Navigation – Plan du site
Actualité du RT 40 : L’innovation institutionnelle – Dossier coordonné par Frédérique Giuliani et Yves Bonny

L’innovation incertaine des collaborations interorganisationnelles

Philippe Lyet

Texte intégral

1Ce texte présente une analyse de deux collaborations interorganisationnelles que j’ai eu l’occasion d’étudier longuement (LYET, 2008) et qui se caractérisent par des hybridations singulières de logiques d’acteurs qui génèrent des initiatives plutôt originales en termes de conceptions et de pratiques. Ce processus est favorisé par l’incertitude du fait institutionnel dans ces collaborations partenariales qui permet, d’une part, la coexistence d’acteurs hétérogènes dans un contexte de prescriptions faibles ; génère, d’autre part, de l’autonomie au niveau de ces acteurs ; et autorise, de ce fait, ces derniers à produire des inventions non prévues et non encadrées.

2Mais, revers de la médaille, ces dynamiques échappent aux régulations internes des organisations et font donc peu l’objet d’appropriation par d’autres acteurs que ceux qui les produisent. Ces inventions restent des processus singuliers peu diffusés en dehors des collectifs réduits qui les ont produit et peu appropriables par d’autres acteurs parce qu’elles ne deviennent pas l’objet d’un enjeu institutionnel qui mobiliserait des régulations plus larges. Le processus d’innovation, au sens de Norbert ALTER (2000), apparaît inachevé.

I. Deux collaborations interorganisationnelles qui se caractérisent par un chainage singulier des interventions et par des concepts d'action hybrides

3Les deux expériences qui ont été étudiées portent toutes les deux sur la mise en place par essai-erreur sur une durée de trois ans d'une organisation locale interinstitutionnelle pour accompagner des demandeurs d'emploi dans leur recherche ou pour leur proposer une activité dans le cadre de dispositifs fonctionnant avec des emplois aidés. Ce qui fait qu'on peut parler d'une forme d'innovation, c'est qu'elles se caractérisent toutes les deux par une répartition originale des rôles et des activités entre les différents professionnels qui a fait évoluer leurs identités respectives et a généré une identité et une régulation collectives singulières.

4Cette organisation locale a été construite par essais-erreurs et par une analyse collective des effets des initiatives au regard des objectifs de retour à l'emploi des bénéficiaires. Ce qui a progressivement été validé et ce qui a rassemblé les praticiens, les a mobilisé, « enrôlé », c'est une organisation relativement efficace pour les demandeurs d'emploi.

5Les intervenants et des responsables des différentes structures concernées ont pu intégrer des éléments de la culture professionnelle et institutionnelle des représentants des autres administrations ou associations. Les passages de relais étaient auparavant problématiques, ce qui était fait par l'intervenant n+1 n'était pas forcément cohérent avec ce que qu'avait fait l'intervenant n. Cette situation pouvait mettre en difficulté les bénéficiaires. Les processus de traduction repérables dans ces expériences ont permis que les différents professionnels d'organisations différentes travaillent de manière congruente.

6Cette convergence a été poussée assez loin parce que les intervenants ont pu vérifier progressivement l'efficacité de cette organisation émergente. Ils ont persévéré dans leur expérimentation et ils ont continué de faire évoluer le dispositif en construisant une régulation à partir de ce qui marchait le mieux. La mobilisation collective s'est focalisée sur l'émergence de concepts d'action qui étaient éprouvés. Par exemple, un « accompagnement partenarial » a été inventé. Il se caractérisait à la fois par une répartition régulée des rôles entre les représentants des différents organisations et par une conceptualisation de l'accompagnement qui intégrait des éléments issus du travail social et d'autres issus des services de l'emploi.

