Navigation – Plan du site
Débats

La Catégorie socio-professionnelle des parents dans les fiches administratives des élèves

Quelles limites ? Quels usages ?
Pierre Merle

Résumé

Les statistiques scolaires du ministère de l'Education nationale relatives au recrutement social des différentes filières de l'enseignement secondaire sont fondées sur la déclaration des professions des parents recueillies dans des fiches administratives élèves. Cette source statistique fait l'objet d'un certain nombre de critiques comme en témoigne un article récent publié par Les Déchiffreurs de l’Education. Ces critiques sont suffisamment fortes pour que la fiabilité de ces données soit contestée et leur abandon parfois préconisé afin de leur préférer les données recueillies dans le cadre d'enquêtes nationales. Le présent article a pour objet de montrer que si les statistiques de l'origine sociale des élèves établies par le ministère de l'Education nationale sont légitimement un objet de débats scientifiques, les critiques émises surestiment la mauvaise qualité statistique des informations recueillies, surestiment les effets de cette qualité moyenne des informations sur les exploitations statistiques qui peuvent en être réalisées, et sous-estiment considérablement les différentes utilisations possibles de cette statistique scolaire. Pour exemplifier l'intérêt des statistiques scolaires du ministère de l'Education nationale, quelques recherches récentes sont présentées et permettent d'introduire, à partir de ces exemples, en quoi peut consister le travail statistique confronté à un recueil imparfait de l'origine sociale des élèves.

Haut de page

Texte intégral

1En juillet 2012, dans un article publié par Les Déchiffreurs de l’Education, Claude Poulain présentait une analyse de la demande de la profession des parents dans les fiches administratives des élèves (1). A suivre les analyses et recommandations de l’auteur, le ministère de l’Education nationale devrait renoncer à demander cette information et n'établir la connaissance de l'école qu'à partir du suivi de cohortes importantes d'élèves ou les enquêtes FQP (Formation et Qualification Professionnelle). L'analyse de Claude Poulain, bien documentée et a priori convaincante, renforce celle des détracteurs des statistiques scolaires, opposés à la demande des informations telles que les origines sociale ou ethnique considérées comme des intrusions dans la vie privée. L'enjeu d'un tel débat, déjà mené publiquement par des sociologues (2), est l'existence des données statistiques utiles à la connaissance de l'école française. Je souhaite montrer que la thèse défendue par Claude Poulain surestime la mauvaise qualité statistique des informations recueillies, surestime les effets de cette qualité moyenne des informations sur les exploitations statistiques qui peuvent en être réalisées, et sous-estime les différentes utilisations possibles de cette statistique scolaire.

La surestimation de la mauvaise qualité des données

2Une partie des arguments présentés par C. Poulain repose sur l’idée que la profession des parents est une notion complexe. Ce constat est tout à fait exact. Pour exemplifier son propos, il part d’une déclaration fictive de profession « technicien de vente, niveau 3, coefficient 240 ». Claude Poulain précise que si ce libellé est présent sur le formulaire d’inscription au collège de ses enfants, « il y a de fortes chances que le service administratif soit quelque peu embarrassé ». Les façons de coder cette déclaration sont si nombreuses que l'imprécision du codage semble assurée. Cette conclusion, a priori indiscutable, est en fait contestable. D’une part, cette déclaration fictive est improbable dans le cadre scolaire. Elle est particulièrement technique et sans portée symbolique claire contrairement aux déclarations de professions susceptibles d’être présentes sur les fiches administratives des parents (chirurgien, infirmière, professeur, contremaître…). Les parents déclarent leur profession de façon à ce qu’elle soit comprise et ils évitent des précisions telles que « niveau 3, coefficient 240 » qui n’apportent rien au lecteur sauf s’il est un spécialiste des nomenclatures des conventions collectives.

