Navigation – Plan du site
Articles

Les observatoires locaux : quelle méthodologie pour les conduire ?

Jean-Bernard Chebroux

Résumé

En ce qui concerne l’information socio-économique locale, cet article montre l’intérêt de se distinguer des approches habituellement centrées sur les adaptations méthodologiques et institutionnelles à cette échelle de la production statistique. Car les observatoires locaux relèvent en fait d’une démarche plus nettement qualitative, le plus souvent occultée par la focalisation de la réflexion sur les chiffres. L'histoire de ces dispositifs montre la nécessité de maîtriser des compétences axées d'une part sur l'animation d'un processus cognitif collectif, et d'autre part, sur l'analyse de données locales, i.e. issues d'activités institutionnelles sur le territoire concerné. Cette orientation s'est révélée avec une double difficulté : répondre aux demandes d'information locale, pour les institutions ; et organiser un projet commun d'observation, pour les acteurs. Différentes options épistémologiques légitiment effectivement ce type de pratique d’analyse plus socialisée, en relation même avec les acteurs-décideurs. Une expérience propre de conduite d’un observatoire est dans cette perspective rapportée sous divers aspects à des fins illustratives mais aussi de formalisation d’un outillage technique diversifié, propice à ce cadre de travail.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’approche de l’analyse des observatoires locaux dans les années 1980 et 1990 a été plutôt centrée sur les caractéristiques conceptuelles et institutionnelles du passage à la production de statistiques locales dans le champ de l’information économique et sociale. Cependant, sur le plan méthodologique, peu de production sociologique existe, alors que ces dispositifs cognitifs sont créés en raison de leur capacité à contribuer scientifiquement au façonnage des représentations d’objets locaux d’information. Le plus souvent, les propos n’abordent que les seuls aspects du registre quantitatif du travail, et ignorent ainsi, ou minorent, l’illusion de l’objectivité des chiffres dans les processus cognitifs (Besson, 1992 ; Gilbert, 2008).

  • 1  Observatoire conduit dans une commune de 25 000 habitants de banlieue parisienne, Les Ulis, dans l (...)

2Cet article vise à montrer que, au-delà des chiffres et des opérations les concernant, la méthodologie pratique est à dominance qualitative, en exploitant un large fonds diversifié et soumis à examen critique des méthodes en sciences humaines et sociales (Mucchielli, 1994). Cette caractéristique se conçoit d’abord à travers l’histoire de l’institutionnalisation, aux échelons locaux, des démarches d’observation locale ; elle est de ce fait présentée en première partie de ce texte. C’est également l’expérience de conduite d’un tel dispositif qui amène à opter pour cette orientation1 : la seconde partie du texte propose à partir de celle-ci une analyse de la méthode utilisée, en examinant le cadre épistémologique qu’elle présuppose et en présentant les outils et techniques opérationnels qui en découlent logiquement. Ce qui permet de mesurer le chemin parcouru depuis les premiers textes « statistico-centrés ».

Observation sociale et observatoire local : origine et développement 

3Rappelons d’abord ce que représentent les observatoires locaux. Ils peuvent être définis comme des dispositifs-outils d’analyse continue de territoires locaux qui contribuent à la régulation par l’information des rapports entre acteurs y intervenant. Les professionnels recrutés ne le sont pas tant en raison d’une expertise ou d’une fonction d’« intellectuel organique » qu’ils pourraient tenir, mais plutôt dans le but de participer scientifiquement aux débats concernant des questions locales (Soulet, 1996), en « inscrivant des faits dans un cadre intelligible en vue de transformer peu ou prou la réalité sociale » (Castel, 1996, p. 53). Il s’agit alors de combiner validité et efficience de la production et de la diffusion de savoirs au service des politiques locales.

4Cette pratique peut trouver une affiliation avec toutes les démarches antérieures d’analyse des problèmes sociaux à des fins d’intervention sur eux. Historiquement d’abord, dans la plupart des pays occidentaux, les enquêtes démographiques se sont intensifiées à la fin du XVIIIe siècle, lors de l’instauration de régimes républicains et démocratiques. La pratique s’est étendue avec le développement du « social », champ d’actions privées et publiques sur les conditions de vie des membres de la société (Soulet, 1996), concernant plus particulièrement les inégalités et les problèmes sociaux, non sans lien avec la généralisation de la citoyenneté (Donzelot, 1994 ; Martin, 1992). À cette période, enquêtes empiriques et questions théoriques sont articulées à l’action politique et sociale, que ce soit sous forme d’expertise sociale (éclairage sans intervention), de théorie instrumentale (prescription sans agir) ou d’ingénierie sociale (analyse pour innover dans le champ social) (Savoye, 1996).

5Les enquêtes menées sont tant qualitatives (monographies ouvrières), que quantitatives avec le développement de la statistique sociale qui permet d’appréhender la société comme un « tout » objectivable (Durkheim mesurant les faits sociaux par des représentations globales quantifiées : pauvreté, suicide…), distinct du pragmatisme et des « à peu près » du qualitatif (Desrosières, 1993 ; Martin, 1998-a). Cependant, dans sa phase d’institutionnalisation étatique au début du XXe siècle, l’observation quantitative écorne les approches dites « globales » qui intègrent le social et l’économie. La théorie keynésienne du développement qui prédomine se focalise sur les politiques économiques, dont les effets sociaux sont conçus comme une conséquence naturelle. Les multiples outils d’observation et de prévision macro-économique installés à l’échelon central (comptabilité nationale, croissance du PIB, modèles économiques, appareil statistique national...) sont en partie déterminés par cette fascination du potentiel de généralisation plus élevé des statistiques par rapport aux approches qualitatives.

  • 2  Aux États-Unis d’Amérique, les premiers travaux sur le bien-être social sont réalisés par la NASA (...)

6Cependant, à la fin des années 1960, un retour à la prise en compte du social et du local s’opère. Le « mouvement des indicateurs sociaux » issu des États-Unis d’Amérique, a gagné la haute administration française (Andréani, 1979 ; Delors, 1971)2. La crise-mutation économique et sociale depuis le choc pétrolier de 1974 a renforcé cette orientation. À l’instar de la planification économique de l’après-Seconde Guerre mondiale, une planification sociale est mise en œuvre pour divers problèmes liés peu ou prou au développement économique : conditions de vie des ménages, encombrement urbain, exclusion économique et pauvreté, insécurité, pollution…

7En matière d’observation, les initiatives institutionnelles ne sont pas satisfaisantes dans cette situation. Dans le champ du développement local, au début des années 1980, le complexe de services et d’organismes de statistiques et de recherche manque encore d’utilité directe (Boure, 1989 ; Fouquet, 1993). C’est le sentiment de méconnaissance des faits locaux qui persiste parmi les acteurs malgré des tentatives diverses pour les rendre connaissables. Le hiatus entre les données locales et les données nationales illustre ce problème. Les premières, intéressant les acteurs locaux, servent à représenter une « localité » dans la diversité de sa vie sociale, économique, politique et culturelle ; les secondes, élaborées pour les politiques nationales, représentent un « territoire local » de manière partielle, sous un trait comparable à d’autres (Desrosières, 1994).

