Navigation – Plan du site
Actualité du RT 40 : L’innovation institutionnelle – Dossier coordonné par Frédérique Giuliani et Yves Bonny

Configurations et trajectoires de l'innovation institutionnelle. Une introduction

Yves Bonny et Frédérique Giuliani

Texte intégral

1Le thème de l’innovation est omniprésent dans le discours social contemporain, pour des raisons à la fois culturelles et idéologiques. D’un côté, il est en phase avec un imaginaire social qui valorise le nouveau, dans tous les domaines, comme synonyme de modernité. De l’autre, à l’instar d’autres notions (la modernisation, le changement social), l’« innovation » se présente comme un leitmotiv des discours politiques, le plus souvent à caractère injonctif. Ceux-ci ont souvent fait l’objet d’analyses critiques, lesquelles ont vu en cette rhétorique un mot d’ordre néolibéral associé à une mise en concurrence généralisée ou encore le symptôme d’une démission de l’Etat face au traitement des problèmes sociaux. Certes, l’usage de cette notion est par bien des aspects incantatoire et stratégique. Mais la critique démystificatrice s’inscrit elle-même souvent dans une perspective figée et statique du monde social orientée vers la mise en exergue de certains invariants structurels (les inégalités sociales, de genre, les luttes générationnelles…). À l’inverse, dans une appréhension du monde social comme un monde ouvert, comme une « structure in process » (Anselm Strauss, 1992), la notion d’innovation met l’accent sur son potentiel de transformation et de mue. La création et l’innovation constituent dans ce cas une propriété intrinsèque des activités humaines au travers desquelles émerge et s’accomplit en permanence le monde social.

2Notre propos se situe à distance de ces deux approches. Nous considérons que la notion d’innovation ne relève pas simplement de l’air du temps et à bien des égards de l’idéologie, ni d’une réalité immanente, et qu’elle constitue une entrée sur la vie sociale spécifique et potentiellement riche de perspectives, à condition de s’en donner une acception suffisamment précise. C’est pourquoi nous adopterons la distinction essentielle établie par Norbert Alter (2000 et 2002) entre invention et innovation. Raisonner en termes d’innovation implique non seulement d’identifier une dimension de nouveauté dans la configuration des rapports sociaux – que celle-ci renvoie à une visée de réforme, à une expérimentation, à des formes de bricolage inventif, etc. – mais également, d’enquêter sur l’inscription durable ou non de ce nouveau dans le monde social examiné. Dans cette perspective, seule cette inscription durable – autrement dit l’institutionnalisation de la nouveauté – caractérise en propre l’innovation. Mais que celle-ci s’opère ou non n’est pas du tout essentiel du point de vue du questionnement sociologique : l’échec dans la diffusion d’une réforme ou la généralisation d’une expérimentation est tout autant source d’enseignements que le succès car il met aussi en évidence la dynamique des rapports sociaux face à la nouveauté apparue quelque part.

Etudier l’innovation institutionnelle : portée heuristique et dispositifs méthodologiques

3L’objet de ce dossier n’est pas d’étudier l’innovation en général, mais une modalité bien spécifique de celle-ci, à savoir l’innovation institutionnelle. Il a en effet été construit sur la base d’une sélection de communications présentées dans le cadre du Réseau thématique 40 (« Sociologie des institutions ») de l’Association française de sociologie lors du congrès de Grenoble, en juillet 2011. Le thème de l’innovation est habituellement appliqué à la technologie ou à l’organisation ; l’on parle de plus en plus souvent aussi aujourd’hui d’innovation sociale, par opposition aux logiques avant tout économiques. La notion d’innovation institutionnelle nous oriente différemment : le questionnement porte ici sur les processus de création ou de reconfiguration institutionnelle, concernant en particulier les institutions publiques, qui sont au centre des différents textes de ce dossier (protection de l’enfance, police, psychiatrie, travail social, collectivités publiques, justice, prison, école). Chaque texte explore et identifie les activités, les dispositifs et les acteurs inscrits dans une visée et une perspective d’innovation institutionnelle. Non pas tant pour évaluer l’efficience de l’innovation que pour établir une connaissance des « espèces d’association » (Simmel, 1981, p.165) que recouvrent concrètement le développement et la conduite « d’innovations ». Autrement dit, il s’agit d’examiner les (ré)agencements institutionnels, de nature relationnels, matériels et symboliques, qui sont à l’œuvre lorsque des institutions sont prises dans une dynamique d’innovation.

