Navigation – Plan du site
Débats

Recherche et intervention en santé publique : quels espaces de rencontre avec les sciences sociales ?

Joëlle Kivits et François Alla

Texte intégral

INTRODUCTION

1La santé des populations est au cœur de l’activité professionnelle et de recherche du champ de la santé publique. Son focus sur la santé – qu’il s’agit de promouvoir – plutôt que sur la maladie – qu’il s’agit de prévenir – et ce, dans une dimension collective, la distingue du champ de la médecine clinique (Fassin, 2008).

2La santé publique se définit par une activité professionnelle et institutionnelle très diverse (Bréchat, Salines et Segouin, 2006) qui comprend, entre autres, l’organisation de la santé et des soins, l’observation de la santé et la surveillance sanitaire, les activités de promotion de la santé et de prévention. Si la santé publique est sur le plan universitaire une spécialité médicale, les professionnels de santé publique ont une grande diversité d’origine – médecine mais aussi psychologie, sciences de l’éducation, sciences sociales… – avec une expérience et/ou une formation complémentaire de santé publique (Hamel et Pommier, 2011).

3Champ disciplinaire et d’activité complexe donc, la santé publique se confronte actuellement à des transformations importantes. Jusqu’alors essentiellement basée sur un modèle biomédical, tant au niveau de la recherche qu’au niveau des orientations de politiques publiques et d’interventions, les évolutions de santé amènent des questionnements nouveaux sur le champ de la santé publique. En particulier, les recherches en santé des populations menées depuis les années 1990, dont les premières bases ont été synthétisées dans l’ouvrage « Why Are Some People Healthy and Others Not? The Determinants of Health of Populations” (Evans, Barer et Marmor, 1994), ont permis de montrer que les déterminants macrosociaux, économiques et culturels ont autant d'influence sur l'état de santé des populations que les comportements personnels ou les soins médicaux. Ce constat a plaidé en faveur de nouveaux cadres d’intervention. Il s’agit principalement de développer une activité de santé publique répondant à une approche écologique de la santé (Monnier et al., 1980) considérant les interactions entre les individus et leurs environnements sociaux, et appelée à s’épanouir dans un cadre non strictement médical mais englobant d’autres approches de la santé, dont celles relevant des sciences sociales. La promotion de la santé et la prévention deviennent ainsi progressivement l’activité première d’intervention (Green and Tones, 2010).

4Les mêmes évolutions sont observées pour la recherche en santé publique. Traditionnellement, cette recherche a été dominée par l’épidémiologie, qui s’applique à la description des phénomènes de santé, à l'explication de leur étiologie et à la recherche des méthodes d'intervention les plus efficaces (Jenicek et Cléroux, 1985). Cette recherche s’ouvre à d’autres champs disciplinaires (biologie, médecine, économie), diversité reflétée dans la production scientifique actuelle (Clarke et al., 2007).

Transformation des objets et des pratiques : le mouvement convergent de la santé publique et de la sociologie

5Un mouvement peut ainsi être observé depuis une dizaine d’années qui marque une ouverture de la santé publique à d’autres disciplines, de sciences sociales principalement, la sociologie en particulier. Le mouvement est nouveau non pas tant dans son principe qui depuis longtemps est défendu par des professionnels de la santé publique (Deschamps, 2001 ; Laurent-Beq, 2001) ; les sciences humaines et sociales sont par ailleurs des disciplines enseignées aux futurs chercheurs et/ou professionnels de santé publique (Cardia Vanèche et Bastard, 2009). Ce mouvement apparaît davantage innovant au niveau de la définition des objets de recherche dans le domaine de la santé, ainsi que dans les pratiques professionnelles d’intervention.

6En termes de définition des objets en santé publique, deux tendances sont observables. D’une part, en lien avec l’évolution des cadres théoriques relatifs aux déterminants de santé, de nouveaux objets d’étude sont explorés. Il ne s’agit plus uniquement d’étudier les déterminants biologiques de la santé (âge, sexe…) mais également liés aux modes de vie ou comportements et aux environnements sociaux et économiques. Les inégalités de santé sont ainsi devenues un sujet actuel et majeur d’étude et de débat en santé publique. D’autre part, l’approche épidémiologique tend à s’allier à d’autres disciplines pour proposer des concepts plus globaux pour étudier l’état de santé des populations.

7En termes de pratiques, les interventions de santé publique sont des interventions considérées comme complexes, car multi-composantes, intégrant plusieurs acteurs, nécessitant des adaptations au contexte (Campbell, Fitzpatrick et Haines, 2000). Leurs évaluations sont elles aussi complexes et obligent à penser la complémentarité des méthodes en particulier l’association d’approches qualitatives et quantitatives autour du même objet. C’est dans ce cadre par exemple que sont promues les méthodes mixtes (Guével et Pommier, 2012).

8Il est intéressant d’observer des mouvements similaires en sociologie, notamment en sociologie de la santé. Les objets et pratiques, qu’elles soient professionnelles ou de recherche, sont sujets à des transformations. En sociologie, la santé est désormais un champ d’étude reconnu, constitué dans les années 1980 (Herzlich et Pierret, 2010) et qui s’est développé dans les années 1990. Depuis les années 2000, les objets d’étude se diversifient : si les aspects sociaux de la maladie restent au cœur de la discipline, il faut noter les regards sociologiques portés sur l’organisation des soins (services de santé, professions, inégalités…) (Carricaburu et Ménoret, 2004) ainsi que sur la santé abordée du point de vue des expériences, des comportements et des styles de vie (Nettelton, 2006). Non seulement les objets d’étude peuvent être similaires à ceux de la santé publique, mais la sociologie propose en plus une analyse des pratiques professionnelles en santé publique.

