Navigation – Plan du site
Actualités

Problèmes méthologiques inhérents à une recherche sociologique qualitative menée sur les politiques carcérales belges et françaises1

Gaëtan Cliquennois

Texte intégral

1Les politiques carcérales, entendues comme les orientations pénologiques explicites ou implicites (notamment les fonctions assignées à l’emprisonnement) données à l’exécution des peines par l’ensemble des dispositions légales et réglementaires (décrets, arrêtés et circulaires), ainsi par les discours et les pratiques émanant des acteurs pénitentiaires, suscitent un intérêt contrasté. Une évaluation récente des recherches en matière pénitentiaire ne mentionne-t-elle pas l’absence problématique d’étude sur le fonctionnement global du système carcéral et de la (ou des) politique(s) pénitentiaire(s) (Béghin, 2002, 229), ainsi que sur les directions et services psycho-sociaux pénitentiaires, obligeant d’ailleurs les chercheurs belges à se référer aux résultats des recherches étrangères ?

2Les causes de telles carences trouvent à s’analyser dans l’absence tout à la fois de programmes de recherche carcérale cohérents émanant du ministère de la Justice, de données fondamentales à l’élaboration de recherches scientifiques, dans le nombre limité de chercheurs se consacrant à ce champ d’investigation, mais peut-être également dans les problèmes méthodologiques propres à ce champ d’étude.

3En effet, la caractérisation des politiques carcérales françaises et belges actuelles semble requérir à tout le moins un travail de terrain considérable. On songe à la réalisation non seulement d’entretiens semi-directifs et de groupe avec l’ensemble des acteurs pénitentiaires (directeurs, surveillants-chefs, surveillants, assistants sociaux, personnel psycho-social, détenus), mais aussi de nombreuses observations participantes des commissions (d’affectation, de discipline, de classement et de déclassement des détenus au travail, de mesures d’aménagement de peine et d’indigence) où se donnent à voir les prises de décisions, ainsi que des observations des journées de travail des personnels de direction et de surveillance au sein de différents établissements pénitentiaires des deux pays. En effet, l’observation se révèle particulièrement féconde pour l’étude directe des milieux fermés, secrets, soucieux de se dissimuler ou se considérant comme menacés ou déconsidérés et des milieux très réglementés fortement institutionnalisés… qui souhaitent présenter au monde extérieur l’image sociale d’une organisation stricte (Peretz, 1998, 30), comme pour l’analyse du faire qui se distingue de celle du dire (Deutscher, 1973).

4Quelles sont dès lors les difficultés liées à l’usage en général de pareilles méthodologies (I) ? Quels biais principaux peut-on recenser dans une thèse qui se donne un objet de recherche relativement inédit ?

5Les principaux obstacles paraissent être d’ordre à la fois institutionnels et scientifiques (objet d’étude spécifique).

6Obstacles institutionnels d’une part, qui tiennent dans la conception particulièrement défensive des missions de l’administration pénitentiaire et dans la spécificité des rapports sociaux qui se jouent en prison (II). La capacité de choix des interlocuteurs de même que les conditions physiques et humaines d’entretien (surveillance, contrôle de la parole, consignes, etc.) et d’observation peuvent s’en trouver de fait particulièrement dégradées et induire des biais importants dans la récolte des données, voire compromettre les résultats de la recherche du fait même de l’invisibilisation de l’objet de recherche. La prise de conscience de ces difficultés méthodologiques rend alors impérieux l’élaboration de stratégies de contournement et d’évitement.

7D’autre part, on peut faire état de biais générés par la nature même de l’objet de recherche ainsi que par l’angle d’approche choisi auxquels répondent également un certain nombre de stratégies adaptatives sans lesquelles la recherche en question serait condamnée à plus ou moins long terme (III).

