30La version mentionnée ici en quelques lignes est la version officielle, une narration des faits qui, bien qu’en apparence neutre, omet beaucoup de faits particuliers qui sont nécessaires pour comprendre l’essence de la révolution orange.

Renégociation d’une identité nationale : une analyse sociale et « ethnique » de la révolution orange

31Il semble que ce qui s’est passé en Ukraine en 2004 est très important pour le pays. Ce qui reste à spécifier est le rôle de ces événements dans le parcours de construction nationale ukrainien. Ayant déjà exploré la version officielle de l’identité ukrainienne, c'est-à-dire comment elle est (et a été) proposée par les élites politiques, c’est le moment de nous concentrer sur une première renégociation, qui se passe au niveau national et qui est rendu d'autant plus visible par les soudains changements de novembre 2004.

32Mis à part les politiciens, un grand nombre de citoyens influence la perception de l’identité au niveau national. Ce sont ces citoyens qui donnent e point de départ, proposent des pratiques et des habitudes « nationales » nouvelles, communiquent des impressions et agissent de façon indirecte sur la perception des citoyens. Il s’agit de messages informels, d’une façon indirecte de faire de la politique, qui n'en est pas moins importante et qui influence la façon dont l’identité nationale est reproduite et célébrée dans les actions quotidiennes, ce que Billig a nommé le « nationalisme banal ».32 Le choix de montrer un drapeau, le registre linguistique (ou même la langue) choisi pour une conversation, une position politique, sont autant de façons d’expliciter sa position et d’influencer les autres.

33Cette section vise à explorer comment cette manière informelle de proposer l’identité nationale, de célébrer le nationalisme banal, a évolué grâce aux événements ici décrits : en effet, il semble que les protestations de novembre 2004, mis à part leur côté politique, finissent par changer la perception de l’identité ukrainienne et en viennent à proposer une  identité plus civique, ou tout au moins, plus civique que celle proposée par le discours officiel des autorités. Dans ce cas, c’est l’attitude et les actions de la population qui définissent, tacitement mais de concert avec toutes les couches de la société, des nouvelles valeurs et une nouvelle identité nationale qui semble se rapprocher des concepts de citoyenneté ou d'identité politique. On a là une différence substantielle entre l’approche qui voit une organisation comme produit de l’adaptation des individus à des rôles et à des contraintes et celle qui propose cette organisation comme une série de jeux auxquels participent les différents acteurs qui obéissent a des règles formelles33.

34Les thèmes de réflexion suivants, intégrés par une analyse ethnographique des événements, vont explorer les possibles bases d’une identité nationale civique qui ont été engendrées par les protestations et leur préparation, sans avoir nécessairement été prévues par les organisateurs.

« Monsieur le révolutionnaire, fermez la porte s'il vous plait ». Une ethnographie de la révolution orange

35Le matin du lundi 22 novembre, la neige tombe lentement sur Kiev, ce qui n’empêche pas des jeunes militants d’organiser le blocage de la rue principale du centre, le boulevard Kreshchatek, en plaçant des tentes les unes à côté des autres. PORA est en train de mettre en place son quartier général à proximité de Maidan où, sur la scène située au milieu de la place, Yuliya Timoshenko dénonce les falsifications et affirme la nécessité de lutter collectivement pour la vérité. Toutefois, quel que soit la qualité de la préparation et de l’organisation, un tel mouvement social de l’ampleur de la révolution orange ne peut fonctionner s’il n’y a pas une participation massive et intense de la population dans les différentes actions.

36Fondée sur la collecte directe d’informations pendant la révolution, cette section de notre travail vise à montrer l’intensité des manifestations pendant l’occupation de Maidan nezalezhnosti (place de l’indépendance), en adoptant une approche descriptive. Au moment de la révolution, le changement radical intervient au niveau de l’opinion qui prend conscience de sa possibilité d’influencer l’avenir du pays, et, de ce fait,  une forme d’appropriation populaire de l’identité nationale s’opère à travers les différentes manifestations.

37Sous la place de Maidan, se trouve l’entrée d’un des centres commerciaux les plus importants de la capitale dans lequel la sécurité est assurée par des agents privés. A l'entrée de celui-ci se trouve placardé un panneau : « Monsieur le révolutionnaire, fermez la porte (derrière vous) s'il vous plait34 ».

38Si on ne peut éviter la présence des « révolutionnaires », au moins on essaie de la discipliner. On accepte que les manifestants veuillent profiter du centre pour se réchauffer ou en utiliser les services mais on demande au moins de ne pas déranger les clients. Si on ne peut pas participer, on exprime au moins un support moral. Le mot « révolution », tabou jusqu'à la veille de la révolution et présent sur le panneau manifeste un mélange de résignation à l'inévitable et de respect pour ceux qui essayent de changer le destin du pays.

39La révolution a commencé. C'est une révolution tranquille et lente qui pousse le gouvernement à invalider le résultat des élections et attire l'attention de l'opinion publique mondiale sur un pays jusqu'à présent négligé. C'est une révolution non violente, malgré l’occupation du centre ville et de plusieurs bâtiments publics. Les gens - les gospoda révolutionnaires- payent le métro. Même si Kreshchatek héberge des magasins très luxueux, personne n'essaye de voler, personne ne causera de dommages aux magasins et les propriétaires des magasins invitent même à l’occasion les manifestants à l'intérieur pour se réchauffer, se reposer, ou utiliser les sanitaires.

40La révolution bouleverse le rythme de vie dans le pays : des milliers de personnes se dirigent vers le centre, certains y restent une heure, d’autres un jour, afin d’alimenter un flux continu de personnes qui se remplacent dans le but de maintenir une présence constante de plusieurs centaines de milliers de manifestants. Les étudiants fournissent le gros des bataillons, bravant souvent les menaces de plusieurs recteurs. Les salariés descendent également dans la rue face à un nouveau type de discours, comme celui de ce directeur d’entreprise : « Les gars, moi je ne suis pas capable de travailler pendant qu’en Ukraine il se passe ce qu'il se passe ; que chacun fasse ce qu'il croit opportun; moi, je vais à Maidan35 »

41Les retraités se joignent aux cortèges et viennent ravitailler le noyau dur des étudiants et salariés qui ont investi la place, en leur offrant des sandwichs et du thé chaud. A quelques kilomètres du centre, la vie continue; une partie de la population de Kiev continue à travailler.

42Le « peuple de Maidan » (Maidan nezalezhnosti, place de l’indépendance, occupée par les manifestants) devient une sorte de grande famille; ceux qui travaillent prennent l'habitude de s’y rendre le soir pour écouter les nouvelles, rencontrer les amis, nourrir les révolutionnaires, ou tout simplement pour profiter gratuitement de l’excellent service de restauration.36

43Chaque soir, Yuliya Timoshenko donne un compte rendu de la journée et de l’évolution positive de la lutte. Les leaders de l'opposition –de Moroz à Yushchenko- se succèdent pour motiver leurs troupes et annoncer les actions futures.

44De plus, du matin au soir, des artistes, des intellectuels et des figures politiques ukrainiennes, mais aussi étrangères, viennent entretenir la flamme révolutionnaire d’une foule confrontée au froid. Vers minuit, la musique cesse et un speaker souhaite une bonne nuit afin que le « peuple de Maidan » se repose et soit en forme pour les protestations à venir.

45De nombreux manifestants tombent malades, victimes du froid et un service d’assistance médicale se met en place. La nécessité de dormir dans des lieux protégés du froid justifie l’occupation de bâtiments de l’administration. Sous la conduite de PORA, les bâtiments de la municipalité, du syndicat des travailleurs, la maison ukrainienne, et même un cinéma, le kinopalats, ouvrent leurs portes pour héberger les manifestants.

46Les manifestants enthousiastes arrivent à Kiev chaque jour de plus en plus nombreux, malgré le blocage des trains37 et le déploiement des forces de police fidèles au Premier Ministre et disposées autour de la capitale. Au plus fort de la mobilisation, on comptabilise plusieurs milliers de personnes dormant sur la place de Maidan et on estime à plus d’un million de personnes les pics de mobilisation, notamment le samedi 27 novembre.

47Apres quelques jours d’occupation, la topographie de Kiev est la suivante : le centre de la ville, composé de plus de 3 km de chaussée, est complètement bloqué par les manifestants. Pour parvenir à Maidan, il faut traverser le Parc (ou mieux, le parking) Shchevchenko -où une grande quantité d’autobus et de voitures provenant des autres provinces sont garés-, avant d’arriver sur le boulevard Kreshchatek, où le trottoir est à la disposition des piétons tandis que la chaussée est occupée par les autobus et les tentes, dont la densité augmente à mesure que l’on s'approche du quartier général de PORA, accessible seulement avec un laissez-passer ou une invitation officielle.

48La ville dans la ville continue jusqu'au siège de l'administration présidentielle situé sur une colline surplombant la place de Maidan. Des dizaines de tentes de fabrication artisanale ont été installées sur le trottoir et, colorées par les manifestants, forment un kaléidoscope bariolé des différentes régions ukrainiennes. La procession de tentes s’étend jusqu'à la commission électorale, qui est aussi un haut lieu stratégique sur lequel il faut maintenir une pression. Entre ces endroits, une foule plus ou moins organisée se déplace au gré des événements.

49La ville s’illumine dans une explosion de couleurs, l'orange est prédominant mais chaque tente est décorée de façon différente. La nécessité de s'abriter, de garder la chaleur ou de pouvoir identifier sa propre tente est une invitation à l'utilisation de la fantaisie. Chaque tente présente des signes d'unicité transformant le boulevard Kreshchatek en une exposition de pop art postsoviétique.

50Spontanément, de nombreux manifestants s’organisent et jouent de la musique près des feux de camps allumés partout, qui donnent à la ville une atmosphère festive et estivale malgré le froid. Plusieurs points de distribution de nourriture ont été établis, mais aussi des points de distribution de vêtements chauds, de chaussettes et chaussures offerts par les citoyens ou par des magasins ou des ambassades.38

51L'administration de la ville a été transformée en une gigantesque cantine où les manifestants attendent patiemment leur tour pour recevoir une soupe, de la purée, une salade ou simplement un peu de thé ou de café. Un service proposant des hébergements chez l’habitant se met en place pour accueillir les provinciaux, de même qu’un service d'assistance sanitaire39.

