Navigation – Plan du site
Textes

Actualité de Norbert Elias : réception, critiques, prolongements

Bernard Cahier

Résumés

Datant pour une part des années 30 mais publiée tardivement, poursuivie jusqu’à la fin des années 80, l’œuvre de Norbert Elias est désormais connue et intégrée dans le patrimoine des sciences humaines (sociologie, histoire, sciences politiques, anthropologie). Sa réception, longue et laborieuse, a suivi des chemins et des rythmes très différents selon les pays et les disciplines. Tout n’est d’ailleurs pas encore publié à ce jour.

Cette œuvre en marge des modes universitaires a soulevé quelques critiques, sur la forme ou le fond : 1) du côté de l’histoire et des études politique l’analyse du processus de civilisation, comme beaucoup de grandes synthèses, s’est vu reprocher des absences, des erreurs de perspective ou des insuffisances documentaires ; elle s’est heurté au problème des retours de violence, butant en particulier sur l’holocauste. 2) Du côté des sociologues, l’outillage conceptuel a souffert de la comparaison avec des œuvres plus récentes mais diffusées avant la sienne (celle de Bourdieu par exemple) ; certaines notions ont pu aussi être mises en question, en particulier celle, centrale dans la sociologie d’Elias, de configuration.

C’est pourquoi la dernière partie de cet article tente de compléter l’outillage autour de cette notion de configuration par la définition de celle de plateforme mobile de communication. Cet outillage renforcé, complété par quelques notions annexes, devrait permettre : 1) de réactualiser Elias ; 2) de favoriser l’émergence d’une anthropologie des moments fondateurs et des basculements collectifs.

Haut de page

Texte intégral

1Situer Norbert Elias n’est pas toujours facile.1 Son ouvrage majeur, sur le processus de civilisation, aborde l’histoire européenne – prise dans la longue durée – simultanément à travers d’une part les aspects sociologiques et psychologiques du vécu individuel, et d’autre part les constructions collectives, étatiques, institutionnelles de la modernité.2 Alors, doit-on voir en lui un historien ? un psychologue ? un sociologue ? un anthropologue ? un spécialiste des sciences politiques ou de la philosophie politique ? Si je cite ces disciplines, c’est que la réception de son œuvre est passée tour à tour par chacune d’entre elles, induisant des lectures et des représentations différentes.3 Une œuvre qualifiée parfois d’« auberge espagnole », qui « interdit de prétendre à un point de vue unique sur cet auteur qui, moins qu’un autre, se prête à la réduction. »4

2Toute sa longue vie (1897-1990, soit 93 ans), Elias bataille avec Kant, avec Freud, avec ses contemporains sociologues, bref avec à peu près tout le monde. Dans une interview accordée à la revue d’une université américaine en 1982,5 il prend également ses distances avec toute une génération d’historiens – estimant qu’il évolue à un niveau élevé de synthèse qui ne correspond pas à ce que l’on nomme habituellement l’histoire (ce besoin de synthèse, ainsi que l’intérêt pour la longue durée, le rapproche pourtant chez nous de Fernand Braudel).

3Philosophe de formation initiale, il a tourné le dos à cette discipline pour se tourner vers les études concrètes des comportements : « Je fais une distinction nette entre philosophie et sociologie. La sociologie est une science, une science sociale, qui lie en une connaissance concrète des données empiriques à des théories, alors que la philosophie peut spéculer sur le désir d’un cœur sans avoir à se légitimer elle-même à travers des tests empiriques. Quand je suis venu à Heidelberg comme étudiant, j’étais en très bons termes avec Jaspers. Mais quand j’y suis retourné la seconde fois, je l’ai regardé plus durement. »6

4Si la réception de ses travaux est passée par diverses disciplines académiques, Norbert Elias s’est quant à lui toujours revendiqué comme sociologue, uniquement comme sociologue.