3D’autre part, les diverses catégories de personnel d’un établissement qui sont amenées à opérer le codage, c’est-à-dire le passage d’une déclaration de profession à la nomenclature des professions dont ils disposent, sont habituées au décalage entre les déclarations des parents et les intitulés officiels des professions. Dans ce type de situation, Desrosières et Thévenot (1988) ont montré que l’opération de codage est, de façon indissociable, une opération statistique, politique et cognitive et, point essentiel, que les catégories profanes des hiérarchies professionnelles sont relativement congruentes avec les catégories savantes. Ainsi, un ingénieur, un médecin, un avocat et bien d’autres professions, en quelque sorte du même type social, sont assimilés à la catégorie des cadres, plus précisément les CPIS, Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures, notée PCS 3 dans la nomenclature des Professions et Catégories Socioprofessionnelles de l’INSEE. Pour cette raison, les erreurs de déclarations relatives à la catégorie sociale des cadres sont limitées et Claude Poulain le mentionne, très honnêtement d'ailleurs, en citant la recherche de Poulet-Coulibando (2007) qui aboutit à ce résultat.

4En raison de la congruence entre les catégories profanes et savantes des classements professionnels (Desrosières et Thévenot, 2002), le codeur néophyte de l’établissement scolaire retiendra très probablement de l’intitulé technicien de vente, niveau 3, coefficient 240, le terme technicien, soit le code 47 dans la nomenclature INSEE, tout simplement parce qu’il s’agit d’un terme commun entre la déclaration de cette profession et la nomenclature dont il dispose. Comme le terme de « vente » est également présent dans la déclaration parentale, le codeur pourrait également opter pour « Profession intermédiaire du commerce » (soit le code 46). Dans les deux cas, la profession est codée dans la même catégorie sociale des Professions Intermédiaires (PCS 4). Mon propos n’est pas de dire que l’information finalement codée est de « bonne qualité » mais que cette mauvaise qualité ne doit pas être surestimée.

5C. Poulain indique aussi que la mauvaise qualité de l’information tient à ce que certains chefs d’établissement peuvent avoir intérêt à un « bidonnage » des données recueillies. Une surestimation des élèves d’origine défavorisée est en effet susceptible d’amener plus d’aides spécifiques ou un classement de l’établissement en éducation prioritaire. Outre qu’un tel classement n’est pas forcément recherché car peu favorable à la réputation de l’établissement, ce bidonnage du codage des professions est peu probable pour deux raisons. D’abord, ce n’est pas le chef d’établissement qui opère le codage des déclarations des parents. Or, il est délicat pour celui-ci de demander à une secrétaire ou un surveillant de l’établissement de « bidonner » les données recueillies car son autorité morale en serait amoindrie. Si plusieurs agents assurent le codage, ce qui est possible compte tenu du nombre d'élèves et de déclarations de professions à coder, les consignes de bidonnage sont encore plus délicates à faire passer par le chef d’établissement. Ensuite, la difficulté du bidonnage tient au fait que les résultats bidonnés doivent rester plausibles sur plusieurs années. Ce résultat n’est pas évident car si les recrutements sociaux des établissements changent, ces changements sont progressifs si bien que moduler le bidonnage nécessite une appréciation globale de la dynamique sociale de l’établissement que les agents qui opèrent le codage ne peuvent pas avoir. Le temps manquerait aussi au chef d’établissement pour opérer une telle supervision du bidonnage : les informations recueillies à la rentrée scolaire, au mois de septembre, toujours chargée en quantité de travail, sont accessibles dès janvier sur la base IPES du ministère.

Une qualité moyenne de l’information pas forcément préjudiciable à l’analyse

6En partant de l’exemple donné par C. Poulain, il faut retenir l’essentiel. Le choix entre l’une ou l’autre des deux catégories professionnelles les plus probables (46 ou 47) n’exerce pas d’effet sur les traitements statistiques ultérieurs car, dans une partie importante de ses publications, le ministère n’utilise pas la nomenclature « en un chiffre » des huit catégories sociales mais une nomenclature agrégée en quatre catégories : "Favorisée A", "Favorisée B", "Moyenne", "Défavorisée" (voir annexe 1). De surcroît, lors d’études réalisées sur des échantillons de taille moyenne, inférieurs à 1000 enquêtés, les sociologues ont le plus souvent recours, non à cette nomenclature en quatre postes, mais à un découpage ternaire des situations professionnelles : catégories supérieures, moyennes, défavorisées. Ce découpage ternaire est utilisé pour des raisons de validité statistique, notamment dans le cas de régressions multivariées, afin de parvenir plus souvent au seuil de résultats significatifs. Il présente aussi l’intérêt d’offrir une grille d’analyse sociologique des situations sociales et des pratiques scolaires. Les catégories aisées (PCS 3), assez proche des « Favorisés A » du ministère, sont souvent dans des situations opposées à celles des catégories populaires, et les catégories moyennes sont, de fait, dans des situations intermédiaires. Le recours à un découpage ternaire plutôt qu’en quatre catégories réduit de nouveau les effets de la qualité moyenne de l’information. Dans ce découpage, les commerçants sont classés dans les catégories moyennes au même titre que les techniciens. Le classement du « technicien de vente, niveau 3, coefficient 240 » en « commerçant » (PCS 2), suggéré par C. Poulain, n’exercera pas alors d’effet négatif sur l’analyse. Un tel classement est de toute façon peu probable. Le technicien est associé au statut de salarié alors que le commerçant est associé à celui d'indépendant. Pour cette raison, les risques sont faibles pour que le premier soit assimilé au second.

