Navigation – Plan du site
Débat

Intensification des dérives sécuritaires : Contexte d’émergence et conséquences sur le « terrain »

Elisabeth Jacob

Texte intégral

1La prépondérance sans précédent qu’ont pris les questions relatives à la « sécurité » dans les discours politiques et médiatiques, mérite que l’on examine rapidement les conditions de leurs développements, avant de chercher à déceler quelles peuvent en être les incidences.

I- Contexte d’amplification des mesures sécuritaires

2Sans revenir en détail sur les prémisses d’une question complexe aux ramifications multiples, l’émergence de ces questions trouve un éclairage dans le changement d’échelle d’appréhension des phénomènes sociaux et sur la nature des interventions qui s’y sont progressivement développées.

Appréhension locale des phénomènes sociaux et effets de stigmatisation

  • 1 Selon l’expression d’Hubert Dubedout, il s’agissait de « Ensemble, refaire la ville », La Documenta (...)

3Au début des années 80, avec l’arrivée de la gauche au pouvoir, l’accent est mis sur le local. A la suite de la « flambée de violence » du quartier des Minguettes et dans le prolongement de la décentralisation, la mise en place des politiques publiques dites transversales vise à apporter des réponses plurielles aux problématiques locales. Dans un premier temps, il s’agissait de s’appuyer sur la valorisation des ressources locales et la capacité créative des « habitants »1. C’est sur demande des municipalités que les quartiers étaient désignés. Ils étaient alors choisis, non seulement en fonction de leur caractère d’exclusion, mais aussi des possibilités effectives de voir s’y développer favorablement de nouvelles mesures dans une phase d’expérimentation.

  • 2 Pour une chronologie de la géographie de la politique de la ville, « Instruments et fondements de l (...)

4A cette démarche empirique, succède une phase de rationalisation dans le choix des quartiers. L’INSEE est alors missionné pour définir des « critères objectifs » permettant de désigner, délimiter et hiérarchiser les territoires, en vue de leur appliquer des mesures spécifiques en fonction de leur classement2. Dans cette perspective, les territoires identifiés comme problématiques vont être les lieux d’expérimentation d’une succession de dispositifs au cours des années 80 (Zone d’Education Prioritaire, Développement Social des Quartiers, Conseils Communaux de Prévention de la Délinquance…).

  • 3 Philippe Estebe, op. cit.
  • 4 Robert Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, Fayard, 1995

5Alors que l’objectif initial était d’engager une démarche participative et de valoriser les quartiers en s’appuyant sur leurs potentialités, on est passé à une territorialisation définie sur bases de variables mesurant leurs « écarts à la norme »3. L’épuisement des logiques d’intervention sectorielle fondée sur la définition de catégories de handicaps, toujours plus difficile à saisir compte-tenu de l’effritement de la condition salariale4, marque ainsi l’avènement d’une nouvelle catégorisation : les « quartiers difficiles » puis « sensibles » et enfin « zone de non droit ».

6Le développement de ces dispositifs sur les mêmes secteurs géographiques, va conduire à l’émergence d’une appréhension territoriale de la question sociale, désormais localisée et circonscrite à des espaces et des populations spécifiques. Ce phénomène s’accentue au fil de la mise en place des politiques successives qui s’épuisent dans la recherche introuvable du périmètre pertinent. On passe progressivement d’une intervention prioritaire, sur des quartiers répertoriés, à une approche qui territorialise non seulement les interventions, mais aussi les ressorts et les causes de la situation.

  • 5 Alain Faure « Les politiques locales, entre référentiel et rhétorique » dans La construction du sen (...)
  • 6 « Du terrain au territoire : la politique de la ville », Daniel Behar, Informations Sociales, N° 72 (...)

7Le paradoxe de la décentralisation et de la politique de la ville est que, sous couvert d’une volonté affichée d’agir au plus près des réalités locales, les enjeux politiques des collectivités locales5, conseils généraux et municipalités, ont rapidement pris le pas sur la recherche d’une véritable adéquation entre les dispositifs mis en œuvre et les besoins des habitants de ces quartiers. Autrement dit, si les pouvoirs ont changé de niveau, leur nature est restée identique. Plus qu’un rapprochement du terrain, c’est davantage d’un désinvestissement dont il va être question6.

8Cette évolution va se traduire par le développement d’un écart de plus en plus conséquent entre une frange de la population, et particulièrement de la jeunesse, et les politiques publiques lui étant théoriquement destinées. Il est sûr que l’enracinement du chômage, la généralisation de la précarisation et de l’insécurité économique et sociale, produit d’un libéralisme galopant, ont eu des effets considérables. Mais les mesures développées n’ont guère contribué à faire avancer favorablement la situation. Les « formations parking », les emplois précaires, les animations occupationnelles.., sont de plus en plus apparues comme des instruments d’exclusion et de ségrégation.

  • 7 Cf. « La médiatisation de l’immigration dans la France des années 80 », dans Les Annales de la rech (...)

9A la décentralisation de l’action publique, s’ajoute un mouvement de déconcentration des organismes de la presse écrite. Alain Battegay explique la forte médiatisation des événements lyonnais au début des années 80 (« émeute » des Minguettes) par la concurrence entre la presse locale et les correspondants des quotidiens nationaux, peu avant leur déconcentration. Ce qui va occasionner une surenchère de la part des journalistes autour de ces événements et l’émergence d’une lecture « sociétale » d’incidents locaux7.

  • 8 « Misère des journalistes précaires », Gilles Balbastre, Le Monde Diplomatique, avril 1999
  • 9 Florence Amalou « La télévision a accru sa couverture de la violence durant la campagne » dans Le M (...)
  • 10 Alain Accardo « Derrière la subjectivité des journalistes », Le Monde Diplomatique, Mai 2000

10Les questions relatives à l’immigration et aux banlieues, viennent alimenter la rubrique « société » d’une presse en quête de nouveaux sujets, dans un contexte de concurrence accrue8. De plus en plus soumise aux lois du marché les médias cherchent l’évènementiel, le sujet choc, capable d’assurer une audience importante et de prendre de cours leurs concurrents. La « violence des banlieues » devient un thème porteur qui va gagner l’ensemble des médias9, la configuration concurrentielle du marché de l’information induisant un phénomène de mimétisme et d’homogénéisation des discours10.