I Difficultés liées à l’enquête de terrain en général

1 Caractéristiques du chercheur et du milieu à étudier et contraintes inhérentes au cadre d’analyse

8Dans le cadre de l’observation participante comme dans celui de l’entretien, les caractéristiques du chercheur, qu’elles concernent le sexe, l’âge, l’ethnie, la catégorie sociale, sa culture et à ses modes de pensée valent à la fois comme variables explicatives de son engagement et comme déterminants de ses capacités d’infiltration du milieu observé (Bizeul, 1998). Les représentations que se font les individus appartenant à l’organisation étudiée de ces caractéristiques du métier de chercheur et du comportement adopté par l’enquêteur de terrain modèlent pour partie les relations entre le chercheur et ces acteurs.

9Les propriétés spécifiques du milieu à étudier, qu’elles renvoient aux caractéristiques des individus qui le composent ou au mode d’organisation sociale qui le définit, influent également sur les possibilités pour le chercheur de s’y intégrer (Peretz, 1998, 52). Ainsi, le chercheur doit prendre connaissance des règles et routines qui régissent l’organisation en question pour adapter son comportement et son travail. L’organisation peut être également structurée par des conflits et des oppositions entre groupes au sein desquels le chercheur peut être soupçonné d’avoir partie liée et qui doivent constituer un objet primordial d’analyse, en ce qu’ils déterminent fortement les actions et la vision des choses de ceux que le chercheur étudie (Bizeul, 1998, 756). La crédibilité de ce dernier peut s’en trouver amoindrie de même que celle des membres de l’organisation qui viendraient à l’aider, et son recueil d’informations rendu de ce fait d’autant plus problématique si la polarité des forces en présence est telle qu’il ne lui est pas permis de ne pas se positionner (Roy, 1970).

10Par ailleurs, un certain nombre d’auteurs font état d’une différence fondamentale d’intérêts et de points de vue entre chercheur et responsables ou représentants d’une organisation (Vidich, Bensman,1968) car ces derniers tentent de préserver son fonctionnement et leur pouvoir au sein de celle-ci. La présence du chercheur peut constituer une menace à la bonne marche de l’organisation, à son image et aux pouvoirs des individus qui en contrôlent le fonctionnement (Bizeul, 1998, 758) dans le sens où il est un élément relativement incontrôlable au sein d’un système par ailleurs extrêmemeent contrôlé (Spencer, 1973, 93) et qu’il est susceptible d’être le témoin d’actes illégaux, de pratiques condamnables, de conflits de diverses sortesde propos susceptibles de provoquer des remous à l’intérieur et de susciter l’indignation à l’extérieur (Bizeul, 1998, 758). Dès lors, il est fréquent que les membres de l’organisation étudiée offrent des résistances et tentent d’encadrer et de contrôler voire d’annihiler les activités de recherche.  

11Le chercheur peut lui-même en réponse élaborer un certain nombre de stratégies adaptatives.

2 Les marges de manœuvre du chercheur ou la pratique de tactiques d’adaptation

12L’enquêteur de terrain peut s’essayer à diverses manipulations, tractations, arrangements et autres ruses (Bizeul, 1998) qui répondent le plus souvent à un idéal de maîtrise et de contrôle d’actions et des situations rencontrées par celui-ci.  L’une de ces tactiques peut consister à se présenter sous un certain jour et à négocier dans la mesure du possible (Chantraine, 2004) une identité considérée comme acceptable par la majorité des membres du personnel de l’institution dans le but d’une meilleure intégration de celle-ci.  Ainsi, pour générer la confiance auprès des enquêtés, l’un des rôles souvent investis par les doctorants (qui peuvent exercer des fonctions de recherche et des activités d’enseignement par ailleurs) est celui d’étudiant.  Celui-ci est en effet souvent associé à des qualités d’ouverture d’esprit, de modestie et de candeur qui peuvent faciliter le travail d’enquête (Bizeul, 1998).  Il ne reste pas moins vrai que cet emprunt d’identité dépend profondément des représentations variables et parfois contrastées des personnels à l’égard de la qualité d’étudiant et de l’institution universitaire.

13Il convient dès lors de relativiser l’impact et la force de ces stratégies dans un milieu institutionnel fermé où les contraintes sont fortes. De fait, les effets attachés aux stratégies relationnelles peuvent échapper au chercheur (Georges, Jones, 1980), sans que celui-ci n’en soit toujours conscient.  

