Navigation – Plan du site

Etre doctorant-e. Socialisations, contextes, trajectoires

Introduction au dossier1
Delphine Serre

Texte intégral

  • 1  Je remercie Mathilde Pette pour son aide dans la constitution de ce dossier.
  • 2  Les données statistiques ne comptabilisent généralement que les doctorants régulièrement inscrits (...)
  • 3  Il l’est aussi dans de nombreux pays de l’OCDE, notamment en Europe, comme cela sera évoqué plus l (...)
  • 4  La Confédération des Jeunes Chercheurs naît en 2003, dans la continuité de la Guilde des doctorant (...)
  • 5  Cf. Adrien de Tricornot et Benoît Floc'h, « La bataille du doctorat ne fait que commencer », Le Mo (...)

1A la fois diplôme et statut, le doctorat est révélateur des transformations contemporaines du champ de l’enseignement supérieur et il est pour toutes les disciplines une question d’actualité. Ce niveau de formation, qui correspond au grade universitaire le plus élevé, a connu depuis les années 1990 une forte expansion démographique dans tous les pays de l’OCDE, sauf en France où, « exception » (Harfi, 2013), le taux de croissance du nombre d’étudiants inscrits en thèse et du nombre de doctorats délivrés a nettement ralenti dans les années 2000. A la rentrée 2012, 63 500 étudiants étaient inscrits en thèse2 et 12 000 doctorats ont été délivrés au cours de l’année 2011 par les universités publiques françaises (MENESR, 2014, p. 84). Parallèlement, le contenu et le déroulement du doctorat sont régulièrement mis à l’agenda politique en France3. D’un côté, les pouvoirs publics enchaînent les réformes visant à clarifier et encadrer ce niveau de formation, à travers des arrêtés ou décrets successifs sur la « charte des thèses » (1998), « les études doctorales » (2002), la « formation doctorale » (2006) ou le « contrat doctoral » (2009). D’un autre côté, des associations et des collectifs de doctorants de plus en plus nombreux essaient de peser sur la définition du doctorat et le statut du doctorant par un important travail d’information, de réflexion et de mobilisation4. Les vives réactions suscitées au printemps 2015 par un nouveau projet d’arrêté sont un signe de cette lutte entre différentes conceptions du doctorat5. Des volontés de normalisation des modalités et des finalités de ce dernier, provenant à la fois du « haut » et du « bas » sont donc à l’œuvre – et souvent en tension – depuis la fin des années 1990 et contribuent à un processus de formalisation croissante du travail doctoral et des droits et devoirs des doctorants et directeurs de thèse.

  • 6  Comme l’attestent par exemple les deux vagues de titularisation à la fin des années 1970, l’une po (...)
  • 7  Les enquêtes du Céreq (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Qualifications) s’intéressent prin (...)

2Ces tentatives de régulation du statut de doctorant ont pour caractéristiques communes d’être guidées par des constats relatifs à l’emploi des docteurs. Un des paradoxes tenaces des années 2000 est en effet que leurs conditions d’insertion professionnelle sont moins bonnes que celles des titulaires de master professionnel (de niveau bac + 5) : leur taux de chômage est quasiment chaque année plus élevé (Calmand, 2013) et leur statut d’emploi trois ans après l’obtention du diplôme est moins stable (en 2004, 27% des docteurs travaillent en contrat à durée déterminée contre 21% des titulaires de master professionnel pour la génération diplômée en 2001) (Calmand, 2010). Le doctorat échappe à la règle selon laquelle l’élévation du niveau de formation protège du chômage et de la précarité. Celle-ci n’est certes pas nouvelle dans la recherche et l’enseignement supérieur : les personnels « hors statut » ont toujours existé et servi de variable d’ajustement, que ce soit au CNRS ou à l’université6. Mais la spécificité de la précarité récente, outre son augmentation frappante, est sa « systématisation » et sa « normalisation » (PECRES, 2011, p. 33) qui découlent entre autres de la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux et d’un financement de la recherche de plus en plus dépendant de « projets » de courte durée. Dans ce contexte, on comprend aisément que la situation des doctorants soit principalement étudiée au prisme de la question de leur avenir et de leur insertion professionnelle, les différentes enquêtes reprenant bien souvent les indicateurs et les données établis par le Céreq et le ministère7. Ces constats, désormais bien connus, servent de points d’appui aux récentes mobilisations. D’un côté, ils conduisent à réclamer plus d’emploi scientifique, et sous formes de postes stables, le doctorat étant considéré comme une « formation à la recherche » menant prioritairement au monde académique et à la recherche publique. D’un autre côté, ces chiffres amènent à exiger une adaptation de son contenu à des débouchés autres, tout particulièrement dans le secteur privé et le monde de l’entreprise. La logique adéquationniste, qui souhaite définir la teneur des diplômes en fonction des emplois à pourvoir, reste prégnante dans les deux cas même si elle débouche sur des conclusions différentes.

  • 8  Les conditions d’études et de travail des doctorants en sciences expérimentales ont elles été étud (...)
  • 9  Ce qui n’est pas le cas dans les pays anglo-saxons, cf. par exemple l’état de la littérature fait (...)

3Dans ce contexte dominé par les questions d’emploi, les conditions concrètes de réalisation de la thèse et de socialisation des doctorants semblent être le point aveugle, surtout en ce qui concerne les doctorants en sciences humaines et sociales8, et qui plus est en France9. Les enquêtes, souvent quantitatives, s’intéressent aux doctorants toutes disciplines confondues et sont menées à une échelle locale par des Observatoires de la Vie Etudiante par exemple (Erlich, 2000 ; Vilter, 2008), ou limitées à un aspect précis de l’expérience doctorale comme l’enseignement (Paivandi, 2010). Les réflexions axées plus spécifiquement sur les doctorants en sociologie sont circonscrites à des champs thématiques particuliers (Chabrol et al., 2012) ou découlent d’un travail réflexif mené collectivement lors de séminaires ou de colloques (Tiffon, Garcia, 2009 ; Di Filippo et al., 2012 ; Hunsmann, Kapp, 2013). La plupart des données sur les doctorants en sciences sociales restent ainsi éparpillées sous forme de littérature grise ou de témoignages.

4L’enjeu de ce dossier est par conséquent de faire le point sur une dimension moins étudiée de l’expérience doctorale : ce qui est appris, intériorisé et ce qui se passe réellement pendant ces années de formation et de travail, en particulier pour les doctorants en sociologie et plus largement en sciences humaines et sociales. La situation de ces doctorants ne peut néanmoins pas être isolée du cadre institutionnel plus général au sein duquel ils s’insèrent et qui est défini légalement.

Les trois âges de la régulation doctorale en France

5Un détour historique est indispensable pour comprendre les enjeux du présent. De façon schématique, on peut distinguer trois « âges » dans l’évolution des conditions réglementaires de réalisation du doctorat, chacune correspondant à un mode de régulation spécifique.

  • 10  A titre d’exemple, jusque dans les années 1950, il existait quatre chaires de sociologie en France (...)
  • 11  Un exemple significatif est celui des thésards de l’historien Ernest Labrousse qui avaient chacun (...)

6Le premier âge, qui prévaut jusque dans les années 1970, est hérité du système universitaire de la Troisième République (Charle, 1994). En lettres et en sciences, chaque discipline était organisée autour d’un professeur, titulaire de chaire, qui choisissait parmi les étudiants celui qui ferait une thèse de doctorat et aurait un poste d’assistant. L’entrée en doctorat et l’avenir professionnel étaient aux mains des « patrons de thèse », ceux-ci ayant le pouvoir de « faire attendre » et espérer (Bourdieu, 1984, p. 119). Ce « système mandarinal » (Viry, 2006, p. 86), qui impliquait une forte dépendance à l’égard de quelques grands noms10, se traduisait également par un gouvernement des sujets de thèse11.

