Navigation – Plan du site
Textes de travail

État de la communication parents-enfants au sujet des IST/SIDA avant la crise militaro-politique de septembre 2002 en Côte d’Ivoire

Dimi Théodore Doudou

Résumés

Cette étude a été menée à Bouaké en 1998. Quelques années avant les troubles militaro-politiques survenus en Côte d’Ivoire en 2002. Elle permet de comprendre la situation d’avant crise en matière d’attitudes et de comportements des parents concernant la communication avec leurs enfants au sujet des IST/SIDA. L’enquête a porté sur 60 ménages de trois quartiers populaires de cette ville. Il s’agit d’Ahougnansou, de Koko et de Sokoura. Elle a concerné les chefs de ménages et leurs épouses. Une population témoin, constituée de filles et de collatérales des chefs de ménages, elles-mêmes mères d’enfants (filles-mères), a été constituée en cas d’absence des deux parents. Cette catégorie d’enquêtés a permis de cerner l’opinion des jeunes filles sur la question. Les résultats de l’étude montrent que les parents enquêtés ont, en général, une bonne connaissance des IST/SIDA. La communication entre parents et enfants au sujet de ces affections existe. Toutefois, elle demeure défectueuse à cause de la représentation du sexe comme un sujet tabou voire gênant. On note une démission de 50% des pères de famille qui considèrent l’école, la télévision et leurs conjointes comme seuls responsables de l’éducation des enfants sur les IST et le SIDA. On relève aussi 70% des mères de famille qui opèrent une sélection sociale entre les enfants qui ont droit à l’éducation sexuelle. Cela a pour conséquence l’exclusion de la communication sur les IST/SIDA, des collatéraux et autres enfants confiés ainsi que des jeunes de 20 ans révolus. L’étude indique que l'instauration d'une communication décrispée entre les acteurs sociaux internes à la cellule familiale à propos des IST et du SIDA, passe par la formation des parents (mère et père).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La pandémie du VIH/SIDA continue de progresser en l’absence d’un traitement à même d’aboutir à la guérison totale du malade et d’un vaccin efficace. Les estimations de l’UNFPA indiquent que près de cinq millions de nouvelles personnes ont été infectées au cours de la seule année de 2002, dont plus de 95% sont situées dans les pays en développement (1). Le nombre de personnes infectées au plan mondial est évalué à 42 millions pour cette même année, dont 90% d’individus méconnaissant leur statut1.

2L’Afrique Sub-saharienne enregistre le plus grand nombre de décès dus au Sida au point que d’aucuns s’interrogent sur les bouleversements démographiques dans la région, notamment si ces bouleversements n’auront pas pour conséquence un recul de la population de cette partie du continent (2). La maladie gagne du terrain dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest où les taux de prévalence dépassent maintenant 5% (Burkina Faso, Togo, Nigeria, Côte d’Ivoire) (3). La population la plus vulnérable est constituée des jeunes : environ 50% des nouveaux cas enregistrés en 2002 concernent le groupe d’âge de 15 à 24 ans (1).

3Le diagnostic établi par l’UNICEF sur cette question souligne la responsabilité des gouvernants et des adultes, qui se résignent à s’acquitter de leur devoir d’informer les jeunes sur le VIH/SIDA. Après plus de vingt années d’apparition de ce mal, l’UNICEF relève, chez les jeunes, une insuffisance des connaissances sur la maladie principalement dans les pays en développement. Des jeunes femmes ne savent pas qu’une personne apparemment bien portante peut être porteuse du VIH, quand d’autres méconnaissent les méthodes de prévention (4). On note également le phénomène de relâchement de comportements chez les jeunes mentionné par ailleurs, notamment en France, après une période constatée d’amélioration de leur niveau de connaissance de la maladie et de leurs attitudes préventives (5). Ce phénomène pourrait gagner du terrain dans les pays africains ayant précédemment fait des efforts pour améliorer les connaissances et les attitudes des jeunes vis-à-vis du VIH/SIDA et des maladies sexuellement transmissibles. Il interpelle l’opinion, sur la nécessité du renforcement des actions visant à doter les jeunes des pays en développement, d’un cadre optimal et sans cesse renouvelé, d’acquisition d’attitudes et de comportements adéquats pour faire face à ces affections.

4La responsabilité reconnue par l’UNICEF aux adultes, traduit la nécessité de l’implication de divers acteurs dans l’encadrement des enfants au sujet de la maladie. Parmi ceux-ci, la famille et les parents occupent une place importante soulignée dans la déclaration d’engagement des gouvernants. Cette déclaration a été faite lors de la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée au VIH/SIDA en juin 2001. Les chefs d’Etats se sont engagés à veiller à ce que : « …d’ici à 2010, au moins 95 pour cent des jeunes, hommes et femmes, âgés de 15 à 24 ans, aient accès à l’information, à l’éducation, y compris l’éducation par les pairs et l’éducation concernant le VIH axée sur les jeunes, et aux services nécessaires pour acquérir les aptitudes requises pour réduire leur vulnérabilité à l’infection par le VIH, en pleine collaboration avec les jeunes, les parents, les familles, les éducateurs et les prestataires de soins de santé. » (4).

