Navigation – Plan du site
Articles

La sociologie française d’aujourd’hui : au cinquantième anniversaire de la création de la licence de sociologie à l’université française1

Salvador JUAN

Texte intégral

  • 1  Traduction partielle, pour Socio-Logos, de la conférence donnée en avril 2008, à Université de Val (...)
  • 2  1935, Félix Alcan, http, « Les Classiques des sciences sociales ».

1On ne peut plus aujourd’hui procéder à une présentation théorique cohérente comme celle que Bouglé proposait en 1935 dans son Bilan de la sociologie française contemporaine2 ou comme on peut la lire dans différents manuels destinés aux étudiants. Outre que ce serait un exercice très subjectif, cela ne rendrait pas compte de l’éclatement de la discipline lié à la quasi disparition (professionnelle) des grandes figures qui ont constitué le champ de la sociologie française de 1960 à 1990. En se développant, la discipline s’est diversifiée, suivant la loi de la division du travail social et scientifique.

2J’ai donc opté, contraint et forcé, pour une description plus classificatrice et quantitative que théorique et synthétique. Les deux supports empiriques de cette description sont les thèses soutenues en sociologie durant les dix dernières années (comparées à celles de la période précédente) et les ouvrages publiés par les sociologues en poste en 2003, avec, dans les deux cas, une classification thématique.  Un travail sur les articles de revues aurait sans doute donné un résultat similaire, au plan de l’éclatement thématique, avec des difficultés supplémentaires et des effets de redondance. Ce choix me semble justifié pour décrire l’activité scientifique des plus jeunes et des plus vieux, l’une corrigeant et compensant l’autre, même si, par nature et par construction, il délaisse les âges moyens qui s’expriment plutôt dans les revues.

3Après avoir posé quelques jalons historiques en vue de donner une idée de l’état global de la discipline à travers ce prisme, je présenterai une analyse détaillée des thèses soutenues durant ces dix dernières années comparées à ce qui se faisant 20 ans avant, puis je terminerai sur les publications d’ouvrages.

1. Jalons historiques et un état global de la discipline aujourd’hui

  • 3  Même si la sociologie française universitaire a plus de cent ans, puisque Durkheim l’enseignait dé (...)

4La sociologie universitaire française – celle qui est sanctionnée par des diplômes spécifiques – n’est ni jeune ni vieille puisqu’elle a tout juste 50 ans cette année3. Les licences et doctorats de sociologie sont crées en 1958 et les deux premières thèses sont soutenues en 1961. En ne prenant en compte que les thèses soutenues en France et écrites en français, selon le fichier central des thèses, on trouve 147 thèses en 2006 et 135 en 2007. Autour de 120 thèses par an début 1990 puis 150 par an avant d’atteindre dans les 200 thèses annuelles fin 1990 puis de rechuter.

Nombre de thèses de sociologie soutenues en France, 1961-2007

Nombre de thèses de sociologie soutenues en France, 1961-2007

Source: Données de Salvador Juan, extraites du fichier central des thèses de la B.N.F.

5

Figure 1. Répartition régionale de l’ensemble des tèses de sociologie hors Ile-de-France, 1998-2007

Figure 1. Répartition régionale de l’ensemble des tèses de sociologie hors Ile-de-France, 1998-2007

Tableau 1. Evolution historique du nombre des thèses (sociologie)

1998-2007

1662

1994

145

1993

109

1992

95

1991

92

1990

71

1989

71

1988

129

1987

142

1988-1997

1165

1978-1987

1344

1968-1977

771

1958-1967

43

6Comme on le voit sur le graphique 1 et sur le premier tableau, à plus long terme, on observe une augmentation progressive régulière jusqu’à 1987, puis un reflux avec des années très creuses 1989-90 et une ré-augmentation sensible dont je viens de parler. La variation est forte : 1999, c’est presque trois fois plus de thèses que 1990. Précisons que le nombre des thèses de sociologie soutenues à l’IEP Paris a augmenté deux plus vite que l’ensemble : elles sont passées de 18 en 1968-77 à 78 en 1998-2007 (tableau 2). Comme en Espagne, la sociologie politique a eu un rôle assez important dans le développement global de la discipline en France.

