Navigation – Plan du site
Actualités

La recherche, la politique et les dispositifs de lutte contre l’insécurité

Dépasser les problèmes méthodologiques et déontologiques lors d’une enquête sociographique sur l’insécurité
Manuel Boucher

Texte intégral

Introduction

1En m’appuyant sur une étude de cas : la réalisation par le laboratoire que j’anime (le LERS) d’un « diagnostic de sécurité » dans une commune moyenne de tradition ouvrière en proie à la désindustrialisation et au retour de l’ « incertitude de l’existence », notre article propose d’exposer les diverses manières de dépasser « les problèmes méthodologiques et déontologiques » lors de la réalisation d’une enquête sur les questions de sécurité, de surcroît lorsqu’elle est commandée par un pouvoir municipal politiquement et électoralement directement intéressé par ses résultats et leur communication. En effet, même si ce type de commande sur un sujet politiquement sensible comme l’insécurité pose de réelles difficultés aux chercheurs qui risquent d’être purement et simplement instrumentalisés, invalidés ou confondus avec des « experts », dans la pratique, nous pensons pourtant qu’il n’est pas insurmontable de proposer un « programme de recherche » pouvant surmonter ces difficultés. Comme le souligne Danilo Martuccelli, la sociologie ne peut être en bonne santé que si elle parvient à articuler une posture critique et un travail d’expertise. En effet, « l’expertise sans critique n’a pas d’âme et la critique sans expertise manque de chair »1. Mais dans tous les cas, les chercheurs ne peuvent se dédouaner de leur responsabilité face à la production du savoir sociologique mais aussi être conscients du rapport ambivalent que la sociologie entretient avec les producteurs de la société.

Le contexte général

2Dans une société du risque2, face aux incertitudes d'un monde hyper-moderne3, face à la globalisation, à l'accroissement du processus d'individuation et à l’affirmation des valeurs individualistes4, le thème de l'insécurité intéresse au premier chef les citoyens et les responsables politiques chargés de coordonner les actions sociales, politiques et économiques favorisant la cohésion et l'ordre des territoires dont ils ont la charge5.

3Pour les acteurs politiques, apporter une réponse concrète à la demande sociale de sécurité représente dès lors un enjeu électoral fort. Ainsi, depuis de nombreuses années un débat politico-médiatique fait rage - mais particulièrement exacerbé depuis les échéances électorales nationales et locales de 20026 - entre une multitude de protagonistes institutionnels, politiques, associatifs, et intellectuels qui s’affrontent sur l’idée que pour combattre la délinquance et l’insécurité il est plus opportun, soit d’opérer une politique plus répressive, soit de développer une politique plus préventive, soit de confondre la politique de prévention en politique de répression et de contrôle social (cette logique étant d’ailleurs à la base de la mobilisation des travailleurs sociaux refusant d’accepter le pré-projet de loi sur la prévention de la délinquance préparé par le ministère de l’intérieur7).

4Dans la pratique, deux principales écoles s’opposent en effet sur les choix politiques à mettre en œuvre pour combattre les phénomènes d’insécurité : la première école est dite « sécuritaire » : Dans les faits, Christian Mouhanna souligne que cette « école » qui n’en est pas vraiment une est avant tout une coalition d’intérêts très divers mêlant corporatisme policier, démagogie et opportunisme politicien, sensationnalisme médiatique et visées économiques, le marché de la sécurité étant générateur de substantiels bénéfices. (…) Dans leur diversité, les tenants de cette première thèse partagent au moins deux options fortes qui structurent leurs discours et leurs pensées. Premièrement, la société française actuelle doit faire face à une montée exponentielle de la criminalité et de la délinquance, liée à un relâchement des mœurs. Deuxièmement, contre ces périls, la réponse essentielle réside dans un accroissement des sanctions et des pouvoirs des polices. L’augmentation des moyens en personnels, en matériels et en facilités juridiques constitue dès lors une « évidence » »8.

5Pour faire contrepoids à « l’école sécuritaire », une deuxième école dite « antisécuritaire » existe également : celle-ci est constituée de militants associatifs, syndicaux et politiques mais aussi d’intellectuels qui dénoncent une dérive sécuritaire de la part de l’Etat et des ses alliés économiques qui, sous prétexte de protéger les « honnêtes gens », utiliseraient le thème de l’insécurité pour asseoir leur pouvoir politique et financier en contrôlant, stigmatisant et réprimant les pauvres qui comme au XIXème siècle, sont de nouveau associés à une « classe dangereuse ». Pour ces militants, la logique sécuritaire conduite par l’Etat et des élus locaux se tromperait de combat (« c’est à la misère qu’il faut s’attaquer et pas aux immigrés ou aux pauvres ! ») en amenant à ce que des « victimes » des échanges économiques mondiaux inégaux deviennent les « coupables » souvent injustement désignés et réprimés. En outre, le renforcement « hystérique » des procédures juridiques pour combattre l’insécurité entraînerait un risque majeur pour les libertés individuelles de l’ensemble des citoyens qui peuvent à tout moment être entraînés dans des rouages judiciaires opaques ou bien même être les victimes de « bavures policières ».

6Quoi qu’il en soit, ces deux positions idéologiques n’occupent pas de façon équitable l’espace politico-médiatique. Depuis quelque temps, ce sont en effet les partisans de « l’école sécuritaire » qui se font nettement plus entendre que les défenseurs d’une action de prévention qui, au-delà d’un discours hypercritique, revendiquent une politique préventive rénovée, plus affirmée et mieux financée par l’Etat et les collectivités locales qui semblent, notamment l’Etat, se recroqueviller sur une conception surtout répressive de la sécurité.

7Dans tous les cas, comme le souligne Philippe Robert, le thème de l’insécurité est comprimé par des pressions politiques, institutionnelles, corporatistes et idéologiques : « De surcroît le thème (de l’insécurité) est alors tellement absorbé dans les luttes politiques que la militance menace sans cesse de submerger tout l’espace : entre ceux qui veulent mater les sauvageons et ceux qui hurlent à la discrimination, celui qui cherche simplement à introduire une analyse sociologique devient immédiatement suspect : au lieu de discuter ses conclusions, on suppute les motivations secrètes qui permettront de les discréditer sans prendre la peine de les soupeser »9.