5Par ailleurs, on note l’étroitesse du lien qui existe entre les IST1 et le SIDA (6). Au plan mondial, la situation épidémiologique de ce groupe de pathologies est jugée préoccupante, d'autant que les personnes les plus touchées sont des adolescents. En effet, dans le monde entier, les taux les plus élevés des IST sont enregistrés chez les jeunes âgés de 15 à 19 ans et de 20 à 24 ans. Dans les pays industrialisés, les deux tiers de toutes les IST signalées concernent les individus de moins de 25 ans. Dans les pays en développement, ces proportions sont encore plus élevées (7).L'infection par le VIH étant favorisée par la présence d'autres IST, les adolescents y sont très exposés, vu le taux élevé de ces affections dans cette population (8, 9, 10).

6En Côte d’Ivoire, l’infection par le V.I.H est présente sous ses deux formes (V.I.H 1 et V.I.H 2). De 2 cas en 1985, cette maladie a connu une progression impressionnante en passant à 25 236 cas en 1994, puis à 31 953 cas au 31 décembre 1996 (11). Aujourd’hui, la Côte d'Ivoire est citée parmi les pays les plus atteints de l’Afrique au Sud du Sahara. Elle est présentée comme celui ayant le taux de prévalence (10 à 12,5%) le plus élevé de la sous région Ouest africaine (12).

7Le Sida et les autres IST constituent une menace pour la jeunesse du pays, car la catégorie sociale des ‘’adolescents’’ ou ‘’jeunes adultes’’ est reconnue comme une population à risque en matière de IST et de SIDA. Certains chercheurs les présentent comme polysexuels et peu stables dans les relations amoureuses. Ils soutiennent que si les jeunes ivoiriens ont une bonne connaissance du préservatif et de la transmission du SIDA, ils continuent cependant d’avoir des comportements à risque en préférant les rapports sexuels « naturels » à l’utilisation du préservatif, en faisant leur première expérience sexuelle avant l’âge de 15 ans, et en ayant plusieurs partenaires occasionnels (13). D’autres constatent une amélioration du niveau d’utilisation du préservatif chez les jeunes à Abidjan. Mais, ils signalent que ces résultats encourageants ne doivent pas occulter la question de l’incertitude du risque chez le partenaire avec lequel l’on a des rapports protégés (14).

8Dans ce pays, la recherche en matière de SIDA et de IST n’est pas récente. Mais elle s’est surtout appuyée sur des groupes cibles tels que les prostituées et les séropositifs (15,16). Les comportements sexuels des jeunes ont été également étudiés comme indiqué plus haut, mais moins souvent sous l’angle des rapports Parents / Enfants au sein de la famille. Pourtant, bien des experts recommandent cette perspective de recherche car pour eux, la famille est au centre de la problématique du SIDA. Leur souhait en matière de prévention est que les acteurs familiaux prennent conscience de leurs rôles en matière de communication entre parents et enfants (17). Des travaux ont traité de la question des attitudes et des opinions des parents dans l’éducation de leurs enfants face aux IST et au SIDA à Abidjan (18). Toutefois, on n’y parvient pas à comprendre les raisons profondes du malaise des parents, à évoquer des sujets relatifs à la sexualité avec leurs enfants.

9Nous nous sommes intéressé à ce sujet, pour aider à élaborer des stratégies en vue d’une meilleure implication de la cellule familiale, notamment les parents, dans la prévention des IST/SIDA chez les adolescents. Cette recherche a été menée en 1998, donc quelques années avant les troubles sociopolitiques survenus dans le pays à partir de 2002. Elle permet de schématiser la situation d’avant crise en matière d’attitudes et de comportements des parents, en ce qui concerne la communication avec leurs enfants au sujet des IST/SIDA.

Matériels et méthodes

Présentation de la zone d’étude

10La Côte d’Ivoire est un pays de l’Afrique de l’Ouest qui partage les mêmes frontières avec le Mali et le Burkina Faso au nord, le Ghana à l’est, le Libéria et la Guinée à l’ouest, et est limité au sud par l’océan atlantique (Figure 1).

Figure 1 : carte de la côte d'Ivoire

Figure 1 : carte de la côte d'Ivoire

Source IPR, 1998, réalisation COULIBALY Bamoro

11A l’intérieur de ce pays, la ville de Bouaké est située au centre dans la Vallée du Bandama, qui couvre une superficie d’environ 33 860 km2, soit 10,5% du territoire ivoirien (Figure2). Cette agglomération est logée entre 3°35 et 5°45 ouest et 7°15 et 9°20 de latitude nord. Sa végétation est faite de savane herbeuse et son sol granitique est couvert d’une épaisse cuirasse latéritique. Bouaké est une ville cosmopolite, avec un taux d’accroissement annuel de 8% et une population de plus de 600 000 habitants en 1988 selon le Recensement Général de la Population réalisé au cours de la même année2. La population autochtone est constituée par les Baoulés appartenant au groupe ethnique Akan. A côté de ceux-ci on y relève la présence des diverses autres ethnies du pays ainsi que celle de nombreuses populations de la sous région ouest-africaine.