9Concernant les pratiques, la sociologie de la santé suit la professionnalisation de la discipline. Moins formalisée dans le champ de la santé que dans d’autres mondes professionnels tels que l’entreprise – et étudiée par les sociologues eux-mêmes (Piriou, 2006) - la pratique de la sociologie (de la santé) est perceptible sur le terrain. Des sociologues travaillent en effet au sein d’institutions ou organisations de santé publique, telles que les agences sanitaires, les observatoires régionaux de santé, les Instituts régionaux d’éducation et de promotion de la santé, etc. En ce sens, on peut dire que la sociologie de la santé investit un nouveau terrain de recherche et d’étude, tout en rencontrant des préoccupations d’activité professionnelle.

10Cette similitude de mouvement mérite l’attention des deux communautés. Des pratiques parallèles, de recherche et d’intervention, semblent en effet se développer. L’objet « santé » est regardé de manière nouvelle par les chercheurs de santé publique, allant au-delà du seul aspect médical ; la santé est par ailleurs formalisée en objet de recherche sociologique par les chercheurs de sciences sociales, dans ses aspects collectifs et individuels, ainsi qu’organisationnels.

11Peut-on imaginer que ces pratiques viennent à se rencontrer pour construire une pratique commune en santé publique ? L’article propose, à partir d’une analyse d’articles publiés dans une revue francophone de santé publique, d’interroger la possibilité de rencontre entre la santé publique et les sciences sociales, la sociologie de la santé en particulier, et d’en définir les modalités.

Objectif de l’étude

12L’objectif de cet article est d’analyser, à travers une étude de cas, les possibilités de rencontre, en termes d’orientations de recherche et d’intervention, entre la santé publique et la sociologie de la santé.

13Deux hypothèses sont posées : d’une part, la sociologie de la santé fait de la santé publique un objet de recherche ; on est donc sur la construction d’un nouvel objet : la santé en ce qu’elle allie de l’individuel et du collectif. D’autre part, les chercheurs et professionnels de santé publique recourent aux méthodes de recherche en sciences sociales, témoignant de l’évolution du regard posé sur la santé et de leurs dispositifs méthodologiques pour développer ce regard. Ces deux propositions permettent d’explorer l’objet « santé publique », à la fois du point de vue des pratiques et du point de vue de la recherche.

14Afin de répondre à cet objectif, nous avons réalisé une analyse d’articles publiés dans une revue de santé publique, à comité de lecture, pluridisciplinaire, publiant tant des résultats de recherches que d’interventions. Reflétant l’état des savoirs, les publications scientifiques constituent en effet un terrain d’observation intéressant dans la mesure où il s’agit de publier l’actualité de la recherche et des pratiques, en mettant en avant leurs aspects innovants.

METHODES

Choix du matériel : la revue « Santé publique »

15La revue choisie est « Santé publique »1. Publication pluridisciplinaire à comité de lecture, cette revue est particulièrement adaptée à la question de la rencontre de disciplines concernées par la santé et la santé publique. En effet, couvrant « l’ensemble des thèmes de santé publique », elle s’adresse « à l’ensemble des acteurs de santé publique qu’ils soient décideurs, acteurs de terrain, chercheurs, enseignants ou formateurs »2. Elle publie des études et retours d’expériences sur une variété de thématiques de santé publique.

16En ce sens, elle constitue un terrain d’observation riche permettant de suivre les orientations disciplinaires d’un champ professionnel ou de recherche (Grimaud et Devaux, 2007). L’analyse de publications scientifiques dans une perspective d’appréhender les transformations en cours dans une discipline n’est pas nouvelle. En santé publique, l’étude SPHERE (Strengthening Public Health Research in Europe) (McCarthy et Clarcke, 2007) proposait d’analyser la littérature scientifique en santé publique en Europe afin d’identifier les priorités données à la recherche en santé publique ainsi que leurs pertinence et concordance avec les thèmes prioritaires de politiques de santé publique définis par l’Organisation mondiale de la santé. Plus récemment, toujours en santé publique, une analyse de la littérature scientifique portait sur la diffusion des priorités de santé publique en Afrique subsaharienne francophone (Benie Bi et al., soumis).

Sélection des articles

  • 3  Ces rubriques sont, depuis 2011 selon les nouvelles recommandations aux auteurs, intégrées en une (...)
  • 4  IMReD renvoie au plan « Introduction, Méthodes, Résultats et Discussion », généralement exigé pour (...)

17L’étude a concerné tous les articles scientifiques publiés dans la revue Santé publique de 1998 à 2008. Les articles des rubriques « Etudes », « Pratiques » et « Revues de la littérature » ont ainsi été inclus3. Ont été exclus les éditoriaux et lettres de la rédaction, les articles de débat et d’opinion, ainsi que les articles des rubriques « Lettres du terrain » et « Politiques » ne s’apparentant pas à des articles scientifiques. Pour les numéros thématiques qui n’étaient pas organisés en rubriques, la sélection des articles s’est faite au cas par cas : si l’article était structuré selon le plan IMReD4 ou s’il présentait une section « Méthodes », il était inclus dans le corpus.

18Au total, 337 articles ont été retenus. Pour chaque article, étaient enregistrés le numéro et l’année de parution, la rubrique, le titre, les auteurs, les affiliations des auteurs, le résumé de l’article, les mots-clés.

Analyse des données

19L’analyse des données s’est déroulée en deux étapes successives.

20Dans un premier temps, les résumés des 337 articles ont été analysés. La grille d’analyse comportait huit items (Tableau 1) visant à définir l’orientation, le type et le thème de l’article. Le thème de l’article était basé sur la catégorisation « Public health functions » proposée par l’Organisation mondiale de la santé (Bettcher, Sapirie et Goon, 1998). Cette classification caractérise les grands domaines de la santé publique : surveillance (état de santé, maladie, déterminants de santé), système de santé (organisation des soins, accès aux soins, prise en charge, planification, qualité, coûts, politiques et professionnels), prévention (éducation à la santé, promotion de la santé, dépistage, vaccination, formation, addictions).