Au-delà des querelles idéologiques : un dispositif opérationnel

8Dans ce contexte sulfureux, la circulaire du 28 octobre 1997 relative à la mise en œuvre des Contrats locaux de sécurité (CLS), bien qu’initialement développés par le ministère de l’intérieur pour rationaliser et optimiser l’action sécuritaire des différents services de l’Etat et des collectivités locales, dans la pratique, paraît pourtant moins idéologique et plus pragmatique. En matière de sécurité et de criminalité, il est en effet important de différencier ce qui relève des invectives politiciennes et intellectuelles largement médiatisées et la réalité des actions entreprises sur le terrain par les différents protagonistes concernés par ces questions. Dans cette perspective, on peut d’ailleurs noter que les Contrats locaux de sécurité initiés par l’équipe gouvernementale de la « gauche plurielle10 » dirigée par Lionel Jospin (1997-2002) n’ont finalement pas été fondamentalement transformés par le gouvernement de droite libéral-sécuritaire qui lui a succédé et qui pourtant donne au thème de la lutte contre l’insécurité une place prépondérante.

9En effet, la posture sécuritaire des gouvernements Raffarin (2002-2005) est incarnée par le ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy très médiatisé sur ses positions fermes contre l’insécurité (sanction, répression, punition). Il porte notamment le « projet de loi sur la sécurité intérieure » qui institue de nouveaux délits (sur le proxénétisme, la mendicité agressive, l’occupation de terrains par les gens du voyage ou des halls d’immeubles par les jeunes des cités) et étend les compétences et les moyens de la police judiciaire (fouilles de voitures, utilisation de fichiers informatisés et d’empreintes génétiques) 11. Dans la réalité, au-delà de ces initiatives sécuritaires démonstratives qui paradoxalement peuvent renforcer des situations d’affrontement et de repli communautaire12 mais aussi comme le suggère Philippe Robert faire croire que la sécurité - qui n’est pas seulement civile mais aussi sociale - est « fongible »13 (se dit des choses qui se consomment par l’usage) dans le maintien de l’ordre, ce gouvernement promoteur d’une décentralisation politique plus importante, notamment en matière de sécurité, a donc réaffirmé l’intérêt des CLS placés sous l’autorité conjointe des maires et de l’Etat pour combattre l’insécurité et la délinquance à l’échelle d’un territoire restreint (ville/agglomération).

10En fait, dans le but d’associer l’ensemble des forces institutionnelles et sociales dans l’action de lutte contre l’insécurité, ce dispositif ne prend pas directement position pour des actions uniquement orientées vers la répression mais pour des modes de réflexion et d'intervention incluant une diversité d'acteurs sociaux associés pour faire baisser la délinquance14, les incivilités15, et le sentiment d'insécurité16 qui pourrissent les relations humaines et le tissu urbain. Par conséquent, il est de la responsabilité des dirigeants politiques qui mettent en place ces contrats de privilégier prioritairement des aspects sécuritaires ou bien de les articuler intelligemment avec une dimension de prévention17.

11Concrètement, la combinaison de l'activité des Conseils Locaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD18) avec la signature d'un Contrat Local de Sécurité (CLS) doit ainsi pouvoir aboutir à un travail de collaboration entre les élus, l'Etat et leurs partenaires sociaux (secteur associatif et privé) pour agir sur la sécurité et la citoyenneté. En effet, depuis sa création en 2002, le CLSPD « constitue l'enceinte normale d'élaboration, de mise en œuvre et d'évaluation des Contrats locaux de sécurité (CLS) ».

L’élaboration d’un « diagnostic local de sécurité »

12Mais qu’en est-il dans la pratique ? C’est ce que nous allons tenter de montrer à partir d’une étude de cas qui, par ailleurs, a fait l’objet d’un livre19. En Haute-Normandie, la ville ouvrière de Bolbec s’est saisie de cette dynamique institutionnelle partenariale incluse dans les Contrats locaux de sécurité afin de mieux agir sur le front de l’insécurité. En effet, dans cette commune comme ailleurs, le thème de l’insécurité cristallise beaucoup de débats sur l’état de déliquescence dans lequel se trouve la ville depuis la décomposition du « modèle industriel républicain d’intégration ». Néanmoins, pour s’inscrire dans ce dispositif, la loi oblige les collectivités locales, en concertation avec les services de l’Etat (Préfecture), à réaliser un diagnostic local de sécurité afin de mieux comprendre la « morphologie urbaine » du territoire concerné. Ce diagnostic doit notamment tenir compte d’un « savoir sociologique » en matière de délinquance, d’une évaluation du sentiment d’insécurité et d’une analyse permettant d’apprécier l’adéquation des réponses apportées par le futur contrat. Cependant, la réalisation d’un tel diagnostic, lorsqu’il est authentique, est une réelle prise de risque politique.

La commande et la définition d’un diagnostic est une prise de risque

13Pour les élus promoteurs de discours simplistes et populistes privilégiant spontanément une manière musclée de combattre l’insécurité, cette phase de diagnostic, qui constitue pourtant la première étape dans l’élaboration du CLS, est dès lors considérée comme superflue et dangereuse pour l’ordre établi, surtout si elle permet de développer une analyse poussée de la situation sociale, politique et économique de la ville et de mettre en évidence la co-responsabilité d’une multiplicité d’acteurs dans la production de l’insécurité, pas uniquement déviants, délinquants et incivils mais aussi associatifs et politico- institutionnels. Pour ces responsables politiques réticents à montrer la complexité de phénomènes qu’ils voudraient résoudre prioritairement en augmentant les moyens sécuritaires, il paraît dès lors plus rentable, pour « respecter » la loi tout en la contournant, de confier l’exécution de ce diagnostic à un cabinet d’étude privé spécialisé dans la lutte contre l’insécurité. Ces cabinets sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à s’engouffrer dans le marché de la sécurité généré par la multiplication des peurs au sein de notre société frileuse. Laurent Mucchielli a ainsi dénoncé le fait que l’instauration généralisée à la fin des années quatre-vingt-dix des Contrats locaux de sécurité a généré une manne financière pour des « experts » de la sécurité surfant sur la thématique sécuritaire développée par des responsables politiques et différentes institutions médiatiques20.