  • 11 A noter également que l’incursion des médias va participer à la montée en puissance des phénomènes (...)
  • 12 Tel qu’elles sont désignées dans la terminologie policière

11Le travail de mise en forme, la mise en corrélation et en image de faits disparates, le choix du sensationnalisme, occultent les déterminants sociaux, au profit d’une vision catastrophiste11. De banlieues grises, les cités HLM deviennent des lieux à hauts risques, des «zones criminogènes »12, désignées comme porteuses d’une menace potentielle pour l’ordre républicain.

Intégration des questions sécuritaires dans la sphère politique

12Si ces thématiques ont pris autant d’importance, c’est aussi et surtout, parce qu’elles ont progressivement intégré le discours politique. Le déclin du mouvement ouvrier, la montée en puissance des inégalités, les politiques de rigueur appliquées au détriment des classes populaires par une gauche, revenant sur ses engagements passés au profit d’une politique néo-libérale, ont largement participé à la dégradation des conditions de vie d’une frange de plus en plus importante de la population.

  • 13 Jean-Pierre Garnier, Le nouvel ordre local, gouverner la violence, l’Harmattan, 1999

13Les partis dits traditionnels sont alors conduits à développer des politiques destinées à réguler la montée des désordres sociaux qui en découlent13. Un discours présenté comme « réaliste » va légitimer cette position : ne pas prendre ces questions à bras le corps équivaudrait à faire le lit du Front National.

Mise sur agenda de la « sécurité »

  • 14 Réponses à la violence : rapport à M. Le Président de la République, A. Peyrefitte, R. Schmelck, R. (...)
  • 15 Laurent Bonelli, « Renseignements généraux et violences urbaines », dans les Actes de la Recherche (...)
  • 16 Pour une généalogie des textes législatifs élaborés par le ministère de la justice, « Jeunesse en d (...)
  • 17 En particulier le Que sais-je « violence et insécurité urbaine » d’Alain Bauer et Xavier Raufer par (...)

14A la suite du rapport Peyrefitte de 197714, qui contribue à inscrire la question de l’insécurité dans le jeu politique, ce thème devient un enjeu électoral fort lors des élections municipales de 1983 et législatives de 198615, puis prend une dimension nationale. L’année 1996 marquera la mise sur agenda de la question de la sécurité16, avant que ces thématiques ne soient reprises, sensiblement dans les mêmes termes, par le gouvernement Jospin lors de son arrivée au pouvoir en tant que premier ministre. Après le colloque de Villepinte de 1997, intitulé « des villes sûres pour des citoyens libres » et un mûr travail de légitimation pseudo scientifique17, la sécurité est élevée au rang de deuxième priorité gouvernementale. Les élections de 2002 au cours desquelles le Front National arrive au second tour, puis la campagne de 2007, accentuent la prépondérance de ces questions.

  • 18 Soupçonné d’avoir participé à une vague d’attentat en France en 1995, il est abattu par les forces (...)
  • 19 Voir Annie Collovald, « Des désordres sociaux à la violence urbaine », dans Les Actes de la Recherc (...)
  • 20 Voir L Mucchielli, « L’islamophobie, une mythologie intellectuelle ? » Mouvements, n°31, 2004. Il y (...)
  • 21 Pierre Berthelet, « L’impact des événements du 11 septembre sur la création de l’espace de liberté, (...)

15Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut citer quelques événements clés, susceptibles d’apporter des éléments d’explication et/ou de justification, à ces évolutions. Les premiers désordres sociaux survenus dans les quartiers populaire, (depuis les Minguettes en 1981, jusqu’à Sartrouville en 1991, en passant par Vaulx-en-Velin en 1990…), contribuent à l’avènement progressif de la nécessité d’engager une « lutte contre la violence des jeunes de banlieue» ; l’affaire « du foulard » en 1989 va faire émerger un débat sur la menace de la laïcité ; la guerre du Golfe fera craindre le développement d’un terrorisme islamique ; la mise à sac de magasins lors des manifestations lycéennes de 1990 fera parler de l’irruption de « bandes organisées » venues des banlieues populaires ; « l’affaire Kelkal »18 viendra renforcer la crainte d’une islamisation « des banlieues »19 présentées comme un réservoir potentiel de recrutement du terrorisme20. Enfin, le 11 septembre 2001 ne fera qu’accentuer et légitimer le développement et l’intensification des mesures sécuritaires, notamment le « plan Vigipirate », qui ne cesse de se renforcer d’année en année, mais aussi « une modification du concept européen de sécurité »21 qui se traduit par une restriction des libertés individuelles.

16La « politique du chiffre », développée actuellement, renforce la tendance du « tout répressif », appliqué sans discernement à des populations cibles (jeunes, immigrés ou « issus de l’immigration », résidants des quartiers spécifiques…). S’ajoutent à ce tableau les thèmes de la violence à l’école, du rajeunissement des auteurs de délits, de la défaillance des parents…

Retour de l’Etat dans les politiques locales via le développement de dispositifs sécuritaires

  • 22 Voir à ce propos Bernard Brunet, « Le traitement en temps réel : la justice confrontée à l’urgence (...)

17Parallèlement, des départements vont faire l’objet d’expérimentions de nouveaux dispositifs destinés à améliorer « la production locale de sécurité ». Le développement du « traitement en temps réel » des procédures pénales22, le signalement d’incidents survenus dans les établissements scolaires à la police… vont servir de supports à l’élaboration de mesures nationales en matière de « lutte contre la délinquance ».

  • 23 Cf. Circulaires de la direction des Affaires criminelles et des Grâces. Signalisation des circulair (...)
  • 24  « De la prévention sociale à la tranquillité publique », C. Gorgeon, P. Estèbe, H. Leon, dans Les (...)

18La mise en place des groupes locaux de traitement de la délinquance (GLTD), destinés à « produire une meilleure coordination de l'action des services de justice et de police sur le terrain » et arrêtés dans le cadre du plan départemental de sécurité ou lors de la conclusion d'un Contrat Local de Sécurité (CLS)23, ajoute un échelon supplémentaire24.

  • 25 Virginie Gautron « La coproduction locale de la sécurité en France : un partenariat interinstitutio (...)

19Succédant aux Conseils Communaux de Prévention de la Délinquance, les CLS et les GLTD, signent le passage d'une politique préventive vers une réponse répressive. Ils apportent un cadre aux stratégies locales développées précédemment et marquent un retour de l’Etat dans les politiques locales, via la forte implication des services de police, des autorités judiciaires et des membres du corps préfectoral. Ce qui est avancé comme un gage de légitimité dont n’avaient pas bénéficié les mesures développées dans le cadre de la politique de la ville. Ces instances, intitulées de « co-production de la sécurité »25, sont étoffés en 2002 par les conseils locaux (ou intercommunaux) de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD et CISPD), destinés à diriger l'action publique locale en matière de sécurité. Depuis 2006, les préfets, en concertation avec les maires, sont invités à participer à leur préparation. L'objectif affiché est, notamment, de rappeler le rôle central des CLS et de les intégrer dans un plan local de prévention de la délinquance.