21Pour certains articles, un recours au texte intégral fut nécessaire. Ainsi, concernant le type d’article, 6 articles (2%) restaient sans catégorie ; après recours au texte intégral, deux articles n’ont pu être classés. Concernant la méthodologie, 53 articles (16%) ont nécessité un recours au texte intégral, tous les articles ont ensuite été catégorisés. Enfin, concernant le thème de l’article, l’analyse des résumés n’avait pas permis de classer 54 articles (16%) ; après recours au texte intégral, 26 articles restaient inclassables (7,7%).

22Afin de répondre à l’objectif d’identification des approches de sciences sociales dans le corpus d’articles analysés, la seconde étape de l’analyse consistait en l’examen du texte intégral d’une part des articles pour lesquels étaient identifiés des méthodes de recherche qualitatives (61 articles), reflétant l’« emprunt » supposé des outils spécifique aux sciences sociales dans des études de santé publique ; d’autre part des articles « inclassables » au regard des fonctions de santé publique (26 articles), afin d’explorer les définitions non classiques de l’objet de santé publique. De manière inductive, ont été relevés pour chacun de ces articles le type d’approche proposée (de la mesure à l’approche compréhensive), les populations étudiées, l’objet de santé publique, l’objet de l’étude, les modes de recueil et d’analyse des données, l’inscription (théorique ou méthodologique) dans des disciplines de sciences sociales ou dans des disciplines autre que celles de l’épidémiologie.

RESULTATS

Description des articles

23Les auteurs publiant dans Santé publique (Tableau 2) viennent pour plus d’un tiers du monde académique (35,3%). Si l’on y ajoute les affiliations d’organismes de recherche (6,8%) et d’hôpitaux universitaires (8%), la représentation du monde universitaire et de la recherche compte pour la moitié des articles publiés. Les auteurs venant d’administrations ou d’agences de santé (19,3%) et d’associations de santé (10,1%) comptent parmi les auteurs réguliers de la revue. On retrouve ainsi le profil mixte de la revue qui publie des travaux à la fois de chercheurs en santé publique et de professionnels de la santé publique.

24L’appartenance disciplinaire (Tableau 3) montre moins de mixité : 75,1% des articles relèvent du champ de la santé publique et 16% du champ de la médecine et des soins. Seuls 3,8% des articles proviennent clairement des sciences sociales et 2,4% des articles de la psychologie. Il est important de noter que le champ disciplinaire est ici défini à partir de l’affiliation donnée par le premier auteur. Il s’agit donc d’une inscription institutionnelle ne reflétant pas nécessairement l’orientation donnée à l’article : il peut y avoir des articles plus « sociologiques » émanant de laboratoires de santé publique (c’est notamment le cas d’une série d’articles traitant des représentations et opinions des jeunes sur la consommation du cannabis).

25Si l’on regarde les types d’articles publiés (Tableau 4), viennent en tête la description, l’analyse des connaissances, opinions, attitudes, pratiques et/ou comportements de populations ou de patients d’une part, et, d’autre part, la description, l’analyse, l’évaluation de pratiques professionnelles, chacun comptant pour 22,3% des articles. L’analyse et l’évaluation professionnelle d’une intervention compte pour 17,8% des articles. Les articles d’épidémiologie sont donc minoritaires (13%) reflétant ainsi la ligne éditoriale de la revue. Un autre regard sur ce même tableau est celui du public étudié : les professionnels et leurs pratiques représentent 47,5% des articles.

26Une classification selon la finalité de l’article était également proposée (Tableau 5). Il s’agissait de définir si l’article s’inscrivait davantage dans une optique de production de connaissances scientifiques ou davantage dans une optique d’intervention et/ou d’amélioration de pratiques. Les articles s’inscrivaient essentiellement dans une perspective de recherche ou d’analyse : 68,2% ne proposeraient pas d’orientation pratique, le résumé ne pouvant constituer une source complètement fiable sur les finalités de l’étude présentée. Il semble néanmoins important de relever que plus de 32% des articles s’inscrivaient dans une finalité opératoire, qu’il s’agisse d’une élaboration – finalisée ou en cours – d’une intervention de santé publique (16%) ou de l’amélioration des pratiques professionnelles (16,9%).

27Etait ensuite considérée l’approche méthodologique de l’article (Tableau 6). Il a été nécessaire d’affiner au-delà de la dichotomie quantitatif – qualitatif : de nombreux articles proposent en effet une approche mixte, notamment lorsqu’il s’agit d’évaluation, d’une approche bibliographique (revue de la littérature ou recherche documentaire) ou d’une approche qualifiée ici de « narrative » décrivant une expérience, une action, un programme, une politique… L’analyse montre une majorité d’articles d’approches quantitatives (56,7%). Les approches qualitatives comptent pour 18,1% du corpus, les approches mixtes pour 9,8%, les approches bibliographiques pour 5,9% et les approches narratives pour 9,5%.

28L’analyse des fonctions de santé publique (Tableau 7) montre une forte prévalence des articles sur les services de santé (health services research) : 48,9% des articles relèvent de cette thématique dont 14,2% concernent les pratiques des professionnels de santé. Près d’un tiers des articles analysés (27,9%) concernent la prévention et 15,5% des articles relèvent de la surveillance épidémiologique (health monitoring).