4L’intérêt d’une analyse des institutions à partir d’une entrée par le thème de l’innovation est de mettre l’accent sur la notion de nouveauté, par opposition au simple changement, pour en suivre les formes d’apparition et analyser les processus et les trajectoires à partir desquels elle se diffuse ou non, qu’il s’agisse de création institutionnelle ou de reconfiguration d’une institution existante quant à ses missions, à ses modalités opératoires, aux mandats des professionnels. Ce fil conducteur permet de mettre en relief ce qui travaille la société et l’institution considérée, que ce soit comme rhétorique, comme enjeu, comme exigence, et la manière dont les différentes parties prenantes de la vie de l’institution se positionnent. La notion d’innovation conduit, entre autres, à mettre l’accent sur les moments, les « séquences » où l’institution se fait et se défait. Pensée comme une « création destructrice » elle permet de rompre avec, d’une part une analyse univoque de l’institution, interprétant les transformations institutionnelles soit en termes de déclin, soit en termes d’emprise et de contrôle renouvelés ; d’autre part une perspective unilatéralement continuiste ou discontinuiste : l’innovation institutionnelle n’est pas synonyme de changement, pas plus que de mutation ; elle implique une modification substantielle de l’institution ou une culture enracinée de l’ouverture au nouveau – par opposition à des initiatives originales mais locales ou ponctuelles et sans lendemain ; elle implique en même temps le maintien de l’identité de l’institution.

5Prendre pour objet de réflexion tout ce qui renvoie au champ sémantique du « nouveau » implique la plus grande prudence dans l’analyse et une démarche de clarification des positions énonciatives. Qui parle d’innovation, sont-ce des acteurs ou est-ce le chercheur ? Dans le premier cas, il peut être opportun de prendre de la distance critique à l’égard de ce discours, d’en examiner la dimension rhétorique ou idéologique, le caractère éventuellement injonctif. Mais lorsque ce discours renvoie à un champ d’expérience et un horizon d’attentes (Koselleck, 1990), il convient dès lors d’engager une analyse des initiatives des acteurs de l’innovation, de leur position dans l’institution, des logiques d’action et des jeux et interactions d’acteurs (tant top down que bottom up), des modes de légitimation, des ressources mobilisées, le tout inscrit dans des références institutionnelles et dans des formes organisationnelles et relationnelles préalables, des trajectoires historiques, des asymétries de positions, afin de rendre compte des transformations et de la diffusion et de l’ancrage durable ou non du nouveau dans l’institution, jusqu’à devenir un modèle d’organisation collectivement partagé, moyennant toutes sortes de réagencements et d’effets émergents non intentionnels.

6Si c’est le chercheur qui parle d’innovation, que ce soit pour désigner un processus jugé abouti ou au contraire avorté, cet énoncé implique que soit explicité le point de vue à partir duquel le statut d’innovation est conféré à une réalité observée, tant les focales retenues conditionnent fortement les interprétations proposées. Il convient de rendre apparents les critères, les modèles d’analyse, les outils de l’objectivation, au regard desquels le caractère novateur d’une entreprise est établi. Il va de soi que l’attribution du statut d’innovation peut être guidée par des modèles d’analyse éprouvés et validés par la communauté des chercheurs (Desjeux, 2002 ; Akrich, Callon et Latour, 2006 ; Mendez, 2010). Cela n’annule pas pour autant la part irréductible de l’interprétation : l’innovation est toujours saisie dans un rapport, une mise en relation, une comparaison. D’où la nécessité d’expliciter le plus possible les critères du jugement. Cette exigence est redoublée dans les cas où les chercheurs sont eux-mêmes un élément, un ingrédient de la fabrique de l’innovation. Ces aspects sont plus particulièrement thématisés par Filiod, Rostaing et Touraut, dès lors que leur enquête sociologique est pensée par les acteurs comme un moyen de diffusion de l’expérimentation et de construction de sa légitimité. La question du positionnement du sociologue à l’égard des attentes des acteurs devient alors cruciale, notamment quant à l’usage que les uns et les autres font dans un tel contexte du concept d’innovation.