7Il faut aussi aborder frontalement le problème des déclarations imprécises ou « fausses » présenté par C. Poulain. Celles-ci sont liées à la faible légitimité de certaines professions. Une situation classique est l’enfant d’ouvrier qui déclare que son père est « employé » en indiquant, par exemple « employé à PSA ». Le déclarant joue sur le double sens « d’employé » qui renvoie à la fois à une profession et au statut de salarié. Cette fausse déclaration n’a pas d’effet sur la qualité des données car les employés sont assimilés aux catégories populaires depuis les analyses de Chenu (1994) qui montrent la proximité sociale de ces deux catégories socioprofessionnelles. Il faut aussi noter que les déclarations imprécises ou fausses reposent souvent sur des proximités socioprofessionnelles, telles que employé versus ouvrier, ou ont recours à des catégories génériques englobantes qui ont pour effet de gommer l’effet jugé dévalorisant de certaines professions. Ainsi, ceux qui se déclarent « fonctionnaire » ont une probabilité forte d’être employé ou ouvrier car, dans le cas contraire, la profession déclarée serait celle de professeur ou cadre (la PCS 3), situation à forte légitimité sociale, ou bien technicien pour la PCS 4. La même remarque vaut pour « personnel de santé », expression vague, comme celle de fonctionnaire, utilisée parfois par les aides soignantes ou les ambulanciers, car ceux dont les professions sont plus légitimes (infirmière, médecin) ont recours à l’intitulé exact de leur profession. Il faut retenir de ces exemples que la déclaration de sa profession a pour objet de se grandir socialement et non l’inverse. Dans le cadre d'enquêtes menées auprès des élèves, des exemples emblématiques de ce mode de déclaration de la profession dont l'objet est de se situer dans une hiérarchie sociale sont fréquents : « maître de conférences 1er classe », « professeur agrégé de médecine au CHR ». Dans le second exemple, tous les termes utilisés – professeur, agrégé, médecine, CHR – ont une charge symbolique élevée dont l’effet positif se cumule avec leur usage simultané.

8Le positionnement hiérarchique d'un individu par la déclaration de sa profession montre la dimension fictive de l'exemple de C. Poulain. Si le libellé « technicien de vente, niveau 3, coefficient 240 » correspondait à la situation de cadre dans les conventions collectives en raison de son coefficient élevé, celui-ci ne va pas se présenter comme « technicien » mais comme « cadre commercial » ou « cadre technique de l’entreprise » (PCS 3) dans la fiche administrative de l’établissement de son enfant. C’est aussi la raison pour laquelle le « technicien de vente au coefficient 240 » ne va pas déclarer qu’il est « vendeur », c’est-à-dire assimilable à un employé de commerce (PCS 5), ce qui aboutirait à se rabaisser professionnellement.

9Plus globalement, la déclaration imprécise n’obère que modérément la qualité de l’information statistique pour autant que soit utilisé un découpage ternaire des positions professionnelles et un codage adéquat. Ce codage adéquat est le plus probable. Dans un établissement ordinaire, les codeurs néophytes savent, par l’expérience acquise lors du codage, que les cadres sont moins nombreux que les ouvriers et les employés et surtout que les cadres ou CPIS, contrairement aux seconds, sont très précis sur l’intitulé de leur profession. L’imprécision du libellé d’une profession revêt a contrario une signification sociale. Elle signale indirectement une profession dont les représentants syndicaux ne sont pas parvenus, à l’instar des ingénieurs, des notaires, des sages-femmes ou des médecins à construire une identité socioprofessionnelle forte, légitime et reconnue. Lorsque le travail de représentation d'une profession est intense, les erreurs de déclarations sont réduites. Il en est notamment ainsi pour les agriculteurs pour lesquels la confrontation de deux sources d'enquête - observations de type recensement et déclarations dans le cadre scolaire - débouche sur des déclarations quasi identiques (Merllié, 2000).