14Du reste, l’institution carcérale offre des spécificités que l’enquêteur découvre au fur et à mesure de ses avancées sur le terrain et qu’il ne peut ignorer sous peine de fausser sa recherche.

II Difficultés méthodologiques liées à la nature de l’institution étudiée

15Les obstacles recensés tiennent pour une bonne part au caractère plus ou moins total (fragmenté) et confiné de l’institution pénitentiaire que trahissent des règles carcérales particulièrement contraignantes et des codes sociaux particuliers.

1 Étrangeté réciproque liée au caractère confiné des lieux, aux codes spécifiques des acteurs et aux caractéristiques socio-économiques de la population carcérale renvoyant aux conditions sociales d’entretien

16Pareillement à d’autres univers plus ou moins confinés, les particularismes de l’univers carcéral se donnent à voir dans la prégnance des relations d’honneur et de face à face entre codétenus et entre détenus et surveillants (Chauvenet, 1998), ainsi que dans l’importance conférée à la violence qui est ici un mode informel d’expression de la conflictualité et de résistance à l’ordre carcéral établi (Chauvenet et al., 2005).

17A l’image des socialités à l’œuvre dans le microcosme vicinal (Robert, 2002, 36), les relations carcérales entre détenus et surveillants relèvent du registre de l’interconnaissance, puisqu’elles semblent se caractériser par la contiguïté et la continuité des échanges. La spécificité des codes sociaux en prison renvoie également à la composition de la population carcérale (défavorisés socialement, économiquement et culturellement) et à l’articulation du triptyque espace-temps-mouvement que réalise et prolonge la prison depuis sa naissance dans un contexte sociétal d’expansion des mobilités et des mouvements et de dépendance accrue au temps.

18Relation à l’espace d’abord en ce que la prison constitue cette « hétérotopie de déviation » (Foucault, 1994), ce lieu de relégation dont les principes de clôture et d’immobilisation se trouvent en rupture avec ceux, par définition, ouverts et transitoires des lieux publics.

19Confusion ensuite du temps plus ou moins long de la peine par opposition au rapport au temps dans le monde « libre » déclinés de plus en plus sur le mode de la rapidité et de l’instantanéité.

20Mouvements limités et contrôlés enfin en prison par contraste avec la mise en mouvement généralisée des populations civiles dont les possibilités de mobilité vont croissant du moins pour les individus les plus favorisés.

21Il me paraît, pour ces raisons, difficile de rencontrer des codes sociaux (détenus, surveillants, premiers surveillants et chefs de détention) aussi éloignés des miens et réciproquement. La distance sociale se trouve en effet renforcée de par la possession d’un habitus marqué par une déterritorialisation et une relative virtualisation du lien social, ainsi que par une médiation institutionnelle toujours plus grande de celui-ci (Lianos, 2001). La fréquentation d’un monde technique de plus en plus binarisé dont les demandes de conformation tendent à croître et dont la compréhension s’opacifie progressivement (Lianos, 2001) ne produit-elle pas un appauvrissement des liens sociaux et une distanciation plus importante, voire une rupture avec les codes de la société de l’interconnaissance, synonyme de biais communicationnel dans la recherche ?  

22Ce biais se pose avec d’autant plus d’acuité que les connivences sont plus fortes avec les personnels de direction et les professions psycho-sociales (psychologues, psychiatres, conseillers d’insertion et de probation). Il se trouve toutefois tempéré par un profond scepticisme et une posture critique à l’égard de l’emprisonnement, ce qui n’est pas sans créer d’autres difficultés au regard du principe de neutralité axiologique et des habituelles contradictions que révèlent les différentes attitudes critiques sur la question carcérale (Cartuyvels, 2002).

23La réduction de ce biais communicationnel implique un apprentissage des codes des différents acteurs précités au moyen principalement de l’observation participante, d’une immersion suffisamment longue dans la vie carcérale, ainsi que des informations et des retours d’expérience livrés par des chercheurs plus expérimentés du champ.

