Navigation – Plan du site
Actualités

Diagnostics et contrats locaux de sécurité : le sociologue face à l’expert

Stéphanie Paulet-Puccini

Résumé

Le référentiel des politiques municipales en matière de sécurité se trouve, inexorablement lié à l’hégémonie de quelques « spécialistes autoproclamés » qui, par leurs discours alarmistes, réduisent la recherche académique sur les délinquances à l’expression d’un « aveuglement idéologique ». Le champ de l’expertise devient l’espace intellectuel dans lequel s’élaborent les images sociales du système de décisions des acteurs politiques. Au niveau local, la position dominante de l’expert, se traduit par le monopole des cabinets conseils dans la réalisation d’audits en sécurité pour les villes signataires d’un contrat local de sécurité. Mais l’existence d’un tel phénomène se fait le creuset d’une incompréhension grandissante vis à vis de la sociologie. Dans les faits, la place occupée par les groupes privés renvoie les représentants de la discipline, à la contestation par l’expertise, de leur légitimité à intervenir sur la problématique de l’insécurité.

Haut de page

Entrées d’index

Index des rubriques :

Actualités
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1C’est parce qu’ils ont été mal informé que nos gouvernants n’ont que très récemment pris conscience du péril qui guettent les quartiers urbains et périurbains de la France métropolitaine. Voilà le maître mot de l’importante production éditoriale sur l’insécurité évoquée à plusieurs reprises par Laurent Mucchielli. La multiplication d’ouvrages, plus ou moins renseignés de policiers, de journalistes mais aussi de dirigeants de groupes privés, témoigne « du développement d’une expertise policière ou para policière qui tentent de se donner une allure scientifique ». L’absence de diagnostic réaliste du phénomène insécurité, tel est par exemple l’argument déployé par Xavier Raufer et Alain Bauer pour justifier de l’importance de leur action auprès de politiques trop souvent désoeuvrés par des « analyses partielles, partiales, ou parcellaires ». Le contrat local de sécurité constitue l’occasion pour les deux experts d’apporter des éléments pertinents à la résolution du problème qu’ils ont eux même contribué à faire émerger. Grâce à « l’honnêteté » de diagnostics, assimilés à de véritables « actes de courage », les cabinets conseils vont accompagner les élus dans une « entreprise de découverte du réel vécu »1. Mais la dimension marchande de l’analyse locale de l’insécurité laisse entrevoir une toute autre réalité. Les documents proposés aux communes se répètent, et fournissent des solutions toutes faites qui mettent en doute l’indépendance, et la compétence de leurs auteurs. Une enquête de terrain, qui se proposait d’interroger des élus locaux a permis, souvent au grand désarroi de l’enquêteur, de constater que les experts bénéficient d’une légitimité supérieure à celle du sociologue. Face à une situation d’enquête rendue problématique, la présentation de données empiriques se référant aux contenus des contrats locaux de sécurité, et l’exposé d’une expérience concrète de recherche invitent à débattre, des conditions à l’origine de l’influence des experts.

1-L’interrogation d’une situation d’enquête

2Le présent texte s’inspire d’une série de rencontres avec des adjoints au maire, détenteurs de délégations « sécurité » dans sept communes du département du Var, et d’une mission d’observation d’un mois effectuée au sein d’un service municipal assurant le suivi d’un contrat local de sécurité. Sollicités par courrier dans le cadre d’une thèse de doctorat, les entretiens d’une durée moyenne de quarante cinq minutes avaient tout d’abord pour but de rassembler des informations sur le fonctionnement des dispositifs de lutte contre la délinquance. Majoritairement étiquetés UMP2, les élus interrogés ont été au préalablement sélectionnés en raison de la signature par leur municipalité d’un contrat local de sécurité, et de leur insertion officielle dans le réseau relationnel correspondant. Les pratiques locales de partenariat ainsi que la place accordée à la prévention dans la gestion du problème « insécurité » constituaient donc les principaux thèmes d’interviews menés selon la technique « semi directive ».

3Mais lors des entretiens, une attention particulière a rapidement été accordée à la présence de discours alarmistes sur la situation de la délinquance dans les communes concernées par l’enquête. La nature pessimiste des énoncés contribuait invariablement à créer un climat de tension, peu propice à l’échange. Les éléments exposés par les élus allaient de pair avec la généralisation d’une attitude d’opposition à l’enquêteur. Face aux conditions dans lesquelles s’est effectué le recueil des données empiriques, une hypothèse a alors été émise pour vérifier l’existence d’un lien direct entre les difficultés rencontrées dans le déroulement des entretiens, et le contenu des descriptions présentées pour rendre compte de l’état de la délinquance sur un territoire.