12L’étude a concerné trois quartiers de la ville de Bouaké, à savoir Ahougnansou 3 au sud-ouest, Koko au centre et Sokoura à l’est (Figure 2).

Figure 2 : Carte des sites d’étude à l’intérieur de la ville de Bouaké

Figure 2 : Carte des sites d’étude à l’intérieur de la ville de Bouaké

Critères de choix des quartiers.

13Deux critères ont été définis pour la sélection des trois quartiers cibles de cette étude. Ces quartiers sont d’abord de type populaire ou populeux, avec la concession ou cour commune (habitat collectif) comme type d’habitat dominant. De tels quartiers sont densément peuplés et renferment les couches de la population à revenus relativement faibles. Ils ont été choisis parmi un ensemble de19 quartiers répondant à ce critère dans la ville de Bouaké.

14L’autre critère qui a permis la sélection des seuls quartiers d’Ahougnansou 3, Koko et Sokoura, est la présence d’une structure de soins maternelle et infantile (PMI) dans ces zones. Cela permet en effet de voir si ces structures de santé ont un impact en terme d’amélioration des connaissances des mères de familles au sujet des IST/SIDA.

Techniques d’échantillonnage et taille de l’échantillon.

15La méthodologie adoptée dans le cadre de cette étude a consisté à enquêter au sein d’un échantillon de 20 ménages par quartier soit 60 ménages en tout. Les quartiers ont été subdivisés en plusieurs secteurs en fonction du type d’habitat (standing, économique, évolutif et collectif) (Tableau I). La configuration des types d’habitats au sein de l’échantillon de chaque quartier a tenu compte de l’étendue de ces derniers. Plus un type d’habitat donné est présent dans un quartier, plus il a eu de chance d’obtenir un nombre plus élevé de ménages au sein de l’échantillon. Des pourcentages ont été affectés à chaque type d’habitat, et les effectifs de ménages retenus dans l’échantillon calculés en fonction de ces taux.

Tableau I : Répartition des ménages enquêtés selon le quartier  et le type d’habitat.

Habitat

Collectif

Evolutif

Economique

Standing

Total

Quartiers

Eff.

%

Eff.

%

Eff.

%

Eff.

%

Eff.

%

Ahougnansou

3

15

7

35

4

20

6

30

20

33,3

Koko

10

50

7

35

-

-

3

15

20

33,3

Sokoura

9

45

6

30

3

15

2

10

20

33,4

Total

22

37

20

33,3

7

11,7

11

18,3

60

100

Source : enquête communication IST/SIDA, Bouaké, 1998, Côte d’Ivoire.

16On obtient ainsi (en tout), un échantillon de 22 ménages de type collectif soit 37% des 60 ménages, 20 ménages de type évolutif soit 33%, 11 ménages de type standing (18%) et 7 ménages de type économique (11%) (Tableau I).

17La technique de la bouteille (choix aléatoire) a été utilisée pendant l’enquête pour l’inclusion des ménages dans l’échantillon ; un ménage sur deux a été retenu dans chaque îlot indiqué par le bout de la bouteille, jusqu’à atteindre le nombre fixé.

18L’échantillon de l’étude apparaît comme le reflet de la stratification résidentielle dans les quartiers sociaux des grandes villes ivoiriennes. En effet, parce qu’offrant de fortes perspectives de travail et donc de richesse matérielle, ces villes attirent de nombreuses personnes, favorisant ainsi la prolifération d’habitats de type collectif. L’habitat de type évolutif est le fait de la frange de la population à niveau économique moyen, dont certains occupent des habitations de type économique. L’habitat de type standing est détenu par la frange de la population dont les capacités économiques permettent une vie relativement aisée.

19La population d’enquête est constituée de chefs de ménages et de mères de famille. Dans certains ménages, en cas d’absence du chef de ménage et de son épouse, soit leur fille soit une collatérale elle-même mère d’enfant a été interrogée3. Sur l’ensemble des trois quartiers, 88 personnes ont pu être interrogées, dont 44 mères épouses de chefs de ménages, 7 femmes chefs de ménages, 28 hommes chefs de ménages et 9 filles et/ou collatérales du chef de ménage (tableau II).

Tableau II : Catégories de personnes enquêtées dans les trois quartiers.

Quartier

Catégories d'enquêtés

AHOUGNANSOU

KOKO

SOKOURA

Total

Eff.

%

Eff.

%

Eff.

%

Eff.

%

Homme chef de ménage

10

33

10

33

8

28,5

28

32

Epouse du chef de ménage

16

54

11

37

17

61

44

50

Femme chef de ménage

1

3

4

13

2

7

7

8

Fille du chef de ménage

1

3

3

10

1

3,5

5

6

Collatérale du chef de ménage

2

7

2

7

-

-

4

4

Total

30

100

30

100

28

100

88

100

Source : enquête communication IST/SIDA, Bouaké, 1998, Côte d’Ivoire.

Collecte des données.