  • 12  Concrètement cela se traduit par un contrat de travail et les droits sociaux afférents (affiliatio (...)

7A partir des années 1980 émerge un deuxième âge de la régulation doctorale. Les modes de recrutement à l’université dépendent alors moins des professeurs et sont plus régulés par les pairs, sur des critères disciplinaires. Le système mandarinal est ébranlé par l’expansion démographique du nombre d’étudiants et, corrélativement, du nombre d’enseignants à recruter. En 1984, une thèse unique se substitue aux trois régimes de thèse antérieurs et devient le requis indispensable pour accéder à un poste de maître de conférences. L’entrée en thèse dépend désormais d’un critère scolaire (l’obtention d’un DEA – Diplôme d’Etudes Approfondies – ou d’un master recherche) et de l’acceptation du projet de thèse par un directeur dont le « choix » relève de l’étudiant, comme le soulignent plusieurs guides (Beaud, 1994 ; Herzlich, 2002). Cette scolarisation de l’entrée en troisième cycle accompagne une professionnalisation de l’accès aux métiers d’enseignant-chercheur (et de chercheur). A partir de 1982, les allocations de recherche sont conçues comme une rémunération pour un travail (et non comme des bourses d’études) et donnent droit à la protection sociale de droit commun12. En 1989, les monitorats sont créés pour permettre aux allocataires de recherche d’enseigner et de se préparer aux fonctions d’enseignant-chercheur et en 1998 apparaît la « charte des thèses » qui définit les « droits et devoirs respectifs » du directeur de thèse et du doctorant et qui insiste sur l’intégration de ce dernier à son laboratoire d’accueil. Le doctorat, défini comme « formation à la recherche par la recherche » (2002), est conçu comme une première expérience professionnelle. Des nouvelles instances de socialisation apparaissent ou sont renforcées, que ce soit les laboratoires censés mettre en place les « chartes de thèse », les Centres d’Initiation à l’Enseignement Supérieur (CIES) qui accompagnent la formation des moniteurs à l’enseignement ou les écoles doctorales, généralisées en 1998 pour fédérer les DEA et les équipes de recherches établies sur un même site. Le lien entre doctorat et entrée dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche reste prégnant. Des dispositifs comme les bourses Cifre (Convention Industrielle de Formation par la Recherche), sont mis en place pour élargir les débouchés vers les entreprises et le secteur privé, mais ils restent ancrés dans une optique de recherche et se développent peu (en tout cas en sciences sociales).

8Dans les années 2000, un nouveau cycle de réformes s’ouvre dans le cadre du « processus de Bologne » et fait entrer l’université dans un troisième âge de la régulation doctorale. Ce processus, qui poursuit la « stratégie de Lisbonne » définie en 2000, conçoit l’enseignement supérieur et la recherche comme des facteurs de production et de compétitivité et vise leur harmonisation au niveau européen dans un souci de développement d’une « économie de la connaissance » (Bruno, 2008). Pour l’enseignement supérieur, deux objectifs d’harmonisation majeurs concernent l’organisation des cursus selon le schéma du 3/5/8 (connu sous le nom LMD pour Licence Master Doctorat) et l’assurance-qualité. Celle-ci implique la mise en place de guidelines et l’introduction de critères externes aux universités pour permettre l’évaluation de la « qualité » du système (Garcia, 2007, p. 82). Ces objectifs deviennent contraignants à partir de 2003-2005, quand est introduite une « méthodologie par scorecard (carte de scores) » dont le principe est « de définir une échelle de performance et d’attribuer ensuite les scores correspondant pour l’état d’avancement national de chaque priorité » (Ravinet, 2011, p. 37). Cette conception, qui inspire l’arrêté du 7 août 2006 sur la « formation doctorale », participe à l’élaboration de nombreux indicateurs d’encadrement et de suivi des thèses, utilisés ensuite comme critères d’évaluation des écoles doctorales par des instances comme l’AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement). Ces nouvelles injonctions concernent notamment la durée des thèses, qui ne doit pas excéder trois ans (conformément aux 3/5/8 du LMD). Pour l’AERES, désormais, plus la durée des thèses des docteurs est courte, plus les écoles doctorales sont considérées comme performantes. Les formations doctorales se voient donc de plus en plus soumises à une « régulation imposée "par le haut" » (Gasparini, 2013) et inspirée du modèle des sciences exactes. Ce mode de régulation gestionnaire, de plus en plus hétéronome par rapport aux critères scientifiques des universitaires (surtout en sciences humaines et sociales), va de pair avec une volonté d’élargir les débouchés professionnels du côté de l’entreprise, en dehors de la recherche, et de « banaliser » le doctorat comme diplôme universitaire de niveau bac +8, conformément à sa nouvelle définition en 2006 selon laquelle il est une formation à la recherche « et à l’innovation ». La régulation collective du doctorat mise en place à partir des années 1990 dans un cadre rapproché et disciplinaire, échappe peu à peu aux acteurs de terrain du fait de contraintes standardisatrices de plus en plus fortes et imposées d’en haut selon des critères souvent étrangers à la recherche en sciences sociales.

  • 13  L’instauration d’une régulation collective et la formalisation des droits et des instances de reco (...)

9Ces trois âges de la régulation du doctorat, mandarinale, disciplinaire et gestionnaire, ne se succèdent pas de façon stricte. Une tendance dominante dans une période ne disparaît jamais totalement dans la suivante : le plus souvent elle coexiste ou entre en tension avec elle. Il est important de ne pas céder au juridisme et de ne pas déduire de chaque nouvelle disposition réglementaire un changement radical et immédiat au niveau des pratiques. Un rapport de l’AERES (2008) sur les écoles doctorales constate par exemple que certaines ont toujours des difficultés à « exister vraiment ». L’apparition de nouveaux dispositifs ne suffit pas à présumer de leur action de socialisation réelle à l’égard des doctorants (ou des directeurs de thèse) : leur impact n’est ni automatique, ni immédiat. Ils peuvent en outre produire des effets différenciés selon leur lieu d’implantation ou avoir des effets indirects peu visibles. Les écoles doctorales se contentent parfois de fournir des ressources matérielles (mise à disposition d’espaces de travail quotidiens ou de salles pour des ateliers doctorants, financement de déplacements…), mais celles-ci peuvent être des supports clés dans le développement de la sociabilité et de l’ « auto-formation » entre pairs. La sociologie de l’action publique a couramment montré que les nouvelles politiques décidées par les pouvoirs publics ne répondent pas au schéma top down et ne se mettent pas en œuvre de façon linéaire et mécanique depuis leur conception jusqu’à leur application. Les injonctions institutionnelles font l’objet de retraductions, d’appropriations et sont prises dans des luttes, locales ou nationales, plus ou moins visibles, qui peuvent suspendre la mise en œuvre des nouveaux critères ou les détourner de façon discrète. Cette lutte entre une régulation professionnelle autonome sur des critères disciplinaires et une régulation organisationnelle hétéronome sur des critères gestionnaires est d’autant plus vivace dans le secteur académique que l’université en France s’est construite sur un idéal d’indépendance à l’égard du pouvoir politique et économique. Mais les lignes de clivage sont multiples et s’entrecroisent. La demande de formalisation n’est par exemple pas le seul apanage de la régulation gestionnaire : elle émane aussi en partie du terrain. La mise en place de comités de suivi de thèse, perçue dans l’optique gestionnaire comme un moyen de réduire la durée des thèses, peut aussi être une revendication d’une partie des doctorants et (enseignants-)chercheurs en poste pour faire face à des encadrements trop personnalisés (sur un mode mandarinal)13… ou trop absents.

  • 14  Pour les sociologues, les critères d’appréciation de la section 19 « Sociologie, démographie » du (...)