Analyse thématique des articles « qualitatifs » et « inclassables » au regard des fonctions de la santé publique

29Un examen plus attentif a été porté sur les 26 articles qui n’ont pu être classés parmi les fonctions de santé publique (I-26) et ceux pour lesquels étaient identifiées des méthodes de recherche qualitative (Q-61). Il faut noter que parmi les 26 articles sans fonction de santé publique, 10 reposent sur une approche qualitative, soit 16% des 61 articles « qualitatifs ». Apparaît donc un lien fort entre articles sans fonction de santé publique et articles « qualitatifs ».

30L’analyse thématique fait émerger trois dimensions éclairant à la fois la difficulté de classement des 26 articles parmi les fonctions de santé publique et la particularité des articles d’approche qualitative dans le corpus d’articles étudiés. Ceux-ci se distinguent par une approche compréhensive, une définition large et positive de la santé et l’étude de représentations, de connaissances, de perceptions.

Une approche compréhensive vs une approche descriptive ou « mesurante »

31Les articles présentent une approche compréhensive de leur objet d’étude (I-18/26 ; Q-35/61), ayant pour objectif de « comprendre » ou d’ « explorer ». Il s’agit par exemple de comprendre « les définitions que donnent les adolescents à la santé », les auteurs précisant que l’étude « se limite aux résultats concernant les définitions » (article 2001-2-2). Apparaît en effet une justification de distanciation par rapport à des objectifs descriptifs ou d’évaluation. Un gradient est perceptible dans cette approche : du plus compréhensif qui se distance d’emblée d’une approche classique de santé publique – dans l’extrait ci-dessous, la mesure de la satisfaction – à l’article qui défend sa légitimité en santé publique, notamment par la pathologie concernée même si elle ne constitue pas l’objet de l’étude.

« Plutôt que de rechercher la satisfaction des femmes au fait d’avoir un enfant ou d’être enceintes, nous allons rechercher en quoi la situation concrète de grossesse et d’accouchement peut, au-delà des idéologies et des normes sociales, receler des difficultés quant à la conscience de soi, la signification de l’enfant à naître, difficultés liées aux dispositifs techniques d’accompagnement des femmes enceintes. » (article 2004-1-6)

« C’est pourquoi l’objectif de cette étude a été de documenter la communication entre partenaires sexuels sur les risques de contracter le VIH/sida chez des apprenties couturières de Cotonou au Bénin. » (article 2003-4-2)

32La singularité de ces articles est donc la distance posée à l’égard d’approches qui décrivent et/ou qui mesurent. Seuls 5 articles sans fonction de santé publique identifiée se situent dans une approche descriptive : « fournir un état des lieux » (article 2002-3-4), « préciser les caractéristiques » (2004-3-3).

33Parmi les articles qualitatifs, 17 présentent une approche évaluative. Les évaluations (programmes, dispositifs, actions…) tendent en effet à adopter des approches mixtes où les méthodes de recueil de données qualitatives trouvent leur place.

Une santé positive et large comme objet d’étude

34Si la santé des populations constitue le cœur de l’activité professionnelle et de recherche de la santé publique, la santé est davantage définie par son « état », à savoir la présence ou l’absence de maladie. Les articles sans fonction de santé publique identifiée ont ceci de singulier, que seuls 5 d’entre eux concernent la maladie. Les autres articles concernent les pratiques professionnelles (6), les programmes, actions ou information en santé publique (3) ; 13 articles concernent la santé dont la définition est positive et large : la « santé idéale » (article 2001-2-2), les « milieux de vie » (2003-1-3), les « situations de vie quotidienne » (2003-2-4), le « bien-être de l’élève » (2007-5-3).

  • 5  « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seuleme (...)

35La définition de la santé est ici en phase avec la définition de la santé de l’OMS5 et en lien avec le contexte socio-sanitaire des sociétés développées et riches où il est question de maintien en bonne santé et de bien-être de la personne globale.

« Le répondant devait raconter la manière dont il avait perçu et vécu le développement et donc ce qu’il en retenait au niveau professionnel (en termes d’organisation et d’outils de travail), social (rapport à la famille, aux autres paysans, à la communauté villageoise, etc.) et personnel (en terme de santé notamment). » (article 2008-0-9)

36Si le bien-être et le maintien de la santé font partie des objectifs de santé publique depuis la Charte d’Ottawa (OMS, 1986), notamment au travers de programme de prévention et de promotion de la santé, ces articles révèlent une conception d’emblée non médicale.

37Les articles d’approche qualitative sont davantage centrés sur les programmes, actions, dispositifs… correspondant aux travaux évaluatifs (22/61 Q).

Les représentations, connaissances, perceptions… recourant à un cadre SHS

38La rencontre en santé publique et sociologie devient évidente lorsque sont examinées les manières dont est étudié l’objet « santé ». Dix-huit articles « inclassables » et 22 articles « qualitatifs » proposent d’examiner les représentations, les connaissances, les perceptions d’une population générale, ciblée ou de patients.

« … nous souhaitons dans cet article apporter un éclairage sur ce que représente le risque infectieux pour les professionnels… » (article 2008-0-5)

« Une exploitation spécifique des données […] permet ici d’explorer les représentations des médecins à l’égard des soins palliatifs. » (article 2005-1-6)

39Ce type d’étude est accompagné par des références sociologiques : il s’agit de situer le cadre théorique de la problématique (I-14/26 ; Q-26/61), défendant ainsi une approche singulière en santé publique ou distanciée de l’objet « santé publique » comme expliqué ci-dessus, et/ou d’argumenter le choix méthodologique pour le recueil et l’analyse de données (I-8/26 ; Q-24/61).

