Navigation – Plan du site
Recensions

Compte-rendu de : David Mandin, Les systèmes d'échanges locaux (SEL). Circulations affectives et économie monétaire. Paris, L'Harmattan, 2009, coll. "Logiques sociales"

Philippe Cibois

Texte intégral

1Faire la lecture critique d'un auteur n'a de sens que si on se place dans sa perspective : le propos de l'auteur ici n'est pas de lancer une nouvelle enquête sur les SEL (Systèmes d'échanges locaux) mais de réfléchir sur le sens que l'on peut donner à cette expérience et c'est donc plus particulièrement sur cette partie interprétative que l'attention sera portée.

2Comment étudier une institution comme les SEL ? Quelle focale faut-il donner au regard du sociologue ? Quelle perspective ? Quelles interrogations ? Certaines questions semblent obligatoires : d'où viennent les SEL, à partir de quels expériences antérieures, quelle est l'histoire des monnaies locales. Comment fonctionnent-ils, quel type de liens crée-t-il et quelles exigences relationnelles engendre-t-il, y a-t-il des particularités d'un SEL à l'autre, SEL des villes contre SEL des champs. Une autre question incontournable est le statut juridique des SEL avec le récit d'un procès fait à un SEL d'Ariège en 1996, procès perdu en première instance et gagné en appel. Ces différentes questions sont abordées par David Mandin dans une première partie qui s'appuie sur trois sortes de références : la littérature sur les SEL, leur histoire, leur statut juridique

3Dans sa deuxième partie, l'auteur regarde plus précisément comment fonctionne un SEL. Un SEL n'est pas une communauté où les relations d'échanges sont faites sans compter, mais il est un marché où des biens et des services sont tarifés et proposés à des membres anonymes du groupe. Cependant il y existe un esprit communautaire sans lequel un SEL ne se différencierait plus d'un échange commercial ordinaire. Gérer cette contradiction en contrôlant les entrées dans le système, en intervenant s'il le faut, mais surtout en ravivant l'esprit commun par des rencontres festives est ce qui fait un SEL efficace qui perdure. Les attentes ne sont pas les mêmes entre couches sociales, entre "nantis" qui disposent de biens et "ouvriers" qui n'ont que leur force de travail à échanger.

4La dernière partie est plus centrée sur une réflexion sur le rôle social de la monnaie en général et sur ce qui la différencie de la monnaie d'un SEL. Cette monnaie de SEL revivifie un aspect sous-jacent à toute monnaie, perdu par l'échange économique, qui est la valeur de lien qui s'ajoute à celle de l'échange ; qui fait que dans l'échange entre sélistes se joue une estimation personnelle des rapports autres que marchands. Le but des échanges n'est pas la maximisation financière mais la création de liens.

  • 1  Jean-Michel Servet (dir.), Une économie sans argent. Les systèmes d'échanges local, Paris, Le Seui (...)
  • 2  Jérôme Blanc, Les monnaies parallèles. Unité et diversité du fait monétaire, Paris, L'Harmattan, 2 (...)
  • 3  Smaïn Laacher, Les SEL. Une utopie anticapitaliste en pratique, Paris, La Dispute, 2003.

5La base empirique qui a permis la recherche est constituée de sept entretiens longs et d'un certain nombre de témoignages recueillis en diverses rencontres. La littérature du domaine utilisée est surtout constituée des ouvrages de Jean-Michel Servet1, Jérôme Blanc2  et Smaïn Laacher3 ; on trouve aussi la littérature sur le domaine de la socio-économie avec des auteurs attendus sur le don comme les auteurs du MAUSS (Caillé, Latouche, Godbout). Ce qui frappe le lecteur cependant est l'utilisation intensives d'autres sources : il faut noter que les auteurs les plus cités en référence sont Georg Simmel (54 citations sur 402), Emmanuel Mounier (18) Maurice Obadia (16), Max Weber (15).

