Navigation – Plan du site
L’ « esprit associatif » à l’épreuve du travail

Introduction au dossier

Anne Bory

Texte intégral

1Traiter le monde associatif comme un monde du travail est certainement une des évolutions les plus stimulantes intervenues ces dernières années dans l’analyse du monde associatif. Il fallait pour ce faire passer outre des discours associatifs enchantés promouvant les « spécificités méritoires » de l’activité associative qu’elles fondent sur l’engagement des bénévoles, leur désintéressement, leur vocation souvent, parfois leur sacrifice. Analyser le monde associatif comme un monde du travail a ainsi permis de montrer que les termes de travail, de tâche, de poste, de rôle, de hiérarchie, de division et d’organisation du travail, d’efficacité, ou encore d’évaluation composent le quotidien des acteurs associatifs, et ces termes ont pleinement pris place dans l’analyse.

2Les bénévoles sont bien des « travailleurs associatifs », pour reprendre l’heureuse expression de Matthieu Hély, au même titre que les salariés des associations, ou les volontaires qui y exercent une activité, finalement, productive. On ne s’intéresse donc plus seulement à leur utilité sociale mais aussi aux conséquences sociales, individuelles et collectives, de leurs modes d’insertion dans le salariat.

3Enfin, assimiler les espaces associatifs à des mondes de travail suppose de les comprendre comme des espaces de production, souvent d’un service, mais pas uniquement.

  • 1  Je pense ici particulièrement aux travaux de Maud Simonet, Matthieu Hély, Jean-Noël Retière, Vérèn (...)
  • 2  C’est le cas des travaux de Sylvain Lefèvre, sur le fundraising, ou notre thèse sur le bénévolat d (...)

4En s’attachant précisément à certains aspects du travail associatif et en s’appuyant sur les travaux qui ont tracé la voie de l’analyse du travail associatif1, des recherches récentes ont ainsi pu analyser certaines évolutions du monde associatif dans son ensemble, et notamment son alignement, en termes de méthodes de management, d’évaluation, d’allocation des ressources, sur le secteur privé lucratif2. Cet alignement est souvent présenté par les acteurs eux-mêmes comme faisant partie d’un processus de rationalisation de l’activité, devenue nécessaire devant l’élargissement de nombre de missions associatives, et les exigences de résultats de certains financeurs, privés et publics.  

  • 3  Le rôle de Dan Ferrand-Bechmann pour ouvrir la voie au sein de l’AFS et de l’AISLF aux jeunes cher (...)
  • 4  Sur la façon dont les discours savants et militants sur le monde associatif ont souligné ces « spé (...)

5L’ensemble de ces approches ont marqué une évolution sensible de la sociologie du monde associatif qui, après avoir eu quelque peine à être reconnue comme un domaine légitime de l’analyse sociologique3, a longtemps été marquée par une forme d’enchantement, en reprenant à son compte le discours d’auto-promotion émanant du monde associatif4.  

  • 5  Nous renvoyons aux travaux de Matthieu Hély déjà cités pour une discussion approfondie des raisons (...)

6Reste que la valorisation du désintéressement, de l’engagement, de la vocation  demeure fortement présente au sein du monde étudié. Ces notions structurent les discours des acteurs, sont pour eux chargées de sens, et scandent les justifications de l’engagement au travail, salarié et bénévole, dans le monde associatif. L’analyse ne peut se limiter à invoquer une illusio qui masquerait la réalité du travail. Il semble bien plutôt que l’analyse du travail associatif doive prendre au sérieux cette prégnance des « valeurs » dans les représentations du travail associatif.  En effet, si travailler dans le monde associatif s’accorde avec des formes de don – de temps ou de différentiel de salaire – , l’attente d’un contre- don – reconnaissance, encadrement, logistique mise à disposition – est fortement présente, et son absence s’avère extrêmement coûteuse pour le monde associatif, car elle entraîne le retrait à plus ou moins long terme de ces travailleurs5.

  • 6  Ce dossier est issu d’une session du Réseau Thématique 35 « Sociologie du monde associatif » lors (...)

7C’est à l’articulation et aux éventuelles tensions entre d’une part un « esprit associatif » revendiqué par les acteurs et d’autre part des formes de rationalisation et de professionnalisation du travail qu’est consacré ce dossier6. Volontairement choisis pour leur caractère polysémique, ces termes ont donné lieu à des communications portant sur des mondes associatifs variés au sein desquels les statuts de travailleurs varient fortement, tout comme le degré de prégnance de cet « esprit associatif » qui apparaît comme un leitmotiv aussi vague que récurrent.