24En outre, le caractère informel de certains des échanges et pratiques carcérales laisse entrevoir certaines marges de manœuvre (Chauvenet, 1998), en dépit de la prégnance des objectifs de contention de la population carcérale.

2 Conséquences induites par la prévalence des finalités de la contention

25Depuis la naissance de la prison, les objectifs de contention priment en détention. Schématiquement, elle se résume à la prévention et à la lutte active et passive contre les évasions, les mouvements collectifs des détenus, leurs éventuelles agressions envers le personnel, les prises d’otages, les rebellions, en somme ce que l’administration pénitentiaire appelle significativement les désordres à l’ordre intérieur. Cette téléologie de la contention génère un certain nombre de biais qu’il semble difficile de contourner :

26Le caractère contrôlé et relativement fermé de la prison oblige le chercheur à obtenir des autorisations préalables à l’enquête, et avoir un comportement attendu et assigné par l’organisation qui limite ses marges de manœuvre et les tactiques qu’il pourrait y déployer. Si ce biais de rôle n’est pas réductible à la prison (que l’on songe aux centres fermés de clandestins, à la garde à vue ou encore à l’institution militaire), il prend des dimensions autrement gênantes du fait de la prévalence de ces finalités de contention et de l’articulation sui generis des espaces-temps en détention (voir infra). On en veut pour exemple la difficulté d’accès à des réunions de services et de personnels.

Biais de déperdition et de déformation 

27Uun biais de déperdition et de déformation que l’on doit à l’interdiction réglementaire d’enregistrer les entretiens avec les détenus. La retranscription écrite de ceux-ci suppose donc des déperditions et des déformations auxquelles s’ajoute une résistance de certains détenus à la transcription écrite de leur parole (analphabétisme important et culture étrangère à l’écrit). Néanmoins, il est possible de négocier ces interdictions, une fois connu au sein des établissements et un minimum de confiance établie de part et d’autre. Cet accord informel résulte le plus souvent d’un échange de type donnant-donnant. Cependant, l’étrangeté de certains des acteurs à la culture écrite implique une telle méfiance de leur part qu’il est probablement préférable de ne pas recourir à cette méthode avec eux. Je me trouve donc placé face à un dilemme entre reconstruction-déperdition et pauvreté de l’information récoltée auprès d’acteurs qui présentent une certaine résistance. Quelle que soit l’option choisie, des inconvénients demeurent. Il semble donc que la personnalité et la culture des acteurs soient des facteurs centraux dans la prise de décision d’enregistrement et ou d’utilisation d’un support écrit en entretien et en observation, de même que la nature de la contrepartie que suppose l’enregistrement. La prise en considération de ces différents éléments oblige dès lors à une adaptation et à une modulation continue des attitudes, des comportements et des choix opérés au sein de l’univers carcéral.

28Ainsi, il n’est pas rare que certains acteurs carcéraux (chefs de service, conseillers d’insertion et de probation, etc.) mettent en garde contre la pratique de la prise de notes.  en commission de discipline ou dans le contexte d’entretiens menés avec les détenus.

Biais de représentativité 

29Un biais de représentativité que recouvre le filtrage réalisé par la direction de l’établissement dans le choix des personnes interrogées qui échappe au contrôle du chercheur. Les questions de la représentativité des personnes interrogées et de l’extrapolation et de la généralisation des résultats se posent donc ici avec acuité. Là encore une fréquentation régulière des lieux, des personnels et des détenus permet de contourner relativement ce biais de représentativité par une meilleure connaissance des acteurs et de l’organisation qui rend possible la détermination à terme de référents adéquats.

Biais topologique

30Un biais topologique qui renvoie aux connotations sociales de tout lieu carcéral d’entretien quel qu’il soit. Mes différentes expérimentations de lieu d’entretien tendent à montrer que de façon générale, il est préférable d’interroger les acteurs dans leurs propres bureaux ou dans leurs cellules, en d’autres termes aux endroits qui leur sont les plus familiers et qu’ils se sont appropriés. Il s’y montrent plus à l’aise, même si moins disponibles car susceptibles d’être dérangés par le téléphone ou par des audiences de détenus.