5Or si l’on y regarde de près, la position, pour quelqu’un qui vient comme lui de la philosophie – ce promontoire qui permet d’embrasser d’un seul coup d’œil l’ensemble des sciences concernant l’être humain – la place qu’occupe le sociologue n’est sans doute pas la plus inconfortable : en effet, si l’on s’intéresse, par exemple, aux motivations des gens, on va faire appel à la psychologie ; les actes qui découlent de ces motivations sont, eux, du ressort direct de la sociologie ; et la succession de ces actes dans le temps met en scène l’histoire. Comme on le voit, prise sous cet angle la sociologie occupe une place centrale dans l’observation des humains et de leurs réalisations.

6Pourtant, au vu de l’ensemble de son parcours, il n’est pas complètement irrecevable de dire qu’Elias, d’une certaine façon, est resté philosophe dans l’orientation englobante de sa démarche, mais qu’il est passé résolument dans le camp de la sociologie pour la méthode employée ; et ce camp là une fois choisi, il ne l’a jamais renié.

7Par contre, jusqu’à la fin, il aura eu l’impression de n’être pas vraiment entendu. Dans Elias par lui-même, la longue interview biographique dans laquelle il décrit son parcours, il se plaint de faire la nuit un mauvais rêve récurrent : il parle au téléphone, et la voix à l’autre bout du fil répond invariablement : « Parlez plus fort, je ne vous entend pas. »7 Alors la première question qui se pose est de savoir si on l’entend aujourd’hui ; et la seconde : est-il toujours d’actualité de l’écouter, et sous quelles conditions ?

Réception

8Concernant la réception de son œuvre, le moins que l’on puisse dire est qu’elle a été tardive, et particulière. Une partie importante de cette œuvre a été produite dans les années 30, mais découverte seulement à partir des années 70. Ce qui a fait de ce vieil homme, jusqu’à sa mort en 1990, un jeune sociologue : en 1993 Michel Lallement voit encore en lui « un précurseur », et en 1995 Philippe Corcuff le désigne comme « un pionnier très actuel »8 Pourquoi ne l’a-t-on pas entendu plus tôt ? D’abord à cause des aléas douloureux de l’histoire, qui avant de lui prendre sa mère en 1941 dans un camp de concentration, lui ont fait fuir l’Allemagne en 1933, au moment où il venait d’achever sa thèse de doctorat – publiée seulement en 1969 en Allemagne (et en 1974 en France, sous le titre : La société de cour).9

9Exilé à Paris, puis rapidement à Londres où un comité de soutien aux émigrés juifs lui attribue une bourse, écrivant en allemand, Elias n’avait aucune chance sérieuse d’être publié avec succès : la parution de Über den Prozess der Zivilisation, en Suisse en 1939, est passée quasiment inaperçue et devra attendre 30 ans pour sortir de l’oubli. En France, en 1939 seul Raymond Aron, toujours à l’affût des travaux de la sociologie germanique, a fait une recension du 1er volume (celui qui sera publié, en 1973, sous le titre français de La civilisation des mœurs).

10En fait, les premières publications qui ont commencé à le faire connaître sont quelques articles publiés en Grande-Bretagne dans les années 50, avec par exemple une étude sur la genèse des professions navales en 1950, une autre en 1956 qui donnera corps plus tard à l’ouvrage Engagement et distanciation (publié en France en 1993, après une 1ère édition en Allemagne en 1983). En dehors de ces quelques articles, le premier ouvrage de la renaissance éliasienne date de 1965, en Grande-Bretagne toujours, avec la sortie d’un livre titré The Established and the Outsiders (publié en France en 1997 seulement, sous le titre Logiques de l’exclusion).

