Navigation – Plan du site
Textes de travail

Nominations et consécrations d’évêques en France 1959 – 2008. Observations

Jean Lavergnat

Texte intégral

Introduction

1En novembre 2008 le journal La Croix publiait toute une page à l’occasion de la réunion automnale de la conférence épiscopale. Le journaliste y dressait un portrait de l’épiscopat français modelé par quatre ans de pontificat de Benoît XVI. La lecture des éléments d’information fournis, la réflexion sur les images auxquelles renvoyaient les propos suscitent diverses interrogations.

2- Que savons-nous vraiment de ce monde épiscopal, de sa constitution, de son évolution ?

3- les comptes-rendus événementiels suffisent-ils à mettre en valeur les règles de fonctionnement de ce corps hiérarchique ?

4- Les documents officiels publiés par la conférence des évêques de France lors de la nomination de nouveaux membres éclairent-ils le Collège épiscopal et sous quels jours ?

5- Les cérémonies solennelles de consécration, actes liturgiques et canoniques, nous instruisent-elles sur les mentalités, les règles de recrutement des évêques c’est-à-dire des dirigeants de l’Eglise catholique en France ?

6- Les études sérieuses sur ce groupe de responsables catholiques sont anciennes maintenant et l’attrait présent du « Collège épiscopal » n’est pas tel que des publications récentes aient revisité réflexions et résumés reçus.

7Alors, n’est-il pas temps d’y aller voir de près ? Telle est la visée du présent texte1.

Sources

8La documentation collectée pour la présente étude se rapporte aux 293 prêtres2 qui furent consacrés évêques et ont exercé - ou exercent aujourd’hui - leurs responsabilités sur le territoire national entre janvier 1959 et décembre 2008, soit 50 années pleines qui ont connu 5 papes3 et un Concile4.

9Durant ce demi-siècle le nombre des diocèses en France a varié par création de nouveaux diocèses – départements de la couronne parisienne, Saint-Étienne, Le Havre – ou par réunion d’anciennes circonscriptions –le diocèse de Chambéry inclut les anciens diocèses de Maurienne et de Tarentaise. Autre cause des variations du nombre des diocèses : la décolonisation. L’indépendance de l’Algérie datant de 1962, les évêques à la tête des diocèses algériens ont été complètement sortis de la cohorte étudiée.

10Une modification déjà ancienne mais survenue au cours des années examinées doit être signalée ; elle diminue la durée active du ministère épiscopal, puisque désormais à 75 ans un évêque est prié par le Droit Canon5 de présenter sa démission au pape qui, dans la plupart des cas, l’accepte.

11Dernier changement datant de 2002 : les 9 régions apostoliques créées en 1961 ont été supprimées. A leur place 15 provinces ecclésiastiques ont été érigées. Dans les pages qui suivent, le titre d’archevêque est commun aux anciens comme aux nouveaux titrés, que ce soit en raison de leur siège ou à titre personnel.

12Deux sources principales ont permis de constituer la base de données d’où sont tirées la plupart des indications qui suivent.

13- D’une part les Guides 2008 et 2009 de l’Eglise catholique en France 6 dont les données sont maintenant accessibles depuis le site Internet de la Conférence des évêques de France y compris pour les notices biographiques publiées lors de chaque nomination (malheureusement il n’y a pas d’archives équivalentes pour tous les évêques émérites.)

14- D’autre part un site internet d’origine américaine7 qui concerne le monde entier et est tenu régulièrement à jour en reprenant les annonces officielles du Vatican. Il est possible d’entrer dans cette base de données de plusieurs façons. Un des soucis majeurs de cette mine de renseignements : manifester la « succession apostolique » pour chaque évêque ; cela permet de disposer de renseignements historiques et nominatifs difficiles à rassembler pour un particulier.

15D’autres sources ont été utilisées, comme des articles de presse. Elles sont signalées en note au fil des pages.

16Les études sur l’épiscopat français sont peu nombreuses8. Deux sont d’ordinaire souvent citées : l’article signé de P. Bourdieu et M. Saint Martin « La sainte famille »9 et « Les lieutenants de Dieu. Les évêques de France et la république »10 de C. Grémion et P. Levillain. Les bases documentaires et les entretiens qui sous-tendent ces publications datent d’il y a plus d’un quart de siècle ; le premier document avance une thèse suggestive et fait entièrement dépendre l’interprétation du parti pris initial11. Ni l’un ni l’autre de ces travaux ne s’intéresse directement à la mécanique institutionnelle présidant au choix des évêques non plus qu’à la mise en scène de ces décisions lors des cérémonies de consécration. Or c’est l’angle d’observation original ici adopté en pensant qu’un tel point de vue est capable de mettre à jour certaines lignes de force du fonctionnement de ce corps hiérarchique, leur constance ou leurs évolutions sur une période assez longue permettant d’échapper à la prégnance de l’actualité immédiate. Mise à jour également, comme l’expression l’indique en informatique, d’un ensemble de données factuelles attachées à la composition du groupe épiscopal français.

I Des seniors jeunes cadres supérieurs

17Une préoccupation globale sous-tend cette première partie : comment apprécier les relations existant entre le collège épiscopal et la société contemporaine ? Deux domaines différents sont abordés ci-dessous sur la base des sources documentaires réunies.

18- Étant des marqueurs faciles à repérer, l’âge et la durée seront les premières variables examinées. Dans la société civile de notre pays, en moyenne l’accès aux responsabilités supérieures a lieu bien plus tôt que dans l’Eglise catholique, qu’il s’agisse de responsabilité politique, de direction d’entreprise, ou de rôle dans les associations. Un paradoxe en découle : quand ils sont nommés et donc devenus responsables en chef dans leur diocèse, les évêques français d’aujourd’hui se trouvent parmi le décile le plus jeune de leur clergé dont la moyenne d’âge est estimée à plus de 65 ans12 : âge de sénateur, fonction de moteur !

19- La famille. C’est un des thèmes de prédilection sur lesquels s’exerce la vigilance épiscopale ; sur le sujet les responsables épiscopaux proposent des directives de comportement qui orientent plusieurs activités pastorales (mariage, spiritualité familiale, pastorale de l’enfance et de l’adolescence). Les notices biographiques éclairent-elles ces avis ? Elles offrent une situation privilégiée pour l’observateur. En effet les fiches du Guide sont officielles, c’est-à-dire qu’elles croisent deux exigences : rendre compte de la réalité, s’accorder au discours de communication13 général de l’Eglise.

I.1 Ages

20Si l’on ne considère que les évêques actuellement en fonction sur le territoire national voici la distribution des âges moyens en fonction des responsabilités :

Auxiliaires 54,5 ans

Evêques 64 ans

Archevêques 66,1 ans

21D’où il ressort que les auxiliaires, en nombre variable (17 à la fin de notre période), sont sauf exception14 en attente de siège de titulaire pendant plusieurs années.

22Les évêques émérites ont exercé leurs charges antérieures pendant 22 ans et, aujourd’hui retirés, sont âgés en moyenne de près de 83 ans tandis que leurs confrères actifs ont un peu plus de 63 ans en moyenne, tous titres confondus.

I. 2 Familles d’origine

23Les notices officielles de présentation de chaque nouvel évêque sont toutes succinctes et présentées en une page selon des rubriques stables : désignation des parents, dates principales, études poursuivies, diplômes obtenus, fonctions exercées. Le remplissage de ces rubriques est plus ou moins complet, avec parfois des détails inattendus et d’autres fois des absences de réponse.

24Des 117 fiches consultées, 93 fournissent un renseignement sur le métier du père mais seulement 12 désignent un métier exercé par la mère. 24 fiches sont complètement silencieuses sur ces sujets et 14 notices dénombrent la fratrie. Il est de ce fait difficile de tirer des enseignements de tout cela, cependant quelques remarques sont possibles.

25- Un premier constat : le milieu familial d’origine des évêques actuels semble en décalage par rapport aux familles d’aujourd’hui à cause d’abord du faible taux de mères ayant travaillé hors de la maison.15

26- Le second constat porte sur les milieux professionnels qui ont marqué les familles des évêques. Trois notations sont à signaler : le poids encore important du métier d’agriculteur qui a cependant bien diminué depuis 1972, date de référence des informations étudiées dans l’enquête Bourdieu - Saint Martin ; la part relativement forte des enfants de militaires – presque tous officiers (7 mentions) ; la prédominance des catégories sociales des cadres supérieurs et professions intermédiaires16.

27- Troisième constat : une centaine de fiches biographiques des évêques ne disent rien du nombre de leurs frères et sœurs. Une hypothèse peut être formulée puisqu’il paraît assez peu vraisemblable qu’ils soient tous des enfants uniques. Le silence de ces notices ne parlant pas de la fratrie des évêques correspondrait-il à la gêne du service de communication de l’épiscopat de ne pas disposer avec eux de quoi illustrer un modèle de « famille catholique » aux nombreux enfants17 ? Autre indice de la prégnance du modèle théorique défendu par le catholicisme, si 19 fiches individuelles ne soufflent mot des parents des évêques, les autres les nomment de la façon suivante : fils de M. X et de Mme née Y. Rien n’est dit des coups durs éventuels supportés par les évêques au fil de leur enfance ou de leur jeunesse : ni adoption, ni famille monoparentale ou recomposée, ni séparation du couple parental18. Est-il certain qu’aucun de ces cas n’existe dans le collège épiscopal français ?

I. 3 Evolution des âges d’accès au sacerdoce et à l’épiscopat

28En moyenne à peine 6 évêques ont été nommés chaque année, ce qui prouve combien l’an 2008 a été un « cru » exceptionnel puisque 12 nouvelles nominations ont eu lieu en douze mois19. La moyenne de six nominations correspond à environ 20 ans d’exercice effectif du ministère épiscopal dans les conditions actuelles, ce qui signifie un renouvellement complet de l’effectif des évêques en moins d’un quart de siècle.

