Navigation – Plan du site
L’ « esprit associatif » à l’épreuve du travail – Dossier coordonné par Anne Bory et Sylvie Célerier

Ni professionnel, ni bénévole : être pompier volontaire aujourd’hui

Romain Pudal

Résumé

Peu de gens savent que l'immense majorité des pompiers français sont aujourd'hui des volontaires rémunérés à la vacation pour assurer des missions de secours à victime et de lutte contre les incendies. Le statut de bénévole n'a donc tout simplement plus cours. Dans cet article, nous analysons les multiples évolutions qui ont affecté cet engagement comme pompier volontaire dont la professionnalisation grandissante suscite de nombreuses tensions : entre volontaires et professionnels (Fonction Publique Territoriale) puisque les professionnels sont soumis à la "concurrence" de personnels assurant les mêmes missions pour des rémunérations bien inférieures; mais aussi entre les volontaires eux-mêmes qui ne cessent de s'interroger sur les exigences professionnelles attendues d'eux et sur les motivations des plus jeunes soupçonnés de ne pas partager les valeurs traditionnelles de l'"éthique pompier" basée sur le désintéressement et l'altruisme. Notre travail s'appuie sur une enquête ethnographique de plusieurs années au sein d'un service départemental d'incendie et de secours de la grande couronne parisienne, de nombreux entretiens semi-directifs et informels et sur des documents d'archive.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les services de secours d’urgence aux personnes et de lutte contre les incendies sont très largement assurés en France par une sorte d’armée de volontaires – anciennement des bénévoles – c’est-à-dire de personnes qui occupent ces fonctions de secouristes et de pompiers en plus et à côté de leur activité normale : études, travail salarié ou recherche d’emploi.

  • 1  Rapport sur la modernisation de la Sécurité Civile, 2003. Rapport « Ambition Volontariat », Commis (...)

2Il existe trois statuts de pompiers en France : les militaires (Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris / Bataillon des Marins Pompiers de Marseille) autour de 11 000 ; les professionnels (ayant statut de fonctionnaires territoriaux), à peu près 35 000 ; et les volontaires aux alentours de 200 000. Les chiffres sont en eux-mêmes assez parlants : sans le volontariat, le service public de secours des pompiers n’existerait absolument pas, notamment dans les zones rurales. Les modalités d’engagement, de formation et de rémunérations sont très variables d’un Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) à l’autre car il y a eu départementalisation progressive des SDIS1.

  • 2  Pas un seul de nos enquêtés n’a utilisé d’autres mots que ceux de « boulot », « taf », « job », et (...)

3L’engagement chez les pompiers a longtemps relevé du pur bénévolat et mettait en avant les qualités humaines requises pour ce faire (Retière, 1994), qualités résumées dans ce que l’on peut appeler l’ « éthique pompier » par un triptyque : altruisme, efficience, discrétion. Cet engagement, basé sur le dévouement personnel des bénévoles, a pris depuis plusieurs années une nouvelle tonalité liée à la professionnalisation grandissante de l’activité2.

  • 3  Comme nous le disions, la politique de départementalisation induit des différences et des décalage (...)

4En quelques années, les exigences professionnelles se sont considérablement accrues : l’augmentation de l’activité opérationnelle dans les secteurs urbanisés (les populations les plus défavorisées ayant plus souvent recours aux services publics gratuits), la plus grande technicité liée aux feux urbains (matériaux de constructions, immeubles grande hauteur...) mais aussi la plus grande sollicitation de services de secours polyvalents (depuis l’ascenseur bloqué aux violences urbaines en passant par les accidents de la route...), tous ces éléments ont contribué à cette professionnalisation grandissante. En à peu près vingt-cinq ans3, le bénévolat s’est transformé en volontariat et les pompiers volontaires sont dorénavant rémunérés sous forme de vacations. Ces évolutions, dont nous allons développer les tenants et les aboutissants, ont conduit à créer deux types de tensions chez les sapeurs pompiers : des tensions entre volontaires défendant deux modèles de l’engagement - l’un plus ancien faisant appel aux qualités humaines et craignant que la rémunération, même modique, conduise au dévoiement de l’éthique pompier ; l’autre relevant d’un engagement plus « rationnel » qui voit dans le volontariat un début de professionnalisation, une rémunération possible et une solution d’attente entre fin des études et entrée dans la vie professionnelle. Des tensions entre volontaires et professionnels existent aussi puisque les seconds doivent constamment faire la preuve de leur plus grand professionnalisme face à des volontaires susceptibles d’occuper les mêmes fonctions, d’avoir les mêmes responsabilités qu’eux sans que cela ne soit leur métier.

5La professionnalisation grandissante du volontariat pompier donne à voir des phénomènes similaires à ceux que décrit Stebbins sur le « loisir sérieux » (Stebbins, 1982, 1992). C’est précisément l’inscription dans une carrière impliquant l’acceptation des standards d’excellence des professionnels, l’accumulation de connaissances techniques, de compétences et de responsabilités, mais aussi les gratifications personnelles (financières et symboliques) qui constituent les critères par excellence du « serious leisurer », autrement dit de l’amateur au sens précis que lui donne Stebbins et qui ne renvoie donc pas au champ sémantique du hobby ou du passe-temps (Chevalier, Simonet, 2010).

  • 4  Je tiens en particulier à remercier ici Anne Bory, Maud Simonet, Matthieu Hély et Jean-Noël Retièr (...)

6Notre enquête a grandement bénéficié des travaux de sociologues du travail4 qui montrent que les différentes formes de bénévolat, de volontariat, notamment dans le secteur associatif, doivent être considérées aussi comme des activités professionnelles, pour en proposer une sociologie en rupture avec les prénotions qui ont tendance à les considérer comme des engagements personnels purement désintéressés. Cette conception empêche de voir que de très nombreux secteurs d’activité (travail social, éducation...) reposent sur des travailleurs qui n’ont pas le statut de professionnels salariés mais font bien le métier comme des professionnels. C’est précisément le cas des sapeurs pompiers en France comme avait commencé à le montrer Jean-Noël Retière sous titrant son article « du dévouement à la compétence ». C’est cette idée qui nous servira de fil rouge dans cet article.

I. Le cadre de l’enquête et sa méthodologie

Qui sont les pompiers volontaires ?

  • 5  Bilan d’activité 2006, 2007, SDIS. Bilan Social 2006, 2007 SDIS.

7Quelques éléments de cadrage s’imposent pour préciser la situation d’enquête : il s’agit ici d’un travail dans un département qui compte 1032 SPP et 1355 SPV (chiffres 2007 ayant peu évolués depuis) soit 108 volontaires (SPV) pour 100 000 habitants ; les SPV représentent 88 % des sapeurs et caporaux, autant dire l’écrasante majorité des gens qui sont opérationnels, sur le terrain et donc très peu font partie de la chaîne de commandement ou de l’administration. 10% sont sous-officiers. Restent 2% d’officiers et de SSSM (service médical). Depuis les années 1970, il y a eu un accroissement de près de 28 % des SPV même s’il y a une baisse des engagements depuis quelques années au niveau départemental (et national) et leur nombre est à peu près équivalent à celui des autres SDIS de la Région Ile de France. L’âge moyen est de 31 ans, les 18-25 ans représentent 35% des effectifs, 71 % ont moins de 35 ans : c’est à n’en pas douter une activité que l’on pratique jeune, à la fois pour des raisons de capacité physique mais aussi parce qu’avec le temps, l’obtention d’un emploi stable et le fait de fonder une famille finissent par devenir incompatibles avec des gardes postées chaque semaine en caserne5.

