Navigation – Plan du site
Textes de travail

Voir le son : réflexions sur le traitement des entretiens enregistrés dans le logiciel Sonal

Alex Alber

Résumé

Partant des différentes difficultés techniques du travail d’enquête par entretiens (retranscription, gestion et partage des matériaux), l’article aborde les solutions proposées par un logiciel gratuit (Sonal) développé par l’auteur. Cet outil travaille directement dans les fichiers sons des entretiens, qu’il représente graphiquement, offrant une vision panoptique des matériaux. Différentes implications de cette orientation sont abordées, notamment l’utilisation possible des échantillons sonores dans les restitutions, mais c’est finalement l’organisation habituelle du travail par entretiens, et ses failles, qui sont interrogées par cette nouvelle méthode.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Par exemple Blanchet, Gotman (2007) ou Kaufmann (2007)
  • 2  On peut citer, dans la première catégorie, le logiciel Alceste et dans la seconde des outils comme (...)

1La recherche par entretiens constitue l’un des outils essentiels du sociologue. Malgré l’apparente simplicité de cette pratique, elle requiert des savoir-faire qui ne se développent que progressivement, bien qu’il existe des manuels pouvant faciliter ce travail1. Sur ce plan, il faut cependant distinguer ce qui a trait à la conduite des entretiens d’une part, et à leur analyse d’autre part. Dans la première, l’essentiel des aptitudes demeure étroitement lié aux dispositions et à l’expérience de l’intervieweur et l’outillage – en l’occurrence le matériel d’enregistrement - n’a guère d’influence sur la qualité du travail. L’exploitation des données qualitatives laisse quant à elle une plus grande place au développement de compétences techniques spécifiques. Il existe d’abord un certain nombre d’outils facilitant la retranscription des entretiens. Ensuite, les chercheurs peuvent utiliser l’un des nombreux logiciels d’analyse qualitative - que les anglo-saxons nomment des CAQDAS, pour Computer-Aided Qualitative Data Analysis Software (Lejeune 2006). Certains de ces outils recourent à des algorithmes mathématiques pour suggérer des pistes interprétatives quand d’autres s’appuient essentiellement sur une approche lexicométrique, assortie d’un moteur de recherche textuelle permettant de mettre en lumière les contextes divers dans lesquels certains mots ou groupes de mots sont utilisés2. L’offre est donc large et le chercheur désireux de mobiliser l’informatique pour transcrire et analyser son corpus d’entretiens n’aura que l’embarras du choix (Demazière, Brossaud, Trabal, Van Meter ; 2006).

2Pourtant, et bien que cette affirmation puisse surprendre, ces différents outils laissent les sociologues démunis face à certaines dimensions pourtant cruciales de leur travail. En l’occurrence, on peut regretter l’absence d’articulation entre les logiciels qui permettent de retranscrire les entretiens et ceux qui permettent de les analyser : les premiers sont souvent déconnectés de tout système analytique, se contentant de faciliter la retranscription des entretiens pris isolément ; quant aux CAQDAS, ils délaissent ce qui a trait aux premières étapes de la recherche qualitative. En effet, étant destinés à traiter toutes sortes de textes (ouvrages, articles de presse etc.) et non pas spécifiquement des entretiens, ces derniers requièrent l’importation d’entretiens déjà retranscrits. Entre les deux bouts de la chaîne demeure donc une sorte de vide, un « chaînon manquant », qui reste à trouver.

  • 3  On renverra le lecteur désireux d’en savoir les détails vers un site internet lui étant dédié : ww (...)

3Nous tâcherons de montrer comment un outil gratuit : le logiciel Sonal3, développé par nos soins, permet de mieux articuler retranscriptions et analyses, en accompagnant le sociologue dans toutes les étapes de sa recherche, de la construction à l’analyse de son corpus. Son organisation revient sur la scansion habituelle entre le travail du son et de l’écrit, puisque le texte vient se superposer à la bande sonore, et non plus s’y substituer. Nous verrons d’abord en quoi cette nouvelle approche permet de contourner certaines difficultés à la fois pratiques et théoriques du travail de retranscription, avant d’interroger les questions méthodologiques et déontologiques posées par l’utilisation simplifiée des échantillons sonores. Enfin, nous aborderons les nouvelles possibilités offertes par ce logiciel dans la gestion des corpus volumineux, ce qui éclairera les problèmes que peuvent avoir aujourd’hui les sociologues pour organiser leurs matériaux et pleinement tirer profit de leur richesse.

Les difficultés de la retranscription

Les difficultés pratiques

  • 4  Les professionnels chargés du sous-titrage des programmes télévisuels pour les sourds muets travai (...)