29L’âge moyen lors de leur nomination est légèrement supérieur à 52 ans pour des hommes qui globalement ont été ordonnés prêtres à 26 ans et demi. Cependant ces chiffres moyens gomment les évolutions au cours du temps révélées par le graphique qui suit :

Figure 1 (version agrandie disponible en document annexe)

30L’intérêt du graphique est de faire apparaître un phénomène repérable sur quinze années consécutives (1966-1980) : le rajeunissement des nouveaux consacrés, comme si dans la période postconciliaire Rome avait cherché par ce moyen à consolider le « nouveau printemps » qu’espérait le catholicisme conciliaire. Depuis, l’âge moyen d’accès à l’épiscopat a augmenté - sauf pendant les années 1984-1987 ; peut-être ceci s’explique-t-il simplement par l’âge moyen d’accès à la prêtrise de ces évêques qui approche maintenant de 30 ans, ce qui correspond à l’allongement de la durée totale des études poursuivies. Toujours est-il que ce phénomène du vieillissement des jeunes évêques, associé à la limite des 75 ans, rend peu probable dans le futur la chute des records de longévité professionnelle20.

II La culture ecclésiastique

31Dans ce second paragraphe sont observés quatre aspects constitutifs de la culture ecclésiastique des membres de l’épiscopat : leur formation initiale, les fonctions qu’ils ont exercées antérieurement dans l’Eglise, le rôle des congrégations de religieux, les « régions » productrices d’évêques.

32Des siècles durant la France a vécu une « civilisation paroissiale » collant au plus près de la société rurale de ces époques. Le haut clergé provenait dans l’Ancien régime de la noblesse, situation qui a changé peu à peu à la fin du 19ème puis au 20ème siècle : les évêques ont été recrutés à la fois parmi les prêtres d’origine rurale (immense majorité du clergé), et parmi les nouvelles classes dirigeantes plus urbaines. La distinction « héritier/oblat » utilisée par P. Bourdieu et M. Saint-Martin s’appuie globalement sur cette évolution ; ces auteurs constataient qu’en 1972 l’épiscopat était encore très marqué par son origine rurale, avec un corrélat : les études supérieures profanes étaient surtout le fait des « héritiers ». La situation présente n’a plus grand chose à voir avec ce tableau : le recrutement sacerdotal dans les campagnes, conditionné par les petits séminaires et les séminaires diocésains, s’est effondré. Celui qui est demeuré dans les dernières décennies du siècle précédent et qui prévaut aujourd’hui est un recrutement dans les villes auprès de jeunes gens ayant bénéficié de la généralisation de l’accès du plus grand nombre aux études secondaires et de l’augmentation très importante du nombre de ceux qui poursuivent des études supérieures. Depuis bien des années, les jeunes qui se présentent pour une formation cléricale ont déjà fait des études, souvent longues, et ils enchaînent ensuite, parfois en parallèle, des études ecclésiastiques. D’où un âge plus tardif de l’entrée dans un premier ministère sacerdotal.

II. 1 Formation : lieux et niveaux

33Le tableau 2008 des formations et des diplômes de l’épiscopat français est très différent de celui présenté par l’article de P. Bourdieu et M. Saint Martin. Il accentue beaucoup la tendance déjà remarquée par C. Grémion et P. Levillain. Aujourd’hui les évêques de France sont presque21 tous pourvus d’un diplôme de l’enseignement supérieur ; ils sont souvent multi diplômés : vingt doctorats universitaires sont dénombrés pour seize personnes différentes, plus de 150 maîtrises sont comptabilisées pour une centaine de titulaires. Si la théologie22 arrive en tête des disciplines (90, à comparer aux 4 mentions d’études de Droit Canon, 3 d’Etudes bibliques), des études autres ont été poursuivies en lettres (19), en philo (20), en sciences23 (11), en histoire et sociologie (10), en gestion (8), en droit24 (7). Enfin, une douzaine d’évêques sont passés par une des Grandes Ecoles du pays.

34Une douzaine de notices ne précisent pas clairement le type de séminaire suivi par les évêques correspondants. Pour tous les autres on peut connaître leur lieu de formation ; plus des trois quarts des évêques ont fréquenté un séminaire diocésain ou interdiocésain (79 cas dont 13 à Issy-les-Moulineaux) ; 43 ont poursuivi leur formation au sein d’un séminaire universitaire (26 en France, 17 à Rome). On dénombre 15 cas de formations cléricales suivies dans un institut religieux. Il est fréquent qu’un même individu ait connu plusieurs de ces établissements au cours de sa formation, par exemple en poursuivant ailleurs des études commencées dans son diocèse d’origine.

35La lecture des fiches biographiques apporte une image contrastée des lieux d’obtention des diplômes canoniques. Si existent cinq instituts catholiques en France pourvus chacun d’une faculté de théologie, plus la faculté de théologie de Strasbourg, leur importance respective dans les cursus de formation des évêques n’est pas équivalente : 42 évêques ont suivi des études à « la Catho » de Paris où ils ont obtenu un diplôme. L’importance de Paris éclate avec ce chiffre absolu et grandit encore quand on compare le score de la capitale à celui des autres villes universitaires. Les facultés de théologie de Lyon, Strasbourg et Toulouse sont de poids semblable (respectivement 8, 7 et 7 occurrences), Lille et Angers comptant l’une 5 et l’autre 3 mentions. Contrairement à une idée souvent propagée, Rome – toutes facultés canoniques confondues - n’est que le second lieu de formation25 des évêques français, loin derrière la capitale. Sur la base des données étudiées, il est impossible de savoir si l’on se trouve là devant un phénomène spécifiquement français, ou si des situations de suprématie équivalente se retrouvent ailleurs en Europe ou plus loin encore.

36La diversification des centres de formation est plus grande que ce résumé ne le laisse paraître car il faut encore mentionner la vingtaine d’évêques ayant poursuivi leur formation intellectuelle et cléricale à Fribourg, à Bruxelles ou ailleurs à l’étranger, et surtout au sein d’une congrégation religieuse.

II. 2 Les fonctions exercées précédemment

37Les notices biographiques des évêques consacrés en France depuis 1959 ne sont pas toutes disponibles à partir des sources utilisées. Elles ne demeurent accessibles que pour les évêques actuellement en activité, les prélats émérites voyant disparaître leur notice avec leur démission26. Les données présentées ici relèvent donc de la photo instantanée, sans prétendre lever le voile sur une éventuelle évolution au cours de notre dernier demi siècle des parcours professionnels des prêtres devenus évêques.

Figure 2 (version agrandie disponible en document annexe)

38Un même individu peut avoir occupé simultanément diverses fonctions tandis qu’un de ses confrères aura eu une activité bien moins diversifiée. Les indications rassemblées ici n’ont donc pas à être mesurées en pourcentage et leur addition n’offre guère de sens, d’autant que certaines fiches entrent dans des détails superbement ignorés par la notice du confrère voisin. Malgré ces limites, il est possible de faire quelques remarques.

39- Les prêtres commencent très souvent leur ministère en consacrant beaucoup de temps et d’efforts à la jeunesse : c’est un privilège de l’âge des ordonnés récents ; il n’est donc pas surprenant que plus des deux tiers des évêques aient eu un ministère auprès des jeunes. Pas davantage on ne peut s’étonner que le ministère paroissial de vicaire ou de curé ait occupé 95 des évêques actuels. Dans la série des événements attendus, on peut ranger le fort taux d’évêques ayant exercé antérieurement des fonctions dans l’administration des diocèses (ex. : vicaire épiscopal, vicaire général, administrateur diocésain). La rubrique « responsabilité générale » regroupe les mentions de supérieur27 de communauté, de diplomate, d’aumônier et de secrétaire national. Moins d’un évêque actuel sur deux a eu ce genre de responsabilités.

40- Ont été rassemblé sous la rubrique « spécialisation » tous les services au titre de l’œcuménisme, de la pastorale familiale, des étrangers, de la liturgie et des sacrements, du tourisme, de la communication, de la santé et des prisons. La moitié des évêques en poste a donc exercé une de ces activités demandant une attention particulière à certains aspects de la vie. En examinant dans le détail les mentions de ces spécialisations, deux points sont notables : les questions de santé28 n’y occupent que très peu de place, aucune notice n’indique expressément de ministère de solidarité ou de charité29

41- Si l’on construit un seul item de « formateur », on constate que c’est l’activité la plus représentée dans notre échantillon avec celle du ministère paroissial. Si en observateur plus curieux on distingue formation des laïcs et formation du clergé30 une disproportion importante apparaît entre les deux activités : celle-ci est bien plus déclarée que celle-là alors même que le nombre des laïcs à former est sans rapport avec celui des clercs en fonction ou en préparation.

42- Susciter et soutenir les vocations presbytérales, former les futurs prêtres dans les domaines spirituel et intellectuel, ont fait partie du travail professionnel des deux tiers des évêques, parfois à temps plein. A la réflexion au vu des chiffres publiés31, on peut légitimement s’interroger sur la pertinence des modèles proposés et des structures de formation.

II. 2.3 Evêques provenant des groupes de religieux

43Le terme de « religieux » est à prendre ici au sens large sans distinction entre les anciens ordres monastiques, les ordres mendiants ou les congrégations apostoliques. En plus, sont inclus dans cet ensemble les évêques ayant donné dans leur biographie une indication de vœu ou d’entrée dans une communauté après un temps probatoire, par exemple des évêques engagés dans la communauté de Notre Dame de Vie ou de l’Emmanuel.

Figure 3 (version agrandie disponible en document annexe)

44Incontestablement le nombre d’évêques choisis parmi les religieux a augmenté au cours des cinquante dernières années, avec surtout un pic dans les années 1988-1993. Si l’on étend l’enquête aux vingt années précédant notre période, le graphique obtenu montre que les cinq années suivant la seconde guerre mondiale ont connu aussi un regain de nominations issues des milieux de religieux, mais dans une proportion moins forte.

45Devant la courbe variant par vagues successives dont l’ampleur croît, une interprétation paraît plausible : deux phénomènes se conjuguent, l’un de renouvellement « naturel » des évêques religieux traduisant l’importance des congrégations dans la vie catholique, l’autre de « repli » après une crise, Rome jugeant probablement les religieux plus « sûrs » que les séculiers. Il est cependant difficile en l’état des données d’assurer cette interprétation car, s’il est vrai qu’au tournant des années 1990 l’Eglise catholique a connu le schisme intégriste, il convient de rappeler que Mgr Lefèvre lui-même fut spiritain et supérieur général de sa congrégation.