Tableau 2. IEP Paris, thèses en sociologie

1998-2007

78

1988-1997

54

1978-1987

35

1968-1977

18

1958-1967

3

Tableau 3.Thèses de sociologie soutenues hors Ile-de-France

Villes

Nombre total

Regroupements par grandes zones

Nombre total

Amiens

10

Nord (Amiens, Lille) :

64

Avignon

1

Normandie (Caen, Rouen) :

42

Besançon

30

Ouest (Brest, Nantes, Rennes)

96

Bordeaux

56

Est : (Besançon, Metz, Nancy, Strasbourg)

123

Brest

10

Centre : (Clermont, Dijon, Orléans, Limoges, Poitiers, Tours) 

33

Caen

22

Rhône-Alpes (Chambéry,  Lyon, Grenoble)

71

Chambéry

3

Sud-est, PACA (Avignon, Aix-Marseille, Nice)

44

Clermont-Ferrand

1

Sud (Montpellier, Perpignan) 

44

Dijon

2

Toulouse

138

Grenoble

26

Sud-ouest (Bordeaux, Pau)

56

Lille

54

Divers

2

Limoges

2

Lyon

42

Marseille (Aix-)

33

Metz

21

Montpellier

33

Nancy

19

Nantes

61

Nice

10

Orléans

4

Perpignan

11

Poitiers

13

Rennes

25

Rouen

20

Strasbourg

53

Saint-Denis (Réunion)

2

Toulouse

138

Tours

11

Total Régions

713

Sources : données du fichier central des thèses (S. Juan)

Tableau 4.

Villes  peu « productives »

Pop agglo

Habit / thèse

Milliers

Clermont

280.000

Dijon

262.000

Orléans

275.000

Limoges

175.000

Poitiers

150.000

Tours

266.000

Total

1.408.000

42,6

Tableau 5.

Villes assez/très

« productives »

Popul. aire urbaine

Habit / thèse

Milliers

Lille

1.143.000

21,1

Toulouse

1.133.000

8,2

Bordeaux

1.009.000

18

Nantes

804.800

13,2

Strasbourg

713.000

13,4

Montpellier

460.000

13.9

Metz

429.500

20,4

Caen

395.000

17,9

Besançon

222.000

7,4

7 La distribution régionale des thèses montre une concentration en Ile-de-France qui regroupe un peu plus de la moitié des thèses (de l’ordre de 900 pour près de 700 en régions). Si on ne compte que les universités – hors de l’EHESS et de l’IEP –, on constate aujourd’hui, grosso modo, un équilibre IDF / ensemble des autres régions (avec un léger avantage aux régions).

8La distribution des thèses soutenues hors des 13 universités et des grandes Ecoles franciliennes montre, en revanche, de fortes disparités géographiques. On notera surtout le déficit important du très vaste territoire central de la France, du nord au sud, d’Orléans à Limoges et Clermont, d’ouest en est, de Poitiers à Dijon en passant par Tours. Le rapport population de l’aire urbaine / nombre de thèses montre qu’il faut, dans la dernière décennie, 42 600 habitants sur l’ensemble de ces villes de l’aire centrale pour produire une thèse de sociologie, alors qu’il en faut cinq ou six fois moins pour certaines universités très  « dynamiques » telles que Toulouse et Besançon et deux ou trois fois moins par rapport à des villes assez productives telles que Nantes Strasbourg ou Montpellier, mais aussi Caen, Bordeaux ou Metz (figure 1 et tableaux 3, 4 et 5).  

9Mais le plus instructif est sans doute la distribution thématique des thèses que je vais décrire maintenant.

2. La distribution thématique des thèses et son évolution

10Les résultats donnés ici portent sur un échantillon très probablement représentatif de l’ensemble des thèses, puisqu’on a travaillé, à partir du fichier exhaustif des 1660 retenues comme « population mère » en classant près de la moitié des thèses tirées par paquets de 50 régulièrement sur l’ensemble de la série4. Pour décider du classement dans l’une des catégories, on a regardé non seulement l’intitulé mais, près d’une fois sur deux, lu le résumé. 793 thèses sont classées sur plus ou moins 16605. On a opté pour un mixte de champs, de thèmes et de sous-disciplines pour véritablement approcher les contenus des thèses. La principale difficulté de ce classement a été, comme on pouvait s’y attendre, la juxtaposition des thèmes (du genre « La culture politique des jeunes de banlieue »…). Il a fallu faire des choix avec tous les risques ; à la fin du tableau figurent quelques problèmes de classement conduisant à la fort commode catégorie des « inclassables ».