20L’enquête s’est effectuée à l’aide d’un guide d’entretien semi-structuré, comportant en priorité des questions ouvertes. Ce choix méthodologique a permis de laisser l’enquêté s’exprimer librement. Les questions ont porté sur la connaissance et la perception du Sida et des IST ; les circonstances de déroulement de la communication entre parents et enfants au sujet du Sida et des IST ; et sur la nature des messages véhiculés par les parents pendant les séances de discussion avec leurs enfants. La méthode de l'observation directe a été également utilisée. Elle a fait appel au sens de l'observation du chercheur pendant l'entrevue. Elle a permis de rechercher dans l'attitude de l'enquêté, des indicateurs d'existence ou non de "gêne face à la sexualité' ou de "tabou sexuel".

Traitement et analyse des données.

21Le traitement des données a été manuel. L’analyse s’est basée sur la méthode d’analyse du contenu appuyée par une description statistique. La quantification a été possible en rangeant sous une même variable les réponses identiques et en affectant à celle-ci l’effectif et le pourcentage correspondants. Nous nous sommes surtout intéressé aux différents groupes d’enquêtés (hommes chefs de ménage ; épouses de chefs de ménage) et à leurs opinions sur le sujet.

Résultats

Caractéristiques socio-démographiques des enquêtés.

22La structure de la population des enquêtés montre que les mères de famille sont fortement jeunes (âge moyen : 21 ans). Les hommes sont plus âgés (âge moyen : 32 ans). Au plan professionnel, les femmes sont en général des ménagères, donc des femmes au foyer. Quelques unes s’adonnent à de petits métiers qui se résument au commerce. Quant aux hommes, on les rencontre dans le commerce, dans le transport et quelques uns au niveau moyen de l’administration publique. Le niveau scolaire de l’ensemble des enquêtés est peu élevé : 45% se retrouvent dans la catégorie des non scolarisés, quand 28% ont le niveau primaire, 17% ont atteint le secondaire et 5% le supérieur.

De la connaissance des IST/SIDA : voies de transmission, moyens de prévention et symptômes.

23Concernant les voies de transmission, les parents rencontrés dans les quartiers cibles de l’étude mentionnent les rapports sexuels, les objets tranchants et la voie sanguine, puis le lien existant entre les IST et le SIDA. Ils n’évoquent pas la voie de transmission Mère / Enfant. Les moyens de prévention cités sont la fidélité, l’abstinence sexuelle, le préservatif « porter capote » ou « se préserver », le test du SIDA et l’usage individuel des objets tranchants.

24« Moi quand je parle à mes enfants, je leur dis de patienter, ils ne faut pas qu’ils se pressent (abstinence), parce que y a trop de mauvaises maladies maintenant » Homme chef de ménage, 42 ans, quartier Kôkô.

25« Je dis aux enfants de faire attention, s’ils sont déjà avec quelqu’un je leur donne des conseils pour qu’ils restent fidèles, je leur dis aussi de porter capote (préservatif) parce qu’on ne sait jamais. » Mère de famille, 39 ans, quartier Ahougnansou.

26Ceux qui font allusion aux symptômes du SIDA mentionnent l’amaigrissement, la diarrhée, les maladies pulmonaires. Puis, ils précisent que le SIDA est synonyme de mort certaine. C’est peut-être la raison pour laquelle, sous-estimant les autres IST par rapport au SIDA, ces enquêtés ont beaucoup plus parlé du SIDA lors des entretiens.

27« Le sida, ce n’est pas une bonne maladie. C’est la mort-même. Quelqu’un qui a le sida, ce n’est plus un homme, tu maigris, y a la diarrhée qui ne finit pas, la personne souffre dans tout son corps, surtout dans ses poumons, il ne peut même pas respirer » Mère de famille, 33 ans, quartier Sokoura.

A propos des caractéristiques de la communication entre parents et enfants au sujet des IST/SIDA.

De la survivance de la gêne à propos de la sexualité.

28Il nous a été donné de constater la ‘’gêne’’ que la plupart des mères ont éprouvée à parler des IST/SIDA. Celle-ci s’entrevoit à travers le silence, le sourire parfois le rire marqué par ces mères quelques secondes (mais longues) avant de répondre aux questions s’y rapportant. Une mère nous a même indiqué que le SIDA étant une « mauvaise maladie », prononcer son nom consisterait à attirer sur soi le malheur.

29« Çà là ! Ce n’est pas une bonne maladie dê, c’est une mauvaise maladie (silence). Tu vas dire son nom même comme ça (silence), c’est pas bon ! Ça peut t’envoyer mauvaise chose (malheur). Donc ce n’est pas quelque chose qu’on peut parler (dont on peut discuter) comme ça (naturellement) avec les enfants. ». Mère de famille, 38 ans, quartier Kôkô.

30« (Silence)…Les maladies comme ça là (maladies liées au sexe), ounh ! (sourire)…(rire), ça ce sont des maladies on peut pas parler de ça comme ça. ». Mère de famille, 35 ans, quartier Ahougnansou.

31Les hommes par contre ont répondu aux questions avec sérénité mais souvent d’un ton grave, signe que la maladie dont il s’agit est considérée par beaucoup comme un sujet sensible, du fait de son lien étroit avec le comportement sexuel mais aussi du fait de sa gravité.

De l’attitude démissionnaire des pères de famille.