  • 26 Les interventions de la police dites « proactives », sont présentées comme des actions de préventio (...)
  • 27 L. Mucchielli « Entre politique sécuritaire et délinquance d’exclusion : le malaise de la préventio (...)

20En invitant les intervenants socio-éducatifs à participer à cette quête éperdue de « sécurité », le développement de ces instances successives effrite un peu plus les frontières entre prévention et répression26, et le rôle respectif des intervenants sociaux et des forces de police27.

Amplification de l’activité policière sur des lieux et/ou sur des populations spécifiques

  • 28  Cette réforme s’accompagne de la création d'une sous-direction de l'action préventive et de la pro (...)
  • 29  « L’archipel des polices », Didier Bigo, Le Monde Diplomatique, octobre 1996
  • 30 « Sécurité et immigration : vers une gourvernementalité par l’inquiétude ? », D. Bigo, Cultures & C (...)

21La réforme de la police, impulsée par Pierre Joxe en 1984, marque le lancement d'expériences de déconcentration de la police, l’objectif étant de mettre en œuvre un service public de proximité28. Il s’agissait alors d’améliorer la gestion et la communication interne en établissant des liaisons avec, notamment, la mission interministérielle de la ville et les conseils communaux de prévention de la délinquance Les accords de Schengen de 1985 accentuent cette évolution tout en dénaturant les expériences de déconcentration engagées précédemment. Avec l’ouverture des frontières, les contrôles s’effectuent dorénavant davantage à l’intérieur du territoire, auprès de populations spécifiques, de catégories cibles, objet de surveillance et de contrôle accrus29. La lutte contre l’immigration clandestine légitime alors le contrôle de populations hétérogènes, jeunes, pauvres, migrants ou « d’origine étrangère »30.

22Les quartiers d’habitat social, concentrant une importante population immigrée ou « issue de l’immigration », sont bien sûr des cibles privilégiées. L’extension des conditions de contrôles, qui accompagne la chasse aux clandestins, corrobore ainsi la liaison entre immigration, jeunes, banlieue et délinquance.

  • 31 Les chiffres de la délinquance ne mesurent le plus souvent que l’intensité de l’activité policière. (...)

23L’intensification de l’activité policière sur des territoires spécifiques fait considérablement augmenter les chiffres de la petite délinquance31 et légitime le développement des effectifs et brigades en tous genres chargées de la « surveillance des banlieues ». Présentée comme nécessaire à assurer la sécurité des habitants de ces quartiers, « la reconquête des espaces de non droit » se traduit par la multiplication d’opérations « coup de poing », d’une accentuation de la surveillance et d’une suspicion systématique à l’encontre des populations de ces quartiers.

  • 32 Vincent Laurent, « Les renseignements généraux à la découverte des quartiers », Le Monde Diplomatiq (...)
  • 33 Au travers « l’échelle du commissaire Lucienne Bui Trong ». A signaler également l’intensification (...)

24Le recentrage de l’activité des renseignements généraux, au début des années 90, dans une section spécialement destinée à la lutte contre la délinquance, intitulée « violences urbaines », en est la magistrale illustration. Davantage habitués à la lutte contre le terrorisme, les RG vont plaquer leurs méthodes et appréhensions des situations, aux événements surgissant dans « les banlieues », dès lors interprétés comme la résultante d’actions collectives dirigées contre l’Etat32. Cette lecture s’accompagne d’un travail sémantique qui catégorise, désigne, mesure et accrédite, l’existence du danger et la nécessité d’y remédier33.

  • 34 On peut notamment citer les unités mobiles spécialisées (UMS), les compagnies départementales d’int (...)

25S’ajoutent, entres autres34, les Brigades Anti-Criminalité en 1994, spécialisées dans le flagrant délit. Il ne s’agit pas d’assurer une présence et de se mettre au service de la population, mais au contraire de se faire discret, pour observer et identifier les suspects potentiels, avant de les interpeller par des interventions musclées.

  • 35  Augmentation du taux de chômage, dégradation des conditions de travail et souffrances qu’elle occa (...)

26Le déficit d’attention et de prise en compte des populations ciblées va ainsi être comblé par un arsenal de mesures de contrôle et de surveillance. Cette re-territorialisation de l’action publique, au moment où les phénomènes de précarisation et de marginalisation se sont largement généralisés, vient à point nommé pour désigner la « source du mal », rassurer le reste de la population, et occulter d’autres sujets de société35.

Intensification des demandes de « sécurité »

27Placé au cœur du débat politique et médiatique, le traitement de la violence a contribué à alimenter une demande sociale de « sécurité ».

28Les personnes se sont souvent adressées à l’échelon politique qui leur est le plus accessible, le maire. Obligées de faire quelque chose pour ne pas être taxées d’inaction, beaucoup de municipalités ont vite été séduites par les sirènes du sécuritaire, seules à même à leurs yeux de remédier à la situation et de répondre aux demandes de leurs administrés. C’est dans ce contexte que des initiatives allant dans le sens d’un renforcement de la « sécurité locale » vont être prises, depuis l’instauration des couvre-feux, jusqu’à la multiplication des systèmes de vidéosurveillance, en passant par les médiateurs sécurité, la création des polices municipales...

  • 36 La montée en puissance de ce marché marque également un mouvement de privatisation de « la sécurité (...)

29Par ailleurs, des bailleurs privés, des compagnies de transports, des centres commerciaux… vont être, de leur coté, soumis aux mêmes pressions, et apporter sensiblement les mêmes réponses. Le marché de la sécurité prend alors de plus en plus d’ampleur, ce qui occasionne un développement exponentiel d’offres de services et de technologies de surveillance36.