8Face aux demandes d’information locale diversifiée, deux principaux mouvements se sont dessinés : d’un côté, les initiatives multiples de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) pour diffuser des informations adaptées aux acteurs régionaux, sans en perdre pour autant la prérogative d’élaboration de celles-ci ; et, de l’autre côté, un mouvement parallèle, diffus et non coordonné par la statistique publique, de création d’observatoires de nature variée et portés par des acteurs locaux.

Le parcours d’adaptation de l’INSEE à la demande d’information locale

  • 3  Créée en 1963, la DATAR a été remplacée le 1er janvier 2006 par la Délégation interministérielle à (...)

9Les démarches modernes d’observatoire se rapportent aux initiatives premières de déconcentration de l’INSEE, à la fin des années 1960, sous l’impulsion d’acteurs et d’organismes divers intéressés par le développement territorial et social (Martin, 1998-b). L’idée d’« observatoire » affleure un peu plus tôt même, au tournant des années 1960, dans les réseaux politico-administratifs et intellectuels décentralisateurs (Bardet, 1998). En mai 1964, la Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR)3 propose de créer des observatoires économiques régionaux (OER) dans chaque « métropole d’équilibre » pour organiser des rencontres avec les utilisateurs de l’information. Ces structures devaient être autonomes vis-à-vis de l’INSEE, bien que dotées de personnel de ses rangs, en ayant un statut de fondation financée par le Fonds interministériel à l’aménagement du territoire (FIAT) et par la vente des services rendus. Un Comité régional d’observation devait les administrer, composé de producteurs et d’utilisateurs d’information.

  • 4  Un autre auteur que Bardet, Boure (1989), évoque la date de 1967 et la création d’un troisième OER (...)

10Cependant, après le rattachement des deux premiers OER (à Lille et à Marseille)4 aux préfectures de région en 1966, et un colloque de l’INSEE en juin 1967 promouvant des organismes autonomes, le directeur général de l’institut et le ministère des Finances refusèrent cette orientation et les observatoires furent reliés à l’appareil statistique central en 1971, avec une fonction de diffusion régionale de sa production d’ordre national. Les motifs de refus furent le surcoût par rapport aux données nationales, la mauvaise tolérance à l’erreur et l’impossibilité d’application d’une analyse macro-économique (Willm, 1989). En outre, le manque de projets communs d’observation aux acteurs locaux, et les réticences d’intellectuels et de professionnels du secteur social concernant l’informatisation des données individuelles ou géographiques ne poussèrent pas encore à une forte décentralisation (Delaporte, 1996 ; Willm, 1989).

  • 5  Le CNIS exprime des avis dans le cadre des programmes statistiques de l’INSEE. Besson (1992) indiq (...)

11C’est au cours de la décennie 1970 que les demandes d’information adaptée au niveau local s’accroissent (Boure, 1989). L’INSEE se rapprocha d’abord des utilisateurs en ne diffusant que ce qui correspond à leurs besoins. En 1975, chaque région comportait un OER. Certains OER expérimenteront ensuite le système des « correspondants locaux » (1976-1978) recommandé par le Conseil national de l’information statistique de l’INSEE (CNIS5). En mandatant des correspondants chargés d’analyser les besoins des acteurs, ce système n’a toutefois pas rendu l’information des grands services de l’État plus adaptée et crédible (Willm, 1989).

12De même, la démarche suivante attribuée aux OER  les systèmes locaux d’information sous l’impulsion de la DATAR, échoua pour la même raison (Willm, 1989). Des équipes locales inter-administratives d’information, chargées de créer des outils d’observation et de suivi des projets d’aménagement et de développement, ont d’abord produit des données sans arrière-fond stratégique (tableaux de bord, diagnostic sur « toutes les zones »…). Bien que les démarches passèrent à des dialogues constructifs avec les acteurs, pour définir les objectifs et les moyens d’information (Simonin, 1993), il manqua une stabilité durable assurant des interactions réelles et régulières entre les acteurs et les statisticiens. Et les études locales de l’INSEE se limitaient encore à appliquer les catégories du recensement et des études nationales aux espaces locaux (Willm, 1989).

  • 6  La loi du 7 janvier 1983 évoque l’obligation d « ’établissement des statistiques liées à l’exercic (...)
  • 7  Conseils économiques et sociaux régionaux, et Secrétariats généraux aux affaires régionales dans l (...)

13En outre, la décentralisation a entraîné l’INSEE dans une autre série d’expériences de statistiques locales et sociales, à différents niveaux administratifs6. Les premières démarches d’évaluation plus ou moins impulsées par les corps d’inspection de l’État sont allées dans ce sens. Bien que l’institut évoqua d’abord encore les risques d’erreur et le surcoût de l’information locale, en 1986, il fut décidé de l’investir (Willm, 1989) et des outils statistiques ont été conçus (l’analyse spatiale et les banques de données locales). Par ailleurs, une formation « Statistiques régionales et locales » a été établie au sein du CNIS (comprenant les Conseils régionaux, les CESR ainsi que les SGAR7). Des comités régionaux pour l’information économique et sociale (CRIES) étaient prévus pour faire remonter les demandes régionales au niveau national. Mais seuls quatre furent créés (Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse, Réunion), et ils ne survécurent pas bien longtemps (Rouchet, 1999) : le formalisme relatif des instances et leur caractère consultatif ne motivèrent pas les acteurs régionaux et la prise en compte de leur demande.

14Malgré ces difficultés récurrentes, la dynamique d’adaptation demandée à l’INSEE se poursuit jusqu’à nos jours. La deuxième étape de la décentralisation (2002-2004) a d’ailleurs accru la place de l’information dans les systèmes d’action publique. Certaines administrations ministérielles appuient la décentralisation du savoir comme par exemple l’action sociale avec la création de l’ODAS Observatoire national de l’action sociale décentralisée destiné à aider les départements dans leur démarche d’observation (Sanchez, 1993). Enfin, les observatoires déconcentrés des administrations centrales se multiplient (observatoires du tourisme ou des équipements commerciaux…). Mais globalement, l’INSEE est resté centré sur son rôle de producteur à l’échelon national, à partir d’informations transmises des échelons locaux. Les OER ont été transformés en service d’Études à fonction de diffusion en 1993 (Rouchet, 1999). L’appui au débat local par l’élaboration d’une « région-istique », ou même d’une « local-istique » (Bardet, 1998), paraît alors hors d’atteinte de l’institut. Ce sont donc séparés de lui que d’autres systèmes d’information locale se sont développés.