10L’évolution institutionnelle tracée ici à grands traits se caractérise donc entre autres par une tendance à la multiplication des agents de normalisation et de régulation de la situation doctorale. Elle se traduit également par une modification du sens même du doctorat, qui ne se limite plus à la rédaction d’une thèse de qualité mais implique des publications, des communications et de multiples engagements dans l’enseignement, les tâches collectives, l’animation de la recherche. Les trois aspects – scientifique, pédagogique et administratif – sont d’ailleurs pris en compte par le Conseil National des Universités dans l’évaluation des candidatures à la qualification comme maître de conférences (préalable indispensable au recrutement des docteurs à l’université)14. Pourtant, cette tendance institutionnelle allant vers plus de régulation collective et de normes partagées, qui a été maintes fois relevée dans diverses disciplines, des sciences de gestion (Cret et Musselin, 2012, p. 115) à la sociologie (Demazière, 2012), est loin de se traduire par une harmonisation réelle des conditions de réalisation de la thèse. Les enquêtes menées auprès des doctorants font apparaître au contraire des situations très contrastées. Un principe de variation important est celui des rattachements disciplinaires.

Le poids des traditions disciplinaires

11Les étudiants inscrits en thèse en lettres et sciences humaines et sociales (LSHS) représentent un tiers de l’ensemble des doctorants (34% à la rentrée 2012) et un quart des doctorats délivrés en 2011 (MENESR, 2014, p. 84). Les enquêtes de l’Observatoire de la Vie Etudiante menées au milieu des années 2000 à l’échelle nationale ou locale dégagent des spécificités récurrentes dans les conditions de travail et d’étude de ces doctorants par rapport à celles des doctorants inscrits en sciences ou en droit-économie.

  • 15  Les chiffres repris dans cette partie sans indication de source proviennent des enquêtes triennale (...)
  • 16  Sandrine Nicourd (2015) revient sur ce chiffre dans son article plus loin.

12La durée des thèses en LSHS est plus longue (cinq ans en moyenne environ contre trois ans et demi en sciences)15 et le taux d’abandon des doctorants y est beaucoup plus fort puisqu’il s’élèverait à 60% (Moguerou et al., 2003)16. Les doctorants en LSHS bénéficient en outre rarement d’un financement spécifique pour réaliser leur thèse : seulement 9,1% d’entre eux déclarent recevoir une allocation de recherche contre 20,1% en droit-économie et 61,3% en sciences. Cette proportion très faible est néanmoins à ramener à la durée des thèses puisque le taux de financement en début de thèse, toutes disciplines confondues, est de 68% en 2012 (MENESR, 2014). De plus, selon une enquête menée localement par deux écoles doctorales de LSHS en Bretagne (2010, p. 8), le taux de financement semble plus élevé pour les doctorants en sciences sociales qu’en lettres (40,6% contre 24,3%). De façon générale, la situation la plus partagée parmi les doctorants en SHS est d’exercer une activité salariée parallèlement à leur thèse, ce qui est le cas pour 52% d’entre eux, l’activité professionnelle la plus courante étant l’enseignement secondaire (dans les deux tiers des cas).

  • 17  Ces moyennes cachent évidemment de grandes variations d’une école doctorale à l’autre, avec en SHS (...)

13La durée plus longue des thèses s’explique donc d’abord par les situations objectives des doctorants. Ceux en sciences sociales ont moins de temps disponible à y consacrer du fait de leur activité parallèle mais aussi, si celle-ci n’est pas stable, de leurs recherches incessantes de nouveaux emplois (précaires) pour subvenir à leurs besoins. Le manque de temps entraîne une plus faible disponibilité pour le travail de thèse mais aussi pour les moments collectifs de rencontres et de discussions, formels ou informels, qui participent à la sociabilité de la recherche et sont importants dans la formation. La durée des thèses reflète aussi les méthodes de travail et de recherche propres aux SHS et sources d’un plus grand isolement des doctorants. Les enquêtes montrent une « bi-polarité dans les manières de travailler » et dans les « modèles de thèse » (Vilter, 2008, p. 8), chez les scientifiques d’une part et chez les chercheurs en sciences humaines, sociales et juridiques d’autre part. Les doctorants scientifiques travaillent plus souvent dans leur établissement d’études qu’en bibliothèque ou dans leur logement et ont un temps de travail moins étalé sur la semaine. Ils sont encadrés au jour le jour et publient plus rapidement, souvent dans le cadre de co-signatures. Les doctorants en SHS travaillent majoritairement en bibliothèque ou chez eux, y compris le week end ou le soir (Vourc’h, 2010). Ils sont moins présents dans leur laboratoire de recherche et bénéficient d’un taux d’encadrement plus faible de la part des écoles doctorales et des directeurs de thèse (450 doctorants par école doctorale en SHS contre 300 en moyenne en sciences et 2 à 8 doctorants par personne habilitée à diriger des recherches en SHS contre 1,2 en sciences en 2007 d’après l’AERES17). Une enquête menée auprès de doctorants de sciences humaines et sociales à Toulouse montre ainsi que le directeur de thèse reste leur principal interlocuteur universitaire (Bes et Chauvac, 2014, p. 66).

14Ces manières de travailler contrastées sont en adéquation avec les régimes épistémologiques et les postures de recherche qui dominent dans chaque champ disciplinaire. Elles reproduisent en effet les façons de faire des enseignants-chercheurs titulaires. Une enquête menée auprès de ces derniers en 2004-2005 montre que « le laboratoire, invention des disciplines expérimentales exportée en lettres et sciences humaines par les administrateurs de la recherche, joue un rôle nettement plus important en sciences qu’en lettres » et que la pratique d’autofinancement est « généralisée » en lettres et sciences humaines (Faure et Soulié, 2006, p. 66). Les sciences humaines et sociales sont cependant dans une situation intermédiaire entre les lettres et les sciences car, tout en étant marquées par un habitus lettré traditionnel de travail sur les textes, elles sont soucieuses d’un ancrage empirique et s’inscrivent plus couramment dans des enquêtes collectives. En outre, la tendance à l’intensification du travail des enseignants-chercheurs et des chercheurs, qui doivent assumer de plus en plus de tâches administratives avec les nouveaux modes de financement et d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche, pèse de multiples façons sur l’encadrement doctoral. Si elles réduisent la disponibilité des encadrants, elles offrent aussi des opportunités de financement et de socialisation pour les doctorants, par leur intégration dans des équipes de recherche financées sur contrat ou leur insertion au sein d’équipes pédagogiques par le biais de vacations. Ces opportunités sont cependant marquées par l’incertitude et la précarité et peuvent engendrer parallèlement des nouvelles formes de dépendance à l’égard des titulaires et des relations de concurrence entre pairs.

15Cet aperçu global des conditions de réalisation de la thèse en sciences humaines et sociales permet de soulever une première série de questions qui tiennent à l’articulation entre l’apparition de nouvelles instances de socialisation (CIES, écoles doctorales, laboratoires) et la propension dominante, en sciences sociales, à des formes de travail et de recherche solitaires. Quelle est la place occupée au quotidien par ces différentes instances ? Dans quelle mesure peut-on parler d’un réel affranchissement du directeur de thèse par rapport au premier âge de la régulation doctorale ? Quel est le poids de l’encadrement institutionnel et notamment des nouvelles injonctions à respecter un calendrier standard, quand celui-ci s’avère difficilement conciliable avec la temporalité de la recherche en sociologie, surtout pour les doctorants qui travaillent sur des terrains étrangers ? Ce décalage entre les prescriptions institutionnelles et les constats statistiques incite à être attentif aux effets locaux et aux variations des conditions d’étude et de travail des doctorants selon leurs institutions de rattachement, et selon les pratiques concrètes et l’histoire incorporée des agents en poste qui les font vivre.

