Navigation – Plan du site

Participer, observer, revenir : les congrès dans la « drôle de crise » de la CFE-CGC

Élodie Béthoux, Guillaume Desage, Arnaud Mias et Jérôme Pélisse

Résumé

Syndicat des cadres et de l’encadrement, la CFE-CGC reste moins connue que les autres confédérations syndicales françaises. Point de départ et point d’arrivée de l’enquête que nous avons consacrée à ses militants entre 2010 et 2013, ses congrès confédéraux se sont révélés être des points d’observation privilégiés pour mettre au jour les singularités de ce syndicat catégoriel et la « drôle de crise » qui traverse l’organisation depuis plus de quinze ans. Lieux d’expression et moments de cristallisation, les congrès donnent en effet à voir, sur scène et en coulisses, ce qui rapproche ou oppose les militants a priori les plus investis de l’organisation. Cet article propose alors un retour analytique et réflexif sur notre présence à ces congrès et les enseignements que nous en avons tirés aux différents stades de l’enquête : de la proposition de l’étude auprès des dirigeants confédéraux à la mise à l’épreuve en situation de nos conclusions, trois ans plus tard, en passant par l’élaboration de nos hypothèses et le recueil des données, par questionnaire et entretiens, au plus près des organisateurs du congrès, des congressistes eux-mêmes et des acteurs de terrain. La multiplication des points de vue lors des congrès de 2010 et 2013, à travers les trois modalités de la participation observante, de l’observation non participante puis de l’observation participante, offre un éclairage heuristique sur les clivages internes à l’organisation et son positionnement dans le paysage syndical français contemporain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction. Le « moment congrès » : temps fort ou temps mort ?

Moment fondateur où sont rassemblés de nombreux militants, actés des choix, exposées des stratégies, élus de nouveaux dirigeants, promus de nouveaux cadres, médiatisées des prises de positions, le congrès syndical peut être vu tout autant comme un non-évènement, une grand-messe sans véritable enjeu où tout a été décidé à l’avance, une mise en scène de l’unité et de la cohérence d’organisations en réalité traversées par des conflits, des enjeux de pouvoirs et de multiples divisions. Entre temps fort et temps mort, le « moment congrès » scande la vie institutionnelle de l’organisation et permet, avec quelques années ou décennies de recul, d’en retracer l’histoire, sur la base des traces que laissent derrière eux ces quelques jours de rassemblement : slogans et affiches, rapports et bilans, votes et motions. Les congrès sont donc aussi des moments producteurs de sources et de matériaux pour l’observateur et c’est par ce biais que plusieurs d’entre eux, à l’échelle nationale ou européenne, ont servi de base à l’analyse de « la parole syndicale » (Groupe de Saint-Cloud, 1982), à travers la synthèse des programmes d’action (Gobin, 1992) ou l’étude lexicométrique des résolutions (Béroud et Lefèvre, 2010).

  • 1 Cf. Mouriaux (1983 ; 1984), Descotes et Robert (1984) et Groux (1988 ; 1990 ; 2007).
  • 2 Voir à trois époques les ouvrages de A. Malterre (1972), M. Vilbenoît (1996) et J.-L. Cazettes (200 (...)

Les congrès sont ainsi un moyen de revenir sur l’histoire d’une organisation, et le retour sur celle de la Confédération française de l’encadrement-Confédération générale des cadres (CFE-CGC) que nous avons opéré dans le premier chapitre de notre ouvrage sur la confédération catégorielle a aussi emprunté cette voie (Béthoux, Desage, Mias, Pélisse, 2013). Grâce aux travaux de nos prédécesseurs1 et aux témoignages des leaders syndicaux2, la trajectoire de l’organisation s’y dessine depuis sa fondation comme Confédération générale des cadres en 1944 et les congrès unanimes des deux premières décennies, sous les présidences de Jean Ducros puis d’André Malterre. Y succèdent douze années de contestations internes et de scissions qui conduisent lors du congrès de 1975 à l’élection contestée d’Yvon Charpentié, puis à une série de congrès extraordinaires en 1976, 1977 et 1978 où s’expriment de nombreuses tensions avant l’élection de Jean Menu à la tête de l’organisation en 1979. Les « états généraux de l’encadrement » de novembre 1980 précèdent le congrès de 1981 qui consacre le changement de nom et de sigle de l’organisation devenue CFE-CGC. L’Intercongrès de 1982 signe lui le passage de la revendication d’« apolitisme » à celle de l’« indépendance politique » ; Paul Marchelli puis Marc Vilbenoît sont tour à tour réélus, largement pour le premier, de justesse pour le second, les contestations internes ne conduisant pas pour autant à de véritables réorientations stratégiques. Cette recherche d’un second souffle se poursuit lors des congrès suivants qui voient l’élection de Jean-Luc Cazettes en 1999, puis, après son décès, celle de Bernard Van Craeynest, confirmée en 2006. Réélu en 2010, ce dernier laisse sa place lors du congrès de 2013, dans un contexte à nouveau conflictuel, à Carole Couvert, première femme à la tête de l’organisation.

  • 3 Voir les trois billets proposés par J. Pélisse sur le carnet de recherche du Printemps en 2013 (htt (...)

Si les congrès incarnent ainsi ces moments-clés qui permettent de retracer l’histoire de l’institution, nous soulignons ici avant tout leur intérêt pour saisir l’organisation syndicale « au présent ». Le temps de notre étude sur la CFE-CGC a été encadré par deux congrès confédéraux, qui en ont marqué en quelque sorte la ligne de départ et la ligne d’arrivée. Faire retour sur ces deux congrès, celui de Reims en février 2010 et celui de Saint-Malo en avril 2013, c’est donc aussi pour nous opérer un retour réflexif sur les conditions de possibilité, de déroulement et de clôture de notre enquête3. Le congrès de 2010 a été celui de la découverte de l’organisation et du recueil des premières données, par l’intermédiaire d’un questionnaire à destination des congressistes. Le second, trois ans plus tard, a été l’occasion de valider notre thèse sur la « drôle de crise » de la confédération cégéciste et de promouvoir auprès des premiers intéressés l’ouvrage que nous venions de publier sur le sujet. Entre les deux, c’est bien la confrontation entre les observations faites au congrès de 2010 et les résultats des quelques 300 réponses apportées au questionnaire couplés aux données issues de la soixantaine d’entretiens menés à tous les niveaux de l’organisation qui a permis de mettre au jour les distorsions organisationnelles et les hésitations stratégiques incarnant à nos yeux la « drôle de crise » que traverse l’organisation syndicale depuis plus de quinze ans (Béthoux, Desage, Mias, Pélisse, 2011).

  • 4 L’étude lexicométrique de S. Béroud et J. Lefèvre (2010) porte ainsi sur toutes les résolutions ado (...)

Notre intérêt pour ces « moments congrès » tient aussi au fait que l’enquête a porté sur une organisation moins connue que les quatre autres organisations syndicales représentatives françaises, la CGT et la CFDT en premier lieu, FO et la CFTC dans une moindre mesure4. L’envie « d’aller voir » cette organisation en actes et en représentation, d’en rencontrer directement les dirigeants et les membres a donc été nourrie par cette relative absence de données et par la volonté de mettre à l’épreuve les stéréotypes attachés à cette organisation. Cette curiosité a à son tour été aiguisée par le contexte : depuis la loi du 20 août 2008 introduisant de nouvelles règles en matière de représentativité syndicale, la CFE-CGC se montrait inquiète de son avenir, en dépit de l’exception catégorielle dont elle a bénéficié. Le « moment congrès » devenait ainsi susceptible de cristalliser et de donner à voir, comme un miroir grossissant, les interrogations et les tensions nées des incertitudes créées par le récent changement des règles du jeu institutionnel.

L’analyse des congrès que nous proposons, appliquée au cas de la CFE-CGC, vise donc à questionner conjointement deux singularités : celle de l’organisation, qui a longtemps fait de son identité catégorielle un signe de distinction et une stratégie de différenciation dans le paysage syndical français, mais aussi celle de notre propre positionnement, qui nous a conduits à expérimenter, lors de ces deux congrès, les postures de la « participation observante », de l’observation non participante, puis de l’observation participante (Soulé, 2007). Participer, observer et revenir, tels sont ici les trois temps de ce retour analytique et réflexif sur le « moment congrès ».

