Navigation – Plan du site
Textes de travail

Entours et détours autour de l’emploi sportif

Marc Falcoz

Texte intégral

Introduction

1Structuré à l’origine autour de l’effort désintéressé et du bénévolat comme clef de voûte de son organisation, le sport a longtemps connu un nombre de salariés réduit. À partir des années quatre-vingt, il s’est opéré, en lien avec la massification et la diversification de la demande sportive, une progression significative des emplois dans ce secteur. Il demeure aisé d’attester de cette évolution rapide et profonde du paysage sportif (Augustin, 2003, Bernardeau-Moreau, Collinet, 2009, Chantelat, 2001, Loirand, 2004). Cet essor du salariat ne touche pas uniquement certaines disciplines médiatisées mais un ensemble hétérogène de pratiques sportives et d’activités récréatives ou de loisir. Travailler dans le secteur du sport se décline ainsi au pluriel : athlètes, entraîneurs, éducateurs, animateurs, gestionnaires, vendeurs… Le sport comme secteur d’emplois à part entière est devenue une réalité, mais dont les contours, à l’instar de la définition du sport, demeurent malaisés à préciser.

2De nombreux travaux, enquêtes, monographies ou colloques ont cherché et tentent d’identifier quantitativement et qualitativement ce processus de développement du salariat et d’interroger les conditions de travail, la professionnalité ou même les liens entre formation et emploi dans ce secteur. Ces questionnements ont cependant peu abordé la question de la mesure de l’emploi sportif alors que la difficulté de mesurer et de « classifier », à l’aide d’indicateurs et de critères précis, l’ensemble des emplois sportifs, est pourtant bien réelle. Son essor récent, des territoires souvent aux limites de secteurs d’activités déjà établis et une organisation composite tant en termes d’employeurs (public, privé, associatif), de structures (de l’auto-entrepreneur à la multinationale), de statuts (fonctionnaires, salariés, indépendants...) ou de situations de travail variées (temps de travail partiels, saisonniers…), constituent autant d’obstacles et de contraintes pour mesurer l’emploi dans ce secteur.

3Pourtant, la question de la mesure statistique de l’emploi constitue un enjeu symbolique, politique et économique. Pour preuve, la question de l’insertion professionnelle se nourrit, entre autres, de la connaissance de l’emploi. L’agitation autour des débouchés de la filière STAPS constitue un exemple significatif des débats sur cette relation formation – emploi et indirectement de la question de la mesure statistique de l’emploi. Les débouchés de cette filière ont longtemps été un sujet polémique entre les différents acteurs du sport notamment entre les responsables du ministère des Sports et ceux de la filière STAPS. Pour les premiers, cette dernière, au regard des caractéristiques et des attentes du secteur professionnel notamment des enquêtes menées par les services de ce ministère sur le « potentiel d’emploi dans le sport », n’offre pas de «débouchés » et demeure « une usine à chômeurs ». À contrario, les représentants des STAPS, pour tenter de prouver que « les Staps forment à l’emploi », mobilisent ses propres données ou enquêtes sur l’emploi sportif attestant de ce potentiel. Celles-ci doivent permettre à cette filière de prouver sa légitimité et de montrer l’utilité de ses parcours de formation tant en interne au sein de système universitaire (dans chaque université et auprès des services centraux de Ministère de l’Education Nationale) qu’en externe pour répondre aux critiques sur le potentiel de débouchés. Il existe alors un réel enjeu à catégoriser certains emplois comme relevant du sport.

4Au travers de cette querelle de chiffres sur l’emploi sportif, se pose la question de la mesure historiquement et techniquement structuré autour de rapports de forces institutionnels et résultant de postures idéologiques. Les outils statistiques, mesurant l’emploi sportif, demeurent un construit découlant d’un travail de simplification du réel et de mise en équivalence de situations de travail hétérogène. De surcroît, dans le cadre d’enquêtes spécifiques ne reposant pas sur les nomenclatures existantes, la catégorisation définie par l’organisme producteur demeure élaborée, directement ou indirectement, en fonction de finalités précises. Comme le rappellent A. Desrosières et S. Kott (2005), il convient de ne pas laisser à l’écart les conventions de la quantification dans le sens où la mesure statistique est liée à une série de conventions préalables, de négociations, de compromis et de codage.

5L’objectif de cet article est de s’interroger sur la caractérisation et la délimitation de l’emploi sportif. Il ne s’agit nullement de quantifier ce dernier mais plutôt de s’intéresser à la manière dont on recense et catégorise les emplois dans ce secteur. En essayant de comprendre les contraintes et les difficultés d’avoir à disposition des éléments précis, délimités et fiables pour mesurer et classifier l’emploi sportif, l’ambition de cet article est, d’une part, de cerner les tensions méthodologiques dans la mesure de ce secteur, et d’autre part, d’identifier les conventions et stratégies des institutions ou acteurs sur cette question de la mesure de l’emploi sportif. Il convient aussi de noter que cet article s’inscrit dans un travail de recherche plus large visant à analyser, au regard de ce processus de développement du salariat, la mise en place et l’évolution du dialogue social dans le sport.

6Cet article s’organise en quatre parties. La première partie vise à rappeler les éléments contextuels permettant de mieux comprendre l’émergence de données et travaux sur la mesure de l’emploi sportif. La deuxième partie appréhende les éléments de mesure des emplois sportifs. La troisième partie, quant à elle, se concentre sur la classification de ces derniers. La dernière partie vise, à travers la présentation de deux exemples caractéristiques, à illustrer la problématique de la caractérisation de l’emploi sportif et cerner les enjeux sous-jacents.