  • 37 Notamment au travers de l’Institut des Hautes Etudes Intérieures, fondé en 1989 et rebaptisé depuis (...)
  • 38 Le parcours d’Alain Bauer est à ce titre particulièrement illustratif. Actuellement conseiller spéc (...)
  • 39 Loïc Wacquant, Les Prisons de la misère, Paris, Raison d’Agir, 1999

30L’approche localisée des médias, des forces de police et de l’action publique s’alimentent mutuellement. Les chiffres de la police sont régulièrement publiés dans les médias, le traitement médiatique justifie l’intervention massive des forces de l’ordre, et le statut d’exception de quartiers et/ou populations marqués par des interventions spécifiques et fortement stigmatisantes, voire brutales. Ces évolutions sont légitimées par les interventions des « experts en sécurité »37 qui trouvent, dans l’analyse de la « violence urbaine », un fond de commerce en pleine expansion, ainsi qu’un tremplin promotionnel38. Les déclarations alarmistes sur la montée de la violence, les appels à la responsabilisation individuelle, finissent par imposer l’évidence d’une réponse répressive massive pour endiguer le phénomène. Dans ces contextes, les thématiques outre-atlantique sur « la tolérance zéro » trouvent un écho favorable39.

31La boucle est bouclée, la spirale s’autoalimente d’elle-même. Le discours des uns confortent les prises de position des autres, et occasionnent une surenchère des demandes de « sécurité », qui se traduisent irrémédiablement par une multiplication exponentielle des mesures de contrôle et de répression.

II- Traductions au sol

32On peut facilement imaginer que la stigmatisation accrue, et l’intensification des mesures répressives, n’ont pas été sans conséquences pour les populations désignées.

  • 40 Jean-Pierre Garnier, op. cit

33Alors que la situation des milieux populaires n’a cessé de se dégrader : précarisation, appauvrissement, chômage endémique, échec scolaire massif, absence de perspective, accentuation des phénomènes de ségrégation, dégradation de l’espace urbain…, les échecs répétés des mesures destinées à enrayer la détérioration de la situation ont anéanti les espoirs d’une amélioration, en même temps qu’elles discréditaient les politiques et les institutions chargées de les mettre en œuvre. Au fur et à mesure que les attentes de voir évoluer favorablement les conditions d’existence étaient réduites à néant, les rancoeurs et les frustrations se sont accumulées. Le sentiment d’être rejeté par une société profondément injuste, s’est transmuté en une rage, qui s’est matérialisée en une série de tensions et la multiplication d’exactions40.

34Sans cautionner des actes réprimés par la loi ou verser dans un discours qualifié « d’angélique », on se rend compte lorsque l’on cherche à les comprendre, que les agressions sont le plus souvent des réactions provoquées par des situations de crise, dirigées non contre la ou les personnes en tant que telles, mais contre ce qu’elles représentent aux yeux de l’agresseur. C’est dans cette perspective qu’il faut appréhender les événements violents dans les structures, aux guichets présents sur les quartiers (permanence sociale, antenne des bailleurs, antenne jeunesse…) et, en général, à tout ce qui représente l’ordre et la sécurité (forces de l’ordre, pompiers, …).

  • 41 Ces éléments sont tirés d’investigations de type ethnographique, plus spécifiquement d’une étude ré (...)

35Le décryptage des messages envoyés par la société, (amalgames récurrents entre violence et immigration, mode de considération des cultures africaines et maghrébines, de l’Islam en France et dans ces quartiers, ségrégation des espaces urbains défavorisés et place laissée aux jeunes issus de ces quartiers, absence de considération des modes d’expression culturelle populaire…), construisent et alimentent une posture d’ « écorchés vifs persécutés », qui éclaire les réactions très aiguës, survenues en apparence subitement, mais qui sont le produit de frustrations accumulées et de violences institutionnelles et sociales subies41.

Malentendus et spirale d’incompréhension avec les intervenants de proximité

36Quelques exemples, tirés d’observations dans le cadre d’études menées sur « le terrain », peuvent mettre en perspective les dégradations commises par certains jeunes sur des structures leur étant théoriquement destinées, et apporter ainsi des éclairages sur les éléments ayant présidé à ces situations.

Difficultés récurrentes des relations avec les structures jeunesse

37Dans une des cités, en dehors des terrains de sport, de jeux et des structures destinées à la petite enfance, peu d'équipements destinés aux jeunes sont présents dans le quartier. Seule l'antenne jeunesse offre des prestations en leur direction. De fait, elle cristallise les mécontentements des jeunes, insatisfaits de ce qu’elle leur propose. Cette structure n’a pas les moyens de faire face seule aux demandes, et surtout aux besoins en animation du quartier. Les critères restrictifs d’accès (12-18 ans), l’inadaptation des locaux et des activités proposées, et la faible capacité d’accueil lors des sorties ou des séjours vacances, sont autant d’éléments qui fragilisent la structure et son équipe. Cette situation n’a pas échappé aux jeunes qui ont signalé l'insuffisance des activités et des places disponibles.

38L'impossibilité à gérer et contenir les demandes des jeunes a amené les animateurs à exclure certains d'entre eux quand ils se livraient à des chahuts susceptibles de perturber les activités proposées. Ces exclusions ont été très mal ressenties par les jeunes qui les considèrent comme des sanctions arbitraires de la part des animateurs décidés « à faire le ménage et à ne garder que leurs chouchous ». Les « exclus » ont le sentiment que leurs demandes sont systématiquement rejetées et que seules des activités qui ne les intéressent pas sont proposées. Un recensement des souhaits des jeunes en matière d’animation avait été établi sans que, aux dires de ces derniers, aucun ne soit pris en compte. Si les plus âgés ont une analyse politique plus large de la situation et de ses causes, les adolescents, en revanche, tiennent pour responsable de tous les maux l'équipe d'animation.

39Tous ces éléments ont contribué à exacerber les tensions entre les jeunes et les animateurs et trouvent une traduction directe par les actes de vandalismes. Les dégradations de la structure ou des véhicules des animateurs ont amené ces derniers à signaler ces événements à la police, qui a convoqué les jeunes désignés. Si, du point de vue de la police, il s'agit de faire un rappel à la loi pour amener les jeunes à s'y soumettre, ces interpellations ont contribué à envenimer davantage les relations avec l'équipe d'animation, les jeunes ayant encore plus de griefs à son encontre, ce qu'ils n’ont pas manqué de manifester par les moyens dont ils disposent pour s'exprimer, les dégradations.

  • 42  Notamment du Sida ou d’overdose, une consommation massive d’héroïne par voie intraveineuse ayant p (...)

40Les difficultés que connaît aujourd’hui cette structure sont aussi à rattacher à son l'histoire. Les jeunes d'une vingtaine d'années se souviennent avec nostalgie de l'ancienne maison de quartier. Cette salle a en partie été construite par les jeunes du quartier dans le cadre de stage d'insertion. Les animateurs tentaient de les associer à l'élaboration des activités. Une fresque avait été réalisée par les jeunes et signée par tous ceux qui avaient participé à la construction de la structure. C'est avec beaucoup d'amertume que les habitants ont vu cette fresque recouverte, lors de travaux de réhabilitation, effaçant ainsi les dernières traces de jeunes dont beaucoup sont aujourd'hui décédés42. Cet événement, symboliquement fort, a profondément choqué les habitants du quartier.