Le développement hétérogène des observatoires locaux

15Les conditions d’émergence d’observatoires locaux autonomes se sont multipliées dans les années 1970 (moyens techniques et financiers des collectivités ; baisse du coût de l’informatique et de la bureautique ; hausse de la puissance informatique de traitement des données et diffusion très rapide de la maîtrise de ses techniques). Pour Rouchet (1999), la date précise de création du premier observatoire est incertaine mais le fait générateur principal est celui des lois de décentralisation et, concomitamment, la mise en place des premiers contrats de plan État-région en 1984-1988.

16Leur développement se produit sans dénombrement exhaustif et régulier : une trentaine (Boure, 1989), ou entre 200 et 300 (Legros, 1993) dans la décennie 1980 ? L’INSEE en rapporte près de 500 en 1998 (soit 8 à 10 par région), couvrant 170 thèmes environ, sans compter 187 observatoires économiques consulaires (Rouchet, 1999). Pas de recensement disponible depuis, mais de tels variations et manques d’information ne facilitent pas l’étude de l’objet et révèle une instabilité institutionnelle, préjudiciable à sa modélisation, qui domine (Debordeaux, 1996 ; Delaporte, 1996). Une des raisons est sans doute l’insatisfaction liée à la nécessité d’utiliser des indicateurs nationaux pour suivre l’évolution des espaces locaux. Une autre est le hiatus originel entre, d’une part, l’égalité dans les relations que présuppose un partenariat d’observation et, d’autre part, l’effet de surplomb d’un acteur sur les autres à qui est délégué la mise en œuvre du dispositif (Donzelot, 1994). Il y a bien un enjeu fort à veiller à la réciprocité entre acteurs (Delaporte, 1996).

17D’un autre côté, la solution du portage par un prestataire extérieur de la fonction d’observatoire comporte des risques de perte de contrôle de la qualité et de l’adaptation des méthodes (Dubouchet, 1998). Il est alors préféré des structures partenariales aux statuts juridiques variés (association de loi 1901, groupement d’intérêt public ou scientifique, ou autre établissement public). Ce mode d’organisation correspond à la méthode d’implication collective et de négociation des acteurs promue dès les années 1970 par les réformistes, et qu’anime le plus souvent l’État : d’essence consensuelle, selon la conception arendtienne d’« association pour l’action », adaptée à des projets locaux de court et moyen terme, elle exclut cependant les confrontations d’idées et l’expression de positions tranchées permettant les changements d’action possibles (Donzelot, 1991 ; Donzelot, Estèbe, 1994).

  • 8  Cependant, la tendance générale à la sous-utilisation de l’information dans les organisations se v (...)

18Concrètement, trois déterminants concourent à la création d’observatoires locaux. D’abord, la motivation des acteurs à acquérir des connaissances communes et plurielles (Vandewynkele, 2002 ; Leblanc, 2002), pouvant bénéficier aux usagers8. Ensuite, la volonté d’optimisation de l’action publique par les responsables politico-administratifs (Martin, 1998-b), en cherchant à limiter les dépenses tout en augmentant la performance des actions, en passant notamment par la connaissance des besoins des populations diversifiées socio-culturellement. Et enfin, l’implication nécessaire d’une ou de plusieurs personnes concernées, ayant des atouts suffisants pour imposer son (leur) point de vue, dans un milieu généralement indifférent et parfois hostile à l’idée d’un tel outil (Boure, 1989).

19Ainsi, le développement de la pratique des observatoires locaux a suivi quatre voies principales (Boure, 1989) : le mouvement du développement local en territoire rural, trop souvent velléitaire du fait de faibles moyens entraînant une panne de l’action ; les collectivités locales, plutôt de grande taille, dans le cadre de la décentralisation ; les organismes publics, parapublics ou associatifs de grande envergure ayant une position structurante dans un secteur particulier (agences d’urbanisme, observatoires de la santé, du tourisme ou d’agriculture, ou encore agences d’information scientifique et technique...) ; et enfin, les observatoires scientifiques à utilité locale sous l’impulsion de chercheurs.

20Ces structures sont très diverses du point de vue de leur taille, de leur forme organisationnelle, de leur statut juridique, mais aussi de leurs moyens (en moyenne, 2 à 3 personnels spécifiques permanents, avec 75 000 à 150 000 € de budget annuel). Les activités des observatoires relèvent de trois types qui peuvent se combiner et se recouvrent en partie (Legros, 1993) : l’animation interactive (forums, séminaires, journées d’études et publications diverses) ; la prescription d’études et de recherches (programmes et sélection des chercheurs ou consultants) ; et la collecte de données auprès des acteurs à des fins d’analyse et de diffusion de l’information.

21Si certains observatoires portent plusieurs axes de travail hétérogènes nécessitant des activités variées (Arino, 2008), ce sont surtout l’animation interactive et le système de recueil d’informations locales qui sont les plus mis en œuvre. Quels sont les outils intellectuels et les techniques spécifiques à développer ? Ils dépendent nécessairement de la finalité et des conditions socio-institutionnelles d’exercice des observatoires. C’est pourquoi ils ne peuvent se définir sans une réflexion épistémologique et théorique qui légitime les choix méthodologiques réalisés.

Eléments de théorie et de pratique des observatoires locaux

L’organisation d’une pratique d’analyse socialisée

22Dans une perspective de production continue et régulière de connaissances, nécessitant un processus itératif de recueil d’informations dans le temps, il a été constaté que les enquêtes directes auprès de personnes liées à des phénomènes étudiés ne présentent pas nécessairement un plus grand intérêt sur le plan cognitif, voire sont rédhibitoires des points de vue budgétaire et méthodologique. Cette situation n’est pas sans conséquence sur les options théoriques et pratiques à privilégier pour la conduite des observatoires.

23Il s’agit d’abord de rappeler que les coûts des enquêtes par entretiens ou par questionnaires et les analyses qualitatives et statistiques augmentent avec la recherche d’une meilleure fiabilité du recueil de données. Les biais d’enquête sont nombreux dans le cas du suivi de cohortes en raison des mouvements de population (Sauvage, 1993), sans compter les facteurs parasites habituelles dans le rapport enquêteurs/enquêtés que sont le désir de bien paraître et l’instrumentalisation des informations fournies (Ghiglione, Matalon, 1999). Ces attitudes sont particulièrement élevées au sujet des questions économiques et sociales, indépendamment des nombreux refus de la part des personnes précaires, étrangères, ou en mauvaise relation avec la mairie ou les autres institutions du territoire. Par exemple, au sein des grands ensembles du Mans et d’Angers (Plouchard, 1999), les déconvenues en termes de déformations et de mensonges de la part des enquêtés (près de 1 500 questionnaires passés en face à face) ont été importantes : les données des gestionnaires HLM ont montré une sur-valorisation de la présentation de la position socio-économique des habitants par eux-mêmes. Ces « données » administratives sont souvent plus précises et indiquées complètes que ce qu’acceptent de délivrer des habitants à des enquêteurs extérieurs. Reste au sociologue de devoir « faire avec » les limites de savoir finalisé que représente ce type de données de gestion (Bourdieu, 2006).