Une prise en compte tardive de l’emploi sportif

7Guère significatif et loin des préoccupations sociales et politiques, l’emploi sportif s’est longtemps retrouvé oublié ou rangé dans une catégorie fourre tout. Au sein de la nomenclature des Professions et des Catégories Sociales (PCS) version 1982, une seule catégorie (4233 : Moniteurs et éducateurs sportifs, sportifs professionnels) renvoyait à un intitulé spécifique relatif au sport. Ce trait se retrouve dans la Nomenclature d’Activités Française (N.A.F.) version 1993 dans laquelle quatre classes seulement ont un libellé en rapport avec le sport et le loisir. Ce nombre atteint neuf dans la dernière version de 2008. L’importance grandissante du sport comme secteur d’emploi contribue ainsi à lui donner une visibilité autre. Dans le même mouvement, il se repère l’apparition d’études et de recherches avec pour objectif de produire un état des lieux de l’emploi dans le sport. Sans faire une exégèse historique de ce type de travaux, on peut noter que la première enquête sur l’encadrement sportif a été menée, à la demande du Ministère des Sports, en 1980 par le CEREQ. Tout en rappelant que l’accès aux métiers de l’encadrement et l’enseignement sportif demeure délimité et réglementé, particularité de cette période, ce document pour justifier sa pertinence « s’interroge sur l’existence d’un marché des métiers du sport, et la promotion possible de formations générales ou spécialisées dans ce domaine » (p. 9). L’ouvrage « les métiers du sport » de J. Belin, sorti en 1981, constitue la première version « grand public » sur cette thématique. Il convient aussi de mentionner, à l’initiative du Commissariat Général du Plan, le rapport, intitulé « emplois et formations du secteur sportif, marchés du travail et stratégies de formation », paru en 1985 sous la direction scientifique de B. Errais. Douze tomes, sur des sujets variés, allant de l’enseignement du tennis à la distribution du matériel sportif en passant par le journalisme sportif, composent ce « premier rapport officiel complet » sur les emplois sportifs. L’absence à cette époque d’un réseau universitaire constitué sur cette thématique conduit ce rapport à s’appuyer sur les ressources, notamment du laboratoire de sociologie, de l’Institut National du Sport et de l’Education Physique (I.N.S.E.P.). Au travers des secteurs traités, ce rapport tente déjà de démontrer le caractère diversifié des métiers du sport.

8Le nombre de rapports ou de guide pratique sur cette thématique va, à partir du milieu des années quatre-vingt, progressivement s’intensifier ; témoignant de l’intérêt émergent pour ce secteur d’emploi. Il demeure intéressant de souligner le décalage important entre la quasi absence d’études ou de travaux disponibles sur l’emploi sportif jusqu’à cette période, et ensuite la profusion de données sur cette thématique, une centaine d’enquêtes ayant été recensée entre 1995 et 2005.

9Pour mieux comprendre l’émergence de ce type de travaux permettant de cerner la situation de l’emploi sportif, quatre points peuvent être mis en exergue.

10En premier lieu, il est à noter que l’émergence du sport comme secteur d’emploi, et son dynamisme, constitue de la part des acteurs du monde sportif un leitmotiv pour conduire ce type de recensement. Le développement de nombreux guides sur les métiers du sport soulignant le développement du salariat en cours dans ce secteur témoigne entre autres de cet essor. Pour les éditeurs, un marché potentiel de lecteurs suffisant justifie leur publication. Certains termes, extraits de ces guides ou fiches des métiers et au demeurant fort laudateur, mettent en avant le sport comme « un secteur inventant des emplois » ou « par le biais d’un vent favorable, l’emploi sportif est promis à une belle carrière ». Les politiques ministérielles d’aide à l’emploi, et plus particulièrement celles dépendant du Ministère de la Jeunesse et des Sports, ont aussi conduit, de par l’évaluation de ces actions, la mise en place de groupes de travail puis l’émergence progressive de dispositifs régionaux d’observation des métiers dans le secteur sportif. Comme le rappelle Laurence Boyer Collas (2007), dans un document interne de l’Observation National des Métiers de l’Animation et du Sport, il existe une forte demande ministérielle auprès des directions régionales pour fournir des données ou chiffres clés sur les emplois sportifs. Mais, cette auteur pointe les lacunes méthodologiques et souligne que ce type de démarche « ne relève pas a priori d’une étude ou d’une recherche, mais plus d’un inventaire ou d’un relevé » (p. 17). L’intérêt pour le Ministère des Sports est avant tout de se positionner dans un rôle de producteur de données sur l’emploi sportif plutôt que se questionner sur la production de ces données. Dans ce sens, seul compte l’affichage du nombre d’emplois dans le sport et non tant le périmètre de ces emplois.

11A ce trait, se rajoute, en lien avec l’explosion des effectifs dans les formations sportives universitaires (STAPS) et dans une proportion moindre celle du Ministère de la Jeunesse et des Sports, une nécessaire connaissance de l’emploi sportif. À la suite de la suppression du concours d’entrée en 1ère année au milieu des années 1990, les effectifs au sein des STAPS ont connu une forte croissance passant de 15 000 en 1995 à plus de 45 000 en 2004. Au regard de cet accroissement, il est devenu d’autant plus légitime de connaître le marché de l’emploi sportif pour cerner les débouchés professionnels potentiels de ces filières de formation. De surcroît, la filière STAPS, axée à l’origine uniquement sur la formation au métier de professeur d’E.P.S., a nettement évolué en intégrant d’autres débouchés ; modifiant ainsi les « forces internes » et enjeux autour de cette filière. On pourra se reporter aux travaux de S. Mierzejewski (2005), C. Collinet (2007) ou de Y. Vanpoulle (2011).