10La notion de mauvaise déclaration ou de « mauvaise qualité de l’information » doit aussi être relativisée pour deux raisons. D’une part, ces déclarations imprécises sont présentes quel que soit le mode de collecte des données car la déclaration de la profession constitue une sorte d'épreuve où se joue la grandeur relative des êtres (Boltanski et Thévenot, 1991), et cette situation d'interrogation mobilise des registres linguistiques différenciés selon les situations d'enquête (Kramarz, 1991). En ce sens, la déclaration de sa profession à l’administration scolaire n’est pas spécifique si bien que la distinction présentée par C. Poulain entre bonne et mauvaise déclaration de sa profession mérite d'être nuancée. Même en dehors du cadre scolaire, où la profession reconnue est susceptible d’apporter un surcroît de légitimité sociale, les individus ont la tentation de se présenter avec un statut professionnel plus honorable. Par exemple, une préparatrice en pharmacie peut se déclarer pharmacienne (Desrosières et Thévenot, 2002). Si elle doit aussi déclarer son diplôme, le codeur de l’INSEE pourra opérer le redressement nécessaire puisque le propre du pharmacien, contrairement à la préparatrice, est de posséder un doctorat. Cependant, pour que l’opération de redressement soit possible, il est nécessaire que le codeur dispose du diplôme et/ou du statut (salarié versus indépendant) et ces informations sont absentes d'une partie des enquêtes sans pour autant qu'elles soient jugées sans valeur scientifique.

11D’autre part, pour autant que les déclarations de la profession soient exactes, les traitements statistiques reposent sur des nomenclatures agrégées discutables. Par exemple, les « agriculteurs sur petite exploitation de céréales » (profession codée 111a) exercent le même métier que les « agriculteurs sur grande exploitation de céréales » (profession codés 131a), et sont codés de la même façon « agriculteurs exploitants » dans la nomenclature des PCS en 24 postes alors que les premiers ont souvent des difficultés à survivre avec quelques dizaines d'hectares et ne sont en rien comparables au céréalier disposant de plus de 200 hectares dans la Beauce. Il en est de même des « artisans » (codés 21) et des « chefs d’entreprise » (codée 23) qui appartiennent à la même catégorie sociale dans la nomenclature de « niveau 1 » en huit postes et qui sont susceptibles d’être fort distants socialement. Dans ces deux exemples, la connaissance du statut d’indépendant, préconisée par C. Poulain, ne protège pas d’agrégations statistiques justifiées par la nomenclature de l’INSEE mais sociologiquement discutables.

Une statistique des professions utile à la connaissance des inégalités scolaires

12C. Poulain indique ne pas avoir connaissance de travaux de recherche menés à partir des données des fichiers statistiques du ministère, par exemple, sur les inégalités face à l’école. Malgré ces limites, la statistique des professions du ministère de l’Education nationale a permis, contrairement à l'affirmation de C. Poulain, de réaliser un certain nombre d'analyses des inégalités scolaires. Deux exemples permettent de le montrer. Lors d’une recherche sur l’origine sociale des élèves inscrits dans les différentes filières de classes terminales de 1985 à 1995, cette statistique scolaire a été sollicitée et la nomenclature en quatre catégories du ministère réduite à un découpage dichotomique (catégories moyennes et supérieures versus catégories populaires) afin de limiter l’incertitude des déclarations. L’analyse (Merle, 2000, 2009) montre une prolétarisation des filières dont le recrutement est le plus populaire, tout particulièrement les filières professionnelles, et un embourgeoisement relatif des filières au recrutement le plus aisé, tout particulièrement la filière scientifique (voir tableau ci-dessous). Ce phénomène a été désigné par l’expression démocratisation ségrégative afin d’exprimer le double mouvement d’un accès socialement élargi aux différentes séries du bac et d’une ségrégation sociale croissante dans l’accès aux filières les plus recherchées. Duru-Bellat et Kieffer (2008) sont parvenus à un résultat similaire en utilisant la déclaration des professions de l’enquête Formation et Qualification Professionnelle de l’INSEE de 2003 dont la qualité statistique est sans aucun doute supérieure à celle du ministère de l’Education nationale. Si la source statistique du ministère était défaillante, les deux recherches ne seraient pas parvenues aux mêmes conclusions.