Biais émotionnel 

31Un biais émotionnel engendré par le climat de peur (mains moites des surveillants et des premiers surveillants) et de stress (associé à la poursuite des objectifs de contention) qui habitent fréquemment les personnes interrogées et amenuisent leur disponibilité émotionnelle et cognitive. La peur semble constituer un ressort essentiel de la domination en prison et même de fonctionnement institutionnel, qu’elle émane des personnels ou des détenus.  Il s’agit pour beaucoup de ces acteurs mus par un imaginaire de la peur d’en activer constamment les ressorts au quotidien. La peur est de ce fait « au principe des relations en prison » (Chauvenet et al., 2005, 61) et a partie liée avec des sociabilités relevant du registre de l’interconnaissance qui constituent un des principaux remparts contre celle-ci (cf infra), ainsi qu’avec le dispositif architectural de clôture des lieux.

32Il convient dès lors de mener les entretiens à des moments appropriés, c’est-à-dire de calme relatif dans l’établissement, de la population carcérale et de disponibilité effective de l’individu interrogé (absence de réunion de travail précédant ou suivant immédiatement l’entretien, charge de travail acceptable…). Il s’agit de fait d’adapter ses choix méthodologiques au temps des acteurs et d’alterner entretiens et observations (Beaud, Weber, 1998, 142) selon les moments qui s’avèrent propices à chacune de ces méthodes.

33A ces dernières stratégies s’ajoutent celles qui s’adressent aux biais associés à l’objet d’étude lui-même et à l’hypothèse de travail.

III Obstacles liés à la spécificité de l’objet d’étude (les politiques carcérales)

1 Collection d’établissements et d’acteurs, logiques d’appropriation et d’entre-soi

34L’étude des politiques carcérales suppose la consultation d’une pluralité d’acteurs et d’établissements à partir de laquelle s’ordonnent trois biais :

Biais d’extrapolation

35Un biais d’extrapolation en ce que la multiplicité et la diversité des établissements (Combessie, 1998) ainsi que des configurations des champs de force rendent impossible toute extrapolation ou généralisation des résultats. Cette limitation s’avère particulièrement problématique compte tenu de l’objet d’étude.

36Néanmoins, il est possible de pallier pour partie à cette difficulté en recentrant l’objet de la thèse sur des établissements relativement représentatifs de la tendance dominante, qu’il s’agisse de maison centrale, de centre de détention ou de maison d’arrêt. Il est peut-être préférable aussi de substituer aux politiques carcérales un terme médian entre politique et pratiques localisées.

Biais de positionnement

37Un biais de positionnement par lequel on désigne l’institutionnalisation du chercheur qui rentre dans des champs de force propres à chaque établissement traversé par des antagonismes entre groupes et des logiques d’opposition et de collaboration entre détenus et différentes catégories du personnel (surveillants, premiers surveillants, chefs de service, chef de détention, conseillers d’insertion et de probation, psychologues, assistants sociaux, service médical...). Il me paraît ardu de me situer et de collaborer avec chacun et de prétendre à une certaine neutralité en ce que chaque groupe (professionnel et détenus) tente précisément une certaine appropriation…

38Une des stratégies possibles au vu de l’objet d’étude, consiste à repérer les services, les groupes et les individus particulièrement influents et d’entretenir discrètement des relations affinitaires avec ceux-ci pour dégager des informations pertinentes (par affinitaires, l’on entend des relations davantage suivies sans qu’il s’agisse de double jeu), car il est certainement illusoire de prétendre à une neutralité absolue dans un tel champ.  Il n’en reste pas moins que ces relations ne seront jamais exclusives ni publiquement préférentielles pour ne pas écarter des acteurs moins influents mais potentiellement intéressants et pour tenter de gagner la confiance des différents groupes. Il s’agit donc de trouver un équilibre entre fréquence plus grande de contact avec des personnels décisionnaires et ouverture à l’ensemble des acteurs de la détention.

