Navigation – Plan du site
Un aperçu de l’analyse des réseaux sociaux en France : RT 26

Quelles sociabilités derrière les références bibliographiques ? Citations et relations sociales

Béatrice Milard

Résumé

L’objectif général de ce texte1 est de présenter une recherche en cours sur l’implication du réseau social des chercheurs dans les activités de citation. On s’intéresse ici aux relations sociales entre les auteurs et les personnes citées en références dans leurs articles de sorte à mieux comprendre le type de sociabilité engagée dans et par les publications scientifiques. La méthode a consisté à réunir un corpus d’articles de chimie parus dans des revues sélectives et à effectuer des entretiens auprès de leurs auteurs en utilisant les références de la publication comme générateur de noms pour obtenir une caractérisation de ces relations. L’analyse empirique de 32 publications de chimistes, de leurs 1410 références et des 5503 noms d’auteurs cités montre ainsi que les relations de citation ne sont ni strictement intellectuelles, ni toujours sous-tendues par des échanges professionnels et personnels. En réalité, elles renvoient surtout à une segmentation des collectifs scientifiques – temporelle, géographique, disciplinaire et sociale – liée à la publication. Nous terminons par montrer, à l’aide de trois exemples de publication, qu’il y a plusieurs façons, pour les auteurs, d’exposer leur position dans ces collectifs.

Haut de page

Texte intégral

1Les études sociales des sciences ont, depuis quelques temps déjà, travaillé la question de la sociabilité scientifique, notamment d’un point de vue historique. Outre l’importance des relations interpersonnelles dans le développement de spécialités ou de modes d’organisation de la recherche, on a montré comment des nouveaux lieux de sociabilités (civilités) entre savants ont été favorables à l’émergence de formes de démonstrations scientifiques (Licoppe 1996). La sociabilité entre les scientifiques a été vue comme étant au cœur du développement de l’identité collective du groupe social des chercheurs (Charle 1990) et les congrès internationaux, des lieux où trouvaient à s’exprimer cette sociabilité (Rasmussen 1997). D’après ces travaux, cette sociabilité « hors publications » se serait développée comme contrepoids à la « technologie littéraire » (Shapin et Schaffer 1993) mise en place par le biais des revues scientifiques au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. La technicisation de la littérature aurait entraîné le fait que les citations de type « convocation de témoin crédible » sont dépersonnalisées pour devenir des auteurs, voire des actants (Latour et Fabbri 1977). Quels sont les liens entre ces deux activités ? Sont-elles vraiment si dissociées ? Comment les échanges interpersonnels interfèrent-ils dans l’activité de publication et vice-versa ?

2Le recours aux références bibliographiques pour l’étude des activités de recherche est une démarche déjà ancienne. L’analyse des discours des scientifiques a révélé que la présence des références dans les publications a différentes fonctions (Moravcsik & Murugesan 1975), y compris négatives (MacRoberts et MacRoberts 1984). Des typologies ont été établies et, encore maintenant, on s’interroge sur la complexité des motivations à citer en montrant toutes les subtilités de communication qu’elles génèrent, notamment en fonction des disciplines (Brooks 1985; 1986; Harwood 2008; 2009). En sociologie des sciences, les références bibliographiques ont été interprétées comme des éléments persuasifs (Gilbert 1977), des alliés à intéresser et à mobiliser pour construire la crédibilité du texte (Latour et Fabbri 1977; Callon et al. 1984). Etudiées dans leur contexte textuel, elles se présentent comme des éléments historiquement construits, particulièrement normatifs et performatifs (Bazerman 1988; J. S. Nelson, Megill, et MacCloskey 1987; Brown 1992; Milard 2001). Les références sont vues comme des objets textuels socialement construits qui mobilisent des ressources cognitives et sociales importantes. Mais, se focalisant sur la construction sociale des textes scientifique, ces travaux de sociologie des sciences ne s’intéressent plus à ces documents et à leur visibilité dès lors qu’ils sont définitivement publiés.

  • 2  En bibliométrie, la différence entre « citation » et « référence » est la suivante : lorsqu’une un (...)

3C’est, en revanche, l’objet de la bibliométrie de s’intéresser aux références et citations2 dans le but de révéler les réseaux liés aux échanges intellectuels. Grâce à la méthode des co-citations, on a ainsi montré que les spécialités, les aires de recherche, sont en partie construites par le jeu des références bibliographiques (Small et Griffith 1974; Hargens 2000), dans leur dynamique (Mullins 1972; Michaelson 1993), qu’elles traduisent la sédimentation des concepts et des thématiques (Dolman & Bodewitz 1985; Bourret et al. 2006). Malgré tous leurs apports, ces analyses sont parfois critiquées – y compris par ceux qui en ont été les instigateurs (cf. Rip 1997) – parce qu’elles ignorent le caractère relationnel et socialement situé des références et citations : quels sont les liens sociaux derrière les liens cognitifs, comment se complètent-ils, que révèlent leurs articulations ?

4Du fait de leur caractère éminemment relationnel, les références bibliographiques ont déjà été l’objet d’analyses sur les réseaux sociaux qui les sous-tendent. Ainsi, dans la lignée des études sur les « collèges invisibles » (Price et De Beaver 1966; Crane 1972), on a montré que l’interconnaissance et les amitiés coïncident avec les références et citations (mais également avec les différentes formes d’organisation de la recherche), interprétant ceci par le fait qu’il est préférable de travailler et d’échanger avec des gens que l’on connaît, qui partagent les mêmes idées (Crane 1965; Hagstrom 1966). Mais, probablement sous l’influence des analystes de la communication et de la bibliométrie, on a bien vite cherché à distinguer ce qui relève des relations sociales et des échanges intellectuels. Les références et les citations sont alors perçues comme des ressources qui se diffusent (Crane-Hervé 1969), se transmettent (Murray et Poolman 1982), une alternative aux échanges liés aux relations sociales (Michaelson 1993).

5Ce n’est que récemment que l’on a reconsidéré le statut de la référence bibliographique et de la citation, notamment en développant l’hypothèse sociocognitive qui conçoit les échanges sociaux et intellectuels comme non exclusifs, l’un se surajoutant à l’autre, l’un pouvant émerger de l’autre et inversement (White, Wellman, et Nazer 2004). Suite au travail fondateur de Cronin (1984), on a commencé à concevoir la citation comme une information qui se diffuse, comme un processus faisant partie intégrante de l’activité de recherche. Dans ce cadre, des travaux ont pour objectif de montrer que la structure sociale (les relations personnelles) se reflète pour une part dans la structure collective (les citations). Ainsi, on a examiné la distribution dans le temps des références de plusieurs articles d’un même chercheur pour conclure à une tendance au « moindre effort » (White 2001) que l’on peut aussi interpréter comme l'existence d'un certain nombre de références incontournables pour le chercheur en question. Une étude systématique des personnes citées par trois auteurs dans leurs publications a montré que les textes agissent comme des filtres de leur sociabilité professionnelle lors d’un processus de « création d’identité » en tant qu’auteur (Cronin et Shaw (2002). Ces travaux s’intéressent aux citations du point de vue de celui qui les produit mais pas véritablement aux relations entre les auteurs et les personnes qu’ils citent. En revanche, Rowlands (1999) a fait l’expérience de relier tous les auteurs cités par un chercheur durant une certaine période et de construire le réseau de co-citations entre ces références. Après avoir fait passer un questionnaire auprès des personnes citées, il dégage des groupes thématiques et déduit que les structures sociales (relations de collaborations) et intellectuelles (citations) sont convergentes, sans parvenir à montrer que les unes seraient réductibles aux autres. Ces travaux ne concernent qu’un auteur. White, Wellman, et Nazer (2004) montrent que l’on retrouve bien certaines hiérarchies sociales dans la structuration des citations au sein d’un groupe de chercheurs d’une même thématique mais que, finalement, il y a peu de stratégies individuelles, comme s’il y avait une sorte de contrôle de la citation. Une analyse basée sur d’importants corpus de données bibliométriques a interrogé la distribution des citations pour mettre en évidence sa normalité, interprétée en terme de "dette intellectuelle" et donc non réductible à des effets d'interconnaissance ou de rhétorique (Baldi 1998). D’autres travaux sont parvenus à montrer les spécificités disciplinaires associées aux pratiques de citations (Larivière et al. 2006; Wallace, Larivière, et Gingras 2012).

