Navigation – Plan du site
Articles

Les temporalités du travail touristique

Enquête ethnographique de deux structures commerciales du tourisme sportif
Yohann Rech et Elodie Paget

Résumé

Cet article traite de l’agencement et de l’interpénétration des temps sociaux dans le secteur du tourisme sportif. Il s’agit de comprendre comment les professionnels du secteur (re)définissent les frontières du travail et du non-travail, en négociant les règles et s’adaptant aux spécificités du secteur. Nous abordons également la relation entre les professionnels et les clients, en questionnant la visibilité du travail. A partir d’une enquête ethnographique centrée sur deux structures marchandes du tourisme sportif, l’étude révèle une double situation. D’une part, le brouillage des temps sociaux, notamment entre temps de travail et temps de loisir, se vérifie particulièrement dans ce secteur et résulte des logiques d’action des employés ou des dirigeants. D’autre part, l’interaction entre le professionnel et le client produit une invisibilité du travail qui correspond aux normes du « monde touristique ».

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Le tourisme et le travail entretiennent des rapports d’attraction et de répulsion. Le tourisme développe un imaginaire spécifique (Amirou, 2000) et participe à l’enchantement du monde social (Réau et Poupeau, 2007) qui semble trancher avec tous les attributs du travail. Rien ne rapproche de manière spontanée le travail du tourisme, puisque ce dernier s’est construit précisément sur un temps de vacance(s). Pourtant, la justification des aménagements touristiques réside souvent dans la capacité des acteurs à démontrer les effets positifs du tourisme dans le développement de certains territoires, notamment en termes de retombées économiques. Autrement dit, les vertus du tourisme se concentrent dans sa capacité à produire de l’emploi et à désenclaver les territoires. On imagine aisément la place fleurissante du tourisme dans l’économie nationale lorsque l’on sait que la France est au premier rang mondial des destinations en termes d’arrivée de touristes et la troisième en termes de recettes (OMT, 2010). Ce vaste secteur recouvre une pléthore de métiers qui demande à être analysée de manière empirique et systématique. C’est toute l’ambition de cet article que de proposer une enquête ethnographique du travail touristique à partir de deux structures marchandes du secteur, en questionnant les ambiguïtés du travail qui se construit sur un temps de non travail et qui reconfigure les temporalités dédiées au labeur.

2Le présent article traite principalement des frontières du travail, en tentant de comprendre comment se (re)définissent ces frontières dans le secteur du tourisme sportif, et à l’aune de l’évolution actuelle du marché professionnel. Deux axes de recherche complémentaires sont abordés. D’une part, la question des frontières entre temps de travail et temps de loisir pour les professionnels, est au cœur de la réflexion menée, en cherchant à comprendre comment s’agencent, s’interpénètrent ou se cloisonnent ces deux temps sociaux. Il s’agit d’appréhender la structuration des temps sociaux dans le contexte particulier du tourisme sportif où l’activité professionnelle s’effectue souvent dans le cadre de sa passion (Bouhaouala, 2001 ; Paget et al., 2007). L’attention est portée sur la façon dont les professionnels négocient les règles de leur structure pour construire et faire évoluer les temporalités dédiées au travail ou au non-travail. D’autre part, nous voulons interroger les frontières du travail dans l’interaction entre clients (en situation de loisir) et professionnels du tourisme. Autrement dit, cette interface entre les professionnels et leurs clients est à questionner pour mieux cerner la mise en (in)visibilité du travail et par là même, les temporalités du travail.

2. La nouvelle structuration des temps sociaux

3Aborder le thème du travail sans questionner ses rapports au loisir n’aurait que peu de sens. C’était là l’inspiration de Friedmann (1956) et de ses continuateurs (Dumazedier, 2000 ; Pronovost, 1998…). Bien que ce dualisme se soit atténué par une complexification et un brouillage entre le travail et le loisir, il n’en demeure pas moins que cet antagonisme est structurant pour la pensée moderne. La question des « temps sociaux » apparaît en effet centrale pour comprendre les liens entre travail et loisir. Le temps qui n’est pas imparti au travail est donc un temps libre. Le loisir n’est pas un temps subi mais un temps choisi. Il diffère de l’oisiveté qui pour Dumazedier (1974) est une négation du travail, c’est-à-dire s’opposant à celui-ci. Au contraire, le loisir n’existe que parce qu’il est projection du travail, le premier affichant sa dépendance au second. Loisir et travail sont donc les deux faces d’une même pièce. Le loisir correspond ainsi « à une libération périodique du travail à la fin de la journée, de la semaine, de l’année ou de la vie de travail » (Dumazedier, 1974, 25).

4Il existe une organisation sociale du temps dont la structuration est largement dépendante du contexte socio-historique. Pronovost (1998) a bien montré comment les rapports entre le travail et le loisir avait subi d’importantes variations depuis le milieu du XIXème siècle, qui se caractérisent par différents stades d’intégration ou de séparation des loisirs et du travail. L’agencement et les rapports entre ces temps sociaux ne sont donc pas figés mais fluctuent en fonction des périodes. Par exemple, Pronovost (1996) rappelle qu’avant 1930, il existait parfois une indistinction entre le temps de travail et le temps de loisir. Cette période se caractérisait par une « intégration des loisirs ouvriers à l’organisation du travail » (Pronovost, 1996, 37). Ainsi, les grands groupes industriels encadraient les loisirs de leurs salariés par différents moyens (activités charitables, formation, clubs sportifs et/ou élitistes…). Ce n’est qu’après la crise des années 1930 que les temps sociaux sont entrés dans une phase d’autonomisation, notamment par une séparation plus franche entre temps de travail et temps de loisir. Depuis, les temps sociaux ont connu de nombreuses transformations s’accompagnant d’une massification des loisirs. Dès lors, nous dirigeons-nous toujours vers une civilisation du loisir, comme le suggérait Dumazedier (1962) ? L’allongement de la durée de vie et la réduction du temps de travail ont participé à l’avènement du loisir et à la reconquête du temps libre (Viard, 2006). Cependant, les évolutions sociétales les plus récentes interrogent. Chenu et Herpin (2002) ont récemment nuancé l’entrée de notre civilisation dans l’ère du loisir, non pas que le temps de loisir soit en déclin et que le processus s’inverse, mais plutôt que le phénomène tend à ralentir. Alors que la durée du temps de travail n’a eu de cesse de diminuer pendant près d’un siècle, la tendance est à la stagnation.