24Simonin (1993) a d’ailleurs décrit deux cas d’étude montrant l’intérêt supérieur de l’enquête par recueil de ce type de données par rapport à l’enquête directe auprès des populations. La première est l’étude « Pauvreté-précarité : tentative de mesure » (1986), pour le Commissariat général au Plan. Dans dix circonscriptions d’action sociale en France, il a été demandé aux travailleurs sociaux de remplir des questionnaires pour l’ensemble des usagers. Ce qui a pris plusieurs semainesalors que, à l’issue d’un examen comparatif, les données générales du recensement de la population de 1982, croisées avec quelques informations sur les demandeurs d’emploi, apportaient une même connaissance globale de la situation économique et des caractéristiques des ménages. La seconde étude, « Le logement des plus démunis, essai d’évaluation de la pauvreté-précarité dans le Val-de-Marne » (1988), a été réalisée dans le cadre de la mise en place d’un plan départemental pour le logement des plus défavorisés. La méthode a finalement opté pour l’utilisation plus aisée des sources disponibles : l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE, devenue Pôle emploi), les Caisses d’allocations familiales (CAF), les services départementaux d’action sociale, ou encore la direction générale des impôts. L’étude a permis une classification communale robuste selon une échelle de précarité (quatre groupes d’indicateurs : niveau de revenus ; situation socio-économique ; structure familiale ; et bénéficiaires d’allocations ou d’aides sous conditions de ressources).

25L’exploitation des données locales sur le plan scientifique favorise une posture méthodologique relevant du paradigme constructivistepour certains(Mucchielli, 2004 ; Paillé, 2004) ou encore de l’approche cognitivistepour d’autres (Corcuff, 1999). En effet, elle entraîne une collaboration explicite avec les acteurs, du fait de l’interdépendance et de la circularité forte des échanges entre les logiques socio-administratives des acteurs et les logiques d’analyse scientifique (Corcuff, 1991). Cela s’applique dès l’élaboration des objectifs d’étude et dès le recueil d’information auprès des enquêtés : le partage des objectifs ou des désirs de connaissances entraîne l’adhésion, une sorte de pacte fondé sur des perspectives de travail en commun qui conditionne la réussite des entretiens individuels par l’obtention d’une richesse d’informations (Beaud, 1996, p. 236). Pour les démarches plus collectives, l’intégration de la diversité des points de vue élève le niveau général de connaissances de manière précieuse (Castel, 1996). Cet appel à la collaboration dialectique entre acteurs et scientifiques pour éviter des politiques technocratiques, idéologiques et sans critique, est aussi contenu dans la réflexion d’Henri Lefebvre pour l’intervention dans des champs sociaux complexes comme celui de la ville : « Le mouvement dialectique se présente ici comme un rapport entre la science et la force politique, comme un dialogue, ce qui actualise les rapports « ‘théorie-pratique’ et ‘positivité-négativité critique’ » (Lefebvre, 1974 ; p. 118-119 [1ère éd. 1968])

26Il faut alors poser les conditions de ce dialogue souhaitable. Lors du démarrage de l’observatoire social des Ulis, un acte, fondateur, de validation collective de l’orientation générale d’analyse a été réalisé lors d’une réunion plénière regroupant un nombre important de représentants d’institutions et d’organismes divers relevant du champ thématique de l’observation (près d’une trentaine). À partir d’un état des connaissances effectué par le sociologue sur l’objet (autour des notions de pauvreté et de précarité sociale), des grandes composantes thématiques ont été proposées tout en prenant en compte les remarques des acteurs ; le champ le plus large possible des préoccupations cognitives de ceux-ci a donc été couvert, et une gamme hétérogène d’entre eux a été fédérée selon les domaines d’intervention. Le questionnement et le recueil des informations ont ainsi pu être engagés selon plusieurs axes thématiques (cf. infra). L’orientation cognitive était plus large et plus précise à la fois que celles qu’en avait chaque acteur. La relativité et le caractère parcellaire de leur perception leur apparurent évidents, tout en appréciant la perspective de complémentarité et d’apprentissage dans le champ cognitif plus large auquel ils se sont trouvés appartenir.

27Sur le plan épistémologique, les effets de cette démarche ne s’apparentent-ils pas à ceux de l’éthique scientifique pragmatique telle que préconisée et analysée par Castel et Soulet il y a plus de vingt-cinq ans (Castel, Soulet ; 1985) ? Ces auteurs en ont distingué cinq caractéristiques qui sont tout à fait pertinentes pour la conduite des observatoires : le déplacement partiel du champ de légitimation scientifique en prenant en compte le point de vue des acteurs ; l’existence d’une demande sociale comme base de travail ; une relative socialisation dans l’exercice de la recherche, entraînant une diminution de la temporalité du circuit d’inscription des connaissances dans le social ; la production de connaissances sur la base de la confrontation de logiques sociales hétérogènes ; et enfin, un dépassement du cloisonnement des tâches entre praticiens et professionnels des sciences sociales.

28L’accent sur le critère de validationsociale a été repris au cours des années 1980 et 1990 pour définir la validité des méthodes de recherche qualitative (Paillé, 2004). Il peut s’appliquer de deux manières : d’une part, la soumission systématique des interprétations au débat et à la révision auprès des publics non scientifiques ; et d’autre part, la recherche de convergence des résultats avec les perceptions sociales des faits. Les connaissances ordinaires et savantes se recouvrent ici partiellement et s’articulent « par un processus continuel de réalimentation réciproque et d’amalgame» (Corcuff, 1991 ; p. 532).

29Dans l’observation territoriale, l’analyste organise le recueil des « données » auprès d’acteurs possédant des savoirs et des représentations pas toujours verbalisés, écrits et enregistrés, ou il recueille des traces de leur point de vue dans divers documents : aux Ulis, l’expression de certains habitants a pu être recueillie dans un journal associatif local, dans des cahiers de consultation lors d’enquêtes publiques (opération de rénovation urbaine), ou dans les comptes-rendus de réunions liées à des dispositifs de concertation auxquels ils participent, comme les « cellules de tranquillité publique » organisées dans chacun des quatre grands quartiers de la ville par la mission de la prévention de la délinquance de la mairie.

