Navigation – Plan du site

Les congrès syndicaux, un objet d’étude sociologique ?

Sophie Béroud et Jean-Michel Denis

Résumé

Cet article propose une comparaison sur vingt ans de l’évolution de la forme des congrès syndicaux de la CFDT, de la CGT et de FO. Il défend l’idée que les congrès sont intéressants à étudier parce qu’ils jouent d’autres rôles que ceux définis dans les statuts.

Les variations, mêmes minimes, dans le dispositif matériel du congrès - qu’il s’agisse du nombre de délégués présents, de la disposition de la salle, de l’organisation des débats ou des modalités de prise de parole – sont révélatrices des différentes conceptions en vigueur de la démocratie interne et, surtout, des façons de la donner à voir. En rassemblant en un même lieu et sur une durée de plusieurs jours le « corps militant » des organisations, les congrès constituent un moment privilégié de production symbolique, nécessaire à la cristallisation en longue période des cultures organisationnelles. Ils contribuent ainsi à produire une forme d’unité de l’organisation et à affirmer celle-ci vis-à-vis de l’extérieur. Ils servent aussi, au travers de toute une série de rites, d’espace de ré-assurance des engagements militants.

Haut de page

Texte intégral

1Les congrès syndicaux constituent-ils un objet sociologique digne d’intérêt ? Une telle question pourra surprendre, en particulier du côté des historiens, tant les congrès apparaissent comme des bornes temporelles importantes dans l’histoire des différentes organisations, des repères significatifs pour l’établissement de périodisations pertinentes. Les congrès ont ainsi été traités dans l’historiographie du syndicalisme comme des événements faisant sens en eux-mêmes : en étant associés à la production d’une motion ou d’un texte de référence (la charte d’Amiens en 1906), à des processus de scission ou de réunification (le congrès de la CGT de 1936 ou celui de 1948 qui donne naissance à la CGT-FO, le congrès de 1964 de la CFTC qui prend acte de la transformation de celle-ci en CFDT) ou encore à l’orientation idéologique d’une période donnée (parmi d’autres exemples, le congrès de Brest de la CFDT, en 1979). Les premiers observateurs du mouvement ouvrier, eux-mêmes le plus souvent engagés en son sein ou dans les milieux socialistes, n’ont pas hésité à dresser des comptes rendus quasi intégraux de ces congrès en adoptant une approche monographique. Tel Léon de Seilhac dans son ouvrage Les congrès ouvriers en France de 1876 à 1897 publié en 1899 dans la collection du Musée social. Plus largement, le type d’histoire produite durant la première partie du XXe siècle sur le mouvement syndical par des intellectuels proches et spécialistes de celui-ci – que l’on pense à Edouard Dolléans ou à Georges Lefranc par exemple - accorde une large place aux déclarations de congrès, mais aussi aux débats dans d’autres instances tels les Comités confédéraux nationaux, comme portes d’entrée sur la vie interne des organisations. Si une telle perspective historiographique présente des limites en se centrant uniquement sur le contenu des débats, en accordant a priori aux congrès une légitimité unificatrice du mouvement syndical (Boulouque, 2001) et en interrogeant peu la construction de l’événement lui-même, on peut s’étonner en contrepoint du relatif désintérêt qui semble aujourd’hui entourer ce type d’assises syndicales dans le champ académique. Il est d’ailleurs à noter que ce désintérêt n’est pas totalement partagé par les médias. Les congrès des principales confédérations demeurent pour ces derniers des événements relativement saillants que les journalistes de la rubrique sociale parviennent encore à faire passer auprès de leur rédaction, afin de rendre compte de l’actualité syndicale, en dehors des grandes séquences de grèves » ou des « sommets sociaux ». Comment expliquer, dès lors, ce faible intérêt du côté de la sociologie, qu’il s’agisse de la sociologie politique ou des relations professionnelles ? Plusieurs raisons viennent l’éclairer qui tiennent autant aux orientations des recherches sur le syndicalisme qu’aux façons d’appréhender les congrès, de cerner leurs différentes dimensions.

Un objet relativement délaissé

2La rareté des études menées sur les délégués de congrès s’avère d’autant plus paradoxale qu’il existe donc, historiquement, une tradition d’enquêtes et de statistiques au sein du mouvement ouvrier, et plus particulièrement du mouvement syndical, héritage de la culture de la Première Internationale (Groux, Mouriaux, 1992). Or, cet héritage semble aujourd’hui en partie perdu en même temps - les phénomènes sont bien évidemment corrélés - que s’est affaiblie la capacité du syndicalisme à mener de façon autonome de telles enquêtes.

A l’origine des congrès syndicaux

La genèse des congrès syndicaux renvoie en France à trois dates fondatrices : le congrès de Paris de 1876, la naissance de la Fédération Nationale des Syndicats lors du congrès de Lyon en octobre 1886 et le congrès mixte de Paris de 1893. Dans l’ouvrage qu’il a consacré aux congrès ouvriers de 1876 à 1897, Léon de Seilhac, délégué permanent du « Service ouvrier » du Musée social, évoque les principaux facteurs qui ont conduit à l’organisation des premiers d’entre eux. Ces facteurs renvoient à la nécessité pour les ouvriers de se doter d’un instrument, plus efficace que les deux principaux moyens utilisés avant la révolution de 1848 : « les sociétés secrètes et la Révolution », afin de prendre en charge (réfléchir, débattre, organiser et porter) la cause du Travail. Ainsi que l’écrira Gérald Malinvaud, ouvrier formier, envoyé en délégation au congrès de 1876 dont il deviendra l’un des assesseurs et présidents : « c’est la première fois qu’ils [les travailleurs] se sont faits représenter de façon aussi solennelle pour s’occuper, réellement et scientifiquement, de leurs intérêts et des questions sociales les plus sérieuses » (1877). Le principe de la délégation, constitutif de la représentation ouvrière lors de ces congrès, doit certainement pour sa part aux délégations constituées pour visiter les expositions universelles afin de « s’en instruire [et] se rendre compte des conditions économiques du travail ». C’est ainsi que 12 chefs d’atelier, contremaîtres et ouvriers seront envoyées par la chambre de commerce de Lyon à celle de 1849 ; 80 ouvriers « délégués par leurs patrons » le seront par le Conseil Municipal de Paris qui subventionnera leur déplacement international de Londres en 1851, etc. Autre élément contribuant enfin à la naissance de ces forums : la constitution des groupements ouvriers sous la forme de « chambres syndicales » dans les principaux centres de production, comme Paris et Lyon – les « groupements de province [restant] enfermés dans le compagnonnage » -, qui s’affilieront à l’Association Internationale des Travailleurs fondée en 1864 à Londres. Le congrès de 1876 adoptera une forme proche de celle prise par les congrès syndicaux par la suite, celui-ci se dotant d’un règlement intérieur, d’une répartition des rôles et des responsabilités (président, assesseurs, responsables de commission, etc.), d’un programme de travail organisé de façon thématique (autour de huit questions : le travail des femmes, les chambres syndicales, le conseil des prud’hommes, l’apprentissage et l’enseignement professionnel, la représentation directe du prolétariat au parlement, les associations coopératives de production, de consommation et de crédit, les caisses de retraites, d’assurances et des invalides du travail, l’association agricole et l’utilité des rapports entre les travailleurs industriels), d’un espace de débats donnant lieu à des résolutions validées par des votes, ainsi qu’une division temporelle permettant à ceux qui n’avaient pu se libérer de leur travail en journée d’assister aux assemblées générales organisées en soirées (de Seilhac, 1899).