8On notera aussi une donnée importante déjà mise en lumière et analysée par Jean-Noël Retière, à savoir la proximité existant entre les emplois les plus fréquemment occupés par les volontaires et l’activité pompier. En effet, il y a parmi les volontaires 8% d’étudiants ; 5% de demandeurs d’emploi ; près de 20% dans la fonction publique (territoriale, d’Etat, hospitalière) ; 12% dans les Grandes entreprises (dont beaucoup comme agents de sécurité sur les sites SEVESO, les industries pétro-chimiques, les sites dits sensibles), 11% en PME. Ceux qui sont actifs sont souvent agents de sécurité incendie (à l’hôpital, dans les gares, les administrations, les centres commerciaux...), brancardiers, permanenciers du SAMU ou ambulanciers. On trouve encore des agents de maintenance dans l’industrie pharmaceutique ou les banques (distributeurs automatiques de billets), des policiers, des ouvriers qualifiés du bâtiment ou de l’automobile, des professeurs de sport et des maître-nageurs. Beaucoup de volontaires travaillent pour le SDIS dans d’autres services (habillement, opérateur au Centre d’appel du 18, techniciens...). Pour les étudiants, les filières STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) sont bien représentées et, plus rares, la filière « Hygiène et Sécurité » ou encore gestion. Enfin, nombreux sont ceux qui sont à la recherche d’un emploi et enchaînent des périodes de chômage pendant lesquelles ils sont très présents à la caserne et des petits boulots dans les métiers évoqués plus haut.

La double dimension morpho-géographique du département enquêté

  • 6  Les guillemets non suivis de références bibliographiques indiquent des citations de conversations (...)

9Par ailleurs, la spécificité du département tient à sa double dimension morpho-géographique : une assez large partie est constituée par de vastes espaces ruraux et reste dans des formes de volontariat « ancienne mode », plus rural, fort bien décrite par Jean-Noël Retière : sociabilité locale, enracinement géographique, familles de pompiers, âge plus élevé, interventions moins nombreuses, plus grande réticence face aux impératifs officiels du SDIS sur la formation continue par exemple, les stages, l’avancement... Cette résistance face à la dimension réglementaire de l’activité se double d’un orgueil strictement pompier – si l’on peut dire - difficile à résumer en quelques mots. D’une part, l’idée d’être soumis à un règlement et une hiérarchie trop stricts irritent bon nombre de pompiers, surtout volontaires puisqu’il ne s’agit pas de leur métier ; d’autre part, et c’est un sentiment partagé par le plus grand nombre, le choix d’une carrière de pompier serait révélateur, aux dires de beaucoup, de leur refus d’un travail de bureau, fait de routines et de contraintes. Tout ceci n’étant donc pas compatible avec le suivi scrupuleux et scolaire d’un règlement élaboré par des "gratte-papiers ignorants les réalités du terrain"6.

  • 7  Sur tous ces phénomènes de « violence urbaine », leurs étiquetages et leurs effets, on consultera (...)
  • 8  L’analogie avec l’univers militaire présente de nombreuses dimensions : depuis le respect de la hi (...)

10Le reste du département par contre est confronté aux grands ensembles urbains, aux problèmes des banlieues et se trouve à proximité du secteur BSPP (militaire) avec des interventions parfois communes (renforts sur La Courneuve dans ce qu’il est dorénavant convenu d’appeler officiellement les « violences urbaines » : cette catégorie d’intervention est apparue officiellement depuis quelques années)7, ce qui crée des formes de rivalité mais aussi d’émulation voire d’imitation : on dit de ce département que c’est « très carré ! », soulignant ainsi que pour un SDIS de pompiers civils le fonctionnement n’est pas très éloigné de celui d’une institution militaire8.

Une enquête ethnographique menée comme homme du rang

  • 9  Voir sur ce point les contributions réunies dans Bensa Alban, Fassin Eric, Les politiques de l’enq (...)
  • 10  Arborio Anne-Marie, Cohen Yves, Fournier Pierre, Hatzfeld Nicolas, Lomba Cédric, Muller Séverin, O (...)
  • 11  Les problèmes d’effectifs étant récurrents, on peut en effet être pompier professionnel et, en plu (...)
  • 12  Rapports d’activité du centre de secours de N. en 2007. Document interne.

11C’est un engagement personnel comme sapeur-pompier volontaire – depuis le grade de Sapeur deuxième classe jusqu’au grade de Caporal-Chef, dernier grade d’homme du rang avant de devenir éventuellement Sous-Officier - qui nous a conduit à nous intéresser d’année en année aux évolutions du volontariat. Notre enquête relève initialement plus d’une « participation observante »9 que d’une observation participante et nous avons progressivement adopté une posture méthodologique relevant de l’enquête ethnographique dont on trouvera de nombreux exemples notamment chez les sociologues du collectif « Observer le travail » qui donne la priorité à l’observation in situ des pratiques et des relations, au recueil des paroles en situation.10. Cette enquête repose donc sur un travail ethnographique de huit années comme pompier volontaire (à raison de 24 heures de garde en caserne par semaine au minimum) dans un département de la grande couronne (après un passage d’un an à la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris lors de notre service militaire) et sur une série d’entretiens approfondis (une vingtaine allant de 40 minutes à deux heures) entre mars et avril 2008 doublés de multiples conversations plus ou moins informelles avec pratiquement l’ensemble des volontaires du Centre d’Incendie et de Secours de N. ainsi que des professionnels pour la plupart eux-mêmes anciens volontaires ou ayant un double statut11. Les entretiens ont eu lieu pendant les temps de gardes, l’après-midi, mais aussi le plus souvent le soir et le week-end puisque ce sont les moments où l’on rencontre le plus grand nombre de volontaires à la caserne. Nous avons pu bénéficier des statistiques faites par les responsables du service de la Compagnie du centre de secours portant sur le nombre de gardes par agent (décomposées en 24h/ Nuit/Jour/ Week-end) pour la totalité de l’année 2007, ce qui permet d’objectiver les différentes situations des volontaires du centre12 .

  • 13  Rapports d’activité des SDIS des différents départements de la grande couronne.

12Cette enquête s’est enfin doublée d’entretiens avec les officiers en charge du volontariat dans les Yvelines (en février 2007), d’une rencontre avec l’ensemble des responsables du volontariat dans les départements de la grande couronne (Seine et Marne, Essonne, Yvelines, Val d’Oise) afin de se donner des éléments comparatifs interdépartementaux13 .

  • 14  Les dévidoirs sont des sortes de tambours en acier sur lesquels se trouvent enroulés les tuyaux du (...)