12Dans un troisième point, il est intéressant de noter que cet afflux d’étudiants a contribué à bouleverser le fonctionnement du dispositif de formation jusque là en vigueur. En fait, il s’est progressivement opéré, à partir de la fin des années quatre-vingt-dix, une remise en cause du monopole du ministère de la Jeunesse et des Sports en matière de formation professionnelle. Traditionnellement dévolue à la formation de professeur d’éducation physique et sportive, la filière STAPS entre, en élargissant son champ de formation à la diversité des métiers du sport, en concurrence avec les formations dispensées par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Dans ce contexte de massification des formations mais aussi de positionnement symbolique et de légitimité sur le territoire de formation entre ces deux organismes publics de formation, la mesure de l’emploi sportif constitue alors un enjeu politique important visant à montrer l’existence d’un potentiel significatif des débouchés pour chacune de ces filières sportives. Le climat tendu entre ces deux institutions entraîne, lors de la réforme des diplômes permettant l’encadrement et l’animation des pratiques sportives, de vives discussions. Pour justifier la reconnaissance de ses formations, chacune de ces organisations met en exergue des données sur l’emploi ; lesquelles sont jugées par l’autre partie comme « utopiques » ou « fantaisistes ». Sans vouloir rentrer dans le détail de la véracité des données mises en avant, il est important de souligner que cela a contribué à développer la mesure de l’emploi sportif et à s’interroger sur cette question.

13Enfin, la mise en place du dialogue social dans le sport conduit indirectement à se poser la question de la mesure de l’emploi sportif. Initiée en 1991 mais signée en 2005 par les partenaires sociaux, à l’exception de deux d’entre eux, la Convention Collective Nationale du Sport a conduit à l’émergence d’un dialogue, d’ailleurs souvent difficile, entre les partenaires sociaux. Un accord est trouvé, en juin 2000, sur la création des commissions paritaires nationales et notamment de la Commission Paritaire Nationale Emploi Formation Sport. Concomitante à ce processus, la rénovation des diplômes, engagée notamment par le Ministère des Sports, a permis « d’impliquer davantage les partenaires sociaux dans leur création à partir de l’observation prospective des métiers » (Bernardeau-Moreau, Collinet, 2009, 35).

14L’ensemble de ces éléments explique en grande partie l’attention particulière portée aux questions de l’emploi et de la formation se traduisant notamment par une dynamique dans l’établissement de données et d’études chiffrées sur l’emploi sportif. Les guides sur les métiers du sport ne font souvent d’ailleurs que reprendre ces données initiales. Toute une série de travaux présentant la situation de l’emploi dans le secteur du sport voit, à partir du milieu des années quatre-vingt-dix, le jour. À l’initiative d’organismes, tels que les Observatoires Régionaux du Ministère de la jeunesse et des sports ou les Observatoires Régionaux de l’Emploi et la Formation (OREF), voire en partenariat ou en sous-traitance par le biais de laboratoire universitaire ou de cabinet extérieur privé, ces travaux présentent, en se focalisant sur une région, un paysage parcellaire. On peut aussi ajouter que ces travaux, en prenant en compte surtout le champ de l’encadrement sportif, ont une approche réductrice du secteur de l’emploi sport, mais répondant avant tout aux débouchés des formations dispensées par le ministère de la Jeunesse et des Sports essentiellement axées sur l’animation et l’encadrement sportif. A l’échelon national, on peut citer des structures comme le CEREQ, exploitant ses enquêtes « génération » ou les autres données disponibles de l’INSEE, ou l’Observatoire National des Métiers de l’Animation et du Sport, créé en 2002, ayant pour rôle de faire la synthèse sur les connaissances sur l’emploi et la formation dans ce secteur.

15De l’ensemble des connaissances produites sur cette thématique, il convient de souligner le rapport coordonné par N. Le Roux et publié en 2002 par le RUNOPES (Réseau Universitaire d’Observation et de Prospective sur l’Emploi Sportif) ; constituant sans aucun doute le travail le plus complet en la matière. En recensant la diversité des métiers sur l’ensemble du territoire, il dresse, pour la première fois, un panorama exhaustif de l’emploi sportif. Il est évident que les contributeurs de ce rapport, tous issus de structures STAPS, ne conçoivent pas le périmètre des métiers du sport uniquement en termes d’animation, d’encadrement ou d’enseignement.

16Après cette période de production riche et soutenue, les études sur la situation de l’emploi sportif en région ou sur un secteur particulier tendent actuellement à se raréfier. Ce constat se révèle encore plus d’actualité pour des travaux sur une échelle plus large. La seule exception concerne les enquêtes menées dans le cadre de l’observatoire des métiers de la branche professionnelle sport ; même si ces dernières, en se centrant sur les activités de la branche, ne permettent pas d’avoir un état des lieux complet de l’emploi sportif. Tout en restant présent au sein des travaux questionnant le fait sportif, les problématiques liées à l’emploi se déclinent dorénavant davantage de manière qualitative (Le Roux, 2006, Falcoz, Walter, 2009).

