Navigation – Plan du site

Rejoindre les rangs après la blessure. La réinsertion en milieu militaire du soldat blessé, une expérience sociale singulière

Axel Auge

Résumé

Le retour de l’activité combattante dans les missions conduites par l’armée de Terre augmente le nombre de soldats blessés. Dès lors se pose l’enjeu de leur réinsertion socioprofessionnelle. Pourtant se réinsérer en milieu militaire après la blessure ne va pas de soi et soulève des obstacles culturels et professionnels liés à l’ambivalence du régiment comme lieu de réinsertion et au bouleversement de l’inscription culturelle du blessé dans la communauté militaire. Fondé sur des entretiens avec des blessés d’Afghanistan et de Côte d’Ivoire, l’article met l’accent sur l’expérience du blessé comme expérience singulière dans les processus de réinsertion en milieu militaire. Il montre que les dynamiques de la réinsertion professionnelle du blessé en régiment tiennent à la singularité de l’expérience sociale du blessé et de ses liens avec le régiment. Les réponses institutionnelles en matière de réinsertion socioprofessionnelle trouvent leur pertinence dans la connaissance des histoires individuelles. Une telle logique impose à l’institution militaire de privilégier des solutions individuelles qui intègrent les histoires singulières des soldats blessés en service.

Haut de page

Texte intégral

« Ulysse ou le Cyclope. Sur le chemin du retour, vous avez perdu nombre de vos compagnons (...). Les uns le cyclope les a engloutis, les autres, se sont noyés. Mais vous avez dû lutter. Vous avez percé l’œil du Cyclope. Courage, les déesses vous protègent et la terre n’est plus très loin (...) déjà vous savez que votre vie s’est jouée quelque part entre Troie et Ithaque ». Odyssée. Homère (Edition de Philippe Brunet)

  • 1  Je remercie les rapporteurs anonymes du comité de lecture de la revue Socio-Logos pour leurs comme (...)
  • 2  Ce texte a fait l’objet d’une communication présentée au colloque organisé par le centre de recher (...)
  • 3  En France, 400 blessés sont suivis pour troubles psychiatriques par le service de santé des armées (...)
  • 4  Chiffres de 2012. Ce chiffre ne prend pas en compte les soldats blessés au Mali en 2013.

1Le retour1 des engagements militaires de l’armée de terre en France pose la question du soutien apporté aux soldats victimes de blessure de guerre2. Le nombre3 de soldats atteints d’un traumatisme psychique et le défi de leur réinsertion socioprofessionnelle est donc posé comme un enjeu pour l’institution militaire. La cellule d’aide aux blessés de l’armée de terre (cabat), crée à l’automne 1993, permet de répondre aux demandes de réinsertion et au suivi des blessés en service et des familles des soldats décédés. En effet, dès 1995, alors que plus de 3000 soldats sont engagés dans la guerre en ex-Yougoslavie, la cabat est mise à l’épreuve. Elle prend en charge un flux massif de blessés : 264 dossiers sont ouverts à cette période. Depuis sa création, la cabat a ouvert jusqu’à 56004 dossiers. 3250 blessés ont fait l’objet d’un accompagnement particulier et 325 d’entre eux sont réinsérés dans leur régiment.

  • 5  Jean-Philippe Rondier, psychiatre. « La prise en charge psychiatrique du blessé d’Afghanistan », c (...)
  • 6  Louis Crocq, Les traumatismes psychiques de guerre, Odile Jacob, 1999.
  • 7  L’article d’Hélène Thomas publié dans la version électronique de l’encyclopaedia universalis sur l (...)
  • 8  François Dubet, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1995, 271p.
  • 9  La blessure désigne une atteinte du corps ou de l’âme touchant le soldat placé sous la responsabil (...)
  • 10  Un article publié dans le Revue Le Casoar, janvier 2012, n° 204, le docteur Lapeyre, médecin milit (...)
  • 11  Erving Goffman, Stigmates. Les usages sociaux du handicap. Paris, Ed. de Minuit (1ère édition, 196 (...)

2A partir du récit des soldats et de leurs familles, nous nous proposons d’étudier le rôle du régiment comme lieu de réinsertion du soldat atteint d’un traumatisme psychique. Nous avançons l’hypothèse que la réinsertion professionnelle du blessé en régiment tient d’abord à la place donnée par l’armée de terre à l’histoire de la blessure et aux liens du soldat avec son régiment. La réinsertion socioprofessionnelle désigne le retour à une activité professionnelle, civile ou militaire, pour le blessé atteint d’un traumatisme psychique. Par traumatisme psychique, nous entendons les pathologies psycho-traumatiques de sévérité variable subies par le soldat et causées aussi bien par « la rencontre avec le réel de la mort5 » que par l’accumulation de stress lors des patrouilles et des combats. Selon Louis Crocq6, le traumatisme psychique (ou trauma) est un processus psychique d’effraction et de débordement du psychisme. Autrement dit, il désigne7 la condition dans laquelle se trouve une personne ayant eu l’expérience d’un événement difficile dont les effets touchent son psychisme. La blessure physique désigne les traumatismes du corps, reçus au combat ou du fait d’un accident survenu en service commandé entraînant diverses atteintes physiques comme l’amputation, des brûlures, une atteinte vertébro-médullaire associée à une paraplégie, des lésions crâniennes avec épilepsie. La notion d’expérience sociale8, que nous reprenons des études sociologiques de François Dubet pour appréhender la réinsertion du blessé, renvoie à plusieurs dimensions : d’abord les conditions dans lesquelles la blessure survient (au combat, au quartier), ensuite le discours du blessé sur ses orientations professionnelles (quitter l’armée ou poursuivre sa carrière), enfin le soutien institutionnel (aide administrative, soins médicaux, accompagnement du long terme) dont les effets combinés déterminent la représentation que les autres soldats du régiment se font du blessé. Nous y reviendrons. Dans le processus de réinsertion du blessé, la notion d’expérience sociale prend en compte la dimension subjective (du récit) de la blessure9. Pourtant, les histoires de réinsertion des blessés montrent que, bien souvent, il existe un écart entre la préférence de l’armée10 pour le maintien en milieu militaire et l’attention portée à l’histoire du blessé comme voie d’amélioration de la réinsertion socioprofessionnelle. Or c’est bien dans une attention portée à l’expérience subjective du blessé et à son histoire que les réponses les plus judicieuses peuvent être apportées en matière de réinsertion. L’enjeu, difficile, est de retrouver une place en régiment. Cette place ne peut être précisément celle que le blessé occupait auparavant. Dès lors, la réinsertion en régiment est possible pour ceux dont l’amélioration clinique et la motivation à réintégrer le régiment se rejoignent. L’étude des dynamiques institutionnelles de réinsertion des blessés en régiment contribue ainsi aux débats sur le retour en France des blessés de l’armée de terre. Pourquoi la réinsertion en milieu militaire du soldat blessé doit être étudiée comme une solution adaptée à l’histoire singulière du soldat ? Comment l’intensité de l’activité du régiment transforme la perception du corps blessé en corps exclu et stigmatisé11 ? Quelles limites apparaissent derrière la réinsertion socioprofessionnelle du soldat blessé en milieu militaire ?

3Cet article se base sur des données documentaires recueillies auprès des représentants de l’armée de terre chargés du soutien des blessés et sur des entretiens avec des soldats atteints de traumatismes physiques et psychiques, de retour d’Afghanistan (2009) et de Côte d’Ivoire (2004). Le propos n’est pas de discuter du travail des responsables militaires et associatifs dédiés au soutien des blessés mais d’offrir une perspective nuancée sur les dynamiques internes du régiment comme réponse institutionnelle à la réinsertion.

  • 12  Bruno Cabanes. Le retour du soldat au 20ème siècle. Perspectives de recherches. Revue historique d (...)

4Après avoir précisé la méthode, le contexte et la temporalité du recueil des données, l’article interroge l’ambivalence du régiment comme lieu de réinsertion socioprofessionnelle du soldat blessé, en particulier du militaire du rang (mdr). Il pose la question de la représentation collective du corps guerrier et de la perception de la blessure en régiment. Il s’en suit l’examen des dynamiques internes au fonctionnement de la vie régimentaire au regard de trois mécanismes contradictoires : d’abord la voie institutionnelle du retour en régiment comme voie d’héroïsation du blessé, ensuite la recomposition de la figure du héros blessé à travers les mécanismes sociaux dissimulés de stigmatisation, enfin l’obstacle culturel à reconnaître la blessure psychique, synonyme de renoncement des avoirs virils associés à la profession militaire. En substance, l’intérêt porté à l’expérience du blessé devient un enjeu du lien de l’armée à sa société et plus généralement pose la question d’une économie morale de la reconnaissance12 de la blessure de guerre.