7Ces expériences ont été caractérisées également par l'autonomie importante des collectifs de praticiens par rapport aux hiérarchies de leurs organisations respectives. Ceux-ci ont pu expérimenter à leur gré diverses solutions. Leurs responsables et leurs collègues ont été assez peu au courant de ce qui s'est passé et ils ont produit assez peu d'attentes sur ces expériences. Les praticiens concernés ont investi des dispositifs parce qu'ils avaient ensemble envie de travailler mieux. Dans un cas, personne ne le leur avait demandé. Dans l'autre cas, l'attente était très générale mais le contenu de l'invention a été totalement le fruit de la collaboration des praticiens et ne s'est inscrit dans aucune injonction véritable.

8Les autres acteurs des organisations n'ont donc pas été vraiment concernés par ce qui s'est passé. Au sein des organisations, aucune régulation n'a intégré ce qui s'expérimentait. Quand les expériences ont cessé, personne, à part les praticiens directement concernés, ne s'étaient approprié l'expérience. Aussi, aucun relai n'a été trouvé et ce qui a été inventé a disparu. S'il y a eu invention, il n'y a pas eu innovation au sens que Norbert ALTER donne à ce terme.

II. Les opportunités de l’institution incertaine

9Je propose de considérer que l’élément le plus caractéristique de ces expériences est le caractère incertain de l’institution car celui-ci en explique, à mon sens, à la fois les problèmes et les réussites. Par institution, il faut entendre ici à la fois le processus qui institue et les effets de ce processus en termes de régulation, de formes stabilisées et d'identités. J'appellerai institution incertaine ce phénomène où l'activité de praticiens génère des options, définit des règles et produit des identités et ce, à distance de leurs organisations d'appartenance. Cela a pour effet que les acteurs qui peuvent prendre des décisions qui ont un effet sur la pérennité des initiatives, mais aussi les collègues situés au même niveau hiérarchique que les initiateurs des expériences, ne se sont pas appropriés les expériences et n'y trouvent pas de sens. Cela a pour conséquence que ces initiatives ne deviennent pas un enjeu des régulations organisationnelles. Les formes inventées l'ont été dans le cadre d'une dynamique instituante mais ne deviennent pas des réalités instituées.

10 C’est parce qu’il y a institution incertaine qu’il y a instabilité, précarité et absence de diffusion des expériences. Mais c’est aussi pour la même raison, parce que les espaces sont peu régulés, peu stabilisés et qu’ils échappent en partie au contrôle des pouvoirs institués et, de ce fait, autorisent la « déviance » créative (ALTER, 2000), qu’ils sont investis par des acteurs divers.

[Une des raisons] qui explique le développement de formes d’action interactionnistes et délibératives est qu’elles ménagent les intérêts, les représentations et les identités de chacun des acteurs en présence. Par définition, une situation d’interaction ou un dispositif délibératif sont des processus dont l’issue est partiellement indéterminée. Or, un des phénomènes qui expliquent les problèmes de gouvernabilité des sociétés contemporaines est que les acteurs et les groupes sociaux sont de plus en plus réticents aux logiques du commandement hiérarchique, de l’imposition de valeurs et de représentations du monde par un tiers institutionnel jouant, dans un processus d’action collective, un rôle d’éducateur ou de tuteur du social. Ils semblent pouvoir se conformer d’autant mieux à des règles et des normes de comportement que celles-ci sont le fruit d’une institutionnalisation au fil d’interactions sociales et non pas d’une imposition par un tiers coercitif. (PINSON, 2003)

11Ces dynamiques rejoignent, pour la question plus spécifique des collaborations partenariales, le développement de l’individualisme. C’est parce que les individus peuvent s’approprier ces espaces et les marquer d’une part d’eux-mêmes, du fait du nombre restreint d’individus engagés et de la faiblesse des règles instituées, qu’ils les investissent de cette manière. Le fait que les collaborations partenariales soient irriguées par la logique du projet permet « ce continuel passage entre l’affirmation identitaire et la reconnaissance de l’altérité. » (BOUTINET, 1990)

12La problématique de l’identité et de ses dynamiques actuelles est ici centrale. C’est parce que les identités individuelles sont prises en compte et reconnues dans les collectifs porteurs de projet que ceux-ci sont à ce point portés par les individus qui y investissent leur capacité créative. Ces collaborations partenariales deviennent dynamiques lorsqu’elles permettent l’appropriation de leur travail par les individus.