32La moitié des pères de familles interrogés affirme parler des IST/SIDA avec leurs enfants, mais précisent le faire rarement. Quelques uns parmi ceux-ci (5 %) soutiennent en parler avec tous les enfants même les « tout-petits » qui ont autour de 10 ans, « car la maladie ne trie pas ».

33« Moi je parle des maladies sexuellement transmissibles avec mes enfants, mais c’est rare, ce n’est pas tous les jours. Parce qu’on n’a pas le temps, je ne suis pas toujours à la maison. Donc c’est quand je vois que y a un enfant qui veut déconner (sorties sans permission parentale ou sorties abusives) là je lui dis de faire attention, que y a trop de maladies maintenant, y a le sida. » Homme chef de ménage, 45 ans, quartier Sokoura.

34Les messages véhiculés invitent la progéniture d’abord à la patience, à l’abstinence, puis à la fidélité, à la prudence dans le maniement et l’utilisation des objets tranchants et au port du préservatif. L’autre moitié des pères interrogés soutient ne jamais en avoir parlé avec les enfants. Certains trouvent comme prétexte, que leur femme s’en charge déjà ; mais la plupart affirme que les enfants ont déjà des connaissances de ces maladies, grâce à l’école et à la télévision.

35« Je n’ai jamais parlé de ça avec mes enfants, non, jamais…A l’école, leurs professeurs leur parlent de ça. Eux ils sont formés pour enseigner ces choses là (cette connaissance) aux enfants. » Homme chef de ménage, 40 ans, quartier Ahougnansou.

36« On ne peut pas parler de ça avec les enfants, non, non, ce n’est pas possible ! Parce que si tu parles de ces choses (problèmes liés au sexe) avec les enfants, c’est comme si tu les poussais (encourage) à la débauche (débauche sexuelle) ! » Homme chef de ménage, 42 ans, quartier Kôkô.

37« Moi ma femme parle déjà de ça avec les enfants, donc je ne vois pas pourquoi je dois encore leur en parler. C’est leur maman (l’épouse) qui s’en charge. Nous (hommes) on n’a pas trop le temps. » Homme chef de ménage, 47 ans, quartier Sokoura.

De l’attitude sélective des mères de famille.

38Si la plupart des mères (70.5 %) soutiennent communiquer avec les enfants à ce sujet, il importe de noter la présence de comportements sélectifs à leur niveau. De fait, certaines mères (63 %) n’en parlent qu’aux jeunes d’un certain âge (14 ans pour l’âge le moins élevé, 20 ans pour le plus élevé et 16 ans en moyenne), et à condition que ceux-ci aient « commencé de se faire draguer » ou « commencé à draguer ». D’autres (37 %) affirment n’en parler qu’à leurs enfants biologiques, les collatéraux et sans parenté dont elles refusent la responsabilité de l’éducation sexuelle sont alors écartés.

39« A la maison ici il y a mes enfants et ceux d’une tante de mon mari. Y a aussi la bonne (servante). Elle dort avec nous ici, mais moi je ne parle pas de ça avec elle. Elle a ses parents donc je ne m’occupe pas de ce côté-là. Si ce sont mes propres enfants, là eux y a pas de problème, je leur donne des conseils. » Mère de famille, 40 ans, quartier Kôkô

40« On ne peut pas parler de ça avec tous les enfants ! Les tout petits si tu leur parle de ça, ça va les encourager à chercher à connaître (les pousser à entretenir des relations sexuelles). Par exemple pour ma fille, c’est quand j’ai vu qu’elle commençait à recevoir beaucoup de visites de garçons que je lui ai parlé de ça. Elle avait dans les 17 ans. Parce que si tu ne fais pas ça que l’enfant est gâté (devient irrécupérable), c’est fini ! (C’est foutu !) » Mère de famille, 39 ans, quartier Ahougnansou.

41Lorsqu’elles en parlent, les mères préconisent d’abord la prudence, la méfiance (faire attention dans le choix du partenaire, éviter le vagabondage sexuel), et une attention accrue lors de l’utilisation des objets tranchants ou le maniement du sang. Certaines en profitent pour attirer la curiosité des enfants sur la menace que constitue le SIDA en le présentant comme une maladie « grave » et surtout « réelle ».

42A côté des mères qui en parlent, une bonne proportion (29.5 %) n’en parle pas du tout. Ces mères-ci avancent comme argument la médiation de l’école et de la télévision entre parents et enfants, et le fait que les enfants en parlent déjà avec leurs propres camarades.

Des stratégies utilisées par les parents en vue de communiquer.

43Certaines astuces des parents qui en parlent semblent être la preuve que la sexualité est encore un sujet gênant. De fait, le sujet n’est pas préparé d’avance. La communication se déroule de façon spontanée, mais dans des circonstances bien précises. Les parents profitent en effet, d’émissions télévisées se rapportant au SIDA, ou de la nouvelle d’un cas de VIH rapporté chez une famille proche. Les filles et collatérales de chefs de ménage interrogées en cas d’absence des parents, nous ont même confié que ceux-ci n’abordent pas le sujet en premier, mais profitent plutôt de débats déjà engagés par les jeunes eux-mêmes, pour donner leurs avis.