11A partir de là, la diffusion des œuvres, anciennes ou nouvelles, d’Elias, a progressivement permis de le connaître, souvent de façon fragmentaire : la traduction de son important ouvrage sur Les Allemands, par exemple, se fait désirer depuis longtemps chez nous. De nombreux petits textes (par exemple sur le "kitsch", ou sur l’expulsion des huguenots de France sous Louis XIV) nous restent inconnus (celui sur le "kitsch", de 56 pages seulement, écrit en 1935, n’est sorti qu’en 2004 en Allemagne).10

12Deux foyers principaux travaillent aujourd’hui dans la continuité d’Elias : Leicester, et Amsterdam. Leicester, où il a obtenu son 1er poste universitaire à 57 ans, et où il a enseigné de 1954 jusqu’à sa retraite en 1962 ; et Amsterdam, où il a vécu à la fin de sa vie. Durant ces deux périodes, il n’a cessé de produire, et les assistants qui l’entouraient alors ont contribué à diffuser son œuvre. On peut dire qu’il existe aujourd’hui deux écoles éliasiennes : une anglo-saxonne, avec les anciens élèves de Leicester, dont particulièrement Stephen Mennell et Eric Dunning11 ; l’autre néerlandaise, avec entre autre le siège de la Fondation Norbert Elias et la revue Figurations que cette fondation diffuse12.

13Selon les pays, la réception a suivi des voies très différentes. D’une part, l’œuvre elle-même, écrite en allemand ou en anglais, n’a pas été toujours diffusée de la même façon selon les endroits et selon la traduction. D’autre part, les articles, les travaux publiés sur Elias ou inspirés par ses ouvrages ne se sont pas intéressés aux mêmes aspects de l’œuvre, aux mêmes applications. La diffusion se poursuit, selon des modalités variées : par exemple une intégrale est en cours de publication en Grande-Bretagne,13 tandis qu’en Allemagne les archives de Marbach possèdent un fonds intéressant de documents.14

14Le Web quant à lui recense actuellement plus de 800000 adresses concernant Elias.15 En triant par disciplines et par sujets d’études, un pointage effectué il y a quelques années sur les publications inspirées d’Elias donnait : 282 en anglais, 78 en allemand (dont un certain nombre portant sur le thème de la loi), 25 en italien (entre autres sur la discipline sociale), 16 en espagnol (sur le rapport entre connaissance et pouvoir, et sur l’histoire), 1 au Japon (sur l’éducation), 2 en polonais (sur le changement social), 3 en hongrois, 2 en portugais (sur l’éducation, et sur le lien entre civilisation et décivilisation), et 32 en français.16

15En France précisément, ce sont des historiens (Roger Chartier surtout, et André Burguière) qui l’ont introduit, se le sont approprié, l’ont diffusé.17 Sont venues ensuite les politologues, avec le département des sciences politiques de l’université de Nanterre et l’organisation du 1er colloque consacré en France à Elias, en avril 1994.18 Les anthropologues lui ont aussi consacré un colloque à Nancy en septembre 200019 ; et finalement c’est sans doute en sociologie – où désormais n’importe quel étudiant de Deug « connaît » Elias – que l’œuvre de celui-ci a eu le moins de retombées dans notre pays. La raison en est sans doute la découverte tardive, dans un paysage disciplinaire largement occupé par de grosses pointures : par exemple, la notion éliasienne d’habitus, importante dans ses travaux, définie dès les années 30, s’est heurtée en France à la présence du travail élaboré depuis sur le même sujet par Bourdieu.20

Critiques

16Selon les pays, selon les disciplines, un certain nombre de critiques ont été émises à l’encontre des travaux d’Elias. Certains historiens lui ont reproché d’avoir négligé le 19ème siècle, d’avoir oublié le rôle des institutions ecclésiastiques (les monastères par exemple, comme modèle d’organisation). Des anthropologues, en Allemagne en particulier, l’ont critiqué sur le traitement de la pudeur : il a été reproché à Elias de s’être basé pour ses études de mœurs sur des documents peu ou pas pertinents – comme prendre un bordel comme exemple des mœurs d’une époque21 ; idem en France, où certains ont fait remarqué que ses descriptions de l’habitat tirées de l’Encyclopédie de Diderot, dans La Société de cour,22 correspondaient plus à un modèle idéal qu’à la réalité.