30Cette proximité sociale assumée avec les acteurs pour l’observation ne doit cependant pas rompre avec la distance nécessaire justement épistémologique – pour garantir l’indépendance du travail scientifique. La neutralité axiologique dans l’analyse des données nécessite une certaine autonomie fonctionnelle. Aux Ulis, la structure d’animation de l’observatoire était composée, d’une part, du responsable de la mission de coordination de la prévention de la délinquance qui en était l’instigateur (directement rattaché à la direction générale des services), et, d’autre part, du sociologue recruté à cet effet. Il n’y avait aucune subordination à une quelconque mission opérationnelle particulière qu’il fallait accompagner. Sur ce plan aussi, il n’est pas anodin de relever que l’implantation physique du sociologue durant les quatre années de fonctionnement de l’observatoire est restée parcellaire sur le territoire et dans la mairie : il n’y avait pas de bureau équipé mis à disposition, ce qui traduit bien les carences institutionnelles évoquées plus haut concernant l’organisation de ce type démarche. Le bureau porteur du dispositif était celui de la mission de coordination de la prévention de la délinquance, et mes coordonnées de bureau de domicile pouvaient être fournies aux acteurs pour des échanges téléphoniques et postaux avec eux (en plus des échanges internet qui favorisent aussi la « déterritorialisation » des activités). Cette situation peut s’expliquer par le caractère expérimental de la démarche, faisant suite à une précédente expérience d’observatoire qui n’avait pas apporté satisfaction (simple juxtaposition de bilans ou de comptes-rendus d’activité de divers services municipaux ou autres, sans questionnements ou analyses transversaux).

31L’autonomie fonctionnelle a de ce fait autorisé plusieurs attitudes formelles à l’égard des acteurs : d’un côté, une indépendance par rapport aux influences politiques et idéologiques, notamment de la hiérarchie institutionnelle ; et de l’autre côté, le déploiement d’une rigueur scientifique et technique, mais aussi d’un esprit d’ouverture lié à une extériorité du regard et de l’action sur le territoire. Éléments qui ont été favorables lors de l’appel au regroupement des acteurs locaux. Cette fonction et son positionnement participent certainement à l’innovation dans la gouvernance locale qui depuis la décentralisation nécessite des démarches et des outils nouveaux, notamment sur les questions de transmission d’informations, au-delà des cultures institutionnelles et des relations interpersonnelles (Mouton, 2002).

  • 9  Dans ce cas précis, cette première étape n’a même pas été immédiatement suivie en pratique par tou (...)

32Ce positionnement comporte une dimension médiatrice et didactique, car il crée un support de relations sociales et favorise l’accompagnement des personnes dans leur réflexion opérationnelle. Par exemple, aux Ulis, l’analyse des impayés de loyer dans l’ensemble du secteur HLM de la ville, a conduit à proposer aux neuf bailleurs sociaux de la ville un mode commun de calcul des impayés, malgré les définitions et les procédures distinctes de chacun (ce qui rendait impossible toute appréhension globale et toute comparaison entre immeubles ou résidences9).

  • 10  Evidemment, plus l’information est stratégique pour les acteurs, moins ils sont enclins à la trans (...)

33Ces éléments ont un effet de régulation des systèmes d’action des acteurs, car les tensions liées à la concurrence et à la méconnaissance mutuelle est toujours vive (Boure, 1989 ; Debordeaux, 1996 ; Donzelot, 1996 ; Nardin, 1993). Pour instaurer la confiance, il est apparu que deux principes ne peuvent être écartés : d’une part, l’organisation de réunions régulières de validation collective de chaque étape de la démarche (de l’élaboration de la problématique, avec la grille thématique d’analyse, puis la définition d’indicateurs et d’objectifs d’information, à l’appréciation des résultats d’analyse des données), ce qui légitime les opérations de recueil de données plus ou moins stratégiques des acteurs10 ; et d’autre part, réaliser ces opérations sur un mode démocratique pour s’assurer de la participation libre et pérenne des acteurs concernés.

34Nous avons pu mesurer, à l’instar d’autres expériences d’animation de dynamique collective (Mahey, 2002), à quel point l’engagement des acteurs ne s’obtient qu’en intégrant leur point de vue dans des interprétations hétérogènes, à la différence de l’affrontement et du quiproquo et cela, dans un processus opératoire itératif pour un travail collectif cumulatif. Ce fonctionnement a aussi l’avantage de ne plus paraître dépendre que des seuls aléas décisionnels liés aux cycles politiques électoraux (Guillotreau, 1998).

Séquences et outils de travail

35Quelles opérations s’enchaînent dans la production d’un observatoire ? D’abord, à la suite de la préparation du projet avant décision de son application, il faut poursuivre le développement d’une problématique cognitive commune aux acteurs, en les y intégrant au maximum de leur disponibilité, par la prise en compte des axes et des objectifs d’observation qui les intéressent. L’étape suivante est le recueil de « données » permettant de répondre aux besoins de connaissance exprimés selon un mécanisme de demande-fourniture d’informations institué avec les acteurs. Une troisième séquence est l’analyse des informations recueillies : celles-ci sont croisées entre elles et avec d’autres sources extra-locales et spécialisées ; elles sont surtout aussi rapportées aux questions, aux objectifs et aux besoins de connaissance des acteurs.

36Après réalisation d’un rapport d’analyse des données par le sociologue, les résultats sont ensuite communiqués en deux temps : d’abord, largement et de manière synthétique, pour une communication en réunion plénière aux acteurs ; cela permet de recueillir les premières réactions et les questions de compréhension sur les savoirs produits, ainsi que de dégager des perspectives de suites à donner à propos des axes d’observation et des modalités de fonctionnement collectif de l’observatoire ; puis, dans un deuxième temps, les résultats sont communiquées de manière plus détaillée, lors de la réunion d’acteurs en petits groupes, pour faciliter leur appropriation et leur réaction sur les résultats, enrichissant ainsi les interprétations et facilitant les traductions en termes d’actions et de développement d’interrogations nouvelles.

37Les résultats peuvent ensuite être transmis ou mis à disposition de divers acteurs périphériques moins impliqués ou nouveaux (élus, services et habitants concernés, médias locaux, autres structures d’observation similaires extra-locales, nouveaux professionnels…), avec des documents de formes diverses : rapport d’observatoire complet ou synthèses multiples, ou encore notes de valorisation, sur papier ou par internet.

38Enfin, la durée du cycle de production peut être installée sur un an, afin de coïncider avec le rythme majoritaire des phases habituelles de réflexion, d’action et de bilan des acteurs. L’objectif est de leur permettre de fournir à l’observatoire des données assez récentes après la réalisation souvent prenante de leur bilan ou compte-rendu d’activité qui a lieu plutôt au printemps et en été. Les réunions plénières et de groupe de présentation des résultats et de leurs interprétations peuvent ainsi s’organiser en hiver, après la phase de traitement, d’analyse et de rédaction des rapports et des documents de communication (de l’été et de l’automne). La fin de l’hiver et le printemps sont alors consacrés au recueil de données (rédaction et validation d’un plan d’appel de données ; envoi aux acteurs du document).