  • 1 Même si, dès le congrès de 1876, un article du règlement intérieur imposera que «  en vue d’éviter (...)

Entre ce congrès et celui de 1886, dix ans s’écouleront marqués par la Commune, la répression des organisations ouvrières et le temps de leur reconstruction. Tenu à Lyon, celui-ci est considéré comme le premier congrès reposant sur une distinction entre le syndical et le partisan1. Inspiré par l’exemple britannique du Trades Union Congress de 1868, il vise, via la création d’une Fédération Nationale des Syndicats, à coordonner les syndicats professionnels entre eux, et ouvre «  la série des congrès « corporatifs », dans laquelle les assises de la CGT prendront place en 1895 » (Prost, 1998). Dès leur origine, ces congrès seront soumis à de fortes tensions internes quant à leur autonomie et positionnement à l’égard du politique (autour de la question de leur financement en particulier) et de leurs objectifs : amélioration pratique du sort des travailleurs ou renversement de la société bourgeoise. Sous la prose de Léon de Seilhac, elles mettent aux prises les « modérés » aux « révolutionnaires » et aux « violents » directement inspirés par les « Communeux » exilés à l’étranger.

Une troisième date fondatrice dans l’histoire des congrès corporatifs est celle du congrès mixte de Paris de 1893 qui correspond à la première tentative de fusion entre les deux fédérations : celle des fédérations professionnelles et celle des Bourses du Travail - constituées sur une base territoriale -, fondée lors du congrès de Saint-Etienne en 1892. Cette tentative se nourrira notamment, des critiques adressées par Fernand Pelloutier, secrétaire de la fédération des Bourses du travail, à l’égard de la Fédération Nationale des Syndicats, jugée trop centralisée et incapable d’établir des rapports directs avec les divers groupements syndicaux sur l’ensemble du territoire. Lors du congrès constitutif de la CGT en 1895, 18 bourses du travail siégeront ainsi au côté de 28 fédérations de métier ou d’industrie et 126 syndicats non confédérés.

3Peut-être convient-il d’ailleurs de parler davantage de volonté que de capacité, tant il semble évident que ce n’est pas dans les moments où le syndicalisme est en proie à de grandes difficultés (en matière de recrutement, d’effectifs, de prise en charge des salariés les plus fragiles, etc.), qu’il va particulièrement chercher à publiciser ses zones de faiblesse, en matière de composition et de fonctionnement internes notamment.

4De façon globale, le peu d’investigation sociologique réalisée dans la période contemporaine sur les congrès syndicaux n’est pas dissociable de l’état des travaux en France sur le syndicalisme. En se centrant à partir de la décennie 1980 sur la compréhension de la crise traversée par les syndicats, la recherche dans ce domaine s’est à la fois spécialisée sur l’enjeu de la syndicalisation (de l’évaluation des effectifs aux logiques d’adhésion) et orientée vers une problématique du changement (déclin / mutation) qui a contribué à la couper largement des travaux menés en sociologie politique, à la fois sur les mouvements sociaux et sur les partis (Sawicki, Siméant, 2009). Du côté de la sociologie des relations professionnelles, la focale d’analyse a davantage porté sur les formes de coopération ou de confrontation au niveau des entreprises entre différents acteurs, délaissant d’une certaine façon une sociologie plus organisationnelle des syndicats, soucieuse d’éclairer les modalités de fonctionnement interne de ces derniers. Depuis les années 1970, la recherche sociologique s’est ainsi faiblement intéressée aux congrès syndicaux, qu’il s’agisse de repérer les propriétés sociales des délégués rassemblés dans ces instances ou de saisir les modalités de débats et de prise de décision, à l’exception notable de spécialistes de l’analyse de discours. Le projet scientifique qui a été mené par le laboratoire « Lexicométrie et textes politiques » de l’ENS Saint-Cloud autour notamment de Maurice Tournier et de Josette Lefèvre constitue de ce point de vue une démarche originale. Il a en effet reposé sur l’élaboration d’un corpus unique constitué de l’ensemble des résolutions votées en congrès depuis 1970 par les quatre grandes confédérations ouvrières françaises (CFDT, CFTC, CGT, CGT-FO). En retenant le genre « résolution » dans les productions discursives – des textes « officiels » puisque ratifiés par les représentants des syndicats et devant orienter l’action à venir –, cette équipe a choisi de travailler, à partir d’outils lexicographique et d’une approche en termes de fréquences, sur les évolutions du vocabulaire syndical (Groupe de Saint-Cloud, 1982 ; Hetzel et alii, 1998). La porosité de ce dernier au vocabulaire politique et économique dominant a ainsi pu être pointé, comme la raréfaction de certains usages, tel le terme de « travailleur » au profit de celui de « salarié », le terme de « luttes » remplacé par celui de « conflits », etc. (Lefevre, 2003).

5Le fait que les congrès syndicaux constituent un objet relativement délaissé peut également être rapporté, par contraste, à l’intérêt accordé par les politistes aux congrès des formations partisanes. Encore qu’il s’agisse de nuancer ici ce constat. Les congrès des partis politiques constituent un terrain d’étude relativement « classique » pour les politistes et ont donné lieu depuis longtemps dans la discipline à des enquêtes quantitatives, réalisées par questionnaires, pour restituer la composition sociologique des délégués et par là même d’une partie de la base militante. Ce dispositif de recueil des données permet en effet d’interroger le rapport entre la défense de certaines orientations idéologiques et les caractéristiques sociales des délégués (PCS, patrimoine, etc.) ainsi que leurs pratiques religieuses par exemple, mais aussi le décalage éventuel entre le corps militant ainsi rassemblé et le corps électoral (Bréchon, 2005 ; Haegel, 2009). Cependant, ces enquêtes sont le plus souvent de teneur descriptive : elles permettent d’obtenir une photographie à l’instant « T» des militants les plus investis dans l’organisation, sans totalement favoriser la compréhension de ce qui se joue dans ce type d’arène. Or, depuis les années 1990, un renouveau des études sur les partis, et plus largement sur les milieux partisans, a contribué à diversifier les angles d’approche et surtout à développer une dimension réflexive sur les expériences d’enquête et la production des données (Pudal, 1989 ; Sawicki, 1997). Un numéro de la Revue internationale de politique comparée a ainsi été consacré à une réflexion méthodologique sur la façon d’enquêter dans les partis, de combiner une approche ethnographique avec d’autres démarches empiriques et sur la réception de ces études par les enquêtés (Aït Aoudia et al., 2010). La question de l’observation des congrès et de l’administration des questionnaires y est abordée, non pas comme un dispositif central, mais comme une source d’informations parmi d’autres et également comme un révélateur (via par exemple les procédures d’autorisation pour que l’enquête ait lieu) du fonctionnement interne de ces organisations et de leur degré d’ouverture vers l’extérieur (Bachelot, 2010). C’est dans cette perspective que s’inscrivent les travaux de Florence Faucher-King qui a étudié de façon comparée, à partir d’observations, le déroulement des universités d’été des quatre grands partis britanniques (conservateur, travailliste, libéral-démocrate et vert) et qui centre son analyse sur la façon dont ces conférences participent des formes de représentation que les organisations veulent donner d’elles-mêmes et sur la façon dont elles orientent les comportement militants (Faucher-King, 2006). L’étude de ce type de rassemblement - d’autres spécialistes des partis ayant également travaillé sur les conventions ou les meetings de campagne (Combes, 2009 ; Bargel et Petitfils, 2009) - incitent d’ailleurs à diversifier les méthodes employées, par-delà l’usage du questionnaire, afin de comprendre comment les organisations cherchent à construire leur image à usage interne et externe. Dans une autre perspective, les travaux d’enquête réalisés sur des organisations mettant en œuvre des techniques du community organizing permettent d’interroger, à partir d’un questionnement sur les dynamiques de participation, des assemblées qui visent à rassembler des travailleurs et à les former à la prise de parole (Balazard, 2012). Cet ensemble de travaux peut ainsi contribuer à largement renouveler le regard sur les congrès syndicaux.

