Navigation – Plan du site
Recensions

Compte-rendu de : Claude Dubar, avec la collaboration de Vanilda Paiva et d'Alvino Andrade Macuxi, Le secret d'Alvino. Récits de vie d'un Indien du Brésil, Paris, Les Belles lettres, 2012

Philippe Cibois

Texte intégral

  • 1  Claude Dubar, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Ar (...)
  • 2  Didier Demazière, Claude Dubar, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’inse (...)

1Cet ouvrage est en quelque sorte la mise en pratique des livres précédents de Claude Dubar concernant la théorie sociologique de l’identité, telle que définie dans le chapitre 5 de La socialisation1,et sa mise en œuvre à partir de Analyser les entretiens biographiques2. Le texte est écrit « à la mémoire de Claude Lévi-Strauss » décédé peu de temps auparavant et cette référence est double, en premier lieu du fait du sujet traité qui concerne un indien du Brésil issu d’une ethnie Macuxi du nord du Brésil dans l’État de Roraima (les ethnies Bororos et Nambikwaras présentées dans Tristes tropiques se trouvent dans l’État du Mato Grosso)

2La référence à Lévi-Strauss concerne aussi la méthode de recherche des oppositions signifiantes, ainsi que le mode d’exposition : « nous avons tenté d’écrire une œuvre de sciences sociales qui puisse également se lire comme un roman » (p. 23).

3Le livre est présenté comme un récit des opérations de découverte du jeu des différentes identités d’un indien du Brésil, Alvino, à partir de son témoignage. À cette fin, plusieurs récits de vie sont examinés et tout d’abord un récit autobiographique donné oralement dans le cadre d’une enquête centrée sur l’évaluation d’un programme d’aide à l’accès des Indiens brésiliens à l’université. Alvino est là à titre de témoin, comme intellectuel indien, comme expert puisque ayant travaillé sur le programme d’aide en question.

4Au cours de cet entretien, en évoquant le Mouvement indigène il se révèle qu’Alvino s’en est rapproché après avoir rompu avec l’Église catholique. Cette piste est suivie dans le déroulement de l’entretien et l’on y apprend qu’il a été le premier prêtre de la communauté Macuxi ; qu’il a tenté d’utiliser les accommodements liturgiques que le Concile Vatican II avait envisagés ; qu’il est entré de ce fait en conflit avec son évêque et qu’il a rompu avec l’Église.

5Pour rendre ce récit compréhensible, de nombreux encarts sont insérés dans le texte : des éléments d’histoire (des indiens du Brésil, de leur christianisation) ; la présentation du Mouvement indigène ;  la théologie de la libération ; les croyances Macuxi. Le lecteur, en fonction de ses connaissances (ou plutôt de ses manques et de ses envies de savoir) ira puiser là les informations nécessaires pour la bonne compréhension du livre.

6À la suite de cette première rencontre, un questionnaire écrit est transmis à Alvino afin d’obtenir des éclaircissements sur les membres de sa famille et leur intégration dans la communauté Macuxi ; le séminaire ; le sacerdoce ; la rupture et l’importance pour Alvino de son origine. Un an après, Alvino envoie un texte de quarante pages qui va être travaillé pendant quatre chapitres du livre. En plus de cette autobiographie, Alvino et son épouse seront interviewés ultérieurement d’une manière informelle. Ces matériaux sont présentés dans le livre et font l’objet d’une d’analyse sur laquelle je reviendrai.

7La visée spécifique de Claude Dubar reste l’étude de la socialisation et des identités. Plus précisément il s’agit ici de voir comment s’opère la double transaction identitaire, c’est-à-dire à la fois biographique (point de vue de l’individu) et relationnelle (point de vue porté sur l’individu par les autres) dans le cas spécifique d’Alvino.

  • 3  et qui peut être aussi repéré ici grâce aux images de Google Maps

8Exposer les résultats de ce travail serait aller à l’encontre des intentions qu’on y trouve puisque la validité des résultats est conditionnée par l’examen de la démarche qui y conduit. Il s’agit certes d’un texte qui peut « se lire comme un roman », mais c’est la vie d’Alvino qui est un roman, l’analyse qui en est faite est plus complexe à conquérir et parfois représente une montagne à gravir aussi abrupt que le mont Romaira (présenté en page de couverture3) montagne tutélaire des Macuxi. La difficulté vient de la méthode suivie dont une présentation précise a été faite dans le chapitre 4 d’Analyser… De même qu’il n’y a pas de voie royale pour apprendre les mathématiques, une méthode linguistique mise en action ne se donne pas à comprendre sans un investissement du lecteur. Qui veut être convaincu (ou refuser de l’être) doit suivre le détail des opérations.