Participer

Il est fréquent que des chercheurs (au-delà de ceux de l’IRES qui « couvrent » tous les congrès confédéraux) assistent aux congrès syndicaux, voire circulent dans leurs coulisses, comme en atteste ce dossier. Il est plus rare qu’ils soient eux-mêmes appelés à participer directement au congrès, notamment pour monter sur scène et servir, selon l’expression utilisée par les organisateurs du congrès de la CFE-CGC en 2010, de « fil rouge ». C’est ce qui fut demandé à l’un d’entre nous et a fait germer l’idée de travailler sur la CFE-CGC en prenant appui sur ce congrès. Participer au congrès comme acteur permet alors de réfléchir à la posture du chercheur sollicité en tant qu’expert et à ce qu’une telle sollicitation révèle de l’organisation et des manières dont elle entend se mettre en scène.

De la demande de participation à la proposition d’étude

Maître de conférences à l’Université de Reims, Jérôme Pélisse est sollicité en novembre 2009 par le service communication de la CFE-CGC pour participer comme « expert » à deux tables rondes que la direction confédérale se propose d’organiser autour du thème retenu pour le congrès de 2010 : « Notre histoire a de l’avenir ». Sociologue ayant publié un ouvrage collectif sur les conflits du travail l’année précédente (Béroud et alii, 2008), ouvrage qui a bénéficié d’une certaine couverture médiatique en raison de l’actualité sociale de l’année 2009 (conflits avec séquestration ou menaces de destruction d’usines pendant l’été notamment), J. Pélisse n’est pas un spécialiste reconnu du syndicalisme et encore moins des cadres. La demande étonne donc un peu, d’autant plus que, selon la chargée de communication, elle n’aurait pas été motivée par son appartenance à l’Université de Reims, ville où doit précisément se tenir le congrès. Sa relative jeunesse (il a alors 35 ans) explique en revanche pour une part, sans doute, cette sollicitation, congruente avec la volonté de la direction confédérale d’afficher cette valeur alors qu’une nouvelle secrétaire générale (numéro 2 de la direction) – une femme de 36 ans – doit être élue lors de ce congrès.

Plutôt surprenante donc, cette proposition attise notre curiosité et, en l’absence de travaux sociologiques ou historiques récents sur cette organisation, nous conduit à avancer une contre-proposition : la participation du chercheur au congrès et l’endossement du rôle d’expert contre l’acceptation et le financement par la confédération d’une étude sur ses militants. Une réunion à la confédération en novembre 2009 permet à J. Pélisse d’exposer un projet d’étude sur les participants au congrès de Reims de février 2010, reposant sur un questionnaire diffusé pendant le congrès. L’accueil est favorable et l’équipe de recherche rapidement constituée, la confédération acceptant de financer une étude permettant de rémunérer l’un d’entre nous pendant plusieurs mois.

Jouer le rôle du « chercheur expert » : accéder aux coulisses et être sur scène

Jouer le rôle d’un « chercheur expert » dans le congrès confédéral d’une organisation que l’on ne connaît pas (ou peu) n’a rien d’évident. L’expérience s’est toutefois révélée stimulante en permettant d’une part d’accéder à la préparation du congrès et à ses coulisses, et d’autre part de « vivre » une partie du congrès depuis la scène.

  • 5 « Qu’attendez-vous actuellement en priorité de votre employeur ? », « De quoi avez-vous le plus bes (...)

La première table ronde, en ouverture, portait sur « l’engagement syndical » ; la seconde, en clôture, avait pour thème : « quel syndicalisme pour demain ? ». Y participer constituait d’abord une opportunité sans équivalent pour présenter publiquement notre recherche et inciter en direct les congressistes à remplir le questionnaire : J. Pélisse ne s’en est pas privé à la tribune, micro en mains, au début et à la fin du congrès. Surtout, cette participation permettait d’accéder aux coulisses de cette mise en scène qu’est d’abord un congrès syndical. De ce point de vue, il était intéressant de noter le choix des deux tables rondes. La première s’organisait autour d’un sondage, commandé à un institut auquel fait systématiquement appel la CFE-CGC (notamment pour élaborer son baromètre annuel du stress des cadres, largement repris par la presse). Réalisé auprès d’un échantillon de 1 545 salariés « représentatifs » interrogés sur diverses questions5, ce sondage a été au cœur des réunions préparatoires du congrès, que ce soit pour commenter le classement de notoriétés des différents syndicats ou les notes données par les répondants aux « caractéristiques attendues des syndicats » (« combatif », « efficace », « démocratique », « catégoriel »…). Les résultats issus des réponses au sondage (très relatifs pour un sociologue attentif à la méthodologie ou aux présupposés contenus dans ce type de questionnement) devaient être présentés par un powerpoint d’une quinzaine de planches pendant la table ronde et commentés par un chargé d’étude du cabinet de sondage, ainsi que par le sociologue sur scène appelé à réagir aux chiffres évoqués pour parler de « l’engagement syndical aujourd’hui ». Un troisième acteur incarnant un « militant de base », délégué syndical d’entreprise (manager non cadre des casinos Barrière), était également sur scène pour évoquer son expérience personnelle. Sondeur, sociologue-expert et acteur de terrain devaient ainsi représenter trois points de vue sur l’engagement syndical aujourd’hui. Il reste que le sondage, commandé pour l’occasion, constituait bien l’entrée principale autour de laquelle devaient s’organiser les échanges comme le montre le script ci-dessous.

Extrait du Script :

12. 15h31 *JINGLE SON DE MONTÉE DE SCÈNE* – 0’10’’

Montée sur scène : MD, JP, PAD

13. 15h31
QUEL SYNDICALISME POUR DEMAIN ? – Table ronde 50’ Talk

INFODÉCOR CIEL + SLIDE TITRE QUEL SYNDICALISME POUR DEMAIN ? Puis INFODÉCOR CIEL + REPRISE DIRECT

Q1/ PB (l’animateur du congrès)

Bonjour à tous. Bienvenue à tous. Merci de votre présence aujourd’hui. MD, vous venez de réaliser pour la CFE-CGC une étude sur « le syndicalisme de demain ». Avant de rentrer dans le détail des résultats, un mot peut être sur la méthodologie retenue …

MD

Echantillon interrogé

Q2/ PB

Que nous apprend cette étude sur les attentes des salariés à l’égard de leur employeur ?

MD

Attentes à l’égard de l’employeur –SLIDE 1 « attentes à l’égard de l’employeur » -> justice et distribution.

De quoi a-t-on besoin pour obtenir gain de cause ? –SLIDE 2 « de quoi a-t-on besoin pour obtenir gain de cause ? » -> clairement, les salariés ont un besoin d’écoute et d’intermédiation qui puisse relayer les problèmes au plus haut niveau.

Rajouter ici un ou deux éléments sur attentes des cadres (différentes ou non de celles des autres salariés)

Ce script, visant à tenir le temps (inévitable obsession de ceux qui sont sur scène), permettait aussi de cadrer les échanges et de contrôler un minimum les interventions qui pourraient venir de la salle. Elaboré à la seconde près, il a été construit collectivement, à partir de deux réunions préparatoires et d’échanges mails initiés par le directeur de la communication de la CFE-CGC et son adjointe. Il a néanmoins laissé aux acteurs de la table ronde une certaine marge de liberté, fût-elle orientée en situation par les questions de l’animateur, engagé pour le congrès par le service communication de la confédération.

Car une certaine spontanéité était également attendue – comme l’a souligné l’animateur rencontré quelques minutes avant la montée sur scène –, montrant la fonction avant tout d’assurance et de cadrage du script, notamment pour les organisateurs du congrès. La réussite du congrès est alors aussi évaluée à l’aune de l’engagement des personnes dans la salle – aux applaudissements, aux questions qui sont posées, ou même, modernité oblige, aux « tags » que les congressistes envoient en direct par SMS et que commentent en ouverture l’animateur et le président de la confédération. La scénographie du congrès (disposition, lumière, musique, etc.), telle que le montre son ouverture dans la vidéo ci-contre, symbolise en effet une organisation qui se veut « moderne », entre show télévisuel et moment solennel.

Vidéo d'introduction du congrès de la CFE-CGC (CFE-CGC, 2010)

Vidéo d'introduction du congrès de la CFE-CGC, 2010

Crédits : CGE-CGC

Les débuts du congrès (retransmis intégralement et en direct sur le site dédié au 34ème congrès de la CFE-CGC), où l’on découvre un animateur plutôt inattendu pour un congrès syndical. Philippe Bloch se présente en effet comme « une espèce de mélange un peu étrange à la fois d’entrepreneur, auteur de différents livres de management et d’animateur radio sur BFM et d’une émission consacré aux entrepreneurs et aux PME sur BFM TV », invitant après un vibrant jingle la présidente des assemblées confédérales à ouvrir le congrès.

  • 6 Les enquêtes Relations professionnelles et négociations d’entreprise (REPONSE) du service des étude (...)
  • 7 On pense ici, outre au « Nouveau dialogue pour redonner du sens à l’entreprise et à la société » (u (...)