En effet, l’appropriation comporte une dimension collective. Elle conditionne l’implication de l’individu, car la maîtrise de son travail est une condition de la reconnaissance sociale. Dans le cas d’un changement, celui-ci n’est acceptable et ne sera accepté que s’il comporte un espace permettant cette maîtrise de son travail par l’exécutant. […] Ces comportements d’appropriation infléchissent donc les changements car les acteurs concernés introduisent des modifications dans ce qui avait été prévu par les concepteurs. […] Ce n’est pas de la résistance au changement, c’est la volonté de maîtriser son travail, c’est le désir de rester soi-même, d’exister par son travail. L’identité qui est en cause est un facteur central du comportement. […] Le comportement d’appropriation, renforçant l’idée du groupe, paraît s’opposer à tout changement alors qu’il en est une condition. (BERNOUX, 2004)

III. Des transactions sociales créatives

13Ce qui caractérise les collaborations partenariales étudiées et ce qui explique leur développement réside dans la coconstruction des règles et, plus largement, des normes des collectifs par les différents acteurs qui le constituent.

Ces normes, identités, routines ne sont pas préalables à la mise en route du processus de projet. La préexistence d’un système normatif risquerait de figer l’interaction, voire de dissuader l’entrée d’une pluralité d’acteurs dans le processus. Les normes d’action sont sécrétées par les interactions qui jalonnent le processus de projet. (..) Elles sont la résultante de la répétition des interactions. Ainsi, des formes de construction de l’action collective basées sur l’apprentissage et la construction incrémentale des choix au fil des échanges d’informations et de connaissances contribuent à stabiliser des espaces d’action collective. (PINSON, 2003)

14Il y a ainsi, d’une certaine manière, « création institutionnelle » (TEISSERENC, 1993) même si ce qui se coconstruit ne possède pas certaines des caractéristiques d’une institution.

15Cette situation de construction de régulations « sur terrains mouvants » a été pensée par le concept de « transaction sociale » (BLANC, 1992). Ce concept permet de comprendre comment des acteurs peuvent pallier l'absence ou la faiblesse des cadres institués par des règles négociées et stabilisées sur la base d'un compromis entre leurs intérêts, d'une recherche de solutions pratiques « efficaces » et d'un accord sur les valeurs qui fondent l'action. Cette dynamique permet une mise en équivalence de « richesses symboliques » initialement incomparables parce que produites dans des segments sociaux différents. Elle contribue également à la construction d'un cadre procédural minimal qui construit et garantit la transaction et qui traduit la confiance réciproque des acteurs et dont l'existence devient une fin en soi au bénéfice des objectifs communs des acteurs. Et elle aboutit à une redéfinition mutuellement acceptée des identités sociales des acteurs dans le cadre de la construction de ce nouvel espace d'interactions sociales. La transaction sociale se présente comme un processus instituant produisant un collectif faiblement institué.

16La transaction sociale crée un cadre d’action qui n’est pas institué au départ mais qui s’institue. Cela a pour conséquence que se pose la question de ce qui garantit cette « institution », c’est-à-dire « de ce qui » ou « de qui » crée les organes et les fonctions qui permettent d’évaluer si, et d’assurer que, les objectifs et le contenu de l’action sont atteints et que le cadre et les règles de celle-ci sont respectés. Ici, c’est au sein des collectifs qui transigent (qui englobent les acteurs de terrain) que se construit progressivement, pour les acteurs directement engagés dans l’action, la légitimité à porter un jugement sur la transaction et sur ses résultats. Puisque les procédures de définition des règles, de fixation des objectifs et d’évaluation des résultats de la collaboration n’existent pas initialement, comme un amont qui cadrerait la collaboration partenariale, c’est la réalité et la « qualité » du processus qui organise et institue l’action par transaction, qui constituent la meilleure des garanties que l’action qui se développe respecte les objectifs fixés et les règles établies.