5En réalité, la période contemporaine se caractérise davantage par un brouillage plus intense entre vie privée et vie professionnelle (Boltanski et Chiapello, 1999), engendrant de nouveaux questionnements quant à la structuration des temps sociaux. On voit l’intérêt de questionner la dichotomie entre travail et loisir, à l’aune des transformations actuelles en termes d’organisation et de durée du temps de travail, mais aussi de techniques de management impulsant à dessein du loisir dans le travail, mais aussi du travail dans le loisir. C’est cette double tension qu’il faut interroger et qui semble rompre avec les analyses classiques des années 1970. Ce sont aussi ces évolutions qui traduisent le mieux, dans les actes, l’avènement de l’esprit du capitalisme moderne (Boltanski et Chiapello, 1999).

3. Objet du travail et travail sur l’objet

6Concilier un travail de recherche et une activité professionnelle n’est que rarement possible. C’est pourtant l’occasion de se confronter à la réalité du terrain, d’éprouver les concepts sociologiques à l’œuvre et in fine de faire évoluer sa propre réflexion. Cet article est l’émanation de cette interaction, puisque nos activités sociologiques ont été entrecoupées de périodes de travail en milieu professionnel. Ce travail par intermittence s’est opéré dans un secteur bien spécifique : celui du tourisme sportif. Ce secteur n’était pas extérieur à nos travaux puisqu’il correspondait en partie à nos objets de recherche. Nos observations sont donc basées sur deux terrains qui ont été également notre lieu de travail pendant plusieurs mois.

  • 1  Le terme « séminaire » est une appellation générique utilisée par les acteurs du secteur pour dési (...)
  • 2  L’usage répandu du terme « moniteur de ski » est un abus de langage, au sens où l’on devrait parle (...)
  • 3  Nous pensons par exemple aux représentations cinématographiques du tourisme « sportif » par certai (...)

7Notre premier terrain d’étude a été une petite entreprise prestataire de sport et de tourisme, pour laquelle nous avons travaillé principalement en tant que responsable de projets et concepteur de produits touristiques. Cette société (que nous nommerons Delta), basée en station de sports d’hiver, propose des produits sur mesure allant de la simple activité sportive ou combinaison d’activités, à des produits plus complets de type séjours « tout compris » incluant souvent de la prestation sportive. Si ses services peuvent intéresser une clientèle de particuliers, ils visent surtout une clientèle d’affaires (ou d’entreprises) qui s’adresse à elle pour l’organisation de « séminaires »1. L’enquête de terrain a été effectuée de 2003 à 2007, sur des périodes de travail allant de quelques jours à quatre mois consécutifs. Notre second terrain d’étude a été une école de ski et de snowboard, pour laquelle nous avons travaillé en tant que professionnel de ces activités sportives. Le métier de moniteur de ski alpin2 est une profession méconnue qui véhicule un imaginaire et des stéréotypes, entretenus par exemple par certaines comédies populaires3. Les périodes d’enquête sur le terrain ont été rythmées par la saisonnalité caractéristique de ce type de profession et se sont étendues sur plusieurs années, de l’hiver 2005 à 2010, avec une moyenne d’un mois et demi de travail par saison. Les deux fonctions occupées au sein de ces structures nous ont offert la possibilité d’explorer de l’intérieur les mécanismes du travail dans le milieu sportif et touristique et donc d’observer, de manière prolongée, le travail « en train de se faire » (Latour, 2006). Le matériau de cet article repose sur un travail ethnographique à partir de ces deux itinéraires singuliers.

8A l’origine, le choix des terrains n’a pas été dicté par une question de recherche mais par des opportunités professionnelles. Ce n’est que dans un second temps, en comparant assez rapidement nos expériences, qu’un travail de recherche a été envisagé et que nos lieux de travail se sont transformés en terrains d’étude, tant les premiers contacts avec ce milieu nous paraissaient riches. A partir de ce moment, un travail d’observation systématique a été entrepris, à chaque période de travail. Par ailleurs, une cohérence est apparue entre les deux terrains d’étude puisque les deux structures observées, si elles peuvent sembler différentes à première vue (produits sportifs – produits touristiques), se rejoignent par l’exploitation d’un même espace (les stations de sports d’hiver) et par un même cœur de métier (la production sportive) ; l’entreprise Delta ayant opéré une diversification en réalisant en plus de l’assemblage touristique. Elles permettent bien d’éclairer un même objet, le travail touristique, à partir de deux exemples issus du monde du tourisme sportif. Il est important de souligner que l’objectif de la présente étude n’est pas de comparer nos terrains mais bien, à partir d’une connaissance poussée de deux professions, de mettre en lumière les formes de présence au travail dans ces structures sportives et touristiques.

  • 4  En l’absence de « commande » de la part des deux structures, nous n’avons donc pas été véritableme (...)

9La méthode d’enquête retenue a été l’observation ethnographique, que nous avons réalisée par immersion dans l’entreprise, à l’instar de Poirier (1991). Compte tenu de la spécificité de notre objet, cette méthode nous paraît plus pertinente qu’une enquête par entretien, car elle permet d’observer de l’intérieur les mécanismes et les stratégies à l’œuvre, de les observer directement et non de se les voir racontés. Dans l’univers de l’entreprise, elle permet surtout de prendre de la distance par rapport aux discours des acteurs qui risquent de dépeindre, dans une situation d’entretien, un monde de l’entreprise différent de la réalité (Jeudy-Ballini, 1991). Comme le suggère Peneff (1995, 128), « les métiers de service offrent un terrain de prédilection pour l’observation participante parce que les techniques d’enquête classique échouent à les décrire dans la totalité de leurs aspects. Les rythmes y sont discontinus et imprévisibles, les relations avec les clients inattendues, les demandes de ces derniers négociées au coup par coup ». Cette observation participante a été d’autant plus naturelle que contrairement à d’autres sociologues et ethnologues s’intéressant à l’univers de l’entreprise, nous n’avons pas eu à justifier notre présence dans l’entreprise, puisque nous étions déjà intégrés et reconnus pour nos compétences professionnelles4.

  • 5  L’emploi du terme « touriste » est parfois problématique puisqu’il se confond avec l’acception péj (...)