4L’analyse, s’est donc attardée à comprendre les raisons de tels propos, car les chiffres de la délinquance fournis par la préfecture au service du contrat local de sécurité qui avait fait, durant un mois l’objet d’une observation, étaient loin d’être préoccupants. Les statistiques officielles mettaient même en avant une baisse de la délinquance sur quatre des sept sites retenus pour l’enquête.

2-Des diagnostics locaux de sécurité identiques

5Rapidement, l’investigation permet de constater que les élus ne font que reproduire le discours d’un expert privé, dirigeant d’un cabinet conseil qui avait été en charge des diagnostics locaux de sécurité sur l’ensemble des communes. L’examen des documents remis par les municipalités met en avant la similitude des études réalisées. Les problèmes, pourtant particuliers à chaque zone géographique restent les mêmes d’une ville à l’autre. Les statistiques utilisées sont fournies par les participants au contrat local de sécurité en préparation, et font que les diagnostics sont construits autour d’incidents qui rendent compte des champs d’activité professionnelle de chaque acteur. Les transports vont ainsi faire l’objet d’une attention importante car les chiffres présentés sont empruntés aux seules sociétés qui en ont la charge. La diversité des sources statistiques n’entraîne pas d’avertissement méthodologique particulier. Les conditions de production des données d’enquêtes ne sont pas interrogées, et les catégories qui servent à leur présentation sont rapprochées sans la moindre précision sur le contenu qui leur est initialement attribué par les différents organismes. Très utilisées, les notions « d’incivilités » et de « jeunes » ne sont par exemple, pas définies.

6Pour illustration, la population « jeune » décrite par l’entreprise de transports se base sur le nombre de bénéficiaires d’une carte de réduction qui peut-être attribuée à tout individu scolarisé dans une limite d'âge de 21 ans, alors que les services de la ville ne prennent en compte que les personnes mineures inscrites dans une activité municipale. L’office HLM n’utilise pas le terme « incivilités. » Chaque motif d’intervention fait l’objet d’un comptage à part, et renvoie à un intitulé très précis. Sur signalement des chauffeurs et contrôleurs, la société de transports comptabilise à ce titre, et uniquement à l’intérieur des véhicules, les chahuts, les comportements qui nuisent à la tranquillité et à la sécurité des passagers, les menaces et insultes envers son personnel. Les destructions d’abris bus, les détériorations de sièges, les bris de glace, sont rangés dans la catégorie « dégradations volontaires ». Pourtant les statistiques fournies par la compagnie de bus viennent appuyer les chiffres présentés par l’office HLM, qui vont à leur tour recouper ceux de la police nationale.

7Les diagnostics locaux de sécurité s’attachent tout d’abord à une présentation sociodémographique de la commune. Les données du recensement de 1999 sont illustrées par des cartes, et sont immédiatement suivies d’un état de la délinquance qui s’apparente à un commentaire plus ou moins détaillé des statistiques fournies par la police nationale3. Une analyse du sentiment d’insécurité est ensuite réalisée à partir des rencontres avec les représentants des associations de commerçants. Le rappel des motifs de plaintes et de pétition arrivés dans les différents services municipaux est également mentionné. Enfin, un historique des différents dispositifs de lutte contre la délinquance permet d’effectuer le constat d’un manque de coordination entre les services de l’Etat. L’échec de la politique de prévention sert alors à appuyer une présentation qui se fonde sur une série de recommandations identiques pour les sept communes. Les équipements de sécurité sont signalés comme nécessaires, et justifient par exemple des investissements en vidéosurveillance. Dans trois cas, des discussions informelles avec les représentants de l’office HLM, le coordinateur ZEP pour l’éducation nationale, et les responsables de la police municipale ont montré que le seul déplacement effectué par l’expert ou ses délégués sur le territoire des communes s’est fait le jour de la présentation publique des résultats du diagnostic. Les contacts avec les élus, et les fonctionnaires territoriaux se sont pour l’essentiel déroulés par téléphone.