4La retranscription des entretiens présente à la fois des difficultés pratiques et théoriques. Au registre des difficultés pratiques, il n’est sans doute pas nécessaire de s’étendre. Quiconque a dû retranscrire un entretien saisit immédiatement ce à quoi l’on fait référence. Cette opération nécessite généralement d’articuler plusieurs outils, à savoir au minimum un lecteur audio (physique ou informatique) et un traitement de texte, entre lesquels il est d’usage d’aller et venir dansune succession de play/stops progressivement hypnotiques. Tout étudiant en sociologie a dû un jour s’affronter à cette véritable corvée comme à une épreuve initiatique, seule à même de lui permettre d’atteindre le graal très relatif que constituent les pédaliers de pilotage de la bande. Il n’y a, de fait, pas de solution miracle pour retranscrire les entretiens. Bien sûr, on pense assez spontanément à la reconnaissance vocale comme à une panacée grâce à laquelle le travail se ferait « tout seul ». Or, à ce stade, les logiciels de reconnaissance vocale ne sont pas assez performants pour interpréter et retranscrire d’autres voix que celle de leur propriétaire. Un travail de « dressage » plus ou moins long est d’ailleurs nécessaire pour apprendre au logiciel à reconnaître efficacement les inflexions de « la voix de son maître ». Dès lors, la seule utilisation réaliste consiste à répéter à voix haute devant son micro les propos tenus par les personnes interrogées, pour que le logiciel les traduise. Dans cette tâche, d’éventuelles qualités d’imitateur sont inutiles, puisque les systèmes de reconnaissance vocale sont conçus pour dicter des courriers, ils fonctionnent donc très mal avec un langage appartenant au registre oral. Le « perroquet4 » retranscripteur se doit donc de reformuler sous forme intelligible et grammaticalement correcte les propos des personnes interrogées, tout en s’assurant en parallèle de la qualité de l’interprétation proposée. Par ailleurs, des arrêts fréquents sont nécessaires pour ajouter les éléments susceptibles d’éclairer la relecture (rires, hésitations etc.). Le caractère automatique de la retranscription est donc très relatif et le gain de temps n’est pas nécessairement substantiel ; même si on peut supposer qu’à l’échelle d’un ou deux lustres ces systèmes atteindront une efficacité suffisante, la retranscription manuelle reste donc aujourd’hui incontournable.

  • 5  Express scribe par exemple, est très complet, et pour l’essentiel gratuit, quoiqu’un peu invasif à (...)

5Sur ce plan, l’offre logicielle n’est cependant pas nulle. Il existe des outils qui permettent de piloter la bande directement depuis un traitement de texte, afin d’éviter les allers-retours incessants entre plusieurs applications. Cela peut passer par l’assignation de raccourcis au clavier de l’ordinateur pour contrôler la bande lue dans le lecteur multimédia, voire par une interface dédiée qui réunit un traitement de texte à un lecteur sonore5.

6Sonal propose un système de ce type pour faciliter les retranscriptions. L’interface dédiée à cette tâche (cf. figure 1) réunit lecteur audio et traitement de texte et propose elle aussi un système de pilotage de la bande au clavier. Par exemple, la combinaison « Alt + barre d’espace » permet de démarrer ou d’arrêter la lecture, « alt + Q » ajoute la mention « Question : » , « alt+ R » la mention « Réponse : » etc.

Figure 1 – Interface de retranscription du logiciel Sonal

Figure 1 – Interface de retranscription du logiciel Sonal
  • 6  Bien sûr, celui-ci peut à loisirs réécouter le passage, si la première lecture n’a pas suffit.

7Une autre méthode est proposée en parallèle : un système de « dictée », qui dispense de piloter la bande. Le logiciel s’arrête automatiquement après avoir lu un court passage, laissant le temps au retranscripteur de le saisir6. Une fois la partie retranscrite, ce dernier valide en faisant « entrée », et le logiciel passe à la suite, avant de s’arrêter à nouveau au bout de quelques secondes, et ainsi de suite. La durée des portions peut soit être définie par l’utilisateur (de 3 à 10 secondes), soit être déterminée automatiquement par un algorithme de recherche des silences qui permet de découper les parties à retranscrire en suivant les inflexions de la voix. Comme dans une dictée réelle, le retranscripteur se voit donc proposer des portions cohérentes : soit des phrases courtes, soit des propositions terminées par une ponctuation. Cette méthode est susceptible de faire gagner un certain temps, du moins de rendre le travail un peu moins désagréable.

Les difficultés théoriques

8Sur le plan des difficultés théoriques maintenant, les enjeux liés à la retranscription sont là aussi compréhensibles d’emblée : comment reproduire fidèlement à l’écrit un discours oral fait d’hésitations, de phrases avortées, de reformulations constantes, d’intonations particulières, en un mot, une prosodie qui ne peut réellement se donner qu’à entendre ? Ce problème est aussi vieux que le principe de l’entretien enregistré, et dépasse la seule sociologie. Si certains se satisfont d’une retranscription substantielle focalisée sur le fond du discours, certains poussent le souci de la fidélité jusqu’à au maximum, rendant compte de toute hésitation, de tout silence, des rires voire de l’ironie.