Pour une sociologie ethnographique des congrès

6Consacrer un dossier aux congrès syndicaux vise à rompre avec ce désintérêt à leur égard. L’objectif ici défendu est de considérer que la « forme congrès » a des choses à dire sur les organisations syndicales, la façon dont elles gèrent en interne leurs différentes sensibilités. Nous faisons effectivement l’hypothèse que l’on peut voir dans la catégorie des congrès une forme sociale, au sens où l’entend Georg Simmel, à savoir non seulement la forme sociale particulière que des individus donnent au contenu de leur socialisation à l’intérieur de chaque unité collective, en particulier à l’intérieur des institutions, mais aussi une forme relativement irréductible, indépendante aux multiples contenus et réalisations à laquelle elle donne lieu (Simmel, 2010). Une telle lecture permet à l’analyse sociologique des congrès syndicaux de saisir à la fois les invariants, qu’ils soient historiques, organisationnels ou autres, et les contenus singuliers donnés à ces derniers par chaque organisation syndicale. Et de montrer que les congrès, qui ne forment effectivement pas des espaces iréniques, constituent un moment important dans l’histoire de celles-ci : ils ponctuent leur évolution, marquent des orientations pas toujours linéaires, voire donnent lieu à des infléchissements programmatiques importants ; ils informent sur l’équilibre des forces internes et la santé de l’organisation ; ils renseignent sur la composition sociologique et politique des représentants et des dirigeants, le renouvellement de ses membres et de son ouverture - cette double question du renouvellement et de l’ouverture étant aujourd’hui particulièrement sensible pour le syndicalisme. Une telle approche permet également de contribuer au dialogue avec des perspectives de recherche centrales en sociologie politique en faisant du terrain syndical, via l’étude des congrès, un lieu pertinent pour déployer notamment des questionnements sur les formes de socialisation à l’organisation et sur la construction des « carrières » militantes (Fillieule et Pudal, 2010) ou encore sur les façons d’investir le rôle d’ « opposant » à la direction (Offerlé et Lagroye, 2011).

7Cinq articles composent ce numéro. Le premier, écrit par Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot, à vocation comparative, porte sur les congrès de la CGT, de FO et de la CFDT auxquels les deux auteurs ont participé, plus ou moins régulièrement selon les organisations et selon chacun d’eux, depuis une vingtaine d’années. Les quatre autres textes s’intéressent aux congrès spécifiques de la CFDT pour Cécile Guillaume et Sophie Pochic, FO pour Karel Yon, la CFE-CGC pour Elodie Béthoux, Guillaume Desage, Arnaud Mias et Jérôme Pelisse, et enfin l’Union Syndicale Solidaires pour Jean-Michel Denis. Assez logiquement, le trait commun à l’ensemble de ces textes, malgré la spécificité de leurs terrains respectifs, est de partager la conviction que les congrès syndicaux forment bien un objet pertinent d’analyse. La plupart soulignent cependant que cette conviction n’a rien d’une évidence. Les congrès syndicaux : « temps forts ou temps morts ? » s’interrogent ainsi les auteurs du texte sur la CFE-CGC qui, sans répondre explicitement à la question, montrent que les congrès de la confédération des ingénieurs et cadres constituent des jalons essentiels pour comprendre son histoire, riche en tensions et en conflits. Le terme d’événement, évoqué dans la quasi-totalité des articles, atteste à lui seul de cette tension autour de la lecture des congrès syndicaux. S’il est devenu commun de leur dénier cette qualité, les contributeurs penchent plutôt pour la leur reconnaître. A plusieurs titres. Tout d’abord, parce que les congrès constituent des moments particuliers pour les militants - qu’ils y participent directement ou non - vécus comme une parenthèse dans l’action syndicale quotidienne, un temps de transition écrivent Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot, pendant lequel le pouvoir de la direction confédérale est considéré par ces derniers comme suspendu ; c’est aussi un moment qui fait sens à leurs yeux écrit Jean-Michel Denis à propos des militants de l’Union Syndicale Solidaires. Il s’agit ensuite de moments-dates dans la vie des organisations elles-mêmes, qui prennent la forme de cérémonies rituelles et profanes, des « moments forts de la conscience collective » (Durkheim, 1893), qui structurent pratiquement et symboliquement leur rythme temporel - d’un congrès à l’autre – et attestent de leur continuité institutionnelle. Ils représentent enfin des moments riches en textes et en discours, officiels et non officiels, libres ou orthodoxes, adressés vers l’interne comme à l’externe, qui organisent la forme composite de la parole syndicale (Bergounioux & al., 1982) ; parole qui doit être prise en compte en ce qu’elle dit de l’institution syndicale, soit l’identité par le verbe comme le montre Karel Yon à propos des congrès de Force Ouvrière. Par ricochet, cette richesse l’est également pour le chercheur extérieur qui trouve dans les congrès syndicaux, des données nombreuses et variées qui renseignent sur la population des délégués syndicaux, ses élites et leur évolution, le fonctionnement de l’organisation à travers ses dispositifs institutionnels mais aussi son régime de pouvoir et ses rituels symboliques, la production d’une culture militante à travers ses mécanismes de socialisation et d’homogénéisation, etc.