Transformation du recrutement social des principales filières de l’enseignement secondaire de 1984-1994 (Etablissements publics, académie de Rennes)

Origine moyenne et supérieure

1984-85

1994-95

Variation

(en points)

1 - Terminale S (ex. C&D)

64,2

63,6 (*)

-0,6

Terminale L (ex. A)

56,1

54,3

-1,8

Terminale ES (ex. B)

53,0

51,2

-1,8

Terminale STI (ex. F)

42,2

38,3

-3,9

2- Terminales STT (ex. G)

42,0

37,4

-4,6

3- Terminales Pro. (**)

34,6

29,5

-5,1

4 - BEP (2de année)

35,1

27,5

-7,6

Ecart (1) - (2)

+22,2

+26,2

Ecart (1) - (3)

+29,6

+34,1

Ecart (1) - (4)

+29,1

+36,1

Lecture : En 1985-94, 64.2% des élèves scolarisés en terminale S (ex C & D) sont d’origine moyenne ou supérieure. Les écarts de recrutement sociaux entre la terminale S et les terminales STT sont de 22.2 points en 1984-85 et de 26.2 points en 1994-95.
(*) dont option « mathématiques » avec 67.5% d’élèves d’origine moyenne et supérieure
(**) Année 1989-90 et non 1984-85
Source : Merle (2000)

13Un autre exemple concerne l’étude de la ségrégation sociale inter-établissement. Dans cette situation, il n'existe pas, comme dans l'exemple précédent, d'autres sources statistiques disponibles. Il s’agit d’un domaine où les statistiques du ministère de l’Education nationale sont particulièrement précieuses puisque le recrutement social de chaque établissement est connu en utilisant la base élève ou, sur les cinq dernières années, en utilisant les IPES (Indicateurs de Pilotage des Etablissements du Secondaire). Il existe plusieurs façons de mesurer la ségrégation scolaire (Merle, 2012a). Pour bien saisir son ampleur et les situations extrêmes, il est possible de comparer le recrutement social des établissements scolaires qui contribuent le plus à la ségrégation sociale. Le repérage de ces établissements est réalisé à partir du calcul de l’indice de dissimilarité qui prend simultanément en compte l’effectif de chaque établissement et les spécificités de son recrutement social.

14La définition statistique de l'indice de dissimilarité est présentée dans l'annexe 2. La compréhension de cet indice est toutefois possible, sans définition statistique, à partir de deux situations types. Si tous les établissements ont le même recrutement social, le niveau de ségrégation est nul et l'indice de dissimilarité est égal à 0%. Inversement si, dans une commune avec deux établissements, aux effectifs égaux, le premier scolarise tous les enfants d'origine populaire et, le second, tous les autres élèves, le niveau de ségrégation est maximum et l'indice est égal à 100%. Ce pourcentage signifie qu'il faudrait déplacer 50% des élèves du premier établissement pour les inscrire dans le second et 50% des élèves du second établissement pour les inscrire dans le premier afin de parvenir à une mixité sociale parfaite. Dans cette situation, chaque établissement contribue à parité, à hauteur de 50%, à la ségrégation sociale.

15Les calculs réalisés sur les collèges nantais montrent une très forte spécialisation sociale des établissements scolaires. Certains ont un recrutement très populaire (collèges La Durantières, Stendhal, Le Breil) et d’autres un recrutement très aisé (collèges Externat des Enfants, Sacré Cœur, St Joseph de Loquidy) (voir graphique ci-dessous). Cette ségrégation sociale inter-collège forte, mesurée par l’indice de dissimilarité, est présente, à des niveaux comparables, dans toutes les grandes capitales régionales (Merle, 2012a) et se double d’une ségrégation inter-secteur forte puisque les collèges privés ont un recrutement social sensiblement plus favorisé que les collèges publics. Dans le graphique ci-dessous, cette différence public-privé apparaît nettement puisque que celui-ci repose sur la comparaison des établissements qui contribuent le plus à la ségrégation sociale et sont, à ce titre, les plus éloignés d'un recrutement social moyen. La pertinence de l’analyse menée à partir des données IPES du ministère de l’Education nationale est montrée par ces données présentées : la part des cadres et professions intellectuelles supérieures, pour lesquels la fiabilité des données est avérée, est nettement différenciée dans le recrutement social des six collèges nantais retenus.