6Les travaux portant sur les liens entre la structure sociale et la structure cognitive par l’analyse des références bibliographiques proposent des éléments de réponse assez contrastés : à petite échelle, il semble que les liens sont là mais, à plus grande échelle, ils semblent moins visibles, notamment parce que les analyses ne permettent plus alors d’appréhender la dimension sociale des échanges dans leurs différentes formes, leur intensité, leur histoire.

7L’analyse présentée ici propose de mettre en évidence l’épaisseur sociale de la référence scientifique en appréhendant les relations impliquées par les citations d’un point de vue qualitatif, tout en systématisant l’analyse pour se donner les moyens de dégager des tendances plus générales. L’objectif est d’analyser les relations décrites par les chercheurs avec chacun des auteurs des références citées dans leur publication, d’un point de vue intellectuel, mais aussi dans la sphère sociale, professionnelle et personnelle. Les auteurs de l’article connaissent-ils tous personnellement les auteurs qu’ils ont cités ? Quel type de sociabilité est impliqué dans les publications : amicale, professionnelle, institutionnelle… ? Comment trouve-t-elle à se déployer à l’occasion de la publication ? Que permet-elle de comprendre des dynamiques de la recherche ?

8L’objectif général est de mieux comprendre la sociabilité scientifique et en quoi les publications concourent à déterminer, consolider ou détruire les relations entre certains acteurs de la recherche. Il s’agit donc de remettre les publications et citations au cœur de l’étude sociale des sciences, non pas tel que l’ont déjà fait les théoriciens de la construction sociale des savoirs, en étudiant leurs conditions d’émergence (Latour 1995), ni comme continuent à le faire les études bibliométriques en se focalisant sur leur attribut d’indicateur (Price 1965; MacRae 1969), mais en ayant une approche relationnelle et qualitative qui tient compte de la façon dont la dynamique des relations sociales trouve à se déployer dans les dispositifs sociocognitifs que sont les textes scientifiques et comment, par leur qualité d’archives transportables, reproductibles et pérennes, ces derniers contribuent à la formalisation et la transformation des savoirs et des collectifs de travail.

9L’étude présentée ici repose sur l’analyse de 32 publications parues dans des revues sélectives de chimie qui rassemblent au total 1410 références bibliographiques. Ce secteur disciplinaire connaît des pratiques de signatures et de citations moyennes comparées aux autres disciplines. Si l’on s’en tient aux publications recensées par le Web Of Science de Thomson Reuters, il y a en chimie entre 3 et 5 auteurs, contrairement aux mathématiques où l’on en trouve souvent qu’un seul et à la physique où leur nombre peut être décuplé. Le nombre de références par publication est de l’ordre de 25, ce qui est moins que la biologie, la recherche biomédicale et la médecine, mais plus que la physique, les mathématiques et les sciences pour l’ingénieur (Milard 2003).

10La méthode a consisté à réaliser un entretien auprès d’un des auteurs de la publication. En chimie, il existe un système d’étoile apposée à celui qui, dans l’équipe, est responsable de la publication, ce qui, comparée à d’autres disciplines, clarifie en général les questions d’authorship (cf. Pontille 2004 pour une discussion sur la signature scientifique). A de rares exceptions près, l’entretien a été fait avec la personne de l’équipe qui a l’étoile, dans le but de comprendre l’ensemble du processus de publication : l’écriture, mais aussi l’évaluation, les coopérations, les financements, les publications et collaborations antérieures et postérieures et en prêtant une attention aux collectifs exhibés par la publication. Dans cette perspective, les chercheurs interrogés devaient répondre à la question suivante : « Pouvez-vous caractériser le type de relation que vous avez avec cette personne de la référence citée et si vous ne la connaissez pas personnellement, que savez-vous d’elle ? » qui permet la caractérisation de leur relation avec l’ensemble des auteurs cités en référence dans leur article. Chaque nom cité génère une information sur le degré d’interconnaissance, l’origine de la rencontre et permet d’obtenir les caractéristiques de la personne citée : qui est-elle, où travaille-t-elle, dans quel domaine, etc.

  • 3  En effet, parmi les références d’un article, il arrive souvent qu’on trouve plusieurs fois le même (...)

11Tous les chimistes interrogés sont, au moment de l’entretien, titulaires de leur poste, chercheurs au CNRS ou enseignants-chercheurs à l’université. Parmi eux, vingt-quatre sont des hommes et huit sont des femmes et ils sont à des niveaux d’avancement divers dans leur carrière. Les publications à partir desquelles ont été menés les entretiens sont de plusieurs sortes : des articles long (full papers), des publications courtes (short communications), dont certains sont fort cités (10 articles cités plus de 25 fois dans le Web of Science) et d’autres moins (10 articles cités moins de 10 fois). Les données quantitatives portent sur 1410 références, 5503 noms cités et 3563 auteurs différents3 par article.

Tableau n°1 : Niveau de connaissance des 1410 références des 32 articles :

Niveau de connaissance

Nombre de références

% de références

% de références connues

Références dont au moins un auteur est connu :

1054

74,8

100,0

- tous les auteurs sont connus

392

27,8

37,2

- uniquement le(s) chef(s) sont connus

482

34,2

45,7

- autres cas

180

12,8

17,1

Références dont aucun des auteurs n’est connu

356

25,2

Total des références

1410

100,0

12Un quart des références sont socialement inconnues aux chercheurs interrogés dans la mesure où ils ne connaissent aucun des auteurs ; on les retiendra comme les citations intellectuelles à propos desquelles on peut s’interroger sur la teneur de ce lien purement intellectuel. Dans trois cas sur quatre, les chercheurs interrogés connaissent au moins un auteur parmi ceux qui sont cités dans la référence. Dans ces conditions, ce sont bien souvent seulement les chefs (ou ceux qui ont l’étoile) qui sont connus, ce qui résonne fortement avec les structurations hiérarchiques propres à la discipline (Shinn 1988). De quelle nature sont les relations avec ces auteurs ? Quelle configuration présente l’ensemble de ces relations au sein d’une publication ?

13Je commencerai par montrer, sur la base des relations entre citants et cités, en quoi les citations sont rarement uniquement sociales, ni uniquement intellectuelles, mais qu’elles sont structurées par des segmentations liées au monde de la recherche. Je poursuivrai par l’analyse de l’origine et de la forme des relations des chercheurs avec les auteurs qu’ils citent en référence pour développer l’idée que la sociabilité est assez proche de la sociabilité ordinaire mais qu’elle se nourrit également de pratiques et d’opportunités propre au milieu de la recherche, notamment la possibilité de créer et d’entretenir des liens à distance via les échanges électroniques mais aussi le système de publication lui-même. Je terminerai en montrant, à partir de trois exemples, que les références telles qu’elles sont présentées dans les publications sont le fruit et l’expression d’une histoire personnelle et collective.

1. Liens sociaux ou liens intellectuels avec les auteurs cités ?

  • 4  Les prénoms des chercheurs ont été changés.