13Mais il faut souligner que l’essentiel de ce que nous avons pu apprendre ne vient pas des entretiens semi-directifs classiques mais des discussions informelles. La confiance a mis longtemps à s’instaurer : on se méfie des « intellos prises de tête » et beaucoup, n’ayant pas de bons souvenirs de l’école, n’apprécient pas spontanément « les profs » - c’est ainsi que nous nous présentons habituellement. Il y aurait beaucoup à dire – mais ce n’est pas l’objet ici - sur les rites de passage constitutifs de ce milieu, l’inculcation d’une hexis corporelle spécifique et reconnaissable, un idiolecte particulier avec son accent et beaucoup de jeunes recrues, à commencer par nous-même, rencontrent des difficultés au début. Comme il est répété à l’envi : « il faut qu’ils fassent leurs preuves sinon ils prennent la confiance, respectent même plus ton grade, tes années de bottes et croient qu’on a tiré les dévidoirs14 ensemble... ! ».

II. Un engagement dorénavant rémunéré : « On entre par vocation, on reste pour les vacations » ?

14C’est l’une des expressions humoristiques régulièrement employées qui signale qu’une des évolutions professionnalisantes majeures qui a touché l’activité pompier en quelques années est l’apparition progressive puis la généralisation des vacations. Il s’agit d’un système complexe dont les détails sont assez peu maîtrisés par la plupart des pompiers volontaires. Elles correspondent en effet à un taux horaire variant en fonction du grade, des heures (jour, nuit, week-end...le cas des pompiers volontaires est archétypique de « la norme des horaires hors normes » pour reprendre l’expression de Matthieu Hély(Hély, 2008)), du statut (en intervention ou en caserne) et varient donc de 35% du taux horaire à 200% du taux horaire de base.

15Le droit au versement de vacations horaires récompense l’accomplissement des missions des services d’incendie et secours définies à l’article L. 1424-2 du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT), l’accomplissement des missions du service de santé et de secours médical définies à l’article R. 1424-24 du CGCT, la participation aux actions de formation et l’exercice de responsabilités administratives.
Elles ne sont assujetties à aucun impôt ni soumise aux prélèvements prévus par la législation sociale, sont incessibles et insaisissables et cumulables avec tout revenu ou prestation sociale.
Arrêté du 31 décembre 2008 fixant le taux de la vacation horaire de base des sapeurs-pompiers volontaires :
- officiers 10,52 € ;
- sous-officiers 8,48 € ;
- caporaux 7,52 € ;
- sapeurs 7 €. [Les sapeurs et caporaux représentent 95 % des effectifs dans les centres de secours dans lesquels notre enquête a été menée]
15.

16Le flou qui a longtemps entouré ce type de rémunération tend à être de plus en plus dissipé, grâce notamment à des contrôleurs de gestion mais aussi à l’informatisation qui permet un décompte des vacations à la minute près. Ce décompte fait l’objet d’une feuille de vacations remise sous enveloppe dans les casiers des pompiers en caserne sur laquelle est spécifiée : « ceci n’est pas une feuille de salaire ». En effet, aucun organisme financier (pour un prêt par exemple) et aucune administration ne reconnaît officiellement cette rémunération. Et il est rappelé régulièrement, surtout de la part des professionnels, que les volontaires n’ont pas à se plaindre puisqu’ils ne paient pas d’impôt sur ces revenus, de même qu’il n’existe pas de plafond officiel touchant les vacations, ce qui autorise quelques débordements dans certains centres. Il est en effet de notoriété publique que certains pompiers volontaires, surtout jeunes et sans emploi, vivent de leur vacation « en faisant tourner » des centres qui manquent de personnels ; la situation tend à disparaître puisque les vacations doivent constituer un complément de salaire et non une rémunération à part entière mais les cas de volontaires faisant du 24/24 (à savoir 24 heures de garde suivies de 24 heures de repos) n’étaient pas si rares il y a peu. Ces derniers rappellent ainsi souvent aux professionnels qu’ils font le même travail qu’eux sur le terrain en coûtant beaucoup moins à la collectivité : ils illustrent ce faisant sans le savoir la maxime proposée par Matthieu Hély : « à travail égal, salaire inégal ».

 « Si t’es là pour le fric, t’as rien à faire chez nous ! »

  • 16  Plaquette de présentation du volontariat réalisée par les services communication des départements.

17Mais ce qu’il faut noter avant tout, c’est que tous nos interlocuteurs ont souligné qu’ils ne « faisaient pas ça pour l’argent ». Bien que la dimension financière du volontariat soit une marque de reconnaissance du travail accompli et des sacrifices consentis (par rapport à la vie de famille notamment) – personne ne souhaiterait revenir en arrière – tous soulignent qu’il y a d’autres moyens plus intéressants pour gagner de l’argent. Lorsqu’on interroge les volontaires sur les moyens d’enrayer le désengagement dont souffre le volontariat pompier ou de contribuer à la fidélisation des volontaires, l’augmentation du taux de vacation horaire n’est que rarement envisagée. L’un de nos collègues a néanmoins souligné la faiblesse de cette rémunération comparée à celle de permanencier au SAMU (ce qui est son cas) tandis qu’un autre a lâché sans fioriture : « on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre ! ». Plusieurs explications peuvent être avancées pour expliquer cette réticence à aborder de front la thématique des vacations : la première tient tout simplement au fait que les vacations ne constituent pas la motivation première des pompiers volontaires, loin s’en faut. Mais il ne faut pas oublier non plus que la simple évocation d’un intérêt financier lié à cet engagement reposant officiellement sur le désintérêt, l’altruisme et le sens civique passe très mal dans le milieu. On touche ici précisément à l’une des tensions que nous évoquions : les volontaires plus âgés rappellent souvent que leur engagement s’est fait dans un contexte où les vacations existaient peu, étaient très modestes, bref qu’elles ne représentaient en rien l’une de leurs motivations. Ils se montrent parfois suspicieux à l’égard des plus jeunes dont ils pensent qu’ils s’engagent pour « l’argent facile ». Symptomatiques de cette difficulté à évoquer la rémunération dans le cadre du volontariat, les brochures de présentation du volontariat dans les Yvelines et dans d’autres départements ne mentionnent pas les vacations afin de ne pas « attirer les gens pour cette raison » et de ne pas « dénaturer le volontariat »16.

  • 17  Il s’agit de la notion forgée par Bateson qui désigne un état de tension psychologique suscité par (...)

18 On retrouve sur ce point le phénomène décrit par Matthieu Hély lorsqu’il explique : « ces résultats viennent donc conforter l’idée que les profits symboliques procurés par le travail associatif, comme la contribution au bien commun (ou à la genèse de "positive social externalities" selon Preston), viennent souvent compenser la perception de rémunérations faibles. En revanche, déterminer si ce consentement à une diminution de salaire résulte d’un accord implicite de la part du salarié ou s’il est le fruit de l’intériorisation de la morale du désintéressement qui imprègne le bénévolat associatif continue d’appeler une discussion plus approfondie » (Hély, 2008, p. 136). Ce type de tension entre désintéressement et revendication d’une meilleure rémunération confinant parfois presque au "Double Bind17" est très fréquent dans le milieu des pompiers volontaires.

  • 18  Même si nous ne disposons pas de données sur l’ensemble du département, nous pouvons extrapoler à (...)

