Navigation – Plan du site
Textes de travail

Les délits contre les personnes et pour l’appropriation des biens et l’espace socioéconomique de l’agglomération de Vitoria – Brésil 1

Claudio Zanotelli, Adelmo Inácio Bertolde, Ana Maria Leite, Eldon Grammlich et Pablo Silva Lira

Résumé

Cet article analyse les logiques de la distribution des délits dans l’espace de l’agglomération de Vitoria au Brésil. Il établit un rapport entre les données de la police sur les crimes et délits contre les personnes et le patrimoine et les données socioéconomiques de l’Institut Brésilien de Géographie et Statistique (IBGE)

Haut de page

Entrées d’index

Index des rubriques :

Textes
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous proposons d’analyser les logiques de la distribution des délits dans l’espace de l’agglomération de Vitoria, région capitale de l’état de l’Espirito Santo au Brésil (Cartes 1A et 1B). Le propos est de mettre en rapport, d’un côté les données de la police sur les crimes et délits contre les personnes et le patrimoine et, de l'autre, les informations socioéconomiques de l’Institut Brésilien de Géographie et Statistique (IBGE)

2Les données sur les délits ont été adaptées à partir des tableaux de la police militaire (l’équivalent à la fois de la Gendarmerie et des gardiens de la paix) brésilienne. Ces données peuvent subir des altérations en fonction de la conjoncture, outre les problèmes d’inadaptation des services de la police et leur manque de clarté dans les classifications des crimes et délits. Ces chiffres ont été utilisés parce qu’ils sont les seuls disponibles pour une période de onze ans pour un nombre important des crimes et délits par quartier. Les limites des quartiers peuvent être à géométrie variable et les phénomènes se déroulent plutôt dans un ensemble des quartiers ou dans des pôles donnés que dans l’ensemble d’un quartier déterminé. Aussi, les dénominations de certains quartiers peuvent changer au long du temps et les policiers peuvent parfois, par mégarde, enregistrer une main courante d’un quartier dans un autre.

3Après différentes adaptations des données de la police et de l’institut de statistique brésilien (IBGE) nous avons retenu pour l’analyse 300 quartiers sur les quelques 400 que compte l’agglomération. Les quartiers restants ont été écartés par manque des données ou incorporés à d’autres quartiers pour des raisons diverses, notamment à cause de leurs appellations, leur contiguïté et leur histoire commune.

4Nous livrons ici les résultats préliminaires d’une analyse des correspondance et de ses articulations avec les informations d’autres sources : base de données de la presse du centre d’études de la violence de l’Université Fédérale de l’Espirito Santo – NEVI/UFES - et du Mouvement National de Droits de l’Homme (MNDH) ; base de données du Ministère de la Santé brésilien – DATASUS ; informations des mairies de l’agglomération de Vitoria ; une étude de victimation de 2002 ; des résultats des calculs des taux bruts et estimés à partir d’une l’analyse bayesienne2 et par des informations qualitatives obtenus grâce à des entretiens que nous avons effectués au premier semestre 2004 dans un certain nombre des quartiers où le nombre des crimes de sang est important.

Carte 1A : Localisation au Brésil de l’état de Espirito Santo et, dans l'état de Espirito Santo, de la région métropolitaine de Vitoria

Carte 1A : Localisation au Brésil de l’état de Espirito Santo et, dans l'état de Espirito Santo, de la région métropolitaine de Vitoria

Sources pour cartes 1A et 1B : laboratoire de géographie humaine UFES (2004), Eldon Gramlich Oliveira / Pablo Silva Lira (2004).

Carte 1B : agglomération urbaine de Vitoria

Carte 1B : agglomération urbaine de Vitoria

5Nous utilisons deux séries des variables relatives à l’année 2000 : le niveau d’études et de revenus des chefs de familles et les divers crimes et délits (Homicides, tentative d’homicides, coups et blessures, menaces et vols). Nous exploiterons également des données de la police pour la période 1993-2003 afin de situer la problématique avec du recul temporel.

6Nous exploitons de fait les données de main courante de la police et n’avons pas pu accéder aux informations sur les mis en cause ni étudier tous les faits constatés qui, pour la plupart, n’ont pas été élucidés et ne sont pas accessibles (des milliers d’enquêtes concernant les homicides se trouvent bloquées dans les services de la police judiciaire de Vitoria). Par ailleurs, nous n’avons pas eu, quant ils ont eu lieu, d’accès aux procès. Pour avoir un ordre d’idée du manque d’informations sur les auteurs des crimes et délits les plus graves, selon la base de donnée MNDH/NEVI/UFES, d’après les journaux, près de 2/3 des homicides commis dans l’état de l’Espirito Santo entre 1994 et 2002 n’avaient pas d’auteurs identifiés3. Quand les auteurs sont identifiés une partie insignifiante est effectivement inculpée et jugée.

7Nous n’avons pas non plus d’informations socioéconomiques sur les victimes (profession, âge, etc.). En effet, ce sur quoi les données disponibles de la police nous renseignent c’est le type de crime commis, l’endroit où il a été enregistré et l’époque des faits.

8Ainsi, les constats de la police sont étiquetés comme « crimes » et « délits » parfois de manière approximative, cependant ces appellations doivent être utilisées avec précaution, puisqu’elles ne sont pas basées sur des inculpations et des jugements.

9Le crime peut certes être défini comme tout ce qui est incriminé par le droit, mais dans la mesure où les inculpations, les procès et les jugements n’ont pas eu lieu, nous pouvons douter des définitions fournies par la police (l’imprécision de certains faits et leur classification est reconnue par la police elle-même). Le crime est tout ce qui est puni par la loi, mais comme la loi n’a pas été appliquée, ou elle a seulement motivée l’action de la police et l’étiquetage des faits, nous serions dans la catégorie d’une qualification des faits avant même qu’il y ait inculpation, jugement, etc., une sorte de proto crime. Comme les lois sont variables selon les époques et les sociétés et que ces dernières tolèrent des doses différenciées d’illégalismes, on peut constater que les crimes et les délits sont changeants dans leur qualification.

10Le travail sur les chiffres soulève la question de pourquoi mesurer, quoi mesurer, et comment mesurer . Les données sont un produit des rapports de domination et des asymétries instaurées dans la société brésilienne. Les chiffres peuvent faire ressortir une situation sociale donnée, néanmoins ils peuvent en cacher d’autres : les mains courantes peuvent être sous-estimées dans certains quartiers ou être surestimés dans d’autres. Ceci va dépendre du pouvoir de négociation des agents sociaux impliqués dans les actes criminels ou des choix de l’Etat, généralement les zones les plus pauvres sont les plus visées par la police lors des actions musclées.

11Par ailleurs, au Brésil la criminalisation des quartiers s’inscrit dans un réseau d’intermédiations et de délégations d’où il ressort le pouvoir transmis par les autorités publiques aux chefs de police et de ceux-ci à leur tour aux policiers de base pour qu’ils agissent.4 De façon symétrique, on constate aussi le pouvoir transmis par les grands chefs du crime aux petits chefs et ceux-ci à leur tour à une bande pour régler les conflits par les meurtres5. Ainsi celui qui ne se trouve pas inséré dans les relations de dépendance réciproques et ne se tient pas à «sa place» est déjà un mort, puisqu’il est un ingrat, qu'il a essayé de fuir les rapports de dons et contre dons, et qu'il n’a pas soldé sa dette : il mérite ainsi la mort6.

12Il ne s’agît pas, évidemment, d’associer ici les quartiers à des zones de « non droit » d’où l’Etat serait absent et ainsi leur apposer un stigmate, mais plutôt de saisir certaines logiques à l’œuvre et certaines tendances dans l’arrangement socio-spatial de la délinquance que nous pourrions appeler « pour » les biens (quand quelqu’un soutire quelque chose à un tiers il n’est pas contre les biens, mais pour les biens) et celle contre les personnes.

1- La délinquance contre les personnes et « pour » les biens

13Avant de passer à l’analyse proprement dite de la criminalité dans l’agglomération de Vitoria il faut rappeler quelques chiffres pour situer la problématique.

14Au Brésil, qui avait le quatrième taux d’homicide au monde en 2000, les homicides se concentrent surtout dans les régions métropolitaines et les grandes villes. Ainsi en 2002, dix régions métropolitaines (Porto Alegre, Curitiba, São Paulo, Rio de Janeiro, Belo Horizonte, Vitoria, Salvador, Recife, Fortaleza e Belém) ont représenté à elles seules 53% des homicides du pays, leur population ne représentant pourtant que 30,9% de la population du pays en 2000. Si nous rajoutons les grandes villes qui sont aussi les capitales des états nous atteignons en 2002 61,7% des homicides du pays7. Ces pourcentages d’homicides d’une façon générale ont évolué de manière importante entre 1993 et 2002 et la violence grave s’est disséminée sur le territoire brésilien, particulièrement dans les villes moyennes. A l’intérieur des régions métropolitaines ces meurtres se concentrent généralement dans les quartiers périphériques ou dans les enclaves urbaines.8 Ce sont les jeunes, de sexe masculin et noirs, les principales victimes d’homicides et d’autres crimes violents.9 L’agglomération de Vitoria a elle seule concentre les ¾ des homicides de l’état de l’Espirito Santo et la majeure partie des faits criminels constatés par la police.

15Nous chercherons dans ce qui suit à construire une typologie des quartiers selon les revenus des chefs de famille. Ensuite nous effectuerons une tentative d’association entre les variables socioéconomiques des ménages et les crimes et délits constatés par les mains courantes.

16Afin d’établir une typologie des quartiers selon les catégories sociales qui y vivent, nous avons cherché à définir les critères de pauvreté pour préciser les classes dominées ainsi que les autres catégories sociales par rapport à elles. La définition du seuil de pauvreté a été établie par Pochmann et all.10 selon la pauvreté relative : sont pauvres tous ceux qui vivent dans des familles ayant des revenus par tête inférieurs à 50% du revenu moyen national par tête. Selon ce critère 47,9% des brésiliens ont été considérés pauvres en 2002, avec des différences régionales importantes entre la région Sud et Sud-est et le reste du pays. Dans l’impossibilité de définir la pauvreté relative par quartier selon ces critères, puisque nous n’avons pas la moyenne des revenus par foyer par quartiers mais seulement les revenus des chefs de famille, nous avons cherché un autre critère.