44« Nous les jeunes, c’est entre nous-mêmes qu’on parle de ça. Souvent quand on est là, on parle de sida, du bon comportement à avoir pour ne pas tomber dedans (pour ne pas le contracter) ». Jeune fille mère, 19 ans, quartier Sokoura.

45« Les parents eux ils ne nous parlent pas de ça hein ! C’est quand ils nous trouvent en train de discuter de ça entre nous jeunes, c’est là que eux ils interviennent pour parler un peu. Sinon c’est nous-mêmes les jeunes on parle de ça entre nous. ». Jeune fille mère, 17 ans, quartier Ahougansou.

Discussion

46On peut noter, que dans les sites de l’étude, les parents ont en général une bonne connaissance des IST/SIDA. En revanche, la communication entre parents et enfants au sujet de ces affections existe, mais elle demeure défaillante du fait de la survivance du sexe comme sujet gênant.

47Ce constat est similaire à celui évoqué, ailleurs, au sujet du malaise qu’éprouveraient les parents et les enfants (alors que ces deux groupes d’acteurs ressentent bien le besoin d’en parler) à aborder des thèmes relatifs à la sexualité (19). Notre étude révèle que les jeunes discutent entre eux-mêmes au sujet des IST/SIDA, qu’ils sont disposés à discuter de tels sujets avec leurs parents et qu’ils souhaitent que ceux-ci prennent plus d’initiative en la matière.

48De façon spécifique, les mères de famille semblent plus disposées à parler de IST/SIDA que les pères. Ce fait est vérifié quand on sait que des pères de familles qui ne communiquent pas avec leurs enfants sur cette question se font relayer par leurs épouses. Il s’agit en réalité d’une démission de ces derniers, qui trouvent le sujet assez délicat et abandonnent cette tâche à leurs épouses. Mais en même temps, ce fait révèle le rôle capital que peuvent jouer les femmes dans l’éducation des enfants et particulièrement en matière de prévention des IST/SIDA, si elles sont dotées de connaissances en la matière et de techniques de communication. Ce résultat a été signalé ailleurs dans d’autres travaux. La mère y apparaît comme jouant un rôle primordial dans l’éducation sexuelle des enfants, tant chez les filles que chez les garçons. On y fait également allusion à des jeunes garçons et filles qui trouvent plus facile de parler de sujets traitant de sexualité avec leur mère qu’avec leur père (20, 21, 22, 23, 24).

49En ce qui concerne les thèmes abordés par les parents qui parlent du SIDA et des IST avec leurs enfants, notre étude révèle que ceux-ci relèguent le port du préservatif au dernier plan. La priorité est donnée à l'abstinence et à la fidélité ; avec une insistance des mères de famille sur la fidélité. Cette attitude en faveur de l’abstinence et de la fidélité a certes pour avantage de retarder les premiers rapports sexuels chez les enfants bénéficiant d’un encadrement parental. Mais, on peut s’interroger sur le risque qu’il pourrait y avoir à ne pas parler de préservatif ou à accorder une moindre attention à ce moyen de prévention.

50En effet, le préservatif est perçu par beaucoup de parents, comme un élément encourageant les enfants à multiplier les partenaires sexuels et à développer ainsi des comportements contraires aux normes et à l’éthique sociales. Or, ne pas en parler du tout ou le reléguer à un second plan, pourrait avoir pour conséquence d’exposer les jeunes aux IST et au VIH/SIDA, l’adolescence étant une phase caractérisée par une instabilité de la vie sexuelle. En effet, des spécialistes qualifient cette étape de la vie de temps d’expérimentation marqué par divers comportements à risque : instabilité psychologique, quête délibérée de situations à risques, sentiment d’invulnérabilité (19).

51Un autre résultat notable de la présente étude est le fait de la sélection, par des mères de famille, des enfants dont la charge de l'éducation sexuelle leur revient. Cette situation qui exclut les collatéraux et autres enfants confiés de l’éducation sur les IST/SIDA et sur la sexualité, constitue un obstacle à la baisse de la prévalence de ces affections dans ce pays africain qu’est la Côte d’Ivoire. La pratique sociale qui consiste, pour de nombreuses familles résidant en milieu rural, à confier leurs jeunes enfants à des parents ou amis installés dans les villes est très répandue. Le système éducatif national favorise également l’expansion de cette pratique, car marqué par de fréquents déplacements des jeunes élèves vers d’autres localités et familles d’accueil (dès l’entrée en sixième et l’obtention du BEPC). La population d’enfants confiés, eu égard à ces considérations, apparaît donc comme très importante dans ce pays. Une étude menée sur la période de 1994 à 2001 estime à 41% et 23% les proportions de filles et de jeunes garçons âgés de dix à quatorze et vivant en milieu urbain sans leur père ni mère (25). Des solutions urgentes devraient par conséquent être trouvées afin de leur éviter de constituer une cible pour les IST et le VIH/SIDA.