Tableau 6. Thèses de sociologie soutenues en France sur dix ans 1998-2007 (inclus)

Champ sociologique

TOTAL

Paris et IDF

(hors EHESS)

EHESS

Régions

Art, littérature, musique classique, cinéma, théâtre, etc.

34

14

5

15

Associations  

8

3

1

4

Communication et influence, TV, presse, journalisme, opinion publique…

13

7

2

4

Corps, sexualité, handicap

15

4

1

10

Démographie politiques démographiques

6

4

2

Déviance, délinquance

10

3

2

5

Economie(socio-), développement, aménagement territoire

53

33

1

19

Education

37

10

7

20

Environnement, risques

13

11

2

Ethnologie, rites, cultures orales/locales, arts et traditions populaires, fêtes, études communautaires…

26

14

1

11

Etudesrurales, territoires non urbains, agriculture, local

38

18

1

19

Famille, parenté

19

14

1

4

Genres (gender studies)

4

1

3

Identités,immigration, inter-culturel, communautés…

53

22

8

23

Innovation technique, objets, procédures, CAO, Internet, téléphonie…

7

2

1

4

Institutions, fonctionnement institutionnel, milieux : prisons, armée municipalités, justice, cirque, ministères, université…

41

20

1

20

Loisirs, jeux, musiques, danses, jeux rôle Web, etc.

20

6

2

12

Mouvements sociaux, féminisme, syndicalisme

19

9

2

8

Pauvreté, exclusion

13

5

3

5

Pensée (histoire de la) épistémologie, sciences, sociol. connaissance, théorie, etc.

27

13

1

13

Politique (sociol.-), Etat, élites politiques, histoire politique, relations internationales, etc.

58

34

7

17

Réseaux

4

1

3

Religions

33

11

6

16

Santé, politiques sociales

46

22

6

18

Sports milieux et profesionnels

14

5

9

Stratification, mobilité sociale

3

2

1

Travail Professions et organisations /gestion, négociations collectives…

P = Professions

 W = Conditions de travail

O = Organisation, gestion

121

37 générales

Et, de plus :

P = 9

W = 5

O = 3

4 génér.

Et :

P = 2

W = 1

O =1

35 générales

Et :

P = 8

W = 6

O = 10

Urbain, villes

37

14

6

17

Vie quotidienne, alimentation, relations conjugales, consommation, sociabilité, etc.

13

10

3

Divers non classés : histoire du rire, symbolique du dauphin, phénoménologie du silence, barrage d’Alqueva, etc.

8

3         NC

Ex. : Meubles laqués chinois en France…

5          NC

Ex. : Contrat d’édition (droit),

Sourds et langage signes, Guitare…

Total « réel » = 1660

Total

global

793

Total

369

Total

73

Total

351

Source : données du fichier central des thèses (S. Juan). Attention, pour avoir une idée du nombre réel de thèses par catégorie il faut multiplier les nombres.

11 Les thèmes dominants sont la sociologie du travail et des organisations – même en retranchant les monographies et études portant sur le fonctionnement d’un milieu institutionnel –, les questions de sociologie politique (gonflées par les monographies de pays) puis les questions du multiculturalisme, les thématiques socio-économiques, la santé et les politiques sociales regroupées par exigence logique. Les sociologies de la ville et de l’art sont en bonne place avec le couple ethnologie / études rurales que l’on a distingué.

  • 6  Soulié et Vasconcelos ont procédé à une recherche similaire sur la base des dossiers de qualificat (...)

12On notera que certains thèmes manifestent un écart Ile-de-France / Régions assez tranché : Paris se distingue surtout par une surreprésentation des thèmes : environnement, famille, politique (effet IEP de Paris) et vie quotidienne mais aussi par socio-économie, communication, santé et politiques sociales. Les régions se distinguent par : corps, éducation, loisirs et sports. Les champs travail, institutions et organisations, ainsi que la théorie (pensée) ou la religion sont parfaitement répartis en proportion. On notera enfin le caractère devenu quantitativement dérisoire de ce qui fut un grand thème de débats : les classes et la stratification6. Il se peut que la dilution de ce thème s’explique par sa présence dans de nombreuses thèses plus comme facteur explicatif que comme thème d’étude, central et proprement dit.