Des données partielles à recouper

17Dresser un état des lieux exhaustif de l’emploi sportif suppose d’avoir à disposition des éléments de mesure précis et bien délimité. Comme il a été évoqué précédemment, cet état de fait demeure toutefois partiel. L’ensemble des études menées sur l’emploi sportif souligne la difficulté de s’appuyer sur une définition et des outils partagés et consensuels alors que ce point est crucial. Dans ce sens, un détour sur la production de ces études constitue un passage obligé pour comprendre tant les difficultés de recensement dans ce secteur que les divergences rhétoriques des acteurs argumentant sur l’emploi sportif.

18Sans rentrer dans les débats théoriques ou méthodologiques approfondis, il est utile de préciser les données disponibles pour mesurer l’emploi dans le secteur sportif. Concernant ces considérations sur la mesure de l’emploi, notamment à travers la nomenclature publique, on pourra se reporter aux travaux de Biscourp (2005), Desrosieres (2008), Tanguy (2005) ou Menger (2003). Les travaux liés à la connaissance de l’emploi sportif s’appuient soit sur l’exploitation des statistiques publiques et plus particulièrement des nomenclatures existantes (PCS, NAF…), soit sur des enquêtes spécifiques menées par le biais d’un questionnaire à destination des salariés ou des entreprises du secteur.

19Dans le cas de l’utilisation des nomenclatures publiques, il existe deux clefs d’entrée : par les individus ou par les entreprises.

20La première centrée sur les individus, dont l'activité principale est le sport, s’appuie sur les données disponibles au sein de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS). On a déjà évoqué qu’il n’existait, dans la version 1982, qu’une seule catégorie spécifique au sport. Dans la dernière version datant de 2003, hormis la PCS 424a (Moniteurs et éducateurs sportifs, sportifs professionnels), d’autres catégories se rapportent directement ou indirectement au sport (554e : Vendeurs en habillement et articles de sport, 435a et b : directeurs et animateurs de centres socioculturels et de loisirs…). Au travers de la PCS 424a, il est certes possible de repérer les salariés exerçants ou encadrants une activité sportive contre rémunération. Mais, il est difficile de pouvoir repérer et extraire l’exhaustivité des individus travaillant dans le sport tant cette nomenclature ne permet pas un recensement « visible et lisible » des salariés en relation avec le sport.

21Concernant la clef d’entrée des entreprises, le problème de repérage reste similaire. Se retrouvent dans la nomenclature N.A.F. les activités concernées par le champ d’application de la Convention Collective Nationale du Sport : 93.11 (gestion d’installations sportives), 93.12 activités de clubs de sports), 93.13 (activités des centres de culture physique), 93.19 (autres activités liées au sport), 93.29 (autres activités récréatives et de loisirs) et 85.51 (enseignement de disciplines sportives et d’activités de loisirs). Mais, au sein de ces entreprises, sont recensés des salariés exerçant d'autres professions que « sportives ». A l’inverse, dans d’autres classes, il existe des « salariés sportifs » sans pour autant qu’ils n’apparaissent comme tels. Le cas de figure se présente notamment dans les parcs de loisirs et d'attraction (classe N.A.F. 93.21). Comme le soulignent N. Le Roux et de N. Aguettant (2006, 153), « le constat est simple : la statistique publique ne permet guère d’approcher quantitativement la question de l’emploi dans la filière sport ».

22Dans le deuxième cas, à savoir les enquêtes spécifiques menées sur le secteur sportif, les écueils méthodologiques demeurent nombreux et rares sont les enquêtes ayant fait preuve de suffisamment de précautions pour pouvoir établir un état des lieux précis et fiable des emplois dans le secteur du sport. Il est très difficile, pour établir la population mère et/ou construire un échantillon représentatif, d’identifier précisément les structures et les individus dans le champ du sport. De surcroît, en voulant s’appuyer sur les statistiques publiques existantes (NAF et PCS) pour la construction de ces enquêtes, on retrouve les difficultés évoquées dans le précédent point. La volonté de porter, à l’aide de ces données quantitatives, un regard plus fin sur la situation de l’emploi sportif ou d’obtenir des effectifs extrapolés se heurtent à ces imprécisions. A titre d’exemple, dans la synthèse de la 2ème enquête auprès des entreprises de la branche du sport, il est précisé, en nota bene, qu’il « est important de noter la surreprésentation des répondants affiliés à la fédération de l’E.P.G.V. (Education Physique et Gymnastique Volontaire) dans l’échantillon de la deuxième étude. Certains résultats et tendances générales sont donc à prendre avec prudence » (CPNEF, 2010, 2). Cette précaution d’usage se retrouve, dans le Contrat d’Etude Prospective de la branche Sport (2008), lors de l’analyse du sous-secteur tennis de table. Compte tenu du faible effectif, l’extrapolation des résultats de cette analyse, 19 salariés du tennis de table ayant répondu sur les 1242 salariés enquêtés, doit être prudente. En se concentrant sur un secteur professionnel ou un espace géographique plus restreint, il est possible de limiter ces travers. Mais, une « compilation » de ce type d’études dans un optique large n’est possible qu’à la seule condition d’une définition et un cadre d’enquête concordants ; ce qui est rarement le cas.

23En fait, l’emploi sportif présente un tel caractère segmenté : plusieurs secteurs d’emploi, privé non-marchand, privé et public, mais aussi une dispersion des structures d’emploi, souvent de petites structures associatives. A cela se rajoutent, à côté des entreprises travaillant uniquement par et pour le sport, des organisations ayant partiellement un rapport avec le sport. Cela se retrouve au niveau des individus avec une diversité de statuts (salariés, indépendants…), et une « multi-activité » très présente. Il est fort évident que, pour établir l’établissement d’un état des lieux de l’emploi sportif, ces caractéristiques ne rendent pas la tâche aisée.