17Ainsi, nous avons convenu que les quartiers dominants et riches sont ceux où plus de 50% - ou la proportion la plus importante par rapport aux autres tranches de revenus - des chefs de famille gagnent plus de 10 salaires minimums (un salaire minimum est égale à 300 Reais, soit 103 Euros11). Les quartiers des classes moyenne ont été définis comme ceux où plus de 50% ou la plus forte proportion des chefs de famille gagnent entre 3 et 10 salaires minimums. Finalement les quartiers des dominés ou pauvres ont été définis comme ceux où plus de 50% ou la plus grande proportion des chefs de famille gagnent jusqu’à 3 salaires minimums12 (Voir carte 2).

18Malgré les limites de ces classifications, nous estimons que ces critères peuvent donner des ordres de grandeur utilisables pour ce qu’ils sont (au demeurant, toute tentative de mesure achoppe tôt ou tard sur des questions de ce type). Nous avons, par ailleurs, tenu compte de la connaissance que nous avions du terrain pour affiner notre classification. C’est ainsi que les quartiers classés comme riches présentent, au delà des données des revenus et du niveau scolaire, une série de caractéristiques qui les désignent comme les plus huppés de l’agglomération (localisation privilégiée, proche des services et commerces en tout genre, surveillance intensive de la police, bonne infrastructure, espaces de loisirs importants, bien desservis par les transports en commun, etc.). En revanche une partie des quartiers des classes moyennes, sauf les centres-villes, ainsi que la majorité des quartiers pauvres, ont en règle générale des équipements et infrastructures et services déficients et se localisent en majeure partie dans des enclaves ou sur la périphérie de l’agglomération. Nous avons utilisé les concepts dominé/dominants en nous inspirant de Pierre Bourdieu13 puisqu’ils nous permettent de prendre en considération les différentes configurations symboliques et matérielles qui labourent le champ social, mais qui sont, néanmoins, bien enracinés dans les rapports concrets entre les classes.

19Les quartiers considérés dominés/pauvres ont représenté dans notre typologie 64% des domiciles de l’agglomération, les quartiers de classes moyennes 22,3% et les riches 13,2%. Nous aboutissons à des données différentes de Pochmann et alii. (2005), qui ont fait des calculs sur une échelle incomparablement plus grande, l’état de l’Espirito Santo. Ainsi pour l’ensemble de l’état, il a estimé à 49,3% le pourcentage de foyers pauvres.

Les quartiers d’habitat des couches dominantes et la délinquance acquisitive

20Nous avons constaté une certaine indépendance entre les variables qui concernent les chefs de ménages d’un niveau de scolarité universitaire (entre 40% et 60% de l’ensemble des chefs de ménages) et ayant des revenus supérieurs à 10 salaires minimums et les variables telles que les homicides, les tentatives d’homicides et les coups et blessures.

21Nous pourrions parler de chefs de famille de fractions dominantes et fractions dominés de la classe dominante, tout au moins en termes comparatifs des revenus. Les chefs de ménage habitant ces quartiers sont généralement des entrepreneurs, des cadres dirigeants d’entreprises, des haut fonctionnaires publics, politiciens importants, grands commerçants, industriels et une fraction minoritaire des cadres supérieurs, professions libérales, médecins, avocats, dentistes et professeurs d’université. Certes cette typologie est insuffisante, puisque parmi ces chefs de familles il y a une partie de ceux qu’il est convenu d’appeler « classes moyennes ». Néanmoins, dans cet article les « classes moyennes » seront considérées comme les chefs de ménage ayant entre 3 et 10 salaires minimums par mois.

22Les quartiers d’habitat des catégories sociales les plus riches ou dominantes correspondaient à seulement 20 quartiers, soit 6,6% de l’ensemble de l’univers étudié, trois de ces quartiers se situent dans la municipalité de Vila Velha et les autres se trouvent à Vitoria – voir tableau 1.

23Le rapport entre les homicides et les revenus dans ces quartiers peut être observé sur les graphique du taux brut et estimés (attendus) d’homicides de l’agglomération tempérés par les revenus des chefs de ménage supérieurs à 10 salaires minimums (voir les graphiques 1, 2 et 3).

Graphique 1 : taux d'homicides brut des quartiers de l'agglomération de Vitoria – 2000 (pour 1000 habitants)

Graphique 1 : taux d'homicides brut des quartiers de l'agglomération de Vitoria – 2000 (pour 1000 habitants)

Graphique 2: taux estimé d'homicides par quartier de l'agglomération de Vitoria - 2000

Graphique 2: taux estimé d'homicides par quartier de l'agglomération de Vitoria - 2000

Graphique 3 : taux estimé d'homicides par quartiers de l'agglomération de Bitoria par rapport aux revenus des chefs de famille supérieurs à 10 salaires minimum – 2000 (pour 1000 hab.)

Graphique 3 : taux estimé d'homicides par quartiers de l'agglomération de Bitoria par rapport aux revenus des chefs de famille supérieurs à 10 salaires minimum – 2000 (pour 1000 hab.)

24Il y a eu ainsi une « correction » des taux bruts par les taux estimés (attendus) d’homicides réduisant la dispersion des quartiers (comparer les graphiques 1 et 2), le graphique 3 représente la probabilité réduite que ceux ayant des revenus élevés (plus de 10 salaires minimums par mois) soient victimes d’homicides. En effet, ces quartiers se trouvent classés parmi les derniers taux d’homicides dans l’agglomération de Vitoria et certains n’ont même pas eu d'homicides (voir la carte 3 des taux d’homicides estimés). Dans l’ensemble, ils n’ont que très peu d’homicides ou tentatives d’homicide et leurs taux ne dépassent que rarement 0,5 homicide pour mille habitants : dans tous les cas les taux sont inférieurs à 1 homicide pour mille habitants.

25Il faut, cependant, rappeler que les taux bas d’homicides ne sont pas l’apanage des riches, 1/3 des quartiers étudiés n’ont eu aucun homicide en 2000 et 1/5 avaient des taux bruts inférieurs à 0,5 par mille habitants, taux que nous pouvons considérer comme relativement bas, nous y reviendrons. Parmi eux la partie la plus importante est celle des quartiers où il existe une forte proportion des chefs de famille avec des revenus inférieurs à 10 salaires minimums. En effet, 2/3 des quartiers (218) sont classés comme lieu d’habitat des classes dominées ou pauvres, dans 167 de ces quartiers (plus de la moitié du total de l’agglomération) 50% ou plus des chefs de ménages ont des revenus inférieurs à 3 salaires minimums et ¼ des chefs de ménage ont entre 37% et 50% des revenus inférieurs à 3 salaires minimums.

26En ce qui concerne les atteintes au patrimoine (les vols de tous types14) les taux corrigés des quartiers riches ont variés entre Santa Helena (6,9%o habitants) et Enseada do Sua (128,6%o habitants). La moitié (10) des ces quartiers se trouvent parmi les 50 premiers quartiers qui ont le taux d’atteinte aux biens le plus important et la totalité (20) sont classés parmi les 103 premiers quartiers de l’agglomération de Vitoria.

27Deux quartiers riches occupent les premières places (voir tableau 1) en fonction d’une situation particulière qui, en effet, réduit la portée de cette situation. Il s’agît tout d’abord d’Enseada do Suá. Ce quartier, outre le fait d’avoir une faible population (735 habitants), est le nouveau centre de Vitoria. S’y concentrent les sièges de la chambre des députés de l’état de l’Espirito Santo, des tribunaux y sont installés ainsi que le plus grand centre commercial de l’agglomération et le quartier a une grande place qui est consacré aux grands événements, fêtes, concerts, etc. Tout ceci peut expliquer, pourtant, ce taux très élevé. Ensuite vient le quartier d’Horto qui a une population insignifiante (162 habitants), c’est pour cela que nous ne le prenons pas en considération dans les représentations cartographiques de calculs des taux bruts et des taux de vols estimés – ce qui est valable pour l’Enseada do Suá, puisque ceci peut fausser une lecture de l’ensemble des quartiers. Enfin, il faut rappeler le cas de Jabour (9ème place dans l’agglomération pour les vols) quartier situé à proximité de l’aéroport et avec une population également peu importante et un taux élevé des vols. Ces deux derniers quartiers jouxtent des zones où se trouvent des quartiers populaires où les taux de crimes et délits sont relativement élevés.

28Les quartiers les plus peuplés de l’agglomération se trouvent parmi ces quartiers, Jardim da Penha (25 615 habitants) et Jardim Camburi (27 101 habitants) situés à Vitoria et deux autres à Vila Velha, Praia da Costa (21 464 habitants) et Itapuã (16 157 habitants). Ces quatre quartiers de fait ont été le théâtre d’un boom immobilier ces dernières années avec la construction de tours où est venue s’installer la fraction dominée des dominants : professeurs universitaires, professionnels libéraux, cadres, commerçants, cadres du secteur public. Avec Praia do Canto et Mata da Praia, où les constructions d’immeubles sont aussi très importantes, ils constituent les lieux de concentration des dominants et aussi les zones où les taux des vols sont relativement importants. D’autres quartiers semblables ont une population inférieure à 5 000 habitants : Barro Vermelho (3 773 habitants), Santa Lucia (3 808 habitants), Santa Helena (1 739) et Bento Ferreira (5 375 habitants) et des taux, également, significatifs.

29Si nous exceptons Enseada do Sua, nous pouvons remarquer que des quartiers de très haut revenus ont des taux de vols que ne se trouvent pas parmi les plus élevés, souvent inférieurs à 20 pour mille habitants. Ceci peut paraître paradoxal, mais nous verrons plus loin que, de fait, ce sont pour la plupart les quartiers moyens, notamment les centres villes, et des quartiers ayant un équipement commercial et des services importants qui sont majoritaires parmi ceux qui ont les taux les plus importants de vols. Ainsi, certains quartiers riches se trouvent derrière des quartiers « moyens » et des quartiers populaires dans le classement des taux des vols. Praia do Canto – malgré le fait qu’il y ait un équipement commercial de luxe et des services importants - a un taux d’atteinte au patrimoine de 16,9%o habitants, 38ème place parmi l’ensemble des quartiers de l’agglomération, Mata da Praia, 7,4%o habitants, 102ème position.