10Enfin, l’observation participante menée dans ces deux structures commerciales permet de palier l’un des problèmes de l’enquête sur le tourisme : celui de devoir choisir d’étudier les structures commerciales, les politiques touristiques, les aménagements et la structuration de l’espace physique, ou alors de mener une investigation auprès du touriste5 lui-même. Précisément, notre position de chercheur mais aussi de professionnel en contact avec la clientèle nous a donné accès à un matériau de première main, nous permettant d’éclairer l’interaction entre l’offre et la demande. L’originalité de la démarche consiste en effet à ne pas trancher entre offre et demande touristique, en se situant dans notre observation participante à l’interface de ces deux mondes a priori opposés, mais qui pourtant méritent d’être étudiés simultanément. Cet article apporte un éclairage sur un phénomène touristique encore peu étudié puisque comme le souligne Cousin (2010), « les enquêtes sur l’organisation du tourisme de masse, son industrie et ses modes de fonctionnement sont […] presque totalement absentes des études ethnographiques ». En occupant des fonctions dans deux structures commerciales du tourisme sportif, notre position nous a poussés au strabisme en observant à la fois les rapports au travail dans des structures singulières, les interactions entre professionnels mais aussi la manière dont s’organise la « captation des publics » touristiques (Cochoy, 2004).

4. Les spécificités du tourisme sportif : une discontinuité du travail

11Le travail des professionnels du tourisme sportif présente des spécificités qui peuvent s’expliquer par la nature même du service (sportif et touristique) qu’ils commercialisent. Une première caractéristique s’observe en termes de saisonnalité du métier. Les professionnels conçoivent et vendent des prestations qui sont soumises à la saisonnalité des activités sportives proposées. Ainsi les sports de montagne se pratiquent durant une saison privilégiée, souvent courte, en fonction des caractéristiques de l’activité (à titre d’exemple, la saison hivernale est propice au ski tandis que la saison estivale se prête davantage à l’alpinisme). Ce constat, aussi simple qu’il puisse paraître, induit néanmoins des contraintes fortes pour les professionnels. Cela se répercute en effet sur l’organisation des structures touristiques puisque les besoins en personnels, le temps de présence au travail varient en fonction de la période de l’année, et entraîne parfois un mode de gestion nécessairement flexible face à ces variations (Paget et Mounet, 2010).

  • 6  Le tourisme d’agrément se caractérise par une clientèle de loisir.
  • 7  Le tourisme d’affaires regroupe des déplacements pour motifs professionnels d’au moins 24h (de Sèz (...)
  • 8  Les séminaires d’entreprises étant à l’initiative de la direction de celles-ci, à l’attention de l (...)
  • 9  Le tourisme scolaire correspond principalement aux classes de neige.

12A cette saisonnalité s’ajoutent d’autres variations, cycliques et acycliques, qui conditionnent aussi pour une part le travail. Une première s’effectue à l’intérieur de la saison et s’opère (différemment) suivant le type de tourisme. Le tourisme d’agrément6 entraîne par exemple un pic de travail pour les professionnels durant les périodes de vacances scolaires et les week-ends. C’est le cas pour l’école de ski étudiée où la demande pour des cours est très importante pendant les vacances de noël et les congés de février. A l’inverse, le tourisme d’affaires7 produit une forte activité en dehors de ces mêmes périodes. La demande de séminaires en montagne connaît par exemple un pic pendant les mois de janvier et mars, principalement en milieu de semaine8. Enfin, le tourisme scolaire9 s’effectue quant à lui entre les périodes de vacances et permet donc d’effectuer la jonction, notamment pour l’école de ski étudiée, en assurant une base minimum de travail aux moniteurs pendant cette période creuse. L’articulation entre ces différentes formes de tourisme permet en partie de réduire ces variations de travail mais n’effacent pas la dichotomie entre une haute saison et une basse saison.

13Une autre particularité du travail provient des aléas climatiques, inhérents au milieu montagnard. Les conditions météorologiques ne permettent pas toujours la réalisation des produits (risque d’avalanches, piste de ski fermée…) et elles contraignent donc là aussi le travail du professionnel. Enfin, la fréquentation des destinations touristiques, aléatoire d’une année à l’autre, a un impact sur l’activité des structures commerciales. Les flux de touristes en stations de sports d’hiver varient par exemple en fonction du niveau d’enneigement du domaine skiable (Atout France, 2010). Cet état de fait est encore plus vrai dans le cas des stations de moyenne montagne, où l’enneigement aléatoire rend encore plus incertain la présence des touristes (et donc la possibilité de commercialiser les produits). Les professionnels du tourisme sportif évoluent donc dans un milieu instable qui génère de l’incertitude.

14L’offre en tourisme sportif (de nature) s’organise ainsi dans un environnement singulier et présente une triple spécificité : celle d’une discontinuité du temps de travail au cours de l’année, mais aussi au cours de la saison touristique, ainsi qu’une gestion des incertitudes liées au contexte géographique. Cette présence au travail en pointillée a nécessairement des répercussions sur l’organisation même des structures commerciales, ainsi que sur la frontière entre vie familiale et vie professionnelle des acteurs du tourisme.

5. Brouillage entre travail et loisir dans le secteur du tourisme sportif : un décloisonnement des temps sociaux ?

15L’observation des deux structures du tourisme sportif laisse apparaître un agencement particulier des temps sociaux, notamment entre temps de travail et temps de loisir pour les professionnels du milieu. Il provient des spécificités du secteur qui ont été décrites, notamment des contraintes temporelles de l’activité, mais également du profil des dirigeants, du mode de management mis en œuvre et de la place qui est accordée au loisir dans la gestion de la structure.