9David Guéranger (2006), en analysant les versions successives de la retranscription d’un entretien par P. Bourdieu, a fort bien illustré les enjeux de toute retranscription, et les arbitrages nécessaires entre fidélité au discours original et facilitation de la lecture.  Face au discours de deux jeunes adultes originaires du Nord de la France, Bourdieu s’interroge - dans une annotation en marge du texte - sur la nécessité de rendre compte de certains éléments, tout particulièrement de l’accent de ses interlocuteurs : « Faire une transcription phonétique ? Serait inintelligible pour le lecteur. Et puis que veut dire l’idéal positiviste de la fidélité littérale ? ».  Cette dernière question, nous nous la posons avec lui, mais faute de pouvoir entrer dans un tel débat ici, nous ne nous avancerons donc pas plus loin dans l’exposé des avantages et inconvénients des différentes options.

10Il se trouve cependant que, bien involontairement, le système Sonal met ce problème entre parenthèses. La raison en est simple : par son fonctionnement il revient sur la séparation habituelle entre le travail du son et de l’écrit, qui explique une bonne part des crispations observables autour des méthodes de retranscription. On peut en effet estimer que l’essentiel de l’impératif de fidélité qui entoure la retranscription tient à la disparition programmée du support sonore. Comme nous allons le voir, dès lors que ce dernier est maintenu au cœur du dispositif d’analyse, la question se pose différemment.

11Rappelons que suivant les méthodes usuelles, le travail de retranscription aboutit à la constitution de deux entités distinctes : un enregistrement d’une part et sa traduction sous forme textuelle d’autre part. Or, bien qu’ils partagent une même substance et une même chronologie, ces deux documents sont pour ainsi dire « désynchronisés » car, faute de reporter très fréquemment les coordonnées temporelles des différentes parties retranscrites, il est généralement assez long de retrouver la version sonore d’un passage retranscrit que l’on voudrait réécouter. En pareil cas, l’on est généralement obligé de chercher plus ou moins à tâtons dans la bande sonore, ce qui est pour le moins fastidieux. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est d’usage de délaisser les enregistrements pour se consacrer exclusivement au texte une fois la retranscription finie.

Superposer et non plus substituer le texte au son

12Le logiciel Sonal remet en cause cette caducité habituelle du matériau sonore. La scansion des différentes étapes de l’analyse ne fait plus sens : on ne « travaille » plus le fichier son pour en extraire et lui substituer un fichier texte, on superpose à la bande sonore des extraits textuels. Cette opération est rendue possible par l’orientation graphique du logiciel. Un entretien y est représenté par son « spectre sonore » sous forme sinusoïdale,  ce qui est courant dans les logiciels de traitement du son.

13Pour retranscrire un extrait, l’utilisateur sélectionne la partie correspondante du spectre sonore à l’aide de la souris (cf. figure 2), et saisit le texte à l’aide de l’interface de saisie (cf. figure 1) qui apparaît alors.

Figure 2 – sélection d’une portion de bande à retranscrire

Figure 2 – sélection d’une portion de bande à retranscrire

14Cet extrait est ensuite matérialisé sur le spectre sonore par un « cartouche » qui contient le texte retranscrit (cf. figure 3). On peut le considérer comme une sorte de post-it collé sur la bande. Il peut être réédité ou redimensionné à tout moment.

Figure 3 – représentation graphique de l’extrait retranscrit

Figure 3 – représentation graphique de l’extrait retranscrit

Thématiser les extraits au fur et à mesure de la saisie

  • 7  Une thématique associe un code-couleur et un nom en toutes lettres. Il est possible de créer 99 th (...)

15Les portions successivement retranscrites sont comme autant de « chapitres » qu’il va être possible de « thématiser » au fur et à mesure de la saisie, en leur affectant une couleur spécifique. Le code couleur est prévu pour décrire le sujet abordé, mais rien n’empêche  de l’utiliser d’une manière différente. On peut par exemple affecter une couleur pour les questions et une autre pour les réponses ou, pourquoi pas, dans le cadre de récits de vie, attribuer aux différentes étapes (enfance, études, entrée dans la vie active etc.) des couleurs spécifiques. Ces exemples ne préjugent en rien de la possible inventivité méthodologique des utilisateurs, dans la mesure où la gestion des « thématiques » est totalement ouverte7.

16Ce système de chapitrage/coloration débouche sur une représentation synthétique des entretiens dans laquelle la largeur des différents extraits est proportionnelle à leur durée (cf. figure 4). Cela permet de donner à voir les différents thèmes abordés dans l’entretien, ainsi que leurs positions et importances respectives.

Figure 4 : Représentation d’un entretien retranscrit dans Sonal

Figure 4 : Représentation d’un entretien retranscrit dans Sonal

17Ce fonctionnement a plusieurs conséquences sur l’organisation du travail de retranscription : la première est que l’utilisateur est libre de revenir à tout moment sur les choix opérés, puisque le son reste toujours disponible. Cela rend le processus de retranscription beaucoup plus continu qu’auparavant et permet par exemple de se contenter dans un premier temps d’annoter les parties. Par exemple en commençant par chapitrer les entretiens, en ne saisissant dans les extraits que de simples commentaires, voire une description factuelle du discours, quitte à les retranscrire (ou les faire retranscrire) par la suite.