Tableau 1 : Quartiers riches où prédominent les revenus supérieurs à 10 Salaires minimums et taux estimés des vols – Agglomération de Vitoria 2000

Quartiers

Population

Taux
estimé
de vols
%o

Pourcentage
de chefs
de familles
+ de 10 SM

Enseada do Sua

735(*)

128,6

66,2

Horto

162(**)

54,3

38,6

Jabour

983

30,9

48,2

Santa Cecilia

1363

23,8

47,5

Santa Lucia

3808

21,2

61,1

Santa Luzia

1004

20,7

46,6

Itaparica (Vila Velha)

6119

17,1

47,1

Praia do Canto

12730

16,9

76,7

Bento Ferreira

5375

13,6

55,3

Jardim da Penha

25615

13,6

58,0

Morada de Camburi

1102

12,4

53,9

Barro Vermelho

3773

12,0

77,4

Praia da Costa (Vila Velha)

21464

10,2

68,9

Itapua (Vila Velha)

16157

9,9

50,7

Ilha do Boi

1176

9,2

87,7

Ilha do Frade

353(**)

9,0

93,3

Jardim Camburi

27101

7,7

44,0

Mata da Praia

9317

7,6

75,1

Fradinhos

1737

7,2

44,0

Santa Helena

1739

6,9

73,6

Source : Atlas de la criminalité violente de l’agglomération de Vitoria, 2005

(*)Quartier hors norme par le type d’équipement et de fonction qu’il possède

(**)Quartiers hors norme par la taille de sa population

30Dans ces quartiers, néanmoins, il y a eu une évolution importante de l’atteinte au patrimoine ces dix dernières années, particulièrement dans ceux qui ont une population importante (voir Tableau 2). Ainsi, Praia do Canto, Mata da Praia et Praia da Costa ont connu une évolution significative en termes absolus et relatifs. Ne disposant pas de l’évolution de la population par quartier pour la période 1993-2003, nous avons utilisé l’estimation de la population pour les municipalités de l’agglomération pour ces années là ; ces évolutions sont bien inférieures pour Vitoria et Vila Velha à celles des vols dans les quartiers respectifs. L’évolution des vols dans les quartiers, sauf à Itapuã, a été supérieure à celles des municipalités. Nous supposons ici que l’évolution de la population des quartiers est la même que celle de la commune. En effet, il est peu probable, malgré l’expansion immobilière de ces quartiers où le mètre carré est parfois le plus cher de l’Espirito Santo, que leur population ait plus que triplé ou doublé en 11 ans comme cela est le cas pour les vols dans certains des quartiers. On peut aussi remarquer que la municipalité de Vitoria, la plus riche de l’agglomération, a des taux d’évolution des vols bien inférieurs aux autres municipalités.

Tableau 2 : Évolution de la population et tous types de vols des municipalités et des quartiers d’habitat choisis des couches dominantes – Agglomération de Vitoria 1993 – 2003

Municipalités/quartiers

1993

2003

Evolution 1993/2003 en %

Population

Vitoria

267448

302633

13

Vila Velha

276149

370727

34

Viana

46422

56405

21.5

Cariacica

289047

339612

17.5

Serra

245870

351686

43

Vols

Vitoria

2049

3856

88

Mata da Praia

31

116

274

Jardim da Penha

216

440

104

J. Camburi

168

380

126

Praia do Canto

202

414

104

Vila Velha

1736

3856

152

Itapuã

165

295

79

Praia da Costa

145

522

260

Viana

109

297

172

Serra

948

2500

164

Cariacica

878

2117

141

Source : Atlas de la violence de l’agglomération de Vitoria d’après les données de la Police Militaire, 2005

La délinquance d’appropriation dans les quartiers d’habitat des couches « moyennes »

31Les quartiers des couches « moyennes » - certains accueillant sur leur territoire, en partie, des ensembles de logements sociaux en accession à la propriété – sont habités de manière prédominante par des employés du secteur tertiaire et du secteur public, des techniciens moyens, des ouvriers qualifiés, mais aussi une fraction des cadres de niveau supérieur. Outre les revenus situés majoritairement entre 3 et 10 fois le salaire minimum, le niveau d’étude de ces habitants est relativement moins élevé que dans les quartiers les plus riches, de 20% à 30% des chefs de ménage ont un diplôme universitaire.

32Dans ces quartiers, la corrélation s’avère relativement significative entre l’agression contre les personnes - à l’exclusion des homicides et tentatives d’homicides – les vols et les variables socioéconomiques.

33Les menaces et les coups et blessures y sont significatives, variant de 2 à 10 pour mille habitants, selon les quartiers (ils se trouvent parmi les 20% des quartiers de l’agglomération de Vitória où ces taux sont les plus importants). Ces deux indicateurs peuvent être partiellement liés à l’importance des vols, puisque une partie de ces quartiers ont des commerces et des centres commerciaux et se trouvent proches des centres-villes ou sont des centres-villes des principales municipalités de l’agglomération. Ils représentent 9 des 24 quartiers ayant les taux de vols les plus importants. D’ailleurs l’évolution des vols avec violence entre 1993 et 2003 est également un phénomène général et la croissance est supérieure à 100% dans tous les quartiers des centres-villes et les quartiers riches.

34Il faut attirer l’attention sur le fait que des quartiers pauvres qui se trouvent à côté de ces quartiers moyens parmi les plus importants en termes d’atteintes au patrimoine, sont en réalité dans une situation particulière par rapport aux centres villes et aux zones de concentration des activités commerciales. La place importante occupée dans l’atteinte au patrimoine par ces quartiers pauvres peut-être justifiée davantage par leur localisation – jouxtant des centres commerciaux et des centres villes - que par une lecture associant ces faits à la situation économique proprement dite de leurs ménages. Ainsi, outre Boa Vista et Manguinhos (quartiers pauvres que nous analyserons dans leur particularité plus loin), il y a le centre-ville de Serra (moins important que l’autre centre économique de la municipalité : Laranjeiras) et d’autres quartiers qui sont proches des centres-villes et du centre financier et commercial récent de Vitoria (respectivement Ilha do Principe, proche de la gare routière de Vitoria, et Praia do Sua). Enfin Carapina - Boa Vista est localisé dans une zone commerçante à Serra.

35Revenons aux quartiers « moyens » (voir tableau 3). Parmi eux quatre se détachent du lot à cause de la taille de leur population, de leur centralité et des taux importants des vols : le centre-ville de Vitoria, le centre-ville de Vila Velha et Laranjeiras et Jacaraipe à Serra. Les deux premiers sont les centres-villes anciens des deux plus riches municipalités de l’agglomération, Laranjeiras se situe dans le véritable centre économique de la municipalité de Serra et Jacaraipe est station balnéaire, entourée des lotissements destinés aux couches moyennes, ayant beaucoup des maisons secondaires et une zone commerciale et de loisirs importante. Par ailleurs, Parque Moscoso et Jucutuquara sont proches du centre ville de Vitoria et des quartiers traditionnels de la capitale, Vila Rubim est local du grand marché couvert de Vitoria. Cette importante activité commerciale explique certainement les taux élevés d’atteintes aux biens et probablement une partie des atteintes aux personnes. Nous pouvons aussi remarquer une dispersion assez importante des taux de vols et des taux relativement élevés associés à la tranche des revenus 3-10 salaires minimums au dessus de 10%o (Voir graphique 4).

Tableau 3 : Comparaisons des taux de vols, coups et blessures, menaces et revenus des chefs de familles en 2000, selon les quartiers « moyens » de l’agglomération de Vitoria

Quartiers

Popu-
lation

Taux
estimés
vols

Taux bruts
coups et
bles-
sures

Taux bruts
Menaces

Revenus
% entre 3
et 10
SM

Parque Moscoso

1708

47,9

7

7

45,6

Jucutuquara

1338

37,2

6

6,7

45,3

Centro Vitoria

9240

34,8

4

2,5

42,8

Jacaraipe

7925

31,2

4,9

5,2

46

P. R. Laranjeiras

6474

30,9

3

3,4

50,1

Vila Rubim

2866

27,8

5,2

2,4

43,5

Bairro de Fatima

2168

26,7

3,2

4,2

50,8

Dom Bosco

806

25,9

5

5

50,2

Centro Vila Velha

8835

24,8

2,7

3,2

39,4

Source : Atlas de la violence de l’Agglomération de Vitoria, 2005

Graphique 4 Taux des vols estimés par rapport aux revenus entre 3 et 10 salaires minimums des chefs de domicile des quartiers de l'agglomération de Vitoria 2000 (exclu Enseada do sua)

Graphique 4 : taux de vols estimés par rapport aux revenus entre 3 et 10 salaires minimum des chefs de famille des quartiers de l'agglomération de Vitoria – 2000 (exclu Enseada do Sua)

Graphique 4 : taux de vols estimés par rapport aux revenus entre 3 et 10 salaires minimum des chefs de famille des quartiers de l'agglomération de Vitoria – 2000 (exclu Enseada do Sua)

Des quartiers d’habitat des couches dominées et moyennes : quand les crimes et délits sont relativement indépendants des conditions socioéconomiques

36Un ensemble des quartiers se structurent autour d’un axe, d’un côté se concentrent des ménages gagnant jusqu’à trois salaires minimums et qui ont un niveau d’étude faible (le niveau primaire ou collège), d’un autre côté, ceux qui ont un salaire plus élevé (5 à 10 salaires minimums) et une formation plus importante (enseignement secondaire prédominant). Ce groupe hétérogène a, cependant, une homogénéité : un taux très bas de criminalité contre les biens et les personnes. Ceci peut être remarqué à la fois dans le graphique 4 et 5, où on aperçoit un ensemble des quartiers moyens et pauvres qui ont des taux bas d’atteinte aux biens (au dessous de 10%o) et dans le graphique 3 où on aperçoit une partie d’un ensemble des quartiers ayant une proportion des hauts revenus faibles, inférieur à 20%, avec des taux d’homicides au dessous de 1 %o habitant. En ce qui concerne les atteintes au patrimoine la moitié des 300 quartiers étudiés ont des taux inférieurs à 5%o habitants et la plus grande partie ce sont les quartiers populaires et les quartiers moyens.