 « Ainsi, au-delà de la santé, les adolescents, tout en parlant d’elle, parlent de leur société, de leurs valeurs, leurs idéaux, leurs préoccupations. « … faire parler des individus sur la santé, c’est les mettre en situation d’explorer l’ensemble du champ social et les faire s’interroger sur leurs rapports avec ce champ… » écrivait J. Pierret faisant écho à Cl. Herzlich. » (article 2001-2-2)

« Dans le domaine de la sociologie de la maladie chronique, le thème de la fatigue reste, à notre connaissance, encore inexploré. Si Strauss et ses collaborateurs [26] se sont intéressés à la manière dont les personnes gèrent, au quotidien, l’ensemble des symptômes entraînés par leur maladie chronique, très peu de travaux ont porté sur l’expérience d’un symptôme spécifique. Citons l’exception de la douleur, explorée par Baszanger [1] qui montre à la fois comment la médecine a intégré ce symptôme dans son champ d’exercice, pour en faire une « médecine de la douleur », mais aussi comment les patients font face à leur douleur dans la vie quotidienne. » (article 2004-3-9)

« Les entretiens, d’une durée moyenne d’une heure et demie, ont été enregistrés au magnétophone, retranscrits « verbatim » et analysés selon l’approche de la théorie fondée de Glaser et Strauss » (article 2004-3-9)

« Pour répondre aux différentes hypothèses, une analyse thématique, « cohérente ave la mise en œuvre de modèles explicatifs de pratique ou de représentations » [3], a été réalisée » (article 2007-5-3)

40Ce recours, analysé au regard de l’ensemble du corpus, montre que ces études « ne vont pas de soi » en santé publique lorsqu’elles proposent une approche, des méthodes, des interprétations innovantes. Paradoxalement, si c’est précisément lors de ce recours théorique et méthodologique hors du champ de la santé publique, que pourrait se nouer une rencontre de perspectives disciplinaires, c’est là où la rencontre s’annule. Ce n’est en effet pas la rencontre des approches qui est argumentée mais bien la défense de l’une au regard de l’autre.

DISCUSSION

41L’objectif de cette étude était d’étudier les possibilités de rencontre, en termes d’orientation de recherche et d’intervention, entre la santé publique et la sociologie de la santé. L’analyse a porté sur un corpus d’articles de la revue de Santé publique.

42Cette étude comporte plusieurs limites. Premièrement, l’étude n’est pas représentative des publications scientifiques de santé publique, le choix de la revue Santé publique pouvant être discuté. Accueillant des textes ne relevant pas de l’épidémiologie clinique, la revue appelle davantage de travaux issus de disciplines concourantes de la santé publique : sociologie, économie, psychologie… La revue accueille également favorablement des articles portant sur des analyses d’interventions ou des évaluations d’action, mises d’ailleurs en évidence lors de l’analyse. Pour compléter l’étude, il aurait été intéressant d’analyser les articles d’autres revues de santé publique mais également de sciences sociales. Deuxièmement, la seconde étape de l’analyse a porté sur les articles de type qualitatif et les thèmes ne relevant pas de la classification OMS. Ce choix peut être discuté dans la mesure où il a été exclu d’emblée des articles au format classique de recherche en santé publique mais qui peuvent abriter une réflexion, dans leur section discussion par exemple, d’approche sociologique. Enfin, il faut noter que nombre de chercheurs et d’acteurs francophones publient dans le monde anglophone ; les revues francophone de santé publique sont peu nombreuses (Grimaux et Devaux, 2007) ne donnant qu’une vue partielle de ce qui se fait en termes de recherche et d’intervention en santé publique. Les chercheurs ont tendance à publier davantage dans les revues internationales anglophones à facteur d’impact plus élevé, tandis que les auteurs issus des mondes professionnels privilégient des supports plus proches de leurs communautés.

43Bien qu’exploratoire, l’étude fait émerger dans ses résultats trois constats appelant discussion. Tout d’abord, il est possible d’entrevoir un espace de rencontre entre la santé publique et la sociologie. Cet espace est motivé principalement par l’intégration de perspectives sociologiques ou de sciences sociales plus généralement, au sein du champ de la santé publique, notamment via l’ « emprunt » de méthodes de sciences sociales, comme l’a illustrée l’analyse thématique. Cela ne signifie pas pour autant une collaboration entre les deux disciplines ; il s’agit plutôt de la définition d’un nouvel espace de travail pour des approches méthodologiques non dominantes en santé publique. En ce sens, l’analyse des articles se fait le reflet de la tendance – relativement récente en France, plus établie dans les mondes anglo-saxon et nord Américain – observée dans les travaux évaluatifs en santé mettant en avant l’originalité méthodologique, notamment le recours aux méthodes mixtes (Cresswell et Plano Clarck, 2007 ; Pluye et Nadeau, 2010, Guével et Pommier, 2012). Les méthodes mixtes en santé publique répondent elles-mêmes au développement des interventions en promotion de la santé et à leur évaluation (Campbell et al., 2000), engageant tant les chercheurs que les professionnels de santé publique. Cet espace nouveau de travail laissant place aux sciences sociales, ne vise cependant pas la démarche sociologique en tant que telle (De Coster, Bawin-Legros et Poncelet, 2006 ; Lahire, 2007) ; l’« emprunt » d’outils méthodologiques permet cependant de questionner des positionnements paradigmatiques afin de proposer de « nouvelles manières de faire » tout en respectant les règles de rigueur scientifique.

