Navigation – Plan du site
Nouveaux troubles, nouveaux objets en santé mentale : RT19

Conclusion : Pour continuer la réflexion sur les « nouvelles pathologies mentales »

Françoise Champion et Lise Demailly

Texte intégral

1Dans les textes du dossier, on voit comment des troubles sont construits, légitimés, catégorisés ou requalifiés. Ces processus concernent avant tout des troubles mentaux ou des problèmes somatiques à l’étiologie inconnue ou incertaine, les uns et les autres se prêtant à des controverses. Sur chacun des cas présentés, les analyses sont menées à la fois en fonction des dynamiques observées sur les terrains et des questionnements et problématiques des chercheurs. Diverses questions transversales surgissent. Le texte introductif a mis en perspective certaines d’entre elles, notamment celle des processus de distinction et de reconnaissance des nouveaux troubles dans un contexte où la santé revêt un caractère totalisant et où la délimitation du normal et du pathologique se fait particulièrement complexe. En conclusion du dossier, nous voudrions, en montant en généralité par rapport aux textes du dossier, envisager l’explication sociologique du processus de changement des catégories légitimes en santé mentale. Plusieurs modèles théoriques peuvent être convoqués pour ce faire, dont nous verrons successivement le caractère heuristique.

  • 1  Notons que les techniques disponibles à l’heure actuelle en psychiatrie ne parviennent pas à objec (...)

2Dans la ligne de certains sociologues des sciences et des techniques (Callon, Latour, 1991), on approchera d’abord le changement des pathologies mentales en prêtant attention au rôle des non humains dans le changement social : objets naturels, objets techniques. Leur démarche est particulièrement intéressante pour nous, car le rôle des objets naturels ou techniques peut être un point de radicale différence entre « pathologies émergentes » somatiques et « nouveaux troubles » en psychiatrie. Les premières convoquent des non humains naturels, nouveaux virus, virus ou bactéries mutantes (le Sida, Ébola, la nouvelle grippe de saison) et des non humains techniques, nouvelles particules cancérigènes, outils qui permettent de découvrir qu’un non humain naturel est la cause d’un trouble déjà connu (par exemple la découverte du rôle de virus dans certains cancers). Rien de tout cela en médecine mentale. Nous ne voulons pas dire par là que la genèse des troubles psychiques serait intégralement sociale. Il est plus raisonnable de s’en tenir à une genèse multifactorielle biopsychosociale. Mais, en ce qui concerne l’émergence de nouveaux troubles, les chercheurs en biologie n’ont pas localisé de nouveaux virus ni de nouvelles mutations génétiques qui viendraient causer de nouvelles formes d’ « étrangeté d’âme »1. L’apparition d’un nouveau trouble psychique relève de trois mécanismes possibles (Demailly, 2011) :

3- une nouvelle étiquette mise sur un ancien trouble (quelle que soit sa genèse, plutôt biologique ou plutôt sociale). Par exemple la « dysphorie de genre » vient renommer le transsexualisme,

4- un trouble effectivement nouveau dont l’apparition est dû à des changements sociétaux. C’est notamment la thèse d’A. Ehrenberg, reprise par M. Otero, qui réfère aux transformations de l’individualisme contemporain le remplacement des troubles névrotiques (troubles de la culpabilité) par la dépression (trouble de l’insuffisance et de la honte). Autre exemple, la « grande hystérie » du XIXe siècle a disparu, laissant place à une myriade de troubles somatoformes, chacun étant susceptible de relever d’une appellation particulière (« syndrome de fatigue chronique », « fibromyalgie »),

5- une nouvelle demande sociale et/ou une nouvelle normativité pour des comportements qui, jusqu’alors, n’apparaissaient pas signifiants, gênants, cause de souffrance ou de trouble, ou encore susceptibles d’une adresse à un dispositif public ou privé de soin. Tel est le cas du trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ou de la « phobie sociale ».