Graphique : Recrutement social des collèges publics et privés nantais
qui contribuent le plus à la ségrégation sociale des collèges nantais (2010)

Graphique : Recrutement social des collèges publics et privés nantais qui contribuent le plus à la ségrégation sociale des collèges nantais (2010)

Lecture : Le collège public Le Breil scolarise 81% d'élèves d'origine populaire et 1% d'élèves d'origine aisée. Source : Merle (2012, a)

16Dans l'analyse précédente, l’indice de dissimilarité a été calculé en prenant en compte la proportion d’élèves d’origine défavorisée versus la proportion d'élèves d’origine non défavorisée, c’est-à-dire en sollicitant un découpage binaire de l’origine sociale qui réduit l’effet négatif d’une qualité moyenne des données recueillies. Ce découpage n’est toutefois pas sans poser problème. La définition de la catégorie défavorisée par le ministère est restrictive car elle ne comprend pas les employés de commerce et les personnels de services directs aux particuliers, rattachés à la « catégorie moyenne » dans les IPES alors que les recherches sur la structure sociale (Chenu, 1994) ont montré que ces employés partagent les conditions de vie des catégories défavorisées. Cependant, cette définition restrictive des catégories populaires dans la nomenclature IPES a des effets limités sur la pertinence de l’analyse car les employés sont des femmes à plus de 75 %, mariées le plus souvent à des ouvriers et, à l’exception des familles monoparentales, n’ont pas le statut implicite de chef de famille dans la nomenclature du ministère de l’Éducation nationale.

17L'indice de dissimilarité peut aussi se calculer à partir du découpage catégories favorisées (PCS 3) versus catégories non favorisées (les autres catégories). Cette modalité de calcul réduit l'effet des imprécisions initiales des données dans la mesure où les erreurs de déclaration de la profession sont moindres dans la PCS 3. Le résultat obtenu confirme les calculs précédents et montre nettement l’existence d’une « ségrégation sociale par le haut », celle qui concerne les catégories aisées. La limite d’un tel calcul de l’indice de dissimilarité est qu’elle ne permet pas de connaître la ségrégation des catégories populaires (la catégorie défavorisée du ministère), c’est-à-dire la ségrégation subie, celle qui correspond à une « ghettoïsation par le bas » (Merle, 2012a). L'analyse de la ségrégation sociale menée à partir de l'indice de dissimilarité peut être complétée par une analyse de variance (Merle, 2011, 2012b) afin de valider et d'affiner les résultats obtenus par le calcul de l'indice de dissimilarité. L'utilisation d'un second indicateur est une façon classique de renforcer l'administration de la preuve.

18Ces précisions sur les modes de calcul de la ségrégation ont pour objet de montrer ce qui peut constituer, de façon concrète, l'analyse statistique. Celle-ci est constituée par un travail sur les données, en variant notamment les modalités de calcul et les modes de découpage des catégories sollicitées, en l'occurrence les modalités de regroupement des catégories sociales ou/et des professions déclarées. Cette construction statistique constitue un élément central de la démarche scientifique, ce que Bachelard (1938) nomme le « sens du problème », exemplifié avec bonheur par sa formule classique « Rien ne va de soi. Rien n'est donné. Tout est construit ». Ce travail statistique permet de réduire et de contrôler les effets négatifs de données dont la fiabilité est moyenne. Contrairement à une idée commune, cette situation est fréquente, surtout dans les analyses comparatives et diachroniques, car les modalités de construction des données statistiques sont différentes selon les pays et, à l'intérieur d'un même pays, régulièrement modifiées afin de tenir compte des changements de fonctionnement des organisations. Le changement d'appellation des séries du bac en 1994 ou le passage au LMD (licence, master, doctorat) sont des exemples récents.