37Parmi les quartiers les plus pauvres, nous pouvons remarquer Campo Novo (Cariacica), avec une petite population de 612 habitants (69% des chefs du domicile ont fréquenté les bancs scolaires au maximum jusqu’au collège, 63% gagnent jusqu’à 3 salaires minimums), où il n’y a pas eu d’homicides, de vols ou des braquages, mais une tentative d’homicide et deux affaires des coups et blessures. De même qu’à Porto Belo, peuplé de 6 519 habitants, où 70% des chefs de famille ont le niveau scolaire jusqu’au collège et 63% gagnent jusqu’à 3 salaires minimums, on ne relève que 5 homicides (taux de 0,7 %o) ou 1,5%o pour les tentatives d’homicides et seulement 0,3%o pour les vols. Dans l’autre sens de cet axe, à Valparaiso (Serra), 5.534 habitants, où 54% des chefs de domicile ont fini le lycée et 18% le collège, 44% ont des revenus entre 5 et 10 salaires minimums et 8% gagnent jusqu’à 3 salaires minimums, il y a très peu de violence contre les personnes (aucun homicide et une seule tentative d’homicide pour une population de 5 534 habitants) ainsi que très peu de menaces. Néanmoins le nombre des vols avec violence est un peu élevé (3,25 %o), mais pas très significatif quand nous le comparons à d’autres quartiers au niveau de revenu équivalent.

Les quartiers d’habitat des couches dominées marqués par une prédominance de la délinquance contre les personnes

38Il nous reste à analyser un ensemble des quartiers qui sont relativement pauvres et ont des taux de violence considérables contre les personnes. Ils se situent, le plus souvent, dans les enclaves et les régions périphériques de l’agglomération. Comme nous pouvons le remarquer dans le graphique 3, il existe un certain nombre des quartiers pauvres ayant des revenus peu importants et avec des niveaux d’homicides supérieurs à 1%o par habitant. De même dans le graphique 5, nous remarquons de manière assez nette des quartiers peu nombreux où plus de 40% des revenus des chefs de famille ne dépassent pas les 3 salaires minimums et qui ont des taux d’atteintes aux biens supérieurs à 10%o par habitant. En général ces taux plafonnent à 30%o par habitant pour cette catégorie de la population, les dépassements de ces taux là étant réservés aux catégories moyennes et dominantes, comme nous l’avons vu.

Graphique 5 : taux estimés des vols par quartier par rapport aux chefs de famille ayant des revenus jusqu'à 3 salaires minimum de l'agglomération de Vitoria 2000

Graphique 5 : taux estimés des vols par quartier par rapport aux chefs de famille ayant des revenus jusqu'à 3 salaires minimum de l'agglomération de Vitoria 2000

39Nous analyserons dans ce qui suit certains quartiers pauvres où les taux d’atteintes aux personnes sont significatifs et ceux d’atteintes aux biens en règle générale peu importants, sauf dans deux quartiers, Morada de Vila Betânia et São Pedro, qui ont des taux des vols supérieurs à 10%o habitants. Les quartiers (Tableau 4) peuvent en fonction de leur population être séparés en 3 groupes : faible (moins de mille habitants), moyen (entre mille et 4 mille habitants) et fort (plus de 4 mille habitants). Le niveau de scolarité du chef de famille dans l’ensemble de ces quartiers n’est pas très élevé (ente 66% et 75 % n’ont suivi des études que jusqu’au collège) ; entre 57% et 83,5% de ces chefs gagnent moins de 3 salaires minimums par mois. Les taux d’homicides varient entre 0,9 et 7,7 pour mille habitants, les tentatives d’homicide de 0 à 5,5 %o habitants, les coups et blessures de 3,5 à 20 %o habitants et les menaces 1,8%o à 12,7 %o. Pour la plupart ces quartiers se situent dans la périphérie de l’agglomération là où les services et équipements sont assez précaires. Par ailleurs, ils se trouvent, en grande partie, sur des occupations illégales de terrains. Certains font partie de ce qu’on pourrait appeler de clusters de la criminalité la plus violente dans l’agglomération de Vitoria (voir carte 3). En effet, si nous considérons seulement les homicides, 15 quartiers, dont 5 se trouvent dans le tableau 4, à eux seuls ont représenté 26% des homicides de l’agglomération de Vitoria et 21,3% des tentatives d’homicides pour une population ne représentant que 10,7% de l’ensemble de la région analysée.

40Ces résultats sont confirmés par le fait que les homicides et tentatives d’homicides entre 1993 et 2003 pour l’ensemble de l’agglomération de Vitoria ont connu l’évolution la plus accentuée dans un certain nombre des quartiers qui structurent des pôles. Cette situation est semblable à ce qui se passe dans d’autres villes brésiliennes (cf. Khan et all, op. cité, p.7). Ainsi, dans l’agglomération de Vitoria, ce sont autour d’une dizaine de pôles de quartiers à la fois en périphérie et dans les enclaves proches des centres villes que se localise une criminalité plus violente et où se trouvent aussi, en partie, les affaires notoires diffusées par la presse et liées au trafic des drogues (sur lequel les statistiques de police font le plus grand silence, très peu d’affaires étant effectivement comptabilisées, de sorte que l’on ne sait presque rien sur les drogues alors que le discours des autorités ne cesse d’en parler : incapacité de la police ou complicité ?).

Tableau 4 : Taux des délits acquisitifs et contre les personnes en 2000 dans les quartiers « dominés » sélectionnés de l’agglomération de Vitoria

Quartiers

Popu-
lation

Niveau
scolaire
chef de
famille
jusqu'au
collège %

Revenus
du chef
de famille
jusqu'à 3
salaires
minimums
%

Homi-
cides
%o

Tenta-
tives
d'homi-
cides
%o

Coups et
bles-
sures %o

Menaces
%o

Vols
%o

Viana

Morada de Vila Betania

394

68,9

83,5

5,1

2,5

20,30

12,7

15

Cariacica

Bubu

520

75,0

68,4

7,7

1,9

5,77

7,7

8

Nova Rosa da Penha

12057

72,8

72,7

2,6

1,8

3,40

2,4

3

Flexal

10193

72,8

69,1

1,5

0,6

1,67

1,8

1

Serra

Nova Almeida

5160

67,5

57,9

1,2

1,9

5,04

4,3

9

Novo Horizonte

9907

71,0

62,8

3,4

2,2

9,89

3,3

8

Planalto Serrano

14493

72,3

70,4

1,3

1,2

2,07

1,2

2

Vila Velha

Cidade da Barra

1275

66,1

64,7

3,1

0,0

6,27

6,3

10

Primeiro de Maio

3953

73,7

73,8

1,3

0,3

3,79

3,3

2

Riviera da Barra

2154

71,4

59,3

0,9

0,5

3,25

3,7

7

Vitoria

Sao Pedro

4141

68,2

62,7

3,4

5,8

14,73

7,2

11

Source : Atlas de la violence, 2005, IBGE et Police Militaire, 2000

41Cependant, dans les quartiers populaires nous trouvons aussi des taux des vols très élevés, mais ceux-ci sont plus rares et on peut relever parfois des problèmes d’interprétation de ces données. Ainsi, le quartier de Boa Vista à Vitoria (1098 habitants, 39% des chefs de famille ayant des revenus entre 3 et 10 salaires minimums et 44% des revenus jusqu’à 3 salaires minimum, parmi eux 48% ont fait ses études jusqu’au collège), est situé sur les bornes du massif central de l’île de Vitória dans la partie ouest de l’île, il n’y a eu aucun homicide en 2000, en revanche il avait le quatrième taux de vols de l’agglomération (42,3%o). Ceci est peut-être dû au report sur ce quartier des registres de vols des quartiers voisins, ce qui peut parfois arriver dans les registres de main courante de la police. Nous évoquons la probabilité de ce fait parce que le quartier a enregistré un nombre élevé des vols pendant toute la décennie 90, mais depuis 2001 et 2002 ce nombre a chuté d’une façon brutale sans aucun motif apparent. Néanmoins, il faudrait une étude qualitative sur le quartier et une analyse plus détaillée des données de la police afin de vérifier les motifs d’une telle situation (il est également possible qu’une action de la police ou un changement quelconque dans le quartier ait pu provoquer cette réduction).

42Un autre cas exemplaire de quartiers populaires connaissant des taux élevés des vols est celui de Jardim América à Cariacica, quartier où se trouvent plusieurs entrepôts et une importante entreprise de métallurgie et plusieurs petits ateliers (3209 habitants, 36% chefs de famille ayant entre 3 et 10 salaires minimums par mois et 48% moins de 3 salaires minimums, 62% ont fait des études jusqu’au collège). Ici, le taux de vols sous menace/violence (18 %o), est élevé certainement à cause de la caractéristique commerciale et industrielle du quartier.

43Parmi les quartiers classés comme « dominés », une place particulière doit être réservée à Manguinhos (1259 habitants) à Serra, au nord de l’agglomération. Ce quartier révèle les limites de notre typologie. Il s’agît d’une plage huppée et d’un lieu d’habitat ou de villégiature des couches dominantes : professeurs d’université, cadres d’entreprises, entrepreneurs et professions libérales. Or, malgré cette description, ce quartier a été classé comme pauvre, ceci tient au fait que 37% de sa population gagne jusqu’à 3 salaires minimums et 39% ont le niveau d’étude jusqu’au collège. En effet, à Manguinhos il y a une population des pêcheurs pauvres qui d’ailleurs sont installés ici depuis des décennies bien avant la gentrification du quartier. D’un autre côté 32% de la population est classée parmi les hauts revenus avec un niveau d’étude universitaire.15 Le village initial des pêcheurs s’est transformé et aujourd’hui des restaurants, bars, cafés, etc. sont tenus, en partie, par les autochtones, néanmoins il garde son noyau initial bucolique, tandis qu’au bord de la mer des dizaines de villas ont été construites. Plusieurs habitants pauvres de Manguinhos et des environs travaillent comme domestiques ou surveillants pour le compte des habitants aisés du quartier. Ici la césure entre les classes sociales est très présente. Tout ceci manifeste la difficulté de définir les quartiers seulement par le niveau du revenu et d’étude de la plus grande proportion des chefs de famille. Comme à Manguinhos nous avons aussi identifié un autre quartier au sud de l’agglomération, Barra do Jucu, ancien port de pêcheurs et devenu lieu à la mode et site où vit une partie des dominants de l’agglomération à côté des gens très pauvres que la spéculation immobilière marginalise. En effet, avec l’étalement urbain les anciens villages de pêcheurs isolés ont été incorporés à la région métropolitaine et révèlent ainsi toute l’ampleur des inégalités sociales et de la dépossession des populations traditionnelles de leur espace de vie.

44A Manguinhos il y a une présence forte de criminalité contre les biens (37,6%o, le 5ème taux le plus élevé de l’agglomération de Vitoria) et aussi contre les personnes (taux d’homicide supérieur à 2 pour mille). Le quartier est assez isolé, a une faible densité et le cambriolage des maison y sont fréquents. Par ailleurs à cause de son relatif isolement et du fait d’être une plage où souvent sont organisés des festivités (carnaval, spectacles à l’air libre) le nombre de coups et blessures y est aussi significatif (5,5 pour mille habitants).