14Il existe des références qui semblent purement sociales dans la mesure où le chercheur interrogé dit clairement qu’il cite une personne parce qu’il la connaît ou parce qu’il a un intérêt social (et pas forcément intellectuel) à le faire : « Là, ce sont des brésiliens. D. S. a fait une thèse au labo alors je l’ai cité » (Paul4). Dès lors que l’on demande plus de précisions, l’explication invoquée est résumée ainsi par Roger : « L., je le connais parce qu'on a fait notre post-doc ensemble dans le même labo en Angleterre et on avait bien sympathisé. Comme j'ai le choix entre plusieurs références, autant privilégier les gens que je connais et puis c'est pareil pour lui » (Roger). Ainsi, il arrive que la relation personnelle soit un critère pour le choix entre plusieurs références. Elle s’accompagne, implicitement ou explicitement, de l’attente d’un retour concernant ce choix.

15Une partie du choix des références présente une dimension sociale parce qu’elles concernent directement l’évaluation de la publication. Il s’agit notamment d’anticiper une bonne appréciation : « je suis du genre à mettre beaucoup de citations, déjà l’arbitre, s’il est cité, il est content et puis, s’il y a beaucoup de citations, ça a l’air de dire que vous avez beaucoup travaillé !» (Ronan). Mais le calcul se fait aussi en fonction des revues visées. Par les références, il s’agit, par exemple, de « montrer aux referees de Science qu’on était dans un sujet qui les avait déjà intéressés » (Sophie). Par contre, lorsque l’on a pour objectif une revue européenne, il faut exhiber plus de références européennes qu’américaines : « dans un journal européen, on a plus tendance à mettre des auteurs européens, parce qu’on sait que les éditeurs envoient les textes aux auteurs dont ils voient les noms dans les textes qui sont aussi plutôt de la nationalité du sujet » (Sonia). En effet, l’arbitre est souvent choisi par les éditeurs en fonction des références du manuscrit : « quand l’éditeur reçoit un article, il regarde les citations, s’il y a les miennes, vous pouvez être sûr que ça m’arrive… » (Paul). Ainsi, les références participent au processus de sélection des arbitres.

16On comprend ici à quel point une bonne connaissance de la communauté des chercheurs de la discipline peut être fondamentale pour une évaluation positive des travaux (Myers 1985). Les références disposées dans les publications ne sont donc pas uniquement destinées à marquer la reconnaissance de certains travaux antérieurs, ni seulement des outils pour une rhétorique de la persuasion (Latour et Fabbri 1977), mais elles sont également des éléments qui permettent d’activer certains liens, de mettre certains acteurs de la recherche en relation et qui engagent donc déjà le processus d’évaluation de la publication (Milard 2008).

17Les exemples de citations purement sociales sont rarement exprimés (pas plus d’une vingtaine de références sur les 1410) et difficilement décelables dans la mesure où ils ne sont justement quasiment jamais purement sociaux mais toujours aussi professionnellement (c'est-à-dire par rapport à l’évaluation future de la publication) et intellectuellement (par rapport aux contenus scientifiques) pertinents. Gilbert résume sa relation avec S., théoricien avec lequel il a cosigné l’article cité : « C’est un ami personnel parce qu’on le connaît depuis longtemps, mais au niveau scientifique, c’est la personne à voir, il n’y en a pas 36 en France » (Gilbert).

  • 5  J’ai considéré qu’un auteur était connu par le chercheur dès lors qu’il l’était « de nom » parce q (...)

18Les cas où le chercheur interrogé ne connaît aucune information personnelle sur l’auteur sont beaucoup plus nombreux5. Ils représentent environ 55% des noms cités (soit 3021 noms connus sur les 5503 cités) et 69% des auteurs cités (2507 auteurs différents parmi les 3623 auteurs cités). Parmi ceux-ci, on relève 356 références sur 1410 (soit un peu plus de 25%) dont aucun des auteurs n’est connu (cf. tableau n°1 ci-dessus). Je les retiendrai comme des citations intellectuelles dont on peut se demander comment les chercheurs justifient le fait qu’ils ne les connaissent pas (socialement).

19Pour commencer, il faut évoquer un premier contexte qui renvoie aux procédures d’évaluation de l’article. Elisabeth rend compte ainsi d’une série de références dont les auteurs lui sont inconnus : « c'est suite à une remarque du referee qui m'a demandé d'ajouter tout ça [ces références dont elle pense que ce sont soit les siennes, soit celle d’équipes qui lui sont proches], je ne les connais pas » (Elisabeth). Ainsi le processus d’évaluation, dont on a vu qu’il peut être à l’origine de citations d’auteurs précis et bien connus dans le but d’anticiper une bonne évaluation, peut également être à l’origine de la présence de citations d’auteurs parfois totalement inconnus au chercheur.

20Mais les citations intellectuelles ne renvoient pas forcément à un contexte très circonstancié, comme dans l’exemple ci-dessus. Certaines sont des références tout à fait familières et récurrentes, ainsi que l’exprime Catherine à propos d’une des références dont elle dit pourtant ne pas connaître du tout les auteurs : « Celle-là je la mets dans toutes mes publications parce que c'est le point de départ de tout ce type de synthèse. […] Donc je ne peux pas ne pas le citer » (Catherine). Ainsi, le fait de ne pas connaître les auteurs des références ne semble pas corrélé au fait que les chercheurs ne les aient pas encore cités.

21Qui sont les auteurs que les chercheurs citent et qui leur sont inconnus ? Quatre grands types de contextes liés à la distance sociale avec les références citées se dégagent.

221 - Il y a tout d’abord les références trop anciennes : « 1924, je ne risque pas de les avoir connus ! » (Paul). Ces cas de figure sont en définitive assez rares (15% des cas explicités de citations intellectuelles) dans la mesure où les références anciennes sont souvent celles de « pionniers » dont les chercheurs connaissent des éléments de la biographie : « H., c’est un grand de la chimie moléculaire. Je ne le connais que de nom, je ne l’ai pas rencontré »,raconte Adrien. Même si certains pionniers sont connus, au moins de nom, d’une manière générale, plus la citation est ancienne, moins on connaît les personnes citées. Il y a donc une première distance sociale que l’on peut rattacher à la distance intergénérationnelle.

  • 6  Pour près de 90% des auteurs connus, les chercheurs ont su donner leur origine géographique, ainsi (...)

232 - Une autre distance repose sur des critères géographiques ou géopolitiques : « les chinois, c’est difficile à rencontrer » (Arnaud). Ici aussi les cas sont finalement assez rares (12% des cas explicités de citations intellectuelles) parce que l’origine géographique est un élément biographique qui est bien connu6 et, qui plus est, est accessible aisément : « Je ne sais pas d’où ils sont mais si j’avais besoin de le savoir, je pourrais le trouver facilement »(Vincent). Quelles sont les manières de présenter ces auteurs inconnus, issus de pays lointains ? Henri cite sans grand enthousiasme des chercheurs coréens dont il sait seulement qu’ils sont les ex-doctorants d’un chercheur américain très réputé, « lesenfants » du « pape du domaine » qui « n'ont pas tué le père ». Mais Frédéric a une vision plus positive de l’équipe brésilienne dont il a découvert les travaux lors de la rédaction de cette publication : « T., c'est une personne que je ne connais pas mais que j'aimerais bien connaître. Ce sont des brésiliens qui publient dans un obscur journal. « Obscur » parce que jamais j'aurais eu l'idée d'aller voir ça mais c'est maintenant évidement les bases de données qui nous permettent l'accès parce que sinon, je serais passé à côté » (Frédéric). Quant à Stéphane, il manifeste même une certaine admiration pour ces nouvelles équipes : « c'est des équipes chinoises que je ne connais pas autrement que par les publications. Je les connais pas mais ils ont commencé à bien publier dans le domaine » (Stéphane). Il n’y a donc pas de caractère irrévocable à l’absence de lien due à la distance géographique et il est probable que les récentes transformations de l’espace mondial de la recherche s’accompagnent d’un changement au niveau des sociabilités.