18Plus délicate est la question de la retranscription partielle. Cette méthode, discutable mais répandue, n’a plus les mêmes conséquences dès lors que les parties délaissées demeurent visibles « en creux » sur le spectre de l’entretien et qu’il est possible de venir les combler à tout moment là où, dans un fichier texte, une retranscription partielle ne permet pas de savoir ce qui a été « sacrifié », sauf à réécouter tout l’entretien.

19Sonal transforme donc la chronologie du travail de retranscription, revenant sur la frontière entre le travail du son et de l’écrit. Un entretien retranscrit y prend la forme d’une suite d’extraits à la fois sonores et textuels, qui peuvent soit être relus, soit réécoutés, ce qui ouvre des perspectives méthodologiques nouvelles. Notons cependant que rien n’oblige à utiliser le son dans la suite des analyses. Les entretiens retranscrits dans Sonal peuvent en effet très facilement être exportés vers n’importe quel traitement de texte et être analysés dans d’autres applications. Il est donc tout à fait possible d’utiliser Sonal comme un outil de retranscription, afin de générer du texte qui sera utilisé par la suite de la plus classique des manières. Mais à l’inverse, on peut imaginer que des chercheurs souhaitant continuer à utiliser le son dans leurs travaux voient dans Sonal un outil très utile.

De nouveaux usages pour le son ?

20On peut par exemple imaginer utiliser Sonal dans le cadre de restitutions scientifiques, en insérant dans sa présentation des extraits d’entretiens enregistrés. La facilité avec laquelle on les retrouve dans Sonal permettrait d’envisager qu’ils soient directement lus depuis le logiciel. À moins que Sonal permette à terme l’export d’échantillons sonores autonomes insérables dans des documents multimédia, devenant une sorte de sampler à entretiens, facilitant la découpe des extraits les plus intéressants.

21Quel effet aurait un article scientifique dans une revue en ligne dont les citations, au lieu d’être écrites, seraient enregistrées et accessibles d’un clic? L’évolution actuelle du journalisme écrit, du fait d’internet, pourrait être une source d’inspiration pour les sociologues. Reste à trouver comment enchâsser un raisonnement complexe et des extraits sonores sans donner l’impression de vouloir distraire le lecteur. Ces questions restent en suspens et l’on pressent que cette option risque d’être très discutée. Pourtant, dès lors que l’essor technique rend cette perspective très réaliste, rares sont les raisons de déprécier le son brut comme outil de restitution.

  • 8  L’exemple le plus frappant pour qui n’est pas familier de cette question peut être trouvé dans les (...)

22Ne serait-on pas tenté de penser qu’il y a plus de raisons de faire confiance à une parole enregistrée qu’à un compte rendu écrit ? Les citations que l’on utilise dans le corps des textes scientifiques sont souvent extrêmement parcellaires, et il n’échappe à personne qu’il est techniquement beaucoup plus facile de déformer un matériau textuel qu’une bande sonore. En effet, pour une oreille attentive, les découpages dans les bandes sont facilement audibles : les ruptures dans la parole s’accompagnent de ruptures dans le bruit de fond et cette discontinuité est généralement très perceptible. De même, l’équilibre tonique d’une phrase fait qu’il est très difficile d’en intervertir les mots8.

23Mais peut-être est-ce précisément du fait de la grande confiance instinctive que l’on attribue à ce que l’on entend qu’il y a matière à méfiance. C’est là un paradoxe intéressant : le grand crédit que l’on prête à notre ouïe s’accompagne d’une méfiance proportionnée à l’endroit de ce qui nous est donné à entendre. Ne soupçonnerait-on pas rapidement le chercheur d’une forme de « manipulation » s’il articulait à son raisonnement  des échantillons sonores trop édifiants? Par exemple, une voix chargée de sanglots a-t-elle sa place dans une analyse scientifique ? Tous les accents sont-ils bons à entendre ? Cela nous rappelle que le recours aux transcriptions n’a pas qu’une justification pratique, le texte a aussi une vocation objectivante et permet d’introduire une certaine distance dans la réception des propos.

24Se pose ensuite la question de l’anonymat. Pourrait-on, dans un contexte d’enquête en entreprise par exemple, utiliser des citations tirées des entretiens sans que les locuteurs ne soient reconnus par leur voix? Une réponse pourrait être une forme de cryptage, à travers des filtres déformants, et l’effacement des noms propres (un bip ou un silence), choses qui seraient très faciles à mettre en place dans Sonal. Avec ces nouvelles possibilités se posent donc de nouvelles questions méthodologiques et déontologiques, qui restent à solutionner.

Administrer ses bandes et ses retranscriptions

  • 9  Un listing Excel par exemple
  • 10  Un homme de 45 ans, Cadre B pourra ainsi voir son fichier nommé par exemple « H45B.doc »
  • 11  Une recherche portant sur le contenu des fichiers peut permettre de faire un tri préalable, mais e (...)