17D’autres se sont attaqués directement à l’outil : Jean-Hugues Dechaux a ainsi tenté de montrer que le concept de configuration n’en était pas un23. Mais les critiques les plus lourdes – celle de Zygmunt Bauman entre autres – ont porté sur le rapport entre la construction des Etats modernes et la pacification des mœurs, avec en toile de fond bien sûr le problème de l’holocauste.24

18Sans trop entrer dans le détail, il me semble que nombre de ces critiques peuvent être retournées sans trop de difficultés. Pour ce qui est des « oublis » historiques, il n’est pas certain que leur absence soit rédhibitoire au point de remettre en question la vue d’ensemble ; de même que les erreurs historiques reprochées à Max Weber dans ses thèses sur le lien entre capitalisme et protestantisme ne condamne pas pour autant l’ensemble d’une réflexion qui conserve malgré tout une certaine pertinence. Ce sont d’ailleurs des historiens eux-mêmes qui ont mis en avant les qualités de la vision éliasienne de la modernité ; et le fait qu’ils s’y soient intéressés à l’occasion de réajustements internes à leur discipline n’enlève rien à cette reconnaissance.

19Concernant l’analyse de la violence (et en particulier l’holocauste), il n’est pas certain que l’approche en termes de « décivilisation », initiée par le groupe d’Amsterdam, soit une voie qui mène du bon côté. Elias s’est toujours défendu d’avoir voulu construire une histoire linéaire. Aussi, ne doit-on pas plutôt le lire d’une façon que l’on pourrait qualifier de nietzschéenne ? Le mouvement de civilisation – en tant que pacification des mœurs – ne se joue-t-il pas à tout moment ? Si, à un instant donné, nous nous trouvons dans une chaîne d’interdépendances où tout fonctionne, alors le mouvement décrit par Elias fonctionne aussi. Mais que le lien, réel ou perçu, ou imaginaire avec l’Autre se distende ou casse, et c’en est aussitôt fini de la civilité (en tenant compte tout de même de la force d’inertie de l’habitus, qui agit comme stabilisateur ; il faut donc le temps – même s’il peut être très court – de modifier ou de court-circuiter l’habitus). Ce n’est pas pour rien que les Nazis ont méticuleusement dépossédé les juifs de toute attache sociale, pour pouvoir à l’arrivée les traiter comme des bêtes et même pire. Ils les ont sortis par petites touches de la société allemande (d’une façon très bien analysée dans les travaux de Stanley Milgram)25, avant de les jeter hors de l’humanité. La barbarie est partie prenante de la modernité. Elle ne nous est pas extérieure, elle nous est constitutive. Nous ne sommes civilisés que tant que ce qui nous lie les uns les autres nous oblige à nous autocontraindre. Que le lien se casse, par exemple entre des groupes défavorisés (comme certaines banlieues ghettos) et le reste de la société, et la violence peut flamber à tout moment. Si Elias constate un mouvement général de longue durée dans le sens d’une pacification des comportements, avec d’ailleurs des fluctuations, c’est que les Etats-nations ont durant toute la période moderne travaillé sans relâche à éradiquer la violence intérieure pour la porter aux frontières (éducation et nationalisme sont allés de pair à la fin du 19ème et au début 20ème siècles).

20Pour ma part, c’est une autre critique que j’adresse à Elias. Elle porte sur un vide dans sa boite à outils. En y regardant bien, certaines de ses notions manquent de précision ; à commencer par la notion centrale de configuration. Dans Qu’est-ce que la sociologie ?, Elias la définit comme une formation de taille variable (les joueurs d’une partie de cartes, la société d’un café, une classe scolaire, un village, une ville, une nation), où les individus sont liés les uns aux autres par un mode spécifique de dépendances réciproques et dont la reproduction suppose un équilibre mobile de tensions26. Il prend l’exemple de joueurs de cartes (p. 157) : « Quatre hommes assis autour d’une table pour jouer aux cartes, écrit-il, forment une configuration. Leurs actes sont interdépendants. » Cette définition a le mérite de la simplicité. Elle s’adapte à toute situation humaine, mais pour être réellement utilisable, elle est trop souvent un peu courte. Pourquoi, comment ces gens se sont-ils réunis pour jouer aux cartes ? Comment apparaissent des phénomènes collectifs complexes comme les nations ou les religions ? Il convient donc de préciser l’outillage éliasien.