La spontanéité du délégué syndical travaillant dans les casinos a ainsi permis de s’échapper un peu du script prévu, lorsqu’il souligne que s’engager syndicalement, même à la CFE-CGC, n’est pas facile ni sans coût face aux comportements d’employeurs laissant toujours filtrer une perception négative des salariés engagés, notamment du côté des cadres qui ne pourraient être à la fois encadrants et militants syndicaux. Cela a également permis d’illustrer quelques résultats issus des enquêtes REPONSE sur lesquelles J. Pélisse s’appuyait pour souligner cette dimension toujours actuelle de l’engagement syndical en France6. De fait, dans le débat qui s’en suivit (trois questions de la salle), une intervention nous reprocha de présenter de manière négative ce que signifiait s’engager syndicalement ou tenir un rôle de délégué syndical vis-à-vis des employeurs, alors que de « belles réussites », fondées sur des intérêts conjoints entre directions et salariés, étaient aussi possibles, sinon fréquentes, en particulier à la CFE-CGC. Dès le congrès se donnait donc à voir une conception singulière du syndicalisme que nous allions retrouver dans les réponses aux questionnaires (82 % des répondants donnent par exemple un sens négatif à « la grève », et 83 % un sens positif au « compromis ») – et qu’allaient confirmer les entretiens, comme l’observation d’autres « événements » développés par la direction confédérale pour améliorer sa communication, tentant notamment des « coups » médiatiques visant à faire parler de la CFE-CGC7.

  • 8 La nouvelle équipe dirigeante est élue en 2010 avec 78,5 % des voix.

La seconde table ronde était conçue intégralement comme une discussion d’« experts », à laquelle était conviée la nouvelle secrétaire générale de la confédération (n° 2 donc, après le président) tout juste élue8. Intervenant après un discours plutôt terne du ministre du Travail, Xavier Darcos, cette table ronde réunissait Jérôme Pélisse, Cécile Guillaume, sociologue spécialiste du syndicalisme cadre (à la CFDT), un « expert » en relations sociales (Bernard Vivier), dirigeant de l’Institut supérieur du travail (organisation anciennement anti-communiste, proche de l’UIMM et du patronat, qui se présente de manière plus neutre aujourd’hui tout en étant clairement libérale), le président de l’Association nationale des DRH, et la nouvelle secrétaire générale, Carole Couvert. Mal à l’aise sur un thème aussi large que « l’avenir du syndicalisme », cherchant à glisser quelques résultats s’appuyant sur l’enquête REPONSE (J. Pélisse) ou sur la singularité et les tensions particulières qu’implique, pour les cadres, le fait de militer syndicalement (C. Guillaume), face à un « expert » bien plus habitué à délivrer des diagnostics et prévisions, fussent-ils rapides ou politiquement orientés, cette seconde expérience fut moins intéressante pour la recherche. Aucune prise de parole n’intervint après – il fallait conclure le congrès. L’analyse que l’on peut en tirer souligne plutôt l’importance de la scénographie qui a accompagné ces tables rondes, et plus largement l’ensemble du congrès, ainsi que le crédit accordé à la parole des « experts », de façon congruente, d’ailleurs, avec la représentation que les dirigeants et les militants de la CFE-CGC ont d’eux-mêmes. Refusant d’être des « professionnels du militantisme », ils insistent avant tout sur la continuité entre leur engagement professionnel et leur engagement syndical, ce dernier trouvant sa légitimité première dans leur expertise et leurs responsabilités professionnelles.

Table ronde conclusive du congrès de 2010 : la nouvelle secrétaire générale à l’écran et les « experts » évoquent « l’avenir du syndicalisme ».

[Source : Service communication CFE-CGC]

La participation est aussi une affaire corporelle et sensorielle pour le chercheur qui s’y risque (Wacquant, 2015). De ce point de vue, face aux quelques 500 personnes réunies dans la vaste salle, plongée dans la pénombre vue de la scène, sous un immense écran géant retransmettant en direct ce qui se déroulait sous les yeux des congressistes (avec des effets de cadrage et de zoom non maîtrisés par les interlocuteurs sur scène), sur un plateau saturé de lumières violettes et bleues, on peut souligner à quel point on a l’impression de jouer un rôle et d’être un acteur lorsqu’on est sur scène. Cette attitude s’apprend, et la performance sociale liée au fait de prendre la parole en public ou devant des caméras compte sans doute davantage aujourd’hui qu’hier pour tenir le rôle de dirigeant syndical : Carole Couvert, élue n° 2 en 2010 puis présidente de la CFE-CGC en 2013 (voir infra), ne dispose-t-elle pas tout particulièrement de ces qualités, qu’atteste dès 1993 et 1994 le double premier prix du concours marketing des dirigeants commerciaux de France qu’elle a reçu ?9 Sans être spécifique à ce syndicat, cette dimension liée à la communication apparaît ainsi tout particulièrement mise en avant par la CFE-CGC.

Le congrès et ses prolongements

Cette expérience de participation au congrès est en réalité à diffracter : les autres membres de l’équipe y assistant de la salle ou postés aux sorties pour récupérer les questionnaires remplis ont aussi perçu une ambiance, engagé des discussions, repéré mille détails révélateurs de la nature du public et de l’événement.

  • 10 Ainsi, presque un an après le congrès, nous avons pu rencontré l’un des rares candidats non élus à (...)

Surtout, cette expérience s’est prolongée au-delà de ce premier congrès : non seulement par l’exploitation des 310 questionnaires collectés, mais aussi par les ouvertures qu’elle a permis vers des syndicalistes ayant accepté de donner leurs coordonnées (60 % des répondants au questionnaire) pour s’entretenir de manière plus approfondie avec un chercheur. Ce ne sont pas seulement les prises de rendez-vous qui ont été facilitées, mais bien les entretiens eux-mêmes, s’appuyant sur le partage de cette expérience commune qu’est un congrès syndical et sur les perceptions croisées qu’enquêteurs et enquêtés avaient pu en avoir10. Cette expérience a en outre occasionné plusieurs rencontres avec la direction confédérale, permettant de recueillir à ce niveau un certain nombre d’informations et d’approcher ce que pouvait être l’activité de direction d’une confédération comme la CFE-CGC. En aval du congrès, se sont ainsi tenues plusieurs réunions, à propos de l’avancée de notre étude, avec la nouvelle secrétaire générale, la directrice de cabinet du président et le directeur de la communication, un trio décrivant à demi-mots en ces occasions les luttes de pouvoir se déroulant alors au sein de la direction confédérale. Notre présence lors d’une réunion particulièrement importante du Comité Confédéral National en décembre 2010 s’est également révélée instructive pour saisir ces tensions internes : y furent définitivement enterrées les velléités de fusion avec d’autres syndicats qu’exprimait l’objectif de constituer une « troisième force » syndicale, synonyme de disparition de la spécificité catégorielle de la CFE-CGC. Ces observations menées à la confédération, facilitées par notre participation initiale au congrès de février 2010, et celles conduites dans le cadre de nos monographies sectorielles et territoriales, ont permis d’approfondir notre compréhension du fonctionnement institutionnel mais aussi social de l’organisation syndicale. Les différences de points de vue et surtout d’enjeux pratiques et d’actions que développent les militants rencontrés sont frappantes. Face à l’unanimisme de façade du congrès de 2010, véritable performance publique et médiatique qu’illustrent aussi les affiches éditées par l’organisation (cf. encadré 1), l’existence de divisions et de distorsions organisationnelles et cognitives parfois majeures se révèlent avec une acuité d’autant plus forte dans ces diverses enceintes.

Encadré 1. Moderniser l’image de l’organisation : ce que disent les affiches des congrès confédéraux

La communication constitue une dimension essentielle au sein de la CFE-CGC. La forte implication du directeur de la communication dans la préparation du congrès et le suivi de notre étude en est un signe, tout comme les initiatives de la direction confédérale visant à changer l’image de l’organisation, voire récemment (mais sans succès) son nom, souvent jugé, par un certain nombre d’adhérents eux-mêmes, compliqué et peu porteur. Les affiches des congrès de 2010 et de 2013 traduisent cette même volonté de donner une image moderne et rajeunie de l’organisation.

