Navigation – Plan du site

Un apprentissage sans normes explicites ? La socialisation à l’écriture des doctorants

Sébastien Kapp

Résumé

Dans cette contribution, l'auteur propose d'aborder, d'un point de vue programmatique, la question de la socialisation des doctorants à l'écriture. Celle-ci apparaît au premier abord comme un phénomène assez insaisissable, dans la mesure où elle échappe aux deux mécanismes ordinaires de socialisation, par imitation ou par inculcation. Plusieurs pistes de réflexion seront suggérées : d'une part, considérer les moments pendant lesquels interviennent des processus de socialisation (verticale ou horizontale, formelle ou informelle) ; d'autre part, examiner les tensions à l'œuvre dans la transmission des normes d'écriture.

Haut de page

Texte intégral

1Ce qu’on appelle aujourd’hui une « thèse de doctorat en sciences sociales » recouvre plusieurs réalités. Il s’agit tout d’abord d’une période de formation, sanctionnée par l’octroi du titre et du diplôme de docteur. Son obtention, ritualisée grâce à la soutenance (Zigliara et Hess, 2013 ; Dardy, 2013), marque l’entrée dans une communauté professionnelle. Ce moment est décrit ainsi par E.C. Hughes (1996, p. 95) :

« La soutenance de thèse correspond à ce que les ethnologues appellent un rite de transition ou rite de passage, au cours duquel un individu passe de l'état de chercheur apprenti à celui de collègue à part entière. Ainsi, « sous vos yeux ébahis » il passe d'un rôle social à un autre rôle social, celui-là même qui sera important dans ses relations de travail. »

2Le rite est d’autant plus efficace que l’institution, grâce à l’avis des pré-rapporteurs et la décision du chef d’établissement, a déjà reconnu la qualité du candidat de façon anticipée en l’autorisant à soutenir.

3Dans un second sens, la thèse renvoie au manuscrit final qui rend compte de la recherche de l’étudiant. La thèse est donc un texte, qui résulte du travail d’une personne, le doctorant, mais qui a tendance à masquer, dans un processus similaire à celui qu’étudie Howard Becker dans Les mondes de l’art, la dimension collaborative de sa production, et notamment les normes professionnelles qui entrent en jeu.

4Cette contribution propose de considérer la socialisation des doctorants et leur formation au métier sous l’angle spécifique de la familiarisation aux normes d’écriture nécessaires à la production des textes. Lorsqu’on parle de texte, on pense bien sûr à celui de la thèse, mais plus largement à tous ceux qui jalonnent le travail de recherche (communications, articles, et autres rapports de recherche). Il s’agira de prendre en compte les moments d’apprentissage, formels et informels, mais aussi d’identifier les tensions qui existent dans les normes d’écriture (entre critères esthétiques et scientifiques).

  • 1 Trente-cinq entretiens qualitatifs ont été menés avec des doctorants et encadrants, belges et franç (...)

5La contribution présentera des pistes de réflexion dans une optique programmatique. Elle ne s’appuie pas sur une enquête systématique des situations décrites, mais plutôt sur l’expérience de l’auteur sur le sujet (observation multi-située, entretiens informels, lectures). Cette expérience repose sur plusieurs piliers : l’animation d’un séminaire doctoral à l’EHESS depuis 2007 (Les Aspects Concrets de la Thèse) qui a entre autres débouché sur la parution d’un ouvrage collectif, Devenir chercheur (Hunsmann et Kapp, 2013) ; la collaboration à un projet de promotion de l’insertion professionnelle des docteurs et doctorants en région transfrontalière France-Belgique (projet ProDoc InterReg IV)1 ; et la participation à de nombreux événements liés à l’écriture, à l’insertion professionnelle, à la socialisation des doctorants.

6Pour penser la socialisation à l’écriture, on peut repartir des deux façons dont la question de la socialisation professionnelle est habituellement posée. Dans un premier sens, la socialisation se définit par l’intériorisation des normes en vigueur dans une communauté qu’on souhaite intégrer (que concernent ces normes, quel est leur degré d’explicitation, quelles formes prennent-elles ?). Dans un deuxième sens, plus interactionniste, la socialisation implique la transmission de ces normes, notamment lors de rencontres physiques (avec des chercheurs, des enseignants, des auteurs, des pairs, par exemple au cours de journées ou colloques doctoraux) ou plus immatérielles (à travers des ouvrages, des guides, des articles). Or, dans le cas de l’écriture, ces deux dimensions – les normes, les acteurs qui les transmettent – sont difficiles à appréhender et tendent à rester invisibles. Dans cette contribution, je souhaite mettre au jour les tensions au cœur de cette socialisation à l’écriture qui ne repose ni sur l’inculcation explicite de normes, ni sur une situation d’apprentissage implicite par imitation. Il s’agira alors de dégager des pistes pour se donner les moyens de mieux saisir les mécanismes en jeu dans l’apprentissage de l’écriture pendant le doctorat.