39Pour accomplir ces tâches, six catégories de techniques et d’outils d’intervention, d’analyse et d’animation peuvent être identifiés. Elles sont évoquées dans leurs grandes lignes avec les justifications de leur choix. La première catégorie de techniques est « primaire » mais souvent oubliée faute de temps ou par choix délibéré de produire un savoir limité à des objectifs particuliers : la mobilisation et l’analyse de l’information existante. Cette action est une base pour comprendre le niveau de connaissance qu’ont les acteurs des questions traitées, et pour prendre contact avec eux et les inclure dans l’activité de l’observatoire. C’est sur cette base discursive et cognitive initiale que s’établissent les questionnements à l’origine des demandes de données. Une deuxième catégorie de techniques est l’animation des réunions d’acteurs, pour les séances plénières et les groupes thématiques. Elle sert à produire des énoncés collectifs sur le plan de l’orientation de l’observation (objet global, axes thématiques, objectifs d’information et de connaissance correspondants). Plus précisément, deux types d’animation de groupe peuvent être choisis selon l’objectif des réunions (Mucchielli, 1994) : d’une part, l’animation d’un groupe de réflexion, en deux modalités (développement des énoncés, et synthèse) ; et d’autre part, l’animation d’un groupe de projet, en s’assurant des conditions matérielles et relationnelles de participation des acteurs dans le projet d’observation.

40Il est effectivement attendu de porter une grande attention au fonctionnement des groupes, sur les plans moral (ressenti du groupe entre membres et par rapport à l’extérieur) et de la « maturité » (niveau des échanges et des coopérations internes). Dans l’expérience d’animation des commissions et des séances plénières de l’observatoire des Ulis, le rapport d’interdépendance entre inter-compréhension des acteurs et leur coopération potentielle ou effective, est apparu comme une condition essentielle du succès de la démarche. La gestion du moral des acteurs et de leurs inter-relations se passe d’ailleurs tant lors des réunions que hors des réunions (échanges à l’occasion des phases de recueil et de traitement des données, ou en préparation des réunions).

41Une troisième technique est l’instauration d’un mécanisme de demande-fourniture de données avec l’accord des acteurs. Il s’agit d’élaborer et de diffuser un document pratique (« Plan d’appel de données » dans l’expérience ulissienne), comprenant les demandes d’information relatives aux objectifs définis auparavant par les groupes thématiques d’acteurs. Aux Ulis, le document comportait la liste des demandes par grands thèmes d’observation avec les acteurs pressentis pour y répondre, ainsi qu’un tableau en introduction du document présentant les acteurs avec la mention des thèmes pour lesquels des demandes leur sont faites. Avec l’étape précédente de formulation des objectifs d’information, cette technique matérialise le lien entre d’une part, l’observatoire comme instance globale et abstraite, et d’autre part, les acteurs-partenaires qui le composent. Certains acteurs formulent des besoins de connaissance et d’autres fournissent des informations y répondant ; ces rôles pouvant changer d’un thème à un autre, d’une période à une autre. Pour la clarté des échanges et l’élévation de l’inter-compréhension entre acteurs (dont l’analyste), chaque fourniture d’informations, qualitatives ou quantitatives, doit présenter un commentaire d’analyse le plus détaillé possible permettant de comprendre leur signification pour l’acteur (par rapport au phénomène concerné, au contexte perçu et à l’action à ce sujet). L’objectif est d’éviter tout biais d’analyse et d’interprétation dans les traitements ultérieurs.

42Un quatrième ensemble de techniques concerne tant les analyses quantitatives, plus ou moins avancées (descriptives ou inférentielles), que la mise en forme de données, avec des tableaux de bord et des mises en forme graphiques. Les tableaux de bord, réunissant des indicateurs restreints, sont rarement accompagnés de guide de lecture, c’est pourquoi, des commentaires et des graphiques mettant en valeur les évolutions doivent être ajoutés. La cinquième technique mise en valeur est proche de la catégorie précédente, par les contenus statistiques qu’elle comporte, mais s’en écarte par sa dimension qualitative prédominante : l’élaboration des indicateurs. C’est une technique de description empirique de notions, de phénomènes ou de questions souvent abordés de manière anxiogène par les acteurs : la santé, le bien-être ou au contraire le malaise, la pauvreté et la précarité sociale, ou encore la pollution environnementale... Quels indicateurs utiliser ?

43Ghiglione et Matalon ont posé des jalons structurants pour y répondre (Ghiglione, Matalon ; 1999 ; p. 219-224). Ils définissent les indicateurs comme des informations de la manifestation réelle des notions étudiées. Ceux-ci sont formés à partir des définitions opérationnelles des notions, c’est-à-dire des définitions permettant d’opérer à leur mesure(Ghiglione, Matalon, 1999). Cela signifie que « trouver » des indicateurs de certaines notions ou de phénomènes étudiés consiste à rassembler ou produire des informations qui en apportent des mesures descriptives.C’est pourquoi la recherche d’indicateurs doit en premier lieu passer par une explicitation des connaissances larges et approfondies. L’identification, la production et la mise en valeur d’informations ayant statut d’indicateurs est ensuite aisée. Aux Ulis, c’est le thème de la précarité sociale des habitants qui a été décomposé en six sous-thèmes : l’insertion professionnelle des actifs ; le niveau de vie des ménages ; le logement ; l’intégration des immigrés (et de leurs descendants) ; la sécurité des personnes et des biens et la tranquillité publique ; la vie quotidienne. Ce sont les difficultés des ménages et des habitants sur la ville dans ces domaines, rapportées par des acteurs, qui ont été utilisées comme des indicateurs de précarité sociale.

  • 11 D’après Debordeaux (1996) et Mucchielli (1994) avec compléments de moi-même suite à expérience ulis (...)

44Aussi, les indicateurs doivent posséder une série d’autres qualités pour leur appropriation sociale11 : la pertinence (réponse à un besoin), la fiabilité (absence de biais dans l’opération de mesure effectuée), la spécificité et la sensibilité (capacité à n’informer que sur le phénomène visé, et à signaler ses variations), la robustesse(résistance au détournement de la signification des informations), la disponibilité(selon capacité et volonté des acteurs), l’intelligibilité (compréhension pour les utilisateurs de données), et aussi le coût économique et temporel de recueil et de traitement, ainsi qu’une utilité directe pour la réflexion et la décision locale.

45La sixième et dernière technique concerne l’analyse des données hétérogènes, à prédominance qualitative (Mucchielli, 1994). Il s’agit de croiser, comparer et relier les différentes informations obtenues et traitées, quantitatives et qualitatives, en ayant donné une place centrale aux commentaires des acteurs accompagnant leur fourniture de données ou réalisés lors d’entretiens avec eux. Pour leur crédibilité, ces opérations ont intérêt à se conformer aux critères de validité des méthodes qualitatives évoqués plus haut (Mucchielli, 1994) : l’acceptation interne des analyses par les enquêtés (habitants enquêtés ou consultés), que l’on peut étendre aux acteurs fournisseurs d’informations (critère que l’on a dénommé la validation sociale) ; la complétude des analyses, avec la multiplication des modes de recueil de données et des thèmes d’étude des phénomènes permettant une approche globale ; la saturation des informations recueillies pour disposer de tous les éléments utiles aux analyses ; la cohérence interne du phénomène analysé, entre les différents aspects mis à jour ; et enfin, la confirmation externe des analyses par les pairs, en confrontant les analyses à leur production ou à leur jugement.