6Dans les trois cas, les techniques d’investigation et leurs appareillages (imagerie cérébrale, biochimie, analyse génétique) jouent, comme on le verra ci-dessous, un rôle majeur dans le changement, même si elles ne parviennent pas à objectiver les troubles. Bref, qu’il s’agisse de l’étiquetage nouveau d’un trouble ancien, d’un changement sociétal pathogène, d’une évolution de la normativité, le processus de changement et d’émergence est intégralement social. Il s’ensuit que, loin d’être considérés consensuellement comme des découvertes médicales, à l’instar des nouveaux troubles somatiques disposant de marqueurs biologiques permettant de les objectiver, ils ouvrent pratiquement toujours une controverse, scientifique, éthique, politique, clinique, qu’elle porte sur les classifications, les causalités supposées, les thérapeutiques ou l’existence objective du trouble. Le champ politique de la santé mentale est éminemment conflictuel.

7D’autres modèles théoriques permettent d’éclairer les mécanismes sociaux qui sous-tendent les processus de changement (« nouvelles pathologies ») et le développement des controverses. Des chercheurs en sciences politiques (Palier, Surel, 2005), étudiant le changement de l’action publique, ont systématisé ses niveaux d’analyse possibles : ils parlent des « trois I », pour désigner les trois ensembles d’éléments que sont les « idées », les « intérêts » et les « institutions » qui sont à examiner dans le travail de recherche, sachant que chacun de ces I est à préciser et qu’ils sont interdépendants. Qu’en est-il de ces trois ressorts dans l’émergence et le développement de nouveaux troubles mentaux ou dans de nouvelles prises en charge ?

  • 2  La médecine des preuves a conquis ses lettres de noblesse scientifiques avec l’invention et la gén (...)

8Commençons par considérer le facteur institution. Nombreuses sont les institutions et organisations, à commencer par la HAS et l’INPES, qui effectuent un travail de développement et de diffusion de nouvelles normes en matière de politiques de santé mentale, de bonnes pratiques professionnelles, de bonne méthodes pour poser les diagnostics conformes aux catégories nosographiques les plus récentes. N’oublions pas non plus le rôle, souvent négligé, d’une part des institutions de formation, d’autre part des institutions européennes qui, depuis la fin des années 1990, avec tout particulièrement les politiques impulsées par l’OMS Europe, ont de plus en plus d’impact en France (Demailly, Autès, 2012). Les héritages institutionnels, et plus largement l’institué, jouent un rôle majeur dans le changement. Parmi ces institués, la Science, « dure », qui, à travers ses règles, ses méthodes, ses techniques, ses modes de validation, est considérée comme le fondement du Vrai, y compris de plus en plus en médecine mentale. La démarche n’est pas nouvelle mais aujourd’hui le développement de méthodes et des techniques de cette science est tel que son façonnage de la médecine mentale peut apparaître comme un mouvement irrésistible. Ainsi, en considérant le cerveau comme un organe comme un autre, juste plus complexe, l’élaboration de cartes du cerveau et la visualisation et la mesure de son activité s’opèrent à travers les mêmes techniques que pour le reste du corps, techniques devenues de plus en plus sophistiquées au fil des dernières décennies : rayons X, scanners, imagerie par résonnance magnétique, biochimie, recherches en génétique. On les utilise sans souci de ce que les images du cerveau qu’elles produisent ne peuvent avoir la même fonction de connaissance que celles des autres organes, en ce que, notamment, elles ne fondent ni diagnostic ni traitement car, si elles montrent le cerveau en activité, elles ne rendent pas compte de son fonctionnement. Une autre méthode de la science qui, depuis les expériences fondatrices des psychologues expérimentaux Watson et Skinner, prétend faire autorité en médecine mentale est le recours aux modèles animaux. Apprenant la mort du cinéaste Alain Resnais alors que nous écrivons ces lignes, évoquons son film à succès Mon oncle d’Amérique qui, en 1980, a contribué à faire reconnaître la force explicative de ces modèles animaux à l’heure même où la psychanalyse était en pleine gloire. Conçu en collaboration avec le célèbre biologiste René Laborit, qui intervient directement dans le film, celui-ci met en parallèle les représentations mentales des personnages en train de vivre des situations sociales et affectives complexes, et des expérience sur les rats, de fait présentées comme rendant largement compte les comportements des personnages. Depuis lors les biologistes ont développé des modèles où les souris sont anxieuses et dépressives, ou, ajustant leur vocabulaire pour répondre aux critiques, sont « comme-anxieuses » ou « comme dépressives » (Rose, Abi-Rached 2013 : 82-109). Les techniques d’investigation utilisées aujourd’hui en médecine mentale produisent un mime des objectivations propres à la biomédecine somatique. Plus largement, la puissance de l’autorité de la Science s’affirme dans le développement très rapide ces trente dernières années de la médecine des preuves dans la médecine mentale2. La Science telle qu’instituée est aujourd’hui toujours davantage considérée comme produisant le Vrai. Elle peut effectuer facilement des opérations de magie sociale et légitimer de nouvelles manières de concevoir, de désigner certains comportements, certaines pensées, certains affects, alors même que les chercheurs en sciences sociales analysent les biais produits par le fonctionnement de la recherche ou de l’édition scientifique.