41Dans une autre structure, une fête, organisée dans la salle par une adolescente pour son anniversaire, a constitué un premier succès. En revanche, les animateurs se sont trouvés dans une situation difficile quand ils ont organisé un concert de rap. Les groupes de musique n'étaient pas rémunérés mais utilisaient cette occasion pour réaliser une vidéo promotionnelle. Ils avaient invités une partie du public, l'autre devant être constituée des jeunes de la cité.

42En raison d'une directive municipale, les animateurs ont dû faire payer l'entrée du concert aux jeunes. N'ayant pas été prévenus, nombre d’entre eux n'ont pu ou voulu rentrer. Beaucoup ne disposaient pas de cette somme sur eux. Certains, pour avoir participé aux sorties organisées par la structure au cours de la même semaine (pendant les vacances scolaires), ne pouvaient une nouvelle fois solliciter leurs parents. Les jeunes comprenaient d'autant moins que l'entrée soit payante, alors que des concerts gratuits avaient déjà été organisés auparavant. D'autre part, beaucoup n'acceptaient que difficilement d'avoir à payer l'entrée, estimant que cette somme ne servirait pas à payer les groupes ou à financer des activités futures, mais à alimenter « les caisses du trésor public ». Les animateurs et les médiateurs sécurité ont eu à gérer la situation. Si cet incident n’a pas eu de conséquence néfaste, les animateurs ont craint d'avoir une nouvelle fois à subir des dégradations liées au mécontentement des jeunes.

43L'impossibilité d'informer les jeunes par voie d'affiche, compte-tenu du temps nécessaire à la validation par le service communication de la ville, contribue à nourrir les malentendus. Ces contraintes administratives, non explicites, sont ignorées par les jeunes qui ne retiennent que leur propre perception, leur expérience éprouvée du fonctionnement de la structure. Ce type d'événement vient renforcer des représentations déjà négatives des structures du quartier, qui devraient selon les jeunes, être à leur écoute, avec un mode de fonctionnement souple et adapté, plutôt que de multiplier des activités aux contraintes rédhibitoires.

Effets pernicieux liés aux contraintes d’accès aux équipements sportifs

  • 43 Cf Usage de psychotropes et prévention des conduites à risques : pratiques sportives, avec S. Aquat (...)
  • 44  Les entraves à l’inscription de ces jeunes dans un club de sport renvoient ici à deux phénomènes d (...)

44Dans une autre commune, c’est avec les structures sportives que les difficultés sont récurrentes43. Offrir au coeur des lieux de vie de ces jeunes des activités sportives qui ne répondent à aucune de leurs attentes ne permet guère de compenser, par une proximité spatiale, les effets de la distance sociale. Ainsi, le club de gymnastique, implanté au coeur d’une cité, ne semble pas accueillir beaucoup de jeunes qui y habitent44.

45La présence de cet équipement a pour conséquence d’amener une autre population, appartenant à des milieux sociaux plus aisés et/ou habitant d’autres endroits, à se rendre ponctuellement dans la cité pour pratiquer un sport. Non seulement la proximité spatiale ne suffit pas à rendre plus accessibles les clubs sportifs aux jeunes résidant ces quartiers, mais plus encore, en visibilisant les effets de la distance sociale et le cortège d’inégalités qui l’accompagne, la présence de ces équipements peut être ressentie comme une véritable provocation. Les entraîneurs et les gardiens des structures sportives doivent alors gérer les tensions que cette situation occasionne.

46Dans ces contextes, ces équipements peuvent faire l’objet de vandalisme de la part des jeunes qui, en s’en prenant aux objets qui leur sont refusés, expriment leur ressentiment de se voir ainsi rejetés. Le gymnase en question a d’ailleurs été brûlé lors des « émeutes » de 2002. Le maire a alors fait part de son incompréhension face aux actes de vandalismes perpétués par les jeunes sur des structures qui « leur appartiennent ». 

47Dans un autre équipement, destiné principalement au basket, le gardien, en dépit des consignes de ses supérieurs, avait laissé l’accès au gymnase à des jeunes pour jouer au foot pendant les heures où il était inoccupé. L’arrivée d’un nouveau gardien a contribué à ce que l’accès de la structure leur soit dorénavant interdit. Ainsi, lorsqu’un animateur jeunesse a proposé une activité dans le gymnase, les jeunes en ont profité pour détériorer les équipements sportifs.

48Les motivations qui président à ces actes de vandalisme sont ici bien différentes de celles qu'on leur prête habituellement. Il ne s’agit pas d’actes gratuits, mais de réactions tout à fait compréhensibles. Si les jeunes ont dégradé les équipements sportifs, ce n’est pas parce le gymnase leur a été ouvert, mais bien parce qu'il leur était auparavant fermé. Les incohérences dans les attitudes des différents gardiens ne font ici qu’attiser les tensions.

49Ce type de situation peut être à la base d’une spirale d’incompréhension et de violence : les actes de vandalisme occasionnent souvent un renforcement des restrictions d’accès et d’utilisation des équipements sportifs, ce qui ne manque pas d’exacerber les ressentiments des jeunes, ces derniers se saisissant alors de la première occasion venue pour exprimer leur rage et leur colère, en commettant des actes de dégradation que les mesures de restriction prises à leur encontre étaient censées prévenir.

Ambiguïtés des rapports avec les forces de l’ordre

50Des études de type ethnographique témoignent que c’est bien souvent avec les gardiens d’immeuble et la police que les jeunes ont les premiers contacts avec des représentants institutionnels. Les contrôles sont nombreux et répétés. La simple présence d'un groupe de jeunes dans l'espace public, pas seulement dans les cages d'escaliers, paraît justifier des contrôles systématiques. Beaucoup ont fait part de leur frustration et de leur impuissance vis-à-vis de la police. Ne pouvant intervenir ouvertement, ils manifestent leurs griefs par le biais de graffitis. Les jeunes étant la plupart du temps interpellés par les mêmes policiers, c’est souvent nominativement que ces récriminations sont exprimées.