7Que l’énoncé relatif à l’innovation provienne des acteurs ou des chercheurs, une question centrale d’un point de vue théorique comme méthodologique concerne les échelles d’analyse et d’observation privilégiées. Les auteurs rassemblés dans ce numéro développent des niveaux d’analyse institutionnelle variés auxquels correspondent des dispositifs d’enquête distincts. Certains campent une posture de surplomb, ils étudient la manière dont une institution est traversée, sous forme de vagues successives, par des coalitions réformatrices qui modifient en profondeur les découpages et les missions de l’institution. Dans ce cas, l’innovation est perçue à l’aune de l’institution considérée dans sa globalité (la police, la protection de l’enfance). Dans leur contribution, Purenne et Wuilleumier mettent en évidence ce lien étroit qui unit la théorisation proposée et les dispositifs d’enquête mis en œuvre. Considérant que l’innovation est un processus multiacteurs s’inscrivant souvent dans le temps long, elles plaident pour des enquêtes au long cours permettant l’analyse longitudinale de l’institution et des jeux d’acteurs qui la traversent. D’autres auteurs visent quand à eux des segments particuliers de l’institution ou des niveaux d’analyse locaux. Dans ce cas, ils mettent en place un format d’enquête au plus près des protagonistes, propice à l’exploration in situ de l’expérimentation et décrivent de l’intérieur les dynamiques innovantes. La fin de l’expérimentation signe la fin du dispositif d’enquête. Reste alors à déterminer quelle est la portée de ce qui a été observé à cette échelle fine du point de vue de la dynamique d’ensemble de l’institution. Très souvent, l’innovation repérable à un certain niveau d’analyse paraît rester cantonnée à la périphérie de celle-ci : l’on peut alors parler d’une innovation dans l’institution, mais pas d’une innovation institutionnelle au sens fort du terme. Mais on retrouve à nouveau ici la question de l’échelle temporelle, car pour en juger vraiment il faut pouvoir inscrire l’analyse dans une durée significative, ce que les objets d’étude ou les dispositifs d’enquête ne permettent pas toujours.

8En sus de ces préalables épistémologiques et méthodologiques, l’innovation institutionnelle peut être appréhendée à partir de deux questions principales. L’une concerne la configuration du système d’action au sein duquel naît, se loge, s’alimente et se développe une innovation. L’autre concerne la dynamique propre de l’innovation et vise à en suivre la trajectoire et à en déterminer l’impact.

Quelle est la configuration initiale du système d’action impliqué ?

9L’initiative d’innover renvoie la plupart du temps à une insatisfaction ressentie par les acteurs qui en sont porteurs face à l’état existant. Les raisons sont multiples : transformations culturelles, nouveaux référentiels, crise de légitimité de l’institution (pression de l’opinion, mauvaise image, scandale), visée de communication, de contrôle, tensions internes, évaluations critiques des modes opératoires en vigueur, etc. L’on peut distinguer deux cas de figure principaux, selon que l’initiative vient des autorités et pouvoirs qui encadrent l’institution (dans ce cas, l’innovation est nommée « réforme ») ou qu’elle part de la base (associations, professionnels de terrain). Un premier questionnement concerne par conséquent l’analyse du contexte d’apparition de l’innovation étudiée, l’identification des acteurs qui l’impulsent, la cartographie du système d’acteurs impliqué et la façon dont il s’articule avec le système d’action institutionnel dans son ensemble. C’est en particulier à travers les modalités de cette articulation que va s’opérer ou non le chaînage qui relie l’impulsion première aux dynamiques de diffusion et de généralisation qui constituent en propre l’innovation, lorsqu’elle est effective, moyennant alors toutes sortes de déplacements.