Inégalités des statuts et diversité des profils de doctorant-e-s en sciences sociales

  • 18  Le terme de doctorant ne sera pas systématiquement féminisé dans la suite du texte pour ne pas alo (...)

16Les variations de contexte ne sont pas les seules à permettre une meilleure compréhension de la socialisation des doctorant-e-s18 en sciences humaines et sociales. A contexte local égal, les divergences de statuts et de parcours sont parfois nombreuses et éclairent les effets différentiels des dispositifs sur les doctorants, ou leurs manières contrastées de s’en saisir.

17Les doctorant-e-s inscrit-e-s en LSHS sont en moyenne plus âgés que ceux inscrits en sciences et en droit-économie (34 ans en moyenne contre respectivement 27 et 29 ans). Cet âge moyen plus élevé reflète la durée de thèse plus longue évoquée plus haut, mais elle cache aussi des parcours contrastés d’un point de vue scolaire et social. La diversité des statuts et des profils semble en effet plus importante en sciences humaines et sociales qu’en sciences.

18Au premier abord, la part des doctorants issus des classes populaires est la même dans les différents champs disciplinaires (autour de 25%) et celle issue des classes moyennes varie peu (34% des doctorants de SHS contre 32% en droit-économie ou en sciences). Mais l’origine sociale s’élève dès que l’on raisonne sur les docteurs de SHS, c’est-à-dire sur ceux qui ont effectivement terminé leur thèse et obtenu leur doctorat. Les docteurs de SHS de l’année 1998 forment une population plus favorisée que ceux de sciences exactes et naturelles (55% ont un père cadre contre 49% pour les jeunes scientifiques) (Perret, 2003, p. 59). Quant aux docteurs diplômés entre 2004 et 2009 de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), institution parisienne prestigieuse, 61% ont au moins un parent cadre, de profession libérale ou enseignant, et cette proportion passe aux deux tiers si on isole parmi eux les docteurs français (Bustamante, 2012, p. 18-19). L’« ouverture sociale » (Vourc’h, 2010) doit donc être modulée en fonction des disciplines mais aussi des zones d’implantation géographique des établissements puisque les docteurs formés en Ile-de-France apparaissent comme une population encore plus privilégiée socialement avec 62% de pères cadres en 1998. Ce « dualisme du recrutement scolaire » (Beaud, 2012) au niveau du doctorat est visible parmi les doctorants qui sont moniteurs de l’enseignement supérieur : deux tiers sont issus de familles privilégiées et/ou liées à l’enseignement et un tiers de familles populaires (Coulon, et al., 2010). Il s’est accentué sur les deux dernières décennies en sociologie, avec d’un côté des doctorants venant de filières universitaires ou du monde professionnel (notamment de l’enseignement secondaire, du travail social, de la formation, du conseil), et de l’autre des doctorants émanant des filières sélectives de l’enseignement supérieur telles les classes préparatoires en sciences sociales (créées en 1983), les Ecoles Normales Supérieures et les préparations au concours de l’agrégation de sciences économiques et sociales.

  • 19  Il faudrait là encore différencier les allocations de recherche selon leurs montants et selon les (...)
  • 20  Sauf pour les étrangers non communautaires, cf. plus haut.
  • 21  Le statut pèse par exemple sur le mode de rémunération (paiement mensuel pour les moniteurs versus(...)

19A cette diversité des parcours antérieurs à la thèse s’ajoutent des différences de statuts pendant le doctorat. Là encore, les divisions sont fortes en sciences humaines et sociales où le financement n’est pas la norme. La croissance du nombre de doctorants et des besoins en enseignement pour accompagner l’augmentation du nombre d’étudiants, dans les années 1990, s’est accompagnée d’une « balkanisation des statuts » (Lizé et Poullaouec, 2002) entre ceux qui ont une allocation de recherche19 et ceux qui n’ont pas de financement spécifique pour leur thèse ; ceux qui enseignent dans le cadre d’un monitorat ou comme attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) (Coulon et al., 2004 ; Soulié, 1996) et ceux qui enseignent comme vacataires (Le Saout et Loirand, 1998 ; Heil et Tiffon, 2009). Ces différences de statuts font coexister aux côtés de statuts garantissant des droits (notamment celui de toucher une indemnité chômage après avoir travaillé comme enseignant – temporaire – du supérieur20), d’autres qui en sont totalement privés21. Surtout, elles pèsent lourdement sur les conditions concrètes de vie et de travail, ainsi que sur le mode subjectif d’engagement dans le travail doctoral.

  • 22  L’analyse des mécanismes par lesquels ces parcours différenciés se transforment ensuite en de fort (...)

20La diversité des parcours et des statuts entraîne une deuxième série d’interrogations, relatives à son impact sur les conditions de socialisation des doctorants. Comment ces différences se manifestent-elles et se traduisent-elles dans les modalités du travail doctoral et sa perception ? Dans quelle mesure agissent-elles de concert et creusent-elles des inégalités entre doctorants ? La « plus large distribution des capacités de régulation » (Demazière, 2012) depuis les années 1990 doit aussi être pensée à l’aune de la croissance des inégalités entre doctorants de plus en plus nombreux, et confrontés à une sélection plus concurrentielle pour entrer dans la carrière académique ou la recherche publique22.

La socialisation des doctorant-e-s comme processus

21Les données juridiques et statistiques sur les conditions de réalisation de la thèse sont sans conteste une entrée utile, pour appréhender la situation des doctorants, mais partielle. Poser la question de leur socialisation incite à s’intéresser de plus près à leur activité concrète et aux tâches qu’ils effectuent, aux normes et savoir-faire qu’ils intériorisent, aux relations de travail dans lesquelles ils s’inscrivent. Cela revient également à interroger la façon dont ils perçoivent et vivent cette expérience et la manière dont ils se situent dans le monde professionnel et le monde social en général.

  • 23  Les métiers de chercheur et d’enseignant-chercheur constituent les débouchés le plus couramment en (...)

22L’approche choisie dans ce dossier pour aborder la socialisation est de penser le temps de la thèse en soi et de ne pas s’en tenir à une perspective strictement fonctionnaliste. Dans celle-ci en effet, la socialisation est conçue en fonction du rôle auquel la personne est socialisée « par anticipation ». Dans la lignée des travaux de Merton sur la formation des médecins, plusieurs enquêtes analysent la socialisation des doctorants comme l’intériorisation d’une « culture scientifique » caractéristique du monde professionnel auquel ils aspirent et composée de valeurs explicites et de codes informels23 (Gerard, 2014, p. 54 ; Viry, 2006, p. 80). Cette approche débouche souvent sur une évaluation de la conformité ou de l’écart des normes intériorisées avec celles dominantes dans le groupe de référence visé (Anderson et Louis, 1994). Cette perspective adéquationniste entre formation et emploi, prégnante comme on l’a vu dans les débats publics et les travaux d’experts, fait écho à la théorie du capital humain de Gary Becker selon laquelle l’investissement dans les études supérieures doit se solder par des rendements individuels élevés pour justifier le sacrifice fait. La socialisation est pensée de façon téléologique à partir de sa finalité en termes d’avenir professionnel. Or cette façon d’appréhender le présent de la thèse seulement au prisme de l’avenir du doctorant et de son rôle anticipé offre une vision partielle de la réalité doctorale et tend à occulter certaines dimensions.

  • 24  Becker et Carper (1956) avaient montré que les supports d’identification des doctorants n’étaient (...)
  • 25  Il faudrait aussi tenir compte du fait que la plupart des postes sont profilés sur un champ thémat (...)