3-La construction d’une légitimité

8La répétition de l’analyse fournie par l’expert a pour conséquence la diffusion d’une vérité sur la délinquance qui va servir de fondement aux politiques municipales. L’uniformisation des décisions s’opère alors par des effets de concentration des actions autour des problèmes des quartiers, et des jeunes qui y résident. Le leadership local d’un cabinet conseil se transforme en modèle explicatif des propos développés par les élus interrogés, et inscrit les difficultés rencontrées lors des entretiens dans un processus d’expression de la capacité de l’expert à intervenir localement sur les problèmes de sécurité.

9En repérant dans les discours, les propos qui font directement référence aux contributions de l’expert dans la gestion des situations locales, l’analyse fait apparaître un mouvement de contestation de la personne du chercheur académique qui participe à la construction de sa propre légitimité par l’expert. La dénégation du travail fourni par les sociologues permet de repérer trois facteurs qui supposent d’une plus grande pertinence de l’expertise. Les déclarations des élus, sont à ce titre significatives d’un mouvement qui met en doute la légitimité de l’universitaire à fournir une étude objective sur les délinquances. La suite de cet écrit fait donc directement, et volontairement état des propos tenus par les adjoints au maire dans le but d’apporter des éléments à un débat, qui tend à se concentrer sur l’incapacité de la recherche académique à tenir compte des exigences concrètes du travail politique.

10Le premier facteur insiste sur les différences de temporalité entre la recherche, et l’expertise. Les discours mettent en avant l’urgence de la réponse à apporter pour justifier le recours au service d’un cabinet conseil. La nécessité d’une réaction rapide accentue le décalage entre les règles d’exercice de l’activité scientifique, qui s’inscrivent dans le long terme, et les règles d’exercice de l’expertise, qui s’inscrivent dans l’immédiateté. Les modalités d’intervention de l’expert sont décrites comme plus proches de la réalité de la délinquance mais aussi des difficultés des populations, et font qu’il devient le seul à pouvoir répondre aux exigences de rapidité imposées par les descriptions contenues dans le diagnostic local de sécurité. Dans un tel contexte, l’offre de service de l’expert répond à une demande qu’il contribue lui même à créer.

 « quand on a préparé le CLS, le chef de service avait d’abord contacté l’université, il pensait que c’était mieux d’avoir un sociologue pour faire le travail mais quand il nous a dit qu’il fallait environ six mois pour faire un diagnostic correct, bon là j’ai dit non, c’était beaucoup trop long, on ne pouvait pas attendre six mois. Alors on a contacté le cabinet X…et en moins de huit jours, ils étaient déjà au travail, le diagnostic a été présenté en séance publique trois mois après. Et vu l’urgence de la situation c’était nécessaire d’avoir une réponse rapide » (Adjoint au maire n°3)

11Le deuxième élément qui marginalise le chercheur, renvoie à la position dynamique de l’expert sur un territoire, et à son inscription dans un réseau relationnel directement en lien avec la problématique de lutte contre la délinquance.

 « M.X a une bonne connaissance du terrain, il a déjà travaillé pour plusieurs villes, il connaît bien les différents responsables institutionnels, ça facilite le travail quand vous avez quelqu’un qui a accès au sous préfet ou au commissaire de police, vous savez déjà que le maire a du mal à les voir » (Adjoint au maire n°1)

12Enfin le dernier élément peut être qualifié d’idéologique. La production scientifique est réduite à un discours idéologique responsable d’une forme d’aveuglement sur la réalité de la délinquance, et le vécu des individus qui en sont victimes. Parfois nominatifs, les exemples fournis par les élus servent à illustrer l’existence de véritables volontés, et carrières criminelles sans lien direct avec le lieu de vie de leurs auteurs.

 « certains habitants n’en peuvent plus de ces petits caïds, deux ou trois individus qui vont pourrir la vie de tout un quartier, la dernière fois il y en a un qui a fait un petit séjour en prison, eh bien tout était plus calme, plus de dégradations sur les véhicules, plus de bagarres, je pense qu’à lui tout seul il devait être responsable de la majorité des actes de délinquance dans le quartier, alors quand j’entends dire qu’il faut être indulgent à cause de l’endroit où ils vivent ça suffit…c’est avec ce genre de raisonnement qu’on a laissé la situation pourrir pendant des années » ( Adjoint au maire n°7)

13La dimension idéologique appelle également une dimension politique dans la mesure où l’expertise peut-être comparée à une sorte de « doctrine » pour les personnels politiques. La présence d’une certaine connivence est alors envisagée en raison de l’existence de situations qui font qu’expert et politique sont inscrits dans les mêmes réseaux sociaux. La participation à des instances nationales communes le laisse supposer. L’expert collabore à des travaux parlementaires en compagnie d’élus aux mandats de sénateurs ou de députés, et contribue régulièrement à la diffusion d’enquêtes qui ont pour objectif de fournir des données sur l’état de la délinquance en France4.