52La gare centrale est aussi occupée et un service d'accueil et d'orientation a été créé tandis que la salle d'attente est transformée en une énorme auberge de jeunesse sous une bannière orange. Bien que la structure ait été mise en œuvre par PORA, en accord avec les fractions politiques de l'opposition, un très grand nombre de ces volontaires n’ont pas d'affiliation politique.

53L’atmosphère de la révolution ne serait pas complète sans évoquer la présence des forces fidèles au pouvoir en place, « d’opposition à l’opposition ». Inquiets de la cohésion des protestations à Maidan, les leaders pro-Yanukovich organisent une contre-révolution. Plusieurs milliers de personnes sont mobilisées dans le centre ville de plusieurs régions.

54Un informateur a rapporté ce commentaire ...nos étudiants et nos travailleurs aussi ont commencé la grève...chaque jour après le boulot, nos travailleurs et étudiants descendent dans la rue pour protester contre Yushchenko, puis le matin ils repartent travailler (travailleuse de l’administration régionale de Donetsk)

55Plusieurs milliers de supporters de Yanukovich sont envoyés à Kiev pour ériger une ville de tentes alternative à 500 mètres de Maidan. La couleur bleue des supporters de Yanukovich, en contraste avec l'orange, donne un climat encore plus joyeux à la révolution.

56Les supporters de Yushchenko sont beaucoup plus nombreux; cependant, non seulement toute confrontation physique est évitée40 mais, après quelques jours, les groupes sont intégrés dans le mouvement général. Des personnes en bleu visitent les tentes oranges et vice-versa, des discussions animent les repas pris ensemble et finalement des photos de famille orange-bleu se prennent à chaque « rencontre colorée » avant de partir manger, tous ensemble, au « buffet gratuit de Maidan ».

57Bien que les protestations aient été organisées sur la base des autres révolutions colorées, la dimension des protestations ukrainiennes, leur durée et leur discipline n’ont pas d’égales. Les élites politiques ne peuvent pas être les seules responsables, et n'étaient pas à même de contrôler la vague spontanée de nationalisme, ou mieux de patriotisme (« nationalisme » est un terme tabou dans l’espace post-soviétique), période pendant laquelle les Ukrainiens ont pris conscience d’eux-mêmes et de leur pays. Bien que PORA et les forces de l’opposition aient magistralement organisé la gestion de la ville et des contestations, l’initiative, la volonté, et la fantaisie des Ukrainiens ont joué un rôle fondamental.

Les changements principaux de la « révolution orange »

Liberté d’expression 

58En Ukraine, la mortalité des journalistes pendant les années 90 se rapproche de celle de pays en guerre. Depuis l’indépendance, plus de 40 journalistes ont disparu ; certains ont été ouvertement tués, d’autres n’ont pas laissé de traces ou sont « tombés par la fenêtre ». Pas moins de 18 journalistes sont morts dans des circonstances peu claires. Le chiffre ne tient pas compte de ceux qui ont été « seulement » menacés ou ont subi des violences. La plupart des journaux appartiennent à des hommes d’affaires en contact direct avec le gouvernement et qui ont intérêt a garder la « stabilité » du pays, les exceptions étant Den et Zerkalo nedeli. Bien qu’assez analytiques, ils tendent à ne pas critiquer directement le président ou son entourage. Zerkalo nedeli est le journal de l’intelligentsia mais il se présente comme une source analytique des faits de la semaine. L’information sur Internet est moins contrôlée et Radio Liberty peut profiter de cette relative liberté pour donner, sporadiquement, des informations impartiales sur le régime.

59Lorsque des journalistes décident de mettre sur pied un projet d’information indépendante, et reçoivent de l’aide de l’étranger, ils préfèrent garder le journal sous forme électronique sans copie papier et créent la seule source d’information critique du régime accessible aux masses (en ukrainien, avec une bonne partie du matériel traduit en russe et anglais) pourvu qu’ils aient accès à un ordinateur. Bien qu’en profitant du fait que le gouvernement ne peut pas « confisquer le journal », Ukrainska pravda (la vérité ukrainienne) (www.pravda.com.ua) n’échappe pas à d'autres modes de contrôle. Inspections fiscales et intimidations sont à l’ordre du jour pour les journaux qui tendent à rester impartiaux et plusieurs fois, le serveur du journal est fermé ou est victime d’attaques par des hackers.

60Lorsque Ukrainska pravda cherche la vérité sur le président et son entourage, un de ses fondateurs est enlevé et tué. La situation en ce qui concerne les medias télévisés n’est pas meilleure. Avant 2004, selon Marta Dyczok41, la télévision en Ukraine était plus un instrument de propagande politique pour les partis au pouvoir qu’une source de revenus. Les propriétaires des chaînes télévisées sont des groupes de pouvoir qui bénéficient assez largement du régime Kuchma pour ne pas avoir intérêt à le contester.

61La seule exception est kanal 5, une petite chaîne indépendante appartenant à un oligarque qui s’allie avec Nasha Ukraina en 2000.  La chaîne n’est pas très importante et n’arrive même pas à couvrir la totalité du pays de sorte qu’elle est de quelque façon ignorée jusqu'à octobre 2004 par les « inspecteurs fiscaux ». En tout cas, le président et son entourage ont un contrôle de type soviétique sur les nouvelles télévisées. Chaque jour, l’administration du Président envoyait des « instructions » (temniki) sur ce qu’il était nécessaire d’annoncer au cours des nouvelles télévisées, sur ce qui pouvait être couvert mais ne devait pas recevoir trop d’attention, et sur ce qu’il était « inconvenant » de dire.

62Les maisons d'édition, elles aussi, étaient souvent l’objet d’inspections fiscales qui trouvaient des irrégularités dans les documents, surtout les éditions qui avaient publié de la littérature critiquant le gouvernement. Le même destin touchait les journaux et chaînes télévisées s’ils étaient trop impartiaux dans ce que Kuzio avait défini comme « the blackmail state »42.

63On peut donc facilement imaginer que ces opérations se multiplient pendant la révolution orange. Kanal 5 est brouillé plusieurs fois et le contrôle sur les journalistes se durcit au point qu’à l’est du pays on ne sait plus ce qui se passe à Kiev ou Lviv, et vice versa (c’est ainsi que, un jour, la grand-mère de ma femme nous a appelé depuis la Russie, préoccupée par le fait qu’on était au bord d’une guerre civile43).

64C’est dans une situation très tendue que l’histoire suivante se déroule : pendant des nouvelles télévisées « bilingues » (en ukrainien et dans la langue des sourds-muets) la journaliste qui s’exprime par gestes « arrête » de donner les nouvelles et « dit » (par gestes) : « ce que l’autre journaliste vous raconte n’est pas vrai ». Elle donne une version plus objective des événements à Kiev. La nouvelle fait rapidement le tour de l’Ukraine et le gouvernement n’a pas le temps de prendre des mesures car les journalistes s’organisent en masse. Certains se résignent en déclarant qu’ils ont honte d’être obligés de mentir tout le temps, d’autres signent une déclaration par laquelle ils s’engagent à donner des informations impartiales. Le monopole du gouvernement est brisé, le nombre de chaînes télévisées qui donnent des informations partiales se réduit drastiquement, et le phénomène continue sous la présidence Yushchenko.

65Si, d’un côté, l’histoire d’une femme qui s'élève contre le système semble surprenante, il faut tenir compte du contexte. Depuis plusieurs semaines, les medias étaient mis sous pression par le gouvernement et la censure avait atteint des niveaux paradoxaux. On arrivait à nier ce qui se passait à côté, la présence de manifestants à Kiev, on filmait les manifestations pour Yanukovich de tout près pour donner l’impression de masses qui supportaient le candidat, on bloquait les images de  Kanal  5dans plusieurs parties du pays.

66Cela était accompagné par une progressive perte de peur des Ukrainiens, qui discutaient avec animation, à chaque occasion, de la situation politique, qui partageaient des histoires et anecdotes et qui commençaient à s’habiller en orange, en donnant aux vêtements de plus en plus de signification politique.

67Le drapeau ukrainien qui, montré en dehors des manifestations patriotiques pouvait passer pour un symbole réactionnaire, était de plus en plus exposé dans les voitures ou sur les vêtements, accompagné, de plus en plus souvent, par des gadgets orange ou bleu. Non seulement les supporters de Yushchenko mais aussi ceux qui étaient pour Yanukovich prenaient position. De plus, chacun était libre d’exprimer son opinion et les « oranges » et les « bleus » se groupaient dans la rue pour discuter de politique, plutôt que de se battre comme on le craignait.

68Le refus de la censure du régime n’était donc pas le geste d’un individu contre le système mais simplement le geste de quelqu’un qui se faisait le porte parole d’une tendance qui était visible depuis des semaines, ou même des mois.

69On a accusé le président Yushchenko de réprimer les médias, de manquer de transparence. Beaucoup de questions ont été soulevées par l’explosion de la voiture d’un journaliste du tabloïd Paparazzi en train de travailler sur la vie privée de Andrei Yushchenko, le fils du président44 ; d’un autre côté, le seul fait que ce type d’information atteigne l’opinion publique ukrainienne est la preuve d’un changement, car les moyens de persuasion de Kuchma étaient beaucoup plus efficaces. Maintenant l’opinion publique compte beaucoup plus et les citoyens ont pris conscience de leur pouvoir politique. En même temps, les menaces envers les directeurs de journaux et de chaînes télévisées, de même que la pratique d’inspections fiscales, se réduisent.

70Ceci est une première caractéristique de l’identité ukrainienne qui a évolué au cours des négociations. Il s’agit d’une génération, ou de plusieurs, qui se sont habituées à exprimer une opinion et à respecter l’opinion des autres. Il ne faut pas idéaliser ici, il ne s’agit pas de la société idéale. Tout au moins la conscience de pouvoir exprimer son opinion, de parler dans la langue qu’on veut, de se plaindre du gouvernement ou de faire des blagues sont des comportements qui font maintenant partie d’une culture en formation.