10Plusieurs des contributions de ce dossier mettent en évidence combien l’innovation apparaît à bien des égards comme antinomique de l’institution, dès lors qu’elle en bouscule la culture, les modes d’organisation, les règles et procédures, les identités professionnelles. Qui dit innovation dit en effet incertitude, remise en cause des modes d’organisation et des routines en vigueur, toutes choses qui s’opposent à la stabilisation institutionnelle et qui peuvent potentiellement remettre en cause les dirigeants eux-mêmes. L’innovation institutionnelle est un processus critique et son étude permet de penser comment l’institution, laquelle « définit ce qui a de la valeur et qu’il convient de respecter » (Boltanski, 2009), se fabrique ou se désagrège à travers l’intégration (ou non) de cette critique. Qu’elle se matérialise sous la forme d’un projet d’envergure visant une modification en profondeur du mandat institutionnel (Eyrault et Velpry) ou qu’elle concerne plus modestement les modalités pratiques sur lesquelles s’appuient les professionnels pour mener à bien leur mission (Gourgues), qu’elle soit impulsée par le haut sur le mode de la réforme (Gissinger, Purenne et Wuilleumier) ou de l’expérimentation (Rostaing et Touraut, Filiod), ou qu’elle renvoie à une initiative de la base (Becquemin, Lyet), l’innovation institutionnelle est une critique, une remise en cause des valeurs et de l’univers de sens institués.

  • 1  Voir notamment à ce propos les étapes de l’intéressement et de l’enrôlement distinguées dans le mo (...)

11Il faut par conséquent des conditions bien spécifiques pour qu’un processus d’innovation s’enclenche, encore plus pour qu’il réussisse. L’aspect qui apparaît le plus décisif à cet égard concerne le potentiel de mobilisation de l’ensemble des parties prenantes de l’institution, et surtout la capacité ou non des acteurs moteurs à attacher d’autres acteurs à la dynamique enclenchée1 et à transformer ainsi l’institution en son cœur. Il ne faut en effet pas confondre capacité de mobilisation et capacité d’attachement : si nombre de réformes impulsées par les directions échouent, en dépit des ressources importantes qui sont mises en œuvre, c’est parce qu’elles ne font pas sens pour les acteurs concernés, qu’elles heurtent des valeurs, des identités ou des intérêts établis. Inversement, la base ne signifie pas nécessairement la marge, et les acteurs de terrain peuvent dans certaines configurations se révéler être des « entrepreneurs de réforme » efficaces, notamment à travers les réseaux d’alliances qu’ils constituent (Becquemin).

Comment s’organise la dynamique d’innovation et quelle en est la portée ?

12Le deuxième questionnement porte précisément sur la dynamique de l’innovation : modalités de mise en œuvre, interactions et jeux entre acteurs, processus d’appropriation ou de résistance, impact. Compte tenu de son caractère critique et subversif, l’innovation est décrite par de nombreux auteurs comme une activité en bordure, en lisière de l’institution qui progressivement gagne, contamine, infiltre (ou pas) le cœur de l’institution. Avant d’être relayée (ou pas) par le plus grand nombre, les petits porteurs de l’innovation sont souvent des acteurs étrangers au domaine concerné (tel que le rôle joué par les artistes pour faire entrer l’art en prison ou dans l’école), des acteurs professionnels émergents disposant de faibles repères professionnels pour définir leurs missions et leur rôle (c’est le cas des fonctionnaires participatifs étudiés par Gourgues), ou encore des acteurs pionniers disposant d’une grande latitude à l’échelle où ils agissent (Becquemin, Lyet). Même dans les cas où la dynamique d’innovation est clairement impulsée par la direction de l’institution, l’une des conditions majeures de réussite semble bien se situer dans la capacité à mener un « travail à la frontière » et à transformer ainsi l’institution « par imprégnation », par petites touches (Purenne et Wuillermer). Toute approche frontale risque en effet de susciter de très fortes résistances et de mener à l’échec, étant donné le « coût élevé du travail de construction d’un sens commun réformateur au sein d’une institution » (Bezes et Le Lidec, 2010, p. 59).

13Quel que soit le jugement porté quant à l’impact du processus sur l’institution, l’analyse doit permettre d’identifier les conditions de l’institutionnalisation de l’innovation, i.e. les chaînages par lesquels celle-ci se propage (ou pas) et développe (ou pas) son assise. Tout processus abouti d’innovation signifie qu’il y a eu appropriation du nouveau par une multiplicité d’acteurs, processus qui n’a rien de linéaire et de mécanique et génère de multiples redéfinitions tout au long de la trajectoire. Il se traduit par des recompositions des mandats institutionnels, des modes d’organisation et d’action, des hiérarchies de valeurs instituées, des statuts et rôles professionnels établis, des modes de catégorisation et de traitement des publics cibles. Inversement, dans les cas où l’innovation apparaît comme ambiguë, douteuse ou incertaine, l’étude de la trajectoire du nouveau conduit à mettre en évidence les configurations et les jeux d’acteurs qui en réduisent la portée et l’impact, qu’il s’agisse de visée réformatrice édulcorée par les acteurs de terrain ou cantonnée à un segment de l’institution, d’expérimentations s’apparentant davantage à un coup médiatique qu’à une transformation en profondeur, ou encore d’initiatives originales portées par une partie de la base qui ne suscitent aucun écho significatif au cœur de l’institution et restent localisées et ponctuelles.