44Deuxièmement, les articles analysés mettent en avant la construction d’un ou de plusieurs objets nouveaux en santé publique. Il semble exister une volonté de se détacher d’une définition médicalisée de la santé, telle que le fait généralement la santé publique (Herbert, 2008), pour asseoir une définition plus sociale de la santé ; c’est là que les sciences sociales, et la sociologie en particulier, vont trouver leur légitimité, de recherche et d’intervention. C’est l’amont de la maladie qui devient alors un enjeu pour ces deux disciplines qui « travaillent sur la santé ». S’opposent, au travers de l’analyse, deux approches typiques de la santé : d’une part, l’approche compréhensive des sciences sociales, qui à partir de la description vise l’interprétation de la réalité sociale, et d’autre part, l’approche descriptive de la santé publique, visant l’explication des faits en vue d’y intervenir. Cette opposition est connue de longue date, notamment en matière d’inégalités sociales de santé (Niewiadomski et Aïach, 2008). Le matériel étudié est cependant limité et cette opposition, qui s’entrevoit dans les articles analysés, doit être nuancée. Les études actuelles sur les inégalités de santé précisément, opèrent un mouvement clair d’ouverture vers les sciences sociales faisant éclater cette opposition : la description des inégalités de santé met en effet en évidence des facteurs explicatifs sociaux forts et interagissant avec les facteurs biologiques et environnementaux. La notion de gradient social proposée par les épidémiologistes (Leclerc, Kaminski et Lang, 2008) plaide en faveur d’une définition plus œcuménique de la santé. Celle-ci ne peut être seulement épidémiologique, au risque de n’apporter des réponses partielles aux besoins de santé identifiées. L’apport des sciences sociales est ainsi important puisqu’il vient compléter la caractérisation des états de santé mais surtout éclairer d’autres besoins de santé, également déterminants, et développer les réponses et les propositions d’intervention.

  • 6  Selon la définition de Frenck (1992, cité par Bourdillon, Brücker et Tabuteau, 2007), la santé pub (...)

45C’est cependant dans leurs réponses et propositions d’intervention, que l’apport des sciences sociales, est moins marqué, selon les résultats de l’étude. Le rapport à l’intervention est en effet là où les chemins disciplinaires semblent se séparer. Parmi les articles qui se distancent d’une approche classique en santé publique, aucun ne s’inscrit en effet dans une perspective d’amélioration de pratique ou d’intervention, contrairement à des articles épidémiologiques. La perspective interventionniste de la santé publique6 n’est pas nécessairement partagée par la sociologie pour qui l’action revient à une demande sociale, au regard de situations de pratiques déviantes, de situations sociales complexes ou de transformations sociales (Legrand, 2001). Cela interroge la manière dont recherche sociologique et intervention sociologique peuvent se combiner, dans le champ de la santé. Cette interrogation n’est pas nouvelle, qu’elle se pose en termes de sociologie de l’intervention ou en termes de sociologie pratique. Là où la différence se fait ressentir, c’est au niveau des outils, des méthodes, des procédures dont disposent les chercheurs et les professionnels de santé publique et qui rendent possible le lien entre recherche et pratique ; les chercheurs de santé publique sont aussi praticiens ou professionnels du soin ou de la santé publique, ces derniers étant à leur tour appelés à produire des connaissances. La sociologie, en santé publique, serait donc avant tout académique. L’emprunt des méthodes de recherche en sciences sociales par les professionnels ou chercheurs de santé publique reflète cependant l’expression d’un besoin : celui de comprendre autrement une « situation » de santé afin de pouvoir intervenir efficacement. On peut raisonnablement penser que sur le terrain, des sociologues travaillent en ce sens ; il ne s’agit cependant pas encore de pratiques formalisées. Leur visibilité est d’autant plus mauvaise, qu’ils ne publient pas ou très peu : les connaissances acquises sur le terrain, à partir d’interventions concrètes sont peu relayées.

CONCLUSION

46Il est difficile de conclure lorsque le débat est ouvert et continue à se construire. Cette étude avait pour seule ambition de proposer quelques pistes de réflexion sur la rencontre entre santé publique et sociologie, au regard de l’activité singulière que constitue la publication scientifique. La revue Santé publique est ouverte aux professionnels et chercheurs de santé publique et souhaite préserver cette mixité ; elle se veut également pluridisciplinaire, ouverte aux sciences sociales. C’est en ce sens que l’étude s’est construite : peut-on entrevoir une rencontre entre deux disciplines, proposant leurs approches propres, sur le ou les objets de santé publique, au sein des articles que Santé publique publie ?

47L’analyse des articles a montré que cette rencontre n’est pas évidente mais que les espaces existent. Ces espaces, de rencontre puis de travail en commun, sont souhaités et se construisent progressivement. L’intégration des perspectives sociologiques dans la recherche et l’intervention en santé publique est complexe car elle interroge l’ensemble des acteurs sur leurs manières de faire. La santé, ses états, ses besoins et ses demandes (individuelles, collectives, organisationnelles…), invite à considérer autrement les pratiques de recherche et d’intervention dans le champ de la santé, quelles que soient les disciplines impliquées.

TABLEAUX

Tableau 1 : Grille d’analyse

  1. Affiliation des auteurs (jusqu’à 3 affiliations) : Académique universitaire / Académique hospitalier (CHU) / Recherche / Administration, agence santé / Institution publique de soins (ex. CH, centre de santé) / Association santé / Association autre / Collectivité territoriale / Observation / Professionnel libéral / Organisme international / Entreprise privée / Pas d’affiliation / NA (pour affiliations 2 et 3)

  1. Origine géographique du premier auteur : France / Belgique / Suisse / Canada / Maghreb / Afrique subsaharienne / Moyen-Orient, Asie / Autre

  1. Rubrique de publication : Etudes / Pratiques / Politiques / Revues de la littérature / Lettres du terrain

  1. Champ disciplinaire* : Santé publique / Médecine, soins / Sciences sociales / Sciences économiques / Géographie, démographie / Droit, éthique / Psychologie / Autre / Non identifié

* Le champ disciplinaire était défini à partir de l’affiliation de l’auteur : l’article d’un auteur sociologue travaillant pour un laboratoire de santé publique ou une agence de santé était classé en santé publique ou en agence de santé.

