Navigation – Plan du site
Recensions

Compte rendu de Didier Demazière, Pascal Roquet et Richard Wittorski (dir.) La professionnalisation mise en objet, Paris, Ed. l’Harmattan, 2012

Karine St-Denis

Texte intégral

  • 1  Les contributions rassemblées dans ce collectif s’inspirent de communications tenues lors de deux (...)

1Sous la direction de D. Demazière, P. Roquet et R. Wittorski, le collectif La profession mise en objet poursuit l’objectif d’interroger et de théoriser la notion de professionnalisation1. Par des clarifications conceptuelles de  l’objet polysémique et interdisciplinaire qu’est la professionnalisation (partie 1), des contributions des travaux empiriques (partie 2) et l’analyse des apports des activités formatives pour l’acquisition et le partage collectif des savoirs et compétences professionnels (partie 3), ce collectif pose les assises de cette vaste entreprise.

2L’ouvrage La professionnalisation mise en objet constitue une référence pour qui souhaite mener des travaux sur la professionnalisation. Il offre des clarifications conceptuelles, analytiques et méthodologiques tout autant que des illustrations empiriques. Par contre, une telle entreprise de théorisation nécessiterait une synthèse collective, laquelle n’est malheureusement pas présentée dans l’ouvrage. La courte conclusion (p. 275-280) est descriptive bien plus que synthétique. Pourtant, une telle entreprise de théorisation nécessiterait un arrimage des réflexions singulières ; arrimage qui mènerait à une mise en relation des conclusions de chacun des collaborateurs.

3Nous proposons ici de contribuer à cette entreprise de théorisation en montrant une des nombreuses possibilités de mise en relation qu’offre la richesse de cet ouvrage. Pour ce faire, nous avons retenu  deux réflexions : la clarification analytique en niveaux macro, méso, et micro de R. Roquet (chapitre 1) ainsi que le dualisme de la professionnalisation démontré par l’analyse empirique de D. Demazière (chapitre 5). Nous débuterons par une description sommaire de ces deux réflexions pour, ensuite,  proposer de contribuer à leur synthèse à partir d’un constat issu de nos travaux sur la professionnalisation des services incendie du Québec.

1. Une clarification analytique : les niveaux macro, méso et micro de la professionnalisation

4La contribution de Roquet s’ouvre par un exposé de la diversité des travaux sur la professionnalisation, et ce dans une perspective interdisciplinaire allant de la sociologie du travail aux sciences de l’éducation (p. 17-22). Cet exposé amène Roquet à constater que, malgré leur diversité théorique, une analyse articulée en trois niveaux, macro, méso et micro se dégage de ces travaux (p. 22). Attardons-nous à ces trois niveaux analytiques afin d’en saisir la portée pour l’étude de la professionnalisation.

5Le niveau macro permet l’analyse des modèles et des représentations socio-historiques partagés par une même activité professionnelle. Ce niveau s’articule en trois dimensions. La première s’identifie au recrutement social, scolaire et professionnel auprès d’individus d’une même activité professionnelle. Cette dimension permet d’identifier et d’analyser les catégories sociales ainsi que les dynamiques de ces regroupements (p. 22). La seconde dimension englobe la construction et la valorisation des savoirs théoriques (académiques), professionnels et empiriques. La troisième dimension désigne l’existence sociale, « visible pour soi et pour autrui » (p. 23) des carrières et parcours professionnels. Ces trois dimensions de niveau macro permettent l’analyse des modèles et des représentations socio-historiques partagés par une même activité professionnelle.

6Pour sa part, le niveau méso représente celui de la socialisation des acteurs lors des activités formatives et professionnelles de leur institution. Ce niveau permet d’analyser comment ces activités socialisantes traduisent l’articulation entre les valeurs et les normes communes et partagées d’une profession et les individus désireux de l’exercer. Finalement, le niveau micro réfère au parcours individuel des professionnels. À ce niveau, la professionnalisation est vécue en fonction d’une temporalité singulière et contingente : « une multiplicité de contingences, opportunités, aléas et accidents de parcours construisent les stratégies de professionnalisation, contextualisées dans des situations formatives et professionnelles repérables » (p. 26).

2. Une description empirique : le dualisme de la professionnalisation

7Pour sa part, Demazière présente ses travaux empiriques sur les transformations récentes de trois communautés de travail de moyens salariés soit : les facteurs du service public postal, les techniciens de télécommunication (lignards) et les constructeurs informatiques. Ces trois communautés de travail sont marquées par des transformations récentes : l’arrivée de concurrence privée (p. 81), la valorisation d’une logique axée sur le service à la clientèle (p. 84) ainsi que la standardisation des biens produits (p. 85), ont transformé l’identité de ces trois groupes professionnels.