Trajectoires d’innovation

14Les huit textes qui composent ce dossier abordent l’ensemble des questions introduites ci-dessus. Aussi permettent-ils d’explorer différentes trajectoires d’innovation qui correspondent à différents degrés et formes d’ancrage institutionnel de l’innovation. La distinction entre ces différentes trajectoires d’innovation tient à la nature des processus mais a également partie liée avec les variations dans les dispositifs d’enquête et les échelles de raisonnement. Quatre trajectoires peuvent ainsi être dégagées : l’innovation effective, l’innovation ambiguë, l’innovation douteuse et l’innovation discrète.

15Un premier ensemble de textes relèvent d’une ligne d’interprétation en termes d’institutionnalisation effective du processus d’innovation et examinent les conditions qui l’ont rendue possible. Michèle Becquemin propose une lecture historique de la création et de l’innovation institutionnelles dans le champ de la protection de l’enfance. Elle croise deux niveaux d’analyse : l’un porte sur trois associations pionnières, considérées elles-mêmes comme des institutions, au sens développé par Hughes (1996) d’entreprises collectives aux prises avec la question de leur propre durée ; l’autre porte sur la construction progressive du champ par les acteurs étatiques, lesquels s’appuient sur les initiatives associatives tout en les encadrant et en les régulant de plus en plus. Elle montre que lorsque les autorités se font le relais d’une innovation d’abord localisée celle-ci s’institutionnalise, mais que dans le même temps, les modes de régulation mis en œuvre pour en encadrer le développement contribuent à étouffer et dissuader les velléités innovatrices ultérieures. L’auteure souligne également le fait que le processus d’innovation n’est pas linéaire et met au jour les points d’achoppement entre les deux ensembles d’acteurs (acteurs étatiques et associations) sur la longue durée, et les recompositions de l’innovation autour de la tension majeure entre individualisme et familialisme qui court tout au long du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui du point de vue du référentiel central configurant les missions et mandats institutionnels. L’idée d’une redéfinition de l’innovation au cours de son développement est également soulignée par Anaïk Purenne et Anne Wuilleumier dans leur étude de l’institution policière. Examinant l’innovation institutionnelle sous l’angle du partenariat inter-institutionnel, elles remarquent que le sens d’une innovation se déplace, mute, au cours des rapprochements entre différentes institutions et se trouve infléchi par le type d’acteur institutionnel enrôlé dans son développement. L’étude des conditions de possibilité de l’innovation institutionnelle conduit également les auteurs à observer cette tension entre l’innovation et l’ordre établi. En effet, sur la base de la présentation parallèle de deux études de cas, elles montrent qu’une redéfinition du mandat institutionnel implique pour s’opérer une transformation de la culture institutionnelle préexistante, ce qui ne peut se réaliser que dans la durée et passe en l’occurrence par des coalitions réformatrices successives et par un travail se situant d’abord « à la frontière » de l’institution, avant d’en pénétrer progressivement le cœur.

16L’examen des trajectoires que connaissent les inventions institutionnelles pour s’inscrire durablement dans la vie sociale met donc en évidence combien le processus de diffusion d’une réforme ou de généralisation d’une expérimentation est marqué par des opérations de traduction et de redéfinition multiples. Ceci explique que parfois la question de la réussite ou de l’échec d’une innovation institutionnelle ne trouve pas nécessairement une réponse claire, au point que l’on puisse parler d’une innovation ambiguë. Le texte de Benoît Eyraud et Livia Velpry portant sur l’introduction du « secteur » en psychiatrie et l’issue du processus d’innovation illustre particulièrement ce cas. Alors que les expérimentations pionnières étaient marquées par une visée d’élargissement du mandat institutionnel des différents acteurs du champ psychiatrique, la généralisation de l’expérimentation, qui s’opère a minima, est surdéterminée par les rapports inter-institutionnels, de sorte qu’au bout du compte c’est plutôt à un rétrécissement du champ d’exercice de la psychiatrie que l’on assiste, l’organisation en secteur ayant été réinscrite sous l’égide d’une autre logique institutionnelle, celle de la santé mentale (voir à ce propos Demailly, 2012).