71Le nombre de journaux, quotidiens ou hebdomadaires, se multiplie après novembre 2004, ainsi que le nombre de publications d'analyse et les pages de satire politique dans les journaux. De même, les actions de protestation se font de plus en plus fréquentes et touchent les aspects les plus divers de la vie ukrainienne. Récemment des étudiants sont partis au centre ville pour laver leurs vêtements dans la fontaine de Maidan pour protester contre les conditions hygiéniques des dortoirs étudiants.

L’usage de la langue (ou des langues)

72Quand j’arrivai à Kiev, en janvier 2003, deux mondes semblaient coexister dans la même ville. Tout panneau publicitaire, toute information officielle, tout nom de rue étaient en ukrainien, tandis que toute communication se faisait en russe.

73Pour un néophyte, qui ne parle aucune des deux langues, cela complique beaucoup les choses. Habitué à apprendre la langue locale « dans la rue » je ne pouvais pas, comme ailleurs, lire les annonces dans la rue et utiliser les mots appris sans tomber dans un métissage linguistique, le surzhyk, qui ne me permettrait d’apprendre aucune des deux langues correctement.

74De plus, étant hébergé à l’académie du président, où les fonctionnaires se spécialisaient pour servir dans la fonction publique, il était clair que toute communication devait se faire en ukrainien, bien qu’une bonne partie des fonctionnaires fussent russophones.

75La séparation entre les russophones et les ukrainophones était très nette. Je n’ai pas assisté, de peur d'être remarqué, à un conflit pour des raisons linguistiques mais deux villes existaient dans la ville de Kiev ; de plus, chaque ville ukrainienne semblait avoir une influence sur les citoyens : dans un train roulant vers Lvov ou Ivano Frankivsk, la langue la plus parlée était l’ukrainien et dans un train pour Donetsk ou Odessa, c'était le russe, mais cela devenait l’ukrainien (ou l'inverse) lorsque le même train roulait en direction opposée.

76Il en était de même en ce qui concerne le discours politique : Leonid Kravchuk avait introduit l’ukrainien comme langue de la politique mais pas plus de 50% des députés ne suivaient cette suggestion. Viktor Yushchenko, maîtrisant les deux langues, parlait toujours ukrainien lorsqu'il s’adressait aux media nationaux. Cependant, pendant la campagne électorale, il demandait au public quelle langue il préférait écouter ; une allusion claire au fait que l’autre candidat, Viktor Yanukovich, ne maîtrisait que le russe et ne pouvait pas s'adresser à la nation en ignorant sa langue. De son côté, le choix de Yanukovich de se présenter comme « un homme simple », s’adaptait parfaitement à sa biographie et au fait qu’il parlait « la langue des travailleurs », la langue la plus parlée dans la partie orientale du pays, plus densément peuplée et possédant les mines de charbon et les industries lourdes.

77D’autres politiciens aussi explicitaient un choix politique à travers leur usage de la langue officielle. Le président Leonid Kuchma s’efforçait de parler ukrainien en s’adressant à la nation mais il était clairement russophone et, des qu’il en avait le choix, il s’exprimait en russe ; d’ailleurs il n’avait commencé à étudier l’ukrainien qu’en 1994, pour pouvoir participer aux élections présidentielles. Le socialiste Alexander Moroz et la libérale Yulia Timoshenko avaient depuis longtemps choisi l’ukrainien comme langue officielle, bien que au moins Timoshenko soit certainement russophone. En revanche, le communiste Petro Simonenko, mais surtout la « socialiste » Natalia Vitrenko ne semblaient pas conscients de la fin de l’URSS et continuaient à s’exprimer en russe, en comptant sur un électorat russophone et pro URSS.

78Telle était la situation à la veille de la révolution orange. Mais, à partir du moment où la scène est montée au centre de la ville, l’accord tacite est d’utiliser toujours l’ukrainien. Indépendamment de la langue des artistes ou des politiciens qui parlaient aux Ukrainiens, la « langue de la révolution » était l’ukrainien. C’était un choix politique aussi, il fallait se différencier de la Russie, dont on parle la langue, mais qui tâchait de limiter la liberté de choix d’un peuple.

79Les gens, les politiciens, les artistes ne pouvaient cependant pas se passer des milliers de russophones qui s’étaient rendus à Kiev, qui habitaient Kiev ou qui étaient restés dans leurs villes. Tout en soutenant l’opposition, on utilisait donc le russe dans la rue si l’on préférait, mais pas sur la scène. C’est en cela que la révolution est « révolutionnaire » : le discours publique ukrainien devient bilingue, mais de fait ukrainien.

80En même temps, une radicalisation de l’issue a été évitée, l’important étant de communiquer. Qu’on le fasse en ukrainien ou en russe était une question secondaire.

(2 décembre 2004) je me trouve dans le bureau de coordination de Maidan à Podil, en train de parler avec un membre du staff. Deux personnes entrent pour des renseignements et on s’adresse à elles en ukrainien pour leur répondre...l’une des deux répond qu’elle ne comprend pas bien l’ukrainien. Sans ciller, l’interlocuteur adopte le russe pour continuer la conversation

81En dépit de la langue parlée sur la scène, dans les rues et même à 50 mètres de la scène, il était plus fréquent d'entendre le russe que l’ukrainien. Des groupes ne parlant pas la même langue se rencontraient et discutaient, faisaient connaissance chacun dans sa langue.

82L’importance symbolique de l’ukrainien pendant la révolution est forte. On ne parle pas ukrainien parce que c’est la langue d'État, on parle ukrainien parce qu’on soutient l’Ukraine comme pays indépendant et souverain, distinct de la Russie. Toute personne qui est allée à Maidan au moins une fois a pu écouter, peut-être pour la première fois, de nombreux groupes rock ukrainiens qui communiquaient une énergie positive très forte. Cette association de la révolution ukrainienne à des émotions positives a donné envie de redécouvrir la langue nationale ukrainienne.

83En passant par dessus les différences culturelles, de nouvelles conversations étaient entamées, des amitiés se forgeaient ou même les gens tombaient amoureux. La composante émotionnelle était si forte que plusieurs mariages ont été célébrés dans la ville des tentes à Kiev.

(29 novembre 2004) mariage à Maidan, (le premier d’une longue série). Lui de Kharkiv, elle de Dniepropetrovsk ; se sont rencontrés hier et sont tombés amoureux, le lendemain ils se sont mariés à « nametove mistechko45 ». Lui dit : « Merci Yushchenko, grâce à la révolution, j’ai trouvé mon épouse ».

84On entend dire souvent que « L’ukrainien et le russe sont deux langues slaves, c’est pourquoi en Ukraine on comprend les deux »,. Cela n’est que partiellement vrai, autrement pourquoi les Russes ont autant de mal à le comprendre quand ils visitent Kiev ? La réalité est que la majorité des habitants de l’Ukraine sont exposés, depuis leur naissance, aux deux langues. Certes, il ne s’agit pas d’un bilinguisme parfait, en fonction de la location géographique une langue est plus développée que l’autre, mais on a la possibilité d’apprendre les deux langues si l’on veut.

85Sur la scène de Maidan, à Kiev, beaucoup de messages étaient présentés à travers la musique, ou des représentations en ukrainien. Tout artiste voulant monter sur scène à Kiev utilisait l’ukrainien, indépendamment de sa langue maternelle. Pareillement, tout Ukrainien voulant montrer son soutien à la révolution s’efforçait de parler ukrainien.

Nos partenaires de la région de Donetsk, pendant la révolution, nous écrivaient des Email en ukrainien. Il y avait peut-être des fautes...mais ils étaient en ukrainien! (Communication personnelle avec un membre du network SVIT)

86La langue officielle de la scène placée à Maidan, ainsi que la langue de toute représentation musicale était l’ukrainien. Mais dès qu’on se promenait dans la rue, le russe était prédominant. Au moins la moitié des annonces, panneaux, informations dans la ville de Kiev étaient en russe. L’important était de parler, de discuter, de se rencontrer, non d’affirmer une langue. La révolution a été très significative au niveau émotionnel pour beaucoup d’Ukrainiens, qui ont gardé un bon souvenir des émotions et de cette atmosphère uniques.

Pendant la révolution, une vague de nationalisme a envahi l’Ukraine et a aussi touché Odessa..., moi-même j’essayais le matin de me souvenir des paroles de l’hymne ukrainien (Entretien avec un businessman d’Odessa)

87Il semble que même les élites au pouvoir commencent à sentir cette transformation et, pendant les négociations de novembre et décembre, un nombre croissant de politiciens, y compris Viktor Yanukovich, commence à utiliser l’ukrainien de plus en plus souvent pour des déclarations officielles.

88Quand il est sûr qu’il va devenir le nouveau président de l’Ukraine, Viktor Yushchenko s’adresse aux habitants des régions de l’est depuis la scène de Maidan. Pour la première fois il parle en russe à la nation, en rappellant le rôle de cette langue dans le pays et en expliquant que le développement de l’ukrainien ne doit pas se faire aux dépens du russe. Mis à part la signification politique de cette déclaration, il me semble que ce moment fixe l’usage des deux langues dans la sphère publique ukrainienne pour le futur. Pendant sa présidence, Yushchenko va demander que tout fonctionnaire d’Etat réponde en ukrainien, si le citoyen s’est adressé en ukrainien, et en russe s’il s’est adressé en russe.

89Maria a rencontré Andrei peu avant la révolution, alors qu’ils étaient étudiants à Kiev. Ils sont tous deux russophones et au début de leur relation ils communiquaient en russe. En particulier, Andrei était très fasciné par Moscou et la dynamique culturelle de la ville, et dédaignait la langue et la culture ukrainienne. Aujourd’hui ils vivent ensemble, travaillent tous les deux, et communiquent en ukrainien. Au début, c’était difficile parce qu’ils mélangeaient les deux langues. Mais maintenant, ils peuvent les séparer. Ils ont commencé à parler ukrainien après la révolution orange. Maria s’est même inscrite dans un 2ème cycle en ukrainien à l’université Mohyla (probablement la seule à Kiev ou l’enseignement est strictement en ukrainien). Au début Andrei refusait de parler russe mais maintenant il est plus ouvert, et parle ukrainien tant que ses interlocuteurs ne s’y opposent pas.