14Ces entreprises, souvent dirigées par des « experts » autoproclamés, sont effectivement plus enclines à l’instrumentalisation de leurs consultations puisqu’elles répondent stratégiquement et prosaïquement aux demandes souvent superficielles et quelquefois démagogiques d’hommes politiques pressés par la prochaine échéance électorale et donc prêts à s’approprier des analyses, des savoirs et des projets d’action uniformisés contre l’insécurité mais livrés clés en main. Dominique Monjardet indique ainsi que certains « cabinets-conseil » sollicités par des directeurs de services préfectoraux, des directeurs départementaux de la sécurité publique et des conseillers techniques des maires « ont vendu dans toute la France des diagnostics locaux étrangement similaires et concluant invariablement par les mêmes préconisations techniques ».21 De plus, les solutions proposées par ces « cabinets pompiers pyromanes » choisissent la plupart du temps la facilité :

15- privilégier la désignation d’une partie de la population jugée coupable de l’ensemble des désordres ;

16- proposer un contrôle panoptique22 (qui permet de voir sans être vu) par un ensemble d’acteurs publics et privés de la sécurité aidés des dernières techniques - très onéreuses - de surveillance.

17Or, l’insécurité est une question de société suffisamment importante pour qu’elle ne soit pas simplement livrée aux marchés économique et politique23.

Le choix politique d’une modeste mais réelle dynamique de recherche

18Quoi qu’il en soit, même si l’élaboration d’un véritable diagnostic réalisé par une équipe de recherche agissant à partir d’un cadre déontologique est effectivement politiquement risquée et contient d’indéniables contraintes en matière d’investissement financier et de temps notamment, elle a également de nombreux atouts : elle peut par exemple permettre la mise en place d’une vision éclairée de la situation d’insécurité et favoriser l’émergence de modes d’intervention protéiforme adaptés à la dynamique sociale locale. Cependant, une telle démarche est avant tout liée à un choix politique : opérer des modes d’action concertés en s’appuyant sur les résultats d’une authentique étude de terrain - pouvant réellement révéler des points forts mais aussi des dysfonctionnements sociaux depuis longtemps dissimulés ou non dits - au lieu de privilégier des réponses simplistes enfonçant des portes ouvertes : renforcer systématiquement des logiques sécuritaires et répressives pour combattre l’insécurité.

19Au regard de ces éléments, faire appel à un laboratoire de sociologie pour réaliser un diagnostic de sécurité n’est donc pas anodin pour une ville. Le recours à un centre de recherche déjà connu pour ses travaux sociologiques correspond en effet à la volonté politique du commanditaire de se saisir d’une opportunité : la mise en œuvre d’un dispositif national (Contrat Local de Sécurité) permet de dépasser un « effet d’annonce » sur la nécessité de lutter contre l’insécurité pour réellement se donner les moyens pertinents d’y parvenir. En s’appuyant sur un travail de sociologie empirique, au-delà des antagonismes politiciens, il s’agit de penser une stratégie ouverte et démocratique pour combattre rationnellement l’insécurité en privilégiant une démarche engagée de « recherche-action » inscrite dans un processus global d’hybridation de la régulation sociale.

20Dans un tel contexte, prenant acte de cette volonté politique courageuse (des aspects mis en évidence par l’enquête de terrain peuvent être directement ou indirectement instrumentalisés par l’opposition politique à l’affût d’arguments pouvant déstabiliser son adversaire) de mieux comprendre pour mieux agir, le LERS accepte donc la sollicitation de la ville de réaliser leur « Diagnostic local de sécurité » et propose alors un cadre de recherche en tentant de prendre en considération la conception initiale des inventeurs des CLS24. Plus précisément, je cite Philippe Estèbe : « Le diagnostic local de sécurité devait être le prétexte de la mise en commun, en débat, et le cas échéant en conflit, des perceptions, analyses, de chacun des acteurs concernés, avec l’objectif d’en extraire les aspects consensuels, comme de mettre au clair les divergences. Il s’agissait en quelque sorte de produire une scène politique locale, contenue dans une obligation de production. Et le moment est décisif : il n’est pas possible d’échafauder un plan d’action cohérent entre une large gamme de partenaires locaux s’il n’y a pas cette étape d’éclaircissement, mise en débat, des analyses de chacun. »25

21Ainsi, en tenant compte des contraintes institutionnelles et financières, des règles d’objectivation scientifiques, mais aussi de la commande établie par le pouvoir municipal désireux de combattre les phénomènes d’insécurité qu’il sent liés aux effets de la décomposition sociale à laquelle il doit faire face depuis plusieurs décennies, après avoir fait un travail exploratoire, nous posons trois questions relativement simples, classiques et articulées entre elles :

22- le processus de désindustrialisation opéré dans les années soixante-dix a-t-il engendré la décomposition sociale totale de l’ancienne société ouvrière intégrée ?

23- ce processus de décomposition est-il complètement achevé aujourd’hui et engendre-t-il une augmentation de l’insécurité et la production de violences ?

24- d’un point de vue structurel, ces questions d’insécurité peuvent-elles néanmoins être combattues autrement qu’en mobilisant uniquement davantage de moyens répressifs ?