243 - La spécialité disciplinaire est également une raison de ne pas connaître certains des auteurs cités . Ces cas de figure sont un peu plus fréquents que les précédents (23%). On les retrouve notamment dans les articles issus de collaborations avec une autre équipe « on étudie les propriétés optiques en collaboration avec un groupe de Bordeaux, et c’est lui qui m’a envoyé la référence, la plus récente, celle qui recite toutes les autres. Je ne les connais pas du tout » (Cécile) ou écrits en collaboration avec une équipe d’une autre spécialité: « Je ne connais pas du tout, c’est de la photophysique (Nadège). La distance disciplinaire n’est toutefois pas totalement rédhibitoire pour les relations entre les chercheurs. Ainsi, Nadège connaît non seulement les chercheurs avec lesquels l’équipe collabore mais aussi d’autres auteurs qu’elle a rencontrés dans des congrès du fait de sa déjà longue collaboration avec les photophysiciens : « je les connais tous, quasiment comme les gens de Bologne [les photophysiciens avec lesquels son équipe collabore], pourtant on ne collabore pas avec eux, mais on s’est croisés dans les congrès » (Nadège).

254 - Le dernier type est le plus fréquent puisqu’il concerne 50% des raisons évoquées par les chercheurs. Il s’agit de références à un produit, une synthèse, un instrument ou encore une méthode de calcul. Ces références techniques sont présentes dans quasiment tous les articles et font état d’une forte routinisation : « Ce sont des références sur la cristallographie ; elles reviennent à tous les coups à chaque fois que l'on fait une structure, et on fait un copier-coller »(Roger). Certaines références sont tellement matérialisées que l’interconnaissance avec leurs auteurs est vue comme non pertinente : « On ne les connaît pas, c’est un produit dont on a eu besoin. Il n’y a pas besoin de connaître les gens, au contraire »(Nadège). Cependant, ces références ne sont pas systématiquement inconnues pour tous les chimistes. Les chercheurs qui maîtrisent certaines techniques propres au domaine connaissent certains des auteurs de ces références. Francis, chimiste qui connaît bien les méthodes de cristallographie, parle ainsi d’un auteur d’une référence inconnue de tous ses collègues interrogés : « c'est une référence incontournable, […] parmi les auteurs, c'est G. que je connais un peu. J'ai eu l'occasion de discuter un peu avec lui à de nombreuses reprises, sur la cristallographie en général, la cristallographie pour les chimistes... » (Francis). Il y a donc bien derrières les références aux produits, techniques et programmes, des auteurs avec lesquels il peut y avoir des relations dès lors que le chercheur a la compétence de ces techniques et fréquente les lieux où l’on en discute.

26Les références totalement inconnues sont justifiées par les chercheurs interrogés par des critères de distance avec eux : trop anciennes, trop éloignées, d’une autre spécialité ou techniques, ce qui laisse entendre une forte homophilie avec les auteurs connus. Un autre critère révèle également une forte homophilie : le statut des chercheurs. Ainsi, parmi les 1054 références dont au moins un auteur est connu, se trouvent 789 auteurs inconnus. Ceux-ci correspondent le plus souvent à des doctorants, des post-doctorants ou éventuellement des ingénieurs-techniciens. Il faut donc retenir une cinquième distance entre les auteurs citants et les auteurs cités, distance liée aux statuts professionnels et qui est, de loin, la plus importante numériquement.

27Les citations d’auteurs inconnus mettent en évidence une segmentation des collectifs scientifiques : temporelle quand ce sont des auteurs très anciens, géographique quand ils sont loin, disciplinaire quand ils ne sont pas de la même spécialité et d’objets lorsque ce qui fait sens pour les uns ne signifie rien pour les autres. Ces segmentations, plutôt exclusives, sont redoublées d’une segmentation sociale liée aux statuts des auteurs des références. Il n’existe donc pas de citations intrinsèquement intellectuelles, quand d’autres ne le seraient pas. Il y a, en revanche et globalement, des collectifs auxquels les chercheurs et les auteurs qu’ils citent co-appartiennent ou pas. Approfondissons la question de la nature des relations entre les auteurs citants et cités pour mieux comprendre la structuration de ces collectifs.

2. Liens forts ou liens faibles avec les auteurs cités ?

28Il s’agit de s’intéresser à présent aux relations des chercheurs avec les auteurs qu’ils disent connaître. Les liens ne sont pas tous de même nature et de la même force, au niveau de l’intensité et de l’ancienneté de la relation.

29Il existe un premier groupe de références dont les noms des protagonistes sont très présents dans les publications. Ce sont tout d’abord celles de l’équipe signataires, que l’on peut considérer comme les autocitations. Il se trouve également des auteurs qui sont particulièrement proches des chercheurs interrogés parce que, sans être co-signataires, ils appartiennent (ou appartenaient) à la même équipe : une ex-thésarde, un ancien chargé de recherches de l’équipe. Il y a aussi d’autres relations également proches, issues du site du laboratoire : on trouve ici des ingénieurs et techniciens, des doctorants et des chercheurs d’autres équipes de l’université. Ce petit noyau correspond aux collègues proches au sens spatial (le laboratoire et l’université) et au sens relationnel car presque tous les auteurs cités qui sont dans cette situation sont bien connus des chercheurs interrogés (même s’ils ne sont pas forcément appréciés).

30Il existe également des liens forts avec des auteurs qui sont plus lointains, souvent liés aux premières années de la carrière de recherche ou, en tout cas, portant sur la durée. Ils peuvent se traduire par des sentiments tels que l’amitié, l’admiration : « B., je le connais. C’est un gars extraordinaire, il est maintenant à la retraite » (Adrien). Les sentiments exprimés reposent sur des expériences communes : « L. je le connais parce qu'on a fait notre post doc ensemble dans le même labo en Angleterre, on avait bien sympathisé » (Roger). Ils peuvent aussi occasionner de la jalousie ou, tout au moins, de l’inimitié : « C’est un grand bonhomme. J’ai publié deux fois avec lui mais je ne l’aime pas » (Ronan). Ils peuvent parfois être de l’ordre de l’amitié : « Là, y a B., je le connais bien, en plus c'est un ami, B. » (Sandrine). Mais, dans un grand nombre de cas, les liens n’ont pas cette coloration émotionnelle et, comme l’explique Henri : « S., je le connais, on s'est croisé : ce n'est pas un copain, ce n'est pas un ennemi non plus » (Henri).

31Comme pour toutes les relations (cf. Bidart, Degenne, et Grossetti 2011), celles-ci naissent, évoluent mais peuvent aussi disparaître : « E. je la connais, ou plutôt je l’ai connu, parce qu’elle a eu plusieurs enfants et qu’elle a décidé de s’en occuper… Je l’ai bien connue il y a 5-6 ans et je ne la vois plus ! » (Sophie). Sophie met la fin de la relation sur le compte d’un événement biographique, mais Gérard s’interroge encore : « je l'avais rencontré l'année dernière à deux congrès, à celui-ci et à un autre, et on avait sympathisé, je le connais bien. J'ai commencé une collaboration. Je lui ai envoyé des produits, il ne m'a jamais répondu […].Je lui ai envoyé plusieurs mails mais il n'a jamais répondu… Je ne comprends pas… J'ai dû faire une connerie… Cela me tracasse... » (Gérard). Evidemment, comme cela se voit dans l’exemple cité par Gérard, il faut qu’il y ait l’amorce d’une collaboration pour que la perte d’une relation soit vécue comme un problème particulier.