9Les intérêts divers d’acteurs divers sont un autre puissant ressort de l’invention et de la diffusion de nouveaux troubles. Alors que les intérêts pharmaceutiques sont particulièrement cruciaux dans le champ de la santé mentale, c’est une piste de recherche dont les sciences sociales se sont relativement peu saisies. Peut-être parce qu’elles n’ont guère de problématique propre à faire valoir par rapport aux perspectives critiques développées par des psychiatres (de façon exemplaire par David Healy), par des journalistes (voir par exemple Ray Moynihan), par des usagers du système de santé mentale, dont les études peuvent d’ailleurs être publiées dans des revues ou des collections de sciences sociales. Aussi parce que l’industrie pharmaceutique est difficile d’accès pour les sociologues. Les perspectives critiques affirment que les industries pharmaceutiques testent au hasard des substances et, dès lors que celles-ci se montrent quelque peu agissantes, cherchent à en élargir les indications pour diverses formes de mal-être et de souffrances psychologiques souvent normales mais ainsi pathologiséees, pouvant même aller jusqu’à inventer de nouvelles maladies : on est alors dans ce que les anglo-saxons qualifient –péjorativement – de disease mongering (Plos Medicine, 2006). Soulignons que la réussite de ces processus exige le soutien, diversement rémunéré, de psychiatres renommés : les cas de conflits d’intérêt sont légion (Chamak, 2009). Pour reprendre M. Otero (2012) : « La psychopharmacologie a réussi admirablement à exporter dans l’imaginaire et les pratiques cliniciennes son modèle idéalisé liant un "trouble spécifique" considéré de plus en plus comme chronique à une "molécule thérapeutique spécifique" qui soigne, mais ne guérit pas ».

10Gagner ou économiser des sommes colossales n’est pas seulement un enjeu pour l’industrie pharmaceutique mais également pour les divers systèmes de prise en charge des soins, constamment à la recherche d’économies à réaliser devant l’inflation des dépenses de santé. Aussi y-a-t-il toujours, en même temps que de la coopération, un conflit latent entre organismes –publics ou privés – de prise en charge des dépenses de santé et industrie pharmaceutique. Où il est intéressant de remarquer que l’industrie pharmaceutique ne réussit pas toujours à promouvoir ses produits : en Angleterre pour les « troubles courants » – une catégorie ad hoc renvoyant principalement, à des états dépressifs et anxieux -, considérés, notamment à la suite de travaux d’économistes, comme devant être très largement et rapidement traités, c’est l’option psychothérapeutique brève– par des thérapies cognitives et comportementales (TCC)-, plutôt que médicamenteuse, qui a été très activement promue comme la bonne pratique (Pilgrim, Champion, Hutschemaekers, Garnoussi, Van Dijk, 2012).

11Les malades, les usagers du système de soins, ont eux aussi des intérêts financiers susceptibles d’intervenir dans l’invention ou le développement de nouvelles catégories. C’est justement le cas avec la revendication des personnes atteintes de troubles psychiques graves – ou de leur famille -, que soit reconnu un handicap psychique de façon à ce qu’au même titre que pour les personnes présentant un handicap moteur, sensoriel ou mental, elles aient droit à des prestations de compensation des conséquences de leur handicap. Sans doute le cas le plus exemplaire de l’invention d’une nouvelle catégorie nosographique en raison de la mobilisation intéressée de certains acteurs – anciens de la guerre du Vietnam, féministes - est-il celui de l’état de stress post-traumatique (ESPT), seule catégorie nosographique qui met clairement en jeu un agent étiologique, qui plus est exclusif : l’événement traumatique. Du coup, le diagnostic d’ESPT appelle réparation financière pour ceux qui sont reconnus comme victimes ayant répondu normalement à une situation anormale. Où l’on voit aussi que l’intérêt n’est pas forcément seulement financier, mais aussi symbolique, ce qui, si l’on pense notamment au viol des femmes, peut être fondamental.