17Aussi, ce qui institue, c’est, plus que le cadre formel initial (peu existant dans une logique de transaction), l’engagement mutuel des différentes parties à respecter le « contrat » et, au-delà, à poser des actes qui traduisent les valeurs et les règles qui fondent le collectif et qui manifestent leur attachement à l’existence de cette collaboration

IV. Un processus incertain d’innovation

18Cette forme d’institution est mouvement avant d’être structure et l’instituant y est prépondérant sur l’institué. Aussi, elle apparaît fragile et semble manquer de ce qui fait la force de l’institution dans le modèle classique de celle-ci, en particulier la garantie de durée et le monopole du pouvoir légitime. Mais elle se développe parce que, justement, elle ne présente pas ces caractéristiques et qu’elle laisse aux acteurs des marges de manœuvre pour inventer (au sens de Norbert ALTER, 2000) des solutions qui les mobilisent.

  • 1 C’est moi qui propose ce terme d’affadissement.

19Elle se traduit cependant par la difficile diffusion et normalisation des initiatives de ces collectifs. Norbert ALTER a montré qu’une pratique, quelle qu’elle soit, ne peut prétendre changer en profondeur la donne et générer une nouvelle forme instituée qu’à la condition qu’elle se routinise. Dit autrement, dans son vocabulaire : une invention devient innovation lorsqu’elle donne lieu à un processus d’appropriation et, de ce fait, d’une certaine manière, d’« affadissement »1 par intégration dans les jeux de l’organisation. Pierre TESSEIRENC (1994) parlera, quant à lui, du « passage d’une expérimentation sous contrôle à une banalisation du changement culturel et institutionnel, seule capable de produire un développement durable. » Sinon, ce qui est créé ne transforme la donne que dans l’espace réduit et/ou dans le temps court de son application et, dans ce cas, n’engage pas un processus permanent et une institutionnalisation de l’innovation.

20Dans le cas des collaborations partenariales, le cadre fort instable, s’il permet, pour reprendre les concepts de Norbert ALTER, des « inventions », ne favorise pas « l’innovation », c’est-à-dire la stabilisation et la diffusion régulées des solutions imaginées par les acteurs de ces dispositifs. Aussi, à vouloir renouveler l’action sociale en échappant aux logiques institutionnelles, n’aboutirait-on pas à l’effet inverse de celui recherché ? Il s’inventerait certes des manières de faire mais celles-ci ne diffuseraient pas dans le secteur social et, de ce fait, celui-ci ne se transformerait pas en profondeur.

21C’est bien ce qui s’est passé avec les pratiques développées dans les collaborations partenariales que j’ai étudiées, bien que celles-ci aient été très satisfaisantes aussi bien pour les professionnels qui y étaient engagés que pour le premier cercle de leur hiérarchie. Deux raisons expliquent cela : le fait que ces collectifs partenariaux en question n’ont pas eu une durée de vie assez longue et n’ont mobilisé que quelques personnes et le fait que leurs initiatives n’ont pas été diffusées au-delà de ce cercle restreint, à l’interne des organisations qui avaient délégué des professionnels au sein de la collaboration partenariale.