32Il arrive qu’on anticipe ou espère des relations avec des auteurs cités. C’est le cas de Marie : « Là y a B. C'est des gens très célèbres qui travaillent surtout dans le domaine de l'optique. Et il se trouve que peut-être je les verrais prochainement parce qu’on vient de soumettre avec Thierry, un papier et la personne qui était coordinatrice du papier est une élève directe de B. qui publie régulièrement avec elle. Je pense que peut-être je la rencontrerai ». Dans le cas de Marie, c’est une collaboration sur un article qui devrait faire l’occasion de la rencontre. C’est parfois le fait d’avoir des échanges médiatisés soutenus qui laisse entendre une proche perspective de rencontre : « avec A., on a correspondu encore aujourd'hui, il m'envoie ses articles, c'est un israélien que j'ai hâte de rencontrer ! » (Gérard).

33On peut avoir l’impression d’avoir raté l’occasion de créer une relation : « T. M., je ne l’ai jamais vu… Je crois qu’il est venu une fois ici mais je n’étais pas là » (Paul) ; dans les mêmes circonstances, Claude précise « j’aurais pu le rencontrer, mais je ne l'ai pas rencontré » (Claude). Les regrets de Paul et de Claude ainsi que la remarque de Gérard ci-dessus, laissent entendre qu’il y a des occasions de rencontre, quelles sont-elles exactement ?

34La plus grande partie des rencontres se produisent à l’occasion d’événements « institués ». C’est le plus souvent à l’occasion d’un congrès : « X. je l’ai rencontré deux fois dans des congrès internationaux où on a discuté ensemble, une fois il y a un mois et une fois il y a deux ans » (Adrien). Les conférences sont également à l’origine de rencontres : « c’est des gens qui sont en Suisse, à Zurich, ils m’ont invité à faire une conférence [il me montre son billet d’avion] ; T. je le connais parce qu’il a déjà été invité ici, mais les autres je ne les ai encore jamais vus » (Paul), en tant qu’hôte ou invité (notamment lors des soutenances de thèses). Les invitations peuvent déborder le cadre professionnel et se produire au domicile des uns et des autres : « j'ai dîné avec lui un jour chez [Elisabeth] mais bon, je le connais pas plus que ça... » (Francis). Les invitations un peu plus longues entraînent souvent des invitations au domicile et donc des relations plus personnelles : « Il est d’un coin perdu du Michigan que je connais pour y être allée un mois, parce qu’il organisait un congrès sur ce thème. J’ai été invitée par lui et invitée chez lui » (Sophie). Mais les congrès sont également le lieu de rencontres plus superficielles (tout au moins pour l’une des partie), ainsi que le raconte Philippe : « G., c'est celui qui vient d'avoir un prix Nobel de chimie de 2005. Je ne le connais pas personnellement, je l'ai rencontré une fois dans un congrès. Je suis à peu près sûr qu'il ne se souvient pas de moi ! » (Philippe).

35Il existe également de nombreux liens qui n’ont consisté qu’en des échanges de courriers électroniques : « je connais C., on s’est écrit » (Vincent) ; « on avait correspondu à un moment par mail, je lui avais posé une question, j'avais un problème sur un résultat et puis ça s'est arrêté » (Roger). Ce type de relations concerne surtout des échanges professionnels, avec des personnes avec lesquelles il n’y a pas de relation régulière.

36Paul raconte un échange par courrier électronique avec un chercheur américain qui l’a contacté après avoir réalisé que Paul avait publié quelques semaines avant lui les mêmes résultats : « J’ai répondu que j’allais le contacter bientôt pour collaborer avec lui » (Paul). En 1995, Gérard se rappelle avoir reçu une lettre d’un collègue fâché de n’avoir pas été cité dans l’un de ses articles : « Je lui ai dit « je suis vraiment désolé et je vous citerai la prochaine fois » (Gérard). On comprend ici combien le fait de citer (ou non) est non seulement essentiel pour les chercheurs mais également qu’ils surveillent leurs citations, qu’ils repèrent là où ils ne sont pas cités et qu’ils prennent parfois la peine de se signaler à ceux qui les ont oubliés, ce qui peut être l’occasion d’une mise en contact.

37On trouve des cas où la relation conflictuelle est née et a été entretenue via le système de publication (sans relation directe) et ce n’est qu’après, suite à une rencontre physique, que le conflit s’est réglé. Thierry raconte le cas d’un collègue avec lequel il « se marchait vraiment sur les pieds ». Après avoir connu une période de conflits, ils se sont rencontrés et « finalement, on est devenus assez copains » (Thierry).

38Certains échanges se produisent même complètement à travers la publication et ne trouvent pas (au moment de l’entretien du moins) à se déployer : « je connais T. par son travail et surtout parce qu’une de ses premières publications dans le domaine, il m'a cité en disant dans l'introduction – c'est écrit en toutes lettres – qu’il se dépêchait de sortir son résultat parce que moi j'avais déjà sorti des publications et une revue avec ma collègue ». (Marie) On a ici l’exemple d’une interpellation par voie de citation qui est quasiment interprétée comme une relation interpersonnelle par Marie qui considère, après cet épisode, qu’elle connaît T.

39Il existe d’autres formes de liens indirects dans le sens où ce sont des connaissances de connaissance. L’exemple le plus fréquent concerne les jeunes chercheurs qui connaissent les relations personnelles de leur directeur d’équipe mais ce peut être aussi des chercheurs moins mobiles géographiquement : « S., c'est un gars qui travaille en Allemagne que je n’ai pas rencontré personnellement mais par l'intermédiaire d'autres gens je le connais, j'ai entendu parler de lui par des gens qui ont été chez lui [des collègues] » (Claude).

40Enfin, la connaissance peut être simplement une reconnaissance unilatérale : « Je ne le connais pas mais je le reconnaîtrais parce qu’il a sa photo dans un de ses articles » (Paul). Les congrès peuvent être également l’occasion de telles reconnaissances : « C’est un Prix Nobel. Je l’ai vu dans les congrès. Je n’ai pas discuté d’homme à homme avec lui mais je vois bien sa tête » (Ronan). Cette reconnaissance peut être également engagée par le système de publication : « Je ne l'ai jamais vu, par contre j'ai lu des articles de lui en tant que referee (Marie).

41Ces occasions d’échanges, de prise de contact et de reconnaissance peuvent se succéder et se compiler et, par exemple, présenter la configuration suivante où une rencontre dans un congrès crée une relation qui sera réactivée à l’occasion d’une collaboration et une co-tutelle de thèse : « c’est quelqu'un que Henri [le chef d’équipe] a rencontré il y a plus de 15 ans au cours d'un congrès. Il nous a recontacté et nous avons maintenant une collaboration suivie avec eux, à travers un réseau européen, on a aussi une thèse en co-tutelle soutenue il y a pas longtemps » (Sonia), le tout par l’intermédiaire d’un chef d’équipe.

42Une partie des relations sont inscrites dans une dynamique : elles ont évolué et/ou les chercheurs s’attendent à ce qu’elles évoluent encore. Mais une grande partie des relations présente une sorte de latence, elles sont comme en suspension, réactivées uniquement par des congrès une fois par an ou tous les deux ans. C’est l’éventualité de la rencontre, voire de la collaboration qui dirige cette manière de concevoir et d’entretenir la relation. Il y a donc, au sein du milieu professionnel que représente la recherche, différents niveaux relationnels. Comme on l’a vu, ils entraînent une variété importante d’ancienneté, de force et de proximité dans les relations.