Les mondes de la thèse : une question de temporalité des apprentissages

7Si l’on veut comprendre la façon dont les doctorants sont socialisés à leur futur métier, il convient de s’intéresser aux « mondes de la thèse ». L’idée est d’emprunter le schéma de Becker dans Les mondes de l’art pour l’appliquer au doctorat en sciences humaines et sociales. Pour comprendre la thèse comme un « produit final » comparable à une œuvre, il faut s’intéresser aux différentes étapes du processus, à tous les acteurs impliqués, individuels ou collectifs. En effet, tel l’artiste avec son œuvre, la thèse peut laisser penser que le doctorant en est l’auteur unique. Il ne faut pas oublier que la thèse est le résultat d’une collaboration impliquant d’autres acteurs : directeur de thèse, institution, collègues doctorants ou jeunes chercheurs, amis, conjoints, évaluateurs, referees.

8Mais à la différence des mondes de l’art, les acteurs du monde de la thèse appartiennent presque tous à la même communauté professionnelle. Ils y alternent simplement les rôles : chercheurs, encadrants, évaluateurs, membres d’associations professionnelles ou de comités scientifiques. Même s’il ne le devient pas toujours, le doctorant est tout de même formé comme un futur chercheur, et le chercheur est sans conteste un ancien doctorant. Ainsi, ce qui différencie les mondes de l’art des mondes de la thèse, c’est essentiellement la division temporelle du travail. Dans le cas de l’art, les fonctions et les métiers sont clairement distincts : producteur, artiste, galeriste, public, etc. Dans les mondes de la thèse, les acteurs impliqués font tous partie de la même communauté professionnelle. Seuls leurs rôles et leurs niveaux d’expérience les distinguent : doctorant, post-doctorant, chercheur ou enseignant titulaire. Ceux qui produisent des thèses sont aussi ceux qui lisent, critiquent, évaluent, enseignent, encadrent ou financent.

9Le décryptage de ce milieu, dont tous les membres peuvent sembler égaux a priori, est d’autant moins facile pour les doctorants débutants qu’il leur est par définition peu familier. Notamment, il s’agit de repérer les hiérarchies implicites (cote des revues, réputation des auteurs, popularité des sujets) mais aussi les groupes stratégiques, dont l’affinité repose sur des méthodes (quantitatives ou qualitatives), des courants théoriques (auteurs, paradigmes) ou la proximité avec des institutions (université, centre de recherche, association). Cette thématique semble peu abordée, tant dans les manuels que dans les rencontres à destination des doctorants.

10Autre caractéristique liée aux thèses en sciences sociales : l’acquisition du geste professionnel s’effectue dans une configuration pédagogique originale, diffuse dans le temps, et qui ne met que rarement les acteurs en coprésence physique. On ne s’observe pas écrire ou faire une recherche les uns les autres, à la différence sans doute des chimistes en laboratoire ou des étudiants en médecine. On agit ici plutôt sur le mode de l’essai/erreur à distance, de la répétition et de l’évaluation externe, qui plus est souvent anonyme.

11Dans le cas des revues, on écrit, puis on est évalué, corrigé, retoqué : ainsi s’incorporent les normes tacites de l’écriture, par le faire, dans des temporalités souvent très longues. Plusieurs mois peuvent s’écouler entre la soumission d’une proposition, l’acceptation première, la remise du texte, son évaluation et la publication finale. Là encore, ces façons de faire sont rarement explicitées. Etrange socialisation que celle qui concerne les revues, et qui consiste bien souvent à ne pas savoir avec qui l’on discute (ni même le rencontrer), à n’échanger que des e-mails, et dans des intervalles qui se mesurent en semaines ou en mois.

12Le processus de socialisation pendant la thèse est donc ponctué de plusieurs étapes, mais il s’effectue aussi selon plusieurs configurations qui constituent autant d’opportunités de transmission, d’apprentissage et de familiarisation aux normes d’écriture.

13Une première forme de socialisation verticale fonctionne dans la logique du maître à l’élève. Elle passe par l’encadrement doctoral que fournit le directeur de thèse - sur le plan formel -, mais aussi par les rencontres -souvent plus informelles -, avec des chercheurs plus expérimentés, notamment à l’occasion d’initiatives scientifiques (y compris grâce au biais dématérialisé que représente la discussion avec un comité de lecture d’une revue).