39Certaines des caractéristiques décrites par G. Deleuze (1976) à propos de la structure rhizomatique (par opposition à l’arborescence) peuvent par analogie trouver à s’appliquer à l’enquêteur. Ainsi, idéalement,  le chercheur doit être connecté à l’ensemble des acteurs carcéraux (principe de connexion), il doit exister autant de relations que d’acteurs (principe d’hétérogénéité), et ces relations nouées doivent s’apparenter à des lignes davantage qu’à des points (principe de multiplicité).  Enfin, même si ces relations peuvent se trouver brisées à un endroit, elles doivent reprendre suivant telle ou telle de leur lignes et suivent d’autres lignes (principe de rupture asignifiante) et les champs relationnels devront être à entrées multiples pour que la circulation y soit intensive (principe de cartographie).

40Cette multiplicié relationnelle n’est pas élisive d’une relative institutionnalisation qui rend plus difficile la prise de distance à l’égard de l’organisation et son analyse critique. Un temps de latence suffisamment long entre l’observation et l’analyse des données ne semble-t-il pas s’imposer ?

Biais de l’entre-soi carcéral

41Un biais de l’entre-soi carcéral. Entre-soi tout à la fois professionnel et affinitaire qui tient tant à la spécificité du triptyque espace-temps-mouvement, aux sentiments de dévalorisation vécus par les acteurs pénitentiaires, qu’à leur souci de préservation des identités professionnelles dans un espace fortement hiérarchisé (Crozier, Friedberg, 1992) auxquels je suis confronté en tant qu’étranger à la prison.

42J’ai remarqué qu’une fréquentation assidue de l’établissement et le recours dans un premier temps à l’observation continue des acteurs peut s’avérer judicieux avant de mener les entretiens avec ceux-ci. Une certaine familiarité s’instaure alors progressivement entre nous et le sentiment d’étrangeté réciproque ainsi que la distance entre acteurs tendent à s’estomper. La singularisation des interactions permet en effet de rendre meilleures les conditions d’entretien.

43Ces stratégies comportementales s’avèrent cependant insuffisantes à l’encontre de biais générés par les termes mêmes de l’hypothèse.

2 Les biais liés à l’hypothèse de travail

44La conjecture selon laquelle, les objectifs de contention semblent être assurés par des mécanismes qui découpent la multiplicité de trois manières et qui définissent trois niveaux d’intervention s’entrelaçant et s’embrassant, a valeur d’hypothèse :

45- Premièrement, un niveau d’intervention individuelle qui met en scène des dispositifs de nature  disciplinaire (Foucault, 1975), responsabilisant (sceau d’un État social en recomposition qui recourt à l’activation et à la responsabilisation de ses allocataires, Franssen, 2003) et informelle (fait de logiques de don, contre-don et de concessions réciproques, Chauvenet, 1998) ;

46- Deuxièmement, des stratégies de maîtrise des groupes de détenus ainsi que des mécanismes informels dans lesquels les jeux sur les appartenances sociales et les rivalités entre groupes ont partie liée;

47- Troisièmement, des dispositifs de contrôle de la population carcérale (qui ne sont pas réellement ceux décrits par Foucault dans Sécurité, territoire et population) auxquels participent et s’agrégent le deux niveaux précédents et qui tendent à l’homéostasie du tout.

48Ces différents mécanismes ont en commun la collecte systématisée (car modalisée) d’informations qui travaillent à la transparence des individualités, des groupes et de la population carcérale au moyen de catégorisations et de classifications (par analogie avec Hacking, 2005).

49Cette hypothèse introduit deux difficultés aisément repérables :

Biais stratégique et d’opacité 

50-Ce biais stratégique et d’opacité  est celui de l’accès problématique aux stratégies (Foucault, 2004) de contrôle des détenus, des groupes de détenus et de la population carcérale auxquelles ont recours les personnels pénitentiaires.

51En premier lieu, une stratégie implique une certaine opacité dont la visibilisation entraîne sa disparition ou du moins sa perte d’efficacité. De ce fait, il existe une certaine résistance des acteurs à se découvrir.

52Les difficultés seront dès lors de repérer le ou les foyers principaux de pouvoir au sein de chacun des établissements et les stratégies qui y sont utilisées et qui télescopent l’objet même de la recherche.