43Tout en se maintenant dans le prisme des relations professionnelles (a priori moins vaste que celui des relations personnelles), les relations entre citants et cités expriment différentes forces. Fortement rythmées par des occasions de rencontre en face-à-face, elles trouvent à s’exprimer via d’autres médiations, par des échanges de courriers électroniques mais aussi via le système de publication lui-même. Ces formes de médiation interviennent tant dans la mise en contact que pour l’entretien des relations. Du fait probablement du caractère stratifié du monde de la recherche, il arrive que ces relations soient dissymétriques, même si cela peut n’être que temporaire. En effet, comme toutes les relations sociales, elles évoluent et se transforment et la publication n’est toujours qu’un état des relations d’un chercheur à un temps t. Quelle configuration présente cet état ?

3. Les citations comme ressorts de la sociabilité scientifique

44Comment se répartissent ces différentes formes de relations au sein des textes ? Quelle figure relationnelle présente une publication, du point de vue de son auteur ?

45Il s’agit donc à présent de tenir compte du niveau de la publication pour comprendre l’agencement des références au regard des informations relationnelles fournies par le chercheur interrogé. Le réseau des références est une façon de rendre compte de l’organisation des citations telle que le chercheur a choisi de les exposer. Les références de chaque publication son numérotées en fonction de leur enchaînement dans la bibliographie qui correspond également à leur ordre d’apparition dans le texte (il n’y a pas d’ordre alphabétique dans les revues de chimie). On considère chaque référence comme un point du réseau et on relie celles d’entre elles qui partagent au moins un auteur en commun.

Figure 1 : Principe de construction du réseau de références

Figure 1 : Principe de construction du réseau de références

46Par exemple, ci-dessus, on trouve J.H. Harrison dans la référence n°1 et dans la référence n°2, elles sont donc reliées par un trait qui symbolise la co-présence de cet auteur dans les deux références.

47Cette présentation permet de repérer les groupes convoqués et visibilisés dans la publication et de savoir dans quelle mesure le réseau est centré sur une ou des personnes particulières. Grâce aux informations recueillies par entretien, le réseau des références peut alors être qualifié de sorte à identifier les éventuelles cliques ou composantes qui le composent.

48Mon hypothèse est que le réseau de références tel qu’il est exposé dans la publication agit comme un opérateur de la sociabilité des chercheurs. En d’autres termes, la configuration relationnelle présentée dans l’article est une information donnée par le chercheur à la communauté scientifique concernant sa propre position dans cette configuration mais aussi celle de son équipe, ses collègues et ses pairs. Je prendrai ici l’exemple de trois publications fortement contrastées au niveau de la configuration relationnelle pour illustrer ce phénomène.

1 – Citer pour s’imposer

49Le premier exemple est un article court (short communication) de quatre pages publié dans une revue de très grand prestige en chimie, Angewandte Chemie. Il est paru en 2003, signé par quatre chercheurs de la même équipe dont la personne interrogée. Il comporte 21 références dont 5 seulement sont totalement inconnues par la jeune chercheure interrogée, Cécile. Elle n’est pas celle qui a l’étoile mais c’est elle qui est en premier nom et c’est elle qui a rédigé l’essentiel de la publication et fait le choix des références bibliographiques.

50Cette publication est l’exposé d’une nouvelle méthode de synthèse plus simple que celles qui existaient jusqu’alors. C’était un sujet très « chaud » et la méthode a fait l’objet d’un dépôt de brevet deux ans plus tôt, cité ici en référence n°13. Le réseau des références laisse voir un pôle très dense de neuf références avec des auteurs qui se recoupent et quelques références éparses qui gravitent autour.

Figure 2 : Un réseau de références pour s’imposer

Figure 2 : Un réseau de références pour s’imposer

51Le caractère polarisé du réseau représente les citations à l’équipe elle-même. Elles renvoient cependant à un ensemble de collaborations, certaines plus techniques pour produire les mesures et d’autres plus industrielles dans le cadre d’une collaboration avec une entreprise. L’essentiel des références sont donc des références maison et elles sont mobilisées face à quelques références aux trois principaux concurrents que la chercheure interrogée ne connaît que de nom mais que le directeur de l’équipe connaît personnellement (rencontres dans des congrès, visites). La référence 9 est aussi un concurrent de dernière minute mais vite écarté : « On a trouvé la publication au moment de faire la rédaction. On avait très peur que ce soit exactement comme nous. Or non, ce monsieur est un physicien et pas un chimiste ! » (Cécile)

52L’exemple de ce réseau de références montre une situation de publication où l’équipe (ainsi que ses collaborateurs) fait front contre les poids lourds américains ou européens. La forme du réseau, très dissymétrique, reflète l’offensive menée. L’équipe est largement mise en scène via ses multiples collaborations, notamment les plus récentes.

2 - Citer pour raconter

53Le deuxième exemple retenu est celui d’un article court également qui est paru en 2004 dans une revue moins généraliste que la première mais qui reste centrale en chimie, Organomelallics. Elle a été signée par six personnes tous de la même équipe, dont le chercheur interrogé, Paul, le sénior responsable de la publication, trois étudiants, un chercheur et un technicien.

54La publication porte sur un « sujet en compétition internationale féroce » : la définition d’un nouveau système catalytique. Le réseau des références composé de 45 citations laisse voir de nombreux groupes de références avec des auteurs en communs et quelques références isolées (en plus des références techniques).

Figure 3 : Un réseau de références pour raconter

Figure 3 : Un réseau de références pour raconter

55Selon Paul, l’originalité du travail a consisté à reprendre des travaux publiés dans les années 60 et 70 et auxquels, comme il le dit, il est « rendu hommage ». Le réseau des références est marqué par cet hommage. Une bonne partie du réseau des références est constitué de trois sous-réseaux correspond à des équipes italiennes, puis américaines qui ont travaillé la question dans les années 60 et 70. Certaines références renvoient à un groupe de chercheurs industriels (Dupont de Nemours) qui ont également abordé le problème dans les années 80 et 90. Paul ne les connaît que de noms, notamment parce que la plupart ont cessé leur activité de recherche. Les références renvoient également à un groupe de chercheurs américains, ceux avec lesquels Paul dit être en compétition, même s’ils sont « sur des choses un peu différentes ». Paul ne les connaît que par photo interposée ou parce que son collègue de bureau lui en a parlé. Il connait par contre l’équipe suisse avec laquelle il a commencé à avoir plusieurs échanges et un chercheur allemand qu’il a rencontré une seule fois. Son réseau de connaissances proche est constitué de son équipe, d’un ancien doctorant et d’une collègue française qu’il connait bien.

56Dans ce réseau de références, une grande place est donnée aux références plus anciennes, dans le souci explicite de rendre hommage à des travaux précurseurs. Les réseaux de références ne sont donc par toujours forcément structurés par une stricte opposition entre compétiteurs, puisqu’y sont parfois largement impliqués des chercheurs et des équipes d’un autre temps.

3 – Citer pour programmer

57La troisième publication est, comme la première, une communication courte parue dans la même revue, Angewandte Chemie, en 2005. Elle a été signée par sept chercheurs issus de plusieurs équipes différentes (France, Espagne et Irlande). Elle comporte 20 références dont deux seulement que le chercheur interrogé, Adrien, responsable de la publication, ne connaît pas.

58La forme du réseau des références est très différente du premier exemple : moins dissymétrique, il paraît plus étalé malgré la présence d’une composante avec cinq références. A quoi renvoie cette forme ? La publication a été un grand succès (Very Important Paper) sur un sujet qui avait la particularité d’être très travaillé par les européens et les japonais et assez peu par les américains (stockage de l’information par voie optique).

Figure 4 : Un réseau de références pour programmer

Figure 4 : Un réseau de références pour programmer

59Comme le dit Adrien avant de commencer à parler des références : « Je les connais presque tous ! ». De surcroît, il les connaît plutôt bien ou a au moins déjà discuté avec la plupart d’entre eux.