22Or, on peut faire l’hypothèse qu’il n’y a rien d’étonnant à ce que les pratiques qui se développent dans ces espaces y restent confinées et soient oubliées à mesure que les membres du collectif de départ le quittent ou quand celui-ci est dissous. En effet, ces pratiques ne constituent un enjeu que dans cet espace volatile qu’est l’interne du collectif, là où elles posent pour ces membres des questions de sens, mettent en jeu des identités en construction et des rapports de pouvoir. Elles ne sont pas automatiquement - je dirais même : elles sont rarement - un enjeu pour d’autres, à l’extérieur du collectif partenarial, c’est-à-dire à l’interne de chaque organisation, là où il y a un peu de cette permanence nécessaire au processus de l’institution et parce que le jeu de l’institution a d’abord et, je dirais même, principalement cette « vertu ». En effet, ces pratiques ne sont portées que par quelques personnes au sein de chaque organisation, elles concernent assez peu, voire pas du tout, les autres membres. De ce fait, le processus d’innovation en est presque inéluctablement incertain.

Conclusion

23En quoi l’analyse de cette forme particulière d’organisation, caractérisée par une institution et une innovation incertaines, peut-elle nous aider à comprendre le rapport entre innovation et institution ? Par le fait que l’incertitude du fait institutionnel, d’une part, permet la coexistence d’acteurs hétérogènes dans un contexte de prescriptions faibles ; et, d’autre part, génère de l’autonomie au niveau de ces acteurs. Cela les autorise à produire des inventions non prévues et non encadrées. Mais, parallèlement, cette même incertitude du fait institutionnel fait que ces inventions restent des processus singuliers peu diffusés en dehors des collectifs qui les ont produits, peu repris dans les régulations des organisations d'appartenance des acteurs de ces partenariats et peu appropriables par d’autres acteurs parce qu’elles ne deviennent pas l’objet d’un enjeu organisationnel qui mobiliserait des régulations plus larges. Ces inventions deviennent donc rarement des innovations, au sens de N. Alter.

24Le processus de l’innovation-appropriation-routinisation, qui permet que des formes qui naissent de dynamiques instituantes puissent devenir des formes instituées, est multidimensionnel et il se développe quand il active les différentes dimensions qui font le jeu de l’organisation et qui mobilise ses acteurs, entre autres le pouvoir et l’identité. Aussi, privilégier le développement d’expérimentations à l’externe des organisations, c’est créer les conditions pour que ces expérimentations soient confinées, la plupart du temps, dans ces collectifs ad hoc et gagnent rarement les autres organisations ; ou, exprimé à la manière de Norbert ALTER, c’est créer les conditions pour qu’il y ait des inventions mais certainement pas de l’innovation.

25N. ALTER nous a appris que l’innovation naissait de la déviance. Or, la déviance ne fait pas bon ménage avec l’institution. C’est sans doute pour cela que les collaborations partenariales qui échappent en partie au jeu régulateur des institutions voient se développer des hybridations créatives. Mais les inventions ne peuvent devenir innovations qu’à la condition qu’elles réintègrent les dynamiques organisationnelles. L’analyse des collaborations partenariales nous apprend que le rapport entre innovation et institution se développe inévitablement sur le mode du paradoxe.

Haut de page

Bibliographie

ALTER, N. (2000). L’innovation ordinaire, PUF

BERNOUX, P. (2004). Sociologie du changement, Seuil

BLANC, M. (1992). Pour une sociologie de la transaction sociale, L'Harmattan, 1992

BOUTINET, J.-P. (1990). Anthropologie du projet, PUF

LYET, P. (2008). L'institution incertaine du partenariat, L'Harmattan

PINSON, G. (2003). « Le chantier de recherche de la gouvernance urbaine et la question de la production des savoirs dans et pour l’action », Lien social et politiques, n° 50

TEISSERENC, P. (1993). Les politiques de développement local, Economica

Haut de page

Notes

1 C’est moi qui propose ce terme d’affadissement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lyet, « L’innovation incertaine des collaborations interorganisationnelles », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 7 |  2012, mis en ligne le 02 mars 2012, Consulté le 16 septembre 2014. URL : http://socio-logos.revues.org/2649

Haut de page

Auteur

Philippe Lyet

IRTESS de Bourgogne, Laboratoire Georges Chevrier UMR 5605,plyet@irtess.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page