90Pavel était mon étudiant en 2004. Ukrainophone, il ne parlait jamais russe. Il partait du point de vue que tout Ukrainien peut au moins comprendre l’ukrainien, et donc il parlait ukrainien et permettait à l’interlocuteur de répondre en russe.  Je l’ai rencontré quelques mois après la révolution ; il parlait aussi russe. Il avait radicalement modifié sa position et, en gardant ses origines et préférences, il acceptait le fait que des Ukrainiens pouvaient ne pas parler ou comprendre l’ukrainien.

91La révolution ukrainienne était bilingue. Il est vrai que le candidat Viktor Yushchenko et tout son staff, de même que Yuliya Timochenko, parlent exclusivement ukrainien ; toutefois ils ne refusent pas le russe ni le rôle du russe dans le pays. Même pendant la révolution, Yushchenko lança un appel aux régions de l’est (en russe) en les reconnaissant comme une partie intégrante de l’Ukraine et de sa culture.

92L’Ukraine post-novembre 2004 devient alors bilingue. Il ne s’agit pas d’un bilinguisme équilibré (existe-t-il ?) mais l’attitude envers le deux langues change radicalement. Ce n’est plus la langue mais l’attitude envers la langue qui fait l’Ukrainien46, le fait qu’on utilise la langue qu’on veut tout en sachant qu’on peut utiliser l’autre, si on le souhaite.

93Le discours politique ukrainien change. Depuis 2004 on bouge rapidement en faveur de l’usage de l’ukrainien et de facto tout politicien, au cours de toute déclaration, s’exprime en ukrainien. Parfois, il est évident qu’il s’agit d’un russophone, mais novembre 2004 détermine les frontières linguistiques d’un pays et d’un discours officiel beaucoup plus qu'une quelconque loi sur la langue d’Etat.

94Les medias suivent, bien qu’avec des parcours différents, probablement dus aux contraintes économiques : « Den » et « Zerkalo nedeli » continuent leur impression bilingue mais en augmentant le nombre d’exemplaires en ukrainien, les publications sur Internet tendent à utiliser l’ukrainien mais le russe reste la langue de la presse imprimée et des livres. Une considération pratique s’applique ici : le nombre de livres étrangers traduits en russe à Moscou est grand, l’Ukraine est un marché potentiel immense et les Ukrainiens, comme les autres, ont envie de lire. Toutefois, comme aucune mesure de subvention aux livres en ukrainien n’est mise en œuvre (des facilités fiscales avaient été introduites et immédiatement liquidées pendant les années 90), il sera toujours plus simple d’importer des livres depuis Moscou, où la quantité de livres disponibles augmente rapidement, que de traduire du français, de l'allemand ou de l'anglais en ukrainien.

95En ce qui concerne la télévision et le cinéma, la situation a changé radicalement. Des titres en ukrainien ont été introduits pour tout film ou programme en russe et le cinéma ukrainien est en train de se développer rapidement. Ce qui est plus intéressant est l’espace consacré à l’information et aux débats en général. L’information est d'abord en ukrainien sur les chaînes nationales, mais à des horaires différents correspondent aussi des nouvelles en différentes langues (russe et ukrainien).

96Cependant, une sorte de chaos (j’utilise le mot dans toute sa positivité) règne dans l’information. Le journaliste posant la question ne sait pas toujours si son reportage va être transmis pendant les nouvelles en russe ou en ukrainien (ou les deux). Pour ne pas prendre de risques il pose la question en ukrainien. Un politicien va probablement répondre en ukrainien mais un citoyen, déjà embarrassé devant un journaliste, va probablement utiliser la langue dans laquelle il se sent le plus à l'aise, en sachant que « tout Ukrainien parle les deux ». Que faire avec une réponse en russe ? Dépenser du temps et de l’argent pour la traduire en ukrainien ? De même, une déclaration du président russe doit-elle être traduite en ukrainien ? Voila que pendant les nouvelles, on passe du russe à l'ukrainien et, si on le lui demande, le téléspectateur ne sera pas capable de se souvenir en quelle langue il a reçu et assimilé l’information.

97Une deuxième caractéristique de l’identité ukrainienne peut être donc, après novembre 2004, un bilinguisme chaotique et imparfait, qui permet à tout citoyen de se sentir ukrainien dans la mesure où il ne s’oppose pas à la langue ukrainienne.

Participation politique

98La relation de l’identité ukrainienne à la participation politique est très ambiguë. Bien que la répression n’ai pas été du même niveau que dans d’autres républiques ex-soviétiques, la participation politique, ou même l’intérêt pour les faits nationaux, n’était pas encouragée. Dans la continuation de la tradition soviétique selon laquelle « le parti prends soin de ses citoyens » l’intérêt pour la politique n’était pas le bienvenu et le « nationalisme » était stigmatisé. Selon le discours publique de l'époque, les nationalistes étaient les radicaux de l’ouest, en relation avec les nazis pendant la seconde guerre mondiale, qui n’étaient pas intéressés au bien être du pays mais étaient plutôt des réactionnaires anarchistes et dangereux pour l’Etat. En revanche, des valeurs comme le patriotisme étaient encouragées, de même que l’amour pour la stabilité et une « vie tranquille ». Ces points étaient les piliers de la campagne électorale de Yanukovich, qui prévenait les Ukrainiens que l'élection de Yushchenko conduirait le pays vers la guerre civile ou le « nettoyage ethnique » des russophones47.

99En 2004 les Ukrainiens semblent se désintéresser de la politique. Au cours d’une conversation avec une collègue de Kharkiv et un collègue qui avait travaillé deux ans en Géorgie, la collègue ukrainienne déclara que les Ukrainiens ne prendraient jamais les rues pour protester contre le gouvernement comme les Géorgiens l’avait fait en 2003, ce qui rejoignait mon opinion.

100La littérature scientifique sur l’Ukraine est pleine d’exemples sur le manque d’intérêt des Ukrainiens pour la politique48, et l’attitude des politiciens est d’accepter tout à fait cette situation. Il y a peu, Lytvyn, le porte-parole (speaker) du Parlement avait déclaré : « Pour leur tranquillité, mieux vaut ne pas expliquer aux gens comment on fait la politique en Ukraine. De même, il vaut mieux ne pas dire comment, en Ukraine, on fait la Kolbasa (saucisson) ».49

101Selon un classement de Kuzio, l’apathie politique était maximale dans les régions de l’Est50. Mais la tendance générale était ce croire en la passivité des jeunes, ce qui a permis à l’administration Kuchma de mener des politiques incohérentes et de changer de Premier ministre à plaisir, sans consulter le parlement ni se soucier de l’opinion publique ou du manque de popularité de ses actions.

102Cependant, dès que la campagne électorale se fit plus tendue, les Ukrainiens ont commencé à s’intéresser à la politique. Yushchenko est empoisonné en septembre et hospitalisé d’urgence. La version du gouvernement est qu’il avait « abusé de sushi et de vodka ». Mais les Ukrainiens commencent à s’intéresser à la vérité car il s’agit quand même du politicien le plus populaire du pays et, lentement, ils prennent conscience qu’ils peuvent influencer la vie politique du pays.

(23 novembre 2004) je rencontre une masse de manifestants, ils allaient tous au conseil municipal pour attendre la décision de la mairie de Kiev51...

...je suis rentré dans un fast-food, et au lieu de (re)transmettre de la musique, les TV étaient branchées sur Kanal 5 52...

J’étais en train de faire la queue pour des documents et le gardien écoutait à la radio les nouvelles sur les élections...

103« L’orange commence à colorer les rues, les bâtiments, les voitures du pays sur un mode sans précédents. Cela se fait d’abord sous forme d’affiches ; puis tout objet coloriable en orange subit le même traitement, y compris lunettes, parapluies et même une boisson, « l’orange du premier », nommée d’après le slogan TAK Yushchenko. Dès que les gens se rendent compte qu’ils ne courent aucun risque d’être attaqués car ils sont « la masse », un effet domino se produit. Alors qu’au début la plupart des gens portant la couleur orange était des jeunes, maintenant les représentants de toute classe sociale, des étudiants aux travailleurs et aux gens aisés, affichent des gadgets oranges sur leurs vêtements53. »

104Au fur et à mesure que la campagne électorale se fait plus combative, un nombre impressionnant de citoyens de n’importe quel âge commence à s’intéresser à la politique. Le jour du débat télévisé Yushchenko-Yanukovich en novembre 2004, les rues de la capitale sont encore plus désertes que pendant un match de l’équipe nationale de football. Pendant les protestations on était censé se rassembler près des différents centres du pouvoir, de l’administration présidentielle à l’administration citoyenne et à la commission électorale. Le nombre d’Ukrainiens qui connaît maintenant la localisation de tous ces édifices est plus élevé qu’avant la révolution, ce qui a servi aussi de cours accéléré de droit public.

105Pendant la campagne électorale, les gens ont vaincu leur traditionnelle peur soviétique des autorités pour prendre position54, mais pas nécessairement contre le gouvernement. Depuis novembre 2004, il est devenu normal d’exprimer son opinion. Et même les supporters de Yanukovich descendent dans la rue et débattent pacifiquement avec les supporters de Yushchenko. En se promenant à Podil55 pendant la révolution, on pouvait voir des supporters de Yushchenko avec des écharpes bleues, signe qu’ils avaient rencontré pacifiquement des supporters de Yanukovich et qu’ils s’étaient échangés des gadgets.

...on parlait beaucoup de Kiev en Russie, mais je n'ai pas confiance dans les médias russes, ainsi j'ai décidé de venir voir moi-même ce qui se passe ici. Il m'a suffit d’un regard dans les yeux des jeunes à Maidan pour comprendre. Une nouvelle génération d'Ukrainiens est née (Yuri Shevchuk, chanteur du groupe historique DDT formé à Moscou sous le régime de l'URSS).

106Avec de tels épisodes, l’hypothèse de manifestants payés par l’opposition ne tient pas : combien faut-il payer de citoyens pour qu’ils restent sous la neige au moins jusqu’à la décision de la Cour Suprême d’annuler le résultat des élections ?