Cela passe tout d’abord, dans les deux cas, par la mise en scène d’un homme et d’une femme, tous deux jeunes – une image qui contraste singulièrement avec la réalité de l’organisation ! La CFE-CGC est en effet la centrale syndicale française la moins féminisée : en 2002, les femmes représentaient 18,5 % des adhérents tandis qu’elles étaient 28 % à la CGT, 40 % à FO, 44 % à la CFDT et 46 % à la CFTC (Silvera, 2006), un chiffre d’autant plus notable si l’on tient compte de la féminisation particulièrement rapide qu’a connue, ces dernières années, la population cadre (Amossé, 2011). En 2008, d’après la confédération, les femmes constituent un quart des effectifs adhérents, soit une augmentation sensible depuis 2002. Elles représentent toutefois moins de 15 % des effectifs au congrès de Reims, d’après nos propres données : soit presque le double du congrès de 2002 (8,7 % d’après R. Silvera) certes, mais un taux de féminisation en-deçà de ceux observés aux congrès confédéraux de FO, la CGT ou Solidaires plutôt de l’ordre de 25 à 30 % (Yon, 2008 ; Béroud et Garibay, 2004 ; Béroud et al., 2011) et de la CFDT, qui comptait 38 % de femmes à son congrès de 2002 (Guillaume et Pochic, 2009).

Par ailleurs, la CFE-CGC comptait en 2008 24 % de moins de 40 ans parmi ses adhérents (données de la confédération). Cette même catégorie d’âge ne représentait que 4 % des congressistes ayant répondu à notre questionnaire en 2010, dont la moyenne d’âge s’élevait à 55,3 ans, soit 5 à 7 ans de plus que pour les congressistes de FO, de la CGT et de Solidaires.

Cela passe ensuite par la place faite aux nouvelles technologies dans chacune des deux affiches, renvoyant à la fois à l’univers de travail supposé des salariés que la CFE-CGC entend représenter (ordinateur portable) et à la volonté de l’organisation d’être tournée vers « l’innovation », thème du congrès de 2013, comme le montre l’iconographie résolument futuriste et connectée de son affiche.

Le souhait de moderniser l’image de l’organisation s’adosse toutefois, dans les deux cas, au souci de rappeler la spécificité de la CFE-CGC : tenues « executive » des personnages (l’homme ne peut être que costumé et cravaté), arrière-plan urbain symbolisant les quartiers d’affaires où siègent les plus grandes entreprises, notamment privées. Car, c’est l’une des singularités des congressistes de la CFE-CGC interrogés en 2010 : 80 % de ceux ayant répondu au questionnaire étaient ou avaient été (pour les retraités) salariés du secteur privé, ce qui tranche par exemple avec la population cadre syndiquée à la CFDT : seuls 15 % des cadres présents au congrès de la CFDT en 2002 travaillaient dans de grandes entreprises privées, 20 % dans des PME, 14 % dans des entreprises publiques et 46 % dans des administrations (Guillaume et Pochic, 2009). À la CFE-CGC, parmi les salariés ou retraités du privé, presque 9 répondants sur 10 déclaraient en outre travailler (ou avoir travaillé) dans de grandes entreprises de plus de 500 salariés.

Si la spécificité revendiquée de l’organisation est ainsi mise en avant de manière constante, et si l’avenir (ou le futur) sont évoqués dans les deux cas, les slogans se distinguent nettement. En 2010, c’est le collectif militant (« notre ») qui est mis en avant et relié à « l’histoire » commune des cégécistes : l’unité est ainsi affirmée et projetée vers « l’avenir », sur la base d’un constat auquel se rallier. En 2013, l’adresse se veut plus directe (voire directive), par le recours à l’impératif (« donnez »), et peut s’entendre aussi bien collectivement qu’individuellement, par un appel à la responsabilité et à la créativité de chacun. Il ne s’agit plus ainsi de s’en tenir au constat, mais bien d’agir.

Observer

Si l’exploration de ces dissonances et tensions à travers les entretiens nous a conduits à analyser sous un nouveau jour nos observations initiales du congrès de 2010, le « moment congrès » fut déjà un temps décisif d’engagement de notre enquête sur la CFE-CGC, nous permettant d’orienter l’observation en fonction de trois objectifs. Partant du constat que les études sur la sociographie des militants syndicaux connaissait en France un certain renouveau, grâce aux travaux sur la CGT (Béroud et Garibay, 2004 ; Piotet, 2009), la CFDT (Barthelemy et al., 2012 ; Guillaume, 2014 ; Guillaume et Pochic, 2009 sur la CFDT cadres), la CGT-FO (Yon, 2008) ou Solidaires (Béroud et al., 2011), le premier objectif visait à mieux connaître les militants, ou du moins les congressistes de la CFE-CGC, ces « cadres du syndicat des cadres » comme nous les avions nommés en première approche. Notre deuxième objectif était de compléter l’analyse des transformations du « groupe cadres » par le biais d’une entrée syndicale auprès de l’organisation revendiquant précisément le fait de représenter ces salariés, alors que cette dimension syndicale, et plus encore celle qu’incarnait cette organisation catégorielle unique en son genre, n’avait que très peu retenu l’attention dans les travaux récents portant sur ce groupe professionnel. Le dernier objectif était lié à l’actualité sociale : il s’agissait d’analyser le point de vue des militants de la CFE-CGC sur les nouvelles règles en matière de représentativité syndicale définie par la loi d’août 2008, risquant de compromettre, ou à tout le moins d’interroger, l’avenir de leur organisation et de mieux comprendre l’exception catégorielle dont jouissait cette confédération.

  • 11 Dans la mesure du possible, les questions ont été formulées pour permettre la comparaison des résul (...)

La participation au congrès de la CFE-CGC de février 2010, couplée au souci de pouvoir comparer nos analyses sociographiques avec celles menées sur les militants d’autres organisations syndicales, observés ou interrogés dans le cadre de leurs propres congrès11, nous ont alors conduits à faire du congrès de Reims notre premier terrain d’observation et de ses congressistes nos premiers enquêtés.

Les vertus exploratoires du « moment congrès »

Parce que c’est une organisation que nous connaissions peu, pour l’avoir rarement rencontrée dans nos travaux précédents comme dans la littérature sociologique, nous avons rapidement considéré que découvrir la CFE-CGC par l’observation de l’un de ses congrès confédéraux présentait des vertus exploratoires bienvenues pour démarrer une enquête. C’était un moyen d’échanger directement avec ses dirigeants, pour négocier nos entrées, au sein de la confédération, mais aussi et surtout de ses différentes composantes (fédérations, instances territoriales…) ; de voir quelle image l’organisation voulait donner d’elle-même, pour mieux la contraster ensuite, éventuellement, avec celle que nous allions rencontrer auprès des « militants de terrain » ; de rencontrer d’emblée un grand nombre de militants pour avoir une première « vue d’ensemble » et formuler de premières hypothèses à même de nous aider à conduire et interpréter, dans un second temps, nos entretiens.

  • 12 Nous étions cinq : les quatre auteurs et Corinne Delmas (CERAPS, Université de Lille 2), présente d (...)

En ce sens, la passation du questionnaire lors du congrès a grandement facilité les prises de contact en vue d’entretiens futurs et provoqué de nombreux échanges, aussi informels qu’informatifs. Les mallettes remises à chaque participant à l’entrée du palais des congrès de Reims contenaient toutes un exemplaire du questionnaire avec une présentation succincte de l’équipe et de l’étude à laquelle nous les invitions à participer. Notre souhait de maximiser le taux de retour des questionnaires justifiait une présence en nombre de notre équipe sur les lieux12. Ce ne fut pas sans susciter une certaine curiosité des congressistes, s’étonnant ou s’amusant de voir « des jeunes » et « des femmes » au moment d’entrer dans un amphithéâtre où les têtes blanches et les hommes étaient de loin majoritaires. La remise des questionnaires complétés dans les urnes que nous tenions a permis d’entamer de nombreuses conversations avec des participants au congrès. Plusieurs souhaitaient en savoir davantage sur les tenants et les aboutissants de l’étude ou nous inviter à les rencontrer, après Reims, dans leurs entreprises, leurs unions territoriales ou leurs fédérations – notamment lorsqu’ils considéraient eux-mêmes que le congrès risquait de ne donner qu’une vision biaisée de leur activité et de leur positionnement syndical. L’observation de ces premières réactions à notre projet s’est ainsi révélée elle-même encourageante et instructive, nous laissant entrevoir l’intérêt de ces militants pour une étude sur leur organisation et celui que nous aurions, nous-mêmes, à les étudier.

Les « congressistes » : une population d’étude à part entière

  • 13 Dans l’un des univers étudiés, il nous a été expliqué que tous les adhérents au syndicat n’étaient (...)

