Navigation – Plan du site
Un aperçu de l’analyse des réseaux sociaux en France : RT 26

Présentation du dossier

Ainhoa de Federico

Texte intégral

1Ce dossier présente trois recherches où une approche en termes de réseaux sociaux et un examen des processus relationnels se sont montrés fertiles. Les trois auteures publiant leurs travaux dans ce dossier sont toulousaines. Cet état de fait est,  en partie, conjoncturellement le fruit du hasard des réponses faites à l’appel initial, puis de celles qui ont résisté toutes les étapes jusqu’à la publication ; mais c’est aussi la conséquence d’une concentration de chercheurs et d’initiatives portant sur les réseaux sociaux ces dernières années à Toulouse. Cette image, réelle, mais aussi partielle, est contrebalancée et nuancée par la quatrième contribution du dossier qui propose une brève histoire de l’analyse des réseaux sociaux en France dans deux périodes marquantes.

2L’article de Nathalie Chauvac examine l’importance des relations dans les processus d’embauche, un des thèmes qui a fait le succès de la sociologie des réseaux américaine dès le travail séminal de Mark Granovetter Getting a Job (1974). Il a alors montré l’importance des relations des salariés, et en particulier des liens faibles, pour accéder aux emplois. De manière pertinente Nathalie Chauvac dédouble l’analyse et s’intéresse autant au point de vue des salariés qu’à celui des employeurs. Dans son travail l’embauche est alors définie comme « un lieu de rencontre entre deux réseaux relationnels, celui de l'employeur et celui du salarié ». Elle nous montre l’articulation entre les relations et les autres moyens de mise en contact (annonces, agences de placement, etc.) ainsi que leur importance relative dans les différentes étapes de l’embauche (la diffusion d'information, la mise en contact et la décision). De plus, elle procède avec une méthode originale pour son enquête, la méthode des narrations quantifiées, qui mettra en évidence le fait que salariés et employeurs, présents aux deux bouts de la même chaîne relationnelle, ne portent pas le même regard sur l'embauche. Au final son travail permet de montrer que « l'embauche est bien une relation économique encastrée dans un ensemble de relations sociales mais appuyée par différentes médiations, notamment quand les relations sociales ne peuvent ou ne veulent pas jouer le rôle d'intermédiaires ».

3L’article de Marie-Pierre Bès met à l’épreuve l'existence d’un capital social collectif au sein des Grandes Écoles françaises en étudiant la nature des liens sociaux d’amitié et d’entraide professionnelle entre les diplômés d’une École d'ingénieurs. Elle pose la question de savoir s’ils sont la trace d'une solidarité systématique entre diplômés d'une même École ? Ou bien la survivance de leurs sociabilités étudiantes ? Ou encore, la preuve de l'existence de milieux professionnels spécialisés au sein desquels les multiples occasions de rencontre entretiennent le sentiment d'appartenance à un groupe d'anciens élèves. L'article montre, en suivant des trajectoires de relations, que, dans le contexte étudié, les liens s'expliquent plutôt par les deux dernières logiques. Du point de vue de la méthode pour faire citer des noms elle utilise une version allégée des narrations quantifiées mais également des traces objectivées des relations passées (photos, listes, etc.) afin d’aider l’enquêté à reconstruire son parcours relationnel avec ses anciens camarades.

4Béatrice Milard s’intéresse aux relations entre chercheurs. Le point de départ est constitué par les citations scientifiques dans les articles publiés. L’analyse combinée des publications (en chimie) et d’entretiens auprès de leurs auteurs montre que les relations de citation ne sont ni strictement intellectuelles, ni toujours sous-tendues par des échanges professionnels et personne1s. En réalité, elles renvoient surtout à une segmentation des collectifs scientifiques – temporelle, géographique, disciplinaire et sociale – liée à la publication. Chaque publication présente un état des relations du chercheur aux auteurs cités, qui soulève des enjeux qui ne sont pas toujours les mêmes. À l'aide d'exemples contrastés, l'analyse met en évidence trois types d'activité de citation : 1) s’imposer auprès de concurrents, 2) raconter une filiation intellectuelle, 3) programmer et aménager le futur de la thématique.

5Enfin Alexis Ferrand et Ainhoa de Federico retracent les faits marquants de deux moments du développement des analyses des réseaux sociaux en France. D’une part celui de l’émergence initiale de cette notion et de la réalisation de recherches pionnières au milieu des années soixante-dix. Rappel utile pour éviter de penser que l’objet scientifique « réseau social», qui a plus de quarante ans, ne serait que l’image savante des tout jeunes réseaux de communication informatique de masse. D’autre part celui propre à ces dernières années qui a connu une consolidation institutionnelle de ce courant, et un investissement important dans la sensibilisation des chercheurs aux interprétations nouvelles offertes par la sociologie structurale ainsi que dans la formation aux méthodes d’enquêtes et d’analyse de données qui connaissent des avancées constantes au niveau international.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ainhoa de Federico, « Présentation du dossier », Socio-logos [En ligne], 8 | 2013, mis en ligne le 11 janvier 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2783

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org