Conclusion

19La statistique des professions des parents élaborée par le ministère de l’Education nationale ne permet pas seulement d’étudier les inégalités scolaires et les dynamiques ségrégatives inter-établissements et inter-secteur. Elle a aussi été largement utilisée pour étudier les effets de la politique d’assouplissement de la carte scolaire mise en œuvre à partir de 2007 (Merle, 2010, 2011, 2012a, b ; Grenet et Fack, 2012 ; Oberti, Préteceille, Rivière, 2012). Ces recherches – la liste n’est pas exhaustive - montrent assez l’intérêt considérable de cette statistique scolaire d’autant que ces recherches sont essentielles pour mener une évaluation de la politique d’assouplissement de la carte scolaire dont les effets, en termes de mixité ou de ségrégation sociale, constituent un facteur important de l’équité et de l’efficacité d’un système scolaire (Merle, 2012a).

20Il faut aussi noter un autre usage des statistiques du ministère. Elles sont utiles à la gestion des politiques éducatives. La désignation des établissements relevant des divers programmes de l’éducation prioritaire prend en effet en compte, outre la proportion de redoublants à l’entrée en sixième dans l’établissement et le pourcentage des enfants d’immigrés, la proportion de parents d’origine populaire. Ainsi, les collèges RAR (Réseaux Ambition Réussite) scolarisent plus de 75% d’enfants d’ouvriers et d’inactifs (la catégorie « défavorisée » pour le ministère) alors que les établissements hors éducation prioritaire n’en scolarisent que 37,9% (Stéfanou, 2009). L’écart de recrutement social entre ces deux catégories d’établissement est considérable et bien supérieur aux imprécisions relatives aux déclarations des professions des parents et à leur codage.

21Il existe un enjeu social et politique fort à comprendre le fonctionnement empirique de l’école française. Pour mener les analyses essentielles à cette compréhension, iI faut garder à l’esprit que des données statistiques de qualité moyenne, mais fort utiles, sont toujours préférables à l’absence de données. Il y a plus d’une dizaine d’années, le ministère de l’éducation nationale a renoncé, suite à un conflit avec les directeurs d’école, à connaître de façon exhaustive le recrutement social des écoles primaires. Cette perte d’informations irrémédiable interdit aujourd’hui de connaître le niveau et la dynamique de la ségrégation inter-école dont la connaissance serait utile au pilotage de l'affectation des élèves dans les établissements. Les recherches montrent en effet qu'une ségrégation scolaire élevée est un des obstacles à la qualité de l'école (Dumay et Dupriez, 2009).

22Les mouvements plus ou moins organisés qui, pour des raisons diverses, souhaitent que la profession des parents ne soit plus déclarée à l’administration de l’éducation nationale font, plus ou moins directement, obstacle à une meilleure connaissance de l'école. Si de telles démarches aboutissaient, la possibilité de construire des indicateurs indispensables à la mesure et à l'amélioration de l'efficacité et de l'équité du système éducatif français en serait amoindrie. La suppression d'informations de base sur le système éducatif français serait particulièrement contreproductive au moment même que les enquêtes PISA, tant au niveau élémentaire que secondaire, montrent que les performances de l'école française sont moyennes et globalement déclinantes depuis les premières enquêtes internationales.

Annexe 1 : Catégories sociales utilisées par le ministère de l’Éducation nationale

23Catégorie favorisée A : professions libérales, cadres de la fonction publique, professeurs et assimilés, professions de l’information, des arts et du spectacle, cadres administratifs et commerciaux d’entreprise, ingénieurs, cadres techniques d’entreprise, instituteurs et assimilés, chefs d’entreprise de dix salariés ou plus.

24Catégorie favorisée B : professions intermédiaires de la santé et du travail social, clergé, professions intermédiaires administratives de la fonction publique, professions intermédiaires administratives du commerce ou des entreprises, techniciens, contremaîtres, agents de maîtrise, retraités cadres et professions intermédiaires.

25Catégorie moyenne : agriculteurs exploitants, artisans, commerçants et assimilés, employés civils, agents de service de la fonction publique, policiers et militaires, employés administratifs d’entreprise, employés de commerce, personnels de service direct aux particuliers, retraités agriculteurs exploitants, retraités artisans, commerçants ou chefs d’entreprise.