14Une deuxième forme de socialisation, cette fois horizontale, fonctionne davantage entre pairs, lors d’initiatives directement pilotées par les doctorants eux-mêmes, là encore formelles (journée d’étude) ou informelles (aller au café après une rencontre). Le premier type n’est pas incompatible avec l’autre, dans le sens que les chercheurs en poste (encadrants de thèse ou bénéficiant d’une expérience conséquente) apportent bien souvent leur concours, pour servir de discutants, de relais avec l’institution ou introduire les rencontres doctorales.

15Troisième voie possible d’apprentissage : l’utilisation des manuels, des guides, des articles à destination spécifique des doctorants. L’autoformation au métier par voie de lecture, surtout lorsqu’elle concerne une réflexion sur les modes de production intellectuelle (l’écriture en premier lieu), reste à enquêter.

  • 2 Celle de l’ASES, Liens-socio, l’AFS pour la sociologie ; l’ANCMSP pour les sciences politiques ; do (...)
  • 3 On citera à ce propos le travail aussi rare que précieux de Claire Lemercier « Être candidat.e au C (...)
  • 4 Le FNRS belge est une des rares institutions à afficher la pondération numérique des éléments deman (...)
  • 5 Concernant la procédure de qualification et le recrutement des MCF, certaines sections du CNU fourn (...)

16Bien que peu documenté, le sujet a été néanmoins défriché par plusieurs enquêtes faisant état de difficultés d’explicitation. Marie-Pierre Bès et Nathalie Chauvac (2014) montrent par exemple que les doctorants ne sollicitent pas toujours leurs encadrants comme des points d’accès à un réseau de sociabilité. En outre, spécifiquement, dans le champ des sciences sociales, il apparait que les moyens et les quantités d’informations disponibles sur l’insertion, la carrière ou la conduite de la thèse sont très inégalement répartis, notamment entre les disciplines. C’est le cas de l’étape qui vise à anticiper l’entrée dans la carrière. Il existe des blogs, des listes de diffusion (souvent adossées à des associations professionnelles)2, quelques textes réglementaires (comme la charte de thèses), des guides du candidat au recrutement3. Certaines institutions prennent également en charge d’expliquer, au-delà de critères sibyllins tels que « l’excellence du candidat », ce qu’elles attendent des postulants4 ou leurs prérequis5.

  • 6 On citera les travaux de Mathieu-Fritz et Quemin (2007), et de Hunsmann et Kapp (2013).

17C’est aussi le cas au moment de publier les résultats d’une recherche. Rares sont les chercheurs qui décrivent ce procédé et ses mystères6, qu’il s’agisse des critères d’évaluation des articles soumis à publication (la majorité des revues ne publient que des recommandations formelles : taille des articles, police du texte, etc.) ou de ce qu’on attend d’une bonne thèse (ou d’un bon doctorant). Pour comprendre les normes de la profession, le doctorant doit en premier lieu faire un travail personnel de recherche et d’explicitation.

  • 7 En moyenne 25 personnes par séance (avec des pics à 250), à raison de 10 ou 12 séances de deux heur (...)

18L’idée demeure qu’à certains moments, et à certaines étapes, la socialisation directe, physique et immédiate fait défaut. Ce qui a motivé la création du séminaire des Aspects Concrets de la Thèse, et la philosophie qui l’anime jusqu’à ce jour, c’est le sentiment, rarement contredit par les principaux intéressés7, que les doctorants atterrissent sur la « planète thèse » sans trop savoir où ils mettent les pieds. Certes, on ne peut déduire de la fréquentation du séminaire une loi universelle sur l’absence de transmission explicite des normes d’écriture. On pourrait même faire l’hypothèse que ceux qui viennent y chercher les conseils sont justement ceux qui n’en trouvent pas auprès de leurs encadrants.

19Tous ces indices incitent à penser que les mécanismes de socialisation à l’écriture sont divers, diffus, et restent difficiles à appréhender.

La socialisation se résume-t-elle à la maîtrise d’une technique ?

20Parcours de formation et manuscrit final sont les deux piliers de la thèse de sciences sociales. Tous deux sont bâtis sur le même socle : la domestication de l’écriture. C’est en se frottant à l’écriture, nous rappelle Howard Becker (2004, p. 157), que le doctorant apprend en bien des occasions son futur métier (Dubois, 2005). Si la littérature sur l’écriture de la thèse comme rapport de recherche est abondante (Becker, 2002 ; Beaud, 2006 ; Herzlich, 2002), on sait encore peu de choses sur l’expérience d’écriture du doctorant (Anderson, 1998), sur la façon dont il domestique cette compétence, dont il incorpore cette technique, et se construit ainsi une posture ou une position de chercheur (Di Filippo et al., 2012 ; Bowen et Rudenstine, 1992).