  1. Type d’article : Epidémiologique descriptive ou étiologique / Description, analyse de connaissances, opinions, attitudes, pratiques, et/ou comportements de populations, de patients / Description, analyse, évaluation de pratiques de professionnels / Analyse, évaluation professionnelle d’une intervention (au sens large, action, programme, politique) / Evaluation de recherche d’une intervention préventive, diagnostique ou curative (démonstration de l’efficacité) / Validation d’un outil, d’une échelle de mesure (y compris outil promotion de la santé et procédure méthodologique) / Description, analyse système de santé

  1. Finalité annoncée* : Recherche / Intervention / Amélioration de pratiques

* La finalité de l’article est celle annoncée dans le résumé en objectif énoncé de l’étude.

  1. Approche méthodologique : Approche quantitative / Approche qualitative / Approche mixte / Approche bibliographique

  1. Thématique* : Health monitoring (HM) – Surveillance état santé maladie / HM - Surveillance déterminants de santé / Health services research (HSR) – Systèmes de santé / HSR – Organisation des soins / HSR – Accès (incluant recours aux soins) / HSR – Prise en charge / HSR – Planification / HSR – Qualité / HSR – Coûts/ HSR – Politique de santé / HSR – Professionnels de santé : pratiques, réinsertion, formation / Prevention (P) – Education à la santé / P – Promotion de la santé / P – Dépistage / P – Vaccination / P – Formation à la prévention / P – Addictions / Legislation / Inclassable

* Les thématiques sont adaptées des la liste des Public health functions, utilisées dans le cadre de l’étude SPHERE

Tableau 2 : Affiliation du premier auteur

#

%

Académique (universitaire, recherche)

119

35,31

Académique hospitalier (CHU)

27

8,01

Institution publique de soins

35

10,39

Administration, agence santé

65

19,29

Recherche

23

6,82

Association santé

34

10,09

Association autre

1

0,3

Collectivités territoriales

4

1,19

Observation

12

3,56

Professionnel libéral

0

0

Organisme international

4

1,19

Entreprise privée

5

1,48

Pas d’affiliation donnée

8

2,37

TOTAL

337

100

Tableau 3 : Champ disciplinaire premier auteur

#

%

Santé publique

253

75,07

Médecine / soins

54

16,02

Sciences sociales

13

3,86

Sciences économiques

2

0,59

Géographie, démographie

1

0,30

Droit, éthique

0

0

Psychologie

8

2,37

Autre

5

1,48

Non identifié

1

0,30

Total

337

100

Tableau 4 : Type d’article

#

%

Epidémiologie descriptive ou étiologique

44

13,06

Description, analyse de connaissances, opinions, attitudes, pratiques, et/ou comportements de population, de patients

72

21,36

Description, analyse, évaluation de pratiques de professionnels

75

22,26

Analyse, évaluation professionnelle d’une intervention (au sens large, action, programme, politique)

60

17,80

Evaluation de recherche d’une intervention préventive, diagnostique ou curative (=démonstration de l’efficacité)

25

7,42

Validation d’un outil, d’une échelle de mesure (y compris outil promotion de la santé, ex. affiche ; y compris procédure méthodologique)

34

10,09

Description, analyse système de santé

25

7,42

Inclassable

2

0,59

Total

337

100

Tableau 5 : Finalité

#

%

Recherche, analyse

226

67,06

Intervention

54

16,02

Amélioration de pratiques

57

16,91

Total

337

100

Tableau 6 : Méthodes

#

%

Approche quantitative

191

56,68

Approche qualitative

61

18,10

Approche mixte

33

9,79

Approche bibliographique

20

5,93

Récits actions, expériences, politiques

32

9,50

Total

337

100

Tableau 7 : Fonctions de santé publique (Public health functions)

#

%

HM - Surveillance état santé maladie

28

8,31%

HM - Surveillance déterminants

24

7,12%

HM :

15,5%

HSR - Système de santé

12

3,56%

HSR - Organisation des services santé

13

3,86%

HSR - Planification

10

2,97%

HSR - Qualité

23

6,82%

HSR - Coûts

8

2,37%

HSR - Politiques de santé

13

3,86%

HSR - Accès et recours aux soins

17

5,04%

HSR - Prise en charge (hors prévention)

21

6,23%

HSR - Professionnels de santé (hors P)

48

14,24%

HSR :

48,9%

P - Promotion de la santé

36

10,68%

P - Education à la santé

27

8,01%

P - Dépistage

16

4,75%

P - Vaccination

1

0,30%

P - Addictions

11

3,26%

P - Formation à la prévention

3

0,89%

P :

27,9%

Législation

0

0,0%

Autre

0

0,0%

Inclassable

26

7,72%

I :

7,7%

 TOTAL

337

100,0%

100,0%

Haut de page

Bibliographie

Benie Bi J., Cambon L., Grimaud O., Kivits J., Alla F. (soumis) Health needs and public health functions addressed in scientific publications in Francophone sub-Saharan Africa. Public Health.

Bettcher DW, Sapirie S, Goon EH (1998) Essential public health functions: results of the international Delphi study. World Health StatQ, 51 : 44–54.

Bourdillon, F., Brücker G. et Tabuteau, D. (2007) Définitions de la santé publique. Dans F. Bourdillon, G. Brücker et D. Tabuteau (Sous la dir.) Traité de santé publique, 2e édition. Flammarion.

Bréchat, P-H., Salines, E. et Segouin, C. (2006). Médecins de santé publique. Editions ENSP.

Campbell, M., Fitzpatrick, R., Haines et al. (2000) Framework for design and evaluation of complex interventions to improve health. BMJ, 321 : 694-6.