25Une autre difficulté à laquelle se heurtent les sociologues lorsqu’ils conduisent des enquêtes par entretiens n’est généralement pas immédiatement apparente ; elle ne se dessine qu’au fil du temps, lorsque les nombreux fichiers générés par la numérisation et la retranscription des entretiens commencent à s’accumuler sur leur ordinateur. Cette difficulté est à la fois pratique et mnésique : comment ne pas se perdre dans l’abondance de fichiers stockés et avoir une vision claire des différents entretiens dont on dispose ? Certes, tout un chacun parvient, dans les premiers  temps de sa recherche, à se souvenir plus ou moins bien du contenu et des caractéristiques des différents entretiens présents sur son ordinateur, mais qui n’a jamais fait l’expérience de revenir à ses matériaux au bout de quelques mois et de peiner à retrouver un entretien précis, ou de rouvrir un entretien sans parvenir à se remémorer vraiment les conditions de sa réalisation ? Sauf à recourir à un système dédié9, l’archivage des matériaux d’enquête est souvent conditionné par les possibilités de classement offertes par les gestionnaires de fichiers de Windows ou de Macintosh, mais celles-ci sont limitées. Hormis la date de création, qui peut utilement servir de repère, peu de caractéristiques des fichiers peuvent être mobilisées, hormis bien sûr leur nom, qui est leur caractéristique la plus distinctive. Il faut cependant choisir des appellations aussi claires que possible. Or, puisque des contraintes d’anonymisation poussent généralement à ne pas nommer les fichiers du nom des personnes interrogées, des clés de cryptage sont souvent utilisées. Toutefois, à vouloir décrire le contenu des entretiens à travers leur nom, on arrive vite à les doter d’appellations dignes de prototypes industriels qui peuvent s’avérer plus opacifiants que d’un réel secours10. Pour contourner ce problème, les caractéristiques du répondant peuvent être listées en tête du fichier de retranscription mais il demeure nécessaire d’ouvrir ces fichiers pour y accéder11.

26Dès lors que le nombre d’entretiens excède un certain niveau, et que le temps s’écoule quelque peu, il devient donc assez difficile de garder une vision d’ensemble de ses matériaux. Le risque en pareil cas est d’en faire une analyse parcellaire, focalisée sur les quelques entretiens les plus emblématiques ou ceux qui ont le plus frappé la mémoire de l’enquêteur. Bien sûr, pas plus qu’un « quantitativiste » n’est censé épuiser la richesse d’une base de données, nul n’attend d’un « qualitativiste » qu’il utilise l’entièreté de tous ses entretiens. Cependant, sans aller jusque là, limiter les déperditions dues aux défaillances de la mémoire et donner une vision d’ensemble des matériaux peut présenter un intérêt scientifique certain.  

Une vue panoptique des matériaux

27Dans Sonal, un corpus peut contenir jusqu’à 999 entretiens. Chaque entretien est représenté par son spectre sonore (cf. figure 4). Cette structuration horizontale de l’information libère l’axe vertical, qui peut dès lors être utilisé pour superposer les entretiens. On accède ainsi à une vue panoptique des matériaux qui est tout à fait inédite. On peut parler de « mur » d’extrait (cf. figure 5) dans lequel les différents passages retranscrits constituent autant de « briques » de son et de texte, accessibles d’un clic.

28Sur le côté gauche de la page, un volet contenant la liste des « thématiques » présentes dans le projet permet d’isoler les différents extraits traitant d’un sujet donné (cf. figure 6). On « voit » ainsi très rapidement les matériaux dont on dispose sur un sujet donné. Au besoin, une fenêtre de « synthèse » fait un listing des différents extraits retenus et permet de les réécouter et/ou de les relire successivement, comme une sorte de micro trottoir, ou de digest.

Figure 5 : Représentation d’un corpus retranscrit dans Sonal

Figure 5 : Représentation d’un corpus retranscrit dans Sonal

Figure 6 – Représentation d’un corpus dont une thématique a été isolée

Figure 6 – Représentation d’un corpus dont une thématique a été isolée

29 Sonal propose donc une entrée « visuelle » ou « graphique » dans les matériaux : on « voit le son », ce qui permet une sorte d’appréciation géométrique spontanée des éléments présents dans le corpus. À la manière d’un S.I.G, il « spacialise » l’information sur les entretiens.

Créer une base de données qualitatives

  • 12  Les entretiens peuvent être décrits à l’aide de 99 modalités issues de 99 variables.

30En parallèle de leur représentation graphique, les entretiens sont organisés dans une base de données12 associée au projet. Pour chaque entretien, l’utilisateur peut saisir les caractéristiques de la personne interviewée (par exemple sexe, âge etc.) et ajouter des commentaires. Ce fonctionnement permet de gérer beaucoup plus simplement les différents entretiens d’un corpus, tout particulièrement lorsqu’ils sont très nombreux. Dans ce but, un tri à plat permet par exemple de connaître rapidement la répartition des différents types d’interlocuteurs. Il s’articule à un système de filtrage qui permet d’isoler certains types de répondants ou d’entretiens, éventuellement en combinant les caractéristiques (par exemple en sélectionnant les femmes de telle catégorie d’âge etc). Sonal réunit donc à un seul endroit la bande son, les retranscriptions, et les caractéristiques des locuteurs. Cela simplifie l’organisation des matériaux, et permet de retrouver facilement des entretiens, sans avoir à ouvrir successivement différents fichiers.