1. Précisions méthodologiques : contexte et temporalité

  • 13  Les associations consultées sont l’association Terre Fraternité, Solidarité défense, l’Association (...)

5L’enquête de terrain démarre en 2010 et s’achève en octobre 2012. Elle rassemble plusieurs sources. D’abord une analyse de la documentation institutionnelle. L’enquête rassemble ensuite des témoignages avec des représentants des services hospitaliers de l’institution nationale des Invalides. 4 infirmières du service d’appareillage orthopédique des Invalides ainsi qu’un lieutenant-colonel commandant le cercle sportif de l’Institution nationale des Invalides (CSINI) ont été interrogés. Nous avons ensuite réuni les témoignages du commandant de la cellule d’aide aux blessés de l’armée de Terre (Cabat), de 2 officiers du bureau de la condition du personnel - environnement humain (bcp-eh) et des représentants de 5 associations chargées de la prise en charge des soldats blessés13. Ces témoignages ont permis d’appréhender puis d’esquisser ce que nous appelons dans ce texte « les conceptions institutionnelles » de la blessure. Nous avons ensuite réalisé des entretiens avec des soldats blessés du 3ième régiment d’infanterie de marine (3ièmerima) implanté à Vannes d’une part, et d’autre part avec des blessés pris en charge dans la durée par l’association « Terre et Paix ».

  • 14  Les « Forbans » désignent les soldats d’une section de la 1re compagnie du 3ième régiment d’infant (...)
  • 15  Dans la hiérarchie des domaines d’armes (ou arme d’appartenance) au sein desquels l’officier exerc (...)
  • 16  Ce régiment a été dissout suite aux réformes engagées en 2009 avec la modernisation de l’outil de (...)

6Le choix d’interroger les blessés du 3ièmerima tient au fait que ce régiment, plusieurs fois engagés en opérations extérieures en Afghanistan (2009) et au Mali (2013), compte, entre 2009 et 2012, 5 tués14 et près de 18 militaires du rang (mdr) atteints de traumatisme physique et psychique. En plus de l’intensité de son activité opérationnelle, le 3ièmerima est considéré dans l’armée de terre comme un régiment prestigieux dont l’identité professionnelle s’est construite autour du combat de l’infanterie, arme de mêlée15 par excellence de l’armée de terre, et symbole des valeurs martiales au cœur de la profession militaire. Parmi les personnes interrogées en entretien, 8 sont issus du rang, 4 sont sous-officiers et 2 sont capitaines. Nous avons également interrogé aux écoles de Coëtquidan un militaire du rang du 11ième régiment de char de Carpiagne16, blessé en Côte d’ivoire. Lors de l’enquête, tous ont un suivi psychologique. Le témoignage du psychologue des Invalides et l’entretien avec le lieutenant-colonel de la cellule d’intervention psychologique de l’armée de Terre (CISPAT) complètent l’échantillon qualitatif.

7L’approche compréhensive appelle des remarques sur la spécificité du recueil des données en milieu militaire. La plupart des soldats interrogés vient d’une arme de mêlée, l’infanterie et d’un régiment de la même arme. Cette appartenance à l’infanterie accentue la dimension virile associée au métier militaire et constitue un obstacle culturel dans la capacité du blessé à se reconnaître lui-même comme blessé. Les témoignages des soldats blessés ont été recueillis en milieu militaire. Ce contexte n’a pas favorisé l’expression d’un parole libre des militaires du rang dont le discours fut d’autant plus contrôlé que, lors des entretiens, le président de l’amical des sous-officiers était présent. Cette situation a eu des effets sur le contenu des entretiens. Plusieurs fois, les informateurs ont rappelé les aspects positifs du soutien apporté par le régiment et plus largement par l’armée. Au cours de la conversation, ils ont souvent recherché l’approbation de leur chef hiérarchique sur l’efficacité du dispositif de prise en charge médicale du blessé et sur les procédures de reconnaissance juridique de la blessure. Les entretiens réalisés en présence des supérieurs hiérarchiques donnaient en définitive un discours assez consensuel sur la prise en charge des blessés. En première approche, ce discours écartait les points faibles du dispositif et s’interdisait toutes remarques sur les voies d’amélioration potentielles dans le soutien institutionnel apporté au blessé. Pour surmonter cet écueil, nous avons privilégié les situations informelles indispensables au recueil d’une parole libérée de toutes contraintes hiérarchiques et institutionnelles : les déjeuners pris en milieu civil, les discussions menées sur le trajet vers la salle de réunion, le temps de l’apéritif au cours duquel notamment le chef hiérarchique se tenait éloigné des informateurs. Loin de leur chef hiérarchique, dans ces moments informels, entre deux temps formels, les informateurs complétaient leur propos par des postures critiques envers l’armée et revenaient sur les difficultés de leur retour à la vie civile.

2. Le discours de l’institution militaire sur la réinsertion socioprofessionnelle

  • 17  C’est par exemple le rôle de la cellule d’intervention et de soutien psychologique de l’armée de t (...)
  • 18  Il s’agit du bureau de la condition du personnel - et environnement humain (BCP-EH).

8Les perspectives officielles sur la réinsertion du soldat blessé ont peu changé depuis les années 1993 lorsqu’est crée la cellule d’aide au blessé de l’armée de terre. Le discours dominant dans l’institution militaire comporte deux éléments fondamentaux : réintégrer le blessé au sein de son régiment et répondre à l’urgence après la blessure. Trois services17 de l’armée de terre conduisent la mise en œuvre des politiques en matière de soutien au blessé: la cellule d’aide au blessé de l’armée de terre (cabat), coordonnant le dispositif institutionnel de soutien avec l’association Terre fraternité, et le bureau de l’armée de terre dédié à la condition du personnel18.

  • 19  Bruno Dary, « Les intouchables de la république », dossier : le soutien aux blessés, Revue Le Caso (...)

9La réinsertion du soldat blessé en milieu militaire est d’abord dans le discours officiel le témoignage de l’expression d’une reconnaissance institutionnelle pour le « sang versé et impose un surcroit de respect 19» à l’égard des soldats. Un tel discours puise ses origines dans le lien entre le sacrifice des soldats et le devoir de reconnaissance de l’armée et de la société à leur égard. En effet, les cérémonies publiques d’hommage aux soldats morts pour la France, auxquelles les blessés participent, tenues à l’Institution nationale des Invalides avec le président de la République, chef des armées ou les commémorations du souvenir manifestent la reconnaissance du corps social. Cet état de fait rappelle les propos de Clémenceau au sujet des blessés de la première guerre mondiale selon lesquels « ils ont des droits sur nous ». Ces droits sont garantis par l’action de l’armée de terre et ses organismes. En 2012, les officiers de la cabat décrivent ainsi leur mission.  

  • 20  Thierry Maloux, est colonel et directeur de la cellule. Idem, page 18. Le « plan hommage » est une (...)

« La cabat devient sans limite de temps la responsable du contrôle en tant que point de convergence des informations concernant les blessés et les familles de soldats décédés. Elle fait la synthèse des informations entre les multiples acteurs, facilite et coordonne les actions. Elle agit dans l’urgence en liaison avec les unités (...) et dans le cadre du plan hommage20 ».

  • 21  Ibidem page. 24.
  • 22  Lors de l’enquête, l’association est présidée par l’ancien chef d’état-major de l’armée de terre, (...)

10Au-delà des hommages organisés et de la reconnaissance institutionnelle manifestée, la cabat aide le blessé à se réinsérer, notamment dans le milieu militaire. C’est l’objectif rappelé par le chef de service en médecine physique et réadaptation à l’hôpital d’instruction des armées de Percy : « l’idée comme le souligne la cabat, est de réintégrer le blessé au sein de son régiment 21». Pour l’institution, une telle voie constitue pour le blessé, et dans l’urgence, une première étape dans le processus de réinsertion sociale, après la consolidation médicale de son état physique et psychique. Dans ce domaine, l’action de la cabat est renforcée sur le terrain par l’appui apporté par l’association Terre Fraternité22, étroitement liée à l’institution militaire.

  • 23  Terre fraternité. « A cœur ouvert », Revue Terre Info Magazine, n° 233, avril 2012, p 18.