14Il faut également préciser que dans quatre cas, la nature alarmiste des situations décrites par l’expert permet l’expression de personnalités politiques « fortes » qui n’hésitent pas à interpeller publiquement les représentants de l’Etat. Les maires, tous titulaires de plusieurs mandats consécutifs font office de « véritables figures locales », proches de leurs administrés par l’attention qu’ils apportent à leurs préoccupations de tous les jours. Les dirigeants des quatre communes sont de véritables « professionnels » qui cumulent les responsabilités, et remplissent des fonctions politiques locales et nationales depuis de nombreuses années. Dans les discours, la délinquance passe au premier plan des préoccupations municipales pour être rapprochée du thème plus vaste, de l’amélioration générale du cadre de vie. L’emploi d’un vocabulaire qui emprunte au « militaire » illustre alors cette attitude. Les élus parlent de bataille, d’ennemis à combattre, des armes à disposition mais aussi de refus de capituler, et bien évidemment de victoire. Dans cette perspective, les interactions avec le politique peuvent être assimilées à un autre processus de légitimation de l’expert.

« …Avec la sécurité, je me sens un petit peu dans la position d’un soldat...» (Adjoint au maire n°2)

15Les situations décrites par le diagnostic local, et reprises par les adjoints au maire mettent en avant une stratégie utilitariste, voir électorale des contrats locaux de sécurité par les élus interrogés. L’inscription des communes dans les contrats locaux de sécurité permet la captation de fonds publics qui servent à financer des opérations généralistes, et à mettre en place une communication municipale autour du thème de la sécurité. Les tournois sportifs, les opérations de formation professionnelle, les séances de sensibilisation aux premiers secours, l’initiation à Internet vont se retrouver inscrits dans le cadre de l’activité du contrat local de sécurité alors que dans la réalité leur réalisation est entièrement prise en charge par des services municipaux aussi divers que le service des sports, ou le service jeunesse. Chaque opération va ainsi faire l’objet d’un article dans le magazine de ville, et dans la presse locale qui vont les présenter au titre du travail municipal en matière de sécurité et de prévention de la délinquance. Pour les élus « professionnels » possédant plusieurs mandats, la publicité s’étend aux journaux du conseil général, et de la communauté d’agglomération.

16Les constats effectués sur le terrain montrent tous que le public qui bénéficie de ces activités, n’est pas celui des jeunes des quartiers explicitement visés par les contrats locaux de sécurité. La diffusion de l’information à propos des conditions d’inscription se fait dans des bâtiments de la ville éloignées des zones sensibles, et par l’intermédiaire de responsables d’associations sportives et culturelles qui ne sont pas fréquentées par cette population. De plus certaines collaborations qui rentrent directement dans le cadre de la prévention de la délinquance ne remplissent pas les modalités de fonctionnement qui président à leur création. L’exemple de deux centres de loisirs jeunes est à ce sujet très explicite. Structures situées en bord de plage, et animées par des policiers nationaux, les CLJ proposent des activités sportives aux jeunes des quartiers. L’objectif est de créer un contact entre les mineurs, officiellement seuls bénéficiaires, et les personnels affectés tout au long de l’année au commissariat de la ville. Or les caractéristiques des adolescents accueillis par les deux centres s’élargissent à l’ensemble des mineurs résidants sur le territoire de la municipalité mais aussi aux jeunes majeurs, et aux estivants qui en font directement la demande sur les sites. Les policiers nationaux en charge de l’encadrement ne sont pas en activité sur la commune, et occupent pour certains, la fonction de délégués syndicaux dans d’autres départements de France.

17La présence des éléments temporel, relationnel, idéologique, et politique précédemment évoqués, conduit dans les discours à une mise en accusation de l’universitaire. Le stéréotype de l’intellectuel bourgeois « gauchisant » se dessine à travers des propos qui reprochent aux recherches leur trop grande indulgence pour les délinquants.