9***

  • 4  Roland Barthes, Introduction à l’analyse structurale des récits, Communications 8 1966, réédité da (...)

10Entrons donc dans le détail de la méthode suivie : il ne s’agit pas de l’analyse d’un seul texte, mais de trois : le premier entretien enregistré ; le texte autobiographique envoyé par Alvino ; les entretiens complémentaires. Seul le premier est soumis à une analyse structurale au sens de Barthes4. D’un point de vue méthodologique, la technique utilisée est celle mise au point précédemment (chapitre 4 d’Analyser…) qui est résumée ici (p. 104) de la manière suivante :

« Le postulat sous-jacent est qu’un récit est structuré en épisodes (ensemble de séquences) mettant en scène des personnages (ensemble d’actants) et porteurs de thèses (ensemble d’arguments) issues de la structuration commune des séquences et des actants. »

11Ce résumé peut s’expliciter de la manière suivante (j’utilise aussi le texte de Barthes)

12- le texte est découpé en éléments. Toute analyse de texte commence par cette étape mais le niveau de précision est difficile à définir puisque, comme le rappelle Barthes, « dans l’ordre du discours, ce qui est noté est, par définition, notable » (Barthes 1981 p. 13), ce qui laisse le chercheur dubitatif quant au niveau de codification qu’il doit utiliser. Barthes utilise, en référence à l’analyse des contes populaires, le terme de fonction : un élément est présent dans le récit parce qu’il a une fonction. Il donne l’exemple de l’analyse de James Bond (Goldfinger): où il est dit que « James Bond vit un homme d’une cinquantaine d’année ». Une des fonctions de cette phrase est simplement de nous signaler que James Bond ne connait pas l’homme en question. Barthes n’ignore pas que le récit peut être plus ou moins détaillé et que le niveau du détail peut ne pas être très fonctionnel. Il faut donc choisir un niveau de précision : dans le cadre de l’analyse de récits de vie, il s’agit d’épisodes, de séquences temporelles dont chacune peut être nommée à un niveau plus ou moins grand de précision. Cette première phase d’analyse a le grand mérite de « casser le texte », d’imposer une autre lecture que la lecture séquentielle transparente, habituelle, et d’aider à accéder à la phase suivante et à la recherche des oppositions structurantes.

13- à l’intérieur des séquences, il faut ensuite repérer ce que Barthes appelle des indices qui vont permettre l’articulation des fonctions précédentes. Pour reprendre l’exemple de Goldfinger, si Bond dispose sur son bureau de plusieurs téléphones, c’est là l’indice de son appartenance à une organisation importante. Dans le cas de l’analyse d’un récit de vie, les indices portent sur les actants, par exemple les personnes (ou les institutions) qui jouent un rôle dans le récit. On prendra aussi en compte de la même manière les arguments utilisés par les actants. Ce deuxième niveau d’analyse n’est plus séquentiel puisqu’actants et arguments ont un caractère de permanence qui permet le déroulement de l’histoire de vie. Leur repérage aide encore davantage le chercheur à s’affranchir du texte, à le dominer mais aussi à le mémoriser suffisamment pour permettre l’étape suivante.

14- jusqu’à présent, le chercheur a été guidé par le texte, enraciné en lui et un autre chercheur aurait pu arriver à des résultats à peu près équivalents. La phase suivante, guidée par une théorie, est l’opération de recherche qui permet de trouver les oppositions qui structurent les étapes précédentes. Pour Barthes c’est ce qui permet la compréhension globale d’un récit. Dans le cas de l’analyse du récit d’Alvino, « le premier écart différentiel producteur de sens » (p. 39) oppose la Communauté Macuxi et le Je d’Alvino. Cette opposition sera porteuse de sens car elle permettra de comprendre ultérieurement que la socialisation primaire d’Alvino n’est pas purement Macuxi mais que s’y trouvent déjà d’autres éléments (catholiques en particulier). Cette opposition sera résumée dans le premier schéma du livre (p. 42) qui oppose la ville et la modernité d’une part à la campagne et aux traditions d’autre part. Alvino est du côté de la modernité où il affirme sa volonté propre de participer à une Église qu’il croit favorable aux indiens mais qui dans les faits ne l’est pas.