5.1. Une implication forte des dirigeants

16Une première attention peut être portée sur la culture du milieu professionnel dans les deux structures. Les professionnels du secteur se caractérisent par un attachement fort à leur activité et des logiques d’action reposant à la fois sur une référence mercantile, mais aussi hédoniste au sens où chaque acteur vit de sa passion (Bouhaouala et Chifflet, 2001). Ainsi, les observations empiriques menées montrent que cet investissement personnel dans l’activité conduit en partie à brouiller la séparation entre temps de travail et temps libéré. Ce constat s’applique particulièrement aux dirigeants des deux structures. Dans le cas de l’école de ski, le directeur est fortement impliqué dans une structure qu’il a créée très jeune avec des amis à la fin des années 1980. Ancien athlète de haut-niveau en ski alpin, il a fait de sa passion son métier et se consacre à temps plein à la gestion de cette structure. Cependant, une école de ski n’est pas une structure commerciale classique puisqu’elle repose sur un statut juridique peu connu : le syndicat local. Il s’agit d’un regroupement de travailleurs indépendants mettant en commun des compétences, des locaux… pour faciliter la commercialisation du produit sportif. Le directeur est donc nommé par une assemblée générale pour un temps déterminé. Dans la réalité, l’école de ski que nous avons observée fonctionne sur un mode de management différent au sens où le directeur s’apparente plutôt à un entrepreneur, seul responsable de la structure qu’il considère comme sienne. Son implication temporelle est totale au sens où il participe parfois à l’encadrement sportif en période creuse, mais gère en plus le quotidien de la structure d’un point de vue administratif et managérial. Dans le cas de l’entreprise Delta, les observations montrent également une implication forte du dirigeant dans son travail et plus globalement dans son entreprise qu’il appréhende comme un moyen d’assouvir ses passions. Le dirigeant a fait des études universitaires dans le domaine du sport puis s’est spécialisé dans l’entrepreneuriat, a des compétences sportives (diplômes d’Etat dans plusieurs activités) et possédait une expérience professionnelle antérieure en tourisme. Il n’est pas originaire de la région dans laquelle il a créé Delta mais il était déterminé à venir travailler dans les Alpes et s’en est donné les moyens. C’est ensuite une opportunité qu’il a saisie, qui l’a amené à créer Delta. Cet acteur dirigeant ne veut pas être considéré comme un « simple » gestionnaire d’entreprise, il souhaite faire partager sa passion et s’entoure pour cela d’une équipe de travail constituée « de copains » ou de personnes qu’il apprécie. Il s’identifie à son entreprise qu’il gère selon une logique personnelle. C’est un passionné dont les objectifs sont confondus avec ceux de Delta : il souhaite (et fait en sorte) que son entreprise lui permette d’assouvir ses passions pour le sport, pour le voyage, lui permette d’accomplir ses désirs de création et d’innovation. Ainsi, il existe chez ce dirigeant un entremêlement entre ses loisirs et son travail, il vit (ses passions) à travers son entreprise.

5.2. L’engagement des acteurs dans le travail

17Comme le souligne Bidet (2011), l’implication des individus dans le travail est un aspect faiblement étudié par les sociologues. Cette remarque est d’autant plus vraie si l’on s’intéresse à la construction des arbitrages entre temps de travail et temps libre. Notre analyse apporte des éléments de compréhension sur ce point. On observe notamment dans l’entreprise Delta, un mode de management particulier favorisant l’autonomie et l’implication des travailleurs et entraînant un brouillage des repères entre sphères privée et professionnelle. Au sein de la société, les employés sont très impliqués dans la structure et y « sacrifient » une partie importante de leur temps libre. Les incertitudes du secteur sont en effet reportées sur eux ; les variations saisonnières sont par exemple régulées par les chefs de projets qui effectuent des charges horaires de travail très conséquentes lorsque cela est nécessaire (lors des périodes de forte activité). Cependant, les professionnels coopèrent, en acceptant les rôles (missions) qui leur sont assignés et en effectuant de très nombreuses heures de travail (au-delà de ce qui est normalement prévu dans leur contrat de travail). En échange, le dirigeant leur donne une très large autonomie dans leur travail ; ils sont entièrement responsables de leur projet qu’ils gèrent depuis le premier contact client jusqu’à la fin de la prestation, en passant par la conception et l’organisation d’un produit sur mesure. Le dirigeant a mis en place un mode de gestion par projet (Boltanski et Chiapello, 1999) pour rendre son entreprise plus flexible face à l’instabilité du secteur. Or, ce que cela induit, c’est d’une part, une conception forfaitaire du travail, orientée vers la réalisation d’objectifs (Bouffartigue et Bocchino, 1998) et donc déconnectée du temps de travail (Beaujolin-Bellet, 2004) ; et d’autre part, une grande liberté accordée au professionnel dans son travail afin de poursuivre ses objectifs et de produire sa propre régulation (Reynaud, 1999). Cette responsabilisation apporte en effet aux employés une marge de manœuvre qui leur permet de laisser s’exprimer leur esprit d’initiative et leur créativité. L’une des caractéristiques du loisir étant le développement personnel (Pronovost, 1997), le dirigeant offre par ce type de management une forme d’épanouissement au travail contribuant à leur engagement fort dans l’entreprise. Le dirigeant, en favorisant l’autonomie et par là même l’autoréalisation de chacun des acteurs de sa structure, entraîne ainsi un effacement de la distinction entre vie privée et vie professionnelle chez les employés, et donc entre travail et non travail. Il faut noter que cette implication est rendue possible dans l’entreprise Delta d’une part car les employés sont quasi-systématiquement « pré-testés » par le dirigeant avant qu’ils leur soient proposés un contrat à durée indéterminée (en les recrutant dans un premier temps, soit comme stagiaire, soit en contrat à durée déterminée), et d’autre part, car elle recrute principalement des cadres. Or, plusieurs études ont déjà montré l’implication particulière de cette catégorie socioprofessionnelle et leur capacité à mélanger les temporalités professionnelles et privées (Boltanski et Chiapello, 1999 ; Bouffartigue et Bocchino, 1998).

5.3. L’intégration du loisir dans le travail

18Dans les entreprises, l’intégration du sport comme outil de gestion des ressources humaines (et de cohésion interne) s’est particulièrement développée à partir de la fin des années 1980 (Burlot, 2001). Dans le secteur du tourisme sportif, cette intégration existe de fait puisque le produit est précisément sportif. Autrement dit, la frontière est nécessairement ténue entre un temps de travail où l’on pratique un sport (encadrement, accompagnement…), où l’on participe à la production de tourisme sportif, et un temps libéré où le professionnel redevient un simple pratiquant ou un simple touriste sportif. Les deux structures observées n’ont pas la même politique managériale et n’utilisent pas le sport avec les mêmes finalités. Cependant, les deux études de cas montrent un brouillage des temps sociaux.