21Masi la socialisation par l’écriture passe-t-elle uniquement par l’acquisition d’une technique ? On peut en douter, tant les spécialistes cités semblent se garder de la tentation de fournir des recettes simplement transmissibles ou reproductibles. Lorsqu’ils se risquent à évoquer l’écriture, c’est souvent (comme H. Becker ou M. Beaud) pour présenter des réflexions issues d’une longue expérience, acquises par la direction de thèses ou l’animation de séminaires doctoraux.

22Malgré cette dimension qui s’ancre dans le concret, plus qu’une technique du corps (au sens de Mauss), l’écriture de la thèse est souvent décrite comme une pratique qui tient de l’art, voire comme une forme de magie, quelque chose de mystérieux qu’on ne peut simplement maîtriser sur le plan rationnel. A ce titre, il n’est guère surprenant de trouver des titres qui sonnent comme autant de formules propitiatoires : « l’art de la thèse » (Beaud, 2006), « comment réussir sa thèse » (Romelaer et Kalika, 2007), « réussir sa thèse en sciences sociales » (Herzlich, 2002).

23En effet, face aux crampes et autres blocages liés à l’écriture (au premier rang desquels la fameuse page blanche), la tentation est forte de penser que le trouble ressenti est de nature psychologique et repose sur les seules épaules de celui qui écrit. Howard Becker (2013, p. 10) explique qu’en réalité, nombreux sont les doctorants à connaitre les mêmes problèmes, et que ceux-ci sont davantage dus à des questions d’organisation sociale qu’à un défaut dans la technique. S’appuyant sur les travaux de C.W. Mills (2006), Becker offre un élément de réponse : lorsque de nombreuses personnes, aux profils sociaux et aux conditions de vie différentes (c’est le cas des doctorants) rencontrent le même problème, c’est sans doute que celui-ci est avant tout lié à la situation dans laquelle ils se trouvent.

  • 8 Voir dans ce dossier l’article de Marina Chao, Carlotta Monini, Signe Munck, Samuel Thomas, Justine (...)

24Quelle est cette situation ? Comme le mentionnent souvent les participants du séminaire doctoral, la problématique est de savoir ce qui est attendu de celui qui écrit. L’écriture de la thèse est vécue comme une épreuve et elle correspond souvent à un moment particulièrement critique du parcours doctoral, pouvant conduire à un fort sentiment de solitude voire à l’abandon de la thèse8. Cette épreuve est cependant inégalement ressentie par les doctorants, certains semblant maîtriser plus que d’autres les techniques et les normes d’écriture pour produire des textes « formatés » et publier rapidement. Une analyse plus fine des parcours et des habitudes scripturales acquises en amont de la thèse, en plus de celle des conditions d’encadrement, éclairerait sans doute les troubles d’écriture plus marqués rencontrés par certains doctorants, moins bien informés et formés.

  • 9 Invité du séminaire des ACT le 18 décembre 2009
  • 10 Notamment Joël Noret pour Civilisations ou Christine Langlois pour Terrain.
  • 11 Membre de la rédaction des Annales HSS et Mouvement social.

25Interrogé sur la participation des doctorants aux colonnes de la revue dont il était alors rédacteur en chef (SociologieS revue de l’AISLF), M.-H. Soulet9 a fait état d’une estimation intéressante : l’essentiel des articles soumis par des doctorants, et qui leur sont renvoyés avec la mention « acceptés sous réserve de modification », ne reviennent jamais vers la revue. D’autres responsables de revues10, interrogés sur le même phénomène, l’ont confirmé. Tous s’accordent à dire qu’il s’agit d’un problème de décryptage des attentes des comités de lecture, dont la conséquence est l’absence d’instauration d’un dialogue autour du texte. Or on le sait bien, il est rare qu’un article soit accepté en l’état, sans qu’on demande à l’auteur ne serait-ce que des modifications de nature cosmétique. Pour citer Nicolas Barreyre11 (2013, p. 245) : « la publication d’un article est le résultat d’une rencontre entre un chercheur et une équipe de revue ».

Les tensions à l’œuvre dans la transmission des normes

  • 12 Le cas le plus flagrant m’a été donné à observer dans un séminaire d’anglais des sciences sociales (...)

26La maîtrise de l’écriture par le doctorant, qui se manifeste essentiellement sous la forme du rapport final, fait office de preuve de l’acquisition des normes professionnelles. Elle permet non seulement de qualifier l’œuvre produite de thèse, mais aussi son auteur de docteur. Or là encore, ces normes sont tacites et parfois mal connues, spécifiquement d’un public de doctorants dont on peut supposer qu’ils recherchent dans les séminaires doctoraux ou les journées d’étude une forme de socialisation de substitution12.