Prolongements

21Le point qui m’intéresse dès lors est la compréhension de ce qui se passe au moment de la formation du groupe. Qu’est-ce qui fait qu’un groupe se constitue en tant que tel ? qu’est-ce qui le fait tenir ensemble ? qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné, il va peut-être se dissoudre ou basculer vers autre chose ? Dans le cas des joueurs de cartes, si les configurations sont sans cesse changeantes en fonction des individus qui les composent et des tensions qui les traversent, qu’est-ce qui fait qu’une partie de belote à Marseille en 1920 et une autre à Quimper ou Bordeaux au début du 21ème siècle sont toujours des jeux de belote ? Il y la règle du jeu, bien sûr. Mais comment analyser ça ? Mon hypothèse est que le groupe, quelle que soit sa taille, se constitue lors d’une négociation (explicite ou implicite, voire inconsciente), pour former ce que j’appelle une plateforme de communication (et derrière ce mot j’entends compréhension réciproque, ou mutuelle).27 Cette plateforme résulte donc d’un tri collectif, qui permet d’éliminer et de retenir un certain nombre d’éléments. Le groupe se forme sous une double pression : en excluant et en fédérant en même temps, et ce à tout moment. Cette plateforme est à la fois maximale, minimale et mobile :

22- maximale, car elle représente le plafond de compréhension réciproque, à ne pas dépasser sous peine d’exclure un nombre trop important de postulants ;

23- minimale, car c’est la base de départ sur laquelle un discours spécifique va pouvoir se construire ;

24- mobile, car son niveau fluctue sans cesse (même imperceptiblement) en fonction des entrées et des sorties, et des renégociations permanentes.

25Par exemple, si deux prix Nobel de mathématiques discutent entre eux de leurs travaux respectifs, leurs échanges se feront tout de suite à un niveau très élevé. Si par contre l’un d’entre eux veut les expliquer à un non mathématicien, il sera obligé d’utiliser des termes et des images simples, de se montrer très pédagogue, même si son auditeur fait un effort terrible pour essayer de le suivre. Le niveau de la plateforme sera bien sûr le plus élevé possible, sous peine de perdre toute consistance ; mais on comprend très bien qu’il se situera, jugé par des spécialistes, à un niveau beaucoup plus bas que lorsqu’ils communiquent entre eux.

26Les plateformes sont donc mobiles, en fonction des entrées et des sorties : un groupe élitiste acceptera de laisser beaucoup de monde à la porte, pour pouvoir se doter d’une culture forte (par exemple, peu d’étudiants parviennent jusqu’au doctorat ; c’est aussi le cas avec les concours d’entrée dans les grandes écoles, ou le parcours d’intégration à certains ordres monastiques) ; par contre un groupe ouvert devra, pour jouer le jeu de l’intégration, rester à un niveau accessible au plus grand nombre. Ainsi ce n’est pas étonnant si, par exemple, les chaînes de télévisions qui cherchent la plus grande audience sont aussi les plus basiques, les plus « grand public » (y compris au sens parfois péjoratif du terme).

27A partir de là, ce qui va donner à la plateforme sa stabilité dans le temps c’est un principe d’économie, qui pousse les individus formant la configuration à choisir de conserver l’existant chaque fois qu’il n’est pas nécessaire de le remplacer par du neuf.

28Sur cette base mobile mais plus ou moins stabilisée qu’est la plateforme initiale, va pouvoir alors se construire un discours (selon une approche inspirée de Foucault), qui va lui-même participer à la conservation des acquis, en les cimentant de façon cohérente. Mais on entre là dans d’autres développements qu’il serait trop long de dérouler ici.