24Une connaissance précise de l’état des lieux quantitatifs des emplois dans le secteur sportif passe nécessairement par un travail préalable de clarification afin de disposer d’un socle commun et raisonné. A ce titre, N. Le Roux (2006), en évoquant la situation de la recherche sur la professionnalisation du secteur sportif, rappelle qu’un effort de définition et de classification de l’emploi sportif constitue un préalable parfois ingrat mais nécessaire pour développer des travaux sur cette thématique. Donner une vision globale de l’emploi dans ce secteur suppose de recouper différentes sources statistiques n’ayant pas les mêmes approche et définition de l’emploi sportif ; conduisant alors à des imprécisions et/ou des confusions. De manière récurrente depuis une vingtaine d’années, le constat de l’absence de socle et outils communs permettant la production d’analyses consolidées s’établit sans pour autant qu’une avancée méthodologique s’entrevoit.

Quelle classification pour les emplois sportifs

25A l’instar de sa mesure, entreprendre une classification de l’emploi sportif rencontre le problème de la diversité du terrain. La question centrale demeure de rendre lisible cet espace professionnel très hétérogène sans être réducteur. Animateurs, entraîneurs, gestionnaires, athlètes, concepteurs de produits ou vendeurs font tous partis de l’univers des métiers du sport sans pour autant avoir la possibilité de les classer sous un même label. À moins de se contenter de définir un espace des métiers du sport trop large et difficilement intelligible. Mais, les conventions admises dans la démarche de classification traduisent une posture idéologique particulière. En effet, on retrouve, selon l’angle privilégié dans la démarche taxinomique, la manière dont se définit et se conçoit le travail sportif et dans une certaine mesure sa légitimité ou non. Prendre en compte, ou non, dans la classification certains métiers, ou, à l’inverse, regrouper sous un même univers des métiers différents revêt un caractère arbitraire et revient à penser le travail sportif selon certaines modalités spécifiques. Envisager le sport avant tout dans une dimension d’animation, d’encadrement ou d’entraînement, revient à « exclure » certains métiers à caractère sportif hors du champ principal et légitime. Des emplois dans le secteur médical, de l’évènementiel ou des médias, pourtant avec un lien avec le sport, sont considérés comme « périphériques » et rassemblés sous le vocable « d’emploi sportif indirect ». Il est fort évident que toute classification demeure critiquable et ne peut pas être parfaite ; pourtant elle est utile pour rendre lisible la diversité des métiers du sport.

26Par souci de simplicité, le marché de l’emploi sportif peut s’aborder selon un découpage socio-économique en distinguant, non pas le secteur d’activité, mais la logique économique de l’employeur : privé marchand, privé non-marchand et public. Dans ce cadre, la classification met en évidence les métiers sportifs publics, puis ceux du monde associatif enfin, dans une dernière catégorie, les emplois du secteur privé marchand. L’intérêt de ce découpage réside, non seulement dans sa simplicité, mais par le fait que le paysage sportif s’est progressivement structuré et développé, notamment en termes d’emploi, à partir du secteur public et associatif. La quasi-totalité des guides des métiers du sport s’appuie sur de ce découpage. Dans la catégorie « secteur privé marchand », se retrouve alors une grande diversité d’emplois avec, au final, peu de points communs.

27Une autre démarche communément admise consiste à s’appuyer sur la nomenclature statistique publique. Une des voies envisagées consiste à regrouper dans un seul ensemble les métiers dont il est possible, par le biais des codes N.A.F. ou P.C.S., de repérer l’existence, voire aussi, de décomposer en sous-groupes cet ensemble. Dans le même registre, les travaux de N. Le Roux et J. Camy (1997, 2002) mettent en évidence, selon l’intensité du rapport avec le sport, une classification des emplois sportifs en trois catégories : le noyau dur, la filière sport et les secteurs associés. Le noyau dur se compose des activités, directement en lien avec la pratique sportive, issues des classes 92.6 A et C au sein de la nomenclature NAF version 1993. La filière sport regroupe les activités en relation indirecte avec le sport. Enfin, les secteurs associés rassemblent les activités dont le lien avec le sport demeure certes présent mais plus éloigné. De la même manière que l’utilisation du rapport avec le sport, il est possible de faire apparaître, plus particulièrement pour une discipline ou un secteur précis, les emplois sportifs directs, indirects et induits comme le montre les travaux de J.J. Gouguet et N. Henaff (2004) sur le sport professionnel. Le repérage dans ce cas de figure des emplois induits peut se révéler empiriquement plus que complexe.

28Par contre, très peu d’études se sont lancées dans une taxinomie liée aux compétences et dans une moindre mesure aux qualifications. Cette démarche revient, non plus à se positionner par rapport aux organisations ou aux secteurs d’activité, mais à la nature de l’emploi lui-même. Alors que de nombreux travaux (Lichtenberger, 1999, Zarifian, 2001, Taillard, 2001) ont démontré la tendance à utiliser la notion de compétence dans la classification des emplois, il semble que la réflexion sur une classification basée sur les compétences reste encore à l’écart du terrain sportif.

29La mise en place du dialogue social a certes contribué à engager des discussions entre autres sur la construction des référentiels de compétences professionnelles, mais une classification des emplois et les critères présidant son élaboration sont loin d’êtres achevés. Il peut sembler relativement aisé de mettre en exergue une liste des compétences mobilisées dans les métiers du sport. A l’inverse, il est plus délicat de construire selon ce seul critère une classification des emplois sportifs.