11L’association Terre Fraternité est spécialisée dans le domaine de l’urgence en matière de soutien au blessé. Par exemple, pour la prise en charge de la famille du blessé, l’association Terre Fraternité finance principalement le transport, l’hébergement ou l’alimentation lors des visites à l’hôpital. C’est d’abord l’action dans l’urgence, explique le général Bernard Thorette. « Les familles parfois dans un grand dénuement psychologique et matériel ont besoin d’aide dans l’instant. C’est ce qui constitue 80% de notre action23 ». L’enjeu est donc de réintégrer le blessé en milieu militaire, parfois dans l’urgence, pour répondre à une demande individuelle et témoigner de la reconnaissance institutionnelle. Toutefois, l’étude de l’activité sociale du régiment nuance la portée d’un tel discours et l’efficience de cette réponse. La singularité des histoires des blessés et l’application des solutions individuelles renouvellent les questions posées par la réintégration du blessé en milieu militaire.     

3. L’ambivalence du régiment

  • 24  Signalons les travaux fondateurs de Karl Abraham, Contribution à la psychanalyse des névroses de g (...)
  • 25  Louis Crocq. Les traumatismes psychiques de guerre, Odile Jacob, 1999. Lieutenant Cyril Berquet, « (...)
  • 26  Kathryn Faulk, Christian Gloria, Jessica Duncan Cance, Mary Steinhardt, « Depressive symptoms amon (...)
  • 27  Stéphane Tison, « Traumatismes de guerre et commémorations », Guerres mondiales et conflits contem (...)
  • 28  Bertrand Pachoud, 2009, « La problématique de l’insertion professionnelle des personnes présentant (...)

12La grande majorité des études sur la réinsertion en régiment des soldats atteints de troubles psycho-traumatiques a été conduite par des chercheurs faisant partie ou étant proches des institutions militaires. Ces études - dont beaucoup ont pour sujet les traumatismes de guerre24 - traitent des blessures psychiques engendrées par la violence au combat, du traitement psychanalytique des névroses de guerre25 et des symptômes du traumatisme post-guerre26. Ces études visent notamment à comprendre les manifestations de la blessure psychique du combattant27 pour améliorer sa prise en charge et offrir une réponse institutionnelle à la réhabilitation sociale et professionnelle du blessé. De telles approches largement dominées par la perspective médicale (et psychologique) ignorent les dynamiques sociologiques liées à l’expérience de la blessure dans la réinsertion du soldat car elles reviennent sur la clinique du traumatisme qui met l’accent sur les obstacles personnels à la réinsertion professionnelle et sur la symptomatologie du traumatisme de guerre, en particulier du handicap psychique. Dans cette approche, la réinsertion est conditionnée par la santé physique et psychique du blessé. Elle n’intervient que si l’état de santé du blessé est « consolidé » c’est-à-dire sans possibilité d’évolution. L’interprétation en termes médicaux de la réinsertion mis en valeur par ces études conditionne la question de la réinsertion à l’état de santé du soldat associé à la « conséquence d’un déficit ou d’une incapacité de l’individu [causée par son handicap], qui doit par conséquent s’adapter28».

  • 29  Bruno Cabanes, La victoire endeuillée, la sortie de guerre des soldats français, 1918-1920, Paris, (...)
  • 30  Stéphane Audouin-Rouzeau. Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (19ième-20i (...)
  • 31  Nathalie Duclos (dir.). L’adieu aux armes ? Parcours d’anciens combattants. Paris, Karthala, 2010; (...)
  • 32  Bruno Cabanes et Guillaume Piketty. Retour à l’intime au sortir de la guerre. Paris, Tallandier, 2 (...)
  • 33  Christophe Prochasson et Stéphane Audouin-Rouzeau, Sortir de la Grande Guerre : le monde et l’aprè (...)
  • 34  Stéphane Tison. Comment sortir de la guerre: deuil, trauma, traumatisme. Rennes, Presses Universit (...)
  • 35  Charles Milliken, Jennifer Auchterlonie, Charles Hoge, « Longitudinal assessment of mental health (...)
  • 36  Dans un article publié dans la revue « Le Casoar », le Général d’armée Georges W. Casey, ancien ch (...)

13Mis à part les travaux d’historiens29 et de socio-anthropologues intéressés par l’expérience combattante30 et ses conséquences sur le corps et les âmes et, ceux consacrés aux sorties de guerre31, peu de chercheurs ont étudié de manière empirique le rôle du régiment dans la réinsertion des soldats blessés de guerre. Même si l’on peut retrouver des références dans la littérature consacrée à ce thème. Par exemple, les minutieuses enquêtes en histoire contemporaine et en anthropologie de Bruno Cabanes et Guillaume Piketty32 sur le « retour à l’intime au sortir de la guerre » et celle de Stéphane Audouin-Rouzeau sur la grande guerre33 continuent d’offrir des descriptions détaillées des enjeux institutionnels et individuels posés au soldat de retour de guerre, bien qu’elles se focalisent pour la plupart sur l’expérience combattante durant la seconde guerre mondiale, avec des développements consacrés au thème de la blessure. En revanche, les travaux de Stéphane Tison34 ont actualisé, sur de nombreux points, les recherches antérieures et pointé des problématiques nouvelles liées à l’enjeu de la reconnaissance sociale du blessé et de la commémoration. Néanmoins, malgré ces quelques études en matière de réinsertion, on déplore le manque d’informations qualitatives sur les aspects les plus fondamentaux du retour en régiment, comme par exemple les chiffres exacts des effectifs de blessés réinsérés en milieu militaire. Charles Milliken35 surmonte certains de ses problèmes en conduisant une étude psychosociologique en 2007 consacrée aux difficultés du retour de guerre des soldats américains à partir d’entretiens avec des membres-clés de l’armée américaine dans le but d’examiner les modalités de réinsertion du vétéran de l’US Army. L’analyse adopte une approche similaire à celle de Milliken sur la réinsertion du soldat blessé et pose la question du retour en régiment comme lieu de réinsertion socioprofessionnelle36. Or, en étudiant l’activité du régiment, trois éléments permettent d’interpréter autrement la solution du régiment comme réponse institutionnelle: d’abord le régiment comme lieu institutionnel d’héroïsation du blessé, ensuite l’activité du régiment comme activité de stigmatisation par le jeu des interactions internes recomposant la figure de héros associée au soldat blessé, enfin le silence du soldat en régiment sur sa blessure psychique pour préserver la confiance des autres.

Le retour en régiment, lieu de la construction institutionnelle de la figure du héros et de la reconnaissance

  • 37  Les engagés volontaires ont une carrière courte dans l’armée. Leur contrat professionnel, renouvel (...)
  • 38  Humbert Boisseaux, « Le soldat, son corps et la mort », pp 89-93 dans Christian Benoît, Gilles Boë (...)

14Au cours de l’enquête, nous avons rencontré un médecin psychiatre de l’armée de terre. Il nous rapporte son expérience de la prise en charge des soldats blessés, qu’ils soient engagés volontaires37 ou militaires de carrière. Selon lui, la prise en charge en milieu militaire permet d’éviter la perte d’identité liée à la blessure. Les rituels propres à reconnaître le sacrifice consenti ainsi que les mesures de réparation sont également de nature à contribuer à ce que le combattant ne s’isole pas dans une position de victime38. Pour saisir les dynamiques internes au régiment, suivons l’histoire d’un soldat que nous appelons Patrick, blessé en Afghanistan et issu d’une arme de mêlée (infanterie). Son histoire est révélatrice à la fois de la nécessaire attention portée à la singularité de la blessure et des logiques sociales dissimulées par l’activité du régiment. Patrick souffre d’une blessure physique associée à des symptômes de stress post-traumatique.

« Patrick a été blessé en Afghanistan dans une embuscade en 2009. Il a reçu un éclat dans le bras, a perdu l’usage musculaire de son bras et dois protéger ce bras blessé par le port quotidien d’une gaine noire. Patrick souffre d’une blessure physique de laquelle résultent des troubles psychiques.

Il fait des rêves qui le réveillent. Il a des flashs. Il est angoissé par les bruits qui le font frémir comme les claquements de portes ; certaines odeurs lui évoquent des souvenirs de combat qu’il souhaite oublier. Après plusieurs mois de soins médicaux pour consolider sa blessure, sa compagne le quitte. Ce fut pour lui une période difficile. Il sombre, raconte-t-il. Pour lui, c’était la double peine ! Il admet avoir picolé et s’être laisser-aller. Pendant une période, avoue-t-il, il consomme de l’alcool tous les jours.  

  • 39  Entretien avec un militaire du rang, caporal, âgé de 26 ans (au moment de l’enquête) et blessé en (...)