19Il est à noter en effet que presque 50% de nos interviewés ont vécu à un moment ou un autre quasi exclusivement de leurs vacations, qui représentent en temps normal un complément de revenus appréciable et apprécié : chacun gagne en moyenne 300 euros par mois pour quatre à six gardes de 12 heures / mois comprenant au moins un (voire deux) week-end. Les disparités sont évidemment très grandes entre les salariés et les volontaires sans emploi ou encore les étudiants. C’est un phénomène qui là aussi n’est pas sans rappeler ce qu’écrit Maud Simonet sur le bénévolat et le sous-emploi. Le volontariat pompier relève quasiment du bénévolat - dans l’esprit tout au moins - pour des étudiants ou des salariés qui y trouvent une certaine façon de s’engager dans la Cité : aider les plus démunis, secourir son prochain, assurer le fonctionnement d’un service public de secours, de multiples raisons sont alors invoquées pour l’expliquer. Il relève néanmoins et corrélativement « d’une expérience de sous-emploi » pour ceux qui ne trouvent guère d’emploi souvent en raison d’un niveau d’étude peu élevé18 et des difficiles conditions d’accès au marché du travail pour les plus jeunes notamment. Comme l’écrit Maud Simonet, « cette différenciation sociale se cristallise notamment dans leur rapport à l’indemnité perçue » : les vacations sont un complément de revenus ou de l’argent de poche pour les premiers mais constituent la seule rémunération pour les seconds (Simonet, 2007, p. 4). Cette distinction, réelle source de tensions parfois, ne doit pas selon nous être trop rigidifiée puisque l’on peut tout à la fois être en situation de sous-emploi et « avoir besoin des pompiers pour vivre » et vouloir gagner sa vie grâce à un engagement citoyen, altruiste, militant...

  • 19  Voir sur ce point la conclusion de Jean-Noël Retière, art. cit., 1994.

20Beaucoup espèrent obtenir le statut de professionnel après leur engagement comme volontaire, et tentent régulièrement les « concours pros » pour devenir, enfin, fonctionnaires. Nombreuses sont aussi les discussions portant sur l’importance des vacations pour un volontaire : les jeunes sont fortement incités par les plus anciens à faire une « vraie formation », chercher un « vrai boulot », avoir un « vrai diplôme », bref ne pas se laisser « endormir par l’argent facile des vacations »19...

  • 20  La tradition d’un humour populaire est très vivante chez les sapeurs pompiers : blagues, vannes, « (...)

21La rémunération du volontariat pompier n’en finit pas d’alimenter les discussions et les vannes20 parmi les pompiers : beaucoup soulignent leur attachement à la notion de volontariat, dans le sens d’un pur bénévolat. Il semblerait que cette tradition d’engagement volontaire/bénévole – hors rémunération - soit plus présente dans un contexte rural. Ainsi, on nous a rapporté que des volontaires du Nord et de l’Est ont refusé pendant des années d’encaisser leurs vacations en les reversant par exemple sur le compte des pupilles.

  • 21  Une erreur sur une manœuvre sera ainsi vite sanctionnée par un : « Et oui qu’est-ce que tu crois, (...)

22Par ailleurs, deux mots du jargon interne disent assez l’importance de cette rémunération pour caractériser deux figures de volontaire et sont emblématiques des tensions inhérentes à cet univers professionnel: on parle donc de « Vakéraptor » pour celui qui touche une jolie somme et de « Prolontaire », mot valise qui désigne le volontaire souvent chômeur qui « passe plus de temps que les pros à la caserne » et finit par (presque) mieux connaître le centre qu’eux. C’est dire si la concurrence entre volontaires et professionnels peut être parfois rude voire tendue et que les professionnels n’ont de cesse de réinstaurer de la distance souvent par la violence symbolique21 lorsqu’ils se sentent menacés par un volontaire trop zélé ... il ne fait pas bon être un « Volduche » (autre terme connoté de façon assez péjorative) certains jours ou avec certaines gardes.

III. A fonctions égales, formations identiques : « avant on n’avait pas tous leurs bouquins et on faisait bien le boulot quand même ! »

23 L’importance de la formation dans le volontariat pompier est une autre composante de ce phénomène de professionnalisation. Commençons par une anecdote, un échange entre deux pompiers, un plus ancien et un responsable de la formation plus jeune : « - Ca sert à quoi ta formation, là ? avant on se débrouillait bien aussi...- C’est sûr, t’avais un feu chimique, pour savoir ce qui cramait, t’envoyais un gars, il revenait à moitié asphyxié, tu te disais « tiens c’est toxique »...et puis un autre gars, qui revenait avec un moignon, et tu te disais « tiens c’est corrosif aussi ! » et puis une fois que t’avais dézingué ton fourgon, tu savais ce qui brûlait... ! c’est sûr c’est une technique ! – T’en rajoutes pas un peu, non ?Au moins ce qu’il y a de bien, c’est que dans vos formations, on vous apprend à raconter de belles histoires... !».

Des soldats du feu aux techniciens du risque ?

24Les exigences en termes de formation ont tendance à devenir de plus en plus fortes : stages multiples (stage de base, secourisme, chef d’équipe, spécialités...), apprentissage par cœur avec examens (écrits et pratiques), manœuvres quotidiennes, manœuvres mensuelles pour les volontaires, quota annuel d’heures de formation pour chaque volontaire, tout concourt à faire du pompier, anciennement « soldat du feu », un « technicien du risque ». Nombreux sont les arguments avancés en faveur de cette évolution : de meilleures connaissances sont un gage de sécurité - pour les pompiers comme pour les victimes - la technicité et la dangerosité des interventions ne cessent de croître, les technologies (matériels, tenues d’intervention, engins...) à disposition demandent de plus grandes connaissances pour les mettre en œuvre. Il n’en demeure pas moins que cette omniprésence de la formation contribue à la professionnalisation du volontariat et comporte certains risques. L’un des plus évidents est celui d’une trop grande abstraction de la formation : les pompiers y rechignent souvent et mettent en avant leur savoir-faire pratique, leur expérience qui seraient trop négligés même s’ils reconnaissent un certain intérêt aux codifications en termes de Guide National de Référence ou de documents officiels. Nous retrouvons sur ce point des éléments parfaitement mis en lumière par Jean-Noël Retière : passer des « soldats du feu » aux « techniciens du risque » ne relève pas seulement d’une évolution prétendument naturelle du métier mais bien d’une survalorisation des compétences « confinant à l’obsession » (Retière, 1994, p. 109). Nous avons pu observer tous les phénomènes qu’il décrivait ainsi : « Si l’inquiétude éprouvée par certaines catégories de volontaires éclaire, même indirectement, la crise du recrutement, c’est dans la mesure où elle nomme leurs hantises de ces exigences nouvelles en matière de formation et leur amertume de voir s’effacer certains usages (populaires ) de la sociabilité de corps [...]. Dès lors le seul dévouement, auparavant essence même de l’action, apparaît comme une sorte de valeur ajoutée, une qualité reléguée, presque menacée d’obsolescence à côté d’une compétence itérativement prônée » (Retière, 1994, p. 110). Parfois vécue sur un mode humoristique comme dans notre anecdote, cette évolution est aussi quelquefois douloureusement ressentie et décrite. L’un de nos collègues nous disant avec une certaine amertume : « avant on était tous ensemble, y avait un même état d’esprit quoi...prends Untel, je dis pas, il connaît des tas de trucs en chimie à sa fac là mais c’est pas un pompier ce gars-là, il a pas la mentalité, il a pas l’esprit pompier... ». Où l’on retrouve cette tension entre deux figures de volontaires dont nous tentons de montrer les différentes dimensions.