46Le tableau suivant apporte plusieurs enseignements. En premier il indique le poids relatif des diverses congrégations et combien fut importante au cours des cinquante dernières années l’influence des sulpiciens, formateurs du clergé dans les séminaires32. Corrélativement, certains scores étonnent comme la quasi absence des jésuites dans l’épiscopat français durant un demi siècle : un seul cas, très particulier puisqu’il s’agit de Mgr. Heckel qui fut nommé à Strasbourg, diocèse au statut original parmi les diocèses de France du fait de l’histoire concordataire de cette région. Les jésuites français devenus évêques pendant cette période ont existé mais ont été affectés à des sièges situés hors du territoire national. Faut-il en conclure que, s’il n’y a pas de méfiance romaine à l’égard des jésuites, tel ne serait pas le sentiment de l’épiscopat français ?

47Une dernière notation : l’apparition des « communautés nouvelles » comme viviers épiscopaux, avec une prédominance nette pour la communauté Notre Dame de Vie.

Communautés religieuses

ayant fourni des évêques depuis 1959

Nombre

d'évêques

Communautés religieuses

ayant fourni des évêques depuis 1959

Nombre

d'évêques

PSS

7

CRSA

1

Prado

6

Cté Saint Martin

1

ND de Vie

5

MSC

1

CIM

4

MDP

1

CSSp

4

ND Sagesse

1

OP

3

OCD

1

SM

3

OSB

1

Emmanuel

2

SAM

1

OFM

2

SDB

1

SSCC

2

SJ

1

SMA

1

Tableau 1

II. 2.4 Prêtres incardinés localement, devenus évêques

48A la différence des religieux, les prêtres séculiers ont un ancrage géographique durable : lors des cérémonies de consécration ce lien est le plus souvent mis en évidence par la présence parmi les consécrateurs de l’évêque du diocèse d’incardination du néo-promu.

49D’où l’interrogation : tous les diocèses sont-ils équivalents en matière de « production » de cadres ecclésiastiques ? La question peut se formuler également d’une autre façon : le diocèse d’incardination a-t-il une importance pour le devenir épiscopal de ses prêtres ?

50Voici d’abord les chiffres bruts, sans aucune pondération. Ils concernent un ensemble de 249 évêques issus du clergé séculier.

Figure 4 (version agrandie disponible en document annexe)

51Deux phénomènes majeurs apparaissent.

521 - 23 diocèses33 de France – 20 de métropole et 3 d’outre-mer - n’ont fourni aucun évêque diocésain durant les années 1959-2008 tandis que 27 autres n’ont fourni qu’un seul évêque (23 en ayant fourni deux) durant le même laps de temps.

532 - Deux diocèses ont vu plus de 10 de leurs prêtres devenir évêques ; toutefois Paris avec 30 évêques distance largement Lille qui en a produit 13.

54Voici le début du palmarès des diocèses :

Paris

30

Autun

6

Strasbourg

6

Lille

13

Besançon

6

Versailles

6

Lyon

8

Luçon

6

Angers

5

Nantes

7

Rennes

6

Dijon

5

Quimper

7

Saint-Claude

6

Marseille

5

Arras

6

Saint-Dié

6

Tableau 2

55L’appartenance juridique et géographique est une chose ; la démographie cléricale une autre. Pour répondre plus exactement à la question mieux vaut rapporter le nombre d’évêques issus d’un diocèse à l’effectif sacerdotal du même diocèse. Cette pondération est toutefois à examiner avec précautions. D’une part à cause de l’approximation affectant les effectifs sacerdotaux34. D’autre part les effectifs pris en compte sont ceux d’aujourd’hui alors que les nominations épiscopales ici examinées ont eu lieu sur plusieurs dizaines d’années ; or les évolutions des effectifs de prêtres n’ont pas forcément été identiques au fil du temps dans tous les diocèses. Ces réserves faites, voici le palmarès pondéré :

Saint-Claude

4,7%

Saint-Dié

3,1%

Châlons-en-Champagne

2,4%

Digne

3,8%

Avignon

3,1%

Besançon

2,4%

Paris

3,7%

Lille

3,0%

Agen

2,2%

Versailles

3,6%

Autun

2,9%

Quimper

2,2%

Langres

3,5%

Tours

2,5%

Troyes

2,2%

Dijon

3,2%

Marseille

2,5%

Carcassonne, Lyon, Moulins

2,1%

Wallis et Futuna

14,3%

Nouméa

2,8%

Papeete

8,0%

Fort-de-France

2,0%

Basse-Terre

3,2%

Saint-Denis de la Réunion35

0,8%

Tableau 3

56La pondération fait immédiatement surgir la situation particulière des diocèses d’outre-mer. L’explication réside sans doute dans le choix fréquent de les doter d’un évêque pris au sein du clergé local, pas toujours très abondant. Second enseignement de la pondération : contrairement à une idée répandue, ce sont des diocèses situés à l’est du pays qui arrivent en tête de ce classement. Troisième constat : Versailles et Paris ont une importance équivalente. Enfin Paris Lille et Lyon conservent leur ordre relatif alors que Toulouse est loin du peloton de tête36.

57La situation particulière des diocèses dans les territoires d’outre-mer révélée ici invite à s’interroger sur un point rarement abordé : comment les évêques de France prennent-ils part au refus des discriminations, combat difficile au sein de la démocratie française ? Bien sûr il y a les textes et déclarations qu’ils signent, mais cela ne fait pas partie de notre corpus. La question n’est pas posée ici à propos de l’interdit du sacerdoce opposé aux femmes par l’Eglise catholique. Il s’agit d’un autre aspect du comportement collectif du collège épiscopal.

58Les curriculum vitae évidemment sont silencieux sur les origines, le lieu de naissance n’impliquant rien de lui-même. D’un côté, les évêques des départements d’outre-mer sont membres de droit de la Conférence épiscopale, ce qui n’est pas tout à fait le statut des évêques chargés des autres territoires d’outre-mer. D’un autre côté, il suffit de participer à des célébrations dominicales en grandes villes de métropole, notamment dans leur périphérie, pour constater qu’il y a de nombreux prêtres au service des paroisses françaises qui, en plein accord avec les évêques arrivent d’Afrique, d’Extrême-Orient, d’Amérique du Sud, d’Inde ou de Pologne37. Le fait est public, reconnu, avec autant d’évidence que la bigarrure des communautés qui les accueille. Ces prêtres sont là pour le temps de leurs études, ou pour bien plus longtemps … En revanche combien d’évêques en France viennent de ces mêmes contrées ?

III Une catholicité très tempérée

59Depuis le Concile Vatican II l’expression « collège épiscopal » a fait florès en soulignant la commune responsabilité des évêques vis-à-vis de l’Eglise entière. L’expérience conciliaire s’est inscrite avec cette locution dans le vocabulaire courant. Une autre expression, ancienne et toujours actuelle, est utilisée sans qu’on n’y prête suffisamment attention : Eglise catholique romaine. Une tension l’habite avec deux pôles : un local – la mention de Rome, l’autre mondial. Quand un nouvel évêque est consacré, son enracinement local est assuré par le lieu de la consécration qui est celui de sa nomination, son lien à Rome est manifesté par la lettre de nomination qui doit être présentée et lue à l’assemblée liturgique, son agrégation au collège épiscopal est officiellement attestée par les trois évêques consécrateurs sans compter les autres évêques présents. Le rapport à toute l’Eglise est signifié sans doute par le fait que la nomination vienne du pape, mais aussi par la profession de foi que le nouveau consacré doit prononcer. Il en va de la catholicité de l’Eglise dans le temps et l’espace comme de son unité : c’est une réalité qui, selon la doctrine catholique, advient encore et n’est pas entièrement exprimée. Comment le collège épiscopal en France donne-t-il aujourd’hui un signe lisible de catholicité ainsi qu’il le désire et le proclame, malgré des forces qui le tiraillent vers de multiples directions ? L’examen des situations montre que certains enjeux politiques sont discernables, et imposent des défis.

III. 1 Les distances de nomination

60Chaque évêque est affecté à un siège le plus souvent désigné par le nom de la ville préfecture qui le reçoit. Si l’évêque n’est pas religieux, il a été d’abord prêtre incardiné dans un diocèse ; au moins un, le plus souvent deux noms de ville sont attachés à un évêque, parfois davantage pour ceux qui connaissent plusieurs nominations au cours de leur carrière. Il est donc possible de regarder si les déplacements occasionnés par les nominations sont statistiquement aléatoires ou s’ils obéissent à des règles.

61Le centre de la France est fixé par les géographes dans le département du Cher : nul étonnement alors de constater que si un individu voulait se rendre successivement dans tous les évêchés de métropole38 en partant d’un siège épiscopal donné et en parcourant le moins de distance possible, il lui faudrait partir de Bourges ou de Moulins ; à vol d’oiseau39 son trajet moyen serait très proche de 500 km. En revanche, si le même voyageur partait d’Ajaccio pour visiter tous les autres évêchés, il parcourrait 936 km en moyenne. Bayonne, Nice, Toulon, Saint-Brieuc, Strasbourg - toutes villes proches des sommets de l’hexagone - exigeraient un trajet moyen égal ou supérieur à 700 km, jusqu’à 769 km pour Quimper. Si les nominations épiscopales étaient aléatoires, le plus grand nombre de nominations devraient s’accompagner de distances de déplacement aux alentour de 560 km. Or ce n’est pas du tout ce que montre le tableau ci-dessous :

Figure 5 (version agrandie disponible en document annexe)

62Les déplacements inférieurs à 100 km ont une fréquence importante du fait des auxiliaires qui sont nommés souvent dans leur diocèse d’incardination. Le phénomène mis en lumière ici est le régionalisme qui affecte les nominations. Parfois certains évoquent pour la Bretagne ou l’Alsace des habitudes d’irrédentisme, mais c’est trop restreindre la tendance que de la cantonner à ces deux régions.