6Il n'est pas certain que l'appui sur ces citations soit bien nécessaire dans beaucoup de cas : par exemple, expliquant qu'un SEL est un espace d'échange doté de permanence, l'auteur le compare au rôle social d'une ville. C'est tout à fait justifié mais est-il nécessaire de citer à ce propos Weber (référence de la note 92), qui indique qu'une ville au sens économique peut se dire quand il y a un marché local ; est-il nécessaire de citer Roncayolo ensuite pour dire que "déjà Max Weber avait associé les trois concepts d'urbanisation, d'industrialisation et de bureaucratisations" ; de citer Park pour le rappel que la ville rend libre ; de citer Durkheim pour y découvrir un lieu d'anomie ; de citer plusieurs fois Simmel quand celui-ci parle de la ville, puis Thomas, Berger et Luckmann, le tout en cinq pages. Il faut certes s'appuyer sur la tradition scientifique, mais ceci doit s'appliquer sur le domaine étudié, ici le champ de l'économie solidaire, non pour sacrifier au parachutage de citations (name dropping).

7Plus gênante est la référence à Mounier qui est introduite par : "si le SEL a bel et bien une économie marchande et monétaire, la considération de la personne humaine rappelle fortement la philosophie du personnalisme, courant né au début du XXème siècle, et plus particulièrement le personnalisme chrétien développé un demi-siècle plus tard". (p.59). Le mode de raisonnement est l'association d'idées, non la filiation ou l'influence historique. Il est bien possible que les mêmes causes produisent les mêmes effets et que la réaction de Mounier face à l'impact de l'argent au détriment de la personne ait des ressemblances avec le désir des sélistes de toujours inscrire une relation d'échange matériel dans une relation personnelle. Cependant, l'analyse des faits sociaux doit se baser sur une description précise, non sur l'évocation d'une ressemblance. Si un courant historique est mis en rapport avec un autre, il faut montrer par quel biais ou par quels relais s'est fait le passage. On ne trouve rien de cela ici (p.59-60), ni aux autres endroits où Mounier est cité.

8On pourra objecter que le personnalisme selon Emmanuel Mounier est vu ici comme un courant comme un autre, comme la pensée de Jacques Ellul ou celle de Maurice Obadia. Ces différents penseurs sont cités parce qu'ils sont des appuis pour la thèse de l'auteur, mais ne viennent pas des sélistes eux-mêmes. En effet, l'auteur a une thèse interprétative forte, donnée d'ailleurs en 4e de couverture : les relations faites dans les SEL ouvrent "la possibilité d'une conscience solidaire envisagée dans le solidarisme de Léon Bourgeois, voir celle de la constitution de communautés personnalistes à laquelle aspirait Jacques Ellul. L'utopie se fond ainsi dans une certaine actualité, celle d'une aspiration contemporaine à une économie plus humaine".

9Une telle thèse est peut-être l'espoir de l'auteur mais elle n'est pas fondée dans les faits car mettre en rapport un courant social et une pensée suppose, comme dans le cas des rapports avec le personnalisme, la possibilité d'un contact intellectuel, historique ou social dont on ne voit pas trace. Il ne s'agit que d'une évocation qui par son caractère de généralité n'est pas opératoire. L'aspiration contemporaine à une économie plus humaine peut se dire de la préservation des petits commerçants, des petites entreprises, du développement des échanges directs (sous forme de paniers) avec les agriculteurs dans les marchés, de la lutte contre le stress au travail, de la préservation de l'agriculture des pays émergents. Le niveau de généralité est tel qu'il n'a plus de spécificité, et la thèse, étant de l'ordre de la conviction, ne relève plus de la discussion scientifique.

Haut de page

Notes

1  Jean-Michel Servet (dir.), Une économie sans argent. Les systèmes d'échanges local, Paris, Le Seuil, 1999.

2  Jérôme Blanc, Les monnaies parallèles. Unité et diversité du fait monétaire, Paris, L'Harmattan, 2000.

3  Smaïn Laacher, Les SEL. Une utopie anticapitaliste en pratique, Paris, La Dispute, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Cibois, « Compte-rendu de : David Mandin, Les systèmes d'échanges locaux (SEL). Circulations affectives et économie monétaire. Paris, L'Harmattan, 2009, coll. "Logiques sociales" », Socio-logos [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 16 avril 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2449

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org