51La relative passivité des jeunes face à cette situation les dévalorise un peu plus à leurs propres yeux. Le calme apparent de leur quartier est perçu comme une résignation et une soumission, davantage que comme une attitude citoyenne. Ce d’autant plus que les rondes et les contrôles incessants dont ils font l'objet leur démontrent que leur calme ne leur est pas profitable. L'absence d'action engagée à leur attention renforce l'idée qu'ils ne peuvent espérer tirer un quelconque bénéfice de leur attitude. Pour eux, c'est en se révoltant de manière radicale, (affrontement avec la police, agressions, dégradations), que les jeunes d’autres cités ont obtenu des structures et des équipements. Ils considèrent ainsi que rien ne sera fait « gratuitement » s'ils n'exercent pas de moyen de pression sur la police et les pouvoirs publics.

  • 45 Notamment « la marche des beurs pour l’égalité », récupérée par le PS dans le cadre de SOS Racisme.

52On se trouve devant une situation paradoxale où les signes que perçoivent les jeunes et les interprétations qu’ils en font les amènent à penser qu’une attitude respectueuse de la loi et des personnes ne leur apporte rien en retour. A l’inverse, les attitudes de rébellion sont pensées comme ayant toutes les chances d’apporter des changements concrets et rapides en leur faveur. Devant l’impossibilité de se faire entendre par les voies légales, la désillusion de voir évoluer la situation par une mobilisation associative, la méfiance à l’égard des organisations politiques, et les effets dévastateurs de la récupération politique de mouvements de mobilisation antérieurs45, la violence est apparue comme le seul moyen de contestation. Dans ces contextes, il n’est pas étonnant que les « émeutes » de 2005, commencées à Clichy-sous-Bois, se soient étendues à l’ensemble des cités.

Logiques d’engagement dans des pratiques illicites

  • 46 Travail au noir, trafic de produits vendus hors des circuits officiels (vêtements, matériels hi-fi, (...)

53La montée en puissance des sollicitations de la sphère marchande, conjuguée à la dégradation des conditions de vie et aux difficultés d’obtenir un moyen de subsistance légale, a contribué au développement, au cours des années 80 et 90, d’une multitude de trafics à l’échelle locale46. Une partie de la population, notamment de la jeunesse, va être conduit à s’y inscrire et finir par se considérer en dehors de la logique publique.

54L’image négative portée sur les jeunes de ces quartiers, en les confortant dans l’idée que, quoi qu’ils fassent, la manière dont ils sont considérés restera inchangée, a contribué à alimenter ce phénomène. Cette sensation de n’avoir rien à perdre, et plus certainement encore rien à gagner, constitue un puissant moteur d’engagement dans des pratiques délictueuses.

55Dans ce contexte, le trafic reste un moyen possible de compenser l’absence ou la faiblesse des revenus. C’est d’ailleurs dans certains cas l’option retenue car la moins risquée. Le petit trafic de cannabis expose moins la personne que le vol à l’étalage, les autres « bizness », ou dans une autre mesure, les braquages et autres activités criminelles. Pour les jeunes « en galère », qui ne souhaitent pas faire le choix d’une professionnalisation dans l’illégalité, le trafic de cannabis présente la possibilité d’obtenir quelques subsides sans avoir à craindre de trop lourdes conséquences.

56Certains, disposant d’un emploi, ont parallèlement une activité régulière de revente ou de petit trafic dans leur quartier. Cela leur procure un complément à leur salaire, et leur permet d’améliorer leur niveau de vie et leur pouvoir d’achat ; ce qui est à mettre en relation avec les comportements consuméristes très courant parmi les jeunes de ces quartiers. Dans le cas où la personne est également consommatrice, la revente de cannabis permet d’assurer un usage à moindre coût. Si l'obtention d'un travail ne fait pas arrêter le trafic à ceux qui y sont déjà inscrits, la scolarisation n'empêche pas davantage les jeunes de s'y engager. L'inscription sociale, scolaire ou professionnelle, fournit au contraire une couverture efficace susceptible de détourner l'attention.

57Ces pratiques apparaissent tellement banales qu’elles sont devenues acceptables par tous, ou presque, comme un moyen d’obtenir une source alternative de revenus. Cette situation est rendue possible en raison des valeurs partagées par une partie de la jeunesse de ces quartiers, ce qui contribue à battre en brèche celles portées par les interventions à caractère éducatif. Les schèmes auxquels se réfèrent les parents, les représentants des institutions… (travail, honnêteté, respect, justice, etc.…), apparaissent sans correspondance avec les pratiques en vigueur dans la société actuelle.

58Les jeunes sont à même d’observer les décalages entre les discours et les pratiques et d’en tirer les règles simples qui en découlent. La volonté de disposer d'un minimum de revenu, de s'habiller selon les normes en vigueurs dans les sociabilités juvéniles, de rouler dans une belle voiture... prend vite le pas sur l'adhésion à des règles basées sur le respect de l'autre et de la loi. Le mélange de cynisme désenchanté et de réalisme matérialiste qui en résulte, préside aux choix effectués par ces jeunes, souvent habitués à se débrouiller seuls.

59Cette situation a bien sûr des conséquences néfastes pour les populations habitant ces quartiers (concurrences, règlement de compte,…). Mais l’intensification des mesures sécuritaires, loin d’éviter une amplification de ces trafics ou de prévenir les nuisances et les dégradations, a au contraire contribué à rendre la situation encore plus explosive.

Conclusion

  • 47 Depuis les « Sauvageons » jusqu’au « nettoyage au karcher » en passant par « la racaille »…

60Sans nier l’importance et les conséquences de ces problématiques, les réactions à chaud des représentants de l’Etat ainsi que la nature des termes employés47 ne sont pas pour apaiser la situation.

  • 48 Le film « L'embrasement » de Philippe Triboit (2006) sur les émeutes de l’automne 2005, suite à la (...)

61Des propos tenus par les personnes placées aux plus hautes instances de l’Etat qui, avant d’avoir mandaté des instances susceptibles de conduire des enquêtes indépendantes afin d’expliciter la natures des « événements » (dont les conséquences sont des morts d’hommes), se permettent d’affirmer la non responsabilité de la police, ne font que mettre de l’huile sur le feu et alimentent le sentiment que les forces de l’ordre jouissent d’impunité48. La visibilité des inégalités, quand les affaires qui défraient la chronique ne donnent que peu de désagréments à leurs auteurs, ont largement de quoi attiser le ressentiment de ceux qui savent qu’à la moindre petite infraction ils auront droit à un traitement d’une sévérité « exemplaire ».