63Le tableau suivant ne fait qu’étayer la force de l’aspect régional des cérémonies de consécration :

Figure 6 (version agrandie disponible en document annexe)

64On peut aussi calculer les distances totales imposées aux évêques qui, pour certains, changent plusieurs fois de siège, quitte à revenir dans le diocèse de leur jeunesse. Cela conduit à un autre constat : en montant dans la hiérarchie, un évêque se déplace davantage que la moyenne de ses confrères, car il occupe plusieurs sièges successivement ; la somme des distances moyennes à vol d’oiseau reliant les postes successifs des différents prélats l’atteste en respectant les degrés hiérarchiques :

65Cardinaux : 531 km ; Archevêques : 436 km ; Evêques : 310 km ; Auxiliaires : 105 km

III. 2 Un tropisme hexagonal

66Le corpus d’informations étudiées nous éclaire-t-il sur les relations internationales des évêques français ? Du fait de la constitution même de la base de données, les informations ne sont pas abondantes, elles ne disent rien des instances de concertation mises en place par l’Eglise catholique, ni des traités ou accord internationaux en vigueur. Bien que les renseignements soient en petite quantité, ils ne manquent pas pour autant de signification. Ils proviennent des notices biographiques d’une part, par exemple quand elles signalent ici un séjour étudiant, là un diplôme d’enseignant en langue étrangère. D’autre part la liste des consécrateurs donne accès à une liste de lieux en France et à l’étranger où ces évêques assument leurs fonctions, lieux indicateurs de liens, personnels ou institutionnels.

67L’incardination

68Tous les évêques de France, s’ils ont été prêtres diocésains, furent incardinés dans un diocèse français40. Evidence diront certains, qu’il convient de mesurer cependant à l’aune du projet de la catholicité : après tout, qu’est-ce qui empêcherait l’Eglise de nommer en France un évêque provenant d’un diocèse étranger ? N’est pas ce qui s’est si « naturellement » produit dans les pays de mission, mais en sens inverse, et qui continue pour une partie du monde41 ?

69Les études

70Les universités fréquentées sont presque toujours précisées dans chaque notice biographique. Les établissements étrangers sont quasi tous européens, essentiellement sis à Rome42, Fribourg et Bruxelles. L’Allemagne et l’Espagne sont des pays très rarement choisis. L’exotisme des études a la portion congrue : une mention d’université américaine, deux d’études bibliques en Israël, aucune d’extrême orient.

71Deux ou trois des évêques ont poursuivi en France des études de langue en vue de l’enseignement, ce qui n’est pas réalisable sans liens avec les pays correspondant à la langue étudiée.

72Les séjours longs à l’étranger.

73Très peu de parcours biographiques détaillent un séjour familial à l’étranger du fait de l’activité professionnelle des parents des futurs évêques ; un seul évoque des études secondaires dans un collège anglais.

74Les éléments biographiques montrent pour certains évêques l’importance de la coopération à l’occasion de leur service national ; la Délégation Catholique pour la Coopération a permis également à tel ou tel de vivre une période hors de France. Des évêques ont séjourné longtemps dans un autre univers que celui de l’Europe : ils sont partis comme Fidei Donum43. Au total ces expériences longues de plusieurs années ont touché une demi-douzaine d’évêques44.

III. 3 La France, l’Europe et le monde

75A regarder globalement l’hexagone national, il apparaît tout de suite que trois grandes zones frontières jouent un rôle dans la vie des populations habitant les régions limitrophes. Ce constat impose de s’interroger sur les relations des évêques de France avec le reste de l’Europe. La question n’est pas marginale : au total une vingtaine de diocèses45 ont une frontière commune plus ou moins longue avec un ou des diocèses voisins situés hors du territoire français.

76Pour les diocèses des départements et collectivités d’outre-mer, les contacts de voisinage ne se font pas avec l’Europe mais la question de leurs rapports avec leur environnement local demeure, même quand il s’agit d’îles.

77Au cours des cinquante années considérées 63 évêques ont été promus et consacrés pour un des 20 diocèses frontaliers46. Trouve-t-on des évêques européens présents parmi les 189 consécrateurs de ces 63 cérémonies ? Seulement 10 ne proviennent pas d’un diocèse français, encore ce maigre total est-il gonflé par le cas particulier de Strasbourg. En effet cette ville aura connu entre 1959 et 2008 cinq consécrations d’évêques (titulaires et auxiliaires) dont quatre ont été concélébrées par des évêques venus d’Allemagne (2) de Suisse (1) et de Côte d’Ivoire (un religieux originaire d’Alsace). Dans les autres cérémonies faisant intervenir un évêque non français, un seul des consécrateurs extérieurs venait de la Curie romaine, les cinq derniers venant d’Afrique Noire ou d’Afrique du Nord.

78Il faut rappeler que la progressive mise en route de l’Union Européenne a commencé avant notre période de référence, et que les liens politiques et économiques, tout comme les échanges quotidiens des populations frontalières, n’ont guère entamé le traditionnel respect par Rome des états-nations indépendants  La signification des nominations épiscopales en France, appréhendée au travers du filtre des consécrations officielles qu’elles provoquent sur le continent, apparaît limitée par une vision hexagonale.

79Regardons maintenant ce qui s’est passé sur les autres territoires de la République française qui sont tous insulaires à l’exception de la Guyane.

80En Corse d’abord, qui n’a pas de frontière terrestre avec le reste de l’Europe et ne pouvait faire partie de la vingtaine de diocèses examinés ci-avant. Le diocèse d’Ajaccio a connu deux consécrations d’évêques pendant notre demi-siècle d’étude et a accueilli de ce fait six consécrateurs dont quatre venaient d’un voisinage étranger : Rome (2), Alger et Constantine. Peut-être n’y a-t-il là, vu la faiblesse des chiffres, qu’un effet des personnalités en cause ?

81Les 9 diocèses d’outre-mer (4 départements et 5 collectivités territoriales) offrent un tout autre panorama que celui de l’hexagone si l’on en juge par les consécrations épiscopales. Au cours des cinquante dernières années ces diocèses ont accueilli 18 nouveaux promus et lors des cérémonies consécratoires 18 évêques venus d’ailleurs que de France sont intervenus, soit le tiers du total des consécrateurs. D’où viennent ces prélats non français ? Ils représentent Rome d’abord : quatre nonces ont présidé une cérémonie (ce qui n’est arrivé qu’une seule fois en métropole), deux autres représentants de la Curie sont également venus. Autre trait marquant : la présence d’un évêque « régional » pour douze cérémonies sur les dix-huit (évêques venus des caraïbes pour les Antilles, du Canada pour St Pierre et Miquelon, des Seychelles pour la Réunion, de Samoa pour Nouméa).

82Tout se passe donc comme si à Rome une vision géopolitique primait : dans la vieille Europe il convient de respecter les susceptibilités nationales, ailleurs il importe de montrer une unité ecclésiale dans le contexte international. Dans le Guide 2009 déjà cité, la nonciature apostolique est décrite comme assurant la représentation du Saint Siège auprès de la République française. Il semble, après ces constatations, que cette représentation ne soit pas exercée de façon identique en tous les points du territoire de la dite République.

IV Les organisations et les hommes

83Ce quatrième paragraphe interroge l’importance relative des titres accordés aux hommes (auxiliaire, évêque titulaire, archevêque, cardinal), puis le rôle des sièges mis en évidence lors des consécrations. La grande quantité de personnes nommées – presque trois cents, soit de l’ordre de trois fois plus que le nombre de sièges à pourvoir – est examinée elle aussi en parallèle.

84Depuis sept ans l’organisation des évêques de France a été modifiée : quinze provinces ecclésiastiques découpent le pays, un archevêque étant nommé par Rome à leur tête. Pendant la quasi totalité de notre période d’étude l’organisation intermédiaire entre la conférence des évêques et chaque diocèse a été celle de neuf régions apostoliques, instances de discussion et de travail commun qui élisaient leur président. Toujours sur la base des données de travail, on a cherché à estimer la force des liens attachant certaines villes entre elles plutôt qu’avec d’autres. On s’aperçoit bien vite que, dans la situation française et quoi qu’il en soit des titres accordés aux sièges ou aux hommes, on ne trouve pas neufs diocèses d’égale influence, encore moins quinze : cinq villes dominent le paysage épiscopal de fait, mais leur poids respectif n’est pas équivalent. Les différents évêques sont théoriquement égaux : un chapitre du livre de C. Grémion et P. Levillain est intitulé « pluribus par », mais dans la réalité, leurs situations sont-elles si semblables ? Il y a les hommes à coup sûr et puis les structures, l’histoire – la locale comme la grande. Paris et Lyon pèsent du plus grand poids, encore que la prépondérance soit nettement parisienne. Les autres grandes métropoles ont une extension plus régionale, sans pour autant être strictement limitée à leur circonscription apostolique d’appartenance. Pour aller jusqu’à dix sièges influents, il faut accepter de beaucoup diminuer l’aire de leadership de ces évêchés.

85Autre enseignement de l’enquête : les personnalités, même les plus fortement affirmées comme celles du cardinal Lustiger, tiennent leur force en bonne part de leur position dans l’institution qui marque énormément les individus.

IV. 1 L’importance du rang

86En métropole, lors des consécrations c’est à dire devant le grand public, tout se passe comme si le nonce n’importait pas : il n’intervient pas directement47 dans les célébrations. Une telle discrétion n’est pas respectée outre-mer, nous l’avons vu ci-dessus.

87- à St Pierre et Miquelon, l’ancien Délégué apostolique au Canada, Mgr Pignedoli, consacre Mgr Maurer ;

88- aux Antilles, Mgr Tabet, prononce, consacre Mgr Cabo évêque de Basse-Terre.

89- dans la zone Pacifique, Mgr Balvo nonce, à peine consacré lui-même comme évêque, consacre Mgr. G. de Rasilly.

90D’autres indices manifestent plus clairement le rôle du dispositif hiérarchique : ainsi le graphique ci-dessous montre qu’un vicaire apostolique ou un auxiliaire ne sont jamais consécrateur principal, alors que les cardinaux ou les archevêques jouent d’abord le rôle de consécrateur principal.

Figure 7 (version agrandie disponible en document annexe)

91Chaque évêque pour sa consécration doit regrouper trois confrères plus expérimentés48 et, si on en juge uniquement sur la foi du télégramme adressé par le pape Jean-Paul II à Mgr Fischer49, vicaire apostolique de St Pierre et Miquelon, le nouveau nommé aurait le choix de son consécrateur principal. Il semble, au vu du diagramme précédent que la formule papale ne soit qu’une possibilité théorique. En effet, si l’on examine quelles personnalités sont choisies, on repère que pour un auxiliaire, le consécrateur principal est l’évêque auquel le nouveau promu est adjoint ; dans le cas de l’élévation à l’épiscopat en vue d’un siège de titulaire, la priorité est donnée le plus souvent pour le consécrateur principal, soit à l’archevêque de la province ecclésiastique de destination, soit à l’évêque du diocèse d’incardination. Quand le nouvel évêque est issu d’une congrégation religieuse, la présence d’un autre évêque de son obédience est presque toujours vérifiée. En résumé tout se passe comme si des règles protocolaires gouvernaient pour l’essentiel le choix des consécrateurs.