8Si les congrès constituent bien des objets de recherche à part entière et valent la peine que l’on s’y intéresse, c’est néanmoins au prix d’un sérieux pas de côté. Le chercheur doit effectivement accepter le décalage entre les fonctions « formelles » assurées par les congrès dans les organisations syndicales quelles qu’elles soient, les fonctions énoncées « sur le papier » écrivent Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot dans leur texte, et celles qu’ils remplissent concrètement lors de leur tenue. En effet, dans l’architecture politico-organisationnelle de toutes les centrales syndicales, le congrès est l’instance souveraine des syndicats de base qui décide démocratiquement de leurs orientations. Or, « le congrès, en tant que structure formelle n’est pas nécessairement un gage de démocratie » (Erbes-Seguin, 1971, p. 88). Guy Groux et René Mouriaux ne disent pas autre chose à propos du caractère réellement démocratique et représentatif des congrès de la CGT lorsqu’ils montrent que l’expression de la diversité des opinions dans un congrès est une tolérance qui change selon les époques (Groux, Mouriaux, 1992). De ce fait, il est vain de vouloir les aborder à travers ce seul critère de la démocratie syndicale. Les regarder à travers ce prisme, c’est certes prendre au sérieux ce qu’elles énoncent dans leurs textes et statuts intérieurs mais c’est aussi les soumettre à une comparaison déformante, celle « du modèle institutionnel dominant dans les régimes représentatifs ». La démocratie syndicale et la démocratie politique non seulement ne sont pas de même nature mais s’incarnent différemment dans les structures et les organes énoncent ainsi Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot. Du coup, appréhender les congrès essentiellement par ce biais, c’est s’exposer quasi inévitablement au caractère bureaucratisé et oligarchique de l’organisation. C’est s’intéresser à des événements qui n’en sont pas du fait que, dans la plupart des cas : les enjeux des congrès syndicaux sont préalablement énoncés et maîtrisés par les directions confédérales ; les congrès ne constituent pas ou plus des lieux d’élaboration programmatique voire, dans certains cas, de délibération démocratique ; les commissions des congrès sont contrôlées par les directions sortantes ; la composition des délégations ne sont pas totalement libres, etc. « Les congrès confédéraux ont perdu de leur centralité dans l’élaboration du projet politique à la CFDT […] Ces moments collectifs ne sont plus le lieu d’affrontements politiques de fond », écrivent ainsi Cécile Guillaume et Sophie Pochic. Autrement dit, le projet réformiste de l’organisation cédétiste n’est non seulement plus au centre des enjeux lors de ses derniers congrès mais celle-ci, au regard de son histoire récente, redoute tout débat critique interne à son sujet, au point d’avoir intériorisé « le tabou de la critique » lors de ses rassemblements notent les deux sociologues.

9Comment les auteurs de ce numéro de Socio-logos proposent-ils de résoudre cet apparent paradoxe, visant à s’intéresser à ces formes sociales malgré leur caractère centralisé et bureaucratique flagrant ? De deux façons.

10D’une part, en déplaçant la focale d’analyse des congrès syndicaux. En montrant que les congrès syndicaux, s’ils n’assurent plus - totalement - leur rôle d’assises démocratiques, ne se réduisent pas pour autant à une simple mise en scène mais remplissent d’autres fonctions. Classiquement, sept fonctions principales leur sont attribuées : une fonction expressive, sous la forme de la parole prise par les syndiqués à travers la représentation de leur syndicat de base ; une fonction éducative, qui vise la socialisation des jeunes militants aux us et coutumes de l’organisation ; une fonction démonstrative, le congrès étant un moment où l’organisation communique vers l’interne comme vers l’externe et popularise ses principales orientations et décisions ; une fonction délibérative, à travers la discussion des thèmes et des enjeux majeurs la concernant ; une fonction législative, puisque le congrès est ce moment où l’assemblée discute et vote les textes qui lui sont soumis par la direction sortante à propos de son activité passée et de ses projets à venir ; une fonction élective, puisque la même assemblée est réunie pour élire son/sa représentant(e) et son bureau exécutif - selon des formes qui peuvent varier d’une organisation à l’autre - ; une fonction festive enfin, car un congrès constitue également un temps de retrouvailles, de rencontres et d’agapes - au sens quasi religieux du terme - entre militants, une sorte d’intermède à l’action syndicale régulière (Bergounioux & al., 1982). Peu ou prou, on retrouve la description et l’analyse de ces tâches dans les articles ici réunis. Evoquons seulement les principales. D’abord, tous insistent sur le caractère rituel de tels événements. Cela amène Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot à mobiliser dans leur texte l’analyse bourdieusienne des « rites d’institution » (1982) ; et Cécile Guillaume et Sophie Pochic de montrer la finalité de ces rites, dans le cadre de l’organisation cédétiste, soit la production d’une identité collective spécifique organisée autour des principales valeurs du professionnalisme et du réformisme, et le renforcement de la cohésion du groupe autour de cet idéal partagé. A FO, observe Karel Yon, le rite marque jusqu’au discours (qui dicte sa tonalité et sa forme) et l’acte de la prise de parole, valorisés et considérés comme libres. Tous de considérer également que la forme congrès, qui favorise cet entre soi de la communauté militante, permet la production d’une telle symbiose. Dans certains de ces rassemblements, le symbolique joue un rôle essentiel. A FO encore, où la force du nombre (celui, particulièrement élevé, des délégués réunis en congrès) et des mots (le caractère tribunicien des discours) vise à produire une certaine « exaltation de la communauté syndicale ». Ensuite, les congrès confédéraux ont pour tâche de produire une culture organisationnelle notent les auteurs. Celle-ci s’effectue en effet à travers des processus multiples - socialisation, appropriation/identification et homogénéisation - mais complémentaires en ce qu’ils convergent vers le même objectif : celui de faire exister l’organisation comme un ensemble unifié. Ce travail d’homogénéisation est particulièrement notable dans une organisation comme l’Union Syndicale Solidaires remarque Jean-Michel Denis qui, à l’origine, formait un pôle de rassemblement plutôt éclaté de syndicats non confédérés et qui, congrès après congrès, tend vers une plus grande cohésion de ses pratiques et de ses valeurs, ce que montrent les données résultant d’enquêtes par questionnaires diffusés dans le cadre de ses trois derniers congrès. Dans ce cas précis, ce processus prend la forme d’une tension, entre d’une part la nécessité fonctionnelle d’unification de l’union interprofessionnelle qui, pour être reconnue par les pouvoirs publics (représentativité) et les autres centrales syndicales (intersyndicales) doit attester de son intégration, et d’autre part le refus de caler son modèle sur celui des confédérations et les velléités d’autonomie de ses structures membres. Dans le cas de Solidaires, les congrès constitueraient ainsi les vecteurs et les vitrines de cette homogénéisation progressive. Quelles que soient les organisations syndicales, ce travail d’unification vise à la fois à tracer leur ligne directrice et d’y conformer l’ethos militant. Voire à le modifier, comme l’indiquent Cécile Guillaume et Sophie Pochic à propos des efforts de la direction confédérale de la CFDT de transformer la culture militante de ses délégués réunis en congrès en lui donnant une orientation moderne, professionnelle, disciplinée et moins ouvriériste. On touche là, enfin, une autre fonction des congrès syndicaux, complémentaire de la précédente, celle de la légitimation, qui est d’une triple nature puisqu’elle concerne l’organisation toute entière (vis-à-vis de l’externe), son projet et sa direction (vis-à-vis de l’interne). Cet acte endogène de reconnaissance est le produit de plusieurs mécanismes dont celui de la performativité, évoquée dans plusieurs textes, qui substantifie l’organisation par l’intermédiaire des paroles et des discours. Il passe également par la désignation de l’adversaire comme à FO qui règle le ballet de ses pratiques de congrès sur le mode de l’opposition ostensible à celles adoptées par la CGT, comme par exemple avec la libre parole laissée à ses délégués.