8Pour expliciter ces transformations et leurs conséquences, Demazière distingue deux versants de la professionnalisation : la professionnalisation par le bas et la professionnalisation par le haut. La professionnalisation par le bas prend ancrage dans un groupe de travailleurs qui partagent les mêmes activités de travail et qui en partagent une définition symbolique commune (p. 87). Cette professionnalisation s’inscrit dans un contexte institutionnel puisque les stratégies et les objectifs de l’institution en influencent le développement (p. 88).  Pour sa part, la professionnalisation par le haut réfère à l’inflexion d’influences extérieures à la communauté de travail, influences pouvant provenir tant de politiques managériales que des systèmes économiques globaux (p.88).

9Ces deux versants de professionnalisation peuvent faire l’objet de perceptions distinctes. Pour certains, la professionnalisation par le haut est associable à une déprofessionnalisation, soit à une perte de l’expertise des travailleurs (p. 75). Pour d’autres, cette professionnalisation par le haut est synonyme d’opportunité d’amélioration du travail et de redistribution de la division du travail (p. 75). L’analyse empirique de Demazière confirme ainsi la polysémie de l’expression professionnalisation et la diversité des perspectives analytiques offertes aux chercheurs (p. 90).

3. Vers une théorisation de la professionnalisation

  • 2  Cette professionnalisation se matérialise tant par une nouvelle juridiction provinciale, la Loi su (...)

10En guise de conclusion, et à titre de proposition,  nous faisons ici part d’une constatation issue de nos propres travaux sur la professionnalisation des pompiers québécois. Cette constatation permet d’envisager un arrimage plus explicite entre  les niveaux analytiques de Roquet et le dualisme de la professionnalisation de Demazière. Nos travaux permettent d’avancer l’hypothèse que les pompiers québécois recrutés selon les nouvelles exigences d’une professionnalisation par le haut2, reforment progressivement une communauté de travail. Cette communauté est certes distincte de celle de leurs prédécesseurs puisque, dans une vaste majorité de services, le volontariat local a fait place à une technicisation de la lutte contre l’incendie. Cette nouvelle communauté de travail semble tout autant pouvoir les rallier vers des valeurs, significations et pratiques partagées (méso) allant d’un partage de devoirs professionnels à une valorisation de savoirs techniques en passant par la promotion de mêmes normes de santé et sécurité au travail et de mêmes pratiques préventives. Ces nouvelles valeurs et pratiques partagées semblent tout autant donner un nouveau sens aux parcours professionnels singuliers (micro). Les pompiers se conçoivent maintenant davantage comme des professionnels de l’urgence à l’affût des opportunités de spécialisations et de postes permanents.

11Ce seul exemple permet d’envisager l’arrimage des réflexions de Roquet et de Demazière dans l’analyse d’un même constat empirique. Demeure, par contre, la délicate question d’unir ces apports analytiques dans un modèle commun ; modèle qui devrait également tenir compte des apports conceptuels, méthodologiques et épistémologiques de l’ensemble des collaborateurs de ce collectif. Devant l’ampleur de l’objectif de théorisation de la professionnalisation proposée dans La professionnalisation mise en objet et l’arrimage conceptuel, théorique, méthodologique et épistémologique qui demeure à parfaire, souhaitons que cette entreprise trouvera prolongements dans de prochains ouvrages.

Haut de page

Notes

1  Les contributions rassemblées dans ce collectif s’inspirent de communications tenues lors de deux colloques, soit le 77e Congrès de l’ACFAS (Université d’Ottawa, mai 2009) et le Colloque Recherche qualitative (Lille, juin 2009).

2  Cette professionnalisation se matérialise tant par une nouvelle juridiction provinciale, la Loi sur la sécurité incendie L.R.Q. S-3.4 entrée en vigueur en 2000, que par la transformation des formations, des critères de recrutement  et de la description des tâches de travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine St-Denis, « Compte rendu de Didier Demazière, Pascal Roquet et Richard Wittorski (dir.) La professionnalisation mise en objet, Paris, Ed. l’Harmattan, 2012 », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 7 |  2012, mis en ligne le 02 mars 2012, Consulté le 23 novembre 2014. URL : http://socio-logos.revues.org/2698

Haut de page

Auteur

Karine St-Denis

Ph.D., École nationale des pompiers du Québec karine.st-denis@enpq.gouv.qc.ca

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page