25En s’appuyant sur ce questionnement et une interrogation centrale : « comment préserver le sens de soi et du groupe (la communauté locale) dans le processus de changement ? »26, nous esquissons alors une hypothèse principale : la maîtrise, voire la baisse des phénomènes d’insécurité ne peuvent se réaliser que par la recomposition de la « société communale », autrement dit, par la restauration des rapports sociaux, par la rationalisation et la mobilisation d’une intervention sociale et culturelle protéiforme (professionnels et habitants) et enfin par l’entrée pleine et entière de la ville dans la modernité. Pour vérifier cette d’hypothèse, en conjuguant des dimensions réflexives et participatives, nous choisissons dès lors de clarifier la réalité locale en matière de sûreté et de tranquillité publique à travers plusieurs objectifs : contextualiser, problématiser, tenter d'expliquer mais également de soumettre des pistes d'action pour combattre l'insécurité. Pour réaliser ces objectifs, nous montons donc un programme de recherche.

Un programme de « recherche-action » semé d’embûches

26Ce programme se compose de plusieurs dimensions :

27- décrire à l'aide d'indicateurs quantitatifs et qualitatifs la réalité de la délinquance, des incivilités et du sentiment d'insécurité ;

28- faire la description des principaux acteurs locaux qui concourent d'une manière ou d'une autre à la lutte contre la délinquance, les incivilités et le sentiment d'insécurité ;

29- étudier leurs représentations, leurs modalités d'actions et leurs partenariats (points forts/point faibles) ;

30- révéler les principaux problèmes et les atouts décrits par ces acteurs locaux ;

31- à partir des éléments de contextualisation et de problématisation, donner des facteurs d'explications sociologiques ;

32- enfin en énumérant, distinguant, classant et synthétisant les points de vue, les aspects et les contradictions des acteurs rencontrés et interviewés durant l'enquête, participer à l'élaboration de réponses concrètes.

33Néanmoins, très tôt dans notre processus de recherche, nous prenons conscience qu’il faut savoir éviter quelques pièges. En effet, un diagnostic local de sécurité ne peut pas se contenter de décrire stricto sensu les questions de sécurité s'il veut répondre à deux principaux impératifs : comprendre localement les rapports sociaux producteurs d'insécurité et proposer des pistes d'action pour lutter contre la délinquance et les incivilités. Philippe Robert souligne ainsi qu'« appréhender et traiter l'insécurité comme un problème isolé constituerait une illusion coûteuse et une source assurée d'échecs à répétition et de montée des exaspérations. »27 En ce sens, mettre en place une cartographie de la délinquance et des incivilités représente un coût médiatique qui n'augure pas automatiquement de bons résultats en matière de lutte contre l'insécurité ; de plus, il n'est pas sans danger pour les libertés publiques et individuelles28.

34Par conséquent, s'intéresser localement aux questions qui angoissent notre « société désincarnée » : le chômage, la précarité, la pauvreté, la mondialisation, la décomposition de l'Etat-providence, la racisation des rapports sociaux, les catastrophes naturelles, alimentaires ou sanitaires, le terrorisme mais aussi et surtout la délinquance abordée sous l'angle de l'insécurité (sentiment d'insécurité et faits de délinquance), impose donc des règles de méthode d’ailleurs bien mises en relief par les chercheurs du CESDIP29 :

35- « d'abord, savoir s'éloigner de l'actualité immédiate pour raisonner sur la durée. Comme tous les problèmes sociaux, la délinquance et l'insécurité ne peuvent se comprendre que mises en perspective sur un laps de temps suffisamment long, en faisant attention à bien dater, les uns par rapport aux autres, les différents phénomènes analysés » ;

36- ensuite, se dégager des logiques médiatiques qui bien souvent mettent instantanément en exergue des faits divers rendus vendables ;

37- enfin, après avoir étudié l'état du problème, tenté de le comprendre et de l'expliquer en croisant plusieurs sources d'information (statistiques officielles de la criminalité30, questionnaire de victimation31, enquêtes sociales…) et en menant de nombreux entretiens avec les acteurs locaux, il s'agit de vérifier la véracité des analyses portées en les proposant, pour validation, aux différents acteurs sociaux engagés sur le territoire étudié. Comme le souligne Alain Touraine, Il est en effet préférable que ces acteurs deviennent les analystes de leur propre action32 afin qu'ils développent ensemble leurs capacités d'intervention.

Une démarche méthodologique plurielle

38Conscients de ces quelques précautions d’usage, notre démarche méthodologique s'est donc beaucoup appuyée sur la participation des acteurs pour élaborer un savoir partagé. En effet, la réalisation de la dimension qualitative (la plus conséquente) du diagnostic s'est inscrite au sein d'une « enquête participative ». Après avoir récolté les données de cadrage (aspects topographiques, historiques, économiques, sociaux, et démographiques) et réalisé une enquête de « victimation » par questionnaire auprès d'un échantillon raisonné de la population (environ cent personnes) afin de recueillir des informations sur son sentiment d'insécurité, nous avons choisi de rencontrer une diversité d'acteurs locaux du côté de l'Etat (police, Education nationale, justice, santé…), des systèmes politico-institutionnels représentant des acteurs communaux (élus, techniciens) et du département (assistantes sociales, coordinatrices) mais également du côté des organisations sociales constituées d'associations laïques et confessionnelles, d'acteurs para-publics et privés ainsi que de jeunes des quartiers populaires. L'ensemble des personnes contactées ont été interviewées individuellement ou collectivement.

39En outre, au milieu de notre enquête, nous avons remis un rapport intermédiaire à la municipalité qui l’a largement distribué aux acteurs partenaires de la ville (Etat, associations, collectivités locales). Par la suite, ce rapport a servi de base de discussion à l’organisation de plusieurs séances « d'intervention sociologique »33 avec des groupes composés des principaux acteurs sociaux impliqués dans la ville (et d’ailleurs pour la plupart déjà interviewés lors de la campagne d’entretiens) sur deux thématiques différentes (éducation – insertion – citoyenneté / sécurité – prévention – médiation).