19Dans le cas de Delta, les repères entre temps de travail et temps libre sont brouillés par la gestion par projet instaurée par le dirigeant (encourageant la créativité et la flexibilité des employés). Mais d’autres dispositifs entrent également en jeu. Le dirigeant, pour intéresser et enrôler (Callon, 1986) les acteurs dans son projet d’entreprise et de croissance, intègre du loisir dans la société Delta. Il donne par exemple à tous ses employés un forfait de ski à la saison, il leur offre la possibilité de pratiquer les activités proposées par la société (plongée sous glace, vol en montgolfière…), il organise des séminaires internes à Delta dans lesquels les activités de loisirs (sportifs ou festifs) sont prépondérantes… Ainsi le dirigeant joue ici sur le plan des valeurs et du développement personnel des acteurs de son entreprise en impulsant du loisir dans la valeur travail.

  • 10  Cette baisse de l’activité le week-end en haute saison s’explique notamment par le chassé croisé s (...)
  • 11  Cette opération a un coût pour le moniteur qui peut perdre entre 70 et 150€ d’honoraires en s’abse (...)

20Le cas de l’école de ski diffère de l’entreprise Delta au sens où le directeur ne favorise pas la pratique personnelle du ski pour les moniteurs. Chaque moniteur de ski est un travailleur indépendant qui facture ses compétences à la structure. Cette indépendance lui assure théoriquement une organisation personnalisée de son temps de travail puisque sa rémunération est directement corrélée au nombre d’heures de travail. Dans la réalité, cette gestion de l’emploi du temps échappe aux moniteurs qui doivent négocier, au coup par coup, leur (in)disponibilité. Il est possible d’illustrer ce propos à partir d’un exemple issu du terrain. En haute saison, les clients sont plus rares le week-end et l’activité des moniteurs est souvent réduite10. En fonction des conditions météorologiques, certains moniteurs en profitent pour skier pour leur plaisir, à leur rythme et notamment en hors-piste (cette dernière pratique est possible avec des clients mais relativement rare). Les moniteurs se notent alors « absent » sur le planning pour une après-midi afin d’assouvir leur passion11. Cette procédure est obligatoire puisqu’en cas contraire, l’école de ski considère le moniteur comme disponible et donc directement opérationnel en cas de réservation d’une leçon par un client. Mais le directeur de l’école ne voit pas toujours d’un œil bienveillant ces pratiques qui réduisent le personnel potentiellement libre en cas de surcroît d’activité. Les moniteurs (pourtant indépendants) doivent donc négocier les règles du travail avec le directeur, afin d’arriver à intégrer du loisir consacré au sport dans un temps libre qui peut aussi être un temps de travail.

21Dans les deux structures observées, la gestion des relations entre temps libre et temps de travail dépend des stratégies de chaque employeur. D’une part, le loisir sportif peut être encouragé par la direction et servir d’élément de motivation de l’équipe (cas de Delta). D’autre part, l’employeur peut au contraire renforcer l’autonomie des temps sociaux, en rejetant les temps de loisir mais privilégiant un temps « chômé » qui assure du personnel disponible en cas de surcroit d’activité (cas de l’école de ski).

6. Invisibilité du travail et visibilité du loisir

  • 12  C’est aussi ce que remarquent Borzeix et Cochoy (2008, 277), en analysant les workspace, c’est-à-d (...)

22La question de la difficile visibilité du travail est révélatrice de la mutation de nos sociétés, qui rend de plus en plus complexe la présence au travail (Bidet et Schoeni, 2011), notamment parce que les lieux classiques du travail se sont déplacés12. La frontière floue entre travail et loisir est non seulement observable dans l’organisation des structures et du travail, mais elle est également saillante lorsque l’on s’intéresse à l’interaction entre les professionnels et les clients. Elle se traduit par une forme d’invisibilité du travail, qui provient d’une part de la perception « enchantée » du professionnel par les clients, et d’autre part du déplacement des lieux du travail vers des espaces de loisir, qui contribue à masquer l’activité.

6.1. L’activité des professionnels du tourisme : un travail invisible ?

23L’une des spécificités du travail touristique est d’être en partie invisible, à la fois aux yeux du professionnel lui-même qui, vivant souvent de sa passion, n’exerce pas toujours un « vrai » métier ; mais aussi parce que le client, pourtant à la recherche d’un service de qualité, n’a pas une représentation claire du professionnel et de la frontière entre activité professionnelle et activité de loisir. Comme le soulignent Réau et Poupeau (2007, 10), « les touristes et les professionnels du tourisme coproduisent un déni des caractéristiques marchandes des services et une relation enchantée au monde social ». Cependant, la dénégation de la relation marchande n’est pas totale et il faut décrire aussi finement que possible, à partir de nos observations empiriques, la construction de cette relation particulière.

  • 13  Ce relevé est propre au cas étudié, car l’école de ski se situe dans une station de moyenne montag (...)
  • 14  Il existe de nombreuses formules de cours de ski et les tarifs peuvent varier en fonction de la pé (...)
  • 15  Le chiffre d’affaire d’un moniteur de ski qui travaille l’ensemble de la saison est compris entre (...)

24L’invisibilité du travail touristique est le résultat d’un processus qui comporte différents aspects. Tout d’abord, la relation dématérialisée entre les touristes et le professionnel qui les encadre explique en partie cette faible visibilité du travail. La mise à distance de la dimension économique de l’interaction est possible par l’intervention d’intermédiaires. Dans le cas de l’école de ski, il n’existe que rarement de relation marchande directe entre le moniteur et les clients, puisque le rapport marchand se fait au secrétariat. Ainsi, l’argent ne transite pas directement entre l’éducateur sportif et le client. Il ne s’agit, ni pour les uns ni pour les autres, de dénier la dimension marchande mais simplement de l’occulter au profit d’une relation plus personnalisée. Il existe parfois des remises de pourboires, mais ceux-ci sont assez rares et prennent plutôt la forme de cadeaux en nature lorsqu’ils existent (chocolats, bouteilles de vin, produits locaux, etc.)13. Cette mise à distance du rapport marchand est assez surprenante, notamment parce que l’engagement d’un moniteur de ski est une opération onéreuse14 et d’autre part car le métier de moniteur de ski est une activité relativement lucrative15. Pour Delta, la dimension économique est également absente de la relation entre l’entreprise et les clients consommateurs de la prestation, parce que ces derniers ne sont pas les « payeurs ». Ils viennent aux frais de leur société, qui les invitent à participer aux séminaires (de formation, de cohésion de groupe…). En effet, les activités et prestations sont toutes réservées à l’avance par Delta et contrôlées par le personnel qui devient un intermédiaire entre les clients et les différents prestataires. Les clients n’ont donc pas à débourser de l’argent et leur seul interlocuteur est l’employé Delta qui les accompagne partout. Dans le cas des soirées festives par exemple, les clients disposent de « bons boissons » (conçus par Delta) qu’ils utilisent directement au bar. La relation avec le professionnel de Delta qui encadre la soirée est parfois même inversée, car c’est le client qui très souvent propose au professionnel présent (c’est-à-dire à l’organisateur du séminaire) de boire un verre ou de participer aux activités festives.