Le suivi psychologique l’aide à sortir la tête de l’eau. Les retrouvailles avec les camarades du régiment lui font du bien, assène-t-il. Il nous dit : « C’est ce qui me permet d’être là devant vous…debout ! » Dans la durée, raconte-il, le lien de confiance est porté vers le frère d’armes. Le régiment, il y tient beaucoup et s’y sent bien. Et s’il est muté en dehors, il pense quitter l’armée. Pour lui, rester en régiment, c’est rester dans ses habitudes. Même blessé, il y trouve sa place, une autre place. Il reconnaît ne plus pouvoir accomplir un certain nombre de tâches depuis sa blessure et admet rencontrer des difficultés à exécuter ses missions comme il pouvait le faire avant la blessure. Puis, poursuit-il : « Il y a quelque chose de changer c’est évident. C’est comme ça, il faut faire avec. Nous avons un vécu commun. Nous avons vu des choses inoubliables avec les gars ; ça vous marque pour la vie », lance-t-il. « Les soldats blessés veulent rester dans l’institution. Quand on est en régiment avec ses gars, votre première famille ce sont les copains ! En régiment c’est plus facile, je n’ai pas à dire trois cent fois ce qui m’est arrivé. Les mecs savent ce que j’ai vécu. On me regarde comme un soldat blessé au combat. J’ai donné une partie de moi au feu 39».

Autre histoire, celle de Loïc, au physique robuste, est sous-officier, âgé de 41 ans et soldat au 2ième régiment d’infanterie de marine (rima). Loïc est diagnostiqué « spt », état de stress post-traumatique, par le service de santé des armées (ssa). Il compte 21 ans de service. Loïc est marié et père de 4 enfants. Il a accompli plusieurs opérations extérieures en Afghanistan et en Côte d’ivoire. Il raconte, avec une voix pleine d’émotion, son histoire. Loïc est chef de combat et responsable d’une dizaine d’hommes et de beaucoup de matériel. Il était en tête de combat. Il nous indique avoir affronté sa peur et sa crainte de mourir en opération. Deux mois avant la fin de la mission, il est victime d’un accident avec son véhicule de l’avant blindé (VAB). Cet accident est en apparence anodin. Il percute un véhicule civil susceptible d’être un suicide bomber. Cet accident fait deux morts civils. Il y a un constat. Puis, l’événement est oublié et rangé dans la « case travail ». De retour en France, après sa mission, très vite, il présente une symptomatologie d’état de stress post traumatique. Il fait des cauchemars où il voit, sous forme de flash back, les visages des victimes, un enfant et l’adulte tués. Ces cauchemars sont répétitifs et défilent dans sa tête la nuit et l’empêchent de dormir. La journée, il est perturbé. Cet état gêne son quotidien, ses activités, ses relations familiales et affectives. Monsieur Loïc rencontre des difficultés à s’occuper de ses enfants et nourrit de la rancœur à l’égard de l’armée : il jette ses médailles et se coupe de son régiment. Il admet en entretien que les histoires de héros et de cérémonies militaires ne l’intéressent pas. Il se sent seul et peu soutenu. Il fait une tentative de suicide. Sa femme le convainc de se soigner. Il est pris en charge par le service psychiatrique de Percy.

  • 40  Entretien réalisé aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

Loïc avait été en Côte d’ivoire pendant l’épisode de Bouaké au cours duquel plusieurs soldats français avaient été tués après un bombardement de l’aviation ivoirienne. C’est au cours de cet événement qu’il est exposé à des situations potentiellement traumatisantes : des corps déchiquetés, des amis qui décèdent, d’autres blessés gravement. Mais semble-t-il, aucun de ses événements n’a déclenché de stress post traumatique et n’avait « fait trauma ». C’est l’Afghanistan et cet accident en apparence anodin qui deviennent le facteur déclencheur de son stress post traumatique. Depuis le mois d’octobre 2011, Loïc est pris en charge au service psychiatrique. Il n’est plus un mari, il n’est plus un militaire, il n’est plus un soldat. Il était selon ses propres mots méconnaissables et ne se reconnaissait plus. Il a été durant 9 mois hospitalisé à Percy pour des durées variables, allant de 3 à 9 mois pour des cauchemars et des flashs back invalidants. L’hôpital est devenu une deuxième maison40. Il raconte que le service de santé des armées l’a aidé à renouer avec l’institution militaire. Et après une longue période de colère envers l’armée, il souhaite désormais réintégrer son régiment.

15A leur retour des combats, les soldats blessés regagnent leur régiment où ils sont réinsérés en fonction de leur état d’invalidité ou de la sévérité de la blessure. Depuis 2012, l’état-major de l’armée de terre réserve des postes professionnels adaptés aux blessés. Pour les militaires du rang blessés dont nous avons recueilli le discours, le retour en régiment est d’abord vécu comme une volonté de se réapproprier des repères sociaux et professionnels troublés par plusieurs semaines d’hospitalisation impliquant un éloignement du régiment. Retrouver ses camarades, prendre un emploi aménagé en régiment, se réinsérer dans le système de solidarité professionnelle induit par la vie en régiment constituent une première étape de leur réinsertion professionnelle.

  • 41  Entretien avec un militaire du rang, en octobre 2012 aux écoles de de Saint-Cyr Coëtquidan.

« Le retour en régiment après plusieurs semaines d’hospitalisation m’a aidé à me voir comme un soldat41 ».

  • 42  Entretien avec un militaire du rang, en octobre 2012, aux écoles de de Saint-Cyr Coëtquidan.

« On ne se sent pas inutile. On reste digne, on est avec les gars42. »

16Entre « frères d’armes » et de retour d’opérations extérieures, les militaires du rang blessés réintègrent un groupe social où leur blessure fait sens. Ils endossent la figure de héros, présenté comme tel par le chef de corps du régiment et par l’armée.

17Lorsqu’ils sont réinsérés dans leur régiment comme le 3ièmerima de Vannes, les soldats blessés occupent des emplois administratifs où ils accomplissent des tâches de secrétariat, de comptabilité, de suivi des matériels militaires, de vérification des procédures de sécurité ou des stocks de munitions. Le profil des « postes réservés aux blessés » du régiment met en valeur des activités essentiellement administratives indispensables au fonctionnement du régiment. Cette réinsertion en milieu militaire est également vécue par eux comme le témoignage d’une reconnaissance au nom de leur engagement au profit du régiment. Mais, bien au-delà du discours institutionnel sur la reconnaissance, les entretiens réalisés ont mis en valeur le besoin d’approbation du choix de reconversion dans la vie civile recherché auprès de leur commandant d’unité et de leurs chefs de section. Cette approbation se manifeste par la pérennité du lien avec l’armée malgré le départ de l’institution. Or certains exprimaient encore leur crainte de voir disparaître ce lien tissé avec les officiers du régiment, en particulier avec leur chef de section.

18Replacé en milieu militaire, le blessé est réinséré dans un système de solidarité, en contraste avec la solitude et l’isolement associés à la blessure visible (amputation d’une jambe ou d’un bras) ou invisible (état de stress post-traumatique). Regagner les rangs est la réponse institutionnelle de la reconnaissance du sang versé ; du moins en apparence. Car la croyance à la réinsertion en milieu militaire comme moyen d’une reconnaissance institutionnelle est nuancée par les dynamiques du régiment. En effet, l’intensité de l’activité professionnelle du régiment redéfinit la figure de héros associée au blessé.

Le régiment, lieu de stigmatisation du soldat blessé

  • 43  Marcel Calvez, « Le handicap comme situation de seuil : éléments pour une sociologie de la liminal (...)

19L’intensité de l’activité du régiment bouleverse l’image du blessé. Les affectations professionnelles, le jeu des mutations et le turn-over des soldats accroissent leur indifférence pour un des leurs diminué physiquement par la blessure. C’est le cas du caporal-chef Laurent, handicapé de la main après son engagement en Afghanistan. Il nous explique qu’après l’Afghanistan, il a été engagé en Côte d’Ivoire. Le régiment était mobilisé sur ces deux théâtres. Les soldats s’entraînaient, se conditionnaient et se préparaient à la projection. L’intensité de l’activité du régiment est telle qu’elle ne laisse pas de place à l’apitoiement et aux faiblesses physiques des hommes. Dans ce contexte, la blessure physique en tant que stigmate sacrificiel disparaît aux yeux des pairs. Le soldat blessé perçu comme un symbole de bravoure et de courage devient le soldat handicapé, incapable de s’adapter à l’intensité de l’activité du régiment. Il est placé en situation de « liminalité c’est-à-dire de seuil dans lequel il flotte dans les interstices de la structure sociale43 ». En fait, le soldat blessé est situé dans une dynamique en régiment qui produit la fiction d’un jeu social égalitaire - traduit dans la formule d’une fraternité d’arme à laquelle seuls les valides appartiennent - alors que les dotations initiales des acteurs sont désormais inégalitaires (l’intégrité physique est atteinte par le handicap). La blessure devient dans ce contexte un élément de profonde déstabilisation, car au sentiment de perte s’ajoute l’insécurité d’un environnement devenu brutalement étranger. Le regard de l’autre change après le retour de l’opération extérieure : il subsiste un mélange à la fois de jalousie et d’incompréhension pour ceux des soldats qui n’ont pas effectué d’opération extérieure ou n’ont pas connu l’expérience du feu. Un blessé raconte :

  • 44  Entretien avec un sergent-chef blessé en Afghanistan en 2006.