8Parler d’organisation du travail associatif, de rationalisation, mais aussi de rémunération, revient-il à remettre en cause l’ « esprit associatif » ? Est-il possible de parler de formes de professionnalisation du monde associatif sans poser la question du positionnement de celui-ci vis-à-vis du monde de l’entreprise, ou vis-à-vis de ce que l’on peut appeler, selon les termes de Hughes, les professions « établies »? Les articles de ce dossier offrent des analyses variées de cette articulation, et montrent que ces questions reviennent à poser celle de la présence de professionnels dans et du monde associatif. Les articles analysent un phénomène de professionnalisation endogène au monde associatif, confronté à des questions d’échelle, et de technicité. Ces contraintes techniques – financeurs imposant des normes de gestion et de comptabilité, mais aussi réglementations concernant l’hygiène et la sécurité, ou évolution du statut de volontaire… – qui donnent lieu à la professionnalisation sont en partie exogènes, plusieurs communications y reviennent. En outre, la question des « professionnels » demeure en elle-même en grande partie une notion exogène au monde associatif, au sein duquel bénévoles et salariés viennent réinvestir des compétences acquises dans le monde de l’entreprise privée et publique. Ces savoir-faire, irrégulièrement articulés avec un statut salarié, viennent ainsi forger la « professionnalité » de ces travailleurs.

9Les trois articles de Matthieu Gateau, Romain Pudal et Pascal Ughetto et Marie-Christine Combes, se centrent ainsi sur l’analyse du travail associatif, salarié et/ou bénévole, et sur la place des notions de professionnalisation des travailleurs et de l’activité, de reconnaissance et de formation. L’émergence de la figure du « professionnel » dans les mondes du travail analysés permet de montrer comment cette figure est susceptible de menacer, au moins pour une partie des acteurs, la permanence d’un « esprit associatif ».

10Mathieu Gateau s’intéresse à des salariées associatives dont l’éthique professionnelle n’est pas, ou ne l’est que très partiellement, calquée sur l’ « esprit associatif » de l’organisation qui les emploie. Mathieu Gateau a travaillé sur deux associations de commerce équitable et sur le fort turn over qui caractérise, sur quelques années, le recrutement de salariées. Celles-ci, jeunes, diplômées, voire très diplômées, souvent dans des domaines non directement liés au commerce équitable, posent leur candidature soit à défaut de trouver des offres d’emploi ailleurs, soit parce qu’elles souhaitent travailler dans le secteur associatif – parfois spécifiquement dans le commerce équitable – pour échapper aux logiques supposées ou réelles du secteur lucratif. Mais la faiblesse des rémunérations, les conflits avec les bénévoles, le manque d’encadrement et de reconnaissance ont assez rapidement raison de la motivation de ces jeunes salariées. L’éthique et le recours aux valeurs, présents en début d’emploi, disparaissent sous l’effet des contraintes matérielles. Cette communication montre aussi que gérer des salariés, et parfois des « professionnels » - c’est le cas de quelques salariées spécialisées dans le commerce équitable – peut nécessiter des formes de professionnalisation dans les associations, les membres des conseils d’administration devant acquérir quelques compétences en termes de gestion des ressources humaines.

11Romain Pudal analyse l’environnement de travail des sapeurs pompiers volontaires, dont il a suivi le quotidien, en observation participante, dans le Val d’Oise pendant sept ans. Cette communication nous montre un groupe de volontaires, percevant une rémunération pour les gardes, rémunération non imposée et ne donnant lieu à aucun droit social, qui suivent des formations, dont les relations et la répartition des rôles est fortement conditionnée par l’ancienneté, et qui exercent leur activité aux côtés de sapeurs pompiers « professionnels » à temps plein. Les sapeurs pompiers volontaires – que le statut distingue des « professionnels » – ont  cependant, comme le montre Romain Pudal, bel et bien une forme de carrière professionnelle au sein du corps des sapeurs pompiers. L’acquisition de connaissances techniques, les formations, les grades, les règles d’ancienneté, les processus de Validation des Acquis de l’Expérience ou encore des prestations liées à l’ancienneté, mais aussi certaines revendications au sujet de la retraite ou de droits sociaux liés aux vacations, sont autant de traits qui rapprochent le volontariat du salariat. Le cas de pompiers volontaires n’ayant pas d’emploi salarié accentue encore ce rapprochement. Mais l’ensemble des considérations liées au statut matériel des sapeurs pompiers volontaires est mis en balance, par les acteurs eux-mêmes, avec un « esprit pompier » qui risquerait selon eux d’être remis en cause par une professionnalisation plus « officielle » des sapeurs pompiers volontaires, qui les feraient passer, selon l’expression de Jean-Noël Retière « du dévouement à la compétence ». Est-ce à dire que les pompiers volontaires qui revendiqueraient une augmentation de leur vacation seraient moins dévoués que les pompiers professionnels qui revendiquent une augmentation de leur salaire ? Le dévouement attendu chez un pompier volontaire peut ainsi être analysé comme un paravent pour une forme de sous-emploi.