40Mais qu’est-ce que l’ « intervention sociologique » ? C’est Alain Touraine qui formalise cette méthode originale dans son livre La voix et le regard (1978) aujourd’hui encore largement utilisée dans un nombre important de recherches touchant à des sujets divers (racisme, terrorisme, violences urbaines, etc.). François Dubet souligne ainsi les atouts et les faiblesses de cette méthode qu’il a lui-même utilisée de nombreuses fois : « Il s’agit d’une méthode intensive dont la force est de dégager une subjectivité collective et des logiques d’action, et dont la faiblesse est de ne considérer le contexte de l’action qu’à partir de ce que les acteurs en disent. C’est pour cette raison que l’intervention sociologique ne décrit pas un travail, mais qu’elle rend compte de l’expérience que les acteurs en ont. »

41Durant la réalisation du diagnostic, d’une part, les séances d’intervention sociologique ont servi à valider et moduler l’hypothèse de recherche et d’autre part, concouru à ce que les acteurs s’approprient collectivement les résultats de l’enquête afin qu'ils esquissent des pistes d'action concrètes en vue de consolider la régulation sociale du territoire dans lequel ils sont engagés.

Des « interventions sociologiques » conflictuelles

42Cependant, c’est pendant ces interventions sociologiques que s’est concrètement révélée l’extrême difficulté qu’il y a à réaliser un diagnostic qui ne soit pas un pur alibi ou un simple produit de communication politique. En effet, confrontés à l’interprétation du chercheur sur leurs propres pratiques, certains acteurs sociaux ont dans un premier temps eu de la peine à dépasser des analyses qui ont été avant tout perçues comme des attaques personnelles au lieu d’être appréhendées comme la mise en perspective de dysfonctionnements devant être collectivement dépassés. En fait, malgré des avertissements pourtant indiqués dans le rapport intermédiaire34, des expressions, des idées et des impressions temporairement exprimées ont choqué, voire ont été jugées injustes ou fausses par des acteurs engagés dans les situations décrites. Ainsi, quelques acteurs blessés ont pendant un temps perdu leur sang froid et revendiqué que l’affront soit publiquement lavé, d’autres ont tenté de délégitimer le travail de recherche en exprimant qu’il ne correspondait pas aux attentes d'un diagnostic de sécurité tel qu’ils se l’imaginaient et ont affirmé qu’ils avaient été trompés, voire manipulés.

43Pourtant, malgré cette phase douloureuse, d’abord pour les acteurs se pensant calomniés ou incompris, mais aussi pour le chercheur un temps remis en cause, nous considérons que cette étape est généralement nécessaire dans la réalisation d’enquêtes touchant à des questions sensibles comme l’insécurité, la violence, l’immigration ou le racisme. En effet, lorsque cette période de révélation, de vexation, d’amour-propre touché et de rejet pour certains, souvent liée à des incompréhensions, est dépassée grâce à un travail d’explication directe et de médiation, celle-ci, en définitive, permet la plupart du temps d’aller au-delà de la production d'un diagnostic « faire-valoir » ou « prétexte » obligatoire pour percevoir des aides publiques. En réalité, il s'agit bien de savoir regarder les "fonctions latentes" derrière les "fonctions visibles"35 et surtout d'aborder des dimensions cachées, enfouies et refoulées. Faire un pénible effort est quelquefois indispensable pour prendre conscience de phénomènes sociaux qui font mal.

44D’ailleurs, au sein de l’expérience de recherche développée ici, au terme de séances animées, après l’intégration de réflexions et de critiques - exprimées parfois de manière offensive et agressive - dans la dynamique de recherche portée par les analystes, à l’issue de ces interventions sociologiques, les groupes d’acteurs sociaux ont finalement effectué un travail de « conversion » ou plus exactement de transformation de leurs perceptions. En effet, pour les sociologues de l’action, on parle de « conversion » lorsque les hypothèses proposées par ceux-ci sont acceptées par les acteurs concernés et leur semblent utiles pour accroître leurs capacités d’intervention à partir d’une prise de conscience plus forte du sens qu’ils donnent à leur action.

La recherche et la politique

45Quoi qu’il en soit, dans la réalité, malgré les convictions de transparence affichées au départ par les commanditaires, nous savons qu’au terme des investigations et des premiers résultats médiatisés, il n’est pas rare que la complexité des analyses sociologiques apportées puisse être en décalage avec les effets attendus et par conséquent soit décrédibilisée. Le vieil adage qui dit que « lorsque qu’on veut se débarrasser de son chien, on l’accuse d’avoir la rage » est une métaphore qui correspond bien souvent au travail des sociologues confrontés aux logiques politiques36 et qui rendent des rapports contestés par des acteurs qui refusent catégoriquement l’interprétation critique qui est faite de leur action. Dans ce cas, le savoir sociologique peut être vilipendé et accusé d’être trop intellectuel, partial, idéologique, « politiquement correct », mortifère ou pas assez « positif » et surtout trop utopique car loin des réalités des acteurs et notamment des personnes les plus en difficulté sociale et économique.

46Dans cette optique, Michel Wieviorka indique : « Emanant d’un chercheur, des suggestions, même adossées sur une argumentation substantielle, sont nécessairement décalées par rapport aux impératifs qui régissent l’action politique. Les acteurs politiques, même les mieux disposés à l’égard des sciences sociales, prennent leurs décisions et construisent leurs orientations en fonction d’éléments qui ne sont pas ceux que le sociologue privilégie dans son analyse, même si elle s’efforce d’être très politique. »37

Conclusion

47En conclusion, ce que montre cette expérience de recherche concrète, c’est que les chercheurs en sciences sociales doivent être conscients des limites politiques et scientifiques que pose l’analyse des questions de sécurité dans le cadre de dispositifs spécifiques pour lutter contre ces phénomènes :

48- les sociologues sont de plus en plus souvent mobilisés par des commanditaires (pouvoirs publics, décideurs politiques, médias) qui cherchent surtout à positionner la sociologie dans un rapport « d’expertise » où celle-ci doit apporter rapidement une réponse informée à une situation problématique à condition que cette réponse apparaisse déconflictualisée et dépolitisée ;

49- les « sociologues-experts » doivent aussi fréquemment inclure dans leur travail une « démarche citoyenne » : en plus de répondre aux besoins pratiques des commanditaires, ils font également partie de leur plan de communication et en ce sens doivent produire un « diagnostic partagé » avec les décideurs et les acteurs des thèmes étudiés.