12Une telle reconnaissance symbolique peut aussi être essentielle dans de nombreuses situations. L’une des raisons du déclin actuel de la psychanalyse (et des catégories qui lui dont liées) peut être rapportée à ce que, dans sa perspective théorique, elle engage fortement la responsabilité du sujet de l’inconscient dans la genèse des troubles. Les approches organicistes ont, elles, l’intérêt immédiat de déculpabiliser les sujets et leurs familles. D’autres bénéfices symboliques sont possibles. Ainsi les catégories de « dysphorie de genre » ou de « TDAH » requalifient-elles médicalement des comportements pouvant donner lieu à une honte sociale et sont-elles bien accueillies par l’opinion publique. Les intérêts sont aussi ceux des professionnels. Ils relèvent d’abord de postes et de carrières, de positions d’influence, de clientèle à garder ou à conquérir, de crédits de recherche à légitimer. En France, par exemple, l’émergence et le développement de nouvelles entités cliniques ou de nouvelles prises en charge semblent bien poser directement un enjeu de postes pour une majorité de psychologues cliniciens. Mais d’autres psychologues s’en sont saisis pour développer de nouvelles offres, notamment en pratique libérale où, jusqu’alors, les psychologues s’étaient relativement peu aventurés, ainsi que dans le secteur associatif : l’ampleur et les formes du phénomène restent à évaluer.

13Venons-en aux idées. Leur rôle est fondamental même s’il est important d’observer, comme nous venons de le faire, qu’elles se lient souvent avec des intérêts (Frickel, Gross, 2005). Les idées qui orientent les changements en santé mentale appartiennent à plusieurs mondes sociaux, mettant en jeu des conceptions anthropologiques : que sont les humains ? Des personnalités psychologiques fondées sur leur vie psychique intime et profonde, construites à travers des relations et le langage ? Des personnes régies par des règles invariantes quant à l’apprentissage de leurs comportement et cognitions que la science, dont nous avons parlé, découvre ? Des personnes façonnées par leur cerveau ? On a pu tout particulièrement, en France, voir s’affronter ces conceptions au cours des années 2000, à l’occasion des polémiques sur la création d’un titre de psychothérapeute et, surtout, sur l’évaluation des psychothérapies. L’affrontement s’est pour une part déroulé sur la scène médiatique et son caractère proprement anthropologique est apparu en pleine lumière, mais il parlait d’abord d’une pratique thérapeutique. C’est habituellement ce qui est décisif dès lors que l’on parle de soin : quel est le meilleur traitement ? Mais, en médecine mentale, les évaluations mettent très souvent en jeu des conceptions anthropologiques et aussi, par conséquent, des convictions quant à la démarche de l’évaluation. Nous avons parlé du poids de l’institué Science dans l’option, désormais de l’ordre de l’évidence, de la médecine des preuves, mais cette option relève sans doute moins d’une sorte de paresse intellectuelle que d’une croyance en la Science, ou plus justement d’un certain modèle de science.

14Autre type d’idées ou de représentations qui façonne le changement dans les catégories et pratiques en santé mentale : les normes sociales. C’est le cas à propos du jugement (juridique et aussi, manifestement, social) sur la fibromyalgie et le trouble somatoforme douloureux. L’invention juridique du « harcèlement au travail » modifie le sens d’une souffrance qui auparavant aurait été adressée à un soignant sous l’étiquette de dépression.

15Plus largement, le déploiement des concurrences au travail et des nouveaux managements est un facteur légitimant l’augmentation de la normativité comportementale et simultanément de la fréquence des décalages à la norme, de la morbidité des comportements. La règle de la performance socio-économique de la population active fait apparaître comme pathologique ce qui la menace. De cette façon, les transformations de l’école, le double processus de renforcement de l’anxiété des enfants (et des parents) et de baisse du seuil de tolérance des enseignants à l’agitation enfantine dans un cadre de concurrence renforcée sur le marché scolaire, contribuent à légitimer la catégorie de TDAH et à en faire exploser la prévalence.