11D’autre part, il semble possible d’échapper à l’écueil précédemment évoqué en réinvestissant justement toute une série de questionnements sur la démocratie syndicale qui, là encore, ont été largement délaissés par la littérature scientifique française sur les syndicats, contrairement à d’autres pays (Voss, 2010). Loin d’un discours relativement macrosociologique sur le processus d’institutionnalisation et de bureaucratisation du syndicalisme, l’objectif est de saisir un des moments de la politique syndicale telle qu’elle se donne à voir dans les congrès et de comprendre la place des ces pratiques dans un ensemble plus large qui spécifie l’activité syndicale. Considérer l’organisation comme un cadre, quoique problématique, d’expression de la démocratie entraîne, en effet, de s’intéresser aux formes concrètes de participation, de délibération et de prise de décision. Outre les procédures qui gouvernent le fonctionnement de ces assises, deux dimensions sont à prendre en compte dans la réflexion sur la démocratie syndicale : la mobilisation effective des règles et les principes de légitimation et de justification qui orientent les pratiques collectives. Les travaux menés par Florence Faucher-King sont là encore assez stimulants puisqu’elle montre comment la modernisation du parti travailliste britannique, sous l’impulsion de Tony Blair, est passée par la remise en cause de formes de démocratie délégatives, liées au poids des syndicats, au profit de procédures délibératives, censées favoriser une plus grande participation des adhérents. La mutation du parti en « New Labour » a ainsi nécessité le contournement et l’affaiblissement des congrès annuels afin de modifier les équilibres de pouvoir internes, mais aussi de promouvoir d’autres conceptions de la représentation (en rupture avec celle défendue de façon traditionnelle par les syndicats) en mettant en scène l’injonction de la participation (Faucher-King, 2009). Cette étude incite dès lors à questionner la spécificité actuelle des congrès syndicaux par rapport aux formes prises par les rassemblements militants organisés par les partis, à la conception des modalités de représentation interne et d’élaboration des repères programmatiques.

12Les articles de ce numéro n’intègrent pas tous l’enjeu démocratique dans leur analyse des congrès syndicaux. Ils semblent néanmoins partager l’idée qu’il s’agit à la fois d’une question sociologique majeure et l’un des principaux défis auxquels est confronté le syndicalisme. Il s’agit d’autant moins de jeter cette problématique de la démocratie aux orties que, globalement, les équipes syndicales ne sont pas ignorantes de son enjeu et que les tentatives existent pour tenter de l’intégrer dans le fonctionnement organisationnel et les pratiques militantes, comme on peut le voir avec le cas de l’Union Syndicale Solidaires présenté par Jean-Michel Denis. Cela suppose, par contre effectivement, de renoncer à une conception univoque de la démocratie syndicale comme au mythe de l’idéal démocratique. Et de préférer, peut-être, au modèle de la démocratie organisationnelle, construit autour de la tension démocratie/oligarchie, celui de la participation démocratique, qui fait plutôt de celle-ci une tendance (Erbes-Seguin, 1971), voire à défendre une conception hétérotopique de la démocratie, toujours en deçà et au-delà des formes juridico-politiques des organisations ; en d’autres termes, un mouvement sans cesse renouvelé, une lutte toujours recommencée contre les dérives, permanentes et spontanées, des pouvoirs oligarchiques (Rancière, 2005).

Observer un congrès : retours réflexifs sur la place du chercheur

  • 2 Il faudrait d’ailleurs s’interroger sur les dimensions parfois très matérielles de l’organisation d (...)

13Les éléments énoncés ci-dessus en témoignent, la « forme congrès » n’est pas aisée à étudier. D’où l’attention portée par les différents contributeurs aux questions de méthode auxquelles ils consacrent souvent une large place dans leur texte. Et de tenter de répondre à ces deux interrogations liées : Que cherche-t-on à observer et à analyser lorsque l’on s’intéresse à un congrès syndical, qu’il soit national, fédéral ou départemental ? Et comment procède-t-on ? La première question renvoie à la définition de ce qu’est un congrès syndical (et par extension et comparaison, un congrès dans d’autres types d’organisation), événement aux multiples facettes et aux différentes fonctions (voir ci-dessus). Ces angles distincts amènent à s’intéresser aux acteurs, c’est à dire aux représentants mandatés et/ou aux dirigeants, au jeu des instances et des structures, aux textes (rapport d’activité, résolutions et amendements, etc.) et au langage, à la mise en scène de l’événement, en synchronie ou en diachronie. Et choisir l’une de ces dimensions particulières ne conduit pas à l’isoler de l’ensemble dont elle fait partie mais amène au contraire le chercheur à devoir l’examiner en lien avec les autres composantes de cet ensemble. La deuxième question porte sur la possibilité d’assister à de telles instances voire d’y enquêter du fait des obstacles de toute nature rencontrées : difficile accès aux sources et aux personnes, formulation complexe des questions adressés aux représentants et participants compte tenu des sensibilités vives et hétérogènes et des rapports de force internes, positionnement du chercheur vis-à-vis de l’organisation sur laquelle il enquête et qui est souvent son commanditaire, confidentialité exigée par ce dernier qui rend problématiques la mutualisation des données - et donc la capacité à pouvoir mener une démarche comparative - et la publication de ses résultats2. Intéressons nous ici aux seules observations et enquêtes par questionnaires, sans ignorer pour autant les autres techniques d’investigation (entretiens, analyse documentaire, lexicographique, etc.)