Enquêter lors d’un congrès confédéral implique d’emblée de s’interroger sur les singularités de ses participants, car ce n’est pas tout militant de l’organisation, ni moins encore tout adhérent, qui y participe. La composition de la population étudiée résulte de nombreux mécanismes de sélection, plus ou moins formalisés. Une majorité des participants (les 2/3 selon notre enquête) représentent leur fédération, notamment lors des votes qui déterminent la composition des instances confédérales. Le nombre de participants envoyés par les fédérations dépend, en principe, du nombre d’adhérents de chacune, sachant que toutes n’utilisent pas le nombre de « sièges » auxquels elles ont droit, et que toutes ne déclarent pas non plus tous leurs adhérents13. D’autres congressistes sont présents au titre de leurs fonctions au sein de la confédération ou surtout d’instances syndicales territoriales. Ces derniers, bien qu’ils ne prennent pas part aux votes, représentent une part non négligeable des congressistes (près d’un quart), la confédération profitant de l’occasion pour organiser des ateliers thématiques impliquant les instances territoriales.

Des logiques de sélection supplémentaires sont moins explicites mais tout aussi prégnantes : les propriétés professionnelles (caractéristiques des entreprises et administrations employeuses, statut, grade, ancienneté…), militantes (degré et type d’engagement, périmètre d’intervention, opinions, pratiques) et sociodémographiques (âge, sexe…) des congressistes sont liées ce qui se joue lors du processus de mandatement à l’œuvre dans chacune des composantes de l’organisation syndicale. Des militants peuvent participer au congrès parce qu’ils apparaissent plus légitimes (en raison de leur ancienneté, leurs prises de position ou leur fonction) ou plus disponibles que d’autres (retraités ou disposant d’une décharge syndicale plus conséquente). D’autres au contraire, moins engagés, peuvent se sentir moins autorisés à y participer, ou simplement ne pas en avoir la possibilité ou la volonté. Autant de raisons qui font que les congressistes ne constituent en aucun cas un échantillon représentatif, au sens statistique du terme, de l’ensemble des militants ou adhérents de leur organisation. Non seulement les processus organisationnels et sociaux qui déterminent leur participation ne garantissent pas la représentativité statistique d’un échantillon, mais ils conduisent à surreprésenter certains profils sociodémographiques ou militants. Comme on l’a vu, la sous-représentation féminine au congrès (14 % de femmes contre 25 % parmi les adhérents) et la surreprésentation des militants les plus âgés (32 % des congressistes interrogés ont 60 ans ou plus contre 9 % des adhérents) apparaissent particulièrement marquées aux congrès de la CFE-CGC.

  • 14 « Malgré les biais que présente une telle enquête (militants en responsabilité envoyés par leur féd (...)

Tout cela n’enlève pourtant rien à l’intérêt d’une sociographie des participants aux congrès syndicaux, bien au contraire. D’abord parce qu’en l’absence d’autres données sur les militants (notamment statistiques), de telles études permettent de donner un aperçu d’un groupe de militants qui concourent au premier chef au fonctionnement de la structure syndicale étudiée14. Ensuite, car lorsque des données tierces existent, par exemple sur les adhérents, elles rendent possible une analyse des décalages entre propriétés sociodémographiques ou militantes des représentants (les congressistes) et des représentés (les adhérents), comme on l’a noté ici pour le genre ou l’âge, et ailleurs sur d’autres dimensions (nature des mandats ou secteurs d’activité par exemple). De surcroît, la comparaison d’informations issues de congrès d’organisations syndicales différentes fournit des informations précieuses en vue d’une cartographie générale du champ syndical. Enfin, bien qu’éphémère et atypique, une population de congressistes mérite d’être étudiée pour ce qu’elle est : un ensemble de militants, acteurs et spectateurs, réunis le temps d’une même pièce dans un théâtre où se donnent à voir les enjeux, structurels ou plus conjoncturels, qui traversent la confédération. Cet espace-temps partagé assure en outre à la fois une certaine homogénéité à cette expérience sociale qu’est le remplissage d’un questionnaire, et de bons taux de réponse (ici entre 53 et 65 % selon la fourchette du nombre de participants que nous avons estimée, 310 questionnaires exploitables ayant été recueillis).

Ce que le congrès et son organisation donnent à voir du syndicat

  • 15 La question d’un rapprochement avec d’autres forces syndicales a été soulevée par la direction conf (...)

Le programme et la liste des invités (discours du ministre du Travail ; présence des secrétaires généraux de la CFDT et de l’UNSA, au premier rang mais non invités à parler15) offrent de premiers indicateurs du positionnement de la CFE-CGC dans le champ syndical. Le lieu du congrès, son organisation spatiale et matérielle ne sont pas neutres non plus. Le palais des congrès de Reims est un grand bâtiment moderne, lumineux, non loin du centre-ville. À l’intérieur, une vaste surface occupée par les nombreux stands de divers organismes (cabinets d’expertise et de formation, éditions spécialisés, entreprises de prévoyance, etc.) souligne les enjeux commerciaux et économiques qui gravitent autour des confédérations et de leurs adhérents mais aussi toute l’importance pour le syndicalisme cadre des questions liées à la formation, la prévoyance ou l’épargne salariale. Très fréquentée, cette zone fait office de marché où offre et demande de services se rencontrent physiquement, notamment lors des pauses. Des brochures sont échangées, des contacts noués, des cartes de visite distribuées : le congrès est aussi un moment où se créent et s’entretiennent des clientèles et des réseaux, syndicaux comme professionnels.

  • 16 Le congrès de Saint-Malo en 2013 confortera cette perception : ouverture par une séquence vidéo en (...)
  • 17 Les questionnaires ont confirmé cette idée, les cadres promus se déclarant moins attachés au catégo (...)

Un recours à la symbolique du « dynamisme » et du « modernisme » rappelle des descriptions caricaturales parfois faites de l’univers professionnel cadre : jeux de lumière et jingles rythmés accompagnant les débats et présentation, minutage très précis des sessions, pauses et repas, présence importante de personnel de service (hôtesses et serveurs)16. Les déjeuners, servis dans une salle de restaurant plutôt cossue, nous ont aussi donné l’occasion d’approcher des syndicalistes de l’industrie automobile dont les ethos tranchaient avec ce décorum. Au-delà de l’intérêt d’une perception de la diversité des profils, les échanges avec eux nous ont offert une première approche des clivages autour de la spécificité catégorielle de la CFE-CGC : promus cadres en fin de carrière ou agents de maîtrise, ils se montraient par exemple plus réservés sur le sens et l’intérêt de cette spécificité que des cadres supérieurs rencontrés plus tôt17.

  • 18 Ce sont en effet les structures professionnelles et non territoriales qui ont le pouvoir dans l’org (...)

Au final, l’observation du congrès de la CFE-CGC de 2010 a révélé bien des dimensions singulières du syndicalisme cadre tel que cette organisation le conçoit et le met en œuvre, tout en confirmant certains présupposés (le fait que les enjeux et les débats y sont peu apparents ou que les militants qui y participent sont loin de représenter la population générale de l’organisation). Certains éléments n’ont en revanche pris sens que plus tard, lors des campagnes d’entretiens menés auprès des acteurs de terrain : ainsi de l’organisation en amont du congrès confédéral (lors de la première matinée, juste avant l’ouverture de ce dernier) du congrès des instances territoriales. Si nous avions noté l’organisation de cette manifestation sans y prêter plus d’attention, certains responsables territoriaux nous feront part de leur sentiment général d’être « délaissés » par la confédération, ce que ce rassemblement « à la marge » du congrès confédéral illustre à leurs yeux18.

Le congrès de 2010, puis nos enquêtes de terrain, ont surtout mis en évidence l’existence d’un fort clivage qui traverse la CFE-CGC et se traduit par des options et stratégies divergentes sur la nature de l’organisation, la portée et l’avenir de sa dimension catégorielle, comme nous l’avons exposé dans un article puis un ouvrage tirés de cette recherche (Béthoux et al., 2011 ; 2013). Ce clivage renvoie à des oppositions tranchées entre univers et fédérations professionnels : aux militants de la banque et des assurances, moins souvent cadres (et plus souvent « promus » cadre en cours de carrière lorsqu’ils le sont), ainsi que moins souvent encadrant, s’opposent ceux de la chimie et de la métallurgie, en tout point inverses, qui défendent ardemment la spécificité qui a fait historiquement l’identité de la confédération.

Revenir

De ce point de vue, le retour que nous avons opéré lors du congrès de 2013, muni d’un ouvrage publiant ces résultats, a permis de faire de ce moment à la fois un nouvel événement riche en matériaux empiriques et l’occasion d’une confirmation de nos principaux résultats.