« ... les gens ne pouvaient pas dormir sous la tente par moins dix degrés du simple fait d’avoir été payés, il faut une motivation plus forte. Je sais ce que ça signifie car, en hiver, on organise des expéditions: dormir dans de telles conditions est presque impossible » (Communication personnelle avec un géologue de Kriviy Rig).

107La motivation la plus forte est la composante émotionnelle des manifestation, une sorte de drogue qui donne aux manifestants la force de rester des heures et des jours entiers sous la neige en vivant dans des tentes, s’organiser pour une gestion idéale de la ville des tentes et participer a l’autogestion d’une « ville dans la ville » qui va du service médical gratuit pour tous à des énormes buffets pour nourrir « messieurs et mesdames les révolutionnaires » jusqu’à un service de logement gratuit pour les habitants d’autres villes.

108L'enthousiasme de la révolution a touché tout le monde, même Viktor Pintchouk beau-fils du président Koutchma, déclara: « Si j’étais étudiant, moi aussi j’aurais envie de dormir à Maidan avec vous ».

109L’effet post-révolution est que, maintenant, les Ukrainiens abusent même de la forme de protestation utilisée pendant la révolution. Tout mécontentement est le prétexte de manifestations et de cortèges dans la rue, et il est maintenant fortement improbable d’assister à des répressions violentes comme celles qui ont eu lieu contre les manifestants du Kuchmagate lors de l’assassinat de Gongadze.

110L’administration Kuchma (qu’elle en soit consciente ou non) a permis la naissance d’une nouvelle génération d’Ukrainiens qui, sans regarder où ils vivent, luttent pour les mêmes valeurs56. Il est vrai que l’Ukraine est un pays particulier, où les mouvements antisoviétiques ont toujours eu plus de succès57 qu’ailleurs, et le résultat en est exprimé dans une déclaration de Zerkalo Nedeli : « En Biélorussie et au Turkménistan, on sait cinq ans à l’avance qui gagnera les élections, en Russie et au Kazakhstan, un an à l’avance...nous, en Ukraine, nous ne le savons même pas la veille des élections »58.

111Cet intérêt pour la politique et l’envie de s’engager devient une caractéristique des Ukrainiens après novembre 2004. Après sa participation quotidienne aux manifestations, le chanteur du groupe « Okean Elze » Sviatoslav Vokarchuk décide de se présenter aux élections parlementaires de 2006. De même la chanteuse Ruslana, gagnante du concours Eurovision en 2004, s’engage politiquement ; d’abord elle soutient Yanukovich, qui a financé sa carrière artistique, mais en novembre 2004 elle devient une des habituées de la scène de Maidan et alliée de Yushchenko (puis candidat aux élections de 2006). Il ne s’agit que de deux des dizaines de cas d'artistes qui prennent une position politique pro ou anti Yushchenko, mais tout de même une position politique.

112C’est le lien entre le social et le politique qui manquait. En voyant leurs idoles s’engager politiquement, les Ukrainiens semblent comprendre qu’il n’est pas possible de séparer leur vie de la vie politique du pays et un effet de démultiplication se produit. Les publications d’analyse politique augmentent, signe que les Ukrainiens s’intéressent à la politique et une prise de conscience de masse est depuis visible dans le pays.

113Les événements politiques semblent confirmer cette tendance. Tout d’abord l’instabilité politique peut être due à l'équilibre des forces politiques et la population ne peut manquer de remarquer qu’elle est appelée à voter pour le parlement trois fois en trois ans. Deuxièmement, les paquets de farines et les conseils de « voter pour notre candidat » ne semble plus fonctionner dans les villes moyennes et petites, signe que l’électorat a mûri59. Finalement, avec l’instabilité politique et économique, les gens sont obligés de se poser la question « qu'est-ce qui va se passer? » et s’intéresser à l'avenir de leurs proches, ce qui fait associer maintenant l’Ukrainien avec quelqu'un qui s’intéresse à son pays. On dit en ukrainien « moya hata z krayi, ya nichogo ne znau » (comme ma maison se trouve loin du centre, je ne m’intéresse pas a ce qui se passe au dehors).

Une récente plaisanterie sur la situation économique dit : « Il faut remercier le président Yushchenko et le premier ministre Timoshenko pour le programme d’éducation qu’ils ont mis en œuvre pendant les derniers mois. Avec la crise économique, ils nous ont appris tout sur le taux d’échanges des devises (en novembre 2008 le dollar, unité de référence pour l’économie locale, est passe de 4.70 a 12 hryvnie), maintenant (avec la guerre du gaz entre Kiev et Moscou) on est en train de devenir tous des experts en matière de ressources énergétiques mondiales ».

L’autre, la Russie : une analyse anthropologique des relations internationales

114Le fait qu’en Europe occidentale, les journaux ne cessaient pas d’appeler Viktor Yanukovich le « candidat pro-russe » générait beaucoup de confusion sur le pays qui semblait divisé en Russes (ou, de moins, pro-Russes) et Ukrainiens.

115Le cadre est plus complexe et il s’agit d’une confrontation entre « nous » et « eux »60, dans laquelle la Russie avait tout intérêt à garder « eux » au pouvoir. Mais cela ne signifie pas que « eux » étaient Russes. C’était la « guerre des millionnaires contre les milliardaires » comme on a dit, mais personne n’avait intérêt à être contrôlé par Moscou, il s’agit simplement de profiter d’un support politique que Moscou avait accordé à Viktor Yanukovich et à son staff.

116Cependant, le fait que le Kremlin ait soutenu, d'une manière très accentuée, le candidat qui a perdu, a eu beaucoup de conséquences pour l’identité ukrainienne. Au niveau politique et historique, il est difficile d'oublier en quelques années l’histoire commune avec la Russie. Jusqu'à novembre 2004 la Russie était le partenaire principal de l’Ukraine, un marché économique, une destination d’émigration légale, le lieu ou une partie de la famille se trouvait. La relation était très ambivalente, la Russie jouait le rôle du grand frère et les Ukrainiens étaient incapables de se débarrasser du complexe de Malorossiya61.

117De plus, Moscou est pour les NEI ce que Londres est pour l’Europe occidentale : tout ce qui est innovateur dans le domaine de la culture, musique pop, styles de vie alternative et tendances occidentales arrivent, ou sont conçus plutôt dans la capitale russe. Il n’est pas possible d'ignorer ce qui se passe à Moscou si l’on parle russe. Cette situation ne peut continuer si la Russie entre en conflit ouvert avec l’Ukraine (ou, mieux, avec les Ukrainiens), ce qui a été la plus grande erreur de Moscou pendant la campagne électorale.

118Kuzio62 a remarqué combien la carte du rapprochement avec la Russie a joué un effet boomerang sur la popularité du parti au pouvoir avec pour résultat, le 25 novembre, des manifestations antirusses63 qui commencent à Lviv et Kiev. À mesure qu’on découvre les fraudes électorales, Poutine perd sa popularité parmi les Ukrainiens. Le 28 novembre, le maire de Moscou va à Donetsk pour soutenir Yanukovich. C’est le signe que la Russie de Poutine est contre la révolution mais c’est aussi une position officielle qui s’ajoute aux rumeurs non confirmées officiellement64.

119Quelle doit être la position de chacun si le pays qui se professe son voisin et bienfaiteur envoie des troupes et se mêle à la politique domestique de son pays en limitant ta liberté de choix ? La perception de la Russie en Ukraine change radicalement. Toutefois il serait faux de dire que les Ukrainiens ont commencé à détester la Russie ou les Russes, ni que tous les Ukrainiens ont la même opinion. La Russie continue d’être le principal partenaire économique et tous ceux qui ont des relations économiques (officielles ou non) avec le pays ne peuvent pas s’en passer.

120Ce qui commence à changer est le rôle, la perception et l’attitude envers la Russie et dans la définition d’une identité ukrainienne dans le discours publique. Les événements suivants contribuent à renforcer cette tendance.

121A partir de 2005, la guerre du gaz et, dans une moindre mesure, la guerre des flottes, commencent. L’Ukraine est le pays de transit principal du gaz russe vers l’Europe et, également, un consommateur de gaz. De plus, une partie de la flotte militaire russe est ancrée à Sébastopol, ville à statut spécial et partiellement sous contrôle russe.

122Si la question de la flotte russe n’est pas urgente car le contrat de bail expire en 2017, en décembre 2005 le contrat de fourniture de gaz à l’Ukraine est à renouveler et la Russie demande un prix plus proche du prix de marché, ainsi que le payement des dettes accumulées pendant les premières 13 années d’indépendance. Comme les deux parties n’arrivent pas à se mettre d’accord, le contrat est renégocié temporairement pour un an, situation qui se répète en 2006, 2007, 2008. Le contrat est renégocié chaque 31 décembre, pendant les gelées plus dures en Ukraine, et suivre les négociations pendant les vacances de Noël fait désormais partie des traditions des Ukrainiens.

123L’Ukraine est un pays à composition mixte. Etant donné la proximité des cultures russe et ukrainienne le phénomène des identités multiples est très présent et beaucoup d’Ukrainiens peuvent se sentir russes et ukrainiens à la fois. Cependant, le résultat d’une position russe si radicale est que tout Ukrainien se voit placé devant un choix Russie-Ukraine. La majorité des Ukrainiens choisissent la révolution, et l’identité mixte russo-ukrainienne est convertie en identité ukrainienne tout en gardant des liens très étroits avec la Russie (mais pas nécessairement avec son élite politique). Il y a un nombre important de Russes-Ukrainiens qui se définissent comme Ukrainiens après la révolution.

124Tout ceci a finalement affecté le discours sur l’identité nationale. Si auparavant, la Russie pouvait être perçue comme le grand frère, un peu bizarre et rude mais toujours un frère, à partir de 2004, elle commence à devenir l’« étranger ». Si, en vue des élections, Poutine avait rapproché les deux pays en éliminant l’obligation d´enregistrement, (propiska) pour les Ukrainiens se rendant en Russie, en 2005 elle est réintroduite et favorise une perception de la Russie qui est de plus en plus « étrangère » dans le discours publique.