12Dans le troisième article, Pascal Ughetto et Marie-Christine Combes ont étudié le fonctionnement des antennes locales du Secours Populaire, en se demandant en quoi consistait l’activité concrète des bénévoles. Refusant de prendre le parti pris selon lequel la professionnalisation est un élément imposé depuis le monde de l’entreprise au monde associatif, ils ont décidé de partir de l’activité bénévole qui s’exerce au sein d’une organisation productive – de services, de repas, de vêtements recyclés – et de comprendre comment le travail dans les antennes locales nécessite la mise en place de procédés d’organisation et l’acquisition de compétences que l’on peut qualifier de professionnelles, pour mener à bien la mission associative en jeu. La question du maintien de l’ « engagement » tel que conçu de manière traditionnelle – ou fantasmée – se pose alors : comment prendre en compte les demandes de bénévoles réclamant plus d’encadrement et de reconnaissance quand on attend d’eux un engagement sacrificiel auprès de populations dont les demandes sont les seules légitimement audibles au sein du monde associatif ? Le travail social n’est pas le seul effectué au sein de l’association : des travaux de nature logistique – distribution de nourriture et de vêtements- et administrative – secrétariat, standard, comptabilité, gestion des stocks, tenue de statistiques, communication – mais aussi d’encadrement sont au cœur de l’activité bénévole et salariée. Ici, pas de distinction entre salariés et bénévoles et le sentiment de faire au jour le jour, sans directives communes à toutes les antennes, est partagé par tous. La question de la reconnaissance du travail « amateur » des bénévoles se place au cœur de l’articulation entre esprit associatif et éthique professionnelle : le premier rend-il possible cette reconnaissance ? La seconde n’est-elle pas avant tout une forme de reconnaissance, qui met en place une frontière entre ceux qui savent faire et les autres ?

  • 7  Jean-Pierre Le Crom et Jean-Noel Retière, « Nourrir les pauvres : assister et/ou entreprendre ? », (...)

13Comme Matthieu Gateau, Pascal Ughetto et Marie-Christine Combes envisagent ainsi la professionnalisation comme un remède à un amateurisme qui entraînerait systématiquement des prestations de moindre qualité tant dans le monde associatif que dans le monde de l’entreprise ou de l’administration. L’augmentation en volume des activités – notamment dans le domaine de l’aide alimentaire, étudiée également par Jean-Noël Retière et Jean-Pierre Le Crom7 – la nécessité d’assurer un développement commercial, une gestion des stocks, une gestion du personnel salarié et bénévole placent les associations devant la question de la professionnalisation. C’est également le cas des sapeurs-pompiers volontaires, encouragés à acquérir des connaissances techniques et à s’engager fortement alors que la conciliation avec leur vie « professionnelle » salariée pose problème.

  • 8  Nous renvoyons ici à notre recherche doctorale, précédemment citée.

14Les travailleurs qui sont ici analysés, qu’ils soient bénévoles, « volontaires » ou salariés, posent de façon aigüe la question de l’engagement au travail. A priori, ils pourraient faire figure de salariés idéaux au sein du système capitaliste. En effet, ils s’engagent volontairement, ne le font pas contre rémunération dans le cadre du bénévolat, ou contre une rémunération plus faible que dans d’autres secteurs ou que celle de « professionnels » du même secteur pour les salariés et les volontaires, et associent à leur travail des ressorts moraux qui les engagent fortement. C’est d’ailleurs précisément pour associer ce fort engagement moral au travail salarié effectué au sein du monde de l’entreprise que des politiques de mécénat assurant la promotion du bénévolat sont mises en place dans de nombreuses grandes entreprises, aux Etats-Unis mais aussi en France8.