23La première dimension ainsi invisibilisée tient à l’incertitude de l’avenir professionnel visé, qui brouille l’identification au métier d’enseignant-chercheur (ou de chercheur)24. Si l’avenir probable des docteurs de sciences humaines reste dans la fonction publique, il correspond de plus en plus à des postes d’encadrement ou d’enseignant du secondaire (Béret et al., 2004, p. 114). Pour les docteurs en sociologie, les postes dans le secteur privé ont aussi augmenté dans les années 2000 à la faveur d’un « tournant praticien » de la discipline (Piriou, 2008). Alors qu’un docteur sur deux de la génération diplômée en 2001 a obtenu un poste dans l’enseignement supérieur ou la recherche publique (contre 64% pour la génération de 1997) (ibid., p. 115), la chute drastique du nombre de postes à l’université a considérablement réduit les chances d’accès à l’enseignement supérieur. Celles-ci auraient réduit de moitié en une dizaine d’années pour les sociologues : selon une enquête d’Olivier Martin (2009), 30% des qualifiés aux fonctions de maître de conférences en sociologie en 2006 et 2007 ont trouvé un poste contre 60% de la génération plus ancienne qualifiée en 1998 ou 1999. Le « taux de pression » (Cret et Musselin, 2012, p. 102) sur les postes, qui est le rapport entre le nombre de postes ouverts et le nombre de candidats, varie d’une année à l’autre et crée des fortes inégalités entre cohortes. A titre d’exemple, le taux de pression pour les postes de maître de conférences en sociologie en 2015 était de plus de 1 à 100 (parfois même de 1 à 200 !) si on s’en réfère au nombre de dossiers couramment reçus par les comités de sélection25.

24Penser la socialisation uniquement comme anticipation d’un rôle futur, comme l’avaient observé Becker et ses collègues à propos des étudiants en médecine, revient en outre à minimiser les mécanismes de socialisation et d’adaptation en jeu dans le rôle occupé au présent, celui d’étudiant (Becker et al., 2004). Le doctorant doit en effet apprendre, pendant son doctorat, à gérer son double statut qui fait de lui un étudiant en formation et un collègue qui participe aux recherches d’un laboratoire voire qui, éventuellement, fait partie des équipes pédagogiques. Ce statut d’« entre-deux » (Tiffon, Garcia, 2009, p. 15), ambivalent et provisoire, crée du trouble et peut donner lieu à des positionnements différents selon les lieux ou selon les moments. Ann Austin observe par exemple dans son enquête longitudinale auprès de doctorants de trois universités américaines que la dimension de préparation aux rôles futurs tend à passer au second plan au profit des rôles d’assistants qu’ils doivent jouer au quotidien (Austin, 2002, p. 95). En sciences expérimentales, la position des doctorants – salariés – varie selon les contextes : intégrés comme collègues dans la vie quotidienne du laboratoire quand ils participent à la production de connaissances, ils se situent comme étudiants dans les réunions et adoptent alors une position silencieuse, notamment en cas de conflits (Louvel, 2006). L’équilibre entre ces deux positions semble largement au cœur de l’expérience doctorale et fait l’objet d’un apprentissage spécifique et singulier. Voir dans le doctorat une socialisation étudiante et pas seulement professionnelle permet de l’appréhender dans ses multiples dimensions : comme socialisation horizontale entre pairs ou comme socialisation verticale impliquant des relations hiérarchiques. Ce qui importe est, pour s’inspirer d’une perspective interactionniste, de penser la socialisation comme « relative à une situation donnée et non déterminée par les buts de l’institution » et de l’étudier « comme en train de se faire et non à l’aune de résultats pré-établis ou présupposés » (Darmon, 2006, p. 83).

25Sans nier l’intérêt de la prise en compte des perspectives professionnelles et du rapport à l’avenir, qui façonnent bien sûr le rapport présent au statut et à l’activité pendant la thèse, le pari de ce dossier est de porter le regard sur la socialisation en ouvrant la boite noire des pratiques et des représentations ayant cours pendant le doctorat et en réfléchissant à ce qui constitue le cœur de la situation de doctorant : son double positionnement.

Présentation du dossier

  • 26  L’autonomisation des doctorants de sociologie comme objet d’enquête n’a pas toujours été possible (...)

26Offrir un aperçu des différentes situations et expériences des doctorants en sciences sociales, et plus particulièrement en sociologie26, est donc le premier objectif visé par ce dossier. Le pari est de rassembler et de rendre visibles des données tirées d’enquêtes qualitatives, pour aller au-delà des constats statistiques et des témoignages éparpillés, et pour saisir le processus de socialisation en train de se faire, dans ses récurrences mais aussi ses variations selon les contextes et les parcours.

  • 27  Le collectif TMTC est composé de Rémi Habouzit, Ruggero Iori, Romain Juston, Bénédicte Laumond, Ju (...)

27Le premier article part d’un sentiment souvent évoqué par les doctorants qui est celui de leur « solitude ». Marina Chao, Carlotta Monini, Signe Munck, Samuel Thomas, Justine Rochot et Cécile Van de Velde montrent comment cette expérience, bien que partagée, recouvre des enjeux variés (dompter le temps, gérer les autres, trouver sa place) et peut être vécue de façon différente selon le parcours des doctorants et les interactions dans lesquelles ils sont pris. L’article suivant cherche à saisir l’expérience des doctorants du point de vue de leur position dans un de leurs groupes d’appartenance, à savoir le laboratoire de recherche. Le collectif TMTC (Thésards Mobilisés dans le Travail Collectif)27 examine de façon comparative comment deux contextes institutionnels différents, définissant une certaine place aux doctorants, façonnent leurs modalités de travail et d’insertion mais peuvent aussi être l’objet d’appropriations variées par ces derniers. Les auteurs montrent la tension qui caractérise la socialisation de laboratoire dans les deux institutions étudiées, entre d’un côté une politique volontariste d’horizontalité, traitant les doctorants comme des collègues, et de l’autre des pratiques qui restent parfois empreintes de verticalité. Centrés sur la perception et les conditions concrètes de la socialisation en doctorat, les deux articles laissent cependant entrevoir le poids des différences entre doctorants, du point de vue des statuts et des parcours, pour comprendre leurs discours et leurs positionnements.

  • 28  Le fait d’être financé est une ressource majeure à la fois symbolique (si on a été sélectionné, c’ (...)

28Les deux articles suivants attaquent cette question de front en portant chacun le regard sur un pôle singulier de la population doctorante et en étant attentifs aux trajectoires dans leur globalité. Adoptant un point de vue longitudinal et non plus transversal, chaque article met l’accent sur un sous-groupe ou un type de trajectoire particulier, qu’il s’agisse des doctorants tendant à se désengager du travail doctoral dans l’article de Sandrine Nicourd, ou au contraire des doctorants socialement et scolairement très dotés et confiants dans leur avenir après la thèse dans l’article de Dominique Bret. Les deux auteures montrent que les expériences doctorales ne sont pas seulement le reflet d’une socialisation professionnelle en actes : elles sont aussi le produit de la rencontre entre ces socialisations présentes et les socialisations pré-doctorales passées dans leurs dimensions sociale, scolaire et professionnelle. Les parcours antérieurs façonnent le rapport à la thèse, aux institutions et à ses différents membres (autres doctorants, directeur de thèse, enseignants-chercheurs et chercheurs, etc.) et ils interviennent dans les difficultés rencontrées, les « choix » faits et le sentiment de légitimité. La confrontation des deux articles, qui portent sur deux pôles sans doute extrêmes de la population doctorante, donnent une mesure de la manière dont les inégalités sociales et scolaires se traduisent entre doctorants : à la confiance des uns, notamment dans leur avenir, et à leurs stratégies ajustées sans même être consciemment réfléchies, s’oppose le sentiment d’illégitimité des autres qui les conduit à s’auto-exclure des « ressources d’assurance » (Serre, 2009, p. 264) pourtant mises à leur disposition. La question centrale soulevée par ces articles est ainsi de savoir dans quelle mesure – et par quels mécanismes – les dispositifs institutionnels interviennent dans l’expression plus ou moins forte des inégalités entre doctorants. Les « manques » liés à la socialisation initiale du point de vue des normes académiques semblent ainsi pouvoir être comblés par certains environnements collectifs, comme le laboratoire, ou par certains statuts porteurs de légitimité comme celui de doctorant financé ou d’enseignant28. L’articulation entre trajectoire et contexte apparaît donc cruciale pour réfléchir aux conditions d’efficacité de la socialisation en thèse.