25Ensuite, l’interaction de face à face entre l’offreur et le client suppose d’instaurer une relation de confiance (Chantelat et Vignal, 2002). Cette confiance s’établit souvent sans que les compétences « professionnelles » soient particulièrement remarquées par les touristes. Par exemple, les professionnels du ski ne sont que rarement perçus comme des éducateurs. La compétence technique par l’expertise sportive est beaucoup plus perceptible pour le client que ses compétences en pédagogie ou en gestion de la sécurité. Les clients ont également tendance à valoriser davantage les compétences d’animateur du moniteur. Cette mise à distance du professionnalisme correspond au cadre dans lequel l’interaction doit se produire, c’est-à-dire qu’elle entre en conformité avec les attentes du client dans ce marché spécifique du tourisme. Pour l’entreprise Delta, plusieurs processus similaires s’observent. La dématérialisation de la relation marchande induit une représentation biaisée de l’employé de Delta qui apparaît aux yeux du client « final » plus comme un « Gentil Organisateur » intégré au groupe car omniprésent tout au long de la journée, dans toutes leurs activités. Le client ne perçoit en effet pas forcément le travail en amont prépondérant de conception et d’organisation du produit touristique. Ainsi, lors d’une sortie dans un restaurant par exemple, où les clients n’ont pas à se soucier de la logistique (ni de la réservation, ni des menus, ni du règlement de l’addition…), le professionnel de Delta qui les accompagne et qui est présent pour veiller à ce que le repas et la prestation dans son ensemble se déroule bien, se voit souvent proposer par les clients de se joindre à leur table. Un autre exemple peut être donné pour illustrer ce constat : c’est le cas d’une activité parapente qui a été réservée pour un client de Delta pour 10 personnes. Un des clients ne pouvant plus participer à l’activité, le professionnel de Delta qui accompagne le groupe peut se voir proposer de le remplacer et de réaliser l’activité avec eux. Là encore, cela rejoint les attentes de la clientèle de ce marché (du tourisme sportif et d’affaires) faisant abstraction des compétences professionnelles au profit d’une relation personnalisée et parfois presque amicale.

6.2. Un déplacement des cadres du travail

26La faible visibilité du travail qui naît de la rencontre entre le professionnel du tourisme et le client est donc due à la frontière extrêmement ténue entre loisir et travail dans ce secteur particulier et à la difficile perception des limites entre ces différentes sphères. Mais le déplacement du travail vers des lieux ou des périodes atypiques participe également à brouiller les repères. Ce phénomène s’observe aussi bien suivant que le déplacement est constitutif de l’activité ou extraprofessionnel.

  • 16  Prestation « résultant de la combinaison préalable d'au moins deux opérations portant respectiveme (...)

27Pour l’entreprise Delta, les prestations en matière de tourisme d’affaires englobent par exemple des activités de loisirs « nocturnes ». Le professionnel du tourisme est ainsi amené à déplacer son activité vers des lieux qui généralement ne relèvent que du loisir festif. En effet, le forfait touristique16 prévoit parfois des sorties en discothèque pour les clients, avec un accompagnement par un professionnel de la structure. Cette situation est normale puisqu’elle entre dans la prestation mais est dans le même temps particulièrement ambiguë puisqu’il s’agit d’encadrer les clients dans un cadre festif, de répondre parfois à certaines de leurs sollicitations (de participation à la fête par exemple) tout en maintenant une distance permettant d’assurer la qualité de la prestation. Ce déplacement du travail vers des lieux entièrement dédiés à la fête renforce cette porosité entre la sphère du travail (complètement invisible pour le client) et celle du loisir (mise à distance mais nécessairement présente pour le professionnel).

  • 17  Cette prestation est parfois source de tensions car elle nécessite un investissement temporel impo (...)

28Dans le cas de l’école de ski observée, le maintien de relations commerciales passe pour certains moniteurs par le développement de liens amicaux, qui dépassent largement le lieu classique d’exercice de la profession. Ainsi, le fait d’accepter des invitations au restaurant ou au bar avec des clients, pendant ou après les heures de travail, participent à transformer la nature de la relation. Mais c’est surtout par certaines prestations annexes et gratuites que l’on observe le plus cette invisibilité du travail. En effet, l’intensité du travail saisonnier (extrêmement concentré sur une période courte) entraîne une extensivité des horaires de travail qui finit par rendre artificielle la frontière entre travail et non-travail. Il est possible d’illustrer ce phénomène en prenant un exemple issu du terrain. En période de vacances scolaires, l’école de ski organise un fois par semaine une course de ski gratuite, destinée à sa clientèle mais également ouverte à tous les touristes, sur une piste éclairée en nocturne. Au-delà de l’animation dans la station de sports d’hiver, il s’agit d’un procédé permettant à l’école de ski d’organiser la « captation » d’une nouvelle clientèle (Cochoy, 2004) ou tout du moins conserver celle existante. Cette activité n’est pas rémunérée (mais obligatoire) pour les moniteurs de ski qui viennent, après leur journée de travail, participer à l’organisation et au bon déroulement de l’événement17. Le client voit donc cette activité plutôt comme une animation locale au sein de la station alors qu’elle constitue une prestation de service proposée par l’école de ski.

29L’analyse de l’interaction des professionnels du tourisme avec leur clientèle met donc en évidence un déplacement des cadres du travail, s’opérant à la fois en termes de spatialité et de temporalité. En déplaçant les frontières spatio-temporelles du travail, ce processus favorise l’indistinction des sphères privée et professionnelle, le brouillage des relations professionnelles et amicales, et in fine entretient cette non visibilité du travail touristique.