25En outre, la nécessité proclamée de maintenir un haut niveau de formation homogène entre professionnels et volontaires conduit à survaloriser les stages mais la disponibilité de ces deux populations de pompiers est évidemment très inégale. Pour les professionnels, les stages sont pris sur le temps de travail, c’est de la formation continue ; pour les volontaires, il faut ou sacrifier des congés ou avoir beaucoup de temps. Officiellement, tous les stages sont en effet indifférenciés, ce qui signifie qu’à quelques exceptions près ils sont ouverts aux pompiers professionnels ou volontaires et qu’ils dispensent les mêmes formations dans les deux cas. Cet alignement par le haut de la formation a évidemment des effets importants : une plus grande mixité entre pompiers professionnels et volontaires, une plus grande légitimité aussi des volontaires, moins accusés d’être par exemple des « sous-officiers canada dry ». Il n’en demeure pas moins que la formation initiale des professionnels, qui dure quatre mois complets et n’a pas d’équivalent pour les volontaires, constitue une étape privilégiée dans le processus d’insertion des recrues et leur sentiment d’appartenir véritablement à une corporation de professionnels. Toutes nos observations tendent à montrer que pendant cette période de huis-clos entre professionnels longue de quatre mois, les formateurs insistent lourdement sur le fait qu’ils sont des « pros », c’est-à-dire de vrais pompiers et beaucoup sortent de leur formation en dénigrant les « Volduches » et autres « PEV » (pompier volontaire) qui prétendent faire le même travail mais n’en ont qu’une connaissance limitée et lacunaire.

Etre pompier volontaire, une « carrière invisible » (Kaplan Daniels)

26L’accent mis sur les formations contribue à la confusion des genres entre professionnels et volontaires et peut, paradoxalement, renforcer les tensions. Ainsi, la mixité entre volontaires et professionnels et l’indifférenciation des fonctions et des activités peuvent être vues comme des gages de l’efficience de tous les personnels. Mais dans le même temps, elles induisent l’idée que des volontaires peuvent faire aussi bien que des professionnels en n’ayant pas eu la même formation initiale, en n’effectuant pas le même nombre de gardes mensuelles etc. Lorsqu’il y a une intervention, les volontaires et les professionnels sont parfaitement indistincts aux yeux de la population mais aussi dans les piquets de garde et les postes occupés : ce qui compte, ce sont les compétences, le grade, l’expérience. Pour occuper une fonction donnée, il faut avoir les compétences certifiées par des stages de formation, faire le stage de Chef d’équipe et en général plusieurs mois de doublure (6 à 8 mois en moyenne), c’est-à-dire une période lors de laquelle on est évalué dans les nouvelles fonctions par un pompier plus expérimenté, souvent professionnel, qui oriente, conseille, critique. Outre cette évaluation en situation, un carnet de suivi avec les commentaires des différents tuteurs est rempli à chaque garde, soumis aux sous-officiers, à l’Adjoint et au Chef de Centre. Au bout de quelques mois, celui-ci demande l’avis des principaux tuteurs pour savoir s’il peut nommer officiellement le pompier dans ses nouvelles fonctions, et ainsi considérer qu’il est « en titre » et non plus en doublure. Cette procédure est assez scrupuleusement respectée pour les conducteurs d’ambulance (dite VSAV : Véhicule de Secours aux Asphyxiés et aux Victimes) et plus encore pour les Chefs d’Agrès (responsables d’intervention) VSAV (secours à victimes) ou FPT (Fourgon Pompe Tonne pour les interventions incendie).

27Pour prendre un exemple simple : un volontaire Caporal-Chef sera Chef d’Agrès au VSAV – c’est-à-dire chef de l’intervention et de l’équipage de l’ambulance - et commandera évidemment à un jeune professionnel sortant du stage de base et ce pendant au moins trois ans jusqu’à ce que ce dernier puisse « aller à l’avancement », c’est-à-dire faire le stage de Chef d’équipe, puis la doublure etc...Cette situation n’est pas sans provoquer parfois quelques tensions puisque les professionnels ne vivent pas toujours très bien l’ascendant d’un volontaire, certes plus expérimenté qu’eux mais qui n’en reste pas moins un non-professionnel. Or, il existe bien une logique d’avancement dans la carrière du volontaire (Kaplan Daniels, 1987) qui est amené le plus souvent à monter en grade et prendre des fonctions à responsabilité : il y est incité et non contraint comme le professionnel et cet avancement change peu la rémunération et ne donne en tout cas aucun droit à des primes (d’encadrement, de responsabilité ou de risque, comme dans le cas des professionnels) mais il dessine une carrière de pompier analogue à celle d’un professionnel.

Quelle(s) formation(s) pour quels pompiers ?

28Enfin, cette question des formations fut sans doutele point le plus discuté lors de nos entretiens : pour les 2/3 des interlocuteurs la nouvelle formule de Formation Initiale mise en place en 2007 semble longue, contraignante et susceptible de rebuter les nouveaux entrants (elle dure près d’un an avec des stages échelonnés). Elle peut garantir un recrutement de gens réellement motivés, mais comporte aussi des risques non négligeables de lassitude et de découragement. Il faut compter au moins (il y a des évolutions dans le temps et suivant les SDIS) dix jours de stage intensif pour la formation incendie, quinze jours pour le secourisme en équipe, dix jours pour le secours routier, quinze jours pour accéder au grade de caporal et au statut de chef d’équipe (chef dans une ambulance et chef du binôme au fourgon), cinq semaines pour devenir sous-officier et commander à un fourgon (avoir 6 hommes sous ses ordres et gérer des interventions pour feu).

29Pour tous, la formation reste un point fort du département où nous avons enquêté – tous ceux qui ont d’autres expériences nous l’ont dit et répété. C’est un élément essentiel de la qualité de l’engagement volontaire dans le département : une réelle formation continue, de qualité, approfondie. Mais trois problèmes se posent néanmoins et sont revenus de façon récurrente : le côté scolaire des formations dont nous avons parlé, les problèmes de disponibilité et l’absence de transparence dans l’attribution des stages. Sur ce point, une certaine incompréhension apparaît dans les discussions : quels sont les vrais critères d’attribution ? Pourquoi réserver certains stages aux professionnels notamment ? Certaines spécialités (les formations de plongeurs par exemple) restent réservées aux professionnels de facto parce que le SDIS ne veut pas risquer d’investir à perte et ce point constitue un élément d’insatisfaction récurrent. De multiples malentendus voire rancoeurs se nouent autour des stages dont les dates « favoriseraient » les professionnels, tandis que les volontaires doivent poser des congés qu’ils ne passeront pas en famille. La situation actuelle conduit finalement à un paradoxe : ceux qui ont le plus de temps (jeunes sans emploi, chômeurs) sont aussi ceux à qui les stages sont le plus souvent refusés : trop jeunes pour aller à l’avancement ou avoir une spécialité ; trop indécis sur leur avenir professionnel pour « prendre le risque » de les former à perte. A contrario, les plus anciens ayant une vie professionnelle et familiale plus remplie, ont moins de temps à consacrer à la formation et n’ont pas « forcément envie d’en jouer » d’autant plus qu’ils font le métier depuis très longtemps, trop longtemps pour croire qu’une validation de stage changerait beaucoup leur pratique, surtout si cette nouvelle formation augmente plus « les responsabilités et les emmerdes plus que les vacs à la fin du mois ! ».