16Aux objets non humains, aux institutions, aux intérêts et aux idées susceptibles d’expliquer le changement en santé mentale et l’émergence de « nouvelles pathologies », il faudrait ajouter l’expérience sociale. Une partie des psychanalystes (Lebrun, 2009 ; Melman, 2007) insiste sur le fait que les nouvelles pathologies sont tout à fait réelles et non un effet de nomination : elles correspondraient à un nouveau malaise dans la civilisation, seraient une conséquence structurelle du bouleversement, voire de la défaillance, de l’ordre symbolique de nos sociétés et de l’expérience que peuvent en faire les sujets. Nous renvoyons, pour une présentation et une discussion de ces thèses à L. Demailly (2011) sur la querelle des nouveaux symptômes.

17Du côté des sociologues, plusieurs d’entre eux, dans des cadres théoriques distincts que nous ne pourrons détailler ici, rapportent les nouvelles pathologies, notamment les troubles anxio-dépressifs, à des mutations sociétales et à leurs effets sur la socialisation et la construction des subjectivités (Aubert, de Gaulejac, 1991 ; Ehrenberg, 1998 ; Oriol, 2000, Otero, 2012). Mais les nouvelles représentations du trouble ou les nouvelles catégories, comme effet de l’expérience sociale, sont aussi le fait de nouveaux acteurs qui prennent la parole dans le débat public. Aujourd’hui, avec l’individualisation de la vie sociale correspondant à la transformation des processus de socialisation, les acteurs sociaux, à la fois veulent de plus en plus et sont appelés à développer leur autonomie, à construire personnellement leur vie. C’est notamment le cas en situation de maladie, donnant lieu au développement d’une expertise profane, individuelle et collective, fondée sur l’expérience. Cette expertise expérientielle s’affirme dans des associations de malades ou de familles de malades, sur des forums internet, dans de multiples témoignages écrits ou parlés, dans les médias audiovisuels, etc. L’observation montre souvent, il est vrai, que l’expérience personnelle est formatée, que ce soit par les logiques médiatiques, les conformismes de groupe, les intérêts des laboratoires pharmaceutiques, ou l’autorité des procédures scientifiques (on ne peut qu’être frappé par la stéréotypie des mots qui, à un moment donné dans un pays donné, sont utilisés pour dire le malaise : aujourd’hui, en vrac, la « souffrance psychique », le « traumatisme », le « harcèlement », l’ « estime de soi », l’ « humiliation », et la rapidité avec laquelle se sont diffusée les catégories diagnostiques d’hyperactivité, de TOC ou encore de bipolarité). Cependant, si les personnes se saisissent du langage social le plus prégnant, si, plus fondamentalement, en termes de conceptions de la relation individu-système social, toute expérience subjective est nouée par les significations sociales qui font une société, la possibilité que se manifestent les expériences personnelles est d’autant plus forte que les significations et normes sociales donnent, comme c’est le cas aujourd’hui, de la valeur aux expériences subjectives, aux affects et émotions.

  • 3  Quand on parle expérience, on pense souvent d’abord aux malades, mais l’expérience des professionn (...)

18Les terrains d’investigations sont multiples3 où il s’agit bien de démêler comment les expériences, tout en étant étroitement liées avec des intérêts et déjà façonnées par des normes et des représentations, ne peuvent cependant être réduites ni aux uns ni aux autres. On peut alors comprendre comment l’expérience se constitue comme force de changement social. En s’intéressant tout particulièrement aux contestations de l’institué, à la remise en cause des normes pathologisantes, de catégories diagnostiques, d’étiologies, de modes de prise en charge, au nom d’une expérience vécue comme non congruente avec ceux-ci. En s’intéressant aussi à la façon dont se développe concrètement la légitimité de l’expertise expérientielle, en termes de reconnaissance sociale, mais aussi, plus fondamentalement, en termes d’acquisition de compétences effectives : pratiques d’aide pouvant aller jusqu’à la quasi professionnalisation et issues d’une réflexivité approfondie par l’expérience.

19Le changement en santé mentale met ainsi en jeu une écologie complexe où interagissent des acteurs jusque-là disqualifiés, les professionnels, des segments de l’administration publique nationale et internationale, des intérêts privés, des entrepreneurs de morale, autour d’enjeux qui sont à la fois anthropologiques, politiques et économiques.