46À cette liste, il faut ajouter le critère d’intérêt cognitif des acteurs, en fournissant les réponses à leurs questionnements. Celles-ci doivent apporter un état des différentes formes locales des notions principales étudiées (Leblanc, 2002 ; Martin, 1998-b) : aux Ulis, par exemple, ce sont bien différentes manifestations locales de la précarité sociale qui ont été mises en valeur. Une configuration communale des résidences « sensibles » se dessinait en fonction des difficultés cumulées et de leur intensité révélée par les différentes informations recueillies (impayés de cantine scolaire et de loyers ; actifs demandeurs d’emploi, sous employés ou encore sans qualification…). Cette représentation régulière dans le temps des différents indicateurs sur la ville offre une vision globale aux acteurs concernant le sens de la configuration locale des rapports sociaux. Ce qui facilite la compréhension et la prise en compte des demandes et des besoins des divers publics.

Conclusion 

47L’approche analytique concernant une méthodologie globale, adaptée et souhaitable pour conduire des observatoires locaux a souvent manqué, alors que les précédents travaux ont principalement abordé les aspects quantitatifs. Corrélativement, ont été occultés les moyens et les conditions pour réaliser la fonction principale de ces dispositifs, à savoir la production de représentations collectives d’objets locaux, en prenant en compte l’ensemble des acteurs d’un champ d’action sociale et politique, et notamment les habitants (Arino, 2008).

48De nos jours, l’inventaire et la transmission des compétences principales ne paraissent pas encore assurés par les organismes d’enseignement et de formation. Les formations sont courtes, ponctuelles et limitées encore à une présentation théorique et organisationnelle d’ensemble des observatoires, assortie d’un balisage conceptuel de notions, liées à un ou des projets d’observatoire des participants, afin d’identifier des indicateurs pertinents.

49C’est bien pourtant la maîtrise d’un champ méthodologique diversifié comme celui présenté qui assure l’adoption d’une posture éthique et professionnelle favorisant le succès des observatoires. Elle offre aux institutions qui recrutent parfois des sociologues sans en exploiter complètement le potentiel encore (Ould Ferhat, 2008), un moyen d’accepter et de réduire les incertitudes cognitives par une approche compréhensive de la complexité chère à Edgar Morin (Morin, 2010).L’enjeu social est autant d’assurer la crédibilité des démarches que de contribuer à la dynamique des acteurs à travers la « vérité » de leur territoire.

Haut de page

Bibliographie

Andréani G. (1979), « Planification sociale et indicateurs sociaux », Vie sociale, Cahiers du CEDIAS, n° 2. 

Arino M. (2008), « De l’observation à la représentation : les observatoires, outils d’aide à la décision ou construction du réel ? », pp 223- 238, in Gilbert Y., dir., Changer le social. Logiques, enjeux et acteurs du développement social dans la modernité accrue, Perpignan, PUP, Coll. Études, 310 p.

Bardet F. (1998), « Des observatoires avant la décentralisation », Annales des Ponts et Chaussées, n° 88, pp. 7-16.

Beaud S. (1996) « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’ ‘entretien ethnographique’ », Politix, Revue des sciences sociales du politique, vol. 9, n° 35, pp. 226- 257.

Besson J.-L. (1992), « Editorial », pp. 19-23 in Besson J.-L., La cité des chiffres ou l’illusion des statistiques, Paris, Ed. Autrement, 261 p.

Bourdieu P. (2006), « Une science qui dérange », pp. 19- 36 in Bourdieu P., Questions de sociologie, Les Editions de Minuit, coll. Reprises, 271 p. (1ère édition, 1980).

Boure R. (1989), « Les observatoires économiques et sociaux locaux : des outils en devenir ? », Les Cahiers du L.E.R.A.S.S., n°16, pp. 5-29 ;

Calcoen F. (1993), « Observateurs et décideurs », Informations sociales, n° 27.

Castel R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale, Paris : Fayard, 490 p.

Castel R. (1996), « A propos du statut scientifique de la recherche sociale », Vie sociale, n° 2-3, pp. 51-58.

Chebroux J.-B. (2007), Conduire et animer un observatoire local, Voiron : Territorial éditions, 111 p. 

Corcuff Ph. (1991), « Eléments d’épistémologie ordinaire du syndicalisme », RFSP, vol. 41, n° 4., pp. 515-536 ;

Corcuff Ph. (1999), Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan Edition, coll. 128,

Debordeaux D. (1996), « L’observatoire social au service de l’action », Recherches et prévision, n° 46, déc, pp. 73-84.

Delaporte L. (1996), « Le jeu de l’observatoire social : voile ou partage ? », Vie sociale, n° 1, pp. 39-50.

Delors J., dir. (1971), Les indicateurs sociaux, Futuribles, Sédéis, Paris, 392 p. ;

Desrosières A. (1993), La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Desrosières A. (1994), « Le territoire et la localité, deux langages statistiques », Politix, n° 25.

Donzelot J. (1994), L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Seuil (1ère éd. : 1984).

Donzelot J., dir., Estèbe Ph. (1994), L’Etat animateur. Essai sur la politique de la ville, Le Seuil, Esprit, 239 p.

Donzelot J. (1991), « Le social du troisième type », in Donzelot J., dir. Face à l’exclusion, le modèle français, Esprit, 227 p.

Donzelot J. (1996), « Conditions d’émergence des observatoires sociaux territoriaux », Vie sociale, n° 1, pp. 33-38.

Dubouchet L. (1998), « La connaissance du social. Les enjeux d’aujourd’hui », in Martin G., La dynamique des politiques sociales, L’Harmattan, 367 p.

Fouquet A. (1993), « Les observateurs », Informations sociales, n° 27, pp. 34-43.

Galland J.-P. (1998), « Observer les observatoires », Annales des Ponts et Chaussées, n° 88, déc.

Ghiglione R. et Matalon B. (1999), Les enquêtes sociologiques. Théories et pratiques, Coll. U – Sociologie, 301 p. 

Gilbert Y. (2008), « Le développement social : entre doctrine pratique du changement et outil de régulation sociale », pp. 21-43 in Gilbert Y., dir. Changer le social. Logiques, enjeux et acteurs du développement socvial dans la modernité accrue, PUP, coll. Études, 310 p.

Guillotreau P. (1998) « De l’utilité des observatoires », pp. 343-361, in Martin G., La dynamique des politiques sociales, L’Harmattan, 367 p. 

Kohn R. C. (1998), Les enjeux de l'observation : sur lesenjeuxde nos façons depercevoir et de décrire les faits humains et une exploration del'observation questionnante, Paris : Anthropos, XIV- 227 p. 

Lefebvre H (1974), Le droit à la ville (suivi de Espace et politique), Ed. Anthropos, 284 p. [1ère éd. de Le droit à la ville en 1968] ;

Legros M. (1993), « Les observatoires tout-terrain », Informations sociales, n° 27, pp. 57-65.