45Après la description des données nous essaierons de voir leur contextualité et de comprendre leur signification. Cependant, avant cela, dans ce que suit, nous allons évoquer à la lumière d’autres sources des explications possibles sur les évolutions des chiffres des délits contre les personnes et pour l’appropriation des biens.

2- L’évolution des délits : quelles comparaisons et quelles réponses ?

46Dans les données que nous avons vues une partie de l’évolution peut être due à une prise en compte plus importante par la police de certains actes ces dernières années, ce qui entraînerait une évolution des constats sans nécessairement se traduire par une évolution équivalente de la criminalité (on peut imaginer ici toutes les manipulations que la presse et le pouvoir peuvent faire de l’opinion public en gonflant artificiellement les chiffres et appelant à la peur). Néanmoins, il faut tempérer cette remarque par le fait que, pendant longtemps, les ONG liées à la cause des droits de l’homme ont dénoncé le manque total des données et de transparence et une tentative des polices et des pouvoirs en place de camoufler les chiffres, voir de les minorer, pour donner une impression faussée de la criminalité16. Il est, néanmoins, incontestable que la réalité de l’évolution des homicides ne peut se résumer à une prise en compte plus importante par la police, puisqu’en règle générale, ils sont en grande partie depuis longtemps comptabilisés par les pouvoirs publics même si il y a des discordances entre les sources. Par ailleurs, la comparaison avec les chiffres internationaux ne laisse aucun doute par rapport à l’importance des taux des homicides au Brésil.

47Les atteintes aux patrimoine et les autres violences peuvent, néanmoins, avoir subi l’influence d’une plus grande propension des victimes à se plaindre. Ceci peut être vrai dans le cas des vols des véhicules et les cambriolages à cause de l’obligation de les déclarer aux assurances. Cependant, au Brésil la méfiance de la population envers la police est grande, ce qui se traduit par des taux de plaintes très bas. Ainsi, dans une enquête effectuée en 2002 au Brésil, 59% des personnes interrogées ont déclaré avoir plus peur que confiance dans la police.17

48Outre les données de la police, d’après nos observations, les constats des habitants des quartiers que nous avons interviewés et la base des données disponible à partir des information de la presse18 et du ministère de la santé, il y a eu une augmentation très importante dans les années 1980 et 1990 de la délinquance contre les personnes, particulièrement des homicides, ainsi que du « sentiment d’insécurité »19 dans l’agglomération de Vitoria et dans l’état de l’Espirito Santo. Quant à la délinquance d’appropriation nous manquons de sources à la fois pour vérifier son l’évolution au long des 20 dernières années et pour la comparer aux données policières pour l’agglomération de Vitoria pour la période 1993-2003.

49Il faut rappeler que les amalgames faciles et la production de la peur collective ne font qu’accentuer une violence matérielle et symbolique bien présente dans la société. Cependant, les pratiques de la police et la situation sociale ne sont pas analysées de manière sérieuse par la presse en générale qui joue sur le sensationnalisme et répète quotidiennement les mêmes schémas d’incitation à la peur20.

50Malgré le manque d’enquêtes systématiques sur la victimation de la population, il y a eu une étude pionnière de victimation réalisée dans quatre villes brésilienne (São Paulo, Rio de Janeiro, Recife et Vitoria) en 2002. Celle-ci confirme, en partie, les tendances d’une délinquance omniprésente. C’est ainsi que la moitié des enquêtés a déclaré avoir été victime des vols (toutes catégories confondus) pendant les cinq dernières années avant l’enquête, ces vols ont été plus importants parmi la population ayant des hauts revenus et habitant dans les quartiers les plus riches. La conclusion de l’enquête est que les crimes contre les biens sont commis de manière plus importante, souvent dans les villes les plus riches et à l’intérieur de celles-ci dans les quartiers les plus riches et parmi la population la plus riche.21 Mais, ce constat doit être nuancé par rapport à ce que nous avons vu à propos de la délinquance acquisitive qui est très importante dans les quartiers commerçants et centraux et moins importante dans les quartiers d’habitat des plus riches.

51L’étude de victimation signale par ailleurs que les 2/3 des crimes commis ne sont pas notifiés à la police, ceci est à comparer avec une enquête de victimation citée par les auteurs de l’enquête au Brésil qui a été effectuée dans un certain nombre des pays développés, dont la France, l’Angleterre et les Etats-Unis où le taux de notification était de 50% en 2000. A propos des comparaisons internationales il est intéressant de remarquer que les taux des agressions physiques (en dehors des homicides et tentatives d’homicides) déclarés au Brésil par les interviewés dans cette enquête de victimisation étaient inférieurs à ceux retrouvés par des enquêtes dans les pays développés tels que la France, Japon et les Etats-Unis22. Certes, nous pouvons mettre en doute ces enquêtes faites au Brésil et leur représentation des populations exclues de toute parole et qui subissent la violence des proches, néanmoins ceci nous interpelle sur le fait qu’au Brésil ce qui ressort d’une façon nette dans cette comparaison internationale ce sont surtout les homicides.

3- Fragmentation socio-spatiale et délinquance

52Les délits contre les personnes se situent surtout dans des espaces plus ou moins fractionnés avec une certaine précarité des services et équipements, où les ménages ont des faibles revenus et un niveau scolaire faible. Néanmoins, comme nous l’avons vu, l’association statistique crime/situation socioéconomique n’est pas généralisable et il existe une diversité importante parmi les 300 quartiers analysés - nous y reviendrons - même si, quand nous interprétons simplement les données sur les homicides, on peut constater leur concentration dans un certain ensemble des quartiers populaires.

53La criminalité la plus violente révèle la hiérarchie de l’inégalité face à la vie et à la mort qui plonge ses racines dans l’histoire brésilienne, particulièrement dans l’esclavage, la pratique de la torture et du sadisme tellement fréquents parmi les classes dominantes23. Ceci se confirme quand nous constatons que ce sont les Noirs qui sont les premières victimes des homicides comme d’autres violences dans le pays. En effet, le crime s’inscrit dans un ordre ambivalent, réversible et compensatoire où ceux qui exercent le plus de domination envoient vers ceux qui se situent au-dessous d’eux les violences reçues et ainsi successivement tout au long de la hiérarchie sociale.24

54Mais ces structures sociales héritées du passé esclavagiste et qui se reproduisent jusqu’à aujourd’hui doivent être mises en perspective au regard du processus même par où le pouvoir se constitue et les rapports sociaux prennent source. D’une part, l’Etat brésilien est complice en divers niveaux des agissements de la police et responsable, en partie, du processus de criminalisation des dominés. D’autre part, il est souvent le protecteur ambigu des hors-la-loi appartenant aux couches dominantes (détournement de fonds, corruption, etc.). Pourtant, l’Etat s’arroge paradoxalement le statut de protecteur des plus démunis. Il faudra essayer de comprendre cette ambivalence et ce processus au-delà d’une simple reproduction ou permanence. Il faudra chercher à élucider la manière comme le crime se distribue dans l’espace par les mécanismes complexes des rapports socioéconomiques.

55Les années 1980/2000 ont été au Brésil la période où l’économie a stagné, le chômage est passé entre 1980 et 2000 de 2,8% à 15% de la population active. Pendant la même période le pourcentage des travailleurs salariés non déclarés a augmenté, passant de 13,6% à 20,9%, le taux de précarisation (qui inclut les travailleurs du marché « informel », les chômeurs et les salariés qui ne sont pas déclarés) est passé de 34% en 1980 à 40,4% en 2000.25 L’inégalité entre les 10% les plus riches et les 40% les plus pauvres s’est creusée dans la même période; les revenus du travail sont passés entre 1980 et 2000 de 50% à 36% de la richesse nationale. Enfin, la valeur réelle du salaire minimum n’a fait que chuter depuis son instauration, en 1999 il équivalait à 28% de sa valeur réelle en 1940.26

56C’est dans cette conjoncture de précarisation généralisée du travail, d’instabilité des revenus associée à une attaque en règle des maigres acquis d’une partie du salariat effectivement inséré sur le marché du travail que nous devons placer l’aggravation des atteintes aux biens et contre les personnes.

57Les rapports entre d’une part, les vols et la violence et d’autre part, la situation économique des uns et des autres ne sont pas simples à établir, il y a une complexité à prendre en compte et, surtout, il nous manque des séries historiques plus longues pour comparer l’évolution des mains courantes de la police militaire à partir des années 1980. Cependant, le Ministère de la Santé brésilien dispose de données sur les homicides considérés volontaires à partir de 1979 par municipalité. C’est ainsi que l’agglomération de Vitoria est passée de 85 homicides en 1979 à 1201 homicides en 2002, soit une évolution de 1241% en 23 ans ! L’évolution de la population entre 1980 et 2002 a été de 98 % passant de 706 mille habitantes à 1,39 million d’habitants pour toute l’agglomération. Le taux était de 12 pour 100 mille habitants (si nous considérons pour 1979 la même population qu’en 1980) et est passé à 81,8 pour 100 mille habitants en 2002. Cette évolution très impressionnante de la population et beaucoup plus encore des homicides est concomitante aux problèmes économiques et aux mutations opérées dans l’espace rural et agricole de la province de l’Espirito Santo et des transformations socioéconomiques au niveau national comme nous l’avons déjà remarqué.

58L’éclatement du cadre des rapports vicinaux27 - où les contrôles sociaux dans des villes plus petites et/ou dans des quartiers plus anciens étaient plus stricts - et l’arrivée en ville de centaines de milliers des personnes, qui le plus souvent sont allées s’installer dans des quartiers sans aucune infrastructure provoquant un étalement urbain considérable, a peut-être contribué à cause d’un contrôle social lâche, à augmenter les taux des délits envers les biens et les personnes.

59Néanmoins, ce que vient d’être dit n’est qu’une partie probable de la réponse, puisque un nombre considérable des quartiers dit précaires ne sont pas touchés de manière importante par ce phénomène. En effet, comme ailleurs, ce sont dans des espaces-pôles de relégation social, périphériques ou enclavés, où il y a une tolérance aux illégalismes qui d’ailleurs est générale dans la société brésilienne, que se concentre une bonne partie des homicides et tentatives d’homicides. D’une façon ou d’une autre ces espaces sont associés à la ville dite légale par des réseaux divers et sont aussi, pour certains d’entre eux, insérés dans des réseaux politico-mafieux organisant de nombreux trafics.