50Dans ce contexte, la sociologie est bousculée et les sociologues ont donc un peu le sentiment de perdre leur âme. En effet, Philippe Bougois ne pense-t-il pas que « l’écriture anthropologique peut être un lieu de résistance » traduisant sa conviction que les chercheurs en sciences sociales doivent et peuvent « tenir tête au pouvoir »38. De plus, les sociologues ont également l’impression de ne pas respecter le sens du travail scientifique avant tout basé sur une tentative d’objectivation de leurs objets de recherche. Il peut dès lors exister un sentiment troublé de retour en arrière, à l’époque où les sociologues de Chicago étaient considérés comme des « faiseurs de bien » (do-gooders) plutôt que comme des scientifiques et des intellectuels. Néanmoins, il est toujours possible d’échapper aux conséquences inconfortables de « la production sociologique experte » dont Bernard Francq39 nous dit qu’elle est dictée par une triple exigence :

51- servir d’informateur ;

52- dégager des « bonnes pratiques » ou des « pratiques innovantes »;

53- préconiser des modes d’action transférables pour alimenter les besoins pragmatiques des pouvoirs publics, des entreprises et plus généralement des « entrepreneurs de morale » chargés de responsabiliser, voire de culpabiliser les personnes.

54Ainsi, au lieu de s’adapter et d’accuser un « coût déontologique » ou de refuser tout compromis et ainsi de s’interdire de participer à des processus de recherche difficiles car ambigus mais sociologiquement enthousiasmants et qui permettent de financer des travaux de recherche, il est possible de ruser : il s’agit dès lors de composer avec les règles économiques, idéologiques, politiques et administratives en vigueur dans les dispositifs de « recherche-action » mais en maintenant un fort degré d’objectivité scientifique en posant clairement au départ d’un projet de recherche une question sociologique centrale. Cette posture « qui ruse avec les modes de financement public et privé permet ainsi de faire la sociologie que l’on a envie de faire » à partir du moment où l’on accepte une certaine part de conflictualité avec les commanditaires.

55Dans ce cas, pour sauver son âme et son identité professionnelle, il appartient au chercheur, même si cette démarche comporte évidemment des risques financiers, d’opérer un choix politique et heuristique lorsqu’il négocie avec le commanditaire d’une étude ou une recherche sur les questions de sécurité : ne pas accepter une relation marchande régie par des principes idéologiques libéraux-sécuritaires mais favoriser un « processus heuristique » et de responsabilité citoyenne. En effet, comme le souligne Paola Rebughini40, les sociologues doivent être conscients que la connaissance sociologique peut être utilisée pour augmenter l’autonomie des acteurs sociaux mais peut également être instrumentalisée pour améliorer les dynamiques de contrôle. Dans ces conditions, les sociologues ont la responsabilité de s’interroger sur les finalités et l’utilisation possible de leur travail. En fait, ce que révèle la production sociologique au sein des dispositifs de lutte contre l’insécurité, c’est la tension classique inhérente au métier de sociologue partagé entre son « éthique de conviction » et son « éthique de responsabilité » ou plus exactement son désir d’objectivation - qu’il tente de réaliser en mobilisant un ensemble de méthodes spécifiques -, de théorisation mais également de participation, voire d’engagement dans la production de la société à partir du moment où il ne s’agit pas d’une instrumentalisation mais d’un libre choix.

56En définitive, lorsque l’on s’inscrit dans une démarche de sociologie de l’action très liée au concept classique de « neutralité axiologique » de Max Weber41 (assumer pleinement la subjectivité des choix épistémologiques – rapport aux valeurs), l’articulation de la sphère de l’analyse et celle de l’action n’est jamais simple à opérer car un chercheur peut notamment, soit développer une pensée dénonciatrice, corporatiste et en rupture avec la réalité sociale, soit devenir l’opérateur d’une simple production d’expertise où la fonction de conseiller prend le pas sur la production des connaissances. Déontologiquement et méthodologiquement, la question centrale qu’il faut alors résoudre est : comment ne pas fusionner mais également ne pas dissocier trop fortement l’analyse, l’action et l’éthique ?