31On peut voir un corpus retranscrit dans Sonal comme une « base de données qualitatives » - même si cette appellation tient pour partie de l’oxymoron. Dans cette base de données, les différentes observations seraient les extraits. Rappelons qu’un extrait articule trois dimensions: 1) des propos tenus (sous forme de son et de texte) 2) sur un sujet, 3) par un individu dont les caractéristiques pertinentes sont renseignées dans la base de données. Un corpus retranscrit dans Sonal représente donc une collection d’extraits dotés d’un double volet de caractéristiques : celles qui leur sont propres (texte, thématique, position sur la bande, durée) et d’autres qui sont liées aux entretiens desquels ils sont issus (par exemple sexe, âge, csp du répondant etc…). Les échantillons sonores et textuels peuvent donc être triés, filtrés et analysés de plusieurs manières différentes : en fonction de leur thème, des caractéristiques du locuteur, à partir de mots clés, voire en cumulant les trois types de critères. Ainsi, on retrouve très rapidement tous les extraits qui ont trait à une thématique donnée, qui ont été formulés par un certain type de répondant et qui contiennent certains mots clés.

32Plusieurs types de comptages peuvent ensuite être opérés sur les extraits. Un comptage chronométrique d’abord, qui permet de connaître la durée totale des extraits en fonction de leur thématique ou du (type de) locuteur. On peut par exemple comparer le temps que différents types de locuteurs consacrent à différents sujets : qui y consacre le plus de temps dans l’absolu ? en proportion relative de la durée des entretiens ? etc. Bien sûr, le rôle de l’intervieweur est décisif en l’occurrence ; selon ses relances et l’intérêt qu’il manifeste, les locuteurs seront plus ou moins enclins à s’épancher ou non sur un sujet donné. En définitive, l’analyse chronologique d’un corpus ne revient donc pas à analyser la seule propension de la personne interrogée à aborder certains sujets, mais bien les données de l’interaction entre l’intervieweur et l’interviewé. On peut donc imaginer faire de Sonal un outil réflexif d’analyse des pratiques des enquêteurs eux-mêmes, en l’occurrence, de leur propension consciente ou non à faire parler plus longuement certains types de locuteurs de certains sujets.

33On peut ensuite, plus classiquement, opérer un comptage lexicométrique. Sonal est spécifiquement pensé pour permettre de multiplier les angles analytiques. On peut croiser les trois dimensions différentes des extraits : quels sont les mots les plus fréquemment utilisés ou les plus spécifiques dans une thématique donnée ? Pour un type de répondant donné ? Pour un type de répondant dans une thématique donnée ? etc. Les pistes analytiques sont nombreuses, liées aux différentes combinaisons possibles entre critères.

34D’une manière tout à fait spéculative cette fois-ci, on peut également imaginer croiser ces deux modes de comptage, en rapportant par exemple pour chaque extrait le nombre de mots utilisés à la durée de la prise de parole. Des différences significatives et heuristiques pourraient peut-être émerger entre les cadences verbales des différents locuteurs sur certains sujets. On pourrait aussi proposer une analyse volumétrique pour étudier, chez un même locuteur, les évolutions dans le niveau sonore de la parole en fonction du sujet. L’idée étant que le degré de « sensibilité » d’un propos serait inversement proportionnel au volume sonore de son énonciation. Il s’agit cependant de pistes à long terme, non encore implémentées dans l’application.

Améliorer la mémoire de son propre travail

35Une autre difficulté tient à la faible « traçabilité » de certaines dimensions de l’analyse des données, tout particulièrement du travail de réécoute. Bien qu’il soit possible de marquer les entretiens déjà réécoutés d’une manière ou d’une autre (par exemple en modifiant leur nom en conséquence, en les plaçant dans un répertoire « écouté » etc.), le travail accompli est facilement oublié. Sonal répond à ce problème, en mémorisant automatiquement les parties lues. Un marqueur graphique, positionné sous le spectre sonore, mentionne les passages déjà écoutés, et un code couleur précise le nombre de passages. Il est ainsi possible de retrouver très rapidement l’endroit où l’on s’était interrompu dans la réécoute. De plus, des statistiques sont automatiquement calculées au sujet du niveau de réécoute des entretiens, ce qui permet par exemple de les trier sur cette base, afin de retrouver rapidement ceux que l’on a – volontairement ou non – occultés jusque là dans le cadre de l’analyse. Ce système de statistiques assorties d’un tri s’applique également aux retranscriptions. Sonal calcule pour chaque entretien le taux de retranscription et permet de trier les entretiens en fonction du travail qu’il reste à accomplir.

36On peut finalement voir Sonal comme un système d’information appliqué au travail de retranscription. La quantification permet au chercheur d’avoir une approche réflexive de son propre traitement des matériaux, afin faire ressortir les dimensions les moins exploitées du corpus.