27A de nombreuses occasions (pendant le séminaire mais aussi dans des journées d’étude), on peut entendre les doctorants se plaindre de la distance qui les sépare de leur directeur de thèse. Comme pour les revues, on déplore l’absence de rencontres physiques, le simple échange d’e-mails, les temps de réponse trop longs. Il semblerait au contraire que les doctorants (à tout le moins pour ceux qui fréquentent ce genre de rencontres) souhaitent des modes de socialisation plus orientés vers un apprentissage de type vicariant (observation, imitation et corrections, proximales et fréquentes). L’enjeu est donc d’analyser non seulement la façon dont on forme les futurs chercheurs, mais également le travail d’un social scientist, en général. En effet, on ne voit pas le chercheur travailler à la production de son rapport final (livre ou article), tout ce que l’on voit, c’est son résultat, essentiellement rendu sous la forme d’un texte. Le texte est pourtant, à en croire Bruno Latour, qui offre un témoignage intéressant sur sa propre façon d’encadrer ses étudiants, l’équivalent fonctionnel pour le sociologue du laboratoire du chimiste. C’est là qu’il fait ses expériences, qu’il teste ses hypothèses, qu’il apporte la preuve de ses résultats. Latour de conclure : « ne pas apprendre aux doctorants à écrire leur thèse, c’est comme ne pas apprendre aux chimistes à faire des expériences » (2007, p. 217).

  • 13 Une enquête quantitative sur la santé au travail des doctorants est actuellement en cours de réalis (...)
  • 14 Lors de son intervention au séminaire ACT le 04 mars 2011 (voir le résumé : http://act.hypotheses.o (...)

28En réalité, la façon dont les directeurs de thèse encadrent leurs doctorants semble échapper à une enquête approfondie13. Notamment, on ne sait pas vraiment comment s’opère la transmission de normes liées à l’écriture dans l’intimité de ce que Marc Bessin14 a appelé « le colloque singulier ». On sait en revanche que beaucoup hésitent à adopter une position trop prescriptive, alors que les doctorants semblent souvent rechercher ce genre de conseils. A la suite de Laetitia Gérard (2014, p. 79), on peut ainsi s’interroger sur l’adéquation entre les pratiques de formation des directeurs de thèse et les attentes réelles des doctorants.

29Une seconde forme de socialisation verticale est également observable lors d’événements publics où des chercheurs donnent des conseils à des publics constitués de doctorants. Dans ce cas, la socialisation s’effectue littéralement de bouche à oreille, et sur le principe de la reproduction intergénérationnelle. En partageant la tribune avec eux, des conférences d’Howard Becker à l’EHESS15 aux interventions dans des journées thématiques, j’ai constaté que non seulement les intervenants partent de leur propre expérience en tant qu’anciens étudiants, mais remontent également le fil de l’histoire en invoquant différentes figures tutélaires (Lévi-Strauss, Buffon, Boileau ou Pline l’Ancien16).

  • 17 Cf. sa communication à l’université de Printemps du Rédoc, en 2012 à Hammamet et la reprise de cett (...)

30Ici réside une première tension normative. Cette manière de concevoir l’écriture (« en référence à X ou Y ») se heurte à celle, plus pragmatique, qui vise à la considérer du point du vue du format. Dans sa contribution à Devenir chercheur, Jean Boutier (2013, p. 37) montre par exemple que la définition formelle, voire légale, de la thèse est rarement explicite, tant en France qu’au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. Ainsi, il n’existerait pas véritablement de normes d’écriture, mais plutôt des pratiques17. L’idée centrale revient à dire que les manuscrits de thèse adoptent avant tout un certain format. Ils doivent notamment rendre compte de l’échafaudage intellectuel du doctorant et de la progression de son travail, deux éléments moins attendus dans d’autres types de rapports de recherche, notamment l’article. N’en demeure pas moins que pour celui qui veut être publié, il s’agit de montrer qu’il a accompli le bon geste professionnel, caractérisé par une mise à distance de soi-même (Beaud, 2012) et l’usage d’une écriture qu’on jugera scientifique (Olivier De Sardan, 2000).

31Voici un second point de tension normative : le caractère scientifique de l’écriture. Pour Jean-Michel Berthelot (2003, p. 48), il s’agit de chasser l’arbitraire des contextes sociaux de réception. Le texte scientifique est avant tout un « intertexte référentiel à prétention probatoire systématique ». Autrement dit, il implique un contrat moral qui vise à apporter des connaissances, mais aussi à être reconnu par une communauté scientifique. Pour Maryvonne Charmillot (2013, p. 166), les textes scientifiques ne sont pas uniquement un lieu « de fixation et de transmission des représentations adéquates du monde », autrement dit, de normes. Ils impliquent aussi des valeurs politiques, critiques et émancipatoires. Or ce point de tension, qui constitue sans aucun doute un point de blocage sur le chemin de la socialisation professionnelle des doctorants, ne se pose pas moins dans le cas du projet global des sciences sociales. Si la norme, c’est d’être critique, comment envisager de se situer entre conformité et distanciation ?

