Navigation – Plan du site
Recensions

Compte-rendu de : Vincent Dubois, Jean-Matthieu Méon, Emmanuel Pierru, Les mondes de l'harmonie. Enquête sur une pratique musicale amateur. Paris, La Dispute, 2009

Philippe Cibois

Texte intégral

1"Les orchestres d'harmonie revêtent la plupart des traits généralement prêtés aux cultures populaires" (p.14) : cette phrase d'introduction traduit bien le fil directeur de cet ouvrage qui consiste à observer la "position dominée d'une forme culturelle très peu légitime" (p.16). Cependant les auteurs disent immédiatement se refuser à accorder un rôle central à la domination symbolique et disent tenir compte des acquis de Grignon et Passeront (Le savant et le populaire) ou de Lahire (La culture des individus).

2Indépendamment du cadre théorique d'interprétation, on trouve dans cet ouvrage les résultats d'une vaste enquête faite en collaboration avec la Fédération des sociétés de musique d'Alsace : enquête sur les sociétés (n=219), leurs dirigeants (n=216) et leurs musiciens (n=578). En plus de cette enquête par questionnaire, des entretiens approfondis ont été réalisés et des observations directes ont été faites.

3L'analyse de ce vaste matériel produit un livre attachant pour qui aime les harmonies, précis et rigoureux pour tous les lecteurs. Une première partie décrit le monde des harmonies pour en dégager les types de musiciens et les types d'orchestre. Ces résultats sont synthétisés dans deux analyses factorielles.

4L'analyse des musiciens est d'abord structurée par l'âge : les jeunes ont une formation musicale obtenue en suivant des cours, les plus anciens ont appris uniquement par la pratique, soit dans leur orchestre, soit en famille. Le deuxième axe de l'analyse factorielle oppose un comportement où l'activité musicale va de pair avec la recherche de contacts, de relations, à un comportement où la pratique musicale est la plus importante. Comme on voit sur le graphique la variable âge, pourtant en variable supplémentaire, former une courbe en U on peut supposer une forte liaison entre les questions (effet Guttman). Il semble y avoir d'abord un type idéal de jeunes attirés davantage par la musique que par la sociabilité des harmonies qui s'oppose aux anciens pour lesquels la musique est un moyen de sociabilité plus qu'un but en soit. On passe d'un pôle à l'autre par des intermédiaires où l'investissement bascule du musical à la sociabilité. De nombreux extraits d'entretiens manifestent bien ce que représentent ces diverses situations.

5L'analyse des orchestres est structurée non par des caractéristiques musicales car les pratiques sont éclectiques pour tous, mais plutôt par un ensemble de caractéristiques liées au caractère urbain ou rural des harmonies d'une part, et d'autre part à la présence ou l'absence d'une école de musique.

6Après cette première partie qui donne un cadre général descriptif, la deuxième partie examine comment on intègre une harmonie et comment on y vit : ces deux chapitres mettent le lecteur au cœur de la vie des harmonies et donnent une vue de l'intérieur, riche des nombreuses pratiques de convivialité spécifiques.

7La dernière partie veut mettre "l'autonomie culturelle en perspectives". L'hypothèse avancée est la suivante : les liens entre les harmonies et leur milieu social et local sont si forts qu'ils permettent (ou imposent) de mettre entre parenthèse la domination culturelle qui s'exerce sur ce type de musique. Il y aurait un "oubli de la domination culturelle et autonomie symbolique".

8Ce qui est paradoxal dans cette analyse, c'est qu'elle ne s'impose pas à la lecture du texte : en effet, l'accent y est mis  sur la fermeture du milieu, sur la préservation des "regards et des sanctions extérieurs", sur des "principes de légitimités alternatifs" (fidélité au groupe, investissement local), sur ses critiques à l'égard du professionnalisme. Parler de domination culturelle, c'est supposer qu'une domination est ressentie par les intéressés, or cela ne semble pas le cas puisque les références "légitimes" sont celles du groupe, non celles du monde musical professionnel. Dire que c'est l'encastrement dans le local qui crée une "zone franche" qui permet d'oublier la domination symbolique peut être dit plus simplement en ne parlant pas d'une domination culturelle qui n'est pas présente et donc n'est pas pertinente ici.

9Elle n'est que peu ou pas pertinente pour les musiciens de base mais si elle citée, c'est parce qu'elle est très consciente chez les intermédiaires culturels que sont les professeurs, les chefs d'orchestre et les responsables : ce sont eux qui savent que d'autres types de musiques sont socialement valorisés et ce sont eux qui vivent leur position comme un accommodement entre les grandes possibilités que leur offre un orchestre amateur (direction, composition) et les limites de la reconnaissance symbolique qu'ils peuvent recevoir d'une musique jouée avec des harmonies.

10On peut se demander si les auteurs de ce travail, ne se sont pas spécialement trouvés en "harmonie" avec les responsables qui leur avaient ouvert la porte de leurs répétitions et de leurs concerts (peut-être s'agit-il là d'un problème d'auto-sélection) : ce sont eux qui veulent un progrès musical, un meilleur apprentissage parce que ce sont eux qui se sentent dominés par les musiciens professionnels.

11Comme l'orchestre des Virtuoses, les harmonies sont-elles mises en danger par l'évolution du tissus social qui les accueille : évolution du monde rural, disparition d'un certain monde ouvrier ? Il semblerait que les évolutions sociales modifient effectivement la pratique en entrainant un recrutement social plus élevé ainsi qu'une féminisation ;  évolutions qui induisent d'autres pratiques qui ne sont plus celles des milieux populaires. Ces évolutions permettent aux intermédiaires culturels (animateurs, professeurs, notables locaux) de pousser à une rénovation des harmonies dans le sens de leur plus grande culture musicale car ils semblent partager eux l'hypothèse de la domination culturelle. Ce n'est pas le cas général : est évoqué dans le livre la figure prestigieuse dans le milieu des harmonies de la Musique des gardiens de la paix et de son chef Désiré Dondeyne qui fut élève de Darius Milhaud et d'Olivier Messiaen, ce qui manifeste que l'excellence musicale y est possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Cibois, « Compte-rendu de : Vincent Dubois, Jean-Matthieu Méon, Emmanuel Pierru, Les mondes de l'harmonie. Enquête sur une pratique musicale amateur. Paris, La Dispute, 2009 », Socio-logos [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 02 décembre 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2337

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org