Un ouvrage, peu de retours et un nouveau congrès confédéral

Nous n’avons pourtant eu aucun retour de la part de la confédération sur le rapport de recherche qui lui a été remis en novembre 2011, alors même que nos échanges avaient été plutôt nourris tout au long de l’étude. Une présentation orale du rapport au comité confédéral (regroupant une soixantaine de membres, représentants les différentes fédérations professionnelles du syndicat) prévue en juin 2012 aurait pu nous permettre de recueillir des réactions : l’ordre du jour ayant été bousculé en dernière minute, cette possibilité nous a échappé19. Nous espérions qu’une nouvelle occasion se présente, notamment à la suite de la publication en juillet 2012 d’un article présentant des résultats de la recherche dans la revue Travail et Emploi, lue par un certain nombre de syndicalistes20. Il n’en a rien été jusqu’au congrès confédéral de la CFE-CGC d’avril 2013, à Saint-Malo. Trois ans après ses débuts à Reims, la recherche se termine donc par un événement similaire à celui qui l’a vu naître : un congrès confédéral21. Les échanges engagés à l’occasion du premier congrès avaient permis de lancer l’enquête ; le second nous donnait enfin l’occasion de soumettre nos résultats et analyses aux responsables, militants, et aux commanditaires de l’étude qui n’apparaissaient pas empressés de les discuter… sans être hostiles toutefois, puisque nous avons eu leur accord pour partager le stand de l’IRES au congrès de Saint Malo22, afin d’y présenter notre ouvrage, Sociologie d’un syndicalisme catégoriel. La CFE-CGC ou la fin d’une exception ?

Cherchant à valoriser l’ouvrage mais aussi à en « forcer » l’usage, quatre exemplaires ont été envoyés aux membres de la confédération avec qui nous avons échangés pendant la recherche (dont la secrétaire générale, candidate en 2013 à la présidence de la confédération). Espérant et craignant en même temps une possible instrumentalisation de l’ouvrage, nous en avons aussi envoyé un exemplaire au président en exercice qui était alors l’objet de vives contestations en interne, notamment de la part de la secrétaire générale. Lors de la visite des stands, juste avant l’ouverture, nous croisons quelques visages connus, dont celui de la candidate à la présidence qui, pointant le « lourd climat » entourant ce congrès, fait part de ses craintes d’éventuels « dérapages ». Aucun retour ne nous est toutefois fait sur notre recherche, avant que nous ne prenions place pour l’ouverture officielle du congrès.

Lors de l’ouverture du congrès de 2013 par D. Flécher (comme en 2010, mais cette fois derrière à droite), côte à côte et de gauche à droite, C. Couvert, secrétaire générale, B. Van Craeynest, encore président de la CFE-CGC et J.-F. Dreyfus, trésorier national.

[Photo des auteurs]

  • 23 Comme en 2010, le déjeuner est l’occasion d’observations diverses. Mais l’ambiance bon enfant d’alo (...)
  • 24 On notera l’emploi de cette formule par laquelle les dirigeants de la CFE-CGC s’adressent aux milit (...)
  • 25 Après ce discours, de nombreux militants passent nous voir au stand témoignant d’une certaine curio (...)

C’est finalement de façon beaucoup plus inattendue que les premiers échos sur notre travail nous parviennent : au milieu de son discours d’ouverture – qui est aussi son discours d’adieu et sa seule intervention pendant le congrès –, Bernard Van Craeynest, président sortant, dans une ambiance de défiance palpable à son égard23, tire un papier de sa poche et cite nos quatre noms. Il évoque « une étude qui vient de sortir et qui s’intitule : sociologie d’un syndicalisme catégoriel, deux points, la fin d’une exception et c’est bien un point d’interrogation au bout, car ce sera cette question fondamentale, chers collègues24, que vous aurez à résoudre dans les années qui viennent ! ». Il incite ensuite les congressistes à lire « cette monographie sur notre propre organisation », puis insiste sur la nécessaire unité qui doit présider à sa destinée. Non seulement nous tenions une réaction25, mais notre ouvrage était utilisé pour amorcer une dernière partie de discours à la tonalité revendicatrice, plutôt inhabituelle de la part du président et dans l’enceinte d’un congrès de la CFE-CGC.

Une organisation sous tensions…

Ce second congrès met en scène explicitement l’affrontement qui déchire de manière ouverte l’organisation, au moins entre deux personnalités, le président sortant et la secrétaire générale. En ce sens, un congrès syndical peut marquer publiquement un point de rupture, même si la victoire de la secrétaire générale était a priori attendue, même si un congrès ne fait que valider des textes et des orientations élaborés en amont, même si les débats n’en ont souvent que le nom. En somme, bien que l’essentiel se joue en coulisses et qu’un tel évènement semble être « verrouillé », il ne l’est pas de manière absolue et traduit toujours, aussi, du fait de sa publicité, un moment de cristallisation important pour l’organisation. C’est ce qu’illustre le congrès de Saint Malo, qui a finalement validé après coup et incarné nos conclusions.

  • 26 Une dizaine de fédérations évoquent dans un tract commun cette « semaine noire » : l’examen de la r (...)

De fait, reconnaissons que le « non-usage » de notre étude – en dehors du retour, inattendu, du président sortant – n’a en soi rien d’exceptionnel : entre le moment où l’étude est commandée et celui où elle est remise, le contexte change souvent, rendant moins urgent, stratégique ou pertinent ce que l’étude peut apprendre à son commanditaire. Combien de rapports finissent ainsi au fond des placards ? Dans notre cas, un autre facteur a indéniablement joué : les turbulences qui traversent alors la CFE-CGC sont importantes (notre étude montre une césure significative entre deux forces de taille à peu près égales), certaines décisions de la direction confédérale sont remises en cause et assez rapidement, lors de l’été 2012, se déclare un conflit ouvert entre la secrétaire générale (qui était l’une de nos interlocutrices privilégiées) et le président de la confédération. Ce conflit, dont l’un des premiers épisodes remonte sans doute à cette réunion du comité confédéral de juin 2012 – où nous attendons plus d’une heure devant la salle de réunion, et où fuitent dans la presse des mises en cause graves26 – explique à l’évidence cette absence de retour de nos commanditaires, pris dans des dossiers autrement plus urgents, ne retenant de notre rapport que quelques résultats probants présentés lors du rapport intermédiaire (la moyenne d’âge ou la proportion de femmes parmi les congressistes, le manque de reconnaissance dont se plaignent les structures territoriales, ou la césure entre fédérations sur la question de l’attachement ou non au « catégoriel ») ; résultats qu’ils connaissaient déjà sans doute mais que notre étude permettait d’objectiver.

… et un congrès qui valide nos conclusions

  • 27 Dans ce contexte, le choix pour le congrès de 2013 d’un thème pensé fédérateur, « l’innovation », n (...)
  • 28 Voir par exemple D. Perrotte, « La guerre des chefs bat son plein à six mois du congrès de la CGC » (...)

L’horizon du congrès de 2013 est ainsi placé dans un climat bien plus conflictuel qu’en 201027. Surtout, ce conflit ne se réduit pas à celui de deux personnalités, comme la presse l’a souvent présenté28. Certes, la « drôle de crise » évoquée dans notre analyse se transforme en « drôle de drame » à l’approche du congrès de Saint Malo : pris de court par l’annonce de la candidature de sa secrétaire générale à la présidence de la confédération en décembre 2012, Bernard Van Craeynest, candidat à sa succession depuis un an, renonce à se représenter, tout en indiquant publiquement soutenir une candidature alternative, qu’il suscite en bonne part.

  • 29 M.-F. Leflon, issue de la banque, est élue secrétaire générale ; F. Zid, qui vient d’Air France, tr (...)

Ce conflit, tout comme celui qui a accompagné la succession de Bernard Thibault à la CGT, dépasse toutefois la querelle de personnes. L’analyse des candidatures (par listes : président, secrétaire général, trésorier pour la direction, et pour un ensemble de secrétaires nationaux) valide en effet notre thèse d’une profonde césure sectorielle de la confédération, entre des univers salariés où le statut et le sens des termes « cadre » et « encadrant » se différencient, sinon s’opposent, de plus en plus. D’un côté, se présentent des candidats issus de la banque, des assurances, des industries électriques et gazières, de l’aérien et des fonctions publiques ; de l’autre des candidats quasi exclusivement issus de la métallurgie et de la chimie. Alors que notre enquête met en évidence un attachement très mesuré des premiers à la dimension catégorielle de la CFE-CGC, accréditant la thèse de la « banalisation des cadres » (Bouffartigue, 2001) et optant pour une stratégie de constitution d’une « troisième force » réformiste, elle témoigne, pour les seconds, d’une conception de l’encadrement qui le démarque fortement des autres salariés, et d’une stratégie qui vise d’abord et avant tout à préserver l’identité et l’exception catégorielles dont jouit la CFE-CGC. L’élection de l’ancienne numéro 2, avec 59,7 % des voix, consacre la victoire, même courte, du premier camp sur le second : aucun métallurgiste ou chimiste ne fait partie de la nouvelle équipe (élargie et non seulement réduite aux trois dirigeants29) et la nouvelle présidente, dans une interview donnée le soir même évoque bien « les salariés de l’encadrement et nos collègues des trois fonctions publiques », sans mentionner explicitement les « cadres ».