IV. 2 Les sièges épiscopaux et leur influence

92Une consécration d’évêque réunit officiellement le consacré et trois consécrateurs soit quatre personnages liés à cinq lieux différents au plus : la ville d’incardination et celle de destination du nouveau sacré, la ville de chacun des trois officiants. Il peut évidemment y en avoir moins, jusqu’à une seule : ce fut le cas une fois ou l’autre à Paris pour la consécration d’un auxiliaire. Les 293 consécrations de notre période ont été l’occasion de concélébrations qui illustrent les liens existant entre des sièges, relations dont la redondance est fonction de l’importance des cités mises en avant : telle est l’hypothèse à vérifier dans les faits.

93Si des relations existent entre le siège affecté au consacré et les villes des consécrateurs, il y en a également entre les villes dont ces derniers sont les pasteurs. Ont été calculées deux quantités :

94a - Le nombre de fois où apparaît une cité dans les duos de villes manifestés lors d’une consécration.

95Lyon et Paris tiennent la tête : ces deux sièges font binôme avec une autre ville, 52 fois pour Lyon, 47 fois pour la capitale. Viennent ensuite Bordeaux (37 villes associées), Toulouse (36), Rennes (34), Meaux et Reims (31), Marseille (30), Bourges (29), Lille (28), Saint-Dié (26), Nantes (25), Arras, Rouen et Versailles (24). Entre ces quinze centres urbains, existent des écarts plus importants que ne le laissent apparaître les chiffres bruts, le classement rendant compte de tous les liens sans distinction.

96Soit par exemple les relations de quatre villes de la même province ecclésiastique : Lyon, Saint-Etienne, Grenoble et Valence. Lyon n’est jamais associée avec Valence. A 8 reprises Lyon et Saint-Etienne sont associées lors d’une consécration, ce qui n’arrive que 5 fois pour le couple Lyon/Grenoble. Ni Grenoble ni Saint-Etienne n’ont de ville partenaire qui leur soit associée plus de 5 fois pour la première, 8 fois pour la seconde : c’est Lyon leur partenaire le plus fréquent. Grenoble et Valence forment binôme quatre fois, ce qui est le nombre de liens maximum pour Valence, pas pour Grenoble qui est plus souvent reliée à Lyon. Saint-Etienne et Valence sont conjuguées à deux reprises, ce qui n’est jamais le cas du couple Saint-Etienne / Grenoble

97L’organisation en neuf régions apostoliques50, découpage administratif qui a prévalu de 1962 à 2002 ne suffit pas à expliquer le classement général donné ci-dessus : Paris, Meaux et Versailles étaient dans la même région apostolique ; constat similaire pour Lille et Arras. Enfin, Marseille mis à part, les diocèses de Provence-Méditerranée sont très discrets !

98b - Il est possible d’affiner encore en comparant le nombre de fois où apparaît chacun des couples de villes.

99Cette quantité exprime la force du lien rattachant deux sièges. Ainsi Paris et Saint-Denis forment binôme 13 fois, ce qui est le nombre maximum d’occurrences enregistrées dans notre population de couples. Se présentent ensuite le binôme Versailles - Paris : il apparaît une fois de plus que celui de Lyon - Saint-Étienne (respectivement 9 et 8 occurrences).

100Ainsi chaque métropole religieuse apparaît avec sa zone d’influence comme l’illustrent les cartes placées en annexe qui distinguent deux sortes de liens :

101- des liens forts : un des deux pôles du binôme entretient avec l’autre pôle plus de liens qu’avec tout autre siège épiscopal de ses relations.

102- des liens faibles : les deux pôles du binôme n’ont pas entre eux le maximum du nombre des liens que chacun entretient avec les autres sièges épiscopaux.

103A 43 reprises deux évêques parisiens ont célébré ensemble le sacre d’un confrère : cela provient à la fois du nombre d’évêques issus du clergé parisien et du nombre d’auxiliaires que Paris connaît ou a connu. Ces célébrations « en famille » se sont produites 17 fois à Strasbourg, 11 fois à Lyon, 7 fois à Arras, 4 fois à Lille, Toulouse et Versailles, 3 fois à Rouen, une fois à Marseille et à Saint-Denis.

IV. 3 Le palmarès des consécrateurs

104Tous les évêques de notre base de données ont été consacrés par trois de leurs confrères mais il apparaît immédiatement à l’observateur que tous les évêques ne sont pas également retenus pour ces cérémonies. Intervient le rôle des responsables (Cf. supra). Y a-t-il d’autres paramètres à envisager, comme la personnalité de certains, ou encore la durée de leurs charges ?

105En moyenne générale un évêque fait acte de consécrateur seulement 2,4 fois dans sa vie. Voici la distribution des fréquences de consécration des personnalités les plus sollicitées, par ordre décroissant - quelle que soit leur place dans la cérémonie :

Nommés entre 1959 et 2008

Nommés de 1918 à 2008

23

Lustiger

6

Barbarin

23

Lustiger

10

Marty

14

Vilnet

6

Barbier

20

Feltin

10

Ricard JP

13

Marcus

6

Billé

17

Ménager

9

Ancel

12

Maziers

6

Coffy

14

Gerlier

9

Guyot

12

Panafieu

6

Collini

14

Renard

9

Sauvage

10

Ricard JP

6

Daucourt

14

Vilnet

9

Villepelet

9

Sauvage

6

Huyghe

13

Lallier

8

Courrèges d'Ustou

8

Decourtray

6

Le Bourgeois

13

Marcus

8

Decourtray

8

Vingt-Trois

6

Orchampt

12

Liénart

8

Dubois (M)

7

Duval (J)

6

Patenôtre

12

Maziers

8

Lebrun L

7

Feidt

6

Paty

12

Panafieu

8

Villot

7

Pézeril

11

Grente

8

Vingt-Trois

7

Vincent

11

Weber

Tableau 4

106Les nombres figurant dans ce palmarès gagnent à être mis en perspective avec d’autres, ce qui a été fait en doublant le tableau concernant la population étudiée par un tableau remontant bien plus haut dans le temps (les défunts y sont donc de loin les plus nombreux ; ils se repèrent par la position de leur nom écrits en italiques à la droite de leur cellule tandis que les noms des vivants sont en caractères droits et sont margés à gauche). Le second tableau manifeste immédiatement que les ordres de grandeurs des fréquences d’intervention des consécrateurs les plus sollicités sont les mêmes aujourd’hui et hier. D’autres remarques sont formulables.

107- Premier constat non étonnant, la surreprésentation des cardinaux au regard de leur nombre total dans notre échantillon aussi bien que dans le tableau remontant loin en arrière : c’est bien le signe de l’importance de la hiérarchie dans le choix des consécrateurs.

108- Second constat qui va dans le même sens, le rôle de président de la conférence des évêques de France est repérable par les noms de Billé, Decourtray, Duval, Marty, Ricard, Vilnet, Vingt-Trois.

109- Troisième constat, le poids des sièges des très grandes agglomérations Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille, Toulouse l’emportent dans les deux tableaux : les titulaires de ces cinq villes trustent la moitié des places de notre palmarès, douze autres villes apparaissant dans le tableau. Si l’on examine le tableau de droite qui englobe une très longue période de quatre-vingts ans, les cinq mêmes villes sont citées quatorze fois par leur titulaire, huit autres sièges complétant la liste sans correspondre à beaucoup près aux sièges complémentaires du premier tableau.

110La présence dans les deux palmarès de noms d’évêques titulaires de sièges moins prestigieux que les cinq métropoles nommées, ne doit pas être attribuée simplement aux caractéristiques personnelles des évêques cités sans examen minutieux des divers cas. Certains scores individuels peuvent s’expliquer également pas des considérations institutionnelles. Trois exemples.

111- Celui de Mgr. Weber et de Mgr Marcus, issus tous les deux de la Compagnie de St Sulpice . (Cf. note sur les sulpiciens en II.2-3)

112- Celui de Mgr. Ménager. Son soutien à l’Action Catholique, son rôle au sein de la commission de rédaction élaborant la constitution conciliaire Gaudium et Spes, puis sa longue présidence de la commission créée par la Conférence de l’épiscopat français « Justice et Paix » en ont probablement fait un homme d’influence.

113- Si le cardinal Lustiger arrive en tête des deux listes, la comparaison de son score à celui du cardinal Feltin, lui aussi ancien archevêque de Paris, montre que celui-ci a pris part à presque autant de consécrations épiscopales que son lointain successeur. Toutefois ce rapprochement est à tempérer par la grande différence de durée de charge effective de ces deux cardinaux : 40 ans de responsabilité effective pour le plus ancien, 26 ans pour le plus récent51.

114On retiendra de cet examen qu’il faut constamment veiller à ne pas surestimer le poids personnel des individualités fortement déterminé par leur rôle institutionnel.

115En finale, il convient de rappeler un fait. Les évêques affectés à la Curie ou au Saint-Siège, ont des fonctions au sein de l’Eglise qui ne sont pas comparables à celles qu’ils exerçaient ou auraient exercé en France, en particulier vis-à-vis des diocèses non français. Un seul exemple, celui du cardinal Villot, ancien archevêque de Lyon appelé à Rome : il a consacré 33 évêques au cours de son ministère, mais seulement 8 d’entre ces cérémonies se sont déroulées avant sa nomination à Rome. Deux nombres encore : Jean-Paul II a consacré lui-même 329 évêques, tandis que Paul VI n’en a célébré que 103, l’écart s’expliquant en bonne partie par la grande différence de durée de leur pontificat respectif.