IV. Les chantiers de la professionnalisation : « des fois, j’ai l’impression qu’ils oublient qu’on a une vie en dehors des pompiers »

  • 22  Il s’agit du décret n° 2005-1150 du 13 / 09 / 2005.

30Aux deux grandes évolutions que nous avons évoquées jusqu’ici, rémunérations et formations, il faut ajouter un grand nombre de réformes en cours touchant le volontariat et qui vont toutes dans le sens de cette professionnalisation grandissante. Deux chantiers mis en oeuvre depuis quelques temps vont ainsi dans ce sens : la Prestation de Fidélisation et de Reconnaissance22 et la Valorisation des Acquis de l’Expérience. Et un projet de nouvelle politique d’emploi vient encore renforcer cette approche du volontariat comme un travail réel mais... précaire.

Une retraite pour des non-professionnels ?

31La PFR, officiellement « Prestation de Fidélisation et de Reconnaissance », a été retraduite dans le milieu pompier par « Plan Fidélisation Retraite », ce qui en soit en dit long sur les attentes de reconnaissance sur le long terme de cet engagement. Dans l’ensemble, bien que cette mesure constitue aux yeux de beaucoup « un plus », « un mieux », une « réelle marque de reconnaissance », elle reste peu lisible et le dépliant distribué pour expliquer les modalités pratiques de mise en application de cette mesure n’a quasiment pas été lu, à peine survolé. Cette PFR reste floue et peu comprise dans l’ensemble. D’autant plus qu’elle n’est pas réservée aux seuls volontaires puisque les professionnels qui font parfois des gardes avec le statut de volontaires et ont donc un double statut (professionnel et volontaire) peuvent en bénéficier. Beaucoup de volontaires y voient donc une façon détournée d’assurer une complémentaire retraite aux professionnels. Mais l’ensemble du dispositif semble peu compréhensible car les questions sans réponse sont légion : « pourquoi faut-il autant d’années d’engagement volontaire pour qu’elle soit appliquée ? » ; « faire vingt ans de volontariat dans des centres de secours hautement opérationnels ou plus calmes ne devrait pas être considéré pareil, pourquoi la PFR est-elle comptabilisée de la même manière pour des secteurs urbains ou ruraux ? » ; « est-ce une cotisation obligatoire et comment sera-t-elle reversée ? » ; « le dispositif est-il obligatoire ? ». La direction avait formé une spécialiste du dispositif pour répondre aux interrogations des volontaires, mais il semble que les questions aient progressivement laissé place à une forme de résignation mâtinée de désintérêt : « on y comprend rien à ce truc mais on s’en fiche finalement, si ça peut mettre un peu de beurre dans les épinards quant on aura fini de monter dans les camions, ça ira bien comme ça ». Enfin, plusieurs volontaires veulent aller plus loin et évoquent la possibilité de comptabiliser pour la retraite les années d’engagement comme volontaire : plutôt qu’une rémunération supplémentaire, ils souhaiteraient que des trimestres soient décomptés surtout avec les réformes des retraites qui tendent à allonger la durée de cotisation. Beaucoup pensent en effet qu’avec l’informatisation, il est possible d’avoir une vision précise du nombre d’heures de garde réalisées qui pourraient donc être comptabilisées pour la retraite selon des modalités à définir.

De la VAE chez les pompiers

32La Validation des Acquis de l’Expérience est un autre chantier en soi très important puisque depuis le printemps 2002, cette disposition de reconnaissance d’une expérience officiellement non-professionnelle au sens plein existe mais semble encore peu utilisée. Pourtant c’est une manière de tenir compte de cet engagement pompier et de le considérer comme une véritable « carrière invisible » mais néanmoins très réelle. En effet, près de 50% de nos collègues volontaires sont dans des métiers proches des activités pompiers : sécurité incendie et/ ou secouriste, brancardier, ambulancier, Permanencier SAMU etc...Or, il existe peu de passerelles entre ces activités et leur engagement comme volontaire, peu de reconnaissance des « compétences pompiers » en dehors du SDIS sous forme d’équivalence par exemple, ce qui est en soi assez mystérieux. De même, le SDIS ne prend pas en charge des formations qui pourtant semblent pouvoir relever de ses compétences : SIAAP (sécurité incendie), BNSSA (secourisme aquatique, maître nageur) ou d’autres. Or, tous nos interlocuteurs nous ont dit que si leur diplôme avait été pris en charge par le SDIS, ils auraient été prêts à signer un engagement « plus que moral » comme volontaire au sein du SDIS... une politique du « donnant-donnant » plutôt bien acceptée. Reste à savoir quelle est la faisabilité pratique et juridique de telles dispositions. Cela semble fonctionner de plus en plus pour le SIAAP, à savoir les premiers niveaux de sécurité incendie, puisque certains ont pu bénéficier d’un tel transfert de reconnaissance de compétence.

33Ces deux chantiers accréditent progressivement l’idée que le volontariat possède bien certains attributs d’une activité professionnelle puisque d’une part il ouvre des droits à une forme de retraite et d’autre part il permet d’obtenir des diplômes utilisables sur le marché du travail.

Entre professionnels et volontaires, un nouveau statut ?

34Les tensions qui peuvent exister entre volontaires et professionnels risquent à l’avenir d’être accentuées par la création progressive d’une sorte de troisième voie, un troisième statut relevant du CDD. Ce dernier point mérite une attention soutenue de la part du sociologue face à une politique de l’emploi précaire qui ne dit pas son nom et que Maud Simonet résume en ces termes : « le travail volontaire : super bénévolat ou sous-emploi ? » (Simonet, 2007). Il s’agit du contrat de pompier professionnel non-titulaire dont beaucoup d’Officiers, notamment dans les bureaux de Ressources Humaines, font grand cas mais qui fait bondir les syndicats. Le décret d’application vient d’entrer en vigueur (Modifications portant sur le décret n° 99-1039 du 10 décembre 1999 relatif aux SPV, Octobre 2009).

35Présenté comme une sorte de CDD, c’est sans doute la disposition la plus controversée dans les discussions entre pompiers. Les plus jeunes et les plus démunis scolairement, les plus incertains professionnellement, se sont tous dit très intéressés et favorables et « signeraient demain si une telle disposition existait ». En revanche, les plus anciens ou les plus attachés au statut du volontariat sur le modèle plus traditionnel quasi bénévole, y voient un risque de dénaturation de cette forme d’engagement : « ce n’est pas un petit boulot », nous a-t-on dit plusieurs fois, « on ne fait pas ça pour avoir un peu d’argent en attendant.... ». Cette idée fut même comprise par certains comme une marque de mépris : « on ne fait pas ce boulot comme on va chez MacDo ! » fut la réponse sans appel de l’un de nos interviewés.

36Bien entendu, tous reconnaissent que certains volontaires vivent de leurs vacations ou presque, sans Sécurité Sociale, sans cotisation...et qu’à tout prendre cela leur ferait une vraie expérience professionnelle à valoriser sur leur CV.