Leblanc N. (2002), « Observation et démocratie locale. Mettre en débat nos visions du territoire. », Territoires, ADELS, n° 433, cahier 2, déc., pp. 32-33.

Mahey P. (2002), « Observer tout seul ne sert à rien », Territoires, ADELS, n° 433, cahier 2, déc., pp. 16-18.

Martin G. (1992), « L’observation sociale, une démarche salutaire », Revue française des Affaires sociales, n° 3, juillet- septembre, pp. 57-76.

Martin G. (1998-a), « ‘Les péripéties de l’observation sociale », pp. 21-29, in Martin G., dir., La dynamique des politiques sociales, L’Harmattan, 367 p. 

Martin G. (1998-b), « L’observation sociale : attendus et préalables », pp. 45-58, in Martin G., dir., La dynamique des politiques sociales, L’Harmattan, 367 p.

Mouton Ph. (2002), « L’observation : quelles incidences sur l’organisation du service public ? », Territoires, ADELS, n° 433, cahier 2, déc., pp. 24-25 ;

Mucchielli A. (1994), Les méthodes qualitatives, Que sais-je ? PUF, n° 2591 ;

Mucchielli A. (2004), « (Paradigme) constructiviste », pp. 30-35, in Mucchielli A., dir., Dictionnaire des méthodes qualitatives, Paris : A. Colin, 303 p.

Nardin P. (1993), « Au plus près de l’utilisateur », Informations sociales, n° 27, pp. 44-47.

Ould Ferhat L. (2008), “Sociologue dans une collectivité, pour quoi faire ?”, Sociologies pratiques, PUF, n° 16, pp. 63-78.

Paillé P. (2004), « Pertinence de la recherche qualitative », pp. 189-190, in Mucchielli A., dir., Dictionnaire des méthodes qualitatives, Paris : A. Colin, 303 p.

Plouchard L. (1999), Comprendre les grands ensembles. Une exploration des représentations et des perceptions. L’Harmattan, 296 p.

Rouchet J. (1999), « Les observatoires économiques et sociaux, Les Rapports du CNIS, CNIS, n° 53, septembre.

Sanchez J.-L. (1993), « Diversité et cohérence de l’observation », Informations sociales, n° 27, pp. 66-71

Savoye A. (1996), « Le rapport entre science et action chez Le Play et ses continuateurs (1855- 1914) », Vie sociale, n° 2-3, pp. 9-18.

Simonin B. (1993), « La recherche de synergies », Informations sociales, n° 27, pp. 24-34.

Soulet M.-H., (1996), « La recherche peut-elle être sociale ? », Vie sociale, éd. Musée social- CEDIAS, n° 2-3, pp. 27-36.

Vandewynkele M. (2002), « Des lunettes à double foyer », Territoires, ADELS, n° 433, cahier 2, déc., pp. 22-23 ;

Viveret P. (1993), « La révolution de l’intelligence », Informations sociales, n° 27, pp. 8-14 ;

Willm Ch.-A. (1989), « L’Insee et l’observation locale », Les Cahiers du L.E.R.A.S.S., n°16, pp. 51-68.

Haut de page

Notes

1  Observatoire conduit dans une commune de 25 000 habitants de banlieue parisienne, Les Ulis, dans l'Essonne, entre 2000 et 2004. Il a servi aussi pour une thèse concernant l’évolution urbaine de la commune (université de Nancy II, LASURES, sous la direction de J.-M. Stébé ; www.sociologieurbaine.fr). Un ouvrage théorique et méthodologique a été produit au sujet de la pratique de ce dispositif (Chebroux, 2007). Cet article prolonge ces premières réflexions.

2  Aux États-Unis d’Amérique, les premiers travaux sur le bien-être social sont réalisés par la NASA (agence spatiale) dans années 1960, pour mesurer les effets sociaux de l’exploration de l’espace. En France, Jacques Delors, chef du service des Affaires sociales du Commissariat général au Plan, mène, à partir de 1968, les premières recherches de données dans un certain nombre de domaines non strictement économiques (personnes âgées, développement urbain…).

3  Créée en 1963, la DATAR a été remplacée le 1er janvier 2006 par la Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT) en intégrant les fonctions de la Mission interministérielle sur les mutations économiques (MIME). Par le décret du 14 décembre 2009, elle redevient la DATAR, avec un changement de termes - Délégation interministérielle à l'Aménagement du Territoire et à l'Attractivité Régionale -, en ajoutant aux missions précédentes, celle de réflexion prospective et stratégique sur les métropoles.

4  Un autre auteur que Bardet, Boure (1989), évoque la date de 1967 et la création d’un troisième OER à Montpellier.

5  Le CNIS exprime des avis dans le cadre des programmes statistiques de l’INSEE. Besson (1992) indique que, malgré la présence de corps sociaux constitués (syndicats, administrations, associations, institutions…), le CNIS reste dominé par les administrateurs de l’INSEE et du ministère des Finances, déterminant ainsi une oligarchie politique dans la définition scientifique des orientations statistiques, aux conceptions abstraites éloignées des préoccupations des citoyens.

6  La loi du 7 janvier 1983 évoque l’obligation d « ’établissement des statistiques liées à l’exercice (des) compétences (transférées) » (formation professionnelle et apprentissage, urbanisme, ports maritimes, action sociale et santé, ainsi que des transports scolaires).

7  Conseils économiques et sociaux régionaux, et Secrétariats généraux aux affaires régionales dans les préfectures de région.

8  Cependant, la tendance générale à la sous-utilisation de l’information dans les organisations se vérifie ici (Boure, 1989), non sans lien avec le ralentissement de l’action qu’entraîne l’observation (Viveret, 1993 ; Galland, 1998 ; Martin, 1998-b). L’information n’est recherchée qu’à l’occasion de problèmes complexes, irrésolus et nécessitant des savoirs pointus ; ce que les observatoires ne fournissent pas.

9  Dans ce cas précis, cette première étape n’a même pas été immédiatement suivie en pratique par tous les bailleurs pour la fourniture de données : ce qui montre que c’est dans le temps que se développe un tel dispositif qui induit des changements organisationnels auprès des acteurs.

10  Evidemment, plus l’information est stratégique pour les acteurs, moins ils sont enclins à la transmettre.

11 D’après Debordeaux (1996) et Mucchielli (1994) avec compléments de moi-même suite à expérience ulissienne. On n’aborde pas ici les caractérisations relevant plutôt de l’approche statistique des indicateurs : agrégés / simples ; objectifs / subjectifs ; statiques / dynamiques… et de leurs différents domaines d’application : champ ou domaine particulier de la vie sociale et économique, ou encore contexte, action, et effets d’une action ou d’une politique publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Bernard Chebroux, « Les observatoires locaux : quelle méthodologie pour les conduire ? », Socio-logos [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2620

Haut de page

Auteur

Jean-Bernard Chebroux

Doctorant en sociologie à l’université de Nancy (2L2S-LASURES), consultant et enseignant université Paris XIII ; jb_chebroux@club-internet.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org