29Un exemple servira donc de conclusion à la présentation (trop succincte) de cet outil complémentaire aux configurations éliasiennes : les conflits de générations. Dans l’optique défendue ici, ces conflits récurrents de toute éternité sont compris comme des conflits de plateformes. Il ne s’agit pas de discuter ici des thèses de Mannheim ou de Bourdieu ; il s’agit simplement d’enrichir le débat d’un point de vue supplémentaire.

30Dans Questions de sociologie, Bourdieu écrit : « Beaucoup de conflits de génération sont des conflits entre des systèmes d’aspirations constitués à des âges différents. Ce qui pour la génération 1 était la conquête de toute la vie, est donné à la naissance, immédiatement, à la génération 2. ».28 Cet argument, qui insiste sur l’importance des dispositions héritées, n’épuise pas le problème ; car les enfants refusent toujours une part de l’héritage.

31En effet, pour se construire une identité (à la fois individuelle, et partagée – être reconnu de ses pairs), il est souvent plus facile de le faire en se démarquant (par ses vêtements, par ses goûts musicaux, etc.) qu’en s’intégrant à un existant qui semble avoir été verrouillé par les prédécesseurs. D’un côté, la nouvelle génération, qui se construit son habitus, a tendance à vouloir changer le monde, le reconstruire à neuf. Mais la génération précédente, qui s’est en son temps elle-même battue pour imposer sa propre plateforme et a depuis développé un discours qui lui est propre, préfère faire l’effort de les sauvegarder plutôt que celui de devoir reprendre les choses tous les dix ou vingt ans. La vie est une longue adaptation, mais plus on avance en âge, plus l’habitus a de la corne ; il résiste, et l’on hésite à tout recommencer à zéro. En ce sens, les frictions entre générations sont tout à fait normales, et les littératures les plus anciennes (égyptienne, mésopotamienne ou autres) en donnent des témoignages d’une totale actualité. Le moyen d’éviter que les conflits – porteurs de violence potentielle – ne dégénèrent en violence réelle, c’est la mise en place d’objets (ou plutôt d’outils) médiateurs et d’instances médiatrices, mais là aussi cela nécessiterait des développements spécifiques.