Haut de page

Bibliographie

Aubert N., de Gaulejac (1991), Le coût de l’excellence, Paris, Seuil.

Callon M., Latour B. (dir.) (1991), La science telle qu'elle se fait. Anthologie de la sociologie des sciences de langue anglaise, Paris, La Découverte.

Chamak. B. (2009), « Prescription de psychotropes aux enfants et aux adolescents : conflits d’intérêt », Sociologie Santé, 30, 267-285

Champion F. (2013), « Le développement d’une prise en compte du religieux dans la psychiatrie contemporaine : l’exemple britannique », Archives de Scoences Sociales des religions, 163, 17-37.

Demailly L. (2011), Sociologie des troubles mentaux, Paris, La Découverte.

Demailly L., Autes M. (dir) (2012), La politique de santé mentale en France. Acteurs, instruments, controverses, Paris, Armand Colin.

Ehrenberg A. (1998), La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob.

Frickel S., Gross N. (2005), « A General Theory of Scientific/Intellectual Movements », American Sociological Review, avr., 204-232.

Lebrun J. -P. (2007), La perversion ordinaire. Vivre ensemble sans autrui, Paris, Denoël.

Loriol M. (2000), Le temps de la fatigue. La gestion du mal-être au travail, Paris, Anthropos.

Melman C. (2009), La nouvelle économie psychique, Paris, Eres.

Otero M. (2012), « Grand résumé de L’Ombre portée : l’individualité à l’épreuve de la dépression, Montréal, les Éditions du Boréal, », SociologieS.

Palier B. et Surel Y., 2005, « Les "trois I" et l'analyse de l'État en action », Revue française de science politique,1, 55, 7-32.

Pilgrim D., Champion F., Hutschemaekers G., Garnoussi N., vanDijk F. (2012), « Variations in the development of psychological therapy in three European Union countries », International Journal of Sociology and Social Policy, 32, 1/2, 70-81.

Plos Medicine (2006), Numéro sur le Disease Mongering, http://www.ploscollections.org/article/browse/issue/info%3Adoi%2F10.1371%2Fissue.pcol.v07.i02

Rose N., Abi-Rached J.M. (2013), Neuro. The New Brain Science and the Management of the Mind, Princeton and Oxford, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1  Notons que les techniques disponibles à l’heure actuelle en psychiatrie ne parviennent pas à objectiver le trouble.

2  La médecine des preuves a conquis ses lettres de noblesse scientifiques avec l’invention et la généralisation, à partir des années 1940, des essais cliniques randomisés (ECR) pour évaluer l’efficacité des traitements. L’élargissement des ECR de la maladie somatique aux troubles mentaux a nécessité l’invention d’une série d’ajustements, qu’il s’agisse du diagnostic – parce qu’il n’existe aucun marqueur biologique des « troubles » -, ou de l’évaluation du traitement. Quand les essais ont concerné, non plus des traitements pharmacologiques, mais les « traitements » psychothérapeutiques, il a fallu neutraliser la part redevable à « l’effet relationnel », et ce pour des thérapies qui font précisément de la relation le principe de leur action !

3  Quand on parle expérience, on pense souvent d’abord aux malades, mais l’expérience des professionnels peut également être un moteur du changement. Un exemple : l’introduction dans la quatrième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM4), d’une nouvelle catégorie « problèmes religieux et spirituels », catégorie ne recouvrant pas une pathologie mais visant à attirer l’attention des praticiens sur une possible crise spirituelle. L’introduction de cette catégorie résulte de la militance de psychologues issus du courant transpersonnel, ayant vécu des expériences de « réalités non-ordinaires » qualifiées de psychotiques par la psychiatrie mais qu’ils considéraient, eux, comme un moment de crise spirituelle (Champion, 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Champion et Lise Demailly, « Conclusion : Pour continuer la réflexion sur les « nouvelles pathologies mentales » », Socio-logos [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 27 avril 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2899

Haut de page

Auteurs

Françoise Champion

Chargée de recherche CNRS honoraire, fchampion@noos.fr

Lise Demailly

Professeur émérite de sociologie, Clersé, CNRS, Université Lille 1, lise.demailly@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org