29Le dernier article opère un retour au contenu concret de la socialisation doctorale en s’intéressant à la tâche qui est censée en constituer le cœur, à savoir la production d’un écrit (la thèse). De façon programmatique, Sébastien Kapp trace des pistes pour mieux saisir le contenu et les modalités de cette socialisation à l’écriture, sans inculcation formelle ni imprégnation par imitation, qui consiste à intérioriser et maîtriser des normes d’écriture rarement explicitées et parfois même contradictoires.

30Le premier apport majeur de ces cinq articles est de mettre au jour les ambivalences permanentes qui caractérisent la situation et l’expérience doctorales. Ces ambivalences prennent des formes multiples et vont bien au-delà du double statut de collègue en formation / jeune collègue ou des injonctions contradictoires portées par le contexte institutionnel, exigeant du doctorant à la fois la réalisation d’une thèse de haute qualité scientifique et la participation à de nombreuses activités collectives. Elles traversent les doctorants eux-mêmes, partagés entre une demande d’encadrement et une volonté de liberté, tiraillés entre leur peur du chômage et du déclassement et leur rapport souvent enthousiaste au travail de recherche. Elles caractérisent aussi leurs positions et leurs statuts, quand l’activité d’enseignement procure un sentiment d’utilité et une identité sociale mais réduit le temps disponible pour la thèse. Elles s’inscrivent enfin dans des dynamiques temporelles, lorsque l’investissement total dans l’enquête sur le terrain laisse place aux doutes liées à l’écriture.

31Un deuxième apport important des articles est de confirmer le rôle crucial joué par des instances socialisatrices autres que le directeur de thèse. Parmi les instances collectives apparues ou renforcées dans les années 1990, avec les nouvelles formes de régulation doctorale, le laboratoire est celle qui semble la plus présente et identifiée par les doctorants. Ce phénomène est peut-être lié au fait qu’il a plus fortement investi sa mission de formation doctorale dans un contexte où la réduction de ses fonds propres a limité son champ d’action par ailleurs. Mais les articles montrent surtout l’importance d’agents de socialisation souvent négligés, comme les pairs et l’équipe pédagogique (pour les doctorants qui enseignent). Par des biais différents, souvent informels, les deux jouent un rôle primordial dans l’acquisition d’un sentiment de légitimité et dans l’appropriation des codes et des savoir-faire.

32On regrette toutefois que le dossier laisse dans l’ombre, faute d’enquêtes empiriques disponibles, certains aspects qui auraient mérité un développement plus approfondi. Les articles portent principalement sur des terrains situés en région parisienne, même si les institutions enquêtées sont très différentes du point de vue de leur prestige, de leur organisation et de leur recrutement social et scolaire. Cette surreprésentation n’est pas totalement aberrante puisqu’elle reflète une supériorité numérique réelle dans la mesure où 44,9% des doctorants en sciences humaines et sociales sont inscrits en région parisienne (contre 31% en sciences et 38,8% en droit-économie) (Vourc’h, 2010). Mais elle reflète aussi une hégémonie symbolique que l’appel à publications lancé par le comité de rédaction de Socio-logos n’a pas réussi à dépasser, les doctorants et (enseignants-)chercheurs ayant répondu à l’appel étant les plus proches d’institutions légitimes et les plus susceptibles d’avoir une parole « autorisée » sur les doctorants (de façon significative l’auteure qui s’est retirée en cours de route du dossier est une doctorante de province). Par conséquent, le dossier donne à voir de façon privilégiée la variation des trajectoires et ne fait pas jouer à plein l’objectivation par la variation des contextes. Des enquêtes portant sur le poids des conditions institutionnelles de réalisation du doctorat, différentes d’un établissement à l’autre, restent à mener.

Haut de page

Bibliographie

AERES (2008), Synthèse de l’évaluation des écoles doctorales de la vague B.

AERES (2009), Bilan et synthèse de l’évaluation des écoles doctorales de la vague C.

Agulhon Maurice (1989), « Ernest Labrousse, historien social (XIXème siècle) », Annales historiques de la Révolution française, n° 276, p. 128-131.

Anderson Melissa S. and Louis K. Seashore (1994), « The Graduate Student Experience and Subscription to the Norms of Science », Research in Higher Education, vol. 35, n°3, p. 283-299.

Austin Ann E. (2002), « Preparing the Next Generation of Faculty: Graduate School as Socialization to the Academic Career », The Journal of Higher Education, vol. 73, n°1, p. 94-122.

Beaud Michel (1994), L’art de la thèse, Paris, La Découverte, Coll. Guides Repères, [1985].

Beaud Stéphane (2012), « La sociologie française au milieu du gué  », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie. URL : http://sociologies.revues.org/3880.

Becker Howard & James Carper (1956), « The Elements of Identification with an Occupation », American Sociological Association, vol. 21, n°3, p. 341-348.

Becker Howard, Geer Blanche, Hughes Everett & Anselm Strauss (2004), Boys in White: Student Culture in Medical School, New Brunswick, Transaction Publishers, [1961].

Béret Pierre, Giret Jean-François & Isabelle Recotillet (2004), « L’évolution des débouchés professionnels des docteurs : les enseignements de trois enquêtes du Céreq », Education et formations, n°67, p. 109-116.

Bès Marie-Pierre & Nathalie Chauvac (2014), « Les Réseaux personnels des doctorants dans des chaînes latentes – Retour sur une recherche-action », Bulletin de méthodologie statistique, n°121, p. 59-74.

Bourdieu Pierre (1984), Homo academicus, Paris, Editions de Minuit.

Bret Dominique (2015), « Les Doctorants contractuels normaliens face à leur thèse. Le poids des socialisations familiale et scolaire », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], URL : http://socio-logos.revues.org/3006.

Bruno Isabelle (2008), À vos marques®, prêts… cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Bustamante Mauricio (2012), Le devenir professionnel des docteurs de l’EHESS. Les docteurs diplômés entre 2004-2009, Rapport d’enquête, Direction des enseignements et de la vie étudiante (DEVE), EHESS, janvier.

Calmand Julien (2010), « Des docteurs en mal de stabilisation », Bref Céreq, septembre, n°277.

Calmand Julien (2013), « Les docteurs : une longue marche vers l’emploi stable », Bref Céreq, novembre, n°316.

Chao Marina, Monini Carlotta, Munck Signe, Thomas Samuel, Rochot Justine & Cécile Van de Velde (2015), « Les expériences de la solitude en doctorat. Fondements et inégalités », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne]. URL : http://socio-logos.revues.org/2929.

Chabrol Fanny, Hunsmann Moritz & Janina Kehr (2012), « Réaliser un doctorat en sciences sociales de la santé : financements, pratiques de recherche et enjeux de professionnalisation », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], URL : http://socio-logos.revues.org/2629.

Charle Christophe (1994), La République des universitaires 1870-1940, Paris, Seuil.

Chenu Alain (2002), « Une institution sans intention. La sociologie en France depuis l’après-guerre », Actes de la recherche en sciences sociales, n°141, p. 46-61.

Collectif TMTC (2015), « L’horizon vertical de la recherche. La socialisation de laboratoire d’apprentis chercheurs en sciences sociales », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], URL : http://socio-logos.revues.org/2975.

Contamin Jean-Gabriel (2005), « Le choix des armes : les dilemmes pratiques d’un mouvement de doctorants et le modèle des avantages comparatifs », Genèses, n°59, p. 4-24.