32Historiquement, les normes d’écriture des sciences sociales ont souvent oscillé entre critères scientifiques et esthétiques. Wolf Lepenies rappelle que pour s’imposer en tant que discipline, notamment aux yeux d’une communauté scientifique plutôt réticente, la sociologie des premiers temps a emprunté certains de leurs codes non seulement aux sciences naturelles mais aussi à la littérature naturaliste. Dans L’adieu au voyage (2010), Vincent Debaene illustre ce constat, en prenant notamment pour exemple le cas de Lévi-Strauss dans l’incipit de Tristes tropiques. L’auteur y décrivait, pour faire bref, la peur de produire une anthropologie trop littéraire, et de s’inscrire ainsi dans la mauvaise communauté professionnelle, celle des artistes et non des scientifiques. Debaene souligne avec cet exemple la dette dont les anthropologues français se sentaient responsables de s’acquitter en revenant de leur terrain avant d’envisager des publications plus littéraires.

33Peu d’auteurs se sont attaqués de manière frontale à la question des normes d’écriture en sociologie et à leur transmission, et encore moins à l’explicitation du rapport entre critères esthétiques et scientifiques. Cyril Lemieux avance par exemple que le sociologue doit se soumettre au jugement critique de ses pairs sur un plan esthétique. Le beau texte sociologique serait celui qui ferait un écho particulier aux normes ayant cours au sein de la discipline, qui ferait montre d’une belle démonstration, d’un beau geste professionnel. Ces normes à respecter, qui renvoient aux « compétences rédactionnelles requises du sociologue », sont le « savoir-rendre problématique » (Lemieux, 2010, p. 386), la confrontation de concepts théoriques avec des données empiriques, la dépolitisation du propos et l’intertextualité. Le texte est en effet l’entrée en dialogue avec une communauté intellectuelle et s’inscrit concrètement dans un réseau de circulation qui aboutira à sa publication.

34Les essais d’explicitation des normes d’écriture existent donc mais ils font apparaître, selon les auteurs, des tensions entre des exigences et des modèles variés. La manière dont ces normes se distribuent selon les traditions théoriques et les institutions d’appartenance reste encore à explorer, ainsi que la façon dont elles sont connues, perçues et appropriées par les doctorants.

Conclusion

35L’objectif de cette contribution est d’apporter une réflexion à titre programmatique sur un processus jusqu’ici peu connu, celui de la socialisation à l’écriture des doctorants en sciences sociales. Si ce mode de socialisation est peu objectivé par les acteurs de la discipline, c’est sans doute parce qu’il est difficilement objectivable. En effet, la socialisation par le texte ne ressemble pas à aux socialisations que nous connaissons d’ordinaire et semble en première lecture insaisissable.

36D’une part, il ne semble guère possible de s’immerger dans un milieu scientifique pour s’imprégner de ses savoir-faire par imitation. C’est pourtant paradoxal pour une discipline dont l’une des techniques principales vise justement à procéder à des observations participantes. D’autre part, il n’existe pas véritablement d’éducation formelle à l’écriture (on se méfie même plutôt de la transmission de recettes). C’est là une différence majeure avec le cas américain et la pratique approchante des ateliers de creative writing. Les normes d’écriture en sciences sociales (si toutefois on les considère ainsi et pas comme de simples pratiques) sont souvent implicites, par exemple dans la relation avec les revues, et souvent même elles semblent entrer en concurrence (science versus littérature).

37Deux pistes restent ainsi ouvertes à une exploration plus systématique : l’étude des rythmes et des moments de formation (ponctuels, diffus, décalés), selon un axe à la fois privé/public (avec le directeur/en séminaire) et formel/informel ; le décryptage des mises en tension propres aux modes de transmission (formats et références, critique et conformité, description et prescription).

Haut de page

Bibliographie

Anderson Melissa S. (1998), The Experience of Being in Graduate School : An Exploration. Jossey-Bass, Single Issue Higher Education, vol. 42.

Barreyre Nicolas (2013), « Encadré. Le travail des revues », dans Hunsmann Moritz & Sébastien Kapp (dir.), Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Paris, Editions de l’EHESS, Coll. Cas de figure, p. 245-250.

Beaud Michel (2006), L’art de la thèse … à l’ère du Net, Paris, La Découverte, Coll. Guides Grands Repères.

Beaud Stéphane (2012), « La sociologie française au milieu du gué ». SociologieS [En ligne]. URL : http://sociologies.revues.org/3880

Becker Howard S. (2002), Les Ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, Coll. Guides Grands Repères, [1998].