37Mais il s’agit d’une sorte de troisième voie compliquée qui soulève de nombreuses questions : « à combien de temps plafonner ce type de CDD ? » ; « combien de fois serait-il renouvelable ? » ; « que penseraient les professionnels et notamment leurs syndicats d’une telle mesure, sorte de main d’oeuvre relativement bon marché et malléable ? » ; « ce type de CDD serait-il comptabilisé favorablement pour passer le concours professionnel ? ». Il faut rappeler à ce propos que les 3/4 des volontaires interviewés ont passé ou souhaitent passer le concours professionnel autant dire que le volontariat est souvent vécu comme l’antichambre du statut de professionnel. Enfin, certains se demandent si ce contrat serait accompagné d’une incitation ou d’une aide du SDIS envers le volontaire pour trouver un véritable emploi et ne pas rester dans une forme de « précaritéconfortable», ce qui est déjà actuellemEnt un problème pour les volontaires les plus jeunes.

38Bref, le principe choque davantage les professionnels que les volontaires mais tous se demandent quelles seraient les modalités d’application d’une telle disposition et les effets engendrés, notamment dans l’éventuelle remise en question de la spécificité professionnelle des titulaires du concours. Si les conflits existent parfois entre professionnels et volontaires, beaucoup se demandent si cette mesure ne contribuerait pas à les aggraver.

Conclusion

  • 23  On ne s’étonnera guère de ce type d’évolution qui affecte déjà tant d’autres univers professionnel (...)

39Comme nous avons tenté de le montrer, les multiples développements de la professionnalisation des pompiers volontaires semblent être l’une des raisons des tensions qui affectent la profession. Entre volontaires et professionnels, puisque les seconds doivent constamment être vigilants à ce que de nouveaux pompiers aux statuts précaires ne finissent par accomplir les mêmes missions sans avoir les mêmes garanties que celles dont bénéficient les professionnels23. Entre volontaires aussi, puisque les plus anciens restent attachés à une éthique basée sur le dévouement et le don de soi qui leur semble bien peu compatible avec les calculs en termes de vacations, plan de fidélisation-retraite etc. Du côté des recrutements, les choses semblent être en train de changer. Les plus jeunes semblent avoir un rapport plus distancié, plus rationnel mais aussi plus utilitariste à l’engagement volontaire : une formation, de « l’argent facile », une expérience avant de devenir professionnel, des contacts pour trouver des jobs etc. C’est en tout cas souvent ainsi qu’ils sont vécus par les plus anciens. Si les rétributions militantes ne sont guère nouvelles (Gaxie, 1977 ; Retière, 1994), si les réseaux de sociabilité sont essentiels et ce depuis longtemps, il semble que le public de nouveaux volontaires, plus diplômé, plus mobile, moins enraciné, ne soit pas du goût de ceux qui restent attachés aux valeurs plus traditionnelles de l’engagement pompier.

40 Par ailleurs, cette enquête contribue à montrer que les analyses proposées par Maud Simonet ou Matthieu Hély sont justes à plus d’un titre : des secteurs pensés sur le mode du bénévolat ou de l’engagement désintéressé sont affectés en profondeur par des phénomènes de professionnalisation dont les répercussions se font sentir à tous les niveaux. De manière générale, cette enquête sur les pompiers volontaires illustre les travaux de Kaplan Daniels sur les carrières invisibles – nous l’avons dit. Ces différents éléments aboutissent en fin de compte à la construction d’une forte identité de pratiquant -au sens de Stebbins, - et d’un nouvel ethos comme on peut le voir dans le cas des pompiers volontaires dont la très grande majorité ne se voit pas « rendre le paquetage » et ne le font que lorsque les autres carrières dans lesquelles ils sont engagés les y contraignent.

41 L’effacement des frontières entre bénévolat et salariat, travail et engagement, tend évidemment à être renforcé par une politique salariale qui conduit progressivement à faire des volontaires une nouvelle catégorie de travailleurs, en CDD, avec un statut plus précaire que les professionnels mais remplissant les mêmes fonctions, ce qui permettrait à terme d’accentuer la pression lors des négociations avec les syndicats professionnels. L’actuelle mise en place de ce nouveau statut engendre de nombreuses inquiétudes. Comme nous l’a dit un collègue syndicaliste : « j’ai toujours dit au directeur – que je n’appelle jamais Mon Colonel pour qu’il ne se sente pas supérieur hiérarchiquement pendant une négociation syndicale - que le SDIS est un dealer qui vit de la précarité des volontaires !». Et d’ajouter : « je crois que cela ne lui plaît pas trop ». Cette nouvelle politique salariale risque en tout cas de heurter de plein fouet les valeurs de l’éthique pompier et la liberté relative conférée jusqu’ici au statut de volontaire.

Haut de page

Bibliographie

Arborio Anne-Marie, Cohen Yves, Fournier Pierre, Hatzfeld Nicolas, Lomba Cédric, Muller Séverin, Observer le travail, Histoire, ethnographie, approches combinées, La Découverte, 2008.

Bensa Alban, Fassin Eric, Les politiques de l’enquête, La Découverte, 2008.

Bonnelli Laurent, La France a peur, une histoire sociale de l’insécurité, La Découverte, 2008.

Chapoulie Jean-Michel, « Sur l’analyse sociologique des groupes professionnels », Revue Française de Sociologie, 1973.

Chapoulie Jean-Michel, « Everett Hugues et le développement du travail de terrain en sociologie », Revue Française de Sociologie, XXV, 1984.

Chevalier Vérène, Simonet Maud, « Au-delà des frontières : les carrières invisibles de Kaplan Daniels et le « loisir sérieux » de Stebbins », in Bercot R., Gadéa C., (éds.), Professionnalisation des groupes professionnels, Octarès, coll. « Le travail en débat », à paraître en 2010.

Chevrier Stéphane, Dartiguenave Jean-Yves, avec la collaboration de Peter Yann, Les sapeurs-pompiers volontaires en France. Les sapeurs-pompiers volontaires de moins de 30 ans, Rapport final, Etude réalisée pour la Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles, l’Institut National d‘Etudes de la Sécurité Civile et la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France, Janvier 2002, 49 pages + Synthèse de 7 pages. Université Rennes II, LARES.

Collovald Annie, « De la défense des « pauvres nécessiteux » à l’humanitaire expert », Politix, Vol 14, 2001.

Darmon Muriel, La socialisation, Armand Colin, 2008. 

Desmond Mathew, « Becoming a firefighter », Ethnography, Vol 7 (4), 2006, p. 387-421.

Gaxie Daniel, « Economie des partis et rétribution du militantisme », Revue française de science politique, 27, 1977.

Havard Duclos Bénédicte, « Les coûts subjectifs de l’enquête de terrain », SociologieS, revue scientifique internationale, juin 2007.

HélyMatthieu, « A travail égal, salaire inégal : ce que travailler dans le secteur associatif veut dire », Sociétés Contemporaines, n°69, 2008.

Hugues Everett, Men and their Work, Glencoe, Free Press, 1967. 

Ion Jacques, « Le temps de l’engagement pluriel », Sciences Humaines, Hors Série n°39, février 2003.

Jounin Nicolas, Chantier interdit au public, La Découverte, 2008.

Kaplan Daniels Arlene, Invisible Carrers. Women Civic Leaders from the Volunteer World, University of Chicago Press, 1987.