116La durée d’exercice de la charge est évidemment un paramètre important à examiner pour comprendre le palmarès présenté ci-dessus. Les deux graphiques suivant tentent de l’illustrer :

Figure 8 (version agrandie disponible en document annexe)

Figure 9 (version agrandie disponible en document annexe)

117Sur les deux graphiques sont portées les droites figurant la tendance. Le premier montre une « contribution » de la durée d’épiscopat plus forte que dans le second graphique, les coefficients de corrélation passant de 0,41 à 0,24. Ceci peut s’expliquer : le seuil de 5 cérémonies est supérieur au double de la moyenne générale du nombre de consécrations auxquelles participe un évêque. Plus quelqu’un prend part à beaucoup de consécrations, et moins son ancienneté est un facteur décisif, d’autres paramètres prenant davantage d’importance comme le rang hiérarchique ou le facteur personnel.

 Conclusion

118Les nombres, les schémas et les commentaires qui jalonnent ce document étayent semble-t-il l’appréciation d’ensemble que voici : tel qu’il s’effectue, le renouvellement du collège épiscopal en France menace d’aggraver la rupture culturelle avec le monde contemporain, des cassures profondes étant déjà manifestes en plusieurs domaines. Rappelons-en les principales.

119L’âge moyen d’accès à l’épiscopat est préoccupant d’autant que des changements ne cessent de se produire dans la vie sociale, économique, intellectuelle ou artistique. L’âge venant, chaque individu perd de ses capacités d’adaptation, de renouvellement, même s’il tente de comprendre ce qui se passe. Cet effet du vieillissement est accentué dans les groupes institués car il n’est pas simple de retrouver un équilibre d’ensemble. Près de la moitié des évêques nommés durant la période étudiée ne changent pas de diocèse une fois nommés. Cela signifie pour ces diocèses un risque de sclérose que le futur évêque titulaire doit dissiper …

120La mondialisation a un effet direct sur la population résidant en France dont les origines sont diverses ; dans les villes elles sont brassées, entrechoquées. Les déplacements professionnels sont devenus fréquents, souvent obligatoires pour obtenir ou conserver un emploi. Les informations arrivent des quatre coins de l’horizon. Face à ce tableau - incomplet - le collège des évêques apparaît tel un ensemble compact, rassurant peut-être par sa stabilité et son ancrage socio-culturel. Mais quelle expérience vécue ont ses membres de ces éléments de la vie moderne ? Tant par leur formation que par le genre d’expérience familiale et professionnelle mis en avant lors de leur nomination, les nouveaux évêques sont en décalage avec le monde qui les entoure. Le repli hexagonal, voire régional en est le symbole.

121Il n’y a pas de menace sur le plan quantitatif : sélectionner une centaine de personnes - ou moins - sur un effectif de quelques milliers de prêtres n’est pas un problème insoluble52. Par contre la façon de procéder à ces désignations marque une grande coupure avec les pratiques couramment adoptées ailleurs aujourd’hui. Premièrement : aucun document public ne résume la situation et les besoins de chaque diocèse après élaboration collective impliquant les diocésains, clercs et laïcs. Secondement : rien des étapes de la désignation en cours n’est communiqué aux diocésains en attente d’une nomination épiscopale : la décision tombe d’en haut, sans date prévue, c’est tout. Troisièmement : rien non plus dans les documents publics ne manifeste un quelconque acte de candidature des futurs évêques. La mécanique institutionnelle en place privilégie le secret tandis que la culture ambiante réclame de la transparence.

122Défis de l’âge et de l’adaptation aux changements, de la diversification et de la mondialisation, de la participation du plus grand nombre d’acteurs aux décisions les concernant : tels sont les problèmes actuels que cette étude a mis en lumière et auxquels le Collège épiscopal doit faire face. Son renouvellement ne peut plus être pensé ni présenté comme un simple remplacement d’individus qui se succèdent.

Haut de page

Annexe

Annexe I

Liste alphabétique des évêques de rite latin  nommés en France (métropole et outre-mer) de 1959 à 2008

Abelé, Aillet, Alix, Aubertin, Aubry, Aumonier, Azéma, Badré, Bagnard, Balland, Bannwarth, Barbarin, Barbier, Barbu, Bardonne, Batut, Beau, Bernard (J), Berranger (de), Bertrand, Bescond, Bézac des Martinies, Billé, Blaquart, Blondel, Boffet, Boillon, Boishu, Boivineau, Bonfils, Bontems, Bossuyt, Bouchex, Bouilleret, Boulanger, Bourrat, Boussard, Brac de La Perrière, Brand, Bréheret, Breton, Brincard, Brouwet, Brunin, Brunon, Bussini, Cabo, Cadilhac, Caillot (A), Calvet, Cambourg (de), Carré, Carrière, Casanova, Castet, Cattenoz, Centène, Chabbert, Chagué, Charles de la Brousse, Charrier, Chevalier (G), Coffy, Collini, Coloni, Coppenrath (H), Coppenrath (M), Cornet, Cuminal, Dagens, Daloz, Dardel, Darmancier, Daucourt, David, Decourtray, Defois, Delannoy, Delaporte, Delarue, Delmas, Delorme, Delrue, Deniau, Deroubaix, Derouet, Descubes, Desmazières, Despierre, Di Falco Léandri, Dinechin (de), Donze, Doré, Dozolme, Dubigeon, Dubost, Duchêne, Dufaux, Dufour, Dupanloup, Durrheimer, Duval (J), Ernoult, Eyt, Faivre, Fauchet, Favreau, Feidt, Fihey, Fischer, Fort, Fréchard, Frétellière, Frikart, Froment, Frossard, Fruchaud, Fuahea, Gaidon, Gaillot, Gand, Gardès, Garnier F, Gaschignard, Gaucher, Ghirard, Gilson, Ginoux, Giraud, Gouet, Goupy, Gourvès, Grallet, Grua, Gueneley, Gufflet, Guilhem, Guillaume, Guillon, Guyard, Hardy, Harlé, Hégelé, Herbreteau, Herbulot, Hermil, Herriot, Honoré, Housset, Huyghe, Jacolin, Jacquot, Jaeger, James, Jenny, Joatton, Jordan, Jordy, Jullien, Kérautret, Kerimel (de), Kervèadou, Kervennic, Klein, Kratz, Kuehn (L), Kuehn (M), Labille, Lacrampe, Lafont, Lagleize, Lagrange, Lalanne, Le Bègue de Germiny, Le Bourgeois, Le Cléac'h, Le Gal, Le Gall, Le Saux, Le Vert, Lebrun D, Lecrosnier, Legrez, Leuliet, L'Heureux, Loizeau, Louis Gi, Lugagne-Delpon, Lustiger, Madec, Maillard, Malbois, Marceau, Marchand, Marcus, Marie-Sainte, Matagrin, Mathieu (J-P), Maupu, Maurer, Maziers, Meindre, Méranville, Minnerath, Molères, Mondésert, Monléon (de), Morvan, Mouïsse, Mouisset, Moulins-Beaufort (de), Moutel, Nahmias, Nourrichard, Noyer, Orchampt, Ornellas (d'), Oualli, Pailler, Panafieu, Pansard, Papin, Patenôtre, Patria, Paty, Perrier (J), Perrier (M), Pézeril, Pican, Picandet, Planet, Plateau, Polge, Pollien, Pontier, Poulain, Poupard, Pourchet, Provenchères (de) (R), Quélen, Rabine, Raffin, Rasilly (de), Rémond (J), Renaudin, Rey, Ricard (JP), Rigaud, Riobé, Riocreux, Rivière B, Rol, Roland, Rouet, Rougé, Rousset (A), Rousset (P), Rozier, Sahuquet, Saint-Blanquat (de), Saint-Gaudens, Saint-Macary, Sankalé, Santier, Sarrabère, Saudreau, Sauvage, Scherrer, Schockert, Séguy, Séjourné, Simon, Simonneaux, Soubrier, Souchu, Soulier, Stenger, Streiff, Taverdet, Thomas, Thomazeau, Tort, Turini, Ulrich, Vanel, Veuillot, Vial, Vilnet, Vincent, Vingt-Trois, Wattebled, Wicquart, Wintzer.

Annexe II-1 La nomination des évêques en France

Tous les trois ans, les évêques de chaque Province ecclésiastique envoient au nonce apostolique une liste de noms de prêtres aptes, selon eux, à exercer le ministère épiscopal. Quand un siège épiscopal est à pourvoir, le nonce apostolique choisit trois noms dans les listes mises à sa disposition par les évêques, listes qui peuvent être complétées éventuellement par d’autres noms signalés individuellement ou collectivement par des laïcs ou des prêtres ou des diacres ou un évêque.

Ensuite, on dit que le nonce établit une terna, c’est-à-dire qu’il constitue un dossier au sujet de trois prêtres dont il a retenu les noms (il arrive que parmi les trois, il y ait un évêque qui pourrait être alors appelé à accomplir son ministère dans un autre diocèse). Une enquête est menée auprès de laïcs, de diacres, de prêtres et d’évêques qui connaissent les « candidats potentiels ». Les trois dossiers sont envoyés au Saint Siège, à la Congrégation des Évêques, où une commission (dont actuellement fait partie l’archevêque de Paris) les examine et retient un nom qu’elle présente au Pape. Celui-ci habituellement nomme le « candidat » présenté, mais évidemment, il reste libre d’en choisir un autre.

Le nonce apostolique appelle alors le prêtre nommé (ou l’évêque transféré) pour lui demander s’il accepte sa nomination. Il y a parfois des refus pour des motifs graves, par exemple une question de santé. Une fois la nomination acceptée, le nonce demande l’assentiment du gouvernement français (Ministère de l’Intérieur - département des cultes). Il faut attendre en général une dizaine de jours la réponse du gouvernement, après quoi, la nomination est rendue publique.

Il y a deux particularités dans le cas de la nomination d’un auxiliaire. D’une part, le gouvernement est informé un ou deux jours avant la publication de la nomination, et son assentiment n’est pas requis. D’autre part, le nonce demande à l’évêque qui sollicite un auxiliaire de lui indiquer trois noms de prêtres qui pourraient assumer cette charge et qui sont ou non du diocèse. Le nonce n’est nullement tenu de retenir un ou plusieurs de ces noms pour établir sa terna. La commission romaine, elle aussi, reste libre de présenter au Pape un de ces trois noms ou un autre.