Becker Howard S. (2004) [1986], Ecrire les sciences sociales. Comment terminer son article, sa thèse ou son livre. Paris, Economica.

Becker Howard S. (2010) [1982], Les Mondes de l'art. Paris, Flammarion,

Becker Howard S. (2013), « Préface. Ecrire une thèse, enjeu collectif et malaise personnel », dans Hunsmann Moritz & Sébastien Kapp (dir.) 2013. Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Paris, Editions de l’EHESS, Coll. Cas de figure, p. 9-16.

Berthelot Jean-Michel (dir.) (2003), Figures du texte scientifique, Paris, PUF.

Bès Marie-Pierre & Nathalie Chauvac (2014), « Les réseaux personnels des doctorants dans des chaînes latentes ». Bulletin de Méthodologie Sociologique, vol. 121, p. 59-74.

Bessin Marc (2011), Au-delà du « colloque singulier » : vers des pratiques collectives d’encadrement doctoral ? Intervention au séminaire des Aspects Concrets de la thèse, 04 mars 2011, EHESS.

Boutier Jean (2013), « Qu’est-ce qu’une thèse en sciences humaines et sociales ? », dans Hunsmann Moritz & Sébastien Kapp (dir.), Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Paris, Editions de l’EHESS, Coll. Cas de figure, p. 37-46.

Bowen William & Neil Rudenstine (1992), In Pursuit of the Ph.D. Princeton University Press.

Chao Marina, Carlotta Monini, Signe Munck, Samuel Thomas, Justine Rochot & Cécile Van de Velde (2015), « Les expériences de la solitude en doctorat. Fondements et inégalités », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 10 |  2015, URL : http://socio-logos.revues.org/2929.

Charmillot Maryvonne (2013), « Penser l’écriture de la science », dans Hunsmann Moritz et Kapp Sébastien (dir.) 2013. Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Paris, Editions de l’EHESS, Coll. Cas de figure, p. 155-170.

Dardy Claudine (2013), « Soutenir le poids de la thèse », dans Hunsmann Moritz et Kapp Sébastien (dir.), Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Paris, Editions de l’EHESS, Coll. Cas de figure, p. 281- 288.

Debaene Vincent (2010), L'Adieu au voyage : L'ethnologie française entre science et littérature. Paris, NRF/Gallimard.

Di Filippo Laurent, Hélène François & Anthony Michel (2012), La Position du doctorant. Trajectoires, engagements, réflexivité. Nancy, Presses universitaires de Nancy, Questions de communication, série actes 16/2012.

Dubois Vincent (2005), « L‘écriture en sociologie : une question de méthode négligée ». Transversale, n° 1.

Gérard Laetitia (2014), Le Doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral. Ed. Téraèdre. Coll. L’anthropologie au coin de la rue, Paris.

Herzlich Claudine (2002), Réussir sa thèse en sciences sociales. Paris, Nathan, Coll. 128. Sciences sociales.

Hughes Everett C. (1996), « Le drame social du travail ». Actes de la recherche en sciences sociales. n° 115, p. 94-99. [1976].

Hunsmann Moritz & Sébastien Kapp (dir.) (2013), Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Paris, Editions de l’EHESS, Coll. Cas de figure.

Latour Bruno (2007), Changer de société, refaire de la sociologie. Paris La Découverte.

Lemieux Cyril (2010), L’Ecriture sociologique. In Paugam Serge (dir.), L'enquête sociologique, Paris, PUF, Coll. Quadrige Manuels.

Lepenies Wolf (1995), Les Trois Cultures : Entre science et littérature, l'avènement de la sociologie. Paris, Ed. de la MSH.

Mathieu-Fritz Alexandre & Alain Quemin (2007), « Publier pendant et après la thèse. Quelques conseils à l’attention des jeunes sociologues ». Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie. URL : http://socio-logos.revues.org/107

Mills Charles Wright (2006), L’Imagination sociologique. Paris La Découverte/Poche.

Mouchard Claude (1996), « Wolf Lepenies, Les Trois Cultures - entre science et littérature, l'avènement de la sociologie » (note de lecture). Littérature, n° 102, p. 119-124.

Nicourd Sandrine (2015), « Les processus de désengagement dans le cadre du travail doctoral », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 10 |  2015, URL : http://socio-logos.revues.org/2996.

Olivier de Sardan Jean Pierre (2000), « Le JE méthodologique ». Revue française de sociologie, vol. 41, n° 3, p. 417-445.

Romelaer Pierre & Michel Kalika (2007). Comment réussir sa thèse. La conduite du projet de doctorat. Paris, Dunod, Coll. Méthod’o.