62Les déclarations du chef de l’Etat, suite aux événements Grenoblois et aux manifestations musclées des « gens du voyages », démontrent à quel point ce type d’argumentaire ne pèse guère face aux urgences électorales du moment. Il est sûr que pour rallier des électeurs de l’extrême droite qui semblent singulièrement faire défaut à la majorité présidentielle ces derniers temps, une déclaration publique forte et sans nuance, est sans doute plus persuasive qu’un long discours explicatif.

63Dans une perspective préventive, il apparaît plus qu’important, voire urgent, de prendre conscience de la nécessité d’une réponse graduée et juste. La pratique de la politique de l’exemple ou du rappel exagérément sévère à la loi ne produit en aucun cas les effets escomptés ou affichés par ses partisans. Ces stratégies dites d’envoi d’un message fort ne valent que pour des personnes qui ont de toute façon déjà intégré les messages de respect des lois et normes.

64Autrement dit, le rappel à la loi n’est écouté que par les personnes qui accordent importance et respect à la loi et au système judiciaire. Dans le cas contraire, la sévérité à outrance n’est perçue que comme une nouvelle injustice et discrédite les instances policières et judiciaires. Elle est intégrée par les populations désignées comme une preuve de la ségrégation dont ils s’estiment victimes et comme un message explicite de la volonté du système de leur nuire. Ce qui équivaut à encourager le ressentiment en donnant des arguments à une sensation de persécution arbitraire.

  • 49 On peut noter à ce titre des expériences visant à diversifier les intervenants dans les commissaria (...)

65Sans doute serait-il plus approprié d’envoyer avec autant de force des messages de respect équitable des droits de tous, et surtout de donner des gages convaincants d’une volonté réelle d’actions d’aide et de soutien au long terme, afin de reconstruire l’image dégradée des institutions publiques, en particulier de ceux garants de la loi49. Sans quoi, le sentiment d’injustice et la perte de confiance dans une égalité entre toutes les personnes résidant en France ne peut que s’exacerber, ce qui ne peut que conduire ceux qui se considèrent comme victimes à se faire justice eux-mêmes (émeutes, dégradations des biens publics….).

66Ces effets pervers sont importants à prendre en compte si l’on souhaite réellement sortir d’un cercle vicieux et trouver des solutions/méthodes afin que des évènements de ce type ne se reproduisent pas éternellement.

Haut de page

Notes

1 Selon l’expression d’Hubert Dubedout, il s’agissait de « Ensemble, refaire la ville », La Documentation Française, janvier 1983

2 Pour une chronologie de la géographie de la politique de la ville, « Instruments et fondements de la géographie prioritaire de la politique de la ville (1982-1996) », Philippe Estebe, Revue Française des Affaires Sociales, septembre 2001

3 Philippe Estebe, op. cit.

4 Robert Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, Fayard, 1995

5 Alain Faure « Les politiques locales, entre référentiel et rhétorique » dans La construction du sens dans les politiques publiques, sous la direction d’Alain Faure, Gilles Pollet, Philippe Warin, l’Harmattan, 1995

6 « Du terrain au territoire : la politique de la ville », Daniel Behar, Informations Sociales, N° 72, Janvier 1999

7 Cf. « La médiatisation de l’immigration dans la France des années 80 », dans Les Annales de la recherche urbaine, n°57-58 décembre 1992.

8 « Misère des journalistes précaires », Gilles Balbastre, Le Monde Diplomatique, avril 1999

9 Florence Amalou « La télévision a accru sa couverture de la violence durant la campagne » dans Le Monde, 27.05.02

10 Alain Accardo « Derrière la subjectivité des journalistes », Le Monde Diplomatique, Mai 2000

11 A noter également que l’incursion des médias va participer à la montée en puissance des phénomènes dont ils sont censés rendre compte, voir « La construction médiatique des malaises sociaux », Patrick Champagne, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Vol. 90, 1991

12 Tel qu’elles sont désignées dans la terminologie policière

13 Jean-Pierre Garnier, Le nouvel ordre local, gouverner la violence, l’Harmattan, 1999

14 Réponses à la violence : rapport à M. Le Président de la République, A. Peyrefitte, R. Schmelck, R.Dumoulin, septembre 1977

15 Laurent Bonelli, « Renseignements généraux et violences urbaines », dans les Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°136-137, mars 2001

16 Pour une généalogie des textes législatifs élaborés par le ministère de la justice, « Jeunesse en difficulté et justice de proximité », Anne Wyvekens, CEPL, La Documentation Française, mai 1998

17 En particulier le Que sais-je « violence et insécurité urbaine » d’Alain Bauer et Xavier Raufer paru en 1998, voir à ce propos l’article de Laurent Mucchielli « Analyse Expertise ou supercherie sur les violences urbaines? », 2000, site personnel de l’auteur.

18 Soupçonné d’avoir participé à une vague d’attentat en France en 1995, il est abattu par les forces de l’ordre la même année. Voir Laurent Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte, 2002, qui signale que la participation de ce jeune homme à ces attentats, est davantage inhérente à la marginalisation sociale, qu’à une dérive islamiste.

19 Voir Annie Collovald, « Des désordres sociaux à la violence urbaine », dans Les Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°136-137, mars 2001

20 Voir L Mucchielli, « L’islamophobie, une mythologie intellectuelle ? » Mouvements, n°31, 2004. Il y est mentionné que seuls 4% des musulmans résidant en France ont soutenu Sadam Hussein en 1991. Les sondages sont identiques concernant le refus de cette même « communauté » de condamner les attentats du 11septembre 2001, sondage publié dans Le Monde, 4 octobre 2001.

21 Pierre Berthelet, « L’impact des événements du 11 septembre sur la création de l’espace de liberté, de sécurité, et de justice », dans Cultures et conflits, automne 2002, n°46

22 Voir à ce propos Bernard Brunet, « Le traitement en temps réel : la justice confrontée à l’urgence comme moyen habituel de la crise sociale », Droit et Société, n°38, 1998

23 Cf. Circulaires de la direction des Affaires criminelles et des Grâces. Signalisation des circulaires du 1er avril au 30 juin 2001. Bulletin officiel du ministère de la justice, n° 82 (1er avril - 30 juin 2001).

24  « De la prévention sociale à la tranquillité publique », C. Gorgeon, P. Estèbe, H. Leon, dans Les cahiers de la sécurité intérieure, 1er trimestre 2000

25 Virginie Gautron « La coproduction locale de la sécurité en France : un partenariat interinstitutionnel déficient », Nouvelle Revue Internationale de Criminologie, Vol. VII, 2010

26 Les interventions de la police dites « proactives », sont présentées comme des actions de prévention, ce qui contribue à galvauder la notion de prévention, les oppositions entre prévention et répression étant alors qualifiées de simplistes, cf. D. Bigot « La recherche proactive et la gestion du risque », Déviance et Société, vol 21, n°4, 1997.