53En second lieu, ces stratégies n’offrent que peu de visibilité, d’intelligibilité et de déchiffrabilité de leur contenu et de leur niveau de rationalité auxquelles la relative méconnaissance par le chercheur de la culture d’établissement rend compte. La visibilisation de ces foyers et stratégies suppose certainement une multiplication des méthodologies à utiliser. Aux entretiens semi-directifs peuvent donc être croisés comme déjà mentionnées des observations de terrain.

54. En troisième lieu, le chercheur peut constituer lui-même une cible des diverses stratégies sus-mentionnées (individuels, groupes et population : mécanismes de contrôle, disciplinaires et informels) de la part du personnel et des détenus, qu’il s’agisse de tentatives d’instrumentalisation ou de manœuvres de recherche d’information sur la nature de la recherche, ses hypothèses, etc. dont la connaissance par les acteurs carcéraux serait préjudiciable à la qualité de la recherche. Il arrive à l’inverse que certains membres du personnel en conflit avec d’autres ainsi que certains détenus, tentent de m’utiliser pour obtenir des informations sur les pratiques et sur les manières de travailler de ces derniers avec lesquels ils ne sont plus réellement en contact. Il est effectivement plausible de devenir rapidement une ressource potentielle de savoirs pour certains de ces acteurs. Il faut certainement y voir la conséquence du choix d’une posture d’ouverture maximale à l’ensemble des acteurs pénitentiaires qui peuvent trouver là une source d’écoute et un moyen non formalisé d’expression. S’il devient possible de glaner de nouvelles informations au terme d’un échange de type donnant-donnant, cette position a ceci d’inconfortable qu’elle suscite des difficultés déontologiques au regard de l’obligation de confidentialité qu’il convient de respecter. Il m’appartient alors d’opérer un triage des informations confidentielles de celles qui ne le sont pas de manière à ne pas se priver d’un outil de négociation dans un contexte qui se relève globalement peu adapté à l’activité de recherche (Chantraine, Chauvenet, 2005).

Biais monodisciplinaire et individualiste 

55Un biais monodisciplinaire et individualiste eu égard à l’objet de recherche dont on peut se demander s’il ne serait pas davantage du ressort d’une équipe pluridisciplinaire de recherche, en dépit des objections que l’on peut faire à l’interdisciplinairé ou à la pluridisciplinarité.

56En conclusion, les différents biais évoqués, qu’ils renvoient aux conditions générales d’enquête sociologique ou aux particularismes de l’univers proprement pénitentiaire et qui affectent considérablement les conditions sociales et physiques d’entretien et d’observation participante, ainsi que l’appréhension de l’objet même de recherche, qu’ils relèvent des registres communicationnel, topologique, épistémologique, émotionnel, relationnel, axiologique ou stratégique supposent une lucidité, une modestie du chercheur, une réduction corrélative de ses prétentions, de même que des stratégies de contournement qui visent à réduire ces inconvénients.

57Les marges de manœuvres résident surtout dans le caractère plus ou moins informel des relations carcérales, dans la connaissance du champ de forces propre à chaque établissement, dans le repérage des détenteurs des informations, dans les capacités sociales et d’adaptation du chercheur, ainsi que dans la négociation de l’identité initiée par le chercheur avec les différents acteurs qui composent son terrain.

58Toutefois, aussi rigoureuses ou ingénieuses que soient les stratégies d’enquête adoptées, elles ne permettent pas, dans le vif de l’action, de rendre le chercheur maître des relations engagées  (Bizeul, 1998, 751).

59Si la réflexivité et l’auto-critique du chercheur s’avèrent donc indispensable, elle ne doit cependant pas se traduire par une entrave, voire une paralysie de l’activité de recherche.  N’est-ce pas d’ailleurs dans la reconnaissance des limites de l’objectivation et de production des savoirs au moyen d’un exposé clair de construction de ces derniers que le caractère scientifique d’une recherche se donne le plus à voir ?

Haut de page

Bibliographie

BEAUD S., WEBER F., 1997, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, Syros.