52Enfin, les résultats ont révélé la démission de 50% des pères de famille et d’une partie non négligeable des mères, qui prétextent du relais de la cellule familiale par l'école, la télévision ou la conjointe (pères de famille) ou par l'école, la télévision et le groupe de camarades de l'enfant (mères de famille). Si l’école et la télévision sont communément citées par les deux catégories de parents, on constate une distinction au niveau du troisième groupe. Les pères rejettent la responsabilité de l’éducation des enfants sur leurs épouses, alors que les mères les abandonnent au groupe d’amis. Ces attitudes démissionnaires font appel à quelques commentaires.

53La référence au groupe d’amis de l’adolescent, indique la nécessité d’impliquer les pairs dans la sensibilisation sur les IST /SIDA. Cela, d’autant que plusieurs travaux font cas de la mauvaise influence qu’exercent les amis sur le comportement sexuel des adolescents (26, 27, 28). Si les pairs sont dotés de connaissances suffisamment bonnes sur les maladies sexuellement transmissibles et sur les comportements préventifs adéquats, ils pourront influer positivement sur la vie sexuelle de l’adolescent. Dans le cas contraire, il importe d’attirer l’attention des mères de familles sur le rôle que leur reconnaît la société et la nécessité qu’elles s’impliquent davantage dans la communication avec leurs enfants au sujet de ces affections.

54Tous ces faits semblent montrer, que l'instauration d'une communication décrispée entre les acteurs sociaux familiaux au sujet du SIDA et des IST, passe par la formation des parents (mère et père). Cette formation devra leur donner les rudiments d’une bonne éducation sexuelle des enfants basée sur l’amélioration des méthodes de communication.

55Ailleurs, notamment aux Etats-Unis et en Chine, les gouvernements ont compris cette urgence et mènent des actions dans ce sens (29, 30). Il est temps que la Côte d’Ivoire suive leur exemple, surtout dans la ville de Bouaké où les populations ont beaucoup souffert des effets de la crise militaro-politique de septembre 2002. Encore faut-t-il qu’une étude du même type que la présente enquête y soit menée, pour évaluer la situation post-crise en matière de communication entre parents et enfants au sujet des IST/SIDA.

Haut de page

Bibliographie

1. UNFPA, 2003 - Prévenir l’infection par le VIH, Promouvoir la santé en matière de reproduction, 34 p.

2. PISON G, 2002 – Le sida va-t-il entraîner un recul e la population de l’Afrique au sud du Sahara ? Population et sociétés, N° 385, 4 p.

3. CISD, 2002 – Le sida en Afrique Subsaharienne, 1 p.

4. UNICEF, 2003 – Les jeunes et le VIH. Fiche de synthèse, 2 p.

5. ONUSIDA/OMS, 2001 - Le point sur l'épidémie de sida au 31 décembre 2001 In l'épidémie de sida en 2001. Dossier de presse, 10 p.

6. SENDEROWITZ, 1997 - Les jeunes et les MST/VIH/SIDA. Première section : les dimensions du problème. Available at
:www. fhi.org/en/youth/youthnet/publications/focus/in focus part 1 dimensions fr. htm.

7. CATES W, PHEETERS MC, 1997 - Adolescents and Sexually Transmitted Diseases: Current Risks and Future Consequences. Prepared for the Workshop on Adolescent Sexuality and Reproductive Health in Developing Countries: Trends and Interventions. National Research Council. Washington, DC. March 25. In Senderowitz, 1997.

8. DALLABETTA G, LAGA M, LAMPTEY P, Eds., 1996 - Control of Sexually Transmitted Diseases. AIDSCAP/Family Health International. In, Senderowitz, 1997.

9. GROSSKURTH H, 1995 - Impact of Improved Treatment of Sexually Transmitted Diseases on HIV Infection in Rural Tanzania: Randomised Controlled Trial. Lancet ; (346) : 530-36.

10. WEISS E, WHELAN D, GUPTA G, 1996 - Vulnerability and Opportunity: Adolescents and HIV/AIDS in the Developing World. International Center for Research on Women. In Senderowitz, 1997.

11. GARENNE M, 1995 – rétro-décès : un modèle de projection pour Abidjan. In, conséquences démographiques du Sida en Abidjan 1986-1992, pp. 115-124.

12. UNAIDS/WHO, 2000 – Côte d’Ivoire. HIV/AIDS epidemiological summury. In, African Development Forum, October 2000, pp. : 61-64.

13. DEDY S, GOZE T, 1995 – Jeunesse, sexualité et SIDA en Côte d’Ivoire. In Dozon JP., Vidal L., Eds. Les sciences sociales face au SIDA : cas africains autour de l’exemple ivoirien, Paris, ORSTORM, pp. 83-88.

14. DENIAUD F, 1995 - Jeunes et préservatifs à Abidjan, une recherche d’ethno-prévention du Sida et des MST. In Dozon JP., Vidal L., Eds. Les sciences sociales face au SIDA : cas africains autour de l’exemple ivoirien, Paris, ORSTORM, pp. 89-108.

15. KALE K, 1995 – la mobilité chez les prostituées : obstacle ou dynamique à l’organisation de la prévention des MST/SIDA en Côte d’Ivoire ? In Dozon JP., Vidal L., Eds. Les sciences sociales face au SIDA : cas africains autour de l’exemple ivoirien, Paris, ORSTORM, pp. 143-148.