« si je connais les recherches sociologiques sur la délinquance ?...je vous avoue que ça fait longtemps que je ne regarde plus ce qui est écrit, ça m’apparaît très loin de la réalité. Pour être franc je trouve que ça présente un côté misérabiliste qui peut-être dangereux car on a souvent l’impression que le délinquant n’est pas responsable, qu’il ne fait qu’exprimer… de façon violente les difficultés de sa condition… » (Adjoint au maire n°7)

18L’absence de prise avec le quotidien, vient justifier l’incapacité à décrire avec réalisme les actes de délinquances, et leurs conséquences. L’expert est une fois de plus caractérisé par sa faculté à rendre compte avec justesse des situations telles qu’elles sont perçues par les habitants.

« Avec le diagnostic, aussi la réunion publique de présentation, je dirai que je comprends mieux ce que ressentent les gens, quand vous voyez la virulence avec laquelle vous êtes apostrophé pour des incidents je dirai… anodins…vous l’avez vu vous étiez là, pour le bruit des scooters…je suis plus indulgent, et je me dis que c’est plutôt l’expression d’un ras le bol…quand vous subissez tous les jours des pressions, des insultes, du bruit…je comprends qu’à un moment donné les nerfs lâchent, alors vous vous en prenez à qui, eh bien à votre élu… » (Adjoint au maire n°1)

4-L’entretien : la traduction concrète d’une contestation

19La présence d’une représentation particulière du sociologue, et du contenu même de son action interfère directement dans le déroulement des entretiens. L’expérience antérieure du contact avec les élus de ce département sur cette thématique particulière de la délinquance, vient appuyer l’hypothèse que l’attitude de l’élu se modifie en raison de la position dominante de l’expert dans le débat local sur l’insécurité. Les entretiens se transforment en échanges d’arguments. Par ses références constantes à l’expertise, l’élu mobilise un savoir opérationnel concret qu’il va opposer aux connaissances produites par la sociologie. C’est à travers le constat d’une transformation du rapport aux enquêtés que s’exprime le leadership local de l’expert. La relation du chercheur à l’élu inscrit l’intervieweur dans une posture permanente de justification de l’investigation scientifique. L’analyse de l’ensemble des entretiens permet de repérer trois étapes qui placent, en début de rencontre, l’enquêteur dans une position de discutant. Le principe de neutralité qui fonde le travail scientifique se trouve mis à mal par la contestation de la nécessité d’une étude par le sociologue. Mais la réalité de l’enquête rend l’existence de ce discours d’opposition indispensable car ce n’est qu’une fois que les phases qui le caractérisent sont terminées que le recueil de données est rendu possible.

20Les entretiens vont tous débuter par des propos qui renvoient à l’inaptitude du chercheur à produire une connaissance directement mobilisable au niveau local. Cette première étape suit directement la présentation de l’enquêteur à l’enquêté. Avant même de pouvoir poser la question de départ, l’élu commence par mettre en opposition les connaissances produites par la sociologie à l’exactitude de la délinquance constatée sur sa commune. Le propos à l’encontre des universitaires se fait dur, et laisse transparaître le besoin d’une prise de conscience qui passe par l’affirmation d’une position plus ferme vis à vis des auteurs d’infractions.

« ah oui la sociologie, les pauvres petits délinquants, tous des petits anges qui n’ont pas beaucoup de chances dans la vie, n’est-ce pas ? vous savez la situation est parfois moins rose, je dirai même qu’elle est très grave à certains endroits » (Adjoint au maire n°7)

21La deuxième étape qui organise le déroulement des entretiens fait directement référence à l’expert. Le diagnostic fourni par le cabinet conseil est comparé à une image juste de la réalité. Le fait que la situation s’aggrave devient ainsi une évidence. Les mesures à prendre s’inscrivent dans une dimension essentiellement répressive, et renvoient à une prise charge qui à terme ne peut-être confiée qu’à l’Etat. Pour l’élu, le travail de l’expert fait office de révélateur des circonstances précises de la vie de tous les jours dans certains quartiers de sa commune.