  • 7  Attention ; le classement des thèses de la première période est plus problématique et n’est fait q (...)

13Comparée à la période 1978-87, donc 20 ans avant, on note une évolution / involution assez importante des thématiques7. On aurait pu croire (c’était mon hypothèse) que la théorie sociologique, les thèses à enjeux politiques ou la sociologie de l’art auraient régressé en 20 ans. Il n’en est rien puisque, tout au contraire, ces thèses augmentent de 50% tout en représentant une proportion modeste. Si on observe une nette diminution des thèses consacrées au thème « classes sociales, stratification et mobilité » (division par cinq du nombre entre les deux périodes), et si la communication est divisée par deux, l’art, la sociologie économique et la sociologie politique restent stables en proportion. Les sociologies du travail et des institutions doublent sur la période et celle du corps triple. De leur côté, les sociologies urbaine, de l’éducation et de la religion diminuent.

14Qu’en est-il des travaux des sociologues d’âge mûr, ceux qui ont publié des ouvrages ?

3. La sociologie éditée

15Il aurait été envisageable, en guise de méthode de travail, de compulser les programmes des licences ou des 123 masters (du moins jusqu’en 2007) recensés en sociologie en France dont 59 « professionnels », 43 « recherche » et 23 indifférenciés, selon Piriou (Socio-logos, 2008). Mais je n’ai pas choisi cette voie car il me semble que les cours rendent moins bien compte de la recherche que les publications principales, même si les livres renvoient aussi quelquefois à des activités pédagogiques hors recherche.  De manière un peu arbitraire, mais aussi pour tenter d’approcher ceux qui ont le plus de chances de diriger des thèses et pour essayer de dégager une dominante, j’ai opté pour le critère « avoir publié au moins trois ouvrages personnels » (donc hors les livres collectifs ou dirigés), tout en ayant conscience des risques d’oublis ou d’erreurs.  

  • 8  On a choisi cette date pour rendre compte des publications de directeurs de thèses potentiels quat (...)

16Cette « sociologie éditée » a été saisie au niveau des plus ou moins 630 Professeurs (32%) et Maîtres de conférences (68%) en poste dans l’université française en 2002-20038 mais aussi des chercheurs titulaires du CNRS ou des Grandes écoles abritant de la sociologie. Ce nombre total de titulaires des établissements d’enseignement supérieur a presque doublé de 1990 à 2000.

Sociologues en poste en France en 2002 ayant publié au moins trois livres (en 2008)

Classement alphabétique selon la dominante des travaux publiés

Sociologues en poste en France en 2003 ayant publié au moins trois livres d’auteur (ou co-auteur) en 2008

hors directions d’ouvrages collectifs

Total

Classés

206

Ratio thèses / auteurs

Anthropologie sociale

Générale

Politique

Ethno (rites, cult. orales/loc, arts

Etudesrurales territ. non urbains,

Baudry / Bernand / Bouvier / Copans / D’Ans / Descola / Godelier / Maffesoli / Olivier de Sardan /

Abeles / Gosselin /

Bensa / Bozon / Lavaud / Renard / Weber

Guichaoua / Haubert / Viard

19

6,7

Art, littér., musique class. Ciné théâ.

Fabiani / Green / Heinich / Hennion / Menger / Pequignot / Quemin

7

9,7

Associations  

Sue

1

Communication influ., presse OP

Champagne / Jamet / Missika / Mucchielli A / Neveu / Winkin

6

4,3

Corps sexualité, handicap

Le Breton / Welzer-Lang

2

15

Démographie pol. démogr.

Charbit / Rollet / Todd

3

4

Déviance, délinq., violence

Bessette / Combessie / Mauger / Mucchielli L / Ogien / Roché / Wierviorka

7

2,8

Economie(socio-) + développement, Amengt territ.