Partager un corpus

37Une dernière difficulté tient au difficile partage des entretiens lors d’enquête collectives. En effet, si les étudiants travaillent généralement seuls sur leurs entretiens (évaluation oblige), il est très fréquent que les chercheurs en sciences sociales réalisent des enquêtes où le travail de terrain est réalisé à plusieurs. Cela permet notamment de constituer en un temps raisonnable des corpus de dimensions suffisantes pour consolider les résultats obtenus et assoir une montée en généralité solide. C'est aussi un excellent exercice pour échanger et débattre au sujet des matériaux recueillis. En pareil cas, chaque participant conduit un certain nombre d'entretiens, sur la base d'un guide commun élaboré en amont de la recherche. Ensuite, les retranscriptions d’entretiens sont partagées pour être analysées par tous. Or, ce qui peut sembler relativement simple sur le papier cache en fait de nombreuses difficultés sous-jacentes.

38Par exemple, lors d’une recherche collective, s’approprier les entretiens des autres chercheurs d'un groupe de travail est une tâche qui n'est pas toujours aisée. Un entretien retranscrit pouvant facilement atteindre les 50 pages, la relecture des dizaines d’entretiens conduits par ses collègues prend logiquement un temps très important, trop sans doute, pour la plupart des chercheurs. Dès lors, dans les équipes de recherche, la propension à analyser le terrain à la seule aune de ses propres entretiens est malheureusement assez répandue.

39Sonal ne diminue pas le temps nécessaire à la relecture. Seulement, en aboutissant à une représentation synthétique des entretiens, augmentée des informations contenues dans la base de données et les commentaires, l’application permet d’accélérer l’appropriation de leur contenu. Elle permet surtout d’agréger les entretiens des différents chercheurs afin de constituer un corpus collectif qui pourra ensuite être analysé à l’aide du logiciel. D’ailleurs, pour peu que les bandes sonores soient correctement anonymisées, on pourrait même imaginer que Sonal constitue un outil de partage de la matière première scientifique au-delà du cercle des chercheurs travaillant à un même projet.

  • 13  Claire Brossaud  et Didier Demazière (2006 ; p. 15) mentionnent d’ailleurs une journée d’étude org (...)

40En effet, avec Sonal, un chercheur (ou une équipe) pourrait facilement mettre à disposition son corpus, c'est-à-dire à la fois ses bandes, leur retranscription, et la manière dont il les a « thématisées » afin de donner à voir les choix qu’il a opérés et de permettre à d’autres de produire ultérieurement des analyses potentiellement divergentes13. Cela permettrait de ramener l’analyse qualitative sur un terrain moins éloigné de la fameuse réfutabilité poppérienne (Passeron, 1991). Bien qu’on puisse se demander qui se soumettrait de bonne grâce à une telle analyse critique du cœur même de son travail, Sonal permettrait de le faire d’une manière extrêmement simple. Il suffirait en l’occurrence de transmettre le répertoire contenant l’ensemble du projet. N’importe quel utilisateur ayant Sonal installé sur son ordinateur pourrait ouvrir et consulter le corpus sans intervention spécifique, le voyant comme l’ont laissé ceux qui le mettent à disposition. Ce mode de partage serait très différent de l’envoi d’un dossier où seraient associés pêle-mêle des fichiers sons et leurs retranscriptions.  

Conclusion

  • 14  Les algorithmes sont en cours de réalisation, avec l’aide de Philippe Cibois, qui m’aidera notamme (...)

41Le logiciel Sonal est d’apparition récente et il est encore aux premiers stades de sa diffusion. Sur le plan technique, les développements à venir seront axés sur le système d’analyse. Les résultats fournis par Sonal sont encore modestes, mais on pourra bientôt produire des plans factoriels afin de mettre au jour des pistes interprétatives plus générales14. L’intérêt du logiciel sera en l’occurrence de permettre un retour aux données elles-mêmes, pour vérifier la pertinence des catégories suggérées par les algorithmes statistiques, en réécoutant par exemple les extraits contenant tel ou tel mot mis en exergue par l’analyse factorielle. Cette confrontation entre les modalisations et les données brutes risque d’être très instructive et d’éviter l’effet « boîte noire » de certains CAQDAS.

42Sur le plan des méthodes, un travail de cadrage scientifique reste à accomplir autour des pratiques que Sonal rend possibles car la « survie» du son, si elle crée de nouvelles possibilités, implique aussi de nouveaux risques. Ce travail doit d’abord être celui de la communauté des sociologues, qui, nous l’espérons, se saisira de la proposition qui lui est faite à travers cet outil, et s’en emparera pour élaborer de nouvelles règles en lien avec ces nouvelles méthodes de travail.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Blanchet A., Gotman A., 2007 (2ème Ed.). L’enquête et ses méthodes, l’entretien. Paris, Armand Colin, Coll.128.

Demazière D., Brossaud C., Trabal P., Van Meter K., 2006. Analyses textuelles en sociologie : logiciels, méthodes, usages. Presses Universitaires de Rennes. 218p.