« je savais que la délinquance augmentait…beaucoup de gens me disaient que ce n’était plus possible, et quand le cabinet X nous a présenté son travail, je me suis rendu compte de ce qui se passait vraiment dans certains quartiers, la peur au quotidien, pour prendre son bus, traverser son hall d’immeuble squatté par des petits jeunes, aller s’acheter un paquet de cigarettes au commerce du coin…toutes ces petites choses que vous faîtes sans vous posez de question, tout ça devient une véritable épreuve pour les gens…vraiment je ne pouvais pas me douter que c’était aussi…inquiétant…» (Adjoint au maire n°4)

22Fort de l’éclairage adéquat de l’expert, les discours présentés ci dessus reposent en partie sur l’absence de distinction entre insécurité, et sentiment d’insécurité. Les remarques se concentrent sur des éléments qui vont dans le sens d’une perte progressive des règles du « vivre ensemble »5. L’existence d’une vie sociale harmonieuse s’en trouve affectée. Ce sont les difficultés à accomplir les actes les plus élémentaires de la vie quotidienne qui retiennent en priorité l’attention des élus locaux. Le ressenti des habitants passe devant la constatation avérée d’une plus grande concentration statistique des actes de délinquance sur les territoires concernés. Les dégradations volontaires, les vols dans les véhicules sont placés sur un même plan que le bruit, les obstructions à la circulation des personnes, les regroupements d’adolescents ou encore l’occupation intempestive des parties communes. Le thème des jeunes des quartiers, et de leurs comportements devient le corollaire de cette confusion qui vient en partie appuyer l’existence d’un climat de peur responsable de la détérioration générale des conditions de vie dans les secteurs d’habitat collectif.

23Mais la troisième étape qui sert de structure aux entretiens, tend à nuancer la sévérité de certains propos. Les interrogations sur les causes de la généralisation des actes d’incivisme, et de délinquance ainsi que la domiciliation de leurs auteurs, font que les discours mettent l’accent sur le fait que les difficultés socio-économiques des populations ne peuvent être à terme ignorées. Pourtant les problèmes de chômage, d’éducation, et même d’enclavement des quartiers sont rendus indépendants de la propension des individus à commettre des actes de délinquance. L’absence de développement de ce sujet précis par les diagnostics locaux de sécurité conduit les élus à interroger l’enquêteur sur l’apport possible de la recherche concernant la conduite parallèle de politiques municipales relatives à l’emploi. L’attrait d’entreprises par des régimes dérogatoires en matière d’impôts, l’importance accordée à l’action des missions locales sert dans quatre cas à justifier d’un positionnement qui n’est pas exclusivement autoritaire.

« la municipalité a une politique d’aide à l’emploi pour les jeunes qui ont quitté le système scolaire sans diplôme ou en grande difficulté. La mission locale fait un travail formidable avec eux…on appuie pour trouver un stage, un boulot. Certains retournent suivre une formation, un CAP, un BEP… quand on est dans la galère sentir que des gens ont envie de vous aider…c’est aussi ça qui est important, ça évite de traîner…de faire des choses je dirai…pas légales » (Adjoint au maire n°6)

24Le discours des élus, s’il manifeste un intérêt pour la connaissance sociologique, montre que le but visé est de compléter le travail de l’expert. Il s’agit d’intégrer des données qui permettent de pérenniser les effets supposés efficaces des recommandations contenues dans les diagnostics locaux de sécurité.

« on doit être plus ferme face à certains comportements plus sévères qu’auparavant. La réaction doit être plus rapide…mais c’est vrai qu’on ne peut pas ignorer les difficultés des populations, et là le travail doit s’inscrire dans le temps…quand les chercheurs nous disent attention on ne peut laisser les gens vivrent dans certaines conditions, il faut aussi s’occuper d’emploi, d’éducation, je dis d’accord mais aussi attention, tout attendre de ce genre de mesures n’est pas possible…on a vu ou ça mène…à mon avis il faut réussir à trouver un compromis entre les deux sans sacrifier l’autorité des politiques… » (Adjoint au maire n°7)

25L’expert et le chercheur fournissent chacun de leur côté une partie de la réponse au problème de la délinquance. Le politique se charge alors de composer une solution à partir des éléments qui lui sont proposés. Le facteur de temporalité évoqué au début, et qui se retrouve une fois de plus dans l’extrait mentionné ci dessus fait que l’expert s’inscrit dans l’instant présent alors que l’universitaire se situe dans le long terme. Si le discours se fait moins virulent à l’encontre de la recherche académique, la difficulté à mener, voir même à solliciter les entretiens reste inchangée. L’attitude des élus manifeste un rejet des travaux sociologiques.