30La première difficulté pour ce type de travail est liée au caractère « multi compétence » du travail sportif. Sans représenter une spécificité uniquement liée à ce secteur d’activité, il convient de remarquer l’emploi sportif peut, d’une part, difficilement se lire à l’aune d’une compétence unique, et d’autre part, dans certains cas, la démarcation entre les compétences demeure tenue. Définir et classifier le métier d’éducateur sportif selon les compétences demeure délicat tant, selon le contexte et la situation de travail, celui mobilise, ou non, capacités et savoirs.

31Une autre des difficultés pour établir une classification à l’aide de la notion de compétence provient de la lecture de la spécificité sportive dans l’articulation des compétences professionnelles. En d’autres termes, sur quelle base et avec quelle délimitation, doit-on considérer tel ou tel emploi comme relevant de compétences proprement sportives ? Comme le mettent en évidence des auteurs strasbourgeois (Bauger, P, Aubel, O, Faber, C. et Pichot, L, 2004), il existe une lutte autour des compétences requises dans le secteur marchand de l’emploi sportif avec une divergence nette. Certains décideurs mettent en exergue le critère incontournable de la spécificité sportive pour ce type de métiers, et à l’inverse, d’autres mettent en avant d’autres types de compétences, les propriétés sportives étant, quant à elles, accessoires. En d’autres termes, un vendeur d’articles de sport doit-il « être classé » dans les métiers du sport et ainsi sa légitimité dans cet espace réside, en partie, dans des connaissances et formations dans le domaine du sport, ou est-ce que, a contrario, les propriétés commerciales qui prédominent, négligeant ainsi les spécificités sportives.

32Pour conclure sur cette partie, on peut avancer le fait qu’il semble illusoire de vouloir bâtir, à terme, une classification idéale rendant lisible la diversité de l’emploi sportif. Plus que ces difficultés de construction, il convient de souligner que, au regard de l’hétérogénéité et la diversité de ce secteur, tout effort de classification traduit la façon de se représenter l’espace des métiers du sport.

Autour des zones « d’ombre » dans la mesure de l’emploi sportif

33Après avoir mis en évidence la difficulté de mesurer et classifier l’emploi sportif, il convient d’illustrer, à l’aide d’exemples, ces imprécisions et la manière pour les acteurs de ce secteur de les aborder ou de « se jouer » de celles-ci. Sans avoir la volonté d’être exhaustif, il s’agit plutôt de présenter, par le biais d’un éclairage sur un secteur précis du paysage sportif, des cas typiques de ces difficultés dans la mesure de l’emploi. L’intérêt n’étant pas de multiplier les exemples mais de mettre en exergue des figures reflet de cette situation. Pour se faire, on peut prendre deux exemples : le sportif professionnel et le prestataire de loisir sportif. Situés dans des univers différents dans son mode de fonctionnement, ces deux exemples permettent toutefois, chacun à sa manière, d’illustrer et de cerner la problématique de la caractérisation de l’emploi sportif et de ses enjeux sous-jacents.

34Le premier exemple abordé concerne le sportif professionnel. En effet, on peut légitimement se demander à quoi ressemble un « sportif professionnel ». Il est évident que quelques figures tutélaires de réussites sportives et économiques, notamment des footballeurs, viennent spontanément à l’esprit. Au sein de la Convention Collective Nationale du Sport, un chapitre spécifique est d’ailleurs entièrement consacré au sport professionnel. Les dispositions de ce chapitre s’appliquent « aux entreprises (sociétés ou associations) ayant pour objet la participation à des compétitions et courses sportives, et qui emploient des salariés pour exercer, à titre exclusif ou principal, leur activité en vue de ces compétitions » (chapitre 12, article 12.1 C.C.N.S.). Toutefois, en l’absence d’une définition précise du sportif professionnel, et notamment d’une séparation nette entre sportif professionnel et amateur, il existe des cas de figure échappant à la mesure statistique de l’emploi sportif.

35Avant d’avoir la possibilité d’accéder ou de rester dans le statut de professionnel, il existe, dans chaque discipline, des étapes intermédiaires et des conditions particulières (stagiaire, apprenti, espoir, pluriactif…). Au travers de cette terminologie spécifique, vous n’êtes pas ou plus considéré comme un sportif professionnel en tant que tel. L’exemple le plus significatif demeure le statut du joueur fédéral dont les modalités, dans le cadre du football, sont définies par une quarantaine d’article. Ce contrat fédéral est dans ce sens significatif des difficultés de caractériser un sportif professionnel mais aussi de la manière dont les institutions, en l’occurrence la Fédération Française de Football, crée indirectement ces imprécisions dans la mesure de l’emploi sportif. Ce type de contrat a été créé, à l’origine, pour assurer une rémunération financière aux footballeurs non professionnels. Il permet ainsi à un club amateur d’engager, contre rémunération et par le biais d’un contrat reconnu par la fédération, un joueur mais sans lui permettre de prétendre au statut de professionnel. Ces instances évoquent alors le terme de semi professionnel ; vocable, inadéquat d’un point de vue statistique, mais d’actualité lorsque l’on essaye de caractériser le sport professionnel. A ce titre, le regard du néophyte peut être surpris de l’évocation dans un entretien au magazine l’équipe en Août 2010, par R. Charrier, vice-président du syndicat des footballeurs professionnels, de la montée inquiétante du chômage à l’échelon amateur ; sous entendu il existe des ruptures de contrat de travail pour des sportifs amateurs. Il est certain que certains d’entre eux n’évoluent pas à un niveau suffisant pour pouvoir aspirer au statut de professionnel et doivent se contenter de d’indemnités, de primes ou autres avantages ponctuels. Cette situation revient à parler, non plus d’amateurisme marron comme furent longtemps affublées certaines disciplines de haut niveau, mais de « professionnalisme marron » sous la bienséance de l’institution sportive. En tout état de cause, il est difficile de caractériser précisément l’ensemble des sportifs professionnels.