« On ne parle plus le même langage. Des plaisanteries douteuses font resurgir les faits que l’on veut oublier et des émotions qui nous éloignent des autres »44.

20Peu à peu, l’histoire du blessé se perd dans la vie régimentaire. Déconnecté de l’image de héros qu’il endosse, le blessé est désormais vu comme une personne handicapée, diminuée des avoirs virils du guerrier. Il passe du statut de héros, auréolé de l’épreuve du feu, fondatrice de l’identité militaire à celui d’amputé, stigmatisé pour sa différence physique.

  • 45  Jean-Philippe, Rondier, op.cit.
  • 46  Monique Castillo. « Le corps collectif du soldat », Revue Inflexions, n°12, 2009, pp 127-141.
  • 47  Patrick Godart. Le guerrier et la danseuse étoile. Revue Inflexions, n°12, 2009, pp 23-37.

21De fait, l’enthousiasme lié au retour en régiment s’efface. La solidarité des soldats autour du blessé s’affaiblit. Pour lui, le retour au quotidien devient insupportable : l’incapacité due à ses blessures gêne son travail, le groupe de combat auquel il appartenait s’est dissout. Dès lors, « le bouleversement des coordonnées d’inscription culturelles du blessé dans l’institution militaire le dépossède de son langage corporel institué »45. Blessé, le corps du soldat n’est plus un corps discipliné, entraîné et aguerri. Supplicié, il échappe au discours institutionnel et à la finalité coercitive assignée par le métier: le corps blessé perd son identité guerrière sans endosser celle du corps glorieux. Or, ce corps blessé ne correspond plus à « la traduction physique de l’appartenance et de la fonction »46. Dès lors, la métamorphose du corps et ses questionnements identitaires accroissent la souffrance du blessé et obèrent ses capacités à rester en régiment. On retrouve ce travail institutionnel sur le corps façonné47 dans les écrits de Michel Foucault autour de la production du corps ordinaire en corps discipliné, véhicule d’un langage institutionnel.

  • 48  Entretien de l’auteur, un mdr du 3ièmerima.

« Lorsque j’ai compris que j’allais vivre comme ça [amputé] le restant de mes jours, j’ai été anéanti. Le régiment, ce n’était plus ma place, je n’étais plus à ma place. Les copains étaient partis, les jeunes ne connaissaient rien de l’Afghanistan. On sentait bien qu’ils avaient seulement envie d’en découdre et de se battre. Après tout, ils étaient là pour ça. J’ai compris que je ne serai plus le soldat que j’ai été. Je ne suis plus ce que vous [armée] attendez que je sois, je dois reconquérir mon corps. J’ai perdu ma jambe, je ne veux pas perdre mon identité de soldat48 ».

  • 49  Charles Ardant du Picq. Etudes sur le combat antique et moderne. Paris, Imhaus et Chapelot Editeur (...)

22Si, pour l’armée, le blessé est potentiellement un héros, la vie en régiment dessine une autre voie de construction d’un tel statut. En effet, les interactions des soldats en régiment, celles qui permettent « de coudre les hommes ensemble»49 au moyen de liens forts engendrent une représentation éloignée du discours institutionnel sur le héros. William Manchester dans l’ouvrage Good bye Darkness rapporte son expérience dans le pacifique durant la Seconde guerre mondiale : « les hommes je le sais aujourd’hui, ne combattent pas pour un drapeau, un pays, le corps des marines, pour la gloire ou pour quelque autre abstraction. Ils combattent l’un pour l’autre ».

  • 50  Patrick Fougeyrollas. Processus de production du handicap. Québec, réseau international sur le pro (...)

23La figure du héros n’est pas seulement le résultat d’un travail institutionnel. Elle est également le produit d’un processus de définition par le « bas » fondé sur les interactions des soldats en régiment, sur leurs comportements au combat (comme le courage manifesté par un soldat mettant en jeu sa vie pour en sauver une autre), sur les histoires de bravoure, de courage, de peurs, de souffrance, fondatrices d’une hiérarchie interne et d’une héroïsation « du dedans ». L’héroïsation du blessé handicapé reprend la logique des Disability studies et l’analyse du modèle social du handicap développée par Patrick Fougeyrollas50. Dans cette perspective, l’héroïsation du blessé résulte d’un processus culturel et social (et non exclusivement institutionnel) qui permet de justifier et de produire les places spécifiques de chacun dans l’ordre des représentations des personnes en situation de handicap. Dès lors, le régiment n’est pas exonéré du processus de production des représentations associées à la figure héroïque du blessé. Cette héroïsation repose sur des interactions internes. D’abord celles issues de l’activité quotidienne du régiment (les rassemblements, l’entraînement, le temps passé entre pairs) et à partir desquelles les soldats reconnaissent ceux qui ont accompli des actes héroïques et avec lesquels ils partagent leurs « petites histoires de guerre» c’est-à-dire des histoires de camaraderies, de peurs face à la violence des combats, d’aventures, de souffrance, de mort mais également de courage. L’héroïsation passe également par le regard approbateur du soldat et une écoute respectueuse envers celui dont l’expérience du combat jalonne la carrière professionnelle. Cette logique nuance la perspective institutionnelle et politique de construction de la figure héroïque.

24Vécu par les soldats comme une logique d’assignation en décalage avec la logique du régiment, le discours institutionnel n’est pas suffisant pour faire du blessé un héros parmi « les siens ». La singularité de la blessure (de nature psychique ou physique), les conditions dans lesquelles elle est survenue et l’intensité des relations entre les soldats sont essentielles et reconfigurent en régiment la représentation du héros blessé, en dehors des voies institutionnelles. Ces mécanismes sont décrits par Paul, blessé en Afghanistan après l’explosion d’une bombe artisanale et amputé d’une jambe. Il nous livre sa souffrance, évoque le regard des autres et sa situation de personne handicapée. Il insiste sur son état pour lequel il ne voit aucun acte héroïque. Paul raconte :  

  • 51  Entretien de l’auteur, un capitaine atteint de stress post-traumatique.

«En Afghanistan, je me suis blessé. Le seul fait d’être allé en Afghanistan n’a pas fait de moi un héros. J’ai accompli mon devoir et mon engagement. Le héros c’est celui qui met sa vie en danger pour sauver celle d’un autre camarade. L’acte héroïque consiste à mettre sa vie en danger alors que soi-même on est fragilisé et engage sa propre vie au risque de la perdre. « Je ne me sens pas dans la peau d’un héros. J’ai sauté sur une mine, j’ai perdu ma jambe, il n’y a rien d’héroïque à cela. Je suis assez gêné par l’admiration que l’on peut me manifester alors que je ne suis qu’un blessé suite à mon engagement». Je suis handicapé, ce n’est pas facile, les soins, le regard parfois condescendant des gens, l’ignorance des autres. Puis il nous dit : Il n’y a pas d’héroïsme à être blessé. Le héros est peut-être celui qui revient de la guerre sans blessure. Celui qui a exposé sa vie et vu des choses à la limite de l’humanité51 ».

25La figure du héros est une construction sociale, par le bas, liée aussi bien à l’histoire singulière de la blessure qu’à la dynamique du régiment, l’autre voie de la reconnaissance. Dès lors, elle se construit à l’intérieur du régiment, par le jeu des interactions, loin des dynamiques institutionnelles attribuant ipso facto et de façon collective le statut de héros à tous les blessés de l’armée de terre. Il en résulte que, le régiment place le blessé dans un processus d’héroïsation bien plus durable que le discours institutionnel, souvent reçu comme une reconnaissance « à bas coût». La construction institutionnelle de la figure de héros se complexifie avec la blessure psychique dont la souffrance reste, pour le blessé, difficile à reconnaître et à évoquer en régiment.