16. BLIBOLO D, 1994 - Une expérience de soutien aux séropositifs et aux sidéens par quelques agents d'une formation Sanitaire urbaine : cas de Koumassi / Abidjan, Sociétés d'Afrique et SIDA, 5 : 6

17. RUFFIOT A, 1992 – L’éducation sexuelle au temps du sida Toulouse, Editions Privat, 190 p.

18. AONON A, 1996 – Milieux familiaux, logiques sociales des conduites sexuelles et SIDA à Abidjan. Bulletin GIDIS-CI, (12) : 66-85.

19. KLAUE K, 2004 - Populations particulières pour la prévention du VIH/SIDA. Jeunes : revue de littérature. Raisons de santé 97, Institut universitaire de médecine sociale et préventive, Lausanne, 101 p.

20. KIRBY D, 2001 - Understanding what works and what doesn't in reducing adolescent sexual risktaking. Fam Plann Perspect ; 33(6):276-81.

21. MILLER B, 1998 - Families matter: A research synthesis of family influences on adolescent pregnancy. Washington, DC: National Campaign to Prevent Teen Pregnancy.

22. DI IORIO C, KELLEY M, HOCKENBERRY-EATON M, 1999 - Communication about sexual issues: Mothers, fathers and friends. J Adolesc Health ; (24) :181-9.

23. INGHAM (R.), 2002 - The role of parents in sex education. Glasgow: Health Education Board for Scotland; 2002. Available at
:URL:www.hebs.scot.nhs.uk/researchcentre/
pdf/youngpeopleandsexualhealth.pdf.

24. THOMSON C, CURRIE C, TODD J, ELTON R, 1999 - Changes in HIV/AIDS education, knowledge and attitudes among Scottish 15-16 year olds, 1990-1994: Findings from the WHO: Health Behaviour in School-aged Children Study (HBSC). Health Educ Res ;14(3):357-70.

25. CHONG E, 2005 - Analyse des données pour cibler les adolescents les plus vulnérables et identifier leurs besoins. Tr a n s i t i o n s vers l’âge adulte, Dossier nº 10 Septembre, 4 p.

26. BOYER C, KEGGLES S, 1991 - AIDS risk and prevention among adolescents. Social Science and Medicine 33(1): 11-23.

27. UDRY J, BILLY J, MORRIS N, 1985 - Serum androgenic hormones motivate sexual behaviour in adolescent boys. Fertility and Sterility 43(1): 90-94. Jan.

28. WALTER, H, VAUGHAN, R, GLADIS, M & Coll., 1992 - Factors associated with AIDS risk behaviours among high school students in an AIDS epicentre. American Journal of Public Health 82(4): 528-532. Apr.

29. NATIONAL CAMPAIGN TO PREVENT TEEN PREGNANCY, 1998 - Ten tips for parents to help their children avoid teen pregnancy. Washington, D.C., National Campaign to Prevent Teen Pregnancy, 6 p.

30. COMMUNICATION INITIATIVE, 2001 - Peer support HIV/AIDS-China. [Communication Initiative Programme Descriptions]. http://www.comminit. com/pdsmay15/sld-1156.html Communication Initiative, June 11.

Haut de page

Notes

1 La dénomination conventionnelle de IST (Infections Sexuel­lement Transmissibles) est utilisée dans ce texte, mais il est bon de signaler qu’au moment de cette étude l’on parlait plutôt de MST (Maladies Sexuellement transmissibles). C’est cette dernière appellation (MST), mieux reconnue par les populations dans nos sites d’étude, qui a été utilisée pendant l’enquête.
2 Actuellement (donc après la période de réalisation de la présente étude), la ville de Bouaké fait partie des zones échappant au contrôle du gouvernement depuis la crise armée de septembre 2002. Sa population a subi de profondes transformations du fait de la guerre, qui a entraîné de nombreux décès et déplacements. Un processus de paix est en cours et devrait aboutir d’ici à octobre 2007 à la réunification du pays.
3 Les filles et collatérales sont ici des enfants des chefs de ménages, qui elles-mêmes sont des mères d’enfants, en d’autres termes des filles-mères. Dans le cadre de cette enquête sur le Sida et les MST, cette catégorie d'enquêtés a servi de témoin en permettant d'avoir l'opinion des enfants (filles et collatérales des chefs de ménage) sur l'attitude de leurs parents.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : carte de la côte d'Ivoire
Légende Source IPR, 1998, réalisation COULIBALY Bamoro
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2 : Carte des sites d’étude à l’intérieur de la ville de Bouaké
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/239/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimi Théodore Doudou, « État de la communication parents-enfants au sujet des IST/SIDA avant la crise militaro-politique de septembre 2002 en Côte d’Ivoire », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 29 mars 2007, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/239

Haut de page

Auteur

Dimi Théodore Doudou

Université de Bouaké, Centre de Recherche et de Développement, CRD (Côte d’Ivoire) S/C Représentation IRD en Côte d’Ivoire, 9 rue Alexandre Fleming (Zone 4C), 15 BP 917 Abidjan 15, ddimi_faith@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org