17À cette forme d’innovation ambiguë font écho plusieurs contributions développant l’idée d’une innovation douteuse. Soit que les initiatives venues d’en haut se trouvent limitées faute d’une appropriation par l’ensemble des acteurs institutionnels ; soit que celles issues de la base restent confinées à la marge de l’institution à défaut d’être reprises et développées par les acteurs centraux. S’inscrivant dans cette dernière perspective, Philippe Lyet met en évidence combien, à l’échelon local, les collaborations interinstitutionnelles peuvent être analysées comme innovatrices – s’agissant en l’occurrence des modes d’accompagnement des demandeurs d’emploi –, à travers, entre autres choses, la constitution d’un référentiel commun au champ du travail social et à celui des services de l’emploi, l’appropriation du travail par les individus, une répartition originale des rôles et des activités, etc. Mais ces innovations demeurent cantonnées à ceux qui les ont produites et éprouvées. Elles ne se diffusent pas. De sorte que si l’on se situe à l’échelle de l’institution et non plus du partenariat local, il s’agit plus d’une invention que d’une d’innovation institutionnelle dans la terminologie de Alter. Traitant pour sa part d’une dynamique innovatrice venue d’en haut, Guillaume Gourgues élabore à certains égards le même diagnostic. Examinant comment les procédures participatives sont mises en œuvre de façon routinière au sein des administrations publiques, il s’interroge sur les processus d’ancrage et d’appropriation de l’innovation au cœur de l’institution. Il met tout comme Lyet en évidence combien, dans des contextes de forte incertitude, les acteurs sont amenés à bricoler pour avancer, mais souligne aussi combien la mise en œuvre d’une innovation initiée par les autorités comporte nombre d’aspects bureaucratiques et gestionnaires susceptibles d’en réduire fortement la portée. En outre, l’innovation semble rester ici cantonnée à quelques segments de l’institution, elle apparaît davantage comme une sous-culture spécifique à certains professionnels et largement cloisonnée que comme le moteur d’une redéfinition en profondeur des modes d’action, au point qu’elle semble « n’exister que pour elle-même, sans être l’objet d’une réappropriation collective ». Le même scepticisme transparaît dans le texte de Célia Gissinger-Bosse portant sur une autre initiative vantant les mérites de la démocratie participative, à travers l’introduction de jurés populaires dans les tribunaux correctionnels. Ici aussi, l’on a affaire à une injonction venue d’en haut, reposant sur l’idée que pour gagner en légitimité et en efficacité, la justice doit intégrer les jugements et les compétences profanes du citoyen ordinaire. Compte tenu du caractère récent de la réforme, l’auteure procède par analogie avec d’autres dispositifs participatifs pour s’interroger sur la portée possible de la réforme. Elle souligne combien celle-ci a été élaborée à bien des égards contre les juges, en décalage avec les cultures institutionnelles et professionnelles, sans tenir compte des définitions communes et partagées de la compétence à juger sur lesquelles se fonde la croyance en la légitimité d’un jugement. Elle développe sur cette base l’hypothèse prédictive d’un échec probable de l’innovation affichée.

18Le scepticisme est également de mise s’agissant de deux autres cas d’expérimentations renvoyant à une autre thématique, celle des partenariats inter-institutionnels autour de la culture. Corinne Rostaing et Caroline Touraut étudient l’innovation en prison, à travers l’analyse d’une expérimentation conduite en partenariat entre un haut-lieu de la culture (le musée du Louvre) et un établissement pour longues peines. Dans le cadre de cette expérimentation, les détenus sont perçus momentanément sous un autre rapport, entre autres par les artistes affairés à leur faire accomplir un processus de création. Mais ce nouveau rapport social au sein de la prison réputée lieu de coercition repose essentiellement sur des personnes singulières et leurs interactions et n’en excède pas le cadre. Le cercle des personnes investies n’intègre pas les gardiens en lien direct avec les détenus, seuls les artistes - donc des acteurs extérieurs à l’institution - s’y trouvent impliqués. Tout en soulignant la modestie de l’impact de l’expérimentation examinée et en mettant en évidence différentes manifestations de domination sociale et d’instrumentalisation au sein de l’institution pénitentiaire, les deux auteures font l’hypothèse que cette expérimentation serait malgré tout porteuse d’un potentiel véritable d’innovation institutionnelle, par « redimensionnement du champ des possibles ».