Gérard Daucourt,

Évêque de Nanterre

Tiré de http://catholique-nanterre.cef.fr/​Reperes

Document diffusé à l’occasion de la nomination de N. Brouwet comme évêque auxiliaire de Nanterre.

Annexe  II-2 Enquête de la nonciature

Annexe-3 Questionnaire de la Nonciature

Exposer quelles sont vos relations avec le candidat et indiquer depuis combien de temps vous le connaissez.

1. Traits personnels : Aspect physique, santé, résistance au travail, notes concernant sa famille, spécialement d'éventuelles manifestations de maladies héréditaires.

2. Qualités humaines : capacités intellectuelles, spéculatives et pratiques ; tempérament et caractère, équilibre ; sérénité de jugement ; sens des responsabilités.

3. Formation humaine, chrétienne et sacerdotale : Profession et expression des vertus humaines, chrétiennes et sacerdotales (prudence, justice, droiture, loyauté, sobriété, foi, espérance, charité, obéissance, humilité, piété : célébration quotidienne de l'Eucharistie et de la Liturgie des Heures, dévotion mariale).

4. Comportement : Conduite morale; relation avec les personnes et notamment dans l'exercice du ministère sacerdotal ; capacité d'établir des relations d'amitié ; rapport avec les autorités de l'Etat (respect et autonomie).

5. Préparation culturelle : Compétence concernant les sciences ecclésiastiques - se tient-il au courant ? - culture générale ; connaissance des problèmes de notre temps et sensibilité à leur sujet ; éventuelle connaissance des langues étrangères ; publications de livres ou d'articles dignes de remarque.

6. Orthodoxie : Adhésion convaincue et loyale à la Doctrine et au Magistère de l'Eglise ? En particulier : attitude du candidat vis-à-vis des documents du Saint-Siège sur le sacerdoce ministériel, l'ordination sacerdotale des femmes, le mariage, l'éthique sexuelle et la justice sociale. Fidélité à la tradition véritable de l'Eglise, engagement aussi dans l'authentique renouveau promu par le Concile Vatican II et par les enseignements successifs des pontifes.

7. Discipline : Fidélité et docilité au Saint-Père, au Siège Apostolique, à la Hiérarchie, estime et acceptation du célibat sacerdotal tel qu'il est proposé par le Magistère ecclésiastique ; respect et observance des normes générales et particulières sur l'exercice du culte divin et sur le port de l'habit ecclésiastique.

8. Aptitudes et expérience pastorale : Capacité, expériences et résultats obtenus dans le ministère pastoral : évangélisation et catéchèse ; prédication et enseignement (préparation, aptitude à parler en public) ; pastorale sacramentelle et liturgique (particulièrement dans l'administration du sacrement de Pénitence et dans la célébration de l'Eucharistie) ; pastorale des vocations ; engagement en faveur des missions et esprit œcuménique ; formation des laïcs à l'apostolat (famille, jeunes, promotion et défense des droits de l'homme, monde du travail, de la culture, de l'information) ; promotion humaine et action sociale avec une particulière attention aux pauvres et aux marginaux.

9. Dons de gouvernement : Esprit de paternité, de service, d'initiative ; capacité de guider, de dialoguer, de susciter et accepter la collaboration ; dons d'analyse et de programmation, de décision et de mise en œuvre ; capacité d'orienter et de suivre le travail d'ensemble, estime pour le rôle et la collaboration des religieux et des laïcs (hommes et femmes) et pour un juste partage des responsabilités, intérêt pour les problèmes de l'Eglise universelle et locale.

10. Capacité administrative : Respect et bon usage des biens de l'Eglise ; capacité et pratique dans l'administration ; sens de la justice et esprit de détachement ; disposition à chercher la collaboration d'experts en la matière.

11. Estime publique : De la part des confrères, du peuple chrétien et des autorités.

12. Jugement d'ensemble sur la personnalité du candidat et sur son aptitude à l'épiscopat : Indiquer dans l'affirmative, s'il est plus apte à exercer le ministère épiscopal comme Evêque résidentiel ou auxiliaire et pour quel genre de diocèse il semblerait plus indiqué (urbain, industriel, rural, important, moyen, petit).

Autres informations éventuelles

Vous êtes prié enfin d'indiquer les noms, adresses et qualités d'autres personnes (prêtres, religieux, religieuses et laïcs), dignes de foi en raison de leur discernement, de leur sûreté de jugement et de leur discrétion, qui connaissent bien le candidat)

AVEC PRIERE DE RESTITUER

A LA NONCIATURE APOSTOLIQUE

Annexe IV Cartes

Dans les cartes 1 à 4 qui suivent, le dénombrement des couples de villes ne tient compte que des liens de la ville-sommet avec d’autres villes, passant sous silence le nombre de fois où une cérémonie de consécration réunit deux évêques de la même ville. Que l’on tienne compte de tous les couples à la fois et donc de ces cas, ou qu’on élimine ces derniers, le classement des villes les plus présentes ne change pas. Le voici avec pour chaque ville le nombre total de couples : Paris (136), Lyon (118), Bordeaux (75) Toulouse (69), Reims (63), Lille (61), Marseille (58) arrivent en tête. Mais si l’on veut dessiner tous les liens, tout graphe devient illisible.

Carte 1 : Importance relative des sièges épiscopaux dans les consécrations d’évêques (version agrandie disponible en document annexe)

N’ont été retenues ici que les relations des métropoles intervenant le plus dans les consécrations, auxquelles ont été ajoutés les liens entretenus par la ville de Strasbourg.

Les villes de : Annecy, Besançon, Bourges, Coutances, Dijon, Gap, Grenoble, Le Mans, Mende, Nantes, Nice, Perpignan, Rennes, Rouen, Saint-Dié, ne sont pas dans les villes-sommets retenues malgré l’apparence du graphique ; elles sont simplement termes de liens avec plusieurs villes-sommets différentes.

© Philcarto

Carte 2 : Liens forts des principaux centres urbains (version agrandie disponible en document annexe)

Lien fort : les diocèses liés à la ville-sommet ont avec elle plus de liens qu’avec tout autre siège épiscopal de leurs relations.

Lien faible : les diocèses n’ont pas avec la ville-sommet le maximum de leurs relations.

Dans la carte ci-dessous chaque ville-sommet est représentée par une couleur spécifique ; le nombre de liens forts reliant les villes-sommets aux autres villes est indiqué dans la légende.

© Philcarto

Carte 3 : Comparaison des rôles de Grenoble, Lyon, Valence et Saint-Etienne (version agrandie disponible en document annexe)

Dans la carte ci-dessous le dénombrement des couples de villes ne tient compte que des liens de la ville-sommet avec d’autres villes, passant sous silence le nombre de fois où une cérémonie de consécration réunit deux évêques de la même ville.

Tous les liens -forts et faibles- sont représentés par un segment analogue, Chaque ville est considérée comme un sommet et à ce titre voit ses liens figurés par une couleur propre

© Philcarto

Carte 4 : Zones d’intervention du diocèse de Paris lors des consécrations épiscopales (version agrandie disponible en document annexe)

Lien fort : les diocèses liés à la ville-sommet ont avec elle plus de liens qu’avec tout autre siège épiscopal de leurs relations.

Lien faible : les diocèses n’ont pas avec la ville-sommet le maximum de leurs relations.

La concentration des lignes au départ de Paris ne permet pas de voir le lien fort établi entre la capitale et Créteil, dont le segment représentatif est recouvert par celui reliant Paris et Lyon.

© Philcarto

Carte 5 : Diocèses d’origine des évêques de métropole nommés entre 1959 et 2008 (version agrandie disponible en document annexe)