14Pour la plupart des auteurs, l’étude des congrès ne constitue pas nécessairement un but en soi ; il s’agit d’un élément de connaissance qui s’intègre dans un savoir plus large des structures syndicales considérées dans leur globalité. C’est le cas par exemple de l’équipe qui livre pour ce numéro l’article sur la CFE-CGC. Le congrès de 2010 de l’organisation catégorielle a constitué pour eux une première étape, nécessaire, en vue de son exploration plus poussée. Elle leur a permis d’obtenir des contacts dans les fédérations et unions territoriales, mais aussi, plus largement, de confronter les images recueillies lors du congrès avec la réalité sociale au plus près du terrain. Mais c’est surtout en tant que concentré de l’organisation que le congrès forme un objet propice à l’analyse du fait syndical, toute la question étant de savoir s’il donne à voir une image réelle ou déformée de celle-ci. D’où la nécessité pour le chercheur d’aller voir par lui même, d’assister à son déroulement pratique, de confronter l’image que présente l’organisation d’elle-même avec celles plus proches du terrain. Cette posture le conduit à adopter une démarche ethnographique. Tous les auteurs écrivant dans ce numéro y ont eu recours. D’autant que le congrès, adoptant une figure de type communautaire - ensemble délimité et clos, intégré et quasi autarcique - s’y prête fort bien ; il « n’est pas sans homologie avec les communautés locales décrites par l’ethnologue, réalisant sous la forme de l’isolat social ou culturel une forme rapprochée de l’isolation expérimentale » écrit Karel Yon à propos de sa propre expérience auprès de FO qui évoque également, à ce sujet, un « syndicalisme en vase clos ». Mais l’approche ethnographique n’est efficace qu’à deux conditions : être suffisamment accepté par le groupe indigène, ou une partie influente de celui-ci, pour partager avec lui ce fragment d’expérience ; être immergé suffisamment longtemps auprès de lui pour acquérir le savoir pratique indispensable à la compréhension de ses rites et coutumes. Comment réunir ces conditions ? Par la répétition, tout d’abord, à travers la participation - au sens de la présence ou de la participation non participante - aux congrès successifs d’une même organisation, comme cela a été le cas pour Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot qui ont à eux deux, suivi la quasi totalité des congrès syndicaux des trois principales centrales françaises depuis les années 1990, ou Jean-Michel Denis qui a assisté à tous ceux de Solidaires depuis sa constitution officielle en 1998. Un tel suivi offre en outre l’opportunité de saisir l’organisation, les individus qui la composent et ses organes, d’un point de vue dynamique et longitudinal. Ensuite, corrélativement à la durée, la réalisation d’enquêtes au long cours permet d’acquérir une certaine familiarité avec l’objet étudié. Celle-ci est d’autant plus nécessaire que c’est un objet complexe - pour ne pas dire « total » afin de ne pas galvauder cette catégorie maussienne (Wendling, 2010). Il ne s’offre pas spontanément au chercheur, du fait justement de sa complexité mais aussi de sa relative fermeture, qui répond au mieux à un esprit d’indépendance au pire à un esprit de contrôle. C’est en particulier le cas pour FO où « l’acceptation d’un regard extérieur a longtemps été problématique » (Yon, 2008). Cette relation de familiarité est à double sens puisque le chercheur doit lui aussi devenir un familier, afin de se faire oublier de ceux qu’ils observent - ce qui n’est pas toujours évident lorsque le profil des chercheurs (« jeunes » et « femmes ») tranche avec celui des délégués (« hommes » aux « têtes blanches » et « cravatés ») comme à l’occasion du congrès de la CGC. C’est la condition pour qu’il puisse obtenir des informations qu’il ne pourrait pas recueillir autrement. Voire pour pouvoir participer à un congrès syndical en tant qu’observateur extérieur, comme le relatent Cécile Guillaume et Sophie Pochic, qui attribuent leur participation au congrès de la CFDT de 2010 à une « grande familiarité des chercheuses avec leur terrain [globalement, celui de la confédération dans laquelle elles enquêtent depuis le début des années 2000] et une forte interconnaissance avec les militants ». D’où une interrogation légitime sur le sens éventuellement déformant de cette proximité. Celle-ci n’est effectivement pas sans danger reconnaissent les deux sociologues qui ont travaillé sur la CFDT. Car si elle « fluidifie les relations d’enquête […] elle nécessite aussi de construire une distance ou une retenue ». Ni observation participante, ni regard neutre et éloigné donc mais plutôt « objectivation participante » (Bourdieu, 2003). Notons, à cet égard, que cette relation à ce type de forum syndical peut également prendre une forme particulière lorsque le chercheur y assiste en tant qu’expert (du travail, des relations sociales, du syndicalisme le plus souvent), l’amenant à devenir l’un des acteurs du congrès qu’il peut « observer depuis la scène » comme cela a été le cas dans l’étude menée sur la CFE-CGC. D’où le rapport singulier qui se noue entre le ou les chercheurs et les syndicalistes réunis en assemblée, entre observation et participation (active et non plus passive), rapport qui peut évoluer au cours de la durée du congrès comme en atteste la scansion évoquée par ces derniers : « observation non participante, participation observante, observation participante ». La question de la place occupée par le chercheur est donc particulièrement intéressante, puisqu’il peut également être assimilé aux journalistes présents ou aux invités. La place attribuée dans la salle n’est d’ailleurs pas là même et ne donne pas à voir les même choses : réseaux de contacts internationaux d’un côté et présence des anciens dirigeants ou fébrilité de la salle de presse aux moments « clefs » du congrès, lors du discours d’ouverture et de la proclamation des résultats des votes. Poussé vers les « journalistes sociaux », le chercheur devient vite une ressource pour ces derniers et permet d’inscrire certains événements dans la durée, la plupart des journalistes, à part quelques spécialistes des questions sociales, tournant de fait très vite d’une rubrique à l’autre (Levêque, 2000). Plus précisément, se pose pour le chercheur la difficulté d’avoir accès aux différentes formes de sociabilité qui s’expriment lors d’un congrès, en dehors des séances, et qui ne sont justement pas accessibles à ceux qui sont perçus comme trop « externes », qu’il s’agisse de regroupements liés aux sensibilités politiques, au secteur professionnel ou encore au statut dans l’organisation (Renou, 2003).