Laville / Linhart R / Vatin / Zarifian P  

4

26,5

Education, Formation et emploi

Baudelot / Chapoulie / Cibois / Coulon / Dubet / Establet / Grossetti / Hess/ Langouet / Leger / Merle / Van Zanten

Demailly / Dubar / Montlibert (de) / Terrail  

16

4,6

Environnement, risques

Chateauraynaud / Duclos / Lascoumes / Kalaora  

4

6,5

Famille, parenté

Blöss / Commaille / Fine / Le Gall / Segalen / Singly(de)  

6

6,3

Genres

Marry

1

Identités,Immigr. Inter-culturel,

Delcroix / Gros / Noiriel / Tarrius / Tripier M  

5

21,2

Innovation technique (objets, procédures, syst. Techn.

Gras / Flichy / Latour / Scardigli

4

3,5

Institutions ( Instit et milieux)

Dreyfus / Enriquez / Michel

3

27,3

Loisirs (+ jeux, musiques, danses)

Yonnet

1

Mouvements sociaux

Filleule / Mathieu

2

19

Pauvreté, exclusion

Ferréol / Laé /  Messu / Murard / Paugam  

5

5,2

Pensée (histoire de la) épistémo., sciences, so. connaissance, théorie, sciences

Berthelot / Boltanski / Caillé / Chazel / Cherkaoui / Corcuff / Cuin / Demeulenaere / Farrugia / Forsé / Karsenti / Lahire / Martuccelli / Pharo / Pinto / Queré / Tacussel / Spurk / Steiner / Tarot / Watier

21

2,5

Politique(socio-), Etat, élites pol.,

Histoire politique et sociale

Birnbaum / Bruneteaux / El Kenz / Iribarne / Lemieux / Löwy / Mayer / Offerlé / Paradeise / Verdès-Leroux

Baechler / Bihr / Cingolani / Colas / Courtois / Lazar / Orfali / Pessin / Quiminal / Rosanvallon / Taguieff

21

5,5

Religions

Dianteill / Hervieu-Léger / Khosrokhavar / Raphael / Piette

5

13,2

Santé,

Politiques sociales

Ehrenberg / Fassin / Herzlich / Laplantine / Peneff

Autès / Donzelot / Guillemard  

8

11,5

Socialisation, jeunesse / vieillesse

Caradec / Galland / Muxel

3

Sports milieux et pro

Brohm / Bromberger / Duret / Suaud  

4

7

Stratification, classes mobilité soc

Beaud / Bertaux / Bouffartigue / Chauvel / Lemel / Merllié / Pfefferkorn / Pinçon/ Pinçon-Charlot

9

0,6

Travail

Professions

Cond. de travail

Organisation /gestion

Chenu / Friot / Gadea / Gresle / Grelon / Karpik / Trepos / Tripier P

Durand / Lallement / Piotet

Alter / Bernoux/ Callon / Friedberg / Gaulejac(de) / Lazega / Linhart D / Sainsaulieu / Segrestin

20

7,1

Urbain, villes

Ascher / Beauchard / Bidou / Body-Gendrot / Bourdin / Godard / Grafmeyer / Jazouli / Huet /  Kaufmann V / Lapeyronnie / Preteceille / Raulin

13

5,6

Vie quotidienne (alim., rel. conjug, conso, sociabilité.

Corbeau / Desjeux / Herpin / Juan / Kaufmann J-C /  Rochefort

6

4,3

Source : données de S. Juan. Détermination du ratio : 1660 / 206 = 7,7. Pour la déterminbation du ratio, on a doublé le nombre de thèses du tableau précédent (par exemple,  en sociologie de l’art : 34 thèses x 2 / 7 auteurs = 9,7).

17Le tableau des auteurs de livres montre une grosse concentration sur les thèmes du travail, de la sociologie politique et de la théorie - histoire de la pensée, mais aussi en éducation et en anthropologie. Il m’a semblé intéressant de mettre en relation ces travaux avec les thèses soutenues dans le même champ. Le ratio thèses / auteurs montre, en dépit du problème de classement selon la dominante, d’une part qu’il existe des thématiques très prisées par les plus jeunes mais en « déficit » relatif d’auteurs (ratio le plus élevé) et, d’autre part, la situation inverse : des thèmes préférentiels des chercheurs confirmés avec peu de thèses (ratio bas). Bien sûr, il convient de relativiser ce ratio car il existe des chercheurs CNRS ne dirigeant pas de thèses mais beaucoup en dirigent et participent aux jurys.