Garder le silence sur la blessure pour préserver la confiance du groupe

  • 52  L’obstacle culturel désigne la difficulté du soldat à mettre des mots sur des maux en raison des v (...)
  • 53  Malgré l’identification difficile de ces troubles, le Ministère de la Défense et des Anciens Comba (...)
  • 54  Le centre de recherche des écoles de Coëtquidan a organisé à l’Institution nationale des invalides (...)
  • 55  Médecin en chef Franck de Montleau, professeur agrégé du Val de Grâce, chef du service de psychiat (...)
  • 56  Avec les engagements militaires en Afghanistan en 2001, en Côte d’ivoire en 2004, au Mali en 2013, (...)

26Dans l’armée, l’obstacle culturel52 lié aux valeurs militaires amène le blessé à garder le silence sur sa souffrance, en particulier lorsque la blessure prend la forme d’un stress post-traumatique53. Ce comportement du silence est d’autant plus marqué que les enquêtés sont issus du 3ième régiment d’infanterie de marine centré sur l’arme de l’infanterie, l’arme de mêlée qui exalte les valeurs viriles. En effet, le combat au contact direct de l’adversaire ainsi que les spécificités professionnelles faisant du fantassin le soldat au cœur de l’action militaire développent une culture militaire écartant toutes les formes de faiblesses physiques et morales supposées être en dehors du cœur de métier militaire : la préparation et l’exécution du combat sur ordre politique. Tant et si bien que plusieurs soldats blessés éprouvent encore un sentiment de honte à reconnaître leur souffrance psychologique influencés par cet ethos culturel du fantassin pour lequel toutes plaintes renvoient à de la faiblesse. En dépit d’une volonté institutionnelle de changer les comportements,54 la blessure psychique reste encore taboue dans l’institution militaire. Pour plusieurs raisons : d’abord parce qu’elle bouleverse les coordonnées d’inscription du soldat en régiment. En effet, demander un soutien psychologique auprès de la cellule d’intervention et de soutien psychologique (cispat) est encore assimilé à un signe de faiblesse et de renoncement aux avoirs virils attachés au métier militaire. Dans l’armée, « la connotation de la blessure psychique du côté de la faiblesse, de la lâcheté et de la défaillance de ceux concernés par la souffrance psychologique individuelle55 » est toujours aussi forte, en dépit de l’amélioration du dispositif de soutien psychologique56 crée après la guerre en Afghanistan. Ensuite, la blessure psychique ne « passe toujours pas » en raison de la croyance institutionnelle selon laquelle elle est une menace pour la cohésion du régiment et un risque pour l’intégrité du groupe (le bataillon, la compagnie, la section). Enfin parce que l’aveu d’un stress post-traumatique fait craindre des conséquences d’ordre administratif sur la carrière. Pour le soldat, le fait de reconnaître un stress post-traumatique nuit à la carrière militaire. La mention qu’une aide psychologique dans le dossier militaire est encore associée à la crainte d’une carrière ralentie ou d’un contrat non renouvelé, en particulier pour les militaires du rang sous contrat.

  • 57  Pascal Baeriswyl. « La pesanteur des blessures invisibles », La Liberté, 1er avril 2011, pp 10-11.

27On retrouve cette « culture du silence » dans les études de l’armée américaine sur ce thème et pour laquelle, un sondage effectué en 2008 par l’Association psychiatrique américaine, montrait que 61% des militaires interrogés estimaient que demander un soutien psychologique57 aurait un impact négatif sur leur carrière.

28Si le retour en régiment permet au blessé de retrouver des repères identitaires et professionnels, sur le long terme, celui-ci s’oriente vers des associations souvent loin du régiment et proche géographiquement de son domicile. Les associations locales, proches de son lieu de résidence assurent dès lors un suivi au plus près du blessé en continuité des actions conduites par la cellule d’aide de l’armée de terre. L’articulation entre les associations locales de proximité avec les organismes institutionnels basés à Paris accroît l’efficacité du soutien apporté au blessé.   

Conclusion

29L’étude des histoires singulières de la blessure des soldats de retour d’Afghanistan et de Côte d’ivoire a mis en évidence les dynamiques institutionnelles et internes à l’œuvre dans le processus de leur réinsertion en milieu militaire. Des processus d’héroïsation institutionnelle, de stigmatisation et de construction de la figure héroïque par le jeu des interactions en régiment constituent les dynamiques sous-jacentes de la réinsertion socioprofessionnelle du blessé en milieu militaire. Ces dynamiques se dissimulent derrière le discours officiel présentant la réinsertion en régiment comme une réponse à l’enjeu de reconnaissance posé par le blessé. Mais les voies de réinsertion socioprofessionnelle du blessé ne trouvent leur pertinence que dans la connaissance de la singularité des histoires des blessures du soldat. Cette logique dessine bien des voies spécifiques de réinsertion. C’est bien la principale difficulté à laquelle fait face l’armée dans le soutien qu’elle apporte au soldat blessé en service. Si le régiment apporte une première partie de la réponse en matière de réinsertion sociale, c’est bien dans une réflexion qui articule l’histoire singulière du blessé et le régiment que s’interprète la problématique de la réinsertion du soldat blessé en milieu militaire.

Haut de page

Bibliographie

Ardant du Picq, Ch. Etudes sur le combat antique et moderne. Paris, Imhaus et Chapelot Editeur, 1914.

Audouin-Rouzeau, S., La guerre au 20ième siècle, l’expérience combattante. La documentation française, dossier n° 8041, 63 pages.

Baeriswyl, P. « La pesanteur des blessures invisibles », La Liberté, 1er avril 2011.

Benoît, C., Boëtsch, G., Champeaux, A., Deroo, E., Le sacrifice du soldat, Paris, CNRS éditions, 2009.

Calvez, M. « Le handicap comme situation de seuil : éléments pour une sociologie de la liminalité », Revue des Sciences Sociales de la Santé, vol.XII, n°1, 1994.

Casoar (Le), « Mort pour la France », Revue trimestrielle de la saint-cyrienne, n°203, octobre 2011.

Castillo, M., « Le corps collectif du soldat », Revue Inflexions, n°12, 2009, pp 127-141

Crocq, L. Les traumatismes psychiques de guerre, Odile Jacob, 1999

Dary, B., « Les intouchables de la République », dossier : le soutien aux blessés, Revue le Casoar, janvier 2012, n°204

Dubet, F. Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1995, 271p.

Duclos, N. L’adieu aux armes ? Parcours d’anciens combattants. Paris, Karthala, 2010.

Foucault, M., Surveiller et punir. Paris, éditions Gallimard,1975.

Fougeyrollas, P. Processus de production du handicap. Québec, réseau international sur le processus de production du handicap, 1997.

Gray, J. G, The warriors. Reflections On Men in Battle. Etats-Unis, University of Nebraska Press, 1959

Milliken C., Hoge C, Auchterlanie J-L. « Longitudinal assessment of mental health problems among active and reserve component soldiers returning from Iraq war », The Journal of Medical Association, 14 nov. 2007.

Godart, P., . Le guerrier et la danseuse étoile. Revue Inflexions, n°12, 2009, pp 23-37.

Gardien, E. L’apprentissage du corps après l’accident : sociologie de la production du corps. Grenoble, presses, universitaires de Grenoble, 2008.

Goffman, E. Stigmates, les usages sociaux des handicaps, Editions de Minuit, 1977

Homère (édition de Philippe Brunet), Odyssée. Paris, Gallimard, 1999.

Mary, J-P., “Sans blessures apparentes”, Editions Robert Laffont, 2008, 306 pages.

Milliken Ch, Auchterlanie J, Hoge Ch, « Longitudinal assessment of mental health problems among active and reserve component soldiers returning from Iraq war », The Journal of Medical Association, november 14, 2007, n°18, pp. 2141-2148.

Mueller, J., Obsolescence of major wars, 1989.

Tison, S., Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire et traumatisme (1870-1940). Rennes, presses universitaires de Rennes, 2011.

Quentel, J-C., « Plus qu’un corps », Revue Inflexions, n°12, 2009, pp 13-22.

Richards, P., (dir.), No peace, No war. An Anthropology of contemporary Armed Conflicts, Oxford, James Currey, 2005.

Shay, J., Achille au Viêtnam, New York, Scriber, 1994.

Haut de page

Notes

1  Je remercie les rapporteurs anonymes du comité de lecture de la revue Socio-Logos pour leurs commentaires sur les premières versions de cet article.

2  Ce texte a fait l’objet d’une communication présentée au colloque organisé par le centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan sur le thème « Faire face aux blessures invisibles: une approche psychosociale des traumatismes psychologiques de guerre ». Hôtel National des Invalides, Paris, 23-24 octobre 2012.  