15Mais si ce travail associatif ne s’exerce que parce qu’il y a engagement, il ne semble se maintenir que s’il est organisé, encadré et valorisé, et si ce cadre permet aux travailleurs associatifs de fournir un travail d’une qualité qui les satisfasse. Cette qualité est alors intimement liée au sentiment d’utilité sociale ou plutôt d’ « utilité au monde », pour reprendre l’expression de Robert Castel, qui est produit par l’achèvement de ce travail. La question du maintien de l’engagement au travail, souvent étudiée dans le cadre de l’entreprise privée, traverse ainsi largement le travail associatif, salarié mais également bénévole. « Un cadre de travail que l’on aimerait à la hauteur de l’ampleur de la tâche » : c’est ainsi que Pascal Ughetto et Marie-Christine Combes définissent la professionnalisation du processus productif au sein de l’association qu’ils étudient. Elargie aux notions de conditions d’emploi et de travail, c’est une conception qui traverse les analyses de Romain Pudal et Mathieu Gateau, et l’ensemble de ce dossier.

Haut de page

Notes

1  Je pense ici particulièrement aux travaux de Maud Simonet, Matthieu Hély, Jean-Noël Retière, Vérène Chevalier et Sébastien Fleuriel : SIMONET Maud. Penser le bénévolat comme travail pour repenser la sociologie du travail.  Revue de l’I RES, 2004, n°44, p.141-156 (http://www.ires-fr.org/IMG/File/r445.pdf); HELY Matthieu. Les métamorphoses du monde associatif. PUF, collection Le lien social, 2009 ; RETIERE Jean-Noel. Etre sapeur pompier volontaire : du dévouement à la compétence. Genèses, juin 1994, n°16, p.94-113 ; Chevalier Vérène, Fleuriel Sébastien. Travail bénévole et marché du travail sportif. Les Mondes du Travail, 2008, n°5, p. 67-79.

2  C’est le cas des travaux de Sylvain Lefèvre, sur le fundraising, ou notre thèse sur le bénévolat d’entreprise en France et aux Etats-Unis : LEFEVRE Sylvain. Le sale boulot et les bonnes causes : institutionnalisation et légitimation du marketing direct au sein des ONG. Politix, 79, 2007, p.149-172 ; BORY Anne. De la générosité en entreprises. Mécénat et bénévolat des salariés dans les grandes entreprises en France et aux Etats-Unis, thèse soutenue pour le doctorat de sciences sociales, Université Paris I, décembre 2008, 596 p. (http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00348309 ).

3  Le rôle de Dan Ferrand-Bechmann pour ouvrir la voie au sein de l’AFS et de l’AISLF aux jeunes chercheurs qui travaillaient sur le monde associatif doit être ici souligné.

4  Sur la façon dont les discours savants et militants sur le monde associatif ont souligné ces « spécificités méritoires », nous renvoyons à l’intervention d’Yves Lochard lors du colloque sur le travail associatif qui s’est tenu à l’Université Paris Ouest en mars 2008.

5  Nous renvoyons aux travaux de Matthieu Hély déjà cités pour une discussion approfondie des raisons pouvant expliquer l’acceptation d’un salaire moindre dans l’économie sociale et solidaire en comparaison du secteur lucratif. Rappelons néanmoins que celle-ci, tout comme la possibilité de refuser ce différentiel de salaire, est fortement conditionnée par le positionnement social des salariés et la structuration du marché du travail, et notamment de l’emploi public.

6  Ce dossier est issu d’une session du Réseau Thématique 35 « Sociologie du monde associatif » lors du dernier congrès de l’AFS et intitulée « Esprit associatif et éthique professionnelle », et il a été coordonné en étroite collaboration avec Sylvie Célerier, qui a largement alimenté les réflexions présentes dans cette introduction.

7  Jean-Pierre Le Crom et Jean-Noel Retière, « Nourrir les pauvres : assister et/ou entreprendre ? », in Lionel Prouteau (dir.), Les associations entre bénévolat et logique d'entreprise, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. L'univers des normes, 2003, p. 67-84.

8  Nous renvoyons ici à notre recherche doctorale, précédemment citée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bory, « Introduction au dossier », Socio-logos [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2454

Haut de page

Auteur

Anne Bory

Centre d’Etudes de l’Emploi anne_bory@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org