15Un deuxième schéma montre l’opposition entre l’Indianité de la communauté d’origine d’Alvino qu’il a cru compatible avec l’Église, et le monde du catholicisme tel qu’il est, centré sur la civilisation urbaine, méprisant les indiens. Pour terminer l’analyse, on montre le parcours d’Alvino passant d’un monde à l’autre.

16Comme le détail de la construction de ces étapes a déjà été donné dans Analyser … et en particulier dans les chapitres 5 et 6 (entretiens de Luc et de Sophie), il ne nous est pas dit dans le cas d’Alvino comment se construisent ces schémas. Cependant tout chercheur confronté à ce type de récit sait que cela passe  par la confrontation répétée entre des hypothèses d’interprétation et la matérialité du texte. Dans de telles circonstances, l’expérience montre qu’on se bat avec le texte comme dans le combat avec l’Ange et que celui-ci ne cède son sens au petit matin qu’après une lutte nocturne acharnée. Ce combat structural ne sera pas répété avec les autres productions d’Alvino : le récit autobiographique et les entretiens complémentaires, mais les résultats de l’analyse structurale éclaireront ces deux autres textes.

17Le récit autobiographique est beaucoup plus long (40 pages) que le récit initial (10 pages environ) : la méthode utilisée est de prendre le texte progressivement par séquences de vies. À chaque séquence est associé un schéma interprétatif d’oppositions qui traduisent (comme indiqué p. 65) les étapes de la vie. Un repérage (par soulignement) des mots-clés permet de repérer à nouveau les actants, les formes d’identification et les arguments. Trois visées théoriques sont utilisées : la théorie de la médiation culturelle qui permet de comprendre comment Alvino a pu rendre compatibles différents traits identitaires : traditionnels et modernes, macuxi et catholiques, etc. ; la théorie des formes identitaires qui permet de comprendre la confrontation des identités diverses d’Alvino ; la théorie initiée par Frederik Barth sur les rapports ethnie/peuple qui va permettre de comprendre comment Alvino se reconstruit une identité macuxi. Le résultat de cette première partie de l’analyse est un résumé des séquences initiales de la vie d’Alvino, jusqu’à son ordination, (p. 105-106) mises en intrigue dans un schéma 8 (p. 130).

18La deuxième partie de l’analyse (comment Alvino a quitté le sacerdoce, comment il s’est reconstruit)  conduira à l’interprétation (mobilisant les analyses de Ricœur) et à la reconstruction de l’identité narrative d’Alvino qui s’inscrit dans divers mondes et dans divers relations entre ces mondes.

19Du point de vue de la méthode, nous sommes dans une interprétation utilisant l’analyse structurale initiale mais une nouvelle technique est mise en œuvre, l’analyse cinétique qui permet, simplement en confrontant le nombre de lignes consacrées à une période de vie, de repérer l’importance subjective de telle ou telle séquence.

20Le chapitre 8, dernier avant une conclusion récapitulative, utilise aussi les entretiens complémentaires, c’est-à-dire la troisième source d’information. Le résultat final est une réécriture de la vie d’Alvino par les auteurs du livre sous forme de mise en « scènes » de la vie d’Alvino qui mettent en relief les acquis des chapitres précédents. La distance aux textes initiaux est plus grande, chargée de toute l’interprétation faite, mais évidemment la lisibilité de l’interprétation s’accroit pour le lecteur.

21Si l’on regarde les trois textes initiaux et le résultat final en 16 scènes, dont l’interprétation est facilitée par une désignation qui suggère des analogies (« l’annonce faite à l’enfant » ; « voyage au bout de l’enfer »), il s’agit bien d’un processus de réécriture qui s’enracine dans le matériau d’origine mais à qui il est donné un sens par le biais de nombreuses prises de positions théoriques couplées à un désir de narrativité qui préserve la cohérence de l’individu.

22***

23C’est le moment d’affronter la question de l’analyse structurale qui est la base méthodologique affirmée de ce livre : dès qu’apparait « le premier écart différentiel producteur de sens » (p. 39), on est renvoyé au page 37 à 92 de l’anthropologie structurale de Lévi-Strauss (1958).