Cibois P. 2006. Le traitement des mots associés à des questions : l’apport du logiciel Trideux in Demazière D., Brossaud C., Trabal P., Van Meter K., 2006. Op.cit. p. 156-173

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Cibois P. 1988. Eclairer le vocabulaire des questions ouvertes par les questions fermées : le tableau lexical des questions. Bulletin de méthodologie sociologique, N° 26, p.12-23 
DOI : 10.1177/075910639002600102

Guéranger D. 2006. A propos de trois problèmes pratiques de l’écriture sociologique. La retranscription d’un entretien par Pierre Bourdieu, Enjeux (et) pratiques de l’écriture en sciences sociales. Journée d’étude de l’école doctorale de Paris I 22 & 23 septembre 2006. Ce texte est accessible en ligne : http://www.univ-paris1.fr/IMG/pdf/communication_Gueranger_pdf.pdf

Kaufmann J.-C. 2007 (2ème Ed.). L’enquête et ses méthodes, l’entretien compréhensif. Paris, Armand Colin, Coll.128.

Lejeune C., 2006. Méthodes et outils logiciels au service de la sociologie qualitative : histoire et apports. In Brossaud C. et Reber B. (dir.) Les sciences humaines et sociales à l’heure des technologies de l’information et de la communication. Hermès sciences publication.

Passeron J.-C., 1991. Le raisonnement sociologique. L’espace non-popperien du raisonnement naturel. Paris, Nathan.

Rabardel P. 1995. Les hommes et leurs technologies. Approche cognitive des instruments contemporains. Paris, Armand Colin.

Haut de page

Notes

1  Par exemple Blanchet, Gotman (2007) ou Kaufmann (2007)

2  On peut citer, dans la première catégorie, le logiciel Alceste et dans la seconde des outils comme Lexico ou Prospero. Il s’agit cependant d’applications françaises. Pour un inventaire plus large : http://analyses.ishs.ulg.ac.be/logiciels/index.html Voir aussi, en anglais, la comparaison conduite par Thomas Koenig : http://www.restore.ac.uk/lboro/research/software/caqdas_comparison.php

3  On renverra le lecteur désireux d’en savoir les détails vers un site internet lui étant dédié : www.sonal-info.com

4  Les professionnels chargés du sous-titrage des programmes télévisuels pour les sourds muets travaillent généralement à deux, un « perroquet » (ainsi qu’ils se surnomment) répète les propos tenus par les personnages tandis qu’un correcteur s’assure de la juste interprétation du logiciel.

5  Express scribe par exemple, est très complet, et pour l’essentiel gratuit, quoiqu’un peu invasif à l’installation (ajout de plusieurs raccourcis sur le bureau, de favoris internet etc.).

6  Bien sûr, celui-ci peut à loisirs réécouter le passage, si la première lecture n’a pas suffit.

7  Une thématique associe un code-couleur et un nom en toutes lettres. Il est possible de créer 99 thématiques différentes, en choisissant parmi les treize couleurs disponibles.

8  L’exemple le plus frappant pour qui n’est pas familier de cette question peut être trouvé dans les annonces vocales en gare où les noms des stations sont préenregistrés et insérés par un logiciel dans différents types de phrases. La formulation la plus neutre, qui sert à annoncer la gare dans laquelle entre le train, sonne d’une manière très particulière lorsque les noms des stations sont insérés dans des phrases du type : « ce train desservira les gares de … etc ». De même, les montages parodiques réalisés par « Polémix » et « La Voix Off » à partir d’extraits de discours d’hommes politiques, s’ils sont souvent drôles, n’en sont pas moins rarement crédibles et montrent bien les limites de l’exercice.

9  Un listing Excel par exemple

10  Un homme de 45 ans, Cadre B pourra ainsi voir son fichier nommé par exemple « H45B.doc »

11  Une recherche portant sur le contenu des fichiers peut permettre de faire un tri préalable, mais elle ne dispense pas d’une ouverture  successive des documents retenus.

12  Les entretiens peuvent être décrits à l’aide de 99 modalités issues de 99 variables.

13  Claire Brossaud  et Didier Demazière (2006 ; p. 15) mentionnent d’ailleurs une journée d’étude organisée sur ce sujet à Grenoble en 2005. Cette perspective est donc prise au sérieux.

14  Les algorithmes sont en cours de réalisation, avec l’aide de Philippe Cibois, qui m’aidera notamment à implémenter dans Sonal le système mis en place dans Trideux mots (Cibois, 2006).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Interface de retranscription du logiciel Sonal
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2 – sélection d’une portion de bande à retranscrire
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2482/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 3 – représentation graphique de l’extrait retranscrit
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4 : Représentation d’un entretien retranscrit dans Sonal
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2482/img-4.png
Fichier image/png, 10,0k
Titre Figure 5 : Représentation d’un corpus retranscrit dans Sonal
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2482/img-5.png
Fichier image/png, 120k
Titre Figure 6 – Représentation d’un corpus dont une thématique a été isolée
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2482/img-6.png
Fichier image/png, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alex Alber, « Voir le son : réflexions sur le traitement des entretiens enregistrés dans le logiciel Sonal », Socio-logos [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 07 juillet 2010, consulté le 29 mai 2016. URL : http://socio-logos.revues.org/2482

Haut de page

Auteur

Alex Alber

Centre d’Etudes de l’Emploi – Laboratoire Printemps, a.alber@libertysurf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Socio-logos

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org