Conclusion : d’un rituel à l’autre

La nouvelle présidente n’a pas pour autant tous les pouvoirs : les syndicats – ce que la forme congrès ne traduit que partiellement – sont aussi des organisations démocratiques marquées par les débats et les controverses et des processus de décision qui intègrent des moments de délibération. Les récents déboires de la nouvelle direction confédérale, à propos toujours de la réforme des statuts de la confédération (et du poids des fédérations dans sa gouvernance notamment) ou du changement de nom qu’elle entendait impulser très rapidement, illustrent la profondeur de cette « drôle de crise » qui fragilise de manière structurelle l’organisation confédérale. Dans un tel contexte, à côté des congrès dont l’histoire comme l’actualité montrent qu’ils peuvent être risqués, le recours à cet autre rituel que sont les commémorations organisées à l’occasion des anniversaires des organisations permet de mettre les tensions entre parenthèses et d’afficher de nouveau un visage uni. A l’automne 2014, la CFE-CGC célèbre ainsi ses 70 ans (la CFDT souffle au même moment ses 50 bougies et la CFTC fête les 50 ans de son maintien comme confédération chrétienne). Le fils de son premier président, Jean Ducros, est convié à une première table ronde sur les conditions et enjeux de la création de la CGC, ce qui conduit la présidente à souligner que les revendications de l’encadrement (« davantage de pouvoir d’achat, la fin du matraquage fiscal ») n’ont pas changé. Le point d’orgue de cette célébration réunit le 8 décembre 2014 près de 500 militants à la salle Wagram, lieu de fondation de la CGC. Il est l’occasion de faire participer l’un de nous comme « grand témoin », invité à présenter les résultats de notre étude (qui sont les militants de la CFE-CGC ?) et à rappeler l’histoire de la confédération (en l’absence surprenante de personnalités historiques parmi les intervenants, en dehors de Jean-Louis Walter, secrétaire général confédéral de 1999 à 2006). Le climat interne manifestement apaisé, après plusieurs mois de tensions, facilite sans doute ce retour sur une étude qui, si elle porte effectivement une mémoire de l’organisation, interroge aussi très directement les enjeux et les dilemmes actuels d’un syndicalisme de l’encadrement.

Affiche du 70e anniversaire 

Intervention d’Arnaud Mias le 8 décembre 2014

Présentation de notre ouvrage par Carole Couvert le 15 octobre 2014

[Source : Service communication CFE-CGC]

Haut de page

Bibliographie

   

Amossé T. (2011), « Cadres/Non cadres : une frontière toujours consistante », in Bouffartigue P., Gadea C., Pochic S. (dir.), Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ?, Armand Colin, p. 32-45.

Barthelemy M., Dargent C., Groux G., Rey H. (2012), Le réformisme assumé de la CFDT, Enquête auprès des adhérents, Presses de sciences po.

Béroud S., Denis J.M., Desage G., Thibault M. (2011), L'Union syndicale Solidaires : une organisation au miroir de ses militants : profils, pratiques, valeurs, hal-00585462.

Béroud S.et Lefèvre J. (2010), « Le corpus syndical. Une expérience au long cours », Mots. Les langages du politique, n° 94, p. 97-106.

Béroud S. et Garibay D. (2004), « Enquête sociologique sur les délégués du 47e Congrès confédéral de la CGT (24-28 mars 2003) », Étude IRES-CGT.

Béthoux É., Desage G., Mias A., Pélisse J. (2011), « La « drôle de crise » de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles d’un syndicalisme catégoriel », Travail et emploi, n° 128, p. 5-22.

Béthoux É., Desage G., Mias A., Pélisse J. (2013), Sociologie d’un syndicalisme catégoriel. La CFE-CGC ou la fin d’une exception ?, Armand Colin, coll. Recherches.

Bouffartigue P. (2001), Cadres. La fin d’une figure sociale, Paris, La Dispute.

Cazettes J.-L. (2002), Qu’est-ce que la CFE-CGC ?, Paris, L’Archipel.

Descostes M. et Robert J.-L. (dir.) (1984), Clefs pour une histoire du syndicalisme cadre, Paris, Éditions ouvrières.

Gobin C. (1992), « La Confédération européenne des syndicats. Son programme d’action au fil de ses congrès », Courrier hebdomadaire du CRISP 22, n° 1367-1368.

Groupe de Saint-Cloud (1982), La parole syndicale, PUF.

Groux G. (1988), « Amicales et syndicalisme des cadres : logiques divergentes et pratiques communes », Revue française de sociologie, XXIX (4), p. 563-591.

Groux G. (1990), « Le syndicalisme-cadres de l’après-guerre à nos jours. Légitimation sociale et « affirmation de soi » », in J.-D. Reynaud, F. Eyraud, C. Paradeise et J. Saglio (dir.), Les systèmes de relations professionnelles. Examen critique d’une théorie, Paris, Éditions du CNRS, p. 133-145.

Groux G. (2007), « La scission “CGC-UCT”, un épisode mineur ? », actes du colloque « Unité syndicale, fatalité de la division ? (France 1943-1995) », Institut CGT d’histoire sociale.

Guillaume C., Pochic S. (2009), « Un engagement incongru ? Les cadres et le syndicalisme, l’exemple de la CFDT », Revue Française de Science Politique, 59 (3), p. 535-568.

Guillaume C., (dir.) (2014), La CFDT, sociologie d’une conversion réformiste, Presses Universitaires de Rennes.

Malterre A. (1972), La Confédération générale des cadres. La révolte des mal-aimés, Paris, EPI.

Mouriaux R. (1983), « La résistance à l’éclatement : le cas de la CGC », in G. Lavau, G. Grunberg et N. Mayer (dir.), L’univers politique des classes moyennes, Paris, Presses de la FNSP, p. 313-329.

Mouriaux R. (1984), « Le syndicalisme des ingénieurs et cadres. Histoire et Historiographies », Culture technique, n° 12, p. 220-227.

Pélisse J. (2013), « D’un congrès à l’autre : comment on commence une recherche (1) / les cuisines d’une recherche (2) / comment on termine une recherche (3) », Carnet de recherche du Printemps, www.printemps.hypotheses.fr, mai-juin-septembre.

Piotet F. (dir.) (2009), La CGT et la recomposition syndicale, PUF, coll. Le lien social.

Silvera R. (2006), « Le défi de l'égalité hommes/femmes dans le syndicalisme », Mouvements no 43/1.

Soulé B. (2007), « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches Qualitatives, 27 (1), p. 127-140.

Vilbenoît M. (1996), Plein cadre : entretiens avec Jean-François Rabilloud, Paris, Le Monde Editions.

Wacquant L. (2015), « Pour une sociologie de chair et de sang », Terrains et travaux, n° 26, p. 239-256.

Yon K. (2008), Retour sur les rapports entre syndicalisme et politique : le cas de la CGT-FO, thèse de sciences politiques, Université Paris 1.

Haut de page

Notes

1 Cf. Mouriaux (1983 ; 1984), Descotes et Robert (1984) et Groux (1988 ; 1990 ; 2007).

2 Voir à trois époques les ouvrages de A. Malterre (1972), M. Vilbenoît (1996) et J.-L. Cazettes (2002).

3 Voir les trois billets proposés par J. Pélisse sur le carnet de recherche du Printemps en 2013 (http://printemps.hypotheses.org/1460, 1499 et 1614), dont certains éléments sont repris ici.

4 L’étude lexicométrique de S. Béroud et J. Lefèvre (2010) porte ainsi sur toutes les résolutions adoptées depuis 1970 aux congrès de ces quatre organisations, la CFE-CGC n’étant pas présente dans ce corpus.

5 « Qu’attendez-vous actuellement en priorité de votre employeur ? », « De quoi avez-vous le plus besoin pour vous aider à obtenir de votre employeur ce que vous voulez ? », « D’une manière générale, vous diriez qu’un salarié défend mieux ses droits et ses intérêts au sein de l’entreprise lorsqu’il agit seul ou lorsqu’il prend part à une mobilisation collective ? », etc.

6 Les enquêtes Relations professionnelles et négociations d’entreprise (REPONSE) du service des études du ministère du Travail constituent des sources statistiques précieuses concernant la représentation du personnel et l’activité des militants syndicaux en entreprise.