60Le réseau des références est en réalité organisé en fonction de différents programmes auxquels participe activement Adrien. Il y a tout d’abord un réseau européen d’excellence qui existe depuis 8 ans au moment de la publication. Sont mentionnées également des références renvoyant à un GDR qui existe depuis 2-3 ans seulement et dont Adrien est en 2005 l’un des deux coordinateurs. On trouve également un groupe de références à des équipes japonaises. Celles-ci concernent des chercheurs avec lesquels Adrien prépare un projet (GRDI - CNRS/JSPS) qui débutera en 2006, soit un an plus tard.

61La forme particulière du réseau des références renvoie, dans cet exemple, à un souci d’exhaustivité de tous les acteurs et les dispositifs qui interviennent sur le sujet. Cet équilibre est soutenu par l’existence de rapports contractuels, passés, actuels et futurs de l’auteur avec un certains nombres d’équipes citées.

62Les réseaux de références sont souvent le fruit et l’expression d’une histoire personnelle, c'est-à-dire une histoire dont l’auteur principal de l’article est l’un des acteurs. En même temps, la présence des collectifs est constante et les réseaux de références ainsi qualifiés par les auteurs eux-mêmes permettent de comprendre les enjeux liés à leur plus ou moins forte présence dans le texte.

Conclusion

63Comme l’ont déjà souligné les sociologues des sciences depuis longtemps, les citations sont bien des alliés à mobiliser pour établir un énoncé et faire paraître un article. Mais l’étude systématique des relations des auteurs aux personnes citées en référence à leur article montre que derrière ces actants, on trouve des acteurs avec lesquels les auteurs interrogés ont, plus ou moins, des relations. Les citations sont la trace d’une activité professionnelle durant laquelle sont exprimées et archivées certaines proximités relationnelles. L’analyse ainsi menée montre les contours d’une sociabilité scientifique qui permet de mieux comprendre la profession, les trajectoires, les collectifs scientifiques et le rôle joué par les relations dans ces processus.

64Que retenir de la nature des relations sociales entre les chercheurs et les auteurs qu’ils citent dans leurs publications ?

65Tout d’abord, il y a bien des relations sociales entre les auteurs d’une publication et les auteurs qu’ils citent en références. Ceci montre – si tant est qu’on puisse en douter – que l’on n’est pas dans un contexte purement intellectuel où les auteurs ne se côtoient que sur le papier. Les travaux purement bibliométriques peinent à prendre en compte cette dimension dans la mesure où ils utilisent souvent la citation comme un élément matérialisant la relation intellectuelle mais elle peut également manifester une relation sociale où les sentiments et les émotions interviennent. Il s’agit de liens qui peuvent être forts, dans un sens comme dans l’autre : l’admiration ou le reniement, la confiance ou la méfiance, l’estime ou la faible considération, l’envie de se rencontrer ou pas, etc. On sait évidemment que les chercheurs ne sont pas exempts de sentiments vis-à-vis de leurs collègues en général, il semble intéressant d’analyser comment cet engagement subjectif trouve à s’articuler dans leurs activités professionnelles et cognitives, notamment par l’entremise des publications.

66Chaque publication est une sorte d’état des relations du chercheur et de son équipe, état par rapport auquel il y a un avant et un après que le texte publié contribue à produire. En cela, les citations peuvent être vues comme des opérateurs de la sociabilité scientifique. On a vu ici que les publications étudiées renvoient à des enjeux de temporalité que l’on peut provisoirement grouper en trois types : 1) citer, c’est s’imposer auprès d’un certain nombre de personnes (concurrents) pour leur signaler ce qu’il y a de neuf ; 2) citer, c’est raconter et réécrire une histoire en (re)mettant les (bons) personnages dans l’histoire ; 3) citer, c’est programmer avec pour enjeu d’organiser le futur. Il y a donc, selon les publications, des rapports différents aux temporalités scientifiques et il reste à savoir si les réseaux de références présentent des configurations spécifiques face à ces enjeux temporels (cf. Milard (2013) pour des éléments de réponses).

67Enfin, les citations s’inscrivent dans des mouvements de diffusion et d’influence. On a vu que chaque réseau de références marque une sorte d’état relationnel du chercheur par rapport à une thématique. Une perspective consiste à observer le réseau de références en fonction de la carrière d’un chercheur en essayant de comprendre comment il recoupe sa carrière (Milard 2011). On peut également tenter de comprendre dans quelle mesure le réseau des références tel qu’il a été publié a perturbé la littérature scientifique (Milard 2010).

68L’analyse présentée ici part d’une publication et du point de vue de son auteur principal pour mieux comprendre l’implication du réseau personnel dans la publication. Les informations qualitatives recueillies par entretiens sont essentielles pour connaitre et comprendre ces relations. La compilation de cas individuels est pourtant possible dans la perspective de montrer des tendances. C’est l’objectif du programme actuellement en cours, RESOCIT (ANR-11-BSH1-0013), Citations scientifique et réseaux sociaux dans le cadre duquel plus de 100 chercheurs de 6 disciplines différentes ont été rencontrés.

Haut de page

Bibliographie

Baldi, Stephane. 1998. « Normative versus Social Constructivist Processes in the Allocation of Citations: A Network-Analytic Model ». American Sociological Review 63 (6): 829846.

Bazerman, Charles. 1988. Shaping Written Knowledge: The Genre and Activity of the Experimental Article in Science. Madison: University of Wisconsin Press.

Bidart, Claire, Alain Degenne, et Michel Grossetti. 2011. La vie en réseau. Dynamique des relations sociales. Paris: Presses Universitaires de France.

Bourret, Pascale, Andrei Mogoutov, Claire Julian-Reynier, et Alberto Cambrosio. 2006. « A new clinical collective for french cancer genetics : A heterogeneous mapping analysis ». Science, Technology, & Human Values 31 (4): 431464.

Brooks, Terrence A. 1985. « Private Acts and Public Objects: An Investigation of Citer Motivations. » Journal of the American Society for Information Science 36 (4): 223229.

———. 1986. « Evidence of Complex Citer Motivations. » Journal of the American Society for Information Science 37 (1): 3436.

Brown, Richard Harvey, éd. 1992. Writing the Social Text: Poetics and Politics in Social Science Discourse. New York: Walter de Gruyter.

Callon, Michel, Françoise Bastide, Serge Bauin, Jean-Pierre Courtial, et William Turner. 1984. « Les mécanismes d’intéressement dans les textes scientifiques ». Cahiers STS (4): 88105.

Charle, Christophe. 1990. Naissance des « intellectuels » (1880-1900). Paris: Minuit.

Crane, Diana. 1965. « Scientists at Major and Minor Universities: A Study of Productivity and Recognition ». American Sociological Review 30 (5): 699714.

———. 1972. Invisible Colleges. Diffusion of knowledge in scientific communities. Chicago: The University of Chicago Press.

Crane-Hervé, Diana. 1969. « La diffusion des innovations scientifiques ». Revue française de sociologie 10 (2): 166185.

Cronin, Blaise. 1984. The Citation Process: The Role and Significance of Citations in Scientific Communication. London: Taylor Graham.

Cronin, Blaise, et Debora Shaw. 2002. « Identity-creators and image-makers: Using citation analysis and thick description to put authors in their place ». Scientometrics 54 (1): 3149.

Dolman, Han, et Henk Bodewitz. 1985. « Sedimentation of a Scientific Concept: The Use of Citation Data ». Social Studies of Science 15 (3): 507523.

Gilbert, G. Nigel. 1977. « Referencing as persuasion ». Social Studies of Science 7 (1): 113122.

Hagstrom, Warren O. 1966. The scientific community. New-York: Basic Books.