3  En France, 400 blessés sont suivis pour troubles psychiatriques par le service de santé des armées. C’est le chiffre officiel du service de santé des armées ; même s’il est certainement en deçà de la réalité et pourrait augmenter d’ici au retrait définitif d’Afghanistan des troupes combattantes de l’armée de terre. Moins de 1% des soldats de retour d’Afghanistan seraient atteints de blessures psychiques. Au 1er octobre 2012, 89 soldats ont été tués en Afghanistan et environ 900 ont été blessés.

4  Chiffres de 2012. Ce chiffre ne prend pas en compte les soldats blessés au Mali en 2013.

5  Jean-Philippe Rondier, psychiatre. « La prise en charge psychiatrique du blessé d’Afghanistan », communication à la journée d’études « Le soutien humain du soldat blessé en service ». Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan, Rennes, Hôtel de la monnaie, 10 mai 2012.

6  Louis Crocq, Les traumatismes psychiques de guerre, Odile Jacob, 1999.

7  L’article d’Hélène Thomas publié dans la version électronique de l’encyclopaedia universalis sur l’entrée « Trauma » rappelle que la notion comporte deux pôles : médical et psychique. D'après l'étymologie – trauma, en grec, signifie  « « blessure » –, l'aspect médical apparaît en premier. En ce sens, on définira d'abord un traumatisme comme une lésion, une blessure produite par un agent extérieur qui a agi de façon mécanique. Le mot traumatisme sera ensuite appliqué aux blessures psychiques, aux chocs émotionnels violents dus à une situation si critique, exceptionnelle et urgente que le sujet est dans l'impossibilité de les maîtriser ou de les décharger : il se trouve démuni, impuissant, tant psychiquement que physiquement, à maîtriser l'événement (…)». Site www.youscribe.com/catalogue/dictionnaires-encyclopedies-annuaires/savoirs/definition-et-synonyme-de-trauma-2267138, consulté le 15/09/2014. Lorsqu’il y a « trauma », c’est l’image réelle de la mort qui vient faire effraction dans le psychisme et s’y incruste tel un corps étranger interne. Voir Didier Cremniter et al., « Syndrome de stress post-traumatique : clinique et thérapie », Journal EMC Toxicologie pathologie, 2005, volume 2, 4, pp 178-184.

8  François Dubet, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1995, 271p.

9  La blessure désigne une atteinte du corps ou de l’âme touchant le soldat placé sous la responsabilité du commandement militaire consécutive à l’activité combattante ou du fait d’un accident. Elle est une « lésion soudaine, consécutive à un fait précis de service. Journal officiel. Jurisprudence Crosset du Conseil d’Etat du 12 octobre 2009. République française.

10  Un article publié dans le Revue Le Casoar, janvier 2012, n° 204, le docteur Lapeyre, médecin militaire rappelle la préférence institutionnelle à la réinsertion en milieu militaire du soldat blessé. Il évoque deux conditions : un état clinique favorable et un souhait de l’intéressé. Dans un article publié dans Le Casoar (N°204), le Général d’armée Georges W. Casey, ancien chef d’état –major de l’armée de Terre de 2007 à 2011, indique que 46% des soldats blessés et pris en charge au sein d’unité de transition du combattant (warriors in transition units - WTU) restent dans les forces armées lorsque leur état de santé le permet ; tandis que les autres rejoignent les structures d’aides du ministère des anciens combattants ou des Veterans Affairs.

11  Erving Goffman, Stigmates. Les usages sociaux du handicap. Paris, Ed. de Minuit (1ère édition, 1963), 1977.

12  Bruno Cabanes. Le retour du soldat au 20ème siècle. Perspectives de recherches. Revue historique des armées, 245, 2006, pp. 4-15.

13  Les associations consultées sont l’association Terre Fraternité, Solidarité défense, l’Association pour le Développement des œuvres d’entraide de l’armée, les Gueules cassées et l’association Terre et paix

14  Les « Forbans » désignent les soldats d’une section de la 1re compagnie du 3ième régiment d’infanterie de marine dont certains sont morts dans les combats en Afghanistan.

15  Dans la hiérarchie des domaines d’armes (ou arme d’appartenance) au sein desquels l’officier exerce son commandement, l’infanterie, arme de mêlée par excellence avec l’arme blindée cavalerie, occupe le premier rang dans l’ordre des préférences d’armes exprimées par les militaires en général et les officiers en particulier. L’armée de terre est subdivisée en une multitude d’armes qui renvoie à des domaines de spécialités. Les armes de mêlée dont les missions sont combattantes apparaissent au centre du dispositif, en particulier pour leur lien direct avec le combat. Les autres « armes » comme l’aviation légère de l’armée de terre, le génie, le matériel, les transmissions, le train sont mis au service du combattant d’infanterie et de l’arme blindée cavalerie. Ces armes sont hiérarchisées en fonction de leur proximité avec l’activité combattante. Dans l’institution militaire, les régiments sont plus ou moins valorisés en fonction du prestige qui leur échoit à partir de leur domaine d’arme. Dans ce dispositif, le 3ième régiment d’infanterie de marine est un régiment prestigieux de l’armée de terre.   

16  Ce régiment a été dissout suite aux réformes engagées en 2009 avec la modernisation de l’outil de défense. Les conséquences des réformes ont conduit à la disparition de plusieurs régiments sur le territoire national.

17  C’est par exemple le rôle de la cellule d’intervention et de soutien psychologique de l’armée de terre (cispat) ou les établissements hospitaliers comme l’institution nationale des invalides et les hôpitaux.

18  Il s’agit du bureau de la condition du personnel - et environnement humain (BCP-EH).

19  Bruno Dary, « Les intouchables de la république », dossier : le soutien aux blessés, Revue Le Casoar, Janvier 2012, n° 204, p.8.

20  Thierry Maloux, est colonel et directeur de la cellule. Idem, page 18. Le « plan hommage » est une procédure administrative et financière d’urgence déclenchée sur décision du ministre de la défense pour régler les rigidités administratives relatives à la prise en charge des soldats tués, blessés ainsi que leurs proches. Validé en 2009, il répond à la nécessité de mettre en place un dispositif d’honneurs aux défunts et de solidarité vis-à-vis de leurs familles. Il structure les diverses cérémonies (familiale, militaire, nationale) lors du rapatriement des dépouilles de soldats morts en opérations.

(Voir le site du ministère de la défense, http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/14-juillet-hommage-a-nos-soldats-blesses-et-tues; consulté le 15/09/2014).

21  Ibidem page. 24.

22  Lors de l’enquête, l’association est présidée par l’ancien chef d’état-major de l’armée de terre, le général Bernard Thorette, reconduit dans cette fonction lors de l’assemblée générale qui s’est tenue le 13 mai 2014 à l’école militaire à Paris. L’association apporte un soutien moral, matériel et financier aux blessés et aux familles. Ses financements proviennent de plusieurs sources : l’armée de terre et ses régiments ou encore les dons d’organismes privés (les banques ou les compagnies d’assurance) et des associations sensibilisés à la situation des soldats blessés (Entraide défense, entraide-Alat, entraide parachutiste, entraide-montagne, mutuelle-unc). En 2014, l'association a reçu près de 500 000 € de dons et dispensé près de 200 000 € d'aides diverses auxquelles s’ajoute environ 50 000 € de dépenses de fonctionnement et de communication et 40 000 € pour les différents stages tels que le stage « mer et blessure », les Invictus Games, olympiades organisées au mois de septembre 2014 en Grande-Bretagne. Cette compétition sportive a réuni 400 blessés de guerre venant de 13 nations dont l’Afghanistan, l’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Danemark, l’Estonie, les Etats-Unis, la France, l’Italie, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Sans abandonner son domaine traditionnel d’action, celui de l’urgence, l’association Terre Fraternité étend ses champs d’action et s’engage dans ce qu’elle nomme « la reconstruction des blessés par le sport » (source : Lettre Terre fraternité, n°7, septembre 2014).

23  Terre fraternité. « A cœur ouvert », Revue Terre Info Magazine, n° 233, avril 2012, p 18.

24  Signalons les travaux fondateurs de Karl Abraham, Contribution à la psychanalyse des névroses de guerres ; Glenn Gray, The warriors: reflections on men in Battle Omaha, N, .University of Nebraska Press, 1998, (première publication 1959) avec une introduction d’Hannah Arendt. Voir également l’approche psychiatrique développée par Jonathan Shay, Achilles au Viêtnam : combat trauma and undoing of character, New York, Scribner publishing, 1994 ou du même auteur Odysseus in Americ : combat trauma and the trials on home coming, New York, Scribner publishing, 2002.