19Cette hypothèse est également développée par Jean-Paul Filiod, qui la baptise « innovation discrète ». Étudiant l’éducation artistique et culturelle à l’école, il met en évidence l’état de tension qui s’installe entre des forces conservatrices et des projets visant à renouveler les rôles et pratiques. Alors qu’elle est véritablement porteuse d’un projet alternatif à celui du développement de l’employabilité des élèves, à travers la préparation à la vie en commun et à l’invention d’un art de vivre, l’éducation artistique et culturelle est, dans les faits, réduite au rang de perpétuelle innovation, fragile au plan de la légitimité et incertaine sur le plan de la durabilité. Mais l’auteur propose une autre piste d’interprétation : il développe l’hypothèse selon laquelle derrière les apparences d’initiatives ayant un caractère purement local pourrait se mettre en place une transformation significative et durable de la culture institutionnelle, à travers différents vecteurs (stages, séminaires, outils de formation, site internet, etc.), dont les retours que le chercheur lui-même apporte aux acteurs dans une posture de recherche coopérative. L’on retrouverait alors, mais cette fois-ci en provenance de la base, un processus de changement par imprégnation tel qu’examiné par Purenne et Wuilleumier à partir des acteurs centraux de l’institution. L’hypothèse est-elle pertinente ? Doit-on parler dans les deux derniers cas d’innovation douteuse ou d’innovation discrète ? On laissera le lecteur en juger, mais on soulignera aussi qu’en la matière il est vraisemblable que seules des échelles de temps longues peuvent permettre d’apporter des réponses crédibles.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, Madeleine, Michel Callon et Bruno Latour (éd.), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, 2006.

Alter, Norbert, L’innovation ordinaire, Paris, PUF, 2000.

Alter, Norbert (dir.), Les logiques de l’innovation. Approche pluridisciplinaire, Paris, La Découverte, 2002.

Bezes, Philippe, et Patrick Le Lidec, « Ordre institutionnel et genèse des réformes », in Jacques Lagroye et Michel Offerlé (dir.) Sociologie de l’institution, Paris, Belin, 2010, p. 55-73.

Boltanski, Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

Demailly, Lise, « La psychiatrie entre déchirements et métamorphoses, in Yves Bonny et Lise Demailly (dir.), L’institution plurielle, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012, p. 41-65.

Desjeux, Dominique, « L’innovation entre acteur, structure et situation », in Norbert Alter (dir.), Les logiques de l’innovation. Approche pluridisciplinaire, Paris, La Découverte, 2002, p. 41-61.

Hughes, Everett C., Le regard sociologique. Essais choisis [1971], trad., Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1996.

Koselleck, Reinhart, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historique, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1990.

Mendez, Ariel (dir.), Processus. Concepts et méthodes pour l’analyse temporelle en sciences sociales, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2010.

Simmel, Georges, « Le problème de la sociologie » in Epistémologie et Sociologie, Presses universitaires de France, 1981.

Strauss, Anselm, La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan, 1992.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment à ce propos les étapes de l’intéressement et de l’enrôlement distinguées dans le modèle de la traduction (Akrich, Callon et Latour, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Bonny et Frédérique Giuliani, « Configurations et trajectoires de l'innovation institutionnelle. Une introduction », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 7 |  2012, mis en ligne le 02 mars 2012, Consulté le 21 octobre 2014. URL : http://socio-logos.revues.org/2636

Haut de page

Auteurs

Yves Bonny

ESO (UMR 6590), Université européenne de Bretagne, Université Rennes 2, yves.bonny@univ-rennes2.fr

Frédérique Giuliani

SATIE (Sociologie de l'Action/Transformation des Institutions/Education), Université de Genève, Faculté de Psychologie et de Sciences de l'éducation, Frederique.Giuliani@unige.ch.
Yves Bonny et Frédérique Giuliani sont les deux co-responsables du RT 40 de l’AFS, « Sociologie des institutions »

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page