60Néanmoins, la situation de la délinquance acquisitive est assez généralisée, elle a trait probablement à une évolution de l’offre des biens de consommation associée à la crise économique. En effet, il faut aussi penser d’une manière plus globale et constater que, parallèlement à la montée des inégalités, à la précarisation sociale et à la fragmentation relative de la ville, il y a eu accentuation de l’étalage des produits de « griffe » (vêtements et tennis de marque, montres, téléphones portables, etc.). Ceci a, en partie, suscité sans doute une lutte pour l’appropriation de ces biens, d’autant plus que les vols de voitures et les cambriolages devenaient plus difficiles avec toutes les mesures de protection des quartiers opulents, même si les voleurs se montrent chaque fois plus intrépides. Parallèlement, les vols avec prise d’otages éclaires se sont aussi développés dans le pays (la personne est abordée dans sa voiture ou devant un distributeur automatique d’une banque et est obligée de retirer l’argent avec sa carte de crédit et/ou a son véhicule volé et est abandonnée en périphérie de la ville)28, ces cas se sont multipliés à Vitoria ces dernières années et se concentrent principalement (mais pas exclusivement) dans les quartiers les plus riches ou les centres-villes.

61Enfin, la globalisation a accentué le phénomène des trafics en tout genre notamment des armes et des drogues. Ces trafics ont pris de l’importance dans les grandes villes brésiliennes au cours des deux dernières décennies. Certes les trafics et les illégalismes ont toujours existés dans le pays, mais l’intensité de la criminalité a augmenté beaucoup et a été accélérée par les connexions internationales avec les différents cartels et mafias.29 La circulation libre des armes à feu est sûrement pour beaucoup dans le nombre d’homicides, une partie des armes qui se trouvent dans l’illégalité ont une origine légale et/ou ont une origine dans les trafics illégaux. La facilité avec laquelle on se procure une arme est impressionnante, des meurtres lors de conflits interpersonnels qui auraient pu finir autrement, ainsi que des particuliers qui voulant réagir à des cambriolages se sont fait tuer , sont souvent relatés dans la presse (70% des homicides ont pour l’origine l’arme à feu). Entre 1993 et 2002, selon le ministère de la santé, sur 407 000 homicides dans le pays, 285 000 personnes ont été perpétrés avec des armes à feu! Depuis l’année dernière le gouvernement a fait voter une loi pour désarmer la population en échange d’un dédommagement, en un an ont été rendus au gouvernement par les particuliers 443 000 armes à feu destinées à la destruction. Selon le ministère de la santé il y a eu en 2004 par rapport à 2003 une chute de 8,2% des meurtres commis par les armes à feu et 3.234 personnes auraient ainsi eu la vie sauve. Le 23 octobre 2005 la population s’est prononcé contre l’interdiction totale de vente d’armes dans le pays ce qui a causé surprise puisque d’après les enquêtes d’opinion la population était pour l’interdiction.

4- La police et les délits

62L’Etat, à travers son bras armé sur lequel il n’exerce pas toujours de contrôle, se trouve impliqué dans des meurtres et d’autres crimes et délits. La violence de la police est assez importante dans l’Espirito Santo, mais les données sont partielles et probablement en dessous de la réalité. Selon la base des données du MNDH/NEVI/UFES à partir de journaux locaux, entre 1994 et 2002, la police a commis 276 homicides dans l’Espirito Santo. Selon une monographie écrite par deux officiers de police, entre 1999 et le premier semestre 2001, 97 homicides ont été commis par des policiers, 2,6% des homicides dans la période considérée. La plupart des victimes étaient jeunes et noires et près de 1/3 (31,1%) ont été tués d’une balle dans la nuque.30 La police souvent invoque la « légitime défense » et très peu de ces homicides sont élucidés.

63L’Etat se trouve présent dans les quartiers et impose une certaine organisation de l’espace et des agents, mais est en permanence mis en déroute par les pratiques des agents sociaux et de ses propres agents qui se dérobent à la loi par des menus trafics, par des complicités avec les despotismes variés des agents privés et des bandes armées, etc. Ceci ressort des entretiens que nous avons effectués dans les quartiers où il y une concentration d’homicides et où souvent le policier est décrit comme celui qui protège les « bandits » ou qui fait partie lui-même des agissements criminels, travaillant souvent pour le compte des commerçants dont il devient la police privée.

64La criminalité analysée est un pur produit des rapports de force instaurés entre bandes de pillards à tous les niveaux de la société pour le contrôle de la circulation de biens et des personnes, ainsi une espèce de « révolte » permanente s’instaure au cœur de la ville et des espaces enclavés ou périphériques comptant avec la complicité à des degrés divers des agents de l’Etat. Certes nos données ne sont pas utilisables ici dans le sens où nous ne savons pas exactement les motivations et l’identité de ceux qui ont commis les crimes. Mais par les entretiens que nous avons réalisés avec les habitants des quartiers où les taux d’homicides sont élevés et par un certain nombre d’informations quotidiennes parues dans la presse nous identifions une partie des agents des vols, des meurtres et des trafics divers et nous comprenons les contradictions et les actions pour le moins ambiguës de la police.31

65Nous constatons aussi les rapports entre la petite et la grande criminalité : lors des règlements des comptes, la pègre locale se sert des exécuteurs habitant les périphéries ou les enclaves urbains. Les entreprises se servent des compagnies privées de sécurité ou des services de policiers32 pour garantir leurs biens et leur utilisation à discrétion du territoire (les intérêts privés et publics ici sont inextricables).

66Les tentatives de remédier au problème de la criminalité urbaine et de la violence par des mesures de renforcement de la sécurité, de l’armement, ne fait qu’accentuer les oppositions et les conflits (comme en témoignent les récentes interventions de l’armée à Vitoria), l’Etat de fait est dépassé par les événements, mais est lui-même producteur et provocateur de ces événements qui le dépassent (les policiers ne sont pas contrôlables ou peu contrôlés ainsi que les trafics en tout genre).

67La criminalisation des plus pauvres comme forme de tentative de régulation par l’Etat d’une certaine criminalité ne fait qu’aggraver la machine guerrière qui se constitue dans les interstices de la société et de l’espace urbain. La méfiance de l’Autre constitue le quotidien de milliers d’habitants et est manifestée dans la cruauté des règlements des comptes entre bandes rivales dans les bidonvilles ainsi que par la cruauté dans des condominiums fermés par des grilles électrifiées où les habitants sont pris dans leur propre piège engendrant la délinquance tant abhorrée (ceci est exemplifié dans les cas innombrables de délinquants issus des couches aisés à Rio de Janeiro et à Vitoria).

68Ainsi, la violence dite interpersonnelle est aussi une violence sociale (il ne faut pas la réduire à des mécanismes purement psychologiques). Ici il y a quelque chose à explorer entre une soi-disant macropolitique de la sécurité de l’Etat, de la police, et une micropolitique de l’insécurité, de la terreur, de la peur exercée par les agents de la police et de l’Etat : les discours et pratiques contre la terreur sont de fait une complémentarité de la recherche d’une sécurité impossible, résonances multiples entre le niveau micro et macro sociopolitique et sociospatiales. Ainsi, la séparation entre les niveaux macro et micro est simplement méthodologique, mais ne peut être phénoménal. Le pouvoir a un rapport permanent avec les micros pouvoirs, il y a les flux, les pôles (de la criminalité), les lignes, les segments qui les découpent et les actualisent au niveau local et les centres de pouvoir.

69A l’appui de ce qui vient d’être dit et comme un exemple, parmi des milliers d’autres, de l’action de la police et de son rapport à la criminalité la plus violente, nous invoquons le film documentaire Bus 174. Prise d’otage à Rio de Janeiro de José Padilha, Brésil, 2002. Ce film décrit la prise d’otage dans un bus urbain à Rio transmise en direct par toutes les grandes chaînes de télévision brésiliennes en 2000. Le jeune homme qui a effectué l’action, Sandro do Nascimento, était un ancien enfant des rues et avait échappé quelques années auparavant au meurtre collectif commis par la police contre les enfants qui dormaient dans le centre-ville de Rio près de la cathédrale de la Candelaria.

70La fin de la prise d’otage - spectaculaire par la représentation mis en oeuvre par Sandro do Nascimento et par la banalisation de la violence par la télévision - qui a duré tout un après-midi, a été exemplaire. Sandro do Nascimento qui finalement ne tua personne est arrêté en vie. Après être sorti du bus avec un otage, une fusillade éclate, un policier essaie de tuer Nascimento en lui tirant dessus par derrière, il le rate et fauche en plein visage l’otage. Nascimento réagit et tire par réflexe, il est en suite menotté en emmené par la police, qui fait semblant de le protéger de la foule qui libère à ce moment là toute sa haine et essaie de le lyncher, mis dans leur voiture devant les caméras, plusieurs policiers se sont acharnés sur lui et l’ont étouffé pendant que le véhicule démarrait à tout allure. Le film montre la vie de Nascimento, la mère qui a été tuée devant lui de plusieurs coups de couteaux quand il était un enfant, un père qu’il n’a jamais connu, l’inadaptation des institutions « d’adaptation sociale » des enfants, etc. Exemple d’un drame humain et social où le rôle de la police encore une fois a été d’étouffer la vie. Nascimento en effet, n’avait envisagé, apparemment, de tuer personne et les otages on raconté après coup qu’il leur demandait de jouer pour les caméras, afin que les policiers cèdent à ses demandes. En outre, Nascimento a profité de la situation et a cherché à sortir de son invisibilité et à exister à la télé, de naître pour la vie (son nom de famille, ironie du sort, signifie naissance), cherchant ainsi par la publicité à ne pas se faire tuer par la police : un jour de gloire pitoyable dans sa vie. Or, il ne s’agissait pas de cinéma, comme lui-même le disait à qui voulait l’entendre, mais au fond il croyait peut-être quelque part qu’il s’agissait d’un simulacre. Hélas aucune opportunité ne lui avait été donnée d’expliquer son geste. La police, comme l’a déclaré un interviewé, a tué « parce qu’elle savait que l’affaire serait classée », ce qui s’est effectivement produit puisqu’un non lieu a été prononcé pour les responsables du meurtre de Sandro do Nascimento et de la jeune femme qui était son otage.