264-Constats et éléments de discussion autour d’une responsabilité

27De manière plus générale le comportement des enquêtés se fait le reflet de la position dominante des experts dans un champ de connaissance, et pose la question du rôle social du chercheur. Sa prise de position dans le débat public face aux stratégies de l’expert, et à leurs conséquences permet-elle de repérer des éléments qui servent à opérer une contestation durant la situation d’entretien ? L’enquête est-elle compatible avec une telle posture ? Réfléchir à la manière dont peut s’opérer l’opposition à l’expert à l’échelle plus localisée du terrain pousse à un premier constat : l’expert est en charge de la réalisation des diagnostics locaux de sécurité, pas le sociologue. Il convient donc de se demander pourquoi, car « faire » apparaît encore comme le moyen de contestation le plus efficace à disposition. Les difficultés d’accès à un cercle d’acteurs ne renvoient pas seulement à des obstacles dans le déroulement de l’enquête mais deviennent susceptibles de fournir des pistes de réflexion qui interrogent la responsabilité du sociologue dans le développement du recours à l’expertise.

28La récurrence du thème de la temporalité fait que la proximité entre le temps de l’expertise et le temps du politique, devient un facteur qui renvoie à la capacité du chercheur à déployer une méthodologie efficace dans les délais qui sont posés par les élus. De nos jours, la réalisation des diagnostics locaux reste massivement confiée par les municipalités à des cabinets privés. Les quelques cas qui voient des sociologues s’y atteler font état de durée allant jusqu’à douze mois6. La place prise par les experts peut ainsi être rapprochée de l’impossibilité des sociologues à fournir une réponse qui tient compte des impératifs du mandat électif sans penser qu’ils sacrifient au sérieux de leur démarche. Pourtant le respect des règles de l’activité scientifique constitue une garantie qui contribue à ne pas détourner la sociologie de son objectif de connaissance. Deux questions sont alors formulées pour tenter de produire des éléments de réponses pertinents : pourquoi les chercheurs ne s’autorisent-ils pas à répondre à des demandes qui font figure de défi pour une discipline qui n’a de cesse de dénoncer le manque de sérieux des pseudo experts de tout ordre ? L’impartialité, et la neutralité de la recherche souffriraient-elle à trop se rapprocher des professionnels de la politique ?

29A la lueur de cette double interrogation, l’objet d’étude lui même semble fournir un début d’explication. La définition de l’insécurité est en soi un problème car elle fait l’objet d’une lutte qui renvoie constamment le chercheur à l’enjeu politique dont elle est porteuse. La sécurité occupe aujourd’hui une place centrale dans le débat électoral aussi bien local que national, et permet d’observer à ces deux niveaux, la construction de carrières politiques autour de ce seul thème. Les controverses sur le contenu de la notion d’insécurité renvoient à l’appropriation par les acteurs des hypothèses des chercheurs, et à l’existence de données d’enquêtes qui s’appuient sur le découpage électoral des territoires. Le problème de la conversion se pose en premier lieu par le recours à une échelle « municipale » pour la réalisation des diagnostics.

30Les contrats locaux de sécurité laissent apparaître une attitude qui vise à compenser la faiblesse des actions municipales antérieures sur le thème de la sécurité. C’est une occasion qui permet à l’élu de manifester publiquement son engagement à ses administrés. Si la signature d’un CLS devient nécessaire, son contenu continue à n’avoir que peu d’importance. L’observation du suivi du contrat local de sécurité par un groupe de fonctionnaires territoriaux, et la participation à plusieurs réunions traitant de son fonctionnement montrent que l’expertise s’inscrit plus dans la justification a posteriori d’une ligne d’intervention municipale que dans une volonté de connaissance fine de l’état de la délinquance sur le territoire de la commune. Les discussions entre élus et chefs de services laissent à penser que les décisions étaient prises avant même la connaissance des résultats du diagnostic.

31Il est également important de souligner les spécificités d’un terrain d’enquête. Fort d’une superficie de 5973 km2, de 153 communes pour une population de 898 441 habitants qui se compose à 27 % de retraités, le département du Var compte une densité de population de 150 habitants au km2. L’ensemble des villes investiguées se situent à proximité du bord de mer, et voient leur population doubler, voir tripler lors de la saison estivale, même si pour deux d’entre elles le tourisme n’a pas toujours constitué une activité économique principale. Il faut noter l’uniformité des étiquettes politiques des élus interrogés, et préciser que l’alternance politique gauche/droite à la tête des municipalités est inexistante. Toutes ces caractéristiques, ainsi que beaucoup d’autres deviennent autant de données susceptibles d’éclairer la place prise par la sécurité dans les stratégies des sept municipalités. Les attitudes des élus restent donc limitées à un seul département car bien que peu nombreux, les exemples de communes qui font appel à des sociologues pour réaliser un audit de la délinquance sur leur territoire, commencent à se faire jour.