Haut de page

Note de fin

1 D. Martuccelli, « Sociologie et posture critique » in B. Lahire (dir.), A quoi sert la sociologie ?, Paris, éd. La Découverte, 2002, p. 138.
2 Cf. Beck, U., La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, éd. Alto/Aubier, 2001 ; Ewald, F., Kessler, D., « Les noces du risque et de la politique » in Le Débat, n°109, mars-avril 2000 ; Giddens, A., Les conséquences de la modernité, Paris, éd. L’Harmattan, 1994 ; Touraine, A., Pourrons-nous vivre ensemble ? Egaux et différents, Paris, éd. Fayard, 1997 ; Peretti-Watel, P., Sociologie du risque, Paris, éd. Armand Colin, 2000 ;Cahiers Internationaux de Sociologie, « Faut-il une sociologie du risque ? », Volume CXIV, janvier-juin 2003.
3 Cf. Ascher, F., Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. Essai sur la société contemporaine, La Tour d’Aigues, éd. De l’Aube, 2001.
4 Cf. Boudon, R., Déclin de la morale ? Déclin des valeurs ?, Paris, éd. Puf, 2002.
5 Cf. Mucchielli, L., Robert, P (dir.)., Crime et sécurité : l’état des savoirs, Paris, éd. La Découverte, 2002.
6 Les campagnes électorales présidentielle et législative de 2002 ont principalement été conduites à partir de l’instrumentalisation de plusieurs faits divers violents et du sentiment d’insécurité. En effet, la plupart des candidats aidés par de nombreux médias ont participé à la surenchère des arguments sécuritaires échangés durant cette longue période d’élection.
7 Voir le site du Collectif unitaire des travailleurs sociaux (www.abri.org/antidelation).
8 C. Mouhanna, « Au-delà des controverses stériles » in Sociologie du Travail, n°44, 2002, pp. 571-572.
9 P. Robert, « L’insécurité est-elle fongible dans le maintien de l’ordre ? » in Sociologie du Travail, n°47, 2005, p. 90.
10 Le colloque de Villepinte « Des villes sûres pour des citoyens libres » organisé les 24 et 25 octobre 1997 a annoncé la politique du gouvernement Jospin en matière de sécurité à partir de trois nouveaux dispositifs : les Contrats locaux de sécurité (CLS), la police de proximité et le Conseil de sécurité intérieur (CSI).
11 Une partie de la gauche critique ces mesures jugées trop sécuritaires et considérées comme étant avant tout des mesures d’affichage et des déclarations de guerre contre les pauvres. Cf. le texte du groupe CLARIS in Libération du 14 janvier 2003.
12 « Si les choix politiques convergent si remarquablement avec les préférences des professionnels (les policiers), c’est que les responsables se préoccupent moins de rassurer ceux qui craignent pour leur sécurité que de détourner les électeurs du Front national. Et comme le fonds de commerce de ce dernier repose sur la xénophobie, la punitivité et l’ordre, on cible l’immigration clandestine, la drogue et une multitude de petits désordres. Puisque l’appareil pénal parvient mal à saisir ces derniers, on tente de les atteindre par de nouvelles incriminations. Mais le droit pénal peine à saisir des situations aussi peu typées que les attroupements de jeunes dans les parties communes d’immeubles : ou bien, on reste à l’effet d’annonce, ou bien on doit laisser au policier de base une marge de choix exagérée dans le discernement des cas que l’on va effectivement réprimer. Alors, il n’a guère d’autre solution que de choisir à la tête du client, ce qui peut renforcer les situations d’affrontement – avec un risque élevé de bavures – ou de repli communautariste » (P. Robert, art. cit., p. 98.).
13 Cf. P. Robert, art. cit.
14 Ensemble des crimes et des délits considérés sur le plan social et juridique.
15 Pour S. Roché les incivilités « sont d’une grande hétérogénéité les unes par rapport aux autres. Ce sont des actes humains dont les traces matérielles sont perçues comme des ruptures des codes élémentaires de la vie sociale – insultes, bruits, odeurs – ou encore des petits actes de vandalisme : boîtes aux lettres abîmées, vitres brisées, etc. On peut ranger les plus courantes dans la typologie suivante : 1/ les petites dégradations telles que boîtes aux lettres défoncées, ampoules cassées dans un escalier, incendies de poubelles dans un hall, etc. ; 2/ les souillures, comme les jets d’objets ou leur abandon dans les espaces publics, les tags ; 3/ les comportements qui sont de simples absences ou ruptures des codes de politesse, jusqu’aux défis, intimidations, insultes et menaces ; 4/ les frictions, sur l’usage de l’espace, les odeurs, les bruits, etc. » (S. Roché, Tolérance zéro ? Incivilités et insécurité, Paris, éd. Odile Jacob, 2002, p. 30).
16 Pour S. Roché, « le sentiment d’insécurité est définissable comme une inquiétude cristallisée sur un objet (le crime au sens large) et sur ses auteurs désignés. Elle s’appuie sur le monde vécu des individus, tout en faisant référence à un système de valeurs. (…) Les termes de peur, d’inquiétude, d’appréhension, doivent se comprendre non suivant la définition clinique de la peur, mais plutôt au sens clinique de l’angoisse, c’est-à-dire d’un état d’inquiétude stabilisée en dehors des événements qui ont pu la provoquer. » (S. Rocher, Le sentiment d’insécurité, Paris, éd. Puf, 1993, pp. 136-137).
17 « En effet, la sécurité ne peut être l'affaire des seuls services de police et de la Gendarmerie nationale, d'autant que le sentiment d'insécurité ne résulte pas seulement du bon exercice de ces missions. Il dépend de nombreux autres facteurs : cohésion sociale, conscience civique, qualité de la vie urbaine, etc. Ces facteurs relèvent pour une part des compétences des collectivités territoriales et des initiatives émanant de la société elle-même. C'est pourquoi, il convient d'organiser un partenariat actif et permanent avec tous ceux qui, au plan local, sont en mesure d'apporter une contribution à la sécurité, notamment les maires et les acteurs de la vie sociale. (…) Les contrats locaux de sécurité constituent l'outil principal d'une politique de sécurité privilégiant l'éducation à la citoyenneté comme axe de la prévention, la proximité comme objectif de redéploiement de la police et de la gendarmerie et l'efficacité par un renforcement de l'action conjointe de l'ensemble des services de l'Etat »( Circulaire du 28 octobre 1997 relative à la mise en œuvre des contrats locaux de sécurité).
18 La circulaire du 17 juillet 2002 relative aux dispositifs territoriaux de sécurité et de coopération pour la prévention et la lutte contre la délinquance souligne que des Conseils Locaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) sont appelés à se substituer aux Conseils Communaux de Prévention de la Délinquance au plus tard le 1er octobre 2002. Les créations des CLSPD mettent fin aux CCPD mis en place par le décret n° 92 - 343 du 1er avril 1992.
19 Cf. M. Boucher, Repolitiser l’insécurité. Sociographie d’une ville ouvrière en recomposition, Paris, éd. L’Harmattan, 2004.
20 Cf. L. Mucchielli, Violences et insécurités. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, éd. La Découverte, 2001.
21 D. Monjardet, « L’insécurité politique : police et sécurité dans l’arène électorale », op. cit., p. 547.
22 Cf. M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, éd. Gallimard, 1975.
23 Voir le documentaire de R. Viargas, Les marchands de sécurité, ARTE, 2002.
24 Cf. P. Estèbe, Diagnostic local de sécurité, éléments de cahier des charges, Saint-Denis La Plaine, Les éditions de la DIV, 1990.
25 D. Monjardet, « L’insécurité politique : police et sécurité dans l’arène électorale », op. cit., pp. 547-548.
26 R. Sennet, Respect. De la dignité de l’homme dans un monde d’inégalité, Paris, éd. Albin Michel, 2003, p. 260.
27 P. Robert, L'insécurité en France, Paris, éd. La Découverte, 2003, p. 111.
28 Cf. « A Roubaix, une carte pas très tendre. Tous les délits et crimes sont répertoriés sur un logiciel » in Libération du jeudi 26 septembre 2002, p. 17.
29 Pour L. Mucchielli, traiter du débat de l’insécurité et de la délinquance nécessite au moins cinq principes généraux de raisonnement :