Conclusion

71Au terme de cet examen, nous pouvons faire ressortir tout d’abord le fait qu’il existe un nombre significatif de quartiers moyens et dominés où les délits contre les personnes et pour l’acquisition des biens sont peu importants. Ainsi, nous ne pouvons affirmer, au premier abord, une association automatique entre les délits et la situation économique des quartiers. Néanmoins, nous avons constaté que ce sont les quartiers commerciaux, de centres-villes et les quartiers des dominants qui ont une atteinte aux biens parmi les plus importantes, même s’il y des nuances et que nous ne pouvons mettre tous ces types des quartiers dans une même situation. Enfin, l’existence d’un nombre des quartiers dominés qui se trouvent à la pointe des délits contre les personnes signale qu’il y a une concentration de ces délits dans certains pôles. Par ailleurs, l’appropriation des biens n’est pas l’apanage des quartiers les plus centraux et les plus aisés, puisqu’un certain nombre des dominés a aussi des taux relativement élevés d’appropriation des biens. Ces pôles des quartiers dominés sont les lieux de relégation sociales et de production d’un stigmate.

72La violence contre les personnes n’est que marginale dans les quartiers des classes dominantes et les atteintes aux biens y sont relativement élevés : ceci démontre que ces quartiers font de plus en plus face à des pressions pour un partage social, même si ces pressions retrouvent leur limite du fait de la protection que les plus riches réalisent de leurs biens (clôtures électrifiés, miradors dans les maisons et sur les rues, condominiums fermés, etc.).

73Les chiffres dévoilent les choses dans les espaces de silence, des non dits et dans les masses de signification qu’ils imposent : les statistiques démontrent, malgré tout une corrélation entre situation sociale relativement privilégiée et atteinte aux biens : entre le pillage et la structure du privilège, entre le pouvoir et la volonté d’en découdre de leurs représentants. Ceci trouve son pendant dans la concentration de la richesse dans les régions métropolitaines et, à l’intérieur de celles-ci, dans la municipalité centrale et dans un nombre des quartiers limités, ce qui ne fait qu’accentuer les oppositions et construire une hiérarchie urbaine de la fragmentation socio-spatiale associée aux crimes et délits. C’est ainsi qui en 2000, la seule municipalité de Vitoria détenait 39,5% de la masse de la richesse de l’état de l’Espirito Santo et n’avait que 10% de sa population33. Cette concentration s’explique à la fois par le fait que les sièges de grandes entreprises, des banques et des organismes publics ainsi que les ménages les plus riches habitent dans la capitale.

74Enfin, nous avons pu déceler la nécessité d’approfondir notre étude étant donnés les limites des données et les besoins d’une connaissance plus fine de la situation de la délinquance. Des études sur les enquêtes et les procès des faits avérés seraient nécessaires pour connaître la situation socioéconomique des délinquants et des victimes ainsi que leur motivation. Des enquêtes de victimation régulières et systématiques devraient nous aider à avoir une vision de l’évolution des phénomènes étudiés. Par ailleurs, il faudrait impérativement réaliser des analyses fouillées des quartiers « moyens » et une partie des plus pauvres qui ont une caractéristique particulière par rapport à l’ensemble, puisqu’ils n’ont pas une forte association entre les variables socioéconomiques et les variables de la criminalité. Des études qualitatives devraient être effectuées, également, dans les quartiers les plus riches où le taux d’atteinte aux biens est important et dans les plus pauvres ayant une criminalité contre les personnes significative.

Haut de page

Bibliographie

Barcelos C., Abusado. O dono do morro Dona Marta, Rio de Janeiro, Record, 2003.

Bajonas Brito Junior, 2001, Lógica do disparate, Vitoria, Edufes.

Bourdieu P., 1997, Méditations Pascaliennes, Paris, Ed. Minuit.

Cano et Santos, 2001. Violência letal, renda e desigualdade no Brasil, 7 letras, Rio de janeiro.

Kahn, Tulio, Besen,J. Custodio, R.B, 2002. Pesquisa de vitimização e avaliação do Plano de Prevenção da violência urbana. PIAPS, Ilanud – FIA – USP – Gabinete de Segurança Institucional.

Lemgruber, J. Musumeci, 2003, L. Quem vigia os vigias ?, Record, Rio de Janeiro.

Marshall, R.J., 1991, A Review of methods for the statistical analysis of spatial patterns of disease, Journal of royal statistical society, série A, 154, III, pp. 421-441.

Mucchielli, L, , Octobre 2005, La violence juvénile comme peur collective et panique morale au tournant du XXème et du XXIème siècles. Actes du colloque international Crime et insécurité : un demi-siècle de bouleversements. CESDIP/GERN/CNRS, 17 pages.

Mucchielli L., 2005, L’élucidation des homicides: de l’enchantement technologique à l’analyse des compétences des enquêteurs. Contribution à la sociologie du travail de police judiciaire, mimeo, CESDIP, février 2005, 62p.

Mucchielli L. 2002, Les homicides in Mucchielli L., Robert, Ph., dir. Crime et sécurité : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2002, p.148-157.

Morgan J., 1990, The police function and the investigation of crime, Aldershot, Avebury.

Pochmann et all. (dirige), 2004 et 2005, Atlas da exclusão social, volumes 3 et 5, Cortez, São Paulo, 2005.

Regoeczi W., Kennedy L., Silverman R., 2000, Uncleared Homicides. A Canada/United States comparison, Homicides Studies, 2, p.135-161.

Riedel M., Jarvis J., 1998, Decline and arrest clearances for criminal homicide: causes correlates ant third parties, Criminal Justice Policy Review, 9, p.279-306.

Robert, PH, Octobre 2005. Entre blousons noirs et le sentiment d’insécurité : un demi-siècle de mutations. Conférence inaugurale. Actes du colloque international Crime et insécurité : un demi-siècle de bouleversements. CESDIP/GERN/CNRS, , p.1-16.

Rodrigues, Miranda e Amaral, 2001, O uso da força letal da ação policial militar no Espírito Santo. Monographie du Cours de Especialização em Segurança Publica, CCJE/UFES.

Vulpi, Pinheiro, Pereira et Kunsch.,2001, Analise da atividade extraprofissional em serviço de segurança privada, « Bico », dos militares estaduais da 6a. Companhia do 1º. Batalhão da PM, Monographie CFA/EFO.

Zaluar, Alba, 2004, Integração perversa: pobreza e tráficos de drogas. Rio de Janeiro, FGV.

Zanotelli C., Raizer E., Andrade Filho, MC.. 2004, Violência criminalizada: os homicídios cometidos no Espírito Santo noticiados nos jornais (1994-2002), Revista Cidadã, Edufes, Vitoria, ES.

Zanotelli, C., 2005, L’espace des homicides et l’espace socioéconomique: l’agglomération de Vitoria – Brésil, Cultures & Conflits, Paris, L’Harmattan, 59, p.117-148.

Wellford C., 1974, Crime and the police: a multivariate analysis, Criminology, 2, p. 195-213.

Wailselfisz, 2004, Mapa da violência IV. Os jovens do Brasil. Unesco, Brasilia.