7. Conclusion

30Nous l’avons souligné, la sociologie du tourisme en est à ses balbutiements et se renouvelle fortement à l’heure actuelle. L’enquête ethnographique sur laquelle repose ce travail a une dimension à la fois exploratoire et programmatique. Les données empiriques ne sont pas légion sur les professions touristiques, ni sur l’organisation interne des structures commerciales et des rapports au travail. En se situant à la croisée entre sociologie du travail, du loisir et du tourisme, nous avons interrogé l’agencement des temporalités sociales dans un secteur singulier. Il apparaît que les deux structures touristiques observées sont marquées par une discontinuité importante de leur activité, qui se répercute nécessairement sur les temporalités du travail et du non-travail. La structuration des activités, les relations au travail et l’investissement temporel dans la structure sont marqués par cette alternance de temps forts et de temps faibles du travail.

31Mais la nature même du service touristique participe aussi à brouiller les frontières temporelles, car il implique de s’adapter aux touristes dont la représentation n’est pas celle du travail, mais bien celle d’un monde idéalisé fait de loisirs. Au regard de nos observations empiriques, il apparaît que cet aspect fait partie de la prestation touristique et reflète même sa qualité (le client faisant appel au prestataire pour ne pas avoir à se préoccuper de tous les aspects organisationnels ou logistiques). A partir de ces premiers résultats, d’autres études variant la méthode d’enquête et les lieux d’investigation permettraient de compléter ces premières analyses.

32L’histoire des rapports entre travail et temps libre est constituée de différentes phases d’autonomie ou d’hétéronomie de ces temps sociaux (Pronovost, 1998). Dans les structures touristiques observées, nous avons montré qu’un brouillage des temps sociaux caractérisait l’activité professionnelle. Cependant, la question en suspens est de savoir si l’interpénétration des temps sociaux est caractéristique du secteur touristique ou s’il s’observe aussi dans d’autres domaines. Ainsi, Metzger et Cléach (2004) ont bien montré que le télétravail pour les cadres participe à la création de nouvelles temporalités, dont l’arbitrage entre vie professionnelle et vie privée est parfois complexe. C’est aussi par la comparaison avec d’autres structures et d’autres professions qu‘il sera possible de mieux comprendre l’agencement des temps sociaux et donc les spécificités organisationnelles du travail (touristique) moderne.

Haut de page

Bibliographie

Amirou R. (2000). Imaginaire du tourisme culturel. Paris, PUF.

Atout France (2010). Tableau de bord des investissements touristiques en 2009. Paris, Atout France.

Beaujolin-Bellet R. (2004). Flexibilités et performances. Stratégies d’entreprises, régulations, transformations du travail. Paris, La Découverte.

Bidet A. (2011). L'engagement dans le travail. Qu'est-ce que le vrai boulot ? Paris, PUF.

Bidet A., Schoeni D. (2011). Décrire les présences au travail, analyser la structuration de la vie sociale. Ethnographiques.org, 23, http://www.ethnographiques.org/2011/Bidet,Schoeni

Boltanski L., Chiapello E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

Borzeix, A., & Cochoy, F. (2008). Travail et théories de l’activité : vers des workspace studies ? Sociologie du travail, 50(3), 273-286.

Bouffartigue P., Bocchino M. (1998). Travailler sans compter son temps ? Les cadres et le temps de travail. Travail et emploi, 74, 37-50.

Bouhaouala M. (2001). Relations inter-entreprises dans un marché local : le cas des PE-TPE du tourisme sportif en Vercors. Espaces et Sociétés, 105/106, 229-251.

Bouhaouala M., Chifflet P. (2001). Logique d'action des moniteurs des sports de nature : entre passion et profession. STAPS, 56, 61-74.

Burlot F. (2001). L’intégration du sport dans une politique de gestion des ressources humaines. Le cas d’Apple. In M. Desbordes (Éd.), Stratégie des entreprises dans le sport. Acteurs et management, Paris, Economica, 181-195.

Callon M. (1986). Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc. L’année sociologique, 36, 169-208.

Chantelat P., Vignal B. (2002). L’intermédiation du marché de l’occasion. Échange marchand, confiance et interactions sociales. Sociologie du travail, 44(3), 315-336.

Chenu A., Herpin N. (2002). Une pause dans la marche vers la civilisation des loisirs ? Economie et Statistique, 352/353, 15-37.

Cochoy F. (2004). La captation des publics. C’est pour mieux te séduire, mon client… Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Cousin S. (2010). Le tourisme à l’épreuve de l’enquête, à moins que cela ne soit l’inverse. EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document8210.html

Dumazedier J. (1962). Vers une civilisation du loisir ? Paris, Editions du Seuil.

Dumazedier J. (1974). Sociologie empirique du loisir. Paris, Editions du Seuil.

Dumazedier J. (2000). Métamorphoses du travail et émergence d’une société du temps libre. In A.-M. Green (Éd.), Les métamorphoses du travail et la nouvelle société du temps libre, Paris, Editions L’Harmattan, 21-40.

Friedmann G. (1956). Le travail en miettes. Paris, Gallimard.

Flamant, N. (2005). Observer, analyser, restituer. Conditions et contradictions de l’enquête ethnologique en entreprise. Terrain, 44, 137-152.

Jeudy-Ballini M (1991). Une expérience d'ethnographie en entreprise. Journal des Anthropologues, 43/44, 45-56.

Latour B. (2006). Changer de société – Refaire de la sociologie. Paris, Editions La Découverte.

Metzger J.-L., Cléach O. (2004). Le télétravail des cadres : entre suractivité et apprentissage de nouvelles temporalités. Sociologie du travail, 46(3), 433-450.

OMT (2010). Faits saillants OMT du tourisme. Madrid, Service publications de l’Organisation Mondiale du Tourisme.

Paget E., Mounet J.-P., Guilhon A. (2007). Les petites entreprises prestataires de sport et de tourisme et leurs dirigeants : spécificités et stratégies. Revue Européenne de Management du Sport, 17, 1-13.

Paget E., Mounet J.-P. (2010). Flexibilité de l’entreprise et implication des employés : étude de cas d’un prestataire de sport et de tourisme. Travail et Emploi, 122(2), 5-14.

Peneff J. (1995). Mesure et contrôle des observations dans le travail de terrain. L’exemple des professions de service. Sociétés contemporaines, 21, 119-138.

Poirier K. (1991). Immersion, identification, quelle méthodologie appliquée à l’observation des entreprises ? Journal des Anthropologues, 43/44, 73-78.