Hargens, Lowell L. 2000. « Using the Literature: Reference Networks, Reference Contexts, and the Social Structure of Scholarship ». American Sociological Review 65 (6): 846865.

Harwood, Nigel. 2008. « Publication outlets and their effect on academic writers’ citations ». Scientometrics 77 (2): 253265.

———. 2009. « An interview-based study of the functions of citations in academic writing across two disciplines ». Journal of Pragmatics 41 (3): 497518.

Larivière, Vincent, Éric Archambault, Yves Gingras, et Étienne Vignola-Gagné. 2006. « The place of serials in referencing practices: Comparing natural sciences and engineering with social sciences and humanities ». Journal of the American Society for Information Science and Technology 57 (8) (juin 1): 9971004.

Latour, Bruno. 1995. La science en action. Paris: Gallimard.

Latour, Bruno, et Paolo Fabbri. 1977. « La rhétorique de la science. “Pouvoir” et “devoir” dans un article de science exacte ». Actes de la recherche en sciences sociales (13): 8195.

Licoppe, Christian. 1996. La formation de la pratique scientifique - Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820). Paris: La Découverte.

MacRae, Duncan. 1969. « Growth and Decay Curves in Scientific Citations ». American Sociological Review 34 (5): 631635.

MacRoberts, Michael H., et Barbara R. MacRoberts. 1984. « The Negational Reference: Or the Art of Dissembling ». Social Studies of Science 14 (1): 9194.

Michaelson, Alaina G. 1993. « The development of a scientific specialty as diffusion through social relations: the case of role analysis ». Social Networks 15 (3): 217236.

Milard, Béatrice. 2001. « « L’interdisciplinarité » : la construction cognitive et sociale d’une idée. Définitions et argumentations de l’idée d’interdisciplinarité dans des articles de sciences humaines et sociales depuis les années 60 ». Thèse de doctorat de sociologie, Université Toulouse 2.

———. 2003. « La territorialisation de l’activité scientifique vue à travers les publications ». In La territorialisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en Europe. France, Espagne, Portugal, édité par Michel Grossetti et Philippe Losego, 109194. Paris: L’Harmattan.

———. 2008. « La soumission d’un manuscrit à une revue : quelle place dans l’activité scientifique des chercheurs ? » Schedae (Presses Universitaires de Caen) (1): 112.

———. 2011. « Dynamiques relationnelles d’un article scientifique : « Roger et al., (2004) » et ses réseaux ». Terrains et travaux (19): 141160.

———. 2013. « Réseaux et entourages citationnels en chimie : quatre types d’implications dans la recherche ». L’Année Sociologique (3).

Moravcsik, Michael J., et Poovanalingam Murugesan. 1975. « Some Results on the Function and Quality of Citations ». Social Studies of Science 5 (1): 8692.

Mullins, Nicolas C. 1972. « The development of a scientific specialty : the phage group and the origine of molecular biology ». Minerva 10 (1): 5182.

Murray, Stephen O., et Robert C. Poolman. 1982. « Strong ties and scientific literature ». Social Networks 4 (3): 225232.

Nelson, John S., Allan Megill, et Donald D. MacCloskey, éd. 1987. The rhetoric of the human sciences. Language and argument in scholarship and public affairs. Madison: University of Winsconsin Press.

Pontille, David. 2004. La signature scientifique: une sociologie pragmatique de l’attribution. Paris: CNRS.

Price, Derek J de Solla, et D.B. De Beaver. 1966. « Collaboration in an invisible college ». American psychologist (21): 10111018.

Price, Derek J. de Solla. 1970. « Citation Measures of Hard Science, Soft Science, Technology, and Nonscience ». In Communication among Scientists and Engineers, édité par C. E Nelson et D.K. Pollock, 322. MA: D.C. Heath and Company.

Price, Derek J. De Solla. 1965. « Networks of Scientific Papers ». Science 149 (3683): 510515.

Rasmussen, Anne. 1997. « Sciences et sociabilités: un “tout petit monde” au tournant du siècle. » Bulletin de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine (3-4): 4957.

Rip, Arie. 1997. « Qualitative conditions of scientometrics: The new challenges ». Scientometrics 38 (1): 726.

Rowlands, I. 1999. « Patterns of author cocitation in information policy: Evidence of social, collaborative and cognitive structure ». Scientometrics 44 (3): 533546.

Shapin, Steven, et Simon Schaffer. 1993. Le Léviathan et la pompe à air – Hobbes et Boyle entre science et politique. Paris: La Découverte.

Shinn, Terry. 1988. « Hiérarchie des chercheurs et formes des recherches ». Actes de la recherche en sciences sociales 74: 222.

Small, Henry, et Belver C. Griffith. 1974. « The Structure of Scientific Literatures I: Identifying and Graphing Specialties ». Science Studies 4 (1) (janvier): 1740.

Wallace, Matthew L., Vincent Larivière, et Yves Gingras. 2012. « A Small World of Citations? The Influence of Collaboration Networks on Citation Practices ». PLoS ONE 7 (3) (mars 7): e33339.

White, Howard D. 2001. « Authors as Citers over Time. » Journal of the American Society for Information Science & Technology 52 (2): 87108.

White, Howard D., Barry Wellman, et Nancy Nazer. 2004. « Does citation reflect social structure?: longitudinal evidence from the “Globenet” interdisciplinary research group ». Journal of the American Society for Information Science & Technology 55 (2): 111126.

Haut de page

Notes

1  Ce texte est une version augmentée d’une communication aux 2ème journées d’études du Réseau Thématique « Réseaux sociaux » (RT26) de l’Association Française de Sociologie, « Réseaux sociaux, quoi de neuf ? » qui se sont tenues à Toulouse les 16 et 17 mai 2010. Cette recherche se poursuit actuellement dans le cadre d’un projet soutenu par l’ANR, RESOCIT : citations scientifiques et réseaux sociaux (ANR-11-BSH1-0013). Des éléments abordés dans ce texte sont développés dans un article à paraitre dans The Journal of The American Society of Information Science, sous le titre "The social circles behind scientific references: relationships between citing and cited authors in chemistry publications”.

2  En bibliométrie, la différence entre « citation » et « référence » est la suivante : lorsqu’une une publication A mentionne en bibliographie un document B, l’article A fait une référence à l’article B et l’article B est une citation de l’article A (D. J. de S. Price 1970). Dans la mesure du possible, je me tiendrai à cette distinction dans ce texte.

3  En effet, parmi les références d’un article, il arrive souvent qu’on trouve plusieurs fois le même auteur.

4  Les prénoms des chercheurs ont été changés.

5  J’ai considéré qu’un auteur était connu par le chercheur dès lors qu’il l’était « de nom » parce qu’il le distinguait parmi tous les autres signataires de la référence. Par exemple, quand Claude précise : « Wang, Wagner, je ne sais même pas quel est le chef de groupe. Alors peut-être ça va me revenir… eux, c'est des gens qui ont travaillés avec les ions métalliques. […] mais personnellement je ne les connais pas », je n’ai pas retenu cette référence et ces auteurs comme connus par Claude.

6  Pour près de 90% des auteurs connus, les chercheurs ont su donner leur origine géographique, ainsi d’ailleurs que leur spécialité disciplinaire. C’est un peu moins le cas de leur statut et de leur appartenance institutionnelle (autour de 75%)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Principe de construction du réseau de références
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 2 : Un réseau de références pour s’imposer
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 3 : Un réseau de références pour raconter
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 4 : Un réseau de références pour programmer
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/2802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Milard, « Quelles sociabilités derrière les références bibliographiques ? Citations et relations sociales », Socio-logos [En ligne], 8 | 2013, mis en ligne le 09 janvier 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2802

Haut de page

Auteur

Béatrice Milard

LISST-Cers, Université du Mirail, Milard@univ-tlse2.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org