Waquet Françoise (2015), L’Ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent. (XVIème-XXIème siècles). Paris, CNRS éditions.

Zigliara Laurence & Rémi Hess (2013), « Le moment de la soutenance de thèse », dans Hunsmann Moritz & Sébastien Kapp (dir.), Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Paris, Editions de l’EHESS, Coll. Cas de figure, p. 271-280.

Haut de page

Notes

1 Trente-cinq entretiens qualitatifs ont été menés avec des doctorants et encadrants, belges et français, issus de diverses disciplines universitaires. Les doctorants interrogés étaient majoritairement en fin de thèse ou jeunes docteurs, certains ayant été financés et d’autres pas, certains étant en poste et d’autres au chômage.

2 Celle de l’ASES, Liens-socio, l’AFS pour la sociologie ; l’ANCMSP pour les sciences politiques ; doc-post-doc-ethno pour l’anthropologie.

3 On citera à ce propos le travail aussi rare que précieux de Claire Lemercier « Être candidat.e au CNRS » ou « Être candidat.e sur un poste de MCF » sur le carnet de recherche http://academia.hypotheses.org.

4 Le FNRS belge est une des rares institutions à afficher la pondération numérique des éléments demandés dans un dossier de candidature. Pour le niveau chercheur qualifié (équivalent du chargé de recherche du CNRS), on trouve : qualité du candidat (40%) ; qualité du projet (25%) ; environnement de recherche (10%) ; potentiel/reconnaissance internationale (25%)

5 Concernant la procédure de qualification et le recrutement des MCF, certaines sections du CNU fournissent un effort d’explicitation. Le rapport d’activité de la section 19 (accessible ici : http://www.cpcnu.fr/web/section-19) donne des conseils d’ordre qualitatif, tandis que la section 20 propose des indicateurs numériques, évoquant notamment « une vingtaine d'heures d'activités d'enseignement » et « une ou deux publications dont une au moins dans une revue avec comité de lecture ».

6 On citera les travaux de Mathieu-Fritz et Quemin (2007), et de Hunsmann et Kapp (2013).

7 En moyenne 25 personnes par séance (avec des pics à 250), à raison de 10 ou 12 séances de deux heures par an depuis la rentrée 2007 (voir http://act.hypotheses.org/4503). Les doctorants présents sont presque exclusivement issus des sciences sociales et inscrits dans des institutions parisiennes (EHESS, Sorbonne, Sciences Po) mais pas uniquement. La majorité des participants débutent leur thèse (première ou deuxième année). Certaines séances, par exemple axées sur la publication de la thèse, attirent davantage les doctorants plus avancés.

8 Voir dans ce dossier l’article de Marina Chao, Carlotta Monini, Signe Munck, Samuel Thomas, Justine Rochot et Cécile Van de Velde (2015) et celui de Sandrine Nicourd (2015).

9 Invité du séminaire des ACT le 18 décembre 2009

10 Notamment Joël Noret pour Civilisations ou Christine Langlois pour Terrain.

11 Membre de la rédaction des Annales HSS et Mouvement social.

12 Le cas le plus flagrant m’a été donné à observer dans un séminaire d’anglais des sciences sociales organisé à Bruxelles : tous les étudiants présents possédaient un très bon niveau d’anglais qui leur permettait largement de communiquer dans cette langue. Mais nombre d’entre eux ne savaient pas articuler leurs idées, argumenter ou faire des transitions. Plus que des cours de langue, ils venaient visiblement chercher des conseils d’écriture.

13 Une enquête quantitative sur la santé au travail des doctorants est actuellement en cours de réalisation par Pascale Haag à l’EHESS.

14 Lors de son intervention au séminaire ACT le 04 mars 2011 (voir le résumé : http://act.hypotheses.org/924)

15 http://act.hypotheses.org/1406; http://act.hypotheses.org/3331

16 Cf. par exemple les interventions de Emmanuel Desveaux ou Alain Rabatel sur : https://goo.gl/v5EE38 ou http://goo.gl/ePJA4B

17 Cf. sa communication à l’université de Printemps du Rédoc, en 2012 à Hammamet et la reprise de cette idée lors de son intervention au séminaire des Aspects Concrets de le Thèse à l’EHESS le 19 mai 2015, se référant au témoignage de Lévi-Strauss décrivant sa façon d’écrire (repris dans Waquet, 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Kapp, « Un apprentissage sans normes explicites ? La socialisation à l’écriture des doctorants », Socio-logos [En ligne], 10 | 2015, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/3008

Haut de page

Auteur

Sébastien Kapp

Chercheur au Centre de Sociologie des Organisations (Sciences Po-CNRS) et enseignant à la Haute École de Bruxelles (Institut Pédagogique De Fré)

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org