Pronovost G. (1996). Sociologie du temps, Bruxelles, De Boeck.

Pronovost G. (1997). Loisir et société : Traité de sociologie empirique (2ème édition). Québec, Presses de l’Université du Québec.

Pronovost G. (1998). Loisir et travail. In De Coster M. et Pichault F. (Éd.), Traité de sociologie du travail, Bruxelles/Paris, Editions De Boeck, 95-114.

Réau B., Poupeau F. (2007). L’enchantement du monde touristique. Actes de la recherche en sciences sociales, 170(5), 4-13.

Reynaud J.D. (1999). Le conflit, la négociation et la règle (2ème édition). Toulouse, Octarès.

Sèze B. de (2002). Panorama du tourisme d’affaires [Electronic version]. Note de synthèse réalisée pour le groupe de travail sur le tourisme d’affaires constitué par la Direction du Tourisme, Maison de la France, France-Congrès, l’Observatoire Régional du Tourisme d’Ile-de-France et l’Observatoire National du Tourisme.

Urbain J.-D. (2002). L’idiot du voyage. Histoire de touristes. Paris, Editions Payot et Rivages.

Viard J. (2006). Eloge de la mobilité. Essai sur le capital temps libre et la valeur travail. La Tour d’Aigues, Editions de l'Aube.

Haut de page

Notes

1  Le terme « séminaire » est une appellation générique utilisée par les acteurs du secteur pour désigner tout type de manifestations à caractère professionnel.

2  L’usage répandu du terme « moniteur de ski » est un abus de langage, au sens où l’on devrait parler d’éducateur sportif, telle que la profession est réglementée dans la loi sur le sport de 2000. En réalité, il s’agit d’une survivance de l’ancien diplôme sanctionnant les moniteurs nationaux de ski alpin.

3  Nous pensons par exemple aux représentations cinématographiques du tourisme « sportif » par certaines comédies populaires comme Les bronzés font du ski de Patrice Leconte.

4  En l’absence de « commande » de la part des deux structures, nous n’avons donc pas été véritablement confrontés aux problèmes de la restitution des données (Flamant, 2005).

5  L’emploi du terme « touriste » est parfois problématique puisqu’il se confond avec l’acception péjorative du sens commun, le touriste étant toujours celui que personne ne veut être (Urbain, 2002). Dans cet article, l’utilisation de ce terme doit être entendue sans jugement de valeur.

6  Le tourisme d’agrément se caractérise par une clientèle de loisir.

7  Le tourisme d’affaires regroupe des déplacements pour motifs professionnels d’au moins 24h (de Sèze, 2002).

8  Les séminaires d’entreprises étant à l’initiative de la direction de celles-ci, à l’attention de leur personnel (voire parfois de leurs clients, de collaborateurs ou de journalistes), ils se déroulent exclusivement sur le temps de travail des individus.

9  Le tourisme scolaire correspond principalement aux classes de neige.

10  Cette baisse de l’activité le week-end en haute saison s’explique notamment par le chassé croisé sur la route des vacances qui se déroule en fin de semaine. Le samedi est consacré au départ ou à l’installation des touristes dans la station, et non au ski.

11  Cette opération a un coût pour le moniteur qui peut perdre entre 70 et 150€ d’honoraires en s’absentant un après-midi.

12  C’est aussi ce que remarquent Borzeix et Cochoy (2008, 277), en analysant les workspace, c’est-à-dire la nouvelle distribution des espaces du travail : « Le premier enjeu est celui de l’articulation des activités de travail entre des contextes proches et des contextes distants, et des modes de circulation de l’activité entre des sites spatialement distribués. De plus en plus, le travail s’effectue sinon « hors les murs », du moins à l’interface des frontières organisationnelles, […] - soit parce qu’il s’agit de monter des projets associant des acteurs issus souvent de mondes sociaux différents, soit parce qu’une part croissante de l’activité professionnelle consiste à gérer le contact avec les publics (clients, usagers, patients, etc.) ».

13  Ce relevé est propre au cas étudié, car l’école de ski se situe dans une station de moyenne montagne, avec une clientèle familiale et principalement française. Les observations seraient très différentes dans une plus grande station, avec une riche clientèle étrangère.

14  Il existe de nombreuses formules de cours de ski et les tarifs peuvent varier en fonction de la période de la saison. Pour un ordre d’idée (en haute saison), une heure de leçon particulière revient à 44€ et une semaine de cours collectifs adulte coûte 156€.

15  Le chiffre d’affaire d’un moniteur de ski qui travaille l’ensemble de la saison est compris entre 20 000 et 30 000 euros, pour 550 à 750 heures de cours (une saison normale débutant mi-décembre et se terminant fin avril). Dans l’école observée, 75% des moniteurs de ski permanents exercent cependant un deuxième métier durant la période estivale. 50% des moniteurs travaillent dans le sport avec un autre diplôme (moniteur de parapente, guide de haute montagne, moniteur de voile, etc.) et 25% exercent dans le bâtiment (charpente, maçonnerie, peinture, etc.).

16  Prestation « résultant de la combinaison préalable d'au moins deux opérations portant respectivement sur le transport, le logement ou d'autres services touristiques non accessoires au transport ou au logement et représentant une part significative dans le forfait ; dépassant vingt-quatre heures ou incluant une nuitée ; vendue ou offerte à la vente à un prix tout compris » (loi du 22 juillet 2009).

17  Cette prestation est parfois source de tensions car elle nécessite un investissement temporel important, mais le directeur parvient à impliquer les moniteurs en insistant sur l’aspect commercial et promotionnel de cet événement pour l’école de ski. Cette prestation se déroule également sur un mode convivial, à la fois entre professionnels et vis-à-vis de la clientèle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yohann Rech et Elodie Paget, « Les temporalités du travail touristique », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 7 |  2012, mis en ligne le 02 mars 2012, Consulté le 22 juillet 2014. URL : http://socio-logos.revues.org/2674

Haut de page

Auteurs

Yohann Rech

ATER à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan et chercheur au laboratoire Violences, Identités, Politiques et Sports (VIP&S, EA 4636), yohann.rech@gmail.com

Elodie Paget

Maître de conférences à l’Université de Rennes 2 et membre du laboratoire VIP&S (EA 4636), elodie.paget@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page