Perception et prise de conscience de soi

125La nouvelle perception de la Russie est accompagnée d’une prise de conscience de soi par les Ukrainiens. L’Ukraine a une surface comparable seulement à la Turquie d'Europe ; la conscience de la diversité régionale existe mais il n’y a pas beaucoup d’Ukrainiens qui connaissent suffisamment bien sa diversité. La révolution orange a été une occasion unique pour se connaître, pour comprendre comment être tous sous le même toit.

126Le journal de l’intelligentsia Zerkalo nedeli parle d’une nouvelle génération d’Ukrainiens qui à l’Est comme à l’Ouest, est victime des mêmes injustices et rêve des mêmes choses65. La conscience de la diversité régionale persiste, mais maintenant, dans le discours officiel, il est plus facile de sentir une perception du pays qui va des Carpates à la Crimée. On n’oublie pas qu’on est tout à fait différent, mais il devient de plus en plus rare de renier l’ukrainité de telle ou telle région.

(28 novembre 2004) C’est important de se connaître : les gens arrivent à Kiev depuis toutes les régions. Ils viennent de l’est, de l’ouest, du sud et ils découvrent des êtres très similaires ; on a toujours eu des stéréotypes comme l’Est pro-russe et maintenant on assiste à l’arrivée de milliers d’Ukrainiens de Kharkiv, Zaparizhzha qui rencontrent ceux de Lviv, de Ivano-Frankivsk et qui découvrent qu’ils en ont marre des mêmes choses, qu’ils ont des idées et des espoirs communs et qui se souviennent qu’ils savent parler ukrainien... et, s’ils ne se souviennent pas, ce n’est pas grave...

127En Ukraine, le nationalisme est associé avec les mouvements séparatistes de l’ouest du pays. Cependant, cette vague de nationalisme civique n’a pas affecté l’unité nationale et le traditionnel séparatisme galicien n’a pas cours. Le 29 novembre, on apprend de plusieurs sources que, malgré la volonté de l’Est et du Sud de se séparer et de former une république russophone66, l’Ouest est en faveur d’une seule Ukraine sans distinction Est-Ouest.

...Le plus impressionnant pendant la révolution, c’était l’atmosphère. C’est différent de regarder la télévision et de la sentir sur sa propre peau à Kiev. J’étais à la gare et, sous mes yeux un groupe de jeunes a pris une photo de groupe ; la moitie était en bleu (Yanukovich) et la moitié en orange (Yushchenko). Je suis bouleversé par la tolérance des gens ; on peut exprimer ses idées sans risquer sa vie. Les supporters de Yanukovich sont beaucoup moins nombreux mais ils ne sont pas attaqués par les supporters de Yushchenko, au contraire, il est normal de les voir parler et discuter dans la rue...

128La conscience de soi passe par une manière calme et pacifique de protester qui permet de définir une approche différente du domaine politique et des relation sociale. Par rapport à cela, il est aussi très important que la révolution ait été pacifique.

(29 novembre 2004) il fait déjà nuit, un tank s’approche de Maidan. Il avance et est bloqué par une voiture, d’autres voitures et même des jeeps67 arrivent et le tank s’arrête. Soudain, sortent dix ou quinze filles qui attachent des fleurs et des « écharpes » orange sur le tank, duquel sort un soldat au visage maigre, qui sourit; les filles lui donnent des petits rubans oranges. Le tank revient sur ses pas.

(29 novembre 2004) Yanukovich organise un concert près de Maidan, les supporters de Yushchenko se glissent timidement de l’autre côté et dansent avec les supporters aux écharpes bleues. Le concert se termine, ils rentrent et recommencent à crier « Yushchenko, Yushchenko ».

129La révolution a sans doute entraîné une reconstruction du tissu social du pays et a permis aux nouvelles générations de prendre conscience d’elles-mêmes et de pouvoir choisir leur avenir. Avec plus de conscience des intérêts communs et plus d’information sur le reste du pays, l’Ukraine est devenue plus petite, en ce sens que les Ukrainiens ont commencé à se sentir plus proches et le pays a commencé à se rapprocher du modèle de communauté imaginaire d’Anderson, ce qui est visible dans le discours officiel sur l’identité ukrainienne.

Activisme civique

130La participation à la vie politique ne passe pas seulement par les élections mais concerne toute la vie des citoyens. En ce sens, la révolution aide à la transformation d’un peuple en nation politique, engagée pour l’avenir du pays et prête à se mobiliser pour le changer.

131Une bonne partie des associations opérant pendant la révolution choisissent de s’organiser de façon non hiérarchique, avec la responsabilisation de tout activiste, ce qui encourage la participation et l’initiative de ce dernier.

132« Chernaya PORA a été fondée par 12 activistes « inconnus », à l’exception d’Anatolii Bondarenko, auteur de la fameuse chanson Razom nas bagato (« Ensemble on est beaucoup », chanson symbole de la révolution orange). L’association était organisée de façon non hiérarchique et reposait sur l’idée que tous devaient être au même niveau et ne pas recevoir de salaire »68

133Apres la révolution, de nombreux mouvements civiques ont généré des associations qui ont opéré pendant la campagne civique. Tout d’abord, l’occupation de l’espace public devient un modus operandi très populaire69 et est utilisé non seulement pour contester le gouvernement mais aussi pour remédier à son incapacité d’agir. Lorsque le gouvernement n’est pas capable de protéger les citoyens, les citoyens s’organisent. C’est le cas du magasin IKEA qui voulait détruire une partie du bois de Boryspil (environs de Kiev). Le permis a été bloqué grâce à une occupation des lieux où les travaux devaient commencer. C’est le cas de l’occupation d’un petit parc à Shuliavska (Kiev), où la construction d’immeubles a été bloquée par de simples citoyens qui souhaitaient garder le parc et empêcher la construction d'un gratte-ciel. Les deux actions se sont terminées, non sans polémiques, par la victoire du capitalisme. Il est quand même important de montrer qu’elles ont été initiées comme des dizaines d’autres par des citoyens qui croyaient en ce qu’ils faisaient.

134L’engagement politique des associations augmente. PORA noir70 ne change pas d’idéologie et reste une organisation qui opère dans la pénombre et à la base de la société. Comme PORA est désormais associée avec Vlad Kaskiv, PORA noir se désigne comme OPORA, pour rappeler ses origines mais aussi pour marquer une rupture idéologique avec PORA jaune. Les activistes continuent à opérer au niveau grassroot en surveillant les élections, en conduisant des actions de protestation, en s’engageant dans la lutte contre la corruption, mais toujours en restant en dehors de la politique.

135PORA jaune, enthousiasmée par le succès, décide de s’élargir. Officiellement, elle reste active au niveau civique avec deux branches nommées « campagne civique PORA » et « nouvelle PORA », mais s’active aussi pour profiter de l’enthousiasme des jeunes, à travers une ONG de jeunesse (« jeune PORA »).

136La grande quantité de ressources humaines disponibles est à la base d’une spécialisation sectorielle qui amène les fondateurs à créer une branche « verte » de PORA, consacrée aux questions écologiques (« PORA vert »). Au niveau supérieur on assiste à la création d’un institut pour la recherche sur la démocratie (Institut international de la démocratie), faisant partie de la structure de PORA.

137Finalement, avec la vague d’enthousiasme post 2004, un parti politique est organisé. Dans un premier moment, le parti refuse toute affiliation, bien qu’il reçoive plusieurs propositions, pour marquer une coupure avec le passé et pour réaffirmer le caractère novateur, réformiste, et fortement idéologique du mouvement. Après un recours, PORA reçoit le droit de se présenter aux élections. Ses membres comptent sur la fraîcheur et la réputation « propre » du mouvement mais celui-ci n’arrive pas à passer le seuil des 3% pour rentrer au parlement en 2006. Apres cette expérience, le parti se présente aux élections de 2007 comme partie du bloc Nasha Ukraina.

138Sur la vague des protestations, une troisième ONG est fondée par Iouri Lutsenko, un des coordinateurs principaux des protestations de 2004. Déçu par l’attitude de Oleksandr Moroz, chef du parti socialiste, Lutsenko quitte le parti et s’engage avec les mouvements civiques. Il fonde avec d’autres militants de « Maidan » (parmi lesquels Taras Stetskiv et Oles Donii, ce dernier ayant participé activement aux protestations de 1991) le mouvement civique narodna samoborona (autodéfense populaire), lequel dans un premier temps n’est pas connecté à la politique, mais décide finalement de participer aux élections de 2007 avec le bloc Nasha Ukraina.

139Si d’un côté un engagement politique de certains mouvements civiques est fortement visible, il est vrai aussi que l’interaction entre la vie politique et les mouvements civiques permet dans l’Ukraine d’aujourd’hui un engagement majeur des citoyens dans la vie politique du pays, ce qui forme la base de toute démocratie. Maintenant la société civile fait partie du panorama politique du pays et les citoyens en sont conscients. Il serait exagéré de prétendre que la participation civile est maintenant un aspect de l’identité ukrainienne. Cependant c’est la diffusion de la société civile et sa participation à la vie quotidienne des citoyens qui a transformé le discours politique national, la façon de percevoir la politique et, indirectement, la conscience de soi des Ukrainiens.

Conclusions

140Il est impossible de nier la composante politique de la révolution. La formation des activistes et les campagnes d’information indépendantes ont été financées en grande partie par l’étranger.71 Les pressions occidentales ont incité Koutchma à ne pas déployer l’armée pour réprimer les manifestants, le soutien politique du maire de Kiev a permis l’occupation du centre-ville, la présence de politiciens a limité les actions répressives de la police, et des négociations au ministère de l’intérieur ont évité l’action des services secrets. Cependant, l’organisation des protestations et le côté politique ne sont qu’une partie des résultats de novembre 2004 en Ukraine.