© Philcarto

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Note de fin

1 Ce travail n’aurait pu être mené à terme sinon à bien sans le concours de mon frère Jacques et ses conseils tant informatiques que statistiques, sans les nombreuses discussions anciennes et récentes avec mon ami sociologue Ph. Cibois : que ces deux chercheurs ex enseignants dans la même université, trouvent ici l’expression de ma gratitude. Reste qu’ils ne sont en rien responsables de ce que j’avance dans les pages ci-après !
2 Les trois derniers évêques nommés en 2008 - MMgr Batut, Le Saux et Souchu - ont été consacrés au début de 2009 ; ils sont cependant inclus dans le décompte précédent comme dans les éléments chiffrés et les tableaux des pages qui suivent. N’ont pas été intégrés dans la cohorte étudiée les évêques français ayant leur responsabilité à l’étranger – au Vatican ou ailleurs dans le monde (Ex. Tauran, Mamberti) ; quand la carrière épiscopale s’est déroulée partiellement en France, sont conservées dans notre échantillon les informations concernant le ministère français (Ex. Villot, Etchegaray, Bruguès)
3 Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul I, Jean-Paul II, Benoît XVI.
4 Vatican II, annoncé en janvier 1959, ouvert en octobre 1962, clos en décembre 1965.
5 Promulgué en 1983 - Canon 401 §1. Cf. les commentaires du « Guide pratique de Droit canonique. Notes pastorales » R. Paralieu - Editions Tardy (1985) p. 143.
7 http://www.catholic-hierarchy.org/country/fr.html Entrée possible par le nom du diocèse ou le patronyme des évêques. Sont rappelés les titulaires successifs du siège avec leurs dates. L’entrée par nom de personne (vivante ou morte) donne pour chaque évêque ses dates de naissance, d’ordination, de nomination et de consécration épiscopale, ses nominations successives avec à chaque fois le titre correspondant, son retrait et, le cas échéant, son décès. Sont inscrits sur la même fiche les noms de ses consécrateurs d’une part, les noms de ceux qu’il a consacrés d’autre part. Toutes ces indications sont corrélées par des liens hypertexte.
8 Par exemple l’article de N. Senèze dessinant le portrait de l’épiscopat français modelé par Benoît XVI. (La Croix du 2 novembre 2008). Existent également des chroniques et réflexions militantes comme par exemple celle que l’on peut lire dans le livre de Cl. Barthe « Les nominations épiscopales en France – Les lenteurs d’une mutation » éditions Hora Decima (les quatre chapitres sont accessibles dans les numéros 122-125 de la lettre électronique publiée par paixliturgique.com) ou, si l’on préfère changer complètement de contexte idéologique, dans les publications de Golias (« Trombinoscope des évêques. Edition 2009 » ou passim dans Golias hebdo).
9 Actes de la Recherche en Sciences sociales n° 44/45 de novembre 1982. (Article accessible via le site http://www.persee.fr )
10 «Les lieutenants de Dieu. Les évêques français et la république» chez Fayard (1986, réédité en 1998)
11 Cf. les raisons avancées par les auteurs pour renoncer à publier les résultats de l’analyse des correspondances (article cité colonne 1 de la page 7.)
12 Le Guide est silencieux sur ce point. Les chiffres avancés dans diverses publications varient, allant de 60 ans à 70 ans, la borne inférieure étant certainement plus loin de la réalité que l’autre !
13 Depuis plusieurs années existe une direction de la communication au sein des services de l’épiscopat. A ce sujet, Il est dommage de ne pas disposer de toutes les fiches des évêques retraités pour savoir à partir de quand apparaissent dans les itinéraires individuels des mentions d’une tâche de communication. (voir infra II. 2)
14 Le décompte précis comporte 2 auxiliaires de 70 ans ou plus, 1 de 66 ans, 11 entre 50 et 59 ans, 3 de moins de 50 ans.
15 Pour quatorze mentions d’un père agriculteur, seules trois mères sont présentées comme agricultrices ; en regard des quatre mentions d’un père commerçant, une seule mère est notée commerçante. Il est probable que l’implication dans la vie professionnelle des mères dont les époux sont agriculteurs ou commerçants, est plus importante que ne le disent ces chiffres.
16 8 ingénieurs, 4 professeurs dont trois d’université, 4 médecins, une dizaine de cadres supérieurs ou exerçant une profession libérale ; 7 ouvriers et autant d’employés pour ne citer que les principales catégories professionnelles.
17 Une curiosité à relever dans ces fiches vient de la taille des familles nombreuses : 10 notices parlent de familles de 5 à 11 enfants, 4 mentionnent 3 ou 4 enfants.
18 Les cas singuliers ne sont pas tous passés sous silence : une des notices donne avec le nom de la mère, son nom en religion.
19 Le Guide 2009 de l’Eglise Catholique en France dénombre sur le territoire national, 191 évêques français de rite latin : 117 en exercice (dont 8 outre-mer), et 74 évêques émérites ou « in partibus ».
20Par exemple le cardinal Feltin, ancien archevêque de Paris, a renoncé à son office en 1967 après 40 ans d’épiscopat actif.
21 Une douzaine en est dépourvue. Tous les archevêques métropolitains en titre à ce jour sont nantis d’un diplôme d’études supérieures.
22 Le contenu des études théologiques n’a pas substantiellement changé pendant les années qui servent ici de référence, même si les problématiques intellectuelles et pastorales ont connu plusieurs variations.
23 Sont incluses dans ce groupe les études de mathématiques, physique, informatique, biologie et médecine.
24 Les études de sciences politiques sont comptées ici.
25 Parmi les évêques actuellement en poste 17 sont passés par le séminaire français de Rome et 28 ont décroché une maîtrise ou un doctorat délivrés par une université romaine.
26 Au cours du premier semestre 2009 les fiches des nouveaux retraités n’ont pas été retirées.
27 Qu’il s’agisse de communauté religieuse ou monastique, de séminaire interdiocésain ou universitaire.
28 Ne pas oublier cependant que trois des évêques actuels ont poursuivi des études de médecine.
29 Une exception peut-être ? Mgr. De Méranville signale deux ans de ministère auprès du personnel d’un centre d’accueil de gens de la rue mais rien n’est dit de son action auprès de ceux-ci.
30 Il s’agit des ministères d’enseignant en séminaire ou faculté de théologie, de chargé de la pastorale des vocations ; la formation des diacres est incluse dans cette rubrique.
31 Le Guide …2009 indique qu’en 1997 il y eut 181 entrées en première année de séminaire et 162 ordinations sacerdotales. Dix ans plus tard il y eut autant d’ordinations que d’entrées, soit 133. (page 256)
32 Les sulpiciens ont ou ont eu la responsabilité de séminaires tant diocésains, qu’interdiocésains ou universitaires. De ce fait plusieurs d’entre eux étaient ou sont en contact avec les évêques qui leur confient les séminaristes de leur diocèse. Ces occasions de collaborer créent des liens : or les nominations épiscopales ont pour fondement la cooptation
33 Ce constat est conforme à ce qu’on pouvait imaginer pour des diocèses n’ayant que très peu de prêtres (St Pierre et Miquelon, Iles Marquises, Cayenne) ; c’est un plus étonnant pour des diocèses urbains créés il y a une quarantaine d’années (Le Havre, Evry-Corbeil). Voici la liste des autres diocèses « oubliés » : Auch, Bayeux, Belfort-Montbéliard, Belley-Ars, Blois, Chartres, Evreux, Fréjus-Toulon, Gap, Laval, Meaux, Montauban, Nevers, Sens-Auxerre, Soissons, Tarbes et Lourdes, Tulle, Verdun.
34 Le Guide de l’Eglise catholique en France fournit pour chaque diocèse le nombre des prêtres (actifs et total) et celui des diacres. Un tableau récapitulant le nombre des « prêtres présents en France » est publié dans la section « statistiques » avec distinction des prêtres diocésains et des prêtres religieux (p. 256 de l’édition 2009). Ces chiffres sont peu fiables. Pour s’en convaincre il suffit d’additionner les données diocésaines : le total diffère beaucoup de celui des statistiques avancées globalement par le même guide. Une autre manifestation de ce désordre statistique : la comparaison des chiffres diocésains d’une année sur l’autre. Il semble que les chiffres diocésains ne soient pas tous actualisés annuellement et qu’ils n’aient pas d’homogénéité (ex. certains diocèses incluant des religieux sans le mentionner ou des prêtres incardinés mais en fonction hors de France.)
35 Le score de ce diocèse vient de ce qu’il n’y a eu que peu de changements à la tête du diocèse (Mgr. Aubry est en poste depuis 1975)
36 Toulouse arrive en 28ème position dans la liste des diocèses producteurs d’évêques et en 29ème position dans la liste pondérée.
37 Le Guide ne mentionne en aucune façon leur présence. Il ne dit rien de leur importance numérique, des conditions de leur accueil ou de leur séjour.
38 N’ont pas été retenus pour ce paragraphe, les diocèses d’outre-mer.
39 Toutes les distances de ce paragraphe sont à entendre « à vol d’oiseau » et proviennent de calculs de loxodromie.
40 Une seule exception, apparente. Mgr. Collini, ancien archevêque de Toulouse, fut incardiné dans le diocèse de Carthage soit en Tunisie actuelle ; mais à la date de sa prêtrise (1947) ce pays était sous protectorat français.
41 Le « Guide 2009 de l’Eglise catholique en France » continue la tradition en indiquant les noms des « Archevêques et évêques français exerçant leur ministère hors de France » (16 sont mentionnés dont 8 sont des religieux). Pareillement figure dans ce guide une liste des « Archevêques et évêques émérites français ayant exercé leur ministère hors de France » (17 mentions dont 5 religieux).
42 On compte 28 occurrences d’une université romaine ayant délivré un diplôme mais seulement 17 anciens du séminaire français de Rome.
43 Du nom de la lettre encyclique de Pie XII invitant les évêques à mettre des prêtres à disposition des diocèses qui en manquent, notamment en Afrique ou en Amérique du Sud.
44 Par exemple : deux ans en Syrie pour Mgr. Garnier, quatre ans à Madagascar pour le Cal. Barbarin, treize ans en Afrique du Sud pour Mgr. Lafont, et le recordman Mgr. De Berranger qui a passé 17 ans en Corée
45 Annecy, Bayonne, Belfort, Besançon, Cambrai, Chambéry, Digne, Gap, Lille, Metz, Nancy, Nice, Pamiers, Perpignan, Reims, Saint-Claude, Strasbourg, Tarbes et Lourdes, Toulouse, Verdun.
46 En fait seuls 19 diocèses ont été concernés puisque celui de Tarbes et Lourdes n’a reçu au cours de cette période que des évêques ayant déjà eu une charge épiscopale ailleurs.
47 Un seul cas relevé : sans doute à cause de la maladie du cardinal Veuillot, Mgr Bertoli, nonce à Paris, a été le consécrateur principal de deux auxiliaires parisiens, MMgr. Frossard et Pézeril.
48 Les trois consécrateurs officiels doivent être évêques ; l’un préside la cérémonie, les deux autres étant comparables à des assesseurs. D’autres prélats sont évidemment présents en voisins ou amis, mais leur présence n’est pas requise pour la régularité de la consécration.
49 A mon Fils très cher, Lucien FISCHER…. … Nous te permettons de recevoir l’ordination épiscopale en dehors de la ville de Rome par un évêque catholique de ton choix, tout en gardant fidèlement la liturgie de l’ordination. Auparavant je te demande de faire la profession de foi, ainsi que le serment de fidélité irrévocable à notre égard et à l’égard de nos successeurs en présence d’un Evêque de ton choix dont la foi soit droite et en utilisant les formules adéquates conformes à la congrégation de l’évangélisation des peuples. (http://www.cheznoo.net/paroissecatholiqueSPM/nomination_mgr/lettre_nomination_mgr.htm)
50 Les régions apostoliques ont été mises en place au moment de l’ouverture du Concile pour favoriser d’abord le travail en commun des évêques.
51 Pour être complet il convient d’ajouter que le cardinal Feltin a consacré également deux autres évêques pour des diocèses hors de France (Mgr Fages en 1928 et Mgr Chilouet en 1958), ce qui n’est arrivé qu’une fois au cardinal Lustiger (Mgr. Couve de Murville en 1982).
52 On peut remarquer que si le nombre de prêtres actifs a été divisé au moins par deux durant notre période, le nombre d’évêques, lui, n’a guère varié.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 (version agrandie disponible en document annexe)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 2 (version agrandie disponible en document annexe)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 3 (version agrandie disponible en document annexe)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 4 (version agrandie disponible en document annexe)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 5 (version agrandie disponible en document annexe)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 6 (version agrandie disponible en document annexe)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 7 (version agrandie disponible en document annexe)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 8 (version agrandie disponible en document annexe)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 9 (version agrandie disponible en document annexe)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2327/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Lavergnat, « Nominations et consécrations d’évêques en France 1959 – 2008. Observations », Socio-logos [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2327

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org