15On déduit l’importance accordée à la phase de l’observation dans l’étude des congrès syndicaux à l’utilisation dans les textes de mots symboles qui oscillent entre la métaphore optique (Sawicki, 1997) et la métaphore théâtrale, goffmanienne : regard, mise en visibilité, effet loupe mais aussi vitrine, mise en scène, façades et coulisses. Ces deux derniers termes, utilisés par exemple par Cécile Guillaume et Sophie Pochic, laissent entendre que les congrès possèdent deux faces, l’une visible et l’autre cachée, l’une qui se montre et l’autre qui se dérobe, ce mouvement attribuant sa légitimité au regard sociologique dans une sorte d’opération de dévoilement. Celle-ci vise autant à mettre au jour les rouages de la « machine congrès » que l’ordre social particulier qui y prévaut, en particulier le fait que les militants qui y participent ne sont pas n’importe quels syndicalistes, le « cens caché » (Gaxie, 1978) se manifestant là encore. Pour l’établir, l’observation n’est plus suffisante et requiert d’autres outils dont principalement l’enquête par questionnaires, dont la passation n’est pas sans buter, elle aussi, sur son lot de difficultés et d’obstacles - nous mettons ici de côté les rares enquêtes internes organisées par les organisations dans le cadre de leur congrès, soucieuses le plus souvent de mesurer la composition et l’évolution de leurs délégations. Le caractère quantitatif de ce type d’enquête, attestant sa prétention à une certaine exhaustivité ou du moins couverture de la population étudiée, n’est pas sans compliquer son acceptation, les résultats obtenus risquant de « mettre à l’épreuve sa diversité revendiquée » comme l’indique Karel Yon, ainsi que sa réelle représentativité. D’autant qu’une fois accepté, ce dispositif d’enquête échappe assez largement aux responsables de l’organisation, jusqu’à l’éventuelle restitution de ses résultats tout du moins ; il constraste avec les interviews qu’ils maîtrisent et contrôlent mieux - confrontation régulière aux médias oblige. Corrélativement, la perspective de voir se constituer une base de données extérieure alimente toujours la méfiance de la part d’organisations soucieuses de leur indépendance et régulièrement confrontées, à différents moments de leur histoire, à des tentatives de contrôle et/ou de déstabilisation. Pour cet ensemble de raisons, la passation d’un questionnaire dans le cadre d’un congrès syndical peut donner lieu à des négociations des plus serrées dont l’aboutissement est lui même assez largement révélateur de l’ouverture de l’organisation en question (Bennani-Chraïbi, 2010) ; et lorsque le principe d’une telle enquête est accepté, le questionnaire est le plus souvent co-rédigé avec un ou plusieurs membres de la direction syndicale ou tout du moins validé par ce ou ces derniers. Pour une part d’entre eux, les contributeurs à ce dossier semblent avoir bénéficié de deux sortes d’opportunité pour mener ce type d’enquête. Dans le premier cas, concernant FO, Karel Yon explique la relative liberté dont il a joui pour concevoir son questionnaire - dans lequel il a intégré des items relatifs aux opinions politiques et aux autres formes d’engagement des délégués, des questions a priori impensables lorsque l’on se fie à la tradition du secret régnant à FO - par la conjoncture exceptionnelle entourant l’organisation syndicale lors de son 20e congrès en 2004. Il s’agissait effectivement du dernier congrès de son secrétaire général, Marc Blondel. Son assise dans l’organisation lui donnait de réelles marges de manœuvres pour « bousculer, le temps du congrès, l’habituel consensus » qui dominait l’organisation afin d’affermir son processus de transformation initié dès le mouvement social de 1995. Le second cas concerne la CFE-CGC et Solidaires, soit deux organisations qui ont été amenées à un moment particulier de leur histoire, à s’interroger sur leur identité, leur évolution et leur avenir. La première, confrontée aux transformations sociologiques du « groupe cadres » ainsi qu’à celles du paysage syndical - la loi d’août 2008 sur la représentativité syndicale faisant courir le risque de la fin de l’exception catégorielle et ouvrant la tentation de regroupement avec d’autres forces syndicales, l’exacerbation de la concurrence avec la CFDT au niveau de la représentation de l’encadrement, etc. - était, de ce fait particulièrement demandeuse d’une réflexion sur ces thèmes et a été assez facilement convaincue par le principe d’une enquête à plus large échelle incluant la diffusion de questionnaires lors de son congrès de 2010. La seconde, en 2008, dix ans après sa constitution officielle, s’est particulièrement développée dans le secteur privé et a donc vu modifier sa composition interne avec l’entrée de nouvelles organisations et de nouveaux adhérents. D’où l’objectif, pour les membres du bureau national de Solidaires à l’initiative de l’enquête, d’obtenir une vision plus claire de ces derniers, en matière de principes, de valeurs et d’orientations partagés ; cela, à un moment de profond renouvellement générationnel des principaux représentants du pôle interprofessionnel. Pour le chercheur, un autre facteur a fondé l’importance de cette enquête : son originalité puisque qu’aucune sociologie des militants n’avait jamais été menée dans le cadre de cette organisation.

16Les enquêtes par questionnaires dans les congrès syndicaux poursuivent globalement les mêmes visées que les enquêtes équivalentes menées dans les milieux partisans. Il s’agit principalement pour elles de recueillir des données sociographiques sur les délégués y participant, les logiques de leur engagement, leurs rapports différenciées aux pratiques et aux valeurs (sociales, culturelles, politiques, etc.), qu’elles soient portées par leur organisation d’appartenance ou non, leurs avis sur le fonctionnement et l’orientation de cette dernière, le pluri-engagement (associatif, politique, etc.), etc. Tout aussi classiquement, ces informations conduisent également à évaluer les décalages existants (en nature et en intensité) entre les membres de l’organisation et leurs mandants potentiels (les actifs qu’ils sont censés représenter). Elles permettent aussi de décrire ses différents cercles concentriques (responsables, militants, adhérents), une fois constatée la singularité des capitaux détenus par les occupants des deux premiers cercles vis-à-vis de ceux du troisième ; ou inversement, le lien entre les orientations sociales et politiques de l’organisation et les caractéristiques de cadres dirigeants, etc. Tombée dans le domaine de l’évidence sociologique, l’existence de tels décalages est généralement source de peu de surprises de la part des enquêteurs, alors qu’ils reconnaissent par ailleurs manquer de données fines sur la base adhérente des organisations syndicales : fautes d’enquêtes quantitatives suffisantes menées à cet échelle, faute d’accès aux bases de données des organisations elles-mêmes, lorsqu’elles en possèdent, etc. Décisives pour obtenir une vision suffisamment large et précise de la population de syndicalistes réunis en congrès, les enquêtes par questionnaires n’en présentent pas moins des limites contre lesquelles mettent d’abord en garde leurs initiateurs. Classiques, ces limites renvoient au dispositif lui même, en ce qu’il impose à la fois des thèmes de questionnements chers à l’enquêteur mais qui ne le sont pas forcément aux répondants, ainsi que des formulations standardisées, parfois rédigées selon un mode qui ne leur est pas familier, et un nombre limité de réponses possibles. Elles tiennent également à la nature des données produites, déclaratives, et au décalage potentiel avec les pratiques réelles des répondants. Mais elles tiennent surtout à la nature de l’événement dans lequel ces questionnaires sont diffusés. Comme énoncé antérieurement, un congrès est toujours un moment particulier dans l’histoire d’une organisation, un moment « politique », conduisant ses participants à privilégier ou à accentuer les options au contenu fortement idéologique pour rendre compte du type de syndicalisme qu’ils veulent défendre. Il rassemble les militants les plus investis et donc souvent les plus proches des valeurs portées par l’organisation, tout en contribuant à accélérer la production de ces sociabilités militantes et à créer de l’entre-soi (Renou, 2003). Autant de facteurs de distorsions supplémentaires avec le reste des adhérents.

17Loin de constituer un « énième » état du syndicalisme ou de juxtaposer des études sur des organisations différentes, ce dossier entend donc articuler deux grands axes. Le premier consiste à désenclaver les études sur le syndicalisme pour aborder celui-ci avec des outils conceptuels et méthodologiques qui permettent de renouveler les questionnements, qu’il s’agisse de réfléchir aux agencements et dispositifs dans lesquels s’incarnent la démocratie syndicale ou de contribuer à revisiter des notions comme celles d’institutionnalisation et de culture organisationnelle. Le second, à partir des spécificités de chaque terrain d’analyse, est de proposer, une analyse réflexive des méthodes d’enquête utilisées, en explicitant les conditions de production des données et le rapport à l’objet d’étude, à savoir les congrès syndicaux.