32En résumé : L’intérêt de Norbert Elias aujourd’hui, c’est sa capacité à croiser les approches (psychologique, sociologique, historique) de façon dynamique, avec un outillage qui reste empirique. Cet outillage, souple, est d’une grande utilité dans les études historiques, car il évite l’emploi d’outils trop précis, et de ce fait trop souvent anachroniques. Mais si l’on veut maintenir cette approche vivante, et la faire fructifier, il n’est pas interdit de compléter la boite à outils, comme le montre la piste de travaux développée ci-dessus, en travaillant à une extension de cette sociologie (et de cette méthode) dont nous sommes les héritiers.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend pour l'essentiel la communication donnéesous ce titre lors du 17ème congrès de l'association internationale des sociologues de langue française (AISLF), à Tours en juillet 2004 ; texte réactualisé en 2006.
2 Norbert Elias, Über den Prozess der Zivilisation, 1969 [1ère éd. 1939], publié en France en deux volumes : La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, et La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975.
3 Cf. Par exemple: Karl-Siegbert Rehberg dir., Norbert Elias und die Menschenwissenschaften, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1996.
4 Nathalie Heinich, La sociologie de Norbert Elias, Paris, Ed. de la Découverte (coll. « Repères »), p. 4.
5 West European Centre Newsletter, Interview de Norbert Elias par Gregor Hahn, Indiana University Bloomington, 1982, p. 7-16.
6 Idem (trad. personnelle).
7 Norbert Elias, Norbert Elias par lui-même, Paris, Fayard, 1991, p.93 [1ère éd. allemande, 1990].
8 Michel Lallement, « Sociologie et histoire : le travail précurseur de Norbert Elias », in Histoire des idées sociologiques, tome 2 : « de Parsons aux contemporains », Paris, Nathan, 1993, p. 184 ; et Philippe Corcuff, « Un pionnier très actuel : Norbert Elias », in Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan, 1995, p. 21.
9 Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion (coll. « Champs »), 1985 [thèse rédigée en 1933 ; 1ère éd. en allemand, 1969 ; 1ère éd. française, Calmann-Lévy, 1974).
10 Texte publié chez Lit Verlag, à Münster.
11 Parmi les travaux récents, voir entre autres leur ouvrage commun, en quatre volumes : Eric Dunning et Stephen Mennell, Norbert Elias, Londres, Sage, 2003.
12 Cette revue est accessible sur Internet, par exemple via le site de l’université de Sydney, qui présente aussi une bibliographie très fournie : http:/www.usud.edu.au/su/social/elias/elias.html ; la Fondation Norbert Elias possède aussi son site : norberteliasfoundation.nl.
13 Publication en 16 volumes, prévue jusqu’en 2010 ; les deux premiers volumes ont paru, chez UCD Press : 1) Early Writings (editor Richard Kilminster), et 2) The Court Society (editor Stephen Mennell).
14 Deutsches Litteraturarchiv, D-71666 Marbach-am-Neckar.
15 Le moteur de recherche Google donne 845.000 occurrences concernant Elias ; à comparer, pour les sociologues, avec les 1.800.000 concernant Bourdieu et les 645.000 concernant Giddens ; ou, dans un autre registre, pour ce qui est de la notoriété, les 1.820.000 concernant Foucault et les 6.400.000 renvoyant à Nietzsche (recherches effectuées le 19 février 2006).
16 Pointage effectué en 2001 sur le site de l’Université de Sydney (adresse citée, à la note n° 12).
17 Les historiens sont toutefois divisés sur l’intérêt des travaux d’Elias : certains le citent souvent, mais on voit encore sortir des ouvrages érudits sur Louis XIV qui ne mentionnent pas La société de cour, ouvrage pourtant utile pour comprendre le fonctionnement de la cour de Versailles.
18 Les Actes de ce colloque ont été publiés sous le titre : Alain Garrigou et Bernard Lacroix dir., Norbert Elias, la politique et l’histoire, Paris, Editions La Découverte, 1997.
19 Cf. Sophie Chevalier et Jean-Marie Privat, Norbert Elias et l’anthropologie, Paris, CNRS Editions, 2004.
20 Bourdieu portait Elias en grande estime ; ils ont d’ailleurs correspondu, en particulier sur cette problématique de l’habitus.
21 Hans Peter Duerr, Nudité et pudeur, Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1997.
22 Norbert Elias, La société de cour, opus cité, chapitre 1er : « Structures et significations de l’habitat », p.17-45
23 Jean-Hugues Dechaux, « Sur le concept de configuration : quelques failles dans la sociologie de Norbert Elias », Cahiers internationaux de sociologie, 1995, n° 99, Juillet-Décembre, p. 293-313.
24 Zygmunt Bauman, Modernité et holocauste, Paris, La Fabrique, 2002 (1ère éd. anglaise 1991 ; version consultée: Modernity and the Holocaust, Cambridge, Polity Press, 2000, p.107-116).
25 Stanley Milgram, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann-Lévy, 1974 [1ère éd. en anglais, Obedience to authority, 1974].
26 Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube (coll.Agora), 1991 [1ère édition en allemand, 1970], p. 154-161.
27 Petit rappel de définitions (cf. Le Robert) : l’adjectif "mutuel" (ou "réciproque") se définit comme ce « qui implique un rapport double et simultané, un échange d’actes et de sentiments » ; compréhension pour sa part recouvre la faculté de comprendre (c’est-à-dire d’embrasser dans un ensemble, de contenir en soi, de faire entrer dans un tout, une catégorie – du latin "comprehendere" = saisir), d’être compris, et la qualité par laquelle on comprend autrui.
28 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Editions de Minuit, 1984, p. 151.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Cahier, « Actualité de Norbert Elias : réception, critiques, prolongements », Socio-logos [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 12 avril 2006, consulté le 25 mai 2016. URL : http://socio-logos.revues.org/30

Haut de page

Auteur

Bernard Cahier

Doctorant en philosophie à Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

Socio-logos

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org