Cardia Vanèche, L. et Bastard, B. (2009) La place des sciences sociales dans l’enseignement de la santé publique. Dans P. Chastonay et B. Bastard (sous la dir.) Apprendre la santé publique. Médecine et Hygiène.

Carricaburu, D. et Ménoret, M. (2004). Sociologie de la santé : institutions, professions et maladie.Paris : Armand Colin.

Clarke, A., Gatineau, M., Grimaud, O., Royer-Devaux, S., Wyn-Roberts, N., 4, Le Bis, I. and Lewison, G. (2007) A bibliometric overview of public health research in Europe. European Journal of Public Health, 17 (suppl 1): 43-49.

De Coster, M., Bawin-Legros, B. et Poncelet, M. (2006, 6è édition) Introduction à la sociologie. Bruxelles: Editions De Boeck Université.

Deschamps, J-P. (2001) Les sciences humaines, victimes de la trithérapie. Santé Publique, 13(3) : 295-299.

Evans, R.G., Barer, M.L., Marmor, T.R. (1994) Why Are Some People Healthy and Others Not ? The Determinants of Health of Populations. New York, Aldine de Gruyter.

Fassin, D. (2008). Faire de la santé publique. Rennes : Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique.

Green, J. and Tones, K. (2010) Health Promotion. Planning & Strategies. London : Sage.

Grimaux, O. et Devaux, S. (2007). Health needs and public health functions addressed in French public health journals. European Journal of Public Health, 17 (suppl. 1) : 38-42.

Guével, M-R. et Pommier, J. (2012) Recherche par les méthodes mixtes en santé publique : enjeux et illustration. Santé publique, 24 (1) : 23-38.

Hamel, E. et Pommier, J. (2011) Se former et former en promotion de la santé. La Santé de l’homme, 411 : 7-9.

Herbert, C. (2008) Mieux comprendre la vulnérabilité des hommes : une pluridisciplinarité enfin active ? Dans C. Niewiadomski et P. Aïach (Eds) Lutter contre les inégalités sociales de santé. Politiques publiques et pratiques professionnelles. Rennes : Presses de l’EHESP.

Herzlich, C. et Pierret, J. (2010) Au croisement de plusieurs mondes : la constitution de la sociologie de la santé en France (1950-1985), Revue française de sociologie, 51 (1) : 121-148.

Jenicek, M. et Cléroux, R. (1985). Epidémiologie clinique. Paris : Maloine.

Lahire, B. (2007) L’esprit sociologique. Paris : La Découverte.

Laurent-Beq, A. (2001) Et pendant ce temps-là, les sociologues travaillent, Santé Publique, 13(3) : 301-303.

Leclerc, A., Kaminiski, M. et Lang, T. (2008) Inégaux face à la santé. Du constat à l’action. Paris : La Découverte.

Legrand, M. (2001). Essor de l’intervention en sociologie. Dans D. Vrancken et O. Kuty (Eds) La sociologie et l’intervention. Bruxelles : De Boeck et Larcier.

McCarthy, M. et Clarke, A. (2007). European public health research literatures – measuring progress. European Journal of Public Health, 17 (suppl. 1) : 2-5.

Monnier, J., Deschamps J-P., Fabry, J., Manciaux, M. et Raimbault, A-M. (1980) Santé publique, santé de la communauté. Simep.

Nettleton, S. (2006, 2nd ed.) The Sociology of Health & Illness. Polity Press.

Niewiadomski, C. et Aïach, P. (2008). Lutter contre les inégalités sociales de santé. Politiques publiques et pratiques professionnelles. Rennes : Presses de l’EHESP.

Organisation Mondiale de la Santé (1986) Charte d'Ottawa pour la promotion de la santé. Première Conférence internationale sur la promotion de la santé, Ottawa (Canada), 17–21 novembre 1986

Piriou, O. (2006). La face cachée de la sociologie. A la découverte des sociologues praticiens. Paris : Belin.

Haut de page

Notes

1  Le premier auteur était, au moment de la réalisation de l’étude, rédactrice en chef adjointe de la revue ; le deuxième auteur est rédacteur en chef de la revue.

2  http://www.sfsp.fr/santepublique/pagint/presentation.php

3  Ces rubriques sont, depuis 2011 selon les nouvelles recommandations aux auteurs, intégrées en une seule et même rubrique, « Articles ».

4  IMReD renvoie au plan « Introduction, Méthodes, Résultats et Discussion », généralement exigé pour les publications scientifiques dans le champ des sciences biomédicales.

5  « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité », http://www.who.int/about/definition/fr/print.html

6  Selon la définition de Frenck (1992, cité par Bourdillon, Brücker et Tabuteau, 2007), la santé publique « comprend les efforts systématiques faits pour identifier les besoins en santé et pour organiser l’ensemble des services de une communauté donnée. Elle inclut des processus d’information requis pour caractériser l’état de santé d’une population et l’étude de la réponse sociale adaptée à celle-ci, en particulier la façon dont cette réponse est structurée dans le système de santé ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Kivits et François Alla, « Recherche et intervention en santé publique : quels espaces de rencontre avec les sciences sociales ? », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 7 |  2012, mis en ligne le 02 mars 2012, Consulté le 30 octobre 2014. URL : http://socio-logos.revues.org/2680

Haut de page

Auteurs

Joëlle Kivits

Maître de conférences en sociologie. École de Santé Publique, EA 4360 Apemac, Université de Lorraine, joelle.kivits@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

François Alla

professeur de santé publique. 1. École de Santé Publique – EA 4360 APEMAC. Université de Lorraine. 2. Epidémiologie, INSERM-CHU Nancy. 3. Rédacteur en chef de la revue Santé publique, francois.alla@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page