Haut de page

Notes

1Cet article s’inscrit dans le cadre d’un séjour post-doctoral de Claudio Zanotelli en France au LATTS (Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés)/ENPC financé par le CAPES (Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nivel Superior) du ministère de l’Éducation nationale brésilien : BEX 0428/04-3. Pedro Estrela a réalisé initialement l’analyse factorielle qui a été exploité de manière préliminaire ici, je le remercie de sa contribution. Je remercie, également, Laurent Mucchielli pour les corrections qu’il a apporté à l’article.
2 Les données relatives aux homicides sont couramment analysées au travers des taux obtenus dans le rapport entre le nombre annuel des faits et la population d’une unité géographique. Quand la population n’est pas importante, comme dans de nombreux quartiers, un fait bien connu est la grande variabilité des taux calculés. Ainsi, de petites variations dans les faits constatés entraînent un changement important dans la valeur des taux bruts. Un petit changement dans le nombre des faits peut être purement aléatoire, alors le taux ne correspond pas d’une façon appropriée au phénomène. Afin de contourner l’instabilité des taux calculés pour les unités de faible population, la littérature de la statistique bayesienne a plusieurs propositions de calculs des taux corrigés. Les méthodes statistiques bayesiennes peuvent obtenir un taux estimé à partir des taux attendus des faits pour les unités géographiques et réduire la variabilité des taux bruts, pour cela elle utilise notamment les données des quartiers voisins et le taux brut global de l’agglomération de Vitoria. Conforme à ce propos, cf. Marshall, R.J. A Review of methods for the statistical analysis of spatial patterns of disease, Journal of royal statistical society, série A, 154, III, 1991, pp. 421-441.
3Zanotelli C., Raizer E., Andrade Filho, MC.. Violência criminalizada : os homicídios cometidos no Espírito Santo noticiados nos jornais (1994-2002), Revista Cidadã, Edufes, 2004, Vitoria, ES.
4 A ce propos le Ministre brésilien en charge des droits de l’homme, Nilmario Miranda, lors de la tuerie commise par des policiers dans la banlieue de Rio de Janeiro le 31 de mars dernier (date du coup militaire de 1964, un hasard ?!) où ont été tués 29 personnes, a déclaré que la « police est à la fois trop violente et inefficace. Le taux d’élucidation des homicides au Brésil est inférieur à 10% », Le monde, 20/04/2005, p.3.
5Voir à ce propos Caco Barcelos. Abusado. O dono do morro Dona Marta, Rio de Janeiro, Record, 2003.
6Voir à propos des rapports de hiérarchie, les clientélismes et les intermédiations patrimonialistes fondés sur l’histoire esclavagiste brésilienne Bajonas Brito Junior, Logica do disparate, Vitoria, Edufes, 2001.
7 Wailselfisz. Mapa da violência IV. Os jovens do Brasil. Unesco, Brasilia, 2004. SIM/DATASUS, Ministère de la Santé brésilien, 1993-2002.
8 Cano et Santos. Violência letal, renda e desigualdade no Brasil, 7 letras, Rio de janeiro, 2001. Atlas da violência da Agglomération de Vitoria 1993-2003, UFES, 2005.
9 Dans le pays en 2002, 92% des homicides ont touché les hommes, les homicides sont la cause de plus de la moitié de décès des jeunes entre 15 et 24 ans. L’état de l’Espirito Santo suit plus ou moins ces moyennes nationales et présente un taux d’homicides des noirs bien supérieur aux blancs : pour chaque blanc tué il y avait 3,2 noirs tués en 2002. Cf. Wailselfisz, 2004, oeuvre cité.
10 Pochmann et all. Atlas da exclusão social, volume 5, Cortez, São Paulo, 2005, p.117.
11 Taux de conversion de 23 août 2005. La population ayant des revenus supérieurs à 10 salaires minimums (plus de 3 mille Reais par mois) n’est pas en soi privilégié. Néanmoins, ceci est à comparer au bas de l’échelle salariale où un nombre important des personnes gagnent moins de 3 salaires minimums par mois. En outre, on doit considérer le fait que ceci ne concerne que les salaires et revenus déclarés lors du recensement de 2000 (généralement sous-estimés) du chef de famille, ainsi probablement les revenus réels sont plus importants (voir à ce propos et sur la concentration de richesse au Brésil, le Atlas de l’exclusion de Pochmann et all., Volume 3 et vol. 5, Cortez, São Paulo, 2004 et 2005). Ce que nous intéresse ici est une comparaison entre revenus et leur degré de disparité: il y a toujours plus pauvre que soit ou plus riche que soi-même : entre les familles les plus riches (2,8% des ménages du pays) et les plus pauvres (20% des ménages) la différence des revenus moyens était en 2000 de 80 fois (Ibid, vol. 3, page 59).
12 Il faut rappeler que les chiffres de l’institut brésilien des statistiques (IBGE) ne distinguent pas les catégories socioprofessionnelles, les catégories sociales sont départagés par les revenus – chose assez flou puisqu’on peut être un petit entrepreneur et avoir un revenu modeste, comme on peut être cadre et avoir un salaire pas très élevé ou être au chômage. Cette situation a amené la presse a départager les « classes sociales » selon les lettre de l’alphabet : a pour les plus riches, b pour les couches supérieurs moyennes, c pour les couches moyennes, d pour les couches sociales moyennes pauvres, e pour les couches pauvres et ainsi de suite. Ceci est la manifestation d’une volonté manifeste de dissimuler les classes sociales et les conflits toute en les inscrivant dans une hiérarchie. Selon une typologie établi par Pochmann et all (2004), il était considéré riche au Brésil d’après les données du recensement de 2000, les ménages ayant plus de 3.786 Euros par mois (10.982 Reais) de revenus (sans compter les revenus des capitaux). Ceci correspondrait à 2,8% des familles du pays, soit 1.162.164 personnes. Or deux professeurs universitaires avec un doctorat travaillant dans une université publique fédérale ayant 7 années d’ancienneté et touchant toutes les primes auxquels ils ont droit ont un salaire brut proche de 11 mille Reais. Néanmoins, nous ne pouvons les considérer comme « riches » ; malgré la possibilité de pouvoir avoir une vie assez aisée, vu les coûts des services et d’alimentation basés sur des salaires minimums très bas. La disparité des revenus est immense et leur dissimulation importante, surtout les revenus des capitaux, les salaires déclarés étant plus facilement contrôlables.
13 Méditations Pascaliennes, Paris, Ed. Minuit, 1997.
14Dans les données de la police il y a deux grands types de classification pour les vols (Roubos : vols sous contrainte en utilisant une arme, des menaces et/ou de la violence) e furtos (vols à la tire, à la roulotte, à l’étalage et tous les autres types de vols où il n’y a pas la violence, de contrainte physique ou des menaces). Cette caractérisation peut poser problème puisque la définition de ce que est un vol avec ou sans violence est parfois flou.
15 Une explication probable à la difference entre le paysage remplit des villas et les revenus bas majoritaires de la population tient, peut-être, au fait qu’une partie des ces maisons ne sont que des maisons secondaires et pourtant ces menages ne sont pas comptabilisés dans le recenssement comme habitants de Manguinhos.
16De fait l’organisation des chiffres au niveau national est encore très précaire et à cause de cela et du manque d’une base de comparaison stable tous les fantasmes sont permis. D’où l’intérêt d’avoir une base plus ou moins correcte associée à d’autres sources d’information pour déblayer le terrain.
17 Enquête réalisée par le DATAFOLHA, cf. Lemgruber, J. Musumeci, L. Quem vigia os vigias ? Record, Rio de Janeiro, 2003.
18 Cette base a les informations sur les homicides notifiés dans la presse depuis 1994 et est actuellement alimenté par le groupe de recherche sur la violence (NEVI) de l’Université Fédérale de l’Espirito Santo. Voir Zanotelli, Raizer et Andrade Filho, Violência criminalizada : os homicidios no Espirito Santo noticiados nos jornais (1994-2002). Ufes Cidadã. Edufes, Vitoria, Juillet 2004, no.1.
19 Le « sentiment d’insécurité » est produit socialement et parfois il est complètement déconnecté de la réalité, voir à ce propos pour la France les discours de peur et la production de l’insécurité notamment envers les jeunes des banlieues, Mucchielli, L. La violence juvénile comme peur collective et panique morale au tournant du XXème et du XXIème siècles. Actes du colloque international Crime et insécurité : un demi-siècle de bouleversements. CESDIP/GERN/CNRS, Octobre 2005, 17 pages.
20Le sensationnalisme fait par la presse profite des imprécisions de données et de la confusion existante, ainsi le journal de plus forte tirage dans l’état de l’Espirito Santo a récemment mis à la Une que Cinq mille étudiants étaient impliqués avec des armes, des drogues et des cas d’indiscipline dans l’agglomération de Vitoria. Or, quand on li les informations il n’y a rien de précis et de concret l’article ne présentait que quelques cas de port d’arme par des adolescents et des informations assez imprécises sur des données que impliqueraient des milliers d’adolescents dans des délits sans aucune référence à des études effectués à ce propos, ainsi le journal a fait un amalgame entre des délits très graves et des cas « d’indiscipline » qui ne sont pas non plus spécifiés (cf. A Tribuna, 31/05/2005, p.1-3.).
21 Kahn, Tulio, Besen,J. Custodio, R.B. Pesquisa de vitimização 2002 e avaliação do Plano de Prevenção da violência urbana. PIAPS, Ilanud – FIA – USP – Gabinete de Segurança Institucional.
22 Ibid, œuvre cité., p.9.
23 Bajonas Teixeira de Brito Junior. Lógica do disparate. CCHN Publicações, Vitoria, 2001.
24Sur les rapports de dépendance, l’hiérarchie et les compensations liés à la violence permanente dans la société brésilienne voir Bajonas, op. Cité, p. 175-224.
25Pochmann, M. et All. (Org.). Atlas da Exclusão Social, volume 5, Agenda não liberal da inclusão social no Brasil. Cortez, São Paulo, 2005, p.50.
26 Ibid, op. cité, p.55-58
27Robert, PH. Entre blousons noirs et le sentiment d’insécurité : un demi-siècle de mutations. Conférence inaugurale. Actes du colloque international Crime et insécurité : un demi-siècle de bouleversements. CESDIP/GERN/CNRS, Octobre 2005, p.1-16.
28La prise d’otages en échange de rançon s’est aussi beaucoup accentué dans le pays, néanmoins elle est le fruit des groupes plus organisés et suppose une logistique.
29 Voir à ce sujet Zaluar, Alba. Integração perversa: pobreza e tráficos de drogas. Rio de Janeiro, FGV, 2004.
30Rodrigues, Miranda e Amaral. O uso da força letal da ação policial militar no Espirito Santo. Monographie du Cours de Especialização em Segurança Publica, CCJE/UFES, 2001.
31Dans un quartier populaire de Viana où habite un nombre important des policiers, les commerçants les embauchent pour faire la « sécurité » de leur commerce, ceux-ci de l’avis d’un interviewé « nettoyant » le quartiers des jeunes délinquants, mais en même temps ne s’attaquent pas à un délinquant notoire, commerçant et occupant des terrains illégaux, organisateur d’un baile où pratiquement toutes les semaines il y a un conflit violent.
32Vulpi, Pinheiro, Pereira et Kunsch. Analise da atividade extraprofissional em serviço de segurança privada, « Bico », dos militares estaduais da 6a. Companhia do 1º. Batalhão da PM, Monographie CFA/EFO, 2001.
33 Pochmann et all. (dirigé par), 2004 Atlas da exclusão social, volume 3,Cortez Editora, São Paulo, p.129.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1A : Localisation au Brésil de l’état de Espirito Santo et, dans l'état de Espirito Santo, de la région métropolitaine de Vitoria
Légende Sources pour cartes 1A et 1B : laboratoire de géographie humaine UFES (2004), Eldon Gramlich Oliveira / Pablo Silva Lira (2004).
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Carte 1B : agglomération urbaine de Vitoria
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Carte 2
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 1 : taux d'homicides brut des quartiers de l'agglomération de Vitoria – 2000 (pour 1000 habitants)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/251/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Graphique 2: taux estimé d'homicides par quartier de l'agglomération de Vitoria - 2000
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/251/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 3 : taux estimé d'homicides par quartiers de l'agglomération de Bitoria par rapport aux revenus des chefs de famille supérieurs à 10 salaires minimum – 2000 (pour 1000 hab.)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/251/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Carte3
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/251/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 4 : taux de vols estimés par rapport aux revenus entre 3 et 10 salaires minimum des chefs de famille des quartiers de l'agglomération de Vitoria – 2000 (exclu Enseada do Sua)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/251/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Graphique 5 : taux estimés des vols par quartier par rapport aux chefs de famille ayant des revenus jusqu'à 3 salaires minimum de l'agglomération de Vitoria 2000
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/251/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudio Zanotelli, Adelmo Inácio Bertolde, Ana Maria Leite, Eldon Grammlich et Pablo Silva Lira, « Les délits contre les personnes et pour l’appropriation des biens et l’espace socioéconomique de l’agglomération de Vitoria – Brésil  », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 29 mars 2007, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/251

Haut de page

Auteurs

Claudio Zanotelli

Professeur du cours de Géographie de l’université fédérale de l’Espirito Santo, claudiozanotelli@hotmail.com

Adelmo Inácio Bertolde

Professeur du Département de Statistique de l’Université Fédérale de l’Espirito Santo

Ana Maria Leite

Étudiante du cours de Géographie de l’Université Fédérale de l’Espirito Santo

Eldon Grammlich

Étudiant du cours de Géographie de l’Université Fédérale de l’Espirito Santo

Pablo Silva Lira

Étudiant du cours de Géographie de l’Université Fédérale de l’Espirito Santo

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org