141Tout d’abord, si la campagne a eu ses effets, si la communication a été efficace, si la mobilisation s’est déroulée à l’échelle nationale, si on a évité toute provocation, si on a vaincu la crainte de la militsiya et participé activement aux événements en l’Ukraine, c’est grâce à l’interaction peuple-ONG-monde politique qui est propre aux pays démocratiques. En ce sens la société ukrainienne a été transformée non par le résultat des élections mais bien par ce qui s’est passé avant le deuxième tour. Les citoyens, du fait de leur capital social, ont bientôt démontré qu’ils étaient devenus plus mûrs que les politiciens72.

142Deuxièmement, la révolution, en évitant toute caractérisation purement ethnique, a trouvé un terrain fertile chez les citoyens de l’Ukraine, dont la majorité n’étaient déjà pas opposés à se sentir Ukrainiens, à condition que leur diversité et leur ukraineité spécifique soient reconnues.

143Une particularité de la révolution était la présence du facteur linguistique. De facto, la révolution avait deux langues officielles. Il est vrai que toute action politique ainsi que toute affiche ou message à la population a été fait en ukrainien, qui est la langue officielle. Mais il est vrai aussi que la langue officieuse est le russe.

144Mis devant un microphone, les Ukrainiens s’efforçaient de parler ukrainien mais la langue de communication pour la plupart des conversations était le russe, et la parfaite harmonie entre les deux langues était étonnante, car non seulement personne n’a jamais été discriminé sur la base de sa langue préférée, mais lorsqu’on déclarait ne pas parler ukrainien, la langue de conversation devenait le russe.73

145Dans cette perspective, on peut considérer que les Ukrainiens utilisent leur langue comme élément distinctif des Russes tout en gardant une préférence pour les conversations en russe.74

146À partir de ces remarques, même l’attitude de la Russie de Poutine, qui en voulant « sauvegarder » les intérêts des minorités russes à l’intérieur du pays s’est fortement mêlé des affaires domestiques ukrainiennes, a aidé les Ukrainiens. Herd75 écrit que non seulement la Russie a perdu toute possibilité de se proposer comme juge impartial dans les affaires ukrainiennes en s’immisçant de la sorte dans les affaires du pays, mais que Poutine est le facteur qui a aidé les nationalistes, les libéraux et les socialistes à s’unir contre les autorités et contre Moscou76. Ici encore, la définition de soi et de l’autre a été affectée par l’existence de l’autre. Dans un pays avec une telle fluidité ethnique,77 arriver à définir l’autre est le premier pas vers l’auto-identification.

147Le caractère pacifique de la révolution a été très important pour le nation building. Gene Sharp78, en décrivant les moyens de lutte non-violente, rappelle que pour sortir de la dictature la « non-coopération » nécessite une forte organisation sociale des citoyens. La participation civique et politique des citoyens est à la base de la future démocratie car, si les citoyens sont capables de se réunir en mouvement de protestation indépendamment de leur appartenance ethnique, la révolution réussit non seulement à installer une démocratie durable mais, à travers la participation sociale, encourage aussi la formation d’une identité civique, laquelle est à la base du sens d’appartenance à l’État pour lequel on est en train de se mobiliser.

148 Au cours de mes entretiens, j’ai souvent obtenu la réponse « je suis Ukrainien car j’aime vivre ici » au point que le discours sur l’identité nationale, la façon de justifier une identité et même l’identification nationale ont été fortement modifiés. Ainsi donc la révolution qui a eu lieu dans les médias a eu un effet fondamental dans l’esprit des Ukrainiens ; en novembre 2004, on est passé d’un contrôle maximal des médias à une liberté d’expression presque totale. La conscience d’avoir des médias libres et de pouvoir s’exprimer librement peut contribuer à prendre ses distances vis-à-vis de la situation russe et à augmenter la satisfaction des citoyens ukrainiens.

149En dépit des critiques des élites politiques de la plupart des NEI et du cynisme de plusieurs observateurs occidentaux qui ont défini le changement en Ukraine comme un acte purement politique et entièrement financé par les États-Unis, une vraie « révolution » a eu lieu en Ukraine.

150Plus que sur l’importance politique de la révolution, il vaut mieux se concentrer sur sa signification sociale. En particulier je me réfère au fait qu’elle a permis aux Ukrainiens d’intérioriser les efforts de nation building post-indépendance et les réélaborer pour donner aux Ukrainiens une nouvelle conception d’eux-mêmes, une relation différente avec la Russie et une prise de conscience politique, laquelle manquait jusqu’en 2004.

151La révolution a aussi réussi à construire des repères et de nouvelles valeurs qui seront importants pour le futur de l’Ukraine, tels que la solidarité entre les régions, des souvenirs de la capitale, des relations interpersonnelles.

152En ce qui concerne la naissance ou la construction d’une nation ukrainienne, basée sur des principes « inclusifs » de nationalisme civique plutôt que sur des principes « exclusifs » de nationalisme ethnique, la révolution marque le revirement de l’Ukraine et son passage de l’ère postsoviétique à la transition vers l’Ukraine en tant que« État-nation moderne », même si seuls le temps et les nouvelles générations pourront confirmer cette impression ou l’infirmer en faveur d’une interprétation différente des faits.

Haut de page

Notes

1 Candau Joel (2005) Anthropologie de la mémoire, Paris : Armand Colin
2 Agulhon, Maurice (2007) Les mots de la république. Paris : Mirail ; Agulhon, Maurice (2006) (ed.) La République en représentations, Paris : Presse de la Sorbonne
3 Cf. Amselle, Jean Loup (2001) Branchements : Anthropologie de l’universelle des cultures. Paris: Flammarion ; Appaduraj Arjun (2005) Après le colonialisme. Paris: Payot
4 Herzog et Ravel, 2001, op. cit.
5 Cf. Herzfeld, Michael (2001) Vers une phénoménologie ethnographique de l’esprit grec, dans Ravel et Herzog (eds.) Les usages politiques du passé. Paris : éditions EHESS
6 Cf. Verdery, Katherine (2000) The Political Lives of Dead Bodies: Reburial and Postsocialist Change Columbia University Press; historiquement cette idée remonte à Elias, et meme avants a Durkheim, voir Elias, Norbert (1998) On Civilization, Power and Knowledge. Chicago: University of Chicago Press; Durkheim, Emile (2007 [1893]) De la division du travail social, Paris : PUF
7 Cf. Abélès, Marc (1990) Anthropologie de l’Etat. Paris: Payot
8 Herzfeld 2005, op. cit.
9 Cf. Appaduraj 1995, op. cit. pour les « ethnoscapes ». Une approche multidimensionelle a été suggérée par Sahlins et Ortner ; cf. Sahlins, Marshall (1981) Historical Metaphors and Mythical Realities : Structures in the Early History of the Sandwich Islands Kingdom. Ann Arbour: University of Michigan Press ; Ortner, Sherry (1989) High Religion: A Cultural and Political History of Sherpa Buddhism. Princeton: Princeton University Press
10 Cf. Kuzio, Taras (1998) Ukraine: State and Nation Building, London: Routledge
11 Appaduraj 1995, op. cit.
12 Cf. Ortner 1989, op. cit. et Sahlins, Marshall (2000) Culture in Practice : Selected Essays. New York: Zone Books
13 Cf. Gramsci, Antonio (1971) Selections from the Prison Notebooks, London : Lawrence and Wishart; MacLaughlin. Jim (1991) Reimaging the nation-state. The contested terrains of nation-building, London: Blackwell
14 Sur le defi de l’ordre symbolique on a plusieurs ouvrages voir Scott (Scott, James (1985) Weapons of the Weak, Heaven et London : Yale University Press), pour les anthropologues, mais la philosophie politique nous viens en l’aide avec les basiques de la formation d’un Etat, à partir de De la Boetie ; cf. Abélès 1990, op. cit.
15 Cf. De Juriew Dominique (2003) Mythes politiques et identite en Ukraine post-sovietique: passé compose et reconquête du sens. L’Harmattan : Paris, Budapest, Torino
16 Cf. Bilaniuk, Lada (2005) Contested Tongues : Language Politics and Cultural Correction in Ukraine. Ithaca, London : Cornell University Press
17 D’ailleurs très critiquée par les nationalistes voir Crescente, Joseph J. (2007) « Performing Post-Sovietness: Verka Serduchka and the Hybridization of Identity in Post-Soviet Ukraine » Communication presentée àu Sympose « Soyuz » Princeton University, 25-28 avril 2007
18 En ce qui concerne l’Ukraine, il existe une littérature discrète qui couvre une bonne partie des événements. Le lecteur qui souhaite une introduction au sujet peut consulter le livre de Alain Guillemoles Même la neige était orange. Un cadre plus complet sur les révolutions dans l’Europe ex socialiste est fourni par Viatcheslav Avioutskii (Les révolutions de velours) qui analyse les mouvements de protestation dans toutes les Nouveaux Etats Indépendants et la Serbie. L’ouvrage de Wilson Ukraine Orange Revolution s’impose comme une description très complète des événements politiques qui ont amené a la révolution orange. De même, Taras Kuzio (Ukraine's Orange Revolution. The Opposition's Road to Success) a aussi donné une description concise des événements, dont une description plus narrative a été fournie par Askold Krushelnicky (An Orange Revolution: A Personal Journey Through Ukrainian History).

 Enfin, cela vaut la peine de mentionner le livre « Revolution in Orange: The Origins of Ukraine’s Democratic Breakthrough » sous la direction de Andreas Aslund et Michael McFaul, qui collecte des articles de plusieurs disciplines et couvre presque tous les phénomènes qui se cachent derrière la révolution orange : de la campagne PORA à l’attitude des ukrainiens et le rôle des oligarques.