3.1. Thématiques surreprésentées chez les jeunes chercheurs

  • 9  Ou Laville de Socio-économie vers Associations.
  • 10  Tout comme Stratification et Vie quotidienne, ce thème semble se spécifier lui-même en recherches (...)

18Socio-économie, identités, art, religions et, dans une moindre mesure, santé, corps, travail, famille et sports font partie de la catégorie des thématiques plus « jeunes ». Il existe aussi des vides qui ne renvoient pas seulement aux problèmes de classement mais au plus forts décalages : institutions, loisirs et mouvements sociaux. Il s’agit de cas particuliers notables. Certes le thème institutions aurait pu être classé avec travail, ce qui aurait accentué le déficit relatif des directions de thèses sur « travail ». Cà et là, divers collègues auraient pu être déplacés, par exemple Steiner de « pensée » vers « socio-économie »9. Mais cela n’aurait modifié qu’à la marge ce résultat. Un assez grand nombre de thèses classées en économie du développement ont été dirigées par des collègues classés en tant qu’auteurs en anthropologie (ethnologie ou études rurales). Certains auteurs, tels que Wieviorka ou Dubet, auraient pu alimenter la case mouvements sociaux mais leurs livres personnels les rangent là où ils sont et non dans « mouvements sociaux ». Quant au thème loisirs, le déficit d’ouvrages est patent alors que ce thème fut et reste important en sociologie10.

19L’engouement relatif sur les thèmes tels que identités, mouvements, loisirs, corps et art, relève d’une véritable « attraction » des jeunes. Je pense que la surreprésentation sur institutions relève de l’effet thèse monographique et cadrée sur un terrain précis, les plus vieux chercheurs s’intéressent moins (ou pas) aux études de cas et aux monographies. Il est possible de considérer que la surreprésentation sur travail, religion et sport provient également de l’effet monographique mais peut-être aussi d’un effet de suractivité des directeurs de thèse.

3.2. Des thèmes préférentiels de chercheurs confirmés avec peu de thèses

20Sans doute trouvera-t-on ici les chercheurs CNRS et les auteurs se faisant plaisir personnellement avant tout. Mais il s’agit aussi des thématiques délaissées par les jeunes telles que classes et stratification. Les déficits relatif des thèses par rapport à l’activité des chercheurs confirmés sont patents sur les thèmes innovation, environnement, vie quotidienne, démographie, déviance, pauvreté - exclusion mais aussi éducation, sociologie urbaine et théorie - pensée (effet de l’importante masse des auteurs dans ces trois derniers cas, on peut aussi évoquer « anthropologie » à cet égard). « Genres » et socialisation - jeunesse sont des cas spéciaux liés à un seul auteur. Tous ces thèmes renvoient, en tout état de cause, à une sociologie plus d’auteurs que de thésards.  

21En intégrant dans le tableau certains collègues de sciences de l’éducation (comme on l’a fait avec Sue) et certains politistes (ou philosophes, géographes, urbanistes, etc.), on aurait pu modifier ces résultats mais pas les changer fondamentalement. Ce tableau me semble donner un état brut de la discipline, état qui aurait été plus complet et riche en intégrant toutes les publications, à partir d’un seul ouvrage (indépendamment des oublis ou choix erronés de classement).

  • 11  Gérard Boudesseul, Bulletin de méthodologie sociologique n° 92, 2006 : « Brève sociographie du sec (...)

22On notera l’écart de ces résultats et de ceux de Boudesseul analysant les conférences au congrès de l’AFS11. Il trouve que la classe la plus importante est « inégalités » suivie de « travail-entreprise » mais son analyse lexicale indique surtout que « inégalités » renvoie à l’approche ou à l’angle d’analyse et moins au contenu proprement dit (qui porte sur famille, sexe, immigrés, école, quartier, banlieue…). Ce résultat ne contredit donc pas les données du tableau présenté ici en dépit de la différence des sources.