26Catégorie défavorisée : ouvriers qualifiés, ouvriers non qualifiés, ouvriers agricoles, retraité employés ou ouvriers, chômeurs n’ayant jamais travaillé, personnes sans activité professionnelle.

Annexe 2 : Définition de l'indice de dissimilarité

27L'indice de dissimilarité (ID) permet de connaître la proportion d’individus ayant une caractéristique sociale spécifique telle que le sexe, l’origine sociale, l’âge… qui devraient changer de quartier ou, dans le cas présent, de collège afin de parvenir à une répartition égale de la population selon le critère considéré. Cet indice est défini de la façon suivante :

28xi : population des élèves défavorisés scolarisés dans le collège i 
yi : population des élèves non défavorisés scolarisés dans le collège i
X, Y : nombre d'élèves défavorisés (X) et non défavorisés (Y) dans les collèges étudiés
n : nombre de collèges étudiés

Haut de page

Bibliographie

Bachelard Gaston, 1938, La Formation de l'esprit scientifique, Paris, Vrin.

Boltanski Laurent, Thévenot Laurent, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Chenu Alain., 1994, Les employés, Paris, La Découverte.

Desrosières Claude et Thévenot Laurent, 2002, Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte.

Dumay Xavier et Dupriez Vincent, 2009, L'efficacité de l'enseignement, Bruxelles, De Boeck.

Duru-Bellat Marie, Kieffer Annick, 2008, « Du baccalauréat à l’enseignement supérieur en France : déplacement et recomposition des inégalités », Population, 1, 123-157.

Grenet Julien, Fack Gabrielle, Rapport d’évaluation de l’assouplissement de la carte scolaire, Ecole d’économie de Paris, 2012, 177 pages. http://www.parisschoolofeconomics.com/grenet-julien/Rapports/Rapport_FackGrenet2012.pdf

Kramarz Francis, 1991, « Déclarer sa profession », Revue française de sociologie, XXXII, 1, p. 3-27.

Merle Pierre, 2000, « Le concept de démocratisation d’une institution scolaire : une typologie et sa mise à l’épreuve», Population, n°1, 15-50.

Merle Pierre, 2009, La démocratisation de l'enseignement, Repères, La Découverte.

Merle Pierre, 2010, Structure et dynamique de la ségrégation sociale dans les collèges parisiens, Revue française de pédagogie, n°170, p.73-85.

Merle Pierre, 2011, « Concurrence et spécialisation des établissements scolaires. Une modélisation de la transformation du recrutement social des secteurs d’enseignement public et privé », Revue Française de Sociologie, 52-1, p.133-169.

Merle Pierre, 2012a, La ségrégation scolaire, Repères, La Découverte.

Merle Pierre, 2012b, « Carte scolaire et ségrégation sociale des établissements. Une analyse monographique des collèges rennais », Espaces et Sociétés, n° 151, 3, p.103-121.

Merllié Dominique, 2000, « La confrontation de deux sources d'information sur la catégorie socioprofessionnelle des parents d'élèves », Population, 55, 1, p. 181-188.

Oberti Marco, Préteceille Edmond, Rivière Clément, 2012, Les effets de l'assouplissement de la carte scolaire dans la banlieue parisienne, Rapport pour la Halde, Défenseur des Droits et DEPP, MEN, 218 p. (http://osc.sciences-po.fr/recherches/Rapport_CarteScolaire.pdf)

Poulet-Coulibando Pascale, 2007, « Le "milieu social" des collégiens : confrontation des sources », Education et formation, n°74, p. 21-29.

Stéfanou Alexia, 2009, « Les réseaux d'ambition réussite », Note d'information, n°09.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique : Recrutement social des collèges publics et privés nantais qui contribuent le plus à la ségrégation sociale des collèges nantais (2010)
Légende Lecture : Le collège public Le Breil scolarise 81% d'élèves d'origine populaire et 1% d'élèves d'origine aisée. Source : Merle (2012, a)
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2719/img-2.png
Fichier image/png, 1,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Merle, « La Catégorie socio-professionnelle des parents dans les fiches administratives des élèves », Socio-logos [En ligne], 8 | 2013, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2719

Haut de page

Auteur

Pierre Merle

Professeur de sociologie, IUFM de Bretagne et Université européenne de Bretagne, pierre.merle@bretagne.iufm.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org