36L’autre exemple demeure les prestataires de loisir sportif. Comme le rappelle J-P Augustin (2003), la diffusion et la diversification des pratiques de loisirs sportifs, a conduit au développement de l’emploi salarié dans ce secteur. L’ensemble des rapports et travaux sur cette thématique atteste de ce phénomène. Il est logique mais remarquable de souligner que les institutions dans des régions à vocation touristique ont fortement contribué à la production de ce type de recensement. Volonté politique de mieux connaître son territoire mais aussi sans doute de justifier et de contrôler les dispositifs, notamment de formation, et investissements dans ce secteur d’activité. Pourtant, la caractérisation en termes d’emploi des prestataires de loisir sportif peut poser, dans certains cas, quelques difficultés.

37En premier lieu, le périmètre délimitant la notion de loisir sportif, et donc les emplois liés à ce secteur, reste délicat à établir. L’emploi dans le loisir sportif revêt des formes diverses allant de l’encadrement ponctuel de scolaires à l’animation touristique en passant par de l’accompagnement pédestre. Cette situation conduit à avoir des études s’interrogeant sur les emplois dans ce secteur avec des divergences fortes dans la définition du champ d’étude rendant toute compilation ou comparaison obsolète. Un rapport du Ministère des Sports, en 2006, portant sur les études emplois dans les sports de nature souligne, de par la diversité des définitions et des méthodes, l’absence d’homogénéité des données à l’échelon national. Ainsi, dans ces recensements, il existe, d’une région à une autre, une grande variabilité due non uniquement aux caractéristiques du territoire mais à la méthodologie employée. A titre d’exemple, en incluant dans leurs recensements sur l’emploi du loisir sportif le métier d’animateur socio sportif, certains de ces enquêtes donnent une définition extensive de la notion de loisir et permettent d’avoir un état des lieux plus conséquent en termes d’emplois.

38En deuxième lieu, les prestataires de loisir sportif demeurent, dans leur activité professionnelle, dépendant de la notion de saison. Celle-ci définit en partie leur temps de travail : les activités de loisir ne se pratiquent pas partout ni en toute saison ce qui conduit conditionnent les besoins en encadrement. Comment caractériser certains métiers, tels que moniteur de ski, dont les effectifs présentent des variations allant de 1 à 50 selon l’activité en saison ? Ne prendre en compte que les salariés vivant à l’année de cette activité revient à négliger fortement son développement en termes d’emploi et, à l’inverse, considérer tous les saisonniers conduit à « sur estimer » le salariat dans ce secteur. De surcroît, comme le rappellent C. Guibert et H. Slimani (2011), en analysant la saisonnalité du métier d’éducateur sportif d’activités nautiques, cette situation questionne les élus locaux sur le devenir professionnel et social de ces « salariés temporaires ». Ces édiles politiques les considèrent alors comme des précaires ou des « laissés-pour-compte » en prouvant leur fragilité professionnelle hors saison.

39En troisième lieu, et en lien avec les contraintes saisonnières, certains salariés développent d’autres compétences et complètent, « en dehors de la saison sportive », leur activité professionnelle. Cette pluriactivité professionnelle nécessaire, en restant dans le cadre sportif, n’a guère de conséquence sur la mesure des emplois sportifs. Par contre, cette dernière peut être affecté si cette pluriactivité se décline dans un autre champ d’activité (restauration, construction…) que le loisir sportif. Dans ce sens, vouloir caractériser le volume d’emploi en « équivalent temps plein » (ETP) se révèle une vraie gageure.

40En fait, certaines caractéristiques, et notamment la pluriactivité saisonnière, rendent difficiles, pour les études et travaux, une approche statistique de l’emploi dans le loisir sportif. Ce dernier constitue un objet particulier dont l’outil statistique peut difficilement prendre en compte une réalité complexe.

Conclusion

41En se présentant comme source d’emploi, le sport tend à se penser comme un secteur en voie de professionnalisation. Même si certains travaux et études mettent en évidence un développement du salariat, il convient d’interroger plus finement celui-ci. Les données permettant de mesurer et de classifier l’emploi sportif se heurte, le plus souvent, à la grande diversité de ce secteur d’activités. La spécificité de la structuration et de l’organisation du paysage sportif conduit à être attentif et de ne pas mettre en avant des conclusions hâtives sur le développement, ou non, de l’emploi sportif.

42Le recensement des potentialités ou du dynamisme des emplois dans le sport, selon les sources utilisées, est loin d’être identique. Ainsi, les discours portés sur une « inéluctable professionnalisation », ou à l’inverse sur une « professionnalisation à relativiser», de ce secteur se doivent de s’appuyer sur un repérage statistique précis, mais difficile à réaliser. Affirmer que les emplois dans le sport demeurent réduits, en prenant en compte uniquement la PCS 424a ou le classe N.A.F. 93.12, semble fort réducteur.