Coulon Alain, Ennafaa Ridha & Saeed Paivandi (2004), Devenir enseignant du supérieur. Enquête auprès des allocataires moniteurs de l'enseignement supérieur, Paris, L’Harmattan, Coll. Savoir et formation.

Coulon Alain, Ennafaa Ridha & Saeed Paivandi (2003), « Les allocataires moniteurs de l’enseignement supérieur », Note d’information, Ministère de la jeunesse, de l’éducation et de la recherche, 03.10 février.

CNU section 19 (2014), « Sociologie, démographie », Rapport annuel d’activité, Session 2014.

Cret Benoît & Christine Musselin (2012), « Recrutements universitaires et inégalités », dans Benninghoff Martin, Fassa Farinaz, Goastellec Gaële & Jean-Philippe Leresche, Inégalités sociales et enseignement supérieur, De Boeck Supérieur, p. 99-115.

Darmon Muriel (2006), La socialisation, Paris, Armand Colin, Coll. 128.

Demazière Didier (2012), « Les règles de la production sociologique », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie. URL : http://sociologies.revues.org/3804.

Di Filippo Laurent, François Hélène & Anthony Michel (2012), La position du doctorant. Trajectoires, engagements, réflexivité, Presses universitaires de Nancy, Questions de communication, série actes 16.

Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales, Ecole doctorale Arts Lettres Langues (2010), Rapport sur les conditions de vie et de travail des doctorants, Université Européenne de Bretagne.

Erlich Valérie (2000), « Etudiants doctorants. Conditions d’études et de vie », Etudes et documents, n°16, décembre, Université de Nice-Sophia Antipolis, Observatoire de la Vie Etudiante.

Faure Sylvia & Charles Soulié (2006), « La recherche universitaire à l’épreuve de la massification scolaire », Actes de la recherche en sciences sociales, n°164, p. 61-73.

Garcia Sandrine (2007), « L’Europe du savoir contre l’Europe des banques ? La construction de l’espace européen de l’enseignement supérieur », Actes de la recherche en sciences sociales, n°166-167, p. 80-93.

Gasparini William (2013), « Enjeux des transformations de la formation doctorale en SHS », Intervention Journée de réflexion ANCMSP « Sciences sociales et transformations de l’Université : Vers une généralisation de la précarité ? », 30 mars.

Gerard Laetitia (2014), Le Doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral, Paris, Ed. Téraèdre, Coll. L’anthropologie au coin de la rue.

Harfi Mohamed (2013), Les Difficultés d’insertion professionnelle des docteurs. Les raisons d’une « exception française », Document de travail, Commissariat général à la stratégie et à la prospective, n°2013-07.

Heil Christophe & Guillaume Tiffon (2009), « Les Ressorts de l’acceptation de la précarité institutionnalisée des doctorants vacataires », dans Tiffon Guillaume & Virginie Garcia (dir.), Le sociologue en train de se faire : travail réflexif sur le statut d’étudiant-enseignant-chercheur, Paris, L’Harmattan, Coll. Logiques Sociales, p. 47-63.

Hély Matthieu & Sophie Pochic (2008), « Recrutement et carrière post-thèse en shs. Des parcours diversifiés », VRS 372, janv.-mars, p. 24-26.

Herzlich Claudine (2002), Réussir sa thèse en sciences sociales, Paris, Nathan université, Coll. 128.

Hunsmann Moritz & Sébastien Kapp (dir). (2013), Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales, Paris, EHESS.

Kapp Sébastien (2015), « Un apprentissage sans normes explicites ? La socialisation à l’écriture des doctorants », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], URL : https://socio-logos.revues.org/3008.

Le Saout Rémy & Gildas Loirand (1998), « Les Chargés d’enseignement vacataires. Les paradoxes d’un statut perverti », Genèses, n°30, p. 146-157.

Lizé Wenceslas & Tristan Poullaouec (2002), « Faire une thèse de sociologie. Un état des lieux », La Lettre de l’ASES, n°31.

Louvel Séverine (2006), « Les Doctorants en sciences expérimentales : futurs collègues ou jeunes collègues ? », Formation Emploi, n°96, p. 53-66.

Martin Olivier (2009), « Devenir sociologue académique. Sociologie du recrutement des qualifiés 1998-2007 », intervention lors du Séminaire « Enseignement supérieur et recherche », Paris, Sciences Po, 27 avril.

Math Antoine (2005), « Des cotisations sans prestations », Plein droit, n° 67.

MENESR (Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche) (2014), L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France, n°7, avril (47 indicateurs).

Merton Robert K., Reader George G. & Patricia L. Kendall (eds) (1957), The Student physician: Introductory Studies in the Sociology of Medical Education, Cambridge, Harvard University Press.

Moguerou Philippe, Murdoch Jake & Jean-Jacques Paul (2003), « Les déterminants de l’abandon en thèse : étude à partir de l’enquête Génération 98 du Céreq », 10èmes Journées d’études Céreq, mai.

Musselin Christine (2005), Le Marché des universitaires : France, Allemagne, États-Unis. Paris, Presses de Sciences-Po.

Nicourd Sandrine (2015), « Les processus de désengagement dans le cadre du travail doctoral », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], URL : https://socio-logos.revues.org/2996.

Paivandi Saeed (2010), « L’expérience pédagogique des moniteurs comme analyseur de l’université », Revue Française de Pédagogie, 2010/3, n°172, p. 29-43.

P.E.C.R.E.S. (2011), Recherche précarisée, recherche atomisée. Production et transmission des savoirs à l’heure de la précarisation, Paris, Raisons d’Agir.

Perret Cathy (2003), « Mobilités géographiques sur le territoire national et insertion professionnelle des jeunes docteurs », dans Béret Pierre & Jean-François Giret (coord.), La mobilité professionnelle des jeunes docteurs, Relief 2, Rapports du Cereq, décembre, p. 53-86.

Pinto Vanessa & Xavier Zunigo (2006), « La condition des doctorants en sciences humaines et sociales », Association Rhône-Alpes d’anthropologie.

Piriou Odile (2008), « Que deviennent les diplômés de sociologie ? Un état de la discipline et de son avenir », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 3. URL : http://socio-logos.revues.org/1622.

Ravinet Pauline (2011), « La Coordination européenne « à la bolognaise ». Réflexions sur l'instrumentation de l'espace européen d'enseignement supérieur », Revue française de science politique, vol. 61, n°1, p. 23-49.

Serre Delphine (2009), Les Coulisses de l’Etat social. Enquête sur les signalements d’enfant en danger, Paris, Raisons d’agir.

Soulié Charles (1996), « Précarité dans l’enseignement supérieur. Allocataires et moniteurs en sciences humaines », Actes de la recherche en sciences sociales, n°115, p. 58-64.

Tiffon Guillaume & Virginie Garcia (dir.) (2009), Le sociologue en train de se faire : travail réflexif sur le statut d’étudiant-enseignant-chercheur, Paris, L’Harmattan, Coll. « Logiques Sociales ».

Vilter Sylvie (2008), « Doctorants et docteurs de l’UVSQ : les conditions de réalisation de la thèse », Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Observatoire de la Vie Etudiante, septembre.

Viry Laurence (2006), Le monde vécu des universitaires ou la République des Egos, Rennes, PUR.

Vourc’h Ronan (2010), « Les doctorants. Profils et conditions d’études », OVE Infos, juin, n°24.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Mathilde Pette pour son aide dans la constitution de ce dossier.

2  Les données statistiques ne comptabilisent généralement que les doctorants régulièrement inscrits en thèse et n’incluent pas ceux qui continuent à préparer le doctorat en n’étant plus inscrits. Ces doctorants « invisibles » dans les statistiques officielles sont néanmoins présents dans le fichier central des thèses qui recense – à partir d’une première inscription et pendant dix ans maximum s’il n’y a pas de soutenance – toutes les thèses en préparation (soit 68 901 en juin 2015).