32La signature d’un contrat local de sécurité est une fin en soi qui ne fait qu’illustrer la redéfinition des thématiques qui agitent la scène politique française. De nos jours, la promotion des politiques tend à se faire par le biais de la problématique de l’insécurité. Chaque « incident » fait l’objet d’un déplacement de la part de personnalités qui n’ont de cesse de rappeler leur position de fermeté face à certains comportements. La prise en charge par le politique se focalise sur les « conséquences » des actes de délinquance pour en opérer une gestion dont l’ambiguïté reste à l’appréciation de chaque observateur. Les stratégies autour des contrats locaux de sécurité, montrent que les décisions des élus traitent majoritairement des effets de la délinquance, alors que le sociologue s’attache à en appréhender les causes. La compréhension des origines des comportements incriminés n’est pas une priorité. En ce sens, l’expertise s’inscrit dans l’action, et rencontre le temps du politique. L’oubli semble fréquent mais l’élu est avant tout chose un individu agissant. L’essence même de sa fonction, en fait un homme de terrain, dont l’intervention se doit d’être « porteuse de valeurs » pour les citoyens. Il s’oppose ainsi au chercheur, et questionne les modalités même de son engagement dans l’élaboration d’un état de la délinquance pour le compte des municipalités. Pour le sociologue accepter de réaliser des diagnostics locaux de sécurité dans les conditions fixées par les élus, reviendrait-il à faire son entrée dans le politique, et à « prendre part à des conflits dont l’enjeu est la puissance »7 ? Mais aux vues des polémiques suscitées par l’objet d’étude, choisir de travailler sur ce thème n’est-il pas déjà en soi une forme d’engagement ?

Haut de page

Bibliographie

Bauer A et Raufer X, Violences et insécurité urbaines, Paris, PUF, "Que sais-je ?", n°1421, 1998.

Bui Trong L, Violences urbaines : des vérités qui dérangent, Paris, Bayard, 2000.

Guide pratique pour l’élaboration des contrats locaux de sécurité, IHESI, Paris, la documentation française, 1998.

Mucchielli L, Violences et insécurité, Paris, La découverte, 2004.

Thoenig J-C, "La gestion systémique de la sécurité publique" in Revue française de sociologie, XXXV, 1994, p.357-392.

Weber M, Le savant et le politique, Paris, éditions Plon, 1959.

Haut de page

Notes

1 Voir le chapitre consacré aux CLS dans l’ouvrage de Alain Bauer et Xavier Raufer « violences et insécurité urbaines », p83-89.
2 Précisément six UMP, et un UDF
3 Etat 4001
4 Sur les maires des sept communes, trois possèdent dans le même temps, un mandat de sénateur, un de député, un est même devenu membre de gouvernement à l’époque de l’enquête mais a renoncé par la suite à cette fonction en raison des dispositions officielles sur le cumul des mandats. Fonctions auxquelles doivent être rajoutées des charges aussi diverses que des présidences de communautés d’agglomérations et de communes, d’assemblée départementale, de conseillers généraux, et de conseillers régionaux.

5 Expression utilisée lors d’un entretien.
6 L’exemple a été donné par Manuel Boucher lors du colloque du RTF 3 « normes, déviances et réaction sociale » qui s’est déroulé à l’université de Saint-Quentin le 20 et 21 juin 2005. Les éléments de débat présentés s’inspirent en partie des discussions avec la salle qui font suite aux communications.

7 Voir la préface de Raymond Aron (1959), Max Weber, le savant et le politique, éditions Plon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Paulet-Puccini, « Diagnostics et contrats locaux de sécurité : le sociologue face à l’expert », Socio-logos [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 12 avril 2006, consulté le 27 juin 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/26

Haut de page

Auteur

Stéphanie Paulet-Puccini

LAMES (UMR 6127) MMSH- 5 rue du château de l’horloge- BP 647 13094 Aix en Provence Cedex stephanie.paulet-puccini@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org