Haut de page

Bibliographie

Augustin, J. P. (2003). Le sport et ses métiers : nouvelles pratiques et enjeux d’une professionnalisation. Paris, La Découverte.

Bauger, P., Aubel, O., Faber, C. et Pichot, L. (2004). Définir les compétences : un enjeu pour l’emploi sportif. Travail et Emploi, n° 99, 121 - 130.

Belin, J. (1981). Guide des métiers du sport. Paris, Valtat.

Bernardeau-Moreau, D., Collinet, C. (2009). Les éducateurs sportifs en France depuis 1945. Questions sur la professionnalisation. Rennes, PUR.

Biscourp, P. (2005), Mesurer la qualification de l’emploi dans les sources statistiques, in Meda, D., Vennat, F. (dir.). Le travail non qualifié. Permanences et paradoxes. Paris, La Découverte, 69 - 91.

Boyer Collas, L. (2007), Synthèse de l’analyse des études et documents produits par les dispositifs régionaux d’observation du Ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative. Document interne non publié. Observatoire National des Métiers de l’Animation et du Sport.

CEREQ (1980), Le marché du travail de l’encadrement sportif extra scolaire. Analyse des fonctions, conditions d’emploi et profils de qualification du personnel technique. Document n°37, Paris, Cereq.

Chantelat, P. (2001). La professionnalisation des organisations sportives, nouveaux enjeux, nouveaux débats. Paris. L’Harmattan.

Collinet, C. (2007). Cognition, sociologie et recherches en Staps. Movement & Sport Sciences, n° 61, 39 - 55.

Contrat d’Etude Prospective de la branche professionnelle du sport (2008). Rapport final de mission. Amnyos – CDES – Ithaque.

CPNEF (2010). Synthèse de la 2ème enquête auprès des entreprises de la branche sport. Observatoire des métiers du sport. CPNEF Sport.

Desrosieres, A. (2008), Analyse des données et sciences humaines : comment cartographier le monde social ? Journal électronique des probabilités et de la statistique, n° 2, 11 - 19.

Desrosières, A., Kott, S. (2005), Quantifier. Genèses, n° 58, 2 - 3.

Errais, B. (1985). Emplois et formations du secteur sportif, marché du travail et stratégie de formation. Paris, Commissariat général du plan – INSEP.

Falcoz, M., Walter, E. (2009). L’emploi dans le sport associatif et fédéral. Un état de la question. Revue STAPS, n° 83, 43 - 54.

Gouguet, J. J., Henaff, N. (2004). L’emploi dans le sport professionnel en France. Revue Juridique et Economique du Sport, n° 79, 103 - 118.

Guibert, C. et Slimani, H. (2011). Emplois sportifs et saisonnalités. L’économie des activités nautiques : enjeux de cohésion sociale. Paris, L’Harmattan.

Le Roux, N. (2006). Evolution des connaissances et perspectives de recherche sur l’emploi et la professionnalisation dans le secteur du sport, in Bouchet, P., Pigeassou, C. (dir.). Management du sport : actualités, développements et orientations pour la recherche, Montpellier, AFRAPS, 113 - 141.

Le Roux, N., Aguettant N. (2006). L’emploi sportif en France et ses évolutions : quel état des lieux, in J-P. Augustin (dir.). Vers les métiers de l’animation et du sport : la transition professionnelle. Paris, La Documentation Française, 147 - 165.

Le Roux, N., Camy, J. (1997). Nomenclature européenne des professions du sport et en relation avec le sport. Barcelone REISS - OEPS.

Le Roux, N. (coord.), Camy, J. (dir.) (2002). L’emploi sportif en France : situation et tendances d’évolution. Montpellier, AFRAPS - RUNOPES.

Lichtenberger, Y. (1999). Compétence, organisation et confrontation sociale. Formation Emploi. n° 67, 93 - 107.

Loirand, G. (2004). Professionnalisation : de quoi parle-t-on ?. In Société de Sociologie du Sport de Langue Française (Ed.), dispositions et pratiques sportives. Débats actuels en sociologie du sport. Paris l’Harmattan, 217 - 227.

Menger, P. M. (dir.) (2003). Les professions et leurs sociologies. Modèles théoriques, catégorisations, évolutions. Paris, Editions de la MSH.

Mierzewski, S. (2005). Le corps académisé. Movement & Sport Sciences, n° 55, 79 - 99.

Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative (2006). Analyse comparative des études « emploi » en sports de nature. Pôle Ressources nationale Sports de Nature.

Taillard, M. (2001). L’introduction de la notion de compétences dans les grilles de classification : genèse et évolution. Sociétés contemporaines, n° 41 - 42, 159 - 187.

Tanguy, L. (2005). Des aptitudes aux compétences, in Beillerot, J., Mosconi, N., Traité des sciences et des pratiques de l’éducation. Paris, Dunod, 369 - 381.

Vanpoulle, Y. (2011). Connaissance par corps et épistémologie en Staps. Revue STAPS, n° 92, 75 - 90.

Zarifian, P. (2001). Le modèle de la compétence. Trajectoire historique, enjeux actuels et propositions. Rueil Malmaison, Editions Liaisons sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Falcoz, « Entours et détours autour de l’emploi sportif », Socio-logos [En ligne], 8 | 2013, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2742

Haut de page

Auteur

Marc Falcoz

Maître de conférences, Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (C.E.R.E.P.), Université de Reims Champagne-Ardenne - UFR STAPS, marc.falcoz@univ-reims.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org