« - le premier est celui qui consiste à refuser de positionner son discours en termes moraux. La moralisation du débat a pour effet d’introduire des préalables et d’orienter a priori la réflexion, donc en réalité d’interdire l’exercice de l’intelligence ; - le deuxième est celui qui consiste à définir précisément ce dont on parle et à examiner les choses au cas par cas. Le chercheur est ainsi nécessairement amené à refuser l’usage des catégories globales comme « la délinquance » ou « la violence » (a fortiori « l’insécurité ») au sein desquelles sont amalgamés des comportements qui n’ont la plupart du temps rien à voir les uns avec les autres ; - le troisième est celui qui consiste à replacer la réflexion dans une moyenne durée historique afin de sortir de l’événementiel et de considérer des tendances d’évolution ; - le quatrième est celui qui consiste à replacer chaque type de comportement dans son contexte de production comportemental et institutionnel spécifique ; le cinquième est celui qui consiste à croiser un maximum d’indicateurs et de sources, aussi bien des sources statistiques que des études de terrain. » (L. Mucchielli, « L’évolution de la délinquance juvénile » in Vie Sociale, n°3, 2002, pp. 23-24).

30 Dans la pratique, une bataille des chiffres de la délinquance fait rage entre les différents spécialistes des ministères. Pour B. Aubusson de Cavarlay, ingénieur de recherche au CNRS et chercheur au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP), les statistiques montrant une augmentation de la délinquance des mineurs ne traduisent réellement qu’un changement important quant aux pratiques de recueil de données de la part de la police (Voir Libération du vendredi 15 janvier 1999, p. 16.). Par ailleurs, selon le spécialiste des questions policières, D. Montjardet, les statistiques policières ne rendent pas compte de la réalité de l’insécurité puisqu’elles confondent deux notions : l’activité policière et le phénomène de la délinquance (Cf. Le Monde du mercredi 28 juillet 1999, p. 8.). De plus, les enquêtes de victimation montrent que par l’intermédiaire des statistiques de la police, il y a eu transformation d’un instrument de comptabilité de l’activité policière en un instrument « faux » de l’état de la société. Voir P. Robert, R. Zauberman, M-L. Pottier, H. Lagrange, « Mesurer le crime, entre statistiques de police et enquêtes de victimation (1985-1995) in Revue Française de Sociologie, avril-juin 1999 ; « La stabilisation globale de la délinquance masque la hausse des violences » in Le Monde du vendredi 4 février 2000, p. 10 ; B. Aubusson de Cavarlay, M-L. Pottier, P. Tournier, Les comptes du crime. Les délinquances en France et leur mesure, Paris, éd. L’Harmattan, 1994 ; B. Aubusson de Cavarlay, « La place des mineurs dans la délinquance enregistrée » in Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, 1997, 29, pp. 17-38.
31 Cf. R. Zauberman, P. Robert, Du côté des victimes. Un autre regard sur la délinquance, Paris, éd. L’Harmattan, 1995.
32 Cf. A. Touraine, La voix et le regard, Paris, éd. du Seuil, 1978.
33 « L’intervention sociologique peut être considérée comme la mise en pratique d’une théorie analytique et complexe de l’action sociale pour laquelle dans tout ensemble pratique, dans toute lutte sociale par exemple s’organisent et se hiérarchisent plusieurs ordres de significations et de rapports sociaux. » A Bolbec, cette méthode a été aménagée et simplement utilisée comme complément à d’autres méthodes plus classiques (entretiens, questionnaires, observations).
34 « En lisant cette partie inachevée, nous demandons donc au lecteur d'effectuer un travail de "décentration", autrement dit de sortir de son cadre ordinaire de perception, de ses préjugés, non pas d'abandonner ses valeurs mais de mettre de côté ses idéologies dans le but de mieux comprendre une réalité sociale polysémique et conflictuelle. En proposant cette démarche, au terme de cette étude, notre volonté est bien de développer les capacités d'action de chacun pour lutter contre la désocialisation, l'insécurité et la désorganisation sociale. » (Diagnostic local de sécurité de la ville de Bolbec, Rapport intermédiaire, LERS/IDS, novembre 2002).
35 Cf. R-K. Merton, Eléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, éd. Armand Colin, 1997.
36 Cf. M. Weber, Le savant et le politique, éd. Plon, 1963.
37 M. Wieviorka, « Le sociologue et l’insécurité » in Sociologie du Travail, n°44, 2002, p. 568.
38 P. Bougois, En quête de respect. Le crack à New York, Paris, éd. Seuil, 2001, p. 47.
39 B. Francq, « Grammaire de l’expertise », texte pour le séminaire du CADIS de Lacanau (3-5 juin 2004).
40 P. Rebughini, « Contribution à la réflexion sur quelle sociologie faisons-nous ? », texte pour le séminaire du CADIS de Lacanau (3-5 juin 2004).
41 « Pour Weber, la véritable neutralité consiste, au contraire, à expliciter clairement les présupposés à partir desquels on a opéré une sélection des faits et en avertir son lecteur. Finalement, l'objectivité dans les sciences sociales consiste à assumer pleinement la subjectivité des choix (rapports aux valeurs) qui conditionnent l'orientation initiale donnée à la recherche ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Boucher, « La recherche, la politique et les dispositifs de lutte contre l’insécurité », Socio-logos [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 19 avril 2006, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/24

Haut de page

Auteur

Manuel Boucher

Sociologue au LERS-IDS et au CADIS-EHESS

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org