19 Je viens d’éditer, avec Donnacha O’Beachain, un numéro spécial de la revue Totalitarismus und Demokratie sur les révolutions colorées et nous sommes en train de préparer un livre (Mapping the Revolution : the March of Political Change and Civic Activism from Europe to Asia) sur le mouvements dans toutes les républiques ex-soviétiques.
20 Cf. Beissinger, Mark (2007) « Structure and Exemple in Modular Phenomena: The Diffusion of the Bulldozer/Rose/Orange/Tulip Revolutions » Perspective on Politics 5(2) : 259-276
21 Kuzio, Taras (2005) « Did Ukraine’s Secret Service Really Prevent Bloodshed During the Orange Revolution ? », Jamestown Foundation, Eurasian Daily Monitor 2(16), 24 janvier.
22 Polese, Abel (2004) « The Future is Orange? » Transitions Online, 28 Novembre 2004
23 « Fukuyama Says Ideas on Liberal Democracy ‘Misunderstood’ », entretien avec RFE/RL 13 octobre 2006
24 Cf. Guy Lanoue, Introduction à De Juriew 2003, op. cit. p. 3
25 Culturelles, dans le cas de De Juriew 2003, op. cit.
26 Nakano, Takeshi (2004) « Theorising Economic Nationalism » Nations and Nationalisms 10(3) : 211-229
27 Cf. Zabujko, Oksana (2005) Let my people free: 15 Texts on the Ukrainian Revolution. Kiev : Fakt
28 Zerkalo nedeli, Novyi ukraintsi, 30 octobre 2004
29 En 2004, l’Ukraine est encore une république présidentielle, la réforme constitutionnelle aboutissant à la création d’un régime parlementaire intervient en novembre 2004, pendant la révolution orange, et prend corps au moment des élections parlementaires de 2006
30 Il y a d’autres candidats, parmi lesquels on peut citer Oleksander Moroz et Petro Simonenko,
31 L’Ukraine est un pays à majorité orthodoxe, Noël est célébré le 7 janvier ainsi que les 25 et 26 décembre, qui sont des jours fériés
32 Cf. Billig, Michael (1995) Banal Nationalism. London: Sage
33 Abeles 1990, op. cit.
34 Uvazhaemye gospoda revolutsioniery, zakrivaite za soboy dver pozhaluista
35 Le cursif indique qu’il s’agit d’informations prises de mon cahier d’enquête.
36 On a beaucoup spéculé sur la question de qui nourrissait les manifestants. Pour confirmer ou infirmer les rumeurs des citoyens, les Ukrainiens ont apporté leur soutien à la révolution à travers des lettres. D’autres informateurs ont confirmé que beaucoup de donations en marchandises, produits, et espèces étaient de provenance domestique.
37 Une gestion ambiguë des transports pendant la révolution est à la base du « suicide-homicide » du ministre des transports Kirpa le 27 décembre 2004. Cf. http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/europe/4129091.stm
38 Les citoyens pouvaient donner de vieux vêtements et les magasins de la marchandise invendue,
39 Fait exceptionnel si l'on considère que, en Ukraine, les médecins sont obligés de travailler beaucoup et ont des salaires très bas, ce qui signifie que, souvent, et bien que l'assistance doit être gratuite pour tous les citoyens, on ne peut pas être reçu par un docteur sans 'offrir un cadeau'. Plusieurs informateurs m'ont confirmé la nature spontanée de l'initiative des médecins qui se dirigeaient à Maidan après leur journée de travail
40 Dans un premier temps l'action visait à provoquer des conflits entre les deux factions pour permettre à la police d'intervenir à Maidan et mettre fin a la révolution
41 Cf. Dyczok, Marta (2005) « Breaking Through the Information Blockade : Election and Revolution in Ukraine 2004 » Canadian Slavonic Papers/Revue canadienne des slavistes Vol XLVII, Nos. 3-4, September-December 20; Dyczok, Marta (2003) « Ukraine’s Media Landscape » dans Wsevolod Isajiw and Volodymyr Mackiw eds., Problems of Development of Ukraine Since independence, Toronto University Press, 2003
42 Cf. Kuzio, Taras (2002) « Parliamentary Elections in the ‘Blackmail State’ » PRISM 8 (1) 31 janvier 2002
43 Voila les nouvelles que Moscou faisait circuler pendant la révolution. A Donetsk, on tente de déclarer que les protestations sont une grande orgie où tout le monde est soûl et que, à cause des mauvaises conditions hygiéniques, des maladies comme la méningite sont en train de se diffuser (voir le récit de la femme de Yanukovich http://kiev1.org/page-1143.html)
44 Selon plusieurs sources, le fils du président mène une vie au-dessus de ses possibilités. Il possède une voiture tchèque d’une valeur de plusieurs milliers d’euros et un téléphone portable lui aussi très cher, bien qu’il soit encore étudiant à l’université et ait juste vingt ans.
45 La ville des tentes, c’est le nom de l’ensemble des tentes posées au centre de Kiev et qui étaient si nombreuses qu’elles formaient une ville dans la ville.
46 Cf. Polese, Abel and Wylegala Anna. 2008. Odessa and Lvov or Odesa and Lviv: How Important is a Letter? Reflections on the ‚Other’ in Two Ukrainian Cities. Nationalities Papers 36(5), 787-814
47 Ukrainska pravda 28 decembre 2004 “v Donbase govoryat…”
48 Cf. Kuzio, Taras (1997) Ukraine Under Kuchma. London, New York: MacMillian
49 'Mezhdu Viktorami'. Korrespondent 22 octobre 2005
50 Kuzio 1997, op. cit.
51 Un des acteurs principaux de la révolution a été le maire de Kiev, Oleksander Omelchinko, qui, après le ballottage et la victoire de Yanukovich, a supporté Yushchenko et a poussé le conseil municipal de Kiev à ne pas accepter le résultat des élections et donc à ne pas reconnaître Yanukovich comme président.
52 Kanal 5 était la seule chaîne qui donnait une information impartiale sur les élections, et qui pendant la révolution ne transmettait que des informations sociopolitiques.
53 Extraits d’un petit article que j’ai publie sur Transitions Online pendant les protestss de novembre 2004. Cf. Abel Polese « The Future is Orange », TOL 28 novembre 2004
54 Polese, 2004, op. cit.
55 Podil, à un ou deux km de Maidan, était un quartier d’ateliers avant de devenir un quartier très à la mode. À Podil se trouve maintenant la Natsionalna Kievo-Mohilyanska Akademia, reformée par Yushchenko, et le centre de presse de Nasha Ukraina, le parti de Yushchenko.
56 Zerkalo nedeli 30 octobre 2004
57 Voir la révolution sur le granit en 1991 et le mouvement nationaliste Rukh, qui ont joué un rôle principal dans la lutte pour l’indépendance ukrainienne.
58 Zerkalo nedeli 14 novembre 2004
59 Zerkalo nedeli 4 avril 2007
60 Zabujko 2005, op. cit.
61 Zerkalo nedeli 30 octobre 2004 “o natsionalnoy gordosti malorossii”
62 Kuzio 2005, op, cit.
63 Ou mieux anti-Poutine, qui a appelé Yanukovich pour le congratuler trois jours avant l’annonce des résultats officiels.
64 Bien que la Russie se soit déclarée neutre, des soldats russes ont été vus en train de franchir la frontière Russo-Ukrainienne, et plusieurs personnes croient encore que l’empoisonnement de Yushchenko a été organisé avec l’aide du FSB (ex-KGB).
65 Zerkalo nedeli 30 novembre 2004
66 La déclaration n’était pas appuyée par les citoyens mais était plutôt une tentative de la classe politique locale pour garder sa place au sein de l’administration régionale.
67 La jeep a une signification particulière en Ukraine, où il faut montrer sa richesse aux autres. Par conséquent, on peut considérer l’achat d’une jeep comme indicative du revenu (et de la culture) d’une personne. Il est aussi important de constater que même une grande partie des élites économiques a appuyé la révolution, contrairement aux attentes, car le statut quo pouvait être plus simple pour eux.
68 Kolesnikova 2005, op. cit.
69 Parfois trop populaire. En 2005 et 2006, on occupe dès qu’on n’est pas d’accord, même avec les plus petites décisions politiques, en s’inspirant de la révolution ukrainienne, mais avec 20 activistes au lieu de 500.000
70 Il existait deux organisations nommées PORA, l’une avait choisi le jaune comme couleur, l’autre le noir. D’où l’appellation PORA noir et PORA jaune.
71 La « International Renaissance Fundation », financée par George Soros, soutient des projets concernant le monitoring électoral, avec un budget de 1,3 million de dollars (« Promotion of the Fair and Open Election of 2004 », IRF, Octobre 2004, cité dans l’article de Kempe, Iris et Solonenko, Iryna, International Orientation and Foreign Support, voir en bibliographie Kempe et Kurt, 2005).
72 Cf. Rakhmanin 2006 op. cit.
73 Il est vrai aussi que pour plusieurs raisons des conversations pouvaient avoir lieu en deux langues, les questions en russe et les réponses en ukrainien, car « on se comprend quand même ». Pendant un entretien, je posais des questions en russe et on me répondait en ukrainien sans que cela ne pose aucun problème. J’avais déjà remarqué une situation pareille en Catalogne, où des conversations peuvent avoir lieu en deux langues à la fois car tout le monde comprend les deux langues mais chacun se sent plus à l’aise en n’utilisant que sa langue de prédilection.
74 Cela rappelle le cas irlandais, où les citoyens parlent anglais tout en gardant un attachement émotionnel pour leur langue, qui est un des éléments qui les distinguent des Britanniques.
75 Herd, Gerame (2005) « Colorful Revolutions and the CIS : Manifactured versus Managed Democracy ? » Problems of Post-Communism 52(2) : 3-18
76 Entretien avec Alla Shvetsova cité par Herd, cf. Herd, op. cit
77 La difficulté de distinguer un Ukrainien d’un Russe repose sur le fait qu’ils sont tous deux des Slaves de l’Est, qu’ils ont des habitudes similaires, qu’ils partagent la même histoire et que même leur cuisine est similaire car elle a été fortement standardisée pendant la période soviétique. La situation est similaire en Biélorussie et la frontière entre un Biélorusse et un Russe est très faible, tandis qu’en Asie Centrale, même si les traits physiques pourraient aider à distinguer locaux et Russes, les républiques connaissent un fort mélange ethnique (voir la vallée de Fergana ou la région de Osh en Kirghizstan, par exemple).
78 Sharp 1993, op. cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abel Polese, « Une version alternative de la « révolution orange » : transformations identitaires et « nation building spontané » », Socio-logos [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 16 juillet 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2315

Haut de page

Auteur

Abel Polese

Marie Curie Research Fellow for the Transfer of Knowledge, Edinburgh University, Ecosse,  abel.polese@gmail.com

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org