24Une telle référence est-elle un reliquat du structuralisme des années 70, balayé aujourd’hui par le pragmatisme de Dewey ? Les effets de mode sont indéniables en ce qui concerne les méthodes, chaque nouvelle méthode étant vue comme la solution à tous les problèmes du chercheur, les techniques quantitatives par exemple étant vues comme une fin en soi au lieu d’être l’outil qui aide à voir clair dans une masse de données.

25Si on relit Lévi-Strauss, on s’aperçoit vite qu’il ne s’agit pas de cela mais d’une méthode adoptée à son objet, le langage. Voici l’affirmation de Lévi-Strauss :

« Dans l’ensemble des sciences sociales auquel elle appartient indiscutablement, la linguistique occupe cependant une place exceptionnelle : elle n’est pas une science sociale comme les autres, mais celle qui, de loin, a accompli les plus grands progrès ; la seule, sans doute, qui puisse revendiquer le nom de science et qui soit parvenue, à la fois, à formuler une méthode positive et à connaitre la nature des faits soumis son analyse » (1958 p. 37)

26Ce constat établi dans un article paru en 1945 n’a pas été démenti par l’évolution ultérieure de la discipline même si chaque discipline, et la sociologie en particulier, revendique aujourd’hui sa scientificité propre. Lévi-Strauss un peu plus loin insiste sur le rôle spécifique de la phonologie (1958 p. 39 et 40) et met en garde sur un « fidélité trop littérale à la méthode du linguiste [qui] en trahit en réalité l’esprit » (1958 p. 43). Cette mise en garde faite à propos des études de parenté, s’explique par le fait que de nombreuses méthodes d’analyse linguistiques des récits ont été mises en œuvre depuis. Celles utilisées ici ont tenté d’éviter ce reproche en utilisant la perspective complémentaire de Barthes :

« Comprendre un récit, ce n’est pas seulement suivre le dévidement de l’histoire, c’est aussi y reconnaitre des étages, projeter les enchainements horizontaux, du fil narratif sur un axe implicitement vertical ; lire (écouter) un récit, ce n’est pas seulement passer d’un mot à l’autre, c’est aussi passer d’un niveau à l’autre » (Barthes 1981 p. 11)

27C’est ce qui est fait à partir du récit d’Alvino : la méthode peut-elle être reproduite par d’autres chercheurs sur d’autres textes ? La question est importante pour l’avenir du traitement des textes en sociologie. Pour y répondre il faut aborder plusieurs questions :

  • 5  Comme par exemple Sonal développé par Alex Alber

28- pour qu’une méthode puisse être utilisée durablement en sciences sociales il faut qu’elle soit formalisable. Comme les analyses faites par Claude Dubar sont « enracinées » (grounded) sur un matériel empirique, on peut signaler qu’il existe des instruments logiciels5 qui permettent tant à partir d’un enregistrement audio qu’à partir d’un texte lisible en machine, de procéder d’une manière simple aux premières opérations que sont le découpage du récit de vie en séquences et la codification (multiple éventuellement) de ces séquences.

29- il faut pouvoir aussi envisager les séquences d’un point de vue hiérarchique car un découpage en séquence peut être fait à différents niveaux de précision.

30- enfin, il faut souligner que l’analyse structurale est une confrontation entre des textes et une théorie qui permet le repérage des oppositions fondamentales. Un logiciel éventuel doit être au service de cette phase, il ne peut s’y substituer.

31Concluons en soulignant que, comme j’ai voulu le souligner dans ce compte-rendu, Le secret d’Alvino est un grand livre tant par ses aspects théoriques que sur le plan méthodologique dont on aura compris que c’est l’aspect qui m’a passionné.

Haut de page

Notes

1  Claude Dubar, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, 4e éd. 2010.

2  Didier Demazière, Claude Dubar, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion, Paris, Nathan, 1997. Dans la suite noté : Analyser…

3  et qui peut être aussi repéré ici grâce aux images de Google Maps

4  Roland Barthes, Introduction à l’analyse structurale des récits, Communications 8 1966, réédité dans L’analyse structurale du récit, Seuil, 1981

5  Comme par exemple Sonal développé par Alex Alber

Haut de page

Table des illustrations

URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Cibois, « Compte-rendu de : Claude Dubar, avec la collaboration de Vanilda Paiva et d'Alvino Andrade Macuxi, Le secret d'Alvino. Récits de vie d'un Indien du Brésil, Paris, Les Belles lettres, 2012 », Socio-logos [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2702

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org