27 L. Mucchielli « Entre politique sécuritaire et délinquance d’exclusion : le malaise de la prévention spécialisée », Socio-Logos, n°2, 2007

28  Cette réforme s’accompagne de la création d'une sous-direction de l'action préventive et de la protection sociale au sein de la direction centrale des polices urbaines et de formations aux techniques de lutte contre la drogue. Elle fait suite à l'adoption d’une charte en 1982.

29  « L’archipel des polices », Didier Bigo, Le Monde Diplomatique, octobre 1996

30 « Sécurité et immigration : vers une gourvernementalité par l’inquiétude ? », D. Bigo, Cultures & Conflits, n°31-32, 1998

31 Les chiffres de la délinquance ne mesurent le plus souvent que l’intensité de l’activité policière. Autrement dit, plus le nombre de policiers est important, plus les arrestations augmentent, et par conséquent, les chiffres de la délinquance. Pour comprendre la nature des différentes statistiques, voir « Comprendre la diversité des statistiques : données administratives (statistiques policière, judiciaire et pénitentiaire) et enquêtes en population générale (victimation et délinquance auto-déclarée) », L Mucchielli, www.laurent-mucchielli.org

32 Vincent Laurent, « Les renseignements généraux à la découverte des quartiers », Le Monde Diplomatique, Avril 1999

33 Au travers « l’échelle du commissaire Lucienne Bui Trong ». A signaler également l’intensification de la surveillance via des fichiers de recueil d’information, qui établissent des profils d’individus ou de groupes à contrôler, avant même que ne soit commise la moindre infraction, cf. D Bigot, Déviance et Société, 1997, op. cit.

34 On peut notamment citer les unités mobiles spécialisées (UMS), les compagnies départementales d’intervention (CDI), les unités à encadrement éducatif renforcé (UEER), les adjoints de sécurité, les polices municipales, les sociétés de sécurité privées, les médiateurs sécurité…..

35  Augmentation du taux de chômage, dégradation des conditions de travail et souffrances qu’elle occasionne….

36 La montée en puissance de ce marché marque également un mouvement de privatisation de « la sécurité », cf. Ayse Ceyhan « Technologie et sécurité : une gouvernance libérale dans un contexte d’incertitudes », Cultures & Conflits, n°64, 2006

37 Notamment au travers de l’Institut des Hautes Etudes Intérieures, fondé en 1989 et rebaptisé depuis 2009, Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice, qui offre des crédits, des bourses et des opportunité de publication…, alors que parallèlement, le financement des recherches dans d’autres domaines s’est considérablement réduit.

38 Le parcours d’Alain Bauer est à ce titre particulièrement illustratif. Actuellement conseiller spécial du président de la République en matière de sécurité, il a été, entre autres, celui du ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy, et de ses prédécesseurs depuis Jean Pierre Chevènement ainsi que chargé de mission auprès du directeur de cabinet de Michel Rocard alors premier ministre. Sa nomination en 2009 à la chaire de criminologie du CNAM n’a pas été sans susciter de vives réactions. Voir notamment « Nous contestons la nomination de M. Bauer », Michel Lallement, Christine Lazerges, et Philip Milburn, tribune publiée dans Le Monde le 11 février 2009. Les auteurs listent une série d’erreurs méthodologiques dans les ouvrages d’Alain Bauer : « Interprétation fantaisiste, voire tendancieuse, des statistiques ; méthodologie faible, sinon inexistante ; conception limitée et absolument pas consensuelle du champ pertinent de la criminologie ; souci explicite de travailler avant tout en tant que criminologue en faveur de la stigmatisation et de la dénonciation... ».

39 Loïc Wacquant, Les Prisons de la misère, Paris, Raison d’Agir, 1999

40 Jean-Pierre Garnier, op. cit

41 Ces éléments sont tirés d’investigations de type ethnographique, plus spécifiquement d’une étude réalisée pour la prévention spécialisée, avec Charles Vallette Viallard en 2000, dans une commune de la Seine-Saint-Denis.

42  Notamment du Sida ou d’overdose, une consommation massive d’héroïne par voie intraveineuse ayant provoqué la mort d’un grand nombre de jeunes hommes au cours des années 90.

43 Cf Usage de psychotropes et prévention des conduites à risques : pratiques sportives, avec S. Aquatias, 1998, Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

44  Les entraves à l’inscription de ces jeunes dans un club de sport renvoient ici à deux phénomènes distincts : d’une part, une difficulté à s’inscrire dans un cadre institutionnalisé qui peut apparaître comme le miroir d’un système au sein duquel ils ne se sentent aucune place ; d’autre part, une absence d’intérêt à pratiquer un sport en club et à s’astreindre à une discipline rigide compte tenu de leurs conditions d’existence. Mais si les difficultés que rencontrent ces jeunes pour s’inscrire dans un club sportif sont aussi importantes, c’est aussi parce que les ces derniers n’ont pas toujours cherché à intégrer ce type de public.

45 Notamment « la marche des beurs pour l’égalité », récupérée par le PS dans le cadre de SOS Racisme.

46 Travail au noir, trafic de produits vendus hors des circuits officiels (vêtements, matériels hi-fi, magnétoscopes, ordinateurs, ...), trafic de voitures, deal de produits psychoactifs…

47 Depuis les « Sauvageons » jusqu’au « nettoyage au karcher » en passant par « la racaille »…

48 Le film « L'embrasement » de Philippe Triboit (2006) sur les émeutes de l’automne 2005, suite à la mort de deux adolescents à Clichy-sous-Bois, en incorporant des extraits des déclarations télévisées de Nicola Sarkosy, alors ministre de l’intérieur, montre à quel point ces dernières ont contribué à exacerber les tensions et les violences.

49 On peut noter à ce titre des expériences visant à diversifier les intervenants dans les commissariats en introduisant des médiateurs susceptibles de proposer la recherche de solutions amiables. Cette intervention a notamment été mise en place par l’AFPAD (Association pour la Formation, la Prévention et l’Accès au Droit) au commissariat de Pierrefitte/Stains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Jacob, « Intensification des dérives sécuritaires : Contexte d’émergence et conséquences sur le « terrain » », Socio-logos [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 26 mai 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2502

Haut de page

Auteur

Elisabeth Jacob

Sociologue indépendante, elisa.jacob@orange.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org