Mauger Gérard, L’émeute de novembre 2005, Editions du Croquant, 2006.

Peneff Jean, L’hôpital en urgences, Métailié, 1992.

Retière Jean-Noël, « Etre sapeur-pompier volontaire : du dévouement à la compétence », Genèses, n°16, juin 1994.

Sciences Humaines, Echos des recherches, « Pompiers des héros fatigués ? », décembre 2000.

Siméant Johanna, « Entrer, rester en humanitaire », Revue Française de Science Politique, avril 2001.

Simonet Maud, Entretien dans Lien Social, septembre 2003, n°679.

Simonet-Cusset Maud, « Penser le bénévolat comme travail pour repenser la sociologie du travail », Revue de l’IRES, n° 44, 2004.

Simonet Maud, « L’Etat et le bénévolat en France et aux Etats-Unis, une perspective comparée en termes de monde social », RT 6 AFS, février 2004.

Simonet Maud, « Entre emploi et bénévolat : le volontariat associatif », Connaissance de l’emploi, n° 45, août 2007.

Stebbins Robert, « Serious leisure : A Conceptual Statement », Pacific Sociological Review, 25, 1982.

Stebbins Robert, Amateurs, Professionnals and Serious Leisure, Montreal and Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1992.

Haut de page

Notes

1  Rapport sur la modernisation de la Sécurité Civile, 2003. Rapport « Ambition Volontariat », Commission Luc Ferry, 2009.

2  Pas un seul de nos enquêtés n’a utilisé d’autres mots que ceux de « boulot », « taf », « job », et surtout « métier » (« être pompier, c’est un métier, tu vois ? ») pour parler de cette activité. Comme dans les cas décrits par Maud Simonet : « la parole des bénévoles sur leur pratique est apparue avant tout comme un discours sur leur travail de bénévole » (Simonet, 2004, p. 142).

3  Comme nous le disions, la politique de départementalisation induit des différences et des décalages entre départements. Nous nous appuierons dans cet article essentiellement sur le cas d’un département de la grande couronne parisienne sur lequel nous enquêtons depuis huit ans.

4  Je tiens en particulier à remercier ici Anne Bory, Maud Simonet, Matthieu Hély et Jean-Noël Retière ainsi que les participants des séminaires de l’IDHE à Nanterre pour l’intérêt qu’ils ont porté à ce travail. Je remercie aussi évidemment l’ensemble des sapeurs-pompiers, volontaires, professionnels ou militaires qui ont bien voulu répondre à mes questions.

5  Bilan d’activité 2006, 2007, SDIS. Bilan Social 2006, 2007 SDIS.

6  Les guillemets non suivis de références bibliographiques indiquent des citations de conversations ou entretiens avec des pompiers de notre centre de secours.

7  Sur tous ces phénomènes de « violence urbaine », leurs étiquetages et leurs effets, on consultera notamment Mauger Gérard, L’émeute de novembre 2005, Editions du Croquant, 2006 ; Bonnelli Laurent, La France a peur, une histoire sociale de l’insécurité, La Découverte, 2008.

8  L’analogie avec l’univers militaire présente de nombreuses dimensions : depuis le respect de la hiérarchie en fonction des grades jusqu’au port de l’uniforme et à la coupe de cheveux réglementaire, en passant par la valorisation d’un ethos viril et un entraînement quotidien et rigoureux pour assurer l’efficacité opérationnelle des personnels, presque tout concourt à établir un rapprochement entre cet univers professionnel et celui de l’armée.

9  Voir sur ce point les contributions réunies dans Bensa Alban, Fassin Eric, Les politiques de l’enquête, La Découverte, 2008.

10  Arborio Anne-Marie, Cohen Yves, Fournier Pierre, Hatzfeld Nicolas, Lomba Cédric, Muller Séverin, Observer le travail, La Découverte, 2008. Voir aussi Peneff Jean, L’hôpital en urgence Métailié, 1992 ; Jounin Nicolas, Chantier interdit au public, La Découverte, 2008. Voir enfin les travaux d’E. Hugues ou encore de M. Burawoy.

11  Les problèmes d’effectifs étant récurrents, on peut en effet être pompier professionnel et, en plus de son service normal, monter des gardes comme pompier volontaire, ayant ainsi un double statut.

12  Rapports d’activité du centre de secours de N. en 2007. Document interne.

13  Rapports d’activité des SDIS des différents départements de la grande couronne.

14  Les dévidoirs sont des sortes de tambours en acier sur lesquels se trouvent enroulés les tuyaux du fourgon.

15  Pour d’autres informations, on pourra notamment consulter l’adresse suivante : http://www.pompiers.fr/index.php?id=16213.

16  Plaquette de présentation du volontariat réalisée par les services communication des départements.

17  Il s’agit de la notion forgée par Bateson qui désigne un état de tension psychologique suscité par une soumission à des impératifs contradictoires, concomitants et s’excluant l’un l’autre. Il semble en effet difficile de soutenir que l’on est profondément désintéressé et dans le même temps militer pour une « revalorisation salariale ».

18  Même si nous ne disposons pas de données sur l’ensemble du département, nous pouvons extrapoler à partir des situations de quelques centres de secours que nous connaissons dans lesquels les 2/3 des volontaires atteignent le niveau Bac (tous types confondus) au maximum.

19  Voir sur ce point la conclusion de Jean-Noël Retière, art. cit., 1994.

20  La tradition d’un humour populaire est très vivante chez les sapeurs pompiers : blagues, vannes, « scuds », surnoms et autres « dossiers » sur les uns et les autres sont monnaie courante et mieux vaut ne pas trop se prendre au sérieux ou être rabat-joie.

21  Une erreur sur une manœuvre sera ainsi vite sanctionnée par un : « Et oui qu’est-ce que tu crois, pompier c’est un vrai métier, c’est pas pour les amateurs ! ».

22  Il s’agit du décret n° 2005-1150 du 13 / 09 / 2005.

23  On ne s’étonnera guère de ce type d’évolution qui affecte déjà tant d’autres univers professionnels ; que l’on songe simplement aux compétences requises et au travail effectué par les différents personnels enseignants de l’Université. Or, du point de vue du statut, qu’y-a-t-il de commun entre un Professeur, un Maître de Conférences, un PRAG, un ATER, un Moniteur, un vacataire ... ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Pudal, « Ni professionnel, ni bénévole : être pompier volontaire aujourd’hui  », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 5 |  2010, mis en ligne le 13 avril 2010, Consulté le 28 juillet 2014. URL : http://socio-logos.revues.org/2465

Haut de page

Auteur

Romain Pudal

Chercheur associé à l’IDHE Institutions et Dynamiques Historiques de l’Economie Nanterre, romain.pudal@free.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page

  •  
    • Titre :
      Socio-logos
      Revue de l'Association française de sociologie
      En bref :
      Revue de l'Association française de sociologie
      A journal published by the Association française de sociologie
      Sujets :
      Sociologie
    • Dir. de publication :
      Daniel Bertaux
      Éditeur :
      Association française de sociologie
      Support :
      Électronique
      EISSN :
      1950-6724
    • Accès :
      Open access Freemium
    • Voir la notice dans le catalogue OpenEdition
  • DOI / Références