3  Il l’est aussi dans de nombreux pays de l’OCDE, notamment en Europe, comme cela sera évoqué plus loin.

4  La Confédération des Jeunes Chercheurs naît en 2003, dans la continuité de la Guilde des doctorants et de la liste Hotdocs créée en 1994 (Contamin, 2005) et le collectif « Droit d’entrée » apparaît peu après en se spécialisant dans la lutte pour « l’amélioration des conditions de vie matérielle et scientifique » des doctorants et docteurs en sciences humaines et sociales. L’Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur(ASES) et l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP) œuvrent aussi pour développer une réflexion sur le doctorat et les recrutements des docteurs (notamment avec la mise en place de wiki-auditions, de listes de diffusion, et l’organisation d’enquêtes et de journées de réflexion).

5  Cf. Adrien de Tricornot et Benoît Floc'h, « La bataille du doctorat ne fait que commencer », Le Monde, 2 juin 2015.

6  Comme l’attestent par exemple les deux vagues de titularisation à la fin des années 1970, l’une pour les assistants à l’université, l’autre pour les chercheurs hors statut au CNRS.

7  Les enquêtes du Céreq (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Qualifications) s’intéressent principalement à la durée nécessaire pour obtenir un emploi et aux caractéristiques de cet emploi (statut stable ou non, secteur public ou privé, catégorie de cadre ou pas, rémunération). Concernant les sciences humaines et sociales et la sociologie les mêmes indicateurs sont repris par exemple dans : Hély et Pochic, 2008 ou Piriou, 2008.

8  Les conditions d’études et de travail des doctorants en sciences expérimentales ont elles été étudiées en détail par Séverine Louvel (2006).

9  Ce qui n’est pas le cas dans les pays anglo-saxons, cf. par exemple l’état de la littérature fait par Gérard (2014).

10  A titre d’exemple, jusque dans les années 1950, il existait quatre chaires de sociologie en France (dont deux à Paris). Le nombre d’enseignants en sociologie est passé d’une vingtaine en 1958 (date de la création de la licence de sociologie) à environ 300 en 1978 (Chenu, 2002).

11  Un exemple significatif est celui des thésards de l’historien Ernest Labrousse qui avaient chacun pour « mandat initial » du « maître » de mener l’histoire sociale et économique d’un département particulier (Agulhon, 1989, p. 130).

12  Concrètement cela se traduit par un contrat de travail et les droits sociaux afférents (affiliation au régime des salariés et non des étudiants, indemnisation chômage, etc.), avec quelques modulations cependant pour les doctorants étrangers. Eux n’ont pas le droit de toucher l’indemnisation chômage par exemple, même quand ils ont cotisé, s’ils sont restés « étudiants » au regard de leur carte de séjour (Math, 2005). Ils le peuvent cependant si, du fait de leur contrat de travail (comme ATER par exemple), ils ont bénéficié d’une carte de séjour avec la mention « scientifique ».

13  L’instauration d’une régulation collective et la formalisation des droits et des instances de recours en cas de conflit avec le directeur de thèse font notamment partie des revendications importantes pour lutter contre les situations de harcèlement sexuel qui peuvent se développer au sein de cette relation de pouvoir. Celles-ci ont été mises au jour grâce au travail d’information et de mobilisation réalisé par le collectif CLASCHES (Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement Sexuel dans l’Enseignement Supérieur).

14  Pour les sociologues, les critères d’appréciation de la section 19 « Sociologie, démographie » du CNU sont explicités dans son rapport d’activité disponible sur le site www.cpcnu.fr (CNU section 19, 2014, p. 15-16).

15  Les chiffres repris dans cette partie sans indication de source proviennent des enquêtes triennales de l’OVE (Observatoire national de la vie étudiante), éditions 2003 et 2006, auprès de 1358 doctorants (Vourc’h, 2010). La division en trois grands champs disciplinaires (lettres et sciences humaines et sociales, sciences, droit-économie), qui est celle couramment adoptée dans ces enquêtes, est reprise ici dans un sens purement informatif et non pour préjuger de la valeur plus ou moins « scientifique » de chaque discipline.

16  Sandrine Nicourd (2015) revient sur ce chiffre dans son article plus loin.

17  Ces moyennes cachent évidemment de grandes variations d’une école doctorale à l’autre, avec en SHS des HDR qui peuvent avoir plus de vingt doctorants (AERES, 2009).

18  Le terme de doctorant ne sera pas systématiquement féminisé dans la suite du texte pour ne pas alourdir la lecture mais il est important de garder en tête que six doctorants sur dix en lettres et sciences humaines et sociales sont en fait des doctorantes (59,4% de femmes contre 34,4% en sciences et 42,8% en droit-économie) (Vourc’h, 2010).

19  Il faudrait là encore différencier les allocations de recherche selon leurs montants et selon les droits et obligations qu’elles entraînent. Un contrat Cifre par exemple implique des obligations professionnelles, tandis que certains contrats de région incluent, aux côtés de l’allocation, un budget supplémentaire destiné à prendre en charge certains frais liés à la recherche (comme des déplacements pour participer à des colloques).

20  Sauf pour les étrangers non communautaires, cf. plus haut.

21  Le statut pèse par exemple sur le mode de rémunération (paiement mensuel pour les moniteurs versus paiement plusieurs mois après le service fait pour les vacataires) et le montant de celle-ci. Pour un moniteur qui doit enseigner 64 heures par an la rémunération à l’année équivaut à 4077,24 euros brut (barème 2010) alors que, pour le même nombre d’heures, un vacataire touche 2618,24 euros (40,91 euros l’heure de TD selon le barème 2010).

22  L’analyse des mécanismes par lesquels ces parcours différenciés se transforment ensuite en de fortes inégalités du point de vue des chances d’insertion professionnelle dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche n’est pas l’objet de ce dossier mais mériterait des enquêtes approfondies.

23  Les métiers de chercheur et d’enseignant-chercheur constituent les débouchés le plus couramment envisagés par les doctorants en sciences humaines. Au moment de soutenir leur thèse 70% des docteurs souhaitent en priorité travailler dans la recherche académique ou publique (Calmand, 2010, p. 3) et parmi les doctorants allocataires-moniteurs, ce taux est plus important pour les doctorants en lettres et sciences humaines que pour les doctorants des disciplines scientifiques (les trois quarts souhaitent travailler dans l’enseignement supérieur et 10% dans la recherche publique). (Coulon et al., 2010, p. 6).

24  Becker et Carper (1956) avaient montré que les supports d’identification des doctorants n’étaient pas forcément un métier mais pouvaient être une discipline ou un statut.

25  Il faudrait aussi tenir compte du fait que la plupart des postes sont profilés sur un champ thématique précis et ne sont donc pas, en fait, ouverts à tous les candidats.

26  L’autonomisation des doctorants de sociologie comme objet d’enquête n’a pas toujours été possible et dépendait, localement, de leur effectif et de l’existence d’une institution distincte du point de vue de leur rattachement disciplinaire (les écoles doctorales étant souvent de sciences sociales).

27  Le collectif TMTC est composé de Rémi Habouzit, Ruggero Iori, Romain Juston, Bénédicte Laumond, Julie Minoc, Océane Perona et Rémy Ponge.

28  Le fait d’être financé est une ressource majeure à la fois symbolique (si on a été sélectionné, c’est qu’on a les compétences) et sociale (la rémunération atteste que l’on travaille).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Serre, « Etre doctorant-e. Socialisations, contextes, trajectoires », Socio-logos [En ligne], 10 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2924

Haut de page

Auteur

Delphine Serre

Professeure de sociologie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre du CESSP-CSE (Centre européen de sociologie et de science politique - Centre de sociologie européenne)

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org