Pour conclure en  donnant une interprétation d’ensemble

  • 12  Il s’agit d’un article « Que deviennent les diplômés de sociologie ? Un état de la discipline et d (...)

23Les tendances et les constats ici évoqués me semblent montrer que la sociologie française devient de plus en plus appliquée et pragmatique. La masse importante des étudiants formés depuis 50 ans et l’augmentation notable des postes de titulaires ont contribué à engager la discipline dans un mouvement de professionnalisation. Je rejoins donc l’interprétation d’Odile Piriou12 selon laquelle plus la sociologie se diversifie, plus elle se professionnalise (par le jeu du financement de la recherche de plus en plus privé) et plus les problèmes sociaux concrets prennent le pas sur la théorie ou les thématiques transversales telles que classes et stratification. J’ajouterai que cette professionnalisation explique pourquoi les problèmes de société sont toujours plus traités dans les thèses de sociologie ; ils le seront encore davantage, peut-on prévoir, lorsque le processus, en cours, de professionnalisation des masters aura totalement fait disparaître la notion de « master recherche », en relation avec l’actuelle réforme des universités.

Haut de page

Notes

1  Traduction partielle, pour Socio-Logos, de la conférence donnée en avril 2008, à Université de Valencia, « La sociología francesa hoy ; en el quincuagésimo aniversario de la creación de la licenciatura en sociología en la universidad francesa »], paru Arxius de ciències socials, n° 21, Université de Valencia, Espagne, pp. 17-48, 2009. On demande au lecteur français de bien vouloir pardonner les erreurs et les oublis de ce texte « passant » mieux à l’Etranger... On a ajouté ici quelques notes supplémentaires destinées à mieux justifier nos choix.

2  1935, Félix Alcan, http, « Les Classiques des sciences sociales ».

3  Même si la sociologie française universitaire a plus de cent ans, puisque Durkheim l’enseignait déjà.

4  http://corail.sudoc.abes.fr/LNG=FR/DB=2.1/IMPLAND=Y/ADVANCED_SEARCHFILTER

5  Ici retenues car quelques thèses sont inclassables ; cf. infra.

6  Soulié et Vasconcelos ont procédé à une recherche similaire sur la base des dossiers de qualification. Ils ont étudié les spécialités sociologiques en fonction du lieu de soutenance des candidats à la qualification titulaires d’un doctorat de sociologie s’étant présentés en2005, 2006 et 2007 (Source : Soulié et Vasconcelos, CNU, 19e section 2007, in Socio-logos, 2008) ; leurs résultats, sans être incompatibles – ils sont même assez proches –, ne sont pas réellement comparables aux nôtres du fait des critères de classements distincts.

7  Attention ; le classement des thèses de la première période est plus problématique et n’est fait que sur la base des intitulés, les résumés n’étant pas disponibles dans le fichier central des thèses.

8  On a choisi cette date pour rendre compte des publications de directeurs de thèses potentiels quatre à cinq ans (la durée moyenne de production d’une thèse) avant la dernière année de notre décompte relatif aux thèses.

9  Ou Laville de Socio-économie vers Associations.

10  Tout comme Stratification et Vie quotidienne, ce thème semble se spécifier lui-même en recherches particulières sur des types de loisirs ou de consommation.

11  Gérard Boudesseul, Bulletin de méthodologie sociologique n° 92, 2006 : « Brève sociographie du second congrès de l’AFS, Bordeaux 2006 ».

12  Il s’agit d’un article « Que deviennent les diplômés de sociologie ? Un état de la discipline et de son avenir » (Socio-logos n° 3) disponible sut Internet : http://socio-logos.revues.org/document1622.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Nombre de thèses de sociologie soutenues en France, 1961-2007
Légende Source: Données de Salvador Juan, extraites du fichier central des thèses de la B.N.F.
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 1. Répartition régionale de l’ensemble des tèses de sociologie hors Ile-de-France, 1998-2007
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvador JUAN, « La sociologie française d’aujourd’hui : au cinquantième anniversaire de la création de la licence de sociologie à l’université française », Socio-logos [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 23 septembre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2500

Haut de page

Auteur

Salvador JUAN

Chercheur au CERReV et Professeur de sociologie à l’université de Caen, Basse-Normandie, salvador.juan@unicaen.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org