25  Louis Crocq. Les traumatismes psychiques de guerre, Odile Jacob, 1999. Lieutenant Cyril Berquet, «La réinsertion des vétérans américains blessés : le cas des Marines de retour d’Irak et d’Afghanistan, Res Militaris, Vol. 1, n°1, automne 2010, pp 1-22.

26  Kathryn Faulk, Christian Gloria, Jessica Duncan Cance, Mary Steinhardt, « Depressive symptoms among Us military spouses during deployment”, Armed Forces and society, July 2012, vol.38, pp. 373-390.Voir aussi Jean-Paul Mary, “Sans blessures apparentes”, Editions Robert Laffont, 2008, 306 pages.

27  Stéphane Tison, « Traumatismes de guerre et commémorations », Guerres mondiales et conflits contemporains, 4/2004, n°216, pp5-29.

28  Bertrand Pachoud, 2009, « La problématique de l’insertion professionnelle des personnes présentant un handicap psychique : les différentes dimensions à prendre en compte », Revue française des affaires sociales, 1/2009, n°1-2, pp 257-277.

29  Bruno Cabanes, La victoire endeuillée, la sortie de guerre des soldats français, 1918-1920, Paris, Seuil, 2004.

30  Stéphane Audouin-Rouzeau. Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (19ième-20ième siècle), Paris, Le seuil, 2008.

31  Nathalie Duclos (dir.). L’adieu aux armes ? Parcours d’anciens combattants. Paris, Karthala, 2010; voir également Paul Richards (dir.), No peace, No war: An Anthropology of Contemporary Armed Conflicts, Oxford, James Currey, 2005.

32  Bruno Cabanes et Guillaume Piketty. Retour à l’intime au sortir de la guerre. Paris, Tallandier, 2009. Bruno Cabanes. Le retour du soldat au 20ième siècle. Perspectives de recherches. Revue historique des armées, 245,2006, pp. 4-15.

33  Christophe Prochasson et Stéphane Audouin-Rouzeau, Sortir de la Grande Guerre : le monde et l’après 1918. Paris, Tallandier, 2008 ; Stéphane Audouin-Rouzeau, La guerre au 20ième siècle, l’expérience combattante. La documentation française, dossier n° 8041, 63 pages.

34  Stéphane Tison. Comment sortir de la guerre: deuil, trauma, traumatisme. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

35  Charles Milliken, Jennifer Auchterlonie, Charles Hoge, « Longitudinal assessment of mental health problems among active and reserve component soldiers returning from Iraq war », The Journal of Medical Association, november 14, 2007, n°18, pp. 2141-2148. Voir des mêmes auteurs «Use of Mental Health Service and Attrition from military service after returning from deployment to Iraq or Afghanistan», The Journal of Medical Association, March 2006.

36  Dans un article publié dans la revue « Le Casoar », le Général d’armée Georges W. Casey, ancien chef d’état –major de l’armée de Terre américaine de 2007 à 2011- rappelle que 46% des soldats blessés et pris en charge au sein d’unité de transition du combattant (Warriors in Transition Units - WTU) restent dans les forces armées lorsque leur état de santé le permet. Tandis que les autres rejoignent les structures d’aides du ministère des anciens combattants ou des Veterans Affairs.Casoar (Le), « Mort pour la France », Revue trimestrielle de la saint-cyrienne, n°204, octobre 2011.

37  Les engagés volontaires ont une carrière courte dans l’armée. Leur contrat professionnel, renouvelable, dure de 3 à 10 ans en fonction des besoins opérationnels. Leparcoursde carrière permet aux engagés de progresser en grade tout au long du parcours militaire grâce à leur motivation et leurmérite aux concours internes. Les officiers de carrière ont un contrat à durée indéterminée et sont destinés à des fonctions de commandement et d’encadrement au cours de leur carrière.

38  Humbert Boisseaux, « Le soldat, son corps et la mort », pp 89-93 dans Christian Benoît, Gilles Boëtsch, Antoine Champeaux, Eric Deroo, Le sacrifice du soldat, Paris, CNRS éditions, 2009.

39  Entretien avec un militaire du rang, caporal, âgé de 26 ans (au moment de l’enquête) et blessé en Afghanistan, écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, 2010.

40  Entretien réalisé aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

41  Entretien avec un militaire du rang, en octobre 2012 aux écoles de de Saint-Cyr Coëtquidan.

42  Entretien avec un militaire du rang, en octobre 2012, aux écoles de de Saint-Cyr Coëtquidan.

43  Marcel Calvez, « Le handicap comme situation de seuil : éléments pour une sociologie de la liminalité », Revue des Sciences Sociales de la Santé, vol.XII, n°1, 1994.

44  Entretien avec un sergent-chef blessé en Afghanistan en 2006.

45  Jean-Philippe, Rondier, op.cit.

46  Monique Castillo. « Le corps collectif du soldat », Revue Inflexions, n°12, 2009, pp 127-141.

47  Patrick Godart. Le guerrier et la danseuse étoile. Revue Inflexions, n°12, 2009, pp 23-37.

48  Entretien de l’auteur, un mdr du 3ième rima.

49  Charles Ardant du Picq. Etudes sur le combat antique et moderne. Paris, Imhaus et Chapelot Editeur, 1914, 379 pages.

50  Patrick Fougeyrollas. Processus de production du handicap. Québec, réseau international sur le processus de production du handicap. 1997.

51  Entretien de l’auteur, un capitaine atteint de stress post-traumatique.

52  L’obstacle culturel désigne la difficulté du soldat à mettre des mots sur des maux en raison des valeurs assimilées à la masculinité comme le courage, la force, la virilité, la résistance à la souffrance, la rusticité et que l’aveu de souffrir d’un stress post- traumatique (forme symptomatique de la blessure psychique) signifierait leur renoncement.

53  Malgré l’identification difficile de ces troubles, le Ministère de la Défense et des Anciens Combattants évaluait, en février 2011, dans un dossier de presse intitulé Les blessés de l’Armée de Terre, à environ 10% le nombre de militaires présentant un Etat de Stress Post-Traumatique (ESPT) au retour d’Afghanistan

54  Le centre de recherche des écoles de Coëtquidan a organisé à l’Institution nationale des invalides (Paris) un colloque international sur le thème de la blessure invisible. Cette manifestation témoigne de la volonté institutionnelle de reconnaître la blessure psychique et d’en prendre conscience. Elle s’est tenue en présence de hauts gradés et du ministre de la défense. « Faire face aux blessures invisibles: une approche psychosociale des traumatismes psychologiques de guerre ». Hôtel National des Invalides, Paris, 23-24 octobre 2012. L’enjeu du retour des soldats à la vie civile est intégré comme une priorité par le ministère de la défense dans le cadre du dispositif de prise en charge autour du kit de sensibilisation au stress opérationnel. En opération extérieure, un psychologue est disponible en permanence sur le théâtre. Il complète le dispositif socio-médical qui comprend un médecin d’unité, un officier environnement humain, des aumôniers et le référent section c’est-à-dire un militaire volontaire chargé d’identifier les réactions psychologiques inadaptées des soldats. Mais au-delà de l’existence de ce dispositif, la capacité du soldat à parler de son état en régiment, à surmonter aussi bien le sentiment de méfiance envers les psychologues que celui d’une exclusion potentielle du groupe des pairs restent un enjeu constitué autour du retour de la guerre.  

55  Médecin en chef Franck de Montleau, professeur agrégé du Val de Grâce, chef du service de psychiatrie de l’hôpital d’instruction des armées de Percy, « Le point de vue d’un psychiatre », Le Casoar, janvier 2012, n°204, pp 27-29.

56  Avec les engagements militaires en Afghanistan en 2001, en Côte d’ivoire en 2004, au Mali en 2013, l’armée de terre a multiplié les dispositifs d’aide au retour des combattants dans leur famille: la cellule d’intervention et de soutien psychologique (cispat), la désignation en régiment d’un officier référent psychologue, le sas de décompression de Pafos à Chypre pour favoriser la transition du théâtre de combat à la vie civile et familiale et l’accroissement du nombre d’associations dédiées aux blessés dans les régiments.

57  Pascal Baeriswyl. « La pesanteur des blessures invisibles », La Liberté, 1er avril 2011, pp 10-11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axel Auge, « Rejoindre les rangs après la blessure. La réinsertion en milieu militaire du soldat blessé, une expérience sociale singulière », Socio-logos [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 16 décembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2917

Haut de page

Auteur

Axel Auge

Maître de conférences - senior lecturer
Co-responsable de l'axe "Violence et Société" au CIAPHS-université de Rennes 2
Centre de recherches des écoles de Saint-cyr Coëtquidan (Crec Saint-Cyr)

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org