7 On pense ici, outre au « Nouveau dialogue pour redonner du sens à l’entreprise et à la société » (une consultation internet à grande échelle lancée en 2011), à un « road show événementiel » (selon la présentation officielle) organisé par la confédération pour « faire le vrai procès du syndicalisme » sous la forme d’une pièce de théâtre interactive. Assistant à cet événement au Casino de Paris en juin 2012 (voir www.leproces.fr, sous-titré : « Faut-il supprimer les syndicats ? »), Elodie Béthoux y a constaté, en écho aux propos du congressiste critiquant la première table ronde du congrès de 2010, une claire volonté de se démarquer d’un « syndicalisme barbecue-merguez-défilés, ou opposition-contestation-manifestation, dont on ne veut pas » (propos de la n° 2 de la CFE-CGC, sur la scène de Casino de Paris) : « Nous, c’est un syndicalisme de propositions, qui s’appuie sur les intérêts conjoints des salariés et de l’entreprise, qui vont ensemble et se renforcent mutuellement » ajoutait la dirigeante syndicale, entendue comme la première grande témoin dans le « procès du syndicalisme » qui se jouait sur scène.

8 La nouvelle équipe dirigeante est élue en 2010 avec 78,5 % des voix.

9 Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Carole_Couvert (consulté le 5 novembre 2014).

10 Ainsi, presque un an après le congrès, nous avons pu rencontré l’un des rares candidats non élus à une fonction – militant de l’agroalimentaire (arrivé dernier sur 18 candidatures pour 16 postes de délégués nationaux) – qui a pu évoqué le processus de candidature et d’élection lors du congrès.

11 Dans la mesure du possible, les questions ont été formulées pour permettre la comparaison des résultats à des études du même type sur d’autres organisations syndicales et à des enquêtes portant plus largement sur les relations professionnelles en entreprise (notamment l’enquête REPONSE).

12 Nous étions cinq : les quatre auteurs et Corinne Delmas (CERAPS, Université de Lille 2), présente dans le cadre de ses propres recherches, que nous remercions de nous avoir aidés à inciter les congressistes à répondre au questionnaire.

13 Dans l’un des univers étudiés, il nous a été expliqué que tous les adhérents au syndicat n’étaient pas déclarés à la confédération, afin de limiter le transfert financier attaché aux cotisations entre syndicat et confédération.

14 « Malgré les biais que présente une telle enquête (militants en responsabilité envoyés par leur fédération ou syndicat, dont le profil est souvent distinct de celui des simples adhérents), elle est une source classique d’informations sur le profil des militants », soulignent C. Guillaume et S. Pochic dans leur étude du syndicalisme cadre à la CFDT (2009, p. 537).

15 La question d’un rapprochement avec d’autres forces syndicales a été soulevée par la direction confédérale après 2008 (un rapprochement avec l’Unsa a notamment été envisagé, vivement critiqué, puis abandonné). Les congressistes étaient invités dans le questionnaire à indiquer de quels autres syndicats il leur semblerait possible de se rapprocher au niveau confédéral. Les positions à l’égard de l’Unsa sont partagées, mais plutôt favorables (« possible » pour 41,9 % des répondants, « en aucun cas » pour 16,8 %). Elles sont bien plus univoques pour la CFDT (« en aucun cas » à 62,6 % et « possible » pour seulement 3,6 %). La dénonciation de « l’égalitarisme » qu’incarnerait la CFDT, par des militants attachés au principe méritocratique et hiérarchique, a été rencontrée fréquemment sur le terrain.

16 Le congrès de Saint-Malo en 2013 confortera cette perception : ouverture par une séquence vidéo en trois dimensions présentée comme une « prouesse technologique » censée symboliser le thème revendiqué du congrès, « l’innovation » ; recours à un animateur télé professionnel ; diffusion en direct sur le web…

17 Les questionnaires ont confirmé cette idée, les cadres promus se déclarant moins attachés au catégoriel que les cadres ayant commencé leur carrière dans cette catégorie.

18 Ce sont en effet les structures professionnelles et non territoriales qui ont le pouvoir dans l’organisation, à la fois pratiquement et formellement comme le montrent les statuts de la confédération. Comprendre un congrès confédéral implique donc aussi de tenir compte des règles juridiques qui encadrent sa tenue et régissent l’équilibre des forces entre structures fédérales, territoriales et confédérale. Si la CFE-CGC est la seule centrale à élire directement en congrès son président, et non seulement son secrétaire général, la confédération y est en réalité relativement faible par rapport aux fédérations. Le report en mai 2014 de la réforme de son règlement intérieur et de ses statuts, prévue un mois plus tard par le comité confédéral national représentant les fédérations, l’a illustré récemment.

19 Les membres du comité confédéral ont exigé que soient traités des points non-inscrits à l’ordre du jour, remettant en cause les engagements pris par nos commanditaires, dirigeants de la confédération, de présenter les résultats de l’étude dans cette réunion. Après avoir attendu plus d’une heure, nous sommes donc partis, sans qu’aucune relance ne soit formulée par la direction confédérale pour organiser une présentation lors d’une autre réunion.

20 Intitulé « La « drôle de crise » de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles d’un syndicalisme catégoriel » (Béthoux et alii, 2011 mais paru de fait en juillet 2012), l’article était à nos yeux susceptible de susciter des réactions, en ce qu’il mettait en perspective les clivages précédemment évoqués.

21 La concomitance entre la tenue du congrès et la parution de l’ouvrage a bien entendu été pensée et a été un argument auprès de l’éditeur (et de nous-mêmes !) pour boucler à temps cette publication.

22 Merci à J.-B. Robin pour la possibilité qu’il nous a ainsi offerte.

23 Comme en 2010, le déjeuner est l’occasion d’observations diverses. Mais l’ambiance bon enfant d’alors a laissé place à un climat plus lourd, en particulier autour du président sortant : très isolé, il s’assoit seul à une table et commence à déjeuner sans que personne ne le rejoigne pendant plusieurs minutes, alors que la salle se remplit et que les places libres se raréfient. Trois militants le rejoindront finalement.

24 On notera l’emploi de cette formule par laquelle les dirigeants de la CFE-CGC s’adressent aux militants.

25 Après ce discours, de nombreux militants passent nous voir au stand témoignant d’une certaine curiosité à l’égard de la recherche.

26 Une dizaine de fédérations évoquent dans un tract commun cette « semaine noire » : l’examen de la réforme des statuts qu’elles réclament (rejeté en assemblée générale extraordinaire du comité confédéral national) se télescope avec des fuites à propos de malversations autour du salaire du président ou d’une secrétaire nationale, et du versement de sommes importantes aux secrétaires nationaux que découvrent les militants.

27 Dans ce contexte, le choix pour le congrès de 2013 d’un thème pensé fédérateur, « l’innovation », n’est pas anodin. Comme en 2010, la confédération a commandé au même institut un sondage, sur « l’innovation dans les entreprises », dont les résultats sont présentés le deuxième jour du congrès et que suivent des ateliers déclinant cette « innovation en marche » autour des thèmes du bien-être (individuel et collectif) des salariés, de la compétitivité des entreprises, du syndicalisme au XXIe siècle et des territoires d’Outre-Mer.

28 Voir par exemple D. Perrotte, « La guerre des chefs bat son plein à six mois du congrès de la CGC », Les Échos, 18 octobre 2012.

29 M.-F. Leflon, issue de la banque, est élue secrétaire générale ; F. Zid, qui vient d’Air France, trésorier.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Table ronde conclusive du congrès de 2010 : la nouvelle secrétaire générale à l’écran et les « experts » évoquent « l’avenir du syndicalisme ».
Crédits [Source : Service communication CFE-CGC]
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3080/img-1.png
Fichier image/png, 3,7M
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3080/img-2.png
Fichier image/png, 50k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3080/img-3.png
Fichier image/png, 44k
Légende Lors de l’ouverture du congrès de 2013 par D. Flécher (comme en 2010, mais cette fois derrière à droite), côte à côte et de gauche à droite, C. Couvert, secrétaire générale, B. Van Craeynest, encore président de la CFE-CGC et J.-F. Dreyfus, trésorier national.
Crédits [Photo des auteurs]
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3080/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Affiche du 70e anniversaire 
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3080/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende Intervention d’Arnaud Mias le 8 décembre 2014
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3080/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Présentation de notre ouvrage par Carole Couvert le 15 octobre 2014
Crédits [Source : Service communication CFE-CGC]
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3080/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Béthoux, Guillaume Desage, Arnaud Mias et Jérôme Pélisse, « Participer, observer, revenir : les congrès dans la « drôle de crise » de la CFE-CGC  », Socio-logos [En ligne], 11 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/3080

Haut de page

Auteurs

Élodie Béthoux

ENS Cachan, IDHES

Guillaume Desage

DARES

Arnaud Mias

PSL Université Paris-Dauphine, Irisso

Jérôme Pélisse

IEP Paris, CSO

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org