Haut de page

Bibliographie

Aït Aoudia Myriam et al., 2010, « Enquêter dans les partis politiques. Perspectives comparées », Revue internationale de Politique Comparée, 4, vol. 17, p. 7-13.

Bachelot Carole, 2010, « Les partis s’intéressent-ils à nos enquêtes ? Eléments comparatifs sur la réception des recherches sur les partis », Revue internationale de Politique Comparée, 4, vol. 17, p. 31-46.

Balazard H., 2012, « Mobiliser et mettre en scène des ‘leaders’. Les coulisses des assemblées de London Citizens », Participations, 3, p. 129-153.

Bargel Lucie et Petitfils Anne-Sophie, 2009, « ‘Militants et populaires !’ une organisation de jeunesse sarkozyste en campagne. L'activation périodique d'une offre organisationnelle de militantisme et ses appropriations pratiques et symboliques », Revue française de science politique, Vol. 59.

Bennani-Chraïbi Mounia, 2010, « Quand négocier l'ouverture du terrain c'est déjà enquêter. Obtenir la passation de questionnaires aux congressistes de partis marocains », Revue internationale de politique comparée, n°4 Vol. 17, p. 93-108.

Béroud Sophie, 2005, « Le syndicalisme construit par la science politique » in Chambarlhac Vincent, Ubbiali Georges, dir, Epistémologie du syndicalisme, construction de l’objet syndical, Paris, L’Harmattan, p. 13-34.

Boulouque Sylvain, 2001, « Historiographie du syndicalisme en France » in Labbé Dominique, Courtois Stéphane, dir, Regards sur la crise du syndicalisme, Paris, L’Harmattan, p. 33-45.

Bourdieu Pierre, 2003, « L'objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales 5/ 2003 (no 150), p. 43-58

Combes Hélène, 2009, « Meetings de fin de campagne au Mexique et ethnographies des milieux partisans », Politix, n°85, p. 149-179.

De Sheilhac, 1899, Les congrès ouvriers en France de 1876 à 1897, Paris, Armand Colin.

Eliasoph Nina, Lichterman Paul, 2003, « Culture in Interaction », American Journal of Sociology, 108 (4).

Erbès Seguin Sabine, 1971, Démocratie dans les syndicats, Paris, Mouton & Co.

Faucher-King Florence, 2006, Changing Parties. An anthropology of British Political Party Conferences, Basingstok, Palgrave MacMillan.

Faucher-King Florence, 2009, « L’impact des procédures délibératives sur les congrès des partis politiques britanniques » in Rémi Lefebvre, Antoine Roger, dir, Les partis politiques à l’épreuve des procédures délibératives, Rennes, PUR, p. 195-217.

Fillieule Olivier, Pudal Bernard, 2010 « Sociologie du militantisme. Problématisations et déplacement des méthodes d’enquête » in Fillieule Olivier, Agrikoliansky Eric, Sommier Isabelle, dir, Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, p. 163-184.

Gaxie Daniel, 1978, Le sens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil.

Geay Bertrand, 2006, « L’ordinaire du congrès. Les fonctions sociales d’un rituel syndical », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n°5, p. 297-321.

Groupe de Saint-Cloud, 1982, La parole syndicale. Étude du vocabulaire confédéral des centrales ouvrières françaises -1971-1976, Paris, PUF.

Groux Guy, Mouriaux René, 1992, La CGT. Crises et alternatives, Paris Economica.

Haegel Florence, 2009, « La mobilisation partisane de droite : les logiques organisationnelles et sociales d’adhésion à l’UMP », Revue française de science politique, vol. 59, n°1, p. 7-21.

Hetzel Anne-Marie, Lefèvre Josette, Mouriaux René, Tournier maurice, Le syndicalisme à mots découverts. Dictionnaire des fréquences (1971-1990), Paris, Syllepse, 1998

Lagroye Jacques, Offerlé Michel, dir, 2011 Sociologie de l’institution, Paris, Belin.

Levêque Sandrine, 2000, Les journalistes sociaux. Histoire et sociologie d’une spécialité journalistique, Rennes, PUR.

Lefèvre Josette, 2003, «De l'univers lexical de travailleurs à celui de salariés. La CFDT de 1970 à 1998 : évolution d'un parcours identitaire», in Baugnet L. (dir), Constructions identitaires et dynamiques politiques, Bruxelles, Peter Lang, pp. 193-21.

Mouriaux René, 1985, Syndicalisme et politique, Paris, Editions ouvrières.

Prost Antoine, 1998, « Identités syndicales et vocabulaires » in Hetzel Anne-Marie, Lefèvre Josette, Mouriaux René, Tournier maurice, Le syndicalisme à mots découverts. Dictionnaire des fréquences (1971-1990), Paris, Syllepse, 1998, p. 5-12.

Pudal Bernard, 1989, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Renou Gildas, 2003, « L’institution à l’état vif. Sociabilités et structuration des groupes dans un syndicat de salariés », Politix, n° 63, p. 65-71.

Sawicki Frédéric, 1997, Les réseaux du Parti socialiste, sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin.

Sawicki Frédéric, 2000, « Les politistes et le microscope », in Bachir (Myriam), dir., Les méthodes au concret, Paris, PUF, p. 143-164.

Sawicki Frédéric, Siméant Johanna, 2009, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Notes critiques sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, vol. 51, no 1, p. 97-125.

Simmel, Georg, Sociologie. Etudes sur les formes de la socialisation, Paris, PUF Quadrige, 2010.

Voss Kim, 2010, « Dilemmes démocratiques : démocratie syndicale et renouveau syndical », Revue de l’IRES, n°65, p. 87-107.

Wendling Thierry, 2010, « Us et abus de la notion de fait social total », Revue du Mauss, /2, n° 36, p. 87-99.

Yon, Karel, 2008, Retour sur les rapports entre syndicalisme et politique : le cas de la CGT-FO. Eléments pour la sociologie d’un « monde de pensée », Thèse de doctorat, Université Paris I.

Haut de page

Notes

1 Même si, dès le congrès de 1876, un article du règlement intérieur imposera que «  en vue d’éviter des abus que tout le monde devine, nul ne pourra prendre la parole, s’il n’est ouvrier et s’il n’est recommandé par sa chambre syndicale » (de Seilhac, 1899).

2 Il faudrait d’ailleurs s’interroger sur les dimensions parfois très matérielles de l’organisation d’un congrès qui échappent à la connaissance du chercheur (le coût financier notamment).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Béroud et Jean-Michel Denis, « Les congrès syndicaux, un objet d’étude sociologique ? », Socio-logos [En ligne], 11 | 2015, mis en ligne le 08 décembre 2015, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://socio-logos.revues.org/3045

Haut de page

Auteurs

Sophie Béroud

(Université Lyon 2/Triangle)

Articles du même auteur

Jean-Michel Denis

(UPEM, LATTS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Socio-logos

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org