BEGHIN J., 2002, « La prison : absence de politique(s), morcellement des connaissances », in MARY Ph. (dir.), Le système pénal en Belgique : bilan critique des connaissances, Acte du colloque organisé le 13 octobre 2001 par le Centre de Recherches criminologiques, Bruxelles, Bruylant.

BIZEUL D., 1998, Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause, Revue Française de sociologie, 39, 4, 751-787.

CARTUYVELS Y., 2002, « Réformer ou supprimer : le dilemme des prisons », in DE SCHUTTER O., KAMINSKI D. (dir.), L’institution de droit pénitentiaire, enjeux de la reconnaissance des droits aux détenus, Bruxelles, Bruylant, LGDJ, 113-135.

CHANTRAINE G., CHAUVENET A., 2005, Le sociologue et la prison ou comment lutter contre « la carcéralisation de la recherche », Intervention au colloque « Travailler sur la déviance. Problèmes méthodologiques et déontologiques des recherches en sciences sociales. Journée d’étude du réseau thématique « Normes, déviances et régulations sociales », Association française de sociologie, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines.

CHANTRAINE G., 2004, Par delà les murs, Paris, PUF/Le Monde.

CHAUVENET A., 1998, Guerre et paix en prison, Les Cahiers de la sécurité intérieure, 31, 91-109.

CHAUVENET A., ORLIC F., MONCEAU M., ROSTAING C., 2005, La violence carcérale en question, Rapport de recherche commandé par la Mission de Recherche Droit et Justice.

COMBESSIE P., 1998, « Le pouvoir en prison : comme dans toute entreprise », Les Cahiers de la sécurité intérieure, 31, 111-121.

CROZIER M., FRIEDBERG H., 1992, L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective, Seuil, Coll. Points essais.

DELEUZE G., GUATTARI F., 1976, Rhizome. Introduction, Paris, Les Éditions de Minuit.

DEUTSCHER I., 1973, What we say/what we do, Glenview, Scott Foresman and Company.

FOUCAULT M., 1975, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard.

FOUCAULT M., 1994, Dits et écrits, Gallimard, t. II.

M. FOUCAULT, 2004, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Gallimard Seuil, Coll. Hautes études.

FRANSSEN A., 2003, « Le sujet au cœur de la nouvelle question sociale », La revue nouvelle, 117, 12, 10-51.

GEORGES R. A., JONES M. O., 1980, People studying people. The human elment in field work, Berkeley (Ca), University of California Press.

HACKING I., 2005, Huit impératifs des sciences de l’homme aujourd’hui, Leçon au collège de France du 22 février.

LIANOS M., 2001, Le nouveau contrôle social. Toile institutionnelle, normativité et lien social, L’Harmattan, Coll. Logiques sociales.

PERETZ H., 1998, Les méthodes en sociologie. L’observation, Paris, La Découverte, Coll. Repères.

ROBERT P., 2002, L’insécurité en France, Paris, Eds La Découverte et Syros, Coll. Repères.

ROY D. F., 1970, « The Study of southern labor union organizing compaings”, in HABENSTEIN R. W., Pathways to data, field methods for studying ongoing social organization, New York, Aldine, 216-244.

SPENCER G., 1973, “Methodological issues in the study of bureaucratic elites : a case study of West Point”, Social Problems, 21, 1, 90-103

VIDICH A. J., BENSMAN J., 1968, Small town in mass society, Princeton, Princeton university Press.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Gilles Chantraine et Bruno Aubusson de Cavarlay pour leurs précieux conseils, ainsi que Bessie Leconte pour sa relecture attentive.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëtan Cliquennois, « Problèmes méthologiques inhérents à une recherche sociologique qualitative menée sur les politiques carcérales belges et françaises », Socio-logos [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 19 avril 2006, consulté le 26 juin 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/28

Haut de page

Auteur

Gaëtan Cliquennois

Doctorant en sociologie aux Facultés universitaires Saint-Louis (FUSL) et à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Boursier Marie Curie au Centre de Recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP). 43, bd Vauban. 78280 Guyancourt. Courriel : cliquennois@fusl.ac.be

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org